Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Aux origines du Christianisme dans le « Pagus Caletensis »

Pierre Andrieu-Guitrancourt

Texte intégral

  • 1 Les limites qui nous ont été assignées nous contraignent à ne donner présentement que les grandes (...)
  • 2 Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, Paris, Fontemoig, 1912, suiv.

1En dépit des nombreux et savants travaux qui ont été consacrés à la Gaule chrétienne1, maintes incertitudes demeurent sur les premières communautés qui y furent établies. Grâce à Duchesne2, et à ses disciples, nous disposons maintenant, il est vrai, de listes épiscopales crédibles, mais il n’est pas certain que ce progrès incontestable et si précieux n'ait point donné occasion à de fausses interprétations. C’est que beaucoup, projetant dans le passé des institutions d’époques postérieures, ne conçoivent plus une « Eglise » sans évêque et sans évêque à la manière de ceux que nous ont révélé les siècles classiques. Enfin, si le principe d'après lequel tout apostolat serait parti de Rome a été absolument abandonné, on imagine volontiers que les premiers « missionnaires » songeaient à organiser des « diocèses » d’après un plan préétabli dans le cadre des circonscriptions de l'Empire.

  • 3 Déjà, par exemple, on a noté comment se constituèrent sur des bases différentes les Eglises paulin (...)
  • 4 Dauvillier, op. cit., p. 718. L’évêque ne se distinguera longtemps encore du prêtre que par son po (...)
  • 5 Il est dès lors impossible, si l’on veut rendre compte du passé, de ne pas tenir compte de l’évolu (...)

2Une telle conception ne peut résister à un examen, fut-il rapide. Le christianisme, comme toutes les philosophies et certaines religions païennes elles-mêmes, a pénétré en tout lieu comme en tout lieu se propagent les idées. Des voyageurs ont apporté la foi dans le Christ au cours de leurs pérégrinations continentales ou de leurs escales maritimes et il y eut certainement des chrétiens isolés avant que se constituassent des communautés locales. Le nombre des convertis augmentant, des « presbytères » furent vraisemblablement constitués et des « presbuteroi » prêchèrent la croix autour d’eux en dehors de toute intervention étrangère, fut-elle apostolique. C’est, du reste, ce que nous enseigne l’histoire : Pierre et Paul, lorsqu’ils arrivèrent à Rome, y trouvèrent une « ecclesia » déjà organisée. Il ne semble pas faire de doute que ces diverses communautés aient adopté une organisation en rapport avec les circonstances dans lesquelles elles se trouvaient3. Ce qui, d'autre part, ne peut laisser subsister aucune hésitation, c’est, qu’alors, on ne peut distinguer entre « presbuteroi » et « episcopoi4 et que, plus tard, quand commercera à se distinguer du groupe et à s’en distancer l'« episcopos », celui-ci restera très dépendant du « presbytère » auquel il appartient. Confondre l’évêque des deux ou trois premiers siècles avec son successeur mérovingien et, à plus forte raison, avec son successeur carolingien, constitue une erreur manifeste5.

  • 6 « Une épitaphe chrétienne, conservée au musée Borely de Marseille et la tombe de la Cagnole, près (...)

3Mais, de ces communautés naissantes, surtout de ces communautés comptant encore peu de fidèles ou établies dans des villes mineures, pouvait-on exiger qu’elles tinssent des registres, surtout à une époque durant laquelle sévissaient les persécutions ? Si aucun de leurs membres n’a tenu le stylet, en faut-il conclure qu’elles n’existaient pas et que tout commença quand, enfin, parut un évêque ? L’archéologie a déjà répondu par la négative puisque, à Marseille, par exemple, un burin a gravé une inscription chrétienne avant que l’on puisse inscrire avec sûreté un nom épiscopal6. Ainsi, le Christ dut être prêché dans beaucoup de « pagi » avant que naisse une véritable hiérarchie.

4Comment, en l’absence de documents, peut-on, sinon connaître, du moins deviner le passé chrétien ?

5Deux sources sont à utiliser : les légendes et les dédicaces d’églises.

  • 7 Cf. notre Yerville à travers les âges, Yvetot, Bretteville, 1955, t. I, p. 31. Rappelons, qu’en 65 (...)

