Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Thomas de Saint-Jean-le-Thomas et l’abbaye du Mont-Saint-Michel (début du xiie siècle)

Jacques Boussard

Texte intégral

  • 1 De Gerville, Recherches sur les anciens châteaux du département de la Manche. Troisième mémoire, Ca (...)
  • 2 Ibid., p. 39.
  • 3 Ibid., pp. 40-44.

1La seigneurie de Saint-Jean-Ie-Thomas est assez peu connue. Elle ne figurait pas parmi les grandes baronnies normandes telles que celles de Saint-Hilaire et de Montgommery. Elle ne dépendait pas de l'honneur de Mortain et il semble qu’au début du XIIe siècle, ce fief de l’Avranchin ait relevé, tout au moins pour quelques-uns de ses membres, de l’abbaye du Mont-Saint-Michel et, par son intermédiaire, du duc de Normandie. Cependant, la famille qui l’occupait était illustre et ancienne. L’un de ses membres avait pris part à la conquête de l'Angleterre1 et avait reçu des biens à Stanton-Saint-John, dans l’Oxfordshire2. Ses seigneurs étaient patrons de l’abbaye de Lessay, en Normandie, et de celle de Boxgrave, en Angleterre, et étaient considérés comme deuxièmes fondateurs de l'abbaye de la Lucerne. Thomas de Saint-Jean était un fidèle d’Henri Ier Beauclerc, puisqu’en 1106, ce roi, construisant un château destiné à bloquer celui de Tinchebray, le lui confia3.

2Une intéressante charte-notice du début du XIIe siècle, inédite, semble-t-il, nous renseigne sur les agissements du seigneur, Thomas, et de ses frères, et nous montre qu’à cette date, le régime féodal avait déjà acquis une forme rigide et qu’il était soumis à des règles strictes en ce qui concerne la dévolution des biens et les droits des chevaliers à l’héritage de leur père. Elle nous montre aussi que Thomas faisait construire un donjon qui devait être en bois, étant donné l’étendue des dévastations qu’entraînait sa construction dans les forêts voisines. Enfin, elle nous renseigne sur la mentalité des seigneurs de cette époque, que la menace des châtiments surnaturels suffisait à amener à résipiscence, sans toutefois faire disparaître une tendance marquée au marchandage et l’espoir de conclure avec les moines, victimes de leurs agissements, des sortes de compromis qui leur fussent en partie favorables.

  • 4 Ibid.
  • 5 Abbé Desroches, Histoire du Mont Saint-Michel, Caen, 1838, in-8°, 2 vol. et un album in-4°, t. I, p (...)
  • 6 A. Dufief, L’abbaye du Mont Saint-Michel au XIIe siècle, dans Millénaire monastique du Mont Saint-M (...)

3Les faits que nous allons relater ne sont pas inconnus. Ils ont été résumés par de Gerville4, par l’abbé Desroches5 et par A. Dufief6 ; ils nous paraissent toutefois mériter mieux que ces brèves mentions.

  • 7 Bibliothèque municipale d’Avranches, ms. 210, fol. 36.
  • 8 Nerum ou Neirun, bois aujourd’hui disparu, Manche, arr. Avranches, cant. Sartilly, cne. Champeaux.
  • 9 Crapault, bois, cant. Sartilly, cne. Carolles.
  • 10 Bévais, forêt disparue et landes, cant. Sartilly, entre les cnes. de Saint-Michel-des-Loups, Caroll (...)
  • 11 Arr. Avranches, cant. Granville.
  • 12 Arr. Avranches, cant. Sartilly.
  • 13 Roger de Jumièges, abbé du Mont-Saint-Michel, 1106-1123 (Gallia Christina, t. XI, col. 516).
  • 14 Saint-Sauveur de la Pommeraye, Manche, arr. Coutances, cant. Bréhal.
  • 15 Localité non identifiée.
  • 16 A Lingreville, arr. Coutances, cant. Montmartin-sur-Mer.
  • 17 Lieu non identifié.
  • 18 Soit le Moutier, arr. Coutances, cant. Gavray, cne. Hambye, soit les Moitiers, arr. Coutances, cant (...)
  • 19 Lieu non identifié.
  • 20 Arr. Avranches, cant. Sartilly, cne. Dangey.

