Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Un épisode des relations entre seigneurs et paysans dans les Alpes du sud au xviie siècle : l’affaire de Séranon (1670-1679)

R. Aubenas

Texte intégral

1Voici une vingtaine d’années qu’historiens et sociologues se sont penchés sur les troubles sociaux, émeutes populaires ou paysannes, soulèvements de tout genre, qui ont éclaté au cours du XVIIe siècle. Sans doute c’est surtout sur l’époque antérieure à la Fronde et sur la Fronde elle-même qu’ont porté ces recherches. En revanche, la seconde moitié du siècle paraît avoir suscité moins d’intérêt chez les chercheurs. Certes, en cette matière, il faut tenir grand compte des différences régionales : certaines provinces ont été sensiblement plus agitées que d’autres, pour de multiples raisons, et il faudra encore bien des sondages pour que l’on puisse dresser un tableau à peu près complet et dessiner une carte suffisamment précise, région par région, de ces mouvements et de leurs caractères. Dès maintenant, Bretagne, Normandie, Franche-Comté, d’autres pays encore, ont fait l’objet de sérieux travaux, et des synthèses ont été depuis tentées, notamment, on le sait, par R. Mandrou, F. Porchnev, D. Ligou, C. Vivanti, R. Mousnier.

  • 1 R. Pillorget, Essai d’une typologie des mouvements, insurrectionnels ruraux en Provence de 1596 à 1 (...)

2Or jusqu’ici, la Provence a été, semble-t-il, un peu laissée de côté. Certes, tout récemment, R. Pillorget1 a consacré d’intéressantes pages à l’histoire de ces troubles, jusqu’alors assez peu connus, en reconnaissant, d’ailleurs, qu’au XVIIe siècle, la Provence a été, à ce point de vue, moins agitée que d’autres provinces. R. Pillorget estime, avec raison, qu’il ne saurait être question de considérer comme de même gravité les troubles qui secouèrent Normandie ou Bretagne et ceux que connut la Provence. Mais, en ces sortes de recherches, on peut toujours espérer trouver du nouveau. C’est ainsi que, poursuivant depuis assez longtemps des études sur la vie paysanne dans un coin des Alpes du Sud - plus précisément la région située entre Grasse et Castellane - nous avons constaté que cette vie, même dans une région d’accès alors peu facile et fort isolée, avait été traversée par des secousses non négligeables.

  • 2 E. de Juigné de Lassigny, Histoire de la maison de Villeneuve en Provence. Lyon, 1900-1901, 3 vol., (...)
  • 3 Archives départementales de la Drôme, B 329.

3La Seigneurie de Séranon, village perché à plus de mille mètres d’altitude, à 25 kms de Castellane et 45 de Grasse, appartenait depuis longtemps à l’une des plus grandes familles de Provence, celle de Villeneuve. Aux alentours de 1660, cette famille avait connu quelques épreuves : ainsi Jacques François de Villeneuve, seigneur de SaintCézaire (à quelques lieues de Séranon), avait été assassiné, dans des circonstances et pour des raisons que nous connaissons mal. A l’automne de 1663, les assassins avaient été condamnés, les uns à mort, d’autres au bannissement, d’ailleurs par contumace2. Quelques années après, c’est à Séranon même que l’harmonie ne règne plus entre seigneur et paysans. A la vérité, les documents sur ces différends nous ont longtemps fait défaut, jusqu’au jour où un chercheur de la région, M. Magnan, que nous remercions vivement, a bien voulu nous signaler que les dossiers concernant ces troubles se trouvaient aux archives départementales de la Drôme3, le présidial de Valence, après dessaisissement des juridictions locales, ayant été désigné pour les instruire. De ce fait, la lecture des procédures de ce présidial nous a fait revivre, en détail, ce qui s’est passé à Séranon au cours de dix années assez mouvementées, de 1670 à 1679 environ. Il ne saurait être question d’étudier ici, par le menu, ces procédures aux multiples rebondissements, ces enquêtes interminables et parfois contradictoires, mais voici l’essentiel.