6Certes, presque toutes les légendes font appel au merveilleux ; si, toutefois, l'on découpe et sépare les enluminures du texte, ce texte peut révéler et révèle plus d’une fois, si l’on procède avec méthode et prudence, une réalité. C’est, on ne le saurait oublier, que la mémoire de nos lointains prédécesseurs, moins encombrée que la nôtre et moins distraite par la multitude des informations qui nous sont fournies aujourd’hui, conservait pieusement et fidèlement les fastes du passé. Hier encore, dans nos campagnes, combien de paysans, qui ne possédaient que leurs livres de messe, transmettaient ce qu’ils avaient retenu de leurs pères. Nous avons été nous même surpris d’entendre, entre les deux guerres, des vieillards rappeler l’apostolat d’un évêque de Lillebonne dans le pays de Caux alors que, seuls, les spécialistes savaient que cette capitale du pays des Calètes avait eu jadis un évêque7. Après tant de siècles, un souvenir avait été jalousement conservé.

  • 8 Mlle le Professeur Foreville a excellemment mis en relief l’importance des dédicaces dans l’étude (...)

7Si les légendes ont leur réplique dans les dédicaces d’églises, leur valeur s’accroit. Parmi ces dédicaces, il semble que l’on puisse distinguer plusieurs catégories. Celles constituées par les patronages d’églises construites en bordure des voies antiques principales ; celles qui indiquent, dans un groupement assez homogène, ou une présence, ou une dévotion particulière souvent elle-même inspirée par une présence, ou des relations étroites avec le saint ; celles encore qui sont exclusivement inspirées par une dévotion générale envers tel ou tel saint8. Seules, les deux premières catégories sont à retenir en se qui nous concerne. Essayons donc de démêler l’écheveau compliqué des légendes et des dédicaces dans le « pagus caletensis ».

  • 9 Ne pouvant citer, faute de place, les nombreuses études particulières, souvent, du reste, de valeu (...)
  • 10 Chef-lieu de canton de l'arrondissement du Havre.

8Ce pagus9, aujourd’hui totalement englobé dans le département de Seine-Maritime, eut jadis une importance première. A l’époque gallo-romaine, sa capitale est Lillebonne10, construite au carrefour des voies antiques menant à Rouen par Caudebec ; à Harfleur et sur les grèves de la Manche ; à Pont-Audemer ; à Boulogne-sur-Mer par Grainville-la-Teinturière, à Etretat et Fécamp. Reconstruite par les Romains, cette ville, que mentionnent Ptolémée et la célèbre carte de Peutinger, est riche en monuments. Son théâtre peut contenir 3.000 personnes ; elle a ses bains et sa basilique ; un acqueduc y amène des eaux fraîches ; ses villas sont nombreuses et opulentes. L’une d’elle a livré aux archéologues cette grande et belle mosaïque qu’abrite aujourd’hui le musée des Antiquités de Rouen ; une autre était ornée d’une statue de bronze représentant Apollon que le Louvre conserve comme un de ses plus précieux joyaux. La Seine baigne les quais de la ville et, par elle, en amont, elle trafique avec Rouen et au-delà ; en aval, avec Harfleur et la mer.

  • 11 Chef-lieu de canton de l’arrondissement du Havre.

9Au nord, dans le Caux maritime, est un autre site habité bien avant la conquête de César et qui a livré aux archéologues maintes pièces de choix. Ce site est Fécamp11 et il est relié directement, comme nous venons de l’écrire, à Lillebonne et aux autres ports du littoral.

10A l’intérieur du pagus, il est d’autres lieux qu’il conviendrait de mentionner en raison de leur activité commerçante et de leur richesse, telle la vallée de la Durdent qui, au témoignage de Cochet, constituait alors un centre de haute civilisation ; telle encore la vallée de la Saâne.

11Or, c’est dans ces lieux que se concrétisent les légendes cauchoises qui retiennent présentement notre attention et auxquelles de nombreuses dédicaces confèrent de grandes probabilités historiques. C'est là, également, que se manifeste le premier témoignage chrétien.

***

  • 12 Sur sainte Honorine et son tombeau, voir Cochet, Le tombeau de sainte Honorine à Graville, près Le (...)
  • 13 Voir Laplaine, Sainte Honorine martyre cauchoise, Yvetot, Abeille Cauchoise, s.d., plaquette de di (...)
  • 14 Hérodote déjà signalait ce commerce maritime dans les eaux de la Manche et dans celles de la Balti (...)

