Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

V. Ports et transports

Le port de Rouen

Un trafic soumis à de fortes fluctuations

Cyril Chédot

Texte intégral

1Depuis les années 70, le port de Rouen n’a cessé de voir son trafic se consolider dans les exportations de céréales au point d’en devenir le leader européen.

2Mais si sa position géographique en fait le débouché naturel d’un arrière-pays représentant le cœur de la production céréalière française, cette relative spécialisation en fait également la proie de tous les aléas conjoncturels inhérents à ce type de marché.

3En 1994, le trafic de céréales chutait de 8,8 à 5,8 millions de tonnes.(-34 %°) Cette chute qui s’expliquait par le contrecoup de la nouvelle politique agricole de l’Union Européenne doublée d’une agressivité commerciale nord-américaine, s’accompagnait également de la perte d’un des plus gros clients traditionnels du port, la CEI, et de l’émergence d’une clientèle plus concentrée dans le bassin méditerranéen.

4L’établissement rouennais, déjà très diversifié (chimie, produits forestiers, diverses), ne peut cependant se réduire à cette image de place forte de l’agro-alimentaire.

5Le “Plan 2000” envisage en effet, outre l’approfondissement du chenal d’accès à 10,50 mètres, d’exploiter le créneau ouvert par les bons résultats dans le secteur des diverses par l’aménagement du site “Rouen Vallée de Seine Logistique”, à proximité du terminal conteneur de Grand Couronne.

TRAFIC CÉRÉALES : LES PRINCIPAUX PARTENAIRES DE ROUEN EN 1994

6Depuis le début du siècle dernier, le trafic évoluait régulièrement entre 3,5 et 7 millions de tonnes. C’est en 1960, à l’ouverture du nouveau chenal sud, passant de 6 à 8 mètres, que le port de Rouen connaît un réel essor (de 6 à 13 millions de tonnes en dix ans).

7Essentiellement basé sur le circuit importation-raffinage-exportation de produits pétroliers, le trafic va progressivement se diversifier vers l’agro-alimentaire à partir des années 70. En 1981, le port, soutenu par les céréales, devient majoritairement exportateur, et jusqu’à nos jours, le trafic se stabilise entre 20 et 24 millions de tonnes. Parallèlement à un fort taux de croissance des céréales (+225 % de 1977 à 1993), les marchandises diverses connaissent en revanche une relative stagnation (-0,2 %), tout comme les conteneurs, jusqu’aux récentes évolutions imputées au succès de la réforme du statut des dockers (+31 % de 1992 à 1993).

ROUEN, PORT DES CÉRÉALES

Chute brutale mais confiance dans le long terme

8L’année 1994, qui a vu les céréales chuter de 8,8 à 5,8 millions de tonnes, soit une baisse de 18 % du trafic total, illustre bien l’instabilité patente d’un tel marché. Soumise aux aléas de la concurrence (USA, Canada), du climat (sécheresse dans le Maghreb), de politiques supranationales (Politique Agricole Commune), ou de programmes d’autosuffisance des pays importateurs (Chine), la communauté portuaire de Rouen s’est depuis longtemps accoutumée aux caprices du marché mondial des céréales, principalement du blé (78 % du trafic de grains). Mais même si la chute était annoncée, son ampleur a surpris puisque certaines études prospectives tablaient sur une réduction de 10 %. Malgré tout, la confiance reste placée dans le long terme, où de grandes tendances telles que la croissance démographique des pays en voie de développement devraient permettre au port de retrouver son niveau d’activité au tournant du siècle.

ROUEN VALLÉE DE SEINE LOGISTIQUE

En synergie avec l’agglomération

9Pour le futur, le port de Rouen décline dans le "Plan 2000" ses ambitions autour de trois axes : croissance dans certains trafics, une politique d’investissement visant à maintenir la compétitivité de l’outil portuaire (approfondissement du chenal, terminaux spécialisés), et l’aménagement d’une plate-forme multimodale, visant à conforter le regain d’activité dans le secteur des marchandises diverses et des lignes régulières. Les croissances attendues dans les engrais, les produits métallurgiques, mais surtout dans les farines, les produits forestiers et le sucre poussent la communauté portuaire à investir dans les terminaux spécialisés, à l’instar du terminal sucrier où 140 millions de francs vont être apportés par un opérateur privé.

Un trafic soumis à de fortes fluctuations

Un trafic soumis à de fortes fluctuations

© Port autonome de Rouen et du Havre 1994 ® VDH - OPH 1996

10Enfin, bénéficiant à la fois d’un réseau de transitaires bien implantés sur la côte occidentale de l’Afrique et des effets bénéfiques d’une réforme du statut des dockers menée à bien, plus rapidement que chez certains concurrents, le nombre de lignes régulières a crû de 20 % en 1994. Conscient du créneau à développer dans ce domaine et celui des diverses, le port a entamé dès 1995, l’aménagement du site Rouen Vallée de Seine logistique, l’idée étant de proposer, à proximité du terminal conteneurs de Grand-Couronne, une zone offrant le maximum de services, source de valeur ajoutée à la marchandise : empotage, groupage, stockage, en connexion directe avec l’autoroute et la voie ferrée.

11Cette action, menée en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie, s’inscrit dans la logique d’une réflexion entamée en 1991, où le comité d’expansion du Grand-Rouen avait confié à un consultant, Braxton, le soin de mesurer le poids économique du port et des activités liées, qui fut évalué à 10 % des emplois et entre 20 et 25 % de la valeur ajoutée industrielle de l’agglomération. Mais le rapport soulignait les faibles perspectives de croissance d’activités traditionnelles du port de Rouen, désormais arrivées à maturité. La nécessité était donc avancée de renforcer le secteur des diverses, mais aussi de se tourner vers une attitude où "le dialogue avec l’agglomération ne se réduise pas aux enjeux d’espaces ou d’environnement, mais aborde aussi les synergies de développement économique".

12Si cette attitude semble avoir dominé dans le projet Vallée de Seine logistique, la relation du port avec son environnement s’est hélas compliquée plus en amont, où le projet d’approfondissement du chenal à 10,50 mètres est remis en cause par les conclusions d’un rapport commandé par la Région Haute-Normandie dans le cadre du Plan Etat Région (voir planche suivante).

13Le port de Rouen doit donc faire face sur trois fronts indissociables. Tout d’abord, développer des trafics qui se distinguent des traditionnelles industries portuaires en voie d’essoufflement, le tout en garantissant les accès à un outil dont le coût doit être justifié devant la collectivité locale et nationale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Un trafic soumis à de fortes fluctuations
Légende © Port autonome de Rouen et du Havre 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540