Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

La gestion des manoirs anglais de l’abbaye du Bec (fin du XIIIe - début du XIVe siècle)

R. Delatouche

Texte intégral

  • 1 B.H. Slicher Van Bath, Yield ratios (810-1820), A.A.C., Wageningen, 1963, 264 pp. 

1Pour la connaissance de l’agriculture médiévale, les comptes manoriaux anglais, principalement ecclésiastiques, sont très largement utilisés. Précis, abondants, continus, ils offrent à l’historien une documentation tentante. Les rendements qu’on en tire exercent une influence prépondérante dans l’établissement des moyennes1, sur l’évaluation de la productivité. La France n’ayant à peu près rien qui leur soit comparable, on lui étendrait facilement les résultats qu’ils expriment. La réputation agronomique des Anglais, le prestige monastique inviteraient plutôt, en cours de transposition, à minorer l’impression qu’ils dégagent.

  • 2 Marjorie Chibnall, Select documents of the English lands of the Abbey of Bee, Londres, 1951, XVII-2 (...)

2En 1951, Mme Marjorie Chibnall a édité partiellement les comptes de quinze manoirs appartenant à l’abbaye normande du Bec2. Son livre contient les comptes résumés de chaque manoir pour la campagne 1288-1289 ; les comptes détaillés de Blakenham pour les trois années 1297-1300, et de Combe pour les deux années 1306-1308.

3Nous examinerons ici quelle agriculture ils traduisent et si ce modèle est représentatif de l’agriculture contemporaine, spécialement française.

  • 3 Raymond Delatouche, Importance relative des divers produits agricoles dans le « Gros brief » de Fla (...)

4Nos conditions de travail ne nous ont pas permis de caractériser comme il eût convenu chaque manoir, en particulier du point de vue géographique. Faute de pouvoir mieux faire, nous avons pris le document tel que le présente Mme Chibnall et l’avons traité, comme antérieurement le « Gros brief » flamand de 1187 ou le rouleau de la dame d’Olivet3, à la manière d’un comptable chargé de donner son avis sur les chiffres qu’on lui présente.

5L’époque concernée, point culminant en Occident de la courbe médiévale, est caractérisée par un niveau agronomique élevé. Les légumineuses sont introduites progressivement dans l’assolement. En Angleterre spécialement, le vieil idéal autarcique s’efface peu à peu devant les préoccupations commerciales ; l’antique polyculture, devant un début de spécialisation (laine, orge).

  • 4 Pour ce calcul, nous avons utilisé les densités suivantes, en « bushels » à l’acre : froment, 1,5 - (...)

6Les comptes de 1288-89 sont le résultat de la visite exécutée du 8 octobre au 10 décembre 1290 conformément à l’itinéraire suivant, se déroulant, du nord au sud, en Angleterre centrale ; nous avons indiqué, pour chaque manoir, la surface de son ensemencé et le revenu brut à l’acre ensemencé4.

8 octobre :

Cottisford (400 acres ; 1,1 s.).

11 …. :

Atherstone, Leicester (424 ; 0,36 s.).

14 .... :

Weedon, Northampton (609 ; 1,2 s.).

17 .... :

Swyncombe (606 ; 0,42 s.).

18 …. :

Bledlow (404 ; 1,8 s.), où sont rendus aussi les comptes de Swyncombe et Wantage.

21 …. :

Ruislip, Middlesex (1258 ; 0,7 s.).

26 …. :

Dunton (pas de compte).

29 .... :

Wretham (435 ; 1,8 s.), où sont rendus également les comptes de Lesingham, Suffolk (441 ; 0,55 s.) et Blakenham, Suffolk (362 ; 2 s.).

5 novembre :

Tooting (pas de compte).

10 .... :

Preston (d°).

23 .... :

Wantage, au sud d’Oxford (269 ; 5 s.).

28 .... :

Hungerford, Berkshire (170 ; 1,5 s.) où est rendu en outre le compte de Combe, North Hampshire Downs (453 ; 1,7 s.).

5 décembre :

Monxton (459 ; 1,3 s.) et Quarley (604 ; 1,4 s.).

9 .... :

Milburne d’où est daté le compte de

10 .... :

Povington (387 ; 0,75 s.).

I) Vues générales

7En dehors de leur situation géographique, les quinze manoirs peuvent se classer de points de vue différents.

81. D’après la production dominante. Tous les manoirs associent la polyculture à l’élevage. Globalement les recettes s’échelonnent de la façon suivante :

  • 5 R. Delatouche, Le « Gros brief », flamand de 1187 et quelques comptes bas-manceaux des XIVe, XVIe e (...)

9soit 68 % de produits végétaux et 32 % de produits animaux. La proportion des produits animaux est élevée par rapport à ce que nous avons constaté en Flandre et en France, où elle se situait aux environs de 20 %5. Cette particularité anglaise est due à la laine et aussi, comme on le verra, aux faibles rendements céréaliers.

