Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

IIe partie. Jean Lorrain, du passé au présent

Jean Lorrain et Jean d’Arras : « Mélusine enchantée », Mélusine retrouvée

Une métamorphose inverse

Isabelle Bétemps

Résumé

Cette communication s’interroge sur la façon dont Jean Lorrain réécrit le mythe de Mélusine dans le conte « Mélusine enchantée », qui appartient au recueil Princesses d’ivoire et d’ivresse. À partir du roman médiéval de Jean d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, composé à la fin du XIVe siècle, l’étude montre comment Jean Lorrain reprend la structure du conte mélusinien, joue avec elle, produit une métamorphose inverse, peut-être ironique, qui redistribue les rôles de la fée-serpente et de son époux mortel, Raymondin. Mais la nouvelle de Lorrain s’intéresse moins à Mélusine qu’à « Raymondin enchanté », qui, lui, présente de troublantes ressemblances avec la fée médiévale. « Mélusine enchantée » ne fait-elle pas alors le portrait de Raymondin-Lorrain ?

How Jean Lorrain rewrites Mélusine’s myth in the fairy tale «Mélusine enchantée» which is part of the collection Princesses d’ivoire et d’ivresse is the subject of this lecture. Based on the medieval novel by Jean d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, written at the end of the 14th century, this essay shows how Jean Lorrain uses the same structure as the Mélusine tale, plays with it, produces a reverse metamorphosis, perhaps ironical, which reallocates the parts of the snake-fairy and her mortal husband, Raymondin. But, Lorrain’s tale is less concerned with Mélusine than «Raymondin enchanté», who reveals strange similarities with the medieval fairy. Isn’t «Mélusine enchantée» in fact Raymondin-Lorrain’s portrait?

Texte intégral

Si doucement enivrait les regards
Resplendissait de blancheur si divine,
Que son peuple la chassa de sa ville, la belle Mélusine,
À cause de ses yeux couleur d’ aigue-marine,
Des feux rosés de sa poitrine
Et des beaux cheveux roux sur son long col épars.

  • 1 Jean Lorrain, Princesses d’ivoire et d’ivresse, lecture accompagnée par Virginie Fauvin, Paris, Ga (...)

1Ces vers évocateurs, qui nous mettent brusquement en présence de « la belle Mélusine », inaugurent la « Mélusine enchantée » de Jean Lorrain1. Ce conte, figurant dans le recueil Princesses d’ivoire et d’ivresse, écrit en 1902, en ouvre l’avant-dernière section, intitulée « Masques dans la tapisserie ».

  • 2 On note le schéma rimique et métrique suivant : 2 sizains (a10 b10 b16 b12 b8 a12 a12 b12 a12 b10 (...)
  • 3 J. Lorrain, L’Ombre ardente, Paris, Fasquelle, 1897, p. 193.
  • 4 J. Lorrain, La Forêt bleue, Paris, Lemerre, 1883, p. 18.

2Les vers cités ne manquent pas de surprendre, ou, du moins, d’intriguer une médiéviste, pourtant régulièrement confrontée, de siècle en siècle, aux réapparitions de la fée ! Ils appartiennent, en effet, à une pièce poétique qui se veut inachevée, composée de trois strophes hétérométriques, irrégulières, au schéma rimique2 pouvant vaguement faire songer à celui du lai lyrique ou de la complainte médiévale. Prélude au récit, ce poème (qui s’avère être une chanson entendue en rêve par le héros masculin, Raymondin) évoque une fugitive effarée, à la robe déchirée, aux pieds sanglants, suivie, dans un paysage de landes, par des bandes de loups et des vols de hiboux. Elle n’a rien à envier à la Mélusine taxée de « folle » (v. 7) que décrivait déjà Jean Lorrain, en 1897, dans son recueil poétique, l’Ombre ardente3 : « Les cheveux révoltés, saignante et l’œil hagard » (v. 4), ou encore, à celle, antérieure, que dépeint un sonnet de la Forêt Bleue4, datant de 1883 : « En robe orientale en coiffe sarrasine » (v. 1), la « pâle Mélusine » (v. 2) est « Soudain prise à l’aspect de ce grand ciel saignant / D’un vaste et morne ennui des beaux soirs de Judée » (v. 6-7). Quels rapports cette image de princesse affolée ou d’orientale contemplative peut-elle encore avoir avec la fée médiévale, infatigable bâtisseuse de forteresses et de villes, et fondatrice du fameux lignage des Lusignan ? Mais laissons Jean Lorrain poursuivre sa « Mélusine enchantée » et entamer son récit :

  • 5 Princesses d’ivoire et d’ivresse, éd. cit., p. 110.

Raymondin de Lusignan s’éveilla. Le petit bois de frênes, où il s’était endormi, pleurait doucement sous la pluie et à l’horizon noyé de brumes les landes de bruyère s’étendaient à perte de vue ; la voix qui chantait s’était tue, aussi loin qu’il pouvait promener son regard, c’était le silence et la solitude.
Depuis combien d’heures dormait-il là dans ce bouquet de bois sauvage et qu’étaient devenus les gens de sa suite […]5 ?

  • 6 Jean d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, éd. critique établie par Jean-Jacques Vin (...)
  • 7 Laurence Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, C (...)
  • 8 Alain Montandon, « En guise de préface », dans Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècle (...)
  • 9 J. Lorrain, préface à Princesses d’ivoire et d’ivresse, Paris, Séguier, 1993, p. 26.
  • 10 « Châteaux, forêts, reines et chevaliers s’esquissent pour composer un médiévalisme éloigné désorm (...)

3Quelle n’est pas alors ma surprise de retrouver, dans ces quelques lignes, un scénario et un décor de conte familiers, qui rappellent immanquablement le roman en prose composé par Jean d’Arras en 1392 : Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan6 ! Le texte de Lorrain va-t-il emprunter, comme il le laisse présager, les chemins du récit médiéval ? Sa structure correspond-elle à celle, typique, du « conte mélusinien », bien mise en lumière par l’ouvrage fondamental de Laurence Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Âge7 ? Comment l’auteur de « Mélusine enchantée » reprend-il à son compte le récit des amours de la fée légendaire avec le mortel Raymondin ? Je ne m’intéresserai pas ici aux sources de Jean Lorrain, préférant en laisser le soin aux spécialistes de l’auteur. Rappelons seulement, à la suite d’Alain Montandon, que la légende de Mélusine était déjà populaire au XVIIIe siècle, grâce à la Bibliothèque Bleue8. Jean Lorrain, quant à lui, éprouvait, selon ses propres termes, une « adoration presque sauvage »9 pour les contes de fées et l’imagerie médiévale, comme nous le montre bien Liana Nissim10.

4Mon propos sera donc le suivant : en me fondant sur le roman de Mélusine de Jean d’Arras, j’évoquerai tout d’abord l’organisation du conte mélusinien, sa structure tripartite, ses différentes étapes, que l’œuvre médiévale illustre de manière exemplaire. Je montrerai ensuite que « la Mélusine enchantée » de Jean Lorrain suit, fidèlement d’abord, le schéma du conte puis s’en écarte, l’inverse, produit une métamorphose, ironique sans doute, qui suggère que l’auteur connaît bien la légende, joue avec elle, la détourne, se l’approprie plus qu’il n’y paraît au prime abord. Mélusine « enchantée », dans l’œuvre de Lorrain, apparaît comme une princesse-serpente délivrée par un glorieux héros, Raymondin de Lusignan. Mais on verra que ce Raymondin, paradoxalement, est plus proche de la fée médiévale, plus « enchanté » encore que ne l’est la fée du conte…

Premières apparitions de Mélusine dans la littérature

5Jean d’Arras qui, à la fin du XIVe siècle, compose pour le duc Jean de Berry, frère de Charles V, la « Noble Histoire de Lusignan », est le premier romancier à faire entrer le nom de Mélusine dans la littérature et la légende. Il en donne l’étymologie (fantaisiste et énigmatique) dans un épisode-clef de son œuvre : lorsque Mélusine, en effet, achève la construction de la prodigieuse forteresse qu’elle se propose de nommer « Lusignan », le comte de Poitiers, qui approuve son choix, commente alors :

  • 11 J. d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, éd. cit., p. 218-219 ; traduction : « parce (...)

