Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

Les migrations résidentielles

De l’exode rural au retour à la campagne

Annie Pican

Texte intégral

1L’estuaire a subi les mêmes phénomènes migratoires que ceux qui ont été observés en France depuis une trentaine d’années : l’exode rural puis la rurbanisation.

2L’attractivité de la région parisienne mais également la rupture politique et économique entre les deux régions normandes influencent de façon déterminante les échanges migratoires.

L’ÉVOLUTION DES COMMUNES PAR LA MIGRATION DE 1962 À 1990

3L’exode rural a été massif dans l’ensemble des communes de l’estuaire jusqu’en 1968. Le milieu rural a continué à se dépeupler jusqu’en 1975 du fait de la diminution du nombre des agriculteurs et de la croissance de l’emploi industriel dans les villes. Cet exode est venu alimenter le développement de villes importantes comme Caen ou Le Havre mais aussi celui de zones urbaines moyennes comme Lisieux, Bernay, Fécamp ou Lillebonne. Cependant, dès 1970, la croissance démographique est plus forte dans les communes périphériques des principales agglomérations que dans leur centre. La Côte Fleurie, lieu de villégiature, devient aussi dès cette époque une zone résidentielle attractive.

4Depuis un peu plus de quinze ans, on assiste à un retournement de tendance. Les campagnes se repeuplent sous le double effet de l’arrivée des citadins venus faire construire une maison à la campagne et du maintien des ruraux dans leurs communes grâce au développement de l’équipement automobile.

5La rurbanisation connaît son plein développement de la fin des années 70 jusqu’au milieu des années 80 (carte 1975/1982). La péri-urbanisation se dessine nettement dans toute la partie nord du Havre et de Lillebonne, elle ceinture la commune de Lisieux et elle marque fortement les zones situées à l’ouest de Bernay. L’impact de l’extension urbaine des agglomérations de Rouen et d’Elbeuf atteint les cantons de Bourgtheroulde et Routot au nord-est de l’arrondissement de Bernay. L’ensemble de la façade maritime, à l’exception des centres urbains, bénéficie à son tour de ce nouvel attrait pour les espaces peu urbanisés.

6Initialement périurbain, le phénomène de la rurbanisation s’étend davantage dans l’espace pendant les années 1980 tandis que son rythme de croissance se ralentit (carte 1982-1990).

7Seules les campagnes profondes au nord-est de la pointe de Caux et au sud de Lisieux et Bernay semblent être restées à l’écart de ce processus. La rurbanisation est-elle parvenue à une vitesse de croisière ou bien le mouvement de retour à la ville est-il amorcé ?

8L’effet distance semble retenir une partie des citadins, candidats à l’accession à la propriété, dans les zones urbanisées mais le cadre de vie joue ici un rôle déterminant. Il génère un clivage au sein des agglomérations entre les secteurs industriels et ouvriers peu valorisés et les zones pavillonnaires ou tertiaires de plus en plus recherchées par les ménages en situation d’ascension résidentielle.

LES MIGRATIONS INTERRÉGIONALES

Echanges migratoires des cantons de l’estuaire avec l’Ile de France entre 1982 et 1990

Echanges migratoires des cantons de l’estuaire avec l’Ile de France entre 1982 et 1990

9La Haute-Normandie a accueilli 170 000 nouveaux arrivants entre 1982 et 1990 et la Basse-Normandie 140 000, soit dans chacune d’elle, un immigrant pour dix habitants recensés en 1990. Le taux d’immigration en Normandie se situe un peu au-dessous de la moyenne des régions françaises qui s’établit à 11 %. Conformément au principe de proximité, les deux régions normandes entretiennent des échanges migratoires privilégiés, puisqu’après l’Ile de France, c’est entre elles que les migrations sont les plus actives. Leur solde est toutefois plus favorable à la Basse-Normandie : elle a accueilli 2 700 Hauts-Normands de plus qu’elle n’a fourni de migrants à sa voisine. L’origine géographique de la nouvelle population normande est, pour un tiers d’entre elle, la région parisienne. Les espaces qui jouxtent l’Ile de France, le sud-est de la Basse et HauteNormandie, sont considérés comme la périphérie rurale lointaine de l’Ile de France. L’estuaire est à la marge de cette extension de la rurbanisation parisienne, sauf la bande littorale bas-normande qui reste attractive puisque les entrées de franciliens sont supérieures aux sorties (voir carte ci-dessus).

