Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

L’édit des Réguliers (mars 1768) et les abbayes prémontrées de Normandie

Jean Fournée

Texte intégral

1L’Edit du roi concernant les Ordres religieux, promulgué en mars 1768 et connu sous le nom d’Edit des Réguliers, provoqua une certaine émotion chez les Prémontrés. Ils pouvaient s’interroger sur la signification réelle des ordonnances royales. Elles avaient pour but, théoriquement, de sauvegarder la vie religieuse, mais elles semèrent la panique dans les petites communautés régulières, menacées de fermeture pure et simple. Elles mettaient en péril les privilèges des Ordres religieux en renforçant l’autorité et les prérogatives des Ordinaires diocésains.

2A noter d’emblée que ces Ordonnances étaient beaucoup plus redoutables pour les établissements indépendants que pour ceux qui s’étaient réunis en congrégations. Or, depuis la Réforme de Lorraine, c’est-à-dire depuis la fin du premier tiers du XVIIe siècle, l’Ordre canonial de saint Norbert était partagé en deux branches. Il y avait d’une part la Commune Observance, qui avait gardé les anciens statuts et garantissait à chaque abbaye son autonomie, sous l’autorité suprême de l’abbé général et du grand Chapitre de Prémontré. Et d’autre part la Congrégation de l’Antique Rigueur, qui avait son vicaire général et son Chapitre annuel, lequel régissait véritablement tous les établissements agrégés, nommant aux offices et décidant sans appel des lieux d’affectation et des mutations du personnel. En abolissant le vœu de stabilité au lieu de la profession, qu’elle avait remplacé par celui de disponibilité en vertu duquel chaque profès devait accepter de changer de résidence aussi souvent que le Chapitre en décidait ainsi, la Congrégation s’était assuré, sans le prévoir, une position très forte lorsqu’il fallut affronter, dans le camp des Réguliers, les conséquences de l’Edit de 1768.

*

3On trouve dans les archives de l’abbaye de Silli une copie du texte de l’Edit, avec ses douze articles dont voici l’essentiel :

4Articles I et II : A dater du 1er avril 1769 aucun sujet ne fera profession s’il a moins de 21 ans révolus pour les hommes, moins de 18 ans pour les femmes. Les professions faites avant cet âge seront déclarées nulles, et les profès recouvreront tous leurs droits civils.

5Article III : Il est interdit d’admettre à la profession les étrangers non naturalisés.

6Article IV : Les évêques devront incessamment visiter et si besoin réformer les monastères « qui sont soumis à leur juridiction », pour y maintenir ou y établir la discipline monastique selon la règle. Ils seront tenus d’examiner attentivement les statuts de chaque établissement.

7Article V : De même les supérieurs généraux et les supérieurs particuliers des congrégations régulières devront visiter et réformer les établissements dépendant de leur Ordre ou Congrégation. Les Chapitres feront le nécessaire pour réunir en un seul corpus les règlements et statuts des Ordres et Congrégations, et les faire si besoin approuver par le Saint-Siège et confirmer par le pouvoir royal.

8Article VI : Les monastères n’ayant pas de Chapitres généraux et se prétendant exempts de l’Ordinaire diocésain seront tenus, dans le délai d’un an, de s’agréger à l’une des Congrégations légitimement établies dans le royaume et de solliciter le visa du roi (conformément à l’article XXVII de l’Ordonnance de Blois, et à la déclaration royale de juin 1671). Passé ce délai, les dits établissements seront aussitôt placés sous la tutelle et juridiction de l’évêque diocésain.

9Article VII : Le nombre minimum de religieux requis par abbaye sera de 15, non compris le supérieur, pour les monastères non réunis en congrégation (alors que Louis XIV, en 1680, avait admis le nombre de 10 à 12 religieux) ; et de 8 pour les établissements relevant d’une Congrégation (sauf exceptions, sur avis des évêques).

10Article VIII : Dans ce chiffre minimum ne seront pas compris les frères lais ni les oblats, dont les supérieurs régleront le nombre selon les revenus et les besoins des établissements. En un mot le coefficient minimum ne vise que les religieux de choeur.

11Article IX : Dans les maisons ayant actuellement moins de 15 religieux, il sera interdit de recevoir de nouveaux profès (sauf dérogation dûment autorisée). Il appartiendra aux évêques de pourvoir à la réunion de ces maisons avec d’autres maisons du même Ordre et de la même observance.

