Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Conclusion

Texte intégral

Une défaite annoncée ?

  • 1 Pour une mise en perspective nationale de l’histoire électorale du PCF, voir Roger Martelli, L’Arc (...)

1Le 18 juin 1995, au terme de trente ans de gestion et de cinq municipalités à direction communiste, le PC (et ses alliés) perdait les élections municipales. La défaite était historique même si elle n’était pas la première d’une série, commencée en 1982, avec la perte des 6e et 7e cantons (gagnés en 1976), outre quelques résultats symptomatiques, dont le fait politique, constaté en 1979 dans le 2e canton et vérifié en 1982 dans le 8e, de candidats socialistes qui dépassaient les candidats communistes jusqu’à gagner de nouveaux sièges de député de la 6e circonscription, en 1981, et de conseiller général du 8e canton, en 1982. La baisse régulière depuis 1983 des pourcentages de suffrages exprimés obtenus, aux élections municipales, par les listes à direction communiste et la supériorité absolue en voix gagnée par les candidats socialistes, aux législatives de 1988 et 19931, donnaient à penser que l’affaiblissement politique du parti communiste menaçait à terme la direction municipale.

  • 2 Andrew F. Knapp, « Le communisme municipal : de l’ascension aux incertitudes », Études normandes, (...)

2Si la défaite de la liste conduite par le nouveau maire communiste, Daniel Colliard, était historique, elle n’était donc pas inattendue. De bons connaisseurs de la réalité politique havraise, comme Andrew F. Knapp, la pensaient déjà possible aux municipales de 19892.

3L’écart entre les deux principales listes était relativement faible : 36 848 voix et 45,23 % des suffrages exprimés pour le vainqueur, Antoine Rufenacht, tête de la liste RPR-UDF, 33 721 voix (moins 3127) et 41,39 % (moins 3,84 %) des suffrages exprimés pour Daniel Colliard (PC). La liste du Front national obtenait 10 894 voix et 13,37 % des suffrages exprimés. Exit donc la plus grande municipalité à direction communiste de France.

4Cet échec appelle quelques commentaires qui peuvent être autant d’explications : d’abord l’inversion du rapport des forces politiques entre les deux principaux partenaires, le parti communiste et le parti socialiste, repérable dès 1979, s’était amplifiée, au point qu’à l’élection présidentielle de 1995, le candidat du PS, Lionel Jospin, obtenait deux fois plus de voix que le secrétaire national du PC, Robert Hue ; mais cela n’avait eu aucune traduction politique dans la composition de la liste d’union pour les élections municipales : le nouveau maire communiste, Daniel Colliard, et la nouvelle première adjointe communiste, Maryvonne Rioual, étaient restés têtes de liste. C’était bien entendu la volonté politique du PC, mais elle était renforcée par la peur des socialistes que la rupture de l’union de la gauche n’entraînât la défaite électorale qui, de toutes façons, arriva. Dans le même temps, le meeting commun des deux anciens candidats à l’élection présidentielle, Lionel Jospin et Robert Hue, le vendredi précédant le second tour de l’élection municipale, ne pouvait compenser les contradictions affichées entre les deux partenaires, pendant la durée de la campagne présidentielle. Le ralliement passif du parti communiste au challenger socialiste de Jacques Chirac se traduisait par une faible campagne d’affichage et une absence de mobilisation des militants communistes. La défaite aux municipales était d’abord celle des contradictions internes à l’alliance PC-PS.

5L’affaiblissement politique (et pas seulement électoral) de chacune de ces deux formations était une deuxième explication : les changements d’orientation politique à la tête de la section socialiste (fabiusiens, rocardiens, poperénistes) avaient des répercussions jusqu’au sein du conseil municipal et dans les rapports entre adjoints. L’hémorragie militante se traduisait, au sein du PS, par la dissolution de la tendance dite du CERES, l’éloignement de figures historiques, comme l’ancienne adjointe Jacqueline Rubé, et la défaite, aux législatives de 1988, du député sortant élu en 1981, l’adjoint socialiste Joseph Menga. Enfin le retrait politique d’un autre adjoint socialiste, Patrick Fouilland, le premier candidat socialiste à avoir gagné un siège, dans une élection à base territoriale, aux dépens d’un adjoint communiste, en 1982, achevait d’empêcher la section locale du PS de traduire, en termes d’organisation et de capacité militantes, mais aussi au niveau de la négociation politique, l’augmentation du nombre des voix obtenues à l’élection présidentielle.

6Parallèlement, pour d’autres raisons politiques, en particulier la confusion croissante entre l’appareil municipal gestionnaire et l’appareil politique militant, le parti communiste au Havre s’était affaibli jusqu’à ne plus compter qu’une seule section (au lieu de 5) depuis 1987.

7L’affaiblissement politique du parti communiste analysé dans cet ouvrage était un phénomène de longue durée. Il était lié à ses difficultés historiques à développer un actif militant, du fait de son héritage anarchosyndicaliste, ou de son ouvriérisme et de l’intégration du syndicalisme révolutionnaire, références redoublées par l’héritage stalinien, c’est-à-dire des formes autoritaires de délégation de pouvoir, l’absence de débats publics et le refoulement des contradictions internes, des relations problématiques avec les catégories non ouvrières. S’y ajoutait la conjoncture de crises, et la question de la légitimité politique de l’intégration du PC à des alliances, au-delà des élections, était posée, depuis 1981, et plus encore 1984.