4Cette notice en effet, contenue dans un cartulaire du Mont-Saint-Michel7, nous expose que Thomas de Saint-Jean, ayant entrepris l’édification de son château, dévasta complètement les bois de Neirun8 et de Crapault9, puis commença à faire subir le même sort à celui de Bévais10 et aux terres de plusieurs vavasseurs de l’honneur de Saint-Pair11 et de celui de Genêts12. Ce qu’apprenant, les moines du Mont-Saint-Michel se mirent en prière pour obtenir le secours divin et le prompt châtiment de ce malfaiteur. Devant l’autel de saint Michel, tous les jours, pendant la messe et devant le Saint Sacrement, ils chantaient le Miserere et le Kyrie eleison pour demander justice. Thomas, l’ayant appris, s'en émut et, violemment irrité, s’en fut au Mont avec ses frères Jean et Roger et une grande foule de ses compagnons, pour demander pourquoi les moines s’en prenaient à lui et à ses frères. Les moines lui répondirent qu’il avait détruit leurs bois et envahi injustement les terres de l’abbaye. Alors, sur le conseil de ses frères et des seigneurs qui l’accompagnaient, il se jeta aux pieds de l'abbé Roger de Jumièges13 et des moines, demandant, pour lui et ses frères, leur pardon et sa réconciliation. L'abbé, conseillé par les moines, lui demanda alors à quelles conditions lui et ses frères voulaient être réconcilés avec l’Eglise, car ils ne cesseraient pas leurs supplications si ceux-ci n’abandonnaient les biens qu’ils avaient injustement occupés. C’est alors que commence le marchandage de Thomas : il répond qu’il restituera volontiers les domaines de l’abbaye, mais il demande en échange que l’abbé laisse à lui et à ses frères le service des hommes qui leur sont liés par le sang, abandonnant aux moines le service de garde au Mont, la mouture, le tonlieu, les tailles, les aides et les autres services de leurs hommes, services qui sont dus au seigneur principal ; il ne réclame que les services de chevalier, et lui-même fera service à l’abbé. Il demande encore plus précisément que l’abbé lui concède la terre de Renaud le Queux, qu’il rendra à l’héritier dudit Renaud, s’il la réclame, mais en gardant le service personnel qu’il lui devra. En outre, Raoul Mauregard, allant en Pouilles, avait engagé sa terre à un neveu de l’abbé, Raoul de Port, qui, après discussion entre Thomas et ses amis, a accepté douze livres de deniers mansois pour cette terre, sous condition que, lorsque le fils de Raoul Mauregard sera en âge de la tenir, Raoul de Port la lui rendra et rendra à Thomas ses douze livres, moyennant quoi Thomas renoncera à cette terre, et il jure avec ses frères que ces biens seront tenus de lui et de ses héritiers. Thomas a eu aussi en garde la terre de Roger de Granville, qui était son écuyer, mais, comme celui-ci a été armé chevalier, il la lui rend, car il sait qu’il doit faire service à l’abbé, comme les autres barons de l’abbaye ; mais, en compensation, il demande qu’on lui concède le service de Raoul, fils d’Ives, les moines conservant les coutumes de ses hommes. Avec Thomas, Guillaume de la Pommeraye14 et Etienne de la Table15 se sont entremis pour que le « perfide Roger », frère de Thomas, fasse pour ce service hommage à l’abbé et devienne l’homme de l'abbaye, compte tenu que ses vavasseurs iront porter à l’abbé les dîmes, la mouture, les tonlieux et les aides, car Thomas ne veut pas diminuer les coutumes de cette église où il a été nourri et élevé. Alors Roger, se levant, fit hommage à l’abbé et jura sur les Evangiles fidélité à l’église du Mont ; il jura en outre que jamais il ne s’approprierait les coutumes ni les droits des moines, ni n’usurperait leurs terres Thomas reprit ensuite la parole : dans l’honneur de Genêts, à Poterel16, il avait mis en gage la terre de Gathon, sous condition que si l’abbé et les moines voulaient la racheter, ils la tiendraient paisiblement ; il s’est engagé par serment à ce que, tant qu’elle serait en sa main ou en celle de ses héritiers, le terrage soit complètement rendu ; il s’est engagé de même, pour cette vigne et pour celle des paysans qui dépendent de lui, à ce que le vin ne soit jamais enlevé avant que le terrage n’ait été porté au pressoir de Saint Michel. Il rend aussi le tonlieu des Dunes17, qu’il avait injustement usurpé, et, s’il a commis une faute, il en demande le pardon. Il rend la terre de Moutier18, parce qu’il a appris que c’est sur un mauvais conseil qu'il l’a reçue. Il restitue aussi la terre de Garembert, qui est dans la villa de Genêts, car il a appris que Robert Fils-Haimon, quand il se fit moine, l’a donnée à l'abbaye. Il demande que l'abbé lui concède la terre de Thibout, que Hugues d’Enfer19 tient de lui, car il reçoit de lui dix sous de mansois auxquels il ne veut pas renoncer. Il abandonne à l’abbaye quelques prés sis sous les vignes de Brion20, que le même Hugues a placés injustement sous sa domination, parce qu’il sait de source sûre qu’ils sont du domaine de saint Michel.