Froment

35 %

Laines et peaux

20,5 %

Orge

17,5 %

Bétail

9,7 %

Paille, herbe et foin

5,2 %

Seigle

3,5 %

Dragée (mélange d’orge-avoine)

2,9 %

Légumineuses

2,2 %

Avoine

1,2 %

Produits laitiers

1,2 %

Volailles

0,65 %

Cidre et vinaigre

0,3 %

10A l’intérieur de cette moyenne, on discerne une spécialisation représentée par les deux extrêmes : d’une part Cottisford et Swyncombe, vers le nord, où la laine et les peaux constituent respectivement 90 et 48 % de la recette, les végétaux, 2 et 30 % ; d’autre part, plus au sud, un groupe de six manoirs céréaliers (Bledlow, Ruislip, Wantage, Lesingham, Blakenham, Hungerford) qui fournissent les 4/9 de la recette totale et où les végétaux - froment, orge, du seigle à Blakenham - forment de 82 à 93 % de cette recette. Dans les sept autres manoirs le pourcentage des végétaux s’échelonnent entre 54 % (Weedon) et 70 % (Povington).

112. La recette brute totale - en produits agricoles - étant de 452 livres, la moyenne ressort à 30 livres. Pour Wantage elle atteint presque 67 l. ; elle est de 8 l. seulement pour Atherstone - 1 à 8,4. Entre ces extrêmes, sept manoirs se situent entre 45 et 30 (en ordre décroissant, Ruislip, Quarley, Wretham, Combe, Weedom, Bledlow, Blackenham) ; deux entre 30 et 20 (Monxton et Cottisford) ; quatre entre 15 et 10 (Povington, Swyncombe, Hungerford, Lesingham).

123. La dispersion n’est pas moindre - 1 à 7,4 - si l’on considère la surface ensemencée de chaque manoir, seule donnée superficielle que l’on puisse déduire du compte. Sur les 7 300 acres semées, on calculera une moyenne de 485. Ruislip vient en tête avec 1 248, Hungerford en queue avec 170.

13L’ordre suivant la recette différant largement de la succession d’après les superficies arables, on se doute que le revenu à l’acre ensemencé variera dans des proportions beaucoup plus considérables. II s’échelonne entre 5 s. à Wantage et 0,36 à Atherstone - 1 à 14 ; 1,3 de moyenne.

14Evidemment, il ne s’agit que d’une seule année. Des changements exceptionnels d’assolement sont possibles. Cela pourrait expliquer la performance extraordinaire de Wantage s’accompagnant d’un rapport anormal entre la récolte de l’année précédente et la semence utilisée pour l’année suivante : 15,4/1 en froment ; 21,8/1 en orge. La bonne qualité du terroir ne suffit pas à en rendre compte.

  • 6 Chiffre calculé sur les comptes étudiés par Francis Gardiner Davenport, The Economie Development of (...)

15Il y a les différences de sol : Atherstone et Ruislip manquent de calcaire. Mais il y a aussi la gestion, ainsi que l’on en peut juger par les trois manoirs comparables de Blackenham, Wretham et Lesingham : les recettes à l’acre des deux premiers - 2 s. - sont avec celle du troisième - 0,5 s. - dans le rapport de 4 à 1. De ces trois manoirs on rapprochera Forncett, manoir du comte de Norfolk, qui rapporte brut, en 1289-90, 3,9 s. à l’acre ensemencée, soit trois fois la moyenne des propriétés du Bec6.

16Il est très difficile de dégager le revenu net ; les dépenses d’exploitation s’enchevêtrent avec des frais qui n’ont rien à voir avec la culture. En soustrayant des recettes brutes les « dépenses de la maison », on arrive pour l’ensemble à un total de 200 livres, soit 44 % du brut. Trois manoirs sont en déficit : de 48 %, Ruislip, le plus grand ; de 50 %, Atherstone ; de 133 %, Swyncombe. Et cela en ne tenant pas compte de la valeur du travail obtenu, sans bourse délier, des tenanciers.

17Le revenu net moyen - à l’acre ensemencée - tombe à 0,57 s., alors que Walter de Henley estime à 5 s. le rendement d’un acre de pré consacré à l’élevage de vaches. Les prés rapportent alors largement plus que les terres arables. Une telle différence - 1 à 8,7 - est toutefois aberrante.

  • 7 Charles Higounet, La Grange de Vaulerent, Paris, 1965, 71 pp. 
  • 8 Michel Bur, Aux origines du fermage. L’exemple du chapitre cathédral de Meaux, dans Revue du Nord, (...)
  • 9 R. Delatouche, Notes agricoles sur le « Veil Rentier » d’Audenarde (vers 1275), à paraître dans le (...)