  • 3 La lettre de démission d’André Duroméa, envoyée à ses concitoyens, est datée du 20 septembre 1994.

8La crise du PC était redoublée, localement, par le fait que des personnalités charismatiques, comme l’ancien maire André Duroméa, démissionnaire depuis la rentrée de septembre 19943, n’étaient pas remplacées. Des hommes, comme René Cance ou André Duroméa, étaient des figures populaires par leur passé de résistant, leur compétence et leur dévouement, et par une image de proximité liée à leurs origines et à leur longue activité militante. Les hommes et les femmes appelés à leur succéder, sans que leur compétence et leur dévouement soient en cause, étaient davantage des produits de l’appareil permanent et pouvaient difficilement apparaître, du fait de leur longue participation à la direction municipale, comme des agents de renouvellement.

  • 4 Voir Le Monde, 18 août 1995 : « Le Havre change clairement de style. »

9Plus encore, la gauche affaiblie devait affronter une droite RPR et une extrême droite offensives. Si Antoine Rufenacht en était à sa quatrième tentative de (re)conquête de la direction municipale, il était déjà l’inamovible conseiller général du 5e canton (comme Pierre Courant), le président du conseil régional de Haute-Normandie et le député de la 6e circonscription du Havre, depuis l’élection partielle de 1975, avec la seule interruption des années 1981-1986. Il avait aussi été secrétaire d’État dans le gouvernement de Raymond Barre. Il présentait donc le profil politique, local et national, de beaucoup d’anciens maires du Havre (Jules Siegfried, Léon Meyer, Pierre Courant). Leader au Havre du parti gaulliste, il avait soutenu, en 1974, Jacques Chaban-Delmas, était devenu l’héritier (en termes de mandats) du gendre de René Coty, Maurice Georges, et était, depuis 1983, le chef de file de l’opposition des droites au conseil municipal4.

  • 5 Tout en ne refusant pas ses voix, si l’on en juge par le discours de Roland Leroy au comité nation (...)

10Ayant fait campagne sur le thème de l’insécurité, avec le projet de création d’une police municipale, il n’avait pas pour autant exploité le thème de l’immigration, faisant au contraire état de ses bonnes relations avec Trait d’union, une association d’animation du quartier de la Mare-Rouge, à forte concentration de population d’origine étrangère, dirigée par Fawzi Gharram. Très habilement il n’avait pas fait cause commune avec le Front national5, jouant l’évitement, après l’annonce du crime raciste, perpétré par deux skinheads néonazis, David Beaune et Mikaël Goncalves, sur la personne d’Imad Bouhoud, un jeune homme de 19 ans, d’origine tunisienne, le 18 avril 1995. Cet assassinat avait déterminé une réaction de colère des jeunes de quartiers à forte proportion de populations d’origine étrangère, contre la permanence locale du Front national et un assez grand nombre de violences contre les biens publics dans le centre-ville.

  • 6 La Revue d’ici, Autour du social, no 9, 1er trimestre 1994.

11Dans le même temps, Antoine Rufenacht, lié, familialement et politiquement, au négoce international, avait évité d’apparaître dans les conflits sociaux (GEC Alsthom) ou urbains (quartier des Neiges) comme hostile aux ouvriers et techniciens en grève ou opposé aux revendications des habitants menacés par les risques de pollution industrielle. Sa liste, structurée par les partis RPR et UDF, avait aussi été ouverte à des universitaires, des professions libérales, et même des transfuges de la gauche. C’est enfin dans une ville touchée par une série de crises avec 15,2 % de taux de chômage en 1993, soit 2,1 % de plus qu’à Rouen et 1,7 % de plus qu’en Seine-Maritime, et un accroissement annuel de 11,8 % des bénéficiaires du RMI6 entre 1990 et 1993, et contre une municipalité affectée par l’usure de sa direction communiste, après trente années de gestion, que la droite allait gagner. Elle emportait alors la dernière grande municipalité à direction communiste.

12Interrogé, le soir même, sur les causes de sa défaite, par des journalistes de télévision, Daniel Colliard avançait l’hypothèse de populations ayant perdu leurs repères et désorientées par les effets de la crise. De fait, mais pas seulement : une fois de plus, les explications à caractère sociologique se révélaient un peu courtes pour rendre compte d’un échec politique, aux dépens d’un parti communiste qui n’était déjà plus lui-même majoritaire, au sein de la coalition qu’il escomptait diriger.

13Si l’appel de l’ancien maire André Duroméa, inscrit dans sa lettre de démission, quand il écrivait : « Le Havre est plus que jamais la ville du refus de l’injustice. Ce qui fait sa tradition de modernité, de jeunesse, c’est qu’elle est tournée vers les valeurs de justice […], valeurs les plus communes à tous ceux qui composent ce que l’on appelle, non sans fierté, le peuple du Havre », n’avait pas été entendu, où étaient les responsabilités ? De quels problèmes accumulés, non résolus, la défaite était-elle la résultante ?

Secrets de parti, secrets de famille

  • 7 Tel Claude Llabres, secrétaire fédéral de Haute-Garonne, de 1977 à 1987, dans Libération, 17 octob (...)

