Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIIe partie. Des gestions unitaires confrontées aux crises (1965-1983)

Chapitre 14. Les lieux et les structures du militantisme et de l’action culturels

Texte intégral

Les années de transition (1965-1968)

  • 1 La reconstruction de la bibliothèque, repliée, après les bombardements de la guerre, dans les loca (...)
  • 2 En attendant l’aménagement du Théâtre de l’hôtel de ville inauguré fin 1967, après avoir été finan (...)
  • 3 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), DEA, IEP Paris, 1983, et P (...)

1La ville du Havre disposait, en 1965, d’une série d’équipements culturels à gestion municipale : trois musées – Graville (1953), Ancien-Havre (1955) et Beaux-Arts, futur André-Malraux (1961) – et un muséum (1953) construits ou aménagés dans les années cinquante, une bibliothèque et ses annexes de quartier1, plus un conservatoire municipal et une école régionale des beaux-arts. Deux salles de spectacle lui restaient : le Petit Théâtre (1951) et les salons de l’hôtel de ville2. Une programmation spécifique avait été élaborée, appelée « Semaines d’art théâtrales et musicales », et le budget culturel avait augmenté de 1,4 % à 2,8 % du budget global, de 1961 à 19643.

  • 4 Avec une double implication financière : la municipalité disposait de créances de dommages de guer (...)

2La seconde municipalité Cance fut immédiatement confrontée à deux nouveautés : l’institutionnalisation de la culture et donc des relations avec de nouvelles instances politiques, des ministères (Affaires culturelles, Jeunesse et sports) et des directions générales (Arts et lettres, Architecture et urbanisme), et la transformation des anciens projets de reconstruction du théâtre municipal, du fait de la création de la maison de la culture du Havre en 19614.

Carte 28 – Les équipements éducatifs et culturels du centre-ville

  • 5 La maison de la culture avait été implantée dans le musée des Beaux-Arts, boulevard Kennedy, le co (...)
  • 6 Le second directeur, Marc Netter, avait utilisé des chapiteaux en attendant d’occuper le Théâtre d (...)

3L’absence de grand équipement culturel, à finalité artistique5, posait une double question, d’abord de son lieu d’implantation, soit central, comme l’avait été le Grand Théâtre, soit décentralisé, éclaté, comme l’instrument d’une politique de démocratisation culturelle, mais aussi de sa finalité, lieu de représentation des spectacles de la saison culturelle municipale ou centre d’activités de la maison de la culture du Havre6.

  • 7 S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), op. cit., p. 178 et suiv.

4L’élaboration d’une nouvelle politique culturelle, qui ne serait pas seulement la reprise de celle de la première municipalité (1956-1959), faite de « volontarisme budgétaire, d’interventionnisme social et de démocratisation culturelle »7, obligeait la direction municipale, communistes et socialistes, à redéfinir ses rapports avec les nouvelles structures publiques, par exemple avec le directeur des maisons de la culture Francis Raison, chargé du projet d’équipement théâtral et de la nomination du troisième directeur. Les nouveaux objectifs d’action culturelle donnaient la priorité aux activités d’animation, aux dépens de la volonté de démocratisation culturelle, et les nouvelles stratégies politiques de développement des relations directes entre le peuple et les élites entraient en contradiction avec la ligne « unitaire, démocratique et sociale » relancée par le parti communiste, depuis le début des années soixante.

  • 8 Voir la lettre de Francis Raison citée par Geneviève Poujol dans La rencontre culturelle et l’acti (...)
  • 9 Même si le projet Gleize (élaboré sous la première municipalité Cance) de théâtre populaire munici (...)
  • 10 Le projet de théâtre-casino-bowling avait été rejeté, au profit d’un programme de centre culturel.
  • 11 Il s’agissait d’un grand théâtre par rapport à la salle de théâtre de l’hôtel de ville (700 places (...)
  • 12 L’idée était reprise du directeur de la MCH, Marc Netter, parlant de « relais culturels dans les b (...)

5L’analyse de la dernière mouture du projet de reconstruction de l’ancien théâtre, établie au printemps de 19688, révèle que les ambitions culturelles de la deuxième municipalité Cance n’avaient guère évolué9 : la reprise amendée10 du projet Gillet (hérité de la municipalité Monguillon) maintenait la volonté politique de reconstruire un grand théâtre11, mais sous la forme renouvelée d’une maison de la culture intégrant, dans ses locaux, une partie de la programmation de la saison culturelle municipale, l’emplacement restait le même, place Gambetta, mais n’excluait pas l’idée d’une décentralisation culturelle limitée12.

6En fait le grand tournant de la politique culturelle municipale se situe au lendemain du mouvement de mai-juin 1968 : il peut être saisi d’abord au travers du passage des foyers de jeunes, mouvement de jeunes ouvriers, aux centres de loisirs et d’échanges culturels, structure municipale. Il se révèle ensuite dans l’évolution des relations entre les maires et adjoints aux Affaires culturelles, les directeurs de la maison de la culture, les associations de gestion de la MCH et la CGT. Enfin le choix politique de l’architecte Oscar Niemeyer pour la construction d’un ensemble culturel achevait la période des militants, remplacés par des professionnels et gestionnaires de la culture.

Des foyers de jeunes aux centres de loisirs et d’échanges culturels

Les foyers de jeunes, mouvement de jeunes ouvriers (1953-1954 – 1969-1971)

  • 13 Voir les projets de Léo Lagrange, sous-secrétaire d’État aux Sports et loisirs, appelant à créer d (...)
  • 14 Le concept a été élaboré par Joffre Dumazédier : créateur de Peuple et culture, en 1945, il déclar (...)
  • 15 Prêtre-ouvrier établi en usine en 1956, Jean-Marie Huret a été élu délégué (CGT) du personnel, sec (...)
  • 16 Pour l’histoire de la Maison du peuple de 1907 à 1914, de la « jeunesse syndicaliste de France » ( (...)
  • 17 La référence au mouvement des auberges de jeunesse et à celle du Havre, de tendance anarchiste, es (...)
  • 18 Les MJC ont été créées par le ministre socialiste SFIO André Philip à la Libération.

7L’idée de constituer des foyers de jeunes qui ne seraient pas exclusivement des clubs de loisirs13, mais aussi des lieux de « développement culturel »14 revient à un prêtre-ouvrier de la paroisse d’Harfleur, Jean-Marie Huret15. Le projet emprunte à plusieurs filiations culturelles, celle de l’autonomie ouvrière, héritée du syndicalisme révolutionnaire et de la CGT à direction communiste16, celle de l’éducation populaire, des auberges de jeunesse17 et des structures laïques, celle de Peuple et culture, du christianisme social et des maisons de jeunes et de la culture18.

Carte 29 – Les foyers de jeunes dans l’agglomération du Havre

  • 19 Le premier foyer procède d’un car-camping organisé par 25 jeunes, ayant l’habitude de se retrouver (...)

8Ces foyers présentent une double origine paroissiale (Harfleur 1953-1954) et syndicale CGT (foyer de jeunes métallos dépendant de la Confédération, devenu foyer des jeunes travailleurs en 1958), mais ils s’émancipent très vite de leur double tutelle pour devenir des structures démocratiques, laïques et autogérées19.

  • 20 Les cars-camping emmènent, pour des voyages de trois semaines à l’étranger, une quarantaine de jeu (...)
  • 21 La marche « autonome » est organisée par le foyer, après l’annonce de la mort d’un jeune soldat, t (...)
  • 22 Harfleur-Beaulieu, Gonfreville-Mayville (banlieue est), Aplemont, Rouelles, Louis-Blanc et Blévill (...)
  • 23 L’association est créée en novembre 1961 (témoignage de J.-M. Huret). Les jeunes organisent leur p (...)
  • 24 Ainsi, les crises de la JEC et de l’UEC et, au Havre, la dissolution du cercle des JC, dont une pa (...)

9Ce sont de jeunes responsables (actifs de 17 à 21 ans) qui encadrent le mouvement et organisent des activités de loisir et de culture (cars-camping20, sorties en groupe, bibliothèque, discothèque, chorale, cinéclub). Ils y ajoutent un engagement politique et syndical (meetings pour la paix, marche silencieuse de protestation contre l’envoi du contingent en Algérie21, participation aux grèves de la métallurgie (Mazeline – FCM en 1965-1966). Les foyers sont alors implantés dans l’ensemble des vieux quartiers et banlieues ouvrières de l’est et du sud de la ville22 et constitués en association (1961)23. Ils deviennent des lieux de formation de cadres syndicaux CGT, tel Henri Batard, futur secrétaire général de l’UL, futur conseiller municipal communiste, de cadres politiques, tels Daniel Colliard, futur député-maire communiste du Havre, ou Gérard Eude, futur maire et conseiller général communiste d’Harfleur, et de militants culturels : dirigeants de comités d’entreprise, adhérents à Tourisme et travail, membres de l’association Maison de la culture, animateurs de CLEC (Petit, Claude Noël, Gérard Noël, Leroux, Lizée…). Les foyers de jeunes sont confrontés, à partir de 1965-1968, à toute une série de problèmes qui dans le même temps affectent, à des degrés divers, l’ensemble des mouvements de jeunesse et des structures d’éducation populaire24 : problèmes de locaux, d’encadrement et de financement.

  • 25 Alors qu’ils avaient multiplié les relations horizontales avec les structures culturelles associat (...)

10Les foyers ne disposent que de locaux de fortune et les autorités municipales proposent de prendre en charge la construction de nouveaux équipements socioculturels. Les jeunes responsables maîtrisent mal les problèmes liés à la crise de la jeunesse et, pour certains, aspirent à une formation qui se transformerait à terme en une professionnalisation. Enfin structure associative, les foyers de jeunes sont demandeurs de subventions auprès de la municipalité, du secrétariat d’État à la Jeunesse et aux sports et de la caisse d’allocations familiales, non sans retombées sur leur mode de fonctionnement25.

  • 26 Témoignage de l’animateur du foyer d’Aplemont (Le Havre libre, 16 février 1969).
  • 27 Le foyer d’Aplemont est rouvert à la rentrée de 1968, avec un changement de local et la mise à dis (...)
  • 28 Bal « tragique » à Bléville, du fait de « blousons noirs » (7 janvier 1969).
  • 29 Le bureau municipal de la Jeunesse et des sports recrute alors des moniteurs d’éducation physique, (...)
  • 30 Voir le chapitre 11 : « Les adversaires d’extrême gauche ». Aucun responsable n’assista à la premi (...)

11Plus encore le mouvement de mai-juin 1968 se traduit, en termes politiques et idéologiques, par l’expression de situations de crise vécues sur le mode générationnel. Ainsi la délinquance juvénile, constatée par plusieurs responsables de foyers26, l’affirmation de nouvelles formes de culture musicale (rock, blues) traduisent-elles des conduites de rupture qui amènent à des fermetures temporaires27, des explosions de violence28. Les retombées de 1968 sont négatives pour les foyers de jeunes déjà transformés par leur institutionnalisation29 : ils perdent à terme la subvention municipale, sur fond de mise en place de projets concurrents. S’y ajoute une tentative de création collective des foyers de jeunes et de l’unité cinéma de la maison de la culture du Havre, le projet de film On voit bien que ce n’est pas toi, tourné au printemps et à l’été de 1969. Ce projet de film élaboré par Christian Zarifian, animateur de l’unité cinéma, et une vingtaine de jeunes, du foyer d’Aplemont et du foyer Louis-Blanc, traitait d’adolescents qui s’ennuient et de leurs difficiles relations avec le travail et la famille. Relayés par des animateurs inspirés par la révolution culturelle chinoise, les foyers de jeunes cristallisèrent les antagonismes politiques révélés par la crise de mai-juin 196830.

  • 31 Il fut reproché au metteur en scène d’avoir donné une « image glauque » de la jeunesse et d’y avoi (...)
  • 32 Jean-Marie Huret exprime ainsi ses regrets de leur disparition : « La mise en activité des jeunes, (...)

12La rencontre entre de jeunes ouvriers « désocialisés » et des animateurs « radicalisés » allait révéler la « crise de représentation », du même type que celle qui opposait la nouvelle vague aux formes traditionnelles de cinéma. Elle déterminait enfin une controverse idéologique avec la municipalité, la direction de la maison de la culture (Mounier) et la direction de l’association (Huret) qui n’acceptaient pas l’image négative des jeunes que leur renvoyait le film de Christian Zarifian31. Traduction d’une crise, les difficultés de programmation du film annonçaient le coup de grâce donné aux foyers en 1970-1971, avec la création d’une structure municipale, les CLEC32.

Les CLEC, centres de loisirs et d’échanges culturels, structure municipale (1971)

Une création municipale originale

  • 33 Ce ministère est devenu secrétariat d’État à la Culture (1974), puis ministère de la Culture, y aj (...)
  • 34 Les Ve (1966-1970) et VIe (1971-1975) plans donnent la priorité aux équipements sportifs et socio- (...)
  • 35 La programmation municipale est mise en forme par Marcel Rosette, maire de Vitry, responsable, à p (...)
  • 36 Par exemple, en 1977, la commission des Affaires culturelles comprend, outre l’adjoint en titre, 5 (...)

13La municipalité dirigée par René Cance depuis 1965 et celle d’André Duroméa, élue en 1971, devaient compter avec la nouvelle administration centrale, le ministère des Affaires culturelles33 doublé d’un secrétariat puis d’un ministère de la Jeunesse et des sports. Confrontée aux orientations des Ve et VIe plans34 et à la crise des associations d’éducation populaire et des mouvements de jeunesse (antérieure et postérieure à mai-juin 1968), elle allait devoir développer ses propres « structures et moyens », conformément à ses nouvelles orientations programmatiques35. Dans un premier temps, elle séparait en trois postes d’adjoints les Affaires culturelles, données à André Heudron, ancien radical-socialiste, ancien PSU, compagnon de route du PC, l’Enfance et la jeunesse, dévolues à Maryvonne Rioual (PC), et les Sports, attribués à Pierre Bisch (PC) ; ces postes étaient doublés de commissions municipales36, de services, bureaux et personnels spécialisés (culture, jeunesse, sports), auxquels s’ajoutaient un office municipal des Sports et un service Info-jeunesse. Sur ces bases, la part de la culture, dans le budget municipal, passait entre 1969 et 1979 de 5,45 % à 6,71 %, soit une hausse de 1,26 % (près d’un quart), celle des sports augmentait proportionnellement plus, de 3,18 % à 6,18 % (+ 3 %), presque un doublement.

  • 37 La démocratisation culturelle passe par le développement des structures publiques de lecture (bibl (...)

14D’un autre côté, la municipalité n’avait pas renoncé à ses projets de démocratisation culturelle37, elle continuait à leur associer la volonté d’une décentralisation des équipements, au niveau des quartiers, à laquelle s’ajoutait la détermination, jamais abandonnée, d’une intervention municipale tous azimuts, en marge des mouvements d’éducation populaire, qu’ils soient laïques (FHOL, MJC), confessionnels (UCJG, organisations catholiques) ou politiques (Vaillants, JC).

  • 38 Les premières mentions officielles des CLEC, centres de loisirs et d’échanges culturels, dans les (...)
  • 39 Ce qui amène Raymonde Temkine dans son livre L’entreprise théâtre, Paris, Cujas, 1967, à poser la (...)

15Quelques années de tâtonnements, au lendemain de mai-juin 1968, peuvent être repérées au travers des ambiguïtés de la dénomination et de la nature des projets de création d’équipements38. Furent ainsi successivement annoncées la construction d’une MJC de quartier (1967), puis celle d’un foyer de jeunes (1969) à Aplemont. Il y eut un projet de foyer de jeunes (après la fermeture de la MJC) à Caucriauville, en 1969, puis d’une MJC (en marge du foyer laïque), en 1970, et enfin le choix d’un centre culturel (fin 1970). Ces hésitations ne sont pas dénuées de sens, elles montrent la difficulté de nature politique à arbitrer entre des structures autonomes ou affiliées à des fédérations nationales (FFMJC ou Ligue de l’enseignement) et des centres culturels communaux. La décision prise par la nouvelle direction municipale, en 1971, d’implanter, au niveau des quartiers, de petits équipements socioculturels, est donc un choix de politique culturelle municipale. Il ne se reproduit pas dans toutes les municipalités à direction communiste gagnées en 1971, par exemple celle d’Amiens, ayant à sa tête René Lamps et dotée, comme Le Havre, depuis 1966, d’une maison de la culture39.

  • 40 Selon les termes mêmes du rapport d’activités, datant de 1978 et justifiant, pour des raisons fina (...)
  • 41 Dans quatre quartiers, les CLEC se sont substitués à des foyers de jeunes : à Soquence et à Aplemo (...)
  • 42 Voir la carte 29 des foyers de jeunes. Implantés aussi en banlieue (Harfleur-Beaulieu, Gonfreville (...)
  • 43 Dans les quartiers ouvriers anciens, du centre ou du sud de la ville, les foyers avaient disparu ( (...)

