Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIIe partie. Des gestions unitaires confrontées aux crises (1965-1983)

Chapitre 15. Le communisme municipal ou l’image d’un « socialisme à visage humain »

Texte intégral

De la démocratie municipale

1La démocratie peut être étudiée comme origine du pouvoir, mode de fonctionnement et/ou finalité politique.

  • 1 Cette progression se fait dans un mode de scrutin dénoncé par le PC comme moins démocratique que l (...)
  • 2 Un bulletin de la mairie du Havre, signé de René Cance, est envoyé à tous les électeurs et électri (...)

2De 1965 à 1983, les municipalités Cance et Duroméa ont été élues au scrutin majoritaire, sur listes renouvelées d’union des gauches, PSU, ex-SFIO et personnalités républicaines et laïques, puis PS, MRG, avec le soutien du PSU, en 1971 et 1977. Elles ont fait la preuve d’une double légitimité démocratique, d’abord par des succès électoraux obtenus, jusqu’en 1977, avec une majorité croissante1 de suffrages exprimés et une augmentation de la participation électorale, de 78,2 % des électeurs inscrits en 1971, à 81,1 % en 1977, puis avec la négociation et la proposition de « programmes d’action municipale » devenus « contrats communaux » en 1977. Les objectifs ont été définis, en relation avec les partenaires politiques et après consultation des électeurs. Ainsi en décembre 1970, 100 340 questionnaires ont-ils été envoyés et 32 977 remplis de façon statistiquement exploitables2.

3Le discours communiste officiel tend à faire de l’État le principal et quasi seul obstacle à l’extension de la démocratie politique, mais il devient plus problématique, dans son énonciation, après l’application des nouvelles lois de décentralisation en 1982-1983 et le changement de loi électorale pour les municipales de 1983.

  • 3 Voir Georges Marchais, Le défi démocratique, Paris, Grasset, 1973.
  • 4 Ainsi Georges Séguy, secrétaire confédéral de la CGT, en visite au Havre parle-t-il de « gestion m (...)

4Par contre, pendant la période 1965-1977, la référence démocratique est en phase avec le projet politique3 d’exercice du pouvoir d’État, comme conséquence d’une victoire électorale, et dans le cadre d’un gouvernement d’union des gauches, à participation communiste4.

  • 5 Marcel Rosette, La gestion communale dans l’action, Paris, Éditions sociales, 1977.

5Dans les limites qui sont celles d’une gestion encadrée, Marcel Rosette, responsable de la section « collectivités locales » auprès du comité central, parle d’« encadrement idéologique, juridique et administratif » des municipalités, le parti communiste revendique « un style démocratique » traduit par le triptyque « information, consultation, action »5.

  • 6 René Cance est élu conseiller général du 3e canton, à partir de 1937 puis en 1945, député-maire en (...)

6Ayant constitué des majorités de gestion sur des valeurs républicaines et laïques, articulées sur la représentation de classes sociales non privilégiées, les deux maires communistes ont, plus que leurs adversaires politiques (Monguillon et Dubosc en 1965, Hirsch en 1971, Rufenacht en 1977 et 1983, et Lagarde), accumulé un capital politique et personnel lié à leurs engagements (dans le Front populaire, dans la Résistance) et à leur inscription de longue durée dans l’histoire et le territoire communaux6. Le cumul des mandats représentatifs en est la traduction politique qui fait d’eux des « notables communistes », c’est-à-dire des hommes qui sont suffisamment représentatifs des « riches heures » de l’histoire de la gauche, en France et au Havre, pour disposer d’une réserve « personnelle » de voix, et être investis d’une légitimité qui n’est pas seulement sociale, mais aussi politique et historique.

7Ces maires disposent donc d’une autorité qu’ils engagent, au-delà de leur appartenance et de leur fonction, dans des appels à voter socialiste, au premier ou au second tour des élections présidentielles et législatives de 1965, 1974 et 1981. La question est cependant posée à terme, de leur succession par des hommes (ou des femmes) ne disposant pas de cet héritage symbolique et patriotique.

8Cependant l’un et l’autre sont aussi des hommes de parti, d’une grande fidélité politique à l’appareil dirigeant (Jacques Duclos, Roland Leroy). S’ils ont l’expérience du travail salarié (comme instituteur et comme ouvrier devenu artisan), ils sont aussi des permanents, anciens secrétaires de la section du Havre, membres de la direction fédérale de la Seine-Inférieure devenue Maritime. Mais ce qui fait leur capacité durable à exercer la responsabilité de maire est leur aptitude à se transformer en gestionnaires politiques, sans pour autant cesser d’être (des hommes) populaires.

  • 7 Andrew F. Knapp, « Le communisme municipal au Havre. De l’ascension aux incertitudes », Études nor (...)

9La direction de la ville du Havre est traditionnellement le fait d’un député ou sénateur-maire (Jules Siegfried, Léon Meyer) et les deux maires communistes n’échappent pas à la règle, bien que ce ne soit pas la norme dans l’organisation communiste. Le maire, assumant pleinement ses responsabilités parlementaires (du mardi au jeudi à Paris, pendant les sessions des assemblées), est absent de la ville trois jours par semaine. La continuité de la direction municipale est donc de la responsabilité du premier adjoint : André Duroméa de 1956 à 1959, puis de 1965 à 1971, mais il devient lui-même député à partir de 1967 ; Daniel Colliard de 1971 à 1983. Cela amène ce dernier à cumuler, au début des années quatre-vingt, la direction des finances, de l’urbanisme et de la politique foncière, de l’économie et de l’emploi, de la coopération intercommunale et de l’informatique7.

  • 8 Andrew F. Knapp, Revolutionaries or Technocrats ? Communism and Town Planning in Le Havre (1965-19 (...)

10Ainsi est-il l’adjoint le moins spécialisé et le plus en charge de secteurs clés. Cela aboutit à ce qu’un universitaire anglais8 a appelé « un style décisionnel restreint », c’est-à-dire la concentration des pouvoirs, au niveau du conseil des adjoints permanents (7 communistes sur 8), aux dépens des partenaires politiques, des élus non professionnels et de l’assemblée communale. Mais c’est, semble-t-il aussi, l’indice d’une compétence technique et politique accrue des élus, de leur capacité à s’enraciner et à durer dans un parti où la règle, non écrite, est de limiter le cumul des mandats, de faire prévaloir l’autorité des politiques sur les gestionnaires, de circonscrire, dans le temps et l’espace, l’influence des élus locaux. C’est ainsi que, nouvellement réélu en 1965, le député René Cance, redevenu maire, a été flanqué d’un secrétaire, Jean-Pierre Lefèvre, représentant la direction politique fédérale.

11L’organigramme de la direction municipale, composé d’adjoints permanents et de techniciens et cadres supérieurs, allait progressivement évoluer dans le sens d’un contrôle des élus sur l’ensemble de l’appareil, par les responsabilités dévolues à Jean-Pierre Lousse, ancien JC, membre du PC et du Mouvement de la paix, secrétaire général adjoint devenu successeur du titulaire (Caubrière), et à Johann Bracq, membre du PC et de France-RDA, attaché devenu secrétaire du cabinet du maire. Parallèlement la direction communiste faisait appel à de nouveaux professionnels, militants ou sympathisants communistes, appelés à des tâches de conseiller culturel (Serveau, Zerbib), chargés de l’information (Le Métayer), de l’économie et de l’emploi (Jégou), les uns et les autres étant destinés, soit à redoubler l’adjoint en titre, responsable du même secteur (par exemple Heudron, ancien radical-socialiste puis PSU, qui avait théoriquement la direction des Affaires culturelles), soit à représenter l’adjoint (e) affecté (e) à de multiples tâches (Daniel Colliard à la tête des finances, de l’urbanisme et de l’emploi, Maryvonne Rioual, chargée de l’enfance et de la jeunesse mais aussi « patronne » des centres de loisirs et d’échanges culturels, coordonnés par Leroux). Parallèlement, la multiplication de ces nouveaux professionnels, techniciens et politiques démontrait que la direction municipale étendait ses capacités d’intervention à de nouveaux secteurs : le développement économique, l’action culturelle… C’est-à-dire qu’elle constituait un appareil idéologique au service de ses projets politiques.

  • 9 Voir, par exemple, Le Havre libre, 20 avril 1971.

12Quant aux commissions9, au nombre de 11, rassemblant de 10 à 12 adjoints, en dépit des demandes formulées par le PSU, et reprises par la CIR en 1971, elles ne se transformaient ni en commissions élargies, avec des techniciens représentant les services spécialisés, ni en commissions extra-municipales faisant participer des associations locales. Tout au plus y avait-il des groupes de travail constitués en structures de réflexion, par exemple sur le projet d’école ouverte dite Pauline-Kergomard à Montgaillard (avec des représentants de l’Inspection académique, de la Jeunesse et des sports, des associations de parents d’élèves et des enseignants).

  • 10 A. F. Knapp, Revolutionaries or Technocrats ?, op. cit.

13Ainsi, les commissions fonctionnaient de façon assez formelle ; par exemple, dans la commission « Reconstruction » devenue « Urbanisme », ne siégeaient que deux ou trois adjoints, c’est-à-dire que, régulièrement, la moitié ou les deux tiers étaient absents, du fait de la difficulté croissante, pour les adjoints et conseillers non-spécialistes, à maîtriser les dossiers et à formuler de véritables propositions alternatives. Cela avait pour conséquence, d’après Andrew Knapp10, que la commission Urbanisme avait, de 1965 à 1980, voté toutes les propositions de son président, un seul élément de contradiction étant venu de deux conseillers communistes, éliminés de la liste pour les élections municipales de 1977.

  • 11 Mais aussi par Georges Marchais, le 20 mai 1980, et par le congrès national des cadres communaux C (...)

14Le centralisme interne, dont faisaient preuve les adjoints communistes, était donc parfois à l’image de ce qu’ils dénonçaient dans les rapports entre l’État central et des municipalités. On était loin aussi de l’objectif d’« autogestion communale » déclaré par la CFDT, en 197711, mais les propositions du PS de développer la participation salariale et citoyenne, dans la perspective (commune) de l’autonomie communale, n’avaient guère plus de chances de réalisation. Se fondant sur leur élection, leur capacité et leur volonté de prendre en compte les besoins sociaux et culturels du plus grand nombre, les adjoints communistes ne doutaient ni de leur représentativité, ni de la justesse de leurs objectifs et de leurs méthodes. Ainsi René Cance écrivait-il à ses concitoyens, en février 1971 :

Nous appuyant sur les réalisations bien connues de la municipalité dans les domaines de la scolarité, de l’emploi, de la culture et des loisirs, nous mettrons à profit la contribution efficace [c’est-à-dire les réponses au questionnaire, les suggestions et propositions exprimées] de nos concitoyens pour mieux adapter notre action à leurs besoins », et dans le dernier paragraphe, il déclarait vouloir faire participer les Havrais et les Havraises à la définition et à la solution des problèmes, « dans les formes adéquates à chaque circonstance.

15Autant dire organiser une participation par objectifs, et non structurelle, la direction municipale restant libre de ses choix et de ses initiatives.

  • 12 André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978, p. 123 sqq.
  • 13 Voir carte 23, chapitre 12.

16La description donnée par André Harris et Alain de Sédouy, dans leur livre Qui n’est pas de droite ?, enquête sur « Le Havre, métropole du programme commun bien réactualisé », d’un conseil des adjoints auquel il leur fut permis d’assister, si elle n’était pas exempte d’un certain parti pris, n’en était pas moins assez caractéristique d’un certain mode de relations entre adjoints communistes et partenaires socialistes, rien moins qu’égalitaires12. Bien plus, ce que révélaient les adjoints socialistes (Joseph Menga, chargé des Affaires sociales, Jacqueline Rubé, responsable à la Santé), c’est que les permanents communistes maîtrisaient l’ensemble des choix, même dans les secteurs où les représentants du PS avaient soit une compétence particulière, soit des idées nouvelles. Ainsi, en dépit de leur demande de faire intervenir des éducateurs dans les quartiers en difficultés (Mare-Rouge, Aplemont, cité Balzac), il n’était pas question de développer les équipes de prévention en milieu ouvert, ou bien, d’un côté, les socialistes restaient partisans d’aider au maintien et au développement de petites et moyennes entreprises, intégrées dans le tissu urbain, alors que de l’autre, les communistes préféraient les déplacer dans les zones industrielles. Cependant les zones d’activité créées13 par la municipalité, à usage des PME, étaient situées à la périphérie de la ville (Caucriauville et Montgaillard) et les entreprises étaient invitées à y transférer leurs ateliers, leurs dépôts, voire leurs bureaux.

  • 14 Voir R. Pronier, Les municipalités communistes, op. cit., pour la tendance du PC à jouer des petit (...)

17Si l’influence de la direction communiste s’étendait, par le développement de relations privilégiées et hiérarchiques avec les cadres, techniciens et nouveaux salariés municipaux (par exemple les animateurs de CLEC), elle se renforçait de l’adhésion au parti communiste ou du long compagnonnage d’hommes, ayant été élus adjoints sous l’étiquette radicale ou socialiste, voire de personnalités républicaines et laïques ; ainsi après 1965, Pierre Bisch et Robert Joly devenaient-ils membres du PC, André Heudron restait-il très proche des communistes, Bernard Robinet adhérait-il ultérieurement. Si l’on met à part le fait que certains d’entre eux aient pu être communistes, sans le dire, les motivations d’adhésion pouvaient se révéler extrêmement variées : ambition personnelle, désir d’efficacité, ralliement à la force politique dominante pour échapper au statut de minorité, situation privilégiée14, mais aussi partage de valeurs laïques et républicaines.

  • 15 Voir l’annexe 1 de ce chapitre : « Subventions aux associations, mouvements et organisations » (Le (...)
  • 16 Mouvement de la Jeunesse communiste, FNDIRP, ANACR.

18Quant aux relations de la direction municipale avec les associations locales15, elles dépendaient certes de la nature et de l’orientation de ces structures mais pas mécaniquement. En dehors des organisations situées dans la sphère politique et idéologique du PC16, très inégalement actives, l’on peut distinguer trois types de mouvements. Le premier est constitué par les associations d’origine religieuse ou très spécialisées : par exemple l’UCJG, les Éclaireurs unionistes, le Planning familial, l’aide au tiers-monde, les clubs sportifs ; celles-ci avaient des relations de « coexistence pacifique », allant jusqu’à des formes de collaboration et d’entraide, par le vote de subventions, la mise à disposition de locaux et de matériel, la participation à des initiatives municipales, par exemple Juin dans la rue.

19Si René Cance recevait une délégation du comité de soutien aux Juifs d’URSS, le 31 décembre 1970, il laissait, parallèlement, les sections locales du PC protester contre les manifestations organisées par l’Union des étudiants juifs de France, déclarées « actions provocatrices de l’extrême droite appelée Betar », contre le navire-école soviétique Dzerjinski, ancré dans le port du Havre, le 30 avril 1971.

20Un deuxième type d’associations non communistes entretint des relations privilégiées avec la direction municipale, pour des raisons idéologiques et/ou politiques, ce furent les organisations laïques, dépendant de la Ligue de l’enseignement, les associations culturelles comme l’association Maison de la culture ou les comités de gestion des CLEC, les associations France-URSS, France-Pologne, France-RDA, mais l’on constate aussi que leurs responsables, même s’ils étaient personnellement adhérents du PC, ne jouaient pas automatiquement le rôle de courroies de transmission du parti communiste et de la direction municipale, et les relations ne furent pas que de dépendance ou de subordination. D’abord parce que les associations avaient leur propre logique de fonctionnement et de développement, et aussi parce que leurs dirigeants disposaient d’une autonomie certaine, liée par exemple au nombre et à la diversité de leurs adhérents, et à leur impact propre. Les relations pouvaient même devenir virtuellement conflictuelles. Ainsi quand s’est opérée la substitution des centres de loisirs et d’échanges culturels aux foyers de jeunes ou quand l’association Maison de la culture s’est opposée aux projets du conseiller culturel de la municipalité. Quant aux 36 comités de quartier, parfois décrits comme des institutions locales, parce que créés dans l’entre-deux-guerres, sous les municipalités radicales et anticommunistes de Léon Meyer, et plutôt représentatives des petits commerçants, ils entretenaient, en tant que tels, de bons rapports avec la municipalité, sans oublier qu’un certain nombre d’entre eux, dans les bastions communistes, étaient dirigés par des militants du PC (ainsi, Le Gouarder dans le quartier d’Aplemont, Duhen aux Neiges, Duponchel dans la Vallée-Béreult, Hauguel à la tête du comité Jules-Durand, Nicolas dirigeant Renaissance-Hanail, Baudry dans le quartier de l’Eure). Il s’y ajoutait le fait que la direction municipale ménageait les comités de quartier, d’abord parce qu’il n’y avait pas d’enjeu de pouvoir, et aussi parce qu’ils constituaient, de longue date, d’efficaces relais d’opinion.

21Un troisième type d’associations développant des idéologies d’extrême gauche, féministes, par exemple le MLAC, ou antimilitaristes (objecteurs de conscience ou comités de soldats), ou ayant pris la tête de mouvements d’habitants (maison pour tous Henri-Dunant, Bois-de-Bléville), voire écologistes, et à l’inverse, les associations de défense, créées ou prises en charge par des militants UDR-RPR, furent contrecarrées par la direction municipale, redoublée par les section et cellules communistes de quartier, sans oublier l’aide donnée aux formations directement concurrentes, par exemple la Confédération nationale des locataires ou les Amis de la nature.

  • 17 M. Rosette, La gestion communale…, op. cit.

22Marcel Rosette, maire de Vitry, fut, dès les années soixante-dix, dès le congrès d’Ivry, avec Jacques Duclos, un des responsables de l’élaboration de la politique municipale du parti communiste. Il expliquait dans son livre, publié en 197717, en écho au livre de Georges Marchais Le défi démocratique et à la stratégie démocratique définie par le XXIIe congrès, que les municipalités communistes devaient s’engager à faire participer la population, en développant l’information, la consultation et l’action. L’on peut d’abord noter qu’en 1977 un nouveau poste d’adjoint, chargé « des informations et relations publiques », avait été créé, il s’y ajouta un poste de chargé de l’information. Maurice Schlewitz, ancien instituteur, ancien adjoint communiste chargé de l’instruction publique en fut responsable, avec Alain Le Métayer, ancien étudiant communiste, licencié en philosophie.

  • 18 Il prend la suite du bulletin municipal édité par la première municipalité (1956-1959), puis est d (...)
  • 19 A. F. Knapp, « Le communisme municipal… », art. cité, p. 76.

