Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VII. Villes et réseau urbain

L’offre de soin et l’activité médicale

La médecine hospitalière

Séverine Ballereau

Texte intégral

1L’estuaire est, en matière de santé, un espace divisé en secteurs sanitaires. Ceux-ci comprennent au moins 200 000 habitants et s’organisent autour d’un pôle hospitalier.

2Ainsi, deux de ces secteurs se côtoient par le biais du pont de Normandie : celui dit estuaire et celui nommé pays d’Auge.

3L’ouverture du pont met donc face à face ces deux territoires et pourrait favoriser une modification des habitudes tant du côté des praticiens que des usagers.

4De plus, les politiques de rationalisation des dépenses médicales laissent présager le développement de coopérations trans-estuariennes entre les établissements hospitaliers.

5Un an après l’ouverture du pont, aucun changement très significatif n’est décelable, mais l’intérêt ici est de faire le point sur les offres et l’activité en matière de santé.

OCCUPATION DES LITS PAR COMMUNE EN 1994

© IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996

6• Centre hospitalier régional universitaire

7Répond aux demandes hautement spécialisées dans le cadre de la Région

8• Hôpital public de référence ou pivot

9Pôle central répondant à l’ensemble des besoins spécialisés d’un secteur sanitaire

10• Hôpital public secondaire ou de proximité

11Répond aux soins généraux de proximité

12• Hôpital public local

13Etablissement complémentaire qui assure une action de santé publique, médico-sociale et préventive

14• Clinique privée

15Offre de soins spécialisés, coopère éventuellement avec le réseau hospitalier public (imagerie par résonance magnétique, médecine nucléaire,...)

Répartition des établissements publics par catégorie

 

Secteur estuaire

Secteur pays d’Auge

Hôpital de référence

Centre hospitalier Le Havre (C.H.H.)

Centre hospitalier Lisieux

Hôpital de proximité

Fécamp, Lillebonne, Pont-Audemer

Trouville, Pont-l’Evêque, Equemauville

Hôpital local

Bolbec, Gainneville, St Romain-de-Colbosc, St Léonard, Le Havre

Orbec

Ils fonctionnent suivant un réseau hiérarchisé de l’hôpital de référence à l’hôpital local

Activité des hôpitaux et des cliniques par commune en 1994

Activité des hôpitaux et des cliniques par commune en 1994

© IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996

16Dans les deux secteurs sanitaires de l’estuaire, seuls quatre types d’établissements sont présents, les centres hospitaliers régionaux ou universitaires étant situés à Caen ou à Rouen. L’estuaire comprend 14 établissements publics, l’hôpital Monod à Montivilliers faisant partie du C.H.H., et 13 privés répartis sur dix-huit communes.

17Les deux secteurs sanitaires sont de superficie équivalente mais leurs réseaux hospitaliers sont très différents du fait de leur population. Le nombre de lits étant attribué au prorata de celle-ci, le secteur estuaire regroupe environ 75 % des lits du domaine public et 79 % des lits du domaine privé. Le réseau du secteur estuaire comporte les quatre pôles hospitaliers suivants par ordre d’importance : l’agglomération du Havre, Fécamp, la vallée du Commerce et Pont-Audemer. Les cartes montrent la part prépondérante du centre hospitalier havrais dans l’ensemble de l’estuaire, aussi bien au niveau public que privé. La position des établissements et notamment celle de l’hôpital Monod à Montivilliers ou des cliniques d’Harfleur, font de la rive nord de la Seine un fort pôle d’attraction hospitalière y compris pour la population côtière du Calvados. Les trois autres pôles hospitaliers du réseau fonctionnent en coopération avec Le Havre et également, pour Fécamp et la vallée du Commerce, avec les cliniques proches. Dans la vallée du Commerce, deux établissements (l’hôpital de Lillebonne et la clinique de Gruchet-le-Valasse) ont signé une convention portant sur la restructuration de leurs services afin de former l’hôpital-clinique du Val de Seine. L’hôpital de Pont-Audemer reste quelque peu isolé mais la coopération avec le centre havrais devrait favoriser son intégration au réseau. Dans le secteur pays d’Auge, le réseau hospitalier est beaucoup moins dense.

18L’hôpital de référence est situé à Lisieux. Sa taille, mesurée en nombres de lits, est légèrement supérieure à la normale du fait de la proximité de l’Eure qui représente un important foyer de patients. Les autres pôles du réseau sont Pont-l’Evêque et le littoral. Ce dernier, de Deauville à Honfleur, associe activités publiques et privées pour offrir l’ensemble des soins de proximité. D’autres petits établissements complètent ces deux réseaux au niveau local (Saint-Romain-de-Colbosc, Orbec, etc.). Cependant, certaines zones restent très éloignées des équipements hospitaliers de leur secteur. C’est le cas des alentours de Pont-Audemer, le libre choix permettant toutefois aux patients d’accéder aux établissements du secteur voisin. Le sud-ouest du secteur pays d’Auge ne dispose pas de cette possibilité et reste, quant à lui, relativement éloigné de tout équipement hospitalier.

Les spécialités hospitalières par commune en 1994

Les spécialités hospitalières par commune en 1994

© IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996

19• Le fichier ADELI

20Fichier informatisé de la DDASS reposant sur l’obligation d’inscription des professionnels de la santé avant le début de leur activité dans un département. Il regroupe les praticiens libéraux et les salariés.