14Le parti communiste semble être un des derniers lieux du secret politique, mais de moins en moins. Certes il n’est pas possible à l’historien (ne) de compter sur les cadres de l’appareil qui, à de très rares exceptions près7, ne trahissent pas des secrets de parti, assimilés à des secrets de famille, mais les échecs politiques et les affrontements internes, quelques procès, l’ouverture des archives françaises et ex-soviétiques libèrent la parole des témoins et, à terme, des acteurs, ou au moins traduisent leurs doutes ou leurs contradictions.

15Quand le secret pourra-t-il être entièrement levé sur le fonctionnement de l’appareil clandestin, dans la période du Komintern, la nature des missions (politiques, militaires ? de renseignement ? de sabotage ?), l’organisation des éliminations politiques, physiques ? Beaucoup de questions restent posées sur la drôle de guerre, mais aussi sur les enjeux et les pratiques de la guerre froide…

  • 8 Dans sa thèse de doctorat soutenue, en 1983, à Oxford, Revolutionaries or technocrats ? Communists (...)

16Plus localement quelles aides, matérielle, financière et humaine, les municipalités à direction communiste, dans la période d’intégration, ont-elles apportées au parti, de la section locale jusqu’à l’appareil central ? Andrew F. Knapp, après des études et des enquêtes menées sur place, évalue la participation financière de la municipalité à environ 1 % de son budget8.

  • 9 Le Monde, 16 octobre 1996.

17De récentes instructions9 menées par des juges ont démontré les relations financières ayant existé entre la SICOPAR (Société d’ingénierie commerciale pour l’aménagement des régions), une filiale du GIFCO (Groupement d’intérêts économiques pour l’équipement et les fournitures aux collectivités), c’est-à-dire un conglomérat de bureaux d’études et de sociétés de services, et le parti communiste et ont posé la question des financements occultes, ayant touché l’ensemble des partis politiques, via les marchés publics passés par des municipalités, à direction communiste et socialiste. Qu’en est-il exactement ? Ce travail témoigne des difficultés à obtenir des informations sur le nombre exact d’adhérents, de cellules et de sections, les créations et les discussions, les départs et les exclusions.

  • 10 Le Monde, 16 octobre 1996 : « Deux anciens du GIFCO se souviennent… »

18L’absence de transparence, qui n’est pas propre au parti communiste, en ce qui concerne son financement, ses effectifs, ses relations « extérieures », participe cependant chez les communistes d’une véritable « culture de clandestinité »10 – héritage de l’appartenance à l’Internationale communiste ou de la période de la guerre et de la Résistance ? Est-ce seulement une solidarité d’appareil ou la peur des conséquences, politiquement négatives, de la détérioration de l’image publique du parti communiste ?

19Cependant n’y a-t-il pas là un indice supplémentaire de la difficulté qu’a le parti communiste à affronter son histoire réelle, comme si le secret permettait d’effacer la trace de toute contradiction, d’occulter les erreurs comme les « fautes et les crimes », en un mot d’échapper à l’analyse. Mais agir ainsi, n’est-ce pas aussi risquer de s’interdire (plus que d’empêcher) de penser historiquement les étapes, le contenu, mais aussi les limites de son intégration ?

La longue histoire des communistes havrais

  • 11 Voir Le libertaire, numéro hors série, Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais, autom (...)

20Toute réflexion sur les échecs électoraux du PC amène à analyser la longue durée du communisme havrais : c’est-à-dire à penser l’évolution des relations entre une structure, des hommes et des territoires. La première idée que l’on retiendra est que le parti communiste n’est pas une création ex nihilo, même s’il est le produit d’une conjoncture historique, dominée par la guerre et la révolution d’Octobre 1917. Il est par exemple, au Havre, l’héritier direct d’une des tendances du mouvement ouvrier français, les allemanistes du Parti ouvrier socialiste-révolutionnaire, dont il retient l’ouvriérisme et l’électoralisme (contrairement aux anarchistes). Il récupère aussi une partie des tenants du syndicalisme révolutionnaire11 (celui de Monatte et de la Vie ouvrière), il en reprend les idées, les militants dont il fait des dirigeants de la CGTU, comme Louis Eudier, les lieux qu’il investit symboliquement, même s’il doit y affronter autonomes et confédérés, anarchistes de toutes tendances : le cercle Franklin devenu la Bourse du travail, la Maison du peuple transformée en cinéma Éden dont il fait un des hauts lieux de ses manifestations politiques et culturelles, le 2e canton, le quartier de l’Eure, l’ancienne commune de Graville, gagnée puis perdue en 1922 et 1924, qu’il transforme en bastions communistes, à partir de 1937 et plus encore de 1945.

21Politiquement, le parti communiste est aussi l’héritier d’une gauche républicaine, à dominante radicale, qu’il affronte en position de challenger, jusqu’aux cantonales de 1937. S’il remporte alors une première victoire historique (René Cance est élu dans le 3e canton et Jules Le Troadec dans le 4e), c’est parce qu’il a su non seulement choisir l’adhésion au Front populaire, participer aux premiers combats armés antifascistes, aux côtés des miliciens puis de l’armée républicaine espagnole, mais aussi se réapproprier les valeurs républicaines de laïcité, de justice sociale et de démocratie politique.

22Il apparaît donc que le parti communiste ne s’impose que par étapes dans une lutte recommencée avec ses adversaires, partenaires et concurrents, comme le représentant légitime (au sens où il est légitimé par des élections démocratiques) du « peuple » du Havre, soit un mélange, socialement et politiquement, pour ne pas dire culturellement, composite.