23Le journal municipal, réédité à partir d’avril 1966, prit le nom Le Havre informations à partir de 197418 : 8 pages avec supplément, en publication trimestrielle. Il restait traditionnel, dans sa forme et son contenu, c’est-à-dire qu’il comprenait l’éditorial signé du maire, des articles et des photos sur les réalisations municipales. L’évolution s’opéra dans les années quatre-vingt, avec l’affichage public, sous forme de 5 journaux électroniques d’informations municipales (à partir d’avril 1982), et aussi la création d’une cellule de communication dotée d’un budget de 10 millions de francs19 qui avait, pour premier objectif, d’élaborer un vrai journal municipal, avec des informations sur la vie des quartiers, des enquêtes et des reportages, des entretiens et des textes originaux, littéraires, poétiques. Cependant aucune tribune libre, aucun espace ouvert aux associations n’était programmé. Il en alla de même pour l’éphémère expérience de radio libre municipale, tentée par un ancien animateur de CLEC, Jacky Lemonnier, adhérent du parti communiste : ce projet d’expression multiforme, au plus près des problèmes locaux, ne fut pas pour autant un lieu de débat public et contradictoire.

  • 20 Le Havre libre, 18 janvier 1977 : « Beaucoup de monde à Caucriauville pour discuter avec les élus  (...)

24L’information était moins en effet une question de supports, seraient-ils modernes, et de responsabilité des journalistes, seraient-ils communistes, que constituée par la parole publique des élus, dans les rencontres organisées avec la population. Systématiquement, longuement, à la veille des échéances électorales, mais aussi chaque fois que se produisaient de grands mouvements sociaux (la longue grève de chez Mazeline, la bataille du France) ou dans les luttes menées par les organisations syndicales, les élus communistes étaient physiquement présents. Ils s’adressaient aux « travailleurs », partout où ils étaient rassemblés, devant l’hôtel de ville ou devant le siège des syndicats Franklin, devant les portes des usines, au BCMO (bureau central de la main-d’œuvre) des dockers, sur le quai d’accostage du paquebot France. Pendant les périodes de campagnes électorales, ils multipliaient les réunions publiques décentralisées, à l’échelle des quartiers20, en particulier dans les bastions des 3e et 4e cantons et dans la partie havraise de la 7e circonscription.

25À cela s’ajoutèrent des rencontres plus spécialisées, avec la participation de représentants des syndicats, des associations de parents d’élèves… par exemple les tables rondes, sur les problèmes scolaires et universitaires, sur l’emploi, ou la présentation, par les huit adjointes et conseillères municipales de la liste Duroméa, de la place des femmes, de leurs difficultés propres (contraception, emploi, garde d’enfants), de leur représentation, en 1977.

  • 21 Une série d’arguments sont développés dans un ensemble d’éditoriaux du Havre libre par l’ancien dé (...)

26Plus spectaculaires furent les initiatives, prises par les radios périphériques et les chaînes de télévision, à partir de 1971, d’organiser une confrontation entre les deux principales têtes de liste aux élections municipales : Radio Luxembourg et Europe 1, mais aussi le journaliste de TF1, Yves Mourousi, en 1977, cherchaient à opposer deux personnalités autant que deux programmes et un bilan. René Cance puis André Duroméa firent donc rejouer des antagonismes anciens, contre l’ancien préfet, le « horsain », Robert Hirsch en 197121, mais ce type d’argumentation ne put être qu’en partie repris, en 1977, contre Antoine Rufenacht, député RPR de la 6e circonscription du Havre et secrétaire d’État dans le gouvernement de Raymond Barre. Encore en 1971, les deux partis de gauche, associés dans la présentation d’une liste commune aux élections municipales, projetèrent de courts films de propagande (et d’instruction civique ?) : le parti socialiste, d’abord, organisa la projection dans les quartiers de Votre ville, c’est votre vie (le 10 janvier à Bléville), et l’adjoint communiste Daniel Colliard, futur premier adjoint de la municipalité Duroméa, participa le 25 février à une assemblée-débat dans le quartier de l’Eure, avec le personnel de l’usine Caillard, sur les images du film La Maison commune.

  • 22 Un questionnaire est envoyé par la ville en février 1970.
  • 23 Voir annexe 2 : « Naissance de l’université du Havre (1972-1973) » (Le Havre libre, 11 juillet 197 (...)
  • 24 Le 13 octobre 1976, 24 foyers d’anciens, avec l’inauguration du dernier en date dans le quartier n (...)

27Une consultation organisée des électeurs et électrices a été faite dans les trois mois précédant les élections municipales, à partir de 197122. Sur la base d’une série de « réalisations proposées », à l’échelle de la ville et pour le quartier, les habitants ont été invités à dégager leurs priorités, et à élaborer des suggestions. Fin 1970, 100 340 questionnaires (sur 119 517 envoyés) ont été reçus par leurs destinataires, 34 267 réponses ont été renvoyées et 32 977 traitées « mécanographiquement », soit celles d’un électeur sur trois et, pour les trois quarts d’entre eux, des femmes. La priorité a été donnée aux foyers pour personnes âgées (25 511) puis aux zones d’emploi (14 350), à l’aide à la construction de logements (13 765) et à l’université (13 268)23 et enfin aux transports, aux équipements pour l’enfance, à la voirie, aux équipements sanitaires, au palais des Sports, à l’aménagement de la place, à la patinoire, à l’équipement culturel. Une comparaison même rapide, entre ces réponses et le bilan de la municipalité Duroméa en 1977, permet de constater que les priorités des électeurs ont été essentiellement respectées dans le secteur économique et social24, par contre les équipements culturels (4316 réponses) et sportifs (5561 réponses positives pour la patinoire), qui n’apparaissaient pas comme prioritaires, ont été multipliés.

  • 25 Le Havre libre, 4 mars 1977.

28En 1977, 35 259 réponses ont été analysées et un sondage donnait la première place aux questions d’ordre et de sécurité (55 %), à la limitation des impôts (54 %), puis au problème de l’emploi (39 %) et à l’aide aux personnes âgées. Confronté, publiquement, à la reprise de ces thèmes par son challenger de droite, Antoine Rufenacht, André Duroméa répondit avec son bilan économique et social : l’ouverture de deux zones d’emploi à Caucriauville et à Montgaillard (300 emplois créés pour 900 prévus) et la participation financière de la municipalité à la construction du Centre de commerce international, équipement créateur d’emplois de services, la modération fiscale de la ville du Havre (22e sur 41 villes de plus de 100 000 habitants) ; mais il insistait plus encore sur la priorité donnée à l’éducation et à la culture, avec le préfinancement d’une université25 (une UER de sciences et techniques, un département d’affaires internationales) et les 6 % du budget à finalité culturelle (maison de la culture et CLEC). Il fit aussi publier un programme d’engagements détaillés, par quartiers, dans tous les secteurs relevant de la responsabilité municipale en matière d’équipements.

29La continuité d’une gestion axée sur des priorités sociales, mais aussi culturelles, est donc bien revendiquée par les élus, en dépit du retournement de la conjoncture, elle est fondamentalement de nature politique, même si elle est articulée sur la satisfaction des besoins individuels et collectifs. Mais le plus remarquable est qu’elle soit sanctionnée positivement par une majorité croissante de votants et d’exprimés. Pour autant, elle n’est pas exempte de contradictions avec une fraction de son électorat (sociologique), comme le traduit l’analyse de l’évolution des résultats électoraux par quartiers et bureaux de vote.

30Si la consultation a un sens politique, c’est qu’elle permet une information renouvelée des élus et un ajustement de l’action communale. Elle est d’ailleurs redoublée par l’expression publique des partis et des structures syndicales ; c’est ainsi qu’en 1977 la CFDT demanda que la priorité soit donnée aux équipements collectifs, à l’action économique et à la démocratie politique locale, par la multiplication des relations avec les organisations syndicales, familiales, associations de parents d’élèves, de locataires, clubs sportifs et culturels.

31Le domaine le plus sensible dans la consultation des habitants fut cependant celui des POS, plans d’occupation des sols, pour lesquels le conseil municipal et la population se limitent à donner des avis (de même que pour les plans de circulation). Dans ces secteurs, la direction municipale a donné la priorité à l’information, plutôt qu’à la consultation, sauf dans le cas des opérations de réhabilitation de l’habitat ancien dégradé (quartier de l’Eure - Gustave-Brindeau), mais elle a aussi institué une commission consultative d’habitants, dans le quartier récemment annexé de Rouelles, dans la période postérieure aux municipales de 1977.

32C’est que la question des projets d’urbanisme, de même que les problèmes sociaux nés de la crise urbaine, se traduisait presque immédiatement en termes électoraux, soit sous forme de mobilisation en comités de défense (Sanvic, Sainte-Anne, Dollemard) qui se transformaient en comités électoraux (soutenant Antoine Rufenacht aux élections législatives et municipales), soit sous forme d’une augmentation du pourcentage des abstentions et d’un moindre pourcentage de suffrages exprimés dans les quartiers votant traditionnellement communiste (Eure-Brindeau, Acacias en 1977).

33L’action sur le terrain, que la direction politique nationale opposait à la gestion des dossiers dans les bureaux et les commissions, s’était de fait développée, pendant les gestions d’André Duroméa, sur fond de crise des finances locales, à cause de la priorité donnée aux équipements collectifs, qu’ils soient des logements, des établissements culturels ou des infrastructures de santé publique.

34Ainsi Maurice Schlewitz, adjoint à l’Instruction publique, a-t-il orchestré des mobilisations de syndicats – SNI-SNES (FEN), CGT – de partis – PC, PS – d’associations de parents d’élèves – FCPE, fédération Cornec –, de cellules et section de quartier, par exemple dans « un comité pour le financement de deux maternelles à Caucriauville » (1976), tout en œuvrant, au sein du syndicat intercommunal à vocations multiples, pour la création d’une université de plein exercice, avec une résidence et des restaurants à usage des étudiants. Parallèlement le conseil municipal tint des séances extraordinaires, par exemple, en 1966, sur la défense des libertés communales et l’amélioration des finances communales, en 1967, pour la construction de deux groupes scolaires dans le quartier des Neiges et la ZUP de Caucriauville, ou en 1977, sur le chômage.

35La démocratie politique locale fonctionna donc moins à la participation directe qu’à la délégation de pouvoir aux élus du suffrage universel, c’est dire que le contrôle et la sanction ne s’exerçaient qu’à échéance électorale.

  • 26 Andrew F. Knapp, « Paris : le système politico-administratif local, 1977-1987 », Annuaire des coll (...)

36Si d’après Andrew Knapp26, et par comparaison avec d’autres municipalités à direction communiste de la région parisienne, le « style décisionnel » du Havre peut être considéré comme « plus ouvert et plus transparent », il n’en est pas moins le fait d’un nombre limité de permanents du PC. Les communistes, comme ils l’ont démontré en 1968, restent les adversaires déclarés de toute forme de contre-pouvoir, quelle qu’en soit la nature.

37Par contre, ils purent développer des formes variées de partenariat : avec le parti socialiste, avec la chambre de commerce et le Port autonome, avec des syndicats et associations, plutôt sur des objectifs ponctuels et limités, même si la tendance des années soixante-dix était à définir des projets de plus longue durée. La constitution de groupes politiques, au sein des conseils municipaux (un groupe communiste présidé par Roland Ricouard, un groupe socialiste dirigé par Émile Delègue), tendait moins à constituer l’assemblée communale en instance délibérative et le maire et le premier adjoint en arbitres au-dessus des partis qu’à parachever leur rôle de « décideurs » agissant au nom de l’ensemble de la municipalité constituée, par la loi, de façon homogène (jusqu’en 1983).

  • 27 Pour les trois syndicats CGT du personnel communal (cadres techniques et administratifs, agents de (...)
  • 28 Voir l’annexe 3 de ce chapitre : « La grève d’une centaine d’agents communaux de la CFDT (1975) ».

38Quant aux rapports avec le personnel municipal, adhérant pour un salarié sur deux à la CGT27, ils évoluèrent en deçà des normes légales en matière de salaires et d’horaires de travail (c’est-à-dire avec passage aux 39 heures puis aux 35 heures hebdomadaires au début des années quatre-vingt). La seule originalité était le paiement intégral des jours de grève de la fonction publique territoriale, ou autres journées d’action nationale, organisés par la CGT. Le seul conflit déclaré l’a été dans la deuxième quinzaine de juin 1979, entre une centaine d’adhérents à la CFDT et la direction municipale, le reste des problèmes ayant dû être réglé entre l’adjoint communiste, chargé du personnel municipal, et les délégués des syndicats CGT (2000 adhérents)28.

  • 29 Par exemple, la commission locale d’aménagement et d’urbanisme (CLAU).

39Quels que soient les déclarations publiques et les engagements de développer les pratiques démocratiques, la municipalité à direction communiste semble agir en fait à la fois en fonction de ses mandats et à partir de ses objectifs politiques, d’autant que les contraintes auxquelles elle est soumise augmentent : d’une part les tutelles administratives et politiques, l’État et la région, d’autre part les nouvelles commissions d’aménagement régional et urbain29, sans compter les structures supra-communales auxquelles elle s’est intégrée : le SIVOM formé avec trois municipalités, dont deux à direction communiste, celles d’Harfleur et de Gonfreville-l’Orcher, et Fontaine-la-Mallet (1971) ; le syndicat intercommunal pour la gestion et le développement d’un centre informatique (1973) créé avec 13 communes du département.

Une gestion sociale

  • 30 Le Havre libre, 15 juin 1976.

40Le caractère « social » de la gestion des municipalités à direction communiste est sans doute ce qui a été le plus porté à leur crédit, même par leurs adversaires politiques. C’est ainsi qu’au terme d’une étude comparée, Le Nouvel Économiste peut déclarer qu’André Duroméa est « le maire le plus social de France »30, dans l’année qui précède les élections municipales de 1977. Pour cela le journal s’en tient à trois critères révélateurs : la multiplication des résidences à usage des personnes âgées, l’augmentation des écoles et des haltes-garderies (6 ont été créées pendant la durée du mandat) et le faible niveau d’imposition fiscale, qui place Le Havre au 34e rang des 43 villes françaises de plus de 100 000 habitants. Et ces classements qui se multiplient, dans les années soixante-dix, font apparaître, à intervalles réguliers, que Le Havre, comparé à ses deux rivales normandes, les préfectures régionales de Rouen et de Caen, limite non seulement les prélèvements fiscaux mais aussi le niveau d’endettement, toujours inférieur à celui de villes de taille et de fonctions comparables.

  • 31 A. F. Knapp, J.-P. Lousse, F.-J. Gay, Y. Guermond…
  • 32 A. F. Knapp, « Le communisme municipal… », art. cité, p. 66.
  • 33 A. F. Knapp, Revolutionaries or Technocrats ?, op. cit.

41Ces affirmations sont corroborées par les études de politologues et d’historiens31 qui ont analysé les orientations budgétaires et fiscales des municipalités Cance et Duroméa. Cependant cette modération fiscale n’est pas l’indice d’un fonctionnement ralenti de l’action municipale. Bien au contraire, l’ensemble des budgets, étudiés de 1965 à 1980, ont un rythme de croissance deux fois supérieur à celui de l’inflation32. Qui plus est, le budget « investissement » augmente plus que le budget « fonctionnement » jusqu’en 1975. Par contre en 1980, il n’en représente plus que le tiers33. Les investissements sont liés à une politique de développement des équipements sociaux et culturels de quartier, dans des secteurs relevant de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, de l’action sanitaire et sociale.

42En matière d’impôts, la municipalité choisit de taxer d’abord les entreprises (taxe professionnelle) et les propriétaires (taxe foncière sur les propriétés bâties), plutôt que les ménages locataires, et de limiter la part des impôts indirects, en particulier la participation des usagers au financement des services municipaux (ramassage des ordures, eau…). Par exemple la valeur moyenne de la taxe d’habitation est en 1978, au Havre, de 560,68 francs, et à Rouen, de 616,40 francs.

  • 34 A. Harris et A. de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, op. cit., p. 186.

43Ces orientations sociales ne détériorent pas pour autant les relations de partenariat, entretenues avec la chambre de commerce et d’industrie et le Port autonome, comme le constate le député RPR de la 6e circonscription, Antoine Rufenacht, secrétaire d’État au Commerce dans le gouvernement Barre, en 197834 :

J’ai dit aux patrons du Havre : « Vous ne comprenez que le langage de la force, alors je ferai du chantage » […]. J’ai monté une association pour favoriser l’expansion locale […]. La CCI et le Port autonome m’ont fait savoir qu’ils n’y participeraient pas […]. J’ai fait comme eux, je leur ai dit que je ne les recevrais plus. Je n’ai plus répondu à leurs lettres et j’ai bloqué ici, au secrétariat au Commerce, leurs crédits pendant six mois […]. De leur part, cette révérence à l’égard de la municipalité, est une attitude suicidaire. Je crois qu’ils ont totalement tort, et c’est là que je ne suis plus un libéral !

44Ces relations de coopération forcée ( ?) peuvent d’autant mieux s’instituer, sauf intervention et conjoncture contraires, que le développement des grandes entreprises, dans la nouvelle zone industrielle portuaire, tend à s’opérer en dehors de limites urbaines, là où la taxe professionnelle est moins chère (14,7 % au Havre, 1,16 % à Sandouville, pour l’usine Renault, et 1,69 % à Oudalle).

  • 35 D’après Le Point, no 374, 19 novembre 1979.

45L’endettement de la ville est évalué, en 1979, à 2091 francs par tête, soit à nouveau moins qu’à Rouen (2573 francs) et à Caen (3052 francs)35, et il place Le Havre au 20e rang des 39 villes de plus de 100 000 habitants étudiées, mais il est le plus élevé de toutes les grandes municipalités à direction communiste, après Saint-Étienne, gagnée en 1977.

  • 36 Une journée « mairies fermées » a lieu le 29 novembre 1973.
  • 37 Remboursée à terme par le fonds de compensation de la TVA.

46Cependant les emprunts deviennent de plus en plus nécessaires, du fait de la baisse des subventions d’État, baisse de l’ordre du tiers en francs constants, entre 1967 et 1976, et de l’augmentation des prix, conséquence des chocs pétroliers (transports, chauffage, gaz et électricité). L’on en arrive à ce que les intérêts de la dette représentent jusqu’à près de 10 % du montant des recettes ordinaires. La crise des finances municipales, qui se développe dans la deuxième moitié des années soixante-dix36, a au moins trois raisons. Les subventions d’État non seulement diminuent en pourcentage des dépenses engagées (par exemple sur 10 milliards de francs, dévolus aux constructions d’établissements scolaires, de 1971 à 1976, la subvention d’État ne s’élève plus qu’à 25 %, soit 2,5 milliards), mais comme, dans le même temps, l’État prélève des sommes croissantes, au titre de la TVA37, la subvention se trouve réduite de 1,5 milliard de francs et se limite donc à 1 milliard, soit 10 %. Enfin l’État multiplie les transferts de charge, en matière de dépenses de fonctionnement des collèges, mais aussi de santé publique, de transports urbains et de sécurité des biens et des personnes. La municipalité voit se réduire ses capacités d’autofinancement, devenues inférieures à 10 % du montant des travaux programmés, alors qu’elles atteignaient plus de 16 % en 1965. Le recours à l’emprunt s’opère à hauteur de 80 % du montant des dépenses d’investissement engagées dans les années quatre-vingt. Pour dénoncer cette évolution, la municipalité élabore, en 1972, deux budgets, dont l’un sans paiement de la TVA et sans frais de gestion des collèges d’enseignement secondaire.