4Le seigneur du lieu, messire Honoré de Villeneuve - qui paraît n’avoir pas eu un caractère commode - était, d’ailleurs, en mauvais termes avec son propre fils, Pierre. Et il semble, d’autre part, que les habitants, mécontents de l’attitude sans doute hautaine de leur seigneur, aient reporté leurs espoirs sur le fils. L’âme de la révolte fut un notaire du village, greffier de la communauté, Me Boniface Sauteron, issu d’une vieille famille paysanne (dont, moins d’un siècle plus tard - ironie du sort - certains membres devaient s’allier aux Villeneuve eux-mêmes et devenir eux aussi Co-seigneurs !). C’est chez ce notaire que se réunissent les paysans, parfois armés « de fusils, pistolets et mousquetons », vociférant menaces sur menaces ; c’est chez lui qu’est descendu Pierre, le fils du seigneur. Les conjurés (c’est un terme un peu gros, mais le seigneur lui-même ne va-t-il pas jusqu’à parler de « ligue offensive » ?) essaient de faire régner la terreur chez les tenanciers du seigneur, leur défendant d’acquitter les droits seigneuriaux, bref, les incitant à la révolte. Ces droits seigneuriaux paraissent, d’ailleurs, assez modérés, mais ils étaient acquittés, comme partout, avec une visible mauvaise volonté. Les habitants sont-ils allés, comme l’assure Messire de Villeneuve, jusqu’à menacer de mort leur seigneur, disant qu’ils le voulaient « tuer dans son château » ? C’est possible, encore que les habitants, au cours de l’enquête, s’en défendent.

5En même temps, les habitants, profitant des circonstances, ne se gênaient pas pour chasser en toute liberté par tout le terroir, pour pêcher sans vergogne les plus belles truites de la rivière, même aux endroits réservés au seigneur. Quant à « passer reconnaissances », ils éludaient volontiers cette obligation, affirmant, en outre, qu’à cette occasion, on leur extorquait, chaque fois une somme excessive : sur ce point les témoignages varieront, et il ne semble pas, en définitive, que le rentier du seigneur, chargé de cette opération, ait eu la main trop lourde.

6Quoi qu’il en soit, les choses en étaient arrivées à un point tel que le seigneur, se voyant ainsi bafoué et privé du revenu de ses droits seigneuriaux, se décida à poursuivre les plus compromis des habitants, accusés d’avoir « formé une ligue contre lui, de s’être réunis dans le territoire de Séranon avec des armes prohibées, d’avoir cherché par tous les moyens possibles à entraîner son fils Pierre dans leur cabale et à détourner ses débiteurs de le payer ».

7Le présidial ordonna enquêtes sur enquêtes : interrogés, les témoins paraissent parfois gênés, mais tous mettent en cause le notaire Sauteron. L’un d’eux affirme avoir vu le notaire chasser librement, pêcher à l’endroit réservé, et même, maltraiter les « officiers » du seigneur. N’aurait-il pas, injurié et frappé le « lieutenant » Funel, lui brisant son « bâton de justice », le brutalisant si sérieusement que le malheureux dût faire appel à un « chirurgien » du lieu qui rédigea un rapport très suggestif : l’homme de l’art avait trouvé le blessé « avec fièvre et une plaie dorsale derrière l’os coronal de la largeur de deux travers de doigt, en étant sorti grande quantité de sang, et une contusion derrière l’omoplate de quatre travers de doigts, blessures faites avec des instruments tranchants ou des bâtons (sic) ». Une autre fois, le notaire lui aurait dit : « Je t’ai manqué deux fois, mais je ne te manquerai pas, l’autre ; si tu me faisais gager, je te mettrai la bourre dans le ventre. » D’autres soutiennent que le notaire tenait des réunions au cabaret pour exciter les habitants, leur disant de préparer des échelles pour entrer dans le château et en chasser le seigneur... qui, lui-même, n’hésite pas à se déclarer « assiégé ».

  • 4 R. Pillorget, Essai..., op. cit., p. 371, et les mouvements insurrectionnels..., op. cit, p. 363

8Que tout celà ne soit pas trop dramatique, qu’il y ait quelque exagération dans l’énoncé des griefs du seigneur, que tout se soit borné à des violences légères et à des menaces, que le rôle de Pierre, le fils du seigneur, soit équivoque, nous le reconnaissons volontiers. Sur ajournement du présidial, les principaux coupables de « rebellions », le notaire et ses compagnons,sont entendus longuement, puis obtiennent de se retirer « sous caution ». L’affaire traîne de 1671 à 1675, parmi, parfois, de nouvelles scènes de violence (assez légères, d’ailleurs). Si les dessous du « complot » nous échappent, ces événements ne paraissent pas avoir eu des conséquences trop tragiques... N’en retenons que la preuve d’une grave mésentente entre un seigneur sans doute maladroit et des habitants frondeurs de nature et habitués depuis longtemps à une liberté d’allures queque peu incontrôlée. Constatons qu’une fois de plus (car le fait a été relevé pour d’autres villages de Provence4), c’est le notaire qui est l’instigateur de ces manifestations, point trop cruelles sans doute, mais révélatrices d’une mentalité. Ce ne sont pas les paysans qui agissent d’eux-mêmes, ce ne sont pas de misérables affamés qui se révoltent poussés à bout, mais les « cadres » locaux, un notaire, un avocat, quelques petits notables, qui s’agitent. Mais, en plein XVIIe siècle, que pouvaient-ils bien espérer, ces robins de village ?