12Un fait, en effet, semble indiscutable : celui du martyr de sainte Honorine12 qui aurait versé son sang pour le Christ avant l’année 300. Elle aurait été immolée entre Harfleur et Lillebonne, sur la voie qui relie ces deux ports ; son corps aurait été jeté à la Seine qui l’aurait charrié jusque sur les grèves de Graville où des chrétiens l’auraient enseveli. Son tombeau retrouvé au cours du XIXe siècle, offre, d’après Cochet, « les caractéristiques des tombeaux gallo-romains des IVe et Ve siècles », mais il est infiniment probable, qu’avant d’y être déposées, ses reliques avaient été d’abord placées dans un sépulcre plus discret13. Si donc la région de Lillebonne eut une martyre avant l’an 300, c’est qu’il existait déjà dans la région une communauté chrétienne. Quelle était ou pouvait être son origine ? Sans doute, des voyageurs chrétiens, débarqués sur les quais de Juliabona, avaient-ils conquis quelques Lillebonnois à l’Evangile. D’où venaient-ils ? De Bretagne, peut-être, d’où vraisemblablement était originaire Mellon lui-même, le premier des évêques mentionnés sur nos listes ; ou du Proche-Orient, puisque cabotaient des embarcations levantines sur les rivages de la Manche poursuivant leur route vers les plages où l’on se procure l’ambre et l’étain14 ; ou de l’Italie ou de l’Espagne.

13Peut-on avancer d’autres noms que celui d’Honorine ?

  • 15 Cette tradition est à l’origine du pèlerinage du « Précieux Sang » célébré chaque année de temps i (...)
  • 16 On peut encore retenir que le pagus caletensis et celui des Parisii sont séparés par le pagus des (...)
  • 17 De très bonne heure, les moines de saint Denis-en-France, sans doute pour étendre le champ d’actio (...)

14Si l’on en croit la tradition fécampoise, un tronc de figuier, dans lequel ou Joseph d’Arimathie ou Nicomède auraient enfermé du sang recueilli au calvaire, aurait échoué sur les galets15. Un citoyen romain l’aurait pieusement recueilli et aurait prêché le Christ aux Fécampois. Ce Boso aurait été envoyé par un certain Denis à Fécamp et ce Denis y serait venu lui-même. De ce Boso, qui devait être un personnage, puisqu’il était honoré du titre de citoyen romain, on ne sait évidemment rien. De Denis, on ne peut que conjecturer. Combien sont nombreux, on le sait, les Denis à cette époque et combien également nombreux sont ceux que l’Eglise a inscrits sur le catalogue des saints. Il serait vain, toutefois, à notre avis du moins, de le vouloir identifier avec le Denis de Paris puisque, en définitive, on ne connaît guère que le nom de ce premier évêque de Lutèce. D’autre part, il est difficile d’admettre que Denis de Paris ait œuvré à la fois dans le « pagus » des Parisii et dans celui des Calètes, d’autant que sur les routes qui mènent du pays de Caux à Lutèce, on ne trouve que très rarement des dédicaces instructives16. Il paraît dès lors prudent de garder son identité fécampoise à notre Denis, lequel aurait été martyrisé à Lillebonne. Son corps jeté à la Seine aurait été charrié par elle jusqu’au Chef-de-Caux où des fidèles lui auraient donné sépulture17. Fut-il victime de la persécution au cours de laquelle périt Honorine ? Il est impossible de le dire. En tout état de cause, jamais, à notre connaissance, leurs noms n’ont été associés, ce qui pourrait laisser supposer qu’ils versèrent leur sang en témoignage à des époques différentes quoique dans une même région.

15Quoiqu’il en soit, alors que Boso n’a laissé aucun souvenir, il n’en est pas de même pour Denis.

  • 18 Commune du canton d'Ourville, arrondissement du Havre.

