Version classiqueVersion mobile

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

Ire partie. Maladie et perversité

Du Masque de la mort rouge à La Vengeance du masque

Poe, Lorrain et le spectre de la variole

Catriona Seth

Résumé

L’article tente de montrer, à partir d’une célèbre nouvelle de Poe, comment Jean Lorrain réinvestit un topos littéraire bien connu pour le renouveler. Dans La Vengeance du masque, l’auteur normand se sert du déguisement carnavalesque pour montrer une mort qui arrive de manière subreptice, comme une subtile vengeance sans appel. Avec la figure de l’étranger qui contamine de la petite vérole, il se situe dans la représentation de hantises qui n’ont pas disparu de nos jours.

Texte intégral

  • 1 Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du XVIIIe siècle 1713-1807. Essai de (...)

La petite vérole […] est une affection de grande utilité – et de grande tradition – romanesque. Et l’on serait presque tenté de plaindre les romanciers de l’âge futur, que la généralisation du vaccin allait priver d’une ressource aussi assurée. Cette infortune est une des voies royales du destin1.

  • 2 Rappelons que « petite vérole » et « variole » désignent la même maladie, le premier terme étant p (...)
  • 3 Toutes nos citations du Masque de la mort rouge proviennent de la traduction par Baudelaire : Edga (...)
  • 4 La mort rouge telle que la décrit Poe semble être une sorte de peste sanglante. La variole est par (...)
  • 5 Voir en particulier ses Histoires de masques ou un chapitre de Phocas.

1Pierre Fauchery, dans son ouvrage sur La destinée féminine au XVIIIe siècle, est l’auteur de ces quelques lignes plaisantes et érudites. Ne lui en déplaise, l’arrivée du vaccin, dans la foulée des travaux de Jenner, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, ne suffit pas à mettre un terme à des contagions littéraires et la variole est restée un thème très riche pour les romanciers et nouvellistes2. Poe se souvient de l’horreur inspirée par l’apparence des malades lorsqu’il imagine une épidémie terrible qui fait le fonds du Masque de la mort rouge3. Le prince Prospero s’y barricade dans un palais magnifique avec ses courtisans pour échapper à la pandémie. La Mort rouge4 frappe lors d’un bal masqué. Chez Jean Lorrain, grand amateur de masques, auxquels il consacre plusieurs écrits5, La vengeance du masque réinvestit le thème de la variole. Je souhaiterais, en croisant ces nouvelles, examiner les différents éléments topiques de l’imaginaire de la variole tels qu’ils sont utilisés par les deux écrivains et renouvelés par Lorrain.

  • 6 Jean Lorrain, La Vengeance du masque, Le Crime des riches, Paris, Pierre Douville, 1905, p. 211-22 (...)

2Observons tout d’abord quelques faits autour de La vengeance du masque. Le texte figure au sein du Crime des riches et le titre du recueil pourrait également s’appliquer à la nouvelle. Rappelons de quoi il s’agit. Maxence de Mergy raconte à des amis une histoire de masques qui s’est déroulée « dans le décor le plus gai et le plus banal, le plus remuant et le plus ensoleillé qui soit au monde ; dans la ville même de la folie et de l’opéra bouffe en plein carnaval de Nice »6. L’année précédente, le narrateur a suivi, parmi la foule, M. et Mme Campalou, des commerçants enrichis qui ont fait fortune dans la passementerie, et qui sont descendus dans le même hôtel que lui. Il les décrit ainsi :

  • 7 Ibid., p. 215.

[…] un ménage toulousain et pas tout jeune ; car madame frisait bien la quarantaine, bonne grosse commère réjouie avec, sur la lèvre, un soupçon de moustache, l’œil vif, le cortège en bastion, une vraie délurée de Toulouse venue exprès pour les fêtes, et qui n’entendait pas chômer à ce carnaval. Le mari, guère plus âgé, avec un beau profil classique un peu empâté par la vie de province, quoique encore solide et l’air d’un luron, était d’aspect plus calme7.

  • 8 Ibid., p. 218.