  • 21 Sur la foire de Montmartin, voir Marcel Cauvin, Montmartin-sur-Mer et sa foire médiévale, Châtenay- (...)
  • 22 Soit La Haye-Comtesse, arr. Coutances, cant. Gavray, soit La Haye-Pesnel, arr. Avranches, ch.-l. ca (...)

5Mais restait la question pendante des bois dévastés. Un peu plus tard donc, Thomas vint au Mont avec ses frères, l’évêque d’Avranches et beaucoup d’autres barons, demandant que l’abbé et les moines reçoivent son hommage. Ce qui fut fait. Il déclara alors qu’il avait coutume de verser à l’abbaye vingt sous de mansois, tous les ans, à la foire de Montmartin21, pour la terre de Lambert l’orfèvre et pour celle de Renaud fils de Serlon ; si l’abbé consentait à lui abandonner ces vingt sous tous les deux ans et à accorder à Thomas lui-même, à son père, à sa mère et à ses frères le bénéfice spirituel de l’abbaye, il s’engageait à garder fidèlement, sans réclamation ni de lui ni de ses successeurs, le bois dévasté, et concèderait à l’abbaye la terre de Doubleau qui lui rapportait huit quartiers de froment, tout le froment qui était autour du bois et celui des hommes qui demeuraient autour du bois, et dans les landes, si elles étaient un jour mises en culture, ainsi que celui du moulin de la Haye22.

  • 23 Saint Luc, XVI, 8.
  • 24 Gorron, Mayenne, arr. Mayenne. On connaît les luttes que soutint Henri Ier Beauclerc contre Foulque (...)
  • 25 Richard, abbé du Mont-Saint-Michel de 1123 à 1131 (Gallia Christiana, t. XI, col. 517).

6L’abbé et les moines n’accueillirent pas ces propositions sans réticences et répondirent : « Puisque, comme le dit le Seigneur, les fils de ce siècle sont plus avisés que les fils de lumière23, si nous ne pensions pas être trompés par vos mensonges et vos paroles sans foi, nous vous admettrions au bénéfice de cette église et nous vous abandonnerions, comme vous le demandez, ces vingt sous une année sur deux ; nous vous concéderions tout cela pendant la vie et après la mort, par bon amour ». Alors, Thomas et ses frères, se levant, en présence de l’évêque et de toute l’assemblée des moines, reçurent des mains de l’abbé, avec le texte de l’Evangile, le bénéfice des moines et, les ayant embrassés, ils déclarèrent qu’ils garderaient toutes ces conventions. Thomas déclara solennellement qu’il abandonnait entièrement le bois et dit : « Que nul de mes héritiers ou de mes frères ne le réclame en aucune façon ». L’acte fut dressé au chapitre du Mont-Saint-Michel, au temps de l’abbé Roger, et fut renouvelé lorsque Thomas sortit de sa captivité à Gorron24, en présence d'Henri Ier Beauclerc, à Argentan, sous l’abbé Richard25. Il est souscrit par plusieurs seigneurs ecclésiastiques et laïques.

  • 26 Ibid., col. 41-43.
  • 27 Ibid., col. 477.
  • 28 Orderic Vital, Historiae ecclesiasticae libri tredecim, éd. A. Le Prévost et L. Delisle, Paris, 183 (...)

