Version classiqueVersion mobile

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

IIe partie. Jean Lorrain, du passé au présent

Un roman inédit de Jean Lorrain : Les Pelures

Jean de Palacio

Résumé

À la fin de 1885, Jean Lorrain travaille à « un vrai roman » dont il a choisi le titre : Les Pelures. Il entend par ce terme, dont il n’est pas l’inventeur, une société interlope de gens compromis, appartenant « toujours de loin ou de près au monde des lettres et des arts ». Ce « roman de mœurs parisiennes », manifestant chez Lorrain une ambition précoce d’historien des mœurs, ne fut apparemment jamais achevé et demeure inédit. Seuls, quatre chapitres subsistent, dépeignant les intrigues nouées dans un atelier de sculpture proche du parc Monceau, et d’où émerge la figure peut-être autobiographique du peintre Pierre Sargis. On retrouvera plus tard, en 1891 et en 1901, certains traits de ce roman de jeunesse : peinture d’une douteuse bohème, opposition entre Paris et la Normandie, comparaison entre Paris, Babylone et Byzance. En ce sens, Les Pelures a peut-être lointainement servi à la genèse de Monsieur de Phocas.

Texte intégral

1On dispose de bien peu de renseignements sur ce roman projeté de Jean Lorrain. Tout est compris entre une lettre à Oscar Méténier du 6 janvier 1886 et une lettre à Edmond Magnier, non datée, mais certainement écrite dans le courant de l’été 1887. Au premier, Lorrain écrivait :

  • 1 Jean Lorrain, Correspondance, Paris, Baudinière, 1929, p. 91.

Je travaille à mes Pelures, un vrai roman, cette fois, en quinze chapitres. Et c’est dur ! C’est à peine si j’ai quatre chapitres de faits ; il y aura des pleurs et des grincements de dents, mais pas dans la petite coterie, plus haut ou plus bas, choisis1 !

2Il n’en est plus question ensuite. Et, comme si le roman était fini ou en passe de l’être, et prêt à publier, il mande à Magnier en 1887 :

  • 2 Jean Lorrain, 68 Lettres à Edmond Magnier, Paris, Impr. Julien Crémieu, 1909, p. 14.

Je vois annoncé : La Faubourienne de Jules Hoche et les Dix Plaies de Paris de G. Duval. Quand prendrai-je rang pour mes Pelures ! Je vous ai pourtant assez tourmenté à ce sujet ; et je suis confus d’y revenir… Vous m’y contraignez cependant2.

  • 3 Collection particulière.

3Ces allusions permettent de dater la lettre de façon très précise. La Faubourienne, de Jules Hoche, est annoncé dans L’Événement du 13 août 1887 ; Les Dix Plaies de Paris, de Georges Duval, est annoncé dans L’Événement du 14 août. Les deux romans sont de nouveau annoncés dans les numéros des 15, 16, 17 et 18 août. La publication en feuilletons de La Faubourienne commence le 20 août. Les Dix Plaies de Paris est à nouveau annoncé dans les numéros des 23 septembre, 1er octobre et 10 octobre 1887. La publication en feuilletons commence le 11 octobre. Entre temps avait eu lieu, à partir du 23 août, la publication de La Conquête d’un mari de Léon Chaulac. De Pelures, point. En fait, Lorrain ne prit jamais rang et L’Événement ne publia jamais Les Pelures, pour la simple raison que le roman ne fut jamais écrit. Le manuscrit autographe3, ni daté, ni signé, comporte cinquante-six pages in-folio, d’une écriture très serrée avec nombreuses ratures, peut-être manuscrit de premier jet, constituant en tout et pour tout les quatre chapitres mentionnés comme « faits » dans la lettre à Méténier. Pris par d’autres obligations (la mort de son père en février 1886, la publication de Très Russe la même année), Lorrain dut laisser le roman en plan et ne le termina jamais.

  • 4 Bien que Très Russe soit proposé comme « Roman parisien » sur la quatrième de couverture de l’édit (...)