12Article X : Il est interdit aux Ordres ou Congrégations de posséder plus de deux monastères à Paris, et plus d’un seul dans les autres villes, sauf permission spéciale du roi et seulement si le quorum requis a été atteint dans les autres établissements de l’Ordre.

13Article XI : Les Chapitres devront prendre les mesures nécessaires pour l’exécution des articles VII et X, c’est-à-dire procéder aux évacuations, réunions et suppressions qui s’imposent.

  • 1 Arch. dép. Orne, fonds de l’abbaye de Silly, H 1078.

14Article XII : ce sont les conclusions1.

*

15Les instances suprêmes de l’Ordre de Prémontré s’accordèrent un temps de réflexion et ne jugèrent pas à propos de convoquer immédiatement un Chapitre général extraordinaire. Mais celui de 1770 revêtit une importance exceptionnelle. Un arrêt du Conseil d’Etat, en date du 25 mai 1770, prescrivit que les deux Observances y fussent représentées, et que l’on y procédât à l’exécution des articles V, VII et X. Des rapports très précis devaient être communiqués aux commissaires du roi, indiquant notamment pour chaque maison l’état de ses revenus et de ses dettes (actives, c’est-à-dire ce qu’elle devait, et passives, c’est-à-dire ce qui lui était dû), la liste de ses chanoines réguliers, tant conventuels que desservants paroissiaux, l’état des revenus et des dépenses des prieurés simples et des prieurés-cures.

16Le Grand Chapitre fut convoqué pour le 16 septembre 1770. Il fut présidé par l’abbé général Guillaume Manoury. Toutes les abbayes normandes y furent représentées :

17Pour l’Observance Commune, il y avait les PP. Hippolyte Sevray, prieur de Bellozanne (diocèse de Rouen) et Matthieu Hardy, prieur de Blanchelande (diocèse de Coutances).

18Pour la Stricte Observance, ou Congrégation de l’Antique Rigueur : le Rme P. Claude Dutot, abbé de La Lucerne (alors au diocèse d’Avranches) ; les PP. Jacques Chevalier, prieur d’Ardenne (diocèse de Bayeux), Bernardin Gaultier, sous-prieur de Belle-Etoile (alors du diocèse de Bayeux, maintenant Séez), futur abbé régulier de La Lucerne ; Charles Alliot, prieur de Saint-Jean de Falaise (alors du diocèse de Séez), Jean-Jacques Morin, prieur de l’Isle-Dieu (alors du diocèse de Rouen, maintenant d’Evreux), Jean-Baptiste du Petit-Boscq, prieur de Mondaye (relevant jadis de Lisieux, à cause de l’exemption de Nonant, maintenant de Bayeux), enfin Jacques Eudes, prieur de Silly (diocèse de Séez).

19Chacun de ces délégués produisit un rapport répondant aux questions posées. Ainsi est-il possible d’établir un tableau comparatif de la situation des abbayes normandes vingt ans avant leur disparition.

20Les renseignements qui suivent sont tirés des dossiers conservés aux Archives nationales, en G9 12, où l’on trouve notamment les rapports des prieurs :

Etat récapitulatif

Etat récapitulatif

21Ce document, qui reproduit fidèlement l’original des Archives et que nous donnons suivant l’ordre adopté par le secrétaire du Chapitre, apparaît d’emblée comme des plus intéressants.

22Il montre d’abord (et veut prouver) que chacune des neuf abbayes normandes atteignait ou dépassait en effectif de chanoines réguliers le minimum requis. Il y en avait 15 à Bellozane et 17 à Blanchelande, les deux abbayes tenues à en avoir au moins 15. Quant aux sept abbayes intégrées à la Congrégation, elles étaient largement au-dessus du minimum de 8. L’abbaye de Silli arrivait en tête avec 25 chanoines, suivie d’Ardenne avec 23 et de Falaise avec 22. Puis venaient La Lucerne avec 17, Belle-Etoile avec 15, l’Isle-Dieu avec 14, enfin Mondaye avec 13. Cela faisait en tout 161 chanoines réguliers, dont 97 conventuels et 64 prieurs-curés.