  • 38 Voir Le Havre libre, 11 et 12 juin 1977, en annexe 4 : « Aides municipales aux chômeurs ».

47Une autre évolution problématique pour une municipalité qui doit accroître son budget d’aide sociale est la baisse des rentrées fiscales, du fait de l’augmentation du nombre des chômeurs (en 1979, en proportion double de la moyenne nationale38 par rapport au nombre d’actifs).

48La question est donc posée de savoir comment les municipalités à direction communiste ont réussi à faire prévaloir leur politique d’investissements massifs, à usage des besoins collectifs des classes populaires et moyennes. D’une part par ce que l’on pourrait appeler « un réamorçage de la pompe », c’est-à-dire en augmentant la part de la ville (et du SIVOM dont elle alimente 82 % du budget) dans le financement de la construction d’équipements lourds. Ainsi la municipalité finance à 61 % l’édification de l’ensemble culturel Oscar-Niemeyer mais l’État doit s’engager à continuer à partager par moitié les frais de fonctionnement de la maison de la culture, ou encore la municipalité engage les premières et principales dépenses pour la construction de bâtiments universitaires, dans le quartier gare – cours de la République, de même pour la santé publique et l’hôpital général Jacques-Monod.

49D’autre part la direction municipale a initié ou relayé des mobilisations d’associations et de syndicats, pour obtenir les autorisations de démarrage ou le déblocage des crédits, en relation, par exemple, avec l’association Maison de la culture, les syndicats CGT, CFDT et FEN, les associations de parents d’élèves… Ainsi a été créé un comité d’action pour le financement par l’État de deux maternelles à Caucriauville.

  • 39 Voir Daniel Colliard dans A. Harris et A. de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, op. cit., p. 189 : (...)

50Enfin il apparaît bien que les positions de la municipalité ont évolué, de son refus affiché, en 1977-1978, de subventionner tout équipement à usage de grandes sociétés privées, comme le Centre de réparation navale39, à sa participation financière à la construction du Centre de commerce international ou du dock flottant dans les années quatre-vingt. De même pour les subventions, d’abord refusées, puis attribuées à l’équipe de football professionnel du Havre Athletic Club… Il est donc évident que la municipalité n’a pas seulement « lutté », mais qu’elle a aussi négocié avec ses partenaires obligés, c’est-à-dire non seulement l’État et les directions de l’Équipement, des Affaires culturelles et de l’Action sanitaire et sociale, mais aussi ce qu’elle appelle les « grands intérêts privés », et qu’elle a fait et obtenu des concessions, dans le double but de préserver des postes d’ouvriers et d’employés mais aussi de créer de l’emploi, de type tertiaire et féminin, dans une ville qui en manquait, au dire même des élus communistes.

  • 40 Sans compter l’assistance sociale sous forme de « rationnaires ». Voir l’affiche de Charles Nicoll (...)

51Une évaluation du caractère social40 des municipalités à direction communiste peut aussi être opérée à partir de sa politique du logement, une fois la reconstruction achevée, étant donné qu’elle n’a pas, jusqu’en 1982, la maîtrise de l’Office public d’HLM (seulement 4 représentants). Dès son arrivée à la direction de la municipalité, l’équipe Cance a d’abord recensé les besoins en appartements, dans une publication de 1969, Le livre noir du logement (reprenant les demandes formulées par de multiples associations). La municipalité du Havre en a fait sa priorité et a présenté comme première caractéristique d’être la ville où, sur 27 000 logements construits de 1965 à 1980, plus de la moitié l’ont été sous forme de HLM locatifs, soit une proportion deux fois supérieure à la moyenne nationale, dans de grands ensembles, à la Mare-Rouge et à Caucriauville dans les années 1960-1970, à Montgaillard et à Dollemard, ZAC des années 1970-1980. À terme tous les terrains disponibles en ville haute, à la limite des communes limitrophes d’Harfleur, Rouelles, Fontaine-la-Mallet, Octeville, ont été équipés de logements sociaux construits pour des habitants venus des anciens quartiers ouvriers, comme l’Eure et les Neiges, ou des campagnes du pays de Caux, ou rapatriés des ex-colonies françaises d’Afrique du Nord…

52Ces opérations d’urbanisme ont été conduites par une société d’économie mixte, dite Société d’aménagement de la région du Havre, partenaire de la ville, mais liée à l’État et au département, à la Caisse des dépôts et à la chambre de commerce. La direction municipale s’est, quant à elle, employée non seulement à aider financièrement les promoteurs immobiliers, en particulier l’OPHLM, en garantissant ses emprunts, mais aussi à équiper les nouveaux quartiers en installations de service public et zones d’emploi, soit des écoles, collèges, terrains de sports et piscines, des centres médico-sociaux, des centres culturels décentralisés, des bibliothèques…

  • 41 A. F. Knapp, « Le communisme municipal… », art. cité, p. 66, et Revolutionaries or Technocrats ?, (...)
  • 42 Opération dénoncée par Antoine Rufenacht, député RPR sortant.

53Il en est résulté la mise à la disposition de la ville d’une fraction d’environ 10 % du parc des HLM locatifs, soit, d’après Andrew Knapp41, 2250 appartements qui pouvaient alimenter, de la part des demandeurs, des rapports de type clientéliste avec l’appareil municipal. Parallèlement la tentative de conquérir une majorité d’électeurs, par des opérations immobilières de type HLM réalisées dans le cadre de la 6e circonscription, en particulier les ZAC de Montgaillard et de Dollemard42, a échoué. En effet, la progression du candidat communiste, Daniel Colliard, devenu conseiller général du 6e canton en 1976, vérifiable dès les législatives partielles de 1975, confirmée en 1978, a été entravée par le retournement de la conjoncture politique, au profit du parti socialiste en 1981. C’est que s’il y a bien, au Havre, corrélation positive entre logement en HLM et vote communiste, par exemple dans le quartier d’anciens HBM de Tourneville, pour autant d’autres éléments peuvent interférer et expliquer les défaites du premier adjoint, chargé de l’urbanisme, de 1973 à 1981. De plus, si le projet de ZAC Dollemard pouvait aider Daniel Colliard à gagner aux législatives de 1975 ou 1978, il détermina aussi une mobilisation contradictoire, de nature politique, qui lui aliéna les sympathies d’une fraction des classes moyennes, essentielles pour obtenir la majorité dans la 6e circonscription, et détermina ces mêmes électeurs à voter pour le candidat socialiste, Joseph Menga, en 1981. C’est qu’aux limites de la cité, dans les cantons touchés par la croissance urbaine et le développement de l’habitat pavillonnaire, le déplacement de voix de droite s’opère d’abord au profit des candidat (s) et liste (s) du PS. Ainsi la ville et le canton de Montivilliers sont-ils gagnés par le parti socialiste en 1977 et 1982. De même, dans le quartier neuf de Montgaillard, la mixité sociale, recherchée à partir de la juxtaposition d’immeubles collectifs et de pavillons individuels, aboutit-elle, en 1982, à l’élection du candidat socialiste, le docteur Patrick Fouilland.

  • 43 Voir « La réhabilitation de l’habitat ancien », Le Havre libre, 1980 ; et l’annexe 5 de ce chapitr (...)

54Les opérations de rénovation urbaine, dans les bastions communistes que sont les vieux quartiers de la ville basse43 situés à l’est, de part et d’autre des lignes de chemin de fer (îlots Massillon-Bourdaloue en 1973, Eure en 1974, Arcole-Brindeau-Iéna en 1978-1979), mais aussi dans le quartier neuf, mais dégradé, de la Mare-Rouge, de même que la destruction du dernier bidonville, celui de la cité Chauvin, en 1972 et son remplacement par des logements et équipements collectifs, ont été réalisées avec une forte participation financière de la municipalité et précédées d’informations, et même de consultations, des populations concernées.

  • 44 Voir Daniel Colliard, « Difficultés et risques de la réhabilitation », L’Élu d’aujourd’hui, no 12, (...)

55Mais la ville, si elle peut tenter de faire en sorte que les populations à faibles revenus ne soient pas expulsées du centre ancien rénové ou des quartiers populaires de la basse ville est44, n’a pas la capacité pour autant de maîtriser deux processus qui lui sont, à terme, électoralement dommageables, d’une part le vieillissement des quartiers sud-est, leur dépeuplement, leur dégradation ou à l’inverse, par exemple dans le quartier de la Mare-Rouge, l’afflux de populations constituées d’ouvriers non qualifiés, de familles nombreuses, et d’origine étrangère, de travailleurs immigrés, de victimes du chômage.

Carte 31 – Décentralisation culturelle et équipement des périphéries (2e municipalité Cance, 1965-1971)

56C’est aussi à cause de cette conjoncture économique et sociale non maîtrisée, redoublée par la crise urbaine et les problèmes politiques, que le PC enregistre ses premières pertes électorales, à partir de 1978-1979.

  • 45 Voir carte 31 : « Décentralisation culturelle et équipement des périphéries : 2e municipalité Canc (...)

57La direction communiste a enfin programmé la construction d’équipements publics très différenciés45 et qui correspondaient à deux grands types d’objectifs : d’une part et en fonction de la priorité donnée à l’éducation (30 % du budget), ont été construits des établissements scolaires, des installations sportives, des centres de loisirs et d’échanges culturels, d’autre part ont été créés des structures collectives de prise en charge des personnes âgées, des jeunes enfants et des adolescents, des équipements de santé et de transports publics, d’aide et d’assistance sociales, et même de sécurité. Par exemple sur les 16,8 millions d’emprunts réalisés à la rentrée scolaire de 1969, 6 millions (36,24 %) étaient affectés à la construction d’écoles et de collèges, 0,7 million (4,16 %) à l’équipement sportif.

  • 46 Voir document en annexe 6 : « Une politique d’équipements scolaires » (articulée, de 1971 à 1977, (...)

58Mais la direction municipale opère aussi des choix, c’est ainsi que pendant la seconde municipalité Cance, elle donne la priorité à la construction d’écoles maternelles et primaires de quartiers populaires, au rythme, rappelé en 1971, de « trois écoles maternelles par an et deux écoles élémentaires », sur le plateau, à Caucriauville, aux Acacias, à Dollemard et dans la Sous-Bretonne, mais plus encore elle privilégie les formations techniques et professionnelles, liées aux collèges (à Soquence et dans l’Eure, aux Vikings) et au premier institut université de technologie (génie électrique) fonctionnant en relations avec le lycée technique de Caucriauville - Robert-Schuman. Elle tend aussi à équiper les quartiers du nord et de l’est en collèges d’enseignement secondaire46, au rythme de deux par an, soit à Caucriauville (Jules-Vallès et Guy-Môquet), à Bléville, la Sous-Bretonne et Dollemard (Claude-Bernard), à Montgaillard (Descartes), à la Mare-Rouge (Jean-Moulin), aux Acacias, à Graville (Léo-Lagrange) et dans la Vallée-Béreult (Viviani devenu Jacques-Monod), et cela en dépit de la baisse des subventions et de la tendance à augmenter les délais de nationalisation des collèges.

59Parallèlement, elle multiplie les établissements spécialisés pour les enfants handicapés (sourds-muets, malvoyants), débiles légers ou inadaptés, tel l’institut médico-pédagogique Jules-Guesde. Quant aux équipements sportifs et culturels (6 % du budget municipal, dès 1971), ce sont d’abord des salles et des gymnases, construits dans chaque quartier nouveau ou annexés à des établissements d’enseignement secondaire, par exemple l’ensemble Gabriel-Beauville, dans le quartier Danton-Douanes, à usage des élèves du collège Irène-Joliot-Curie et du collège d’enseignement technique Jules-Lecesne, Romain-Rolland, la salle de quartier d’Aplemont-Frileuse, utilisée par le collège du même nom.

60La multiplication d’équipements de proximité, par exemple la piscine construite dans le quartier de la Mare-Rouge, soit la deuxième au Havre depuis l’avant-guerre, et la piscine municipale du cours de la République, participe d’un effort d’aménagement à finalité sociale, de même que le développement de centres culturels décentralisés, de bibliothèques de quartier, en marge du théâtre municipal reconstruit au centre et du muséum restauré, est caractéristique d’un effort de démocratisation culturelle, qui s’inscrit dans la continuité des politiques culturelles et sportives des gouvernements de Front populaire et de la Libération.

61De même orientation sont les efforts d’aménagement en espaces verts (squares et jardins d’enfants de la Vallée-Béreult et du quartier des Neiges, plaine de jeux de Bléville), et plus encore, l’organisation des vacances et loisirs pour la jeunesse, des centres aérés en forêt de Montgeon devenue parc de loisirs ou à Caucriauville, jusqu’au centre familial de vacances et classes de neige, installé à Montgenèvre. La municipalité dirigée par René Cance cherche aussi à développer les foyers d’anciens (20 en 1971 et un 21e prévu dans le quartier des Neiges), institution municipale coexistant avec les foyers et les maisons de jeunes et de la culture (Porte-Océane, Caucriauville).

62À la suite des foyers-logements (1 par an, le 3e construit à Caucriauville), soit une demande prioritaire, exprimée par une majorité de personnes ayant répondu au questionnaire municipal, fin 1970, ce sont des maisons de l’Automne qui sont construites, après le bas Graville, dans les quartiers hauts des Acacias – Mare-au-Clerc, place James-de-Coninck, et elles trouvent leur pendant dans les maisons de l’enfance. Les jeunes enfants et les personnes âgées sont en effet les premiers bénéficiaires de l’aide sociale inscrite au budget municipal, sous forme de cantines scolaires et de centres aérés, de distribution de colis et de banquets annuels, de transports urbains gratuits ou à très bon marché.

63Les très jeunes enfants, qui ne sont pas encore d’âge scolaire, ou les plus âgés en dehors du temps d’école, sont pris en charge dans des haltes-garderies de quartier (Aplemont, Demidoff, Caucriauville) et des colonies maternelles, auxquels s’ajoutent les centres aérés et les colonies de vacances.

64Enfin la santé publique fait l’objet de constructions de type centres médico-sociaux de quartier (Mare-Rouge, Neiges), centres de soins (Vallée-Béreult) et autres établissements spécialisés dans la médecine sociale.

65Quant aux transports et à la voirie urbaine, ils sont développés à usage des piétons et de ceux qui travaillent, sans disposer d’un moyen de transport individuel ; sont ainsi aménagés des passerelles et passages supérieurs, des transports collectifs (funiculaire et autobus).

66Si l’on tente un repérage concret, dans l’espace des quartiers et des circonscriptions électorales, il apparaît que les réalisations municipales sont d’abord à usage des habitants du 4e canton (ZUP du quartier nord-est de Caucriauville, haut et bas Graville, Aplemont et Soquence) dont le conseiller général est le communiste Louis Eudier, et le député, le maire ou le premier adjoint, René Cance puis André Duroméa, mais aussi des habitants du 3e canton (Neiges, Vallée-Béreult), bastion communiste, ou encore des fractions populaires et enclaves ouvrières du 7e canton (Dollemard, Sous-Bretonne, Mare-Rouge) et du 6e canton (Acacias, Tourneville, Demidoff), quartiers dans lesquels se présentent, aux élections cantonales, deux adjoints en charge de l’urbanisme et du logement (Daniel Colliard) et de l’instruction publique (Maurice Schlewitz). Mais il est de fait aussi que cet effort d’équipement des périphéries ouvrières, parmi les plus déshéritées, correspond à un rattrapage et à une obligation née du caractère neuf, créé de toutes pièces, des ZUP du plateau nord (Caucriauville, Mare-Rouge, Dollemard). Il s’y ajoute l’abandon dans lequel avaient été laissés les vieux quartiers ouvriers de la zone sud, devenus des banlieues marginalisées.

  • 47 Voir carte 32 : « Équipement culturel et sportif des périphéries et municipalisation : 1re et 2e m (...)
  • 48 Elles sont prévues pour 900 embauches, dont un tiers de femmes, à Caucriauville et Montgaillard.

67Les deux municipalités dirigées par André Duroméa et Daniel Colliard, de 1971 à 1983, ont continué l’effort social d’équipement des quartiers périphériques47 entamé par les municipalités Cance, mais avec une triple inflexion. D’une part, s’inscrivant dans une logique de croissance jusque dans les années 1974-1975, elles ont ajouté une dimension économique, et pas seulement sociale, à un aménagement de l’agglomération devenu régional, c’est-à-dire qu’elles ont tenté de créer de nouvelles zones d’emploi48, à usage des petites et moyennes entreprises, et multiplié les ZAC (Montgaillard, Dollemard, vallée de la Lézarde). D’autre part, elles se sont situées dans la filiation politique des orientations ayant abouti à la signature du programme commun de gouvernement, et ont commencé à penser la gestion plus à l’échelle de la ville et de la région qu’à celle des quartiers.

Carte 32 – Équipement culturel et sportif des périphéries et municipalisation (1re et 2e municipalités Duroméa, 1971-1983)

  • 49 À partir de 1973, pour Le Havre et 7 communes du département.

68C’est ainsi qu’elles se sont engagées dans la construction de l’équipement maison de la culture - cinéma et théâtre, équivalent architectural pensé comme instrument de démocratisation culturelle, du Centre de commerce international, conçu au service du monde des affaires par la chambre de commerce et d’industrie. Elles ont enfin continué de développer l’habitat collectif en grands ensembles HLM, mais elles ont aussi commencé à prendre en compte l’aspiration à la propriété individuelle de pavillons situés en zone intra-urbaine (Montgaillard). Parallèlement elles ont tenté de se doter d’une image « moderne », avec le développement de l’informatique de gestion49, l’élimination du dernier bidonville devenu habitat de familles immigrées, en 1972 (cité Chauvin), les efforts déployés pour la formation du personnel municipal, et plus encore les projets d’université développés à partir des instituts universitaires de technologie et des premières unités d’enseignement et de recherche (2800 étudiants en 1977). Mais l’essentiel reste cependant la gestion sociale, engagée parallèlement aux entreprises de rénovation urbaine et de réhabilitation de l’habitat ouvrier.

  • 50 Dépensant 10 milliards en cinq ans (1971-1976) pour 14 écoles primaires et 18 écoles maternelles.
  • 51 Les collèges d’enseignement secondaire sont payés à 45 % par la ville en 1977.

