Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

PC, FN et évolution droite/gauche

Le poids des extrêmes...

Michel Bussi

Texte intégral

1Longtemps connue pour être la plus grande ville de France à municipalité d’union dirigée par un maire communiste (jusqu’en 1995), le Havre est aujourd’hui une ville également caractérisée par de forts votes d’extrême-droite, tant lors des scrutins nationaux (présidentielles) que locaux (municipales). Néanmoins, la thèse du transfert de voix du Parti Communiste vers le Front National fonctionne imparfaitement, notamment dans les espaces périurbains.

2Malgré l’émergence de l’extrême-droite, les structures lourdes de l’électorat, notamment en ville, se modifient peu.

3Par contre, aux marges de l’estuaire, les positions évoluent, vers la droite pour l’Eure (Lieuvin) et le Calvados (pays d’Auge), vers la gauche pour la Seine-Maritime (pointe du Caux jusqu’à Fécamp).

PREMIER TOUR DES PRÉSIDENTIELLES 1995 DANS LES COMMUNES DE L’ESTUAIRE DE LA SEINE

©IGN - FLA 1994 © Ministère de l'Intérieur 1995 ® VDH - OPH 1996

FRONT NATIONAL ET PARTI COMMUNISTE

4La carte du Parti Communiste se superpose assez largement avec celle du vote à gauche, mais en accentuant encore davantage les différences politiques et notamment les bastions rouges : c’est le cas dans la vallée de la Seine ou dans des quartiers havrais tels les Neiges ou Caucriauville, où les scores pour Robert Hue dépassent souvent 20 %. Néanmoins, les migrations de travail permettent également d’expliquer le maintien en zone rurale de forts noyaux communistes autour de Gruchet-le-Valasse, Bréauté, Epouville.

5Dans l’Eure et le Calvados, ces isolats communistes sont plus rares. S’appuyant sur les vestiges d’une petite industrie de vallée, quelques personnalités locales de gauche (Francis Courel à Saint-Philbert-sur-Risle, Lionel Prévost à Serquigny) maintiennent des scores communistes supérieurs à 15 %.

6La carte du Front National semble beaucoup plus difficile a expliquer, puisqu’elle ne se superpose ni avec le vote de droite, ni avec le vote de gauche. L’extrême droite obtient par exemple des scores faibles (moins de 7 %) autour d’Antifer (une zone marquée à droite), mais également autour de Montfort-sur-Risle (une zone de gauche). A l’inverse, il semble exister un lien entre des communes très à gauche (Sandouville, Gonfreville, Harfleur) et un assez fort vote Front National... Mais dans le sud de l’Eure, notamment les cantons de Beaumesnil et Broglie, on vote à la fois fortement pour la droite et pour l’extrême-droite.

7Il semble donc exister plusieurs votes Front National : un vote extrémiste urbain (transfert dans certains quartiers ou communes ouvrières d’un vote communiste), un vote rural (apport de populations nouvelles notamment de résidences secondaires).

8La clé pour expliquer le vote extrêmiste semble en tous les cas, la proximité des problèmes. Ainsi, parmi le désordre apparent de la carte, on peut simplement observer que, de part et d’autre de la Seine (entre 15 et 20 kilomètres), la quasi totalité des communes vote au moins à 12 % pour le Front National. Au delà, ce cas de figure devient beaucoup plus fréquent. Ce constat valide d’autres observations effectuées dans l’est de l’Eure ou la région parisienne : le vote extrémiste n’est pas le fait de ceux qui vivent la crise, mais de ceux qui la côtoient, et donc qui redoutent sa contagion. Ce "voisinage" est néanmoins complexe à analyser. Ainsi, la crise étant économique, il faut donc analyser le phénomène non pas simplement en terme de proximité d’habitat, mais également en terme de proximité de travail. La distance domicile-travail étant de plus en plus importante, on vote donc désormais Front National "partout", et pas seulement autour de quelques pôles en crise... Ainsi, les communes qui ne votent que peu Front National (moins de 7 %) sont désormais très rares : on n’en rencontre qu’une vingtaine, et quasiment toujours dans des communes de quelques centaines d’habitants. Ailleurs, dans chaque commune, même la plus tranquille, la plus calme, la plus discrète, même si elle ne compte que quelques dizaines d’habitants, on trouve systématiquement une part d’électeurs Front National d’environ 10 %. C’est peut-être ce "fond de vote" qui est le plus significatif, davantage que les pics urbains connus et surveillés.