3Enchantée de l’ambiance, Eudoxie Campalou, charmante par « son entrain et son exubérance », a prévenu qu’elle ne supporterait pas d’être l’objet des attouchements de quelque fêtard déluré. Or cela ne manque pas d’arriver, ce qui déclenche la furie de la dame à l’encontre de son agresseur : « – Cochon, salop ! hurlait-elle, depuis une heure que vous me pelotez ! »8 Elle tente alors d’arracher le masque d’un grand domino de satin noir et y arrive enfin :

L’homme démasqué avait poussé un effroyable cri. Le treillage de fer, en se déchirant, lui avait labouré le visage. Une rigole rouge coulait de l’œil gauche ; le nez, le front n’étaient qu’une éraflure, l’homme avait toute la face en sang.

  • 9 « Moi, la vision m’obsédait de cet homme défiguré et sanglant. Sa dernière recommandation à son co (...)

4L’homme est un Américain. Mergy apprend qu’on craint pour son œil gauche9.

5On observe que le point de non-retour est celui lors duquel le masque est arraché à l’inconnu. Mergy avait rappelé à son auditoire qu’il s’agissait là d’une transgression inacceptable car le carnaval a ses règles. Malheur à celui – ou à celle – qui les oublie :

  • 10 Ibid., p. 213-214.

Par une convention tacite et acceptée de tous le masque seul est respecté ce jour-là. Sous aucun prétexte on n’a le droit de l’enlever au domino ou au clown qui vous attaque et vous houspille. C’est ce masque inviolable et préservateur qui fait la gaieté de la rue, les jours de corso10.

6Chez Poe, le prince Prospero a souhaité voir ses convives masqués mais, apercevant dans son palais un inconnu travesti en mort, il commence par exiger qu’on lui enlève son déguisement : « Emparez-vous de lui, et démasquez-le. » Là encore, une convention semble avoir été bafouée. On découvrira que « sous le linceul et le masque cadavéreux […] ne logeait aucune forme humaine. »

  • 11 Ibid., p. 221.

7Une année après l’altercation entre Eudoxie et l’inconnu devant la pharmacie de l’avenue de la Gare, Mergy retrouve le ménage Campalou. L’épouse paraît moins enthousiasmée que lors du précédent carnaval. Son entrain a disparu et, surtout, « les bruits d’épidémie, qu’une presse malveillante s’obstinait à faire courir sur Nice, ne laissaient pas d’inquiéter la grosse dame. […] Eudoxie Campalou craignait pour son joli physique. »11 Une famille américaine – et étant donnée la nationalité de l’indiscret qui avait « peloté » la Toulousaine l’année d’avant, il n’est pas surprenant que la famille soit originaire du nouveau monde – vient de quitter l’hôtel. Le soir même, deux autres Américains y descendent :

  • 12 Ibid., p. 221.

On leur donnait justement deux chambres voisines de celles des Campalou. C’étaient deux grands jeunes gens de vingt-cinq à trente ans, à la face rasée et singulièrement énergique ; des traits accusés et modelés dans le genre de ceux d’Iwing, l’acteur anglais. Tous deux très graves et très froids, avec, chez le plus jeune, une étrange fixité des yeux. D’ailleurs, nous ne les vîmes pas longtemps car, trois jours après leur arrivée, le plus jeune tombait malade. Il s’alitait et bientôt l’autre cessa de prendre ses repas à la table d’hôte : l’état de son ami empirait. C’étaient de perpétuelles allées et venues de médecins et de garçons de pharmacie : le maître de l’hôtel interrogé répondait que c’était une fièvre, mais à son air embarrassé, Mme Campalou ne douta plus que ce ne fût la variole12.

  • 13 Ibid.

8Où fuir, si c’était le cas ? Aucune chambre n’est libre dans la ville en période de carnaval. « Et puis l’épidémie était partout ; c’était ces sacrés Anglais qui l’avaient apportée »13. Il est de tradition d’incriminer un étranger lorsque frappe une pandémie. Le marin débarqué, le voyageur de commerce, le touriste, apportant l’infection dans une ville, sont à l’image du germe étranger s’infiltrant dans le corps. Le mal vient d’ailleurs. Anglais ou Américains deviennent les porteurs d’une corruption invisible.

  • 14 Chez Lorrain, qui donne un cadre réaliste, celui de cette Côte d’Azur qui lui était si chère, l’ho (...)

