Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIIe partie. Des gestions unitaires confrontées aux crises (1965-1983)

Chapitre 16. Le PC, une institution ouverte ?

Texte intégral

Les rapports avec les intellectuels communistes

Des intellectuels, travailleurs salariés

  • 1 Les enseignants ne sont certes pas les seuls travailleurs intellectuels, il y a aussi, dans la ter (...)
  • 2 Voir le chapitre 14. D’autre part, comme en témoignent tous ceux qui intervinrent dans des institu (...)

1Dans ce chapitre sont abordées principalement les relations avec les enseignants des cycles primaire, secondaire et supérieur court1, tels qu’ils existent au Havre, dans la mesure où les rapports du parti communiste avec les créateurs et animateurs des établissements culturels ont été analysés dans l’étude des structures du militantisme et de l’action culturelles2.

  • 3 Ils y intervinrent comme des militants politiques, doublés de militants syndicaux (SNI, SNES, SNET (...)
  • 4 « Dominés », selon la terminologie de Pierre Bourdieu, dans la mesure où ils ne disposent pas de s (...)

2Les instituteurs, professeurs, ingénieurs et chercheurs sont en effet les seuls travailleurs intellectuels à être rattachés ès qualités à des cellules d’entreprise3, mais ils sont aussi des producteurs dominés4 d’idées et de concepts. De même si les professionnels des institutions et équipements culturels ne sont jamais reliés à des cellules ou à des sections, par exemple d’action culturelle, mais adhérent à leurs cellules de quartier ou à celle(s) dite(s) des municipaux, par contre les personnels de l’Éducation nationale sont politiquement organisés dans des cellules d’établissement : école(s), collège(s) et lycée(s), IUT, qui reproduisent la hiérarchie des niveaux d’enseignement et des statuts.

  • 5 Par exemple, à la veille des élections municipales de 1971, le journal de la section communiste de (...)
  • 6 D’Une journée d’Ivan Denissovitch (1962) à L’Archipel du Goulag diffusé à plus de 600 000 exemplai (...)
  • 7 D’abord la motion de protestation des intellectuels communistes parue le 6 avril 1978, puis la pét (...)

3Les relations entre le parti communiste et les intellectuels travailleurs salariés s’articulent autour de trois données nouvelles : la multiplication des enseignants et des chercheurs et la place stratégique qu’ils occupent dans une conjoncture unitaire5 ; leur entrée en masse dans des structures politiques et leur sensibilité aux questions idéologiques et culturelles, par exemple le statut et les libertés des professions intellectuelles ou liées à la recherche, dans un État « socialiste », ou leurs réactions individuelles et collectives à la publication de livres et de témoignages, comme ceux d’Alexandre Soljenitsyne6 ou des exilés politiques ; enfin leur rôle moteur dans la multiplication des crises qui affectent le parti communiste dans les années 1978-19797.

  • 8 De même, les salariés communistes des Affaires culturelles se répartissent entre syndicats CGT, de (...)

4Si le PC peut constituer dans les années soixante-dix jusqu’à 8 cellules d’enseignants, ils ne sont pas pour autant tous regroupés dans une section d’entreprise. Certains choisissent de militer dans leur cellule de quartier pour tout un ensemble de raisons : l’ouvriérisme qui affecte en particulier un certain nombre d’(anciens) instituteurs, la volonté d’être au service (direct ?) des masses, mais aussi le refus d’être défini par une appartenance socioprofessionnelle, et encore le désir (secret) de participer à la direction politique (de section, fédérale) ou à une institution dépendant de l’appareil du parti (par exemple, les instituteurs Rioual, Legoy, Nicolle, ou Breton, professeur détaché à la direction scientifique du muséum, Van der Malière, professeur déplacé à la direction de la maison de la culture du Havre). D’autres intellectuels communistes sont à la tête d’appareils syndicaux8, le SNES (P. Auger, R. Morvan, F. Dumont, Simon), le SNESUP (Murray, Portron), le SNETP-CGT (Mouquet, C. Malon, M. Brier), et les instituteurs et les professeurs sont leurs interlocuteurs privilégiés ; d’autres enfin manifestent un intérêt particulier pour la recherche théorique et les débats engagés dans la période pré-et post-1968, et ils animent des structures spécialisées (le cercle Henri-Wallon, l’Université nouvelle : P. Auger, G. Bras, C. Malon, Dhaille).

5Si rares sont ceux qui ont des responsabilités politiques, jamais au-delà du secrétariat de section (Vallin, Sceaux, Gresser) et du comité fédéral, il existe cependant une commission dite des enseignants, rattachée au secrétariat de ville, dirigée un temps par Bernard Vallin puis par Thérèse Pereira. Il semblerait plutôt que les intellectuels communistes cherchent à élaborer un discours spécifique sur les problèmes idéologiques et culturels, leur place dans la politique d’alliances du PC, et à terme l’analyse de la crise et des échecs électoraux du parti communiste.

  • 9 Discours de Roland Leroy aux obsèques de René Cance (Le Havre libre, 4 août 1982).

6Par contre, le parti communiste au Havre a eu la caractéristique (originale ?) de compter dans sa direction municipale (et fédérale), et comme candidats aux élections à base territoriale, un certain nombre d’instituteurs et d’institutrices : René Cance, député-maire, Maurice Schlewitz, adjoint et conseiller général, Simone Duval, adjointe, Daniel Paul, adjoint et conseiller général, futur député, Yvette Génestal, candidate suppléante aux législatives partielles de 1975, Monique Murray, candidate aux cantonales de 1979 ; ou d’élu(e)s marié(e)s à des instituteurs et institutrices : André Duroméa, député-maire, Louis Lecat, premier secrétaire de ville, adjoint, Maryvonne Rioual, conseillère générale et future première adjointe. Tous se déclarent d’origine populaire ou liés aux classes populaires, tant par leur ancien statut d’instituteurs et institutrices ayant exercé dans des quartiers populaires que par le fait qu’ils continuent à y habiter (par exemple René Cance à Graville ou Maryvonne Rioual dans le quartier de l’Eure), et à y militer (ils sont affectés à des cellules locales). Par contre, comme le déclarera Roland Leroy, en 19829, dans son éloge (funèbre) de René Cance, « la plupart d’entre eux, fiers de leur métier, ont eu comme ligne de conduite [politique] d’être respectueux jusqu’à la timidité devant les ouvriers et dévoués [à leur parti] jusqu’au sacrifice ».

  • 10 Publié aux éditions L’Harmattan en 1991, ce livre prend la suite d’une longue suite de publication (...)
  • 11 Jean Legoy, ancien instituteur, devenu docteur en histoire moderne et contemporaine, est l’auteur (...)
  • 12 Son frère Paul a publié une émouvante biographie, intitulée Une voix presque mienne, Paris, Éditio (...)
  • 13 Louis Althusser, L’avenir dure longtemps, Paris, Stock, 1992 et 1994.

7La nouveauté des années soixante – soixante-dix est l’entrée au PC de nombre d’instituteurs et de professeurs de l’enseignement secondaire et supérieur qui n’avaient pas comme caractéristique particulière d’être des fils et des filles de dirigeants communistes permanents, comme l’étaient Denise Auger, fille de René Cance, Yoland Simon, auteur d’un récit d’enfance sur son père, instituteur communiste, Hier chantaient les lendemains10, Jean Legoy, dont le père Gaston Legoy, communiste de la première heure, artisan-cordonnier, fut le grand historien-mémorialiste du Havre, lui-même auteur d’une somme, Le peuple du Havre et son histoire11, et deux jeunes professeurs affectés dans des lycées havrais : Gérard Bras, dont le père a été permanent national CGT auprès de la FSM, à Prague, de 1950 à 1962, et Pierre Thorez, troisième fils de Maurice Thorez et de Jeannette Vermeersch12. Les nouveaux adhérents des années soixante (intellectuels prolétarisés ?) ont choisi d’entrer au parti communiste sur la base de ses nouvelles orientations (comité central d’Argenteuil de 1966, manifeste de Champigny de 1968, signature du programme commun de gouvernement en 1972), parce qu’il offrait aux militants « une expérience et une formation à la politique incomparables, une connaissance concrète de la complexité de la classe ouvrière dans le parti et la CGT »13.

  • 14 Bernard Pudal, dans Prendre parti, Paris, PFNSP, 1989, chap. 8 : « Aggiornamento et reproduction d (...)

8Les nouveaux communistes sont donc moins liés organiquement au parti communiste et aux cadres « ouvriers » ; ils n’ont pas hérité de « l’instinct de classe » et la (mauvaise) conscience leur fait parfois défaut, ils peuvent donc être plus autonomes et partant plus « politiques »14.

9L’appareil central, de son côté, s’est doté de structures spécialisées et Roland Leroy élargit son secteur d’intervention, des intellectuels (en 1970) à la culture, dirigeant la commission créée en 1973. Il est relayé à la tête de la nouvelle section du comité central, dite « Intellectuels et culture », par Jacques Chambaz, de 1974 à 1979, puis par Guy Hermier, chargé d’un secteur « Intellectuels, culture, enseignement », auquel s’ajoutent, en 1982, l’université et la direction du nouvel hebdomadaire Révolution, créé à destination des classes moyennes et qui remplace France nouvelle.

  • 15 Voir B. Pudal, Un monde défait…, op. cit., chap. ii : « Le secrétaire général et le philosophe hér (...)
  • 16 Jean Elleinstein, Le phénomène stalinien, Paris, Grasset, 1975.

10Les enseignants, les intellectuels communistes sont devenus un enjeu politique, parce qu’ils sont confrontés aux débats et aux controverses des années antérieures et postérieures à 1968, entre les philosophes communistes, Roger Garaudy, exclu en 1970, et Louis Althusser, en rupture déclarée après le XXIIe congrès de 197615, aux nouvelles « affaires » Charles Tillon (exclu en 1970) et Auguste Lecœur en procès contre le nouveau secrétaire général, Georges Marchais, mais aussi aux publications des versions françaises des livres d’Alexandre Soljenitsyne. L’évolution du statut des textes de l’historien Jean Elleinstein est à cet égard symptomatique : de la parution du livre Le phénomène stalinien, en 197516, comme signe d’ouverture, à la publication d’articles dans le journal Le Monde, en avril 1978, comme lieu d’expression de la contradiction interne. De même les intellectuels ne peuvent-ils que constater le soutien affiché puis retiré à Leonid Plioutch, mathématicien soviétique interné pour des raisons politiques, entre 1976 et 1978.

  • 17 François Hincker, Le parti communiste au carrefour. Essai sur quinze ans de son histoire (1965-198 (...)
  • 18 Roland Passevant, Les communistes au quotidien, Paris, Grasset, 1980. Voir aussi ci-après : « La d (...)

11Si le fait d’être antistaliniens est sans doute le dénominateur commun des différentes formes de contestation des intellectuels communistes, il n’empêche pas que ces derniers continuent de se diviser sur les modèles politiques, les références théoriques et les stratégies d’alliances, et à leur niveau, ils reproduisent les batailles d’appareil17, mais quand une fraction d’entre eux tente la liaison avec les ouvriers de Renault, eux-mêmes réfractaires aux changements d’orientation du secrétariat général, ils déterminent des réactions de la direction politique fédérale18.

12Alors qu’une fraction croissante des intellectuels communistes a commencé à pratiquer le doute méthodique sur les actes et les paroles de l’appareil permanent, ce sont à terme les contradictions et les retournements de la stratégie politique qui débouchent sur une situation de crise ouverte.

  • 19 Raymond Charpiot, secrétaire général de la Fédération nationale CGT des capitaines et officiers de (...)
  • 20 La cellule Politzer (les enseignants communistes des lycées et collèges de la basse ville) analyse (...)

13Trois événements ont déterminé des prises de position publiques « contestataires » d’intellectuels communistes : d’abord la question des libertés politiques et syndicales, les dysfonctionnements de la démocratie en Europe de l’Est, et particulièrement en Pologne19, le soutien affiché puis le lâchage du parti communiste portugais dans la tentative de révolution dite des œillets20, enfin la rupture de l’union de la gauche, l’échec des élections législatives de 1978 et la publication de l’appel dit « des 300 », en mai 1978, ont entraîné, pour la première fois dans l’histoire du parti communiste au Havre, la création d’une structure politique de contestation ouverte, appelée Union dans les luttes.

14Cette structure peut être dite doublement ouverte : créée à l’initiative d’intellectuels communistes, elle intègre à la fois des militants socialistes et d’extrême gauche, adhérents de partis et de syndicats, sous forme de listes nominatives de signataires de la pétition, publiées dans la presse locale ; d’autre part elle fait paraître des analyses contradictoires de celles de la direction nationale du PC, redoublées par l’organisation de réunions et de manifestations publiques.

15La fin de la période de participation des quatre ministres communistes, en 1984, accélère le processus de désidentification politique d’une fraction (majoritaire ?) d’intellectuels au parti communiste, y compris pour des adhérents de longue date, alors que se diffuse l’idée que l’appareil permanent ne représente plus sa base, dans la multiplicité de ses retournements.

  • 21 Ainsi celle de François Hincker, d’abord soutien de la direction politique (en 1975-1976), puis fa (...)

16Les défections individuelles, dont témoignent beaucoup d’entretiens et de publications21, donnent lieu à de multiples pratiques, depuis le paiement irrégulier, puis arrêté, des cotisations jusqu’à des changements de vote aux élections sur listes de 1986 (législatives et régionales), voire à des réengagements (minoritaires) à gauche. Beaucoup d’anciens intellectuels communistes se déclarent « communistes sans carte », comme s’ils étaient restés fidèles à leurs valeurs. Il y va aussi de la difficulté qu’ont toujours eue les intellectuels à s’intégrer à l’appareil permanent et de leur conscience (politique ? historique ?) que des changements majeurs étaient en train de s’opérer. Ce qui se révélait enfin, c’est que des adhésions ou des abandons participent, y compris pour des travailleurs intellectuels, d’éléments affectifs, non rationnels, tenant au mode de vie, à l’histoire individuelle et à l’imaginaire de sujets « supposés savoir ».

Illustration 58 – Journaux publiés par la cellule Georges-Politzer (lycées et collèges, section Havre ouest)

Deux structures politiques : le cercle Henri-Wallon et l’Université nouvelle

17Deux structures de réflexion et d’intervention publique, le cercle Henri-Wallon et l’Université nouvelle, ont eu successivement pour objectif principal d’être, au Havre, l’expression (contradictoire) et le porte-parole (non officiel) du parti communiste, en direction des travailleurs intellectuels et, au-delà, des couches moyennes salariées.

  • 22 Par exemple le cercle Henri-Wallon a eu son siège au domicile personnel de Patrick Auger, professe (...)

18Le cercle Henri-Wallon, duplication havraise du cercle Georges-Politzer22, structure fédérale, fondée à Rouen, a été créé dans la conjoncture unitaire postérieure à l’élection législative de 1962. Sa logique est celle d’une tentative d’élargissement de la base sociale, électorale et militante du PC, d’une réouverture du débat (théorique ? idéologique ? comme le demande la direction du parti socialiste SFIO), avec des partenaires chrétiens et socialistes. La question peut être posée de la nature de l’enjeu politique : est-ce que le dialogue et la confrontation ne sont que le moyen de structurer une alliance électorale ? ou sont-ils un signe du renouvellement des problématiques ? Du côté des communistes, le seul fait que des débats soient ouverts, avec des questionnements, même symboliques, est en soi une démonstration que « les temps ont changé ».

  • 23 Salle François-Ier, du 13 au 16 décembre 1966.
  • 24 Les 28 et 30 novembre 1967 : conférences de Serge Laurent et Jean Elleinstein. Voir les documents (...)

19Le cercle est en effet contemporain, participe, de la période dite de déstalinisation maîtrisée (limitée ?) et des journées de la pensée marxiste réfléchissent, en 196623, à une redéfinition des rapports entre « Démocratie et culture » (Jack Ralite), « Démocratie et laïcité » (Pierre Juquin) et « Démocratie et socialisme » (Roland Leroy). De même le cercle Henri-Wallon développe les analyses élaborées dans la continuité du comité central d’Argenteuil (11-13 mars 1966) sur les problèmes idéologiques et culturels, et les premières conférences ont lieu, symboliquement, à la maison de la culture qui n’est pas dirigée par des adhérents du parti communiste. En 1967, pour le cinquantenaire de la révolution d’Octobre, le film de Frédéric Rossif est diffusé, suivi de conférences publiques faites par un économiste et un historien communistes24.

  • 25 À la suite ( ?) de l’ouvrage de Roger Garaudy De l’anathème au dialogue (1966), une conférence d’A (...)

20Le cercle Henri-Wallon s’intéresse, dans une première période, aux rapports du marxisme et du catholicisme25, à la coexistence pacifique et aux conflits localisés, à l’histoire et à l’économie soviétiques, aux formes et aux contenus de la démocratie politique, au réalisme moderne, celui d’Alain Resnais, auteur de films, dont, en 1966, La guerre est finie avec Jorge Semprun et Yves Montand – peut-être par opposition au réalisme socialiste ?

Illustration 59 – Cercle Henri-Wallon : Journées de la pensée marxiste et conférences publiques (1966-1967)

21Il semble dans un second temps que le cercle ait eu quelques difficultés à surmonter les conséquences idéologiques du mouvement de mai-juin 1968, et cela se traduit par la fin des cycles de conférences, ce qui est comme un témoignage en creux (devenu explicite) de la détérioration de la conjoncture, des problèmes des acteurs, intellectuels politiques, mais aussi de l’abandon de ce secteur d’intervention tel qu’il se manifeste, après le XIXe congrès (1970) et le comité central de Vitry.

  • 26 La direction nationale a relancé, en 1970, les assemblées-débats. Voir F. Hincker, Le PC au carref (...)

22Le cercle Henri-Wallon reprend ses cycles trimestriels de conférences-débats26, dans la nouvelle phase unitaire liée à la signature du programme commun de gouvernement, en 1972, qui réintroduit la nécessité d’une réflexion, d’un débat et d’une démonstration politiques sur la question du dépassement de la stratégie d’alliance électorale avec le nouveau parti socialiste, dans la perspective des lendemains d’élections législatives et présidentielles.

23Le fonctionnement des cercles Politzer et Wallon reste le même : ils font appel à des personnalités faisant autorité par leur place dans l’appareil politique (bureau politique, comité central) mais aussi par la nature de leurs diplômes et de leur statut (universitaires). C’est ainsi que les commissions dites sections de travail du comité central, les responsables de revues théoriques La Nouvelle Critique, Économie et politique, ITC-actualités délèguent des conférenciers : des hommes d’appareil, mais spécialisés (Roland Leroy, Jacques Denis, Pierre Juquin), des historiens (Jean Bruhat, Jean Elleinstein, François Hincker), des économistes (Serge Laurent, Joe Metzger).

24Il y a cependant un gauchissement des thèmes abordés, en relation avec la conjoncture idéologique postérieure à 1968 : les questions changent de forme par exemple dans l’intitulé des conférences « Lénine et la démocratie politique » ou « Faut-il brûler l’école ? », de même que le ton du débat, et c’est ainsi que le président du cercle, Patrick Auger, peut appeler, dans son texte d’introduction à la conférence du 6 mai 1970, à « répondre aux objections anarchistes et aux partisans actuels de l’aventurisme politique ». C’est dire que, dans le moment même où il se rallie politiquement au pluralisme, le parti communiste continue de lutter contre ses adversaires (et concurrents) d’extrême gauche. Reste l’objectif d’alliance – cautionné par la présence aux conférences publiques, d’adjoints « politiques » : Louis Lecat, secrétaire de ville, et Daniel Colliard, premier adjoint d’André Duroméa –, celui d’obtenir le ralliement de créateurs et d’animateurs socioculturels, de chrétiens, d’ingénieurs, cadres et techniciens, d’instituteurs et de professeurs à la stratégie d’union de la gauche, sur la base d’un programme commun de gouvernement à participation communiste, forme pacifique de passage à un autre type de société que le PC appelle « démocratie avancée ». S’y ajoute la volonté de contrer les projets concurrents des partenaires socialistes, ou appartenant au syndicat CFDT, qui se réfèrent au modèle de « socialisme à la suédoise » ou participent à l’élaboration des objectifs de « la nouvelle société ». C’est ainsi qu’un tract de présentation de la conférence du 18 mars 1970 propose, aux intellectuels, de rechercher une autre voie que celle de la social-démocratie, capable d’allier « croissance économique, progrès social et démocratie politique ».

Illustration 60 – Cercles Georges-Politzer (Rouen) et Henri-Wallon (Le Havre) : cinquantenaire de la révolution d’Octobre (novembre 1967)

  • 27 Texte de Patrick Auger, président, le 18 mars 1970 (fonds privé).
  • 28 Selon le témoignage de Patrick Auger, ancien président lié à la direction municipale (entretien le (...)

25Par conséquent, le cercle Henri-Wallon se constitue comme la figure double, mais contradictoire, des clubs d’orientation socialiste, par exemple Citoyens 60, mais il ne dispose ni de leur autonomie politique ni de leur capacité d’anticipation, et la direction du cercle est prise en charge par des hommes socialement et idéologiquement représentatifs des nouvelles orientations d’ouverture et d’élargissement contrôlés. Ce sont Jean-Pierre Lefèvre, ingénieur chimiste de formation, mais aussi secrétaire (politique) de René Cance, à son retour à la direction de la municipalité, Bernard Lelièvre, devenu ingénieur du bâtiment, ex-permanent et fils d’une adjointe communiste dans la première municipalité Cance, Patrick Auger, professeur de sciences naturelles au lycée François-1er, mais aussi gendre de René Cance, Charles Nicolle, instituteur devenu professeur de français, ancien résistant, peintre créateur du Salon des artistes-ouvriers, Raymond Charpiot, capitaine de la marine marchande, membre du comité fédéral, secrétaire (permanent) du syndicat CGT des officiers de pont. Les uns et les autres sont membres du bureau avec le titre de président, par exemple Patrick Auger, de 1967 à 1970-1971, secrétaire et trésorier. Si ces responsables sont comme le signe matérialisé de l’évolution de la ligne générale, sa garantie publique, par contre et en dépit d’efforts déployés pour « organiser un large débat, à partir des éléments fournis par le conférencier et ceux, très riches, issus de l’expérience et de la réflexion de l’auditoire »27, le cercle n’arrive pas à être un lieu d’élaboration de nouvelles idées, ni celui de l’expression des contradictions politiques. Il est donc condamné à n’être qu’un organe de diffusion et le vecteur d’une répétition des analyses élaborées par les organes centraux. Il ne peut avoir de prise sur la détérioration de la conjoncture idéologique et politique, aux dépens du PCF, dans les années postérieures à 1968. Dans le même temps, ce qu’il représente comme tentative d’émancipation (relative) de l’autorité politique, de l’appareil permanent, amène à des conflits28 avec la direction de ville (Louis Lecat puis Gérard Heuzé), et détermine sa disparition, faute d’hommes et de moyens.

