Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

La tertiairisation de l’emploi

Une forte croissance des emplois de service

Claude Gosset

Texte intégral

1L’estuaire de la Seine, dans une région massivement frappée par le chômage, a réussi à ne perdre que 600 emplois entre 1982 et 1990.

2Le déclin de l’emploi dans l’agriculture, l’industrie et le BTP a été presque entièrement compensé par le dynanisme du secteur tertiaire, particulièrement dans les activités de services marchands.

Évolution des emplois de service entre 1982 et 1990

Évolution des emplois de service entre 1982 et 1990

ÉVOLUTION DU NOMBRE D’ACTIFS AYANT UN EMPLOI ENTRE 1982 ET 1990

©IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1982-1990 ® VDH - OPH 1996

3En huit ans, la population active ayant un emploi dans l’estuaire a diminué globalement de 0,3 %, mais cette faible baisse est la résultante d’évolutions très différentes selon les branches et les secteurs géographiques.

4En effet, avec la perte de 4 000 emplois, l’agriculture a vu ses effectifs chuter durant la dernière période intercensitaire de près de 30 %, tandis que l’ensemble des activités industrielles perdait plus de 5 000 emplois (-8,8 %) et que le BTP perdait 10 % de ses effectifs (-1752 emplois).

5A contrario, le secteur tertiaire emploie en 1990 environ 10 000 personnes de plus qu’en 1982, soit près de 9 % d’emplois supplémentaires.

6• Déclin de l’agriculture : avec plus de 13 000 emplois en 1982 contre seulement 9 500 en 1990, l’agriculture est le secteur d’activité qui a connu le recul le plus prononcé en pourcentage. Un quart des emplois agricoles ont ainsi disparu sur la rive nord de l’estuaire, un tiers sur la rive sud. A titre d’exemple, la zone d’emploi de Pont-Audemer a perdu plus de 45 % de ses effectifs agricoles entre 1982 et 1990. En 1990, ce sont moins de cinq actifs sur cent qui travaillent dans l’agriculture.

7• Recul industriel : tous les secteurs industriels ont perdu des emplois. Les pertes maximum en effectifs ont été enregistrées dans les industries de biens d’équipement mais en pourcentage, ce sont la production et distribution d’énergie ainsi que les industries de biens de consommation qui ont enregistré les plus fortes baisses (supérieures à -15 %).

Gains et pertes d’emplois tertiaires entre 1982 et 1990 par canton

Gains et pertes d’emplois tertiaires entre 1982 et 1990 par canton

©IGN - FLA 1994 ©INSEE-RGP 1982-1990 ® VDH-OPH 1996

Evolution de l’emploi tertiaire par canton entre 1982 et 1990

Evolution de l’emploi tertiaire par canton entre 1982 et 1990

8• Croissance du tertiaire : elle résulte d’évolutions divergentes. Au sein de ce secteur, les services marchands ont crû de près de 22 % (7 800 emplois supplémentaires), les services non marchands de 15 % (4 600 emplois supplémentaires). En revanche, les transformations qui ont affecté les activités liées au secteur portuaire ont entraîné une chute des effectifs employés dans les transports de près de dix points (environ 2 000 emplois perdus), tandis que la croissance de la grande distribution et le déclin du petit commerce ont entraîné une stagnation des effectifs employés dans le commerce.

9• Les évolutions spatiales : entre 1982 et 1990, la rive droite de l’estuaire a perdu 1 600 emplois alors que la rive gauche en a gagné un millier. Sur la rive droite, la zone d’emploi du Havre a perdu près de 3 000 emplois, celle de Fécamp un peu plus de 300 mais celle de Lillebonne en a gagné près de 1 600. Sur la rive sud, la zone d’emploi de Pont-Audemer n’a quasiment pas perdu d’emplois tandis que celle d’Honfleur-Lisieux en gagnait un millier. A un niveau plus détaillé, celui des cantons, c’est celui du Havre qui dégage le solde le plus fortement déficitaire (-5 000 emplois), le Havre ayant même perdu des emplois dans le tertiaire du fait du secteur transports (-16 %), tandis que les cantons de Montivilliers et de Lillebonne dégagent un solde positif avec respectivement +1 764 emplois et +1 400 emplois.

10D’une façon générale, les cantons ruraux ou mixtes (agriculture et petites industries anciennes) ont perdu des emplois tandis que les centres urbains secondaires (à l’exception de Fécamp), la périphérie havraise et la côte touristique en ont gagné. La zone industrielle du Havre, malgré les fortes réductions d’emploi dans l’automobile, la construction navale et la production d’énergie, offre un nombre équivalent d’emplois grâce à la croissance des services marchands. Enfin, la zone industrielle de Port-Jérôme a perdu beaucoup moins d’emplois industriels et a connu une forte croissance des services.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Évolution des emplois de service entre 1982 et 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende ©IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1982-1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Gains et pertes d’emplois tertiaires entre 1982 et 1990 par canton
Légende ©IGN - FLA 1994 ©INSEE-RGP 1982-1990 ® VDH-OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Evolution de l’emploi tertiaire par canton entre 1982 et 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540