16Ces nouveaux établissements, appelés CLEC : centres de loisirs et d’échanges culturels, sont repris de structures antérieures ou construits de toutes pièces, comme éléments d’un centre social de quartier. Au départ, la municipalité utilise les « mille-clubs », proposés par le secrétariat d’État à la Jeunesse et aux sports, en 1970, puis elle substitue les nouveaux CLEC à des foyers (Soquence et Aplemont) et à une MJC (Caucriauville) en crise, enfin elle récupère, en 1977, une association d’éducation populaire créée, en 1958, dans le quartier du Perrey et appelée Avenir et joie. Cette dernière, pour préserver sa spécificité et son identité40, choisit de s’affilier à la Ligue française de l’enseignement et de l’éducation permanente (FHOL). En effet, la substitution des CLEC aux foyers41 n’est pas sans poser quelques problèmes dans la mesure où les modes de fonctionnement sont antithétiques, parce que la structure n’est pas de même nature : les foyers de jeunes étaient un mouvement autonome de jeunes ouvriers, intégré aux banlieues et quartiers populaires de l’est et du sud de l’agglomération havraise42, les CLEC sont une institution municipale de la ville du Havre, ouverte aux classes moyennes et se répartissant dans les grands ensembles de la périphérie nord (Caucriauville, Mare-Rouge, Montgaillard) puis étendus au sud, dans les vieux quartiers ouvriers en crise et/ou en rénovation (Le Perrey, Eure, Neiges, Massillon-Bourdaloue, à terme Vallée-Béreult)43, ainsi que le démontre la carte 30 des centres de loisirs et d’échanges culturels créés de 1971 à 1983.

Carte 30 – Les centres de loisirs et d’échanges culturels

  • 44 Sans parler de la MJC Porte-Océane qui fait appel, pour une très faible part, au financement d’Éta (...)
  • 45 Dans les établissements en gestion directe, les CLEC absorbent 21,4 % des charges salariales, soit (...)

17Une deuxième différence est que les CLEC sont intégralement financés par la municipalité, alors que les foyers de jeunes, et autres structures associatives non municipalisées, comme la Maison pour tous Henri-Dunant (quartier du Bois-de-Bléville) et l’Association collective socioculturelle de Bléville44 recherchent une multiplicité de sources de financement – de l’État, par exemple, de la Jeunesse et des sports, de la Sécurité sociale (CAF), de la DDASS (direction départementale de l’action sanitaire et sociale) voire de l’OPHLM (office départemental) –, ajoutées aux subventions municipales. Sur la base de leur multiplication (10 CLEC établis en dix ans, de 1971 à 1981), les équipements socioculturels de quartier sont d’ailleurs devenus, après l’étape de leur construction et/ou de leur aménagement, du fait des charges salariales, la principale dépense culturelle en frais de fonctionnement directs de la municipalité45. En effet les CLEC, et c’est la troisième différence avec les foyers de jeunes, ou Avenir et joie, recourent non à des militants ou à des responsables bénévoles, mais font appel à des professionnels ou semi-professionnels – alors que les règles de la profession n’ont pas encore été définies – de l’animation socioculturelle, appelés d’abord moniteurs de la jeunesse et des sports, puis animateurs.

  • 46 Leur nomenclature a beaucoup évolué : le Base, le brevet, le Capase (certificat d’aptitude à la pr (...)
  • 47 À ce titre, Thierry Dézalay évalue le nombre des animateurs de CLEC, adhérents au PCF, à 18 sur 21 (...)

18Ces personnels (deux par CLEC) sont embauchés par l’adjointe communiste chargée de l’enfance et de la jeunesse ; les premiers recrutés sont d’anciens moniteurs/animateurs des foyers de jeunes et/ou de la maison de la culture (Leroux, Lizée, Serveau). Les critères d’embauche sont définis en termes de qualification professionnelle, sanctionnée progressivement par des diplômes46, mais ne peuvent exclure des facteurs d’ordre politique. Si, comme l’écrit Thierry Dézalay dans son mémoire de maîtrise Les municipalités face aux responsabilités de l’action culturelle. L’exemple du Havre, l’affiliation au PCF n’est pas obligatoire, elle devient nécessaire, car du fait de l’absence de statut de ces personnels vacataires, elle leur apparaît comme un des moyens de conjurer le risque de licenciement47. Les animateurs sont très encadrés par la direction municipale, après la création d’un, puis de plusieurs postes de coordinateurs des CLEC (Leroux, Zerbib, Caudrelier) en 1972, de conseiller culturel (Serveau de 1975 à 1982). Ils participent à des réunions hebdomadaires et à des programmations de spectacles, organisés à l’échelle de la ville (par exemple Juin dans la rue) ; à ce titre ils maîtrisent, mieux que les adhérents de base et les membres élus des comités de gestion des CLEC, les informations et les objectifs, mais ils sont aussi plus dépendants d’une logique globale qu’ils ne déterminent pas.

  • 48 La FNCCC a été créée en 1960, à Saint-Étienne, par Michel Durafour et représentait « toutes les te (...)
  • 49 La tutelle municipale est double, par le financement (exclusif) et par l’embauche des « permanents (...)
  • 50 Mais les CLEC ne sont pas pour autant un centre culturel communal, au sens où l’entend la directio (...)

19Ce qui fait cependant l’originalité des CLEC, c’est qu’ils sont gérés par des associations loi de 1901, avec des présidents et des comités de gestion, élus par l’assemblée générale des adhérents (au maximum quelques centaines de personnes), mais le bureau comprend aussi deux membres de droit, représentant la municipalité – adjoint(e) et conseiller(e) municipal(e) ou coordinateur –, et deux membres, à voix consultative, les animateurs. Ce mode de fonctionnement, ajouté à une affiliation sans enjeu à la FNCCC (Fédération nationale des centres culturels communaux)48, leur donne une certaine autonomie, liée à l’élection, mais pas les moyens d’une réelle émancipation de la tutelle municipale49. N’étant ni des foyers de jeunes, ni des maisons de jeunes et de la culture, ni des associations culturelles, les CLEC sont une structure municipale ouverte50 dont l’évolution dépend de la conjoncture politique, économique et sociale.

Analyses culturelle, sociologique et politique

  • 51 Refus déclaré, souvent a posteriori, dans la convention datant de 1984 et les entretiens oraux. Qu (...)
  • 52 De Jean-Marie Huret, fondateur (voir son livre Prêtre-ouvrier insoumis, op. cit.), aux militants c (...)
  • 53 Par exemple, comme le dit un ancien des foyers, dans un entretien avec G. Poujol et G. Vincent (La (...)
  • 54 Étudiée par Marie-José Pigeon, dans un mémoire de sociologie soutenu à l’université de Paris-Nord (...)
  • 55 Voir chapitre 11 : « Les adversaires d’extrême gauche ». Il est à remarquer cependant que la munic (...)
  • 56 Les deux directeurs successifs de la MCH, Bernard Mounier et Georges Rosevègue, ont dû compter ave (...)

20L’on constate cependant, au départ, que la structure CLEC a été l’objet d’un triple refus déclaré51 : celui des anciens des foyers de jeunes52 rejetant la perte d’autonomie et la transformation des finalités53, celui de deux associations – l’Association collective socioculturelle de Bléville et la Maison pour tous Henri-Dunant du Bois-de-Bléville54, deux (anciens) comités de locataires, investis par des militants de la gauche non communiste et de l’extrême gauche –, là encore pour des raisons d’autonomie et de contradiction politique55, et celui des deux directeurs successifs de la maison de la culture, pourtant communistes, pour des raisons de concurrence directe et de risque d’« abaissement » du projet esthétique56.

  • 57 Par exemple le théâtre (professionnel) des Deux-Rives réalise une animation-spectacle Aristote et (...)
  • 58 J.-M. Coquerel, animateur au CLEC de la Mare-Rouge (fermé au printemps de 1980), présente des phot (...)
  • 59 Est tourné un « film collectif d’auteur » (CLEC d’Aplemont, unité cinéma de la MCH et C. Zarifian)(...)
  • 60 Par exemple le théâtre de la Pomme, troupe amateur, née des groupes d’expression théâtrale des CLE (...)
  • 61 La plus grosse opération a été le spectacle de Michel Fugain, Un jour d’été dans un Havre de paix, (...)
  • 62 Un été 1922, pièce d’Yvon Birster, a été coproduite par le CLEC de l’Eure et la municipalité (à di (...)
  • 63 Évolution étudiée dans la section : « La triade culturelle ».

21Au terme de ces douze années d’existence (1971-1983) les CLEC ont évolué comme des équipements socioculturels de quartier, ajoutant aux activités de loisirs (jeux, techniques artisanales, pratiques artistiques) des animations culturelles57, des débats sur des sujets dits de société, par exemple la contraception et l’avortement, les raisons de l’échec scolaire… ou liés à la conjoncture politique internationale : la crise liée à la sécession du Pakistan oriental en 1971 ou le coup d’État militaire au Chili en 1973, et une programmation « Chansons » (sous forme de récitals, Juliette Gréco, Marc Ogeret) et de concerts jazz ou rock, de spectacles de cabaret-théâtre, des représentations de la Comédie du Havre, de l’Atelier théâtral et des troupes amateurs (les Baladins du Havre, l’Arbalète, le Manteau d’Arlequin), de cinéma (en relation avec le circuit Ciné-clubs de la FHOL ou l’unité cinéma de la MCH) ; mais ils ont été aussi des lieux de création photographique58, cinématographique59, théâtrale60 et même de grands et de petits spectacles de music-hall y ont été organisés61. Des créateurs d’origine havraise ont été joués, chantés dans les CLEC : Max Zerbib, Yvon Birster, Yoland Simon, auteurs de théâtre ; Didier Blons, Christian Ferrari, Roberto Piazza dit Little Bob, compositeurs-interprètes de chansons et de musique rock62. Contrairement à la maison de la culture saisie par « l’exaspération culturelle », privilégiant la création de haut niveau63, les CLEC ont continué à fonctionner comme des structures polyvalentes, donnant leur chance à des « culturels » (animateurs, auteurs, interprètes) locaux jusqu’à une programmation de Michel Fugain, travaillant avec les six CLEC existants, plus la MJC Porte-Océane, l’UCJG, la Maison pour tous, à l’élaboration d’une cavalcade et de textes de chansons intégrés à une représentation centrale, le 18 juin 1977, qui s’est déroulée devant 30 000 personnes (Le Havre libre, 20 juin 1977). L’expérience a été reproduite, à plus petite échelle, en 1980, sous la forme d’un « spectacle collectif » de chansons coécrites par le CLEC des Neiges, Christian Ferrari et Francis Lemarque, intitulé Une île nommée Les Neiges (Le Havre libre, 19 juin 1980).

  • 64 Jean-Yves Cleach, « Les CLEC : sociologie des adhérents », Encrage, no 6, 1980. Voir carte 30 : «  (...)
  • 65 À la seule exception de l’ancienne association socioculturelle Avenir et joie, devenue CLEC en 197 (...)
  • 66 J.-Y. Cleach cite les 3e et 4e cantons, élisant anciennement des conseillers généraux communistes, (...)
  • 67 Voir carte 30. La ville basse à l’est, pourtant ouvrière et votant communiste, n’a été équipée qu’ (...)
  • 68 L’absence de toute implantation dans les quartiers de Sanvic, Bléville, Dollemard (ville haute oue (...)

22Une enquête sociologique menée sur le terrain, par un géographe, professeur au lycée Porte-Océane, Jean-Yves Cleach64, portant sur les adhérents de huit CLEC, réalisée en 1978-1979, fait apparaître que les CLEC ont été prioritairement implantés dans les quartiers est65, c’est-à-dire dans les cantons votant massivement à gauche, pour ne pas dire « élisant des conseillers généraux communistes »66. Ces deux remarques sont en partie vraies, parce que s’il est exact que 7 CLEC sur 8 sont implantés dans la partie orientale de la ville, on pourrait aussi les répartir entre 5 CLEC situés dans la ville haute et seulement 3 (dont les 2 derniers implantés) localisés dans la ville basse67. Plus encore les critères d’ordre social et démographique, c’est-à-dire le choix de quartiers « jeunes » et « ouvriers », n’ont-ils pas été surdéterminants ? Quant aux facteurs d’ordre politique, s’ils sont extrêmement repérables pour les 6 implantations du 4e canton (dont le conseiller général est, depuis 1973, Gérard Heuzé, secrétaire de ville du PCF), s’ils peuvent aussi expliquer les quatre dernières créations – le CLEC du quartier de l’Eure et les deux projets des Neiges et de la Vallée-Béreult sont situés dans la circonscription de Maryvonne Rioual, conseillère générale communiste du 3e canton depuis 1976, le dixième CLEC implanté, dit Massillon-Bourdaloue, l’a été dans le 6e canton, gagné par Daniel Colliard (PC) en 1976 –, en revanche ils ne permettent pas d’expliquer pourquoi il n’y eut aucune implantation dans le 7e canton, gagné par Maurice Schlewitz (PC) en 197668, pourquoi il n’y eut qu’une dernière implantation, tardive, dans le 6e canton, pourquoi les premières créations se sont faites dans le 4e et les dernières dans le 3e, deux circonscriptions votant aussi anciennement pour le parti communiste (depuis 1937), et cela alors que le 3e, plus encore que le 4e, peut être analysé comme un bastion ouvrier communiste. À moins que le CLEC ne soit la manifestation d’une stratégie de conquête (de la « classe d’âge » des jeunes) et d’ouverture (aux classes moyennes) avant, là encore, d’opérer un repli sur les « vieux bastions » ?

  • 69 Évolution que J.-Y. Cleach commente ainsi : « La place des jeunes n’est donc pas le résultat mécan (...)
  • 70 Peut-être y a-t-il là l’effet de l’ouverture d’un CLEC dans un quartier très ouvrier : l’Eure, sec (...)
  • 71 Échec relatif parce que « la sous-représentation ouvrière » y est sans doute un peu moins forte qu (...)

23L’analyse sociologique fait encore apparaître qu’au terme de huit années d’existence les CLEC ont fonctionné comme des « patronages », à usage des enfants et adolescents des quartiers populaires, les moins de 10 ans sont les plus nombreux (20,95 %), les moins de 15 ans représentent 40 % des adhérents, et avec les 15-20 ans, ils sont majoritaires et représentent la jeunesse scolarisée (les trois quarts sont des collégiens et des lycéens)69. Au-delà, ces petits établissements ont évolué comme des structures associatives de « consommation » de culture et de loisirs, à usage des classes moyennes. Les ouvriers y sont sous-représentés : 5,28 % des adhérents en 1976-1977, soit moins que les cadres et professions libérales (7,37 %) et les employés (10,82 %). En 1978-1979, les cadres sont proportionnellement les plus nombreux (11,60 %), mais la part des ouvriers a relativement plus augmenté (10,81 %) que celle des employés (10,54 %)70. Il y a là un échec relatif, dans la lutte contre les inégalités de la « consommation culturelle », et la démonstration que le « droit à la culture » pour tous n’est pas qu’affaire de moyens, techniques et humains, seraient-ils décentralisés au niveau des quartiers71.

Crise de l’institution (1978-1979)

  • 72 Les effectifs, après une croissance continue et très forte en 1978-1979 (+ 44,5 % : effet Fugain ? (...)
  • 73 Des CLEC ont connu des situations de crise temporaire : Soquence, Aplemont, la Mare-Rouge ; une cr (...)

24Les CLEC ont révélé des problèmes relatifs à leur mode de fonctionnement ; des situations de crises ont entraîné des fermetures (temporaires), des restructurations72, une perte d’effectifs jeunes : la part des moins de 20 ans est passée de 63,56 % en 1976-1977 à 52,76 % en 1978-1979, et de classes moyennes : le pourcentage des employés a baissé de 10,82 % à 10,54 % de 1976-1977 à 1978-1979, autant d’éléments qui amènent à penser la crise des CLEC comme double, structurelle et conjoncturelle73.

  • 74 Les deux tiers de ses adhérents avaient moins de 20 ans en 1976-1977, à ce titre il était bien l’h (...)
  • 75 Un des deux animateurs, Philippe Lizée, ancien ouvrier électricien, a fait, en 1973, un voyage en (...)
  • 76 D’après les témoignages de Christian Zarifian (entretien MPDH/SR, 25 janvier 1993) et de Maryvonne (...)
  • 77 Assemblée générale des adhérents le 3 novembre 1973 (Le Havre libre, 29 mars 1974).
  • 78 Malgré le refus du comité de gestion (13 contre, 4 pour, 1 abstention) le 10 janvier 1974, la sort (...)
  • 79 La réouverture a lieu le 22 janvier 1975 et le bilan de trois mois d’activité, le 8 mai 1975 (Le H (...)
  • 80 Ultérieurement les difficultés du CLEC de Soquence, rouvert le 13 février 1976, seront moins publi (...)

25La crise interne au CLEC d’Aplemont, un des deux premiers créés en 1971, eut des échos dans la presse locale. Foyer de jeunes en crise, il avait été transformé en mille-clubs, puis en centre de loisirs et d’échanges culturels, mais était resté une structure plutôt jeune et ouvrière74, marquée par le mouvement de mai-juin 1968. L’influence politique75 et culturelle76 de groupes maoïstes et le tournage du film Moi je dis que c’est bien, au printemps de 1973, avaient amené des adhérents à se constituer en comité de rédaction pour publier un journal77. Le refus d’une majorité du comité de gestion d’autoriser la sortie du premier numéro avait entraîné des réactions, sous forme d’affrontements78, suivis de sanctions, l’exclusion de cinq membres du comité de gestion et la fermeture temporaire du CLEC. En fait, la fermeture a duré neuf mois et demi79, donnant la mesure des difficultés culturelles et politiques de gestion de la crise80.

