Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Esquisse de l’organisation du clergé paroissial dans le Bas-Maine avant la Révolution

Henry Chanteux

Texte intégral

1Une des caractéristiques par lesquelles, dans les siècles qui ont précédé la Révolution, le clergé séculier se distingue de celui de l’époque concordataire et contemporaine est la décentralisation de l’organisation du clergé paroissial du fait de laquelle chaque paroisse suit des usages particuliers par lesquels elle se distingue, peu ou prou, de ses voisines.

  • 1 Nous désignons ainsi le département de la Mayenne, selon l’usage maintenant consacré par la thèse (...)

2C’est une brève esquisse de cette organisation dans le Bas-Maine1 que nous voudrions tracer dans ces quelques pages.

***

3Dans la paroisse, le personnage essentiel est, évidemment, le curé. Celui-ci est, le plus souvent, assisté par un, deux ou trois vicaires. D'autre part, il n’est guère de paroisse de moyenne importance qui n’ait aussi un ou, parfois, deux prêtres sacristes.

4La petite équipe ainsi formée est, en beaucoup d’endroits, entourée d’autres prêtres en nombre très variable qui desservent des chapellenies ou des prestimonies, et, enfin, des prêtres habitués.

5Dans ce clergé plus ou moins nombreux, il convient de distinguer les bénéficiers et ceux qui ne le sont pas. Si maigre que soit un bénéfice, il donne en effet à son titulaire une sécurité qui manque à celui qui n’en est pas pourvu et risque de devoir se contenter de son titre clérical, c’est-à-dire de l’espèce de dot qui lui a été constituée par sa famille au moment de son ordination sous-diaconale.

  • 2 Pour la partie du diocèse du Mans actuellement incluse dans les limites du département de la Mayen (...)

6Tout clerc qui désire obtenir un bénéfice doit, on le sait, faire acte de candidature auprès de la personne qui a droit de présentation. Ainsi en est-il spécialement pour le candidat à une cure. Car, malgré la réforme grégorienne, peu nombreux sont les bénéfices de cette nature dont l’évêque dispose totalement2. L’exercice de ce droit est d’ailleurs limité aux cas exceptionnels où le titulaire qu’il s’agit de remplacer n’a pas lui-même choisi son successeur par résignation ou permutation ou encore, depuis la Pragmatique Sanction et le Concordat de 1516, aux cas où l’occupant n’est pas décédé dans un des quatre mois réservés aux gradués.

  • 3 Abbé F. Pichon, Vie de M. Marquis-Ducastel, Le Mans, 1873, p. 12. Notons à ce propos, la singulari (...)

7En réalité, le droit de l'évêque est très souvent limité par celui d’un présentateur qui, peu à peu, depuis la réforme grégorienne, est généralement devenu un abbé, une abbesse, une communauté, un chapitre. 64 personnes ou établissements religieux présentent à toutes les cures du diocèse du Mans. Dans le doyenné d’Evron, sur 32 cures, l’évêque n’a la libre disposition que de 7 : l’abbé et les moines d’Evron ont droit de présenter à 18 ; les 7 autres cures sont à la présentation des abbés de Beaulieu et de Champagne, de l’abbesse d’Etival, des chapitres du Mans, de Sillé-le-Guillaume, et de Saint-Tugal de Laval et, enfin, du prieur de Fontaine-Géhard3.

  • 4 Isidore Boullier, Recherches historiques sur l’église et la paroisse de la Trinité de Laval, Laval (...)

8Il arrive, rarement il est vrai, que le patronage soit alternatif. C’est le cas pour la Trinité de Laval à partir du 29 octobre 16884. Jusqu’alors, en effet, la paroisse était gouvernée par deux curés qui exerçaient leurs fonctions une semaine sur deux. Ce système étant évidemment préjudiciable au bien de la paroisse, les deux portions de la cure furent unies et il fut décidé que le patron de chacune d’elles alternerait avec l’autre dans l’exercice du droit de patronage de la cure unique. Cette décision mettait heureusement fin à un état de choses que compliquait par ailleurs l’existence, dans le voisinage immédiat de la Trinité, de la collégiale Saint-Tugal où était desservie une paroisse personnelle réservée aux nobles et à quelques autres personnes.

  • 5 Joseph Hamon, Le Passais pays bas-normand, Domfront, 1933.
  • 6 Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900-1 (...)

9Plus singulière, était la condition de la paroisse de.Vaucé, qui, partagée comme certaines autres entre la Normandie et le Maine5, avait, dès avant 1713, deux curés résidant simultanément l’un pour la partie normande, l’autre pour la partie mancelle6. On peut regretter le silence des archives sur la situation canonique de chacun.

10Vingt-neuf prieurés-cures constituaient autant de bénéfices réguliers qui ne pouvaient être accordés qu’à des chanoines réguliers des abbayes de Toussaint d’Angers (5), de la Roë (12), de Beaulieu du Mans (10), de la Réau (diocèse de Poitiers) (1).

