Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

Les nouvelles frontières de l’information

Un atlas exploratoire

Laurent Lévêque et Pascal Mallet

Texte intégral

1 Par bien des aspects cet atlas correspond à l’exploration d’un nouveau territoire, il était donc naturel de chercher à utiliser les méthodes et les techniques les plus récentes pour le traitement des données et l’expression des résultats.

I-L’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

2Les aspects qualitatifs déterminent l’essentiel des possibilités d’un système d’information. La qualité des informations se définit au travers de trois critères. Elle peut se formaliser aisément dans le référentiel à trois dimensions ci-dessous. Une fois définis ces critères, il reste à mettre en place une chaîne de collecte, de traitement et de représentation.

II. COLLECTER, GÉRER, ANALYSER L’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

1. Le Système d’information Géographique (SIG)

3Le SIG - l’outil informatique - se définit comme un système d’acquisition, de gestion, d’analyse et de représentation des données. Il est spécifiquement conçu pour traiter des entités géographiquement référencées, c’est-à-dire dont on connaît les coordonnées x (longitude), y (latitude) voire z (altitude) selon une projection donnée (Lambert,...). Ces entités sont de type administratif (communes, cantons,...), routier, environnemental, etc. On associe à leur composante graphique (c’est-à-dire le fond de carte) des attributs alphanumériques tels que, par exemple, leur nom et leur nombre d’habitants, le trafic routier, les qualités écologiques.

L’information géographique : une triple exigence de qualité

L’information géographique : une triple exigence de qualité

® VDH - OPH 1996

2-Les bases de données géographiques

4Au vu du rapport coûts/besoins des bases de données géographiques, il a été choisi de les scinder suivant deux grands ensembles thématiques :

Thématiques socio-économiques et démographiques

5Elles reposent sur l’exploitation des données provenant essentiellement de l’INSEE, de la DRE, de la DRASS, des Préfectures. Ces données ont été associées au fichier cartographique des limites administratives (FLA) de l’IGN, complété par la base route et l’hydrographie (cf. « Les habitants de l’estuaire » notamment).

Thématiques environnementales

6Issues des inventaires d’experts (URA 1351 du CNRS/MTG, Cellule de Suivi du Littoral Haut-Normand, Parc Naturel Régional de Brotonne, DIREN HauteNormandie, Air Normand, etc.), l’ensemble des données pourra être étendu au gré des recherches qui seront menées par la suite. Notons l’intérêt grandissant que présente l’imagerie satellitaire (cf. pages 28 à 31). Elle constitue en effet une source d’information unique à bien des égards pour les professionnels de nombreuses disciplines. L’analyse et la gestion de l’environnement sont deux des principaux domaines d’application des techniques d’exploitation de la télédétection : ressource en eau, évolution des milieux naturels, des espaces cultivés, artificialisation des sols et sensibilité à l’érosion. Avec l’amélioration de la résolution des capteurs (20 à 10 m au sol), la morphologie urbaine, les phénomènes de périurbanisation deviennent désormais abordables.

7Les bases de données géographiques présentent l’intérêt de pouvoir être réutilisées dans le cadre de la mise en place d’un Système d’information Géographique en cours de développement à l’Université du Havre.

Le système d’information de l’Atlas de l’estuaire de la Seine

Le système d’information de l’Atlas de l’estuaire de la Seine

® VDH – OPH 1996

8 Quelques possibilités des SIG

  • Les requêtes spatiales : elles permettent d’interroger la base de données en fonction de critères de localisation géographique. Citons à titre d’exemple l’identification des communes situées à moins de 20 km d’un hypermarché à laquelle on peut associer des traitements statistiques (cumul de la population active motorisée habitant les communes répondant au critère précédent).
  • La représentation graphique : elle permet de réaliser des cartes d’inventaires, des cartes thématiques, choroplèthes ou en points proportionnels. Une des limites très dommageables des SIG en général est l’absence quasi-systématique de fonctions élaborées de traitement graphique de l’information (matrice ordonnable,...). Le SIG Macmap que nous avons choisi en est, lui, doté.
  • La simulation géographique : l’outil SIG permet de tester et de simuler des opérations faisant intervenir la localisation et la distance, que l’on rencontre dans les modèles classiques d’organisation de l’espace.