23On remarquera que l’effectif de nos abbayes n’était nullement proportionnel à leur revenu net, c’est-à-dire aux ressources dont elles disposaient réellement pour leur mense conventuelle. Mettons à part les prieurs-curés qui vivaient généralement du revenu de leur bénéfice et disposaient d’un budget propre dont les rapports des prieurs conventuels n’avaient pas à faire état. Nous voyons ainsi que pour faire vivre 16 religieux Ardenne disposait de 17.828 livres, tandis que Falaise n’en avait que 10.100 ; que, pour 10 religieux, La Lucerne disposait de 9.296 livres, alors que Mondaye n’en avait que 7.523, et que, pour un religieux de plus, Belle-Etoile n’avait que 6.174 livres. Par contre Blanchelande avait 11.310 livres pour 8 religieux. En somme les ressources étaient très inégales, même sous le régime congrégatif. Si l’on admet que le revenu déclaré était consacré uniquement aux dépenses de la vie conventuelle, on aboutit à des inégalités flagrantes. Par chanoine résidant, Blanchelande disposait de 1.413 livres, Ardenne de 1.112 l., Bellozanne de 1.016 l., La Lucerne de 929 1., L’Isle-Dieu de 864 1., Mondaye de 752 l., Falaise de 631 l., Belle-Etoile de 561 et Silli seulement de 487 l.

24Autre constatation : la considérable différence des taxes de l’Ordre selon les observances. La Congrégation était infiniment plus exigeante que la vieille et débonnaire maison-mère de Prémontré.

*

25Mais on ne saurait se limiter à cet état récapitulatif, ni lui accorder un crédit aveugle. Il ne dit pas toute la vérité et ne témoigne finalement que des efforts tentés - et réussis - par l’abbé général Manoury pour présenter ses abbayes sous le jour le plus favorable et sauver les plus menacées. Son prédécesseur, Antoine de Vinay (1759-1769), avait été pris au dépourvu par le zèle et la hâte des commissaires. Il convenait de les tempérer et de leur fournir preuves et arguments justificatifs. Et cela ne pouvait être élaboré que dans le cadre d’un Chapitre général soigneusement préparé.

26Parmi les enquêtes et procédures de la Commission des Réguliers, conservées dans la série G9, il y a un dossier particulièrement intéressant qui concerne l’abbaye de Bellozanne. Il contient une curieuse requête présentée au roi par le Chapitre collégial de Saint-Hildevert de Gournay-en-Bray.

  • 2 Arch. nat. JJ 68, no 28.
  • 3 Bibl. nat. ms lat. n.a. 1245, f° 47.

27En vertu d’un privilège octroyé en mars 1337 (1338 n.s.) par le futur roi Jean le Bon, alors duc de Normandie2, et renouvelé par Charles VI le 10 mars 13993, l’abbé de Bellozanne avait droit à une prébende canoniale en l’église Saint-Hildevert. Ce droit ne fut jamais exercé, mais les chanoines de Gournay, plus nombreux que ceux de Bellozanne et qui avaient sur eux l’incontestable avantage, étant donné l’esprit des Ordonnances, d’être des séculiers, ne manquèrent pas d’en tirer argument pour tenter d’annexer corps et biens l’abbaye prémontrée. Celle-ci, disaient-ils, était réduite à trois chanoines pour un revenu de 7.000 livres, alors que leur Chapitre comprenait un doyen, huit chanoines et six chapelains et ne disposait que de 6 à 7.000 livres.

28Leur requête fut présentée en 1768 dès que furent connues les dispositions de l’Edit, dont ils surent faire habilement l’exégèse. Pour eux les jours de l’abbaye étaient comptés, « soit que Sa Majesté la réunisse à une autre maison, soit qu’une autre maison lui soit réunie ». Réunion quasi impossible, affirmaient-ils, puisque les maisons voisines appartenaient à la Congrégation de l’Antique Rigueur et suivaient une règle très différente de la sienne. Elle était condamnée à mourir, puisque n’ayant plus le droit de recruter. Sur ces deux points l’article IX était formel. Alors la solution la plus sage n’était-elle pas de réunir en un même collège l’abbaye et le chapitre, au profit du plus fort en effectif ? Au surplus il s’agissait là de deux maisons soeurs puisque elles se réclamaient du même fondateur, Hugues de Gournay, avec une antériorité certaine de Gournay sur Bellozanne. Mêler des chanoines réguliers et des séculiers ? Mais cela s’est fait et se fera de plus en plus.