18Le résultat des domaines du Bec paraît encore plus lamentable quand on le compare aux fermages obtenus dans les mêmes temps, sur le continent, et pour la totalité de la surface louée. 0,57 s., c’est la valeur cette année-là, au cours pratiqué par les manoirs, de deux boisseaux de froment, 72 litres à l’acre, 1,35 quintal à l’hectare ; dans l’hypothèse d’un assolement triennal, 0,9 quintal à l’hectare de surface arable totale. Quelques années plus tard - 1315 - le fermier de la grange de Vaulerent, dans la région parisienne, paie 6 quintaux de froment et 1,3 quintal d’avoine7 ; à la même époque, des fermiers de Meaux, 6 qx de froment8. En 1275, les locataires du sire d’Audenarde, jusqu’à 6 et 8 qx de froment, ou encore 6 qx d’avoine9. Et pour prendre une région moins riche, le Bas-Maine, la Tisonnière rapporte net à la dame d’Olivet 2,2 quintaux de seigle3.

19Rien d’étonnant à ce que le propriétaire lointain se dégoûte, en Angleterre, du faire-valoir direct.

II) La culture

20Le froment prédomine largement parmi les céréales d’hiver ; il est présent dans toutes les ventes, sauf à Cottisford et à Wretham. Il n’est vendu de seigle qu’à Blakenham, Weedon et surtout Wretham (24 % de la recette).

21L’avoine- ou la dragée - est bien entendu partout - 41 % de l’ensemencé global quoique ne figurant à peu près pas dans les recettes. Elle occupe de 50 à 67 % de la surface à mesure que s’étend l’élevage du mouton. Elle tombe par contre aux environs de 30 % là où l’orge la supplante.

22Un « continental » sera frappé par l’importance de l’orge quand le sol est suffisamment calcaire : Ruislip n’en a à peu près pas. Dans les onze manoirs des comtés d’Oxford, Suffolk, Berk et Hants, elle occupe 25 % de l’ensemencé, contre 19 % au froment et 10 % aux seigle, mancorn (méteil ?), bericorn (peut-être variété d’orge). A Wretham, la proportion monte à 42,5 %, contre 15 % de seigle. Céréale de printemps, l’orge est prise sur l’avoine, mais aussi souvent sur la sole des blés d’hiver.

23Les légumineuses - pois, fèves, vesces, lentilles - couvrent globalement 9 % de l’ensemencé. Toutefois dans six manoirs, il y en a seulement de 0 à 5 % : on peut alors considérer qu’elles sont cultivées uniquement pour l’alimentation humaine ou animale, sans préoccupation de fertilisation. Dans trois seulement, elles semblent entrées dans l’assolement : Wantage (15 %), Atherstone (17 %) et surtout Lesingham (25 %), apparemment le meilleur manoir et deux très mauvais. Faut-il y voir, pour ces derniers, un effort de redressement ? En tous les cas, aucune politique d’ensemble ne peut être remarquée : à côté de Lesingham, Wretham et Blakenham n’en font respectivement que 3,7 et 4 %.

24Aucune évolution progressive non plus, là où elle serait décelable : Combe ne fait pas de légumineuses en 1288 ; il n’en fait pas davantage en 1306 et 1307. Blakenham en sème 4 % en 1288 ; il en ensemence encore moins dix ans plus tard.

  • 10 J. A. Raftis, The Estates of Ramsey Abbey, Toronto, 1957, XVII - 341 pp. 

25À titre de comparaison, les manoirs de l’abbaye de Ramsey paraissent en situation un peu meilleure : vers 1300, le pourcentage de légumineuses oscille entre 9 et 18 % des semences totales, contre 2 à 7 %, cinquante ans plus tôt, pour atteindre 20 à 30 % vers 135010. Sur le manoir laïque de Forncett, le progrès est beaucoup plus marqué : dès 1273, la répartition superficielle est la suivante : froment, 24 % ; orge, 35 % avoine, 22 % ; légumineuses, 18 %.

  • 11 Jules-Marie Richard, Thierry d’Hireçon, agriculteur artésien (13..-1328), dans Bibliothèque de l’Ec (...)

26Sur le continent, dans les années 1320, les domaines de Thierry d’Hireçon surclassent nettement les exemples anglais : les légumineuses occupent 70 à 75 % de la sole de printemps, 35 % de l’ensemencé total11.

27Dernière remarque qui fera sursauter un agriculteur traditionnel, alors que le fumier, et par conséquent l’élevage, conditionnent le succès cultural, il est de pratique courante de vendre de la paille, du foin, l’usage de pâtures : 5,5 % de la recette globale, 11 % à Weedon, 12 % à Lesingham, 18 à Atherstone, 30 % à Blakenham où la densité de cheptel vif est très insuffisante - 0,33 « équivalent bovin » à l’hectare arable contre 0,6 à 0,9 à l’hectare de surface totale dans le Bas-Maine3.

28Et cette méthode, si sévèrement proscrite par tous les baux à ferme de tous les temps et de tous les pays, on s’y tient fidèlement à Blakenham : 20 % en 1297-98 ; 32 % en 98-99 ; 23 % en 1299-1300.

29On y sent l’intendant nonchalant et timoré, insoucieux de l’avenir et de l’équilibre du sol, préoccupé seulement de présenter chaque année, sans « histoires », du net à un surintendant qui borne lui-même son attention à la régularité des comptes.

30Evidemment louer 61 d. l’acre une terre qui vaut 11 1/2 s. - 44,5 % - alors que les experts ne vous en promettent que 60 d. avec l’élevage, c’est de l’argent facilement gagné.