  • 81 La municipalité a créé des maisons de l’enfance (Trigauville, Pauline-Kergomard), des centres de l (...)
  • 82 Dans l’entretien du 2 juillet 1993, Maryvonne Rioual explique que la municipalité, à direction com (...)
  • 83 La carte de la professionnalisation se joue à partir de la délimitation d’une carrière, intégrant (...)
  • 84 Le devenir des animateurs de CLEC ne peut s’analyser qu’à travers l’histoire de quelques individua (...)

26Un autre problème, apparu au terme de quelques années de fonctionnement, fut celui de la définition des tâches et du statut socioprofessionnel des animateurs : ont-ils des responsabilités socio-éducatives, soit la prise en charge spécifique de jeunes enfants – plus du tiers des adhérents a moins de 15 ans en 1978-1979 – en complémentarité avec les centres de loisirs pour la jeunesse81 ? Doivent-ils être polyvalents ou spécialisés dans l’animation, voire la création culturelle ? Que tendent à devenir les CLEC, après que les structures laïques d’éducation populaire (foyers de jeunes, maisons des jeunes et de la culture, FHOL) ont été phagocytées et que les liaisons avec la maison de la culture du Havre se sont relâchées ? L’adjointe communiste à l’Enfance et à la jeunesse, chargée des CLEC, Maryvonne Rioual, déclare avoir voulu des animateurs qualifiés, bien payés, mais contractuels, à durée de carrière courte, de quinze ans maximum82 ; les animateurs semblent avoir majoritairement joué la carte de la professionnalisation83, dans des institutions culturelles qui ne soient pas liées exclusivement à une collectivité territoriale comme la ville du Havre84.

  • 85 Outre les animateurs ayant massivement adhéré, tous les coordinateurs, le conseiller culturel, l’a (...)
  • 86 De ce fait l’assemblée générale des CLEC est faiblement investie par les militants non communistes (...)
  • 87 Le Havre libre, 16 octobre 1979 : « Les CLEC protestent : “Du blé pour la culture !” »
  • 88 Le Havre libre, 8 octobre 1979. Ultérieurement Le Havre libre du 26 janvier 1981 fait le compte-re (...)
  • 89 Pendant la même période de grève (et de précampagne électorale pour la présidentielle de 1981), c’ (...)

27Les difficultés les plus graves ont cependant été liées à l’évolution politique et idéologique des CLEC. Si ces établissements socioculturels, décentralisés au niveau des quartiers, peuvent avoir été définis par leurs activités d’animation, de programmation et même de création culturelle, il apparaît aussi qu’ils sont animés, voire gérés, par des militants communistes85, qu’ils fonctionnent en relations privilégiées avec des organisations communistes ou para-communistes, la direction de l’UL CGT, le comité de quartier présidé par un(e) militant(e) du PC, le Mouvement de la paix, l’Union des femmes françaises86 ; ils peuvent même devenir des lieux d’agitation politique, par exemple quand les CLEC, de financement exclusivement municipal, réclament à l’État (le gouvernement de Raymond Barre) « du blé pour la culture »87, voire de mobilisation sociale. Ainsi le CLEC du quartier de l’Eure, créé en 1979, est-il engagé dans le soutien au mouvement de grève, avec occupation d’usine, de chez Caillard, après une exposition sur le thème : « Sauvons la Navale ! »88 La rupture de l’union de la gauche leur est donc tout à fait dommageable parce qu’elle les fait apparaître comme des courroies de transmission des priorités politiques du parti communiste89.

  • 90 Voir Le Havre libre, 12 janvier 1980 : « Le CLEC d’Aplemont raconte Le Havre : la commune du Havre (...)
  • 91 Sont présentées, dans les CLEC à forte composante ouvrière, la pièce d’Yvon Birster, relative à la (...)

28La crise urbaine qui prend la forme d’une « désouvriérisation » et d’un vieillissement des anciens quartiers populaires de l’est et du sud (Soquence, Aplemont, l’Eure, les Neiges) amène la direction des CLEC à tenter l’expérience d’une reconquête d’un public plus ouvrier et plus âgé. L’on constate alors la multiplication des exercices de mémoire, relatifs à la Commune de Paris, à la grande grève de 1922 (sujet de la pièce Un été havrais), aux congés payés de 1936 : pour préserver une identité menacée90 ou pour remobiliser une classe ouvrière en voie d’éclatement91 ? Les CLEC sont bien à l’image de la crise politique du PC en perte d’audience et en manque d’adhérents. Leur extension vers le 3e canton dit portuaire est exactement en phase avec le repli du parti communiste sur ses bastions.

La triade culturelle : maison de la culture - municipalité - CGT et Tourisme et travail

Les acteurs

29L’histoire des relations entre le parti communiste et la maison de la culture du Havre, dans les années 1968-1983, est celle de rapports entre trois partenaires : le premier, soit le mouvement ouvrier havrais, est constitué par la direction de l’UL CGT, les comités d’entreprise, Tourisme et travail, avec leurs élus, militants et dirigeants cégétistes ; le deuxième est la municipalité à direction communiste (Cance puis Duroméa), représentée par l’adjoint aux Affaires culturelles André Heudron (ex-radical-socialiste, ex-PSU, compagnon de route du PCF, de 1965 à 1983), l’adjoint à la Jeunesse et aux sports devenu à l’Enfance et à la jeunesse, Daniel Colliard (PC) de 1965 à 1971, puis Maryvonne Rioual (PC) de 1971 à 1989, et par les conseillers culturels communistes (Max Serveau, de 1975 à 1982, puis Alain Le Métayer). Le troisième est la direction à deux têtes de la MCH, soit les directeurs de l’établissement : Marc Netter, Bernard Mounier, Georges Rosevègue et Alain Van der Malière, et l’Association de gestion de la maison de la culture présidée par Raymond Charpiot, de 1970 à 1983, puis Albert Perrot (1983-1985).

  • 92 À ce titre, les adjoints estiment avoir la représentativité la plus large, pouvoir exprimer les be (...)
  • 93 Le projet est inscrit dans le livre de référence de Marcel Rosette, responsable de la section « co (...)
  • 94 Soit 1 président, 3 vice-présidents, 1 trésorier et son adjoint, 1 secrétaire général et son adjoi (...)

30Ces relations sont institutionnalisées sur la base d’une triple légitimité, la première étant celle d’élections démocratiques, au suffrage universel, pour les adjoints communistes de la municipalité d’union de la gauche92, lesquels, s’ils sont porteurs d’un projet de « politique culturelle municipale »93, n’excluent jamais, au dire des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires culturelles, les finalités électorales de leurs objectifs culturels. L’association, loi de 1901, dite « Maison de la culture », a un statut datant de 1963 : son collège électoral s’est élargi jusqu’à compter 550 membres, elle a aussi à sa tête un président élu par un conseil d’administration de 15 membres dont 9 choisis par l’assemblée générale des adhérents94. La base de l’association a été composée de personnes sélectionnées sur leurs qualités propres, leur goût et/ou leur compétence en matière de culture, mais aussi représentatives de syndicats, comités d’entreprise, associations familiales, structures culturelles, après l’élargissement de 1977 qui fait la part belle aux militants du PCF et de la CGT.

31D’une autre nature est la légitimité juridique dont sont porteurs les 6 membres de droit du conseil d’administration, représentants de la ville (deux adjoints et le secrétaire général de la mairie), du conseil général et de l’État (ministère et sous-préfecture), présents au titre des tutelles financières. De même le directeur, choisi par le conseil d’administration, avec l’accord préalable du ministère des Affaires culturelles et de la municipalité, a-t-il, statutairement, la responsabilité de la gestion des fonds publics (à parité de l’État et de la commune), l’embauche et le licenciement des personnels et la détermination des objectifs culturels, en relation avec la direction de l’association. Donc qu’il soit un créateur et/ou un gestionnaire, il ne peut faire abstraction de ses rapports avec les administrations publiques.

  • 95 Conférence à la MCH, le 31 janvier 1994, reprise dans le chapitre 16 : « Héritages culturels ».
  • 96 Louis Eudier, syndicaliste révolutionnaire rallié à la CGTU puis au PCF, est secrétaire général de (...)
  • 97 Le nombre des militants est évalué à environ 200 personnes par G. Poujol dans La rencontre culture (...)
  • 98 La commission, créée en 1967, comme structure de coordination de l’activité culturelle des CE, dev (...)
  • 99 La revendication du « droit à la culture », héritée de 1936, est reprise en 1968. Voir Albert Perr (...)

32La troisième légitimité est héritée de l’histoire culturelle95 du mouvement ouvrier havrais, du syndicalisme révolutionnaire, promoteur de l’idée de « culture ouvrière », des gouvernements de Front populaire, dont la politique culturelle a été largement inspirée par les intellectuels et créateurs communistes. Les dirigeants de la CGT96, Louis Eudier, Albert Perrot, Jean-Marie Huret, et les militants97 formés par les foyers de jeunes sont les inventeurs de stages syndicaux d’initiation à l’action culturelle, les fédérateurs de comités d’entreprise dans une commission de coordination culturelle98 de Tourisme et travail et les demandeurs, en 1968, d’un « droit à la culture » inscrit au fronton de leur usine occupée99.

  • 100 Bernard Mounier (directeur de 1967 à 1975) est adhérent de fin 1968 à début 1969 (entretiens 26 ma (...)
  • 101 Raymond Charpiot est président de 1970 à 1983, Alain Chenu, secrétaire général à partir de 1977.

33Ces relations inscrites dans des structures et des modes de fonctionnement se doublent de relations personnelles, à dimension politique. Au-delà d’une direction municipale, dominée par le PC (adjoints et conseillers culturels), allié et concurrent du PS, tous les acteurs culturels, qu’ils soient à la direction de la maison de la culture ou de l’association, à la tête de l’UL CGT, de Tourisme et travail, des sections syndicales et comités d’entreprise, tous, à partir des années 1967-1968, déclarent appartenir à la gauche syndicale (CGT) et politique, à ses courants et à ses contradictions et cela passe, dans la quasi totalité des cas, par une adhésion de longue ou de faible durée au PC ou par un compagnonnage durable. Ainsi les directeurs de la maison de la culture, qu’ils soient artistiques (Mounier, Rosevègue, Van der Malière) ou technique (Mourier), ont-ils été membres du parti communiste100, de même que le président de l’Association de gestion, l’officier de marine Raymond Charpiot101, le secrétaire général, Alain Chenu, mais ni Jean-Marie Huret ni Albert Perrot.

De la préhistoire de Mai 68 à ses lendemains (1974-1975)

Mai-juin 1968, révolution culturelle

  • 102 Le concept de développement culturel a été élaboré par Joffre Dumazédier, fondateur, à la Libérati (...)
  • 103 Marc Netter, second directeur, à partir de 1964, avait travaillé avec Jean Dasté (ibid., p. 43).

34Mai 1968 introduit, dans l’histoire culturelle locale, les éléments d’une rupture fondamentale. Si jusqu’alors le concept de développement culturel102 était opératoire, pour analyser les expériences menées par les foyers de jeunes, puis par la direction de la maison de la culture, engagée par son directeur, Marc Netter dans la conquête du public populaire103, le mouvement de mai-juin 1968 est de l’ordre de la révolution culturelle en ce qu’il amène l’ensemble des acteurs culturels à repenser radicalement leurs projets.

  • 104 Grands spectacles sous chapiteaux, galerie de prêt d’œuvres picturales, et plus encore une action (...)
  • 105 Ancien président du cercle catholique des étudiants de Poitiers, il a évolué vers le premier PSU a (...)
  • 106 Il rend hommage au maire honoraire, dans son discours de départ du Havre, le 21 juin 1975.
  • 107 Il se déclare « candidat du ministère » pour le poste de directeur, en 1967.
  • 108 Il participe à l’organisation du premier stage de formation d’animateurs culturels des CE, avec la (...)

35Dans le dispositif culturel, un rôle essentiel est joué par Bernard Mounier, le nouveau directeur de la maison de la culture. Se déclarant le continuateur de l’action culturelle de Marc Netter104, il a en fait évolué vers le parti communiste105. Il peut donc être le médiateur accepté entre le maire communiste, René Cance106, le ministère des Affaires culturelles et le directeur des maisons de la culture, Francis Raison107, et la direction locale de la CGT, Louis Eudier, les sections syndicales des usines occupées. Entretenant des relations privilégiées108 avec la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail (Perrot, Huret), il peut faire évoluer librement le contenu et les formes de son projet esthétique, sans contradiction avec la municipalité. Celle-ci n’a pas alors d’objectifs culturels constitués, elle n’en est encore qu’à recruter son premier animateur professionnel, et elle est confrontée à une « succession » problématique : le déficit du budget de fonctionnement de la MCH et le projet Gillet de reconstruction du Grand Théâtre. Sans les moyens de son autonomie, la municipalité en est réduite à des aménagements symboliques.

  • 109 Des textes de Maïakovski, d’Eluard sont lus par les comédiens du Tableau gris. Gildas Bourdet, dir (...)
  • 110 Sont projetés La Grève et Alexandre Newski d’Eisenstein, Le Sel de la terre de Biberman, Johnny Gu (...)
  • 111 Cette animation fait suite à l’expérience « galerie de prêt » (de tableaux de peintres contemporai (...)
  • 112 Au grand dam de l’autorité de tutelle, et en particulier d’André Malraux parlant au téléphone d’«  (...)
  • 113 Bernard Mounier déclare les avoir programmées « sans ouvriérisme », pour des raisons de « développ (...)
  • 114 Marc Netter ayant fait la démonstration (en utilisant une inspection financière déclenchée par le (...)

36Le mouvement de mai-juin 1968 place donc la maison de la culture au centre de l’événement culturel, de sa gestion et de ses retombées. D’abord parce que les nouveaux professionnels de la culture, que sont le directeur et les animateurs, sont, par les incertitudes de leur statut, leurs rapports privilégiés avec le monde du travail (CE, UL CGT, commission de coordination culturelle de Tourisme et travail) et l’indéfinition de leur activité professionnelle, les seuls éléments à être en prise directe avec la demande « culturelle » des 47 usines occupées. Il en résulte 259 animations, réalisées en trois semaines, sous la forme de spectacles (chants, lectures de textes109, séances de cinéma110, accrochage de tableaux dans les locaux d’usine111). D’autre part parce que s’étant déclarée, le jeudi 16 mai, en « grève générale illimitée »112, la maison de la culture est le seul lieu ouvert de débats idéologiques et culturels (avec les entreprises occupées), enfin parce que le nouveau directeur, par ses relations personnelles, politiques et institutionnelles, est la seule personne qui puisse maintenir des relations, simultanées et conflictuelles, avec la municipalité, l’UL CGT et le ministère des Affaires culturelles. Il est en effet, par son parcours professionnel, l’homme de la direction ministérielle, il est aussi celui qui a affiché sa volonté de continuer et de développer des actions culturelles communes avec le mouvement ouvrier CGT113, il est enfin celui qui a déclaré rechercher les voies d’une collaboration avec la municipalité à direction communiste, pour le règlement des questions prioritaires : le déficit du budget de fonctionnement de la MCH et le projet de construction d’un équipement théâtre – maison de la culture114.

  • 115 L’unité cinéma a pour animateurs V. Pinel et C. Zarifian ; l’unité enfants / jeunes publics, Y. Pi (...)
  • 116 Ce projet est décrit dans le livre de G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit.,(...)
  • 117 Des spectacles de tréteaux écrits par Yvon Birster, comme Le Marchand de sagesse, Vache de mouche,(...)

371968 amène la direction de la MCH à repenser son projet culturel sous la forme d’une série d’innovations, tout d’abord une restructuration interne, avec la mise en place de deux unités spécialisées dans la programmation, l’animation et la création, appelées « cinéma » et « enfants », ultérieurement « jeunes publics », ainsi qu’un service d’« action culturelle décentralisée » dirigé par Claude-Olivier Stern115. D’autre part l’élaboration d’un projet de maison de la culture « éclatée », avec un équipement central et des structures autonomes de quartier, à Caucriauville et à Montgaillard116, enfin la redéfinition de formes théâtrales, plus révolutionnaires, avec des spectacles de tréteaux, écrits par de nouveaux auteurs et montés par la troupe du Tableau gris devenue « coopérative ouvrière de production » (future Salamandre) dans des lieux non conventionnels117.

Emballage, un échec symbolique (1970)

  • 118 André Benedetto, directeur de la nouvelle compagnie d’Avignon, est l’auteur de : Urgent crier ; Na (...)
  • 119 A. Perrot rappelle comment, B. Mounier ayant déclaré à A. Benedetto : « Tu arrives au Havre, tu ré (...)

38Très symptomatique est, à cet égard, la commande, le montage et la représentation de la pièce Emballage en 1970 : il s’agit au départ d’une idée de Bernard Mounier qui a pris contact, à l’été de 1968, au festival d’Avignon, avec l’acteur, auteur, directeur de troupe André Benedetto118. Le projet prend ensuite la forme d’une commande conjointe de la maison de la culture et de la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail et intègre la participation de militants syndicaux et culturels119 amenés à rencontrer André Benedetto et à participer à son travail d’écriture.