23Même si, jusqu’en 1936-1937, il n’a pas la supériorité sur le courant anarcho-syndicaliste du mouvement ouvrier havrais, ni sur la dominante radicale de la gauche politique, il en vient cependant à se placer en position de « gauche de la gauche ». Ce qui provient du fait qu’il est le seul à présenter des candidatures représentatives de la situation et des problèmes du monde du travail : des candidatures de défense des victimes de la crise, dans la seconde moitié des années trente, des candidatures caractéristiques de la Résistance patriotique et antifasciste, dans la période de la Libération, des candidatures d’exclusion politique, dans la conjoncture de guerre froide et de troisième force, des candidatures de réintégration à l’histoire nationale par l’union de la gauche à partir de 1962. Qu’il y ait, dans ces affirmations, beaucoup d’ambiguïtés et de contradictions, n’empêche pas que les candidats et les élus communistes soient investis de demandes sociales et de projets politiques qu’ils prennent en charge, quand ils ne les élaborent pas.

  • 12 Voir la photographie de Pierre Le Gall (illustration 67), extraite Du Havre, La Galerne, 1993, p.  (...)

24Si les députés et conseillers généraux communistes sont réélus, sans discontinuer, comme les représentants des 3e et 4e cantons, soit de l’ancienne banlieue de Graville et des quartiers ouvriers et marins, c’est aussi parce qu’ils traduisent, en termes politiques, les besoins sociaux et culturels de leurs habitants, jusqu’à en faire le fonds de leur gestion municipale, à partir de 1956, puis de 1965. L’on peut donc se demander si l’instrumentalisation, par le parti communiste, des classes populaires urbaines, n’a pas été un phénomène réciproque12, au risque que la relation se dénoue quand la crise, sociale et urbaine, vient défaire les vieilles communautés ouvrières, longtemps solidaires, et politiquement et syndicalement engagées.

25Plus originale a cependant été la tentative de rupture avec les positions obsidionales, faite dans les années soixante-dix, soit de développer une stratégie à l’échelle de la ville, qui ne serait plus d’encerclement, à partir des quartiers périphériques, à dominante populaire, ouvriers et marins, anciens et nouveaux, mais d’intégration à l’ensemble du territoire urbain, avec sa composition sociale plus hétérogène ; cela a déterminé, pour la direction municipale, des priorités de gestion, en matière de logements, de culture et d’équipements publics (par exemple le projet d’université), qui étaient en phase avec les objectifs déclarés du programme de gouvernement commun aux trois partis de gauche.

26De façon caractéristique, il semble que cela ait été compris ainsi tant par l’électorat communiste que par celui du parti socialiste, puisque la rupture de l’union de la gauche, imputée au parti communiste, se traduisait immédiatement par une série d’échecs, pour le candidat communiste, dans le 2e canton en 1979, lors de la présidentielle, et dans la 6e circonscription en 1981, dans les 6e, 7e et 8e cantons en 1982.

27C’est que pour le parti communiste, la temporalité politique, analysée en termes de conjoncture, était aussi essentielle que l’évolution économique et sociale. Sauf dans les bastions, équivalent territorial de la capacité de l’appareil permanent à perdurer dans son existence, jamais le parti communiste ne pouvait s’inscrire, durablement, à contre-courant de l’évolution politique générale ; ainsi en était-il de toutes les stratégies de « retour » : à la ligne classe contre classe » en 1939-1941, à la tactique d’alliances de type Front populaire aux municipales de 1945, à l’isolement des années de guerre froide après la rupture de 1977-1978, autant d’erreurs politiques qui ont été presque immédiatement sanctionnées par une perte d’adhérents et de militants, redoublée par des échecs électoraux (municipales de 1945, législatives de 1981 et cantonales de 1982).

  • 13 Dans Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995. Voir aussi Michel Dreyfus et al., di (...)

28Ces analyses tendent à illustrer ce que Stéphane Courtois et Marc Lazar ont appelé « la dimension sociétale » du Parti communiste français13, c’est-à-dire son intégration à des fins de représentation politique de classes sociales déterminées, sa capacité à gérer l’héritage de passions révolutionnaires et les aspirations égalitaires d’une fraction de la société française, ses retournements spectaculaires qui l’amènent à développer des positions contradictoires : internationaliste mais aussi patriote voire national(iste), anticapitaliste mais allié à des fractions capitalistes de la bourgeoisie, antimilitariste et pacifiste mais rallié à la lutte armée contre le franquisme dès 1936…

Illustration 67 – Une image symbolique : le café de la Métallurgie et de la Marine, rue Pierre-Guinard, dans le quartier de l’Eure (photographie de Pierre Le Gall)

29Cependant aux yeux de certains historiens, ce type d’études a le grand tort d’occulter ou de réduire ce qu’ils ont nommé « la dimension téléologique » du phénomène communiste, c’est-à-dire l’assimilation du modèle soviétique de parti unique, la stratégie continue de rupture avec les formes libérales représentatives de la démocratie, la projection dans une « utopie réalisée », l’Union des républiques socialistes soviétiques, ou fantasmée, dans la volonté de produire un homme nouveau.

  • 14 Modèle au sens de « représentation simplifiée du système soviétique ».