7Plus tard encore, Thomas revint avec ses frères au Mont-Saint-Michel, il réitéra cet acte, le corrobora et le confirma en présence d'un grand nombre de seigneurs. D’après la copie du cartulaire du Mont-Saint-Michel, qui est évidemment fautive, la date finale est 1121, indiction 11, concurrents 6. De toutes façons, cette date est erronée, car en 1121, l’indiction était 14 et les concurrents 5. Le rédacteur de la notice nous indique qu’il y eut un acte au temps de l’abbé Roger, donc avant 1123 ; en second lieu une confirmation à Argentan, au retour de la captivité de Thomas à Gorron, en présence d’Henri Ier, de l’abbé Richard qui exerça l’abbatiat jusqu’en 1131, de Geoffroy, archevêque de Rouen qui mourut en fin novembre 112826, de Jean évêque de Lisieux et de Richard, évêque de Bayeux. Cette confirmation, d’après la présence de l’abbé Richard et de l’archevêque Geoffroy, ne peut donc se placer qu’entre 1123 et 1128. Enfin, plus tard, eut lieu une deuxième confirmation, au Mont en présence de Turgis, évêque d'Avranches de 1094 au 7 janvier 113327 et de l'abbé Richard, donc avant 1131. A première vue, ce serait cette dernière confirmation qui daterait de 1121, ce qui est impossible et, répétons-le, la date est assortie de concordances fausses. Nous nous trouvons donc devant une datation qui ne peut être serrée de très près. La captivité de Thomas à Gorron ne nous apprend rien. Peut-être se trouvait-il à la Motte-Gautier de Clinchamp, avec ses frères Jean et Roger, ce dernier commandant les cent-quarante défenseurs qui furent contraints de capituler par Foulque V d’Anjou, en juillet 111828. Mais rien n’indique qu’après la capitulation, les défenseurs malheureux aient été retenus captifs par le comte d’Anjou ; au contraire, Orderic Vital relate qu’aussitôt après la capitulation, ils se rendirent à Argentan, auprès d’Henri Ier, et furent en butte aux reproches du roi. Il est donc peu vraisemblable que la captivité de Thomas, à supposer qu’elle ait commencé alors, ait duré jusqu'en 1123. Il ne peut s’agir que d’un épisode que nous ne connaissons pas. Force est donc d’admettre pour la confirmation d’Argentan la fourchette 1123-1128. Quant à la deuxième confirmation, elle peut encore moins dater de 1121, puisqu’elle vient après la première. L’hypothèse la plus séduisante au premier abord consiste à supposer une erreur dans le millésime, l’indiction et les concurrents étant admis comme exacts. On obtiendrait alors l’année 1133. Mais une autre impossibilité apparaît : en 1133, l’abbé Richard était mort depuis deux ans. Il nous est donc impossible de dater correctement cette charte-notice et nous devons nous contenter de l’attribuer au début du XIIe siècle, avant 1132.

  • 29 Ch. H. Haskins, Norman institutions, republished, New York, 1960, in-8° ; pp. 7-24.

8Au point de vue de l’histoire féodale, elle nous apporte quelques enseignements. On voit que ce à quoi tient Thomas, c’est, bien plus qu’aux biens matériels, aux services de chevalier de ses hommes ou de ceux dont la vassalité pourrait lui être contestée par l’abbé du Mont-Saint-Michel. Au début du XIIe siècle, le service de chevalier est la pièce essentielle de la féodalité normande. Charles Homer Haskins a bien marqué29 que cette institution était florissante avant même 1066. On voit ici quelle importance on lui attachait dans l’Avranchin au début du XIIe siècle.

  • 30 Op. cit., p. 43.

9Ce document nous éclaire encore sur la mentalité d’une classe sociale, celle des seigneurs de moyenne importance, les barons vassaux de grands seigneurs fonciers tels que l'abbé du Mont-Saint-Michel. Non seulement nous remarquons le besoin constant de conseil, lorsqu’il s’agit d’une décision à prendre, et la force du clan familial, puisque nous y voyons Thomas de Saint-Jean sans cesse entouré de ses frères et réclamant les services de ceux qui lui sont attachés par le sang, mais encore, nous constatons que, n’ayant pas hésité à s’approprier, pour construire son château, les bois de l’abbaye, il s’étonne et s’irrite de la réaction des moines ; cependant, craignant les châtiments divins, il s’empresse de manifester son repentir. Néanmoins, il marchande et traite de sa réconciliation en défendant ses intérêts et en discutant avec l’abbé le prix de ses restitutions30.

  • 31 Ibid., pp. 45-46.