Car vous estes nommee Melusigne d’Albanie et « Albanie » en gregois vault autant a dire comme « chose qui ne fault » et « Melusigne » vault autant a dire « merveilles » ou « merveilleuse ». Et aussi ceste place est fondee merveilleusement ne je ne croy mie que jamais, tant comme elle durra, que on n’y treuve de merveilleuses choses11.

  • 12 Voir J. d’Arras, op. cit., les notes 1 p. 129 et 219 de Jean-Jacques Vincensini.
  • 13 Jacques le Goff, « Mélusine maternelle et défricheuse » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Galli (...)

6Ce nom, Mélusigne, anagramme presque parfait de Lusignen, viendrait, selon certains commentateurs, d’une contraction de Mater Licinia, issue du gallo-roman Liciniacus, de Licinius (nom supposé d’un occupant romain)12. La « mère Lusine » serait ainsi devenue la « mère des Lusignan ». Mais il est en réalité difficile de dire, estime Jacques Le Goff, « si le nom de Mélusine a conduit aux Lusignan ou si ce sont les Lusignan qui, s’étant approprié la fée, lui ont donné leur nom pour mieux se la lier »13.

  • 14 Laurence Harf-Lancner, « Mélusine » dans Dictionnaire des mythes littéraires, dir. Pierre Brunel, (...)

7Si l’on doit à Jean d’Arras la merveilleuse naissance, au sein du roman, du nom de Mélusine, il n’est pas cependant l’initiateur de l’histoire de la fée, de ses amours avec un simple mortel, prénommé, en l’occurrence, Raymondin. Notre romancier reproduit un schème folklorique ancien, très répandu, « universel », affirme même Laurence Harf-Lancner14. Qualifié de « mélusinien » en raison de la fée qui l’illustre le mieux, le récit peut se résumer ainsi : un être surnaturel tombe amoureux d’un mortel, le rejoint dans le monde des humains, parvient à l’épouser après lui avoir proposé un pacte, c’est-à-dire imposé le respect d’un interdit. Mais l’être surnaturel finit par retourner dans l’Autre monde, après la transgression du pacte, commise par l’époux humain ; il laisse une descendance.

8Ce schéma narratif est certainement entré, à la fin du XIIe siècle, dans la littérature savante, sous forme de légendes, d’anecdotes, d’exemples édifiants, collectés et rédigés, en latin, par des clercs comme Gautier Map et son De nugis curialium (composé entre 1189-1193), Gervais de Tilbury, auteur des Otia imperialia (ouvrage rédigé entre 1209-1214), Giraud de Barri, (De principis instructione, 1217), clercs qui se rattachent tous trois à la cour royale d’Angleterre. Mentionnons également le cistercien Geoffroi d’Auxerre, secrétaire de saint Bernard et, pour le XIIIe siècle, Vincent de Beauvais et Hélinand de Froidmont.

9Dans le prologue de son roman, Jean d’Arras ne manque pas de citer ses sources, à la fois écrites et orales :

  • 15 Jean d’Arras, op. cit., p. 116 : « Mais laissons là les autorités et, afin de donner à ce récit la (...)

Laissons les atteurs ester et racontons ce que nous avons ouy dire et raconter a noz anciens et que cestuy jour nous oyons dire qu’on a veu ou paÿs de Poictou et ailleurs pour coulourer nostre histoire a estre vraye comme nous le tenons et qui nous est publiee par les vrayes croniques15.

10Il mentionne explicitement Gervais de Tilbury dont il rapporte les propos, et l’on voit alors s’esquisser le schéma du conte mélusinien que le roman va par la suite longuement développer :

  • 16 Ibid., p. 116 : « Gervais ajoute que les fées en question prenaient la forme de très belles femmes (...)

Et dit encores que les dictes faees se mettoient en forme de tresbelles femmes, et en ont pluseurs hommes prinses pour moilliers, parmy aucunes convenances qu’elles leur faisoient jurer, les uns qu’ils ne les verroient jamais nues, les autres que le samedy n’enquerroient qu’elles seroient devenues16.

11L’auteur de Mélusine conclut son prologue en mettant l’accent sur une fée particulière, une fée bâtisseuse, fondatrice de lignage et clef de voûte de son roman généalogique :

  • 17 Ibid., p. 118 : « Ce que je vous ai dit s’inscrit dans mon projet de vous raconter comment une fée (...)

[…] je vous entend a traictier comment la noble et puissant forteresse de Lisignen en Poictou fu fondee par une faee et la maniere comment […]. Et me orréz declairer la noble lignie qui en est yssue qui regnera jusques en la fin du monde, selon ce qu’il en appert qu’elle a regné jusqu’a ore17.

  • 18 Coudrette, Le Roman de Mélusine, texte présenté, traduit et commenté par Laurence Harf-Lancner, Pa (...)

12Ce projet sera, peu de temps après Jean d’Arras, repris et reformulé, en 1401, par Coudrette, qui rédigera, en vers cette fois, un second roman de Mélusine18, destiné aux deux seigneurs de Parthenay, Jean et Guillaume Larchevêque, apparentés aux Lusignan.

Jean d’Arras et la structure du conte mélusinien

13Après avoir rappelé les débuts littéraires et romanesques de Mélusine, il me faut à présent évoquer plus en détails la structure du conte mélusinien que met en œuvre le roman médiéval, afin de montrer comment Jean Lorrain détourne le conte, semble se jouer du schéma attendu pour redistribuer les rôles et donner une signification autre aux personnages de Mélusine et Raymondin.

  • 19 Il s’agit des amours malheureuses du seigneur Roger de Château Rousset avec une fée provençale, de (...)

14Le récit mélusinien obéit à une structure tripartite comprenant : la rencontre d’un être surnaturel et d’un mortel, le pacte des deux héros, la transgression de ce pacte. Chez Jean d’Arras, l’histoire de Mélusine et de Raymondin ne représente pas le noyau dur du roman, qui est la naissance et le développement du lignage des Lusignan. Elle ne fait qu’encadrer le récit des expéditions guerrières des fils de Mélusine, partis du Poitou à la conquête de Chypre, de l’Arménie et du Luxembourg, fiefs légendaires des Lusignan. Cependant, l’aventure malheureuse de la fée mythique et du seigneur poitevin est savamment annoncée par Jean d’Arras, préfigurée par trois récits du même type (le nombre trois est lui-même symbolique, lié à l’apparition des fées), qui soulignent le cours inéluctable des événements, le bonheur puis l’infortune du couple19.

15Quelles sont précisément les étapes obligées du récit mélusinien ? La rencontre du chevalier et de la fée, qui figure la confrontation exceptionnelle du monde humain avec l’au-delà, se signale par des circonstances spatio-temporelles particulières. Laurence Harf-Lancner dégage cinq constantes, cinq étapes obligées qui fondent la première partie du récit mélusinien : le cadre sauvage, sylvestre et/ou aquatique, souvent ambigu et propice à la rencontre, le départ à la chasse du héros masculin, sa solitude, l’éblouissante apparition de la fée et l’anonymat qu’elle conserve jalousement.

  • 20 Jean d’Arras, op. cit., p. 158 : il s’en va « à bride abattue à travers la forêt, ignorant la dire (...)
  • 21 Ibid., p. 162 : « Raymondin porte le regard sur elle et découvre son admirable beauté. Il en reste (...)
  • 22 Ibid., p. 164 : « Raymondin, au nom de Dieu, inutile de dissimuler, je sais bien de quoi il retour (...)