4Il fut pourtant annoncé à plusieurs reprises comme « en préparation » ou même « à paraître prochainement » : dans Les Lépillier (1885) et dans Très Russe (1886). Chaque fois, la mention Les Pelures est assortie du sous-titre « Roman de mœurs parisiennes », comme si Lorrain, après deux romans « normands » (Les Lépillier, situé à Fécamp ; Très Russe, à Yport4), entendait faire un roman « parisien ». Les Pelures eurent apparemment le sort de deux autres livres, également donnés comme « en préparation » en 1886 : Les Bonnes Âmes et Après Vêpres, romans ou recueils de nouvelles, sous-titrés respectivement « Scènes de la Vie de Province » et « Scènes de la Vie normande ».

5Bien qu’on cherche vainement le terme de « pelures » dans les dictionnaires d’argot de l’époque (Lorédan Larchey, Virmaître, Delesalle et Lermina, notamment, sont muets sur ce point), on est très précisément renseigné, par Lorrain lui-même, sur le sens à donner à ce mot. Il y revient en effet, bien plus tard (1891), dans un récit court intitulé « Guide Moral Conty » qui fait partie du recueil Sonyeuse. Le passage, malgré sa longueur, doit être cité intégralement :

  • 5 Jean Lorrain, Sonyeuse, Paris, Charpentier, 1891, « Guide Moral Conty », p. 285-286.

Les pelures, mon cher, ce sont les gens dont on ne veut pas ailleurs. Jeunes filles avariées, veuves compromises, femmes séparées, mal mariées ou pas mariées en quête, les vieilles d’un amant, les jeunes d’un entreteneur ; mères cherchant à placer n’importe comment leurs filles, maris cherchant à placer leurs femmes et quelquefois fils cherchant à placer leurs mères… Ne te récrie pas, cela s’est vu. Une mère galante est un grand appoint pour un homme qui débute à Paris dans la littérature ; […] car le caractère distinctif des pelures (sans quoi j’aurai l’air de faire mon petit Olivier de Najac en te racontant le demi-monde) c’est que les pelures appartiennent toujours de loin ou de près au monde des lettres et des arts. Les femmes y sont bas-bleus, écrivains, sculpteurs, peintres ; les hommes journalistes, pianistes, poètes : du talent quelquefois, du sens moral jamais, de la prétention toujours. À la porte du vrai monde, dont ils ont pu faire autrefois partie, soigneusement tenus à distance par les artistes qui les renient, ils forment une bande à part, un monde de parias élégant, besogneux, avide de paraître, affolé de réclame, enfiévré de plaisirs, de réceptions et de fêtes, envieux comme la misère, rancunier comme l’envie, méchant comme la rancune, dangereux comme pas un, quelquefois spirituel, très souvent amusant, au fond vide et triste comme l’ ennui.
Ce monde-là a pourtant sa place à Paris, il y a ses alliances et ses influences, il y a ses salons, le salon des Refusés […]5.

6Cette définition se trouve complétée dans une chronique de 1894, à propos d’un personnage cocasse, connu à Luchon où Lorrain était alors en cure, et baptisé par lui Poujoulade :

  • 6 « La Plus Belle du Palais », L’Écho de Paris, 10 octobre 1894. Le « chroniqueur » dont il est ques (...)

Je devais le retrouver quelques années plus tard dans le monde à côté des bas bleus plus que mûrs et des rimeurs chevelus, cette société à part qui évolue dans des ateliers de la plaine Monceau aux salons de dentistes de la rue de Grenelle. La salle à manger d’une courtisane vieillie (que Dieu ait son âme ! elle est morte maintenant) et le hall à sculpteur d’une grosse muse enamourée étaient alors le centre d’opérations de ce monde de ratés et de vaniteux qu’un mot de chroniqueur a stigmatisés du nom de pelures. Poujoulade en était le roi6.

  • 7 Voir, par exemple, le portrait de la marquise de Sarlèze en cigogne (Monsieur de Phocas, Paris, Ol (...)

