Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VII. Villes et réseau urbain

L’offre de soin et l’activité médicale

La médecine de ville

Séverine Ballereau

Texte intégral

DENSITÉ MÉDICALE DANS L’ESTUAIRE EN 1996

© IGN - FLA 1994 © DDASS 14, 27, 76 - ADELI 1996 ® VDH-OPH 1996

1La médecine de ville concerne l’ensemble des praticiens ayant une consultation pour le public. Elle reste fortement liée à la taille d’une commune et à ses équipements (notamment sanitaires). En dessous de 520 habitants, seule une commune (Limpiville) est dotée d’un médecin généraliste. Les communes comptant moins de 1500 habitants disposent au maximum d’un généraliste, sauf les chefs-lieux de canton qui sont mieux équipés. Equemauville constitue une exception puisque la présence de l’hôpital local a permis l’installation d’un pneumologue, d’un gynécologue, d’un chirurgien et de deux anesthésistes. Entre 1500 et 2700 habitants, deux médecins au minimum sont installés dans les communes, soit des généralistes, soit des praticiens de médecine courante. Saint-Martin-du-Manoir, commune limitrophe de Montivilliers, reste l’exception puisqu’un seul généraliste y est installé. De 2700 à 8000 habitants, les communes sont dotées en général de plus de quatre médecins dont des spécialistes. Deauville fait partie de cette fourchette de population mais ressemble, en ce qui concerne l’offre médicale, aux communes de plus forte population. Ceci est dû aux fortes variations de population (fins de semaine ou étés durant lesquels la population recensée est au moins multipliée par dix) et à la structure par âge (surreprésentation des personnes âgées).

Disciplines médicales par commune en 1996

Disciplines médicales par commune en 1996

© IGN - FLA 1994 © DDASS 14, 27, 76 - AD EL11996 ® VDH - OPH 1996

Nature des disciplines médicales par commune en 1996

Nature des disciplines médicales par commune en 1996

2Au delà de 8000 habitants, et mis à part Notre-Dame-de-Gravenchon et Gonfreville-l’Orcher, les communes sont dotées de nombreux médecins de disciplines diverses. Le Havre constitue le pôle le plus important (459 praticiens de toutes disciplines excepté la médecine légale). La ville entraîne avec elle Montivilliers, Sainte-Adresse et Harfleur où les équipements hospitaliers privés ou publics offrent en plus une importante gamme de consultations. Ce pôle est ceinturé par sept communes dotées uniquement de généralistes. Dans le reste du secteur sanitaire estuaire, au nord de la Seine, deux autres pôles se distinguent, l’un à Fécamp et l’autre dans la vallée du Commerce, les médecins généralistes formant un réseau relativement serré. Au sud de la Seine, Pont-Audemer assure le rôle de pôle médical, mais étant donné la faiblesse de la population de cette zone, il est relayé seulement par cinq communes (surtout Beuzeville et Cormeilles). Dans le secteur sanitaire pays d’Auge, le réseau médical a la même densité que celui des communes de l’Eure. Deux zones se distinguent pourtant : le littoral et Lisieux. On retrouve, de même que pour la médecine hospitalière, la prépondérance du littoral du Calvados pour la médecine de ville. Quatre communes sont particulièrement bien dotées (Honfleur, Equemauville, Trouville-sur-Mer et Deauville) auxquelles s’associent six autres communes où des généralistes sont implantés. Lisieux affiche quant à elle, un fort taux de médecins par habitant et offre la plupart des disciplines. Toutefois, la ville reste isolée et seuls, les chefs-lieux de canton servent de relais, essentiellement au niveau de la médecine générale.

3La médecine de ville est fortement dépendante du nombre d’habitants. Il est donc cohérent de retrouver une structure dichotomique entre le nord et le sud de la Seine. En ne considérant que la médecine, l’ouverture du pont de Normandie facilite l’accès aux services hautement spécialisés présents dans la région du Havre, même si le prix du péage risque d’être un facteur limitatif. Le gain en distance et en temps peut également inciter certains médecins, généralistes ou non, à venir s’installer sur la rive sud pour toucher une nouvelle clientèle. Au delà de ces remarques, d’autres changements peuvent jouer indirectement sur le développement des consultations médicales comme l’accroissement de la population par migration, du nord de la Seine vers la campagne du Calvados, augmentant la demande potentielle.

Table des illustrations

Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS 14, 27, 76 - ADELI 1996 ® VDH-OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Disciplines médicales par commune en 1996
Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS 14, 27, 76 - AD EL11996 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Nature des disciplines médicales par commune en 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540