10En ce qui concerne le château lui-même, qui était visiblement en bois, ou bien il était construit sur un solide soubassement de maçonnerie, ou bien il fut remplacé par la suite par une construction de pierre. De Gerville note que Robert de Torigny le cite parmi ceux que fit reconstruire Henri Ier. Le même auteur déclare aussi en avoir visité le site, qui était admirablement défendu au midi par un à-pic descendant sur la mer, mais au nord, il était beaucoup plus vulnérable. Il a vu lui-même de larges blocs de maçonnerie arrachés et renversés sur les pentes31. Tout concourt donc à nous faire penser que Thomas de Saint-Jean, tout au début du XIIe siècle, avait construit hâtivement un donjon de bois que le roi son seigneur fit refaire par la suite.

11Dans notre document, les discours sont rapportés en style direct, ce qui lui donne un caractère vivant et original. Nous croyons donc bon de le reproduire in extenso.

1106-113132

  • 32 Dates extrêmes des abbatiats de Roger de Jumièges et de Richard.

Charte-notice relatant qu’au temps de Roger de Jumièges, abbé du Mont-Saint-Michel, Thomas de Saint-Jean ayant, pour construire son château, dévasté les bois de Neirun, de Crapault et de Bévais, et les terres de plusieurs vavasseurs des « honneurs » de Saint-Pair et de Genêts, les moines du Mont-Saint-Michel s’étant mis en prière pour obtenir du ciel la fin de ces désordres, Thomas se présenta à l'abbé et aux moines, avec ses frères et ses amis, leur exprima son repentir et traita avec eux des conditions de sa réconciliation ; Thomas exposa alors des offres détaillées par lesquelles il faisait des libéralités à l’abbaye, mais retenait un certain nombre de droits et de revenus ; un autre jour, il revint au Mont avec ses frères et l’évêque d’Avranches et fit de nouvelles propositions, demandant remise de la moitié des redevances qu’il versait aux moines à la date de la foire de Montmartin et la participation, pour lui et sa famille, au bénéfice spirituel de l’abbaye, moyennant quoi il rendrait les bois usurpés et abandonnerait aux moines les récoltes des terres sises aux alentours ; l’accord fut conclu sur ces bases et Thomas et sa famille furent admis au bénéfice spirituel de l’abbaye ; il fut confirmé à Argentan, en présence de l’abbé Richard, successeur de Roger, du roi Henri Ier Beauclerc, de Geoffroy, archevêque de Rouen, de Jean, évêque de Lisieux, de Richard, évêque de Bayeux, et de plusieurs des grands officiers de la cour du roi qui y apposèrent leur seing ; une deuxième confirmation eut ensuite lieu au Mont-Saint-Michel, en présence de Turgis, évêque d’Avranches, de l’abbé Richard et de plusieurs seigneurs, qui y apposèrent leur seing ; la pièce est datée de façon inexacte, de 1121, indiction 11, concurrents 6.

  1. Original perdu.

    • 33 Dans la présente édition, les e italiques représentent le e cédillés qui se trouvent dans le manusc (...)

    Copie du XIIe siècle, dans le cartulaire dit « Livre vert » du Mont-Saint-Michel, Bibliothèque municipale d’Avranches, ms. 210, fol. 3633.

  2. Copie partielle, du XVIIe siècle, par Barthélemy Rémy, pour Gaignières, Bibliothèque nationale, ms. lat. 5430 A, « ex antiquiori cartulari », d’après B.

  • a sic ms., pro Kyrie eleison.
  • b sic ms., pro perfido.
  • c sic ms., pro nundinas.
  • d sic ms., pro lucrate.

