Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VII. Villes et réseau urbain

Le territoire virtuel de l’estuaire

Un nouveau départ pour un territoire inachevé ?

Laurent Lévêque

Texte intégral

1Il existe plusieurs manières de délimiter un territoire.

2On peut utiliser des limites physiques comme celle de la marée dynamique qui disparaît à Poses, en amont de Rouen ou encore des “frontières” administratives comme celle séparant le fleuve de la mer et qui se situe au droit de Berville-sur-mer.

3Une chose est sûre, le découpage politique français ne prend pas en compte l’existence d’un territoire de l’estuaire de la Seine puisque, de part et d’autre du fleuve se trouvent deux régions et trois départements.

4En matière d’aménagement du territoire, depuis les années 60, époque où l’on a défini les métropoles d’équilibre puis les régions autour de leurs capitales régionales, on aborde cette question en recherchant la présence de ce qui structure un territoire dans un pays développé, c’est-à-dire une armature urbaine hiérarchisée avec un centre ou une métropole territoriale qui fournit des services de niveau élevé à l’ensemble du territoire.

L’AIRE D’ATTRACTIVITE RESIDUELLE DU HAVRE

© IGN - FLA 1994 ® VDH - OPH 1996

© IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990® VDH - OPH 1996

Unités urbaines et villes de plus de 2000 habitants

Unités urbaines et villes de plus de 2000 habitants

Population sans double compte au recensement de la population de1990

La distribution des villes de l’estuaire selon leur taille. révélateur de l’existence d’une armature urbaine hiérarchisée

La distribution des villes de l’estuaire selon leur taille. révélateur de l’existence d’une armature urbaine hiérarchisée

© INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

UN RÉSEAU URBAIN “HÉRITÉ”

5L’idée centrale est qu’au sein d’un territoire donné, les villes ne se localisent pas au hasard. Leur implantation et leur taille correspondent à la nécessité de structurer un espace habité pour lui fournir des services qui ne peuvent exister qu’à partir d’un certain niveau d’agglomération. La deuxième idée est que la trame urbaine est le reflet de l’histoire, une sorte de mémoire de l’espace. La dynamique des villes que nous observons aujourd’hui n’est pas uniquement le résultat des forces économiques des années 90, mais également le reflet d’une histoire multiséculaire. Vu sous ce jour, l’estuaire de la Seine est un cas exemplaire de réseau de villes dont les relations se sont trouvées dépendantes des conditions d’accessibilité aux différents centres urbains.

6Pour concevoir un cadre de référence au territoire de l’estuaire, notre démarche a donc consisté à calculer et à cartographier l’aire d’attractivité directe des deux capitales régionales normandes Rouen et Caen. Il ressort de la carte un territoire résiduel (résiduel car la dynamique urbaine de Caen et surtout celle de Rouen ont quelques siècles d’antériorité par rapport à celle du Havre). Ce territoire est constitué du quart de cercle de la pointe Caux au nord et d’un espace faiblement polarisé sur la rive sud de l’estuaire (nord-ouest de l’Eure et est du Calvados) car éloigné des deux centres régionaux. Nous prenons ensuite comme hypothèse que le pont de Normandie va instaurer une continuité territoriale et rapprocher les habitants de cette portion de la rive sud du principal centre de ser vices qui se situe au Havre. La proximité spatio-temporelle étant, nous l’avons vu, un moteur de l’attractivité des villes, on peut donc concevoir que les échanges entre les deux rives vont s’intensifier pour déboucher à terme sur une intégration progressive des deux espaces.

7C’est ainsi que l’on pourrait définir un territoire "virtuel" de l’estuaire qui s’étendrait approximativement de Fécamp au nord à Lisieux au sud, de Trouville/Deauville à l’ouest à Notre-Dame-de-Gravenchon à l’est.

8Quand on examine la distribution des villes selon leur taille, on constate la présence d’un véritable réseau urbain hiérarchisé, avec un centre principal qui s’appuie sur un réseau de villes moyennes, qui elles-mêmes polarisent leur propre territoire. Cette hiérarchie est composée d’une agglomération centrale de 255 000 habitants ; de cinq ensembles urbains intermédiaires : Fécamp (23 000 hab.), l’ensemble Bolbec/Lillebonne/Notre-Dame-de-Gravenchon (35 000 hab.), Pont-Audemer (13 000 hab.), Lisieux (24 000 hab.), Trouville/Deauville (19 000 hab.) ; puis des chefs-lieux de canton de taille inférieure (3000/5000 hab.) : Beuzeville, Pont-l’Evêque, Saint-Romain-de-Colbosc, Goderville. Quant à Honfleur, cette ville bénéficie, au même titre que l’agglomération du Havre, d’une position centrale dans ce réseau qui lui donne un statut particulier qu’il faudrait approfondir, d’autant plus qu’elle sera en prise directe, via le pont, avec le centre.

9On voit que ces unités urbaines ne se répartissent pas au hasard. Elles sont grossièrement équidistantes, ce qui signifie que conformément à l’hypothèse initiale, ce réseau urbain obéit à une logique de desserte optimum du territoire polarisé sur l’agglomération havraise.

10Les conditions "théoriques" pour qu’existe un territoire semblent donc réuni. Ce n’est pas étonnant d’ailleurs, la planche de l’atlas consacrée à l’histoire des relations trans-estuariennes montre que l’estuaire a fonctionné dans un passé récent, c’est-à-dire à la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 20, comme un véritable système intégré. Les villes de l’Eure et du Calvados (de PontAudemer à Dives) faisaient à l’époque intégralement partie de l’aire d’attractivité havraise.

Bibliographie

Bibliographie sommaire :

ADAM S., « Hexagone et analyse théorique des semis urbains », Thèse de géographie, Rouen 1992

ADAM S., « Le système des centres en Haute-Normandie », Cahiers géographiques de Rouen, no25, 1986

GUÉRIN PACE F., Deux siècles de croissance urbaine, Anthropos, 1993

NOIN D., L’espace français, Armand Colin, 1994

PUMAIN D., « La dynamique des villes », Économica, 1982

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende © IGN - FLA 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Unités urbaines et villes de plus de 2000 habitants
Légende Population sans double compte au recensement de la population de1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre La distribution des villes de l’estuaire selon leur taille. révélateur de l’existence d’une armature urbaine hiérarchisée
Légende © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540