  • 120 Elle a été publiée avec le texte et les dessins de l’auteur, dès 1970, par P. J. Oswald et la mais (...)
  • 121 Son projet n’est rien de moins que de mettre en écriture théâtrale le premier chapitre du texte de (...)

39La pièce120 met en scène des figures emblématiques de la classe ouvrière havraise : un homme marchandise nommé Alexandre Zacharie et sa femme (aliénée) Berthe, mais aussi le docker, le marin, le pétrolier, le Noir, l’intérimaire, le paysan devenu ouvrier, confrontés à l’étudiant, au capitaliste appelé directeur. Inscrit, idéologiquement, dans la conjoncture politique de l’après-Mai 1968, avec des allusions à la guerre du Vietnam et à la détérioration des relations sino-soviétiques, le texte surjoue les références théoriques121 aux rapports d’exploitation, à l’aliénation ouvrière et à la maïeutique étudiante, pour en arriver à la conclusion annoncée de la nécessité de l’abolition du salariat.

  • 122 L’échec est constaté par la presse locale (Le Havre libre, 11 mars 1970), parlant de « théâtre dés (...)

40L’échec des représentations publiques, à la salle Franklin, dans la semaine du 9 au 14 mars 1970122 tient autant au caractère désincarné du sujet, « Alexandre Zacharie, l’homme qui ne possède rien que lui-même se vend », qu’à l’écriture fortement idéologisée de la pièce, les personnages réduits à leur être de classe ne font, en dépit de quelques trouvailles poétiques, que décliner les éléments d’une démonstration attendue.

  • 123 La Salamandre subit un échec public avec la représentation de La Paix d’Aristophane (250 places vi (...)
  • 124 Le film tourné, en 1969, par l’unité cinéma de la maison de la culture avec les jeunes des foyers, (...)
  • 125 Les peintres chiliens (en exil) de la brigade Luis Corvalan sont venus au Havre, à l’invitation de (...)
  • 126 Quel que soit le choc que produit ce millier de personnages désarticulés, découpés dans du papier (...)
  • 127 Les conditions de création et de fonctionnement des CLEC, structure municipale, ont été analysées (...)
  • 128 L’établissement culturel central est le projet de l’architecte O. Niemeyer, avec la désignation d’ (...)
  • 129 Et en contradiction avec les engagements pris, en avril 1968, par le maire René Cance, au terme d’ (...)
  • 130 Les relations ont été analysées dans le chapitre 11, 3 : « Adversaires d’extrême gauche ».

41Il y a là plus qu’un échec public (insuccès auquel le théâtre de la Salamandre est à la même période confronté)123, mais déjà les signes manifestes de la fin d’une période. Toutes les tentatives de création collective de formes d’avant-garde, que ce soit, au cinéma, avec le film de Christian Zarifian (unité cinéma de la MCH) et des jeunes du foyer d’Aplemont, On voit bien que ce n’est pas toi124, ou avec les fresques murales des peintres chiliens125 imitées de l’école révolutionnaire mexicaine (Siqueiros, Rivera) et même les découpages bruts de L’homme éclaté d’Ernest Pignon126, sont autant d’expériences culturelles limites, sans lendemain. C’est dire qu’au milieu des années soixante-dix, la rupture entre les publics, les institutions politiques et les avant-gardes culturelles est en passe d’être consommée. La direction de la municipalité d’union de la gauche, à dominante communiste, a alors opéré un triple recentrage. D’une part elle crée les CLEC, comme autant de petits équipements socioculturels de quartier127, privant ainsi la MCH de ses projets de décentralisation. D’autre part en décidant, en 1972, la réalisation d’un établissement culturel central128, équipement lourd qui serait occupé simultanément par la programmation annuelle de la maison de la culture et la saison culturelle municipale, la municipalité a évolué en contradiction avec la volonté du directeur et de l’association129 d’être les seuls gestionnaires des nouveaux locaux. Enfin en engageant la lutte politique et idéologique contre toute forme d’organisation et de théorisation d’extrême gauche130, la municipalité a rompu avec tout projet de « révolution culturelle ».

Des départs au finale (1974-1975)

  • 131 Une première présentation de cette pièce avait eu lieu au Théâtre de l’hôtel de ville, les vendred (...)
  • 132 Gildas Bourdet, enfant du Havre, avait passé son enfance dans le quartier de Frileuse ; ancien élè (...)
  • 133 Pièce dite en « réalisation collective » dont l’auteur est Marc Normant, le dramaturge, André Fouc (...)
  • 134 Michel Guy est secrétaire d’État à la Culture dans le gouvernement de Jacques Chirac (juin 1974 – (...)
  • 135 La Salamandre, dirigée par Gildas Bourdet, prend la succession de Jacques Rosner à la rentrée de 1 (...)
  • 136 Le Tableau gris, compagnie professionnelle, est devenu, le 23 septembre 1969, la Salamandre, coopé (...)
  • 137 Voir l’interview de Gildas Bourdet par l’US, journal du SNES, no 306, 12 février 1993 : « Nous n’a (...)
  • 138 En 1972 encore, la représentation de La Double Inconstance de Marivaux avait été un échec public ( (...)
  • 139 Bernard Mounier, ancien animateur, ancien instructeur d’art dramatique, était devenu directeur du (...)

42Il reste à analyser les motivations de trois départs, intervenus dans les années 1974-1975 et qui marquent la fin d’une période dominée par les objectifs culturels élaborés par la direction de la maison de la culture et la commission culturelle de Tourisme et travail. Le premier éloignement est celui des comédiens de la Salamandre, révélés au public d’Avignon (et au ministère), à l’été de 1973131, par le premier succès de mise en scène de son nouveau directeur, Gildas Bourdet132, avec la pièce La Vie de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière133. La proposition du secrétaire d’État à la Culture Michel Guy134 de faire s’établir la troupe comme Centre dramatique national à Tourcoing135 pouvait a priori séduire une compagnie professionnelle devenue en 1969 coopérative ouvrière de production136 insuffisamment subventionnée par la municipalité et la maison de la culture, menacée d’asphyxie financière137 et pas encore assurée de son devenir théâtral138. Mais le déplacement à opérer faisait hésiter des acteurs enracinés, tous anciens élèves du conservatoire du Havre, qui avaient élaboré leurs spectacles en coproduction avec la maison de la culture et son directeur metteur en scène, Bernard Mounier139 : Apollo 69 de René de Obaldia, Place Thiers et Scènes de la Résistance populaire d’Yvon Birster, professeur de lettres à l’IUT de Caucriauville, en 1971-1972.

  • 140 La Salamandre était subventionnée par la municipalité à hauteur de 2000 francs en 1968, 3 500 en 1 (...)
  • 141 Pour des raisons politiques ? esthétiques ? Bernard Mounier et Gildas Bourdet déclarent avoir eu l (...)

43La demande d’augmentation massive140 de la subvention municipale fut refusée141 dans le temps même où l’État menaçait de « couper les vivres » et de retirer sa proposition de transformer la compagnie en CDN. Les dés étaient jetés, la troupe de la Salamandre (Gildas Bourdet, Marief et André Guittier, Guy et Annie Perrot) allait poursuivre, en dehors du Havre, à Tourcoing, Lille, Paris, Marseille…, une carrière exceptionnelle.

  • 142 Grand professionnel intéressé par toutes les formes de culture vivante : théâtre, mais aussi ciném (...)
  • 143 Bernard Mounier a alors constaté l’accumulation de retards (liés à l’état de santé de l’architecte (...)

44Ce départ allait entraîner celui de Bernard Mounier142, attiré dans sa région d’origine, les Charentes, par la perspective de construire, à sa façon, une nouvelle maison de la culture, dans le temps même où il réprouvait en partie l’évolution du projet de construction d’une maison de la culture - théâtre, puis celui de Claude-Olivier Stern, responsable de l’action culturelle décentralisée, nommé à la direction de la maison de la culture de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Le directeur qui avait bataillé et obtenu l’abandon du projet (municipal) de Guillaume Gillet avait aussi pensé la programmation d’une maison de la culture « éclatée », abandonnée pour le projet d’Oscar Niemeyer143.

  • 144 Jean-Marie Huret a été fondateur puis président de l’Association des foyers de jeunes, cofondateur (...)

45Avec le retrait de Jean-Marie Huret, devenu responsable (1975) puis directeur du parc de loisirs de Valmont (1976), après le sabordage de la commission culturelle de Tourisme et travail144, c’est la fin d’une grande période de l’histoire culturelle du Havre, marquée par la rencontre entre des militants culturels, formés par les prêtres-ouvriers, les foyers de jeunes et la CGT, un directeur de maison de la culture et de jeunes comédiens talentueux, et un maire communiste, René Cance, habité par le souvenir de Jean Vilar et du TNP. Cette conjonction historique, où l’on retrouve la double inspiration catholique, radicalisée à l’extrême gauche, et communiste, syndicaliste révolutionnaire, allait se désintégrer sous l’effet de multiples causes dont la principale est peut-être l’institutionnalisation de la culture, dans des structures centralisées, par l’État et le PC.

Une Grande Maison pour la culture (1975-1983)

Le choix du nouveau directeur

  • 145 Il est élu par le CA (Le Havre libre, 6 novembre 1975), après que sa candidature a été avalisée pa (...)
  • 146 Georges Rosevègue a vécu son enfance au Havre, à partir de 1950, dans le quartier Ignauval – Saint (...)
  • 147 Animateur à la Ligue de l’enseignement, il est titulaire du Decep (diplôme de conseiller d’éducati (...)
  • 148 Les deux hommes publient, en page spéciale du journal Le Monde (8 juin 1978) un article, qui fera (...)

46La nomination de Georges Rosevègue au poste de directeur de la maison de la culture s’opère à la fin de l’année 1975145. S’il apparaît bien comme un homme du lieu146, ancien élève du lycée, ancien animateur à la Fédération havraise des œuvres laïques147, administrateur de la MCH chargé de la comptabilité, collaborateur du directeur Bernard Mounier de 1970 à 1975, il n’en est pas moins, comme il se décrit lui-même, un « intellectuel prolétarisé », plus formé à la gestion qu’à la création, ce qui explique sans doute le recours à Michel Simonot, sociologue, universitaire, théoricien de la priorité donnée au culturel, par la direction de la maison de la culture, à partir de 1977148.

  • 149 Il a déclaré (dans un entretien avec les représentants de la presse régionale du 7 novembre 1975) (...)
  • 150 Il explique lui-même avoir proposé au cinéaste René Allio une codirection artistique et administra (...)
  • 151 La direction de l’association gestionnaire de la MCH est constituée de fortes personnalités « cult (...)
  • 152 Ce sont les secrétaire d’État et ministres des trois gouvernements Barre (du 25 août 1976 au 13 ma (...)
  • 153 Il a adhéré au PCF en 1973, après avoir milité aux étudiants PSU. Ses parents, d’origine juive, im (...)

47Le choix de Georges Rosevègue est donc plus lié à des considérations politico-financières, voire idéologiques149, qu’à la nature de son projet esthétique150. Il est en effet, par ses qualifications et expériences professionnelles, un homme capable à la fois de prendre en charge un équipement lourd, le projet Niemeyer, et de réaliser un consensus politique et idéologique minimal, entre la direction communiste municipale – André Duroméa, maire, et Daniel Colliard, premier adjoint, Maryvonne Rioual, adjointe à l’Enfance et à la jeunesse, membres du PC, André Heudron, adjoint aux Affaires culturelles, devenu compagnon de route –, l’association Maison de la culture, présidée par Raymond Charpiot151, et les tutelles extérieures, nationales et régionales152. Le fait qu’il ait la réputation (justifiée) d’être de gauche et unitaire153 a créé les conditions d’acceptabilité de sa candidature, non sans résistances d’ordre syndical et professionnel. En fait, ce sont ses qualités propres de gestionnaire qui deviendront un des éléments de la crise finale, une fois l’équipement achevé, en 1983-1984.

La surdétermination par l’équipement

  • 154 Un compte rendu du CM du 28 février 1973 rappelle une délibération du 30 octobre 1972 au terme de (...)
  • 155 Ch. Mourier a d’abord travaillé avec R. Planchon et, au Théâtre de la commune d’Aubervilliers, ave (...)
  • 156 Une initiative tout à fait parallèle aux grands travaux d’aménagement du territoire et d’équipemen (...)
  • 157 Les formes circulaires (pour la MCH) et parallélépipédique (pour le WTC), le recours au béton armé (...)
  • 158 L’espace culturel passe de 1500 à 13 000 mètres carrés et le Centre de commerce international doit (...)
  • 159 Ce dédoublement est relevé par le candidat des droites à l’élection municipale de 1977, Antoine Ru (...)

48Le choix de reconstruire, en centre-ville, un établissement culturel détruit, est un choix de nature politique, une opération d’urbanisme et une épreuve de vérité dans les relations entre maison de la culture et municipalité du Havre. Choix de nature politique par la décision, prise par la nouvelle direction communiste municipale (Duroméa et Colliard), de donner l’élaboration du projet architectural de théâtre - maison de la culture à Oscar Niemeyer, personnalité ayant déjà obtenu la maîtrise de la construction du siège de la direction du PCF, place du Colonel-Fabien. Il semble qu’au-delà de l’exceptionnelle qualité professionnelle du maître d’œuvre, des déterminations à caractère politique, via la personne de Roland Leroy, membre du secrétariat et responsable aux intellectuels et à la culture, aient pu interférer, redoublées par la convention signée avec le bureau d’études154 et le choix du directeur technique, Charly Mourier155. C’est aussi, à l’échelle municipale156, une grande opération d’urbanisme, dans la mesure où le projet d’Oscar Niemeyer est l’exact pendant de l’autre grand chantier ouvert, dans le même espace, par la chambre de commerce et d’industrie et le Port autonome, le Centre de commerce international dit World Trade Center. Formes modernes et contrastées157, de dimensions monumentales158, elles achèvent la période de reconstruction du centre détruit, et occupent symétriquement les derniers vides de l’espace urbain : côté port, sur un ancien bassin comblé, le signe du pouvoir économique et financier, côté centre-ville, à proximité de la mairie, l’établissement culturel, projet municipal. Il y a là une visibilité symbolique, un dédoublement de pouvoir159 que renforce encore l’inauguration simultanée des deux bâtiments, le centre d’affaires, le 7 octobre 1982, par le ministre d’ouverture du gouvernement Mauroy, Michel Jobert, et la maison de la culture, le 18 novembre 1982, par le ministre socialiste Jack Lang, flanqué du ministre communiste Jack Ralite et du responsable aux intellectuels et à la culture du comité central du PC, Guy Hermier, successeur de Roland Leroy.

Illustration 56 – Dessin et texte d’Oscar Niemeyer, architecte de la maison de la culture

  • 160 Des manœuvres de retardement (par exemple les avis contradictoires de la commission régionale des (...)
  • 161 Déjà une lettre du secrétariat d’État, datée du 13 juillet 1976, rappelait aux maires la volonté d (...)
  • 162 Le 20 septembre 1977, les maisons de la culture sont déclarées « en danger », les 23 et 25 novembr (...)

49Épreuve de vérité dans les relations entre la maison de la culture, la direction et l’association, et la municipalité, le projet Niemeyer l’est plus que tout autre, pour des raisons qui tiennent au financement, paritaire, du budget de fonctionnement d’un équipement « démultiplié » et plus encore à l’augmentation des crédits d’investissement qu’il suppose. Il est clair que l’État, orienté par les gouvernements Barre dans une logique de rigueur budgétaire, ne s’engage que tardivement et incomplètement160 dans une participation financière à la réalisation de l’équipement culturel. Il faut attendre la fin du premier gouvernement Barre, et la conjoncture préélectorale des municipales de mars 1977 pour que la secrétaire d’État, Françoise Giroud, donne l’autorisation de démarrage du chantier (Le Havre libre, 8 février 1977). Plusieurs campagnes doivent être organisées161 pour que des crédits de fonctionnement soient débloqués162. Plus encore, l’État représenté, successivement, par la secrétaire d’État et deux ministres de la Culture (Françoise Giroud, Michel d’Ornano, Jean-Philippe Lecat) limite sa participation financière au versement des dommages de guerre (12 millions de francs), plus une subvention de 10 millions de francs (soit 1/13 du coût total), qui s’ajoute à 5,4 millions de subvention départementale et 11 millions de la région de Haute-Normandie. Il reste donc, à la charge de la ville, sous forme d’emprunts, 97,8 millions, soit 75,3 % du montant des dépenses engagées ou, avec les 3,5 millions de TVA versés, 80 % du total.

  • 163 La part de la ville, dans le financement du projet d’Oscar Niemeyer, est passée du tiers, en 1974, (...)
  • 164 La maison de la culture de Seine-Saint-Denis a été empêchée d’entrer dans ses nouveaux locaux (ent (...)
  • 165 Dans le même temps la municipalité doit financer la construction d’un établissement d’enseignement (...)
  • 166 Le budget d’État de la culture est, en 1977, réduit à moins de 0,5 % du budget global, alors que s (...)