7Dans son roman, Lorrain suit fidèlement, dans la peinture des « mœurs parisiennes », le programme tracé par lui plus tard. Madame Hasberg est sculpteur, madame Baradin romancière, madame Fabrias écrit des articles, qu’elle signe « Églantine », pour La Revue de la mode et Le Journal des demoiselles. La scène se passe dans un atelier du Boulevard de Courcelles donnant sur le parc Monceau, où d’ailleurs le clinquant cache mal la misère, ou dans la galerie Renaissance d’un hôtel particulier de la place Malesherbes. Dans ce cadre défile toute une noblesse compromise, à laquelle les scandales ont fermé la porte du Faubourg Saint-Germain : la comtesse de Candia, la baronne Inikos, la princesse Inioli, autant de « perruches » exotiques venues d’Italie, d’Espagne ou des Antilles. Chouettes huppées, oies de basse-cour, perruche matinée de pintade, tourterelles à collier, roucoulantes colombes, oiseaux de proie, félins, carlins, tout un bestiaire s’ébauche (Lorrain parle de « cirque », de « ménagerie » et de « volière ») dès ce roman, de préférence ornithologique, que l’on retrouvera plus tard chez Ethal7 ou dans la fumerie d’opium de Monsieur de Phocas. Sur cet univers factice trône la maîtresse de maison, madame Hasberg, cherchant à vendre, sinon sa fille, du moins le buste de sa fille. « Il est bien compris que contre les espèces sonnantes on livrerait le buste et le modèle. »

8Peut-on juger un roman inachevé sur quatre chapitres ? On voit bien qu’il n’est pas construit. Aucune intrigue ne se dessine vraiment, sinon de savoir qui, du banquier grec ou du rentier français, aura la primeur des seize ans et de la virginité de Thérèse Hasberg, afin d’éviter à sa mère la saisie et la ruine : Bancardi, trois fois exécuté à la Bourse, cinq fois millionnaire, ou Dardel, qui a trente mille livres de rente ? Pour le reste, des conversations de salon ou d’atelier, et surtout des portraits. D’ailleurs fort réussis, brossés sans indulgence, de rastaquouères mâles ou femelles, comme autant d’exercices de style. Ainsi, la princesse Inioli, baptisée par Lorrain « la Pelure des Pelures », sorte d’épitomé de la déclassée et de l’aventurière, symbole de ce monde interlope et cosmopolite dont Lorrain raffole :

[…] est-il quelqu’un qui ne la connaisse à Paris, à Londres, à Rome, à Peters [bour] g, à Nice, à Luchon, à Bagnières, dans toutes les villes d’eau et de plaisir, dans toutes les cours d’Europe, où elle a tant roulé, où elle s’est tant montrée, prodiguée, exhibée sous toutes les formes et dans tous les costumes, cette vieille princesse Inioli, la veuve aux trois maris, née Salisna-Doria, exilée de France, sous l’empire, de Russie sous le tzar Alexandre, d’Espagne sous les Bourbons, ambassadrice à Rome, vicereine à Lisbonne, pamphlétaire à Jersey, et actrice aux Tuileries, écuyère à Trouville, espionne un peu partout et partout soupçonnée, déclassée, compromise, aujourd’hui supportée aux réceptions de l’Élysée et dans les bals ministériels, où son luxe de parisienne et le grand nom de son mari font s’ébahir et se rengorger de joie les beautés de la < > flattées dans leur orgueil de bourgeoises < >.
Oui celle-là, Dardel l’a reconnue. Il lui a suffi de voir cette toilette de cirque et de reine de féerie ; cette coiffure en panaches roses de chien savant, cette taille encore fine, mais inclinée en deux, comme offerte, suivant ce mouvement du cou et de tête en avant de femme myope qui, le lorgnon d’écaille collé sous le sourcil, cherche et va trottinant, buttant sans y voir clair et sourde avec cela… autant converser avec un mur. Le visage encore délicat, mais d’un luisant de porcelaine, un luisant de fard gras, qui noircit au jour et s’avive aux lumières, les yeux pochés, cernés en coquilles de noix, c’est bien la princesse Inioli et sa démarche précautionnée.

9Trop de personnages, quarante au total, romanciers, peintres, journalistes, aristocrates, bas-bleus, mères flanquées de leurs filles, actrices sans engagement, fleurs de ville d’eaux, gommeux. Une succession linéaire d’apparitions et de silhouettes, d’où émerge, au chapitre iii, un peu plus nettement tracée, la figure du peintre Pierre Sargis, auquel une mère normande, « une aïeule du pays de Caux », donne un peu les allures autobiographiques de Lorrain lui-même.

