Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

Les ménages

Des ménages de plus en plus réduits

Marie-Hélène Cousin

Texte intégral

1En trente ans, la taille des ménages de la région de l’estuaire a considérablement diminué du fait de la raréfaction des ménages de cinq personnes et plus et, à l’opposé, de l’accroissement du nombre de petits ménages.

2 Ménage : ensemble des occupants d’un même logement (ou résidence principale), quels que soient les liens qui les unissent. Un ménage peut donc se réduire à une seule personne.

Taille moyenne des ménages en 1990

Taille moyenne des ménages en 1990

Personnes seules suivant le sexe et l'âge en 1990

Personnes seules suivant le sexe et l'âge en 1990

MÉNAGES D’UNE PERSONNE PAR COMMUNE EN 1990

© IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

Taille des ménages par canton en 1990

Taille des ménages par canton en 1990

© IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1975 - 1990 ® VDH - OPH 1996

Évolution de la taille moyenne des ménages de 1975 à 1990

Évolution de la taille moyenne des ménages de 1975 à 1990

Les ménages : données comparatives

Les ménages : données comparatives

3Au recensement de 1990, l’ensemble de la région estuarienne comptait 244 492 ménages dont plus de 60 % pour l’arrondissement du Havre.

4En quinze ans, le nombre de ménages s’est accru de plus de 18 % tandis que la population totale n’augmentait pendant la même période que d’à peine plus de 4 %, ces évolutions reflétant en grande partie les tendances nationales et résultant d’une diminution importante de la taille moyenne des ménages. Le ménage moyen de la région de l’estuaire en 1990 est composé de 2,67 personnes, ce qui le situe aux environs de la moyenne nationale. Les différences sont par contre très importantes d’un canton à l’autre. La taille moyenne varie de 2,28 personnes à Trouville, liée à une population plus âgée, à 3,11 à Montivilliers, canton périurbain du Havre qui a bénéficié d’une migration résidentielle importante de familles citadines depuis une quinzaine d’années. D’une manière générale, on observe une opposition importante entre les cantons urbains, les cantons périurbains et les cantons ruraux. Les villes-centres ont généralement de fortes proportions de ménages de taille réduite, de même que les cantons littoraux à fonction touristique importante (Trouville, Honfleur). Les cantons périurbains ayant bénéficié d’un flux important de migration résidentielle (Montivilliers, Saint-Romain-de-Colbosc, ouest de Bernay et de Lisieux, Bourgtheroulde-Infreville) ont des ménages de taille plus importante (>2,97), de même que le canton de Goderville qui a pu, grâce à une migration résidentielle récente, conserver une taille moyenne supérieure à 3. Enfin, les cantons les plus ruraux, notamment au sud de Bernay, abritent des ménages de taille plus réduite. En quinze ans, la taille moyenne des ménages s’est fortement réduite : 2,97 personnes en 1975, 2,67 en 1990. Cette diminution a affecté l’ensemble des cantons, ceci résultant d’une multiplication des ménages réduits à une ou deux personnes, tandis qu’à l’opposé le nombre de grands ménages diminuait largement (17,5 % de ménages de 5 personnes et plus en 1975, 11,7 % en 1990). D’un canton à l’autre, cette diminution a été inégale, les plus faibles réductions concernant les cantons du nord du Havre qui continuent à bénéficier de la péri-urbanisation, les plus fortes réductions affectant essentiellement les cantons ruraux du sud des arrondissements de Bernay et Lisieux, ainsi que les cantons touristiques du littoral du Calvados. Enfin, et c’est le plus important, les ménages d’une seule personne se sont accrus de manière importante, passant de 19,2 % des ménages en 1975 à 24,7 % en 1990, situant la région estuarienne à un niveau proche de l’ensemble de la France. Le vieillissement étant souvent synonyme de solitude, plus de la moitié des personnes seules sont âgées de soixante ans ou plus, dont plus de 80 % sont des femmes, ceci étant lié à la surmortalité masculine qui accroît le risque de veuvage. C’est dans les villes que les personnes seules sont relativement les plus nombreuses (plus de 30 % du total des ménages) ; ce sont à la fois des jeunes actifs venus chercher en ville un premier logement et des personnes âgées. Dans les zones périurbaines, la part importante de ménages jeunes dans de l’habitat pavillonnaire explique les faibles proportions de ménages d’isolés. Enfin, les communes rurales les plus éloignées des villes, notamment au sud des arrondissements de Lisieux et Bernay, présentent des proportions de personnes seules importantes, souvent âgées, qui reflètent le mouvement de désertification et le vieillissement des zones rurales.

5L’évolution des ménages est donc le reflet de l’évolution de la population et des comportements, avec notamment l’augmentation de la décohabitation des générations et l’accroissement de l’espérance de vie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-1.jpg
Fichier image/, 12k
Titre Taille moyenne des ménages en 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-2.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Personnes seules suivant le sexe et l'âge en 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-3.jpg
Fichier image/, 48k
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-4.jpg
Fichier image/, 508k
Titre Taille des ménages par canton en 1990
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1975 - 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-5.jpg
Fichier image/, 28k
Titre Évolution de la taille moyenne des ménages de 1975 à 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-6.jpg
Fichier image/, 120k
Titre Les ménages : données comparatives
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12090/img-7.jpg
Fichier image/, 168k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540