Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VIII. Prospective de l'estuaire

Une identité territoriale à reconstruire

La coopération déterminante des acteurs locaux

Madeleine Brocard et Laurent Lévêque

Texte intégral

1 Compte tenu de la multiplicité des fonctions qui l’utilisent et des flux qui le traversent, l’estuaire est, par excellence, le lieu où s’exacerbent des usages concurrents de l’espace.

2 L’avenir de l’estuaire dépendra essentiellement de la capacité des acteurs locaux à gérer ces conflits et à instaurer une coopération intercommunale et inter organisation à l’échelle du territoire.

TENSIONS ET CONFLITS DANS L’ESTUAIRE

® VDH – OPH 1996

3 A partir des constats et des tendances repérés dans l’Atlas, il est possible d’élaborer deux scénarios prospectifs qui correspondent à deux logiques de développement.

I. LE « TOUT PORTUAIRE »

4Ce scénario correspond à la poursuite de la concentration des fonctions métropolitaines en Ile de France et à une spécialisation fonctionnelle accrue des différents ensembles constituant le Bassin parisien.

5Il se traduirait par le renforcement, dans l’estuaire, de la fonction logistique au service des intérêts nationaux et franciliens - Le Havre est la porte du Bassin parisien - dans le prolongement de l’axe séquanien. La part des grands établissements dont le siège social est parisien se renforce.

6Or, dans un contexte de crise industrielle durable, cette option qui s’appuie sur l’augmentation des échanges internationaux semble localement la seule valable.

7Au niveau urbain havrais, la logique portuaire s’impose, freinant les possibilités de développement de fonctions métropolitaines sur les friches portuaires conservées en réserve pour le cas où....

8Malgré cela, Le Havre demeure un port de second rang au niveau européen, comme le montre la part des échanges extérieurs de l’Ile de France transitant par Anvers.

9En réaction, on assiste au renforcement du protectionnisme environnemental, essentiellement sur la rive sud, où d’autres intérêts franciliens se manifestent, assurant ainsi la reproduction de la fracture estuarienne.

II. L’INTÉGRATION TERRITORIALE DE L’ESTUAIRE

10Dans ce scénario volontariste, trois axes complémentaires peuvent être exploités par les acteurs locaux :

  • la métropolisation positive,
  • le développement de la maritimité,
  • le repositionnement européen.

1. La métropolisation positive

11Cette orientation repose sur la possibilité d’un développement métropolitain autonome et centré sur l’estuaire, aux marges du Bassin parisien. Il se traduit par la déconcentration d’activités stratégiques provenant de l’Ile de France. Conserver et développer ces activités nécessaires au développement local, impose la construction d’un réseau urbain de l’estuaire, tant du point de vue physique (liaisons routières rapides Fécamp/Le Havre et Lisieux/Le Havre), que du point de vue immatériel, avec comme objectifs :

  • d’assurer une complémentarité fonctionnelle entre les villes et les territoires,
  • de fournir un ensemble de services de haut niveau à l’ensemble du territoire,
  • de permettre la gestion concertée des antagonismes, qu’ils soient environnementaux, économiques ou sociaux.

12 La capacité à gérer les conflits et la coopération intercommunale sont bien la clef de l’intégration territoriale de l’estuaire.

13La coopération se manifestera à travers des projets communs :

  • l’aéroport de l’estuaire à Saint-Gatien, à mi-chemin des trois métropoles normandes, permettrait de s’affranchir des contraintes urbaines qui pèsent sur l’aéroport du Havre-Octeville.
  • une stratégie d’accueil des activités économiques, évitant la concurrence basée sur la fiscalité locale et permettant un effet de gamme pour l’offre en zones d’activités.
  • la gestion de l’environnement : la maîtrise de l’impact des travaux des deux ports présents dans l’estuaire, la gestion des risques technologiques, la gestion des déchets urbains, la préservation des paysages de l’estuaire.
  • un schéma de déplacements interrégional facilitant les échanges entre les deux rives par les transports collectifs qui contribuent à abaisser le coût du franchissement.

14Un test de ces dispositions sera l’élaboration de la Directive Territoriale d’Aménagement de l’estuaire de la Seine, (DTA), voire de la révision du SDAU du Havre, au sein d’une commission d’aménagement de l’estuaire de la Seine.

2. Le développement de la « maritimité »

15La place maritime internationale :

16La France ne possède pas de métropole maritime internationale comparable, par ses dimensions et son impact sur le commerce maritime, à Rotterdam, Anvers ou Hambourg. Une politique d’aménagement du territoire est nécessaire pour que les ports français, dotés d’un fonds de commerce suffisant, puissent valoriser leurs acquis dans le cadre d’une métropole maritime de renom international. La décentralisation de centres décisionnels parisiens relevant du domaine maritime (armement, commerce) est une des conditions de cet essor, en même temps que celle des services qui lui sont liés.

17L’exploitation de la situation littorale ne doit pas se limiter aux activités portuaires, c’est un facteur de cohésion qui peut se décliner sous l’angle de la production culturelle, des loisirs et des activités nautiques, et de l’insertion sociale.

18L’ouverture sur la Grande-Bretagne est une autre facette de cette spécificité qui doit être valorisée par l’organisation systématique d’échanges culturels, universitaires, sportifs, économiques.

19Vis-à-vis des acteurs externes, essentiellement parisiens et européens, il s’agit également d’intégrer dans une identité commune les représentations duales de l’espace estuarien. Pour cela il faut s’affranchir de la vision exclusivement industrialo-portuaire de la rive nord et de la vision exclusivement touristique de la rive sud pour parvenir à une lisibilité unique, indispensable à la reconnaissance nationale et internationale.

® Cartesia software 1994 ® VDH – OPH 1996

3. Repositionner l’estuaire en Europe

20Depuis la seconde guerre mondiale, la vallée de la Basse-Seine - de Paris à la mer - a été l’axe privilégié où se sont concentrés les grands investissements publics et privés.

21En marge du grand Bassin parisien, un axe allant de l’Ouest atlantique au Bénélux, en passant par Rennes, Caen, Le Havre, Amiens, et Lille, place l’estuaire à un croisement de périphéries, position stratégique qui se renforcera avec le développement des relations trans-Manche. La création de l’Union Européenne est l’opportunité de transformer la frontière maritime en une centralité basée sur les relations avec la Grande-Bretagne.

III. Un schéma prospectif d’organisation du territoire

22Le schéma d’organisation proposé correspond à une mise en œuvre de projets de développement initiés en commun par des acteurs locaux et soutenus par la politique nationale d’aménagement du territoire, notamment dans ses orientations relatives au Bassin parisien. Il s’organise autour de trois axes stratégiques :

  • une identité maritime et internationale dans l’espace du Bassin parisien,
  • la métropolisation de l’estuaire,
  • l’intégration de la dimension environnementale.

23L’un des principaux obstacles à la réalisation de ce schéma est le découpage politique et administratif qui a empêché l’émergence d’une organisation territoriale autour de l’estuaire. C’est dans une innovation relative à la gestion politique de la société réintégrée dans l’espace, que réside l’avenir de ce territoire.

UN SCHÉMA PROSPECTIF D’ORGANISATION DU TERRITOIRE DE L’ESTUAIRE

UN SCHÉMA PROSPECTIF D’ORGANISATION DU TERRITOIRE DE L’ESTUAIRE

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende ® VDH – OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 927k
Légende ® Cartesia software 1994 ® VDH – OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre UN SCHÉMA PROSPECTIF D’ORGANISATION DU TERRITOIRE DE L’ESTUAIRE
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 694k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540