  • 29 Voir Roland Leroy, La Lutte du mouvement ouvrier pour l’unité, en annexe 1.
  • 30 Introduction à la conférence de Roland Leroy, La lutte du mouvement ouvrier pour l’unité, EDIP (ma (...)
  • 31 Texte de présentation de l’Université nouvelle paru dans Le Havre libre, les 19 et 20 avril 1976.

26L’Université nouvelle, créée en 1976, par Gérard Bras, agrégé de philosophie, professeur au lycée Porte-Océane, ancien membre du Bureau national des étudiants communistes (1967-1970), présente quelques variations par rapport à l’organisation précédente. Si elle se réfère à deux expériences « extérieures », celle d’une université en milieu ouvrier, dans une municipalité de la banlieue parisienne, à direction communiste, Gennevilliers, et celle fondée à l’échelon fédéral, dans la ville universitaire de Rouen, par Jean-Paul Jouary, agrégé de philosophie, professeur au lycée Camille-Saint-Saëns, le 25 février 1975, elle dispose d’une certaine autonomie politique, du fait de son statut d’association relevant de la loi de 1901. L’Université nouvelle du Havre est d’abord l’antenne locale d’une structure fédérale29, comme en témoignent la personnalité et les thèmes abordés par deux des premiers conférenciers, Jean Malvasio, premier secrétaire fédéral, venu traiter de « Liberté, démocratie et socialisme », pour la conférence inaugurale, le 19 octobre 1977, et Jean-Paul Jouary, membre du comité fédéral, intervenant, le 8 décembre 1977, sur le thème : « Être révolutionnaire, est-ce être réaliste dans la France d’aujourd’hui ? » Mais elle tend aussi à devenir un espace de débat politique et le lieu d’un effort d’élaboration théorique. Ainsi, si l’Université nouvelle de Rouen se proposait d’« éclairer les luttes quotidiennes à la lumière du marxisme », et de dégager des situations politiques particulières, les fondements mêmes de l’analyse et des propositions des communistes30, celle du Havre se fixe pour objectif de « donner des instruments théoriques pour analyser et transformer la société »31.

  • 32 Voir Le Havre libre, 19 et 20 avril 1976.

27Enfin l’Université nouvelle est dirigée par des intellectuels communistes, professeurs de lycée, beaucoup moins investis que les directions successives du cercle Henri-Wallon dans l’appareil politique et idéologique du parti communiste, et beaucoup moins liés familialement ou professionnellement à la direction locale ou fédérale. Ils interviennent dans leur secteur de compétence, par l’élaboration de cours ou l’organisation de conférences, et disposent d’une marge (supérieure ?) d’autonomie politique. C’est ainsi qu’ils peuvent organiser, pendant le mois de mai 1976, une table ronde sur « la place et le rôle de la classe ouvrière dans la société française »32.

  • 33 Les cours étaient assurés par G. Bras, D. Lemonnier, Ch. Swit, M.-C. Bartoli, M. Rothfuss (profess (...)

28Trois séries de cours publics ont été professés, au siège de la section de ville, rue du Docteur-Fauvel, dans trois disciplines : philosophie sur le sujet « la ou les liberté(s) ? », économie politique étudiant « le capitalisme et l’impérialisme », histoire avec une analyse de la conjoncture de crises des années trente et des alternatives politiques, New Deal, Front populaire ou fascismes33.

29Parallèlement des conférences ont été faites au Petit Théâtre, par des experts associés aux commissions de travail du comité central (Burles, Hincker, Quin, Moll, Snyders, Blanquart, Cohen, Salini) ou par des dirigeants politiques membres du comité central (Marrane, Juquin, Hincker, Malvasio). Le choix était déterminé, dans la très grande majorité des cas, par le fait qu’il s’agissait d’auteurs qui avaient fait paraître des livres, témoignant d’un effort de renouvellement et/ou d’approfondissement des analyses : par exemple Georges Snyders avait écrit Pédagogie progressiste publié aux PUF en 1971 ou Francis Cohen était un des coauteurs de L’URSS et nous, paru aux Éditions sociales, en 1978.

  • 34 Membre du bureau politique et directeur du CERM (Centre de recherches marxistes).
  • 35 Le Havre libre, 10 mai 1976.

30Les thèmes abordés sont moins liés à la conjoncture politique et à l’échéance électorale des législatives de 1978 qu’à la volonté d’ouvrir des débats (internes et externes) sur des questions problématiques : l’armée, les femmes, la pédagogie, l’union, l’URSS, les ouvriers, sans reprendre l’éternel dialogue entre « chrétiens et communistes » que continue d’organiser le comité de ville, avec la conférence de Guy Besse34 le 19 mai 1976, ou le projet syndical : « Quelle école pour la France d’aujourd’hui ? » relancé par la commission Université du comité de ville, avec la participation de deux membres de la direction fédérale35.

31Sujets classiques, rebattus qui ne sont pas de nature problématique, contrairement à ceux qui sont analysés par la direction politique comme étant à hauts risques, par exemple l’urbanisme ou le fonctionnement interne du parti communiste et, après 1978, les conditions et les responsabilités dans la rupture de l’union de la gauche et les échecs électoraux.

  • 36 Le Havre libre, 12 janvier 1978.

32C’est ainsi qu’une conférence sur les problèmes urbains (avec Juquin, Lefrère et Strobel, responsable de la commission Urbanisme auprès du comité central) est annoncée puis retirée en janvier 197836, alors qu’une conférence-débat sur le même sujet avait eu lieu le mardi 22 avril 1975, avec un universitaire (Ascher), un sociologue (Préteceille), le secrétaire de ville (Heuzé) et le premier adjoint chargé de l’urbanisme (Daniel Colliard). Plus encore la question de la démocratie et du centralisme, pourtant objet de débats et d’affrontements, avant et après le XXIIe congrès, ne peut être abordée. Quant aux sanctions électorales (1978-1979) et à la crise politique, elles n’interviennent qu’après la fin de l’Université nouvelle, dont elles sont en quelque sorte la continuation logique.

  • 37 En particulier la CGT, mais aussi la CFDT ou la FEN (SNI, SNES et SNESUP)…

33L’Université nouvelle ne peut en effet survivre à trois éléments caractéristiques de sa faiblesse politique : d’une part, la coupure non surmontée avec les syndicats37 et les mouvements d’éducation populaire, coupure matérialisée par l’absence physique de militants et de responsables syndicaux et culturels aux cours et conférences, d’autre part la mauvaise volonté affichée par la direction communiste locale et fédérale vis-à-vis d’une structure jugée problématique. La caution politique donnée par la présence d’André Duroméa, député-maire, et de Gérard Heuzé, secrétaire de ville, à la conférence inaugurale faite par François Hincker, le 22 avril 1976, sur le thème « Une révolution démocratique pour la France d’aujourd’hui » (dans la ligne du XXIIe congrès), est retirée et l’absence de tout responsable aux cours et conférences doit être interprétée comme un signe de défiance plutôt que comme un gage d’autonomie. Est-ce à mettre en relation avec les personnes, le statut, les idées de ceux et celles qui dirigent l’Université nouvelle ? Est-ce lié à la présence de philosophes althussériens et/ou d’adversaires du XXIIe congrès ? Est-ce enfin parce que la vieille méfiance à l’égard des intellectuels continue d’agir, et qu’ils sont toujours suspects de s’instituer en donneurs de leçons et/ou de trahir la classe ou la cause ? À moins que ne soit faite encore une fois la démonstration de l’incapacité de la structure à intégrer des intellectuels ès qualités, sans qu’ils soient transformés en « intellectuels de parti ». C’est dire que les effets de censure spontanée anticipent et redoublent les conséquences de la censure politique, du fait de l’ouvriérisme dominant, très caractéristique du mouvement communiste et anarchiste havrais.

  • 38 Cet échec contraste avec la large victoire de la liste d’union aux municipales.
  • 39 Pour la première fois elles ne sont plus masquées par des affrontements de personnes.
  • 40 Dans le XXIIe congrès, op. cit.

34La dernière crise, dans les rapports entre le parti communiste et les intellectuels, commence au lendemain de l’échec aux élections législatives de 197838 dans les conditions, politiquement dégradées, de préparation de l’élection présidentielle de 1981. Déjà les luttes de courants, qui, sans être à proprement parler des affrontements de tendances39, voient s’opposer des lignes politiques, commencent à se structurer intérieurement, avant et après le XXIe congrès et plus encore après le XXIIe et les échecs électoraux de 1978-1979. Elles aboutissent entre autres, à une série de ruptures, de la pétition dite « des 300 » (1978) à la création de Rencontres communistes (1981). Les intellectuels communistes se divisent entre pro-ou antisoviétiques, modèle ou anti-modèle, approuvent ou dénoncent la gestion des crises dans les démocraties populaires ou la guerre d’Afghanistan, ou les interventions de la direction du PCUS dans les affaires intérieures de la France et du PC français. Il y a aussi des partisans et des adversaires de l’abandon du concept de « dictature du prolétariat » et ce sont moins des débats théoriques (Louis Althusser parle lui-même de « sacrifice symbolique »40) que des affrontements politiques sur le fonctionnement du parti communiste, le contenu et les objectifs de l’union de la gauche, la nature des batailles à mener, et les rapports aux expériences historiques des communistes soviétiques et chinois. Il y a enfin les fidèles et les adversaires de la direction politique de Georges Marchais, ceux qui comprennent ou désapprouvent ses multiples retournements sur le devenir de l’union et la participation de ministres communistes, sur le non-respect des libertés et des droits de l’homme dans les démocraties populaires et l’Union soviétique, sur le rôle dirigeant du PCUS ou le polycentrisme dans le mouvement communiste international, sur le problème de l’armement atomique, sur la question des immigrés et des étrangers (avec les « affaires » de Vitry et Montigny) sans parler des (faux ?) débats sur la morale (la pornographie, la pédophilie, les drogues…).

35Si après l’élimination de Roger Garaudy et de Charles Tillon (1970), il n’y a plus officiellement d’exclusion, il y a cependant des évictions, celle de Jean Elleinstein (1980), d’Henri Fizbin (1981) et des dirigeants de la fédération de Paris, et plus encore des mises à l’écart, comme celle de l’Université nouvelle, et tout un ensemble de départs, individuels et silencieux, qui affaiblissent l’actif militant comme aux pires moments de la période « classe contre classe » ou au plus fort de la guerre froide.

La dernière crise : Union dans les luttes

36Une première rupture se manifeste après l’échec électoral de 1978, dans la 6e circonscription, et le dépassement du parti communiste par le parti socialiste, aux élections cantonales de 1979. Se met alors en place, au Havre, une structure contestataire et militante appelée Union dans les luttes sans doute par référence, contradictoire, au livre d’Étienne Fajon L’union est un combat, publié en 1975 aux Éditions sociales et signe annonciateur de la rupture de 1977. Une conjonction s’opère alors entre des intellectuels communistes en situation de contradiction (multiple) avec la ligne politique, des professeurs de lycée, animateurs ou non de l’Université nouvelle (Gérard Bras, Josette Malon, Michèle Morvan, Pierre et Catherine Thorez), créateurs de la revue culturelle Encrage (Yoland Simon, Philippe Dumont), d’anciens prêtres-ouvriers, adhérant ou non du PCF, et dirigeants de grosses sections syndicales CGT d’entreprise (Albert Perrot et Jean-Marie Huret chez Mazeline-Dresser, Louis Géhin et Claude Noël à l’usine Renault de Sandouville, Marius Bastide chez Caillard, Claude Huret, Jean Cottin) qui se réclament du XLe congrès dit parfois d’aggiornamento de la CGT (novembre 1978), des dirigeants communistes d’associations et d’établissements culturels, Raymond Charpiot, président de l’Association de gestion de la maison de la culture, Alain Van der Malière, directeur adjoint de la MCH, des militants socialistes ex-CERES, ex-PSU, Serge Reneau, Bernard Cassagnabère, Jean Defrêne…, des militants trotskistes de la Ligue communiste révolutionnaire.

  • 41 Mais sont aussi absents les élus socialistes : trop conscients et engagés dans les batailles d’app (...)

37Deux absences sont particulièrement remarquables : celle quasi générale des élus communistes41, conseillers municipaux, adjoints, conseillers généraux, et des responsables communistes de cellules, de sections, de commissions, même dirigées par des instituteurs ou des professeurs, et celle de travailleurs intellectuels salariés ayant été recrutés par des institutions culturelles locales (bibliothèques, musées, muséum, archives, maison de la culture, centres de loisirs et d’échanges culturels).

  • 42 Témoignages de Gérard Bras mais aussi de François Hincker (Le PC au carrefour, op. cit.) et de Mar (...)

38Au-delà des effets de censure, ou d’autocensure, que peut induire une relation de dépendance (relative), il y a sans doute un rapport à établir avec les conditions dans lesquelles s’est opérée la rupture de l’union de la gauche, jamais annoncée à la base, ni acceptée, qui a placé les acteurs anonymes dans une situation de hors-jeu dont ils tirent les conséquences ultimes. D’autre part, le durcissement du langage d’appareil qui parle et pense, depuis le XXIIIe congrès de 1979, en termes de « guerre idéologique », dans une confrontation duale avec un ennemi protéiforme, empêche de penser la conjoncture de crise en termes politiques42.

  • 43 Le Havre libre, 19 et 20 janvier 1980. Un peu plus d’une année après, le collectif se réunit à l’U (...)

39Le mouvement se structure à partir du début de l’année 1980, la création d’un collectif de direction est annoncée dans la seconde quinzaine de janvier43. Au-delà des engagements individuels, la question reste posée du financement, du fonctionnement et des objectifs de la nouvelle structure : est-elle une machine de guerre contre les nouvelles orientations nationales de la direction du PC, selon la formule de Georges Labica « Feu sur le grand quartier général » ? est-elle une opération politique montée au profit du parti socialiste ? ou aux dépens de son candidat à l’élection présidentielle, François Mitterrand ? mais l’extrême gauche n’a-t-elle pas la volonté, toujours agissante, de fédérer intellectuels et ouvriers, voire de refaire mai 1968 ? Les ambiguïtés ne manquent pas dans les quelques mois qui précèdent l’élection présidentielle de 1981.

  • 44 Par exemple devant les grands magasins du Printemps, place Thiers, le samedi 2 février 1980.
  • 45 F. Hincker, Le PC au carrefour, op. cit., p. 77.

40Si en février 1980, 450 signatures, publiées dans la presse locale, sont apposées au bas d’un texte qui appelle à une union des gauches qui serait à l’origine de luttes sociales ayant pour cible les pouvoirs des droites, adversaire principal, 1200 noms avaient été collectés, début 1981, à la veille de la Convention nationale. Des manifestations publiques44 avaient été organisées, mais pas de grève ni de mouvement social, et le projet de comités de base, peut-être la reprise des comités d’union de 1936, qui, selon François Hincker, « gisent comme un remords dans la conscience communiste »45, n’avait pas abouti.

  • 46 Voir l’article sur l’évolution et les contradictions de la classe ouvrière, à partir de l’exemple (...)
  • 47 La tentative, à la suite d’une grève, pour constituer un conseil d’atelier (Le Havre libre, 21 sep (...)
  • 48 Informations et rumeurs circulent, corroborées par François Hincker, membre du comité central, écr (...)

41Union dans les luttes ne résistait pas à l’ouverture de la campagne électorale officielle qui recentrait les enjeux sur des objectifs politiques. Elle ne survivait qu’un temps limité, avec la création (éphémère) d’un journal militant, Franc-tireur46, tirant pour quelques numéros à 400-600 exemplaires, et la tentative, tout aussi avortée, de créer, dans les usines Renault, des conseils d’ateliers47. Il apparaît bien que ce mouvement peut être analysé comme un symptôme et un aveu. Il est d’abord le symptôme de la crise politique du parti communiste, de son fonctionnement non démocratique, dénoncé par l’ensemble des signataires de la pétition. Les adhérents du PC y ajoutent la fin – depuis 1979 – des comptes rendus de discussion, la disparition des assemblées-débats, le refus de publier des textes contradictoires d’analyse des échecs électoraux, et la liquidation en 1980 de France nouvelle et de La Nouvelle Critique. À cela s’ajoute le rejet du double langage, révélé à la base par la publication du livre d’Étienne Fajon L’union est un combat et l’affaire du « rapport secret » de Georges Marchais en 1972, outre la peur qu’il n’y ait une réédition des consignes, données publiquement en 1969, élaborées clandestinement en 1974, qui deviendraient en 1981 un nouveau refus de choisir entre « bonnet blanc » (Valéry Giscard d’Estaing) et « blanc bonnet » (François Mitterrand), sans compter l’appel (interne à l’appareil) au vote « révolutionnaire » (en 1974, au profit de Giscard d’Estaing…)48.

42Mais ce dernier mouvement est aussi l’aveu d’un échec politique : celui de faire fonctionner l’union de la gauche au profit du Parti communiste, celui de mobiliser à la base pour (re)donner au projet socialiste un contenu transformateur, celui de dégager une stratégie démocratique et pacifique qui serait celle d’une transition et pas seulement la participation (très minoritaire) de ministres communistes à un gouvernement à direction socialiste.

Conclusion

43Les relations du PCF et des intellectuels communistes havrais, réduits en nombre par la composition socioprofessionnelle de la ville et l’absence d’établissements universitaires de plein exercice, ont été à l’image de son évolution politique et stratégique. Dans une première période, commençant au début des années soixante, interrompue par le mouvement de mai-juin 1968, reprise avec la signature du programme commun et qui dure jusqu’en 1977-1978, il y a eu passage d’une cellule de professeurs communistes à des cellules d’établissement par section (sans que cela touche les institutions culturelles) et de multiples initiatives à caractère idéologique et culturel. Puis les crises et contradictions se sont enchaînées sur fond de débats de congrès, de rupture de l’union de la gauche, d’échecs électoraux et de succès socialistes, avec comme « surdétermination » les crises accumulées dans l’ancien bloc de l’Est, à commencer par les revers économiques et militaires de l’URSS.

44L’on pourrait ajouter que ce qui a fait la faiblesse politique des intellectuels communistes, quand ils étaient en désaccord avec les modes de fonctionnement ou les orientations de l’appareil dirigeant, ce sont leurs divisions, et pas seulement la multiplicité de leurs références. En effet, une première différenciation n’a cessé d’agir entre les intellectuels dépendants, prolétarisés par la précarité de leur statut, leurs diplômes inégalement valorisés sur le marché du travail et leurs objectifs de carrière, comme les instituteurs, les PEGC, les professeurs auxiliaires, les animateurs socioculturels, et les intellectuels semi-autonomes, avec leur statut d’agrégés, de certifiés, de vacataires et de titulaires de l’enseignement supérieur (écoles de commerce et d’outre-mer, IUT, premier cycle universitaire, directeurs d’équipements culturels).

45Mais là aussi ont joué des contradictions selon que les uns ou les autres se révélaient avoir ou non des ambitions professionnelles (ou politiques) comme des carrières de chercheurs, des projets d’auteur, une volonté d’accéder à des postes de direction ou à responsabilité de services ou de secteurs. Enfin les vieux antagonismes entre scientifiques et littéraires, créateurs et médiateurs, enseignants et animateurs culturels ont sans cesse été réactivés.

46Il était donc caractéristique de leur position que les intellectuels communistes havrais ne fassent jamais nombre, qu’ils ne constituent pas un groupe social, ni même une fraction d’avant-garde des classes moyennes. Il restait des histoires et des trajectoires individuelles, qui pouvaient avoir quelque chose à dire sur les motivations, très contrastées, d’adhésion au parti communiste, depuis la négation de soi, la volonté de « fusion » avec la classe ouvrière, « seule révolutionnaire jusqu’au bout », jusqu’à l’exaltation de soi, pour des objectifs de carrières en tous genres, en passant par tous les degrés de l’engagement éthique, politique et aussi social.

47Si les intellectuels communistes opéraient des choix politiques et idéologiques variés, mais de plus en plus contradictoires avec les orientations de la direction politique nationale, il ne pouvait en résulter que marginalisation et, à terme, ruptures.

La municipalisation du PC ?

Faiblesses militantes et groupe dirigeant

  • 49 60 cellules (28 locales et 32 d’entreprise).
  • 50 Andrew F. Knapp, « Le communisme municipal au Havre de l’ascension aux incertitudes », Études norm (...)

48L’augmentation des effectifs du PC, caractéristique de la période du programme commun, reste, au Havre, un phénomène d’ampleur limitée, 1150 adhérents en 197449 et 1840 en 1981, soit une augmentation de 60 %, mais encore en 197950, 1 adhérent pour 13 électeurs, contre un ratio de 1 pour 8 au niveau national, qui n’inverse pas les difficultés anciennes à l’engagement politique militant.

