Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

V. Ports et transports

L’arrière-pays national de l’estuaire

Un territoire aux dimensions réduites

Benjamin Steck

Full text

1L’estuaire constitue le second ensemble portuaire français par les tonnages de marchandises qui y transitent. Bien qu’à l’interface d’un réseau particulièrement actif de lignes maritimes régulières liant l’Europe du Nord-Ouest à l’espace mondial des échanges, et d’un réseau de voies terrestres relativement dense, bien qu’inégalement orienté, l’estuaire ne parvient pas à contrôler un arrière-pays à la taille des potentialités de sa situation.

2L’Ile de France et la Haute-Normandie commandent de façon déterminante, sinon exclusive, l’activité portuaire de l’estuaire, l’établissant ainsi comme synapse majeure de la macrocéphalie parisienne, au risque de réduire de légitimes ambitions territoriales plus vastes.

LE POIDS DES RÉGIONS DANS LE TRAFIC DU PORT DU HAVRE EN 1992 (*)

(*) Nature du trafic : marchandises diverses y compris conteneurs
© IGN 1994 © Port Autonome du Havre 1992 © Direction Générale des Douanes 1992 ® VDH - OPH 1996

Vers une réorganisation de l’arrière-pays français de l’estuaire

Vers une réorganisation de l’arrière-pays français de l’estuaire

© IGN 1994 © Port Autonome du Havre 1992 © Direction Générale des Douanes 1992 ® VDH - OPH 1996

3Appréciés par des moyennes calculées sur trois années (1990, 1991, 1992), importations et exportations associées, les trafics de marchandises diverses, générés par l’Ile de France (29,58 %) et la Haute-Normandie (28,53 %) placent l’activité portuaire de l’estuaire en position de très forte dépendance territoriale. Si l’on y ajoute les régions immédiatement limitrophes, Picardie (3,21 %) et Basse-Normandie (2,16 %), la qualification régionale de l’activité portuaire de l’estuaire s’en trouve confirmée. Les régions Rhône-Alpes (4,84 %), Pays de la Loire (4,51 %) et Aquitaine (4,15 %) occupent les premiers rangs après l’Ile de France et la Haute-Normandie, très loin toutefois des performances des deux premières. Cette relative étroitesse de l’arrière-pays de l’estuaire peut être nuancée par d’autres types d’approche. L’Ouest français, compris ici comme élément de l’Arc Atlantique (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine), joue un rôle appréciable dans l’activité de l’estuaire avec 17,24 % du trafic des marchandises diverses. Mais la France rhénane (Nord-Pas de Calais, Picardie, Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace, Franche-Comté), à l’opposé, tient une place presque marginale avec 9,29 %, malgré son poids économique majeur dans l’économie nationale.

4La place qu’occupe le port du Havre dans les exportations des régions françaises confirme le constat principal tout en le corrigeant légèrement. En 1992, l’estuaire a assuré près de 20 % des trafics de marchandises diverses françaises à l’exportation. Il constitue bien la porte océane de la Haute-Normandie (59,37 % des exportations régionales), mais il est aussi une porte ouverte majeure pour d’autres régions : Poitou-Charentes (45,08 %), Centre (31,85 %), Basse-Normandie (31,71 %), Ile de France (28,79 %), Aquitaine (24,43 %), Franche-Comté (23,33 %), Bourgogne (21,45 %). Le Nord (2,39 %), la Lorraine (3,89 %), le Languedoc-Roussillon (4,10 %), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (5,98 %) sont en revanche très peu tournées vers l’estuaire. Se dessine ainsi un arrière-pays estuarien étendu aux régions médianes de l’espace français, bien que toujours bloqué vers le nord-est par la concurrence rhénane et vers le sud-est par la distance et la concurrence de Marseille. Dans une conjoncture économique maussade, les trafics moyens de marchandises diverses, calculés sur les années 1983 à 1985 et 1990 à 1992, ont subi une baisse sensible, passant de 5,7 à 5,3 millions de tonnes. La Haute-Normandie en est la première responsable, suivie par la Champagne, le Nord, la Lorraine, la Bourgogne, le Centre... Ces baisses n’ont pas été compensées par les hausses pourtant marquées de certaines régions (Ile de France, Rhône-Alpes, Bretagne, Pays de la Loire...). L’évolution de la part relative des différentes régions dans les trafics de marchandises diverses de l’estuaire, toujours calculée sur les moyennes des périodes 1983 à 1985 et 1990 à 1992, suggère quelques inflexions significatives. La baisse de la HauteNormandie serait plutôt un signe positif d’ouverture accrue sur l’extérieur, si elle n’était en grande partie compensée par la hausse de l’Ile de France, qui accroît ainsi son emprise sur l’activité portuaire estuarienne. Quant aux hausses de l’ouest et du sud de la France (en particulier Bretagne, Limousin, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes), pour vigoureuses qu’elles soient, elles portent sur des trafics encore trop modérés dans l’absolu pour assurer un avenir très assuré. Préoccupante en revanche est l’évolution observée aux franges françaises de la mégalopole européenne. La Champagne, la Lorraine, l’Alsace, le Nord reculent non seulement en relatif mais aussi en absolu. La capacité d’attraction de l’estuaire de la Seine s’amenuise donc dans ces régions soumises au dynamisme du complexe rhénan.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12162/img-1.jpg
File image/, 84k
Caption (*) Nature du trafic : marchandises diverses y compris conteneurs© IGN 1994 © Port Autonome du Havre 1992 © Direction Générale des Douanes 1992 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12162/img-2.jpg
File image/, 556k
Title Vers une réorganisation de l’arrière-pays français de l’estuaire
Caption © IGN 1994 © Port Autonome du Havre 1992 © Direction Générale des Douanes 1992 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12162/img-3.jpg
File image/, 316k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540