Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VII. Villes et réseau urbain

Les universités et la recherche

Le Havre, université de l’estuaire ?

Madeleine Brocard

Texte intégral

1 Quelles universités fréquentent les étudiants dont les parents habitent la zone de l’estuaire, et comment cela évolue-t-il ?

2 C’est cette question qui oriente le tableau et les cartes, sachant qu’une partie des étudiants, ceux qui vont à Paris ou ailleurs, ceux qui poursuivent des études dans d’autres établissements d’enseignement que les universités, ne sont pas comptabilisés ici.

LES ÉTUDIANTS RÉSIDANT DANS L’ESTUAIRE FRÉQUENTANT LES UNIVERSITÉS NORMANDES

Les sites universitaires

Les sites universitaires

3Le tableau retranscrit dans le graphique ci-contre, montre bien l’attraction de l’université du Havre sur les jeunes habitant la zone de l’estuaire. Plus de la moitié d’entre eux viennent étudier au Havre, et ils représentent les deux tiers des effectifs de l’université du Havre en 1994. Des deux autres universités normandes, c’est Rouen qui attire le plus, avec plus du quart des étudiants, puis Caen pour près de 20 % d’entre eux.

4L’évolution entre 1989 et 1994 est sensible, et un peu inattendue : la diversification des filières offertes par l’université du Havre ne se traduit pas par une attraction plus forte sur cette zone, mais plutôt à l’extérieur de l’espace proche. C’est l’université de Caen qui augmente son attraction, alors que celle de Rouen diminue, en valeur relative.

L’ESTUAIRE DE LA SEINE, FRONTIÈRE ENTRE DEUX TERRITOIRES

5Les cartes permettent d’observer la séparation des aires de recrutement liée à l’effet de barrière de la Seine, malgré la proximité géographique et avant la mise en service du pont de Normandie. Au contraire, l’attraction de Rouen, venant de l’est, est fonction de la proximité de la capitale normande accentuée par l’existence de liaisons ferrovières, à laquelle s’ajoute comme variable explicative la taille des unités urbaines.

6Pendant cette période de forte croissance des effectifs, on n’observe que des modifications marginales, mais intéressantes, dans la forme des aires de recrutement. La tendance la plus sensible porte sur le renforcement général de l’attraction de Caen sur les communes du sud de l’estuaire. On observe aussi le renforcement de la ville du Havre dans les effectifs de cette université.

© Universités de Caen, Rouen, Le Havre 1994 ® VDH - OPH 1996

PROSPECTIVE

7On assiste bien à une polarisation des communes de la zone estuarienne sur les universités situées à l’ouest de la Normandie. La mise en service du pont de Normandie devrait se traduire par un renforcement de l’attraction du Havre sur le sud de l’estuaire, pour des effectifs limités, compte tenu de la structure démographique de la rive gauche. La polarisation vers Caen, au détriment de Rouen, pour les filières qui ne sont pas présentes au Havre, devrait aussi se renforcer. Au delà, il s’agit bien pour ces trois universités d’acquérir un renom et de proposer des filières attractives pour les étudiants de l’hexagone et surtout pour les jeunes d’autres pays, européens ou non.

LA FORMATION ET LA RECHERCHE

8Les Diplômes d’Études Approfondies (D.E.A) sont le premier diplôme d’initiation à la recherche. Ils durent un an, et associent des laboratoires d’accueil à l’enseignement. Ils constituent donc le lien privilégié entre la fonction pédagogique et la fonction scientifique des universités. Ils sont habilités périodiquement, tous les quatre ans, par le ministère. Les universités peuvent s’associer dans un D.E.A et demander une « co-habilitation ». C’est le signe le plus tangible de relations durables entre les chercheurs de différentes universités. Nous avons donc cherché dans quelle mesure les universités normandes privilégiaient leurs interrelations : d’une part pendant la période 91-94, d’autre part pendant la période de quatre années qui a démarré à l’automne 1994. Le tableau montre le poids semblable de Caen et de Rouen, le Havre représentant le quart de leur potentiel respectif, pour le cinquième des effectifs étudiants. Les trois quarts des D.E.A sont cohabilités à Caen et Rouen, la quasi totalité au Havre. La moitié des cohabilitations concerne des partenaires normands, davantage au Havre. Les relations entre les trois villes normandes sont donc nombreuses, et plutôt privilégiées, surtout au Havre. Rouen s’est affirmé comme un pôle aussi important que Caen, malgré son caractère récent, qui constitue toujours un handicap en matière de recherche. Le Havre s’est rapidement positionné en matière de formation à la recherche, grâce à l’aide de ses deux voisines. Il y a bien une solidarité entre les trois villes, mais elle ne semble pas se renforcer. Ce peut être un thème de réflexion pour « Normandie-métropole ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12231/img-1.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Les sites universitaires
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12231/img-2.jpg
Fichier image/, 16k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12231/img-3.jpg
Fichier image/, 732k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12231/img-4.jpg
Fichier image/, 175k
Légende © Universités de Caen, Rouen, Le Havre 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12231/img-5.jpg
Fichier image/, 154k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12231/img-6.jpg
Fichier image/, 79k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540