Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

La structure de l’emploi

Le poids de la rive droite

Claude Gosset

Texte intégral

1Les activités du secteur tertiaire emploient plus de six actifs sur dix, avec de fortes spécificités estuariennes comme les transports et le tourisme.

2Le tissu industriel, quoique très diversifié, est marqué par le poids des grandes concentrations de la rive droite de la vallée de la Seine (automobile, chimie et pétrochimie).

BRANCHES D’ACTIVITÉ DE LA POPULATION AU LIEU DE TRAVAIL PAR CANTON EN 1990

© IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

Nombre d'emplois par secteurs d'activité dans l’estuaire de la Seine

3En 1990, les cinq bassins d’emploi de l’estuaire de la Seine comptent 204 165 emplois, dont plus de 70 % sur la rive droite. A elle seule, la ville du Havre compte un peu plus de la moitié des emplois de la rive nord de l’estuaire. L’emploi est très inégalement réparti sur le territoire estuarien. Les principaux pôles d’emploi sont, sur la rive droite de l’estuaire, Le Havre et la zone industrialo-portuaire de Gonfreville à Lillebonne en passant par Saint-Romain et, sur la rive sud, le canton de Trouville, les villes de Lisieux et de Pont-Audemer. Moins de 5 % des actifs travaillent dans l’agriculture, un peu plus du quart dans l’industrie et plus de 60 % dans le secteur tertiaire. Si les moins de 30 ans représentent 25,7 % des actifs occupés, les 30-50 ans 56,4 % et les plus de 50 ans 17,9 %, de fortes disparités existent selon les professions. Ainsi, plus d’un agriculteur sur deux a plus de 50 ans alors qu’un tiers des employés a moins de 30 ans. De manière générale, la part des actifs les plus jeunes est plus importante dans les emplois les moins qualifiés : plus de 42 % des ouvriers non qualifiés, plus de 47 % des employés du commerce ont moins de 30 ans.

QUELQUES TRAITS CARACTÉRISTIQUES DES BASSINS D’EMPLOI

4Le bassin d’emploi de Pont-Audemer est encore marqué par le poids important de l’agriculture, il dispose d’une main d’œuvre peu qualifiée et peu chère et a subi d’importantes restructurations des industries traditionnelles dans les années 80. Le bassin d’emploi d’Honfleur-Lisieux est caractérisé par le poids du tertiaire et notamment du secteur hôtels, cafés et restaurants en raison de la forte activité touristique sur la côte du Calvados et à Lisieux. L’agriculture y emploie encore près de 4 000 actifs. Le bassin d’emploi de Lillebonne possède une main d’œuvre jeune, souvent qualifiée, travaillant dans des équipements industriels ultra modernes qui ont bénéficié d’énormes investissements dans la chimie dans les années 90. Les services marchands aux entreprises y sont très développés, mais globalement le tertiaire représente moins de la moitié des emplois. Le bassin d’emploi de Fécamp possède un tissu industriel diversifié où les industries agro-alimentaires sont très représentées (47 % de l’emploi industriel). Le tertiaire y emploie six actifs sur dix, dont plus de la moitié dans le commerce et les services marchands aux particuliers. Le tertiaire lié au tourisme y est en expansion. Le bassin d’emploi du Havre emploie deux tiers de ses actifs dans le tertiaire, le secteur des transports représentant un emploi sur cinq du tertiaire marchand. Il possède cependant un fort secteur d’industrie manufacturière mais connaît d’importantes difficultés dans l’automobile, la construction navale et la construction électrique.

UNE TYPOLOGIE DES CANTONS

5La typologie des cantons effectuée en fonction de la répartition des branches d’activité et des catégories socio-professionnelles fait apparaître sept types :

6Le type 1 est celui des cantons tertiaires, où plus de 70 % des emplois sont dans le tertiaire et plus d’un emploi sur deux dans les services marchands. On y trouve sur la rive nord Le Havre et Montivilliers, sur la rive sud Trouville et Lisieux. Le deuxième type, qualifié de "tertiaro-industriel" est celui des centres urbains secondaires ; plus de la moitié des emplois sont dans le tertiaire mais l’industrie y représente au moins un emploi sur quatre. Les types 1 et 2 sont ceux où la part des actifs de moins de 30 ans par rapport aux plus de 50 ans est la plus importante (supérieure à 1,5). Le type 3, "tertiaro-agricole", est proche du type 2 mais l’emploi agricole y représente plus de 10 % de l’emploi total. Il est présent uniquement sur la rive sud. Le type 4, "agro-tertiaire", est présent dans l’espace intermédiaire de la pointe de Caux entre la vallée de la Seine et Fécamp. Plus du tiers des actifs sont des non salariés et le secteur industriel y représente moins de 10 % des emplois. Le type 5, "agricole", est celui des cantons ruraux où l’agriculture emploie encore plus d’un actif sur quatre. Le type 6, "agro-industriel", est présent sur la rive sud formant une couronne autour de la ville de Lisieux, l’emploi tertiaire y est peu développé, l’industrie et l’agriculture y occupent plus d’un actif sur deux. Comme dans le type 5, le taux d’encadrement de la population active est particulièrement faible. Enfin le type 7, "industriel", est présent dans la vallée de la Seine, de Gonfreville-l’Orcher à Lillebonne, c’est celui des grandes industries à taux de qualification élevée. La part des femmes dans la population active y est très inférieure à la moyenne de l’estuaire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Nombre d'emplois par secteurs d'activité dans l’estuaire de la Seine
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540