69Les vieilles écoles Louis-Blanc, Gustave-Courbet des quartiers populaires (Gobelins, Observatoire) sont elles aussi refaites à neuf. En marge de la ville, la municipalité continue à construire dans les quartiers périphériques des établissements50 primaires et secondaires : écoles maternelles de la cité Chauvin, de Caucriauville et du Bois-de-Bléville, école ouverte Pauline-Kergomard à Montgaillard, collèges de Montgaillard et de la Sous-Bretonne, et enfin Marcel-Pagnol dans le quartier de l’Eure. La municipalité le fait avec des difficultés de financement croissantes51 : ainsi aucun établissement de premier cycle de l’enseignement secondaire n’était programmé en 1977 (alors que deux étaient construits par an, en 1971) mais la municipalité annonçait la création d’un second collège, dans le quartier neuf de Montgaillard, en 1978.

  • 52 Avec 4,86 % du budget municipal pour les équipements sportifs (1975).

70Parallèlement la municipalité continuait d’équiper52 des terrains de sports (stade Jules-Ladoumègue), ainsi que d’autres salles spécialisées (gymnase Jean-Maridor, gymnase Jules-Favrel), et elle ajoutait l’ouverture de terrains de tennis municipaux, à Caucriauville, et d’une patinoire municipale, dans le quartier de Tourneville. Elle programmait enfin la construction d’une troisième piscine, financée à 70 % par la ville, dans le quartier des Champs-Barets et un projet (ultérieurement réalisé) à Caucriauville.

71Ce sont cependant les initiatives municipales de création des centres de loisirs et d’échanges culturels (et des maisons de l’enfance) qui sont les plus originales pendant cette période. Elles témoignent d’une volonté « socioculturelle » redoublée par une série de services et de manifestations destinées aux publics enfants et adolescents : Quinzaine de la jeunesse, Décade de l’enfance, Juin dans la rue et service Info-jeunesse, coordination des CLEC, de même que la gestion de deux salles de cinéma de quartier à Caucriauville. Les efforts financiers à usage des établissements culturels se retrouvent au profit de la maison de la culture, avec l’ouverture de trois salles de spectacles (cinéma permanent, théâtre, musique et danse), du Muséum d’histoire naturelle et des musées, des bibliothèques centrale et de quartier, avec un budget de la culture égal à 6 %, soit 12 fois en pourcentage le budget des Affaires culturelles de l’État, en 1975.

  • 53 Et 9381 cartes de transport gratuit sont délivrées aux plus de 70 ans en 1976, 24 000 colis distri (...)
  • 54 Voir annexe 7 : « La politique de l’enfance » (Le Havre libre, 12 mai 1971).

72Dans le même temps les foyers d’anciens par quartier passent de 21 (les Neiges) à 24 (Rouelles, Saint-Vincent et Caucriauville)53, et les résidences pour personnes âgées se multiplient (Bois-de-Bléville, Massillon) ainsi que des unités de soins (Rouelles), parallèlement aux maisons de l’enfance et à la prise en charge des très jeunes enfants, dans des colonies de vacances maternelles54. Si ces équipements municipaux témoignent d’une politique d’intervention accrue de la municipalité, au-delà de ses responsabilités traditionnelles, elles coexistent aussi avec des initiatives d’associations « indépendantes », comme la maison pour tous Henri-Dunant, Bois-de-Bléville, ou les comités d’action sociale de Sanvic (halte-garderie) ou de Caucriauville (activités culturelles). C’est sur fond de développement de son action sociale et culturelle de quartier que la municipalité Duroméa enregistre deux gains électoraux : l’élection de deux conseillers généraux communistes dans les 6e et 7e cantons, au second tour des cantonales de 1976, et l’augmentation de la participation des inscrits et du pourcentage des suffrages exprimés aux municipales de 1977.

73La deuxième municipalité Duroméa (1977-1983), si elle continue dans les mêmes voies que la précédente, augmente cependant sa capacité d’intervention dans les secteurs de l’urbanisme et du logement social. Après la résorption du dernier bidonville, elle ajoute à la rénovation de vieux quartiers périphériques (Eure-Brindeau, Saint-Nicolas, Tourneville) les premières opérations de réaménagement du centre ancien (Danton-Douanes, Thiers – Anatole-France – René-Coty), les premières destructions d’îlots insalubres ou dégradés (HLM de la cité Balzac) et la première initiative d’envergure pour penser les problèmes architecturaux et sociaux des grands ensembles, c’est-à-dire l’opération, commencée en 1978, « Habitat et vie sociale » à la Mare-Rouge, financée à 54 % par la municipalité, l’extension de la ZAC de Dollemard-Est, qui détermine des réactions négatives, organisées par des associations liées à Antoine Rufenacht, député RPR de la 6e circonscription.

  • 55 La démographie est en régression de 1975 à 1982, passant de 219 584 habitants à 198 875 (– 9,4 %).

74De grands projets, dont on peut penser qu’ils sont surdimensionnés à l’échelle de l’évolution démographique55 de l’agglomération, l’ensemble culturel de la place Gambetta dit Oscar-Niemeyer, financé à 60 % par la municipalité (86 millions de francs sur 140), les bâtiments universitaires du cours de la République, dont le SIVOM (la ville du Havre, soit 82 %) paie 60 %, et enfin le projet d’agrandissement de l’hôtel de ville (7000 mètres carrés supplémentaires pour un coût de 140 millions de francs), témoignent d’une centralité et d’un gigantisme décalés par rapport à la conjoncture d’aggravation de la crise et d’affaiblissement politique du parti communiste.

75Dans le même temps, la municipalité, confrontée à l’augmentation du nombre des chômeurs (9000 en 1977, 11 500 en 1978) et à la réduction des subventions d’État, doit restructurer ses budgets, en acceptant de financer des activités à caractère économique (Centre de commerce international, dock flottant, remorqueurs) et de loisirs « privilégiés » (port de plaisance), et limiter le nombre de ses centres culturels de quartier (10 en 1981). C’est alors que la direction municipale doit s’adapter à la nouvelle demande sociale : non plus seulement des haltes-garderies, mais des crèches, à usage de femmes professionnellement actives, et des crèches familiales, après les municipales de 1977, un habitat pavillonnaire en petits collectifs, et pas uniquement des appartements en grands collectifs, des pratiques culturelles et sportives de masse, avec le développement des écoles de musique et de théâtre, des salles de cinéma, mais aussi une subvention de 290 000 francs à l’équipe professionnelle de football du HAC (en 1982), et le projet d’un palais des Sports.

  • 56 En 1982, les deux tiers des 142 écoles ont fait l’objet de travaux (14 écoles maternelles et 9 éco (...)
  • 57 Outre les équipements pour handicapés moteurs, malvoyants et malentendants, les instituts de perfe (...)

76Continuant d’équiper les quartiers excentrés en écoles neuves, en particulier maternelles, à Montgaillard, au Bois-de-Bléville et à la Mare-Rouge, la municipalité poursuit la rénovation des établissements anciens56 en ajoutant des installations sportives, par exemple le gymnase Eugène-Varlin, lié au collège d’enseignement secondaire du même nom à Caucriauville, ou Jacques-Monod dans la Vallée-Béreult, et des équipements spécialisés pour handicapés ou déficients57. Pour les personnes âgées, ce sont à terme (en 1982) 13 résidences qui ont été construites et les foyers dits « clubs » sont au nombre de 28 (4 ont été ouverts depuis 1976).

77La tendance à la diversification croissante des services sociaux se retrouve au niveau des centres de santé : psychiatrie infanto-juvénile ou accueil des femmes en détresse. Le développement des espaces de loisirs est aussi très caractéristique de la période, avec les 120 hectares aménagés de la forêt de Montgeon.

  • 58 Un jeune sur deux sans emploi dans le quartier prolétarisé de la Mare-Rouge ; 14 051 chômeurs à la (...)
  • 59 Dites « service social à caractère public » sans aide de l’État.

78Avec l’aggravation de la crise58, les dépenses, à caractère directement social, tendent à s’accroître, que ce soit sous forme de subventions au bureau d’aide sociale (10 millions en 1982) ou aux cantines scolaires59 (14,8 millions), de baisse des tarifs des centres aérés et colonies de vacances. Ainsi le prix d’une journée au centre de loisirs de la forêt de Montgeon revient-il à 26,73 F à la municipalité et de 1,80 F à 16,80 F aux familles. Il y a un même effort financier pour les classes de neige passées à 29 dans l’hiver 1982-1983. Il n’est pas enfin jusqu’aux formes d’assistance directe qui ne se soient développées, avec la création d’un centre d’accueil et des aides, matérielles et financières, à l’Armée du salut.

79Si, à partir de juin 1981, les ministres socialistes, en visite officielle au Havre, rendent hommage à la gestion sociale « exemplaire » de la direction municipale (Joseph Franceschi, secrétaire d’État), c’est parce qu’elle s’engage, politiquement et financièrement, comme un relais de la politique gouvernementale : avec la signature de contrats de solidarité pour l’emploi, l’embauche de personnels titulaires, de grands travaux d’équipements collectifs mais aussi d’autres mesures de justice sociale (re)distributive.

80Pour autant ces engagements ne pouvaient enrayer l’extension de la crise, y compris celle des finances municipales. Il n’était plus alors possible de faire porter toute la responsabilité à l’État et aux orientations gouvernementales, du fait de la participation des ministres communistes aux gouvernements à direction socialiste. Enfin les retombées de la loi de décentralisation s’avéraient financièrement négatives et conduisaient à une « rigueur budgétaire renforcée » à partir de 1984.

Des politiques culturelles

81Les politiques culturelles municipales d’union de la gauche à direction communiste (René Cance, puis André Duroméa) peuvent être analysées à partir des structures publiques, des budgets culturels, des orientations et des manifestations liées aux nouvelles responsabilités des municipalités dans l’action culturelle locale. Elles sont aussi produites par des acteurs (maires, adjoints, conseillers) et dans des discours développés particulièrement lors des commémorations et des inaugurations.

René Cance ou la mémoire du Front populaire

Acteurs culturels et cultures politiques

  • 60 Un hommage rendu à Louis Aragon (Le Havre libre, 18 février 1967) et une accolade fraternelle à Re (...)
  • 61 La dimension pacifiste et antifasciste a été caractéristique de l’engagement public de René Cance (...)
  • 62 Cette volonté apparaît par exemple dans le choix de la Comédie-Française et du Bourgeois gentilhom (...)

82Le premier maire communiste du Havre, instituteur, résistant, conseiller général (en 1937) puis député (à partir de 1945), est un homme aux références doubles : sa première expérience vécue de « politique culturelle » est celle des gouvernements de Front populaire et du « ministère des masses » exercé par le PCF et des intellectuels, comme Paul Vaillant-Couturier et Louis Aragon60, ses valeurs sont celles d’un instituteur laïque au service d’une République démocratique et antifasciste61. Devenu, dans une conjoncture unitaire, à la fois secrétaire de section et directeur du journal communiste local, puis élu d’un quartier à dominante ouvrière, il a défendu le principe de la démocratisation culturelle et l’objectif de la réappropriation du patrimoine national par les exclus de l’héritage culturel commun. Sa carrière politique – il a été député, puis maire à deux reprises – l’a renforcé dans l’idée que la lutte contre les inégalités sociales et culturelles passait par une extension de la démocratie à de nouveaux champs d’intervention, sous forme d’éducation, certains diraient d’« alphabétisation » artistique, de décentralisation des équipements de culture, loisirs et sports jusqu’au niveau des quartiers à dominante ouvrière, et de diffusion de toutes les formes de culture, y compris les plus élaborées, dans le public populaire62.

  • 63 Soit les périodes dominées par différents dirigeants du PCUS et de l’État soviétique : Lénine, Sta (...)

83Mais en même temps, René Cance est l’homme d’un parti qui se dit de la classe ouvrière (par sa représentativité et ses finalités), auquel il a adhéré dans la continuité d’une action menée, au nom des Amis de l’URSS. Il est sensible à toutes les cultures du mouvement ouvrier, à ses héritages révolutionnaires et socialistes, en même temps qu’il est attaché à la référence soviétique dans ses traductions successives63. La victoire politique de 1965, dans une conjoncture de déstalinisation limitée, est celle d’un dirigeant communiste qui a retrouvé des alliés socialistes de gauche (PSU), des partenaires laïques (FHOL, Ligue de l’enseignement), des militants syndicaux (CGT, SNES, FEN) et culturels (comités d’entreprise, Association des foyers de jeunes, Tourisme et travail).

  • 64 S’y ajoutent les interventions en commissions et en conseil municipal ; voir les délibérations du (...)

84Le discours culturel général est celui des inaugurations de bâtiments publics et des commémorations officielles, toujours précédées par des « appels » du maire publiés dans la presse locale, il est redoublé par les interventions des adjoints et conseillers spécialisés64 intervenant ès qualités ou représentant la mémoire des cultures du mouvement ouvrier (par exemple André Saussaye, ancien adjoint communiste aux Sports de 1956 à 1959, ou les deux plus anciens élus communistes et responsables syndicaux, Pierre Naze et Louis Eudier, très attachés à l’éducation ouvrière, voire Henri Batard, président de Tourisme et travail, futur secrétaire de l’UL CGT). Les cérémonies officielles (8 Mai, 14 Juillet, Libération du Havre, 11 Novembre) sont conçues dans une logique de commémoration et de mise en perspective.

  • 65 La municipalité met un bonnet phrygien au sommet de la tour de l’hôtel de ville en 1965, elle orga (...)

85Elles sont affectées d’un sens politique déclaré, formalisé dans les appels signés par le maire : le 8 Mai est une victoire interalliée avec drapeaux anglais, américains et soviétiques, à caractère antifasciste, le 14 Juillet est une fête révolutionnaire, anniversaire de 1789 autant que de 1792-1793, avec ses sans-culottes portant des bonnets phrygiens, expression du peuple comme force politique65.

  • 66 La publication de l’ouvrage d’Albert Soboul Les sans-culottes parisiens en l’An II date de 1968 (a (...)

86Le 11 Novembre est d’abord la fin d’une guerre meurtrière (rappel des 7400 morts du Havre) avec sa génération sacrifiée (Cance est lui-même un ancien combattant et un membre de l’ARAC). Le dépassement s’opère par l’adjonction de manifestations annexes, l’édification de monuments complémentaires, la volonté d’intégrer au patrimoine historique national l’autre histoire, celle des gauches écrite par Prosper-Olivier Lissagaray ou Albert Soboul, l’autre mémoire, celle du « peuple » communiste66.

  • 67 Par exemple, d’après Le Havre libre, 65 000 personnes ont vu l’exposition en 1970, des conférences (...)
  • 68 Jean Legoy, La République en fête en France et dans la région havraise, plaquette éditée par la MC (...)

87La célébration du 8 Mai est précédée d’un rappel de ce que fut l’univers concentrationnaire et la Résistance intérieure (expositions à l’hôtel de ville très visitées, projection de films, par exemple Nuit et brouillard pour le vingtième anniversaire de la Libération des camps de concentration et d’extermination, conférences publiques par d’anciens déportés et résistants67). Le 14 Juillet est inséparable des autres journées révolutionnaires : une pièce écrite pour commémorer le centenaire de la Commune de Paris, Place Thiers, est représentée au Théâtre de l’hôtel de ville et une exposition de documents d’histoire locale et nationale intitulée Du Second Empire à la Commune de Paris est montée (par Gaston Legoy) en septembre 1970 pour célébrer le centenaire de la proclamation de la République ; il s’inscrit dans une symbolique de luttes populaires, développée par l’historiographie communiste, dont les temps forts sont les 14 juillet 1880, 1935 et 1936, 1943 et 194568. Le 11 Novembre est d’abord le jour des combattants, survivants et victimes, et de la mémoire de la guerre ordinaire, celle des tranchées, avec une exposition de documents et de souvenirs pour le cinquantenaire du 11 novembre 1918, à l’hôtel de ville ; il a aussi une dimension patriotique, relayée par les associations d’anciens résistants. La Libération est associée aux rappels des effets destructeurs des bombardements alliés et à la mémoire des victimes civiles. Le monument aux morts de la place Gambetta, hérité de la IIIe République, est redoublé par le monument Souviens-toi édifié à la Libération, place des Expositions, et le projet d’un nouveau monument aux morts de la Résistance, dans les jardins de l’hôtel de ville, est lancé en 1969.

  • 69 Treize résistants locaux, sans compter les figures nationales (collège Guy-Môquet, stade Auguste-D (...)
  • 70 La pièce est reprise en 1967 (CDN) et 1970 (Romain-Rolland) et encore en 2007, dans le cadre du ce (...)

88Le panthéon des municipalités à direction communiste, tel qu’il s’inscrit dans les noms de rues, de places, d’établissements scolaires, tel qu’il se donne à voir dans les plaques, stèles et monuments publics, est d’abord celui de héros et martyrs, résistants fusillés et morts en déportation, communards et conventionnels, savants scientifiques et philosophes, figures emblématiques du mouvement ouvrier et du Front populaire, sans oublier les hommes illustres originaires du lieu69. Cet effort de mémoire, de mise en actes de la culture politique commune à la génération héritière du Front populaire, est relayée par des associations de quartier (comité du souvenir Léon-Lioust à Aplemont), des organisations d’anciens résistants et déportés dirigées par des communistes, la FNDIRP ayant à sa tête Eudier et Boisard, l’ANACR dirigée par Naze et l’ARAC présidée par Dufour, des troupes de théâtre de la décentralisation (centre dramatique du Nord, théâtre Romain-Rolland de Villejuif, théâtre des Amandiers de Nanterre). Elle se traduit par des créations artistiques ayant pour objet l’histoire politique (Boulevard Durand70, Place Thiers, Scènes de la Résistance).

89En marge des célébrations officielles, la municipalité Cance a commandité deux fêtes, qui avaient en commun de commémorer deux actes fondateurs : le 450e anniversaire de la création du Havre (1517) et le cinquantenaire d’Octobre (1917). Les fêtes du 450e anniversaire se sont déroulées, à partir de février 1967, en mobilisant toutes les ressources artistiques, d’origine locale, devenues gloires nationales : les peintres Claude Monet, Georges Braque, l’écrivain Armand Salacrou (Archipel Lenoir, Boulevard Durand) et des personnalités qui, au-delà de leurs qualités professionnelles, esthétiques, représentaient une référence : ainsi le chef d’orchestre Paul Paray qui dirigea la 9e symphonie de Beethoven, à la gare maritime, était-il aussi un des rares musiciens à avoir fait acte de résistance ; Guy Vassal, auteur de la « fresque dramatique », en son et lumière, sur « l’histoire du Havre » se définissait comme un metteur en scène de la décentralisation, dans la lignée du Théâtre national populaire.