  • 51 Cellules d’instituteurs : R.-Rolland, F.-Léger (Havre nord-ouest), R.-Desnos (nord-est) ; cellules (...)
  • 52 Il faut ajouter en banlieue les sections d’Harfleur-Montvilliers, Gonfreville-l’Orcher et pour l’e (...)
  • 53 Elles comprennent 4 à 5 cellules en 1975, 15 en 1977, une section a 17 cellules en 1984 (R. Passev (...)

49L’afflux conjoncturel d’intellectuels, travailleurs salariés, explique le développement de 4 cellules (1969) à 8 cellules51 d’établissements d’enseignement (écoles, lycées et collèges, IUT), affiliées à des sections qui restent constituées sur une base territoriale (Havre nord-est : Aplemont-Caucriauville ; Havre nord-ouest : Sanvic-Bléville ; Havre sud-ouest : basse ville et quartiers centraux ; Havre sud-est, zone industrielle portuaire et quartiers sud52). Des cellules d’entreprise, soit la moitié des 1600 membres comptabilisés en 1979, antérieurement regroupées en une section Havre - Commune-de-Paris, ont été rattachées à des sections locales (Havre sud-est et Harfleur-Montivilliers). Seule la nouvelle section Renault53, formée à partir de cellules d’ateliers et de services, est, du fait de son caractère stratégique, directement reliée à la direction fédérale. Autre création, la section Caucriauville, dans la ZUP du même nom, est détachée des quartiers d’Aplemont-Frileuse-Acacias, après le XIXe congrès (février 1970). Un temps animée par Bernard Lelièvre, fils d’une ancienne adjointe communiste, elle doit réintégrer la section Havre nord-est en 1973.

Carte 33 – Les six sections du Havre en 1970

  • 54 Havre sud-est, Havre – Commune-de-Paris, Havre ouest, Havre-Sanvic, Havre nord-est, Havre-Caucriau (...)

50Les 5 sections et le secrétariat du comité de ville, qui, en 1965, étaient dirigés par des adjoints et conseillers municipaux – Louis Lecat, secrétaire, Maurice Schlewitz (Havre-Sanvic), Daniel Colliard (Havre ouest), Rémy Duponchel (Havre - Commune-de-Paris), Gérard Heuzé (Havre sud-est) et Pierre Vautier (Havre nord-est) –, laissent place, en 1970, à une nouvelle organisation en 6 sections54 (ajoutant Caucriauville et Havre sud-est) animées par des non-candidats aux élections municipales de 1971 et un nouveau secrétaire de ville, Gérard Heuzé. Cette restructuration ne dure que jusqu’au XXe congrès, à la fin de 1972, et 1973 marque la disparition de deux sections, Havre – Commune-de-Paris (intégrée à Havre sud-est) et Caucriauville (réintégrant Havre nord-est) sans doute pour des raisons politiques symétriques : les premiers étaient adversaires déclarés et les seconds partisans déterminés de l’engagement du parti communiste dans une stratégie politique contractuelle d’union avec le parti socialiste.

51De 1973 à 1983 restent 4 sections à base territoriale : Havre sud-ouest animée par Roland Ricouard (futur adjoint), puis Gérard Eude (futur conseiller général et maire d’Harfleur), Michel Barrier (futur adjoint et conseiller général), Jean-Pierre Sceaux, professeur ; Havre nord-ouest avec, comme secrétaire, Jean-Bernard Blondel, officier de la marine marchande ; Havre nord-est avec Alain Bouvard puis Roger Gresser ; Havre sud-est regroupant l’ensemble des entreprises d’activités industrielles et portuaires et des quartiers ouvriers, dirigée par Jean-Claude Breteau, Michel Delaunay et Roland Bernard (ouvriers métallos). Ces sections ont leur siège 52, rue Labedoyère depuis 1975, sous l’autorité du secrétaire de ville, Gérard Heuzé, appelé à devenir adjoint aux élections municipales (1983).

52La double structuration de l’organisation communiste, verticale par l’autorité politique exercée par l’appareil permanent, c’est-à-dire le secrétariat fédéral (et de ville) et la direction municipale, horizontale par l’inscription des sections dans la réalité sociologique des quartiers plutôt que dans les lieux de l’exploitation économique, amène à penser que le fonctionnement local du parti communiste traduit deux déterminations principales : la représentation politique, partisane mais aussi électorale, de territoires ouvriers et populaires, la mobilisation et la défense sociales dans des structures syndicales d’entreprise (CGT, SNES et SNESUP), dirigées par des militants et des cadres communistes ou cryptocommunistes.

  • 55 Dans les congrès de l’union locale, la CGT déclare de 1967 à 1973 27 000 adhérents représentés par (...)

53La faiblesse de l’actif politique militant est donc en partie compensée par l’investissement des structures d’encadrement territorial et social, c’est-à-dire qu’aux anciens ouvriers et instituteurs, devenus secrétaires de section locale, élus municipaux et cantonaux, permanents politiques, s’ajoutent des permanents et élus syndicaux55 affiliés ou influencés par le parti communiste.

54Des ouvriers, marins et employés, mais aussi des officiers de la marine marchande sont devenus cadres de l’appareil syndical CGT (Eudier, Batard, Defortescu, anciens ouvriers, sont à la tête de l’UL CGT ; Gruenais, Lagain, Gariod, anciens marins et officiers mécaniciens, Charpiot et Chenu, officiers de pont, sont devenus dirigeants fédéraux et nationaux). Des prêtres-ouvriers sont secrétaires de sections et de syndicats d’entreprise CGT (Albert Perrot ou Jean-Marie Huret aux Forges et chantiers de la Méditerranée, Marius Bastide chez Caillard, Louis Géhin chez Renault). Des professeurs de l’enseignement secondaire sont membres de la direction, locale et académique, du SNES-FEN (Roger Morvan, Patrick Auger, Yoland Simon, Françoise Dumont), ou à la tête de l’organisation régionale du SNETP-CGT (Gérard Mouquet, Claude Malon, Michèle Brier), des professeurs d’IUT et d’UER (Hugues Murray, Alain Portron, Yvon Birster) sont responsables du SNESUP et forment autant de relais institués, non sans résistances, à la pénétration de l’influence du parti communiste jusqu’aux sections de base de leurs organisations.

55Les sections et cellules d’entreprise (la moitié des effectifs et des structures politiques de base) se répartissent en deux ensembles correspondant à deux périodes de formation et à des espaces géographiques et sociaux contrastés. Les plus anciennes organisations « ouvrières » sont implantées dans les usines et les chantiers de la première zone d’industrialisation portuaire, soit dans les quartiers sud et la proche banlieue du Havre. Elles ont des difficultés à exister en dehors des structures syndicales CGT. Dans la filiation du syndicalisme révolutionnaire, le militantisme explicitement politique est transféré dans les quartiers populaires, c’est-à-dire sur les lieux d’habitation situés à proximité des industries traditionnelles (en particulier l’ancienne commune de Graville et le quartier de l’Eure). Cela explique que sans situation de crise politique déclarée les cellules d’entreprise du port aient, à deux reprises, réintégré la section locale Havre sud-est.

  • 56 Voir les journaux de cellules d’entreprise, section Havre Sud-Est (illustration 61).

56Par contre la nouvelle section Renault, créée dans une usine implantée aux limites de l’agglomération urbaine, et les cellules d’établissements d’enseignement, qui se multiplient dans les années soixante-dix, par exemple l’ancienne cellule des professeurs Georges-Politzer divisée en cellule Henri-Wallon (lycée François-1er), cellule Gabriel-Péri (lycée Porte-Océane), cellule Henri-Barbusse (lycée Jules-Siegfried et collèges de la basse ville est), engagent, en marge de structures syndicales animées par des militants communistes, mais sur les lieux de travail, des actions de nature politique, une activité faite de réunions et de débats, de journaux de cellule56, de diffusion des programmes « Changer de cap » puis « Le programme commun », de participation à la fête de L’Humanité à Montgeon.

  • 57 Voir les journaux de cellules d’entreprise, section Havre Ouest, puis sud-ouest (illustration 62).

57L’affectation à une section est autant de nature politique que de situation géographique : les 7 cellules d’enseignants sont réparties entre les 4 sections urbaines et entre instituteurs et professeurs, les 2 cellules des employés municipaux et les 3 cellules des 4 lycées de centre-ville sont intégrées à Havre sud-ouest ou sud-est ; un professeur de mathématiques devient alors le secrétaire de section (Havre sud-ouest), Jean-Pierre Sceaux57.

58C’est qu’aux délimitations traditionnelles (sections, avec un bureau comprenant un secrétaire politique, un secrétaire à l’organisation, un trésorier, un responsable à la vente de L’Huma, et cellules d’entreprise ou de quartier) s’ajoutent de nouvelles divisions politiques, qui démontrent que l’organisation havraise du PC a les plus grandes difficultés à gérer deux évolutions contradictoires. D’une part une fraction de la base ouvrière résiste à la transformation du parti communiste en parti de gouvernement, percevant cette mutation comme contraire à son origine et à ses objectifs révolutionnaires, mais aussi en rupture avec son identité ouvrière. D’autre part, il reste problématique de déterminer la place des classes moyennes dans la structure politique, d’organiser leurs rapports avec une direction « ouvrière », même si elle est plutôt une élite ouvrière à responsabilités multiples (tel le comité de ville).

59Sans doute est-ce pour cette dernière raison, mais aussi du fait de l’ouvriérisme ancien, de règle dans les structures du parti communiste, que les cellules d’établissements d’enseignement sont intégrées à des sections territoriales, sans liaison organique. Qui plus est, ces cellules reproduisent la hiérarchie des statuts, de l’instituteur au professeur d’université, et des niveaux d’enseignement, du primaire au supérieur, alors que les instituteurs (et institutrices) sont plus nombreux que les professeurs dans l’appareil politique dirigeant.

Illustration 61 – Journaux de cellules d’entreprise (Havre sud-est)

Illustration 62 – Journaux de cellules d’entreprise (Havre ouest, puis sud-ouest)

60Par contre les travailleurs de l’action culturelle ne sont pas organisés méthodiquement : les uns, personnels de la maison de la culture, sont affiliés à plusieurs syndicats, dont un fort syndicat CGT d’entreprise, par contre, et en dépit du nombre d’adhérents au PC, il n’existe pas de cellule d’établissement ; les autres salariés travaillant dans les institutions culturelles municipales ou para-municipales (CLEC, muséum, musées, bibliothèques, archives…) sont affectés soit aux cellules de communaux, soit aux cellules de leur quartier de résidence. Ainsi le directeur de la MCH est-il rattaché à une cellule locale, alors que le directeur du muséum est membre d’une des deux cellules dites de la mairie.

  • 58 Voir les journaux de cellules d’entreprise, section Havre – Commune-de-Paris (illustration 63).

61À l’inverse et en rupture avec les normes imposées qui, au parti communiste, tendent à donner la priorité à la constitution de cellules et de sections d’entreprise, en particulier dans les bases ouvrières, les difficultés renouvelées à faire vivre les sections Havre port puis Havre – Commune-de-Paris58 donnent à penser que s’il y a des raisons, conjoncturelles, de contradiction politique avec la ligne de la direction nationale, il y a aussi des raisons structurelles qui tiennent au fait que localement port, usines et chantiers, ouvriers, marins et dockers ne sont jamais parvenus à dépasser l’ancienne structure des métiers et à mobiliser au-delà de la défense de classe, même si celle-ci a revêtu une dimension internationale. Enfin il semble qu’il existe une surdétermination par le découpage en sections territoriales, qui fait qu’en contradiction avec le discours et la ligne politiques les cellules et les sections fonctionnent comme autant de structures d’encadrement de l’électorat communiste et donc interviennent d’abord au profit de l’appareil permanent.

  • 59 Des chiffres sont donnés suite à un conflit déclaré entre communaux et direction municipale en jui (...)

62Ainsi, à la mairie du Havre, premier employeur de la ville, ouvriers, employés et cadres communaux adhèrent massivement59 à des syndicats CGT. Mais il n’existe que deux cellules d’entreprise, Iouri-Gagarine et Paul-Langevin, à faible activité politique (50 membres). Au-delà de la difficulté à gérer la relation aux « patrons/camarades », il existe, dans cette entreprise de services qu’est la mairie, la même tendance que dans le secteur de la production et des transports, à organiser la défense catégorielle des salariés dans le cadre de structures syndicales CGT, à direction communiste, tout en transférant la détermination des objectifs politiques au niveau des élus permanents. Sans doute y a-t-il des effets de censure (d’autocensure ?) pour les salariés d’une municipalité soumise à une réélection, mais il y a là aussi un type d’appartenance (syndicale), doublée d’un vote (communiste), qui perdure jusque dans les nouvelles entreprises d’action culturelle et de services publics.

63Il en résulte que le mode de gestion de l’organisation communiste locale peut être analysé comme la combinatoire d’une pratique du centralisme démocratique, c’est-à-dire l’autorité exercée par les cadres de l’appareil permanent, qu’il soit politique, syndical ou municipal, et d’un faible actif militant (une cinquantaine de cellules) réparti en de multiples formes d’organisation, mais donnant la priorité à l’engagement actif dans la CGT.

Illustration 63 – Journaux de cellules d’entreprise (Havre – Commune-de-Paris)

  • 60 Par exemple au Havre, la CGT reste un syndicat de masse, même si ses effectifs tendent à baisser : (...)

64Sur ces bases, le PC se développe d’abord par la maîtrise des appareils élus (directions municipales et encadrement syndical), ce qui le place non en situation de domination, la base politique reste faible, mais plutôt d’hégémonie, c’est-à-dire de capacité à encadrer, à influencer durablement de larges fractions60 des classes populaires et moyennes, intellectuels travailleurs salariés, cadres, techniciens, comme autant de militants syndicaux et d’électeurs communistes, et d’abord dans les élections à base territoriale (des municipales aux législatives).

Illustration 64 – Journaux de cellules de quartier (Havre-Sanvic, puis nord-ouest)

Crise de l’institution

  • 61 Dans la délégation à la conférence fédérale préparatoire au congrès de Vitry (24-27 octobre 1974), (...)
  • 62 Voir les journaux des cellules de quartier, section Havre-Sanvic puis Havre nord-ouest, et section (...)
  • 63 Au XXIIIe congrès de l’UL, les 9 et 10 février 1980, le secrétariat nouvellement élu comprend 1 fe (...)

65Ce fonctionnement pose à terme une série de problèmes et débouche sur une situation de crise interne et externe. D’une part l’adhésion en nombre de représentants des classes moyennes61, désireux d’engagement politique, mais qui ne disposent que de responsabilités limitées, au comité fédéral et à la direction de deux, voire trois sections de quartier62 et d’entreprises de services (Jean-Pierre Sceaux à la tête de Havre sud-ouest, Roger Gresser secrétaire de Havre nord-est, Bernard Lelièvre dirigeant Havre-Caucriauville, soit deux professeurs et un ingénieur), peut être source de tensions, s’il y a contradiction politique. D’autre part, du fait de ses effectifs limités, le PC semble redoubler, en les aggravant, les faiblesses organisationnelles de la CGT, soit des difficultés à développer un syndicalisme de cadres, ingénieurs et techniciens, à s’implanter dans les PME et les entreprises de services, à promouvoir des non-ouvriers, des femmes63, des travailleurs immigrés, des intellectuels salariés, à des postes de direction. À partir de 1978-1979, du fait de l’inexistence des instances de débats politiques, la crise se noue par la liaison entre des prêtres-ouvriers, secrétaires syndicaux, des cadres CGT non ouvriers, des travailleurs intellectuels et de l’action culturelle.

Illustration 65 – Journaux de cellules de quartier (Havre nord-est et Caucriauville)

66Cette défaillance au niveau de l’encadrement, redoublée par la perte d’adhérents et d’électeurs (à partir des cantonales de 1979), affaiblit le parti communiste, dans son organisation et son fonctionnement, et place la direction municipale en première ligne de « résistance » parce qu’elle reste investie de la principale responsabilité politique.

67Le groupe dirigeant du parti communiste est formé par les permanents, élus municipaux et dirigeants syndicaux CGT, anciens ouvriers, employés et instituteurs, ou professionnels de l’appareil. À partir de 1965, la direction de la municipalité d’union a été constituée par le (s) maire (s) et 6 à 8 adjoints. Ce sont des permanents politiques, (anciens) secrétaires de section (Cance, Duroméa, Colliard, Schlewitz, Ricouard), des conseillers municipaux qui sont aussi des permanents syndicaux CGT (Eudier, Batard, Defortescu) ; les deux secrétaires du comité de ville, Louis Lecat puis Gérard Heuzé, sont devenus l’un adjoint (en 1965 et 1983) et l’autre conseiller général (1973). Ce sont donc des responsables qui alternent et cumulent des fonctions électives et des tâches d’encadrement politique et syndical : députés et sénateurs-maires (Cance, Duroméa, Eberhard, Colliard), adjoints et conseillers généraux (Schlewitz, Rioual, Heuzé, Barrier), conseillers municipaux et cadres CGT. Les sections du Havre sont même amenées à dégager des cadres municipaux pour la banlieue ouvrière d’Harfleur : Albert Duquenoy, ancien secrétaire de Havre port, est élu maire en 1965 et réélu en 1971, Gérard Eude, secrétaire de la section Havre sud-ouest, le remplace en 1977. À l’inverse Jacques Eberhard, ancien secrétaire fédéral, maire de Gonfreville-l’Orcher et conseiller général du canton de Montivilliers, a été candidat à la députation dans la 6e circonscription, de 1958 à 1968, puis élu sénateur communiste, alors que lui succède Daniel Colliard, premier adjoint au maire du Havre, candidat aux législatives à partir de 1973, élu en 1993.

  • 64 Voir la photographie de Roland Leroy (et de Jacques Duclos) par Gilles Caron, dans le chapitre 10.

68Ce croisement de responsabilités ne traduit pas seulement un cumul de mandats (de règle dans le fonctionnement des institutions de la Ve République mais pas dans celui du parti communiste) ou des transferts de compétence et d’autorité d’un appareil à l’autre, il aboutit à un renforcement de l’exécutif municipal, aux dépens de l’encadrement politique non permanent. C’est-à-dire qu’au niveau de l’agglomération, la direction politique générale émane du maire et du premier adjoint, le secrétaire de ville, Gérard Heuzé, lui-même conseiller général, n’exerce qu’un pouvoir « intérieur » à l’organisation sur les sections et les cellules. Par contre, à l’échelon fédéral (et national), la responsabilité et l’autorité politiques sont celles du premier ou ancien secrétaire de la fédération, Roland Leroy64.

69À partir du secrétariat fédéral, occupé en 1948, Roland Leroy est devenu successivement secrétaire du comité central (1960-1961), membre du bureau politique (à partir de 1964-1967), responsable des intellectuels et directeur de L’Humanité (1974), mais il a continué à diriger l’ensemble de l’appareil permanent local, non seulement l’ensemble des élus de l’agglomération du Havre, qui ne dépassent jamais le niveau de responsabilité du bureau fédéral et de la commission centrale de contrôle financier (René Cance y est élu de 1959 à 1964) mais aussi les cadres politiques intermédiaires, le secrétaire du comité de ville étant membre du secrétariat fédéral. Quant au nouveau premier secrétaire promu en 1967-1968, Jean Malvasio, ancien ouvrier du bâtiment, il a joué le rôle d’un secrétaire délégué.

  • 65 Gaston Plissonnier est venu au Havre pour la présentation des candidats aux législatives de 1973 e (...)
  • 66 Il a été relayé par d’autres membres du bureau politique : Jacques Duclos, Guy Hermier, Pierre Juq (...)

70Le contrôle interne des permanents et des élus s’est exercé par l’intermédiaire des secrétaires à l’organisation, Georges Marchais puis Paul Laurent, du secrétaire « administratif », Gaston Plissonnier, du responsable de la section des cadres, Marcel Zaidner65, puis Jean Colpin et Jean Garcia. Il a été redoublé par celui de l’ANECR, association présidée par Marcel Rosette. Quant aux secrétaires généraux du PC, Waldeck Rochet et Georges Marchais, ils ont mesuré leurs interventions publiques, à caractère politique, à l’échelle de la fédération et de la ville : Waldeck Rochet est venu une fois au Havre, en février 1968, prendre la tête d’un défilé de la solidarité appelé « Un bateau pour le Vietnam », organisé par le comité départemental d’action pour le soutien et la victoire du peuple vietnamien. Ce comité avait pour président Roland Leroy et pour vice-président René Cance. Georges Marchais, quant à lui66, a présenté le programme du parti communiste « Changer de cap », en 1971, et Roland Leroy a apposé sa signature sur le programme commun de gouvernement en 1972. Georges Marchais est revenu à Rouen appuyer les candidatures communistes aux élections législatives de 1978, puis au Havre, pour présenter sa candidature à la présidentielle, en octobre 1980, et tenter de mobiliser l’électorat communiste, en avril 1981, enfin soutenir les candidats du PC aux cantonales de 1982.

71De cette hiérarchie interne et de ces rapports de pouvoir témoignent les niveaux d’intervention politique des uns et des autres. Ce sont les élus municipaux, maires et adjoints, qui relaient, dans les bastions communistes, en particulier le 3e canton, les revirements stratégiques de la direction nationale : que ce soit le sens de l’engagement du parti communiste dans l’union de la gauche, dans sa version programmatique (1972) ou ministérielle (1981) ou les explications/justifications à la rupture de l’alliance politique avec le parti socialiste en 1977-1978. De même ce sont eux qui tentent de circonscrire la crise politique, née du développement de l’Union dans les luttes, dans la section d’entreprise de l’usine Renault.

72Les élus municipaux jouent donc le rôle de direction politique, théoriquement dévolue à l’organisation locale du parti. Quant à Roland Leroy, il assiste à toutes les conférences fédérales, et semble partie prenante de toutes les échéances électorales, il participe aussi au choix des candidats, à la composition des listes, à l’animation des campagnes. Il est enfin, dans le cadre de ses responsabilités nationales, un conférencier dédicaçant son livre La culture au présent et une figure de proue de toutes les grandes manifestations publiques, du Bateau pour le Vietnam à la bataille perdue du France.