10Faudrait-il pour autant voir dans Les Pelures un roman à clefs ? Certes, on pourrait être tenté de chercher qui se cache vraiment derrière les peintres Sargis, Chavarus et Lunel, les romanciers Daumières, Bonnemain et Sauvard, le journaliste Adalbert des Réaux, la comédienne Rosemunda Francoeur, le banquier Bancardi. Le genre était florissant à l’époque. Jean Lorrain avait sous les yeux le modèle de Dinah Samuel, paru en 1882 et dû à Félicien Champsaur, écrivain qu’il a beaucoup pratiqué et dont il a incontestablement subi l’influence. L’hypothèse est d’autant plus plausible, qu’en 1886, dans la revue La Vie moderne datée du 1er mai, Lorrain a publié un texte intitulé « Vernissage », qui pourrait être un fragment non retenu et détaché de son roman Les Pelures (il ne figure pas dans le ms tel qu’il a été conservé). Dans ce fragment, mettant en scène une cérémonie mondaine très parisienne, apparaissent les noms de Sargis et de Chavarus, son maître, qui figurent aussi dans le roman. Mais on y reconnaît également, sous des pseudonymes transparents, Puvis de Chavannes (Reynold de Varannes), Madame Juliette Adam (Mme Ernan), Sarah Bernhardt (Milla Sichel), Louise Abbéma (Louise Raphaema), Edmond Haraucourt (Haudricourt), le vieux Théodore de Banville (le vieil Hector de Cazeneuve) et son beau-fils Georges Rochegrosse (Gérard Neytien). Le portrait de Banville, à la limite du portrait-charge, y semble particulièrement réussi. Je serai moins affirmatif pour Les Pelures, où les portraits apparaissent décidément plus masqués et moins nets.

  • 8 Voir la lettre de Jean Lorrain à Maurice Barrès, juin 1885 ; dans Jean Lorrain Correspondances, éd (...)

11Mais Les Pelures reflète aussi, au détour d’une conversation de salon, les goûts propres de Jean Lorrain. L’enthousiasme d’Eva Moïnoff pour l’art de Gustave Moreau et de Félicien Rops, dont elle s’ouvre à Sargis, s’il est sans doute à mettre au compte du cerveau exalté d’une jeune Slave, n’en trahit pas moins des penchants que les premiers recueils poétiques, notamment Le Sang des dieux avec son frontispice (1882), révélaient déjà et qui se prolongeront jusque dans L’Ombre ardente (1896). Il faut se rappeler que c’est exactement à l’époque de la composition de Les Pelures (1885) que Lorrain présenta Huÿsmans à Gustave Moreau8. Dans Les Pelures, Sargis offrira de présenter mademoiselle Moïnoff à Gustave Moreau. Le peintre Pierre Sargis, interlocuteur d’Eva, apparaît comme une sorte de peintre préraphaélite, combiné de Burne-Jones et de Puvis de Chavannes.

Et la voilà repartie, cette fois, la mine exaltée, les mains presque jointes, avec des yeux humides de jeune prophétesse, dans un dithyrambe sur Gustave Moreau, sur ses Salomé, sa Chimère, son Œdipe, ses Sphinx, toute son œuvre enfin, Gustave Moreau, dont elle parle presque avec des larmes dans la voix, Gustave Moreau, qu’elle compare au Vinci ; et qui est non seulement pour elle le premier peintre du siècle, mais encore un philosophe, un mystique, un évocateur, un poète… et il faut entendre trembler et vibrer dans sa bouche ce nom de poète… Gustave Moreau, dont elle voudrait posséder les œuvres avec texte de Gustave Flaubert et musique d’accompagnement de Wagner, une idée à elle comme cela… elle n’a qu’une aquarelle de Gustave Moreau, les Sirènes, mais quelle aquarelle… elle veut la lui expliquer, mais elle y renonce, cela ne se peut pas, il faudrait dire cela en vers, avec des rythmes étranges, des rythmes nostalgiques, donnant une impression d’accablement immense et d’éternel ennui, elle la lui montrera, son aquarelle, quand il viendra rue Bassano saluer sa mère ! cette aquarelle de Gustave Moreau, à laquelle elle revient toujours, elle l’aime tant qu’elle en a commandé le projet de cadre à Félicien Rops, une folie qui reviendra aussi cher que l’aquarelle même : car Félicien Rops, heureux de travailler pour une œuvre de Moreau, ne veut pas entendre parler de prix. Aime-t-il, lui aussi, Sargis, Félicien Rops et Odilon Redon ! elle, elle les adore, et Sargis sourit en lui-même, car tout cet art fantastique, malade, tourmenté, visionnaire est bien l’esthétique de cette petite slave, enragée d’idéal, de songes, hors de la vie réelle, visionnaire elle-même comme tant de femmes de son pays.