31La preuve que les paysans du voisinage raisonnent plus sainement et travaillent plus intelligemment, c’est justement ce prix élevé qu’ils consentent à payer : 5 qx de froment à l’hectare. Le sire d’Audenarde réussit encore mieux - 8,6 qx mais, lui, n’a pas gardé de labours en faire-valoir direct9.

III) Les rendements céréaliers

32Les comptes de 1288-89 ne permettent pas de les calculer avec précision. Ils donnent la récolte de la campagne précédente et les semences prélevées pour la campagne suivante : les surfaces consacrées à chaque céréale varient d’une année à l’autre. Pour les quinze manoirs, toutefois, on peut estimer que les différences se compensent. Combe (1306-1308) donne par contre le rendement exact.

  • 12 Michel Morineau, Les faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en Franc (...)
  • 13 On sait l’influence dépressive exercée par l’inventaire d’Annapes sur le niveau de vie carolingien (...)

33Le tableau ci-dessous présente le résultat obtenu, avec en parallèle les normes de Walter de Henley (vers 1280), la moyenne de Forncett de 1290 à 1306, celle que nous avons pu calculer à la même époque sur les manoirs de Ramsey, la moyenne de Roquetoire (1319-1327) et de Gosnay (1333-1336), en Artois11 ; un des rares rendements paysans que nous connaisssions : celui d’Onnaing, près de Valenciennes (1406-145012). Nous y avons ajouté, par curiosité, le résultat de Porzano (905-90613). Là où nous connaissions la densité de semence, nous indiquons la correspondance en quintaux à l’hectare :

34A première vue, le Bec ne semble pas si mal placé, en Angleterre du moins, s’il n’y avait Combe pour nous donner une idée de la densité de semence utilisée sur un de ses manoirs. Alors que Walter de Henley indique de 136 à 162 kg de froment à l’hectare, 180 kg d’orge, 216 kg d’avoine ; que Forncett se tient à 136 kg de froment, les densités respectives de Combe sont de 98-82,5-97 kg.

35Calculée sur la même densité, la moyenne de Blakenham, pour les trois campagnes 1297-1300, ressort à 3,95 qx pour le froment ; 2,25 pour l’orge ; 1,7 pour l’avoine. La recette brute y est de 1,7 s. par acre ensemencée ; la recette nette, de 1,2 s. - 77 kg de froment à l’hectare ensemencé. Tout cela est logique : on ne peut à la fois vendre les engrais et engranger de grosses récoltes. Remarquons sans plus que le Porzano carolingien surclasse le Blakenham de 1300.

IV) L’élevage

36L’élevage ne nous réserve pas plus de satisfaction. Le compte de 1288-89 est muet sur les inventaires de bétail ; les ventes d’animaux (9,7 % de la recette) concernent principalement des bêtes de réforme.

  • 14 A Cottisford, en 1288-9, une peau lainée vaut 5 2/3 d. et une peau tondue, 1/2 d. ; à Weedom, 9 d. (...)

37Les ventes de laine et de peaux, toutefois, permettent un aperçu de l’importance des troupeaux. A 5 d. la peau ou la toison, il y aurait un millier d’adultes à Cottisford, spécialisé en la matière14. Parmi les manoirs céréaliers, seuls Wantage et Ruislip auraient de 150 à 250 têtes ; les autres n’ont que quelques unités, une quarantaine tout au plus. Dans l’entre-deux, le troupeau moyen du manoir moyen serait de l’ordre de 5 à 600.

38Pour pénétrer plus avant, il faut recourir aux comptes de Blakenham et Combe.

39Blakenham avait une demi-douzaine de moutons en 1289. Un effort a été fait par la suite : 41 en 1297. C’est un échec : 13 en 1298 ; 6 en 1299, qu’on liquide. On n’en trouve plus en 1300. L’élevage du mouton est en effet aléatoire. Combe en fournit la preuve. Son troupeau, en 1306, est en notable progrès : 1.200 têtes, dont 500 brebis. Naissent seulement 360 agneaux (72 %) ; on en achète 24. Sur ces 384, il en crève 223 et 9 se révèlent débiles - 63 % de déchet. Sur 100 agneaux d’un an, 52 meurent avant la tonte. Des 488 mères, 63 périssent - 13 %. On vend 50 brebis de réforme. De même qu’on avait dû acheter à l’extérieur 24 agneaux, on se procure 16 mères. La perte est de 29 % de l’effectif total, contre 9 % dans les métairies d’Olivet.

40Le cas n’est pas isolé. A Quarley, à Monxton, la mortalité est faible ; il est vendu des agneaux. Mais à Wretham, les peaux entrent pour 21 % dans la recette lainière ; pour 36 % à Cottisford.

41Combe et Blakenham possèdent 10 chevaux ou juments de charrette ou de charrue. Chaque année naissent un ou deux poulains qui ne suffisent pas à la remonte, toujours en raison de la mortalité. On garde les adultes jusqu’à épuisement et on achète à peu près autant de jeunes que l’on vend de vieux.