  • 67 À la conférence fédérale des 19 et 20 octobre 1974, les délégués ouvriers sont 150, les enseignant (...)

73Le groupe dirigeant, auquel on peut ajouter les secrétaires de sections et de ville, est, très majoritairement, d’origine ouvrière ou populaire et masculin. Il laisse place cependant, dans les années soixante-dix, à quelques promotions féminines symboliques, concomitantes à la sélection limitée de représentants des classes moyennes. C’est ainsi que quelques Havraises deviennent individuellement candidates (Monique Murray, Yvette Génestal), élues (Maryvonne Rioual, Mireille Garcia), membres du comité fédéral (Rioual, Maryse Martinez) et même, de 1974 à 1976, membre du bureau fédéral (Geneviève Breteau). Autant dire que l’appareil politique permanent est quelque peu décalé par rapport à l’évolution de la base militante, en voie de déprolétarisation, de rajeunissement et de féminisation67.

Errements stratégiques et permanences identitaires

74Avec l’arrivée au secrétariat général de Waldeck Rochet en 1964, et après la parenthèse de 1968-1971, la direction nationale du parti communiste s’engage dans une politique d’alliances sociales (entre classes populaires et classes moyennes, ouvriers et intellectuels), et politiques, avec le parti socialiste et le Mouvement des radicaux de gauche. Cette stratégie offensive de participation durable à un gouvernement d’union des gauches se double d’un effort de réflexion théorique sur le contenu et les formes de la démocratie et du socialisme, et d’une tentative de rénovation interne.

  • 68 Ou encore pendant la campagne pour les élections cantonales d’octobre 1973, le PC se présente comm (...)

75À l’échelon local, plusieurs faits témoignent de l’application de la ligne générale : d’abord la transformation de la municipalité d’union faisant du nouveau parti socialiste, à partir de 1971, un partenaire privilégié. Puis le texte du programme commun de gouvernement fait l’objet d’une diffusion massive et décentralisée, enfin des débats théoriques et politiques sont organisés par les sections et l’Université nouvelle, avec la participation d’universitaires et d’experts du comité central, animateurs de la revue Économie et politique, spécialistes de politique internationale (Georges Fournial pour l’Amérique latine, Francis Cohen pour l’Union soviétique), responsables des intellectuels (Roland Leroy) ou des enseignants (Pierre Juquin). Dans le même temps, les élus municipaux et les cadres intermédiaires s’engagent dans la défense et illustration de la nouvelle ligne. Ainsi le comité fédéral, réuni à Saint-Étienne-du-Rouvray, sous l’autorité de Roland Leroy, témoigne-t-il de réactions d’« enthousiasme », dans les entreprises et les localités, selon les délégués à la conférence nationale du 9 juillet 1972, à la signature du programme commun de gouvernement, ou encore, à la veille du XXe congrès de Saint-Ouen (13-17 décembre 1972), le député-maire André Duroméa, membre du bureau fédéral, déclare-t-il, devant la cellule Jean-Le-Brozec (quartier de l’Eure), « pourquoi il faut tout faire pour le succès du programme commun »68.

76À partir de l’élection présidentielle de 1974, les débats internes se développent, pendant la préparation du XXIe congrès extraordinaire (24-27 octobre 1974) et plus encore du XXIIe congrès (4-8 février 1976), mais il faut la rupture de l’union des gauches et l’abandon du programme de gouvernement, l’échec aux élections législatives de 1978 et aux cantonales de 1979, pour que les contradictions se transforment en crise ouverte et en situation de ruptures.

Illustration 66 – Organigramme de la section Havre nord-est

  • 69 Du début de l’année 1973 aux élections législatives des 4 et 11 mars : 150 adhésions ; en 1974 à l (...)

77Jusqu’aux municipales de 1977, les permanents politiques avaient plutôt constaté l’augmentation69 et le renouvellement des effectifs (en 1974, la moitié des délégués à la conférence fédérale étaient des adhérents d’après 1968-1969) et les gains électoraux (deux nouveaux conseillers généraux communistes élus dans les 6e et 7e cantons en 1976, la belle victoire de la municipalité d’André Duroméa, en 1977, avec 60,87 % des suffrages exprimés, soit une progression de 1,11 % par rapport à 1971, et le gain des mairies de Gainneville et de Bolbec, aux limites de la région havraise…).

  • 70 Rémy Duponchel était un adversaire de la signature du programme commun de gouvernement et donc de (...)

78Du côté des adhérents par contre, dès la signature du programme commun, et de façon plus affirmée, à partir de 1974, des luttes internes opposent les adversaires et les partisans de l’alliance politique avec le parti socialiste, dans la perspective d’un exercice du pouvoir d’État, et ce jusqu’au niveau des secrétariats de section dirigés par des non-permanents : le cheminot Rémy Duponchel, à la tête de Havre – Commune-de-Paris, et l’ingénieur Bernard Lelièvre, secrétaire de Havre nord-est puis de Caucriauville70. Plus encore, aux controverses théoriques sur la dictature du prolétariat s’ajoutent des oppositions sur le fonctionnement interne du parti communiste, la pratique du centralisme démocratique. Même sans intégrer les interventions « extérieures » de la direction du Parti-État soviétique, le Parti communiste français semble, de la base au sommet, traversé de débats et parcouru de contradictions.

79Aux problèmes anciens de relations avec les partenaires/concurrents socialistes (et les adversaires d’extrême gauche) s’ajoutent des difficultés nouvelles liées à la multiplication de formes associatives modernes : luttes politiques autonomes, mouvements sociaux d’habitants (quartier du Bois-de-Bléville – Henri-Dunant), écologie politique, développement culturel. Par exemple l’association Tourisme et travail, avec sa commission d’action culturelle, est animée par des militants et responsables CGT, et elle est devenue une organisation de masse, 4700 adhésions individuelles en 1974, au lieu de 700 en 1965, 85 adhésions collectives (contre 4), en relation avec 48 comités d’entreprise en 1972, 54 en 1976, 41 en 1980 ; sa fête de Valmont redouble, voire dépasse en succès public la fête de L’Humanité de Montgeon (15 000 participants en 1975).

80Des initiatives sont prises au niveau de la direction de ville, comme du bureau de l’UL CGT. Elles tendent, d’une part, à ouvrir l’accès à un nombre limité de postes de responsabilités à des femmes et à des représentants des classes moyennes. Il y a des créations de commissions spécialisées qui intéressent les jeunes (Lebesne), les femmes (Malon, Dislaire), les enseignants (Vallin) et l’éducation et la culture (Perrot, Huret à la CGT)… mais ces structures en marge semblent cantonnées, dans le parti communiste, à un usage d’expression publique, elles restent dans l’incapacité de se constituer en groupes de réflexion et de débats, ou de s’instituer en coordinations « horizontales », par exemple de l’ensemble des cellules d’enseignants ou de femmes militantes communistes.

  • 71 Entretiens avec Daniel Colliard, dans André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, (...)

81Quant à la municipalité, elle participe d’abord de la construction de l’union des gauches mais elle fonctionne aussi, de l’aveu même de ses gestionnaires les plus lucides, comme une structure « intégrée », de façon limitée et contradictoire mais croissante, comme un rouage de l’appareil d’État71. Ainsi en est-il de la volonté politique, exprimée par la première municipalité Duroméa, de participer à la maîtrise du développement économique régional. Quant à l’acceptation des formes démocratiques d’élection et de représentation, elle trouve sa traduction, à l’échelon national, dans le respect des échéances et du rapport des forces électorales, dans l’acceptation du principe de l’alternance. Mais les oppositions et les confrontations continuent à ne pas être gérées, sur le terrain politique, par la confrontation des idées. La stratégie définie à partir de 1968-1972 n’est pas menée à son terme par la direction nationale.

82Il reste les petites (et grandes) manœuvres bureaucratiques qui tendent à l’emporter sur le débat démocratique, les formes concentrées et autoritaires de direction, l’instrumentalisation des bases, politique et syndicale, au profit de l’appareil : les permanents et les élus. De ces héritages, en passe de devenir des archaïsmes, témoignent les relations avec les organisations et associations affiliées ou influencées par le parti communiste, et d’abord la CGT.

83Si la CGT reste localement un syndicat de masse (de 1 salarié adhérant pour 3 actifs en 1967 à seulement plus d’1 sur 5 en 1980), elle perd des adhérents et des électeurs et des contradictions politiques internes s’expriment dans la préparation du XLe congrès (1978). Par ailleurs les directions communistes de l’UL et l’UD CGT semblent avoir, elles aussi, des difficultés à maîtriser les expressions multiples d’une base éclatée entre l’union locale du Havre et celle de la zone industrielle de Harfleur-Tancarville, et élargie, des comités de travailleurs sans emploi, en nombre croissant, aux enseignants du technique, de la défense des chômeurs et des ouvriers/employés d’entreprises menacées à l’élévation du niveau des besoins et des demandes, émanant de salariés de comités d’entreprise (par exemple chez Renault) ou de travailleurs de l’action culturelle. La confusion des responsabilités syndicales et politiques, la mise de l’organisation syndicale au service d’un parti en perte de vitesse, la crise des rapports du Parti-État polonais et du syndicat Solidarité n’arrangent rien, parce que le déclin de l’une entraîne et accentue les difficultés de l’autre organisation.

  • 72 Cette organisation, après avoir augmenté ses effectifs avec la création des cercles lycéens et étu (...)

84Les anciennes associations spécialisées, les Jeunesses communistes72, l’Union des femmes françaises et l’Union des vieux de France, le Secours populaire et le Mouvement de la paix sont caractérisées par le vieillissement de leur encadrement, la baisse des recrutements et les difficultés à renouveler leur langage et leurs pratiques militantes. Il en résulte une faible activité politique, mais un fonctionnement qui fait de leurs responsables les plus jeunes de futurs cadres de l’appareil (Lelièvre, Ricouard, Lebesne pour les JC, Lousse pour le Mouvement de la paix).

  • 73 Des spectacles sous chapiteaux rassemblent 4000 personnes.
  • 74 Des paquebots et des cargos, pétroliers : Maurice Thorez ou Jacques Duclos, le navireécole Dzerjin (...)
  • 75 Ce mouvement avait déjà protesté contre la réception officielle (par R. Cance et A. Duroméa, à l’h (...)
  • 76 En fait, plus de 7000 personnes, réparties en deux soirées, les 9 et 10 mars, en présence de la mu (...)

85Par contre l’association France-URSS, sous la direction de ses présidents successifs (Cousin puis Giustiniani) et de ses secrétaires généraux (Brier puis Pierre Thorez), augmente le nombre de ses adhérents (500 personnes déclarées en 1975) et multiplie ses formes d’intervention avec un grand succès public73 : expositions-ventes d’objets artisanaux et de biens culturels, cours et conférences, concerts et cinéma, chants et danses, organisation de voyages et de croisières, accueil de touristes, délégations, personnalités officielles, équipages74, techniciens, étudiants, dockers soviétiques… C’est dire que localement France-URSS (dont un des présidents d’honneur est Daniel Colliard, premier adjoint au maire), coprésidée nationalement par Roland Leroy, ne cesse de donner de l’Union soviétique une image positive. Très minoritairement contestée publiquement, par l’action violente d’un mouvement d’étudiants juifs75 contre ses locaux (pendant une visite officielle de Brejnev, le 11 novembre 1971), l’association France-URSS semble participer de ce double attachement qui fait que 4000 personnes, assistant à une représentation donnée par les Chœurs de l’Armée rouge, le 9 mars 1972, peuvent entonner, debout, La Marseillaise, l’hymne soviétique et Le Chant du départ76. La détérioration de l’image publique de l’URSS, postérieure à la traduction des ouvrages de Soljenitsyne, n’affecte que des cercles restreints, de même que la diffusion des livres de Jean Elleinstein. Les seules interrogations, exprimées publiquement par des représentants autorisés du PC, émanent d’experts du comité central : Alexandre Adler, Francis Cohen… dans leur ouvrage L’URSS et nous publié en 1978. La condamnation des procès politiques et/ou des internements psychiatriques (1975-1976) n’est qu’une initiative de sommet, dont les adhérents sont informés par la lecture de la presse communiste, mais sans faire l’objet d’une reprise politique, au sein de l’organisation (sauf quelques initiatives isolées). Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que toute référence négative à l’URSS puisse être abandonnée en 1979, à partir de l’intervention militaire soviétique en Afghanistan.

  • 77 Voir ses entretiens avec Philippe Lefait dans Quatre ministres et puis s’en vont, Paris, Éditions (...)

86La rupture de l’alliance politique, en 1977, qu’elles qu’en aient été les responsabilités (ce sont d’abord celles de la direction nationale du parti communiste d’après Charles Fiterman77), peut être interprétée de multiples façons : entre autres comme une tentative (désespérée ?) d’une fraction de l’appareil permanent de retrouver une identité (perdue ?) de parti ouvrier, communiste, révolutionnaire. Mais le désengagement brutal du parti communiste ne fut pas compris de l’opinion publique et d’abord d’une fraction (majoritaire) de ses adhérents et de ses électeurs. C’est ainsi que les pertes électorales, repérables dès les législatives de 1975 et de 1978, devenaient des échecs aux élections présidentielle et législatives de 1981 (dans la 6e circonscription gagnée par le parti socialiste) et cantonales de 1982 (avec la perte de deux sièges de conseillers généraux communistes sortants et le gain, par le PS, du 8e canton). Restaient encore un député communiste, quatre conseillers généraux et une municipalité du Havre, réélue en 1983 (mais avec un pourcentage de suffrages exprimés inférieur de 7,46 % aux résultats de 1977). Les baisses enregistrées au niveau électoral se doublaient de pertes d’adhérents et aboutissaient, fin 1987, à la disparition de 3 sections sur 4. De formation politique offensive, le parti communiste en était réduit à un repli stratégique sur ses bastions.

  • 78 À la rentrée de 1980, 14 050 demandeurs d’emploi.

87Sur fond de crise sociale78 et urbaine, affectant une « classe ouvrière en détresse », alors que le coup d’État militaire en Pologne et la participation de l’Armée rouge à la guerre d’Afghanistan détérioraient l’image du modèle soviétique, les contradictions internes accumulées depuis le XXIIe congrès devenaient une crise politique déclarée. D’abord l’abandon précipité du concept de dictature du prolétariat, loin d’être analysé, y compris par les intellectuels, comme le signe d’un changement politique majeur, était plutôt interprété comme une déclaration unilatérale du secrétaire général visant à masquer le retour à des modes autoritaires de fonctionnement interne. De même le pseudo-débat sur la crise « morale », s’il reflétait des préoccupations réelles, traditionnelles dans une fraction du monde ouvrier, était plus encore en porte-à-faux avec l’évolution des mentalités et des comportements, et le libéralisme dominant dans l’électorat communiste.

  • 79 Par exemple, le 22 janvier 1977, dans le quartier de l’Eure, le PC réunit 4 cellules locales et la (...)

88La campagne sur la pauvreté, appelée à déboucher, en 1977, sur la rédaction des « Cahiers de la misère et de l’espoir », s’apparentait à un retour du refoulé, les thèses sur la paupérisation. Concrètement, elle ne débouchait que sur un simulacre de mobilisation, orchestrée essentiellement par les élus79. C’est que la volonté de s’adresser prioritairement aux pauvres était quelque peu en retrait sur toutes les formes de luttes, en particulier syndicales, contre l’exploitation. D’autre part elle sous-estimait le fait que la base « ouvrière » communiste était davantage composée d’OP et d’employés que d’OS, de manœuvres et de chômeurs. Enfin il y avait un paradoxe, pour le parti communiste, à vouloir traduire politiquement les revendications de catégories marginalisées, par exemple les ouvriers immigrés, sans dans le même temps demander pour les étrangers l’inscription sur les registres électoraux et l’exercice du droit de vote aux élections locales.

89Du point de vue de la tactique, il y avait une contradiction entre appeler publiquement les électeurs communistes à voter pour le ou les candidats socialistes (et à reconduire, d’élection en élection, le désistement communiste), alors que la direction du PS était accusée, depuis 1978, d’avoir « viré à droite » et d’être prête à changer d’alliés. Paradoxal était aussi le fait de demander la participation (ultra-minoritaire) de ministres communistes à un gouvernement à direction socialiste, après l’abandon du programme commun de gouvernement, sans même avoir négocié un contrat de législature. C’est que l’absence de continuité dans l’orientation stratégique, l’intervention au coup par coup, débouchait sur le mélange détonant de comportements défensifs, à l’occasion violents, dans l’action politique et syndicale et de volonté offensive de participation à l’exercice du pouvoir d’État.

  • 80 Voir Ph. Lefait, Quatre ministres…, op. cit.
  • 81 En 1982, 160 salariés sont recrutés, en 1983, 170. Sur la gestion du personnel, 4000 à 5000 person (...)

90Il y allait de l’intelligence politique et de la capacité personnelle des quatre ministres communistes80, relayés par les directions municipales, de tirer profit de la volonté de réformes des deuxième et troisième gouvernements Mauroy. Alors que trois des ministres communistes venaient au Havre (Charles Fiterman le 22 février 1982 et le 27 janvier 1984, Jack Ralite, le 16 septembre 1982 et, pour l’inauguration de l’Espace Oscar-Niemeyer, le 18 novembre 1982, et Marcel Rigout, le 19 mars 1984), dans l’exercice de leurs responsabilités à la direction des Transports, de la Santé ou de la Formation professionnelle, la direction municipale développait les contrats emploi-solidarité, diminuait le temps de travail des salariés municipaux, embauchait81. Parallèlement elle obtenait des crédits d’équipement et de fonctionnement, pour le futur hôpital général Jacques-Monod, l’extension des activités de la maison de la culture du Havre ou la création d’un centre Multivrac dans la zone industrielle portuaire, après le dock flottant censé développer la réparation navale.

91Si le bilan des gouvernements Mauroy était déclaré, jusqu’au tournant de la rigueur, « globalement positif », si la municipalité Duroméa était réélue, le 6 mars 1983, avec 53,41 % des suffrages exprimés (face à deux listes de droite), il apparaissait bien que la direction nationale du PC, faute de stratégie et de continuité de son discours politique, confrontée à une série de crises, ne maîtrisait plus ni son électorat ni une fraction de sa base et de son appareil. La sanction politique, repérable jusque dans les élections à base territoriale, visait essentiellement des candidats communistes devenus comptables du « déficit démocratique » de leur organisation. Un déficit en partie double, à la fois interne, touchant à son mode de fonctionnement, et externe, par le doute exprimé quant à son ralliement à la démocratie politique.

92C’est dans le contexte de ces années de crise et de déclin que disparaissait une première génération de dirigeants historiques, de vétérans de l’appareil permanent : Célestin Dubois, Pierre Naze, Albert Duquenoy, et le 30 juillet 1982, René Cance. Certes ces hommes, que Roland Leroy disait, à l’inauguration du nouveau siège (1974), avoir représenté par excellence « la génération qui a connu le travail, la souffrance et la lutte », avaient des successeurs à la tête de la fédération (Roland Leroy) et de la municipalité (André Duroméa), derniers résistants et hommes de masse autant que d’appareil.

93Dans la débâcle électorale qui se précisait, alors que aux élections européennes de 1984, le PC perdait 12,77 % des suffrages exprimés (près d’un tiers de voix en moins par rapport à 1979) et, aux législatives de 1986, le siège de député du Havre occupé par André Duroméa (deuxième de liste derrière Roland Leroy, seul élu de Seine-Maritime), l’appareil municipal permanent résistait : André Duroméa était de nouveau élu député aux élections législatives de 1988, la municipalité était réélue en 1989, de même que les adjoints conseillers généraux Maryvonne Rioual, Gérard Heuzé, Michel Barrier. L’on ne pouvait cependant, comme les adhérents et les militants, que constater la ruine progressive de leurs espérances. Le PC s’était-il municipalisé ?

Ni révolutionnaires ni technocrates : gestionnaires politiques ?

94En l’espace de trois municipalités, de 1965 à 1983, la direction communiste de la mairie du Havre est passée de la priorité donnée à des équipements collectifs, implantés dans des quartiers neufs, à la gestion d’un ensemble urbain complexe, soit une agglomération à vocation métropolitaine, dans une zone industrialo-portuaire caractéristique d’une économie ouverte. À ce titre, il y a eu une double (r)évolution : d’une part une mise en phase progressive de la gestion municipale avec la volonté politique, affichée par la direction nationale du parti communiste, de participer à un gouvernement à direction socialiste ; mais la crise de l’union de la gauche, ajoutée à la crise économique et sociale et à la crise urbaine, a produit une série d’effets contradictoires avec les nouvelles orientations politiques : les premiers grands ensembles périphériques, mais aussi les vieux faubourgs ouvriers, sans compter le centre ancien, ont été le théâtre d’une dégradation continue du bâti et l’objet des premiers actes de délinquance sociale, ainsi des écoles publiques saccagées dans le quartier des Acacias ou des premières formes de criminalité de crise (les meurtres en série du jeune Stéphane Delabrière dans le quartier du bas Graville).

95Parallèlement, dans le temps même où le PC développait une offensive politique qui visait à gagner des sièges et des pouvoirs, à l’échelle de l’agglomération, en utilisant l’ensemble des ressources liées à l’exercice de ses mandats municipaux, il était confronté à des luttes sociales qui, même dirigées par la CGT, avaient un caractère de plus en plus défensif, visant à la préservation de l’emploi, de la sécurité sociale, de l’outil de travail (la grande grève de chez Mazeline Dresser, la bataille perdue du France). La direction communiste était enfin contrainte de négocier et de trouver des accommodements politiques avantageux non seulement avec ses adversaires, mais aussi ses partenaires et concurrents, alors que sa base ouvrière était confrontée, dans ses conditions de vie, à des difficultés multiples et croissantes (emploi, logement, protection sociale…).