16Voyons comment le roman de Jean d’Arras décline ces différents éléments. Le jeune Raymondin, parti à la chasse dans la forêt de Colombiers, avec son oncle et seigneur, Aymeri de Poitiers, tue le comte qu’il chérissait en voulant porter un coup fatal au sanglier extraordinaire que les deux hommes poursuivaient. Ayant perdu de vue le reste des chasseurs, désespéré par son acte, quasi orphelin, le jeune homme « s’en va grant aleure au travers de la forest, ne scet quelle part »20. Se laissant porter par son cheval, il arrive ainsi, à minuit, à la « Fontaine de Soif », encore appelée la « Fontaine faee » (« la Fontaine aux fées ») ; elle est située dans un escarpement sauvage et dominée par d’énormes blocs rocheux d’où l’on peut apercevoir une belle prairie s’étendant le long de la vallée, au-delà de la forêt. Malgré le clair de lune, Raymondin ne remarque pas la présence de trois dames à la fontaine. La plus noble des trois, qui tente de lui adresser la parole, parvient, non sans peine, à le tirer de sa stupeur. Lorsqu’il recouvre ses esprits, « si la regarde et perçoit la grant beauté qui estoit en la dame. Si s’en donne grant merveille et ne lui semble mie qu’il eust oncques mais veu si belle »21. La merveilleuse inconnue, qui appelle le jeune homme par son nom, ne tarde pas à lui révéler qu’elle connaît tout de son histoire : « Remondin, par Dieu, riens ne vous vault le celer, je sçay bien comment il vous va »22.

17Ces propos annoncent le pacte qui va s’établir entre l’être surnaturel et le mortel. La deuxième partie du récit mélusinien comprend les quatre séquences suivantes : la naissance de l’amour, la demande en mariage, la mise en place d’un interdit, le bonheur des époux.

  • 23 Ibid., p. 164 : « Raymondin, grâce à Dieu, je suis, après Dieu, la personne la plus apte à t’appor (...)
  • 24 Ibid., p. 166 : « Vous allez me jurer, par tous les serments que peut faire un homme d’honneur, qu (...)

18Selon ce schéma, Raymondin, à qui la noble dame propose une aide fort avantageuse pour un jeune homme en détresse (« Par Dieu, Remondin, je suiz, apréz Dieu, celle qui te puet plus aidier et avancier en ce mortel monde en tes adversitéz et ton malefice revertir en bien »23), se laisse bien vite séduire par ses promesses. Et lorsque la belle inconnue lui demande de l’épouser, il s’engage sans hésiter, avant qu’elle ne lui impose ses conditions, le respect d’un interdit : « Vous me jureréz, sur tous les seremens que preudoms doit faire, que le samedi vous ne mettréz jamais peine a moy veoir ne enquerre ou je seray. »24 Raymondin accepte le pacte. Les noces, fastueuses, sont célébrées en présence de toute la noblesse du pays ; Mélusine apporte à son époux richesse, puissance et descendance : elle met au monde dix fils dont la naissance correspond à l’édification de nombreuses forteresses, villes et abbayes. Raymondin est devenu, quant à lui, seigneur de Lusignan.

19Mais sa prospérité ne dure pas. L’interdit finit par être transgressé. Six séquences rythment alors immanquablement la troisième et dernière partie du conte : l’intervention de l’agresseur, la transgression, la révélation de la nature féerique de l’épouse, la disparition de la fée, le sort de ses enfants et le dénouement.

20Jean d’Arras, dans son œuvre, attribue le rôle de l’agresseur au frère de Raymondin, le comte de Forez, qui, un samedi, lui rapporte les propos malveillants que l’on tient sur les absences hebdomadaires de son épouse, soupçonnée d’adultère. En proie à une jalousie et à une colère folles, oubliant son serment, Raymondin commet une première transgression : de son épée, il perce un trou dans la lourde porte de fer qui le sépare de sa femme et voit Mélusine :

  • 25 Ibid., p. 660 : « Il vit Mélusine dans le bassin : jusqu’au nombril elle avait l’apparence d’une f (...)

en la cuve, qui estoit jusques au nombril en figure de femme et pignoit ses cheveulx, et du nombril en aval estoit en forme de la queue d’un serpent, aussi grosse comme une tonne ou on met harenc et longue durement, et debatoit de sa coue l’eaue tellement qu’elle la faisoit saillir jusques a la voulte de la chambre25.

  • 26 Ibid., p. 692 : « Ah ! serpente pleine de perfidie ! Dieu me soit témoin, ce que tu es comme ce qu (...)

21Mais la rupture du pacte n’est pas aussitôt suivie d’effet. Il faudra que Raymondin commette une seconde transgression pour que les époux soient définitivement séparés. En effet, c’est le crime odieux commis par leur sixième fils, Geoffroy la Grant Dent (c’est-à-dire l’incendie de l’abbaye de Maillezais qui a coûté la vie à cent moines, parmi lesquels Fromont, le propre frère de Geoffroi), qui suscite la fureur de Raymondin et le pousse à révéler publiquement le secret de Mélusine : « Hee, tresfaulse serpente, par Dieu, ne toy ne tes fais ne sont que fantosme ne ja hoir que tu ayes porté ne vendra a bon chief en la fin. »26 L’interdit est cette fois irrémédiablement violé, si bien que Mélusine découvre à tous sa véritable nature :

  • 27 Ibid., p. 704 : « Alors, poussant une plainte déchirante et un formidable gémissement, elle se pré (...)

Et lors fist un moult doulereux plaint et un moult grief souspir, puis sault en l’air et laisse la fenestre et trespasse le vergier, et lors se mue en une serpente grant et grosse et longue de la longueur de XV piéz27.

22Elle s’abat, dans un grand bruit de tonnerre et de tempête, sur la tour Poitevine du château de Lusignan et ne se montrera jamais plus à son époux sous la forme d’une femme.

  • 28 Ibid., p. 698 : « Apprenez que, après vous, aucun homme ne gouvernera, d’un seul tenant, le pays q (...)

23Huit de ses fils fonderont des lignages royaux dans toute la chrétienté. Mais, conformément à la prédiction de leur mère surnaturelle, leurs descendants seront condamnés à perdre progressivement les fiefs acquis par leurs aïeux : « Sachiéz que aprés vous jamais homs ne tendra ensemble le paÿs que vous tenez et auront moult voz hoirs apréz vous a faire. »28 Quant à l’époux de la fée, que le conte finit par exclure du monde des hommes, (c’est le prix à payer pour une descendance mi-humaine, mi-féerique), il se retire, comme le fait Raymondin, dans un ermitage, où il mène une vie pieuse et exemplaire jusqu’à la fin de ses jours.

24Voilà retracées les différentes étapes du récit mélusinien qui, à travers l’échec de l’aventure amoureuse du mortel et de la fée, rappellent l’impossible cohabitation de deux mondes, celui des hommes et celui, surnaturel, des fées, habitantes de cet Autre Monde qui est aussi celui des morts…

Le schéma mélusinien chez Lean Lorrain

25Le texte de Jean Lorrain, « Mélusine enchantée », est-il un conte mélusinien, similaire à celui écrit par Jean d’Arras ? Présente-t-il ce schéma qui, retraçant l’ascension soudaine puis la chute brutale de Raymondin, devait être, surtout pour les auteurs et les lecteurs de la fin du Moyen Âge, une illustration exemplaire du rythme de la roue de Fortune ?

  • 29 J. Lorrain, « Mélusine enchantée », dans Princesses d’ivoire et d’ivresse, lecture accompagnée par (...)
  • 30 J. Lorrain, op. cit., p. 109.