50Ce que le PC dénonce alors comme le désengagement financier de l’État ne se limite pas aux investissements d’équipement163, ni à la maison de la culture du Havre164, ni aux établissements d’action culturelle165, mais les restrictions touchent l’ensemble des dépenses liées à la culture. Les municipalités sont alors contraintes de se substituer à l’État défaillant, mais le risque est, en contrepartie, que s’opèrent une municipalisation des équipements166 et une réorientation des programmations.

  • 167 Raymond Charpiot, président de l’association : « Nous proposons, question de nom qui recouvre une (...)
  • 168 L’on mesure l’évolution des rapports MCH / direction municipale, en rappelant qu’au début de 1968, (...)
  • 169 Il faut noter que la direction de la MCH (directeur, directeur adjoint, directeur technique) est c (...)

51C’est bien ce à quoi tentent de faire obstacle la direction et l’association Maison de la culture dans la bataille secondaire menée pour la dénomination de l’espace culturel et la maîtrise de ses activités, mais l’association doit accepter un double compromis, d’abord celui du nom167, officiellement « ensemble culturel – maison de la culture » : selon que l’accent était mis sur le nom de l’architecte, celui de la maison de la culture ou celui de théâtre, la valeur d’usage, les finalités de gestion n’étaient pas les mêmes. De plus, une convention règle les conditions d’utilisation conjointe de la grande salle, par la programmation alternée de spectacles de la MCH et de la saison culturelle municipale168. Ainsi, la municipalité a d’abord créé, en 1975, le poste de conseiller culturel, l’a attribué à Max Serveau, ancien animateur (recruté par la ville) des foyers de jeunes, créateur du premier CLEC (Soquence), ex-animateur à la MCH, chargé par Bernard Mounier de la mise en place du service d’action culturelle décentralisée, communiste ; il devient, à son départ du Havre, en 1981, directeur de la maison de la culture de Saint-Étienne, municipalité à direction communiste depuis 1977. Elle a, dans un second temps, en 1983, donné la responsabilité de la culture à Gérard Heuzé, ancien secrétaire de ville du PCF, et elle apparaît comme impliquée, de façon croissante, dans la gestion de l’ensemble des affaires culturelles. La maison de la culture n’est plus alors qu’un des éléments d’un dispositif culturel que le PCF a maîtrisé jusqu’à la crise politique des années 1978-1979169.

L’exaspération culturelle

  • 170 Cette réorientation fait l’unanimité dans la direction de la MCH. Voir les articles de théorisatio (...)
  • 171 Successivement, à la direction, partent M. Simonot, G. Rosevègue, A. Van der Malière, et à l’assoc (...)

52Les choses se compliquent encore, avec les évolutions qui affectent le champ culturel. La seconde moitié des années soixante-dix correspond en effet à une rupture déclarée, théorisée, avec les activités d’animation à caractère socioculturel170. Priorité est alors donnée à la création sous toutes ses formes, théâtrales, cinématographiques, expositions, spectacles pour enfants, rencontres. Ce choix devait pourtant se révéler problématique et aboutir à une situation de crise entre la direction de la maison de la culture et celle de l’association, entraînant une nouvelle série de démissions et de départs171.

  • 172 Dans le même temps, le théâtre de l’Arbalète de Paul-Jacques Guiot, deux fois lauréat du prix Char (...)
  • 173 En hommage à Jean Dasté et à la Comédie de Saint-Étienne. Voir le tableau des « structures de la c (...)
  • 174 Élève de Charles Dullin, de Jean Vilar, créateur du Centre culturel communal de Châtillon-sous-Bag (...)
  • 175 La subvention de la municipalité est de 190 000 francs en 1978 (210 000 francs à l’Atelier théâtra (...)
  • 176 Sur les causes de cet échec on pourrait longuement s’interroger : insuffisance des hommes ? du pro (...)
  • 177 Compagnie dramatique permanente, formée en mars 1975, elle aura donc duré trois ans, malgré des mo (...)

53La question de la troupe de théâtre, de son statut, de ses financements était d’abord posée, après l’éloignement des comédiens de la Salamandre. La municipalité donnait la priorité à ses petits équipements socioculturels de quartier, les CLEC, multipliés de 1 à 10, entre 1971 et 1979 (12 étaient prévus à terme), et décidait de ne subventionner qu’une seule troupe de théâtre172 sans pour autant lui donner les moyens d’être professionnelle à plein temps. La première troupe reconstituée, dans la continuité de la Salamandre, coopérative ouvrière de production, choisissait de devenir la Comédie du Havre173, elle était dirigée par Marc Normant, comédien, auteur, metteur en scène174 et professeur au conservatoire. La troupe était subventionnée par la municipalité, secondairement par l’État175, mais elle allait se retrouver en situation d’échec176, contrainte, en avril 1978, à une interruption de ses activités de création et de diffusion177, puis obligée à un arrêt définitif en 1979.

  • 178 Il est l’auteur d’une pièce intitulée La Folia, jouée au théâtre Maxime-Gorki (à Petit-Quevilly, m (...)
  • 179 L’école a été créée par D. Lemonnier (professeur de philosophie), Th. Pereira (professeur de lettr (...)

54Une première restructuration s’opérait sous la direction artistique d’un autre comédien, James Ettouati178, mais sans lendemain, jusqu’à ce qu’à partir de l’école d’art dramatique et d’une troupe de théâtre, la Manicle179, se crée, fin 1979, l’Atelier théâtral du Havre, jeune compagnie, se déclarant pour « un théâtre professionnel populaire », dirigée par un comédien, professeur au conservatoire, Jean-Pierre Agazar. La nouvelle troupe obtenait 210 000 francs de subvention, puis 480 000 en 1982, ce qui lui permettait de faire vivre un petit nombre d’acteurs semi-professionnels, étant ajouté que, simultanément, ils donneraient des cours à l’école de théâtre et des animations dans les CLEC.

  • 180 Tels qu’ils s’expriment dans la commission culturelle du comité central et par les voix de Jacques (...)
  • 181 Leurs innombrables directeurs de troupe (B. Sobel à Gennevilliers, G. Garran à Aubervilliers, A. V (...)

55La municipalité du Havre a donc fait des choix originaux, contradictoires avec ceux de la direction nationale du PC180, qui donnait la priorité à des compagnies théâtrales de création, et avec ceux des municipalités, à direction communiste, de la banlieue parisienne181. Elle a d’abord subventionné, prioritairement, des animations socioculturelles et des équipements en régie directe, les CLEC et l’école de théâtre, ancien conservatoire. Elle a astreint des comédiens, dits professionnels, à une double activité, en en faisant des vacataires des structures municipales d’enseignement artistique, elle les a amenés à rompre les liens de collaboration, sous forme de coproductions avec la maison de la culture, ce qui, en d’autres temps, avait été à l’origine de la création puis de la renaissance de la Salamandre.

  • 182 Par exemple le théâtre de la Pomme, créé comme groupe d’expression théâtrale des CLEC de Caucriauv (...)
  • 183 Y. Simon, professeur de lettres qui a créé avec Ph. Dumont, également professeur de lettres, la re (...)

56Par là même, la maison de la culture du Havre se débattait dans de multiples contradictions : si elle choisissait de privilégier la création, elle ne disposait pas pour autant de troupe théâtrale professionnelle, et comme elle se refusait simultanément à tenter l’aventure de la « création locale », elle abandonnait ce terrain, soit aux CLEC182, soit aux troupes amateurs, par exemple les Baladins du Havre qui montaient les premières pièces d’un nouvel auteur, Yoland Simon183 ; elle n’avait donc aucun des moyens de ses ambitions culturelles déclarées, tel le désir de programmer des créations de niveau national, voire international, et n’allait les trouver qu’au jour, exceptionnel, de son inauguration, lorsqu’elle projeta, dans la grande salle de l’espace Niemeyer, le film d’Abel Gance Napoléon avec accompagnement d’orchestre, qui fit écho au discours de Jean-Paul Sartre, professeur de philosophie au lycée du Havre, le 12 juillet 1931.

  • 184 Extrait de la plaquette Jean-Paul Sartre et Le Havre, Paris, Gallimard, 2005. Ce jour-là, 13 novem (...)

Rappelez-vous le tableau d’Abel Gance et cette tempête à la Convention qu’accompagne et souligne une tempête sur la Méditerranée. Une vague s’enfle et se dresse mais elle n’est pas retombée que nous sommes déjà loin sur la terre ferme, parmi les députés hurlants. Robespierre se lève, il va parler : mais nous l’avons quitté, nous sommes en pleine mer ballottés sur l’esquif de Bonaparte. Un poing brandi. Une vague qui roule. Un visage menaçant. Une trombe d’eau. Les deux thèmes s’accusent, s’élargissent, se fondent enfin184.

  • 185 Ce choix de la création entraînait la disparition, de facto, des anciennes unités : cinéma, jeunes (...)
  • 186 En rupture avec les associations culturelles, organisations syndicales, mais aussi l’ensemble des (...)
  • 187 Ainsi, le spectacle créé par Michel Fugain et son Big Bazar, associés à sept quartiers de la ville (...)

57Cette priorité donnée à la création de haut niveau, à partir des années 1976-1977, allait aussi avoir des effets sur le fonctionnement de la maison185, sur son image, sur son devenir. La maison de la culture limitait alors ses interventions dans deux secteurs qui avaient été, historiquement, sa raison d’être : l’animation et la diffusion, elle achevait de détendre les liens avec les associations, les publics, les structures locales186, elle refusait par exemple de collaborer avec des artistes de variétés, Michel Fugain, Francis Lemarque, venus au Havre produire des spectacles, en relation avec les CLEC187.

  • 188 À la seule exception d’un éphémère atelier de culture régionale et de création.
  • 189 À partir de la rentrée de 1977, la question est publiquement posée. Dans le troisième gouvernement (...)

58Elle ne s’engageait pas non plus dans l’ouverture d’ateliers188 ni dans l’organisation de cours et de débats publics (demandés par une majorité du CA), toutes initiatives qui, si elles libéraient l’expression spontanée, la créativité des groupes intéressés, ne débouchaient pas pour autant, selon la direction, sur des productions culturelles de niveau souhaitable. Le risque était grand, à terme, que, privée de partenaires et de publics, quand s’ajoutèrent des difficultés matérielles et politiques, la maison de la culture ne soit confrontée à la question de sa survie189.

  • 190 Le Havre libre, 24 octobre 1979 : création d’une section locale de Travail et culture par des resp (...)
  • 191 Par exemple la pièce commandée à Enzo Cormann, Corps perdu, créée en 1985.
  • 192 Il est nommé par le ministre de la Culture, J. Lang, en même temps que d’autres créateurs : P. Deb (...)

59Le double échec de la compagnie semi-professionnelle la Comédie du Havre et de la création d’une antenne locale de Travail et culture190 démontrait aussi que les temps étaient révolus des tentatives de démocratisation culturelle, par le moyen des associations d’éducation populaire et du théâtre « service public ». Comme le constatait, en 1984, un article de Claudine Lelièvre, paru dans le journal L’Humanité, « la maison de la culture, créée comme machine à tout faire, se trouve aujourd’hui dépossédée d’une grande partie de ses privilèges culturels. On lui a laissé le plus ingrat, la création. Hélas, dans ce domaine, on ne se souvient bien que des échecs, on s’enlise très vite dans l’hermétisme, l’ennui ou l’intellectualisme »191, ou, logique ultime, dans la remise de l’équipement aux ambitions professionnelles de création continue d’un nouveau directeur, le cinéaste Raul Ruiz, nommé en 1985192.

  • 193 Une sortie par la professionnalisation, le SYNDEAC, soit le Syndicat des directeurs d’établissemen (...)
  • 194 Alain Van der Malière, ancien professeur de lettres, est aussi l’auteur de Chroniques elbeuviennes(...)

60Ayant donc abandonné le terrain de l’animation socioculturelle et de la création locale aux CLEC, voire à Tourisme et travail replié à Valmont et aux amateurs, la maison de la culture n’était pas pour autant devenue le lieu privilégié de diffusion des grandes œuvres du répertoire, elle devait compter, là encore, avec la programmation de la saison culturelle municipale ; l’enfermement menaçait donc d’aboutir à des formes autistiques, s’il n’y avait eu quelques tentatives pour échapper aux tutelles et tenter de réaliser une sortie par le haut193. La première fut la reprise d’une expérience de décentralisation régionale, en relation avec d’autres municipalités, essentiellement à direction communiste, dotées de CAC (centres d’action culturelle), comme Dieppe, ou de théâtre, comme Maxime-Gorki à Petit-Quevilly. Des contacts furent renoués qui aboutirent à quelques spectacles194 et à la sélection d’Alain Van der Malière, comme secrétaire général puis directeur adjoint de la MCH. Pour le reste, l’absence de grands projets, l’inexistence de réseaux de diffusion et le manque de volonté culturelle commune empêchèrent toute réalisation d’envergure. Une dernière tentative de création cinématographique, en écriture collective, fut réalisée par trois animateurs de la MCH (Christian Zarifian, Vincent Pinel et Ginette Dislaire), en relation avec des associations familiales, des mouvements féminins et des organisations syndicales.

  • 195 Louis Marcorelles, « Vues d’ici, au Havre : la vie est à elles », Le Monde, 5 octobre 1978 : « Tou (...)

61Le film Vues d’ici produit par la MCH, en dépit d’une bonne critique nationale195 (il fut présenté au festival de Paris en octobre 1978 dans la sélection « Regards sur le cinéma français »), fut un échec public. Il devait cependant déboucher sur la création, en 1982, au Havre, d’un centre régional de la cinématographie. Les deux animateurs de l’ex-unité cinéma tentèrent successivement de nouvelles expériences professionnelles et culturelles : la direction d’un conservatoire des films, la cinémathèque de Chaillot pour Vincent Pinel, la réalisation en cinéma d’auteur (le film La Barrière blanche, en 1983) et la maison de production Seine-Océan pour Christian Zarifian.

  • 196 Voir le long compte rendu du débat dans Le Havre libre, 14 janvier 1977, et la présentation du mon (...)
  • 197 DDC : Direction du développement culturel, DRAC : direction régionale des affaires culturelles, AP (...)
  • 198 G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit. ; J. Legoy, Cultures havraises, op. ci (...)

62Enfin des expériences de recherches interdisciplinaires furent menées avec des historiens, des sociologues et des militants du mouvement ouvrier ; elles débouchèrent sur des productions variées : des débats publics entre universitaires, tels Jean Chesneaux, Georges Haupt et Claude Mazauric, sur le thème « Pourquoi et comment écrivez vous l’histoire ? », des montages audiovisuels comme Bréguet 36, ceux qui les premiers ont osé (Eudier, Perrot) ou le projet Belle Époque - Années folles (Dhaille-Hervieu, Reneau), une exposition commentée sur « l’imagerie coloniale »196 (Legoy, Dhaille, Héron) et, en 1984, la convention Culture - monde du travail signée par le ministère de la Culture, la DDC et la DRAC de Haute-Normandie, la ville du Havre, des comités d’entreprise, la maison de la culture, Tourisme et travail et l’APAAM197, et qui, sur la base d’un groupe de recherche, associant des sociologues, des historiens, des représentants des comités d’entreprise, aboutit à une création théâtrale, deux publications de Geneviève Poujol et Jean Legoy et deux diplômes d’études approfondies198. Cependant si intéressantes qu’aient été ces collaborations, elles restèrent comme autant d’interventions ponctuelles et de productions « extérieures » aux objectifs culturels déclarés de la MCH.

Illustration 57 – Exposition Un siècle de colonialisme à travers l’imagerie populaire (1976)

  • 199 Débats demandés par Raymond Charpiot, président du CA, pour des raisons politiques (il est en rupt (...)
  • 200 Cette demande est propre aux intellectuels communistes, repliés sur le militantisme culturel, aprè (...)
  • 201 Des affrontements internes au PC apparaissent après les XXIIe et XXIIIe congrès, à la CGT, après l (...)
  • 202 Sur les 15 membres titulaires du CA en 1982, 7 sont membres du PC (mais 5 sont signataires de la p (...)

63Dernier avatar de l’histoire troublée des relations entre la maison de la culture et le PCF, le refus d’organiser des débats publics199, de transformer la MCH en forum, voire en université populaire200, eut comme conséquence de transférer les affrontements politiques (et de personnes), consécutifs à la rupture de l’union de la gauche201, dans l’assemblée générale élargie et plus encore au conseil d’administration de la maison de la culture202.

  • 203 Raymond Charpiot, en tant que secrétaire général de la Fédération nationale CGT des capitaines et (...)
  • 204 Le conseil d’administration de l’association est composé de communistes et de socialistes, de mili (...)

64Cette dernière a subi les effets de la désunion, des contradictions internes au PCF et à la CGT, de la crise ouverte entre le parti communiste, ses intellectuels, ses professionnels de la culture. Ce sont en effet les signataires de la pétition « Union dans les luttes » et ceux qui ont élevé une protestation publique contre « l’état de guerre en Pologne »203 que l’on retrouve à la tête du bureau de l’Association de gestion de la maison de la culture, tous, à la seule exception de quatre socialistes et d’Albert Perrot, communistes ou anciens communistes204.