9On n’échappe pas à la petite vérole, les deux écrivains l’assurent14. Le prince Prospero a beau avoir construit une forteresse imprenable, rien n’y fera :

C’était un vaste et magnifique bâtiment, une création du prince, d’un goût excentrique et cependant grandiose. Un mur épais et haut lui faisait une ceinture. Ce mur avait des portes de fer. Les courtisans, une fois entrés, se servirent de fourneaux et de solides marteaux pour souder les verrous. Ils résolurent de se barricader contre les impulsions soudaines du désespoir extérieur et de fermer toute issue aux frénésies du dedans. L’abbaye fut largement approvisionnée. Grâce à ces précautions, les courtisans pouvaient jeter le défi à la contagion. Le monde extérieur s’arrangerait comme il pourrait. En attendant, c’était folie de s’affliger ou de penser. Le prince avait pourvu à tous les moyens de plaisir. Il y avait des bouffons, il y avait des improvisateurs, des danseurs, des musiciens, il y avait le beau sous toutes ses formes, il y avait le vin. En dedans, il y avait toutes ces belles choses et la sécurité. Au-dehors, la Mort rouge.

  • 15 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 222.

10Dans Nice contaminée, la maladie du jeune homme n’est peut-être pas celle que l’on croit. Le nom même de variole désigne, étymologiquement, la variété. Elle a des formes multiples et l’on peine parfois à la distinguer d’autres pathologies semblables comme la rougeole. Surtout, elle partage traditionnellement son nom avec un mal moins grave mais plus honteux. À la petite vérole ou variole répond sa grande sœur, la vérole tout court ou la grosse ou grande vérole : la syphilis. Lorsque Louis xv meurt, en 1774, de la petite vérole, un bon mot court dans les salons parisiens : Il n’est rien de petit chez les rois. La même idée est reprise par Lorrain. La nature de la fièvre du jeune homme inquiète Eudoxie Campalou qui interroge l’hôtelier : « ne serait-ce pas la petite vérole ? – Non, c’est l’autre… » La réponse « clou [e] le bec à la dame de Toulouse »15 et la rassure du même coup. La fête peut continuer.

  • 16 Ibid., p. 220.

11Les univers de nos deux écrivains semblent marqués par une insouciance criminelle. La mort rôde alentour. Le prince Prospero organise son bal « pendant que le fléau sévissait au-dehors avec le plus de rage ». Chez Lorrain, les Histoires de masques sont souvent l’occasion de mettre en scène des jalousies, des crimes, des assassinats. Dans la nouvelle qui nous intéresse, au moment du carnaval, les bruits d’épidémie font fuir les touristes : « C’étaient tous les jours des départs d’hiverneurs pour le Caire ou l’Italie. La saison était menacée. »16 Une angoisse sourde étreint la dame toulousaine. Chez l’auteur américain, le temps – emblématisé par la pendule qui sonne les heures – introduit un malaise chez les danseurs et les membres de l’orchestre, convertissant leur sentiment de bonheur en « une hilarité légère et mal contenue », un peu comme chez Lorrain où la conscience d’une épidémie paraît hanter l’environnement.

  • 17 Je souligne.

12Malgré ce climat délétère, les masques s’en donnent à cœur joie. Dans le palais du prince, marqué par une « licence carnavalesque »17, les déguisements sont surprenants et bigarrés :

Il y avait des figures vraiment grotesques, absurdement équipées, incongrûment bâties ; des fantaisies monstrueuses comme la folie ; il y avait du beau, du licencieux, du bizarre en quantité, tant soit peu de terrible, et du dégoûtant à foison. Bref, c’était comme une multitude de rêves qui se pavanaient çà et là dans les sept salons.

  • 18 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 221.

13À Nice, Mergy et ses amis toulousains rejoignent les foules « harnachés de dominos et affublés de masques de combat »18 au milieu d’une bataille de confetti. Le narrateur a rappelé à ses auditeurs, au début de l’histoire, ce qu’est le climat particulier de cette période de fête :

  • 19 Ibid., p. 212.

Vous connaissez tous, n’est-ce pas, le carnaval de la Riviera ? Trois jours entiers, la joie de sauter et de se déhancher tient tous les quartiers. Nice est une ville de possédés ; une folie de mascarade est déchaînée du Vieux-Port aux Baumettes. C’est un cauchemar de farandoles et de carmagnoles, un hourivari de bonds, d’entrechats, de pirouettes et de cris. Il y a des rondes d’alpins et d’artilleurs de forteresse, pêle-mêle avec des pierrots de satinette, des clowns de percale rose et des dominos de serge verte19.