21Il contient : identité, no ADELI, situation professionnelle, spécialité, formation, lieu et mode d’exercice d’activité principale et secondaire. Il est mis à jour mensuellement.

22Les spécialités sont définies par la DRASS et sont les suivantes : médecine, chirurgie, gynécologie-obstétrique, soins de suite (rééducation, traitement post-opératoire, etc.) et soins de longue durée (cure médicale, état végétatif persistant, etc.). L’hébergement non médicalisé (maison de retraite, centre pour handicapés, etc.) n’a pas été pris en compte. Les cliniques (secteur privé) ne représentent que 20 % des lits autorisés dans les deux secteurs sanitaires et 23 % de l’activité totale. Or, elles jouent un rôle beaucoup plus important dans les domaines de la chirurgie (63 % des jours réalisés) et, dans une moindre mesure, de la gynécologie et de l’obstétrique (32 % des jours réalisés). Par contre, les soins de longue durée ne sont pas assurés dans ce secteur. Dans le pays d’Auge, le poids de Lisieux détermine les spécialités dominantes, mais il faut signaler que les soins de suite sont seulement assurés à Pont-l’Evêque et à Orbec. Sur le littoral, Deauville et Trouville ont un profil un peu particulier du fait de la présence d’une clientèle à hauts revenus. Ainsi, les établissements ont développé une activité en chirurgie cardiaque et en rééducation postopératoire, ainsi qu’en gynécologie et obstétrique. La chirurgie et la gynécologie-obstétrique sont dominantes dans la vallée du Commerce grâce à l’action conjointe de l’hôpital de Lillebonne et de la clinique Tous-Vents de Gruchet-le-Valasse. Dans l’agglomération du Havre, toutes les activités sont bien représentées mais l’importance du C.H.H. permet aux activités de médecine (principalement publiques) d’occuper une grande place. A Saint-Léonard, cent lits accueillent des patients pour des soins de suite (moyens séjours) d’où le poids important de la discipline dans cette zone, qui, par contre, présente une faiblesse en médecine et en gynécologie. L’ouverture du pont de Normandie rapproche les deux rives de la Seine en facilitant l’accès des patients du sud aux services très spécialisés du nord. De plus, cette ouverture met face à face l’hôpital d’Equemauville et les établissements de l’agglomération du Havre.

Les spécialités hospitalières par commune en 1994

Les spécialités hospitalières par commune en 1994

© IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996

23C’est pourquoi, dans l’objectif de la rationalisation des équipements et de l’amélioration de l’offre de santé, l’axe de coopération entre le C.H.H. et l’hôpital de Pont-Audemer pourrait être élargi jusqu’à Honfleur. Une réflexion dans ce sens est déjà lancée mais elle implique une totale coopération des futures agences régionales de santé. Cette idée de coopération est également à renforcer dans le cadre du traitement des urgences dont les appels sont, pour le moment, centralisés à Caen pour le Calvados, au Havre pour la partie ouest de la Seine-Maritime et à Evreux pour l’Eure.

24Cette organisation administrative en trois départements pourrait s’avérer pesante en cas d’accidents dans le secteur situé au sud du pont de Normandie, le centre des urgences le plus proche n’étant pas nécessairement le premier prévenu. L’ouverture du pont crée donc un territoire où les limites classiques des secteurs sanitaires sont moins essentielles que les solutions potentielles qui s’offrent aux malades.

Répartition géographique de l’activité par spécialité en % du nombre total de jours sur l’ensemble des deux secteurs

Répartition géographique de l’activité par spécialité en % du nombre total de jours sur l’ensemble des deux secteurs

25• Programmation hospitalière

261991 : première réforme hospitalière.

27Elle met en place une carte sanitaire qui définit d’une part les nouveaux secteurs (seuil minimum de population de 200.000 habitants) et d’autre part les indices sectoriels (nombre de lits pour 1.000 habitants dans un secteur sanitaire).

28Elle détermine un schéma régional de l’organisation sanitaire : le SROS qui est révisable au moins tous les cinq ans.

29Il fixe les besoins prioritaires, les obligations de chaque intervenant (établissement hospitalier, Etat, sécurité sociale, collectivité locale, etc.) et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs.

3024 avril 1996 : nouvelle réforme hospitalière adoptée par le Conseil des ministres. Elle comporte :

  • la création d’agences régionales de l’hospitalisation réunissant les moyens et les responsabilités au travers de contrats pluriannuels (3 à 5 ans) passés avec les établissements privés et publics.

  • la création des agences nationales d’accréditation et d’évaluation en santé - ANAES - qui élaborent les bonnes pratiques médicales et, via un réseau d’experts indépendants, évaluent la qualité des établissements.

  • la maîtrise des dépenses de santé par le biais de l’obligation de résultats étendue aux établissements publics et de dotations établies selon l’objectif annuel des dépenses d’assurance maladie voté par le Parlement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12219/img-1.jpg
Fichier image/, 88k
Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12219/img-2.jpg
Fichier image/, 404k
Titre Activité des hôpitaux et des cliniques par commune en 1994
Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12219/img-3.jpg
Fichier image/, 188k
Titre Les spécialités hospitalières par commune en 1994
Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12219/img-4.jpg
Fichier image/, 276k
Titre Les spécialités hospitalières par commune en 1994
Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS - Statistique annuelle des établissements de santé 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12219/img-5.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Répartition géographique de l’activité par spécialité en % du nombre total de jours sur l’ensemble des deux secteurs
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12219/img-6.jpg
Fichier image/, 177k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540