96L’évolution de l’équipe dirigeante municipale était celle d’un groupe qui, dans un premier temps, trouvait les ressources locales d’un compromis historique avec une fraction du patronat (CCI-PAH), en matière d’urbanisme, d’aménagement du territoire et même de stratégie de développement économique : c’est-à-dire la volonté commune ( ?) d’équiper Le Havre en superstructures administratives et financières, d’aider à la création d’emplois, en compensant les pertes dues aux difficultés des grandes entreprises, de démocratiser l’accès à la culture et de développer l’enseignement technologique et professionnel.

97Il en résultait comme une division des tâches, entre l’appareil économique et l’appareil politique, ce dernier donnant la priorité aux logements sociaux et collectifs, aux équipements à caractère sanitaire et social ou éducatifs et culturels, aux transports publics et privés (avec la multiplication des voies rapides et des autoroutes urbaines).

98Ce compromis n’était pas tant de nature idéologique que politique, ainsi que le constatait le député RPR Antoine Rufenacht, il se doublait d’un partenariat de longue durée avec le parti socialiste, même quand les rapports de force, internes à l’union de la gauche, évoluaient en faveur du PS, c’est-à-dire à partir de 1979 et plus encore de 1981-1982.

99Ce qui faisait l’alliance politique avec les socialistes était ce que Andrew F. Knapp a justement appelé un « consensus tribunitien », constitué dans la phase de conquête du pouvoir d’État, c’est-à-dire dans la lutte contre un adversaire politique déclaré, la coalition des droites, l’alliance RPR-UDF, les gouvernements successifs et leurs représentants locaux, le préfet de région et le sous-préfet. De même c’est en défendant les intérêts de la ville et de l’agglomération, face à des choix « extérieurs » (sociétés multinationales françaises et étrangères), que le PC pouvait faire quasi cause commune avec une fraction du patronat local, d’autant qu’une des fonctions classiques du parti communiste, organe de défense de la classe ouvrière et de ses alliés, la direction des luttes sociales, était exercée principalement par la CGT.

100Ce double compromis, imposé par le parti communiste à ses partenaires et concurrents, comme à ses adversaires, menaçait de se défaire du fait de l’accumulation des contradictions : la direction municipale devait gagner de nouvelles couches sociales, condition de nouvelles victoires politiques, dans le même temps où une fraction croissante de ses électeurs et de ses militants tendait à lui faire défaut. Cela augmentait la difficulté à « verrouiller » des secteurs aussi sensibles que la culture ou les loisirs, l’éducation ou l’information.

101D’autre part la conjoncture de crise amenait le patronat et une fraction de l’électorat des classes moyennes à réinvestir dans les partis de droite, alors qu’une fraction des classes populaires n’acceptait pas l’évolution politique du PC et sa transformation en parti de gestion et de gouvernement.

102En fin de compte, c’est toute la stratégie politique du PC qui entrait en crise, d’abord par la difficulté à s’avouer à lui-même la rupture identitaire avec le parti communiste d’Union soviétique et le ralliement à des objectifs pacifiques, démocratiques et gestionnaires, obtenus par la voie de succès électoraux.

  • 82 A. F. Knapp, « Le communisme municipal au Havre… », art. cité, p. 61-79.

103De plus la peur de perdre ses références historiques se doublait d’une incapacité à exister durablement sur le mode du « parti tribunitien », exerçant une fonction protestataire. Enfin, à partir de 1983, le modèle ancien de direction municipale sur la base d’une équipe homogène, sans opposition déclarée, cessait d’avoir cours, non seulement à cause du changement de loi électorale, mais plus encore à cause des effets de la loi de décentralisation, qui, parce qu’elle impliquait davantage les directions municipales dans les choix gouvernementaux, les contraignait à en gérer les retombées sociales et budgétaires négatives. Si les conséquences politiques de l’alternance de 1981 pouvaient, dans un premier temps, se révéler positives : des efforts renouvelés pour l’éducation et l’emploi, une augmentation des budgets de la culture, un développement des droits et libertés syndicales, il apparaissait vite que ces orientations étaient davantage portées au crédit du parti socialiste qu’à celui du parti communiste. Et comme, dans un second temps, le tournant de la rigueur augmentait le mécontentement social, le politologue Andrew F. Knapp pouvait constater que s’amorçait la transition de la « phase ascendante »82 au « temps des incertitudes » qui pouvait conduire à l’échec, aux municipales de 1989 ou de 1995…

Héritages culturels, mémoire historique

Le temps long des cultures

  • 83 Voir Michel Verret, « Mémoire ouvrière, mémoire communiste », Revue française de science politique(...)

104Trois références culturelles constituent l’héritage, et autant de mémoires, des communistes havrais83. Ce sont les cultures du mouvement ouvrier, c’est-à-dire de la CGT, les cultures de Front populaire, telles qu’elles s’élaborent sur fond de stratégie d’union et de main tendue aux intellectuels, écrivains et artistes, à partir de 1934, et les cultures institutionnalisées, en relations contradictoires avec le pouvoir d’État, après la création du ministère des Affaires culturelles en 1959. Si ces trois formes semblent se développer dans des temps successifs, elles peuvent aussi relever d’expressions simultanées.

  • 84 Voir Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, « Sociabilités et cultu (...)
  • 85 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

105Les cultures du mouvement ouvrier ne peuvent pas être confondues avec les cultures ouvrières, dans la mesure où ces dernières correspondent à des pratiques spontanées, sans apprentissage ou à faible apprentissage, et sont des réappropriations individuelles liées à des économies de pénurie, à un vécu d’exclusion, à un désir d’intégration84 : elles correspondent à ce qu’Olivier Schwartz a appelé « le monde privé des ouvriers »85.

  • 86 Voir Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-19 (...)

106Les cultures de Front populaire sont de nature plus politique, elles correspondent à des périodes de réappropriation, par les communistes, de l’héritage culturel national, y compris sous ses formes élitaires, dans un effort de popularisation/démocratisation. Prises en charge par des politiques publiques, elles sont aussi le fait d’associations culturelles86.

  • 87 Voir Robert Abirached, Le théâtre et le prince (1981-1991), Paris, Plon, 1992.

107Les cultures institutionnalisées sont à mettre en relation avec une double conjoncture, politique et idéologique, celle de l’arrivée « aux affaires » d’André Malraux, le recréateur des maisons de la culture, disposant de nouveaux moyens, et celle du programme de gouvernement commun aux communistes, socialistes et radicaux, articulé sur des municipalités d’union, soit un ensemble d’objectifs, de structures et de budgets à caractère culturel. Cette période est marquée par des ruptures, celle de 1968 – tentative de « révolution artistique » ? –, celle de 1978-1979, entre la direction du parti communiste et les intellectuels « autonomes », voire une majorité d’agents « culturels », celle de 1984 avec le tournant de la rigueur budgétaire87.

Les cultures du mouvement ouvrier

  • 88 C’est-à-dire les secrétaires de section, ouvriers de la métallurgie, des transports, dockers et ma (...)
  • 89 L’Aurore sociale a été créée en 1903 par la Bourse du travail / Maison du peuple. Elle est formée (...)
  • 90 La thématique antimilitariste peut, par exemple, être repérée dans sa continuité de À Biribi, pièc (...)
  • 91 Les clubs FST cités par Jean Legoy, d’après le rapport du commissaire central datant de 1930, peuv (...)
  • 92 Les associations privées sont dites par Le Prolétaire normand, publié jusqu’en 1937, « patronales, (...)
  • 93 Voir John Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, Paris, Seuil, 1994, (...)
  • 94 Le Prolétaire normand, édition du Havre, 1930-1933.
  • 95 Cf. le groupe espérantiste ouvrier (1935-1936).

108Ce sont celles de la CGT, dans la version du syndicalisme révolutionnaire, dominant jusqu’à la guerre de 1914, puis dans la tendance unitaire, majoritairement communiste, jusqu’à la réunification de 1936, et enfin dans les relations privilégiées entretenues par la direction de l’UL CGT, les élus ouvriers des comités d’entreprise et les responsables locaux du parti communiste88. Elles s’articulent sur des lieux symboliques : la Maison du peuple, la Bourse du travail (Franklin), le bois des Hallates devenu forêt (aménagée) de Montgeon, et sur des quartiers ouvriers et marins, anciens faubourgs, anciennes banlieues populaires (Le Perrey-Ingouville, Graville, l’Eure, les Neiges, Soquence, Aplemont). Elles sont porteuses d’identité et de valeurs : l’autonomie ouvrière comme expression irréductible de la culture des ouvriers de métier, la solidarité de classe comme moyen de défense et la grève comme entraînement à la rupture avec toutes les formes de société bourgeoise, l’éducation pour « donner aux ouvriers la science de leur malheur » et servir à leur émancipation collective. Des troupes de théâtre, l’Aurore sociale attachée à la Bourse du travail89, puis le GAO, Groupe artistique ouvrier créé en 1930, animent des fêtes « champêtres et prolétariennes » (ULU et PCF), développent, sur le mode de la récitation orale, des pièces de militants, des chœurs parlés et chantés, toute une thématique antimilitariste90, autonomiste (bretonne), socialiste révolutionnaire (Le Réveil des parias), de tendance anarchiste puis communiste. Des organisations sportives à caractère ouvrier (la Fédération sportive du travail a 1 club en 1919, le Travail Sporting Club, 8 en 1929 constituant le Comité maritime de Normandie dirigé par deux communistes : le secrétaire Maurice Guillemâtre et le trésorier Jean Levieux91) s’opposent à des associations privées92, c’est-à-dire au sport corporatif, et à des entreprises commerciales. Il y a là tous les éléments d’une contre-culture, comme expression d’une contre-société, structurée à partir d’anciens faubourgs ou de nouvelles banlieues ouvrières93, avec sa ou ses cellules (ex-rayon), son club sportif et ses fêtes, ses Amis de l’URSS ou de l’Espagne républicaine, ses comités de défense ouvrière puis antifasciste… Tout y est pensé dans une logique d’affrontement et de dépassement, à caractère révolutionnaire, sur le modèle soviétique. De façon caractéristique, dans le journal de la section (rayon) communiste locale, appelé le Prolétaire94, la langue de référence n’est pas le français « correct », mais une langue populaire, non châtiée, intégrant le vocabulaire des métiers (par exemple celui des dockers) et des expressions argotiques. Au-delà sont encouragées toutes les tentatives d’élaboration d’une langue universelle95 par les Amis de la langue internationale et de la fraternisation des ouvriers.

  • 96 Selon le titre de la pièce écrite par Henri Gautier, dirigeant de l’ULU (CGTU) et du rayon communi (...)
  • 97 Elle est évoquée dans la pièce d’Armand Salacrou Boulevard Durand, créée au Havre, en 1961, jouée (...)
  • 98 Les chœurs parlés (et chantés) sont analysés par P. Ory, La belle illusion, op. cit., dans le chap (...)
  • 99 Datant de 1949, ce film est de Marcello Pagliero qui a été rédacteur de scénario et acteur, avant (...)
  • 100 Georges Sadoul, dans son Histoire du cinéma mondial, Paris, Flammarion, 1985, écrit : « Marcel Pag (...)
  • 101 Cette image, très caractéristique du stalinisme à la française, de l’ouvrier positif, professionne (...)
  • 102 Faisant suite au Petit Train de Monsieur Kamodé (grand jeu sur le Kapitalisme monopoliste d’État),(...)

109Cette culture exalte toutes les productions ouvrières, liées au métier et à la grève, elle est toujours en rapport avec « la lutte »96 offensive/défensive, collective ; ses héros sont aussi ses martyrs et très symbolique est la figure de Jules Durand97, ou le chœur parlé Pour Thälmann98 après l’emprisonnement de ce dernier en 1933-1934. Cette culture fait périodiquement retour dans les périodes où le PC, entraînant la CGT, est en position de repli, dans ses bastions prolétariens, engagé dans une tactique « classe contre classe », par exemple de 1939 à 1941, et plus encore pendant la période de guerre froide. Très caractéristique est alors la dénonciation d’un film comme Un homme marche dans la ville99, production néoréaliste d’un cinéaste d’origine italienne, qui est censurée par la section communiste et la direction de l’UL CGT comme abîmant l’image de l’ouvrier100, « homme de fer », détourné de son combat par des histoires d’amour et de mort101. Enfin, dernier avatar, dans la période postérieure à 1968, la création d’Emballage d’André Benedetto102 n’est-elle pas l’ultime effort pour traduire en pièce de théâtre et représenter sur scène Le Capital ? Dans tous les cas, il y aura eu dénégation du sujet/auteur, refus de l’opacité et des contradictions du réel historique concret, non-prise en compte de la multiplicité des attentes sociales, culturelles et politiques…

Cultures de Front populaire

  • 103 Le « grand tournant » a été étudié par Stéphane Courtois et Marc Lazar dans Histoire du PCF, Paris (...)
  • 104 L’antifascisme comme « idéologie-relais du communisme et comme ciment de l’unité retrouvée de la g (...)
  • 105 Voir La politique culturelle du Front populaire français (1935-1938), doctorat d’État de Pascal Or (...)
  • 106 La FST (Fédération sportive du travail, organisation communiste) et l’USSGT (Union des sociétés sp (...)
  • 107 Auguste Delaune, ouvrier né à Graville, communiste, adhérent de la FST, est élu secrétaire général (...)
  • 108 Contre-manifestation aux Jeux olympiques organisés à Berlin par le gouvernement nazi, ils ne puren (...)
  • 109 Une agence de la section départementale fut ouverte, au cercle Franklin, en juillet 1938. Dans un (...)
  • 110 Ce projet de « tourisme populaire » et éducatif sera repris ultérieurement par les foyers de jeune (...)

1101934-1936 sont les années à partir desquelles les communistes, partie prenante dans la réunification syndicale et engagés dans la stratégie de Front populaire103, entreprennent de donner à leur action culturelle une triple dimension populaire, nationale et antifasciste104. Relayant les initiatives démocratiques des gouvernements de Front populaire105, la nouvelle direction de la section communiste locale soutient la transformation de la FST en FSGT106, ayant à sa tête un ancien Havrais, le communiste Auguste Delaune, élu secrétaire général et membre du Conseil supérieur de l’éducation physique et des sports107, et la participation d’athlètes havrais (dont le futur adjoint aux Sports de la première municipalité Cance, André Saussaye) aux Jeux populaires de Barcelone, organisés du 22 au 26 juillet 1936, par la municipalité, la Généralité et le gouvernement de la République espagnole108. De même une association de tourisme populaire, nommée Tourisme-vacances pour tous, fut instituée, fin 1937, sous le patronage de la CGT réunifiée. Initiative décentralisée109, elle avait l’objectif déclaré de dépasser les anciens clivages entre travailleurs manuels et intellectuels, ville et campagne110.

  • 111 Ces initiatives cégétistes décrites par Jean Legoy, à partir de l’étude des archives de l’UL CGT ( (...)
  • 112 Avec des achats de « littérature sociale » (J. London, E. Dabit, U. Sinclair), une des trois référ (...)
  • 113 Conférences données le 18 novembre 1937 et le 25 novembre 1938 (par G. Lefranc).
  • 114 L’éducation des cadres et militants syndicaux fut reprise, en 1956, par des écoles du syndicat et, (...)
  • 115 Ce film devait être financé, par souscription publique, au terme de « soirées de propagande » comm (...)
  • 116 En dépit de la proposition de René Cance, instituteur, secrétaire de la section communiste, consei (...)

111Enfin une structure d’éducation syndicale appelée Institut ouvrier fut créée, au quatrième trimestre de l’année 1936, avec des cours d’économie nationale et de droit usuel, puis, à partir de la rentrée de 1937, et en relation avec le CCEO (Centre confédéral d’éducation ouvrière, animé par Georges Lefranc), fut organisé un collège du travail avec cours de français, d’économie générale et de droit ouvrier111. L’ouverture d’une bibliothèque de lecture112 et de documentation et l’organisation de conférences publiques, dites de culture générale sur « la culture chez l’ouvrier » ou « l’histoire du mouvement syndical »113, donnent à cette structure syndicale le caractère d’une organisation culturelle et sociale. Limitée à la période d’avant-guerre, elle n’eut qu’un faible impact, du fait des résistances ouvrières à l’égard des activités et des professions intellectuelles114. Aucune initiative ne fut prise par la direction de l’UL CGT, composée d’ex-confédérés (de tendance socialiste) et d’ex-autonomes (anarcho-syndicalistes), pour participer, au moins financièrement, au tournage du film de Jean Renoir La Marseillaise115 ou pour commémorer, en 1939, le 150e anniversaire de la Révolution française116. C’est donc du côté du PCF que s’est opérée une « révolution culturelle » liée au renversement stratégique des années 1934-1936.

  • 117 B. Pudal, Prendre parti, op. cit.
  • 118 Le Prolétaire normand, édition du Havre devient L’Avenir du Havre, coexistant avec L’Avenir norman (...)
  • 119 René Cance est élu conseiller général et Jules Le Troadec, conseiller d’arrondissement, aux canton (...)

112Le retournement des alliances amène le PCF à des changements radicaux, dans l’ordre du discours et des pratiques. Les nouveaux dirigeants, appelés par Bernard Pudal « cadres thoréziens »117, sont des ouvriers autodidactes, des instituteurs d’origine populaire faisant cause commune avec des intellectuels radicalisés. Le journal de la section communiste du Havre change alors son titre de Prolétaire contre celui, plus ouvert, d’Avenir118. Écrit dans un français maîtrisé, soit la langue nationale « consensuelle », il publie des articles variés, y compris une chronique en cauchois et des contes de Guy de Maupassant. L’inscription du PCF dans un territoire urbain, celui de deux cantons (3e et 4e) dans lequel il obtient ses deux premiers succès électoraux119, et dans un terroir normand avec des références au dialecte, à une société rurale et à des textes littéraires très inscrits dans la culture régionale, peut être mise en parallèle avec la critique élogieuse du film de Marcel Pagnol Angèle (1934), valorisé pour l’authenticité des paysages et de l’accent.

  • 120 Les photographies publiées par Jean Legoy (Cultures havraises, op. cit., p. 323) révèlent un contr (...)

113Il n’est pas jusqu’aux fêtes prolétariennes de l’ULU et du PCF-SFIC qui ne se transforment en fêtes ouvrières antifascistes puis en fêtes populaires, avec costumes régionaux120.

  • 121 J. London, E. Dabit sont mis en images par M. Carné, U. Sinclair, J. Steinbeck…

114La classe ouvrière et ses alliés, ceux que l’on pourrait nommer le « tiers exclu », sont alors appelés à se réapproprier l’héritage culturel national, dont ils ont été privés, mais sur un mode critique et sélectif. Les cultures et les œuvres de référence restent celles des Lumières, de la Révolution française, de la République démocratique et laïque jusqu’à l’affaire Dreyfus et l’assassinat de Jaurès, le naturalisme littéraire (Zola) puis cinématographique (Toni de Jean Renoir), le roman de critique sociale121, le réalisme poétique ; les films de Pagnol et de Renoir sont magnifiés comme autant d’images de gens du peuple intégrés à des collectivités, communautés villageoises et de quartier ou révolutionnaires (tels les fédérés du film La Marseillaise). À l’inverse les créations cinématographiques de Julien Duvivier sont critiquées, par exemple La Bandera ou La Belle Équipe, comme tentant d’établir la fiction d’un mode de résolution individuelle des problèmes sociaux ou démontrant l’échec des solutions collectives, par l’intervention d’affects personnels (la coopérative créée par trois copains chômeurs est mise en péril du fait d’une histoire de femme, séparant Jean Gabin et Charles Vanel).

  • 122 La bibliothèque des FCM (construction navale) a 1500 volumes et 200 lecteurs en 1951, Tourisme et (...)
  • 123 Par exemple, les manifestations et spectacles organisés pour le 1er Mai ou l’exposition des artist (...)

115Héritiers principaux de la culture de Front populaire, réactivée pendant la lutte armée, les communistes en deviennent les premiers gestionnaires, à la Libération et sous la IVe République, sous deux formes principales. D’abord celle des comités d’entreprise, créés en 1946, avec leurs représentants du personnel, élus CGT, disposant d’un budget pour la culture (bibliothèques d’entreprise), les loisirs (Tourisme et travail) et les sports (HOT)122, soit des équipements (par exemple la salle Navalis construite de 1947 à 1949 par le groupe Variété, musique et sports des FCM), des personnels spécialisés et des manifestations publiques123.

  • 124 Le projet de l’architecte Gleize est présenté dans Le Havre libre du 20 février 1957, qui met l’ac (...)
  • 125 Spécialiste d’art moderne, il a conçu un projet d’« institut culturel » qui deviendra, en 1961, le (...)
  • 126 Sans commune mesure avec le budget du secrétariat d’État aux Beaux-Arts et même du ministère des A (...)

116Puis, en 1956, le renforcement électoral du PCF se traduit par l’élection de la première municipalité Cance, à direction communiste homogène. Son premier projet culturel est la reconstruction d’un grand théâtre, sur le modèle du Théâtre national populaire, et les plans de l’architecte Gleize124 prévoient une forme circulaire de 2200 places, structure polyvalente susceptible d’accueillir tous les genres de spectacles (théâtre, musique, danse), œuvres du répertoire comme troupes de la décentralisation, le prix des places restant à très bon marché, pour, selon René Cance, rendre « l’art populaire ». À cela s’ajoute un autre projet de reconstruction du musée des Beaux-Arts, auquel le conservateur, Reynold Arnould, donnera les dimensions d’un espace culturel125. Plus encore la municipalité Cance a pour objectif la décentralisation/démocratisation des équipements publics, jusqu’au niveau des quartiers populaires, périphériques. Des subventions municipales augmentées, sur fond de budget culturel compris entre 1,4 % à 2 % du budget global126, sont réparties entre toutes les formes d’associations culturelles, sportives et de loisirs, mais prioritairement attribuées à celles relevant des structures laïques (FHOL) et syndicales CGT. Des spectacles du répertoire classique, mais joués dans des lieux non conventionnels ou par des personnalités symboliques, sont offerts à des tarifs non prohibitifs.