  • 9 Joséphin Péladan, Curieuse !, Paris, Laurent, 1886.
  • 10 René Maizeroy, Deux Amies, Paris, Havard, 1885. Il y a aussi, dans Les Pelures, une Eva Moïnoff. M (...)
  • 11 Armand Silvestre, La Kosake, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1894. La mythologie de la Roussalka (...)

12C’est que la figure de la femme russe, et même « très russe », se porte bien dans la fiction de l’époque. La princesse Paule Riazan, de Joséphin Péladan9, la pensionnaire de couvent de René Maizeroy, Eva Moïnoff10, Lenska, la « Kosake » d’Armand Silvestre11 ne sont que quelques spécimens d’un type fort en vue et dont on retrouvera chez Lorrain de nombreux avatars, depuis Mme Livitinoff jusqu’à Mme Inatieff et la princesse Outcharewska de L’École des vieilles femmes (1905).

  • 12 Marie-France David-de Palacio, « Coins de Rome... et de Byzance : la référence à l’antiquité chez (...)

13Dans ce roman, sous-titré « roman de mœurs parisiennes », Lorrain, se coulant dans un moule adopté avant lui par Maizeroy ou Mendès, fait presque figure d’historien à vocation de moraliste. Illustrant l’une des situations communément en vigueur dans le monde des « Pelures », « mères cherchant à placer n’importe comment leurs filles », il campe une de ces mères entremetteuses, madame Hasberg, proposant sa fille Thérèse au plus offrant, la forçant à écrire sous sa dictée des lettres compromettantes. Les Pelures, dans cette perspective, serait presque un roman à thèse : la fille d’une femme perdue n’est pas forcément perdue elle-même, ni responsable des turpitudes maternelles passées. Position, on en conviendra, assez inhabituelle chez Lorrain, qui l’exprime dans le plaidoyer, d’une longueur inusitée, confié à Eva Moïnoff devant le peintre Sargis. C’est non seulement la longueur, mais la chaleur de ce plaidoyer qui a de quoi surprendre et où Lorrain semble lui-même impliqué. Il est ainsi amené vers une position de moraliste classique, opposant la ville à la campagne, Paris à la province et, en l’occurrence, à la Normandie qu’il connaît bien. La figure emblématique de la vieille mère demeurée au pays, loin de Paris où elle refuse de venir rejoindre son fils, est exemplaire à cet égard. Lorrain reprend à cet effet une comparaison qui lui tient à cœur et qu’a illustrée, ici même, une précédente communication12 : celle de Paris avec Babylone ou Byzance. On note que ce passage est un des plus travaillés sur le manuscrit, couvert de ratures et de repentirs :

  • 13 La comparaison avec Babylone, et l’opposition Paris/Normandie, sont à l’époque devenues un cliché (...)

Qu’y serait-elle venue faire en effet, la pauvre mè Sargis, dans ce Paris affairé et blagueur, transplantée dans ce gouffre avec ses coiffes, ses lenteurs de campagnarde, ses idées de là-bas sur les gens et les choses ! Ce Paris, qui lui avait pris son fils pour en faire un monsieur, un monsieur qui gagnait de l’argent, il est vrai, lui faisait peur, à cette normande paysanne ; elle avait de la grande ville un peu de l’effroi stupéfait, une < méfiance > effrayée, faite de rancune et d’envie des < > vieux Goths pour Byzance que devaient éprouver les barbares pour Byzance [Lorrain rétablira ensuite le passage : « un sentiment complexe et inexplicable dans le genre de celui que devait [sic] éprouver les Barbares pour Byzance », et ajoutera à Byzance Babylone et Ninive, et aux barbares les prophètes d’Israël, pour stigmatiser les « cités de luxe et de perdition » et, un peu plus loin, au singulier cette fois, « la grande ville de joie et de perdition, cette ville de réprouvés et de maudits, qu’auréole dans la nuit un éternel halo de flammes »]13

14À cette ville damnée, dépeinte avec les couleurs répétées de l’oxymore (luxe et perdition, joie et perdition, auréole et halo de flammes), s’oppose la Normandie natale, terre salubre et naturelle où Sargis va chercher le remède à l’atmosphère corrompue de Paris et à ses propres tourments intérieurs.