Notum sit tam presentibus quam futuris quod Thomas de Sancto Johanne, incepto castello suo apud Sanctum Johannem, cepit nemora de Nerum et de Crapalt, omnino in edificatione sui castelli dissipare et destruere, quod et opere complevit. Deinde, insatiabili cupiditate succensus, transiit ad nemus Bivie et simili modo cepit devastare et terras plurimorum vavasorum in honore Sancti Paterni et in honore Genecii preocupare et invadere. Hoc siquidem audientes monachi ecclesiae Beati Archangeli Michaelis, toto voto cordium ad Deum conversi sunt ut Deus oculos sue misericordie super ecclesiam sui sanctissimi Archangeli reduceret et de tam injusto malefactore velocem vindictam citissime capere non desineret. Institueront etiam clamorem piissimum celebrare, nullo intermisso die, coram altare sancti Michaelis, dum missa cantabatur, ante sacratissimum et verissimum corpus Domini nostri Jhesu Christi cantantes cum lacrimis « Miserere mei Deus » et clamantes « Kyrieleison »a, ne injusticia justiciae et falsitas veritati prevaleret. Hoc autem Thomas audito exhorruit et festinus velut furibundus ad Montem Sancti Michaelis cum fratribus Johanne videlicet et Rogerio e maximo agmine comitum venit, interrogans et perquirens qua de causa super se et suos fratres monachi clamorem Deo faciebant. At monachi nichil percunctantes neque metuentes dixerunt pro eo quod nemora illorum dissipaverat et terras ecclesie injuste invaserat. Ille vero, consilio fratrum suorum et procerum qui cum eo erant, pedibus abbatis donni Rogerii de Gemmetico et monachorum prostratus, cum omni comitatu suorum petens misericorditer ut sui atque fratrum suorum misereri dignarentur et cum eis justa consideratione amicorum Ecclesie se suosque fratres reconciliari et pacificari permitterent. Abbas equidem, utpote vir misericordie, cum consilio monachorum interrogans quo pacto et qua conditione ipse et fratres ejus Ecclesiae vellent reconciliari, quoniam nullo modo illos absolverent neque clamorem intermitterent nisi res et possessiones quas preocupaverant injuste omnino relinquerent. At Thomas respondens dixit : « Concedo, Domine, ut omnia dominia ecclesie in pace et cum amore dimittam, sed tantummodo illorum hominum servitium michi fratribusque meis concedite qui carnis propinquitate nobis conjunguntur, excepta Montis custodia, et de hominibus illorum habeatis moltam, theloneum, taillas, auxilia et cetera servitia que juste majori domino debentur ; solummodo mihi servitia militum concedantur, et ego servicia vobis faciam et cetera cuncta vobis remaneant. Nominatim autem et determinate supplex cum fratribus meis deposco ut harum terrarum servitia michi concedatis : in honore Sancti Paterni volo ut mihi concedatis terram Rainaldi Coqui, eo tenore quod si heres ejus me requisierit, sine mora et contradictione illi reddam, retento illius proprio servitio. Radulfus Malregart terram suam, dum Appuliam ivit, cuidam nepoti meo nomine Radulfo de Port propter duodecim marchas argenti invademoniavit, et nunc amicis nostris inter nos colloquentibus, ad tantum convenimus quod accepit a me duodecim libras cenomannensium pro terra, tali pacto atque tenore quod, dum filius Radulfi Malregardi illius etatis fuerit qua terram tenere et regere potuerit, fide mea fratrumque meorum legaliter et firmiter, assecuto quod nulla vi nec aliquo machinamento nequitie, nec nos nec aliquis heredum nostrorum terram illam retinebit, sed sine dilatione et contradictione, redditis nobis duodecim supradictis libris sive heredibus nostris, finetenus terram illi restituemus ; et ut fidelius indubitanter nobis credatur nostrique sequaces hec audiant et teneant, juro atque contestor fratresque mei mecum, sponte nostra, super sacrosancta Evangelia, quod hec et a nobis et a nostris heredibus tenebuntur. Terram Rogerii de Grandevilla hactenus in custodia mea habui, quia armiger meus erat, sed nunc miles factus in presentia vestri et horum omnium tam monachorum quam laicorum, reddo earn sibi, quoniam veraciter scio quod abbatibus hujus ecclesie sicut alii barones abbatie servire debet, et pro hoc humillime imploro ut servitium Rotberti filii Ivonis michi concedatis, retentis vobis omnium suorum hominum consuetudinibus. Guillelmus de Pomeria et Stephanus de Tabula submiserunt se ut perfidib Rogerio fratri meo, cui consulo et laudo ut pro illorum servitio vobis hominium faciat et sit hujus ecclesie homo, tali pacto et condictione ut vavassores illorum ubicumque necesse fuerit, vobiscum et monachis vestris eant et deferant manticas et pannos monachorum et reddant vobis decimas, moltam, telonea, auxilia, quia nolumus minuere debita et consuetudines hujus sancte ecclesie cujus beneficio et nutrimento educati et procreati sumus ». Tunc Rogerius exsurgens, abbati hominium fecit juravitque super sacrosancta Evangelia