Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

Les forces politiques dans l’estuaire

Des différences politiques stables et marquées...

Michel Bussi

Texte intégral

1 Les grands estuaires français sont caractérisés par des oppositions politiques marquées et durables, qui sont la conséquence, et parfois la cause, d’espaces à vocations spécifiques (portuaire, industrielle, touristique, résidentielle...), et qui génèrent des élus charismatiques, influents régionalement voire nationalement.

2 L’estuaire de la Seine ne fait pas exception : les électorats de droite ou de gauche possèdent des localisations tranchées (notamment entre la vallée de la Seine et le littoral), qui sont autant de fiefs de notables estuairiens dont les responsabilités politiques dépassent souvent le cadre strictement local.

FAMILLES POLITIQUES EN 1995 PAR CANTON

© Guide économique de la Normandie 1996 - PTC/EDITION DU P’TIT NORMAND © IGN - FLA 1994 ® VDH - OPH 1996

LES FORCES POLITIQUES DANS L’ESTUAIRE

3Le fondateur des Sciences-politiques et électorales en France, André Siegfried, était havrais. Son père, Jules Siegfried, fut lui même maire du Havre. Pourtant, si André Siegfried a étudié en détail l’ensemble du comportement politique de la France en général et de la Normandie en particulier, il s’est toujours tu à propos du Havre, "y ayant été mêlé de trop près au mouvement électoral, soit par les siens, soit en personne". Si la ville et sa spécificité communiste a fait l’objet de nombreuses études récentes, on connaît donc mal son historique politique. Le grand estuaire de la Seine fut et demeure également le territoire d’élection de nombreuses personnalités politiques au destin national : un président, René Coty, de nombreux ministres tels Pierre Courant, Michel d’Ornano, André Bettencourt, Antoine Rufenacht, Frédérique Bredin, Yvette Roudy, des personnalités régionales marquantes, telles René Cance, André Duroméa, Charles Revet, Ladislas Poniatowski...

4L’origine politique très diverse de ces personnalités met en évidence les importantes différences électorales qui caractérisent l’estuaire. Ces contrastes politiques ne sont, le plus souvent, que le reflet d’utilisations différentes de l’espace : tradition industrielle et syndicale du port et des sites industriels, tradition de fortes migrations alternantes des espaces périphériques intérieurs vers ces pôles d’emploi, utilisation touristique ou résidentielle d’une partie du littoral. Ces utilisations sectorielles de l’espace créent des intérêts variés et parfois conflictuels ; des électorats très typés font alors émerger des leaders politiques souvent concurrents, qui contribuent à leur tour au renforcement de ces ségrégations. Mais cette organisation de l’estuaire de la Seine n’est pas une exception. Autour de la Loire, le bastion socialiste de Saint-Nazaire (d’Aristide Briand à Claude Evin) voisine les sites touristiques de la Baule et de son maire gaulliste, Olivier Guichard. A Marseille, le vieux port marque une frontière rituelle entre un littoral de gauche au nord et de droite au sud. Néanmoins, pour l’estuaire normand, ces ségrégations ne sont réellement marquées que le long du fleuve ou du littoral. Les espaces intérieurs, notamment dans l’Eure, sont au contraire caractérisés par un taux élevé d’élus centristes, qui ne s’écartent qu’avec précaution d’une étiquette apolitique, revendiquant encore le statut de notable proche d’un électorat rural. On est ici passé timidement, dans les années 80, d’un certain radicalisme à une domination progressive de l’UDF.

5Ces divergences politiques accentuées peuvent naturellement poser quelques problèmes dans le cadre d’une gestion globale de l’estuaire. Mais en faisant ainsi émerger de fortes personnalités, souvent nées localement, elles créent parallèlement une certaine émulation, et les Départements, la Région, sont aujourd’hui gérés par des élus de l’estuaire. Le président de la Haute-Normandie, Antoine Rufenacht, est maire du Havre, le président du Conseil général de SeineMaritime, Charles Revet, est maire de Turretot, la présidente du Conseil général du Calvados, Anne d’Ornano, est maire de Deauville. Ladislas Poniatowski, maire de Quillebeuf, n’est pas sans influence sur le Conseil général de l’Eure. Une géopolitique favorable au renforcement de la vocation portuaire de la région.