[…] il allait boucler ses malles et quitter Paris […] se refaire un peu les poumons et les fibres au bon air salé des falaises, là-bas, près de la vieille mère, dans le village de la côte. Après la parfumerie avariée des Pelures, le vent de la mer, voilà qui allait lui guérir les nerfs et lui remater le cœur. […] adieu Paris, les faux artistes, les bas-bleus et les Pelures !

15On ne laisse pas d’être surpris devant ce manichéisme, cette vision bucolique et idéalisée de la Normandie, cette opposition trop systématique entre la civilisation urbaine et la nature, lieu commun de la littérature moralisante. On sait que la réalité n’était pas si simple, et que l’opinion de Lorrain sur la Normandie, « la Normandie pluvieuse et grasse », « la Normandie pluvieuse et triste », était pour le moins contrastée. Les pages de Monsieur de Phocas, présentant, dans deux chapitres significativement intitulés « Le Refuge » et « Lasciate ogni speranza », une situation analogue, seront autrement complexes :

  • 14 Monsieur de Phocas, Paris, Ollendorff, 1901, p. 304-305.

Oui, il me faut retourner à Fréneuse ! J’échapperai ainsi à Paris, à son atmosphère délétère et néfaste, […] Paris qui me corrode, Paris qui me déprave et m’épouvante […].
Je le sens, c’est la crise sentimentale qui continue. Mais il faut à tout prix que je parte : Fréneuse seul peut m’être le salut14.

  • 15 Ibid., p. 309.
  • 16 Ibid., p. 315.
  • 17 Ibid., p. 321.

16Crise sentimentale, influence corruptrice de Paris : Sargis et Phocas sont dans une situation analogue, Les Pelures et Monsieur de Phocas mettent en scène le même drame. Ici, « les hautes falaises qui reverdissent, rajeunies par les pluies » (Les Pelures) ; là, « Un bain de verdure, un bain de rosée » (Monsieur de Phocas). Mais la résolution de la crise est bien différente. Si le Sargis des Pelures ne doute pas d’y trouver le calme auprès d’une mère vivante, Phocas ne dit que sa désillusion et son pessimisme dans le souvenir d’une mère morte. Ce sont aussi ceux de Lorrain : « J’y suis revenu dans l’espoir de la guérison et je n’y ai trouvé que l’ennui. »15 Même la nature s’inverse. Dans Les Pelures, Avril est « le plus joli mois de l’année » ; dans Phocas, « comme ce pays est laid et triste en avril ». Au « vent de suroît de la côte et de Nord Ouest », vivifiant, s’oppose « la bise aigre et la menace d’un ciel éternellement couvert »16. Ici (Les Pelures), la fraîcheur réconforte ; là (Phocas), elle glace. Ici (Les Pelures), le printemps tardif est source de plaisir ; là (Phocas), source de tristesse. De cette Normandie à deux visages, le roman de jeunesse présente un aspect souriant et salvateur ; le roman de la maturité offrira au contraire une vision sinistre et quasi dantesque. On ne peut s’empêcher de penser que Les Pelures, tentative inaboutie, a peut-être lointainement servi, par contraste, à la genèse de Monsieur de Phocas. Le mouvement des deux romans est inverse : « Mes malles sont bouclées. Dans une heure, j’aurai quitté Fréneuse. »17 Et dans Les Pelures : « le temps de faire sa valise, de télégraphier là-bas, au village », « et vlan, voilà les valises, les malles au milieu de l’atelier ». À rebours du sens huÿsmansien, « là-bas » signifie loin du gouffre parisien. Joie du départ (1885), nostalgie du retour (1901).

17Lorrain se fait donc dans ce roman l’historien d’une certaine classe sociale, l’historien des déclassés. À en juger par les chapitres écrits, l’intrigue semblait réduite au strict minimum. La description des milieux, des fêtes et des réceptions surtout, l’emporte. Luxe factice, cachant une misère réelle ; un chapitre entier est consacré à la peinture de la dèche, d’une existence faite d’expédients, de billets escomptés, de crédit refusé, d’aumônes déguisées, du personnel mal payé, des réclamations de créanciers et de fournisseurs, de la hantise des fins de mois et du terme. Lorrain décrit ainsi un maigre repas chez madame Hasberg : charcuterie, chère médiocre (pommes de terre et os de mouton), mauvais vin, tandis que le dernier louis quémandé à une tante sert, pour faire bonne figure, à offrir un déjeuner à une visiteuse inattendue. Le roman prend un aspect documentaire et quasiment sociologique, dégageant au détour d’une page les lois qui régissent cette catégorie en marge de la société :