30L’on peut cependant, à partir de l’exemple havrais, se poser la question des mutations dans le temps du Parti communiste français, de la nature des contradictions qui le traversent, c’est-à-dire penser qu’il est à la fois dans une référence constante à son modèle14 soviétique et confronté à une série de conjonctures qu’il ne maîtrise pas, mais auxquelles il doit s’adapter, faute de quoi il serait menacé de disparition.

31Une analyse, interne et externe, des communistes au Havre pendant une longue période, un demi-siècle, laisse en effet apparaître une succession de formes partisanes sans qu’il y ait un total recouvrement.

32Le parti communiste d’avant 1934 donne à penser qu’il reproduit le modèle allemand, tel qu’il est analysé par Arthur Koestler dans Le Dieu des ténèbres, c’est-à-dire que constitué comme une avant-garde, à la culture et aux objectifs révolutionnaires, il fonctionne comme une organisation ouvrière, tentée par l’action directe et l’autodéfense, structurée en bases, réseaux et noyaux militants, à la marge d’une société dont il exploite les éléments de crise.

33Le PC du Front populaire, de la Résistance armée et de la Libération, tel qu’il se développe de 1936 à 1938, puis de 1944 à 1947, semble être à l’origine d’un « type français » fait d’une résistance « large », politique et militaire, aux différents « fascismes et idéologies réactionnaires », d’un « ministère des masses » et d’une intégration (relative) à l’appareil d’État, sous la forme de candidatures à tous les postes à responsabilité, depuis celui de conseiller général jusqu’au niveau du ministre d’État. Ce parti-là a besoin d’alliés et il va les chercher jusque dans les rangs de la bourgeoisie républicaine et patriote.

34Le parti communiste des années de guerre froide reproduit, sur le mode mineur, le modèle stalinien, c’est-à-dire le parti unique au service de son chef historique, dont il reprend les formes brutales et quasi militarisées. Isolé, mais détenteur d’une force politique, qu’il ne peut transformer ni en conquête ni en exercice du pouvoir, il ne fait que tenter d’expulser de sa conscience ou de revivre, de façon artificielle, son passé résistant.

35À partir de 1964, le PC tente de composer avec ses héritages dans un projet politique de nature hégémonique. De façon caractéristique, il essaie d’opérer une rupture historique concrète, avec le mode de fonctionnement et les objectifs « extérieurs » de la période stalinienne. Il est, de nouveau, en quête d’alliances électorales et plus encore politiques, qu’il traduit dans la gestion de listes d’union aux élections municipales à partir de 1965 et, plus encore, dans la signature du programme de gouvernement commun aux communistes, socialistes et radicaux en 1972.

  • 15 Voir B. Pudal, Un monde défait…, op. cit., chap. iii : « Crise stratégique et repli sur la matrice (...)
  • 16 Le PC va jusqu’à demander, par la voix de son secrétaire général Georges Marchais, la participatio (...)
  • 17 André Lajoinie obtient, au premier tour de l’élection présidentielle de 1988, 6,76 % des suffrages (...)

36La conjoncture de crises et plus encore l’incapacité à refonder une identité politique, en dépassant les références à son passé stalinien, conduisent à la rupture de 1977-197815 et à la perte de militants et d’électeurs qui avaient fait la force du parti communiste, au début des années soixante-dix, c’est-à-dire des adhérents venus des classes moyennes, s’ajoutant aux fractions ouvrières. Dans cette nouvelle période de son histoire, le parti communiste est à nouveau contraint de s’adapter16, pour ne pas multiplier les échecs et à terme risquer de disparaître17.

37Annie Kriegel, dans ses thèses novatrices sur le parti communiste analysé comme une « contre-société » évoluant en référence et en conformité avec les intérêts de son modèle soviétique, développait une analyse du fonctionnement de l’appareil dirigeant et de ses rapports avec le « peuple communiste », que l’ouverture des archives des partis communistes d’Union soviétique, d’Europe centrale et orientale a permis de vérifier en partie.

  • 18 Au dire même d’Annie Kriegel dans sa conclusion au colloque de la revue Communisme, « Penser le co (...)
  • 19 Voir le cahier iconographique, illustration VII : « Libérons les embastillés », affiche de Charles (...)

38Ce faisant, ces documents, s’ils établissent la nature des liens existant entre le centre et les périphéries, ne donnent cependant pas18 les moyens de comprendre comment le Parti communiste français a capté des héritages symboliques et politiques, venant des révolutions françaises19, des tendances multiples et contradictoires du mouvement ouvrier et des socialismes français, comment le PC a élaboré de nouvelles représentations du changement social et comment il a été le vecteur de promotions individuelles et collectives, pour de jeunes ouvriers ou des intellectuels « déclassés ».

39Il reste en effet à expliquer la durée politique du parti communiste, au-delà de ses années de formation, de croissance et de crises, après qu’il a cessé d’être pris en charge par les partis frères et alors qu’à trois reprises au moins (au début des années trente, pendant la drôle de guerre et les années noires de l’occupation militaire en 1939-1940, puis en 1942-1943, au plus fort de la guerre froide en 1952) il a été menacé de destruction.

40Si le parti communiste se situe à l’intersection de deux histoires déterminantes, celle du mouvement communiste international et celle du mouvement ouvrier et socialiste français, il n’emprunte pas seulement à ces deux idéologies, déjà très composites, et l’on pourrait aussi relever bien des analyses et des pratiques anarchisantes, dans le fonctionnement du PC havrais des années vingt, ou d’inspiration trotskiste, dans les engagements des années trente, même si le PC se présente alors comme une des figures du républicanisme laïque et, dans les années de crise, antifasciste.