  • 7 Boullier, Recherches... sur... la Trinité de Laval, p. 75.

11Un autre état de choses résultait pour certaines cures, dans le Bas-Maine comme ailleurs, de leur incorporation à des collectivités ecclésiastiques : chapitres, abbayes, prieurés. La qualité de curés primitifs qui était ainsi dévolue à ces collectivités fut, par la suite, peu à peu restreinte aux chefs de ces institutions et fut d'ailleurs définitivement attribuée à ceux-ci par une déclaration du roi du 15 janvier 17317.

  • 8 Boullier, op. cit., p. 188.

12Quand cette qualité appartenait à une personne physique, le titulaire se réservait certaines fonctions ecclésiastiques variables en nombre et en importance selon les cas ; mais il n'y avait pas de règles fixes à cet égard et, qui plus est, il y eut dans les mêmes lieux de nombreuses variations selon les temps. On tendit en général à restreindre les droits des curés primitifs jusqu’à ce que la déclaration royale du 15 janvier 1731 les limitât au droit d’officier aux quatre principales fêtes de l’année et le jour de la fête patronale sans pouvoir, même ces jours-là, administrer les sacrements ou prêcher sans une mission spéciale de l’évêque8.

13On sait que, dans ces cas-là, les fonctions curiales étaient assurées par un vicaire perpétuel. Ainsi en fut-il à Andouillé dont la cure, par ailleurs, a une histoire riche d'enseignements. Cette cure, dont la possession avait été confirmée en 1125 par l’évêque du Mans à l’abbaye d’Evron, revint à la libre disposition d’un de ses successeurs qui, en 1341, l’annexa à la dignité de doyen rural de Laval et y créa un vicariat perpétuel. Cet arrangement ne fut que passager : en 1404, ce n’était plus le doyen de Laval, mais son vicaire qui jouissait du bénéfice. Puis, en 1444, l’évêque en décréta l’annexion à la prébende du doyen de la collégiale Saint-Tugal de Laval. Celui-ci se borna longtemps à donner la desservance à ferme à un ou plusieurs chapelains.

  • 9 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. I, p. 45.
  • 10 A. Grosse-Dupéron, L’église de Saint-Martin de Mayenne, Mayenne, 1910, p. 5.

14En exécution de deux arrêts du Parlement des 15 mars 1661 et 23 février 1664 ordonnant aux chanoines qui avaient des cures d’y nommer des vicaires perpétuels, le doyen Daniel Hay, avec le consentement du comte de Laval, s’en remit à l’évêque du Mans qui choisit un titulaire dont les successeurs devaient au XVIIIe s. prendre le nom de curés9. Une déclaration du roi en date, à Fontainebleau, du 5 octobre 1726 disait en effet : « Pour inspirer à nos peuples le respect et la juste confiance qu’ils doivent à leurs pasteurs, les vicaires perpétuels pourront en tous actes et toutes occasions prendre la qualité de curés de leurs paroisses et ils seront reconnus en cette qualité par tous les fidèles confiés à leurs soins10 ».

  • 11 Pichon, Vie de M. Marquis-Ducastel, p. 53, note 2.
  • 12 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. II, p. 388.

15Le droit de nomination et de présentation était, pour son titulaire, absolu, et l’évêque diocésain ne pouvait refuser le prêtre ainsi pourvu que pour incapacité ou indignité prouvée suivant toutes les formes de droit11. Sans doute fut-ce à raison de cette rigueur juridique que, en 1742, l’évêque du Mans, après avoir refusé Louis Launay qui lui était présenté pour la cure du Ham par l'abbé de Saint-Vincent du Mans parce que, « passant pour un esprit turbulent », « il ne pouvait procurer l’édification de la paroisse », se le vit imposer par un arrêt du Parlement12-.

  • 13 René Delaunay, Charné, dans le Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne (...)

16Le bail à ferme dont l’histoire de la cure d’Andouillé donne un exemple était spécialement pratiqué par les titulaires - moins nombreux semble-t-il au XVIIIe siècle qu’au cours des siècles précédents - qui ne pouvaient se résigner à garder la résidence. Rares, en effet, paraissent avoir été au XVIIIe siècle ceux qui, comme le sieur de Gruel, curé de Charné-Ernée, avait « fixé sa demeure dans la ville d’Argentan, province de Normandie » et ne venait dans sa paroisse « que pour y faire un séjour momentané et de forme, y recevoir les loyers de la dixme qu’il avait affermés et le prix de ses acquêts qu'il avait revendus »13.

  • 14 Voir, par exemple, le récit autobiographique de la prise de possession de la cure de Vieuvy par Fl (...)
  • 15 Voir, à ce sujet, pour la période ancienne : Madeleine Dillay, Le régime de l’église privée du XIe(...)

17Passant sur la prise de possession et les démarches préalables14, il convient de dire au moins quelques mots de la consistance du temporel du bénéfice15.