10La difficulté des marchés locaux de l’emploi à absorber les jeunes actifs et notamment les futurs cadres, conduisent à des transferts de population active des villes moyennes vers les métropoles régionales et de celles-ci vers Paris. A l’échelle de l’estuaire, Paris est le seul vrai gagnant de cet échange entre villes au profit des plus grandes (phénomène de métropolarisation), et non plus de la campagne vers les villes comme un demi-siècle auparavant. La délocalisation des actifs normands se décompose d’une part en un mouvement de métropolarisation et d’autre part en un flux vers le sud de la France basé sur l’héliotropisme.

LES MIGRATIONS DANS L’ESTUAIRE DE 1982 A 1990

LES MIGRATIONS DANS L’ESTUAIRE DE 1982 A 1990

© IGN - FLA 1994 © JNSEE - RGP 1982 -1990 ® VDH - OPH 1996

11En 1990, un nouveau normand sur dix résidait auparavant dans une des huit régions méridionales françaises alors qu’au même moment, ces dernières accueillaient 2,5 normands sur les dix ayant migré vers une autre région métropolitaine. Les effets de l’héliotropisme sont toutefois plus sensibles au nord qu’au sud de la Seine : 29 % des émigrants hauts-normands contre 21 % de ceux de Basse-Normandie sont partis rejoindre le sud de la France.

12La proximité est un facteur déterminant, mais les limites régionales marquent un point de rupture dans l’organisation des échanges migratoires entre les arrondissements de l’estuaire.

13Les arrondissements les moins attractifs en matière de migrations résidentielles pendant la période 1982 à 1990 ont été Le Havre et Dieppe. On y a recensé 14 % seulement de nouveaux venus en 1990 pour 22 % dans l’ensemble formé par les arrondissements des départements du Calvados, de l’Eure et de la Seine-Maritime.

14L’arrondissement du Havre, mais surtout sa principale agglomération, a subi un important déficit migratoire : en 1990, elle ne comptait qu’un nouveau venu pour dix habitants (soit 10 % contre 22 % en moyenne des arrondissements).

15Les échanges migratoires de l’arrondissement du Havre sont principalement développés avec ceux de Rouen et Dieppe, mais ils sont défavorables au Havre qui perd des habitants au profit des deux autres. Bernay, qui arrive en troisième position, est le seul arrondissement normand avec lequel celui du Havre ne soit pas déficitaire. Le Havre, tout comme les deux autres agglomérations normandes constituant des pôles économiques dotés en équipements universitaires (Caen et Rouen), est caractérisé par la proportion qu’occupent les moins de trente ans dans les populations migrantes : 60 % des nouveaux venus ont moins de trente ans pour 63 % à Rouen et 66 % à Caen. L’arrondissement de Bernay attire moins les émigrantshavrais que ceux des autres arrondissements limitrophes (Rouen, Lisieux et Evreux). Situé dans l’aire d’attractivité de celui de Rouen, il accueille les ménages d’actifs en quête du cadre champêtre qu’offre le département de l’Eure.

16Lisieux n’a quasiment pas perdu d’habitants au cours de la dernière période intercensitaire. Cet arrondissement se distingue au même titre que celui de Caen par sa forte attractivité : plus d’un habitant sur quatre était nouveau en 1990.

17La structure de la population migrante de ces deux arrondisssements est toutefois opposée. Au sein des arrondissements normands, Caen est celui qui accueille proportionnellement le plus de jeunes et Lisieux le plus de personnes retraitées. L’extension parisienne se fait clairement ressentir sur la bordure littorale de ce dernier avec notamment l’agglomération de Trouville où l’installation de personnes de plus de soixante ans marque nettement le profil des nouveaux venus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Echanges migratoires des cantons de l’estuaire avec l’Ile de France entre 1982 et 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12102/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre LES MIGRATIONS DANS L’ESTUAIRE DE 1982 A 1990
Légende © IGN - FLA 1994 © JNSEE - RGP 1982 -1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12102/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540