41De ces filiations témoigne le fait qu’il n’existe pas seulement une culture politique communiste de type bolchevique puis stalinien, mais des cultures du mouvement ouvrier, des cultures de Front populaire, des cultures de guerre froide que le PC réactive, en fonction des besoins de la conjoncture politique, ce qui les fait coexister durablement. Ainsi peut-on repérer l’héritage de la politique de popularisation/démocratisation culturelle des gouvernements de Front populaire et de la Libération, dans la gestion de la première municipalité, à direction communiste, pendant la période de la guerre froide, ou peut-on constater qu’il faut attendre la seconde moitié des années soixante, et plus encore les années soixante-dix, pour que le PCF rompe théoriquement avec les conceptions ouvriéristes de la culture élaborées dans les années trente, qui coexistaient avec des formes révolutionnaires, héritées de la période surréaliste.

42Dans la question toujours récurrente des relations entre les dirigeants soviétiques, les organisations internationales (Komintern, Kominform) et les membres de l’appareil dirigeant du Parti communiste français, il est clair que les cadres communistes sont historiquement, politiquement, voire personnellement liés à l’appareil central du mouvement communiste international, et à la direction du Parti-État soviétique.

  • 20 Ou Louis Fischer, Voyage soviétique, Paris, Gallimard, « URSS 1917-1934 », 1936.

43Si cette appartenance est longtemps cachée, c’est parce qu’il existe plusieurs structures parallèles, dont celle des réseaux d’activités clandestines, ainsi qu’en témoignent les transports de la compagnie France-Navigation d’aide militaire à la République espagnole. C’est aussi parce que ces révolutionnaires, professionnels ou non, ont choisi une structure politique centralisée, de type quasi militaire, à vocation mondiale, mais dont ils se sentent, à leur niveau, une fraction agissante. Leur patriotisme est au service de l’idée qu’ils se font de la France, c’est-à-dire (et peut-être au-delà de la déstalinisation ?) une république socialiste, sur le modèle des soviets ou des démocraties populaires, références dont ils entretiennent l’image positive (par des films, des reportages, des conférences et même des voyages) auprès de leurs adhérents et de leurs électeurs, au moins jusqu’en 1956. Ce rêve communiste, très décalé par rapport au réel historique concret, analysé aussi par d’anciens communistes (par exemple Victor Serge20), est progressivement mis en échec, d’abord par suite de la publication externe/interne du rapport attribué à Nikita Khrouchtchev et, plus encore, par suite des interventions militaires à répétition de l’armée soviétique et de ses alliés du pacte de Varsovie, les crises du modèle anticipant sur sa disparition.

44Pour autant l’appartenance communiste ne peut se réduire à l’appareil et aux cadres permanents, il y a aussi les électeurs ou les adhérents et les militants qui sont entrés au parti communiste avec des objectifs concrets : être représentés, voire défendus, changer de priorités de gestion ou de systèmes de valeurs, obtenir des emplois ou réaliser la justice sociale. Si les relations privilégiées avec les partis communistes d’Europe de l’Est et l’État soviétique ont donné aux communistes français une direction politique et des moyens humains, matériels et financiers d’existence, elles ont aussi, à plusieurs reprises, affaibli l’actif militant, voire menacé l’existence de la structure partisane, que ce soit après la signature des deux pactes germano-soviétiques ou après la deuxième intervention de l’Armée rouge, en Hongrie, en 1956, sans compter les affaiblissements consécutifs à l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968, à la longue crise polonaise et à la guerre d’Afghanistan.

  • 21 De cette contradiction témoigne le fait qu’aucune des deux stratégies n’a jamais été poussée à son (...)

45Au lieu de se référer à une essence, construite à partir des avatars du modèle soviétique, du parti bolchevisé, puis stalinisé, déstalinisé, il semble que l’on pourrait plutôt tenter de comprendre l’existence du Parti communiste français comme une structure en partie double, investie de références et de projets contradictoires21 : ainsi peut-on repérer un premier malentendu historique entre ceux qui privilégient l’identité ouvrière du parti communiste, en gros les héritiers du syndicalisme révolutionnaire, et ceux qui donnent la priorité à l’identité communiste de l’organisation politique.

  • 22 Le poète Francis Ponge, qui fut communiste de 1937 à 1946, écrivait : « Ainsi, je ne détournerai p (...)

