Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VII. Villes et réseau urbain

L’attractivité des centres

Vers un changement d’échelle ?

Laurent Lévêque

Texte intégral

1 L’attractivité d’une ville sur son environnement habité est fonction des services offerts mesurés en terme de diversité et de distance à parcourir pour s’y rendre.

2 Cette attractivité peut se cumuler avec la présence d’activités spécialisées générant un potentiel d’emplois important.

L’AIRE D’ATTRACTIVITE DES CENTRES

© IGN - FLA 1994 © INSEE - Inventaire Communal 1988 ® VDH - OPH 1996

UNE VISION PROSPECTIVE : le partage des aires d’influence théorique des centres selon la loi de Reily

3 Selon la loi de Reilly (1929), l'attraction commerciale exercée par deux villes sur une ville plus petite ou sur un bourg intermédiaire varie en proportion directe des populations des deux grandes villes et en proportion inverse de la distance de la petite ville intermédiaire à chacune des deux grandes villes. La distance et les « poids » des centres (qui peuvent être mesurés en terme de population ou de surface commerciale), sont les deux grandeurs intervenant dans le calcul des aires d'attraction des villes.

©IGN-FLA 1994
®VDH -OPH 1996

4La loi de Reilly permet de localiser le point où s’équilibre l’influence théorique de deux centres urbains dont l’importance peut être mesurée en terme d’emploi, de population, de surface commerciale...

5La formule du modèle implique une distance théorique à vol d’oiseau correspondant à un espace isotrope sans obstacle ni rugosité. En cela, l’application du modèle sur l’estuaire de la Seine est intéressante car, pour ce qui concerne l’attractivité des villes situées de part et d’autre de la Seine, l’ouverture du pont de Normandie tend à satisfaire aux contraintes du modèle. Dans la réalité, l’équilibre des zones d’influence ne correspond jamais à un point précis, ce sont des territoires communaux qui se situent dans des "zones d’indifférence" correspondant aux intersections des aires d’attractivités.

6La situation actuelle est encore bien représentée par la cartographie des résultats de l’inventaire communal de 1988 qui recense les villes fréquentées par les habitants de chaque commune. En effet, un an après l’ouverture du pont de Normandie, il est peu probable que la configuration des aires d’attraction telle qu’elle se lisait à partir de l’inventaire communal, soit radicalement modifiée. Depuis cinquante ans, l’effet dissuasif de la distance a structuré le territoire de l’estuaire en deux entités distinctes. L’une, dans la pointe de Caux au nord, est dominée par l’agglomération havraise qui attire directement peu de communes (38 contre 129 pour Dieppe par exemple), mais indirectement s’appuie sur l’armature des chefs-lieux de cantons qui eux-mêmes polarisent leur territoire. L’autre réseau, au sud, est plus morcelé. L’influence de Lisieux sous-préfecture, relais de l’attraction caennaise, voit son influence déborder largement dans le département de l’Eure (elle inclut Bernay). En marge nord, le littoral calvadosien (Trouville, Honfleur) et le nord-ouest de l’Eure (Beuzeville et Pont-Audemer), échappent à cette influence dominante ; les attractions directes de Caen et de Rouen se font également sentir de manière ponctuelle à l’ouest et à l’est. Ceci confirme l’existence d’un territoire faiblement polarisé à la limite des aires d’influence actuelles des trois métropoles normandes. En comparaison, l’application du modèle théorique aux grandes villes de l’estuaire semble montrer que le pont de Normandie peut avoir un effet de proximité indéniable en projetant l’attractivité havraise jusque dans la périphérie de Lisieux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12207/img-1.jpg
Fichier image/, 84k
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - Inventaire Communal 1988 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12207/img-2.jpg
Fichier image/, 652k
Légende ©IGN-FLA 1994®VDH -OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12207/img-3.jpg
Fichier image/, 851k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540