  • 20 Ibid., p. 222.
  • 21 Lawrence Durrell, Mountolive, Le Quatuor d’Alexandrie, Paris, Librairie générale française, (La Po (...)

14Sur le lieu même où, l’année précédente, elle a été victime d’attouchements et s’est vengée en arrachant le masque de son agresseur, Mme Campalou aura à subir un nouvel affront. Aux deux masques noirs du carnaval antérieur ont succédé « deux pénitents rouges ». Ils ont la couleur de la variole. L’un d’entre eux palpe la Toulousaine d’une « main indiscrète ». Effarée la femme voit l’un des deux pénitents se démasquer : « Une face purulente, toute de croûtes et de sanies, avec à la place de l’œil, un trou rouge et saigneux, se penchait sur elle. »20 La description rappelle celle de nombreux malades de la petite vérole, le visage éraillé, un œil perdu, les traits déformés au point d’être devenus méconnaissables à eux-mêmes. Un personnage fictif du XXe siècle, victime de la variole, la Léila de Lawrence Durrell, décrit ainsi l’étrange expérience « de voir son propre visage criblé de petits cratères, ses traits boursouflés – comme un paysage familier ravagé par une explosion »21. L’abbé Roman, quant à lui, auteur, en 1773, d’un poème de quatre chants en alexandrins sur L’inoculation, dédié à l’impératrice de toutes les Russies, brosse un tableau des traces cutanées de la variole :

  • 22 [Jean-Joseph-Thérèse Roman], L’Inoculation, poème en quatre chants par M. L. R., Paris, Lacombe, 1 (...)

Mais déjà sur la peau le mal s’ouvre un passage,
D’innombrables boutons aplatis, entassés,
De leur masque hideux couvrent un beau visage.
Sur l’épiderme enflé, réunis et pressés,
Ils forment une écaille et luisante et blanchâtre,
Qui se brise bientôt et change de couleur ;
Enfin le masque tombe, ô surprise ! ô douleur !
Est-ce donc là ce teint d’incarnat et d’albâtre,
Cette bouche de rose et ce regard vainqueur ?
Je ne vois qu’une peau sillonnée et rougeâtre,
Que des yeux éraillés dont le regard fait peur22.

15Marqué par de tels stigmates, l’homme au visage déformé, affreuse vision en plein carnaval, remet dans la main d’Eudoxie Campalou un œil de verre et lui dit : « La petite vérole noire, madame, la variole en personne. Vous l’avez. » L’œil en verre rappelle celui qui manque à l’homme mystérieux et semble être un don par anticipation, avertissant la destinatrice qu’elle risque elle-même les pires effets de la maladie, la variole entraînant souvent, parmi ses effets, la perte d’un œil. Par ailleurs, le propos de l’inconnu est ambigu. Il avertit MmeCampalou de sa contamination mais les termes choisis font qu’il devient lui-même non seulement métonymie de la contagion, mais encore personnification du mal. Cet homme s’est présenté en pénitent rouge mais représente la variole purulente et noire aux plaies non encore cicatrisées. Il me semble être le double inversé du masque qui s’introduit, chez Poe, dans le château du prince. Le futur assassin est décrit ainsi par l’auteur américain :

Le personnage en question avait dépassé l’extravagance d’un Hérode, et franchi les bornes, cependant complaisantes, du décorum imposé par le prince. Il y a dans les cœurs des plus insouciants des cordes qui ne se laissent pas toucher sans émotion. Même chez les plus dépravés, chez ceux pour qui la vie et la mort sont également un jeu, il y a des choses avec lesquelles on ne peut pas jouer. […] Le personnage était grand et décharné, et enveloppé d’un suaire de la tête aux pieds. Le masque qui cachait le visage représentait si bien la physionomie d’un cadavre raidi, que l’analyse la plus minutieuse aurait difficilement découvert l’artifice. Et cependant, tous ces fous joyeux auraient peut-être supporté, sinon approuvé, cette laide plaisanterie. Mais le masque avait été jusqu’à adopter le type de la Mort rouge. Son vêtement était barbouillé de sang, et son large front, ainsi que tous les traits de sa face, étaient aspergés de l’épouvantable écarlate.

  • 23 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 223.