46Pour les premiers, le PC est d’abord la structure la plus appropriée à la défense et à la représentation des intérêts et des droits sociaux des non-privilégiés, le plus à même de défendre « l’autonomie ouvrière » et des objectifs de nature révolutionnaire ; pour les seconds, le parti communiste est, en premier lieu, une structure politique, fondée sur l’alliance durable entre des intellectuels marxistes et des ouvriers conscients, dans la continuité de la rupture opérée à Tours, en 1920. Plus encore en matière stratégique, deux tendances de longue durée coexistent, alternativement dominantes : l’une correspond aux phases unitaires, d’alliances électorales et politiques, d’élaboration de programmes communs (programme du CNR, programme de gouvernement de 1972), de soutien ou de participation à des gouvernements de coalition (tripartisme, union de la gauche), l’autre se caractérise par le repli sur des bases ouvriéristes et sectaires, l’(inter) nationalisme de parti, l’activisme militant. Dans le premier cas, il y a, pour reprendre la distinction opérée par Léon Blum au temps du Front populaire, un exercice du pouvoir à la suite d’une victoire électorale et une traduction politique générale de l’activité gestionnaire des municipalités d’union ; l’autre stratégie vise à la conquête du pouvoir, y compris par des moyens insurrectionnels, dans la reprise indéfinie du modèle bolchevique d’Octobre 1917. La première stratégie est de nature politique, elle joue sur les contradictions politiques, sociales et culturelles, elle intègre l’échec, la démission ou l’alternance, la seconde est de l’ordre de l’utopie22, qui peut être « meurtrière » : elle fonctionne avec l’idée qu’il n’y aurait plus à terme qu’une seule classe, dont le parti unique est la traduction, un seul peuple, sans divisions, et l’Internationale « devenue le genre humain ».

47L’analyse des conjonctures politiques de crise, l’étude des résultats des élections, qui scandent l’évolution historique nationale, démontrent que, localement, le parti communiste a plusieurs électorats. Si un spécialiste anglais de science politique, Andrew F. Knapp, en a dénombré cinq, on peut en fait les réduire à deux, correspondant aux deux grands types de stratégie. D’une part un électorat « de bastion », à dominante ouvrière et populaire, choisit la représentation communiste pour sa représentativité sociale, voire ses objectifs révolutionnaires, des années trente aux années quatre-vingt. Cet électorat, très discipliné dans ses choix ou, à défaut, abstentionniste, représente, pour le PC, comme une place forte, à partir de laquelle il peut déployer des stratégies offensives de conquête de positions de pouvoir : la direction de la municipalité, des circonscriptions législatives et cantonales, mais aussi une base de repli dans les périodes d’isolement. Le second électorat, plus déterminé par la conjoncture historique concrète, de nature plus politique, investit le PC comme son mandant, à partir d’attentes républicaines, laïques et/ou de justice sociale. Cet électorat, plus volatil, soutient les candidatures communistes comme les candidatures d’union, dans les élections à base territoriale, il peut aussi faire défaut dans les élections ou les consultations à enjeux nationaux.

48Si la direction locale de la section communiste réalise ses premières conquêtes électorales en 1937, elle comprend, dès les municipales de décembre 1947, qu’elle est condamnée, soit à gérer ce capital électoral (2 sièges de conseillers généraux, 1 siège de député) dans l’attente (et l’espoir) d’une situation de rupture politique, soit à s’allier ou, à tout le moins, neutraliser le parti socialiste (SFIO). Faute de réaliser une alliance politique, le parti communiste doit se retourner, à partir de cette date (1947), vers les scissions de gauche de la SFIO, le premier PSU. C’est ainsi que les communistes havrais gagnent les élections municipales de 1965, puis celles de 1971, à partir d’une coalition de gauche, électorale et programmatique, ralliant à terme le nouveau parti socialiste, dans les années soixante-dix. C’est dans ces conditions que la direction municipale prépare les gains électoraux des cantonales de 1976 et la conquête de la 6e circonscription. La rupture de 1977-1978 explique les échecs de 1981 et 1982, qui préfigurent la défaite aux municipales de 1995.

49Cependant cette évolution ainsi que la perte de repères et de soutiens extérieurs qu’ont représenté l’éclatement de l’URSS et la disparition du bloc soviétique opèrent la démonstration qu’il n’y a de devenir politique, pour le parti communiste, que dans un rapport construit à des territoires et à des hommes, dans une prise en charge concrète, et qui respecte le pluralisme, de leurs problèmes de représentation politique, d’intégration sociale et de développement culturel, dans un fonctionnement plus démocratique de son organisation.

  • 23 Lieu dont Armand Salacrou écrit que le nom est simple : un petit port bien abrité dans l’embouchur (...)
  • 24 Un nouveau député communiste, Daniel Paul, a été élu en 1997, réélu en 2002 et 2007 avec le soutie (...)
  • 25 Pour reprendre le terme signifiant « étranger au village, au pays », utilisé par Bernard Alexandre (...)

50Ce livre a donc interrogé des hommes et des femmes du lieu23, communistes au Havre, inscrits dans une relation verticale avec un appareil central et international. La longue durée de leurs mandats électoraux, plus de soixante-dix années24…, amène à penser que les communistes au Havre n’ont pas été perçus comme des horsains25, mais, au contraire, comme des figures emblématiques de son peuple et de sa longue histoire. À tout le moins, l’engagement syndical puis la direction de l’union locale, CGT, la participation de militants, et en particulier des FTP, à la Résistance patriotique, les gestions municipales d’union de la gauche, à partir de 1956 et plus encore de 1965, ont été autant de facteurs privilégiés de leur intégration à ce territoire, sous des formes renouvelées dont l’histoire n’est peut-être pas achevée, mais à repenser, dans des catégories relevant de la politique concrète.

Notes

1 Pour une mise en perspective nationale de l’histoire électorale du PCF, voir Roger Martelli, L’Archipel communiste. Une histoire électorale du PCF, Éditions sociales, 2008.

