Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

Préface

Jean de Palacio

Texte intégral

1Le colloque qui s’est tenu les 1er et 2 décembre 2006, à Fécamp, à l’occasion du centenaire de la mort de Jean Lorrain le 30 juin 1906, entendait jeter un regard synoptique et impartial sur un écrivain trop longtemps considéré, dans une perspective réductrice, comme un « fanfaron de vices » (l’expression est de Rachilde). Il ne s’agissait pas de proposer une réhabilitation, mais de promouvoir une approche critique permettant d’envisager l’homme et l’œuvre dans leur diversité et, si possible, dans leur totalité. La connaissance de l’homme, tout d’abord, s’est notablement enrichie, au cours de ces dernières années (2003-2007), par la publication successive de près de six cents lettres de l’écrivain, jamais rassemblées auparavant. Si l’on ne peut songer encore au projet – utopique – d’une Correspondance générale de Jean Lorrain, cet ensemble de lettres, adressées à des figures marquantes de la fin du siècle (Huysmans, Goncourt, Barrès, Schwob, Alphonse et Julia Daudet, Rachilde, Colette, Gustave Coquiot, entre autres, auxquels viendra bientôt s’ajouter l’écrivain belge Henry Kistemaeckers), éclaire singulièrement la vie littéraire et personnelle de Lorrain. Ici, la relation avec les contemporains (Stéphanie Champeau, pour les Goncourt) ou encore une nouvelle lumière jetée sur un événement important de la vie de l’écrivain comme le procès Jacquemin en 1903 (Eric Walbecq), apportent de plus amples précisions. Les efforts entrepris, voici trois quarts de siècle, par Georges Normandy sont ainsi étendus dans une visée désormais scientifique.

2Mais c’est la connaissance de l’œuvre qui était l’enjeu majeur de ce colloque. Le poète (Yann Mortelette), le conteur (Catriona Seth, Isabelle Bétemps), le romancier (Marie-France David-de Palacio, Jean de Palacio), l’homme de théâtre (Noëlle Benhamou, Sophie Lucet), le chroniqueur (Guy Ducrey), le voyageur (Liana Nissim), mais aussi le moraliste (Jacques Dupont) et l’iconolâtre (Paul Edwards, Thalie Rapetti) ont ainsi été présentés devant un public nombreux et fervent. On a vu, au cours des séances, les divers chemins empruntés par Jean Lorrain : itinéraires menant du Parnasse à la Décadence, de l’Antiquité au Moyen Âge, de Paris à l’Afrique, de la Presse à la scène et du texte à l’image. Les responsables scientifiques souhaitaient en effet sortir de sentiers (déjà) battus, en évitant par exemple la comparaison attendue entre Monsieur de Phocas et des Esseintes, ou les développements devenus monnaie courante sur les femmes fatales, goules et égrégores ; et en s’attardant, au contraire, sans négliger pour autant les aspects troubles de l’écrivain, sur des aspects et des œuvres moins rebattus : Très Russe, Les Noronsoff, Le Crime des Riches, Les Pelures, Heures d’Afrique, Yanthis, L’Ombre ardente.

3Ce colloque est donc l’ouverture d’un chantier. Car beaucoup reste à faire. Il faudrait travailler sur les nombreux livrets de ballets, le goût de Lorrain pour le dix-huitième siècle (du recueil Les Griseries au ballet Watteau), le théâtre non légendaire de la dernière période (Une Nuit de Grenelle, Hôtel de l’Ouest... chambre 22, Clair de Lune ou Deux heures du matin... Quartier Marbeuf), la collaboration avec les littérateurs (Oscar Méténier, Gustave Coquiot, Delphi Fabrice), les peintres (Louis Weldon Hawkins, Antoon Van Wélie, A. de La Gandara) et les musiciens (Fauré, Gabriel Pierné, Louis Ganne), éclairer d’autres figures musicales disparues (Raymond Balliman, Edmond Diet, Pierre Onfroy de Bréville). D’autres aspects du voyageur (en Allemagne, en Italie, en Corse) pourraient retenir l’attention. L’épistolier enfin, on s’en aperçoit maintenant, mériterait une étude spéciale. À la lumière des publications déjà mentionnées, on prend conscience que Jean Lorrain pourrait figurer à côté des grands épistoliers du second dix-neuvième siècle qui furent ses contemporains (Flaubert, Goncourt, Huysmans, Zola). L’alliance du talent épistolaire, de la portée biographique et de l’intérêt documentaire fait de cette correspondance un ensemble unique.

4Ce colloque, tenu sur les lieux mêmes où a vécu l’écrivain, soutenu par un ensemble de manifestations pertinentes (exposition au Musée des Terre-Neuvas présentant livres, manuscrits autographes, photographies et portraits, visite guidée de la maison natale de Jean Lorrain, diaporama de la Villa Mauresque, cadre lié au roman Très Russe devenu par la suite Villa Mauresque), a bénéficié sur place d’une organisation d’une grande efficacité et d’une rare compétence. Il faut remercier les services culturels de la ville de Fécamp, Mme Marie-Hélène Desjardins, conservateur en chef du patrimoine, et toute son équipe, M. Franc Dugard, adjoint au maire chargé de la culture et du patrimoine, M. Yvan Leclerc, professeur à l’université de Rouen, responsable du Centre Flaubert, au sein du Centre d’études et de recherches « Éditer-Interpréter » (Cérédi), Mme Marie-France David-de Palacio, professeur à l’université de Bretagne occidentale, qui a réuni et ordonné en vue de leur publication les communications présentées au colloque. Les libraires de Fécamp, dont certains voient leur maison remonter à l’époque même où vécut Lorrain et où il publia son roman Les Lépillier, avaient réuni un bel ensemble de publications intéressant l’écrivain. Il faut espérer que ce colloque stimulera les travaux, études et rééditions que l’écrivain mérite.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540