16Avant 314, date à laquelle Avitien, évêque de Rouen, signait les actes du concile d’Arles - vraisemblablement vers 303 d’après les auteurs - Mellon, sentant approcher la mort, lui consacre un oratoire à Héricout-en-Caux18, sur les rives de la Durdent ; village qui, jusqu’au début de notre siècle, était communément dénommé Saint-Denis-d'Héricourt ; petit bourg dans lequel, de tradition immémoriale, est célébré un pèlerinage le lundi de la Pentecôte au cours duquel, prêtres et fidèles, se rendent à la fontaine qu’aurait fait miraculeusement jaillir saint Mellon. Jusque vers les années 1860, on y baignait les enfants. Enfin, dans ce village, existe une grotte qu’une même tradition affirme avoir été le refuge et l’oratoire de Mellon. Puisque Mellon consacre un sanctuaire à Denis en ce lieu célèbre, c’est que Denis était décédé avant cette époque ; c’est que, déjà, il jouissait d'une réputation de sainteté ; c’est que son apostolat est antérieur à cette année 303, date généralement retenue, et qu’il le faut situer au IIIe siècle.

17Quoiqu’il en soit, nombreuses sont les églises anciennement dédiées à Denis, d’abord en bordure du littoral cauchois, puis le long ou à proximité des rivières calètes, qui toutes, pourraient indiquer un itinéraire missionnaire. Sur la Seine, Lillebonne, avant la Révolution, possédait une église dédiée à saint Denis, Duclair également lui était consacré. Dans le Caux maritime, pour en revenir à lui, ce sont, entre autres, Sainte-Adresse, Sanvic, Flocques, Epouville, Epreville, Fécamp naturellement, Ecrainville, Torcy-le-Petit, Glicourt, Fouillot. Dans la vallée de la Saâne, ce sont Auzouville-sur-Saâne et Saint-Denis d'Aclon ; dans la vallée de la Durdent, Héricourt et Le Hanouard ; près de la vallée du Dun, Brametot et, dans la vallée de la Scie, Saint-Denis-sur-Scie. A ces villages maritimes, séquanais et fluviaux, il convient d’en ajouter d’autres, tels Odeng-Bellanger, Rebais, Saumont-la-Poterie, le Mesnil-Ruril, ce qui semble indiquer une pénétration assez profonde en dehors des grandes voies de communication. Si ces dédicaces rappellent un apostolat, il en faudrait conclure que le ministère de ce Denis fut considérable, qu’il dût dès lors se prolonger pendant plusieurs années et qu’il atteignit les centres vitaux du « pagus caletensis ». Un relevé, malheureusement incomplet, des statues anciennes représentant saint Denis que nous avons entrepris et que nous poursuivons, des confréries mentionnant Denis, confirment ou complètent l’hypothèse avancée. Si, par conséquent, la légende fécampoise a un fondement, si nos dédicaces font référence à un apostolat itinérant, il en faudrait conclure, puisque Mellon lui consacre un oratoire, que notre saint fit oeuvre apostolique avant Mellon ; que, comme Honorine, il reçut la palme du martyr et que ces événements n’ont pu se produire qu'au cours du troisième siècle de notre ère.

18Peut-on préciser davantage ? La dernière persécution est celle de Dioclétien qui mourut le premier mai 305. Ce serait donc deux années avant le décès de cet empereur que Mellon aurait consacré un sanctuaire à Denis. S’en suit-il que Denis, comme Honorine, furent victimes des décrets impériaux, c’est-à-dire qu'ils rendirent leurs âmes à Dieu entre 284 et 305 ? On ne saurait l’admettre sans précautions. Si l'apostolat de ce Denis fut tel que le pourraient indiquer nos dédicaces, il dût au moins se prolonger pendant une vingtaine d’années, si bien que nous parvenons à une date antérieure à l’avènement au trône impérial de Dioclétien. On ne saurait dire davantage qu’Honorine mourut dans le même temps que Denis. En dehors même des persécutions légales, des meurtres de chrétiens ont pu être perpétrés bien avant le règne de Dioclétien par des paiens mis en fureur par la destruction des idoles et des arbres sacrés. Ces paiens n’avaient-ils pas à Lillebonne leurs clergés officiels et leurs magistrats fort capables de condamner à mort en dehors de tout ordre de Rome. Ce qui paraît, encore une fois, difficilement contestable, étant donné le fait du martyr d’Honorine et si la légende fécampoise recouvre une réalité, c’est que, déjà au IIIe siècle, existaient, dans le « pagus caletensis » des communautés chrétiennes ; que ces communautés chrétiennes n’étaient point en rapport hiérarchique avec Rome, car, fait très notable, dans nos légendes fécampoises, au contraire de ce qu’on lit communément dans tant d’autres, y compris les rouennaises, l’évêque de Rome n’y est nullement mentionné. Boso et Denis agissent, s’il est permis de s’exprimer ainsi, pour leur compte personnel.