26En observant la structure, bipartite, du récit de Lorrain, on constate que l’auteur commence par suivre assez fidèlement le modèle médiéval. Le premier chapitre, relativement bref, peut représenter l’entrée de Raymondin dans le « pays des fées ». Après plusieurs heures de léthargie, le héros se retrouve dans un bois, désorienté, inquiet, « flairant dans ce long sommeil quelque piège de fées »29, écrit Lorrain. Or, le poème initial, que l’on a vu plus haut, centré sur le personnage de Mélusine, évoquait la fée errante, arrivée, elle aussi, dans un lieu surnaturel, comme l’indiquaient les vers 13-14 : « Elle parvint ainsi dans le pays des fées / Dans les landes d’or où verdoient les houx »30. Ce chapitre met donc bien en place la rencontre des deux héros, dans un cadre particulier, point de départ du récit mélusinien. Jean Lorrain rappelle ici habilement les motifs de la tradition médiévale.

  • 31 Ibid., p. 110.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 111.
  • 35 J. d’Arras, op. cit., p. 158-160 : « À minuit […]. La lune brillait de toute sa clarté. »

27On reconnaît le double cadre, sylvestre et aquatique, le lieu-frontière de la rencontre : le « bois sauvage »31 où s’éveille Raymondin, « pleurait doucement sous la pluie »32. Si la « Fontaine faee » reste absente, l’eau, métaphorique ou non, est omniprésente et revivifie le conte : « horizon noyé de brume », « tempes moites de sueur », « bruyères grises de pluie », « front nu sous l’averse »33 : autant d’éléments qui recréent la présence de cette « Fontaine de Soif », où vient boire le chasseur épuisé. De plus, « la brume clair-de-lunée des étangs »34, associée, chez Lorrain, aux danses nocturnes des fées, semble renvoyer aux notations temporelles mentionnées dans le roman médiéval : « Il fu myenuit […]. Et la lune luisoit clere. »35

  • 36 J. Lorrain, op. cit., p. 111.
  • 37 Ibid., p. 110, ou encore : « Il était pourtant bien seul. »
  • 38 Ibid.

28Raymondin, « grand chasseur de loup et tueur de sangliers »36, précise Lorrain, se trouve confronté à la solitude, qui, en rendant le héros particulièrement vulnérable et disponible, le prépare à l’aventure initiatique : « […] qu’étaient devenus les gens de sa suite »37 ? Mais, dans le texte de Lorrain, ce n’est pas une femme d’une éblouissante beauté qui apparaît au héros et qui, énigmatique, refuse de lui révéler son identité. L’ouïe va l’emporter sur la vue. Un chant et un nom inconnu jusqu’alors s’imposent à Raymondin, le hantent dès son réveil : il a, en effet « le cœur obsédé d’un nom qu’il n’avait jamais entendu : Mélusine ! Mélusine ! »38 Celle-ci est d’abord chantée avant d’être « enchantée ». Les cinq éléments, indispensables à la conclusion du pacte entre l’humain et la fée, se trouvent donc réunis dans le premier volet du conte. Pourtant, le chapitre se clôt sur le retour du héros chez lui, mais il s’agit d’un héros averti par divers présages, et qui a pris la précaution de se signer trois fois avant de poursuivre l’aventure.

29À la grande différence de la Mélusine de Jean d’Arras, le pacte et sa transgression n’auront pas lieu dans le conte de Lorrain. Quels éléments l’auteur de « Mélusine enchantée » met-il alors en place ? On peut distinguer, dans son deuxième et dernier chapitre, trois séquences qui vont bouleverser le schéma mélusinien : l’annonce de l’épreuve attendant le héros, la prédestination de Raymondin et sa préparation à l’épreuve, puis sa victoire finale. On verra qu’elles inversent l’ordre du conte et en changent la portée.

  • 39 Ibid. p. 112.
  • 40 « Quand dans la rousse bruyère accablée de chaleur le serpent léthargique se dressera-t-il sur sa (...)
  • 41 Ibid.

30Une voix, entendue par Raymondin en songe, révèle tout d’abord la transformation en hydre de Mélusine, devenue la victime de fées jalouses : « Le charme est dans la beauté qui sommeille, captive en la gaine squameuse et bruissante de l’hydre. »39 La prisonnière, monstrueuse et solitaire, attend, depuis cent ans, dans le pays des fées, le chevalier capable de la délivrer de cet enchantement par un baiser défiant le poison et la mort40. En récompense, la voix promet au héros vainqueur « puissance et nombreuse lignée »41.

31À cette annonce de l’épreuve succède une phase de préparation, où Raymondin, hanté par le nom de Mélusine, sujet à des visions et en proie à la mélancolie, devient le chevalier élu, apte à rencontrer la Merveille et à briser le maléfice.

  • 42 Ibid., p. 116.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., p. 117.
  • 45 Ibid., p. 116.
  • 46 Ibid., p. 117.

32Un beau jour enfin, le jeune homme, mis sur la voie par l’apparition de trois étranges mendiantes, en vient à affronter l’hydre terrifiante dans un corps à corps décisif. Par son « fier baiser » qui neutralise « le venin du monstre »42, il opère une radieuse métamorphose : « Avec un long, long cri la vierge délivrée avait surgi nue hors de l’enveloppe hideuse, et jeté ses bras autour de son vainqueur »43. C’est ainsi que Raymondin, acclamé par le chœur des fées (« À Lusignan fortune et renommée ! À Lusignan guerrière et royale maison !)44, emporte triomphalement Mélusine, « sa rougissante proie »45, qui va « en croupe derrière son maître fonder la race des Lusignan »46.

  • 47 « Ces mouvements de terrain, ces arbres grêles à fleur de sol et cette chaîne de montagnes à l’hor (...)
  • 48 Ibid. p. 116.

33La deuxième partie du conte de Lorrain, en abolissant pacte et transgression, rapproche la figure de Mélusine d’une Belle au bois dormant ou d’héroïnes mythologiques libérées par un valeureux guerrier, mais elle n’en oublie pas pour autant la légende médiévale. La mise en présence du chevalier et de l’hydre redouble la scène de rencontre du mortel et de la fée, instaurée dans le premier chapitre. On en retrouve les constantes : au crépuscule, une contrée sauvage, hostile47, un héros, chasseur solitaire, épuisé, guidé par son cheval, trois formes féminines annonciatrices de la féerie. L’apparition de Mélusine, même sous la forme d’une hydre, reste toujours placée sous le signe éblouissant de la richesse et de la noblesse : l’hydre, « d’un vert pailleté d’or », et dont la tête repose « sur un grand lis de pourpre », porte des colliers de pierreries « pour indiquer qu’elle était de naissance royale »48. Si le pacte avec la fée et ses trois premières séquences (« naissance de l’amour », « demande en mariage », « mise en place d’un interdit ») sont ici remplacés par l’étreinte et le baiser imposés au monstre, la quatrième séquence (« bonheur des époux ») est bien maintenue, puisque Lorrain rappelle, de manière insistante, la fortune et la noble descendance des Lusignan.

  • 49 J. d’Arras, op. cit., p. 694.
  • 50 Ibid., p. 134.
  • 51 Ibid. : « La valeur de la semence de ton père vous aurait attirées, toi et tes sœurs, à sa nature (...)
  • 52 Ibid. : « Au contraire, voici le sort que je t’inflige : désormais, tous les samedis, tu seras ser (...)
  • 53 « Mais se tu treuves homme qui te veulle prendre a espouse que il te convenance que jamais le same (...)

34Par ses actes, Raymondin, conformément à son homologue médiéval, intègre bien la fée dans le monde des hommes : il en fait une épouse et une mère, fondatrice d’un glorieux lignage, lui permet de « vivre le cours naturel d’une femme naturelle »49, pour reprendre les termes de Jean d’Arras. En déjouant le sortilège des fées, en délivrant Mélusine de son corps d’hydre, le héros de Jean Lorrain agit de la même manière que le Raymondin de Jean d’Arras, qui tente de soustraire Mélusine au châtiment de sa mère, la fée Présine. En effet, celle-ci métamorphose sa fille en femme-serpente pour la punir d’avoir enfermé et fait mourir son père, Elinas, dans la montagne de Brumbloremlion50 : Mélusine, comme ses deux sœurs, était destinée, par le semence de son père, à échapper à sa condition de fée et à devenir humaine (« La vertu du germe de ton pere, toy et les autres, eust attrait a sa nature humaine et eussiés esté briefment hors des meurs nimphes et faees sans y retourner »)51 Or Présine, par vengeance, en décide autrement : « Mais, desormais, je te donne le don que tu seras tous les samedis serpente du nombril en aval52 ». Mais la transformation semi-animale, conséquence d’un parricide, n’est pas définitive, irrémédiable, puisque Mélusine, selon la volonté de sa mère, pourra mener une existence humaine53 à condition qu’elle trouve un époux qui lui promette de ne jamais la voir le samedi et qui ne cherche pas à découvrir et à révéler à tous sa nature féerique.