42Les labours sont effectués par les bœufs, seuls ou avec des chevaux : 10 bœufs à Blakenham, 30 à Combe, conservés eux aussi jusqu’à l’extrême limite, à moins qu’entre-temps ils n’aient fini in morina.

43Les 12 vaches de chacun des deux manoirs assurent en principe le renouvellement. Fécondité excellente à Blakenham - 100 % - désastreuse à Combe - 50 %. Mais Blakenham ne profite pas de cette chance pour accroître sans mise de fonds son cheptel si déficient, alors qu’il a du fourrage à vendre : il vend chaque année de 7 à 9 veaux de moins d’un an, ce qui est un comble.

44Les produits laitiers tiennent une place négligeable dans la recette globale - 1,2 % en 1288-89. Cette année-là Combe doit même acheter pour 4 1. 10 s. de fromage. Plus heureux en 1307-08, il en vend alors pour 2 1. 12 s. ; il est vrai qu’il a des brebis.

45A Blakenham qui n’en a pas, les 12 vaches fournissent pour à peu près 1 l. de fromage par an, soit 20 d. par vache. Nous sommes loin des 52 d. requis par Walter de Henley, des 51 d. obtenus en moyenne à Forncett.

  • 15 Warren O. Ault, The village church and the village community in mediaeval England dans Speculum, av (...)

46Les vaches du Bec, en 1300, rapportent moins qu’en 1210, les vaches paroissiales de Malden (Surrey), ces vaches immortelles toujours en service en 1293. Léguées à la paroisse pour une valeur de 9 s. pièce, elles n’ont cessé, depuis cette date, d’être louées 27 d. par an à des paysans, à charge de rendre en fin de bail des vaches équivalentes à celles qu’ils ont reçues. Et ces paysans réussissent à se constituer à la fois un revenu et un cheptel, les veaux leur demeurant acquis, tout en assurant à la paroisse la rétribution à 25 % et la pérennité de son capital15.

47Exemple de plus de la supériorité de l’élevage paysan, fondé sur l’intérêt personnel. Walter de Henley le sait bien : il se méfie de ces prévôts et de ces sergents « qui malmènent et dévorent et gâtent le lait ». Mieux vaut, dit-il, mettre la vache à ferme, à 42 d. plus la dîme. Le propriétaire de Forncett y vient en 1300 : c’est un forfait de 54 d. -en augmentation de 3 d. sur la recette précédente - qu’il obtient de son vacher, responsable et bénéficiaire de la conduite des vaches.

48La porcherie est aussi indigente ; elle est en rapport, non avec l’étendue de l’exploitation, mais avec les besoins de la maison, multipliés par deux. A Combe, un verrat et deux truies - comme sur les autres manoirs du Bec à en juger par les sorties, comme aussi sur les manoirs de Ramsey - une trentaine de porcs en tout. Chaque année, on en met 10 au charnier, on en vend 10. De cette façon, le propriétaire n’a pas à se plaindre, alors surtout que 40 boisseaux de seigle ont été distraits de la vente pour parfaire l’engraissement. Cette préoccupation d’honnête médiocrité est générale : sur la plupart des manoirs, le prix des porcs vendus avoisine la valeur des légumineuses ou des céréales utilisées pour la nourriture de l’ensemble, qu’il soit tué pour la maison ou expédié.

49L’intendant de Forncett est plus astucieux : lorsque le bas prix des céréales rend l’opération intéressante, il achète une centaine de porcs maigres à engraisser ; quand le cours des blés est élevé, il s’abstient.

  • 16 W. de Henley estime qu’une poule doit donner 115 oeufs et 7 poussins, soit une couvée de 13 oeufs, (...)

50A cette époque où les oeufs tiennent une telle place dans l’alimentation, où la productivité des poules est excellente16, l’insignifiance de la basse-cour - 0,65 % de la recette - n’a d’égal que la minutie de sa comptabilité. Combe dénombre 1 coq et 5 poules, lesquelles ont eu 16 poussins - quel pitoyable coq ! - dont 3 sont morts ; 40 chapons, dont 4 sont morts, 8 ont été mangés, 16 vendus, remanent 12 ; un jars et 3 oies qui ont eu 13 petits. A en juger par leurs livraisons, les tenanciers sont plus soigneux. Seuls les pigeons, qui s’élèvent tout seuls, paraissent prospères : 292 ont été vendus, 28 mangés.

***

  • 17 Ferdinand Lot, L’Etat des paroisses et des feux de 1328 dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t (...)

51Ces extraits des comptes anglais du Bec, autour des années 1300, expriment bien une agriculture « arriérée », pour user du qualificatif dont Ferdinant Lot caractérise l’agriculture française des environs de 132817.

52Les résultats sont ceux que peut attendre un propriétaire lointain - physiquement, et sans doute aussi moralement - de domaines aux mains d’intendants indifférents, paralysés plus que contrôlés par des règles minutieuses ; de terres travaillées par des salariés, ou des corvéables plus soucieux de leur tenure personnelle que de la réserve du maître.