***

9Des troubles beaucoup plus graves auraient-ils éclaté, dans le même village, une trentaine d’années plus tard ? Nous avons, un instant, failli le croire, sur la foi des deux passages suivants d’E. Garcin.

  • a) Dans son Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne (Draguignan 1835), cet auteur écrit à propos de Séranon : « Vers le commencement du siècle dernier, le seigneur du lieu tyrannisant les habitants, fut saisi par eux et conduit sur des terres sardes pour y être assassiné. Tardant à ces malheureux de se délivrer d’un despote qui les vexait, il s’en défirent à quelques pas de la frontière, qu’ils ne connaissaient pas bien. C’est ce qui fut cause qu’ils restèrent quelque temps fugitifs, jusqu’à ce qu’ils eussent acheté leur grâce. »

  • b) Dans ses Lettres à Zoé sur la Provence (Draguignan (1841), lettre XXIII, on peut lire : « Je vois sur la hauteur les ruines de la vieille ville de Séranon et de son antique manoir, dans lequel, vers la fin du XVIIIe siècle, se réunissait une foule de jeunes seigneurs, grands libertins, pour s’y livrer à la débauche... ils étaient la terreur de tous les pays circonvoisins, ils enlevaient toutes les belles femmes ou filles, et les faisaient victimes de leurs orgies. Les habitants, effrayés d’un sort qui ne pouvait tarder de leur arriver, s’entendirent secrètement, escaladèrent le château pendant la nuit au moment même où cette folle jeunesse était noyée dans la vapeur des boissons et se firent justice. Tous ces seigneurs furent égorgés sans pitié, le château fut livré à la proie des flammes (sic). »

10Or, malgré nos recherches, nous n’avons trouvé aucune trace d’une telle affaire, qui aurait tout de même fait quelque sensation. D’autre part, Garcin est un auteur à qui on ne peut accorder qu’une confiance très relative, il ne donne, bien entendu, aucune référence, ne précise pas la date, et son style même a des relents d’un romantisme de mauvais aloi. Peut-être a-t-il commis une vague confusion avec l’incendie du château qui aurait eu lieu en 1579, au cours des luttes entre protestants et catholiques de la région, et qui n’aurait rien à voir avec une quelconque révolte paysanne. La question reste posée, mais nous serions tenté de ne voir dans le texte de Garcin qu’une affabulation quelque peu folklorique...