  • 19 Voir op. cit., p. 88.
  • 20 Célébré en 306.

19Ce que nous venons d’écrire, nous tenons à le redire, n’est qu'une hypothèse, mais, cette hypothèse d’un apostolat poursuivi dans la seconde moitié ou le dernier tiers du IIIe siècle en pays cauchois n’est pas sans fondement, d’autant que ce que nous savons d’autres régions nous oblige à admettre, qu’au cours de ce IIIe siècle, existaient en Occident des communautés déjà importantes. « Dès la fin du IIIe siècle, écrit M. le Professeur Gaudemet19, les résultats de l’évangélisation n’étaient pas sans ampleur. Il faut faire la part de l’effet rhétorique lorsqu’Arnobe dit « innombrables » les chrétiens de Gaule et d’Espagne. Mais, vers la même époque, le concile d’Elvire20 prouve, en Espagne, la diffusion du christianisme... Il atteste également une diffusion territoriale et une organisation déjà développée ». Or, la Gaule n’est pas moins visitée que l’Espagne, ses villes ne sont pas moins importantes ; ses ports, aussi bien ceux de l’Atlantique que de la Manche, ne sont pas moins fréquentés par les navires en provenance du Proche-Orient, de l’Italie, de l’Afrique et de la Bretagne. Si. d’ailleurs, en 314, purent se rassembler dans Arles tant d’évêques, y compris celui de Rouen, c’est qu’existaient des communautés chrétiennes déjà nombreuses. Or, ces communautés ne pouvaient être nées de la veille ; leur nombre et leur organisation obligent à penser que les chrétiens d’alors étaient, en notable proportion, fils, si ce n’est petit-fils, de chrétiens convertis auparavant. Supposons, dans la génération contemporaine des assises arlésiennes, une moyenne d’âge de quarante ans et nous sommes contraints de convenir qu’une évangélisation a été entreprise, jusque dans les pays séquanais, au moins vers les années 250. Au reste, le cas d’Honorine mérite de retenir l’attention. Elle a été martyrisée avant 300 ; la tradition veut qu’elle ait été jeune lorsqu’elle rendit témoignage. Si convertie vers ses quinze ans, elle a été martyrisée vers ses vingt ans, nous arrivons à une date probablement antérieure à 280 ; si elle était fille de chrétiens, il faut reculer au moins d’une vingtaine d'années sauf si ses parents avaient été baptisés en même temps qu’elle. Bref, nous demeurons dans cette seconde moitié du IIIe siècle durant laquelle aurait travaillé Denis de Fécamp. C’est que, comme nous l’avons précédemment écrit, étant donné l’ampleur de son ministère supposé, il est raisonnable de penser qu’il dura plusieurs années si bien qu’on semble fondé à admettre qu'il prêcha le Christ avant qu’Honorine meure pour Lui. Mellon, le premier des évêques rouennais retenu par nos listes, ne serait, en conséquence, qu’un des maillons d’une chaîne dont nous ignorons les premiers anneaux.

***

  • 21 Voir op. et loc. cit.
  • 22 Il est remarquable que, soit à Rouen, soit dans le diocèse dont il est le chef-lieu, aucune église (...)
  • 23 Voir Vacandard, Saint Victrice, Paris, Lecoffre, 1902, et nos articles, La vie ascétique à Rouen a (...)
  • 24 Betto, voir la note 7.
  • 25 Evêque de Rouen en 641.