90La commémoration d’Octobre eut lieu en novembre 1967, avec des expositions (bibliothèque municipale et salons de l’hôtel de ville), une représentation théâtrale (l’adaptation des Dix jours qui ébranlèrent le Monde de John Reed par le théâtre Romain-Rolland de Villejuif) dans le cadre de la saison culturelle municipale, une signature, par Jacques Duclos, d’Octobre 1917 vu de France ou du premier tome de ses Mémoires.

Structures, budgets, action culturelle municipale

  • 71 Voir les photographies de D. Colliard (illustrations 24 bis, 29, 45 et 47, ainsi que l’annexe 1 du (...)
  • 72 La municipalité, représentée par l’adjoint et deux conseillers communistes spécialisés (l’ancien a (...)

91Les structures publiques à la base de la politique culturelle municipale sont calquées sur les découpages nationaux et renforcées par l’adhésion de la municipalité, à titre de membre associé, à la FNCCC (Fédération nationale des centres culturels communaux). Deux adjoints se répartissent la gestion des Affaires culturelles et de la Jeunesse et des sports, le premier André Heudron, PSU, ancien radical-socialiste, a la charge des institutions municipales (conservatoire de musique, danse, art dramatique, école des beaux-arts, bibliothèque, musées et muséum, théâtres et maison de la culture, orchestre municipal), à la fois des beaux-arts et de la politique de développement culturel de la ville (budgets de fonctionnement, subventions aux sociétés, programmation de la saison culturelle municipale) – une politique de type patrimonial, en relation avec sa culture et son statut social : il est à la tête du plus gros cabinet d’avocats de la ville. Le second, Daniel Colliard71, communiste, est chargé de la Jeunesse et des sports. Cadre de l’appareil politique (permanent), déjà adjoint en 1956 (beaux-arts), il est aussi futur premier adjoint (1971), conseiller général (1976), député (1993) et maire du Havre (1994). Il dispose des moyens d’organisation, de démocratisation et de rassemblement, dans un secteur plus politique que les Affaires culturelles, parce qu’il intègre les mouvements de jeunesse, les associations sportives72 et les loisirs.

  • 73 Voir les tableaux en annexe à la thèse de S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (...)

92S’ajoutent à eux des commissions et services municipaux, mais l’innovation s’opère, après 1968, dans la prise de conscience d’un « droit à la culture », dans le développement des formes professionnelles de l’animation socioculturelle et dans la volonté de renforcer la capacité d’intervention (et de contrôle) des municipalités d’union de la gauche à direction communiste. Une nouvelle commission d’animation est créée, redoublant la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail. Des structures municipales comme les CLEC sont programmées. Des personnels spécialisés sont embauchés, par la création de fonctions artistiques comme les musiciens du nouvel orchestre du conservatoire de musique ou par la transformation de postes de moniteurs d’éducation physique en emplois d’animateurs semi-professionnels. Les budgets de fonctionnement des structures de culture publique doublent de 1965 à 1968, puis sont multipliés par 1,5 de 1968 à 197173. Le budget de financement des activités sportives augmente des deux tiers, dans les trois premières années, puis des trois quarts, dans les trois années suivantes.

  • 74 Le centre médico-social d’Aplemont comprend le projet d’une aile pour une MJC, de même aux Neiges. (...)

93Les équipements culturels, selon qu’ils sont de reconstruction comme la bibliothèque municipale, le Théâtre de l’hôtel de ville (ouverts en 1967) et le projet Gillet de Grand Théâtre avec une aile culturelle (1965-1966) ou d’investissement socio-éducatif dans les sports et les loisirs74, participent de deux logiques. La première est celle d’une centralité culturelle liée au pouvoir municipal, lequel tend à prendre du champ, à développer les moyens de son autonomie, tant par rapport à l’État que dans ses relations avec les structures associatives voire syndicales. Très symptomatique est, à cet égard, l’échange entre l’adjoint communiste, Daniel Colliard, et le plus ancien des conseillers municipaux du PC, élu depuis 1945, Pierre Naze : à une première question, posée en conseil municipal, le 27 février 1967, sur les conditions d’une éventuelle professionnalisation de l’équipe de football du HAC, Daniel Colliard répond que la municipalité l’a toujours souhaitée, qu’elle a proposé son soutien matériel à l’aménagement d’un stade, à l’augmentation de sa subvention. À une nouvelle interrogation de Pierre Naze sur les comités d’entreprise, il précise, pour « ceux de nos camarades qui militent dans les CE », qu’« il appartient aux patrons, et non aux collectivités publiques, de fournir des installations sportives à leurs ouvriers, lesdites installations étant gérées par les CE ».

94La seconde logique est celle d’une décentralisation/démocratisation culturelle se traduisant par la construction d’équipements socioculturels, dans les quartiers périphériques et d’abord les plus récents. À la même séance du 27 février 1967, Daniel Colliard défend le projet d’une MJC neuve, de dimension moyenne, dans le nouveau centre médico-social du quartier d’Aplemont (au lieu du foyer de jeunes qualifié de construction provisoire) et ajoute : « Il est préférable de doter ces ensembles d’équipements modernes, et plus près des jeunes », sans que pour autant l’on ne « retienne l’idée que d’un micro-équipement ne donnant qu’un minimum de satisfaction ».

  • 75 Voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles, op. cit., p. 432 sq. : « L’équipement : le pr (...)

95La centralité du pouvoir culturel est mise en question par le mouvement de mai-juin 1968 et les projets des deux directeurs de la maison de la culture, Marc Netter, qui souhaite des « relais culturels de banlieue », en contradiction avec le projet Gillet devenu celui de la municipalité, et Bernard Mounier, qui élabore des propositions de « maison de la culture éclatée », déterminant l’abandon du plan de l’architecte Gillet, sans pour autant aboutir concrètement. Un nouveau projet est ultérieurement commandé à l’architecte Niemeyer, choisi par le parti communiste et la direction municipale75.

  • 76 En séance du conseil municipal, le 15 septembre 1969, Daniel Colliard est amené à défendre la Ligu (...)

96D’autre part la multiplication de structures socioculturelles, à financement municipal, qui a sans doute à voir avec la révolte de la jeunesse sanctionnée par le pouvoir d’État (Joseph Comiti)76 mais aussi avec la priorité donnée aux équipements, conformément à la logique du Ve plan, pose à terme le problème des relations entre la municipalité à direction communiste, les mouvements (autonomes) de jeunesse et les associations ayant fait le choix du développement culturel.

  • 77 En 1967 : 6 francs la place, 4 francs par abonnement, ce qui est, par comparaison avec les prix du (...)

97Le budget culturel de la municipalité Cance passe de 2,8 % du budget général en 1964 à 5,90 % en 1970, soit un doublement en l’espace de six ans ; la ville est très en avant du budget des Affaires culturelles de l’État, inférieur à 0,5 % (campagne pour le 1 % en 1969). La part réservée aux « moyens » d’éducation (conservatoire municipal de 1700 élèves, doté de nouveaux locaux, en 1969, école régionale des beaux-arts), de conservation (musées, muséum, bibliothèques) artistique, scientifique et littéraire, de diffusion culturelle (théâtres et maisons de la culture) a été multipliée par 2,6. Un effort de « popularisation » a été engagé par l’abaissement des tarifs, tendant à la gratuité pour les prêts à la bibliothèque, les matinées artistiques, les nuits de la jeunesse. S’y ajoutent le prix des places des spectacles de la saison culturelle municipale égal aux deux tiers du coût réel et abaissé d’un tiers par abonnement77, la démultiplication des lieux de représentation, par exemple le nouveau Théâtre de l’hôtel de ville financé à 72,7 % par la ville, les concerts et les fêtes de plein air. De même se multiplient les espaces d’exposition et de conservation, le muséum rouvert en 1971 ou le projet de musée de la Marine. Quant à la construction de centres de quartier, de centres médico-sociaux, sportifs et culturels, elle coexiste avec des projets de foyers et de MJC, à Aplemont, rue Michel-Gautier, à Caucriauville.

  • 78 Par exemple les crédits de la bibliothèque sont augmentés de 30 % en 1970, passant de 1 010 000 à (...)
  • 79 Voir chapitre 14 : « La triade culturelle ».

98Un effort financier particulier a été réalisé au profit de la maison de la culture, la subvention a été multipliée par 4, de 1966 à 1971, des avances de trésorerie consenties, dont 600 000 francs, en octobre 1967, remboursables jusqu’au 30 juin 1970. Les personnels anciennement en poste, à la tête des établissements publics (M. Maury, conservateur du muséum depuis 1934, Mme Nancel-Penard, conservateur de la Bibliothèque centrale depuis 1943) restent en fonction, jusqu’à la fin de leur carrière, avec des crédits fortement augmentés après la réouverture de leurs établissements78. Mais la municipalité soutient particulièrement deux personnalités, nouvellement nommées, Patrice Hugues, conservateur du musée des Beaux-Arts à partir de 1965, et Bernard Mounier, placé à la tête de la maison de la culture en 1967, qui ajoutent à leurs qualités professionnelles des références culturelles communes (expositions Lurçat, en 1966, Picasso, Léger) et une commune volonté d’élargissement des publics et des usagers, même si mai-juin 1968 révèle quelques contradictions dans la conception du futur équipement culturel central79.

  • 80 Les Semaines théâtrales et musicales, qui prennent la suite des anciennes Semaines d’art, sont gér (...)

99Parallèlement la municipalité tend à développer sa propre action culturelle, avec les Semaines théâtrales et musicales80 qu’elle organise, à partir de 1967, au Théâtre de l’hôtel de ville. Les programmes, les dates et les lieux relèvent de choix municipaux. La programmation de la saison culturelle municipale traduit des orientations conformes à la culture politique de la direction municipale et à l’attente de classes moyennes à héritage culturel, soit ce que Pierre Bourdieu appelle « le goût moyen », c’est-à-dire des spectacles de la décentralisation théâtrale (en particulier le centre dramatique du Nord) et des compagnies locales liées au conservatoire, le Manteau d’Arlequin, ou à la MCH, le Tableau gris (1964) devenu la Salamandre (1969), des concerts de musique classique avec de grands interprètes, la diffusion des productions de l’URSS ou des démocraties populaires, des opéras de Leipzig ou de Sofia, du Bolchoï jusqu’aux chœurs, chants et danses de l’armée bulgare ou de la flotte soviétique. La municipalité, devenue partenaire culturel, ajoute sa marque propre par l’organisation de manifestations sportives, de fêtes communales et d’expositions. C’est ainsi qu’elle patronne des compétitions sportives (grand prix cycliste, grand cross de la ville…), qu’elle attribue ses propres récompenses (prix de la ville du Havre) à des peintres participant à des Salons des artistes-ouvriers en 1965, à l’Union havraise des arts plastiques (1966), et au Salon d’automne des artistes havrais (1969) et qu’elle crée un orchestre du conservatoire municipal doté en 1965 de 63 instrumentistes, nombre porté à 70 en 1969.

  • 81 Voir « La politique de l’enfance », annexe 7.
  • 82 Voir le tableau des allocations de ressources municipales aux associations artistiques/culturelles (...)
  • 83 La FHOL a organisé 54 822 journées de vacances d’été en 1967, contre 7 128 pour la CGT à Robertot (...)

100Plus encore la répartition des subventions aux associations et mouvements de jeunesse et l’organisation des loisirs de l’enfance et de l’adolescence81 traduisent les priorités de la municipalité, dirigée par René Cance. Elle a eu comme partenaires privilégiés d’abord la Ligue de l’enseignement, secondairement l’Association des foyers de jeunes et la Fédération française des MJC82. Principale organisatrice de colonies de vacances83 et de patronages, avec des ciné-clubs s’ajoutant aux amicales laïques et aux foyers socio-éducatifs, la Fédération française des œuvres laïques a été la plus subventionnée. Parallèlement la CGT a créé, en 1965, une colonie de vacances, pour enfants de 6 à 14 ans, à Robertot, village cauchois de la vallée de la Durdent. Quant aux Vaillants et Vaillantes, organisation à direction communiste, ils voient s’ajouter de nouvelles subventions, au titre des colonies de vacances (1000 francs au lieu de 800 en 1964), 800 francs au lieu de 400 pour les œuvres sociales et 200 francs, soit une subvention inchangée, comme groupement de jeunesse.

101Progressivement, la ville a développé son propre secteur de loisirs, avec l’aménagement de la forêt de Montgeon (à partir de 1965), ensemble d’aires de jeux et de sports, de pièce d’eau, de parc animalier et de serre tropicale, avec un terrain de camping-caravaning ; des centres aérés ont été organisés, un centre de vacances d’été et de classes de neige construit à Montgenèvre (à partir de 1967), des équipements de quartier ont été bâtis (une piscine à la Mare-Rouge, un projet différé à Caucriauville), des centres à finalité sociale ont développé des activités éducatives et culturelles (Aplemont, Caucriauville…). La municipalité a subventionné ès qualités des mouvements de jeunesse à objectif politique (600 francs aux JC en 1965, 500 à l’UJFF en 1969) qui ne l’étaient pas antérieurement, tout en reconduisant les subventions aux associations confessionnelles (UCJG, Éclaireurs unionistes, Scouts).

102Par contre, confrontée à la crise des organisations autonomes (foyers de jeunes, MJC), elle a d’abord cherché des solutions dans la construction, l’aménagement de nouveaux équipements et la professionnalisation des animateurs (1969), puis elle a repris, à Soquence, dans l’été de 1970, la proposition du secrétariat de la Jeunesse et des sports d’y implanter un des mille-clubs, sans s’engager plus avant dans une politique de municipalisation.

Cultures et politique

103La politique de la deuxième municipalité dirigée par René Cance apparaît donc comme étant de transition entre des logiques anciennes, celle des gouvernements de Front populaire et de la Libération : organisation des loisirs, rassemblements de plein air, popularisation/démocratisation de la lecture, du théâtre, des publics…, en partenariat avec les structures laïques, la FHOL – Ligue de l’enseignement, les auberges de jeunesse, et syndicales, la CGT, Tourisme et travail…, celle aussi du mouvement ouvrier, dans sa double dimension prolétarienne avec le soutien appuyé au Salon des artistes ouvriers et internationale, par les relations développées avec l’Europe de l’Est, et la nouvelle logique de l’institutionnalisation liée à la multiplication des interventions publiques.

104En même temps, elle témoigne d’une tentative d’« acclimatation » du rêve « soviétique » par la multiplication des échanges culturels (voyages de groupes et réception de paquebots russes, visites d’artistes, d’étudiants, de techniciens, conférences-expositions) organisés dans le cadre du jumelage : Le Havre - Leningrad (1965), de la semaine hongroise (1969)… Cependant le grand succès des musiques populaires de l’Europe centrale et orientale ne peut-il pas être interprété comme une manifestation d’adhésion à des images de l’URSS et des démocraties populaires, non seulement folkloriques mais aussi patrimoniales, au sens où elles sont appréhendées comme références positives à un passé historique propre ?

  • 84 Ont été envoyés 119 517 questionnaires, pour 100 340 personnes touchées. Il y a eu 34 267 retours, (...)

105Confrontée au mouvement de mai-juin 1968 et à la place secondaire – au sixième rang des « désirs exprimés » des Havrais consultés par écrit84 sur questionnaires individuels – que donne l’opinion publique aux équipements culturels (1971), la municipalité fait de la question du financement un problème politique ; elle mène campagne pour le 1 % du budget de l’État aux Affaires culturelles (1969), proteste contre les projets du secrétaire d’État, Joseph Comiti, de régionaliser le recrutement des personnels d’encadrement et le budget de fonctionnement des maisons de jeunes, et s’insurge contre le refus gouvernemental de participer au financement de nouveaux équipements (1969) pour des raisons ouvertement politiques. Elle fait enfin porter la responsabilité principale des retards accumulés dans la reconstruction du théâtre / maison de la culture sur le ministère, comme en témoigne la demande d’audience de René Cance au ministre André Bettencourt (Le Havre libre, 2 décembre 1970).

106À terme ce sont des réponses municipales que donne la ville à la crise des organisations autonomes de jeunesse ou à la question de l’équipement culturel central. Elles s’inscrivent alors dans une nouvelle logique, celle des années soixante-dix, unitaires, programmatiques et nationales.

André Duroméa, résistant et gestionnaire

  • 85 M. Schlewitz (enseignement, muséum et personnel municipal), M. Rioual (Enfance et jeunesse) et P. (...)
  • 86 Marcel Rosette, maire de Vitry et responsable de la section « collectivités locales » du CC : La g (...)
  • 87 Comme élément d’une politique de « développement global » : Joseph Aulnette, Le rôle d’une municip (...)

107La nouvelle équipe dirigeante, élue en 1971 et réélue en 1977, fait évoluer sensiblement la politique culturelle municipale. D’une part parce qu’elle redistribue les responsabilités entre le nouveau maire André Duroméa et non plus 2 mais 3, voire 4, adjoints (dont 3 communistes85). D’autre part parce qu’elle est plus encadrée par l’appareil de direction du parti ; en effet le PCF a choisi d’affecter un dirigeant national, Roland Leroy, à une réflexion théorique et politique sur la culture, puis de définir, à partir de l’expérience des municipalités communistes, un cadre d’exercice communal d’une politique culturelle86, sans compter les retombées induites par la mise en application du VIe plan (dit de « développement culturel »87) et l’élaboration d’un programme commun de gouvernement.

Nouveaux dirigeants, anciennes et nouvelles cultures politiques

  • 88 D’après la biographie dans André Duroméa, André Duroméa raconte, Paris, Éditions sociales, « Messi (...)

108Le nouveau maire est André Duroméa, dont on peut dire qu’il est à tous égards l’héritier de René Cance, dans la mesure où il déclare, lui, fils d’un artisan serrurier communiste, avoir eu et éprouver encore de l’affection pour ces instituteurs de la IIIe République, défenseurs d’une culture républicaine et laïque (il a épousé lui-même une institutrice devenue communiste)88.

109Héritage scolaire, auquel il a ajouté un long compagnonnage politique, depuis son adhésion au parti communiste en 1936 – dans une conjoncture de luttes sociales et de soutien au gouvernement républicain espagnol – jusqu’au fait de succéder à René Cance dans tous ses mandats : conseiller général (1958), député (1967) puis maire, après avoir été deux fois premier adjoint. Ce qui fait cependant la différence est qu’André Duroméa a une double expérience singulière, d’abord celle d’un ouvrier d’atelier et d’usine, puis celle d’un engagement politico-militaire dans les FTP (comme lieutenant-colonel et adjoint d’Albert Ouzoulias), enfin il a surmonté l’épreuve de la torture et de la déportation. Il est une figure emblématique de la Résistance « héroïque », respectée, à ce titre, même par ses adversaires politiques.