16Chez Lorrain, Le pénitent rouge découvre son vrai visage et tue presque sur-le-champ : « Mme Campalou s’effondrait comme une masse ; à son tour on la portait chez le pharmacien » – celui-là même qui avait prodigué les premiers secours au domino à l’œil éraillé une année plus tôt. L’ancienne commerçante « mourut le soir même, sans avoir repris connaissance, stupide et muette, d’une congestion au cerveau ».23 De la même façon, le seigneur du Masque de la mort rouge périt instantanément. À la suite du prince Prospero, ses invités périssent : « tous les convives tombèrent un à un dans les salles de l’orgie inondées d’une rose sanglante, et chacun mourut dans la posture désespérée de sa chute. » La mort foudroyante n’est pas due directement à la pathologie dans le sens où nous n’assistons pas aux différents stades de l’évolution de la maladie. Il n’empêche que Prospero et Eudoxie sont tous les deux victimes de la petite vérole. La Mort rouge de Poe est un spectre et son déguisement apparent ne cache aucune forme humaine. Lorsque l’on enquête, chez Lorrain, sur les deux jeunes Américains, on trouve leurs valises ; les noms sous lesquels ils se sont inscrits ne sont pas les leurs.

17Le masque est costume mais aussi absence d’identité, d’état-civil, plus encore que volonté de feindre. Les individus deviennent la maladie pour mieux achever leurs victimes. L’on pourrait appliquer aux deux histoires le propos de Maxime de Mergy à la fin de sa narration : « N’est-ce pas une belle vengeance de masque ? » Chez Lorrain, la petite vérole est celle qui s’est dissimulée, la maladie invisible qui circulait dans la foule sous l’apparence d’un pénitent. Chez Poe, au contraire, la petite vérole devient déguisement sous lequel ne rôde que la Mort. La fête se mue en danse macabre.

18Dans les deux cas, la vengeance est un plat qui se mange froid. La petite vérole noire frappe la Toulousaine un an après l’agression de l’avenue de la Gare. La Mort Rouge s’insinue dans les salons du prince « vers la fin du cinquième ou sixième mois de sa retraite. » Le palais du seigneur est la conversion de l’une de ses « abbayes fortifiées ». Les agresseurs d’Eudoxie Campalou sont déguisés en pénitents rouges. Chez Poe, la mort s’abat au milieu d’un « bal masqué de la plus insolite magnificence » dans une pièce marquée à ses couleurs : les murs, rideaux et tapis sont noirs, les carreaux écarlates. Seule des sept qui s’enchaînent en enfilade, la salle rouge et noire du palais du prince Prospero est marquée par le temps et lorsque l’heure sonne, elle paralyse les musiciens et arrête les valseurs.

19Le lien entre petite vérole et masque est souvent mis en évidence dans la littérature. On semble vouloir conjurer le mal en cachant ses traits sous un loup de satin ou un échafaudage de papier mâché. Si la maladie frappe, on risque de se voir affubler, à vie, de ce qui paraît être un masque déformant. Du symbole de la fête et de l’oubli de la mortalité, les deux auteurs font un emblème au mieux d’équivoque, au pire d’une perversité macabre.

  • 24 24 février 1765. Isabelle de Charrière, Une liaison dangereuse : correspondance avec Constant d’He (...)
  • 25 On ne m’en voudra pas de citer une comparaison proposée par Flaubert et ses amis entre le visage d (...)
  • 26 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 212.

20Vers la fin du XVIIIe siècle, Constant d’Hermenches écrit à Isabelle de Zuylen, la future Mme de Charrière, que la marquise de Ségur, âgée de trente ans et mère de deux enfants, est « plongée dans les horreurs d’une affreuse petite vérole. » Huit jours plus tôt, rapporte-t-il, « nous étions dans les délices d’un bal masqué dont elle faisait l’ornement et le charme, et peut-être n’allons-nous plus voir qu’un cadavre ou qu’un monstre »24. L’inversion tragique fait qu’un masque déformant pourrait altérer à jamais les jolis traits de la marquise cachés une semaine plus tôt sous un loup. Les flétrissures de la variole déshumanisent25 et rendent méconnaissable. Le lien trouble entre déguisement et maladie s’esquisse chez Constant d’Hermenches comme chez les auteurs de fiction. La marquise de Ségur paraît avoir été frappée lors d’une soirée mondaine. C’est ce que laisse croire le raccourci de l’épistolier. Lorrain, quant à lui, semble conscient de choisir un lieu inhabituel pour le dénouement de sa tragédie. Maxime de Mergy répond aux ricanements de Jacques Baudran, son seul auditeur nommé : « Oh ! ce n’est pas une intrigue de bal masqué, c’est une aventure de plein air ! »26 En effet, elle se déroule, on l’a vu, sous le soleil du carnaval niçois. En cela, en effet, la nouvelle de Lorrain renouvelle la tradition tout en gardant le topos du déguisement et en plaçant la contamination d’Eudoxie Campalou au printemps, l’un des moments où les épidémies sont au plus fort.