Les présidentielles 1995 au 2eme tour dans les communes de l’estuaire de la Seine

Les présidentielles 1995 au 2eme tour dans les communes de l’estuaire de la Seine

© IGN - FLA 1994 © Ministère de l’Intérieur 1995 ® VDH - OPH 1996

LE RAPPORT DROITE/GAUCHE

6Le rapport droite-gauche dans l’estuaire de la Seine met en évidence des situations très contrastées. Peu de communes se situent dans la moyenne nationale. La plupart se situent nettement soit pour Jacques Chirac, soit pour Lionel Jospin : elles votent le plus souvent pour l’un ou l’autre à plus de 55 %, voire à plus de 60 %.

7Politiquement, il est possible d’isoler quatre espaces :

8• La Basse Seine, du Havre (en dehors du centre ville) à Notre-Dame-de-Gravenchon, apparaît clairement de gauche. Le long de la Seine s’isole une rangée de communes ayant donné une large majorité à Lionel Jospin, notamment Gonfreville-l’Orcher, Harfleur, Sandouville, Tancarville. Les communes du canton de Quillebeuf sont elles aussi en majorité de gauche, même si cette tendance devient moins nette lorsque l’on s’éloigne du pont de Tancarville.

9• De part et d’autre de l’estuaire, à l’inverse, deux espaces côtiers de droite se distinguent : le littoral cauchois du centre-ville du Havre-Sainte-Adresse à Etretat (c’est-à-dire l’ensemble du canton de Criquetot-l’Esneval et la partie littorale du canton de Montivilliers) ; la Côte Fleurie et son arrière-pays (quasiment l’ensemble de la quatrième circonscription du Calvados). La carte permet d’ailleurs de repérer l’amorce d’une autre forte fracture politique entre Houlgate-Cabourg et la ceinture rouge caennaise de Colombelles-Varaville à Dives-sur-Mer. Toutefois, on ne peut considérer la frontière régionale comme une réelle coupure politique. Les cantons de l’Eure de Cormeilles, Thiberville, Bernay, Broglie ont voté aussi unanimement à droite que leurs homologues du Calvados, tels Pont-l’Evêque, Cambremer ou Blangy-le-Chateau. Politiquement, comme économiquement, la frontière de la Risle semble beaucoup plus pertinente.

10• Enfin au sud comme au nord de la Seine, on retrouve des espaces politiques plus flous. La commune de Fécamp, les cantons de Valmont ou de Bolbec, de Monfort-sur-Risle se marquent plutôt à gauche, ceux de Goderville, de Saint-Romain-de-Colbosc, de Beuzeville, de Routôt, plutôt à droite. Mais dans ces zones périurbaines, deux communes voisines ont rarement donné la majorité au même candidat.

11Toutefois, cette diversité politique ne se marque pas par de forts écarts de votes, puisqu’on se prononce rarement à plus de 55 % pour l’un ou l’autre des candidats. Ces espaces apparaissent donc comme des zones "tampons" entre des lieux à structure politique plus contrastée. La mixité de population dans ces communes, entre des populations locales rurales et des migrants pendulaires plus récemment installés, explique sans doute ces moyennes de vote plus nuancées. Le pont de Normandie entrainera sans doute des évolutions de populations comparables sur le canton d’Honfleur. Observera-t-on alors une évolution politique similaire ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende © Guide économique de la Normandie 1996 - PTC/EDITION DU P’TIT NORMAND © IGN - FLA 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Les présidentielles 1995 au 2eme tour dans les communes de l’estuaire de la Seine
Légende © IGN - FLA 1994 © Ministère de l’Intérieur 1995 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540