20Ces quelques notations, à notre regret trop rapides, permettent de deviner quels ont été l’origine et le cheminement du christianisme dans le « pagus caletensisis ». Peut-être la légende qui, de toute évidence, fait abusivement intervenir ou Nicomède ou Joseph d’Arimathie, indique-t-elle, par deux noms, que la croix fut premièrement plantée en pays cauchois par des voyageurs venus des Echelles du Levant. En tout cas, il ne paraît pas vain d’écrire que, très vraisemblablement, des communautés chértiennes existaient à travers le « pagus » ; qu’il en était à Lillebonne, grand port à la fois maritime et fluvial ; à Héricout-en-Caux avant Mellon, et des communautés chrétiennes n’ayant d’autres liens entre elles qu’une foi commune dans le Christ ressucité. Des apôtres, sans aucun mandat hiérarchique, uniquement soucieux de convertir les âmes, s’arrêtèrent dans les villes, parcoururent les grandes voies de communication et les vallées, créant vraisemblablement des « presbytères » dans les centres importants. Ils ne pensaient aucunement à établir des cadres épiscopaux. Avant d’organiser, il faut être. Au reste, Mellon lui-même fait beaucoup plus figure d'ermite à Héricourt que d’évêque. Les légendes créées dans la suite à son sujet sont, ou bien muettes ou bien trop bavardes, ce qui, dans notre domaine, revient au même et elles n’indiquent aucunement qu’il fut le chef d’une vaste circonscription. Ainsi, à la différence de ce qui a généralement lieu dans le domaine missionnaire contemporain, où l’on délimite des districts à la tête desquels l’autorité compétente nomme un prélat qui gouvernera la mission indépendante, la préfecture ou le vicariat apostolique, nos Pères dans la foi ne songèrent qu’à la conversion des paiens appartenant à la région qu’ils habitaient, suivant les grandes routes, s’arrêtant dans les agglomérations et les villas pour annoncer la « bonne nouvelle ». Ils ne songeaient point, en d’autres termes à instituer des cadres administratifs. D’où, probablement, des communautés de types différents suivant les circonstances et le degré de progression dans la foi. Au reste, Gaudemet21 signale, en Espagne, trente communautés presbytérales alors que vingt seulement ont à leur tête un évêque. Même ces dernières, pourvues d’« episcopoi », ne peuvent être imaginées à la manière de celles qui apparaîtront plus tardivement, car il serait imprudent de croire que l'évêque joue un rôle prépondérant dans son « diocèse ». Il est, avant tout et comme l’indique son nom, un surveillant ; il est, à l'occasion, le porte-parole de son « presbyrère ». Cela nous semble si vrai que, pratiquement, en ce qui concerne ce qui sera plus tardivement le diocèse de Rouen, on ne sait rien de l’apostolat extra-muros des successeurs de Mellon. Fait probablement plus notable : les légendes ne mentionnent que leur apostolat citadin22. La présence d’un évêque est, plus tard encore, si peu indispensable, que nous voyons saint Victrice23 s’embarquer pour la Bretagne, afin d’y rétablir la paix, et partir ensuite dans les Flandres et les îles de la Frise afin d’y convertir les paiens. Mieux encore, nous ignorons quelle fut son action en dehors de Rouen. L’évangélisation se fait, par conséquent, hors ou en marge de l'épiscopat local et cette situation durera longtemps puisque, beaucoup plus tard, Vaast, Valéry et Laurent parcoureront, sans aucune liaison avec son prélat, le diocèse actuel de Rouen, pour y détruire idoles et arbres sacrés. La présence d’un évêque à Lillebonne24 sous le pontificat de saint Ouen, n’est pas moins significative25, ni moins significatif le fait que Paulin de Nole, écrivant à Victrice, ne le félicite que de l’état de sa ville épiscopale sans mentionner aucunement ou même faire allusion à ce qui n’est pas elle.

  • 26 Voir Dauvillier, op. cit., pp. 237 et suiv.

21Replacées dans ce contexte général, les légendes fécampoises semblent prendre une nouvelle dimension, surtout si l’on veut bien se souvenir du martyr de sainte Honorine et de la dédicace faite par Mellon d’un sanctuaire à la mémoire de Denis. Ces faits, au demeurant ne correspondent-ils pas à ce que nous enseignent les Actes des Apôtres, aux missions qu’ils confièrent à tels et tels26, aux prédicateurs individuels non délégués par eux qu’ils rencontrèrent en chemin ? L'histoire de nos institutions canoniques doit donc, quand il s’agit de leurs origines, être étudiée à partir de ces données et, très probablement, il serait intéressant d'examiner avec soin et ensemble légendes et dédicaces en dehors de tout parti-pris théologique. Pierres et parchemins ne disent pas tout du passé.