110L’ancien adjoint à la Jeunesse et aux sports, Daniel Colliard, est devenu le premier adjoint, chargé des finances et de l’urbanisme. Les trois adjoints « spécialisés » sont, outre l’adjoint à l’Enseignement, l’instituteur communiste Maurice Schlewitz, chargé aussi du personnel communal et du Muséum d’histoire naturelle, soit André Heudron (PSU), maintenu aux Affaires culturelles, avec les enseignements artistiques et les bibliothèques, soit Pierre Bisch (inspecteur des postes, communiste), nouvellement nommé aux Sports, et, nouvelle arrivée à la tête d’un secteur nouvellement créé, intitulé Enfance et jeunesse, Maryvonne Rioual, employée de comité d’entreprise, communiste (mariée à un instituteur). Ces deux derniers sont des militants, personnellement et politiquement intéressés au développement de leur secteur d’intervention ; ils le conçoivent comme un élément d’une stratégie municipale, articulée sur des échéances nationales (législatives, présidentielles) liées au programme commun de gouvernement, à participation communiste.

  • 89 Sculpture de Henri-Georges Adam isolée, en marge d’un projet de « monument laïc à la mémoire des v (...)

111La culture politique de cette équipe, dominée par les élus communistes, est donc celle de militants (syndicaux, politiques) devenus gestionnaires, mais du fait de la personnalité du maire, elle s’inscrit dans une série d’hommages à la Résistance qui fait l’objet d’un nouveau monument, L’Oiseau blessé89, érigé dans les jardins de l’hôtel de ville (1974). Une série de dénominations fait référence aux héros et martyrs (collège Jean-Moulin, allée Prévost, rue Colonel-Fabien), aux fusillés et déportés (allées Péri, Politzer, rue Pierre-Semard), aux oubliés (Joseph Madec, fusillé, Maurice Vernichon, déporté) mais aussi à la génération « résistante » de ceux qui sont devenus des figures politiques locales, honorés immédiatement après leur mort (Naze, Cance, Mayer, Eudier, Chatel).

  • 90 Les noms des quatre tués de 1922 (G. Allain, M. Tronelle, Ch. Victoire, H. Lefèvre) sont attribués (...)
  • 91 Le jumelage, ce sont aussi des séjours organisés, voyages officiels, vacances d’adolescents, échan (...)

112En tant qu’héritière « culturelle » du mouvement ouvrier, la municipalité ajoute à la commémoration annuelle de la grande grève de 1922 le nom des quatre morts90 donné à des rues du nouveau quartier de Montgaillard et à une école Charles-Victoire. Elle continue à développer les échanges avec l’URSS, dans le cadre du jumelage (10e semaine de Leningrad, en 1978) avec des prêts de tableaux impressionnistes, des expositions scientifiques (présentation d’un mammouth au muséum, ou des travaux de Charles Alexandre Lesueur, grand naturaliste havrais du XIXe siècle), des escales de paquebots (Gorki) et pétroliers soviétiques (Thorez, Duclos) en association avec France-URSS91, présidée par Jean Giustiniani avec comme secrétaire général Pierre Thorez, tous deux professeurs.

  • 92 Le Havre libre, 4 décembre 1981.

113Mais les deux grandes nouveautés de référence sont en rapport avec des expériences de gouvernement à participation communiste, d’abord ceux de la Libération, avec les noms de Marcel Paul et d’Ambroise Croizat, donnés à des rues de quartiers ouvriers, puis l’expérience d’unité populaire au Chili (1970-1973) est saluée par des grèves de solidarité, des visites officielles (Pablo Neruda) et, à la suite du coup d’État militaire, des réactions, des défilés et mouvements de protestation. Elle est continuée, après la mort des deux principaux protagonistes, par des dévolutions immédiates de noms de rues (Allende, Neruda), de CLEC, de cellules (Jara, Neruda), l’accueil de réfugiés chiliens, en particulier des artistes : une exposition des peintres Balmes et Barrios L’Art comme une accusation unilatérale92, Raul Ruiz, cinéaste qui exercera la fonction de directeur artistique de la maison de la culture, la brigade de muralistes Luis Corvalan, le groupe de chanteurs Quilapayun et enfin des productions culturelles tournant de la MCH aux CLEC comme Le Chant général monté par Marc Normant.

  • 93 « Une vie qui s’est toujours accrochée au Havre » selon la citation extraite d’un article publié p (...)
  • 94 Jules Favrel : instituteur, animateur d’un patronage laïque et du HAC rugby.

114Intéressante aussi est la tendance à privilégier les références locales, qu’elles soient des illustrations littéraires (les noms de Raymond Queneau et à terme d’Armand Salacrou93 sont donnés à des bibliothèques, ceux des académiciens Goncourt à des rues), artistiques (Friesz, musée des beaux-arts André-Malraux, nom du fondateur en ce lieu de la première maison de la culture) et scientifiques (Lesueur), ou des personnes ayant exercé une action exemplaire dans l’organisation ou la compétition sportive. Leurs noms sont donnés à des stades (Ladoumègue), des gymnases, des salles (Favrel94), comme l’animation d’un comité de quartier fait du patronyme de Georges Nicolas, ancien président mais aussi ancien conseiller municipal communiste, la dénomination d’une rue de Sanvic. Ce qu’il y a de nouveau, dans les années soixante-dix, c’est une volonté d’enracinement, de « naturalisation », d’intégration du PC à l’histoire locale.

Développement des moyens et originalité des choix

  • 95 La biographie de Max Serveau est détaillée dans un article du Havre libre, paru le 18 février 1981 (...)

115Les municipalités Duroméa ont développé une intervention tous azimuts, en particulier dans ce qui relève des structures publiques et de l’action culturelle municipale. Le premier indicateur en est la multiplication des intervenants, au niveau de la direction municipale : un poste de conseiller culturel, doublant celui d’adjoint aux Affaires culturelles, est créé en 1975, il est attribué à un ancien moniteur d’éducation physique, ayant travaillé comme animateur de foyer de jeunes (Neiges – Champs-Barets), puis de CLEC (Soquence) et, enfin responsable de l’action culturelle décentralisée (MCH), Max Serveau, militant communiste95.

  • 96 La dernière annexe, après celles des quartiers de la Mare-Rouge et du Bois-de-Bléville, est ouvert (...)
  • 97 Gérard Breton est embauché en 1973, à la réouverture du muséum.
  • 98 Gaston Legoy est nommé en 1977. Il est la cheville ouvrière de toutes les grandes expositions de d (...)

116D’autres postes à responsabilités sont créés par l’extension des structures publiques : avec le développement de 5 à 8 des annexes de la bibliothèque municipale96 et le passage de 1 à 4 du nombre des conservateurs, Marie-France Rose puis Pierrette Portron. Un directeur du muséum, Gérard Breton97, double le conservateur en titre, André Maury, Gaston Legoy98 devient officiellement « attaché » aux musées, aux côtés de la conservatrice (Geneviève Testanière), secondée par une adjointe, Geneviève Salles. Des coordinateurs de CLEC (Leroux, Zerbib) sont nommés.

117Les emplois se multiplient, en particulier d’animateurs de CLEC, il en est institué deux, pour chacun des 10 établissements ouverts en dix ans, diplômés (Base, Capase, DEFA, DUT), embauchés et payés par la municipalité, contractuels. D’autres professionnels travaillent dans les bureaux liés aux services culturels municipaux : Affaires culturelles, Enfance et jeunesse, Sports, mais aussi Coordination des CLEC et Info-jeunesse créé en 1975, sans compter les vacataires attachés aux loisirs de l’enfance, aux centres aérés, centres de loisirs, colonies de vacances, et la tentative pour former des personnels spécialisés, les animateurs de l’enfance. S’y ajoute toute une batterie de personnels, ouvriers, employés chargés du gardiennage, de l’entretien ou du service aux usagers, ou techniciens (muséum, bibliothèque, archives). Le recrutement, même s’il est soumis à des contraintes budgétaires et administratives, laisse une grande liberté de choix aux adjoints (communistes) chargés du personnel municipal et du recrutement des animateurs, parce que le secteur de l’action culturelle municipale est de création récente et encore en voie d’institutionnalisation. L’on pourrait ajouter que son développement fait, jusqu’à la seconde moitié des années soixante-quinze, l’objet d’un consensus politique, tant avec l’État qu’avec les partenaires politiques socialistes.

  • 99 Geneviève Poujol et Gérard Vincent, La rencontre culturelle et l’action culturelle au Havre, ADRAC(...)
  • 100 Bulletin municipal spécial (1980). Voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles…, op. cit.,(...)

118La part du budget dévolue en 1981 à la culture, soit 418 francs par habitant99, place Le Havre au rang de métropoles régionales comme Rennes ou Toulouse. La forte augmentation décennale des postes « culture » (+ 23,12 %) et plus encore « sports » (+ 94,34 %), soit 7,68 % et 7,29 % du budget en 1980100, participe de ce que Geneviève Poujol a appelé « l’explosion culturelle locale », mais la répartition entre dépenses de fonctionnement et d’investissement fait apparaître les priorités municipales : la part des investissements a augmenté, jusqu’à 43,8 % en 1981, du fait de l’engagement des travaux de l’ensemble culturel dit Oscar-Niemeyer. Les dépenses de fonctionnement se décomposent en frais directement engagés (82,7 %) et transferts courants (17,3 %), soit par ordre, les 10 CLEC qui représentent plus de 20 % des charges, puis les établissements en régie directe : 1 conservatoire dit école de musique, 3 musées, 2 théâtres municipaux, 8 bibliothèques et 1 muséum.

  • 101 La politique culturelle municipale est explicitée par l’adjoint André Heudron dans un article du H (...)
  • 102 Une politique de recherche, menée par le muséum, à partir de 1978 (géologie portuaire et littorale (...)

119Les transferts s’opèrent au profit principalement de la maison de la culture du Havre, puis de l’école régionale des beaux-arts, de la MJC, jusqu’aux nouvelles créations : la troupe professionnelle dite Atelier théâtral et le musée des Transports maritimes et terrestres. L’on peut donc constater que la priorité est donnée à la construction d’équipements et à la multiplication des structures publiques d’animation socioculturelle101. La volonté de démocratisation se traduit par la décentralisation des infrastructures, le développement des établissements de formation et l’abaissement des prix. L’affirmation d’une identité culturelle municipale s’exprime par une action protéiforme : outre l’animation, la programmation avec la saison culturelle municipale, le premier Salon d’arts plastiques (1978) et le premier Salon de la photographie (1982), sans oublier la création théâtrale et scientifique102.

  • 103 D’après l’analyse publiée par son directeur des affaires culturelles, Joseph Aulnette, Le rôle d’u (...)

120Ces orientations ne sont pas exactement celles d’une municipalité de banlieue, à direction communiste comme Gennevilliers103 ; en effet, comme l’explique son directeur des Affaires culturelles, Joseph Aulnette, ancien prêtre-ouvrier établi au Havre, communiste, la ville de Gennevilliers a privilégié la création contemporaine, avec la compagnie théâtrale, installée à demeure, aux Grésillons, de Bernard Sobel, l’investissement humain par le recours à des professionnels hautement qualifiés, renonçant à « un système d’animation plus ou moins polyvalent », et le partenariat avec les structures associatives (la Maison pour tous créée en 1934, puis le centre culturel).

  • 104 Cette substitution a été analysée quant à son évolution et ses attendus dans le chapitre 14 : « De (...)

121Les choix originaux des municipalités Duroméa, par comparaison avec ceux d’autres grandes villes dirigées par des maires communistes et dotées d’une maison de la culture (Nîmes, Amiens, Saint-Étienne, Reims, Bourges), sont au nombre de trois, le premier étant la substitution des centres de loisirs et d’échanges culturels aux foyers de jeunes104, maisons des jeunes et mille-clubs. Il y a là une décision politique, prise après les élections municipales de 1971. Elle est liée à plusieurs facteurs : la crise des structures et des mouvements de jeunesse antérieure et postérieure à mai-juin 1968, la mauvaise volonté de l’État, du secrétariat à la Jeunesse et aux sports, de Joseph Comiti, et son refus de financer des équipements ou des organisations avec lesquels il entretient des désaccords publics (FFMJC), et l’élaboration progressive d’une solution municipale sous la forme de petits établissements, à caractère socioculturel, décentralisés au niveau des quartiers.

122Ces structures financées par la municipalité (construction et/ou aménagement des locaux, embauche, formation et salaires des personnels, budget de fonctionnement) présentent l’originalité d’être gérées en partie double : d’un côté, un mode de fonctionnement « démocratique » mais non associatif, le comité de gestion, élu par l’assemblée générale des adhérents, avec à sa tête un bureau et un président, mais aussi deux membres de droit qui représentent la ville, de l’autre, des animateurs contractuels, associés, sans droit de vote, aux délibérations du comité de gestion et encadrés par la structure municipale, dite de coordination des CLEC.

  • 105 Les structures préexistantes sont contrastées (foyers, MJC, mille-clubs) et les formes de la crise (...)

123La répartition des CLEC, qu’ils soient implantés à partir de structures préexistantes en crise105 (Soquence, Aplemont, Caucriauville, Rouelles, Le Perrey) ou créés ex nihilo dans des quartiers sans équipement (la Mare-Rouge, Montgaillard, l’Eure, les Neiges, Massillon-Bourdaloue), fait apparaître qu’ils participent de la politique municipale d’aménagement des périphéries ouvrières.

  • 106 Pour autant ces relations n’ont pas un caractère mécanique, comme en témoignent l’investissement u (...)

124Ces établissements ont été progressivement intégrés à des équipements mixtes, associant des activités culturelles à des installations sanitaires et sociales (maison de l’enfance, foyer d’anciens, halte-garderie, bains-douches). Ils semblent enfin avoir partie liée avec des circonscriptions électorales, des électorats votant anciennement et majoritairement communiste (les cinq premiers CLEC créés sont situés dans le 4e canton, le plus populaire, mais aussi le plus peuplé, représenté par Eudier puis par Heuzé, 70 % des CLEC sont localisés dans la circonscription de Duroméa106).

  • 107 G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit. ; Jean-Yves Cleach, « Les CLEC : socio (...)
  • 108 Voir l’analyse de la crise des CLEC dans le chapitre 14 : « Crise de l’institution municipale, 197 (...)

125Imaginés comme pièce maîtresse d’une politique de décentralisation/démocratisation culturelle, les CLEC ont fonctionné en relation avec ce que des sociologues107 ont appelé « la sociabilité des classes moyennes », particulièrement des jeunes scolarisés, et leur aspiration à la maîtrise individuelle de techniques et de formes d’expression artisanales. À partir de la fin des années soixante-dix, les centres culturels ont témoigné de la crise politique et idéologique : par leur fonctionnement faisant appel à des militants politiques, par leur programmation articulée sur les problèmes de l’heure et la mémoire des mouvements sociaux, par la jonction recherchée avec « les travailleurs en lutte »108.

  • 109 Voir R. Pronier, Les municipalités communistes, op. cit.

126Pour toutes ces raisons les CLEC se sont largement différenciés des foyers de jeunes en n’ayant ni leur autonomie – une organisation spontanée, une structure associative –, ni leurs objectifs – le développement culturel –, ni leurs moyens humains – le volontariat, le militantisme syndical ouvrier. Par contre, devenus une institution communale, les centres culturels ont participé de la constitution d’un appareil idéologique municipal109.

  • 110 L’évolution des CLEC, le développement des activités de diffusion et de création ont été analysés (...)

127Il reste que les CLEC ont donné à la municipalité d’union une image « culturelle » qui pouvait se traduire en un soutien politique, voire en des gains électoraux, par exemple la conquête par les candidats communistes de deux cantons aux élections de 1976 ou la progression du candidat communiste et la victoire du candidat socialiste aux législatives de 1981, dans la 6e circonscription, dans la mesure où les CLEC ont évolué en passant de structures d’animation socioculturelle, qui s’adressaient à toutes les classes d’âge, privilégiaient les scolaires mais aussi les travailleurs salariés ou retraités, offraient des apprentissages, des locaux équipés de matériel, des professionnels spécialisés, à des lieux de programmation et à des équipements de création110.

  • 111 De même la division problématique des interventions entre les CLEC et la MCH a été étudiée dans le (...)

128C’est d’ailleurs à ce double titre qu’ils ont progressivement privé la maison de la culture du Havre d’une partie de ses champs d’intervention, aidés par le fait que la MCH privilégiait la création de haut niveau comme son objectif prioritaire111.

  • 112 Pas moins de 13 projets de Perret à Niemeyer, en passant par Gleize, Gillet…

129Le deuxième choix des municipalités dirigées par André Duroméa a été la construction d’un grand équipement culturel central, ayant pour architecte Oscar Niemeyer et pour finalité d’être le lieu d’implantation unique de la maison de la culture et la grande salle de programmation d’une double saison culturelle : celle de la MCH mais aussi celle de la ville. Là encore ce choix peut s’expliquer par les refus et les atermoiements successifs de l’État. Le ministère des Affaires culturelles, les directions du théâtre et des maisons de la culture avaient fondé une maison de la culture, dans le musée des Beaux-Arts du Havre, mais laissé se multiplier les projets architecturaux112, correspondant à la succession des municipalités, de reconstruction du théâtre municipal, d’équipement d’une maison de la culture. Enfin, dans les années soixante-quinze, Michel Guy, secrétaire d’État, avait abandonné le projet initial de multiplication des grands établissements culturels pour le nouvel objectif de développer des structures intermédiaires, les CAC, centres d’action culturelle.

  • 113 Au nom d’une conception très extensive de la culture et d’une rencontre voulue par Oscar Niemeyer (...)

130Parallèlement, les directions municipales successives avaient eu la volonté de reconstruire le Grand Théâtre, détruit par les bombardements, d’y ajouter des locaux pour la maison de la culture, d’achever un programme de reconstruction monumentale du centre-ville, commencé il y a plus de vingt ans. De plus, la municipalité était devenue un acteur culturel à part entière, avec le développement des CLEC, structures légères et décentralisées, et il n’y avait donc plus d’espace que pour un équipement central lourd. Enfin la ville s’engageait, à la suite de Roland Leroy et de Jack Ralite113, dans un soutien à la création contemporaine dont l’outil imaginé par Oscar Niemeyer devait être la manifestation symbolique.

  • 114 Il a réalisé les plans du siège du comité central, place du Colonel-Fabien.
  • 115 Pour plus de détails, voir chapitre 14 : « Une Grande Maison pour la culture », et S. Reneau, Poli (...)
  • 116 La secrétaire d’État Françoise Giroud ne donne l’autorisation de programme qu’à la veille des élec (...)