Annexes

PIÈCE JUSTIFICATIVE

« ... Ce jour là, (8 octobre 1671), Jean Muret, marchand, au nom de Messire Honoré de Villeneuve, a exposé que celui-ci étant venu avec des commissions du Parlement de Dijon et du Présidial de Valence pour faire faire des reconnaissances nouvelles aux habitants, il éprouvé un refus, d’où assignation devant le Présidial de Valence, ce qui aurait tellement aigri l’esprit des dits habitants qui ont toujours témoigné une mauvaise intention contre leur seigneur que, ne pouvant s’empêcher de faire éclater leur violence et pernicieux dessein, ledit consul et autres particuliers assignés se seraient dès lors unis et formé ligue offensive contre ledit Messire de Villeneuve leur seigneur, s’étant à cet effet attroupés depuis quelques jours tant audit village de Séranon qu’aux champs, avec des armes prohibées et défendues et, par une malice qui n’a pas d’exemple, ils ont tâché par tous les moyens possibles de séduire et surprendre l’esprit de Messire Pierre de Villeneuve fils, pour le soulever contre son père et lui faire autoriser leurs cabales et violentes entreprises, étant allés, pour raison de ce, prier ledit Messire Pierre de Villeneuve fils au lieu de Sainst-Cézaire, par diverses fois, et fait venir iceluy sous de faux entendus audit lieu de Séranon, l’ayant logé en la maison de Boniface Sauteron, notaire, qui est le lieu où ils font leurs attroupements et cabales, étant à présent Pierre Sauteron, consul, Me Honoré Sauteron, avocat, Claude Sauteron, frères et Me Boniface Sauteron, notaire et greffier de ladite communauté, leur cousin, Honoré Geoffroy dit Baron, Pierre Michel et Laurent Roure, Honoré Sassy, Pierre Fabret, Jacques Trabaud, Jean Rebuffel, Pierre et Jacques Fouque, Jacques Fabret, Etienne Rebuffel, Auban Rebuffel, Michel et Paul Geoffroy, frères, particuliers et habitants dudit Séranon, attroupés et armés avec des fusils, pistolets et mousquetons, se faisant entendre qu’ils veulent tuer ledit Messire de Villeneuve leur seigneur et tous ceux qui prendront part à ses intérêts et qui oseront exécuter les décrets de justice rendus contre les susnommés à cause de divers crimes capitaux dont ils sont atteints et poursuivis, portant leur fureur dans un si haut point contre ledit Messire de Villeneuve que par leurs menaces continuelles qu’ils font contre les débiteurs et fermiers dudit Séranon, ils empêchent que ledit Messire de Villeneuve puisse être payé de ses fermes et droits seigneuriaux, se moquant de tous mandements de justice..., ayant même dit plusieurs fois que Messieurs dudit présidial de Valence ne sont point leurs juges et qu’ils méprisaient leur justice, menaçant tous les jours les officiers et sergents qui veulent exécuter les commissions dudit présidial, et ledit Messire de Villeneuve leur seigneur, et de le venir tuer dans son château, ce qu’ils auraient sans doute déjà exécuté s’il n’eût demandé l’assistance et le secours de ses amis et autres personnes qu’il est contraint de faire tenir auprès de lui pour la sûreté de son corps et se garantir de quelque sinistre accident, de telle sorte qu’en cet état il est non seulement tous les jours en danger de sa vie, mais encore hors de pouvoir exiger de ses débiteurs et fermiers les revenus de ses terres et autres droits seigneuriaux attendu qu’il est assiégé dans son château par les susnommés qui tiennent des sentinelles aux environs et ôtent audit Messire de Villeneuve la liberté d’en sortir pour faire les poursuites nécessaires contre ses débiteurs, que les susnommés par un esprit de rébellion, empêchent formellement que ceux-ci payent ledit Messire de Villeneuve, les uns par menaces, les autres en les attirant dans leur parti, et les obligent de s’enfuir et d’abandonner leurs arrentements, et d’autant que de pareilles félonies de sujets rebelles contre leur seigneur sont injurieuses à la justice et doivent être rigoureusement châtiées, attendu que par la commission obtenue par ledit Messire de Villeneuve de Messieurs dudit présidial le quinzième du mois de mai dernier sont faites inhibitions et défenses expresses à tous qu’il appartiendra de troubler ledit Messire de Villeneuve en la possssion et jouissance des biens dépendant de l’héritage par lui recueilli comme héritier bénéficiaire de la feue dame de Séranon, avec commission, en cas de contravention, au premier juge royal d’informer desdits troubles, ledit Muret, pour et au nom que dessus, requiert qu’en vertu de ladite commission... il nous plaise, nous transporter avec tel greffier qu’il nous plaira audit lieu de Séranon... pour informer sur les troubles à lui donnés par les susnommés à l’exaction et perception des revenus de ses terres et droits seigneuriaux... »
(Archives départementales de la Drôme, B 329)

Notes

1 R. Pillorget, Essai d’une typologie des mouvements, insurrectionnels ruraux en Provence de 1596 à 1715 (Actes du 92e Congrès national des Sociétés Savantes 1967), tome III, 1970 pp. 359 et suiv., et, surtout sa monumentale thèse Les Mouvements insurrectionnels en Provence entre 1596 et 1715, thèse de lettres, Paris, 1973, qui ne paraît pas avoir connu nos documents ni les événements survenus à Séranon.

2 E. de Juigné de Lassigny, Histoire de la maison de Villeneuve en Provence. Lyon, 1900-1901, 3 vol., t. III, pp. 95 et 258.

3 Archives départementales de la Drôme, B 329.

4 R. Pillorget, Essai..., op. cit., p. 371, et les mouvements insurrectionnels..., op. cit, p. 363

Auteur

Professeur honoraire à la Faculté de Droit de Nice

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search