Notes

1 Les limites qui nous ont été assignées nous contraignent à ne donner présentement que les grandes lignes d’une étude qui exigerait de plus amples développements et de réduire à l’essentiel l’appareil scientifique. Renvoyons dès maintenant et d’une manière générale à J. Gaudemet, L’Eglise dans l’Empire romain, Paris, Sirey, 1958, et à E. Griffe, La Gaule chrétienne à l’époque romaine, Paris, Letouzey et Ané, t. I (1964), t. II (1965) et t. III (1966).

2 Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, Paris, Fontemoig, 1912, suiv.

3 Déjà, par exemple, on a noté comment se constituèrent sur des bases différentes les Eglises pauliniennes et les Eglises johanniques. Dauvillier, Les temps apostoliques, Paris, Sirey, 1970, p. 151 et suiv.

4 Dauvillier, op. cit., p. 718. L’évêque ne se distinguera longtemps encore du prêtre que par son pouvoir juridicionnel. Nous renvoyons, à ce propos, à notre article « De la théocratie à la collégialité », dans Mélanges Jean Brèthe de la Gressaye, Bordeaux, Bière, 1967, pp. 53 et suiv.

5 Il est dès lors impossible, si l’on veut rendre compte du passé, de ne pas tenir compte de l’évolution inévitable des institutions et de se libérer, par conséquent, des thèses théologiques classiques dont le but, pour justifier les résultats d’une évolution institutionnelle, est de les faire naître, dès l’antiquité chrétienne. Une réaction est, d’ailleurs, sensible de nos jours. Cf. par exemple, La Déclaration commune du groupe de travail luthéro-catholique des Etats-Unis du 5 mars 1974, dans Documentation catholique, no 1652 du 21 avril 1974, pp. 273 et suiv.

6 « Une épitaphe chrétienne, conservée au musée Borely de Marseille et la tombe de la Cagnole, près de Brignoles, permettent de faire remonter les Eglises provençales à la seconde moitié du IIe siècle, c’est-à-dire à l’époque à propos de laquelle Sulpice-Sévère, commémorant la cinquième persécution, celle de Marc-Aurèle, a écrit : « Alors, pour la première fois, on eut des martyrs en Gaule... », E.-O. Léonard, Les origines du christianisme en Provence, Paris, Hachette, 1930, p. 27.

7 Cf. notre Yerville à travers les âges, Yvetot, Bretteville, 1955, t. I, p. 31. Rappelons, qu’en 650, au concile de Châlons, Betto, évêque de Lillebonne, signe les actes de l’assemblée. On ne saurait s’étonner de la fidélité des souvenirs et de la précision de leur transmission, surtout à des époques comme la galloromaine et celles qui la suivirent, où la mémoire tenait lieu, pour la majorité des hommes, de chroniques et d’ouvrages historiques. « On a remarqué mille fois, écrit Renan (Les Evangiles, Paris, 1877, p. 77), que la force de la mémoire est en raison inverse de l’habitude que l’on a d’écrire. Nous avons peine à nous figurer ce que la tradition orale pouvait retenir aux époques où l’on ne se reposait pas sur les notes qu’on avait prises ou sur des feuillets que l’on possédait. La mémoire d’une homme était alors comme un livre ; elle savait rendre même les conversations auxquelles on avait assisté ».

8 Mlle le Professeur Foreville a excellemment mis en relief l’importance des dédicaces dans l’étude qu'elle a consacrée aux « Origines normandes de la famille de Becket et (au) culte de saint Thomas en Normandie », dans L’Année canonique, t. XVII (1973), pp. 433 et suiv.