21Il convient peut-être de réfléchir aux raisons du succès d’un tel thème. Dans les discours des spécialistes comme du commun des mortels revient l’idée que la contagion invisible devrait pouvoir être matérialisée. Or le malade de la petite vérole est en incubation avant même que son physique l’indique. Au-delà, l’aspect de l’individu atteint de la variole effraie. Certains craignent la simple vue des varioleux qui serait suffisante, pensent-ils, pour infecter immédiatement le spectateur. Nous retrouvons les anciennes superstitions auxquelles la peste a donné naissance. Sous l’Ancien Régime, les bals masqués sont de hauts lieux de contagion. Le comte de Cheverny évoque les réticences de son épouse :

  • 27 Jean-Nicolas Dufort de Cheverny, Mémoires du comte Dufort de Cheverny introducteur des ambassadeur (...)

Ma femme allait avec répugnance dans les lieux publics ou s’en privait. La vue d’une personne encore rouge de cette maladie [la petite vérole] la troublait singulièrement, et les automnes et les printemps étaient des moments de deuil pour elle, à cause de la mort subite de plusieurs personnes mourant de cette maladie27.

  • 28 De Saint, Lettre à M.*** contre l’inoculation, qui combat le Mémoire historique de M. de la Condam (...)

22Les traits bouffis des anciens malades, les traces des boutons, inspirent l’effroi et pourraient déclencher des réactions extrêmes si nous en croyons certains écrivains. Pour le mystérieux de Saint, auteur, au milieu du XVIIIe siècle, d’un ouvrage contre l’inoculation, la méthode prophylactique antérieure à la vaccination et par laquelle l’on communiquait la maladie même au patient, « si dans le temps que l’épidémie règne, on présentait à une personne dont le sang serait disposé à recevoir ce venin et le manifester, un homme factice, dont le visage aurait l’apparence d’être plein de boutons virulents », l’effet serait certain : « l’effroi, sans doute, que lui causerait ce spectacle hideux, ferait, qu’en frémissant d’horreur et de crainte, une attraction virulente concentrerait en elle l’esprit venimeux répandu dans l’air ; ce qui lui causerait la petite vérole. »28 Nous ne sommes pas loin des créatures mythologiques, comme le basilic ou la méduse, qui pouvaient tuer d’un seul regard. Poe et Lorrain – dont on peut rappeler qu’il signe du pseudonyme Le Cadavre des articles presque contemporains de la publication du Crime des riches – revisitent un thème romanesque et offrent, l’un comme l’autre, une exploration individuelle d’un thème qui plonge ses racines au plus profond de l’imaginaire humain. Ils nous rappellent ainsi, par leurs nouvelles, la fragilité de la vie humaine face à des épidémies sur lesquelles nous pourrions, de nos jours, mettre d’autres noms pour exprimer les mêmes angoisses.

Notes

1 Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du XVIIIe siècle 1713-1807. Essai de gynécomythie romanesque, Paris, Colin, 1972, p. 201.

2 Rappelons que « petite vérole » et « variole » désignent la même maladie, le premier terme étant plus habituel à l’époque classique.

3 Toutes nos citations du Masque de la mort rouge proviennent de la traduction par Baudelaire : Edgar A. Poe, Œuvres en prose, texte établi et annoté par Y.-G. Le Dantec, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, p. 392-398.

4 La mort rouge telle que la décrit Poe semble être une sorte de peste sanglante. La variole est parfois désignée sous le vocable de Mort rouge. Le nouvelliste américain est moins intéressé par la nature même de la maladie qu’il évoque que par ses effets dont bon nombre sont empruntés aux discours sur la petite vérole.