  • 18 J.A. Raftis, c.-r. de J.Z. Titow, English rural Society (1200-1350), Londres, 1969, dans Speculum, (...)

53Chemin faisant, nous avons noté la supériorité manifeste de quelques exemples français, voire anglais. En Angleterre même, la gestion du Bec ne saurait avoir valeur représentative. Force est de supposer des troupeaux mieux conduits pour procurer la remonte que les manoirs ne peuvent s’assurer, plus rentables pour justifier des loyers de pâture si chers ; des rendements bien supérieurs qui permettent aux petits tenanciers, non seulement de subsister, de se maintenir à travers les générations, mais de prospérer et de s’élever18. Le mercenaire s’efface devant le pasteur cujus oves sunt propriae ; le grand domaine, devant l’humble ferme paysanne.

  • 19 René Grandamy, Etude sur les prix des céréales depuis cinq siècles et Prix des aliments et histoire (...)

54Et en France largement entendue, il a fallu une tout autre productivité pour amener la société médiévale à se développer, avec le niveau de population qui, au XVIIIe, l’aura conduite à un sous-développement persistant jusqu’en plein milieu du XIXe siècle19.

  • 20 R.S. Lopez, The commercial Revolution of the Middle Ages (950-1350), Englewood Cliffs, New-Jersey, (...)
  • 21 Robert Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris et Louvain (...)
  • 22 Pas plus qu’un rapport de 1,6/1 n’aurait permis même de survivre, si faméliques qu’on les suppose, (...)

55« Pour la première fois de l’histoire, écrit R.S. Lopez, une société sous-développée réussit à se développer elle-même, surtout par ses propres efforts20 ». Manifesté par la renaissance urbaine, l’expansion commerciale - pensons à Bordeaux dépassant en 1308-9 son record exportateur de 1973 - et surtout la fabuleuse floraison de « cathédrales » édifices publics de luxe pur, ce développement a exigé un « produit net » considérable, pour emprunter la langue des physiocrates. Ce ne sont pas des rendements de 5 ou 6 qx/ha sur le tiers du sol arable qui eussent nourri la centaine d’habitants au kilomètre carré de la Picardie21, tout en permettant d’exporter des grains en Flandre, de la guède en Angleterre, et d’édifier la cathédrale d’Amiens et combien d’autres bâtiments22.

56Devant les pitoyables résultats de grands domaines, un de nos contemporains écrit : « Quid des petits cultivateurs aux moyens plus réduits encore ? Ce ne pouvait qu’être pire. » C’est là raisonner - et la remarque vaut aussi bien pour le IXe que pour le XIIIe - en théoricien occidental du XXe finissant, mais à l’inverse de toute l’expérience agronomique antérieure à la seule révolution agricole de l’histoire, celle que nous vivons.

  • 23 Hist. nat. XVII, 7.

57Il est difficile, à l’heure du bulldozer, d’imaginer que la plus large part de la terre de France a été « faite » à la houe. La mécanisation, la chimie, les antibiotiques - ironie du terme pour une activité vitale - « sans lesquels, au dire d’un expert, nos élevages industriels seraient des équarissages », ont estompé le facteur humain, prédominant en agriculture traditionnelle. Les anciens qui étaient sur place et jugeaient sur pièces pensaient tout autrement. Columelle oppose victorieusement les sept jugères de Licinius aux latifundia de son temps ; si le maître ne peut avoir l’œil à tout, dit-il, praedium censeo locandum. Pline l’Ancien, pour qui latifundia perdidere Italiam, constate le mauvais rendement de la main d’œuvre servile. « La terre se resserre avec une sorte d’indignation sous ces pieds enchaînés et ces mains liées qui la touchent23 ». Magon le Carthaginois, leur maître à tous, veut une ferme de taille humaine : si l’homme ne peut dominer le champ, c’est le champ qui dominera l’homme ; il redoute l’absence du maître : qui achète un domaine pour le cultiver, qu’il vende sa maison de ville.

  • 24 Dorothea Oschinsky, Walter of Henley and other Treatises on Estate Management and Accounting, Oxfor (...)
  • 25 R.A.L. Smith, Canterbury Cathedral Priory. A Study in Monastic Administration, Cambridge, 1969, XII (...)

58Les lords que l’espoir du profit a entraînés au faire-valoir par serviteurs interposés, ont dû subir bien des mécomptes, en dépit de leur « staff » savant - juriste du reste plus qu’agronome - qui n’est pas pour peu dans le prestige du « high farming ». Justement le statut de Westminster II (1285) vient de leur permettre l’emprisonnement expéditif des officiers fraudeurs24. Plus ou moins vite, au cours du XIVe siècle, dès 1314 à Canterbury25, ils vont revenir à ces « farmers » qui donnent à l’agriculture et aux agriculteurs anglais leurs noms génériques.

59Comme y sont venus à Vaulerent les Cisterciens, maîtres agriculteurs s’il en fut, lorsque se récusent les convers qui cultivaient avec le même soin qu’ils priaient.