29Le plaidoyer était habile. Mais il fallait compter avec la lenteur de la Commission chargée d’informer et de conclure. Il fallait compter surtout avec la vigoureuse réaction de l’abbaye qui n’était nullement résignée à disparaître et qui pouvait être assurée de l’appui de Prémontré. Au mémoire des chanoines de Gournay, elle prit le temps et les moyens d’opposer son rapport, celui qui fut enregistré au Chapitre général de 1770 et transmis aux Commissaires. Ce n’était pas une abbaye quasi déserte, comme le prétendait le Collège de Gournay, mais une communauté composée de six profès et d’un novice ayant déjà dix-sept mois de noviciat, entretenant même un prêtre séculier, et fournissant des curés à huit paroisses. Au total cela faisait quinze chanoines réguliers, et non pas trois.

  • 4 Arch. dép. Orne, H 1078, Actes du Chapitre général de 1770.

30Ce rapport fut agréé en haut lieu et Bellozanne subsista. Elle connut même un certain renouveau au sein de la Commune Observance puisque ce fut à Bellozanne que le Chapitre général de 1770 fixa le noviciat commun de la Circarie normande4 laquelle débordait largement sur les provinces voisines. Notons qu’il y avait alors en France 50 abbayes de la Commune Observance et que le même Chapitre décida de les répartir en 5 drearies : Prémontré, Champagne, Flandre, Normandie et Gascogne.

*

  • 5 Bellozanne avait sept bénéfices à charge d’âmes : Sainte-Marguerite de Bellozanne, Saint-Martin de (...)

31Que l’abbaye de Bellozanne ait quelque peu triché en portant son effectif à quinze chanoines, cela paraît bien probable puisqu’elle n’avait en réalité que sept paroisses et non pas huit5. Elle usait d’un artifice que l’on voit mieux apparaître encore dans le rapport de Blanchelande.

32L’abbaye de Blanchelande n’avait en 1770 que sept chanoines conventuels : les PP. Hardy, Favet, Le Brigant, Gardin, Canu, Eudes et Véron. Elle s’en octroya un huitième, le P. Daré, qui était effectivement profès de Blanchelande, mais qui occupait l’office de prieur claustral à l’abbaye d’Abbecourt.

33Pour parvenir au chiffre de neuf chanoines « dans les cures » elle dut recourir à un double procédé. Elle ne pouvait produire que quatre prieurs-curés : les PP. Lepoitevin (Lestre), Osmont (Doville), Hervieu (Regnéville) et Coquoin (Ravenoville). Ses 13 autres bénéfices à charge d’âmes étaient occupés par des séculiers. A ces quatre chanoines elle en ajouta trois autres, vivant ailleurs mais ayant fait profession à Blanchelande, les PP. Leprêtre, prieur de Silly, Nivin, prieur de Sougères, et Agnès, prieur de Grimesnil. Enfin elle s’en appropria deux, sous prétexte qu’ils étaient pourvus de deux bénéfices lui appartenant, quoique sans charge d’âmes, à savoir le P. Duhamel, profès de Licques mais titulaire du prieuré de Cottebrune, et le P. Savoye, profès de Joyenval mais titulaire du prieuré de Sainte-Marguerite. Le premier résidait effectivement à Blanchelande, mais le deuxième vivait au presbytère de Ver, dont il était curé (Ver n’était pas un prieuré-cure prémontré).

34La tricherie est évidente. Ces deux derniers n’avaient aucun titre pour figurer dans la colonne des « chanoines réguliers dans les cures ».

35Ce qui saute aux yeux également, c’est qu’en 1770 il n’y avait plus de cloison étanche entre les deux Observances. Nous voyons, en effet, un religieux profès de Blanchelande, qui était de la Commune Observance, occuper le poste de prieur-curé de l’église paroissiale de Silly (nef de l’église abbatiale). Or Silly était de la Réforme. L’échange des religieux était devenu courant entre les bénéfices des deux Observances. En théorie, dès qu’intervenait la collation épiscopale, le nouveau prieur-curé était transféré de la communauté d’où il venait pour être incorporé à l’abbaye de laquelle relevait le bénéfice. Ainsi le P. Leprêtre aurait dû normalement émarger à Silly et non pas à Blanchelande. De même, le P. Saint-Léger, profès de Bellozanne, aurait dû être inscrit à Belle-Etoile puisque son prieuré-cure de la ChapelleBayvel dépendait de cette abbaye.