131La direction municipale choisit donc, en 1972, un architecte ayant déjà travaillé avec la direction nationale du PCF114 ; elle obtient la maîtrise du chantier115, en lui ajoutant un parking, des commerces et des équipements publics de quartier. Elle recherche des financements multiples (département, région), mais doit se résoudre, au terme d’une interminable bataille d’usure avec l’État116, à devenir le principal bailleur de fonds, à hauteur des 7/8 du coût de réalisation du projet, ajoutant à la mobilisation de l’Association de gestion de la maison de la culture, de la direction du PC et de la CGT, des comités d’entreprise… pour le démarrage du chantier, la pression pour obtenir une augmentation paritaire des crédits de fonctionnement, tout à fait contradictoire avec les politiques de rigueur financière des gouvernements de Raymond Barre.

132Il reste que le caractère central de l’équipement culturel « maison de la culture », contradictoire avec les projets de Marc Netter et de Bernard Mounier, le poids financier – à la charge de la municipalité – qu’il représente, la coexistence dans les mêmes locaux, ayant une dénomination commune, de deux saisons culturelles, réduit l’autonomie de l’établissement public qu’est la maison de la culture et la marge de manœuvre de son directeur. Les départs des années 1974-1975 en témoignent, de même que la nouvelle orientation créatrice de la MCH, la place prise par les impératifs techniques et financiers, les crises entre les présidents de l’Association de gestion (Charpiot, Perrot), les directeurs (Rosevègue, Van der Malière) et les tutelles en 1983-1985. La nomination de Raul Ruiz, à la tête de la maison de la culture, devait achever, en 1985, la mise en fonctionnement « artistique » du projet.

  • 117 Secrétaire d’État à la Culture, dans le gouvernement dirigé par Jacques Chirac.

133La troisième originalité des municipalités, dirigées par André Duroméa, a été de ne pas donner la priorité à la création théâtrale, sous forme de subventions à une compagnie et à son directeur. Dans ce cas encore, l’État interférait, négativement, avec la proposition de Michel Guy117, de donner à la Salamandre, à Gildas Bourdet, les moyens de son indépendance, en transformant la coopérative ouvrière, menacée d’asphyxie financière, en Centre dramatique national en résidence à Tourcoing.

134De plus, l’État refusait de subventionner massivement toute autre compagnie professionnelle locale (d’où, en partie, l’échec de la Comédie du Havre). Enfin il limitait ses investissements culturels de telle manière qu’il mettait en danger les structures existantes (les troupes amateurs, y compris celles qui disposaient d’une certaine reconnaissance). Les Baladins du Havre ou l’Arbalète, deux fois Prix Charles-Dullin, ne peuvent plus devenir professionnelles, les compagnies professionnelles ne doivent plus compter que sur les subventions municipales. Mais la municipalité a déjà opéré des choix et des réorientations, d’une part en décidant de financer prioritairement la construction d’équipements et l’embauche des personnels de CLEC, d’autre part en ne voulant, ou ne pouvant pas prendre exclusivement en charge une troupe professionnelle, qu’elle soit la Salamandre ou la Comédie du Havre. Il n’y eut donc, au Havre, ni troupe de décentralisation, soutenue par la direction du théâtre, ni centre de création dramatique à financement municipal (comme à Gennevilliers, Aubervilliers, Ivry, Nanterre, Sartrouville…). Le compromis élaboré, en 1979, avec l’aval de la direction municipale, sous la forme de l’Atelier théâtral / école de théâtre fut donc la fondation d’une compagnie professionnelle « locale » subventionnée, mais formée d’acteurs assurant des animations artistiques et des enseignements professionnels. Cette nouvelle compagnie, en combinant une cellule de création avec des activités d’animation et de diffusion, en relation avec les CLEC et la saison culturelle municipale, opérait donc, pour le compte de la municipalité, un recentrage qui lui permettait d’occuper tout l’espace d’une politique culturelle municipale, aux dépens de la maison de la culture et en conformité avec les orientations nationales.

Les rapports avec les associations

135Le développement de l’action culturelle municipale ne peut donc qu’entrer en conflit avec les structures associatives préexistantes, intervenant concurremment avec les nouvelles institutions culturelles locales. Le premier exemple est celui des foyers de jeunes, des MJC, voire des clubs de quartier. Ne disposant pas de crédits d’État ou d’autres crédits de l’économie sociale, ils ont été dépendants, pour leur développement, de subventions, d’équipements et de personnels d’origine municipale. Ils ne peuvent donc se multiplier ni même à terme coexister avec les CLEC. Ce sont ces derniers qui absorbent l’essentiel du budget de l’action culturelle, à usage des jeunes et des adolescents ; et comme ils y ajoutent de nouveaux modes de fonctionnement, des équipements modernes et des activités multiples, il ne reste à terme que la maison des jeunes Porte-Océane, datant du début des années soixante, le dernier foyer de jeunes ouvriers devenant CLEC du Perrey en 1977. Les structures associatives maintenues, comme la maison pour tous Henri-Dunant, Bois-de-Bléville, l’Association collective socioculturelle de Bléville, l’UCJG, voire les organisations catholiques, ont pu préserver leur autonomie, par le moyen de financements croisés, c’est-à-dire, pour les structures laïques, des ressources provenant de la Caisse d’allocations familiales, de la direction départementale de l’action sanitaire et sociale et de l’Office public d’HLM, par le caractère socio-éducatif de leur projet et peut-être parce qu’elles disposaient d’une base militante prête à se mobiliser.

  • 118 Les motivations des départs ont été explicitées dans le chapitre 14 : « Une Grande Maison pour la (...)

136L’Association de gestion de la maison de la culture a, quant à elle, beaucoup évolué du fait de la personnalité de son président Raymond Charpiot à partir de 1970, de la composition politique de son bureau et de l’assemblée générale des adhérents, des options renouvelées des directions de la MCH. Les premières difficultés, avec la direction municipale (représentée de droit au sein du conseil d’administration et partenaire incontournable de la MCH du fait de la parité État - collectivité locale), se sont révélées à propos de la nature et de la maîtrise des projets architecturaux : serait-ce un théâtre, même national populaire, et/ou une maison de la culture ? Y aurait-il pluralité ou spécialisation des activités ? centralité urbaine ou pièce maîtresse d’une décentralisation culturelle ? l’équipement deviendrait-il lieu de programmation (s) ou outil de gestion d’une action culturelle de service public ? Ces questions ont été un des éléments expliquant le départ de Bernard Mounier et l’éloignement de Jean-Marie Huret en 1975118. Dans un second temps, avec la nomination du nouveau directeur Georges Rosevègue, les contradictions se sont révélées, à propos du contenu du projet esthétique de la nouvelle direction, de la priorité donnée à la création. Elles se sont développées, sur fond de problèmes politiques, liés à la rupture de l’union de la gauche et à la formation d’Union dans les luttes, elles ont atteint une situation de crise à la suite du déblocage des crédits d’État, c’est-à-dire les dommages de guerre et les subventions ministérielles et de l’avancement des travaux de l’ensemble Oscar-Niemeyer. La détérioration des relations entre la direction de l’association, celle de la maison de la culture et celle de la municipalité a été d’autant plus accélérée qu’elle ajoutait à des débats et à la crise interne au PC des conceptions contradictoires de l’action culturelle et des enjeux de pouvoir, quant à la dénomination, à l’utilisation et donc à la direction du nouvel établissement.

137Les départs successifs de Raymond Charpiot, Georges Rosevègue et Alain Van der Malière ont amené l’association, dirigée par Albert Perrot d’une part, le nouvel adjoint communiste aux Affaires culturelles, Gérard Heuzé, le ministère (Lang) et la direction du développement culturel (Wallon) d’autre part, à négocier un compromis sur une nouvelle direction, artistique et administrative, celle de Raul Ruiz et Jean-Luc Larguier, qui avait élaboré un projet de création cinématographique, de diffusion de spectacles, pouvant coexister avec la saison culturelle municipale, le fonctionnement des structures d’animation socioculturelle décentralisées au niveau des quartiers (CLEC), l’existence d’une cellule locale de création théâtrale, l’Atelier théâtral.

138Le départ d’Albert Perrot de la présidence de l’association (1985) marqua la fin d’une période dominée par les cadres de la CGT et de Tourisme et travail, les intellectuels communistes. Il fut aussi symptomatique de l’abandon des objectifs de démocratisation culturelle pour ceux de la création artistique, d’où le transfert de responsabilités à deux artistes indépendants, Raul Ruiz et Yoland Simon, à la présidence de l’Association de gestion.

  • 119 La FHOL a perdu « les trois quarts de ses adhérents adultes en trente ans » (G. Poujol, La rencont (...)
  • 120 Par exemple, à la FHOL, un atelier offset, un laboratoire son, un service informatique (animé au d (...)
  • 121 Transformés par la ville en centres de loisirs, maisons de l’enfance, CLEC.
  • 122 Valmont, parc de loisirs, est géré par les CE et Tourisme et travail, il est aussi un lieu d’anima (...)

139Les structures laïques et syndicales d’éducation populaire (FHOL, Ligue de l’enseignement et CGT, Tourisme et travail) se sont vidées de leur substance militante119 pour devenir des organisations prestataires de services120. Le retrait progressif des œuvres laïques de tout le secteur péri-et postscolaire (patronages, centres aérés, ciné-clubs121), le sabordage de la commission culturelle de Tourisme et travail ainsi que l’échec ultérieur de Travail et culture, association spécialisée de la CGT, le déplacement des principaux stratèges du développement culturel à Valmont122, tout donne à penser à un reflux du militantisme culturel, qu’il soit lié à des objectifs de démocratie laïque et ou sociale, ou qu’il soit de substitution à un engagement politique en crise. Ne restent alors que les professionnels de la culture en la personne d’animateurs, de techniciens, de gestionnaires et des développements de carrière ayant leur propre logique de fonctionnement.

  • 123 On retrouve la différenciation entre « démocratie participative et démocratie incarnative », établ (...)

140L’évolution des associations d’éducation populaire, socioculturelles témoigne de l’ambivalence des rapports de la direction municipale avec les formes d’organisation volontaire. Selon l’adjointe Maryvonne Rioual, « l’association est double, à la fois un facteur de développement pour la démocratie mais aussi un écran à la démocratie », c’est-à-dire que les associations, plutôt représentatives des classes moyennes, sont moins que les élus municipaux en phase avec « les masses » et donc, selon elle, moins en état de traduire leurs besoins et leurs aspirations123.

Culture et politique

141La municipalité a aussi géré l’extension de ses interventions sur un mode spectaculaire, comme en témoigne le rayonnement donné à Juin dans la rue – mois de la jeunesse, aux Décades de l’enfance, aux festivals de chansons, journées de la mer.

  • 124 La manifestation a été décrite par Max Serveau, ancien conseiller culturel, dans Gilles de La Port (...)

142À l’origine de Juin dans la rue124, manifestation « artistique et populaire », il y a une idée du directeur de la maison de la culture, Bernard Mounier ; en 1974, elle est reprise par un ancien animateur de l’action culturelle décentralisée, devenu conseiller culturel de la ville, Max Serveau, qui lui donne, par l’intermédiaire de la CAP, commission d’animation populaire, en relation avec les CLEC, la MCH et les « relais associatifs », un caractère festif et spectaculaire. Le thème choisi (en 1976, la liberté, en 1977, la paix, en 1978, carrefour des peuples, en 1979, les hommes et les outils, en 1980, cultures et expressions) est développé (43 manifestations en un mois, dès 1977) sous la forme de créations théâtrales, concerts, débats, expositions et une fête finale qui, en 1977, atteignit au grand spectacle (700 intervenants, de 30 000 à 40 000 spectateurs), avec la participation de Michel Fugain qui, depuis six mois, travaillait, avec les structures de quartier, à une mise en scène de chansons, Un jour d’été dans un Havre de paix.

  • 125 Concernant la Pie rouge, voir Thierry Dézalay, Les municipalités face aux responsabilités de l’act (...)

143Des subventions complémentaires aident à l’intégration des associations. Volontaires et peu nombreux ont été les refus, liés à des motivations politiques et/ou esthétiques, même les participations marginales ont été récupérées125.

  • 126 L’on pourrait dire que les cultures du mouvement ouvrier se sont « réfugiées » à Valmont, alors qu (...)

144Les fêtes municipales sont sans doute l’autre face des cultures institutionnalisées ; elles ne sont plus liées à des cultures du mouvement ouvrier, à ses structures (union locale CGT, comités d’entreprise), à ses quartiers, à ses productions originales, elles ne sont plus non plus des fêtes liées au calendrier républicain, à l’idéologie laïque, à une stratégie défensive (antifasciste) / offensive (à la Libération), c’est-à-dire des rassemblements opératoires dans une conjoncture politique donnée126. Elles sont des fêtes où se donne à voir l’unité populaire, c’est-à-dire la version communiste de l’union de la gauche, transcendant les classes, les partis et les syndicats, les associations, où se donne à entendre l’orientation communiste, puisque c’est à partir de ses conceptions de la culture que s’organisent les interventions publiques, et que se projette l’image du bon gouvernement local, comme répétition du gouvernement général. C’est dire que le jour où les alliances politiques sont en crise, avec la rupture de l’union de la gauche, l’affaiblissement du PC, le repli « sectaire et ouvriériste », puis les victoires électorales du PS, le nouveau gouvernement de Pierre Mauroy à participation communiste, les cultures institutionnalisées d’inspiration communiste, soit entrent en crise, soit fonctionnent au profit du PS, qui dispose de davantage de moyens financiers (directions du théâtre, développement culturel, musique…), définit des objectifs artistiques, gère des carrières.

145Avec la formation d’un gouvernement à direction socialiste, l’action culturelle devient donc un enjeu politique, dont les communistes se saisissent, avec le « verrouillage » de ce secteur aux élections municipales de 1983 (tous les postes d’adjoints, Culture, Enfance et jeunesse, Sports, sont attribués à des représentants du PCF). Ont-ils encore les moyens d’y développer un projet ? d’y investir des militants ? d’y rallier des professionnels ?

146Le Havre a donc eu des structures originales et des politiques culturelles très évolutives. La comparaison avec d’autres grandes villes à direction communiste, comme Amiens et Bourges disposant de maisons de la culture, donne à penser que la municipalité du Havre a dû composer avec des héritages « extérieurs », ceux du mouvement ouvrier havrais, ceux de la direction municipale de type troisième force, c’est-à-dire l’équipe Monguillon – Fatras, ceux de la politique d’État à l’origine de la maison de la culture. Elle n’a donc pu développer ses initiatives propres qu’à partir des municipalités Duroméa. Le fait que cette période ait coïncidé avec la ligne unitaire a engagé la direction communiste dans une stratégie de conquête de nouveaux territoires à partir de nouveaux équipements culturels et socioculturels.

147Si la rupture de l’union de la gauche a été aussi négative pour le PC, c’est que les pertes électorales se doublaient d’une mise en échec de ses tentatives d’hégémonie. Il ne restait alors qu’une situation de crise qui, touchant les périphéries et les banlieues, les jeunes et les ouvriers, n’épargnait pas à terme l’ensemble des institutions culturelles.

Annexes

ANNEXE 1. Subventions aux associations, mouvements et organisations (1971-1977)

ANNEXE 2. Naissance de l’université du Havre (1972-1973)

ANNEXE 3. La grève d’une centaine d’agents communaux de la CFDT (1979)

ANNEXE 4. Aides municipales aux chômeurs : Le Havre libre, 11 et 12 juin 1977

1977 : 7500 chômeurs dans l’agglomération, dont 46, 5 % de jeunes de moins de 25 ans et 53,5 % de femmes.

Aides de la municipalité (200 millions de francs) :
– augmentation du nombre des bénéficiaires de bons du bureau d’aide sociale ;
– gratuité des cantines scolaires, des transports en commun et des piscines et spectacles municipaux ;
– aides à l’envoi des enfants en centres de vacances.

ANNEXE 5. Deux opérations de rénovation de l’habitat social en ville basse (1980)

ANNEXE 6. Une politique d’équipements scolaires

ANNEXE 7. La politique de l’enfance

La politique de l’enfance est articulée sur :
– les haltes-garderies et les crèches municipales ;
– les colonies maternelles et de vacances ;
– les centres aérés et centres de classes de neige (Montgenèvre) ;
– les petits équipements de quartier (aires de jeux et maisons de l’enfance).

Les subventions s’étendent aux associations privées.

Notes

1 Cette progression se fait dans un mode de scrutin dénoncé par le PC comme moins démocratique que la proportionnelle.

2 Un bulletin de la mairie du Havre, signé de René Cance, est envoyé à tous les électeurs et électrices en février 1971.

3 Voir Georges Marchais, Le défi démocratique, Paris, Grasset, 1973.

4 Ainsi Georges Séguy, secrétaire confédéral de la CGT, en visite au Havre parle-t-il de « gestion municipale préfigurant ce que sera demain la France » (Le Havre libre, 2 mars 1977).

5 Marcel Rosette, La gestion communale dans l’action, Paris, Éditions sociales, 1977.

6 René Cance est élu conseiller général du 3e canton, à partir de 1937 puis en 1945, député-maire en 1956 et 1965. André Duroméa est élu conseiller municipal à partir de 1947, premier adjoint en 1956 et 1965, conseiller général du 3e canton en 1958, député en 1967 et maire en 1971.

7 Andrew F. Knapp, « Le communisme municipal au Havre. De l’ascension aux incertitudes », Études normandes, no 4, 1987, p. 61-79.

8 Andrew F. Knapp, Revolutionaries or Technocrats ? Communism and Town Planning in Le Havre (1965-1980), thèse de doctorat de science politique, Oxford, 1983.

9 Voir, par exemple, Le Havre libre, 20 avril 1971.

10 A. F. Knapp, Revolutionaries or Technocrats ?, op. cit.

11 Mais aussi par Georges Marchais, le 20 mai 1980, et par le congrès national des cadres communaux CGT les 24, 25, 26 novembre 1982 (Raymond Pronier, Les municipalités communistes. Bilan de 30 années de gestion, Paris, Balland, 1983, p. 321-322).

12 André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978, p. 123 sqq.

13 Voir carte 23, chapitre 12.

14 Voir R. Pronier, Les municipalités communistes, op. cit., pour la tendance du PC à jouer des petites formations politiques contre le concurrent principal, le parti socialiste.

15 Voir l’annexe 1 de ce chapitre : « Subventions aux associations, mouvements et organisations » (Le Havre libre, 20 décembre 1977).

16 Mouvement de la Jeunesse communiste, FNDIRP, ANACR.

17 M. Rosette, La gestion communale…, op. cit.

18 Il prend la suite du bulletin municipal édité par la première municipalité (1956-1959), puis est diffusé par les municipalités Cance et Duroméa de 1966 à la fin de 1973.