  • 26 C.-r. Académie d’Agriculture de France, 1972.

60Aujourd’hui encore, comment les pays sous-développés peuvent-ils espérer sortir de leur disette ? Par l’agriculture de subsistance, pratiquée par des paysans propriétaires, répond Michel Cépède, le meilleur connaisseur en la matière26.

  • 27 Léo Verriest, Le polyptyque illustré dit « Veil Rentier » de messire Jehan de Pamele-Audenarde (ver (...)
  • 28 Arthur Young, Voyages en France (tr. Henri Sée), Paris, 1931, 3 t., pp. 209 et 1221.

61Ce n’est pas dans les comptes de Blakenham ou de Combe qu’il faut chercher les normes de notre agriculture médiévale. C’est bien plutôt sur ces lopins flamands, jardinés suivant une technique qu’illustrerait le « Veil Rentier » d’Audenarde27 et qui, toujours appliquée en 1788, arrache à Arthur Young ce cri d’admiration : « Le pouvoir magique de la propriété a changé le sable en or28 ».

Notes

1 B.H. Slicher Van Bath, Yield ratios (810-1820), A.A.C., Wageningen, 1963, 264 pp. 

2 Marjorie Chibnall, Select documents of the English lands of the Abbey of Bee, Londres, 1951, XVII-213 pp. 

3 Raymond Delatouche, Importance relative des divers produits agricoles dans le « Gros brief » de Flandre pour 1187 dans Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610), année 1968, Paris, Bibliothèque Nationale, 1971, pp. 19-31 ; Le rouleau de la dame d’Olivet (1335-1342) dans Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne, t. LXV, 1955.

4 Pour ce calcul, nous avons utilisé les densités suivantes, en « bushels » à l’acre : froment, 1,5 - seigle : 1,75 - orge : 2 - avoine : 2 - dragée : 1,5 - pois : 1.
Dans la conversion des mesures, faute d’une documentation plus précise, nous avons pris l’acre de 40 ares, le « bushel » de 36 litres ; comme poids spécifiques : 75 kg pour le froment ; 60 kg pour l’orge ; 50 kg pour l’avoine. Nous n’avons pu consulter M. Morgan, The English lands of the Abbey of Bec, Oxford, 1945.

5 R. Delatouche, Le « Gros brief », flamand de 1187 et quelques comptes bas-manceaux des XIVe, XVIe et XVIIIe siècles dans Bulletin de la C.H.A. de la Mayenne, nouvelle série, octobre-décembre 1969, no 24 (241), pp. 57-76.

6 Chiffre calculé sur les comptes étudiés par Francis Gardiner Davenport, The Economie Development of a Norfolk Manor (1086-1565), Cambridge, 1906, 105-CII pp. 

7 Charles Higounet, La Grange de Vaulerent, Paris, 1965, 71 pp. 

8 Michel Bur, Aux origines du fermage. L’exemple du chapitre cathédral de Meaux, dans Revue du Nord, janvier-mars 1967, pp. 5-22.

9 R. Delatouche, Notes agricoles sur le « Veil Rentier » d’Audenarde (vers 1275), à paraître dans le Bulletin philologique et historique, année 1970.
De même, dans le Polyptyque de 1280 de la cathédrale Saint-Lambert de Liège (éd. par Denise Van Derveeghde, Bruxelles, 1958, in-8°, 284 pp. ), on trouve des fermages de terre en épeautre de 4, 5, 7 et 7,6 qx/ha ; certains prés sont encore plus chers.

10 J. A. Raftis, The Estates of Ramsey Abbey, Toronto, 1957, XVII - 341 pp. 

11 Jules-Marie Richard, Thierry d’Hireçon, agriculteur artésien (13..-1328), dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1892, pp. 383-416 et 571-604.

12 Michel Morineau, Les faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en France au XVIIIe siècle, Paris, 1971, p. 128. Pour l’avoine, l’auteur donne 6,7 qx, chiffre anormalement bas par rapport à celui du froment. Toutefois M. Morineau a considéré que la mesure de froment était de même capacité que celle du même nom utilisé pour l’avoine, alors que ces mesures sont probablement dans le rapport 1/1,5, inverse des poids spécifiques.

13 On sait l’influence dépressive exercée par l’inventaire d’Annapes sur le niveau de vie carolingien tel que le décrit Gorges Duby dans L’économie rurale et la vie des campagnes de l’Occident médiéval. Estimant Annapes, tel qu’il le voit, confirmé par l’inventaire de Porzano, en Lombardie, tel qu’il l’interprète, G. Duby avance, pour l’époque carolingienne, un rendement de l’ordre de 1,6/1. Slicher Van Bath (p. 30) a heureusement corrigé le calcul sur Annapes dont le rendement se trouve porté à 2,7/1. De notre côté, nous avons fait sur Porzano les remarques suivantes : le mil qui se sème au 1/10 de la densité des gros blés et rend normalement 100/1, doit être exclu d’un calcul qui ne peut être que superficiel ; la surface retenue par G. Duby est la surface arable totale, et non la surface ensemencée qui n’en est que la moitié, à supposer un assolement biennal. Finalement on arrive, céréales d’hiver et de printemps confondues, au rapport de 2,65/1 et non de 1,6, ce qui correspond au redressement opéré par Slicher Van Bath pour Annapes. Si le rapport moyen est de 2,65/1, il est normal d’attribuer 3,5 aux céréales d’hiver et 1,8 à celles de printemps. Pour la densité de semence, nous avons pris 145 kg, moyenne de Saint-Germain-des-Prés, soit 3,8 muids de 70 litres sur un bonnier de 1,38 hectare.