La crise terminale…

  • 205 Les premières divergences publiques apparurent, après le règlement des problèmes budgétaires, sous (...)
  • 206 Voir Le Havre libre du 10 juin 1982 : « Rapport-réquisitoire de Raymond Charpiot contre l’actuel d (...)
  • 207 Le directeur répliquait au président en plaidant les impératifs techniques et dénonçait « les inte (...)
  • 208 Le recrutement d’Alain Van der Malière, en avril 1982, contacté simultanément par la direction mun (...)

65Les oppositions déclarées devaient en arriver à un haut degré d’affrontement, avec l’arrivée à la tête du ministère de la Culture d’un dirigeant socialiste, Jack Lang, doublé d’une nouvelle direction du développement culturel (prise en charge par Dominique Wallon), parallèlement à la direction du théâtre (Robert Abirached), et la proximité d’entrée dans les locaux dits de l’espace Oscar-Niemeyer205. Le directeur et l’association se reprochaient soit de n’avoir pas de grand projet culturel206, soit de défendre des positions dépassées et problématiques dans les rapports avec l’État et la municipalité. La crise finale éclatait, après que l’objectif commun de construction d’un équipement culturel autonome avait été atteint, une assemblée générale, qualifiée par la presse locale de « convulsionnaire », avait lieu le 9 juin 1982207. Le « rapport-réquisitoire » du président de l’association était voté par une majorité relative (120 pour, 45 contre et 98 abstentions sur 277 présents). La réélection du président et la reconduction du tandem Georges Rosevègue – Alain Van der Malière208 ne pouvaient à terme, après l’inauguration, que déboucher sur une série de démissions et de départs.

  • 209 Les discours sont précédés d’une projection en son et lumière, appelée Hold-up, et d’une représent (...)
  • 210 Tous sont membres du PC ou de la CGT, et signataires de la pétition « Union dans les luttes ».

66Les discours officiels entendus le jour de l’inauguration, le 18 novembre 1982209, donnent une impression de malentendu extrême, chacun des intervenants défendant ses choix de politique culturelle. Le maire communiste, André Duroméa, rappelle les mobilisations ayant abouti à l’ouverture (été 1978) et à l’achèvement du chantier et affirme le caractère complémentaire des équipements (CLEC et MCH) et des programmations (double saison culturelle de la municipalité et de la maison de la culture) ; il affirme donc une logique municipale d’investissements et d’intervention. Le président Raymond Charpiot, après des remerciements à la municipalité, en appelle à trois objectifs prioritaires : la création, l’action en direction des jeunes publics et des entreprises, l’accès aux formes diverses de la culture devant devenir un droit ; il tente donc de réaliser un « compromis historique » entre les positions du parti communiste et celles du parti socialiste. Quant à Jack Lang, après un hommage à Armand Salacrou sans doute en tant que grand artiste vivant et auteur originaire du Havre, il continue par un hommage au maire « pour sa combativité et son esprit d’entreprise » et conclut en disant que « les forces de l’industrie et de la création » doivent s’unir, la « renaissance économique et culturelle constituant un même combat », de sorte qu’il opère un syncrétisme de toutes les références culturelles, locales et nationales, anciennes et modernes. Ce moment privilégié ne pouvait être dépassé et l’impasse constatée débouchait sur une première série de démissions, celle d’Alain Chenu, secrétaire du conseil d’administration, auquel succédait Gérard Bras, puis celle de Raymond Charpiot, remplacé par Albert Perrot, en octobre 1983210.

  • 211 Cette sortie « par le haut » fait intervenir le professionnalisme culturel, Georges Rosevègue étan (...)
  • 212 Alain Van der Malière était resté six mois, de janvier à juin 1985, à la demande du ministère, dir (...)

67Suivait un ensemble de départs : celui de Georges Rosevègue qui, fin 1984, devenait chargé de mission de coordination des grands projets (culturels) de l’État (secrétariat aux grands travaux)211 jusqu’en 1986, puis, affecté au centre Pompidou, était chargé de la responsabilité de l’entité audiovisuelle, le 1er janvier 1993 ; celui d’Alain Van der Malière devenu, en 1985, conseiller pour le théâtre et l’action culturelle à la DRAC d’Amiens, puis directeur de la DRAC de Lille et directeur du théâtre au ministère de la Culture212 ; et enfin celui d’Albert Perrot, démissionnaire de la présidence de l’association, en juin 1985.

  • 213 D’où la priorité donnée aux « artistes », doublés de techniciens « financiers » ne posant pas de p (...)

68Le choix de leurs successeurs, Raul Ruiz (directeur artistique) et Jean-Luc Larguier (directeur administratif), se faisait sur la base d’un accord entre le ministre de la Culture, Jack Lang, et la direction municipale, par un communiqué de Gérard Heuzé, nouvel adjoint communiste à la Culture ; Yoland Simon devenait président de l’association, dans le cadre d’une politique du « tout artistique » relayant le « tout culturel »213.

  • 214 Crise analysée par Michel Schneider, ancien directeur de la musique et de la danse au ministère de (...)

69La troisième période de l’histoire des relations entre la maison de la culture, la municipalité et le mouvement ouvrier s’achevait par le départ des professionnels locaux, intellectuels communistes, la démission des militants culturels de la CGT et de Tourisme et travail, la promotion d’artistes choisis par le ministère et la municipalité, sur fond de ruptures politiques et de crise des projets culturels214.

Conclusion

70L’arrivée au pouvoir (d’État) de la gauche à direction socialiste, avec la formation d’un ministère de la Culture, doté de nouveaux moyens budgétaires, la création d’une direction du développement culturel et la déconcentration opérée par la multiplication des directions régionales des Affaires culturelles avaient donc interféré dans le débat culturel local, sous la double forme de l’inauguration artistique de l’espace Oscar-Niemeyer (1982) et de la signature de la convention « Culture - monde du travail » (en 1984 entre la MCH, le ministère, la municipalité et des associations culturelles dont les comités d’entreprise). Rien n’était résolu cependant, quant aux conditions d’utilisation du nouvel outil culturel, à la détermination de ses objectifs culturels prioritaires, au profil du futur directeur. L’élection d’Albert Perrot en 1983, à la présidence de l’Association de la gestion de la maison de la culture, n’avait fait que différer les échéances. Le choix d’Alain Van der Malière comme directeur intérimaire et la signature de la convention (1984-1986) étaient les dernières manifestations de la tentative de « popularisation/démocratisation », par le biais des institutions culturelles locales. Alain Van der Malière lui-même choisissait, à terme, la voie de la professionnalisation et du déplacement, avec promotion, dans la hiérarchie des responsabilités (Amiens, Lille, Paris), en prenant la tête d’une DRAC puis de la direction générale du théâtre. Symptomatiquement, la représentation de la pièce de théâtre, commandée à Enzo Cormann, Corps perdus, ne correspondait plus, en 1984, à aucune des attentes des différents signataires de la convention. Il ne restait alors que le travail de recherche des historiens et des sociologues (Poujol, Legoy, Reneau…) sur une période culturelle révolue.

Annexes

ANNEXE

Tableau : Patrimoine et reconstruction

Tableau : Patrimoine et reconstruction

Notes

1 La reconstruction de la bibliothèque, repliée, après les bombardements de la guerre, dans les locaux du lycée François-1er, s’est achevée en 1967. Elle a des annexes à Graville, Aplemont, Bléville-Sanvic, Mare-Rouge…

2 En attendant l’aménagement du Théâtre de l’hôtel de ville inauguré fin 1967, après avoir été financé aux deux tiers par des fonds municipaux. Voir tableau : « Patrimoine et reconstruction » en annexe, et carte 28 : « Les équipements éducatifs et culturels du centre-ville ».

3 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), DEA, IEP Paris, 1983, et Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), IEP Paris, 2002 ; voir aussi Études normandes, no 2, 1993.

4 Avec une double implication financière : la municipalité disposait de créances de dommages de guerre (pour la destruction du théâtre municipal) mais était engagée, à parité avec l’État, dans le financement des activités de la maison de la culture.

5 La maison de la culture avait été implantée dans le musée des Beaux-Arts, boulevard Kennedy, le conservateur Reynold Arnould en avait été le premier directeur.

6 Le second directeur, Marc Netter, avait utilisé des chapiteaux en attendant d’occuper le Théâtre de l’hôtel de ville reconstruit.

7 S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), op. cit., p. 178 et suiv.

8 Voir la lettre de Francis Raison citée par Geneviève Poujol dans La rencontre culturelle et l’action culturelle au Havre, ADRAC, nos 54-55, 1986, p. 38.

9 Même si le projet Gleize (élaboré sous la première municipalité Cance) de théâtre populaire municipal était abandonné.

10 Le projet de théâtre-casino-bowling avait été rejeté, au profit d’un programme de centre culturel.

11 Il s’agissait d’un grand théâtre par rapport à la salle de théâtre de l’hôtel de ville (700 places), mais toujours dans l’objectif d’un théâtre populaire (de type TNP).

12 L’idée était reprise du directeur de la MCH, Marc Netter, parlant de « relais culturels dans les banlieues » (ouvrières).

13 Voir les projets de Léo Lagrange, sous-secrétaire d’État aux Sports et loisirs, appelant à créer des lieux de détente et d’éducation populaire : Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, 1934.

14 Le concept a été élaboré par Joffre Dumazédier : créateur de Peuple et culture, en 1945, il déclarait avoir eu pour objectif de « faire un groupe de militants culturels qui, tout en voulant changer la société, ne faisaient pas une totale confiance au système politique pour la réformer » (Politix, no 24, Affaires culturelles, 4e trimestre 1993).

15 Prêtre-ouvrier établi en usine en 1956, Jean-Marie Huret a été élu délégué (CGT) du personnel, secrétaire du comité d’entreprise jusqu’en 1970, membre de la direction locale de l’UL CGT (entretiens oraux MPDH/SR, 7 janvier 1989 et 26 mai 1989). L’origine des foyers a déjà été étudiée dans le chapitre 9 : « L’héritage du Front populaire de la Résistance et de la Libération ».

16 Pour l’histoire de la Maison du peuple de 1907 à 1914, de la « jeunesse syndicaliste de France » (CGT) et du syndicalisme unitaire CGTU, voir Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986), et pour le développement des valeurs d’autonomie, de solidarité et de résistance : Jacques Julliard, Autonomie ouvrière, Paris, Seuil-Gallimard, 1988.

17 La référence au mouvement des auberges de jeunesse et à celle du Havre, de tendance anarchiste, est explicite dans le livre de Jean-Marie Huret, Prêtre-ouvrier insoumis, Paris, Cerf, 1993.

18 Les MJC ont été créées par le ministre socialiste SFIO André Philip à la Libération.

19 Le premier foyer procède d’un car-camping organisé par 25 jeunes, ayant l’habitude de se retrouver dans un local prêté par la paroisse.

20 Les cars-camping emmènent, pour des voyages de trois semaines à l’étranger, une quarantaine de jeunes, encadrés par 7 ou 8 responsables (jeunes) et un adulte. Pendant l’été de 1969, 4 cars-camping sont organisés (Le Havre libre, 27 avril 1969).

21 La marche « autonome » est organisée par le foyer, après l’annonce de la mort d’un jeune soldat, tué en Algérie (J.-M. Huret, Prêtre-ouvrier…, op. cit., p. 87).

22 Harfleur-Beaulieu, Gonfreville-Mayville (banlieue est), Aplemont, Rouelles, Louis-Blanc et Bléville (haute ville), Soquence, Rond-Point (quartiers est), Neiges, Champs-Barets, Eure, cité Chauvin, Tréfileries (quartiers sud). Voir carte 29 : « Les foyers de jeunes dans l’agglomération du Havre ».

23 L’association est créée en novembre 1961 (témoignage de J.-M. Huret). Les jeunes organisent leur premier congrès le dimanche 4 avril 1965, salle Masséna, et le deuxième fin 1969. Ils ont alors un président d’honneur (J.-M. Huret), un président actif (Jean Noël), un bureau, un local (rue Montesquieu/quartier du Rond-Point), des commissions (culture, plein air, stages, théâtre, cinéma) ; voir Le Havre libre, 4 février 1970.

24 Ainsi, les crises de la JEC et de l’UEC et, au Havre, la dissolution du cercle des JC, dont une partie des militants et dirigeants passe à la JCR (1966-1967), ou la crise de la MJC Porte-Océane.

25 Alors qu’ils avaient multiplié les relations horizontales avec les structures culturelles associatives, d’abord Tourisme et travail, présidé par Albert Perrot, la maison de la culture, dont l’Association de gestion a pour vice-président Jean-Marie Huret, la Fédération havraise des œuvres laïques, la maison des jeunes et de la culture, Peuple et culture.

26 Témoignage de l’animateur du foyer d’Aplemont (Le Havre libre, 16 février 1969).

27 Le foyer d’Aplemont est rouvert à la rentrée de 1968, avec un changement de local et la mise à disposition d’un animateur (Le Havre libre, 28-29 septembre 1968) ; le foyer Louis-Blanc est rouvert après six mois de fermeture (Le Havre libre, 4 janvier 1969).

28 Bal « tragique » à Bléville, du fait de « blousons noirs » (7 janvier 1969).

29 Le bureau municipal de la Jeunesse et des sports recrute alors des moniteurs d’éducation physique, titulaires du Decep, que la municipalité embauche, sur la base d’un contrat de trois ans, et met à la disposition des foyers de jeunes (compte-rendu du conseil municipal). Les subventions aux foyers sont alors passées de 2000 francs (1966) à 4500 francs (1969).

30 Voir le chapitre 11 : « Les adversaires d’extrême gauche ». Aucun responsable n’assista à la première projection publique du Havre. Ailleurs le film fut montré avec celui de Marin Karmitz, Camarades (entretien avec C. Zarifian, 25 janvier 1993).

31 Il fut reproché au metteur en scène d’avoir donné une « image glauque » de la jeunesse et d’y avoir ajouté l’expression d’une « révolte rentrée, passive ».

32 Jean-Marie Huret exprime ainsi ses regrets de leur disparition : « La mise en activité des jeunes, par eux-mêmes, pour la prise en main réelle de leurs affaires, pour leur épanouissement personnel et leur intégration sociale, dans le microcosme qu’est le quartier, est une nécessité, toujours impérieuse » (Prêtre-ouvrier…, op. cit., p. 93).

33 Ce ministère est devenu secrétariat d’État à la Culture (1974), puis ministère de la Culture, y ajoutant l’Environnement (1977), puis la Communication (1978), la Jeunesse et les sports ayant intégré les loisirs.

34 Les Ve (1966-1970) et VIe (1971-1975) plans donnent la priorité aux équipements sportifs et socio-éducatifs, tentent de définir des « besoins culturels » et créent les structures (et diplômes) de formation de personnels spécialisés.

35 La programmation municipale est mise en forme par Marcel Rosette, maire de Vitry, responsable, à partir de 1972, de la section « collectivités locales » auprès du comité central, auteur de La gestion communale dans l’action, publié aux Éditions sociales en 1977, et fondateur de l’ANECR : Association nationale des élus communistes et républicains.

36 Par exemple, en 1977, la commission des Affaires culturelles comprend, outre l’adjoint en titre, 5 représentants du PC, 4 PS, 1 PSU et, depuis 1975, le nouveau conseiller culturel (PC).

37 La démocratisation culturelle passe par le développement des structures publiques de lecture (bibliothèque municipale, reconstruite en 1967 et décentralisée dans ses annexes de quartier), de conservation (3 musées et 1 muséum), d’éducation artistique (conservatoire municipal d’art dramatique, de musique, école régionale des beaux-arts) et de conservation patrimoniale (archives).

38 Les premières mentions officielles des CLEC, centres de loisirs et d’échanges culturels, dans les comptes-rendus du conseil municipal et dans la presse locale, apparaissent après les élections municipales, aux mois d’avril-mai 1971, mais il est fait référence à un projet municipal de « création d’annexes et de centres culturels, dans les secteurs denses mais éloignés du centre-ville » dans une publication datée d’octobre 1970, citée par Maryvonne Rioual dans le Bulletin de liaison des établissements culturels, no 3, février 1977.

39 Ce qui amène Raymonde Temkine dans son livre L’entreprise théâtre, Paris, Cujas, 1967, à poser la question suivante : « On en vient à se demander si un centre culturel communal est bien utile dans une ville qui possède une maison de la culture ; leur coexistence a beaucoup de chances d’être l’occasion de conflits et de permettre à une municipalité de tendance impérialiste de jouer de l’un contre l’autre » (p. 292).

40 Selon les termes mêmes du rapport d’activités, datant de 1978 et justifiant, pour des raisons financières (l’insuffisance des subventions allouées par l’État), l’acceptation de l’offre de la municipalité « de nous confier la mission de Centre de loisirs et d’échanges culturels, sur Le Perrey, en nous dotant de moyens nouveaux ».

41 Dans quatre quartiers, les CLEC se sont substitués à des foyers de jeunes : à Soquence et à Aplemont, les mille-clubs ont joué le rôle de structures-relais à des foyers en crise de fonctionnement ; à Rouelles, le foyer a été transformé en CLEC, après l’annexion de la commune (1973) ; le groupe Avenir et joie, sans être à proprement parler un foyer de jeunes, partageait avec ce dernier son mode d’organisation (prise en charge des jeunes « par eux-mêmes ») et son origine, émanation (catholique ?) de la classe ouvrière.