18Si petite qu’elle soit, la dotation de chaque cure se compose parfois de fiefs, souvent de fonds de terre légués à différentes époques, parfois de rentes en argent et de la dîme dans la mesure, évidemment, où celle-ci n’a pas été accaparée par des seigneurs laïques ou ecclésiastiques. La dîme est évidemment, à elle seule, un sujet beaucoup trop vaste pour qu’il soit possible, ici, de faire autre chose que la mentionner. Il faut du moins noter l’extrême variété de sa quotité : le 10e, le 11e, le 12e, le 13e, le 20e et l’intérêt qu’il y aurait peut-être à essayer d’entrevoir l’origine de cette diversité.

19Quoi qu’il en soit, le droit de dîme étant essentiellement curial et son objet un impôt foncier de création aussi ancienne que les paroisses, on ne peut s'empêcher de voir en lui l'origine de la configuration d’un territoire sur lequel vivent les familles dont les membres naissent tous à la vie spirituelle sur les mêmes fonts.

  • 16 D’ou le nom de « tierçage ». Voir à ce sujet : abbé A. Angot, Le droit de sépulture dans le Maine, (...)
  • 17 Angot, Le droit de sépulture..., tirage à part, pp. 9-13.
  • 18 Angot, op. cit., pp. 13-18.
  • 19 A. Grosse-Dupéron, L’église Notre-Dame de Mayenne, Mayenne, 1911-1912, 2 vol., t. I, p. 154.

20Après la dîme, venait le casuel et surtout le droit de sépulture qui en complétait les revenus et qui consistait en offrandes soit volontaires, soit imposées. Dès le début du XIIe siècle au moins, le curé avait droit au tiers des biens meubles de chaque défunt16 et à une redevance de 13 deniers. Avec le temps, les conditions matérielles de la vie étant venues à se modifier, la fortune des particuliers augmentant, cette coutume devint plus difficile à faire admettre et il y eut des protestations de la part des populations. Dans le diocèse d’Angers, le droit de tierçage ainsi discuté fut aboli au début du XVe siècle17. Pour celui du Mans, un arrêt du Parlement du 8 avril 1416 réduisit cet impôt dans de notables proportions et décida par manière de provision que, jusqu'à nouvel ordre, les héritiers ou exécuteurs testamentaires des défunts paieraient pour le droit de sépulture la valeur de la dixième partie des meubles, déduction faite des dettes personnelles et des dépenses funéraires ou 30 sous tournois pour les bourgeois, marchands, praticiens, artisans et autres. Quant aux serviteurs, journaliers et ouvriers, ils ne seraient taxés qu'à 7 sous 6 deniers18. Sans doute est-ce dans cette distinction entre classes sociales qu’il convient de voir l’origine des classes du casuel maintenant en cours de disparition. Cette distinction fut encore maintenue en 1670 par l'official du Mans lorsque, un tarif du casuel n’étant pas encore établi pour le diocèse, les habitants de Notre-Dame de Mayenne décidèrent que, pour les sépultures des officiers et des bourgeois, le curé, s’il y assistait en personne, recevrait 20 sous, le premier vicaire, 10 sous, les autres prêtres 8 sous et que, pour la sépulture des artisans, les mêmes recevraient respectivement 12 sous, 6 sous et 5 sous19.

  • 20 Rituel du diocèse du Mans publié par l’autorité de monseigneur Louis-André de Grimaldi, les prince (...)

21Au cours du procès de 1416, l’avocat des clercs avait fait valoir pour le maintien de l’ancien état de choses que les curés du Maine n’avaient, surtout ceux des bonnes villes, que de maigres dîmes, toutes les meilleures appartenant à l’évêque, aux abbés, prieurs, chevaliers, écuyers et notables bourgeois qui prétendaient les posséder à titre d’inféodation. Le rapport ainsi établi entre les dîmes et le casuel - celui-ci étant, spécialement pour les villes, la compensation de l’insuffisance des autres - fut maintenu dans le diocèse du Mans par un tarif publié en 176920, car celui-ci, tout en ne distinguant plus entre bourgeois et artisans, mais en maintenant les deux classes de sépultures prévoyait aussi des honoraires plus élevés pour les paroisses des villes de Laval, Mayenne, Ernée, Evron, Lassay, Sainte-Suzanne et Gorron que pour celles du plat pays.

22On conçoit qu’avec une organisation aussi décentralisée, ou plutôt dont toute centralisation était absente, les revenus des curés étaient très inégaux. Tel curé du Bas-Maine jouissait de 10.000 livres de rentes tandis que ses voisins en avaient à peine 1.000 ou 1.200. Tel autre qui - comme vicaire perpétuel ou à quelque titre que ce fût - suppléait le bénéficier, devait se contenter de la portion congrue que lui versait celui-ci, soit 500 livres, jusqu’à la déclaration du roi du 2 septembre 1786 et 700 depuis lors.