  • 54 Ibid., p. 704 : « Elle se transformait en une grande et grosse serpente, longue de quinze pieds. »
  • 55 Voir par exemple le manuscrit Harley 4418, f° 214 v°.
  • 56 J. d’Arras, op. cit., p. 136 : « […] sache-le bien, si ton union avec ton mari est rompue, tu reto (...)
  • 57 Ibid., p. 700 : « Mais toi, tu ne me verras jamais plus sous la forme d’une femme à partir du mome (...)
  • 58 Ibid., p. 696 : « L’obscure pénitence. »
  • 59 Ibid., p. 658 : « un esprit surnaturel. »

35Les similitudes que l’on peut noter entre nos deux auteurs s’arrêtent là, car ceux-ci ne donnent pas le même sens à la métamorphose de la fée. Si, dans le roman médiéval, Raymondin parvient un temps à donner à son épouse la possibilité de mener une vie de « femme naturelle », la rupture du pacte la condamne ensuite à retourner pour toujours dans son monde, à retrouver sa forme de serpente ; à la fin du roman, sa métamorphose, visible de tous, est cette fois, totale : « lors se mue en une serpente grant et grosse et longue de la longueur de XV piéz. »54 Certaines enluminures illustrent bien cette transformation spectaculaire55. Et la douleur ou plutôt l’expiation de Mélusine, comme l’avait annoncée Présine, doit durer jusqu’à la fin du monde : « Et se tu es dessevree de ton mary, saiches que tu retourneras ou tourment de devant sans fin tant que le hault juge tendra son siège. »56 Mélusine, au moment des adieux, en avertit son époux : « mais moy de cy partie, tu ne me verras jamais de nul jour en forme femmenine. »57 Ainsi, rejetée dans la « penance oscure »58, qui lui avait été infligée à cause de son crime, Mélusine, devient cette âme en peine, cette fée errante, éternelle serpente ou « esperit faé »59, qui hante l’imagination, et qui va offrir aux auteurs futurs, cherchant à se la concilier, de multiples possibilités de réécriture ! Le roman de Mélusine, comme la plupart des grands romans médiévaux, propose une fin ouverte, un inachèvement qui laisse place à la continuation.

La continuation de Jean Lorrain

  • 60 J. Lorrain, op. cit., p. 111.
  • 61 Ibid., p. 115.
  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid., p. 110.
  • 64 Alain Montandon, Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, p. 13.
  • 65 Jean Lorrain, op. cit., p. 111.
  • 66 Ibid. p. 112.

36Et Jean Lorrain nous apparaît bien comme un continuateur : il reprend, en effet, l’histoire de Mélusine là où Jean d’Arras l’avait laissée ; il retrouve la serpente pénitente, expiant sa faute : « ses sifflements de regrets éveillent les échos de ravins en ravins »60 ; il la place d’ailleurs dans un paysage désertique, c’est-à-dire « une lande inculte »61, marquée des stigmates de la Passion : « les mauves d’un rose mort et les chardons hostiles frissonnaient tristement sur un ciel rouge et vert, d’un vert de plaie et d’un rouge sang »62. Lorsqu’il écrit les deux scènes de rencontre, Mélusine est déjà un nom, à la musique obsédante : « […] Mélusine ! ce nom si doux qu’il semblait caresser les lèvres comme des lèvres et griser la pensée comme un philtre. »63 « Un mythe, c’est d’abord un nom propre », dit justement Alain Montandon64. Elle est également déjà ensorcelée, serpente monstrueuse, puisque l’enchantement a opéré dans une scène déjà jouée, antérieure « Et les fées jalouses l’ont changée en serpent »65, c’est ainsi que commence le deuxième chapitre du conte. Quant à Raymondin, il est, déjà, curieusement, au début du texte, « Raymondin de Lusignan », alors que ce titre ne lui revient normalement qu’à partir du moment où il épouse Mélusine, qui bâtit, puis nomme, en son honneur, l’illustre forteresse. Tout comme l’auteur ou son lecteur, le héros connaît donc bien l’histoire et son charme, puisqu’elle se passe, chuchote la voix du songe, « dans le pays des fées, dans les landes d’or, où verdoient les houx et que vous avez cent fois traversées »66.

  • 67 Ibid., p. 109.
  • 68 Ibid., p. 112.
  • 69 Ibid., p. 109.
  • 70 Ibid., p. 115.
  • 71 Ibid., p. 111.
  • 72 Jean d’Arras, op. cit., p. 810 : « Il vit, dit-il, apparaître distinctement à sa vue, juste devant (...)
  • 73 Voir à ce sujet J. d’Arras, op. cit, glossaire p. 830, et Coudrette, Le roman de Mélusine, éd. cit (...)
  • 74 « Oncques ne fut point de plus belle. / Maiz queue ot dessoubz de serpent, / Grande et orrible vra (...)
  • 75 J. Lorrain, op. cit., p. 113.

37Jean Lorrain multiplie les signes de reconnaissance de la légende ; il utilise habilement, de manière emblématique selon nous, deux couleurs liées à la famille des Lusignan : le bleu et le blanc. Dans son texte, elles représentent les atouts féminins de Mélusine aux « yeux couleur d’aiguemarine »67, « nue comme une perle et blanche comme l’écume »68, resplendissante « de blancheur si divine »69, charmes qui la rendent pareille à une Vénus sortie des eaux. On retrouve ces couleurs associées au corps du serpent, « d’un vert pailleté d’or, qui sous le ventre devenait de l’azur »70, serpent qui « rampe tristement dans la pierraille argentée par la lune des torrents desséchés »71. Le bleu et le blanc sont précisément les couleurs de la serpente médiévale qui, apparue une nuit à Cresewell, l’occupant anglais de la forteresse de Lusignan, se fait vite menaçante : « Il vit, ce disoit-il, apparoir presentement et visiblement devant son lit une serpente grande et grosse merveilleusement, et estoit la queue longue de. vii. a. viii. piéz, burlee d’azur et d’argent. »72 Les burelles, bandes horizontales, alternant, en nombre pair, une couleur et un métal, renvoient aux armes des Lusignan, et précisément à celles de Hugues VII, seigneur mort à la croisade en 1148, et qui, le premier, avait adopté le burelé d’argent et d’azur73. À la suite de Jean d’Arras, Coudrette reproduira fidèlement ce code héraldique74. Jean Lorrain ne doit pas l’ignorer, lui qui semble faire revivre un seigneur de Lusignan à travers la figure du vieux mendiant, « drapé dans un manteau d’étoffe à larges raies »75, que Raymondin croit voir dans une crise d’hallucinations.

  • 76 Ibid., p. 111.
  • 77 Ibid., p. 112.
  • 78 Ibid., p. 116.

38Mélusine, serpente endormie, « repliée en rond sur elle-même »76, attend donc l’auteur héroïque qui la délie de son enchantement pluriséculaire : « Le charme est dans la beauté qui sommeille […] »77, rappelle Jean Lorrain. Ainsi lui faut-il achever ou parachever l’œuvre de l’auteur médiéval : il va rendre à Mélusine sa forme féminine, originelle, celle qu’elle aurait dû avoir par la semence de son père et dont l’a privée la colère maternelle. L’auteur opère alors une métamorphose inverse, un contre-enchantement, qui redonne à la serpente un resplendissant corps de femme, « l’éclatante nudité de la vierge »78, faisant d’elle, comme on va le voir, une Ève nouvelle : « Et Jean Lorrain créa la Femme »… pourrait-on dire !

