Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

VI. Autres activités

Les pêcheurs de l’estuaire

Des revenus en baisse, une ressource menacée

Claude Gosset

Texte intégral

1 Comme au plan national, la morosité du marché local de la pêche, ouvert à toutes les concurrences, et la faiblesse des cours incitent les pêcheurs à augmenter le nombre de jours de mer, à faire travailler davantage les équipages et à tirer sur une ressource qui n’est pas extensible à l’infini et se trouve menacée par la pollution et les projets d’extension du port du Havre.

LES ZONES DE PÊCHE EN MANCHE EST

© Atlas des pêches françaises dans les mers européennes 1991 © Cartesia Software 1994 ® VDH - OPH 1996

2 Les apports de pêche : les cinq premières espèces débarquées en valeur

3LEXIQUE:

4 Pêche côtière : navigation de pêche d une durée comprise entre 24 et 96 heures.

5 Petite pêche : navigation de pêche d’une durée inférieure ou égale à 24 heures.

6 Arts traînants : métiers de la pêche utilisant des engins mobiles (chalut,drague).

7 Arts dormants : métiers de la pêche utilisant des engins fixes (trémail, filet droit, casier).

8 Caseyeurs : navires utilisant les casiers.

9 Gadidés : familles de poissons osseux à squelette complet (cabillaud, colin, lieu, lotte, merlan).

10 Trémailleurs-fileyeurs : navires utilisant le trémail (filet formé de trois nappes superposées) ou le filet droit.

11La flotte travaillant à partir des quartiers maritimes de Fécamp, du Havre et des ports d’Honfleur et de Trouville est essentiellement une flotte artisanale. La flotte industrielle, représentée à Fécamp par deux sociétés, compte trois chalutiers-congélateurs géants dont la production est débarquée aux Pays-Bas et un chalutier de pêche fraîche qui débarque sa pêche à Boulogne. Ces navires fréquentent les Mers du Nord et de Norvège. La flotte artisanale compte 140 unités pratiquant la pêche côtière et la petite pêche, emploie un peu plus de 400 marins et travaille généralement en Manche orientale (parfois en Manche ouest ou jusqu’au Pas-de-Calais pour les plus importants). Les pêches pratiquées par la flotte artisanale se répartissent en deux grandes catégories (certains navires pratiquent plusieurs pêches) : les arts traînants qui regroupent le chalutage crevettier, celui des poissons plats, celui des gadidés et du "divers" (merlan, poissons plats, maquereau) et la drague à coquilles Saint-Jacques et les arts dormants qui regroupent les trémailleurs fileyeurs et les caseyeurs.

12En raison de l’absence d’une criée (comme au Havre), du développement de la vente directe, de la débarque dans d’autres ports ou provenant d’autres ports, il est très difficile de saisir la totalité de l’activité pêche. Il convient de noter la part importante des espèces chères mais fragiles dans les résultats des pêcheurs (coquille Saint-Jacques et sole) ainsi que les fluctuations des pêches saisonnières (maquereau et hareng) qui sont sources de chiffres d’affaires importants mais de faible profit.

13Depuis 1992, la pêche est dans une phase de mutation profonde : chute continue des cours, situation financière difficile pour bien des entreprises de pêche artisanale, ressource jouant au “yoyo”, développement de la vente directe hors criée. Après les grèves de 1994, 1995 a été marquée par des décisions importantes : audit, plan Puech, travaux du Comité Interministériel d’Aide à la Restructuration de la Pêche Artisanale, nouveau règlement contrôle imposé par Bruxelles, instauration des permis de pêche spéciaux pour la pêche des espèces de grands fonds, les tourteaux et les araignées, et les coquilles Saint-Jacques. Enfin le 25 septembre 1996, le conseil des ministres a adopté le projet de la loi d’orientation sur la pêche. La pêche locale connaît de plus certains problèmes spécifiques. Il convient de citer les conflits entre métiers, notamment entre le chalutage crevettier et les autres métiers car il représente une menace pour les nourriceries estuariennes. La raréfaction de la ressource est également un problème sérieux pour la profession. Depuis 1973, on assiste à une dégradation des principaux gisements de coquilles Saint-Jacques en Manche orientale, particulièrement en baie de Seine, appauvrissement imputable aux effets de la surexploitation. La même observation peut être faite pour les crevettes. En outre, depuis 1988, certains experts estiment que le stock de soles de Manche orientale est entré dans une phase de surexploitation. La pollution, liée aux rejets de la zone industrialo-portuaire du Havre et aux afflux d’eau douce polluée lors des crues hivernales constitue également une menace pour la ressource. Le projet de "Port 2000" inquiète les professionnels travaillant en baie de Seine ou en Manche est. Selon l’IFREMER, la réalisation de ce projet détruirait la plus importante nourricerie de bars et de soles de toute la Manche et signerait aussi la fin de la crevette grise. Enfin, le développement des ventes directes hors criée, qui présentent des avantages financiers certains pour les pêcheurs, désorganise l’ensemble de la filière. Certains ports connaissent en plus des problèmes spécifiques.

Sole en Manche est

Sole en Manche est

© Atlas des pêches françaises 1991 © Cartesia Software 1994 ® VDH - OPH 1996

Bars et coquilles Saint-Jacques en Manche est

Bars et coquilles Saint-Jacques en Manche est

14A Fécamp, la criée enregistre le prix moyen le plus bas de France, tandis que s’observe une fuite de la débarque des gros chalutiers vers Dieppe et que le dernier chalutiercongélateur débarquant à Fécamp a été vendu. On observe cependant une croissance du nombre d’inscrits maritimes à la pêche.

15Au Havre, les sujets chauds ne manquent pas. La halle à marée, fermée par décision préfectorale, doit être mise aux normes européennes. Malgré le déblocage de crédits par la ville, les pêcheurs restent incertains quant à son mode d’exploitation. Autre sujet de scepticisme pour les pêcheurs havrais, le projet de port de pêche qui, selon le port autonome du Havre, devrait être opérationnel en 1997. Enfin, la décision préfectorale d’autoriser les extractions de granulat dans l’estuaire n’emporte pas l’adhésion des pêcheurs malgré les dédommagements prévus.

16A Honfleur, les résultats de la criée tournent à la catastrophe, 2000 tonnes au début des années 90 contre 624 tonnes en 1995 et un recul du chiffre d’affaires de 23 %.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende © Atlas des pêches françaises dans les mers européennes 1991 © Cartesia Software 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Sole en Manche est
Légende © Atlas des pêches françaises 1991 © Cartesia Software 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Bars et coquilles Saint-Jacques en Manche est
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540