  • 21 Robert Triger, L'année 1789 au Mans et dans le Haut-Maine, Mamers, 1889.

23Les charges principales du bénéficier, sans parler des fondations et des pauvres dont le nombre était considérable, consistaient d’abord dans le paiement de l’impôt des décimes dont le montant était fixé tous les dix ans par l’assemblée du clergé de France pour subvenir aux frais généraux de l’administration ecclésiastique et fournir chaque année au trésor royal un don gratuit de plusieurs millions puis, dans l’obligation de concourir, en sa qualité de décimateur, à l’entretien et même à la reconstruction du choeur de l’église21.

  • 22 Du Brossay, Délibérations des paroisses (XVIIe et XVIIe siècles), s.l.n.d., (tirage à part des Mém (...)
  • 23 Le Bibliophile du Maine, no 48 (juin-juillet 1900), p. 4.

24Il est vrai que les paroissiens devaient mettre à sa disposition un presbytère dont il devait d’ailleurs assurer l’entretien22 et une chambre garnie estimée, nous dit un résultat de l’assemblée des habitants de Saint-Berthevin de 1711, 30 livres23.

***

  • 24 En 1778, lors de la visite que Jean-François Marquis-Ducaste), curé de Sainte-Suzanne, fit des par (...)
  • 25 Cette rémunération, très variable en valeur, était également assurée de façons très diverses. A Ch (...)
  • 26 Abbé F. Gaugain, Histoire de la Révolution dans la Mayenne, Laval, (1918), 4 vol., t. I, p. 52.
  • 27 E. Laurain, Questions fabriciennes dans le Bulletin de la Commission historique et archéologique d (...)
  • 28 Semaine religieuse de Laval, 8 novembre 1947, p. 337.
  • 29 Triger, L’année 1789 dans le Haut-Maine, p. 11.

25A la différence des curés, les vicaires - il n’était guère de paroisse, semble-t-il, dans laquelle il n’y en eût au moins un24 - avaient été complètement oubliés dans l’organisation du personnel et dans l’attribution des biens ecclésiastiques. Choisis par les curés et révocables par eux, sans traitement fixe, ils ne pouvaient compter que sur une faible pension25 qui augmentait leurs honoraires de messes, un casuel douteux, éventuellement le revenu de quelque prestimonie dont ils devaient faire acquitter les charges26 et la quête annuelle à domicile appelée glane qui, bien qu’interdite dans tout le comté de Laval27 et la sénéchaussée du Mans, était encore en usage - une ordonnace épiscopale en est la preuve officielle - en 194728. Les populations rurales, très attachées pour la plupart à leur clergé, s'élevaient avec force contre un tel état de choses et, dans les cahiers de 1789, qualifient la glane de « quête avilissante, honteuse et indécente pour un ecclésiastique, déplorant de voir leurs vicaires rangés dans la classe des mendiants, obligés d’aller demander du blé à de pauvres malheureux qui, le lendemain, iront à leurs portes demander du pain29 ».

***

26Si la cure était toujours à la nomination de l’évêque, d’un personnage ecclésiastique ou religieux ou d’un seigneur laïc, la sacristie (ou segretainerie) qui existait en nombre de paroisses était, tantôt à la nomination du seigneur de paroisse, tantôt à la nomination des habitants.

  • 30 Grosse-Dupéron, L'église de Saint-Martin de Mayenne, p. 49.
  • 31 Archives de la Mayenne, 225 G2, publié dans le Bulletin de la Commission Historique et Archéologiq (...)

27A Saint-Martin de Mayennne, le titulaire du bénéfice était choisi par les habitants - parmi les prêtres originaires de la paroisse sous réserve de l’agrément de l'évêque30. Un règlement général imposé le 7 septembre 1758 par le Parlement de Paris à la fabrique de Courcité31 puis à certaines autres, prévoyait que les sacristes seraient nommés dans une assemblée de curés, marguilliers et habitants tenue dans la forme prescrite par le même règlement. Mais les consignes données à ces sacristes par le même règlement montrent qu’il s’agit des serviteurs laïcs de l'église.

  • 32 Bulletin de la Commission Historique... de la Mayenne, t. XXV, p. 333.
  • 33 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. IV, p. 197.
  • 34 Angot, Dictionnaire... de la Mayene, t. II, p. 756.