D’ailleurs les Pelures ont cela pour elles qu’elles forment une association de secours mutuel véritablement touchante. Quand l’une d’elles se fait par trop vieille et se décide à remiser, à moins d’être par trop pauvre et d’avoir par trop mal dirigé ses affaires, elle reçoit les autres. Maternelles, quand elles ne couchent plus, elles donnent à coucher, leur[s] salon[s] devient un bosquet, mais un bosquet de Bondy, où l’on dévalise.

  • 18 Sonyeuse, p. 284-285.
  • 19 Ibid., p. 290.

18Ce caractère didactique du roman de Lorrain trouve une confirmation ultérieure. Non content, dans la nouvelle déjà citée « Guide Moral Conty », de proposer une longue définition des « Pelures », Lorrain y reprend en fait, souvent de façon littérale, toute une partie d’un chapitre de son roman de jeunesse. Lorrain s’y dit « professeur »18, donne une « consultation »19, propose en fait, moins un récit fictif qu’un « guide moral ». Il a simplement changé les noms. Sargis, dans Les Pelures, devient Moritz, dans la nouvelle ; Dardel, dans Les Pelures, est le scripteur à la première personne, dans la nouvelle ; Mme Azamble, dans Les Pelures, devient Mme Arnheim, dans la nouvelle. Le « roman de mœurs parisiennes » de 1886 est devenu « Soirs de Paris » en 1891. Mais les détails, péripéties, dialogues sont restés les mêmes. Lorrain réutilise même des expressions tirées de son roman, le « Salon des Refusés » et « la pelure des pelures », pour l’appliquer à « la vieille Armadzi », qui a pris la place de la princesse Inioli dans le roman. En empruntant méticuleusement pour sa nouvelle de 1891 des pages des Pelures, en faisant de celle-là la dernière et donc la conclusion de son volume, Lorrain montre qu’il n’avait pas oublié, six ans après, son effort de jeunesse, ni le ton particulier qu’il y avait mis. Plus tard, le fantasme prendra le pas sur le document, et les coins de Byzance éclipseront les coins de Paris. La part antiphrastique de la Normandie dans Les Pelures, que l’on a vue exemplaire à cet égard, montre bien les ambitions du jeune Lorrain de figurer, à côté des Maizeroy et des Champsaur, parmi les historiographes romanesques de la capitale corrompue.

Notes

1 Jean Lorrain, Correspondance, Paris, Baudinière, 1929, p. 91.

2 Jean Lorrain, 68 Lettres à Edmond Magnier, Paris, Impr. Julien Crémieu, 1909, p. 14.

3 Collection particulière.

4 Bien que Très Russe soit proposé comme « Roman parisien » sur la quatrième de couverture de l’édition originale.

5 Jean Lorrain, Sonyeuse, Paris, Charpentier, 1891, « Guide Moral Conty », p. 285-286.

6 « La Plus Belle du Palais », L’Écho de Paris, 10 octobre 1894. Le « chroniqueur » dont il est question est mentionné dans « Guide Moral Conty » : « Pelure, oui, Pelure, c’est un nom qu’a mis jadis en vogue une chronique de Bachaumont dans le sport » (loc. cit., p. 284). Deux journalistes ont écrit sous ce pseudonyme : Julien Lemer (1815-1893), et Théodore de Grave (1828- ?).

7 Voir, par exemple, le portrait de la marquise de Sarlèze en cigogne (Monsieur de Phocas, Paris, Ollendorff, 1901, p. 81).

8 Voir la lettre de Jean Lorrain à Maurice Barrès, juin 1885 ; dans Jean Lorrain Correspondances, éd. établie, présentée et annotée par Jean de Palacio, Paris, Champion, 2006, « Bibliothèque des Correspondances », p. 33.