*

36Dans le camp de l’Antique Rigueur on n’avait pas les mêmes craintes, et par conséquent on n’avait aucune raison, sinon celle de prestige, de forcer le taux des effectifs. On peut faire confiance a priori au tableau récapitulatif. Et pourtant ce tableau n’est pas exactement le reflet des rapports des prieurs.

37Ainsi pour Ardenne, à la date du 24 août 1770, il est fait état de 24 religieux résidant à l’abbaye. Ce nombre englobe 10 novices de provenances diverses rassemblés au noviciat commun de la province normande (noviciat de la Congrégation). Le personnel de l’abbaye ne comporte en réalité que 8 chanoines prêtres, 1 diacre, 1 sous-diacre, 3 jeunes profès et 1 convers, alors que le tableau porte 16 chanoines conventuels. Par contre le chiffre de 7 prieurs-curés est exact. Ardenne avait en 1770 onze cures à son desservice, mais deux d’entre elles étaient, sinon vacantes, du moins confiées à d’autres ecclésiastiques, et deux autres étaient séculières. Quant au revenu total de l’abbaye, les chiffres concordent dans les deux documents, mais dans son rapport le prieur fait état de charges plus lourdes grevant la mense conventuelle qui, selon lui, ne dépasse pas 15.000 livres (au lieu de 17.828).

  • 6 Il est bien évident que le prieuré-cure retranché est celui de La Chapelle-Bayvel, pour la raison i (...)

38Pour Belle-Etoile le tableau n’est pas non plus tout à fait conforme au rapport fourni. Mais pour elle on a réduit au lieu de majorer. On ne lui reconnaît que 4 prieurs-curés alors qu’elle en avait déclaré 5 (Asnières, Bernai-sur-Orne, Brocottes, Chanu et La Chapelle-Bayvel6). Elle estimait son revenu total à 5.774 livres, et c’est le chiffre de 6.754 qu’on lit dans le tableau.

  • 7 Il faut croire qu’un profès de l’Isle-Dieu desservait une cure relevant d’une autre abbaye de l’Ord (...)

39C’est l’inverse pour l’effectif de l’Isle-Dieu. L’abbaye avait déclaré 5 chanoines en résidence (les PP. Morin, Le Lorier, Lemoine, Le Tellier et Rivière), et 7 prieurs-curés (à Abenon, Grainville, Greuville, Les Groseilliers, Saint-Denis, Le Tronquay et Vinemerville). Ces chiffres se trouvent portés à 6 et 87. Son revenu total est inchangé : 6.175 livres. Mais elle estime ses charges à 1.858 livres, et surtout elle doit environ 5.000 livres « pour des réédifications faites depuis deux ans » et ne peut espérer récupérer que 15 à 1.600 livres de dettes « passives ».

40Le cas de l’abbaye de La Lucerne est alors unique en Normandie. Elle est la seule à être gouvernée par un abbé régulier. Elle a effectivement 10 religieux au cloître et 7 dans les paroisses (sur une liste de 10 cures régulières). Mais son revenu total, qui est bien de 14.246 livres, comprend l’ensemble des trois lots. Elle paie effectivement 1.800 livres de décimes, à quoi s’ajoutent bien d’autres charges énumérées dans le rapport présenté par son abbé, à savoir : 2.400 livres pour réparations et autres charges claustrales, 750 livres pour le prieur et le vicaire de Tourville (un de ses prieurés-cures), 80 boisseaux de froment à l’hôpital d’Avranches « estimés cette année à 600 lt. », à quoi s’ajoutent 30 livres de frais de visite canonique et 500 livres « pour le voiage au Chapitre ». De plus « le revenu abbatial est chargé de deux pensions annuelles créées par brevet de Sa Majesté : 1.200 livres en faveur de Monsieur de Brest (sic), grand vicaire de Séez, et 600 livres pour A4. Colet, prêtre de Compiègne ». Elle a en outre 8.000 livres de dettes « actives », alors qu’il ne lui est dû que 6.000 livres. Compte tenu seulement de ses charges, et non de la balance de ses dettes, son revenu net est donc de 6.366 livres et non pas de 9.296 livres, chiffre lu sur le tableau. En réalité l’auteur de celui-ci a retranché des charges les 2.400 livres portées dans le rapport au titre de « réparations et autres charges claustrales » et les 530 livres de frais de visite et de voyage au Chapitre, ne retenant pour son estimation que les pensions aux deux ecclésiastiques, les charges foncières (hôpital d’Avranches) et les portions congrues du curé et du vicaire de Tourville. Il n’empêche que le budget de La Lucerne, en cette année 1770, devait inspirer quelque inquiétude au père procureur, et que finalement elle avait beaucoup de chance de n’être pas en commende.

