Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

V. Ports et transports

Les aéroports de l’estuaire

Au service des besoins locaux

Pierre Thorez

Texte intégral

1 Les quatre aéroports sont spécialisés en fonction des besoins locaux.

2 Le pont de Normandie aura-t-il une incidence sur l’organisation de la desserte aérienne régionale alors que la majorité des passagers en provenance et à destination de l’estuaire utilisent Orly ou Roissy ?

TRAFIC DES LIGNES RÉGULIÈRES AU DÉPART DES AÉROPORTS DE L’ESTUAIRE EN 1995

© Aéroports de Caen, Rouen, Deauville et le Havre 1995 © Cartesia Software 1993 ® VDH - OPH 1996

3Le trafic aérien commercial dispose de quatre aéroports dans le grand estuaire : Caen/Carpiquet, Deauville/Saint-Gatien, Le Havre/Octeville et Rouen/Vallée de Seine. Trois sont implantés à proximité des métropoles et le quatrième sur la Côte Fleurie. Ce dernier se distingue des trois autres par l’importance des vols privés et par l’absence de lignes régulières hors de la saison estivale. Les aéroports des trois principales agglomérations sont desservis par des lignes régulières auxquelles s’ajoutent des vols commerciaux à la demande, les charters, et des vols d’affaires privés. Le fret n’y occupe que peu de place. En dehors de la récession qui a affecté le secteur aérien mondial après 1991 en conséquence des événements du Moyen-Orient, le trafic augmente régulièrement sauf à Deauville en 1995, en raison de sa fermeture de septembre à décembre pour réfection de la piste, et à Rouen où l’expansion aérienne est limitée à la fois par l’encerclement de l’aéroport de Boos par l’agglomération, et par la proximité des plates-formes parisiennes. Des lignes régulières domestiques (intérieures) et internationales sont exploitées au Havre, en tête pour le trafic commercial, à Caen et à Rouen par les compagnies BritAir et Regional-Airlines avec des appareils de 19 à 68 places (ATR 42 et 72, Saab 340 et 2000, Jetstream 31). Elles fonctionnent du lundi au vendredi, sauf en août, pour une clientèle d’affaire. Au minimum, deux vols sont assurés dans chaque sens quotidiennement, ce qui permet d’effectuer l’aller le matin et le retour dans la soirée. La desserte principale des trois aéroports est Lyon, puis viennent Nantes pour Le Havre et Rouen et Rennes pour Caen. Une partie des passagers qui empruntent ces lignes poursuivent leur trajet en correspondance.

Les types de trafic des aéroports normands

Les types de trafic des aéroports normands

© IGN - FLA 1994 © Aéroports de Caen, Rouen, Deauville et le Havre 1995 ® VDH - OPH 1996

4Nantes et Rennes sont en effet des hubs (plates-formes de correspondances) de Regional-Airlines et de Brit-Air. Une tentative de liaison entre Le Havre et les aéroports parisiens (Orly et Roissy-Charles de Gaulle), en 1991, soutenue par Air France pour lui amener des passagers n’a pas donné de résultats suffisants pour être maintenue. Londres est la principale et la plus ancienne desserte internationale. Cela tient à la nécessité de franchir la Manche, à la proximité (le détour par Paris provoque une perte de temps), au rôle de la capitale britannique dans les affaires internationales, aux nombreuses correspondances assurées sur l’aéroport de Gatwick. En Europe continentale, seules Bruxelles et Amsterdam depuis 1993 étaient desservies en 1995. Une ligne Caen-Rouen-Francfort a été abandonnée en 1993, alors qu’en 1996 ont été ouvertes les liaisons Deauville-Düsseldorf, et Le Havre-Southampton.

5Ces variations reflètent la fragilité du marché aérien sur des relations où les flux, potentiellement modestes, sont sensibles à la conjoncture générale et à la fluctuation des besoins d’une clientèle restreinte liée à un nombre limité d’entreprises.

6Les vols charters, généralement affrétés par des agents de voyage ou des tour-operators locaux ou régionaux, ont pour destination principale le bassin méditerranéen, avec les Baléares, la Tunisie, la Grèce. Ils sont opérés avec des avions de moyenne capacité type Boeing 737, MD 83, A 320, adaptés par leurs dimensions au volume de la clientèle. En 1996 une agence locale a inauguré six vols directs au départ du Havre sur le Canada en B 757. Deauville pour sa part, se spécialise dans les vols privés en provenance de l’Europe, des Amériques, du Moyen et de l’Extrême-Orient. Les quatre aéroports paraissent complémentaires, chacun au service des besoins locaux. Deauville peut recevoir des avions gros porteurs, de type DC 10 (350 passagers, 250 tonnes au décollage), Le Havre et Caen des avions de 150 tonnes et plus de 200 passagers de type A 310 et B 757. Rouen est limité aux moyens porteurs (150 passagers, 80 tonnes). Ceci peut avoir une influence sur la répartition des vols charters.

Évolution des trafics passagers au départ des aéroports de l’estuaire

Évolution des trafics passagers au départ des aéroports de l’estuaire

© Aéroports de Caen, Rouen,
Deauville et le Havre 1995
® VDH - OPH 1996

Ensemble des quatre aéroports normands

Ensemble des quatre aéroports normands

Dessertes routières et caractéristiques des infrastructures des aéroports de l’estuaire

Dessertes routières et caractéristiques des infrastructures des aéroports de l’estuaire

©IGN 1994
© Direction Générale de l’aviation civile 1996
(H) VDH-OPH 1996

7Avec l’ouverture du pont de Normandie, la compagnie Brit-Air a songé à regrouper ses activités normandes à Deauville. Cela a suscité les protestations des Chambres de commerce et d’industrie gestionnaires des aéroports, et la convoitise d’autres compagnies sur les lignes qu’elle abandonnerait à Caen, Rouen et Le Havre, si bien que Brit-Air a renoncé à son projet. On peut en effet s’interroger sur les réactions d’une clientèle qui devrait envisager près d’une heure de trajet entre son domicile et l’aéroport, pour des vols matinaux, alors que les aéroports locaux sont à quelques minutes des villes principales. D’autant plus que le principal aéroport de l’estuaire demeure l’aéroport de Paris. Selon une enquête menée en 1993 et 1994, citée dans le rapport de la mission d’étude de la desserte aéroportuaire du « grand bassin pariparisien », Orly et Roissy-Charles de Gaulle ont traité en un an 497 000 passagers en provenance ou à destination de la Seine-Maritime, 194 00 du Calvados, 207 000 de l’Eure (correspondances avion/avion exclues).

8A l’heure de la dérèglementation dans le ciel européen, l’avenir aéroportuaire de l’estuaire semble dépendre principalement des stratégies qu’adopteront les compagnies aériennes et, dans ce contexte, des atouts que sauront faire valoir les gestionnaires des aéroports.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende © Aéroports de Caen, Rouen, Deauville et le Havre 1995 © Cartesia Software 1993 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Les types de trafic des aéroports normands
Légende © IGN - FLA 1994 © Aéroports de Caen, Rouen, Deauville et le Havre 1995 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Évolution des trafics passagers au départ des aéroports de l’estuaire
Légende © Aéroports de Caen, Rouen,Deauville et le Havre 1995® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Ensemble des quatre aéroports normands
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Dessertes routières et caractéristiques des infrastructures des aéroports de l’estuaire
Légende ©IGN 1994© Direction Générale de l’aviation civile 1996(H) VDH-OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540