117Une représentation très caractéristique de cette culture de Front populaire est la présentation de la pièce d’Armand Salacrou Boulevard Durand en 1961. D’abord l’auteur, s’il participe de la commémoration de l’affaire Durand, s’il est un écrivain engagé, est aussi un homme de lettres écrivant dans une langue classique, recourant à des formes traditionnelles, reconnu par un large public. Ensuite, les comédiens appartiennent au centre dramatique du Nord, troupe de la décentralisation, compagnie subventionnée, habituée des scènes havraises pendant la première municipalité Cance, qui se situe dans la lignée du travail théâtral de Jean Vilar, du TNP. Enfin la représentation à Franklin, devant un public ouvrier, a été voulue par un élu communiste (conseiller municipal), secrétaire du syndicat des dockers charbonniers, Roger Le Marec, organisée par l’UL CGT en hommage à son héros et martyr, Jules Durand, syndicaliste révolutionnaire, de sensibilité anarchiste ; la pièce est comme un concentré de l’histoire culturelle et sociale de la ville, dans sa dominante ouvrière et républicaine, dont les communistes ont tenté d’être les héritiers.

118Il n’en reste pas moins que ces cultures de Front populaire, à références nationales et antifascistes, restent dominées, dans la période de guerre froide, c’est-à-dire de 1947 à 1956, voire au début des années soixante, par la nouvelle définition des enjeux culturels imposée par la doctrine Jdanov et le Kominform, soit une conception de la culture surdéterminée par des affrontements politiques et idéologiques entre blocs ennemis.

  • 127 Pascal Ory parle de « vocabulaire manichéen et militarisé » dans L’aventure culturelle française ( (...)

119Le PC développe alors, dans un langage de guerre (idéologique), l’idée d’un antagonisme mécanique entre cultures, écoles scientifiques et théories esthétiques127, lui-même se situant dans le camp de l’identification au prolétariat, à l’URSS mais aussi à l’indépendance nationale. Si par exemple les esthétiques (de films) européennes occidentales, comme le néoréalisme, les films noirs voire la nouvelle vague, sont rejetées, au même titre que la production hollywoodienne, par contre la filmographie soviétique est exaltée dans les productions relatives à son histoire, ses héros et ses réalisations, dans un effort d’ajustement du modèle de référence aux réalités nationales. Les thèmes repris de la Révolution, de la Résistance, du développement des sciences et des techniques donnent de l’URSS une image à la fois héroïque et familière, utopique et moderne, soit la culture politique dominante dans le Parti communiste français.

Les cultures institutionnalisées

  • 128 Les comités d’entreprise, créés en 1945, ont vu leurs moyens financiers et humains augmenter ; par (...)
  • 129 Les maisons de la culture sont définies par le service des études et recherches du ministère des A (...)
  • 130 Soit les préambules des Constitutions de 1946 et 1958 et la réunion d’experts sur « les droits cul (...)
  • 131 Dans une lettre et datée du 16 mai 1971, Jean Vilar écrit à André Malraux : « Nous avons parlé hie (...)
  • 132 Jusqu’aux deux structures créées par la commission des affaires culturelles du VIe plan (1971-1976 (...)
  • 133 Les dépenses culturelles des villes ont triplé de 1978 à 1984 ; à cette date, 48,4 % des dépenses (...)

120Elles se sont développées à la Libération, à partir du réseau des comités d’entreprise128, d’associations comme Peuple et culture, Tourisme et travail, de mouvements de jeunes comme les auberges de jeunesse, les maisons des jeunes et de la culture, au Havre, les foyers de jeunes, comme autant de structures de formation de militants culturels. Elles ont été relancées, à partir des années soixante, par la création du ministère des Affaires culturelles (avec ses directions centrales et ses comités régionaux) et des maisons de la culture (la première au Havre en 1961) avec une mission de service public129. La culture, inscrite comme droit130, est devenue enjeu de pouvoir131. Des besoins culturels ont été inscrits à l’inventaire et dans les objectifs du IVe plan (1961-1965)132. Enfin l’étatisation ou la municipalisation des équipements socioculturels, par exemple les maisons de jeunes et, au Havre, les centres de loisirs et d’échanges culturels, se sont développées avec la multiplication des financements publics133.

  • 134 Ces entreprises sont analysées par Francis Jeanson dans L’action culturelle dans la cité, Paris, S (...)
  • 135 Les cours d’éducation syndicale sont doublés de « stages de militants culturels » comprenant une r (...)
  • 136 Voir Jean-Marie Huret, Prêtre-ouvrier insoumis, Paris, Cerf, 1993.
  • 137 Albert Perrot a analysé son parcours de militant syndical et culturel dans Laisse-moi te dire… Maz (...)

121Ce qui s’opère au Havre, c’est d’abord une rencontre, une relation privilégiée entre les directeurs de la maison de la culture (Marc Netter puis, à partir de 1967, Bernard Mounier) lancés dans des entreprises d’action culturelle134 et des responsables CGT, élus des comités d’entreprise, chargés du secteur de « l’éducation syndicale »135 et plus encore de la direction locale de Tourisme et travail, c’est-à-dire Jean-Marie Huret, secrétaire du comité d’entreprise de Mazeline-Dresser de 1958 à 1969, permanent de Tourisme et travail, à partir de 1970, créateur de la commission culturelle de Tourisme et travail, puis directeur du parc Valmont136, et Albert Perrot, secrétaire du syndicat d’entreprise de Mazeline-Dresser, responsable régional (5 départements) de l’éducation « ouvrière » à la CGT, président de l’association Tourisme et travail (1966-1986), membre de l’assemblée générale, du bureau puis président de l’association Maison de la culture (1964, 1968 et 1983-1985)137.

Carte 34 – Les maisons de la culture et les mairies à direction communiste

  • 138 L’expression « révolution culturelle » est employée successivement par Francis Jeanson, directeur (...)
  • 139 La commission devenue culturelle de Tourisme et travail est définie par Jean-Marie Huret « comme u (...)
  • 140 Ce service, créé à la rentrée de 1968, a pour objectif de multiplier les initiatives culturelles, (...)
  • 141 Les travailleurs, au sens où l’entend, selon Francis Jeanson, le PC, c’est-à-dire les « producteur (...)
  • 142 Les conditions de production de ces créations sont rapportées dans le livre d’Albert Perrot, Laiss (...)

122Dans la conjoncture de « révolution culturelle »138 antérieure et postérieure à 1968, cette collaboration a débouché sur des structures d’intervention : la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail139 et le service d’« action culturelle décentralisée » de la MCH140. Il en résulte aussi des créations théâtrales, picturales, cinématographiques, à partir d’un travail d’élaboration collective, la maison de la culture jouant le rôle de médiateur entre les articles et les travailleurs141. Sont ainsi produits la pièce d’André Benedetto Emballage, l’opération L’Homme éclaté d’Ernest Pignon ou les fresques de la brigade chilienne Luis Corvalan, les livres de photos de Pierre le Gall, les films de Christian Zarifian et de l’unité cinéma de la maison de la culture142.

  • 143 Juin dans la rue a été voulu, selon Max Serveau, ancien animateur de l’action culturelle décentral (...)
  • 144 Les comités d’entreprise se constituent alors en SCI, et sont signataires d’un bail de cinquante a (...)
  • 145 Dans le même temps, l’affirmation de la « vocation régionale » de la MCH participait de la même vo (...)

123Il y eut aussi des fêtes, des « manifestations artistiques et populaires », comme Juin dans la rue, qui devait se développer sur la base d’une série d’animations et de créations émanant des institutions culturelles locales : MCH, CLEC, MJC, UCJG143. Elles ont été déplacées, à partir de 1973, à Valmont, dans le parc de « loisirs, de nature et d’art » nouvellement créé, par la mise en relation des comités d’entreprise, regroupés au sein de Tourisme et travail144, et du propriétaire du domaine, le comte René de La Morandière, membre, comme Bernard Mounier, de l’Association culturelle de Haute-Normandie145. L’aménagement d’un parc de 90 hectares, avec ses espaces naturels, champs et bois, ses bâtiments classés, ses équipements pour le sport, la culture et les loisirs, a été comme un achèvement de la culture institutionnalisée, dans la mesure où il combinait un patrimoine et des finalités culturelles, avec des structures militantes, le symbole en étant la fête annuelle de Valmont, décalée de huit jours par rapport à la fête locale, en forêt de Montgeon, de l’Avenir puis de L’Humanité.

  • 146 Le développement culturel est défini par Jean-Marie Huret comme partant de « l’existence d’une cul (...)
  • 147 Étudiés par P. Ory dans La belle illusion et L’aventure culturelle française, op. cit.

124Le redoublement démontrait que les partisans du développement culturel146, qu’ils soient agents culturels (directeur/animateurs de la MCH) ou militants syndicaux, adhérents ou non au parti communiste, participaient du même héritage symbolique, celui des politiques et associations culturelles liées au Front populaire et à la Libération147 avec ses principes fondateurs : rassemblement, organisation et popularisation/démocratisation.

  • 148 Le désinvestissement étatique, de 1974 à 1981, se traduit aussi bien par l’absence de projets, dan (...)
  • 149 La professionnalisation des agents culturels date du début des années 1970 avec l’organisation des (...)

125Ils étaient pourtant confrontés aux nouvelles logiques de désinvestissement étatique148 et d’intervention municipale, dans lesquelles se situaient les municipalités d’union de la gauche dirigées par André Duroméa. C’est alors que prenant acte de la stratégie unitaire, sur la base d’un programme commun de gouvernement et de la professionnalisation de l’action culturelle149, les directions communistes locales ont privilégié l’intervention municipale directe, sans médiations, en limitant le recours aux associations culturelles locales, avec trois initiatives originales : le développement d’animations socioculturelles de quartier, sous forme de petits équipements décentralisés, les CLEC, structure municipale ; la construction d’un grand équipement central mixte, lieu de programmation de la maison de la culture et de la saison culturelle municipale, l’espace Oscar-Niemeyer, financé massivement sur le budget culturel de la ville du Havre ; le refus d’une troupe de théâtre professionnelle qui serait subventionnée par la municipalité et dont l’activité principale serait la création théâtrale.

  • 150 Selon le titre du livre de Pierre Gaudibert, Action culturelle, intégration et/ou subversion, Pari (...)
  • 151 D’après les multiples analyses des CLEC, faites par un géographe sociologue, Jean-Yves Cleach, dan (...)
  • 152 Cette crise s’est révélée après la rupture de l’union de la gauche, à partir de 1978, voir le chap (...)
  • 153 Par exemple Jean-Marie Huret analyse dans son livre, Prêtre-ouvrier…, op. cit., trois ruptures sym (...)
  • 154 Ainsi Michel Schneider, ancien directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture, (...)

126Ces cultures institutionnalisées ont d’abord été contestées par l’ultragauche, au vu du fonctionnement d’institutions culturelles qui étaient plus d’intégration que de subversion150, ou parce qu’elles semblaient relever d’une tentative de prise de contrôle politique, celui du parti communiste151, mais plus encore elles sont entrées en résonance avec les crises de la deuxième moitié des années 1970, c’est-à-dire les restrictions budgétaires, la concurrence des industries culturelles privées et la rupture de l’union de la gauche. La crise culturelle s’est développée à partir du moment où la direction politique du PC a eu peur que les militants et les professionnels de la culture ne fassent cause commune avec les intellectuels pour intervenir dans le champ politique152. Pour certains militants culturels153, elle était déjà latente depuis que les agents culturels avaient relégué, voire abandonné leur projet initial de démocratisation154.

Le passé de la Résistance et de la déportation pour mémoire vivante

  • 155 Président d’honneur de l’ANACR et de la FNDIRP, médaillé de la Résistance.

127Le parti communiste n’en est pas encore à ce « devoir d’histoire » qui hante la conscience des historiens professionnels, c’est-à-dire à un inventaire complet, à une levée des secrets et à une analyse critique et méthodique de toutes les expériences passées. Dans la conjoncture de crise identitaire de l’organisation, mais aussi dans le contexte de négation des crimes de guerre (et crimes contre l’humanité), il laisse publier ou encourage la publication de Mémoires de guerre, de Résistance et/ou de déportation, ceux d’André Duroméa, député-maire155, et de Louis Eudier, président de l’UL CGT et de la FNDIRP.

  • 156 Hommage faisant écho à celui d’un de ses adversaires politiques, Louis Siefridt, ancien député MRP (...)

128Ces deux textes publiés avec une dizaine d’années de décalage font ressortir l’absence de biographie pour l’histoire du troisième homme, René Cance, ancien cadre de l’appareil politique, directeur du journal communiste L’Avenir du Havre, conseiller général déchu en 1940, éloigné du Havre, entré dans la clandestinité et la Résistance à une date impossible à préciser, de nouveau élu conseiller général et député en 1945, maire en 1956 et 1965. Il est évident que, comme le dira Roland Leroy dans son éloge funèbre, l’analyse de l’itinéraire d’un militant « dévoué jusqu’au sacrifice »156, ayant traversé toute l’histoire de son parti, depuis au moins 1932, ne pouvait manquer de présenter un grand intérêt et de donner des informations sur des pans entiers, controversés, de l’histoire du PCF. Il n’en fut rien que des tentatives avortées, en collaboration avec Yoland Simon, professeur de lettres, lui-même fils d’un instituteur communiste, écrivain. Peut-être le projet d’écrire une histoire de vie a-t-il achoppé sur le contentieux des « révélations » contenues dans le livre de Jan Valtin, qui firent retour, en 1975, avec la seconde édition française (chez Lattès) et le second procès. René Cance fut alors « lavé » des accusations d’immoralité et d’espionnage, mais le retrait des passages incriminés n’apportait pas pour autant la preuve de sa non-appartenance à l’appareil clandestin du Komintern, de même que restaient floues la date et les conditions de son adhésion au parti communiste, devenue officielle en 1934 (en fait 1932 ?).

129D’autre part après sa déchéance, son assignation à résidence à Gournay-en-Bray, et sa mutation d’office dans le département de l’Oise, les informations manquent sur la nature politique ou militaire de son engagement dans la Résistance (il a été secrétaire du Front national dans la région V). Figure politique consensuelle, le député-maire René Cance ne pouvait risquer son image dans un texte irrecevable pour son parti et/ou l’opinion publique, ni non plus produire un texte de circonstance, qui pourrait faire l’objet de nouvelles controverses. Il reste donc le communiste fidèle, sans reniement ni trahison des secrets de parti. Autant d’explications à l’absence de biographie officielle, autant qu’à la non-rédaction de Mémoires.

  • 157 Texte publié au Havre par Louis Eudier, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, Croi (...)

130Le livre de Louis Eudier Notre combat de classe et de patriotes157 est d’une autre nature. D’une part parce que l’auteur est essentiellement dirigeant syndical, affilié à la CGTU, puis à la CGT, jusqu’à devenir président de l’UL, et passé du syndicalisme révolutionnaire au communisme. Secondairement Louis Eudier est, de 1945 à 1973, conseiller général du 4e canton et, de 1956 à 1958, député. Plus encore le livre est publié, sans date, à compte d’auteur. Il y a donc là une écriture militante, mais non autorisée, spontanée mais aussi maîtrisée, un mélange non ordonné de faits analysés et de matériaux bruts. Ce texte est aussi celui du président local de la FNDIRP, ancien déporté politique à Auschwitz, transféré à Gross-Rosen, Hersbrück, Dachau. La déportation est d’ailleurs la raison d’être essentielle de ce livre, description approfondie d’un mode de survie dans le système concentrationnaire, pendant une période allant d’août 1941 à avril-mai 1945.

131Ce récit occupe 90 pages sur 140, mais le reste est une tentative assez confuse pour rendre compte de deux périodes refondatrices de l’identité communiste : les années 1934-1941 et l’immédiate après-guerre, 1945-1946. Dans un mélange, parfois problématique, de la trame historique nationale et de détails concrets de l’histoire locale, Louis Eudier choisit de recenser les noms de toutes les victimes, des fusillés et des déportés, mais aussi des otages, de ceux qui ont été pris dans une rafle ou arrêtés, internés du fait de leur appartenance au parti communiste. Ces noms et ces faits, Louis Eudier avait déjà tenté de les honorer, dans le monument Souviens-toi édifié à la Libération, sur la place du palais des Expositions, puis il avait élaboré, la même année 1975, le projet d’un monument laïque à la mémoire des victimes havraises de la Résistance. Ce projet devait redoubler, devant l’hôtel de ville, la sculpture appelée L’Oiseau blessé, qui était exposée dans les jardins, depuis 1974 (soit le 30e anniversaire de la Libération).

  • 158 Voir Jean Maitron, Ravachol et les anarchistes, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 1992 : « Ana (...)

132Ce livre, comme beaucoup de textes publiés par des dirigeants communistes, ne comporte pas des falsifications délibérées, mais plutôt des omissions volontaires, et il donne quelques éléments pour comprendre les contradictions des communistes militants, confrontés à la signature du pacte germano-soviétique, l’extraordinaire variété de leurs réactions, de la condamnation à l’acceptation, de la colère à la résignation. Ce qu’il donne à lire, c’est la difficulté de survie des syndicats CGT d’orientation communiste sanctionnés, pendant la drôle de guerre, par la dissolution, l’expulsion des locaux syndicaux, l’internement administratif ou l’emprisonnement politique. Pendant l’occupation militaire allemande, les communistes, clandestins ou non, sont de nouveau victimes d’arrestations, d’internements et de déportations en camps de concentration (et d’extermination), de Compiègne à Auschwitz. Ce que révèle aussi ce texte, c’est l’existence, tout au long de l’histoire du PCF, d’une ligne « syndicaliste révolutionnaire »158, héritée en partie de l’anarcho-syndicalisme, représentée, nationalement par Benoît Frachon, Gaston Monmousseau, Pierre Semard, et la volonté obstinée des dirigeants de la CGT, de faire exister la structure syndicale sur le mode de la défense des intérêts ouvriers, y compris pendant la période d’occupation militaire et de Révolution nationale.

  • 159 Par exemple G. Dumoulin, M. Roy, et localement A. Vaillant, Greaume, M. Hauguel.

133La CGT à direction communiste mène alors un double jeu (dénoncé par la direction confédérale159 de la CGT et les rapports d’enquêtes de police), fait d’action sociale et de résistance ( ?) politique, mais non militaire.

134Ce caractère ambigu ne pouvait, à la Libération, que déboucher sur des règlements de comptes, personnels et politiques, internes à la CGT : qui avait collaboré et jusqu’à quand ? qui avait résisté et à partir de quelle date ? qui avait dénoncé ? qui avait été épargné ? qui avait été arrêté et/ou déporté ?

  • 160 Avec la FNDIRP dirigée par L. Eudier, et l’ANACR, animée par P. Naze.

135Le livre de Louis Eudier est assez symptomatique d’une double capacité politique, celle des cadres communistes ouvriers à capter les héritages du mouvement ouvrier socialiste et anarchiste, pour à terme diriger la CGT, et celle de l’appareil permanent du PC160 à amalgamer à la Résistance armée toutes les formes de déportation (politique et juive, de répression et de persécution), en leur ajoutant les internés dans les camps et les prisons français, voire les requis pour le STO, soit une structure se définissant par son hostilité aux anciens et aux nouveaux nazis, aux ex-pétainistes et aux anciens collaborateurs.

136Par contre, ce que le livre ne dit pas, c’est la date réelle de l’adhésion de Louis Eudier au PC. En effet, il déclare, dans ce texte, comme dans ses articles biographiques publiés ultérieurement, dans la presse, qu’il a adhéré, en octobre-novembre 1941, au camp d’internement de Compiègne, mais cette version, de même que l’aveu qu’antérieurement il aurait été « communiste sans carte » pose problème.

  • 161 BAVCC Caen, dossiers individuels, et AD Rouen.

137D’une part elle entre en contradiction avec les rapports de police161, tout à fait explicites, qui décrivent Louis Eudier non seulement comme étant un cadre communiste, mais encore comme ayant des relations privilégiées avec l’appareil de direction nationale Frachon-Duclos. D’autre part comment imaginer que Louis Eudier ait pu prendre la tête du syndicat de la métallurgie, soutenir personnellement le pacte germano-soviétique, disposer de locaux et de contacts avec la direction communiste fédérale (Paul Lemarchand) et locale (René Cance) sans être au moins apparenté au PC ?

138Par ailleurs, s’il dénonce les anarcho-syndicalistes, tout en admettant avoir été influencé par le syndicalisme révolutionnaire, il doit aussi expliquer comment après l’exclusion des syndicats dits communistes de la CGT, il a pu maintenir une organisation et des prérogatives de secrétaire des métaux (sans le titre) jusqu’à son arrestation, le 12 juillet 1941. Ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il est alors l’objet d’une lettre de soutien, écrite par un dirigeant national de la métallurgie, Marcel Roy (rallié au maréchal Pétain et plus encore à la Révolution nationale), le problème étant que si d’anciens réseaux anarcho-syndicalistes ont été réactivés, entre 1939 et 1941, il ne peut les évoquer, ni à la Libération, ni dans le contexte de substitution d’un large mouvement d’intégration de toutes les victimes du nazisme à la Résistance combattante.

  • 162 Texte publié en 1987 dans la collection « Messidor », avec une préface de Roland Leroy et une dédi (...)

139Tout autre est le texte publié par André Duroméa aux Éditions sociales sous le titre André Duroméa raconte : la Résistance, la déportation, Le Havre162. Dans son livre, publié en 1987 et préfacé par Roland Leroy, il dit son parcours personnel et familial de jeune ouvrier, métallo communiste, devenu lieutenant-colonel FTP, arrêté, torturé et déporté dans les camps de Neuengamme et de Blumenthal. Dans une conjoncture caractérisée par les premiers succès politiques des néonazis et les premières publications des négationnistes, il témoigne, en acteur majeur, ancien responsable régional des FTP, sur les conditions de son entrée dans la clandestinité, sur son expérience de la prison, de la torture et de la déportation, sur la nature de son engagement communiste et résistant.