28La lecture des registres paroissiaux et les usages habituellement observés dans les paroisses prouvent que le sacriste, sans être ainsi nommé par le règlement de fabrique de Courcité est bien plutôt un prêtre qui, selon ce même texte32 : 1° « sera nommé et présenté par les habitants pour dire les messes et faire les prières publiques dans l'église de la paroisse, ne pourra y exercer aucunes fonctions que de l'agrément et du consentement par écrit du prieur-curé » et qui, 2° « continuera, pour le bien et utilité des habitants de tenir les écoles et instruire les garçons de la paroisse ». On peut, en effet, rapprocher du premier point un résultat d’assemblée d’habitants de Châtres du 4 juillet 1618 par lequel ceux-ci protestèrent contre la nomination par le marquis de Montécler de Jacques Girard comme sacriste « pour n’avoir pas, dit ce texte, l'usage de la langue libre, ne propre à faire les prières, recommandations et publications des commandements de Dieu et articles de la foy, ainsi que secretain est accoutumé faire tous les dimanches à la première messe33 ». Le second point trouve son commentaire dans l’acte de donation fait à Maisoncelles en 1704 par François Martin au prêtre sacriste qui entretient la lampe, administre les sacrements « et, par une suite nécessaire de ses fonctions, a soin de l’éducation des enfants34 ».

  • 35 Dans les plus petites paroisses, d'ailleurs, celles où il n’y avait pas de sacristie, la fonction (...)
  • 36 Ibid., p. xl.

29Mais il convient de ne pas trop généraliser ce rattachement à la sacristie des fonctions de maître d’école des garçons (celle de maîtresse d’école des filles étant assurée par une « bonne sœur » dont l’institution des Tulardines à partir de la fin du XVIIe siècle devait tendre à faire des religieuses), car, sur ce point comme sur tous les autres des institutions paroissiales, on observe une diversité dont on peut, semble-t-il, dégager les lignes générales suivantes : si les trois chapitres de Saint-Tugal de Laval, de Saint-Just de Château-Gontier et Saint-Nicolas de Craon fondés au XIe siècle, étaient, dès leur création semble-t-il, en possession du droit de nommer et surveiller les maîtres d’écoles de leurs villes respectives, on peut affirmer que les paroisses initialement desservies par un prieuré bénédictin furent les premières à avoir des écoles et le fait que le droit d’en nommer le maître appartint au prieur comme curé primitif porte à croire que l’école y fut fondée avec le prieuré lui-même35. Mais si, au début du XVIe siècle, l'école semble toujours annexée moralement à l’église paroissiale, elle devient par la suite, tout en restant sous l’influence et la direction du clergé, une institution dont la vie propre s’affirme davantage36.

***

30Après le curé, le ou les vicaires, et le sacriste, venaient les chapelains.

  • 37 Boullier, Recherches... sur... la Trinité de Laval, p. 169.

31Selon la signification propre du mot, une chapelle est un petit édifice consacré au culte et dans lequel il n’y a qu’un autel. On donne aussi ce nom à des parties d’église formant des compartiments séparés et dans chacun desquels est établi un autel. Au cours des siècles, l’usage s’introduisit d'attacher à certaines chapelles des revenus suffisants pour qu’il pût y être célébré certains offices ou des messes, soit tous les jours, soit un certain nombre de fois par semaine, soit à des époques déterminées de l’année37. On affecta ensuite des biens à la célébration d’un certain nombre de messes dans telle chapelle ou à tel autel d’une église ou en général dans une église déterminée. Un clerc touchait les revenus et devait acquitter les charges, c’est-à-dire célébrer ou faire célébrer les messes prévues. Les fondations de ces deux genres s’appelaient des « chapellenies », plus ordinairement des « chapelles », et les clercs qui en étaient chargés avaient le titre de chapelains.

  • 38 Abbé A. Angot, Epigraphie de la Mayenne, Laval et Paris, 1907, 2 vol., t. I, Introduction, p. xlvi (...)
  • 39 Boullier, Recherches... sur... la Trinité de Laval, p. 170 - Louis-Marie-François Guiller, Recherc (...)

32Aux XIVe et XVe siècles, et dans la première moitié du XVIe siècle, on vit, dans le Bas-Maine, se fonder un nombre incalculable de chapellenies d’une ou plusieurs messes par semaine38. Ces chapellenies étaient, après enquête, approuvées par l’évêque qui rendait à cet effet un décret, ce qui faisait dire que telle chapelle avait été décrétée à telle époque. De telles chapelles devenaient, dès lors, de véritables bénéfices et étaient soumises à toutes les règles qui régissaient ceux-ci39.

  • 40 Angot, Epigraphie, t. I, Introduction, p. li.

33L’abbé Angot remarque que, « pour différentes raisons », qu’il ne donne malheureusement pas, on cessa au cours du XVIe siècle de faire décréter les fondations de messes hebdomadaires et que celles-ci ne furent plus que rarement insinuées dans les archives de l’évêché. « Mais, dit-il, pour assurer quand même le service des legs, on commença à placer ostensiblement dans les églises des inscriptions qui résumaient l’acte authentique et y renvoyaient ». Les fondations de cette sorte, non reconnues canoniquement, appelées « prestimonies », ne se perpétuaient que grâce aux soins et à la fidélité des héritiers des fondateurs à qui seuls, sans aucune intervention de l’autorité religieuse, appartenait la nomination des clercs chargés d’en acquitter les charges et habilités à toucher les revenus. Beaucoup moins importantes, en général, que les chapellenies et peu riches, elles allèrent en se raréfiant si bien que - signe d’un état social moins prospère - les inscriptions qui en perpétuaient le souvenir ne se rencontrèrent plus au XVIIIe siècle40.