2 Andrew F. Knapp, « Le communisme municipal : de l’ascension aux incertitudes », Études normandes, no 4, 1987.

3 La lettre de démission d’André Duroméa, envoyée à ses concitoyens, est datée du 20 septembre 1994.

4 Voir Le Monde, 18 août 1995 : « Le Havre change clairement de style. »

5 Tout en ne refusant pas ses voix, si l’on en juge par le discours de Roland Leroy au comité national du PCF le 22 juin 1995 : « L’écroulement des voix du Front national, le passage de 7 % (c’est-à-dire 40 % des voix du Front national du 1er tour) sur le RPR, ce n’est pas un glissement spontané de l’électorat, c’est une forme de désistement » (André Duroméa et Jean-Jacques Lallemant, A. Duroméa, un maire, un militant, Pantin, Le Temps des cerises, 2005, p. 195).

6 La Revue d’ici, Autour du social, no 9, 1er trimestre 1994.

7 Tel Claude Llabres, secrétaire fédéral de Haute-Garonne, de 1977 à 1987, dans Libération, 17 octobre 1996.

8 Dans sa thèse de doctorat soutenue, en 1983, à Oxford, Revolutionaries or technocrats ? Communists and Town Planning in Le Havre (1965-1980).

9 Le Monde, 16 octobre 1996.

10 Le Monde, 16 octobre 1996 : « Deux anciens du GIFCO se souviennent… »

11 Voir Le libertaire, numéro hors série, Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais, automne 1996.

12 Voir la photographie de Pierre Le Gall (illustration 67), extraite Du Havre, La Galerne, 1993, p. 3. L’image est triplement symbolique : le café porte la dénomination des deux principales catégories ouvrières du quartier (de l’Eure) et de la ville ; il est situé rue Pierre-Guinard, nom de l’ancien secrétaire de la section des marins communistes, responsable de la section locale à la Libération ; l’habitat est caractéristique des vieux quartiers ouvriers – de petits immeubles à parements de briques.

13 Dans Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995. Voir aussi Michel Dreyfus et al., dir., Le siècle des communismes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2000.

14 Modèle au sens de « représentation simplifiée du système soviétique ».

15 Voir B. Pudal, Un monde défait…, op. cit., chap. iii : « Crise stratégique et repli sur la matrice stalinienne ».

16 Le PC va jusqu’à demander, par la voix de son secrétaire général Georges Marchais, la participation de quatre ministres communistes, du 23 juin 1981 (remaniement du gouvernement Mauroy) aux 17 et 18 juillet 1984 (formation du gouvernement Fabius).

17 André Lajoinie obtient, au premier tour de l’élection présidentielle de 1988, 6,76 % des suffrages exprimés, Robert Hue 8,64 % en 1995.

18 Au dire même d’Annie Kriegel dans sa conclusion au colloque de la revue Communisme, « Penser le communisme français », Nanterre, 18-20 mai 1992.

19 Voir le cahier iconographique, illustration VII : « Libérons les embastillés », affiche de Charles Nicolle. Des résistants et des historiens l’imputent à la formation historique donnée par les instituteurs, hussards de la République.

20 Ou Louis Fischer, Voyage soviétique, Paris, Gallimard, « URSS 1917-1934 », 1936.

21 De cette contradiction témoigne le fait qu’aucune des deux stratégies n’a jamais été poussée à son terme, que ce soit celle de la conquête (toujours différée) ou celle de l’exercice (toujours interrompu).

22 Le poète Francis Ponge, qui fut communiste de 1937 à 1946, écrivait : « Ainsi, je ne détournerai personne du devoir d’action et de révolte. Au contraire, lorsque la situation est prégnante (et elle ne cesse pour ainsi dire de l’être), considérant que chaque homme (fût-il artiste) doit accorder une part au moins de son activité à l’action civique, je prendrai part du côté que j’ai dit » (Le Savon, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1992, p. 62).

23 Lieu dont Armand Salacrou écrit que le nom est simple : un petit port bien abrité dans l’embouchure d’un fleuve (voir les titres des films de Luc Moullet et Juliet Berto). Havre, tourné sur place en 1985, est une œuvre de fiction, mais qui livre des images d’une modernité en crise. Voir l’affiche du film de Juliet Berto dans le cahier iconographique, illustration VIII. Louis Eudier, dans un entretien avec John Barzman, le 21 avril 1983, ajoute que ceux qui ont construit Le Havre, l’ont fait contre les marais et contre les Anglais, et que cette tradition de lutte a perduré.

24 Un nouveau député communiste, Daniel Paul, a été élu en 1997, réélu en 2002 et 2007 avec le soutien de l’ensemble des partis de gauche ; de même reste-t-il quatre conseillers généraux. Un second député, Jean-Paul Lecoq, élu avec le renfort des voix de toute la gauche en 2007, est toujours maire de Gonfreville-L’Orcher (2009).

25 Pour reprendre le terme signifiant « étranger au village, au pays », utilisé par Bernard Alexandre qui relate son expérience de prêtre originaire du Havre affecté dans une paroisse du pays de Caux : Le Horsain (Vivre et survivre en pays de Caux), Paris, Plon, « Terre humaine », 1988, même s’ils ont dû batailler, user de stratégies complexes, pour devenir les représentants légitimes, mais pas uniques, du monde ouvrier et de la gauche au Havre

Table des illustrations

Légende Illustration 67 – Une image symbolique : le café de la Métallurgie et de la Marine, rue Pierre-Guinard, dans le quartier de l’Eure (photographie de Pierre Le Gall)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search