140Si ce texte n’apporte rien de nouveau sur la version communiste du pacte germano-soviétique, ni sur le caractère antidaté (non pas 10 juillet mais fin juillet 1940) de l’appel de Maurice Thorez et de Jacques Duclos, il donne à comprendre les raisons d’une adhésion, assumée au risque de sa vie, par un jeune métallurgiste de 19 ans, marié et père de famille, fils d’un ouvrier artisan, devenu communiste. Il apparaît indirectement que, pour lui, l’organisation communiste a toujours fonctionné comme une structure de type familial.

141Le texte donne encore à lire ce que Roland Leroy appelle justement « le courage et l’héroïsme ordinaires » de cet « homme d’honneur » entré dans la clandestinité jusqu’à subir la torture et la déportation. Les tentatives d’évasion des camps de concentration, le retour dans Le Havre dévasté comme dans un paysage lunaire sont racontés par un rescapé qui apprend alors le retour de sa femme, déportée à Ravensbrück, et la mort de son père, déporté à Maïdanek.

142Le livre ajoute, au témoignage personnel, des éléments de compréhension de la Résistance clandestine, de ses hauts faits, et petites et grandes trahisons, mais il ne dit rien sur les ambiguïtés de la drôle de guerre, sur la nature des débats qui précédèrent et accompagnèrent le passage à la lutte armée, rien non plus sur les « affaires internes » à la Résistance. L’essentiel est ailleurs, dans le rappel d’un engagement patriotique, qui n’était pas contradictoire avec des liens de solidarité avec l’Union soviétique, alors mobilisée dans une guerre antifasciste. Et aussi dans la référence à des valeurs, celles pour lesquelles un jeune homme avait, en 1936, adhéré au parti communiste : « Je croyais en un avenir meilleur pour l’homme, en une société plus heureuse et plus juste. Cet idéal qui m’animait a survécu malgré tout », et celles au nom desquelles un homme de 70 ans est encore prêt à continuer à se battre, « en militant de la paix, de la liberté et des droits de l’homme qu’[il] rester[a] jusqu’au bout ».

143Il reste à comprendre cependant pourquoi le grand résistant, l’interrégional commandant 18 départements, l’ancien adjoint d’Albert Ouzoulias, commissaire national aux opérations militaires, a été, un temps seulement, permanent de la section et de la fédération, avant de redevenir ouvrier artisan, et à partir de 1956, le premier adjoint de René Cance, puis son successeur, comme conseiller général du 3e canton (1958) et comme député (1967), enfin comme maire (1971), sans jamais avoir été membre, même suppléant, du comité central.

  • 163 Voir le numéro spécial de L’Humanité du 22 octobre 2007 intitulé Guy Môquet, la mémoire d’un engag (...)

144Si le parti communiste a été amené à des révisions historiques, celles-ci ont été opérées par les échelons supérieurs de la hiérarchie politique, par exemple Roland Leroy et Jacques Duclos qui firent, solidairement, l’autocritique de la direction nationale, pour sa responsabilité dans la condamnation et l’exécution de l’ancien secrétaire régional, Georges Déziré, en 1942. Cet aveu public d’erreur « judiciaire » exprimé devant le siège de la fédération de Seine-Maritime, en 1972, en présence de la femme et du fils de Georges Déziré restés militants communistes, était aussi une démonstration politique, sans doute celle qu’une des grandes affaires de l’histoire du parti communiste a été son engagement, militaire et politique, dans la Résistance intérieure, avec sa double dimension patriotique et antifasciste163. Peut-être aussi la conscience que de la capacité du PC à gérer cet héritage (autant que de son appartenance au camp soviétique) dépendait son devenir.

Annexes

ANNEXE 1. Roland Leroy, La lutte du mouvement ouvrier pour l’unité

ANNEXE 2. Les sections communistes du Havre (1965-1983)

Abréviations des professions ou des statuts :
C = cheminot ; D = docker ; M = métallurgiste ; E = employé ; I = instituteur ; P = permanent.

ANNEXE 3. Texte de la CGT (UD) : assises régionales de la création au Havre (1er et 2 décembre 1979)

Notes

1 Les enseignants ne sont certes pas les seuls travailleurs intellectuels, il y a aussi, dans la terminologie communiste, les ingénieurs, cadres et techniciens, les créateurs et les animateurs relevant des Affaires culturelles et de la Jeunesse et des sports, les salariés des professions juridiques, de santé et des entreprises de presse écrite et audiovisuelle. Définis sociologiquement, ils sont aussi appelés « capacités », « couches nouvelles », « classes moyennes », par exemple dans l’intervention de Claude Mazauric, au Conseil national de Bobigny, les 9 et 10 février 1980, soit une délimitation problématique parce qu’elle doit intégrer plusieurs paramètres (statut social, niveaux de formation et de responsabilité, place dans les rapports de production).

2 Voir le chapitre 14. D’autre part, comme en témoignent tous ceux qui intervinrent dans des institutions et associations culturelles, les réflexions ne s’opèrent que dans des structures non statutaires : des commissions, des rencontres… et jamais de façon transversale.

3 Ils y intervinrent comme des militants politiques, doublés de militants syndicaux (SNI, SNES, SNETP-CGT), contre les politiques gouvernementales (plan Fouchet, réforme Haby, projets Saunier-Seïté) et pour les contre-projets du programme commun (« Quelle école pour la France d’aujourd’hui ? », Le Havre libre, 10 mai 1978).

4 « Dominés », selon la terminologie de Pierre Bourdieu, dans la mesure où ils ne disposent pas de supports institutionnels indépendants (revues, journaux, maisons d’édition) ni de statuts universitaires de chercheurs (sauf à l’IUT et à l’UER de Caucriauville). S’y ajoute le fait que les intellectuels dont il est question ici ne sont pas des « intellectuels de parti » dans la mesure où ils n’ont aucune responsabilité ni dans les structures de réflexion (de type commissions du CC) ni dans les organes de direction (politique).

5 Par exemple, à la veille des élections municipales de 1971, le journal de la section communiste de Caucriauville Cité nouvelle publie une liste de noms de personnes appelant à voter pour la liste d’union de la gauche. Le quart est composé d’instituteurs, de professeurs, de maîtres-assistants et d’ingénieurs de l’IUT.

6 D’Une journée d’Ivan Denissovitch (1962) à L’Archipel du Goulag diffusé à plus de 600 000 exemplaires…

7 D’abord la motion de protestation des intellectuels communistes parue le 6 avril 1978, puis la pétition dite « des 300 » publiée par le journal Le Monde le 20 mai 1978, le débat houleux de Vitry, les 9 et 10 décembre 1978 entre le bureau politique et 450 intellectuels, artistes… la rencontre de Bobigny, les 1er et 2 décembre 1979, entre les intellectuels et Guy Hermier, le conseil national de Bobigny, les 9 et 10 février 1980, sur « les intellectuels, la culture et la révolution ».

8 De même, les salariés communistes des Affaires culturelles se répartissent entre syndicats CGT, de base et syndicats de cadres, quand ils ne choisissent pas le syndicalisme de corporation.

9 Discours de Roland Leroy aux obsèques de René Cance (Le Havre libre, 4 août 1982).

10 Publié aux éditions L’Harmattan en 1991, ce livre prend la suite d’une longue suite de publications de théâtre, poésie et études. Yoland Simon a été professeur de lettres au lycée Porte-Océane et à l’IUT du Havre, président de l’association Maison de la culture et président de l’Union des maisons de la culture en 1989.

11 Jean Legoy, ancien instituteur, devenu docteur en histoire moderne et contemporaine, est l’auteur de multiples ouvrages (voir la bibliographie).

12 Son frère Paul a publié une émouvante biographie, intitulée Une voix presque mienne, Paris, Éditions Lieu commun, 1985.

13 Louis Althusser, L’avenir dure longtemps, Paris, Stock, 1992 et 1994.

14 Bernard Pudal, dans Prendre parti, Paris, PFNSP, 1989, chap. 8 : « Aggiornamento et reproduction du corps dirigeant (1956-1980) », constate l’entrée en masse, dès 1968, d’agents sociaux dotés d’un fort capital culturel, progressant très rapidement dans toutes les instances dirigeantes du PC, à l’exception des positions-clés de l’institution. Il analyse la crise politique de la fédération de Paris en 1979 comme « celle de militants ayant progressivement acquis les ressources intellectuelles et sociales leur permettant de tenir tête » ; voir aussi Un monde défait. Les communistes français de 1936 à nos jours, Éditions du Croquant, 2009, chap. i : « La crise intellectuelle du PCF (1956-1978) ».

15 Voir B. Pudal, Un monde défait…, op. cit., chap. ii : « Le secrétaire général et le philosophe hérétique » ; et le livre officialisant la rupture : Louis Althusser, XXIIe congrès, Paris, F. Maspero, 1977.

16 Jean Elleinstein, Le phénomène stalinien, Paris, Grasset, 1975.

17 François Hincker, Le parti communiste au carrefour. Essai sur quinze ans de son histoire (1965-1981), Paris, Albin Michel, 1981.

18 Roland Passevant, Les communistes au quotidien, Paris, Grasset, 1980. Voir aussi ci-après : « La dernière crise : Union dans les luttes ».

19 Raymond Charpiot, secrétaire général de la Fédération nationale CGT des capitaines et officiers de la marine marchande, président de la MCH, intervient, le 13 novembre 1980, dans Le Havre libre, pour dire publiquement son soutien aux revendications du syndicat Solidarité.

20 La cellule Politzer (les enseignants communistes des lycées et collèges de la basse ville) analyse, dans son journal Avenir, la conjoncture portugaise comme recréant les conditions d’une rupture, par l’alliance des ouvriers et des paysans pauvres, le rôle dirigeant du parti communiste portugais, et de son secrétaire Alvaro Cunhal, et les conséquences sur l’armée de la guerre coloniale d’Angola (une reprise du modèle bolchevique ?). Voir les journaux de cellule publiés en 1974-1975 (illustration 58).

21 Ainsi celle de François Hincker, d’abord soutien de la direction politique (en 1975-1976), puis faisant cause commune avec Henri Fizbin, premier secrétaire de la fédération de Paris dans la crise qui aboutit à leur double « exclusion » en 1981. Voir leurs deux livres de témoignage : H. Fizbin, Les bouches s’ouvrent, Paris, Grasset, 1980, et F. Hincker, Le PC au carrefour, op. cit.

22 Par exemple le cercle Henri-Wallon a eu son siège au domicile personnel de Patrick Auger, professeur de sciences naturelles (et gendre de René Cance). Voir illustrations 59 et 60.

23 Salle François-Ier, du 13 au 16 décembre 1966.

24 Les 28 et 30 novembre 1967 : conférences de Serge Laurent et Jean Elleinstein. Voir les documents (illustration 61).

25 À la suite ( ?) de l’ouvrage de Roger Garaudy De l’anathème au dialogue (1966), une conférence d’Antoine Casanova traite « du peuple dans l’Église » (Le Havre libre, 29 novembre 1966).

26 La direction nationale a relancé, en 1970, les assemblées-débats. Voir F. Hincker, Le PC au carrefour, op. cit.

27 Texte de Patrick Auger, président, le 18 mars 1970 (fonds privé).

28 Selon le témoignage de Patrick Auger, ancien président lié à la direction municipale (entretien le 14 novembre 1994).

29 Voir Roland Leroy, La Lutte du mouvement ouvrier pour l’unité, en annexe 1.

30 Introduction à la conférence de Roland Leroy, La lutte du mouvement ouvrier pour l’unité, EDIP (maison d’édition du PC), 1975.

31 Texte de présentation de l’Université nouvelle paru dans Le Havre libre, les 19 et 20 avril 1976.

32 Voir Le Havre libre, 19 et 20 avril 1976.

33 Les cours étaient assurés par G. Bras, D. Lemonnier, Ch. Swit, M.-C. Bartoli, M. Rothfuss (professeurs de philosophie), J. Malon, J.-P. Despin, J.-F. Hervieu (lettres), C. Malon, M.-P. Dhaille (histoire).

34 Membre du bureau politique et directeur du CERM (Centre de recherches marxistes).

35 Le Havre libre, 10 mai 1976.

36 Le Havre libre, 12 janvier 1978.

37 En particulier la CGT, mais aussi la CFDT ou la FEN (SNI, SNES et SNESUP)…

38 Cet échec contraste avec la large victoire de la liste d’union aux municipales.

39 Pour la première fois elles ne sont plus masquées par des affrontements de personnes.

40 Dans le XXIIe congrès, op. cit.

41 Mais sont aussi absents les élus socialistes : trop conscients et engagés dans les batailles d’appareil ?…

42 Témoignages de Gérard Bras mais aussi de François Hincker (Le PC au carrefour, op. cit.) et de Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, PFNSP, 1994.

43 Le Havre libre, 19 et 20 janvier 1980. Un peu plus d’une année après, le collectif se réunit à l’UCJG, le 20 mars 1981.

44 Par exemple devant les grands magasins du Printemps, place Thiers, le samedi 2 février 1980.

45 F. Hincker, Le PC au carrefour, op. cit., p. 77.

46 Voir l’article sur l’évolution et les contradictions de la classe ouvrière, à partir de l’exemple des chantiers navals du Havre (entretien entre G. Bras, philosophe, et M. Bastide, prêtre-ouvrier, secrétaire du comité central d’entreprise CGT de chez Caillard) : Franc-tireur, no 3, 1982.

47 La tentative, à la suite d’une grève, pour constituer un conseil d’atelier (Le Havre libre, 21 septembre 1981) est qualifiée de « victoire exemplaire » par André Duroméa (Le Havre libre, 11 novembre 1981).

48 Informations et rumeurs circulent, corroborées par François Hincker, membre du comité central, écrivant relativement aux élections législatives de 1978 : « Gaston Plissonnier et Claude Poperen donnaient aux membres du CC et aux secrétaires fédéraux des instructions pour que les communistes ne favorisent pas l’élection de socialistes » (Le PC au carrefour, op. cit., p. 191).

49 60 cellules (28 locales et 32 d’entreprise).

50 Andrew F. Knapp, « Le communisme municipal au Havre de l’ascension aux incertitudes », Études normandes, no 4, 1987.

51 Cellules d’instituteurs : R.-Rolland, F.-Léger (Havre nord-ouest), R.-Desnos (nord-est) ; cellules de professeurs : G.-Politzer, puis G.-Péri, H.-Wallon (Havre ouest), à la rentrée 1976, H.-Barbusse (sud-est), Camelinat (nord-est). Voir entretien avec Gérard Heuzé, secrétaire de ville, 29 mai 1980, et annexe 2.

52 Il faut ajouter en banlieue les sections d’Harfleur-Montvilliers, Gonfreville-l’Orcher et pour l’ensemble de la fédération 47 sections en 1976.

53 Elles comprennent 4 à 5 cellules en 1975, 15 en 1977, une section a 17 cellules en 1984 (R. Passevant, Les communistes au quotidien, op. cit.).

54 Havre sud-est, Havre – Commune-de-Paris, Havre ouest, Havre-Sanvic, Havre nord-est, Havre-Caucriauville. Voir la carte 33 : « Les six sections du Havre en 1970 », les journaux des cellules de quartier et d’entreprise en illustrations et les tableaux en annexe 2.

55 Dans les congrès de l’union locale, la CGT déclare de 1967 à 1973 27 000 adhérents représentés par 200 délégués (25 000 en 1976). À Renault-Sandouville, la CGT compte 12 sections syndicales d’entreprise, obtient 74,46 % des suffrages exprimés aux élections sociales et 20 délégués du personnel en 1980.

56 Voir les journaux de cellules d’entreprise, section Havre Sud-Est (illustration 61).

57 Voir les journaux de cellules d’entreprise, section Havre Ouest, puis sud-ouest (illustration 62).

58 Voir les journaux de cellules d’entreprise, section Havre – Commune-de-Paris (illustration 63).

59 Des chiffres sont donnés suite à un conflit déclaré entre communaux et direction municipale en juin 1979 : 2000 salariés (la moitié) adhèrent à la CGT et une centaine (2,5 %) à la CFDT.

60 Par exemple au Havre, la CGT reste un syndicat de masse, même si ses effectifs tendent à baisser : 27 000 adhérents déclarés au XIXe congrès de l’UL (26 et 27 novembre 1971), 25 000 au XXIe congrès, le 10 janvier 1976, soit entre 1 salarié sur 3 et 1 salarié sur 4.

61 Dans la délégation à la conférence fédérale préparatoire au congrès de Vitry (24-27 octobre 1974), il y a 150 ouvriers, 81 enseignants, 56 ingénieurs, cadres et techniciens.

62 Voir les journaux des cellules de quartier, section Havre-Sanvic puis Havre nord-ouest, et section Havre nord-est (illustrations 64 et 65).

63 Au XXIIIe congrès de l’UL, les 9 et 10 février 1980, le secrétariat nouvellement élu comprend 1 femme sur 8, et le bureau 2 femmes sur 14.

64 Voir la photographie de Roland Leroy (et de Jacques Duclos) par Gilles Caron, dans le chapitre 10.

65 Gaston Plissonnier est venu au Havre pour la présentation des candidats aux législatives de 1973 et en 1974. Marcel Zaidner, après l’élection d’André Duroméa et de la nouvelle municipalité à participation socialiste, est venu animer un débat le 24 juin 1971.

66 Il a été relayé par d’autres membres du bureau politique : Jacques Duclos, Guy Hermier, Pierre Juquin, Charles Fiterman.

67 À la conférence fédérale des 19 et 20 octobre 1974, les délégués ouvriers sont 150, les enseignants 81, les employés 72 et les ingénieurs, techniciens et cadres 56. La moyenne d’âge est de 34 ans et les femmes représentent environ un quart de l’assemblée (114).

68 Ou encore pendant la campagne pour les élections cantonales d’octobre 1973, le PC se présente comme le principal artisan du programme commun.

69 Du début de l’année 1973 aux élections législatives des 4 et 11 mars : 150 adhésions ; en 1974 à la date du congrès de Vitry (24-27 octobre) : 260 adhésions.

70 Rémy Duponchel était un adversaire de la signature du programme commun de gouvernement et donc de la transformation du PC en parti politique gestionnaire, alors que Bernard Lelièvre développait des positions de référence positive à la ligne du PCI. Voir l’organigramme de la section Havre nord-est (illustration 66).

71 Entretiens avec Daniel Colliard, dans André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978.

72 Cette organisation, après avoir augmenté ses effectifs avec la création des cercles lycéens et étudiants, est affaiblie par la scission de la JCR avec la formation des cercles rouges, par exemple Spartacus.

73 Des spectacles sous chapiteaux rassemblent 4000 personnes.

74 Des paquebots et des cargos, pétroliers : Maurice Thorez ou Jacques Duclos, le navireécole Dzerjinski.

75 Ce mouvement avait déjà protesté contre la réception officielle (par R. Cance et A. Duroméa, à l’hôtel de ville) de l’équipage du navire-école Dzerjinski (Le Havre libre, 27 avril 1971) et brûlé le portrait de Brejnev (Le Havre libre, 30 avril 1971).

76 En fait, plus de 7000 personnes, réparties en deux soirées, les 9 et 10 mars, en présence de la municipalité.

77 Voir ses entretiens avec Philippe Lefait dans Quatre ministres et puis s’en vont, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995, et l’émission de télévision « Les brûlures de l’Histoire », FR 2, 5 octobre 1996.

78 À la rentrée de 1980, 14 050 demandeurs d’emploi.

79 Par exemple, le 22 janvier 1977, dans le quartier de l’Eure, le PC réunit 4 cellules locales et la cellule des dockers Jean-Caurret, en présence de Maryvonne Rioual, adjointe au maire, et de Gérard Heuzé, secrétaire de ville, pour enregistrer des témoignages, après avoir projeté Un vrai crime d’amour.

80 Voir Ph. Lefait, Quatre ministres…, op. cit.

81 En 1982, 160 salariés sont recrutés, en 1983, 170. Sur la gestion du personnel, 4000 à 5000 personnes, voir le récit de Simone Duval, l’adjointe en charge des réformes (35 heures, nouveau statut de la fonction publique territoriale selon la loi Anicet Le Pors), dans André Duroméa et Jean-Jacques Lallemant, André Duroméa, un maire, un militant, Pantin, Le Temps des cerises, 2005, p. 211 et suiv. et sa photographie dans le chapitre 12 : « Femmes engagées », illustration 32.

82 A. F. Knapp, « Le communisme municipal au Havre… », art. cité, p. 61-79.

83 Voir Michel Verret, « Mémoire ouvrière, mémoire communiste », Revue française de science politique, no 3, juin 1984, p. 413 sqq.

84 Voir Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, « Sociabilités et culture », p. 43 sqq.

85 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

86 Voir Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, 1994.

87 Voir Robert Abirached, Le théâtre et le prince (1981-1991), Paris, Plon, 1992.

88 C’est-à-dire les secrétaires de section, ouvriers de la métallurgie, des transports, dockers et marins, employés, instituteurs, des secrétaires de ville, des députés, des conseillers généraux, des maires et des adjoints.

89 L’Aurore sociale a été créée en 1903 par la Bourse du travail / Maison du peuple. Elle est formée de syndicalistes CGT et rassemble des chanteurs, des musiciens (orchestre de la Maison du peuple) et des comédiens (Théâtre du peuple). La troupe joue Feydeau et Courteline, mais aussi des pièces antimilitaristes et célèbre chaque année l’anniversaire de la Commune (J. Legoy, Cultures havraises, op. cit., p. 306).

90 La thématique antimilitariste peut, par exemple, être repérée dans sa continuité de À Biribi, pièce écrite par le rédacteur en chef du Progrès (journal socialiste SFIO), Hippolyte Hanriot, et représentée devant les participants au congrès confédéral de la CGT, le samedi 21 septembre 1912, jusqu’au Permissionnaire jouée par le groupe artistique de l’union locale unitaire, le GAO (émanant de la CGTU), en forêt de Montgeon, le dimanche 24 juillet 1932. Le président d’honneur en était Henri Gautier, ancien dirigeant de l’ULU et ancien secrétaire du rayon communiste, alors emprisonné.