  • 41 Rituel du diocèse du Mans, 1re partie, p. 304, 2e col.
  • 42 E. Laurain C.R. de : Grosse-Dupéron, L'église Notre-Dame de Mayenne, dans le Bulletin de la Commis (...)
  • 43 Voir par exemple : Grosse-Dupéron, L'église Notre-Dame de Mayenne, t. I,. pp. 130-151.
  • 44 Laurain, loc. cit. ; Gaugain, Histoire de la Révolution, t. I, p. 53.

34D’ailleurs, attribuées trop souvent à des clercs étrangers à la paroisse et qui, au lieu d’y résider, habitaient les villes où ils exerçaient peu de ministère, beaucoup de ces chapellenies et de ces prestimonies ne profitaient même pas à une foule de prêtres habitués qui, n’ayant souvent d'assuré que les 50 livres de leur titre clérical41, perdaient à courir après le pain quotidien le peu de dignité qui leur restait et tout le crédit dont ils auraient eu besoin pour faire le bien42. Devenant par nécessité hommes d’affaires, procureurs officieux, feudistes à l’occasion, fermiers, manoeuvres même, assez mal réputés parfois, ils trafiquaient quand ils pouvaient, s’appareillant aux personnes qu’ils fréquentaient allant mendier « la soupe chez celui-ci, le fricot chez celui-là », lamentables épaves manquant de tout et se coalisant pour attraper quelque obole sur le casuel de l’église, tellement qu’à maintes reprises, l’officialité du Mans, celle de Tours et le Parlement eurent à connaître des conflits entre curés et vicaires d’une part et habitués de l'autre43 et que l’assemblée du clergé de 1785 devait agiter la question de leur suppression44.

  • 45 Gaugain, ibid.
  • 46 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. III, p. 536.
  • 47 Angot, op. cit., p. 78.

35Il est vrai qu’avec l’état de choses de notre époque nous avons quelque mal à imaginer à Saint-Vénérand de Laval, en 1638, un clergé de 70 membres ; à la Trinité, une cinquantaine d’années après, en 1686, un clergé d'une quarantaine de prêtres ; au même siècle, une trentaines d’années auparavant, en 1655, à Oisseau, paroisse qui pouvait avoir 2.500 à 3.000 habitants, 21 prêtres45 ; en 1615, à Saint-Denis-de-Gastines, paroisse dont la population ne pouvait guère dépasser 4.000 habitants, un curé, deux vicaires et seize chapelains46, la même année, à Montenay, paroisse dont la population ne pouvait guère dépasser 2.000 habitants, 1 curé et 11 prêtres47.

36Les chiffres ainsi cités un peu au hasard n’ont d’autre but que de justifier des appréciations sévères : il y aurait lieu de tenter pour le XVIIe siècle avec les éléments trop sporadiques que l'on peut recueillir, puis, pour le XVIIIe siècle avec les rôles de taille, une statistique qui ne manquerait sans doute pas d’intérêt.

  • 48 Boullier, Recherches historiques... sur la Trinité de Laval, p. 132.
  • 49 Ibid.
  • 50 Bellée et Duchemin, Cahiers de plaintes et doléances, t. II, p. 27.
  • 51 Fleury, Mémoires..., p. 16.

37Un lavallois du XVIIIe siècle, Pichot de la Graverie, écrivait : « Le premier avril 1736, jour de Pâques, j'ai remarqué à l'église de la Trinité que le clergé de la paroisse s’était tellement multiplié qu'il est présentement composé, tant en prêtres qu’en diacres, jeunes clercs, bénéficiers et enfans de choeur, de plus de 60 personnes, en sorte que, s'il augmente encore, il n'y aura pas assez de stalles et de places dans le choeur pour les contenir48 ». A la veille de la Révolution, le clergé de la même église qui comprenait 28 prêtres, dont 6 professeurs du collège et 15 habitués, avait diminué d’un quart sinon même d’un tiers49. Ce fléchissement était général. En 1789, on lit dans le cahier de doléances de Couptrain : « Le corps des ecclésiastiques, surtout dans ce diocèse, diminue considérablement au point que les curés manquent de vicaires. Les charges ne sont pas remplies50 ». De son côté, le nouveau curé de Vieuvy notait quelques mois auparavant : « Le diocèse manque de prêtres : l’évêque en appelle de la Bretagne et de la Normandie51 ».

***

38L’esquisse ici tentée et faite à grand traits (chaque point mériterait lui-même tout un développement) a pour but de dégager une idée générale de l'organisation du clergé paroissial du Bas-Maine avant la Révolution.

  • 52 E. Laurain, C.R. de : Sevestre Em., L’organisation du clergé paroissial à la veille de la Révoluti (...)