  • 79 Léonie Meyerof, Bréviaire féminin pour les heures misanthropes, « La vengeance de Mélusine », text (...)

39Sa « Mélusine enchantée » propose en effet une métamorphose à rebours. Raymondin, à la différence du personnage médiéval, ne perd pas Mélusine : il sort victorieux de l’épreuve ; son baiser terrasse le monstre, sauve la princesse, qui épouse aussitôt son libérateur. Lorrain choisit un dénouement digne du conte merveilleux, à l’opposé de celui proposé par Léonie Meyerhof (1860-1933), [plus connue sous le nom de plume de Penthesilea], auteure du Bréviaire féminin pour les heures misanthropes. Dans ce texte, Mélusine, pour venger les femmes victimes de la perfidie des hommes, donne à Raymondin « le mortel baiser de la nixe outragée » : « Je l’embrassai à mort ce cher parjure, et je restai seule »79, confie Mélusine à ses tristes sœurs, Undine et Rautendelein.

  • 80 J. Lorrain, op. cit., p. 116.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid., p. 117.

40Jean Lorrain, quant à lui, insiste sur la séduisante nudité de la Belle, enfin dégagée de son horrible enveloppe ; il souligne sa carnation délicate de vierge pudique : « devenue toute rose, rose depuis l’orteil de ses pieds nus jusqu’à la fraîche églantine de ses seins. »80 Mais son héros fait plus qu’inverser les rôles de la Belle et de la Bête, il suggère l’avènement d’une Ève rougissante certes, mais débarrassée, une bonne fois pour toutes, de sa peau de serpent : « Mélusine avait honte, se voyant sans vêtement. »81 Mélusine-Ève devient donc non seulement la Mère des Lusignan mais celle de tous les hommes : « À Lusignan puissance et nombreuse lignée ! »82, clament les fées. Jean Lorrain s’amuse-t-il à clore ironiquement le chapitre de la Genèse par un happy end ?

41Cependant, la fin de « Mélusine enchantée » est-elle aussi souriante qu’elle le laisse paraître ? Faut-il voir, dans les derniers feux du soleil couchant qui éclairent le départ du couple fondateur, un effet d’écriture artiste, une allusion au déclin prévisible des Lusignan, ou encore, une annonce des maux qui attendent l’humanité future ? La couleur rousse des cheveux de Mélusine, évoquée dans l’épilogue, couleur qui est aussi celle des bruyères de la lande, où rampe le serpent, est-elle symbole d’hypocrisie et de trahison ? Satanise-t-elle Mélusine, cette autre Ensorcelée de la lande, figure chère à Barbey d’Aurevilly ? Elle rappelle en tout cas, au lecteur du roman médiéval, l’incendie de l’abbaye de Maillezais, provoqué par l’un des fils de Mélusine et qui va entraîner la violation du pacte. À moins que le roux ne soit l’expression de l’idéal esthétique de Lorrain, ou encore un cliché dans le goût de l’époque ?

42On a vu qu’en inversant les données du conte mélusinien, en imaginant une métamorphose inverse, Jean Lorrain annule la malédiction de Présine, contrarie le mauvais sort jeté sur sa descendance, met un terme à la pénitence de Mélusine. Le conte merveilleux lui permet d’effacer, en un clin d’œil (et visiblement avec beaucoup de plaisir), la faute d’Ève et de la libérer de ce Serpent qui lui colle à la peau.

Raymondin « enchanté »

43Est-ce bien, en définitive, le sort de Mélusine-Ève qui intéresse Lorrain ? On peut se demander si la figure féminine ne sert pas, en réalité, de faire-valoir à Raymondin, qui apparaît, à la fin du conte, comme un héros libérateur et conquérant, opposé à une Mélusine soumise et passive. Celle-ci a perdu, en effet, toutes les caractéristiques de la fée médiévale. Elle arrive, en étrangère, dans le pays des fées pour devenir leur malheureuse victime. A-t-elle d’ailleurs jamais été une fée ? Dans son texte, Jean Lorrain n’applique pas ce terme à son héroïne. La Mélusine des romanciers médiévaux est, quant à elle, dotée de nombreux pouvoirs : don de divination, d’abondance, capacité de bâtir des édifices à une vitesse prodigieuse ; elle possède, en outre, les pouvoirs (magiques ?) d’un grand seigneur féodal : c’est elle qui gouverne les terres, décide de leur extension, dispense ses largesses, surveille fiefs et héritages, arme ses fils pour la croisade, boute l’Anglais hors de Lusignan… Maîtresse du jeu, Mélusine intervient sans cesse dans les affaires humaines et mène Raymondin là où elle veut.

  • 83 Ibid., p. 114.

44Il n’en va pas de même dans le texte de Lorrain. Mélusine, hydre empoisonnée (/empoisonnante…) ou épouse docile, est en réalité bien plus éloignée de la fée médiévale que ne l’est le personnage de Raymondin. Ce dernier présente de curieuses similitudes avec la Mélusine de Jean d’Arras. N’est-il pas lui aussi « enchanté », « faé » dit joliment la langue médiévale ? Tourmenté par des voix, il change de comportement au point que « dans le pays l’opinion s’affirmait que des gens de Bohême lui avaient jeté un sort »83. Son corps maladif va également subir une métamorphose : sa pâleur, sa minceur et ses long cheveux nous rappellent la serpente au bain, tout occupée à peigner sa chevelure.

  • 84 Ibid.
  • 85 J. d’Arras, op. cit., p. 688 : « Je crois bien que cette femme n’est qu’un être fantastique ! »
  • 86 Ibid., p. 690 : « Ici commence la pénitence que Mélusine subira jusqu’à la fin du monde. »

45Chevalier errant, solitaire, mélancolique, Raymondin devient bientôt « pareil à un fantôme chevauchant en expiation quelque bête de rêve »84. Il se fait donc semblable à Mélusine, qui, souvent qualifiée de « fantosme » chez le romancier médiéval (« Je croy que ce ne soit que fantosme de ceste femme »85, affirme Raymondin à propos de son épouse), se voit condamnée à l’errance et à l’expiation : « Or commence la penitence qui durra a Melusigne jusques a la fin du monde. »86

  • 87 J. Lorrain, op. cit., p. 114.

46Les gens de Raymondin finissent par craindre les apparitions nocturnes de leur seigneur : « […] la nuit, il se levait en sursaut pour arpenter, sous le vent comme sous la pluie, le chemin de ronde des remparts ; […] et les sentinelles redoutaient de le voir passer à minuit, auprès d’elles, marmottant des paroles confuses. »87 Comment ne pas songer ici aux réapparitions de Mélusine, qui, une fois séparée de son époux, revient la nuit, en forme de serpente, chasser l’occupant anglais de la forteresse ou s’occuper de ses enfants, sans que les nourrices, témoins de ses allées et venues, osent prononcer un mot ?

  • 88 Ibid., p. 113.
  • 89 J. d’Arras, op. cit., p. 700 : « Alors, Mélusine saute sur le rebord de l’une des fenêtres donnant (...)
  • 90 Ibid., p. 704 : « Et vous devez savoir que la pierre de la fenêtre sur laquelle elle s’appuya exis (...)