91 Les clubs FST cités par Jean Legoy, d’après le rapport du commissaire central datant de 1930, peuvent être complétés par la presse communiste (Le Prolétaire normand, édition du Havre, de 1930 à 1933, évoque ces organisations de quartiers populaires : US Vornier, ES Eure, ES Saint-François, US Neiges, qui s’ajoutent aux Sporting club d’Aplemont et de Frileuse, US Quatre-Chemins, ES Acacias…). Voir aussi le chapitre 1 : « Le PC en quête de bases ouvrières ».

92 Les associations privées sont dites par Le Prolétaire normand, publié jusqu’en 1937, « patronales, cléricales ou fascistes ».

93 Voir John Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, Paris, Seuil, 1994, « Ingouville, hantise des Havrais », p. 264 sqq., et Annie Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, PFNSP, 1986.

94 Le Prolétaire normand, édition du Havre, 1930-1933.

95 Cf. le groupe espérantiste ouvrier (1935-1936).

96 Selon le titre de la pièce écrite par Henri Gautier, dirigeant de l’ULU (CGTU) et du rayon communiste havrais, pendant la période dite de bolchevisation du PC.

97 Elle est évoquée dans la pièce d’Armand Salacrou Boulevard Durand, créée au Havre, en 1961, jouée à Franklin, le 21 septembre, devant un public « ouvrier ». Reprise en 1970, cette pièce est alors associée à la maison des syndicats qu’Armand Salacrou qualifie de « lieu privilégié du théâtre prolétarien » (Le Havre libre, 27 février 1970).

98 Les chœurs parlés (et chantés) sont analysés par P. Ory, La belle illusion, op. cit., dans le chapitre sur le groupe Octobre et le théâtre prolétarien, p. 350 sqq. Voir aussi le numéro spécial de Rue des usines, nos 34-35, printemps 1997.

99 Datant de 1949, ce film est de Marcello Pagliero qui a été rédacteur de scénario et acteur, avant de devenir réalisateur, et a travaillé avec Roberto Rossellini de 1943 à 1946. Voir l’analyse dans le chapitre 8 : « Censures artistiques et théories esthétiques ».

100 Georges Sadoul, dans son Histoire du cinéma mondial, Paris, Flammarion, 1985, écrit : « Marcel Pagliero, retenant du Havre en ruine le seul côté pittoresque, servit involontairement la fable des travailleurs alcooliques et assassins. Malgré les apparences – et la sincérité de leurs créateurs – les films noirs furent conformistes ; la production, convaincue que les fins malheureuses étaient payantes, encourageait cette fabrication de deuil en série » (p. 340).

101 Cette image, très caractéristique du stalinisme à la française, de l’ouvrier positif, professionnel de la lutte, invulnérable, est à mettre en relation avec le goût manifesté par les ouvriers, y compris communistes, pour l’acteur américain Humphrey Bogart ou le comédien Jean Gabin, autant dire des individualités fortes mais décalées, des personnalités engagées mais non militantes, plus vulnérables qu’il n’y paraît (voir Fabrice Montebello, « Joseph Staline et Humphrey Bogart : l’hommage des ouvriers. Essai sur la construction sociale de la figure du héros en milieu ouvrier », Politix, Affaires culturelles, no 24, 1993).

102 Faisant suite au Petit Train de Monsieur Kamodé (grand jeu sur le Kapitalisme monopoliste d’État), la pièce a été écrite, en mai 1969, par celui qui disait : « Dépêchez-vous de dire ce que vous avez sur le cœur. »

103 Le « grand tournant » a été étudié par Stéphane Courtois et Marc Lazar dans Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995. Pour ce qui concerne « la nouvelle politique culturelle » du PCF, Pascal Ory a démontré que sa mise en place se faisait rigoureusement dans le même temps : « C’est bien le second semestre 1934 qu’il faut attendre pour voir s’élaborer un argumentaire nouveau » (La belle illusion, op. cit., p. 65-66-67).

104 L’antifascisme comme « idéologie-relais du communisme et comme ciment de l’unité retrouvée de la gauche » ainsi que « la culture antifasciste » ont été étudiés par François Furet dans Le passé d’une illusion, Paris, Laffont, 1995, chap. 7 et 8, p. 249 sqq.

105 Voir La politique culturelle du Front populaire français (1935-1938), doctorat d’État de Pascal Ory (1990), repris sous le titre La belle illusion, op. cit.

106 La FST (Fédération sportive du travail, organisation communiste) et l’USSGT (Union des sociétés sportives et gymniques du travail socialiste) ont fusionné, les 23 et 24 décembre 1934, pour former la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail) bientôt dominée par les communistes (ibid., p. 83 et 84).

107 Auguste Delaune, ouvrier né à Graville, communiste, adhérent de la FST, est élu secrétaire général de la FSGT en 1936. Voir le chapitre 2 : « Changements de langage, nouvelles pratiques culturelles, nouveaux cadres thoréziens », ainsi que J. Legoy, Cultures havraises, op. cit., et le dictionnaire Maitron.

108 Contre-manifestation aux Jeux olympiques organisés à Berlin par le gouvernement nazi, ils ne purent se dérouler du fait du début de la guerre civile. Voir P. Ory, La belle illusion, op. cit., « Pour une éthique du sport : Berlin », p. 736 sqq.

109 Une agence de la section départementale fut ouverte, au cercle Franklin, en juillet 1938. Dans un texte intitulé « Le droit aux loisirs », elle demandait la gratuité des musées, des réductions sur les spectacles…, elle se proposait de développer la culture par le collège du travail et par la bibliothèque, par des visites guidées, par des fêtes syndicales (J. Legoy, Cultures havraises, op. cit., « Vacances et loisirs des travailleurs », p. 336).

110 Ce projet de « tourisme populaire » et éducatif sera repris ultérieurement par les foyers de jeunes et les cars-camping, puis par Tourisme et travail, dans les années soixante.

111 Ces initiatives cégétistes décrites par Jean Legoy, à partir de l’étude des archives de l’UL CGT (carton UL 38), sont des relais de structures confédérales, analysées par Pascal Ory, dans le chapitre « L’éducation ouvrière » de La belle illusion, op. cit. Elles amènent à constater l’absence d’initiative communiste, à l’image des universités ouvrières.

112 Avec des achats de « littérature sociale » (J. London, E. Dabit, U. Sinclair), une des trois références culturelles en milieu ouvrier (voir Politix, no 24, 1993).

113 Conférences données le 18 novembre 1937 et le 25 novembre 1938 (par G. Lefranc).

114 L’éducation des cadres et militants syndicaux fut reprise, en 1956, par des écoles du syndicat et, à partir de 1967, sous forme de stages d’éducation syndicale à dimension culturelle. Le même type de résistance « ouvriériste » se manifesta à l’encontre d’initiatives émanant d’intellectuels communistes (cercle Henri-Wallon, Université nouvelle).

115 Ce film devait être financé, par souscription publique, au terme de « soirées de propagande » comme celle ayant eu lieu à Rouen le 4 mai 1937, puis par subventions syndicale et politique. Voir P. Ory, La belle illusion, op. cit., chap. 8 : « Cinéma : un mode de production révolutionnaire ».

116 En dépit de la proposition de René Cance, instituteur, secrétaire de la section communiste, conseiller général du 3e canton. La célébration fut en fait organisée par la Fédération havraise des œuvres laïques et la municipalité Meyer (spectacle donné au Grand Théâtre le 30 avril et répété au palais des Expos le 4 juin) avec orchestre et chœurs, tableaux vivants et, en scène finale, le chant de La Marseillaise (J. Legoy, Cultures havraises, op. cit., « La FHOL et 1936 »).

117 B. Pudal, Prendre parti, op. cit.

118 Le Prolétaire normand, édition du Havre devient L’Avenir du Havre, coexistant avec L’Avenir normand, organe régional de Basse-Seine.

119 René Cance est élu conseiller général et Jules Le Troadec, conseiller d’arrondissement, aux cantonales de 1937.

120 Les photographies publiées par Jean Legoy (Cultures havraises, op. cit., p. 323) révèlent un contraste saisissant entre l’une des premières fêtes (1930) du rayon communiste, en forêt de Montgeon, où les hommes (majoritaires pour près des deux tiers) portent presque tous (une exception) un costume avec cravate et gilet (6 sur 33 sont coiffés d’une casquette et 3 d’un chapeau), et la fête de L’Avenir du Havre en 1936, toujours en forêt de Montgeon, où 5 personnes (3 hommes et 2 femmes) posent en costume normand, avec coiffes et sabots, devant la loterie du terreux de L’Avenir du Havre, à côté d’une batterie de l’accordéon-musette-jazz.

121 J. London, E. Dabit sont mis en images par M. Carné, U. Sinclair, J. Steinbeck…

122 La bibliothèque des FCM (construction navale) a 1500 volumes et 200 lecteurs en 1951, Tourisme et travail compte 500 adhérents en 1949, les clubs sportifs se sont multipliés de 4 à 41, entre 1950 et 1960, dans le cadre du HOT (Havre omnisports travailliste) créé en 1944 et appartenant à la FSGT (J. Legoy, Cultures havraises, op. cit.).

123 Par exemple, les manifestations et spectacles organisés pour le 1er Mai ou l’exposition des artistes ouvriers (1951) devenue annuelle, Salon en 1957.

124 Le projet de l’architecte Gleize est présenté dans Le Havre libre du 20 février 1957, qui met l’accent sur le faible coût financier (en conjoncture de crise) de l’équipement et sur le caractère novateur, techniquement parlant, du projet ; peut-être est-il un lointain rappel du « théâtre expérimental » défendu à la Libération (jusqu’en 1948) par le secrétaire général du syndicat CGT des musiciens du Havre et des personnalités culturelles originaires de la ville (A. Salacrou, R. Dufy, O. Friesz, G. Braque, A. Honegger…).

125 Spécialiste d’art moderne, il a conçu un projet d’« institut culturel » qui deviendra, en 1961, le musée-maison de la culture du Havre.

126 Sans commune mesure avec le budget du secrétariat d’État aux Beaux-Arts et même du ministère des Affaires culturelles (0,40 %).

127 Pascal Ory parle de « vocabulaire manichéen et militarisé » dans L’aventure culturelle française (1945-1989), Paris, Flammarion, 1989.

128 Les comités d’entreprise, créés en 1945, ont vu leurs moyens financiers et humains augmenter ; par exemple le secrétaire de chez Mazeline-Dresser dispose de 20 heures par mois de délégation et la dotation au CE est passée de 0,70 % des salaires à 1 % en 1968 et 2 % en 1970.

129 Les maisons de la culture sont définies par le service des études et recherches du ministère des Affaires culturelles comme « des lieux de rencontre destinés à amener au public le plus large, sans aucune exclusive, les biens culturels de tous ordres et du plus haut niveau, du passé et du présent » (Unesco, Politiques culturelles : études et documents, no 5, 1970. Voir la carte 34 : « Les maisons de la culture et les mairies à direction communiste ».

130 Soit les préambules des Constitutions de 1946 et 1958 et la réunion d’experts sur « les droits culturels en tant que droits de l’homme », Unesco, juillet 1968.

131 Dans une lettre et datée du 16 mai 1971, Jean Vilar écrit à André Malraux : « Nous avons parlé hier de divorce ou plutôt de mariage cruel illustré d’actes criminels entre le pouvoir politique et le pouvoir créateur, du romancier au poète et au réalisateur cinématographique, etc. dans les pays socialistes. Cependant, ce mariage cruel existe aussi dans les sociétés occidentales, c’est-à-dire dans les sociétés capitalistes […]. »

132 Jusqu’aux deux structures créées par la commission des affaires culturelles du VIe plan (1971-1976) : le Conseil de développement culturel (1971-1973) et le fonds d’intervention culturelle. Voir « Les affaires culturelles au temps de Jacques Duhamel (1971-1973) », Vingtième siècle, no 43, 1994, p. 121-124.

133 Les dépenses culturelles des villes ont triplé de 1978 à 1984 ; à cette date, 48,4 % des dépenses culturelles des administrations publiques étaient le fait des communes, 5,5 % des départements et 44,6 % (38,7 % en 1981) de l’État (Geneviève Poujol et Gérard Vincent, La rencontre culturelle et l’action culturelle au Havre, ADRAC, no 54-55, 1986, p. 45).

134 Ces entreprises sont analysées par Francis Jeanson dans L’action culturelle dans la cité, Paris, Seuil, 1973, et l’action culturelle est définie par Michel de Certeau, dans La culture au pluriel, Paris, UGE, 1974, comme une expression parallèle à celles « d’action syndicale ou politique », liant des agents à des objectifs.

135 Les cours d’éducation syndicale sont doublés de « stages de militants culturels » comprenant une réflexion sur le thème « les travailleurs et la culture » et des activités culturelles comme des visites commentées de musées ou des projections de films. Voir aussi le texte de l’UD CGT pour les assises régionales de la création au Havre, le 1er décembre 1979, en annexe 3.

136 Voir Jean-Marie Huret, Prêtre-ouvrier insoumis, Paris, Cerf, 1993.

137 Albert Perrot a analysé son parcours de militant syndical et culturel dans Laisse-moi te dire… Mazeline, Le Havre, Océane graphique, 1988.

138 L’expression « révolution culturelle » est employée successivement par Francis Jeanson, directeur de la MC de Chalon-sur-Saône, Michel de Certeau, Alain Touraine, Pascal Ory, analysant les conséquences du mouvement.

139 La commission devenue culturelle de Tourisme et travail est définie par Jean-Marie Huret « comme une structure ayant pour but de réunir les volontés et les moyens d’une quarantaine de CE, pour une action culturelle concertée » (Prêtre-ouvrier…, op. cit., p. 98). Elle a duré de 1967 à 1974.

140 Ce service, créé à la rentrée de 1968, a pour objectif de multiplier les initiatives culturelles, au niveau des entreprises, des établissements scolaires, des quartiers, des villes moyennes de la région. Voir Max Serveau dans Gilles de La Porte, dir., Le Havre. Volonté et modernité, Le Havre, La Galerne, 1992, p. 305, 307.

141 Les travailleurs, au sens où l’entend, selon Francis Jeanson, le PC, c’est-à-dire les « producteurs essentiels de toute vie sociale (et par conséquent de toute culture possible) » (L’action culturelle dans la cité, op. cit., p. 33). Il est à noter que F. Jeanson, débattant avec Roland Leroy (« À propos de quelques malentendus ») se définit lui-même comme « partenaire » du PCF (p. 38).

142 Les conditions de production de ces créations sont rapportées dans le livre d’Albert Perrot, Laisse-moi te dire…, op. cit.

143 Juin dans la rue a été voulu, selon Max Serveau, ancien animateur de l’action culturelle décentralisée, ancien conseiller culturel de la ville du Havre, ancien directeur de la MC de Saint-Étienne, comme « temps de rencontre entre artistes et publics sur un thème fédérateur, parce qu’universel : la liberté, la lutte contre le racisme, la paix (Michel Fugain en 1977) » (G. de La Porte, dir., Le Havre. Volonté et modernité, op. cit., p. 305 et 307).

144 Les comités d’entreprise se constituent alors en SCI, et sont signataires d’un bail de cinquante ans « prenant en charge l’espace naturel, rural et architectural de Valmont […] solidairement et volontairement garants : 1) de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine, 2) de la largeur de vues qui doit inspirer l’action qui y sera menée pour favoriser l’épanouissement et l’ensemble des facultés humaines de tous et de chacun dans un souci constant de qualité et d’ouverture ».

145 Dans le même temps, l’affirmation de la « vocation régionale » de la MCH participait de la même volonté que celle de l’État, par exemple du ministre Jacques Duhamel, ou de la municipalité à direction communiste d’André Duroméa, d’aménager (culturellement) l’espace urbain (Oscar-Niemeyer) ou le territoire (avec le passage prévu de 9 à 15 MC) dans le cadre du VIe plan (1971-1975).

146 Le développement culturel est défini par Jean-Marie Huret comme partant de « l’existence d’une culture ouvrière » (liée au travail et à la lutte), à partir de laquelle doit s’engager « un processus de développement, individuel et collectif, de l’intérieur » (Prêtre-ouvrier…, op. cit., p. 99). Partant des mêmes prémisses, Albert Perrot leur ajoute une dimension de « promotion sociale » (Laisse-moi te dire…, op. cit., p. 291).

147 Étudiés par P. Ory dans La belle illusion et L’aventure culturelle française, op. cit.

148 Le désinvestissement étatique, de 1974 à 1981, se traduit aussi bien par l’absence de projets, dans les VIIe et VIIIe plans, que par la politique de désengagement et de transferts financiers, aux dépens des communes, sans parler des multiples changements d’appellations et de responsables politiques intervenant dans le domaine.

149 La professionnalisation des agents culturels date du début des années 1970 avec l’organisation des premiers stages de formation d’animateurs culturels (par le ministère, au niveau national) et la multiplication des diplômes reconnaissant des compétences (voir F. Jeanson, L’action culturelle dans la cité, op. cit.).

150 Selon le titre du livre de Pierre Gaudibert, Action culturelle, intégration et/ou subversion, Paris, Casterman, 1972, mais aussi selon le constat de Michel de Certeau dans La culture au pluriel, op. cit. : les maisons de la culture, capables en principe de devenir des lieux de conscientisation urbaine, ont été déportées vers des succès théâtraux, terrain sur lequel se retrouvaient des experts, les responsables (choisis par les hommes de théâtre) et un public « cultivé ». Voir la carte 34 : « Les maisons de la culture et les mairies à direction communiste ».

151 D’après les multiples analyses des CLEC, faites par un géographe sociologue, Jean-Yves Cleach, dans la revue Encrage, no 6, 1980, un journaliste du Nouvel Observateur (F.-O. Giesbert), un étudiant d’extrême gauche réalisant un mémoire de sociologie à l’université de Caen (Th. Dézalay, Les municipalités face aux responsabilités de l’action culturelle : l’exemple du Havre, 1980).

152 Cette crise s’est révélée après la rupture de l’union de la gauche, à partir de 1978, voir le chapitre 14 : « La triade culturelle », et ci-dessus la section : « Les rapports avec les intellectuels communistes ».

153 Par exemple Jean-Marie Huret analyse dans son livre, Prêtre-ouvrier…, op. cit., trois ruptures symptomatiques : la transformation des foyers de jeunes en CLEC (imputée à tort à la municipalité dirigée par René Cance), qui eut lieu en 1971 ; la fin de l’action culturelle de Tourisme et travail (avec la tentative pour mettre en place Travail et culture) ; le fait que « les agents techniques, professionnels et politiques » de la culture se lancent dans une réflexion « théorique » qui a pour conséquence de dévaloriser et d’arrêter les activités d’animation au profit de la création (à partir de 1976-1977).

154 Ainsi Michel Schneider, ancien directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture, dénonce-t-il dans La comédie de la culture, Paris, Seuil, 1993, l’absence d’efforts dans le domaine de l’éducation artistique pour augmenter la demande culturelle et opérer une tentative de démocratisation, soit selon le mot de Jaurès, le passage d’une « culture réservée » à une « culture partagée ».

155 Président d’honneur de l’ANACR et de la FNDIRP, médaillé de la Résistance.

156 Hommage faisant écho à celui d’un de ses adversaires politiques, Louis Siefridt, ancien député MRP, disant de René Cance : « homme tout entier donné à son parti […] et qui fut un grand maire ».

157 Texte publié au Havre par Louis Eudier, chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, Croix de guerre 39-45 avec palmes, médaillé du combattant volontaire de la Résistance.

158 Voir Jean Maitron, Ravachol et les anarchistes, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 1992 : « Anarcho-syndicalisme ou syndicalisme révolutionnaire ».

159 Par exemple G. Dumoulin, M. Roy, et localement A. Vaillant, Greaume, M. Hauguel.

160 Avec la FNDIRP dirigée par L. Eudier, et l’ANACR, animée par P. Naze.

161 BAVCC Caen, dossiers individuels, et AD Rouen.

162 Texte publié en 1987 dans la collection « Messidor », avec une préface de Roland Leroy et une dédicace « à sa fille et à son père mort en déportation (à Maïdanek) ». Ce texte est redoublé sur le mode mineur par un livre d’entretiens à bâtons rompus, donnés à un journaliste, Jean-Jacques Lallemant, et publiés sous le titre André Duroméa, un maire, un militant, Pantin, Le Temps des cerises, 2005, avec une postface de Roland Leroy.

163 Voir le numéro spécial de L’Humanité du 22 octobre 2007 intitulé Guy Môquet, la mémoire d’un engagement.

Table des illustrations

Légende Illustration 58 – Journaux publiés par la cellule Georges-Politzer (lycées et collèges, section Havre ouest)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Illustration 59 – Cercle Henri-Wallon : Journées de la pensée marxiste et conférences publiques (1966-1967)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Illustration 60 – Cercles Georges-Politzer (Rouen) et Henri-Wallon (Le Havre) : cinquantenaire de la révolution d’Octobre (novembre 1967)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Carte 33 – Les six sections du Havre en 1970
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Illustration 61 – Journaux de cellules d’entreprise (Havre sud-est)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Illustration 62 – Journaux de cellules d’entreprise (Havre ouest, puis sud-ouest)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Illustration 63 – Journaux de cellules d’entreprise (Havre – Commune-de-Paris)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Illustration 64 – Journaux de cellules de quartier (Havre-Sanvic, puis nord-ouest)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Illustration 65 – Journaux de cellules de quartier (Havre nord-est et Caucriauville)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Illustration 66 – Organigramme de la section Havre nord-est
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Carte 34 – Les maisons de la culture et les mairies à direction communiste
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Abréviations des professions ou des statuts :C = cheminot ; D = docker ; M = métallurgiste ; E = employé ; I = instituteur ; P = permanent.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1210/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search