42 Voir la carte 29 des foyers de jeunes. Implantés aussi en banlieue (Harfleur-Beaulieu, Gonfreville-Mayville, Rouelles), les foyers ont survécu à Gonfreville-l’Orcher, municipalité à direction communiste, de même que la MJC de Caucriauville, après l’annexion au Havre, s’est repliée à Harfleur (mairie dirigée par le PCF).

43 Dans les quartiers ouvriers anciens, du centre ou du sud de la ville, les foyers avaient disparu (Eure, Neiges), ou n’avaient jamais existé (Massillon-Bourdaloue dit encore Saint-Léon).

44 Sans parler de la MJC Porte-Océane qui fait appel, pour une très faible part, au financement d’État, et de l’UCJG qui ajoute à un fort financement privé de la communauté protestante une subvention municipale.

45 Dans les établissements en gestion directe, les CLEC absorbent 21,4 % des charges salariales, soit plus que les trois musées (18,7 %), l’école de musique (18 %), les deux théâtres municipaux (15,7 %), les bibliothèques (14,9 %) et le muséum (7,9 %) (Les dépenses culturelles du Havre, étude du SERC, 1984, citée par G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit.).

46 Leur nomenclature a beaucoup évolué : le Base, le brevet, le Capase (certificat d’aptitude à la profession d’animateur socio-éducatif), le Decep (diplôme d’État de conseiller d’éducation populaire), le DUT…

47 À ce titre, Thierry Dézalay évalue le nombre des animateurs de CLEC, adhérents au PCF, à 18 sur 21 en 1979 : Les municipalités face aux responsabilités de l’action culturelle. L’exemple du Havre, mémoire de sociologie sous la direction de Mme Bensimon, université de Caen, octobre 1980, p. 47.

48 La FNCCC a été créée en 1960, à Saint-Étienne, par Michel Durafour et représentait « toutes les tendances politiques et philosophiques sans exclusive » ; elle a cependant évolué, comme moyen privilégié d’intervention des municipalités dans les affaires culturelles, en particulier dans les rapports avec les maisons de la culture (R. Temkine, L’entreprise théâtre, op. cit.).

49 La tutelle municipale est double, par le financement (exclusif) et par l’embauche des « permanents » de l’association (les deux animateurs vacataires).

50 Mais les CLEC ne sont pas pour autant un centre culturel communal, au sens où l’entend la direction du PCF (M. Rosette et la commission Collectivités locales du comité central) comme « structure de rencontre et de coordination des associations culturelles, ainsi que lieu de concertation avec les élus municipaux » (M. Rosette, La gestion communale… op. cit., p. 207).

51 Refus déclaré, souvent a posteriori, dans la convention datant de 1984 et les entretiens oraux. Quelques départs sont cependant éloquents (voir ci-dessous la section 3 : « La triade culturelle »).

52 De Jean-Marie Huret, fondateur (voir son livre Prêtre-ouvrier insoumis, op. cit.), aux militants culturels des CE participant à la convention « Culture - monde du travail » en 1984. Cependant quelques responsables des foyers se sont reconvertis en animateurs professionnels (J.-J. Leroux, Ph. Lizée…) et la crise des foyers est souvent déniée.

53 Par exemple, comme le dit un ancien des foyers, dans un entretien avec G. Poujol et G. Vincent (La rencontre culturelle…, op. cit., p. 88) : « On n’était pas au foyer pour une technique, alors que dans les CLEC, les gens viennent pour une technique. Il manque cette grandeur des foyers qui était qu’on venait, non pas pour acquérir une technique, mais pour se développer sur tout un ensemble […]. »

54 Étudiée par Marie-José Pigeon, dans un mémoire de sociologie soutenu à l’université de Paris-Nord – Villetaneuse en 1978 et intitulé Le centre social, vers un processus autogestionnaire. Mythe ou réalité ?

55 Voir chapitre 11 : « Les adversaires d’extrême gauche ». Il est à remarquer cependant que la municipalité ne cherche pas à implanter de CLEC dans ces quartiers. L’association Maison pour tous restera confrontée, au niveau des débats qu’elle engage à l’échelle du quartier, soit aux représentants de la municipalité dans l’OPHLM, soit aux responsables (communistes) de la Confédération nationale des locataires, soit à la cellule d’instituteurs communistes Pablo-Picasso (témoignage de M.-J. Pigeon, ibid.).

56 Les deux directeurs successifs de la MCH, Bernard Mounier et Georges Rosevègue, ont dû compter avec la structure CLEC, dans la mesure où une concurrence s’est instituée, de fait, sur tous les terrains de l’action culturelle : animation, diffusion et même création.

57 Par exemple le théâtre (professionnel) des Deux-Rives réalise une animation-spectacle Aristote et Lucien. Trois comédiens viennent interpréter la même scène de Maître Puntila et son valet Matti, sur le mode épique puis dramatique (Le Havre libre, 16 décembre 1977).

58 J.-M. Coquerel, animateur au CLEC de la Mare-Rouge (fermé au printemps de 1980), présente des photos prises sur le plateau en 1977-1978 (Le Havre libre, 4 mars 1980). P. Riou, animateur au CLEC de Caucriauville, organise une exposition intitulée Gens des villes et Jean des champs (Le Havre libre, 1er juillet 1980).

59 Est tourné un « film collectif d’auteur » (CLEC d’Aplemont, unité cinéma de la MCH et C. Zarifian) Moi je dis que c’est bien (Le Havre libre, 25 avril 1973).

60 Par exemple le théâtre de la Pomme, troupe amateur, née des groupes d’expression théâtrale des CLEC d’Aplemont et de Caucriauville, animée par Marc Zerbib, présente son troisième spectacle Le Cerf volant, en juin 1977 (Le Havre libre, 13 juin 1977).

61 La plus grosse opération a été le spectacle de Michel Fugain, Un jour d’été dans un Havre de paix, préparé pendant les six premiers mois de l’année 1977.

62 Un été 1922, pièce d’Yvon Birster, a été coproduite par le CLEC de l’Eure et la municipalité (à direction communiste) d’Harfleur, en hommage aux héros et victimes de la grève « historique » (Le Havre libre, 19 juin 1981). Le chanteur, auteur-compositeur de musique rock Robert Piazza est devenu internationalement connu, sous le nom de Little Bob Story, « le premier groupe professionnel à jouer partout, en France et en Angleterre » (Gilles de La Porte, dir., Le Havre. Volonté et modernité, Le Havre, La Galerne, 1992, p. 297-301).

63 Évolution étudiée dans la section : « La triade culturelle ».

64 Jean-Yves Cleach, « Les CLEC : sociologie des adhérents », Encrage, no 6, 1980. Voir carte 30 : « Les centres de loisirs et d’échanges culturels ».

65 À la seule exception de l’ancienne association socioculturelle Avenir et joie, devenue CLEC en 1977, implantée au Perrey (centre-ouest) mais dans un quartier ouvrier.

66 J.-Y. Cleach cite les 3e et 4e cantons, élisant anciennement des conseillers généraux communistes, mais il oublie les 6e et 7e cantons, gagnés par le PCF depuis 1976 et qui n’ont aucun CLEC jusqu’en 1980 (un seul en 1981).

67 Voir carte 30. La ville basse à l’est, pourtant ouvrière et votant communiste, n’a été équipée qu’à partir de 1979 (Eure), avec les créations des Neiges et de Bourdaloue-Massillon et le projet de Vallée-Béreult ; la seule exception a été Soquence, premier CLEC créé en 1971, mais surtout ancien foyer de jeunes, ancien mille-clubs.

68 L’absence de toute implantation dans les quartiers de Sanvic, Bléville, Dollemard (ville haute ouest) est relevée par Jean-Yves Cleach, sans explication, mais dans la formule « le vide de la partie haute (nord-ouest) apparaît comme beaucoup moins justifié »… que celui de la partie ouest de la basse ville, où Avenir et joie a été transformé en CLEC du Perrey ?

69 Évolution que J.-Y. Cleach commente ainsi : « La place des jeunes n’est donc pas le résultat mécanique d’un environnement démographique mais bien celui d’une représentation que s’en font les participants potentiels : représentation née, partiellement sans doute, du contenu des activités proposées et sans doute aussi des périodes d’ouverture calquées grosso modo sur les vacances scolaires » (« Les CLEC… », art. cité, p. 29).

70 Peut-être y a-t-il là l’effet de l’ouverture d’un CLEC dans un quartier très ouvrier : l’Eure, secteur où les ouvriers représentent 85 % à 90 % des actifs et qui affiche, en 1979, 198 adhérents dont les deux tiers d’ouvriers actifs.

71 Échec relatif parce que « la sous-représentation ouvrière » y est sans doute un peu moins forte que dans les institutions culturelles du centre-ville (maison de la culture, MJC Porte-Océane, UCJG), mais échec parce que « le CLEC contribue indirectement (et contre son gré et sa vocation) à renforcer les clivages culturels nés pendant les 15 premières années de la vie des jeunes (famille et école) » (J.-Y. Cleach, art. cité).

72 Les effectifs, après une croissance continue et très forte en 1978-1979 (+ 44,5 % : effet Fugain ?), stagnent et même régressent : 4462 adhérents pour les 7 CLEC en 19781979 contre 4539 (– 1,7 % en un an) ; et 4 CLEC perdent des effectifs : Aplemont, Caucriauville, Mare-Rouge et Rouelles (ibid.).

73 Des CLEC ont connu des situations de crise temporaire : Soquence, Aplemont, la Mare-Rouge ; une crise plus générale s’est développée à partir de 1978-1979.

74 Les deux tiers de ses adhérents avaient moins de 20 ans en 1976-1977, à ce titre il était bien l’héritier du foyer, situé dans le même espace (rue des Iris) et animé par deux anciens responsables, devenus animateurs permanents vacataires (Ph. Lizée et J.-J. Leroux). Voir l’élection du premier comité de gestion, le samedi 7 mai 1972, rapportée par Le Havre libre du 9 mai.

75 Un des deux animateurs, Philippe Lizée, ancien ouvrier électricien, a fait, en 1973, un voyage en Chine maoïste ; il est alors responsable local des Amitiés franco-chinoises (Le Havre libre, 16 novembre 1973).

76 D’après les témoignages de Christian Zarifian (entretien MPDH/SR, 25 janvier 1993) et de Maryvonne Rioual, adjointe communiste (entretien MPDH, 2 juillet 1993).

77 Assemblée générale des adhérents le 3 novembre 1973 (Le Havre libre, 29 mars 1974).

78 Malgré le refus du comité de gestion (13 contre, 4 pour, 1 abstention) le 10 janvier 1974, la sortie du journal est maintenue. Les sanctions du comité de gestion (remanié ? passant de 18 à 22 membres), approuvées par 15 voix contre 7 (le 12 mars 1974), entraînent des « incidents » (occupation des locaux, manifestation publique, « marche sur l’hôtel de ville d’une cinquantaine de jeunes », d’après le témoignage de C. Zarifian 25 janvier 1993), ce qui détermina la fermeture du CLEC, le 21 mars 1974 (Le Havre libre, 29 mars 1974).

79 La réouverture a lieu le 22 janvier 1975 et le bilan de trois mois d’activité, le 8 mai 1975 (Le Havre libre). Le CLEC a alors 276 adhérents.

80 Ultérieurement les difficultés du CLEC de Soquence, rouvert le 13 février 1976, seront moins publiquement exposées.

81 La municipalité a créé des maisons de l’enfance (Trigauville, Pauline-Kergomard), des centres de loisirs d’été, dits encore centres aérés, recrutant des personnels vacataires (moniteurs/animateurs) ; l’intégration de centres de loisirs postscolaires et périscolaires aux CLEC détermina la formation d’animateurs spécialisés.

82 Dans l’entretien du 2 juillet 1993, Maryvonne Rioual explique que la municipalité, à direction communiste, a pensé le recrutement des animateurs sur la base d’une professionnalisation « relative » : partant du constat que le choix de ce métier se fait à partir d’un cursus scolaire interrompu, avec des qualifications inégales, la municipalité offrait des conditions de travail (semaine de 44 heures, mais 2 jours consécutifs de congé hebdomadaire et 2 mois de vacances) et de rémunération (un animateur, titulaire du Capase ou du DEFA, touchait l’équivalent du salaire d’un chef de bureau) telles qu’elle attendait de ces personnels une polyvalence (action culturelle/sociale) et des capacités d’adaptation à une requalification professionnelle, autant de « performances » ne pouvant être demandées qu’à de jeunes salariés. Voir sa photo (illustration 48) à l’inauguration du CLEC de Soquence, rénové et agrandi, chapitre 12.

83 La carte de la professionnalisation se joue à partir de la délimitation d’une carrière, intégrant formation, diplômes, spécialisation mais aussi mobilité géographique et multiplicité d’embauches.

84 Le devenir des animateurs de CLEC ne peut s’analyser qu’à travers l’histoire de quelques individualités devenues coordinateur (s) de CLEC (J.-J. Leroux, M. Zerbib), conseiller puis directeur d’établissement culturel (M. Serveau), créateur de médias (J. Lemonnier), artistes semi-professionnels.

85 Outre les animateurs ayant massivement adhéré, tous les coordinateurs, le conseiller culturel, l’adjointe responsable sont membres du PCF, mais aussi des membres élus des comités de gestion, par exemple Maryse Martinez, membre du comité fédéral, présidente du CLEC de l’Eure, Henri Batard, secrétaire général de l’UL CGT, membre du comité de gestion du CLEC de Soquence, ou encore J.-B. Blondel, secrétaire de la section Havre nord-ouest, membre du comité de gestion du CLEC de la Mare-Rouge.

86 De ce fait l’assemblée générale des CLEC est faiblement investie par les militants non communistes de gauche et d’extrême gauche (témoignages de M. Rioual, PC, et de J. Rubé, PS). Ces derniers se replient sur d’autres associations de quartier, par exemple, l’ACSC de Bléville, ou la Maison pour tous Henri-Dunant du Bois-de-Bléville.

87 Le Havre libre, 16 octobre 1979 : « Les CLEC protestent : “Du blé pour la culture !” »

88 Le Havre libre, 8 octobre 1979. Ultérieurement Le Havre libre du 26 janvier 1981 fait le compte-rendu d’un spectacle et d’animations produits devant les travailleurs (en grève et occupant leur chantier depuis le 13 janvier 1981) et leurs familles.

89 Pendant la même période de grève (et de précampagne électorale pour la présidentielle de 1981), c’est la CGT qui organise la mobilisation de soutien, et une « libre opinion » de Pierre Naze, ancien adjoint communiste, parue en première page du Havre libre, les 10 et 11 janvier 1981, porte le titre « Avec les ouvriers de chez Caillard ».

90 Voir Le Havre libre, 12 janvier 1980 : « Le CLEC d’Aplemont raconte Le Havre : la commune du Havre », avec projection du film Mémoire commune ; ou encore Le Havre libre, 8 novembre 1980 : une histoire du quartier, au CLEC de l’Eure ; et un article de Gaston Legoy, « La longue et douloureuse histoire du plus vieux quartier du Havre, l’Eure. De la bataille de l’Écluse au martyre de son fils, le charbonnier Jules Durand » (Le Havre libre, 3 décembre 1980).

91 Sont présentées, dans les CLEC à forte composante ouvrière, la pièce d’Yvon Birster, relative à la grande grève de 1922, avec une exposition et des témoignages (par exemple celui de L. Eudier, ancien dirigeant de l’UL, ancien conseiller général, conseiller municipal et député communiste), et la pièce de Jean-Pierre Agazar, montée par l’Atelier théâtral, La Tentative d’assassinat de Louise Michel au Havre en 1888, outre des expositions sur les chantiers de Graville (Neiges) ou sur la pêche (Le Perrey).

92 À ce titre, les adjoints estiment avoir la représentativité la plus large, pouvoir exprimer les besoins (culturels) de la population (consultée, par enquête, dans la période préélectorale), et, en tant que gestionnaires comptables des fonds publics, pouvoir orienter les dépenses culturelles ; ils doivent cependant compter avec les représentants de l’État, puis de la région et du département, les personnels et l’association.

93 Le projet est inscrit dans le livre de référence de Marcel Rosette, responsable de la section « collectivités locales » au CC, intitulé La gestion communale dans l’action, op. cit. Voir chapitre 15 : « Des politiques culturelles ».

94 Soit 1 président, 3 vice-présidents, 1 trésorier et son adjoint, 1 secrétaire général et son adjoint.

95 Conférence à la MCH, le 31 janvier 1994, reprise dans le chapitre 16 : « Héritages culturels ».

96 Louis Eudier, syndicaliste révolutionnaire rallié à la CGTU puis au PCF, est secrétaire général de l’UL CGT ; Albert Perrot, secrétaire du syndicat CGT de l’entreprise Mazeline-Dresser, secrétaire de l’UD, chargé de la formation syndicale, président de l’association de culture et loisirs Tourisme et travail à partir de 1966, membre du CA de la MCH, président de l’association Maison de la culture d’octobre 1983 à juin 1985 (entretiens oraux MPDH/SR, 26 avril 1988, 16 janvier 1990, 4 mars 1993). Jean-Marie Huret est secrétaire du CE de Mazeline, dirigeant de l’association Tourisme et travail, cofondateur puis vice-président de l’association Maison de la culture, directeur du parc de loisirs de Valmont créé par les comités d’entreprise coordonnés par Tourisme et travail.