47Et lorsque Raymondin, brutalement tiré de son sommeil par les voix qui l’assaillent, se précipite à sa fenêtre (« il se levait, courait pieds nus sur les dalles jusqu’à l’étroite verrière donnant sur la campagne et brusquement en ouvrait le vantail : dehors l’aube se levait à peine, une aube blême et froide de fin d’octobre, un linceul de brume flottait sur la vallée »)88, on pense à cette scène célèbre du roman où Mélusine, après ses adieux au monde, prépare son envol : « Et lors Melusigne sault sur l’une des fenestres de la chambre qui regardoit aux champs et sur les jardins au costé de devers Lusegnen, aussi legierement comme se elle volast et eust eles. »89 Après l’envol de la fée et sa métamorphose finale, Jean d’Arras mentionne encore l’empreinte que Mélusine a laissée de son passage sur terre : « Et sachiéz que la pierre sur quoy elle passa a la fenestre y est encores, et y est la fourme du pié toute escripte »90. Ainsi « les pieds nus » de Raymondin « sur les dalles », évoqués par Jean Lorrain, rejoignent-ils les pas ailés de la fée médiévale…

48C’est lorsqu’ils sont exclus, séparés des hommes par le songe obsédant ou la malédiction, que le Raymondin de Jean Lorrain (avatar de l’auteur ?), et la Mélusine de Jean d’Arras se ressemblent le plus, quand la mélancolie contraint le chevalier à l’errance dans « les landes d’or », ou qu’elle pousse la fée, plaintive et désenchantée, à venir hanter le chemin de ronde des vivants…

49En m’appuyant sur la structure du conte mélusinien et sur le roman de Jean d’Arras qui initie la légende de Mélusine, j’ai tâché de montrer comment Lorrain se l’approprie, joue avec elle, et livre sans doute aussi une grande part de lui-même à travers ces « masques dans la tapisserie » que représentent les personnages de Raymondin et de la fée. Certains détails permettent de penser que Jean Lorrain a une connaissance fine, précise de la légende médiévale. Mais quelles sont ses sources ? Quels sont exactement les relais ? Voilà quelques pierres que les chercheurs… de fées peuvent ajouter à la forteresse de Mélusine…

Bibliographie

Bibliographie

arras Jean (d’), Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, éd. critique établie par Jean-Jacques vincensini, Paris, Livre de poche, « Lettres Gothiques », 2003.

Coudrette, Le Roman de Mélusine, éd. Eleanor Roach, Paris, Klincksieck, 1982.

—, Le Roman de Mélusine, texte présenté, traduit et commenté par Laurence harf-lancner, Paris, Flammarion, « GF », 1993.

Dictionnaire des mythes littéraires, sous la direction de Pierre brunel, Paris, Éditions du Rocher, 1988.

harf-lancner Laurence, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Honoré Champion, 1984.

Le Goff Jacques, « Mélusine maternelle et défricheuse » dans Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard « Quarto », 1999, p. 295-316.

Lorrain Jean, Princesses d’ivoire et d’ivresse, lecture accompagnée par Virginie Fauvin, Paris, Gallimard, 2002.

Montandon Alain, Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, partie thématique dirigée par Alain Montandon, Cahiers de Recherches Médiévales (XIIe-XVe siècle), no 11, Paris, Honoré Champion, 2004.

Nissim Liana, « Fées, sorcières, princesses. Figures mythiques médiévales dans la poésie de Jean Lorrain » dans Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, Cahiers de Recherches Médiévales (XIIe-XVe siècle), no 11, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 165-180.

Thüring de Ringoltingen, Mélusine et autres récits, présentés, traduits et annotés par Claude Lecouteux, Paris, Honoré Champion, 1999.

Notes

1 Jean Lorrain, Princesses d’ivoire et d’ivresse, lecture accompagnée par Virginie Fauvin, Paris, Gallimard, 2002, p. 109. Signalons aussi l’édition suivante : Jean Lorrain, Princesses d’ivoire et d’ivresse, présentation de Jean de Palacio, « Bibliothèque décadente », Séguier, 1993.

2 On note le schéma rimique et métrique suivant : 2 sizains (a10 b10 b16 b12 b8 a12 a12 b12 a12 b10 b12 a12) et un septain inachevé (c12 d10 d10 c10 d10 d10 x4…)

3 J. Lorrain, L’Ombre ardente, Paris, Fasquelle, 1897, p. 193.

4 J. Lorrain, La Forêt bleue, Paris, Lemerre, 1883, p. 18.

5 Princesses d’ivoire et d’ivresse, éd. cit., p. 110.

6 Jean d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, éd. critique établie par Jean-Jacques Vincensini, Livre de poche, « Lettres gothiques », 2003.

7 Laurence Harf-Lancner, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Champion, 1984.

8 Alain Montandon, « En guise de préface », dans Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, partie thématique dirigée par Alain Montandon, Cahier de Recherches médiévales (XIIe – XVe siècles), no 11, année 2004, Paris, Champion, p. 9-10.

9 J. Lorrain, préface à Princesses d’ivoire et d’ivresse, Paris, Séguier, 1993, p. 26.

10 « Châteaux, forêts, reines et chevaliers s’esquissent pour composer un médiévalisme éloigné désormais de toute référence au domaine de l’histoire, plongé entièrement dans une vague atmosphère entre la légende et le conte de fées, des genres pour lesquels Jean Lorrain n’a jamais cessé de nourrir un engouement profond […] », (« Fées, sorcières, princesses. Figures mythiques médiévales dans la poésie de Jean Lorrain » dans Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, op. cit., p. 167).

11 J. d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, éd. cit., p. 218-219 ; traduction : « parce que vous vous appelez Mélusine d’Écosse, or “Écosse”, en grec, veut dire “chose qui ne manque” et que, deuxièmement, Mélusine signifie “prodiges” ou “prodigieux”, or c’est bien d’une manière prodigieuse que cette place a été fondée et, je ne doute pas, aussi longtemps qu’elle durera, des événements prodigieux s’y dérouleront. »

12 Voir J. d’Arras, op. cit., les notes 1 p. 129 et 219 de Jean-Jacques Vincensini.

13 Jacques le Goff, « Mélusine maternelle et défricheuse » dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard « Quarto », 1999, p. 306.

14 Laurence Harf-Lancner, « Mélusine » dans Dictionnaire des mythes littéraires, dir. Pierre Brunel, Paris, Éditions du Rocher, 1988, p. 1028.

15 Jean d’Arras, op. cit., p. 116 : « Mais laissons là les autorités et, afin de donner à ce récit la couleur de vérité qui, selon nous, est la sienne et qui nous a été conservée par les chroniques authentiques, racontons plutôt ce que nous avons entendu dire et conter par nos anciens et que, aujourd’hui encore, on dit avoir vu en Poitou et ailleurs. »

16 Ibid., p. 116 : « Gervais ajoute que les fées en question prenaient la forme de très belles femmes et que bien des hommes en avaient épousé certaines, à condition de respecter les engagements qu’elles leur faisaient jurer : certains qu’ils ne les verraient jamais nues, d’autres qu’ils ne chercheraient pas à savoir ce qu’elles devenaient le samedi. »

17 Ibid., p. 118 : « Ce que je vous ai dit s’inscrit dans mon projet de vous raconter comment une fée a fondé la noble et puissante forteresse de Lusignan, en Poitou […]. Je vais également mettre en lumière la noble descendance qui en est issue et qui règnera jusqu’à la fin du monde, si l’on en croit son règne jusqu’à présent. »

18 Coudrette, Le Roman de Mélusine, texte présenté, traduit et commenté par Laurence Harf-Lancner, Paris, Flammarion, « GF », 1993.

19 Il s’agit des amours malheureuses du seigneur Roger de Château Rousset avec une fée provençale, de celles du roi d’Albanie (= Écosse), Elinas et de la reine Présine, les parents de Mélusine, et enfin, de celles d’Hervy de Léon, le père de Raymondin, et de la mystérieuse fée du Forez.

20 Jean d’Arras, op. cit., p. 158 : il s’en va « à bride abattue à travers la forêt, ignorant la direction qu’il prend ».