fidelitatem ecclesie et quod in nullo consuetudines et debita monachorum invaderet neque terras illorum presumptuose sibi usurparet. « In honore Genecii, apud Poterel, invadimoniavi ego Thomas terram Gathonis, tali conditione quod si abbas vel monachi michi vel alicui heredum meorum quattuor libras cenomannensium reddere voluerint, in pace illam habeant. Niellus presbiter vineam suam michi propter unam marcham argenti, habiens Jerusalem invadimoniavit, tali pacto ut si monachi hujus ecclesie a me vel ab aliquo heredum suorum earn redimere voluerint, in pace habeant et dum in manu mea vel heredum meorum fuerit, precipio cum sacramento ut terragium plenissime et legaiiter reddatur. Et de illa et de aliis vineis rusticorum que mee manui subjacent, hoc idem concedo et precipio ne umquam vinum moveatur donee terragium ad thorcular sancti Michaelis deferatur. Theloneum de Dunis quod injuste michi usurpaveram vobis reddo, et si aliquid inde forisfeci, peto ut michi indulgeatur. Terram Rainaldi de Monasterio vobis reddo, quoniam didici quod a quodam perfido persuasum est michi ut earn reciperem. Similiter terram Garenberti que super villam Genicii est, vobis finetenus restituo, quoniam verissime cognovi quod Robertus Fiiius Haymonis, cum ad monachatum venit, illam pro anime sue salute huic ecclesie dedit. Terram Theboldi Liberi quam Hugo de Inferno de me tenet, rogo ut michi concedatis, quia decern solidos cenomannensium habeo de illo, quos amiterre nolo. Quedam prata que sunt sub vineis de Brium, que idem Hugo sub meo patrocinio injuste ponit, vobis relinquo, quoniam certissime scio quod de dominio sancti Michaelis existunt ». Rursum Thomas, quadam altera die, cum episcopo Abrincatensi et fratribus et multis aliis baronibus ad Montem venit, abbatemque et monachos adiens ut hominium illius benigno amore susciperent. Quod et factum est. Deinde dixit : « Confiteor, domini, quod XXti solidos cenomannensium consuete reddere debeo, ad nundinesc de Monte Martini omni anno pro terra Lamberti aurifabri et pro terra Rainaldi filii Serlonis, huic ecclesie ; si autem vestre providentie placeret ut hos mihi XXti solidos alternaretis, et patrem meum atque matrem meam, meque ac fratres meos in beneficio hujus sacratissime ecclesie reciperetis, in vestra voluntate, sine ullo clamore cujuslibet hereditatis, neque mei neque meorum successorum nemus vestrum quod omnino destruitur, ad horam et ad tempus fidelissime custodirem, et terram Doblelli que michi reddit VIIIto quarteria frumenti, vobis variando concederem, et omne frumentum quod in circuitu nemoris est, sicut consuete fit, et de hominibus qui circa nemus morantur, et de landis si unquam lacrated fuerint, et de molendino Haie ad horreum vestrum eat ». Cui abbas monachique respondentes dixerunt : « Quoniam, ut ait Dominus, filii hujus seculi prudentiores filiis lucis sunt, si non crederemus nos vestris fallacibus et fraudulentis verbis decipi, vos inprimis consortes et cumparticipes beneficiorum hujus ecclesie efficeremus, et deinde XXti solidos, ut petitis, alternaremus, et in morte et in vita vobis benigno amore hec omnia concederemus ». Tunc Thomas exsurgens fratresque sui cum eo, coram episcopo et omni conventu monachorum, de manibus abbatis cum textu Evangelii susceperunt beneficia monachorum et eis osculatis, hec omnia se conservanda firmiter statuerunt. Quin etiam terram nemoris omnino quietam clamavit et dixit : « Quod nullus heredum meorum neque fratrum meorum nullo modo illam repetat ». Hoc testamentum factum est in capitulo Sancti Michaelis, tempore Rogerii abbatis, et posteaquam Thomas de captione rediit de Gorram, ante piissimum et gloriosissimum regem Henricum, apud Argenteium, abbate Richardo hanc ecclesiam tenente, istis coram rege presentibus : Gaufrido archipresule Rothomagensi, Johanne Luxoviensi, Richardo Baiocensi. Signum Rotberto + dapifero de Haia. Signum + Guillelmo de Tancardevilla. Signum Guilielmo + Pincerna de Albinneio. Signum + Guilielmo Britone, cum multis aliis. Post hec autem reversus est Thomas cum fratribus suis ad Montem Sancti Michaelis, et hoc quidem in capitulum ejusdem ecclesie reiterando corroboravit et confirmavit, istis presentibus, videntibus et audientibus : Signum Turgiso presule Abrincensis ecclesie +. Signum + Richardo abbate. Signum + Thoma. Signum + Johanne fratre ejus et Signum + Rogerio. Signum + Rotberto de Abrincis. Signum + Gisleberto de Abrincis. Signum + Otoele de Sulligneio. Signum + Radulfo de Vehun. Signum + Hugone de Hulmo. Signum + Radulfo de Brai. Signum + Johanne de Monte. Signum + Gauterio filio Hingandi. Signum + Hugone Talemascha. Signum + Philippo de Sancto Petro et Alanno fratre ejus, aliisque multis. Hoc autem factum est anno M°C° XX° I°, indictione XIma, concurrente VIto, regnante piissimo rege Henrico.