39En fait, le curé qui est, par essence, l’âme de la paroisse, s’il était à peu près indépendant de l’évêque, s'il choisissait les vicaires qu’il voulait et n’était contrôlé qu’à de rares intervalles par l’archidiacre, était souvent gêné non seulement par les soucis matériels que lui causait la gestion des revenus de sa cure, mais aussi par les difficultés qu’il avait avec une partie de ses ouailles et surtout une partie de ses confrères, curés primitifs, chapelains, particulièrement nombreux dans la région, ou prêtres habitués, « ces derniers, enfants du pays, sur lesquels il ne pouvait rien, frelons inutiles et paresseux qui mangeaient le miel des abeilles52 », déjà en diminution, semble-t-il, dès le XVIIIe siècle et dont la Révolution allait provoquer la définitive disparition.

Notes

1 Nous désignons ainsi le département de la Mayenne, selon l’usage maintenant consacré par la thèse de René Musset, Le Bas-Maine : étude géographique Paris, 1917, n’ignorant d’ailleurs pas que ce département comprend dans les limites de l’arrondissement de Château-Gontier une partie notable de l’Anjou et de l’ancien diocèse d’Angers.

2 Pour la partie du diocèse du Mans actuellement incluse dans les limites du département de la Mayenne, ils ne sont que vingt-sept.

3 Abbé F. Pichon, Vie de M. Marquis-Ducastel, Le Mans, 1873, p. 12. Notons à ce propos, la singularité du doyenné de Passais en Normandie dans lequel, en contraste avec les autres régions du diocèse, les patronages sont, en proportion particulièrement importante - 14 sur 28 d'après Th. Cauvin, Géographie ancienne du diocèse du Mans, Paris, 1845 (Institut des provinces de France. Mémoires, 2e série), p. 151 - en mains laïques.

4 Isidore Boullier, Recherches historiques sur l’église et la paroisse de la Trinité de Laval, Laval, 1845, p. 85.

5 Joseph Hamon, Le Passais pays bas-normand, Domfront, 1933.

6 Abbé A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900-1910, 4 vol., t. III, p. 848.

7 Boullier, Recherches... sur... la Trinité de Laval, p. 75.

8 Boullier, op. cit., p. 188.

9 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. I, p. 45.

10 A. Grosse-Dupéron, L’église de Saint-Martin de Mayenne, Mayenne, 1910, p. 5.

11 Pichon, Vie de M. Marquis-Ducastel, p. 53, note 2.

12 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. II, p. 388.

13 René Delaunay, Charné, dans le Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne, 2e série, t. XXVI (1910), p. 157.

14 Voir, par exemple, le récit autobiographique de la prise de possession de la cure de Vieuvy par Fleury en 1788 dans : Jacques-Pierre Fleury, Mémoires sur la Révolution, le premier Empire et les premières années de la Restauration publiées et annotées par le R.P. dom Paul Piolin, Le Mans, 1874, p. 20.

15 Voir, à ce sujet, pour la période ancienne : Madeleine Dillay, Le régime de l’église privée du XIe au XIIe siècle dans l'Anjou, le Maine et la Touraine dans la Revue historique de droit français et étranger, 1925, p. 270 et suiv.

16 D’ou le nom de « tierçage ». Voir à ce sujet : abbé A. Angot, Le droit de sépulture dans le Maine, l'Anjott et la Touraine dans la Revue historique et archéologique du Maine, t. XXXI (1892), pp. 186-201, mais plus spécialement le tirage à part (Mamers, 1892), en appendice duquel est publiée une note additionnelle.

17 Angot, Le droit de sépulture..., tirage à part, pp. 9-13.

18 Angot, op. cit., pp. 13-18.

19 A. Grosse-Dupéron, L’église Notre-Dame de Mayenne, Mayenne, 1911-1912, 2 vol., t. I, p. 154.

20 Rituel du diocèse du Mans publié par l’autorité de monseigneur Louis-André de Grimaldi, les princes de Monaco, évêque du Mans et du consentement du vénérable chapitre de la même église, Paris et Le Mans, 1775, pp. 233-241.

21 Robert Triger, L'année 1789 au Mans et dans le Haut-Maine, Mamers, 1889.

22 Du Brossay, Délibérations des paroisses (XVIIe et XVIIe siècles), s.l.n.d., (tirage à part des Mémoires de la Société Nationale d’Agriculture, Sciences et Arts d'Angers), p. 8.

23 Le Bibliophile du Maine, no 48 (juin-juillet 1900), p. 4.

24 En 1778, lors de la visite que Jean-François Marquis-Ducaste), curé de Sainte-Suzanne, fit des paroisses de son doyenné, deux seulement en étaient dépourvues : Livet, « la plus petite et la plus pauvre du doyenné » et Saint-Ouen-des-Oies (maintenant Saint-Ouen-des-Vallons). Encore, pour cette dernière, s'agissait-il vraisemblablement d’une vacance momentanée de la fonction, car il y avait un vicaire le 27 février 1791 (Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. III, p. 651). Par ailleurs, il y avait un vicaire dans dix-huit paroisses, deux vicaires dans neuf autres, trois vicaires dans les deux dernières : Pichon, Vie de M. Marquis-Ducastel, pp. 102-108.