41C’est un véritable mémoire que rédigea le 21 août 1770 pour l’abbaye de Mondaye son prieur, le P. du Petit-Boscq. Le Chapitre en retint les chiffres concernant l’effectif et le revenu global de la mense conventuelle, mais, comme pour La Lucerne et les autres communautés, réduisit les charges déductibles avec la rigueur d’un actuel inspecteur des contributions. Le code était formel. Seuls ne pouvaient entrer en ligne de compte que les décimes, charges foncières et portions congrues. On se mit d’accord sur 10 chanoines au cloître, 3 prieurs-curés (ceux de Juaye, Ellon et Trungy) et 8.000 livres de revenu total dont il ne fut défalqué que 477 livres (décimes et charges foncières) et non pas 1.500 livres comme le proposait le père prieur. Du mémoire de Mondaye nous retiendrons l’amère constatation du P. du Petit-Boscq. Il y avait seulement six ans que l’abbaye était tombée, ou plutôt retombée, en cornmende (1764), et du même coup son effectif était passé de 17 ou 18 profès à 11 (en y comprenant un convers qui ne devait pas figurer au tableau). Il avait fallu, depuis ce malheureux changement de régime économique, contracter des emprunts « pour construire plusieurs fermes... et faire des avances vis à vis de l’abbé commendataire ». Malgré cela, et bien qu’il n’y eût « point d’aumônes affectées à notre mense », nous en faisons, écrit le prieur, « le plus abondamment qu’il nous est possible ». On ne se contentait pas des distributions à la porte de l’abbaye. On allait distribuer des secours « dans les maisons affligées et indigentes » dont les curés donnaient le « catalogue », et l’on visitait les malades à qui l’on portait des « bouillons » et autres douceurs.

42Pour Silly, entre le rapport du prieur et le récapitulatif du tableau une seule différence, mais inattendue : les charges furent majorées. Le rapport n’indique que 300 livres pour une pension d’oblat, 2 livres de rente foncière au domaine d’Argentan et 600 livres de rentes foncières à l’abbaye de Saint-Evroult. Or on lit un total de 1.132 livres sur le récapitulatif. L’abbaye de Silly était alors la plus forte en effectif. Elle comptait 13 chanoines de choeur, 2 frères « donnés » (oblats résidents), 11 prieurs-curés (sur 17 cures) et 1 prieur titulaire d’un bénéfice simple, sans charge d’âmes. Les religieux jouissaient de leur mense conventuelle (8.000 livres) et géraient eux-mêmes le tiers-lot, mais celui-ci était entièrement absorbé par les charges d’entretien des bâtiments, conventuels et autres. Eux aussi devaient des sommes supérieures à celles qui leur étaient dues (8.395 livres contre 4.269).

*

43L’Edit de 1768 allait être suivi d’un certain nombre d’ordonnances royales procédant du même esprit. C’est ainsi que le 22 août 1770, le roi étant à Compiègne, fut signée par lui une déclaration concernant les bénéfices à charge d’âmes. L’ayant analysée dans notre étude sur Les anciennes paroisses prémontrées du diocèse de Séez (Bull, de la Soc. Hist, et Arch, de l’Orne, 1970, p. 83 ss.), nous n’en donnerons ici qu’un bref aperçu. Elle confirmait pour les cures régulières le mode de recrutement élargi adopté par les deux Observances de l’Ordre de Prémontré. C’est-à-dire qu’un prieur-curé n’était pas forcément choisi parmi le personnel de l’abbaye ayant la dite paroisse dans son patrimoine, mais pouvait venir d’une autre maison. Elle garantissait l’Ordre contre toute tentative de sécularisation de ses bénéfices et même contre toute tentative d’annexion venant d’une autre famille religieuse, fût-elle canoniale, elle aussi. Tout candidat devait avoir fait profession dans l’Ordre ou la Congrégation et ne pouvait être agréé sans le consentement écrit de son supérieur. Celui-ci gardait son droit de révocation et de rappel, mais avec l’assentiment de l’évêque diocésain. Il restait entendu que les biens propres des chanoines curés revenaient aux abbayes après leur décès. En somme le statut des prieurés-cures était maintenu.