2e tour des présidentielles 1988-1995 par commune

2e tour des présidentielles 1988-1995 par commune

© IGN - FLA 1994 © Ministère de l'Intérieur 1995 ® VDH - OPH 1996

L’ÉVOLUTION DROITE/GAUCHE

9La carte de l’évolution droite/gauche peut se lire de deux façons. Tout d’abord, on peut observer la progression globale de la droite de 88 à 95. Logiquement, les communes où, en sept ans, le vote de gauche a progressé, sont très rares. Ce sont souvent des petites communes rurales, où l’évolution contraire à la tendance nationale peut s’expliquer par un changement dans la structure socio-économique de la population électorale votante entre 88 et 95. Mais globalement, dans l’estuaire comme en France, la droite a partout progressé.

10Il est par contre intéressant de savoir si, par rapport à l’évolution nationale, la droite a plus progressé localement. Sachant qu’entre 1988 (élection de F. Mitterrand à 54,02 %) et 1995 (défaite de L. Jospin à 47,3 %), la gauche a perdu en France 6,72 points, il est utile de détailler la répartition des communes au-dessus ou audessous de ce seuil. C’est en Seine-Maritime que les progrès de la droite semblent les moins nets. La gauche cède ici moins de terrain qu’ailleurs, malgré des scores souvent élevés de Mitterrand en 88 : c’est le cas de la ville de Sainte-Adresse, de Montivilliers, de Lillebonne, de Fécamp, de Goderville. La droite ne semble ici progresser qu’à la faveur d’une conjoncture nationale favorable. Mais cette évolution globale masque en fait plutôt la solidité de l’implantation de la gauche, notamment du socialisme, dans la pointe du Caux et sur une partie du littoral. Les municipales de 1995 confirmeront, mis à part au Havre, cette bonne tenue locale des équipes de gauche.

11Si l’on ne s’intéresse qu’à la ville du Havre, la droite en sept ans progresse conformément à la moyenne nationale, ni plus, ni moins. Aucun quartier ne se caractérise par une évolution politique très tranchée et les situations politiques semblent donc marquées et figées. Si la gauche perd un peu plus de voix dans les quartiers de la "ceinture" rouge de la périphérie nord et sud, et un peu moins en centre-ville, on peut expliquer cette évolution par les voix FN prises sur la gauche au premier tour, qui se sont ensuite abstenues au second. Le basculement à droite de la mairie du Havre correspond donc plus à un vote conjoncturel où la personnalité des candidats a joué un rôle premier, plutôt qu’à un changement de fond dans la structure de l’électorat.

12Le recul de la gauche est plus net (supérieur à la moyenne nationale) dans la majorité des communes de l’Eure, notamment entre Bernay et Thiberville. L’analyse autour de l’estuaire confirme donc l’analyse régionale : les écarts politiques entre la Seine-Maritime, à gauche, et l’Eure, à droite, se creusent un peu plus à chaque scrutin. Le vote n’est d’ailleurs que le reflet de différences économiques ou démographiques qui s’accentuent également. Mis à part autour d’Honfleur, la gauche recule également souvent plus que nationalement dans le Calvados, dans des cantons où la gauche mitterrandienne ne s’appuyait pourtant pas sur des bases très élevées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende ©IGN - FLA 1994 © Ministère de l'Intérieur 1995 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 2e tour des présidentielles 1988-1995 par commune
Légende © IGN - FLA 1994 © Ministère de l'Intérieur 1995 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540