25 Cette rémunération, très variable en valeur, était également assurée de façons très diverses. A Châtres et à Saint-Calais-du-Désert, le vicaire était rétribué par le curé (Bellée et Duchemin, Cahiers de plaintes et doléances des paroisses de la province du Maine pour les Etats Généraux de 1789, Le Mans, 1881-1892, 4 vol., t. I, pp. 437 et 305. A Montflours, un vicariat fut fondé en 1730 par les habitants (Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. III, p. 85). A Gesnes, le titulaire du prieuré doit 150 livres au vicaire rendu nécessaire par la difficulté qu’ont les habitants d’aller ailleurs à la messe dans le temps de la crue des eaux (Pichon, Vie de M. Marquis-Ducastel, p. 105). A Juvigné, les deux vicaires sont, à la fin du XVIIIe siècle, payés par les décimateurs (Angot, op. cit., t. II, p. 512).

26 Abbé F. Gaugain, Histoire de la Révolution dans la Mayenne, Laval, (1918), 4 vol., t. I, p. 52.

27 E. Laurain, Questions fabriciennes dans le Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, 2e série, t. XXV (1909), p. 357, no LXXIII.

28 Semaine religieuse de Laval, 8 novembre 1947, p. 337.

29 Triger, L’année 1789 dans le Haut-Maine, p. 11.

30 Grosse-Dupéron, L'église de Saint-Martin de Mayenne, p. 49.

31 Archives de la Mayenne, 225 G2, publié dans le Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne, 2e série, t. XXV (1909), pp. 332-343.

32 Bulletin de la Commission Historique... de la Mayenne, t. XXV, p. 333.

33 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. IV, p. 197.

34 Angot, Dictionnaire... de la Mayene, t. II, p. 756.

35 Dans les plus petites paroisses, d'ailleurs, celles où il n’y avait pas de sacristie, la fonction de maître d’école était assumée par le vicaire. Abbé A. Angot, L’instruction populaire dans le département de la Mayenne avant 1790, Paris et Laval, 1890, Introduction, p. xliv.

36 Ibid., p. xl.

37 Boullier, Recherches... sur... la Trinité de Laval, p. 169.

38 Abbé A. Angot, Epigraphie de la Mayenne, Laval et Paris, 1907, 2 vol., t. I, Introduction, p. xlvii - « Ainsi qu’on peut le voir dans les pouillés imprimés par Longnon, les chapellenies sont incomparablement plus nombreuses dans la partie de l'ancien diocèse [du Mans] devenue au XIXe siècle le diocèse de Laval... La même constatation peut être faite en comparant les pouillés anciens du diocèse d'Angers avec celui de Tours : les chapellenies sont beaucoup plus nombreuses à mesure que l’on va vers l’ouest... C’est une forme de dévotion locale... Tout se passe comme si la dévotion aux chapellenies avait brusquement décliné à partir de 1550 dans la région même de sa plus grande extension ». G. Oury, Le pouillé obituaire de Marin Goismon, sergent de la cathédrale [du Mans], dans La Province du Maine, t. LXXI (1969), p. 33.

39 Boullier, Recherches... sur... la Trinité de Laval, p. 170 - Louis-Marie-François Guiller, Recherches sur Changé-lès-Laval, Laval, 1882-1883, 2 vol., in-8°, t. I, pp. 294-300.

40 Angot, Epigraphie, t. I, Introduction, p. li.

41 Rituel du diocèse du Mans, 1re partie, p. 304, 2e col.

42 E. Laurain C.R. de : Grosse-Dupéron, L'église Notre-Dame de Mayenne, dans le Bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne, t. XXIX (1913), p. 260.

43 Voir par exemple : Grosse-Dupéron, L'église Notre-Dame de Mayenne, t. I,. pp. 130-151.

44 Laurain, loc. cit. ; Gaugain, Histoire de la Révolution, t. I, p. 53.

45 Gaugain, ibid.

46 Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, t. III, p. 536.

47 Angot, op. cit., p. 78.

48 Boullier, Recherches historiques... sur la Trinité de Laval, p. 132.

49 Ibid.

50 Bellée et Duchemin, Cahiers de plaintes et doléances, t. II, p. 27.

51 Fleury, Mémoires..., p. 16.

52 E. Laurain, C.R. de : Sevestre Em., L’organisation du clergé paroissial à la veille de la Révolution (Paris, 1911) dans le Bulletin de la commission historique et archéologique de la Mayenne, 2e série, t. XXVII (1911), p. 339.

Auteur

Directeur honoraire des Archives de la Mayenne

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search