19 A. F. Knapp, « Le communisme municipal… », art. cité, p. 76.

20 Le Havre libre, 18 janvier 1977 : « Beaucoup de monde à Caucriauville pour discuter avec les élus ».

21 Une série d’arguments sont développés dans un ensemble d’éditoriaux du Havre libre par l’ancien député socialiste Jean Binot : « Comment conquérir une mairie » (25 février 1971) ; « Le préfet complice » (27-28 février 1971) ; « Similitude et différence » (3 mars 1971) ; « Comme il y a 6 ans » (3-4 mars 1971).

22 Un questionnaire est envoyé par la ville en février 1970.

23 Voir annexe 2 : « Naissance de l’université du Havre (1972-1973) » (Le Havre libre, 11 juillet 1972 et 15 mai 1973).

24 Le 13 octobre 1976, 24 foyers d’anciens, avec l’inauguration du dernier en date dans le quartier neuf de Caucriauville.

25 Le Havre libre, 4 mars 1977.

26 Andrew F. Knapp, « Paris : le système politico-administratif local, 1977-1987 », Annuaire des collectivités locales, 1987, p. 65-90.

27 Pour les trois syndicats CGT du personnel communal (cadres techniques et administratifs, agents de maîtrise, ouvriers et employés des bureaux, ateliers et chantiers, plus retraités), voir Le Havre libre, 3 mars 1972.

28 Voir l’annexe 3 de ce chapitre : « La grève d’une centaine d’agents communaux de la CFDT (1975) ».

29 Par exemple, la commission locale d’aménagement et d’urbanisme (CLAU).

30 Le Havre libre, 15 juin 1976.

31 A. F. Knapp, J.-P. Lousse, F.-J. Gay, Y. Guermond…

32 A. F. Knapp, « Le communisme municipal… », art. cité, p. 66.

33 A. F. Knapp, Revolutionaries or Technocrats ?, op. cit.

34 A. Harris et A. de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, op. cit., p. 186.

35 D’après Le Point, no 374, 19 novembre 1979.

36 Une journée « mairies fermées » a lieu le 29 novembre 1973.

37 Remboursée à terme par le fonds de compensation de la TVA.

38 Voir Le Havre libre, 11 et 12 juin 1977, en annexe 4 : « Aides municipales aux chômeurs ».

39 Voir Daniel Colliard dans A. Harris et A. de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, op. cit., p. 189 : « Nous ici au Havre nous avons toujours dit : il faut moderniser les installations de réparation navale, ceci engage d’abord la responsabilité de l’État et des professionnels. Nous avons demandé au préfet de nous soumettre un plan de financement mais en disant au départ que nous considérons que les finances locales n’ont pas à s’y engager. »

40 Sans compter l’assistance sociale sous forme de « rationnaires ». Voir l’affiche de Charles Nicolle sur les cantines scolaires (1re municipalité Cance) dans le cahier iconographique, illustration VI.

41 A. F. Knapp, « Le communisme municipal… », art. cité, p. 66, et Revolutionaries or Technocrats ?, op. cit.

42 Opération dénoncée par Antoine Rufenacht, député RPR sortant.

43 Voir « La réhabilitation de l’habitat ancien », Le Havre libre, 1980 ; et l’annexe 5 de ce chapitre : « Deux opérations de rénovation de l’habitat social en ville basse (1980) ».

44 Voir Daniel Colliard, « Difficultés et risques de la réhabilitation », L’Élu d’aujourd’hui, no 12, janvier 1979.

45 Voir carte 31 : « Décentralisation culturelle et équipement des périphéries : 2e municipalité Cance (1965-1971) ».

46 Voir document en annexe 6 : « Une politique d’équipements scolaires » (articulée, de 1971 à 1977, sur trois innovations : écoles spécialisées pour enfants handicapés, recherche pédagogique et rénovation des établissements anciens).

47 Voir carte 32 : « Équipement culturel et sportif des périphéries et municipalisation : 1re et 2e municipalités Duroméa (1971-1983) ».

48 Elles sont prévues pour 900 embauches, dont un tiers de femmes, à Caucriauville et Montgaillard.

49 À partir de 1973, pour Le Havre et 7 communes du département.

50 Dépensant 10 milliards en cinq ans (1971-1976) pour 14 écoles primaires et 18 écoles maternelles.

51 Les collèges d’enseignement secondaire sont payés à 45 % par la ville en 1977.

52 Avec 4,86 % du budget municipal pour les équipements sportifs (1975).

53 Et 9381 cartes de transport gratuit sont délivrées aux plus de 70 ans en 1976, 24 000 colis distribués en 1977.

54 Voir annexe 7 : « La politique de l’enfance » (Le Havre libre, 12 mai 1971).

55 La démographie est en régression de 1975 à 1982, passant de 219 584 habitants à 198 875 (– 9,4 %).

56 En 1982, les deux tiers des 142 écoles ont fait l’objet de travaux (14 écoles maternelles et 9 écoles primaires, depuis 1977).

57 Outre les équipements pour handicapés moteurs, malvoyants et malentendants, les instituts de perfectionnement, sont apportées des aides matérielles et financières aux associations privées.

58 Un jeune sur deux sans emploi dans le quartier prolétarisé de la Mare-Rouge ; 14 051 chômeurs à la mi-juillet 1980, 16 673 à la fin de l’année.

59 Dites « service social à caractère public » sans aide de l’État.

60 Un hommage rendu à Louis Aragon (Le Havre libre, 18 février 1967) et une accolade fraternelle à René Cance (6 décembre 1971).

61 La dimension pacifiste et antifasciste a été caractéristique de l’engagement public de René Cance (de son adhésion aux Amis de l’URSS au mouvement Amsterdam-Peyel) contrairement à une autre instituteur communiste, Darius Le Corre, antimilitariste, plus ouvertement engagé dans la ligne « classe contre classe » mais rallié à la stratégie unitaire et ayant rompu avec le PCF en 1940.

62 Cette volonté apparaît par exemple dans le choix de la Comédie-Française et du Bourgeois gentilhomme pour l’inauguration du Théâtre de l’hôtel de ville (1er et 2 décembre 1967) et les matinées artistiques gratuites de novembre.

63 Soit les périodes dominées par différents dirigeants du PCUS et de l’État soviétique : Lénine, Staline, Khrouchtchev. Aucun d’entre eux ne donne son nom à un lieu de la ville, seul un boulevard de Leningrad (1967) remplace le boulevard d’Harfleur, à la suite du jumelage entre les deux villes (1965) et un parc des sports Iouri-Gagarine est créé (1969).

64 S’y ajoutent les interventions en commissions et en conseil municipal ; voir les délibérations du conseil et les bulletins municipaux. Voir aussi Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), thèse de doctorat d’histoire, IEP Paris, 2002, Annexe, p. 126 : « Politique et culture dans le discours municipal ».

65 La municipalité met un bonnet phrygien au sommet de la tour de l’hôtel de ville en 1965, elle organise un défilé de sans-culottes en 1969.

66 La publication de l’ouvrage d’Albert Soboul Les sans-culottes parisiens en l’An II date de 1968 (aux Éditions du Seuil). Autre exemple : l’intitulé de l’exposition organisée du 13 au 28 janvier 1968 à l’hôtel de ville, La Résistance de la nation française contre l’hitlérisme, donne une impression d’unanimité, de masse et de confrontation avec une idéologie personnalisée, tous thèmes qui peuvent être mis en relation directe avec l’historiographie communiste, l’institut Maurice-Thorez et les Éditions sociales ; ainsi, en 1972, François Hincker publie, dans De la guerre à la Libération, un texte portant le titre « La classe ouvrière et la nation dans la Résistance ».

67 Par exemple, d’après Le Havre libre, 65 000 personnes ont vu l’exposition en 1970, des conférences sont faites par d’anciens résistants communistes, les voix autorisées d’Albert Ouzoulias, de Fernand Grenier, l’universitaire Henri Michel.

68 Jean Legoy, La République en fête en France et dans la région havraise, plaquette éditée par la MCH et les musées du Havre en 1981. Voir aussi id., Le peuple du Havre et son histoire, Le Havre, La Ville, 1979-2002, 3 tomes.

69 Treize résistants locaux, sans compter les figures nationales (collège Guy-Môquet, stade Auguste-Delaune) et les écoles (Varlin, Vaillant, Robespierre), les collèges (Descartes et Claude-Bernard) Jules-Durand, nom d’un boulevard, d’une école et d’un foyer d’anciens… l’IMP Jules-Guesde, l’école Romain-Rolland, la rue Paul-Vaillant-Couturier… le lycée Claude-Monet.

70 La pièce est reprise en 1967 (CDN) et 1970 (Romain-Rolland) et encore en 2007, dans le cadre du centenaire de l’UL CGT, par le théâtre de l’Éphémère, salle Franklin, les 29 et 30 septembre 2007, salle Navalis, le 13 octobre 2007, espace culturel de la Pointe-de-Caux, les 19 et 20 octobre 2007.

71 Voir les photographies de D. Colliard (illustrations 24 bis, 29, 45 et 47, ainsi que l’annexe 1 du chapitre 13).

72 La municipalité, représentée par l’adjoint et deux conseillers communistes spécialisés (l’ancien adjoint aux Sports, A. Saussaye, et le futur, P. Bisch), participe aux activités de l’office municipal des Sports, et a développé des relations non seulement avec la FSGT, mais aussi avec les clubs affiliés à une fédération et en particulier ceux des municipaux (4 équipes seniors et 9 équipes juniors fin 1965).

73 Voir les tableaux en annexe à la thèse de S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), op. cit., p. 118 sqq.

74 Le centre médico-social d’Aplemont comprend le projet d’une aile pour une MJC, de même aux Neiges. Le centre culturel et sportif de Caucriauville, la piscine de la Mare-Rouge, la plaine de jeux de Bléville, l’aménagement de la forêt de Montgeon, et même le centre familial de vacances et de classes de neige du Havre à Montgenèvre (Hautes-Alpes) sont d’autres formes de complexes médico-sociaux et culturels.

75 Voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles, op. cit., p. 432 sq. : « L’équipement : le projet Oscar Niemeyer ».

76 En séance du conseil municipal, le 15 septembre 1969, Daniel Colliard est amené à défendre la Ligue de l’enseignement et la Fédération française des MJC, confrontées aux nouvelles options du secrétariat d’État à la Jeunesse et aux sports, Joseph Comiti. Il rend alors un hommage appuyé à ces deux grandes fédérations d’éducation populaire.

77 En 1967 : 6 francs la place, 4 francs par abonnement, ce qui est, par comparaison avec les prix du théâtre et des concerts privés, très bon marché.

78 Par exemple les crédits de la bibliothèque sont augmentés de 30 % en 1970, passant de 1 010 000 à 1 305 000 francs.

79 Voir chapitre 14 : « La triade culturelle ».

80 Les Semaines théâtrales et musicales, qui prennent la suite des anciennes Semaines d’art, sont gérées en régie directe. Le Théâtre de l’hôtel de ville, ouvert en 1967, est un établissement municipal, utilisé comme tel 62 jours par an. La saison culturelle étalée du 11 octobre 1968 au 21 mai 1969 a rassemblé 18 009 spectateurs en sept mois.

81 Voir « La politique de l’enfance », annexe 7.

82 Voir le tableau des allocations de ressources municipales aux associations artistiques/culturelles dans S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles…, op. cit., Annexes, p. 124.

83 La FHOL a organisé 54 822 journées de vacances d’été en 1967, contre 7 128 pour la CGT à Robertot et 4 886 au Tilleul, soit 82 % du bilan municipal.

84 Ont été envoyés 119 517 questionnaires, pour 100 340 personnes touchées. Il y a eu 34 267 retours, dont 32 977 réponses traitées. Les équipements culturels sont demandés après les foyers d’anciens, les zones d’emploi, le logement, l’université et les transports en commun.

85 M. Schlewitz (enseignement, muséum et personnel municipal), M. Rioual (Enfance et jeunesse) et P. Bisch (Sports), outre A. Heudron (Affaires culturelles).

86 Marcel Rosette, maire de Vitry et responsable de la section « collectivités locales » du CC : La gestion communale dans l’action, op. cit.

87 Comme élément d’une politique de « développement global » : Joseph Aulnette, Le rôle d’une municipalité comme acteur culturel, publication de la mairie de Gennevilliers, 1986.

88 D’après la biographie dans André Duroméa, André Duroméa raconte, Paris, Éditions sociales, « Messidor », 1987. Voir les photographies d’André Duroméa (illustrations 15, 24 bis, 28, 45, 47, 48, 49, 52 et annexe 1 du chapitre 13).

89 Sculpture de Henri-Georges Adam isolée, en marge d’un projet de « monument laïc à la mémoire des victimes havraises du nazisme » comportant 280 noms (Le Havre libre, 26 avril 1972).

90 Les noms des quatre tués de 1922 (G. Allain, M. Tronelle, Ch. Victoire, H. Lefèvre) sont attribués en 1972, date du cinquantenaire de la grève.

91 Le jumelage, ce sont aussi des séjours organisés, voyages officiels, vacances d’adolescents, échanges de professionnels. France-URSS est une association très active, avec des ventes annuelles de livres, de disques, d’objets artisanaux, des expositions philatéliques, des cours de russe, des conférences et projections de films, organisatrice de voyages, de croisières, de repas à bord des navires.

92 Le Havre libre, 4 décembre 1981.

93 « Une vie qui s’est toujours accrochée au Havre » selon la citation extraite d’un article publié par Le Havre libre (15 septembre 1980, à la suite de la donation, à la bibliothèque municipale, des manuscrits et archives de l’écrivain).

94 Jules Favrel : instituteur, animateur d’un patronage laïque et du HAC rugby.

95 La biographie de Max Serveau est détaillée dans un article du Havre libre, paru le 18 février 1981, à la veille de son départ comme directeur de la maison de la culture de Saint-Étienne.

96 La dernière annexe, après celles des quartiers de la Mare-Rouge et du Bois-de-Bléville, est ouverte à Montgaillard en 1978.

97 Gérard Breton est embauché en 1973, à la réouverture du muséum.

98 Gaston Legoy est nommé en 1977. Il est la cheville ouvrière de toutes les grandes expositions de documents ayant lieu dans les trois musées du Havre (Beaux-Arts, Ancien-Havre, Graville).

99 Geneviève Poujol et Gérard Vincent, La rencontre culturelle et l’action culturelle au Havre, ADRAC, nos 54-56, 1986, p. 44-45.

100 Bulletin municipal spécial (1980). Voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles…, op. cit., Annexes, p. 118 : « Les dépenses culturelles de la ville du Havre (1965-1984) ».

101 La politique culturelle municipale est explicitée par l’adjoint André Heudron dans un article du Havre libre du 8 avril 1980. Il en définit trois composantes : animation, création et diffusion. Voir aussi le texte de la commission fédérale de la culture.

102 Une politique de recherche, menée par le muséum, à partir de 1978 (géologie portuaire et littorale étudiée par Breton et Guyader, Préhistoire dirigée par Watté) a débouché sur des expositions, des publications, des congrès. Voir Serge Reneau, « La modernité en ses musées ou la politique artistique et scientifique des musées du Havre (1944-1983) », Cahiers du GRHIS, no 4, 1996.

103 D’après l’analyse publiée par son directeur des affaires culturelles, Joseph Aulnette, Le rôle d’une municipalité…, op. cit.

104 Cette substitution a été analysée quant à son évolution et ses attendus dans le chapitre 14 : « Des foyers de jeunes aux CLEC ».

105 Les structures préexistantes sont contrastées (foyers, MJC, mille-clubs) et les formes de la crise variées (problème d’encadrement, de financement, crise du militantisme ou de la structure associative…).

106 Pour autant ces relations n’ont pas un caractère mécanique, comme en témoignent l’investissement unique dans les 7e et 6e cantons gagnés en 1976 ou le caractère tardif des deux implantations dans le 3e canton.

107 G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit. ; Jean-Yves Cleach, « Les CLEC : sociologie des adhérents », Encrage, no 6, 1980.

108 Voir l’analyse de la crise des CLEC dans le chapitre 14 : « Crise de l’institution municipale, 1978-1979 ».

109 Voir R. Pronier, Les municipalités communistes, op. cit.

110 L’évolution des CLEC, le développement des activités de diffusion et de création ont été analysés dans le chapitre 14 : « Les CLEC, structure municipale (1971) ».

111 De même la division problématique des interventions entre les CLEC et la MCH a été étudiée dans le chapitre 14 : « La triade culturelle ».

112 Pas moins de 13 projets de Perret à Niemeyer, en passant par Gleize, Gillet…

113 Au nom d’une conception très extensive de la culture et d’une rencontre voulue par Oscar Niemeyer entre « architecture, sculpture et poésie ».

114 Il a réalisé les plans du siège du comité central, place du Colonel-Fabien.

115 Pour plus de détails, voir chapitre 14 : « Une Grande Maison pour la culture », et S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles, op. cit., p. 399 et suiv.

116 La secrétaire d’État Françoise Giroud ne donne l’autorisation de programme qu’à la veille des élections municipales de 1977.

117 Secrétaire d’État à la Culture, dans le gouvernement dirigé par Jacques Chirac.

118 Les motivations des départs ont été explicitées dans le chapitre 14 : « Une Grande Maison pour la culture. Des départs au finale ».

119 La FHOL a perdu « les trois quarts de ses adhérents adultes en trente ans » (G. Poujol, La rencontre culturelle…, op. cit., « Les laïques en garde à vue »).

120 Par exemple, à la FHOL, un atelier offset, un laboratoire son, un service informatique (animé au départ par J. Fautré).

121 Transformés par la ville en centres de loisirs, maisons de l’enfance, CLEC.

122 Valmont, parc de loisirs, est géré par les CE et Tourisme et travail, il est aussi un lieu d’animations, d’expositions, de manifestations, de fêtes annuelles « populaires, familiales et champêtres ».

123 On retrouve la différenciation entre « démocratie participative et démocratie incarnative », établie par Stéphane Courtois et Marc Lazar dans leur Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995.

124 La manifestation a été décrite par Max Serveau, ancien conseiller culturel, dans Gilles de La Porte, dir., Le Havre. Volonté et modernité, Le Havre, La Galerne, 1992, p. 305 sqq.

125 Concernant la Pie rouge, voir Thierry Dézalay, Les municipalités face aux responsabilités de l’action culturelle, mémoire de sociologie, université de Caen, octobre 1980.

126 L’on pourrait dire que les cultures du mouvement ouvrier se sont « réfugiées » à Valmont, alors que les cultures de Front populaire sont « dépassées » depuis le début des années soixante-dix…

Table des illustrations

Légende Carte 31 – Décentralisation culturelle et équipement des périphéries (2e municipalité Cance, 1965-1971)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Carte 32 – Équipement culturel et sportif des périphéries et municipalisation (1re et 2e municipalités Duroméa, 1971-1983)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1209/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search