Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

V. Ports et transports

Les trafics routiers

Une orientation ouest-est dominante

Benjamin Steck et Cédric Lesueur

Texte intégral

1 Les trafics routiers révèlent les axes majeurs de la circulation estuarienne.

2 Leur orientation dominante ouest-est traduit la nécessité d’ouvrir sur l’extérieur ce bout du monde que constitue la pointe occidentale du pays de Caux, coincé entre le littoral et la vallée de la Seine qui constitue un obstacle à la circulation terrestre.

3 Elle inscrit aussi dans l’espace le pouvoir de commandement qu’exerce l’Ile de France sur l’estuaire, tout autant pour sa rive nord portuaire que pour sa rive sud touristique.

4 Plus généralement, elle est un marqueur de la vitalité des relations entre l’estuaire et son arrière-pays.

5 Dans une configuration tripolaire de l’espace urbain normand, les flux signifient enfin l’émergence d’un réseau de ville potentiel entre Le Havre, Rouen et Caen, structurant l’espace régional.

TRAFIC ROUTIER DANS L’ESTUAIRE DE LA SEINE EN 1993

© IGN 1994 © Directions Départementales de l’Équipement du Catvados de l’Eure et de la Seine-Maritime 1993 ® VDH - OPH -1996

6Les trafics les plus intenses concernent la route nationale 15 et l’autoroute A 15, entre Le Havre et Rouen, l’autoroute A 131, qui assure le raccordement du Havre à l’autoroute A 13, par le pont de Tancarville, l’autoroute A 13. Sur ce réseau de premier ordre s’écoulent des trafics supérieurs à 15 000 véhicules par jour, avec des pics localisés sur quelques tronçons, à proximité des trois grandes agglomérations, supérieurs à 25 000 véhicules par jour. Le principal nœud routier de l’estuaire, le carrefour de la Brecque, qui commande l’agglomération havraise, supporte un trafic journalier moyen de 45 000 véhicules. Sur ce réseau principal, se greffe un réseau secondaire qui se déploie, au nord de l’estuaire, en éventail autour de l’agglomération havraise, selon des directions commandées par la configuration générale du littoral et de la vallée de la Seine, avec, en particulier, les liaisons entre Le Havre et Fécamp et entre Le Havre et Lillebonne/Notre-Dame-de-Gravenchon. Au sud de l’estuaire, les axes secondaires épousent également le tracé de la côte et de la vallée, en particulier entre Ouistreham et Pont-Audemer, ou entre Caen et Rouen par la route nationale. Ce sont des voies à fonctions locales et régionales, parcourues par des trafics généralement inférieurs à 5000 véhicules par jour. Ces voies secondaires superposent à l’orientation dominante du trafic ouest-est, une autre orientation, plutôt nord-sud, voire nord-ouest/sud-est, en pays de Caux, au nord de l’estuaire, et dans le Roumois, le Lieuvin et le pays d’Auge, au sud. Cette orientation correspond à la nécessaire liaison des foyers secondaires d’activités littorales et rurales aux axes majeurs de la région, soumise aux effets des torsions commandées par la présence des principaux pôles urbains. Le seul franchissement de l’estuaire qui assure la liaison entre les axes majeurs de la rive nord et ceux de la rive sud, a été jusqu’alors le pont de Tancarville, avec un trafic journalier supérieur à 17 000 véhicules en 1993, élément décisif de l’ouverture vers l’arrière-pays. Le pont de Brotonne n’a jamais pu prétendre assumer une telle fonction, avec un trafic voisin de 6000 véhicules par jour. L’ouverture en 1995 du pont de Normandie et l’ouverture en 1996 du premier tronçon de l’autoroute A 29, élément de la route des estuaires, elle-même fragment du grand axe atlantique européen, doivent à terme provoquer des modifications de trafics, avec une réorientation probable nord-est/sud-ouest d’une partie d’entre eux, dans une perspective de croissance globale des trafics. L’absence temporaire de raccordement à l’autoroute A 13 d’une part et à l’autoroute A 28 d’autre part, limite cependant pour l’instant les conséquences de l’ouverture de ces nouvelles infrastructures. La croissance des trafics entre 1983 et 1993, quasi générale sur l’ensemble du réseau routier, malgré une conjoncture économique peu favorable, y compris pour l’activité portuaire de l’estuaire, traduit surtout un renforcement des liaisons de courte et moyenne distance, favorisé par le développement de l’usage de la voiture individuelle. Le trafic routier généré par le transport des marchandises, en particulier les conteneurs, pour important qu’il soit, n’est pas la cause principale de cet accroissement. Selon une enquête du CETE de juin 1991, les 11 000 poids lourds recensés représentaient en effet seulement 13 % du trafic routier aux limites du Havre. 43,4 % correspondaient à des liaisons internes à la Seine-Maritime, à l’exclusion des communes périphériques du Havre, 17,2 % à des liaisons avec l’Eure et la Basse-Normandie, 25,8 % avec le reste de la France, 3,1 % avec l’étranger. Cette circulation fortement locale n’est pas encore suffisante pour provoquer la saturation du réseau existant, et conduire aux engorgements connus par les voies d’accès à Anvers et Rotterdam.

Trafic routier dans l'estuaire de la Seine en 1983 - 1993

Trafic routier dans l'estuaire de la Seine en 1983 - 1993

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12165/img-1.jpg
Fichier image/, 109k
Légende © IGN 1994 © Directions Départementales de l’Équipement du Catvados de l’Eure et de la Seine-Maritime 1993 ® VDH - OPH -1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12165/img-2.jpg
Fichier image/, 631k
Titre Trafic routier dans l'estuaire de la Seine en 1983 - 1993
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12165/img-3.jpg
Fichier image/, 440k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540