9 Joséphin Péladan, Curieuse !, Paris, Laurent, 1886.

10 René Maizeroy, Deux Amies, Paris, Havard, 1885. Il y a aussi, dans Les Pelures, une Eva Moïnoff. Même nom, même prénom. Qui a emprunté à l’autre ? Au vu de la date de publication du roman de Maizeroy, force est de penser que le plagiaire est plutôt Lorrain. De plus, on trouve dans le roman de Maizeroy, sans qu’il prononce le mot de « Pelures », la peinture d’une société analogue, où évolue M. Wasili Moïnoff, ancien marchand de chapeaux de Moscou, père d’Eva : « On les accepta bientôt et ils prirent rang parmi cette société interlope et bruyante qui mène la mode, qu’on prône louangeusement dans les échos mondains et qui se faufile, s’insinue partout, prodiguant ses invitations et tenant comme des tables d’hôte ouvertes à qui veut se présenter. Drôle de bohème envahissante et attirante dont les femmes, avec leur beauté subtile, leurs extravagantes toilettes, leurs cheveux éblouissants, vous retiennent et vous forcent à revenir une fois, deux fois, toujours, vous mettent un bandeau sur les yeux, vous empêchent de voir combien leurs maris sont ridicules et communs, et ont inventé la plus sensuelle des valses et la plus jolie des coiffures, – celle qui découvre la nuque et voile le front jusqu’aux cils comme d’une résille d’or ! » (Deux Amies, p. 26-27). Si Maizeroy a l’avantage chronologique, on voit que l’avantage stylistique est du côté de Lorrain ! Mais il y a des rencontres : Maizeroy qualifie Eva Moïnoff de « cette virginité avariée » (Deux Amies, p. 270), ce qui ne l’empêche pas de trouver preneur et de devenir « à peu près une honnête femme » (ibid., p. 282). Celle de Lorrain se compromet avec un prince italien douteux. Lorrain parlera, en 1891, de « jeunes filles avariées ».

11 Armand Silvestre, La Kosake, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1894. La mythologie de la Roussalka a fait beaucoup pour la fortune de cette figure.

12 Marie-France David-de Palacio, « Coins de Rome... et de Byzance : la référence à l’antiquité chez Jean Lorrain ».

13 La comparaison avec Babylone, et l’opposition Paris/Normandie, sont à l’époque devenues un cliché que l’on retrouve même outre-Manche. Un roman de Marie Corelli met en scène un prélat quittant Rouen pour regagner Paris « […] through the smiling peace of Normandy pasture-lands on towards the brilliant “city enthroned in wickedness” which sparkles like a jewel on the borders of the Seine as gloriously as ever Babylon sparkled on the shores of Euphrates. As godless, as hollow to the very core of rottenness, as her sister of ancient days, wanton Lutetia shines, – with a ghastly and unnatural lustre as of phosphorescent luminance arising from old graves; and as divinely determined as the destruction of the old-time city splendid, is the approaching downfall of the modern capital. To the inhabitants of Rouen, the very name of Paris carries with it a kind of awe, – […] for Paris is a witches’ cauldron […] (Marie Corelli, The Master-Christian, London, Methuen, 1900, p. 88). Elle ajoute: « Her men are dissolute, – her women shameless – her youth of both sexes depraved, – her laws are corrupt – her arts decadent – her religion dead » (ibid., p. 89-90).

14 Monsieur de Phocas, Paris, Ollendorff, 1901, p. 304-305.

15 Ibid., p. 309.

16 Ibid., p. 315.

17 Ibid., p. 321.

18 Sonyeuse, p. 284-285.

19 Ibid., p. 290.

Auteur

Université de Paris IV
Professeur émérite à la Sorbonne, a consacré à l’esprit fin-de-siècle et à la notion de décadence un ensemble de travaux, parmi lesquels Pierrot fin de siècle (Séguier, 1990), Les Perversions du merveilleux (Séguier, 1993), Figures et formes de la décadence [1re série] (Séguier, 1994), Les Métamorphoses de Psyché (Atlantica-Séguier, 2000), Figures et formes de la décadence [2e série] (Atlantica-Séguier, 2000), Le Silence du texte (Peeters, 2003). Il a récemment publié une édition des Correspondances de Jean Lorrain (Champion, 2006). Autour du Naturalisme, il a composé, pour Les Cahiers Naturalistes, des dossiers sur les écrivains du groupe de Médan (Paul Alexis, 1987 ; Léon Hennique, 1997), rédigé le catalogue de l’exposition Lucien Descaves (2005-2006), et prépare une édition des lettres de Lucien Descaves à son père.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search