Notes

1 De Gerville, Recherches sur les anciens châteaux du département de la Manche. Troisième mémoire, Caen, 1828, in-8°. L’auteur remarque (p. 45) que toutes les listes des personnages ayant participé à la conquête portent le nom d’un Saint-Jean.

2 Ibid., p. 39.

3 Ibid., pp. 40-44.

4 Ibid.

5 Abbé Desroches, Histoire du Mont Saint-Michel, Caen, 1838, in-8°, 2 vol. et un album in-4°, t. I, p. 275.

6 A. Dufief, L’abbaye du Mont Saint-Michel au XIIe siècle, dans Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, Paris, 1966-1971, in-8° 3 vol., t. I, pp. 81-126 ; voir p. 89.

7 Bibliothèque municipale d’Avranches, ms. 210, fol. 36.

8 Nerum ou Neirun, bois aujourd’hui disparu, Manche, arr. Avranches, cant. Sartilly, cne. Champeaux.

9 Crapault, bois, cant. Sartilly, cne. Carolles.

10 Bévais, forêt disparue et landes, cant. Sartilly, entre les cnes. de Saint-Michel-des-Loups, Carolles, Champeaux et Angey.

11 Arr. Avranches, cant. Granville.

12 Arr. Avranches, cant. Sartilly.

13 Roger de Jumièges, abbé du Mont-Saint-Michel, 1106-1123 (Gallia Christina, t. XI, col. 516).

14 Saint-Sauveur de la Pommeraye, Manche, arr. Coutances, cant. Bréhal.

15 Localité non identifiée.

16 A Lingreville, arr. Coutances, cant. Montmartin-sur-Mer.

17 Lieu non identifié.

18 Soit le Moutier, arr. Coutances, cant. Gavray, cne. Hambye, soit les Moitiers, arr. Coutances, cant. Lessay, cne. Pirou.

19 Lieu non identifié.

20 Arr. Avranches, cant. Sartilly, cne. Dangey.

21 Sur la foire de Montmartin, voir Marcel Cauvin, Montmartin-sur-Mer et sa foire médiévale, Châtenay-Malabry, 1960, in-8°. Montmartin-sur-Mer, arr. Coutances, ch.-l. cant.

22 Soit La Haye-Comtesse, arr. Coutances, cant. Gavray, soit La Haye-Pesnel, arr. Avranches, ch.-l. cant.

23 Saint Luc, XVI, 8.

24 Gorron, Mayenne, arr. Mayenne. On connaît les luttes que soutint Henri Ier Beauclerc contre Foulque V, comte d’Anjou (J. Chartrou, L'Anjou de 1109 à 1151, Paris, [1928], in-8°, pp. 1-25). Il est probable que c’est en guerroyant au service de son seigneur le roi Henri, que Thomas avait été fait prisonnier.

25 Richard, abbé du Mont-Saint-Michel de 1123 à 1131 (Gallia Christiana, t. XI, col. 517).

26 Ibid., col. 41-43.

27 Ibid., col. 477.

28 Orderic Vital, Historiae ecclesiasticae libri tredecim, éd. A. Le Prévost et L. Delisle, Paris, 1838-1855, in-8°, 5 vol. (Société de l’Histoire de France), t. IV ; p. 323 ; J. Chartrou, op. cit., p. 10.

29 Ch. H. Haskins, Norman institutions, republished, New York, 1960, in-8° ; pp. 7-24.

30 Op. cit., p. 43.

31 Ibid., pp. 45-46.

32 Dates extrêmes des abbatiats de Roger de Jumièges et de Richard.

33 Dans la présente édition, les e italiques représentent le e cédillés qui se trouvent dans le manuscrit d’Avranches.

Notes de fin

a sic ms., pro Kyrie eleison.

b sic ms., pro perfido.

c sic ms., pro nundinas.

d sic ms., pro lucrate.

Auteur

Directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (IVe section), Paris

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search