Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VII. Villes et réseau urbain

Le niveau d’équipement des communes

Les villes-centres plutôt que les banlieues

Laurent Lévêque

Texte intégral

1 La fonction première des villes est de fournir des biens et des services au territoire qui les entoure.

2 L’histoire a contribué à structurer l’espace à partir de cette fonction qui s’est hiérarchisée selon des rythmes différents sur les deux rives de l’estuaire.

VARIÉTÉ DES ÉQUIPEMENTS PAR COMMUNE

Taille des communes et niveau d’équipement : une relation qui n’est pas toujours régulière

Taille des communes et niveau d’équipement : une relation qui n’est pas toujours régulière

© INSEE - RGP 1990 - Inventaire Communal 1988 ® VDH - OPH 1996

© IGN - FLA 1994 © INSEE - Inventaire Communal 1988 ® VDH - OPH 1996

3Plus de 605 000 habitants de l’estuaire résident dans une commune possédant un café-débit de boissons, ce qui représente 90 % de la population des trois arrondissements et 58 % des communes. Cette proportion tombe à 72 % (17 % des communes) pour le bureau de poste, à 63 % (8 %) pour le guichet de banque et à 49 % (2 %) pour le laboratoire d’analyses médicales.

4Le niveau d’équipement des communes est synthétisé par le nombre de types d’équipements présents sur le territoire de la commune parmi les 49 présentés dans le tableau ci-contre (il varie donc de 1 à 49).

LA CONCENTRATION ET LA DIVERSITÉ DANS LES VILLES

531 communes représentant près de 4000 habitants n’ont aucun équipement. 508 communes sur les 619, soit 82 % des communes ont moins de quinze types d’équipements, mais avec 173 000 habitants, elles ne représentent que 26 % de la population de la zone de l’estuaire. Par contre, les 25 communes ayant plus de quarante-quatre types d’équipements, si elles ne comptent que pour 4 % de l’effectif des communes, représentent au total 370 500 habitants, soit plus de 55 % de la population.

6En règle générale, l’existence et la survie des équipements dans une commune dépend pour l’essentiel du nombre de ses habitants, mais d’autres facteurs interviennent dans la concentration d’équipement et de services dans une ville. Dans l’estuaire, les facteurs suivants modulent le niveau d’équipement théorique :

  • Le statut administratif : les chefs-lieux de canton occupent une place privilégiée et sont mieux équipés que les communes de même taille, surtout dans le domaine des services publics.
  • La localisation comme ville de banlieue : la proximité de la ville joue en défaveur des communes de banlieues. A population égale, une ville-centre est toujours mieux équipée qu’une commune de banlieue d’une plus grosse agglomération.
  • La situation littorale : pour les stations balnéaires comme Deauville ou Étretat qui disposent d’un niveau d’équipement équivalent à celui des chefs-lieux de cantons.

7La carte traduit ces relations avec un niveau d’équipement plus faible (teintes plus claires) pour les communes de la rive gauche qui sont en moyenne moins peuplées. L’écart entre les chefs-lieux de cantons et les autres com munes est beaucoup plus prononcé que sur la rive droite où la péri-urbanisation, à partir du Havre, a contribué à maintenir, voire à développer le niveau de services dans les communes anciennement rurales. Des zones apparaissent même comme réellement enclavées : le marais Vernier, les cantons de Livarot et d’Orbec où l’on recense des communes sans aucun équipement. Le niveau supérieur de la hiérarchie n’est pas détectable compte tenu du caractère, limité à quarante-neuf types, de l’éventail d’équipements recensés. Ainsi, on ne trouvera pas de différence notable entre Lisieux - 25 000 habitants - et Le Havre - 200 000 habitants - C’est dans le domaine des services de haut niveau qui sont explorés dans d’autres planches de cet atlas (services urbains, santé, université) que s’établit la hiérarchie et c’est au niveau des trois métropoles normandes que s’effectue alors la distinction. En conclusion, le niveau d’équipement est le reflet des stades d’évolution différents de la structure urbaine des deux rives. Plus dense et plus concentrée au nord avec les phénomènes de banlieue et de péri-urbanisation, plus lâche au sud où le maillage des chefs-lieux de canton joue encore un rôle déterminant dans la desserte en service des communes rurales.

Les lieux de sociabilité par commune

Les lieux de sociabilité par commune

© IGN - FLA 1994 © INSEE, Inventaire Communal 1988
® VDH - OPH 1996

8• Des sources d’information comme l’inventaire communal qui date de 1988 ou le fichier SIRENE plus récent (exploitation de 1995), permettent de mesurer le niveau d’équipement des bourgs et des villes. L’inventaire communal recense la présence ou l’absence dans chacune des communes françaises de plus de deux cents catégories d’équipements publics et privés. Le fichier SIRENE est le répertoire officiel qui recense l’ensemble des entreprises et des établissements publics et privés.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Taille des communes et niveau d’équipement : une relation qui n’est pas toujours régulière
Légende © INSEE - RGP 1990 - Inventaire Communal 1988 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - Inventaire Communal 1988 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Les lieux de sociabilité par commune
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE, Inventaire Communal 1988® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540