III. ANALYSER ET REPRÉSENTER LA COMPLEXITÉ DE L’ESPACE GÉOGRAPHIQUE

9Entre l’information brute telle qu’elle est diffusée par les administrations gestionnaires et celle présentée dans une carte, un certain nombre d’opérations sont nécessaires pour traduire un phénomène qui a une dimension spatiale en signes explicites accessibles au public.

10 Les analyses statistiques multivariées et les matrices graphiques ordonnables (Cf. BERTIN Jacques, 1977) permettent d’extraire d’une grande masse d’informations décrivant un territoire, une structure plus clairement lisible sur une carte à deux dimensions qui se traduit généralement par une typologie significative de communes, d’agglomérations ou de cantons. Encore mal connues, les techniques de traitements graphiques font l’objet de l’éclairage suivant.

11La matrice ordonnable est un outil de traitement des données qui permet la compréhension globale d’une information à la fois vaste et complexe. Elle s’utilise pour analyser un tableau d’informations statistiques de « n » individus et « x » variables dont on peut permuter l’ordre (tableau permutable) ou seulement les individus (semipermutable) ce qui est le cas d’une série chronologique par exemple. Ces informations sont représentées graphiquement sous forme de diagrammes où les valeurs supérieures à la moyenne peuvent être accentuées en noir. L’objectif du traitement est d’associer les individus statistiques ayant des caractéristiques visuelles proches. Pour cela le traitement graphique va chercher, par permutation des lignes et des colonnes, à regrouper les individus ayant des profils semblables. Quand on utilise des objets géographiques (par exemple, régions, communes, îlots), il aboutit à une classification qui, en réduisant l’information, peut permettre de fabriquer la légende d’une carte (cf. page 133 par exemple).

IV. LES SOURCES D’INFORMATION STATISTIQUE

12La réalisation de cet atlas a nécessité de résoudre plusieurs difficultés quant à la recherche et l’utilisation d’informations statistiques. Les premières sont liées à l’ancienneté des sources d’informations statistiques provenant de l’INSEE. Le recensement de la population date de 1990, le recensement général agricole et l’inventaire communal datent de 1988. Malgré cela ces données sont incontournables compte tenu de leur exhaustivité, de leur continuité dans le temps et de leur précision géographique. On a donc cherché avant tout à explorer des tendances. Le deuxième problème concerne l’éclatement administratif du territoire en trois départements et deux régions qui sont autant de producteurs d’informations statistiques. C’est l’occasion de mesurer les problèmes d’harmonisation qui subsistent entre des administrations décentralisées dont la finalité première n’est pas de diffuser de l’information statistique. Alors que l’on assiste à un développement de leurs missions d’observation et de contrôle, on ne retrouve pas dans les productions des différentes directions départementales ou régionales des ministères la même normalisation thématique de l’information que dans les statistiques de l’INSEE.

V. ORGANISATION DE L’ATLAS.

13L’atlas est organisé en sept chapitres thématiques et un feuillet final regroupant les principales informations statistiques susceptibles d’intéresser les différents utilisateurs du document. L’unité de base est la « planche » qui vise à présenter différents éclairages complémentaires sur un thème : les références élémentaires, les aspects structurels, et la dynamique d’évolution.

14En règle générale, une planche regroupe trois composantes :

  • les cartes représentant des structures, des dynamiques ou des localisations
  • les graphiques fournissant une indication sur l’évolution temporelle ou la distribution statistique d’un phénomène
  • le commentaire servant de guide au lecteur pour comprendre cartes et graphiques mais également comme analyse contextuelle. Il va de soit que les auteurs n’engagent qu’eux même par leurs commentaires.

Table des illustrations

Titre L’information géographique : une triple exigence de qualité
Légende ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Le système d’information de l’Atlas de l’estuaire de la Seine
Légende ® VDH – OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540