Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

IV. Les habitants de l'estuaire

Répartition de la population

Une opposition nord-sud

Marie-Hélène Cousin

Texte intégral

Densité de population

Densité de population

1En 1990, la population de la zone estuarienne s’élevait à 666 612 habitants, dont plus de 60 % résidaient au nord de la Seine.

2Si en trente ans la croissance observée a été proche de 15 %, elle s’est surtout faite au bénéfice des arrondissements du Havre et de Bernay.

3En 1990, l’attraction exercée par les zones urbaines reste forte.

Evolution de la population cantonale entre 1982 et 1990

Evolution de la population cantonale entre 1982 et 1990

POPULATION PAR COMMUNE EN 1990 (SANS DOUBLES COMPTES)

© IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

Evolution typologique de la population entre 1962 et 1990

Evolution typologique de la population entre 1962 et 1990

4Avec plus de 666 600 habitants en 1990, et des densités de population s’échelonnant de 7 habitants par km2 aux Moutiers-Saint-Hubert (arrondissement de Lisieux) à près de 4200 au Havre, la région estuarienne est un espace très contrasté au niveau de la répartition de la population. On y observe à la fois des zones très densément peuplées - 75 % de la population résident dans des communes de densité supérieure à la moyenne française (104 h/km2), qui n’occupent que 19,2 % de la surface territoriale - et des zones de très faible densité (< 10h/km2) qui concernent près de 20 % des communes de l’arrondissement de Lisieux, 13 % de celles de l’arrondissement de Bernay mais seulement 1 % de celles de l’arrondissement du Havre. Près des deux tiers des habitants résident au nord de la Seine, principalement en zone urbaine (près de 80 % de la population) et plus de 60 % des communes y comptent plus de 400 habitants (et 10 % plus de 2 000). Trois principaux pôles urbains y apparaissent : Le Havre et son agglomération, Fécamp et la zone de Bolbec/Lillebonne. A l’opposé, les arrondissements du sud de l’estuaire sont moins peuplés et nettement moins urbanisés. Si celui de Lisieux compte environ 60 % de population urbaine, regroupées pour l’essentiel autour de Lisieux et, sur la Côte Fleurie, dans les agglomérations de Trouville et d’Honfleur ; la majorité de ses communes (69 %) compte moins de 400 habitants. L’arrondissement de Bernay reste le plus rural, avec 38 % seulement de population urbaine, les villes les plus importantes étant Bernay, Pont-Audemer et Brionne. D’une manière générale, les plus fortes densités de population se rencontrent, en dehors des agglomérations, le long des principaux axes de communication (vallées de la Risle, de la Touques au sud de la Seine, RN 15 au nord) et enfin au nord-est de l’arrondissement de Bernay dans les communes proches de l’agglomération d’Elbeuf (Bourgtheroulde-lnfreville).

Densité de population par commune

Densité de population par commune

© IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

5En près de trente ans, la population de la région estuarienne s’est accrue d’environ 15 %, cette croissance affectant principalement les arrondissements du Havre (+17 %), particulièrement entre 1962 et 1968, période d’industrialisation massive de la vallée de la Seine, et le nord-est de l’arrondissement de Bernay (+16 %) qui bénéficie de l’extension des agglomérations proches de Rouen et d’Elbeuf. L’analyse de cette évolution permet de distinguer trois phases principales : la première phase, l’exode rural, jusqu’en 1968, est celle de la diminution de la population rurale et de la croissance des zones urbaines. La deuxième phase voit l’exode rural se ralentir et, à partir de 1975, la tendance s’inverse. La population rurale augmente à nouveau, essentiellement autour des communes importantes avec le mouvement de péri-urbanisation. Dès lors, et malgré un solde naturel souvent très positif, les grosses communes urbaines perdent de la population au profit de leur périphérie proche, puis de plus en plus éloignée à mesure que l’offre foncière diminue dans la proche banlieue. C’est le cas du Havre, de Fécamp ou de Lillebonne au nord de la Seine, mais aussi de Lisieux, Trouville ou Livarot. De ce fait, la transition entre ville et campagne n’est plus aussi nette qu’auparavant. Enfin la troisième phase, à partir de 1982, semble marquer le ralentissement de la péri-urbanisation. Si les communes de la périphérie des villes continuent à voir leur population augmenter, de manière plus diffuse, les villes-centres diminuent nettement moins rapidement, leur solde migratoire restant toutefois négatif.

6Enfin, avec la crise agricole, on observe une dédensification continue des zones rurales les plus éloignées des centres urbains ; c’est le cas du sud-ouest de l’arrondissement de Lisieux et du nord-est de celui du Havre.

Table des illustrations

Titre Densité de population
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Evolution de la population cantonale entre 1982 et 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Evolution typologique de la population entre 1962 et 1990
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Densité de population par commune
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540