21 Ibid., p. 162 : « Raymondin porte le regard sur elle et découvre son admirable beauté. Il en reste émerveillé car jamais, lui semble-t-il, il n’a vu une femme aussi belle. »

22 Ibid., p. 164 : « Raymondin, au nom de Dieu, inutile de dissimuler, je sais bien de quoi il retourne. »

23 Ibid., p. 164 : « Raymondin, grâce à Dieu, je suis, après Dieu, la personne la plus apte à t’apporter de l’aide, à te faire progresser en ce monde au milieu de tant d’adversités et à tourner ton mal en bien. »

24 Ibid., p. 166 : « Vous allez me jurer, par tous les serments que peut faire un homme d’honneur, que jamais le samedi vous ne chercherez ni à me voir ni à savoir où je serai. »

25 Ibid., p. 660 : « Il vit Mélusine dans le bassin : jusqu’au nombril elle avait l’apparence d’une femme et elle peignait ses cheveux, mais toute la partie inférieure de son corps, sous le nombril, avait la forme d’une queue de serpent, grosse comme une caque de harengs et d’une extraordinaire longueur, avec laquelle elle fouettait si violemment l’eau du bassin qu’elle éclaboussait la voûte de la salle. »

26 Ibid., p. 692 : « Ah ! serpente pleine de perfidie ! Dieu me soit témoin, ce que tu es comme ce que tu fais, tout n’est qu’illusion trompeuse. Jamais aucun de tes enfants ne viendra à bonne fin. »

27 Ibid., p. 704 : « Alors, poussant une plainte déchirante et un formidable gémissement, elle se précipita dans les airs, s’éloigna de la fenêtre et dépassa le verger tandis qu’elle se transformait en une grande et grosse serpente, longue de quinze pieds. »

28 Ibid., p. 698 : « Apprenez que, après vous, aucun homme ne gouvernera, d’un seul tenant, le pays que vous avez sous votre autorité. Vos héritiers, après vous, auront fort à faire. »

29 J. Lorrain, « Mélusine enchantée », dans Princesses d’ivoire et d’ivresse, lecture accompagnée par Virginie Fauvin, Paris, Gallimard, 2002, p. 111.

30 J. Lorrain, op. cit., p. 109.

31 Ibid., p. 110.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 111.

35 J. d’Arras, op. cit., p. 158-160 : « À minuit […]. La lune brillait de toute sa clarté. »

36 J. Lorrain, op. cit., p. 111.

37 Ibid., p. 110, ou encore : « Il était pourtant bien seul. »

38 Ibid.

39 Ibid. p. 112.

40 « Quand dans la rousse bruyère accablée de chaleur le serpent léthargique se dressera-t-il sur sa queue en sifflant, étreint au cou par son libérateur ? Quand la vierge, enfin délivrée, jaillira-t-elle nue comme une perle et blanche comme l’écume hors de l’écaille du monstre ? », Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 116.

43 Ibid.

44 Ibid., p. 117.

45 Ibid., p. 116.

46 Ibid., p. 117.

47 « Ces mouvements de terrain, ces arbres grêles à fleur de sol et cette chaîne de montagnes à l’horizon lui était inconnus ; une grande tristesse le prenait dans cette solitude ennemie. Il n’était plus dans la pleine immense de tout à l’heure, il avait devant lui une lande inculte, et ravinée, […] », Ibid., p. 115.

48 Ibid. p. 116.

49 J. d’Arras, op. cit., p. 694.

50 Ibid., p. 134.

51 Ibid. : « La valeur de la semence de ton père vous aurait attirées, toi et tes sœurs, à sa nature humaine et vous auriez été rapidement libérées de la condition des nymphes et des fées, sans jamais y retourner. »

52 Ibid. : « Au contraire, voici le sort que je t’inflige : désormais, tous les samedis, tu seras serpente du nombril jusqu’au bas du corps. »

53 « Mais se tu treuves homme qui te veulle prendre a espouse que il te convenance que jamais le samedy ne te verra, non qu’il te descuevre ne ne le die a personne, tu vivras cours naturel comme femme naturelle et mourras naturelment […] », Ibid., p. 136 (« Cependant, si tu trouves un homme qui veuille t’épouser et promette de ne jamais te voir le samedi, de ne pas chercher non plus à découvrir qui tu es, ni de ne parler de cela à personne, alors tu vivras le cours naturel de la vie comme une femme douée de nature humaine et tu mourras naturellement. »)

54 Ibid., p. 704 : « Elle se transformait en une grande et grosse serpente, longue de quinze pieds. »

55 Voir par exemple le manuscrit Harley 4418, f° 214 v°.

56 J. d’Arras, op. cit., p. 136 : « […] sache-le bien, si ton union avec ton mari est rompue, tu retourneras éternellement à ton tourment originel qui ne cessera que lorsque le Juge souverain siègera. »

57 Ibid., p. 700 : « Mais toi, tu ne me verras jamais plus sous la forme d’une femme à partir du moment où je serai partie. »

58 Ibid., p. 696 : « L’obscure pénitence. »

59 Ibid., p. 658 : « un esprit surnaturel. »

60 J. Lorrain, op. cit., p. 111.

61 Ibid., p. 115.

62 Ibid.

63 Ibid., p. 110.

64 Alain Montandon, Figures mythiques médiévales aux XIXe et XXe siècles, p. 13.

65 Jean Lorrain, op. cit., p. 111.

66 Ibid. p. 112.

67 Ibid., p. 109.

68 Ibid., p. 112.

69 Ibid., p. 109.

70 Ibid., p. 115.

71 Ibid., p. 111.

72 Jean d’Arras, op. cit., p. 810 : « Il vit, dit-il, apparaître distinctement à sa vue, juste devant son lit, une serpente fabuleusement grande et grosse ; sa queue, burelée d’azur et d’argent, faisait bien sept à huit pieds de long. »

73 Voir à ce sujet J. d’Arras, op. cit, glossaire p. 830, et Coudrette, Le roman de Mélusine, éd. citée, note 28, p. 76.

74 « Oncques ne fut point de plus belle. / Maiz queue ot dessoubz de serpent, / Grande et orrible vrayement : / D’argent et d’asur fut burlee », Coudrette, Le roman de Mélusine, éd. E. Roach, Paris, Klincksieck, 1982, p. 211, v. 3072-3075.

75 J. Lorrain, op. cit., p. 113.

76 Ibid., p. 111.

77 Ibid., p. 112.

78 Ibid., p. 116.

79 Léonie Meyerof, Bréviaire féminin pour les heures misanthropes, « La vengeance de Mélusine », texte cité dans Thüring de Ringoltingen, Mélusine et autres récits, présentés, traduits et annotés par Claude Lecouteux, Paris, Champion, 1999, p. 218.

80 J. Lorrain, op. cit., p. 116.

81 Ibid.

82 Ibid., p. 117.

83 Ibid., p. 114.

84 Ibid.

85 J. d’Arras, op. cit., p. 688 : « Je crois bien que cette femme n’est qu’un être fantastique ! »

86 Ibid., p. 690 : « Ici commence la pénitence que Mélusine subira jusqu’à la fin du monde. »

87 J. Lorrain, op. cit., p. 114.

88 Ibid., p. 113.

89 J. d’Arras, op. cit., p. 700 : « Alors, Mélusine saute sur le rebord de l’une des fenêtres donnant sur la campagne et sur les jardins qui s’étendaient vers Lusignan, légère comme si elle s’envolait, soulevée par des ailes. »

90 Ibid., p. 704 : « Et vous devez savoir que la pierre de la fenêtre sur laquelle elle s’appuya existe toujours et que la forme de son pied y est nettement inscrite. »

Auteur

CÉRÉdI
Maître de conférences en littérature médiévale à l’université de Rouen, est l’auteure d’une thèse parue sous le titre de L’imaginaire dans l’œuvre de Guillaume de Machaut, Paris, Champion, 1998. Ses travaux portent sur la poésie lyrique à la fin du Moyen Âge (études et articles sur Charles d’Orléans, Oton de Grandson, Pierre de Nesson) et sur le lien textes-images (recherches dans le domaine de l’enluminure).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540