9 Ne pouvant citer, faute de place, les nombreuses études particulières, souvent, du reste, de valeur inégale, nous renvoyons, d’une manière générale, aux travaux majeurs, tels ceux de Dom Duplessis, Description géographique et historique de la Haute-Normandie, Paris, 1740 ; Dom Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen, Rouen, 1667 ; Gallia Christiana, province de Rouen, rééd. Paris, 1874 ; Fallue, Histoire politique et littéraire de l’Eglise métropolitaine et du diocèse de Rouen, Rouen, Le Brument, 1850 ; Fisquet (qu’il faut toujours contrôler de très près), La France pontificale. Métropole de Rouen, Paris, Repos, s.d. ; Cochet, Les églises de l’arrondissement d’Yvetot, Paris et Rouen, Le Brument, 1855 ; Les églises de l’arrondissement de Dieppe, Paris et Rouen, Le Brument, 1855 ; Les églises de l’arrondissement du Havre, Rouen, Roquincourt, 1848-1856 ; La Seine Inférieure historique et archéologique, Paris, Derache, 1866 ; La Normandie souterraine, rééd. Le Portulan, 1970 ; Bunel et Tougard, Géographie de la Seine Inférieure, cinq volumes, Rouen, Cagnard, 1877 et suiv. Signalons, enfin, quoique souvent nous soyons contraint de nous éloigner de lui, Herval, Des origines chrétiennes de la Seconde Lyonnaise à la Normandie ducale, Rouen, Maugard, 1966, etc.

10 Chef-lieu de canton de l'arrondissement du Havre.

11 Chef-lieu de canton de l’arrondissement du Havre.

12 Sur sainte Honorine et son tombeau, voir Cochet, Le tombeau de sainte Honorine à Graville, près Le Hâvre, Rouen, Cagniard, 1867. La commune de Graville a été annexée depuis au Havre.

13 Voir Laplaine, Sainte Honorine martyre cauchoise, Yvetot, Abeille Cauchoise, s.d., plaquette de dix-huit pages qui peut, suivant toute vraisemblance, être datée des environs de 1875. L’hypothèse d’une translation du corps de sainte Honorine d’un premier tombeau dans un second - celui que décrit Cochet, était admise par le chanoine Jouen auquel on doit plusieurs travaux historiques de valeur.

14 Hérodote déjà signalait ce commerce maritime dans les eaux de la Manche et dans celles de la Baltique. Voir Hérodote, Histoires, Paris, éd. Guillaume Budé, 1962, t. I, p. 283.

15 Cette tradition est à l’origine du pèlerinage du « Précieux Sang » célébré chaque année de temps immémorial. On prétend que le nom de Fécamp serait l’équivalent de « Champ du figuier » : Fisci campus.

16 On peut encore retenir que le pagus caletensis et celui des Parisii sont séparés par le pagus des Véliocasses, qui, propablement, au début du IVe siècle ou à la fin du précédent, eut, d’après la tradition, son premier évangélisateur et martyr en la personne de saint Nicaise.

17 De très bonne heure, les moines de saint Denis-en-France, sans doute pour étendre le champ d’action et la renommée de leur patron, firent un seul personnage de Denis de Paris et de Denis de Fécamp, et, pour accomoder leurs traditions supposées à celles de Normandie, ils prétendirent que le chef de Denis de Paris, séparé de son corps, aurait été amené à contre courant par les flots de la Seine précisément de l'endroit où furent retrouvés le chef et le corps de Denis de Fécamp.

18 Commune du canton d'Ourville, arrondissement du Havre.

19 Voir op. cit., p. 88.

20 Célébré en 306.

21 Voir op. et loc. cit.

22 Il est remarquable que, soit à Rouen, soit dans le diocèse dont il est le chef-lieu, aucune église, à notre connaissance, n’ait été dédiée d’ancienneté à des évêques gallo-romains, à l’exception de Victrice. Mellon n’a point son sanctuaire dans la ville métropolitaine. Quant à Avitien et à Sévère, sauf erreur de notre part, ils sont totalement ignorés, au point qu’on chercherait en vain une statue ancienne les figurant. Il en est de même pour les successeurs de Victrice jusqu’à saint Godard, évêque de Rouen en 511, première date connue, qui semble avoir joui d’une assez large renommée.

23 Voir Vacandard, Saint Victrice, Paris, Lecoffre, 1902, et nos articles, La vie ascétique à Rouen au temps de saint Victrice, dans Mélanges Jules Lebreton, Paris, Recherches de sciences religieuses, 1952 et Saint Victrice et la province ecclésiastique de Rouen aux premiers temps gallo-romains, dans L'Année canonique, t. XIV, p. 1.

24 Betto, voir la note 7.

25 Evêque de Rouen en 641.

26 Voir Dauvillier, op. cit., pp. 237 et suiv.

Auteur

Doyen honoraire de la Faculté de Droit canonique de Paris

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540