44Mais, à lire attentivement le texte de la déclaration royale, on s’aperçoit qu’elle visait, non pas à sauvegarder le patrimoine paroissial des abbayes, mais à décourager celles qui, insuffisamment pourvues en personnel, voulaient maintenir néanmoins dans leur giron des églises dont elles étaient devenues incapables d’assurer valablement le service. D’où l’interdiction des présentations irrégulières, des permutations abusives, des ententes entre familles religieuses d’obédience différente. Il ne fut rien retranché au privilège des gradués de l’Université, que nos abbayes avaient dû plusieurs fois agréer comme titulaires de leurs cures, tout au moins lorsqu’ils provenaient d’une communauté de chanoines réguliers.

45Trois ans plus tard, l’édit royal de février 1773, promulgué à Versailles, marquait une étape de plus dans les rapports entre réguliers et séculiers. Les abbayes étaient invitées à prendre conscience de leur insertion dans le cadre diocésain. Quels que fussent leurs privilèges d’exemption, il leur fallait admettre une certaine dépendance vis-à-vis de l’autorité épiscopale. Elles devaient recevoir les mandements de l’évêque, garder les fêtes du diocèse, célébrer l’office des saints diocésains, prendre part aux processions publiques, ne pas contrarier par leurs horaires celui des offices paroissiaux, n’ériger aucune confrérie sans l’autorisation de l’Ordinaire du lieu. C’était à l’évêque du diocèse qu’était réservée la réception aux Ordres sacrés de leurs religieux. Les Chapitres généraux continuèrent à nommer leurs visiteurs canoniques, mais en cas de défaillance de ceux-ci l’évêque avait droit de visite. Avait-il connaissance d’une infraction commise dans un établissement régulier ? Il la signalait aux supérieurs responsables, et, si ceux-ci ne prenaient pas assez vite les sanctions nécessaires, il intervenait lui-même. Tout cela fut confirmé par une nouvelle déclaration du roi, en date du 6 août 1774.

46N’y avait-il pas là comme le prologue de la sécularisation des Ordres religieux prononcée par la Constituante quelques années plus tard ?

Notes

1 Arch. dép. Orne, fonds de l’abbaye de Silly, H 1078.

2 Arch. nat. JJ 68, no 28.

3 Bibl. nat. ms lat. n.a. 1245, f° 47.

4 Arch. dép. Orne, H 1078, Actes du Chapitre général de 1770.

5 Bellozanne avait sept bénéfices à charge d’âmes : Sainte-Marguerite de Bellozanne, Saint-Martin de Brémontier et sa succursale Saint-Léona d de Merval, Saint-Lucien (à 8 km de Bellozanne), Saint-Pierre d’Elbeuf-en-Bray, Notre-Dame du Thil-en-Bray et son annexe Riberpré.
Bellozanne dut tout simplement compter comme huitième paroisse La Chapelle-Bayvel (Eure), qui était du patrimoine de Belle-Etoile, mais qui était effectivement alors desservie par un de ses profès, le P. Jean-Guillaume Saint- Léger.
Or quelques années plus tôt l’abbaye de Bellozanne avait été obligée, faute de de personnel, de confier plusieurs de ses paroisses à des séculiers (voir. Bibl. mun. de Nancy, ms 992(3), f° 260 v° et 261).

6 Il est bien évident que le prieuré-cure retranché est celui de La Chapelle-Bayvel, pour la raison indiquée à la note 5 : il était alors desservi par un chanoine de Bellozanne.

7 Il faut croire qu’un profès de l’Isle-Dieu desservait une cure relevant d’une autre abbaye de l’Ordre.

Table des illustrations

Titre Etat récapitulatif
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

Auteur

Président honoraire de la Société Parisienne d’Histoire et d’Archéologie normandes

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search