14 A Cottisford, en 1288-9, une peau lainée vaut 5 2/3 d. et une peau tondue, 1/2 d. ; à Weedom, 9 d. et 2,6 d.

15 Warren O. Ault, The village church and the village community in mediaeval England dans Speculum, avril 1970, p. 213.

16 W. de Henley estime qu’une poule doit donner 115 oeufs et 7 poussins, soit une couvée de 13 oeufs, avec un déchet de moitié, au total 128 oeufs par an. En 1953, la presse a salué comme un record que la moyenne allemande se soit élevée à 133.

17 Ferdinand Lot, L’Etat des paroisses et des feux de 1328 dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. XC, 1929, pp. 51-107 et 256-315.

18 J.A. Raftis, c.-r. de J.Z. Titow, English rural Society (1200-1350), Londres, 1969, dans Speculum, avril 1970, p. 331.

19 René Grandamy, Etude sur les prix des céréales depuis cinq siècles et Prix des aliments et histoire, dans L’évolution des prix à long terme (sous la dir. de Jean Fourastié), Paris, P.U.F., 1969, pp. 147-170 et 325-346 ; La physiocratie, théorie générale du développement économique, Paris - La Haye, Mouton, 1973, in-8°, 148 pp.

20 R.S. Lopez, The commercial Revolution of the Middle Ages (950-1350), Englewood Cliffs, New-Jersey, 1971, XI-177 pp.

21 Robert Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris et Louvain, 1968, 2 t., p. 277.

22 Pas plus qu’un rapport de 1,6/1 n’aurait permis même de survivre, si faméliques qu’on les suppose, aux trois ou quatre familles entassées sur des manses carolingiens d’une dizaine d’hectares. Le diagnostic de G. Duby eût été moins sévère s’il avait pu connaître le dossier de la famille Vivès, qui, autour de l’an mil, en Catalogne, prospère en jardinant des parcelles de 5, 10, 12, 32 1/ares (Pierre Bonnassie, Une famille de la campagne barcelonaise et ses activités économiques aux alentours de l’an mil dans Annales du Midi, juill.-oct. 1964, pp. 261-304). Heureusement Michel Rouche (La faim à l’époque carolingienne : essai sur quelques types de rations alimentaires dans Revue historique, no 508, oct.-déc. 1973, pp. 295-320) est venu nous rassurer sur les rations carolingiennes.

23 Hist. nat. XVII, 7.

24 Dorothea Oschinsky, Walter of Henley and other Treatises on Estate Management and Accounting, Oxford, 1971, pp. 72 et 144.

25 R.A.L. Smith, Canterbury Cathedral Priory. A Study in Monastic Administration, Cambridge, 1969, XII-237 pp. Après la famine de 1314-1317, c’est l’abandon fréquent du faire-valoir direct au profit de l’affermage qui caractérise l’effort de production de Thomas de Lancastre, second seigneur foncier du royaume, le premier étant le roi, propriétaire de centaines de manoirs (J.R. Maddicott, Thomas of Lancaster, 1307-1322, Oxford, 1970, XII-390 pp. ).

26 C.-r. Académie d’Agriculture de France, 1972.

27 Léo Verriest, Le polyptyque illustré dit « Veil Rentier » de messire Jehan de Pamele-Audenarde (vers 1275), Bruxelles, 1950, f° 156 v° et, surtout, f° 98 v°. Le travail à la bêche et à la houe donne la clef du surpeuplement des manses carolingiens, de l’exigüité, au XIIIe, des tenures picardes et flamandes, de la haute productivité-surface qui y est atteinte. Encore au XVIIIe siècle, Young note que cette méthode permet d’augmenter de 50 à 60 % le rendement - et il est modeste. Quant à la productivité-homme, elle est moins diminuée qu’on le penserait : si un bêcheur robuste met une semaine à retourner ce que la charrue ferait en un jour, il s’épargne par contre une bonne part des façons ultérieures, roulage, hersage, sarclage, labour profond périodique ; et il n’a pas à nourrir d’animaux de trait. Un seul labour annuel par un voisin muni d’attelage, simplifie son travail. Cette dernière pratique, fort répandue, était un cas de reportagium, de partage de la dîme entre le décimateur du terrain et celui de la charrue.

28 Arthur Young, Voyages en France (tr. Henri Sée), Paris, 1931, 3 t., pp. 209 et 1221.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

Archiviste- Paléographe Membre de l’Académie d’Agriculture

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search