5 Voir en particulier ses Histoires de masques ou un chapitre de Phocas.

6 Jean Lorrain, La Vengeance du masque, Le Crime des riches, Paris, Pierre Douville, 1905, p. 211-223, ici p. 211.

7 Ibid., p. 215.

8 Ibid., p. 218.

9 « Moi, la vision m’obsédait de cet homme défiguré et sanglant. Sa dernière recommandation à son compagnon m’inquiétait surtout. Dans la soirée, l’effervescence de la fête un peu calmée, j’entrais dans la pharmacie où les premiers soins avaient été donnés au blessé. Je m’informais de la gravité des plaies et cherchais en même temps à savoir le nom. “C’est un Américain de l’hôtel West End. On a dû attendre la fin du corso pour le reconduire chez lui, le cas est très grave, on craint beaucoup pour l’œil gauche. La sclérotique est atteinte ; ils repartent tous les deux, ce soir, pour Paris. – Tous les deux ? – Oui, il y a un autre Américain avec lui. Une consultation chez un grand oculiste s’impose.” », ibid., p. 219-220.

10 Ibid., p. 213-214.

11 Ibid., p. 221.

12 Ibid., p. 221.

13 Ibid.

14 Chez Lorrain, qui donne un cadre réaliste, celui de cette Côte d’Azur qui lui était si chère, l’homme attaqué par Mme Campalou râle, déformé par la douleur : « Le nom, l’adresse de cette femme, […] laissez-moi, Tomy, attachez-vous à ces gens » dit-il à son compagnon.

15 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 222.

16 Ibid., p. 220.

17 Je souligne.

18 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 221.

19 Ibid., p. 212.

20 Ibid., p. 222.

21 Lawrence Durrell, Mountolive, Le Quatuor d’Alexandrie, Paris, Librairie générale française, (La Pochothèque), 1992, p. 494.

22 [Jean-Joseph-Thérèse Roman], L’Inoculation, poème en quatre chants par M. L. R., Paris, Lacombe, 1773, p. 14.

23 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 223.

24 24 février 1765. Isabelle de Charrière, Une liaison dangereuse : correspondance avec Constant d’Hermenches 1760-1776, Paris, éditions La Différence, 1991, p. 269.

25 On ne m’en voudra pas de citer une comparaison proposée par Flaubert et ses amis entre le visage déformé et une écumoire : « De la vierge, par lui [le mal], j’ai vu le doux visage/Horrible désormais, nous présenter l’image / De ce meuble vulgaire, en mille endroits percé / Dont se sert la matrone, en son zèle empressé / Quand aux bords onctueux de l’argile écumante, / Frémit le suc des chairs, en mousse bouillonnante », Louis Bouilhet, Maxime Du Camp et Gustave Flaubert, La Découverte de la vaccine. Tragédie en cinq actes et en vers, dans Gustave Flaubert, Œuvres complètes, Paris, Club de l’Honnête Homme, 1972, t. VII, p. 380.

26 Lorrain, La Vengeance du masque, p. 212.

27 Jean-Nicolas Dufort de Cheverny, Mémoires du comte Dufort de Cheverny introducteur des ambassadeurs lieutenant général du blaisois, introduction et notes par Robert de Crèvecœur, 4e édition, Paris, Plon, 1909, p. 290. Cheverny ajoute que lors de l’inoculation de son fils, il n’a gardé auprès de lui que les domestiques qui avaient eu la maladie : « Le premier devoir étant de ne faire courir aucun risque à ceux qui vous entourent. »

28 De Saint, Lettre à M.*** contre l’inoculation, qui combat le Mémoire historique de M. de la Condamine, lu à l’Académie royale des sciences, sur l’insertion de la petite vérole, dans laquelle sont insérés des principes pour la connoissance et guérison de cette maladie, Paris, Valleyre fils, 1763, p. 80-81. Le catalogue de la BnF ne donne ni prénom ni dates pour cet auteur.

Auteur

Membre associée du CÉRÉDI
Professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’université de Nancy. Elle est l’auteur de nombreuses publications sur la poésie et le roman des Lumières (Anthologie de la poésie française, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000 – en collaboration ; André Chénier. Le miracle du siècle, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2005, etc.). Également spécialiste de l’histoire des idées, elle a beaucoup travaillé sur l’inoculation et son imaginaire. Elle a dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont Destins romanesques de l’émigration (Paris, Desjonquères, 2007 – avec Claire Jaquier et Florence Lotterie). Son volume intitulé Marie-Antoinette. Anthologie et dictionnaire a paru aux éditions Robert Laffont, dans la collection « Bouquins », en 2006.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search