97 Le nombre des militants est évalué à environ 200 personnes par G. Poujol dans La rencontre culturelle…, op. cit.

98 La commission, créée en 1967, comme structure de coordination de l’activité culturelle des CE, devenue commission culturelle de Tourisme et travail, joue un rôle d’impulsion de l’action culturelle des CE et de la CGT. Elle a duré jusqu’en 1974, date à laquelle elle n’a pu continuer à fonctionner dans le cadre officiel de la CGT, celle-ci voulant lui substituer une antenne locale de Travail et culture (d’après le témoignage de J.-M. Huret, Prêtre-ouvrier…, op. cit.).

99 La revendication du « droit à la culture », héritée de 1936, est reprise en 1968. Voir Albert Perrot, Laisse-moi te dire… Mazeline, Le Havre, Océane graphique, 1988, p. 199, chap. 12 : « Culture… travail… loisirs… », p. 289-314.

100 Bernard Mounier (directeur de 1967 à 1975) est adhérent de fin 1968 à début 1969 (entretiens 26 mai et 16 juin 1994) ; Georges Rosevègue (1975-1984), en 1973. (entretiens 17 mars et 10 juin 1993) ; Michel Simonot, conseiller technique puis secrétaire général de 1977 à 1981, et Alain Van der Malière, secrétaire chargé de mission, directeur adjoint puis intérimaire de 1982 à 1985, sont adhérents de 1965 à 1978-1979 (entretien oral 6 juillet 1994). Au-delà (ou en deçà) des qualités professionnelles nécessaires pour diriger un grand établissement culturel, relevant paritairement de l’État et de la commune, voire de la région, la filière de présélection semble bien être celle des commissions culturelles du PC et de la direction municipale.

101 Raymond Charpiot est président de 1970 à 1983, Alain Chenu, secrétaire général à partir de 1977.

102 Le concept de développement culturel a été élaboré par Joffre Dumazédier, fondateur, à la Libération, de Peuple et culture (voir Politix, Affaires culturelles, no 24, 1993). Il est repris par Jean-Marie Huret, fondateur de la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail : « Les stages d’animateurs culturels étaient une initiative de la classe ouvrière. Il se trouve que la MCH voulait faire mener une action avec les travailleurs et les travailleurs voulaient mener une action de développement culturel avec les CE » (G. Poujol, La rencontre culturelle…, op. cit., p. 117).

103 Marc Netter, second directeur, à partir de 1964, avait travaillé avec Jean Dasté (ibid., p. 43).

104 Grands spectacles sous chapiteaux, galerie de prêt d’œuvres picturales, et plus encore une action culturelle concertée avec les comités d’entreprise et le rejet du projet de reconstruction du Grand Théâtre présenté par Guillaume Gillet.

105 Ancien président du cercle catholique des étudiants de Poitiers, il a évolué vers le premier PSU après son service militaire fait en Algérie, il devient officiellement communiste, fin 1968 - début 1969, déclarant avoir été séduit par la personnalité et les capacités d’argumentation de Roland Leroy (entretien oral 26 mai 1994).

106 Il rend hommage au maire honoraire, dans son discours de départ du Havre, le 21 juin 1975.

107 Il se déclare « candidat du ministère » pour le poste de directeur, en 1967.

108 Il participe à l’organisation du premier stage de formation d’animateurs culturels des CE, avec la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail, au début du mois de mai 1968.

109 Des textes de Maïakovski, d’Eluard sont lus par les comédiens du Tableau gris. Gildas Bourdet, directeur de la Salamandre, se souvient d’avoir entendu dire Il n’y a pas d’amour heureux dans une usine travaillant le bois d’okoumé, devant des ouvriers africains, et avoir remarqué le caractère (exceptionnellement ?) disponible et réceptif de ce public (entretien oral, 19 mai 1994). Albert Perrot, de même, dans Laisse-moi te dire…, op. cit., évoque ce spectacle donné par un jongleur-troubadour, qui n’est pas sans rappeler Les Visiteurs du soir, et commente : « Voilà que ces artistes intouchables […] étaient à portée des ouvriers, partageaient leurs repas, venaient parler avec eux, prenaient intérêt et part à leur action […], une jonction étonnante se faisait entre deux mondes séparés » (p. 188 et 189, avec photos).

110 Sont projetés La Grève et Alexandre Newski d’Eisenstein, Le Sel de la terre de Biberman, Johnny Guitare de Nicholas Ray, c’est-à-dire les quelques copies disponibles sur place, alors que « plus rien ne circulait » (témoignage de C. Zarifian, animateur stagiaire à la MCH, futur cofondateur de l’unité cinéma, 1969-1983 : entretien du 25 janvier 1993).

111 Cette animation fait suite à l’expérience « galerie de prêt » (de tableaux de peintres contemporains) tentée par la MCH (sous la direction de M. Netter puis de B. Mounier) ; parallèlement une exposition de « Peinture dans la rue » avait été réalisée par les artistes de l’UHAP, Union havraise des arts plastiques, en 1967, pour « que la cité soit un champ d’action de l’art vivant ». Voir aussi dans A. Perrot, Laisse-moi te dire…, op. cit., les pages consacrées à « la peinture à l’usine ».

112 Au grand dam de l’autorité de tutelle, et en particulier d’André Malraux parlant au téléphone d’« erreur fondamentale » (entretien avec B. Mounier).

113 Bernard Mounier déclare les avoir programmées « sans ouvriérisme », pour des raisons de « développement culturel », en phase avec les responsables de la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail.

114 Marc Netter ayant fait la démonstration (en utilisant une inspection financière déclenchée par le ministère) que la MCH ne fonctionnait pas avec le budget nécessaire, une double pression s’exerça alors sur la nouvelle municipalité Cance pour qu’elle augmente sa participation financière (parallèlement à celle de l’État) et abandonne le projet de reconstruction du théâtre municipal de l’architecte Guillaume Gillet (voir G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit.).

115 L’unité cinéma a pour animateurs V. Pinel et C. Zarifian ; l’unité enfants / jeunes publics, Y. Pinguilly, J. Noël ; l’action culturelle décentralisée, C.-O. Stern, G. Dislaire…

116 Ce projet est décrit dans le livre de G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit., p. 96 : « Nous essayons de recréer les conditions privilégiées qui étaient les nôtres au moment des grèves […]. La municipalité est d’accord pour nous donner une salle de quartier qui, aménagée, sera le premier volet de toute une infrastructure culturelle […]. Nous envisageons, à partir d’une salle centrale polyvalente, comprenant un bloc technique et un bloc administratif, d’aménager, dans les différents quartiers de la ville, des maisons de la culture abritant chacune un centre de création. Ces maisons de quartier auront également une animation polyvalente pour tout public. »

117 Des spectacles de tréteaux écrits par Yvon Birster, comme Le Marchand de sagesse, Vache de mouche, Place Thiers, chronique des temps de la Commune de Paris vus de province (1871), Scènes de la Résistance populaire (1940-1945), sont montés par Paul-Jacques Guiot, Bernard Mounier, représentés dans les établissements scolaires, les comités d’entreprise, les foyers de jeunes, puis les CLEC, et même dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville (témoignage de B. Mounier). Interviennent alors, avec le même objectif d’en appeler à une prise de conscience « culturelle » des spectateurs « éloignés », Christian Dente et son Théâtre des ouvrages contemporains jouant Je me souviens de deux lundis d’Arthur Miller et participant, en 1969, au Mai des usines, ou le théâtre de la Pie rouge jouant dans des salles de quartier (CLEC de Soquence et centre culturel de Caucriauville) La Vie illustre de Léon Benoit, grutier en 1971.

118 André Benedetto, directeur de la nouvelle compagnie d’Avignon, est l’auteur de : Urgent crier ; Napalm ; Zone rouge, feux interdits représentée au Havre ; Le Petit Train de Monsieur Kamodé (grand jeu sur le Kapitalisme monopoliste d’État) ; Rosa Lux (1970) ; et enfin Emballage : Alexandre Zacharie, l’homme qui ne possède rien que lui-même se vend (Le Havre, 1970). Toutes ces pièces sont éditées par P. J. Oswald.

119 A. Perrot rappelle comment, B. Mounier ayant déclaré à A. Benedetto : « Tu arrives au Havre, tu réagis, tu écris une pièce et vous venez la créer la saison prochaine » (le 2 mars 1969), il fut amené à rencontrer l’auteur-acteur, avec huit camarades de son entreprise, le 2 octobre 1969 (des extraits de l’échange sont publiés dans Laisse-moi te dire…, op. cit., p. 300 et 301).

120 Elle a été publiée avec le texte et les dessins de l’auteur, dès 1970, par P. J. Oswald et la maison de la culture du Havre (voir document en annexe à ce chapitre).

121 Son projet n’est rien de moins que de mettre en écriture théâtrale le premier chapitre du texte de Karl Marx Le Capital… c’est-à-dire d’élaborer une « imagerie dramatique sur le thème de l’homme-marchandise ».

122 L’échec est constaté par la presse locale (Le Havre libre, 11 mars 1970), parlant de « théâtre désacralisé », de « représentation avec peu de spectateurs, peu d’intervenants extérieurs » (au projet) ; par contre cette pièce reste dans la mémoire de ceux qui ont « participé à l’action entreprise en commun » un grand souvenir.

123 La Salamandre subit un échec public avec la représentation de La Paix d’Aristophane (250 places vides d’après Le Havre libre, le 7 février 1970), mais aussi Antoine Vitez, avec une Andromaque en jeans, de Racine, le 2 avril 1971, comme la présentation de la nouvelle pièce d’André Benedetto, Mandrin, le 23 avril 1971…

124 Le film tourné, en 1969, par l’unité cinéma de la maison de la culture avec les jeunes des foyers, Louis-Blanc et Aplemont, est analysé dans la section : « Les foyers, mouvement de jeunes ouvriers ».

125 Les peintres chiliens (en exil) de la brigade Luis Corvalan sont venus au Havre, à l’invitation de la direction de la MCH, ils ont rencontré les représentants du CE et parlé du travail ouvrier, puis ils ont peint « un visage d’homme à demi éclairé, à demi ombré, tenant dans la main un épi de blé, dans les couleurs nationales chiliennes (bleu, jaune, rouge) avec le vers de Paul Eluard “La joie viendra où je serai parmi les constructeurs d’un vivant édifice”, fresque accrochée dans la cantine de l’usine Mazeline-Dresser » (A. Perrot, Laisse-moi te dire…, op. cit., p. 304-305).

126 Quel que soit le choc que produit ce millier de personnages désarticulés, découpés dans du papier journal et sérigraphiés au pochoir, accrochés en deux nuits dans la ville, l’exposition est menée par Ernest Pignon, invité par la direction de la MCH, avec le CE de Dresser-Mazeline. Au mois de mai-juin 1974, l’opération est relatée par Le Havre libre (22-23 juin 1974) et analysée longuement par le journal Le Monde et par A. Perrot, ibid., p. 301-304.

127 Les conditions de création et de fonctionnement des CLEC, structure municipale, ont été analysées ci-dessus : « Des foyers de jeunes aux centres de loisirs et d’échanges culturels ».

128 L’établissement culturel central est le projet de l’architecte O. Niemeyer, avec la désignation d’I. Hilbert pour l’étude de programmation d’un bâtiment unique, situé place Gambetta en 1972 (G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit., p. 99).

129 Et en contradiction avec les engagements pris, en avril 1968, par le maire René Cance, au terme d’un entretien avec le directeur des MC, au ministère des Affaires culturelles : « La programmation ne relèvera que du seul directeur de la MC. La ville organisera ses manifestations propres dans la salle actuelle de l’hôtel de ville […]. Toutefois, en raison de l’exiguïté de cette salle, il peut apparaître que certaines manifestations culturelles souhaitées par la ville y trouveraient difficilement place : il a été admis que la ville ferait connaître son désir au directeur de la MC » (ibid., p. 38), d’où l’inflexion ultérieure caractérisée par une co-occupation des locaux.

130 Les relations ont été analysées dans le chapitre 11, 3 : « Adversaires d’extrême gauche ».

131 Une première présentation de cette pièce avait eu lieu au Théâtre de l’hôtel de ville, les vendredi 12 et samedi 13 janvier 1973, deux autres le samedi 1er et le dimanche 2 décembre 1974. Le Havre libre parle alors, à la suite du journal Le Monde, de « l’insolente Salamandre du théâtre vivant ».

132 Gildas Bourdet, enfant du Havre, avait passé son enfance dans le quartier de Frileuse ; ancien élève du lycée et du conservatoire, il avait d’abord été décorateur dans la troupe du Tableau gris, créée par Paul-Jacques Guiot (1965), devenue la Salamandre (1969), puis étudiant à l’université de Rouen, docker intérimaire chez Total, avant d’être « élu » par Bernard Mounier, embauché comme animateur-théâtre à la MCH, employé comme acteur, décorateur et enfin metteur en scène, pour La Double Inconstance de Marivaux et George Dandin de Molière (1972).

133 Pièce dite en « réalisation collective » dont l’auteur est Marc Normant, le dramaturge, André Fouché, et le metteur en scène, Gildas Bourdet.

134 Michel Guy est secrétaire d’État à la Culture dans le gouvernement de Jacques Chirac (juin 1974 – septembre 1976).

135 La Salamandre, dirigée par Gildas Bourdet, prend la succession de Jacques Rosner à la rentrée de 1974.

136 Le Tableau gris, compagnie professionnelle, est devenu, le 23 septembre 1969, la Salamandre, coopérative ouvrière de production.

137 Voir l’interview de Gildas Bourdet par l’US, journal du SNES, no 306, 12 février 1993 : « Nous n’avions pas envie de partir mais entre l’asphyxie financière et les conditions de travail d’une institution subventionnée, le choix s’est imposé. »

138 En 1972 encore, la représentation de La Double Inconstance de Marivaux avait été un échec public (une centaine de spectateurs) et financier. Jouée dans le cadre de la saison municipale, au Théâtre de l’hôtel de ville, les vendredi 14 et samedi 15 janvier 1972, elle était décrite par Le Havre libre comme « hésitant entre le constat, le manifeste social et la farce ».

139 Bernard Mounier, ancien animateur, ancien instructeur d’art dramatique, était devenu directeur du centre culturel de Madagascar (1963), puis directeur de la maison de la culture du Havre et metteur en scène.

140 La Salamandre était subventionnée par la municipalité à hauteur de 2000 francs en 1968, 3 500 en 1969, 100 000 en 1973-1974, plus 50 000 de l’État ; elle demandait à la direction communiste municipale 700 000 francs (d’après G. Rosevègue), 800 000 (d’après G. Bourdet). L’État, Tourcoing offraient beaucoup plus (1 ou 2,5 millions), il y avait là un choix de politique culturelle, contradictoire avec les orientations de la municipalité qui prenait alors en charge, intégralement, le développement des centres de loisirs et d’échanges culturels.

141 Pour des raisons politiques ? esthétiques ? Bernard Mounier et Gildas Bourdet déclarent avoir eu leur période gauchisante, mais l’un et l’autre étaient rentrés au PC mesurant, d’après Gildas Bourdet, l’écart entre le rêve, le discours d’extrême gauche sur la classe ouvrière, et la réalité de celle qu’il avait côtoyée dans son enfance et ses activités professionnelles (« Le relativisme du parti communiste me va très bien »). Esthétiquement parlant, il déclare avoir évolué de la forme agit-prop au théâtre politique (entretien oral du 19 mai 1994).

142 Grand professionnel intéressé par toutes les formes de culture vivante : théâtre, mais aussi cinéma (il a coproduit Histoire de Paul de René Feret, prix Jean Vigo), peinture (brigade Luis Corvalan, Ernest Pignon), spectacles-fêtes de plein air (Valmont, Juin dans la rue), Bernard Mounier a été intéressé par la proposition de construire une MC, intégrée aux vieux quartiers de La Rochelle et rayonnant sur la région : Saintes, Royan…

143 Bernard Mounier a alors constaté l’accumulation de retards (liés à l’état de santé de l’architecte) et de désaccords (avec le bureau d’études choisi par la direction communiste de la municipalité). Il a préféré s’en aller. Son départ donna lieu, le samedi 21 juin 1975, à une grande fête d’adieu avec l’ensemble des amis, collaborateurs et personnalités officielles. On lui offrit les œuvres de Rabelais, illustrées par Derain, un veau vivant… il récita un poème de Charles Cros.

144 Jean-Marie Huret a été fondateur puis président de l’Association des foyers de jeunes, cofondateur puis vice-président de l’association Maison de la culture, fondateur de la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail (CGT). Après que cette structure a été empêchée de fonctionner, par la volonté de la direction nationale de la CGT (tentant de lui substituer une structure Travail et culture), il se replie à Valmont, parc de « loisirs, de nature et d’art » de 90 hectares, créé à l’initiative de Bernard Mounier, dans la propriété de René de La Morandière, géré par Tourisme et travail et 39 comités d’entreprise, où il continua la grande tradition des fêtes populaires à dimension culturelle (par exemple en faisant appel, en 1975, à la brigade Spartacus pour peindre une fresque : La Conquête des loisirs).

145 Il est élu par le CA (Le Havre libre, 6 novembre 1975), après que sa candidature a été avalisée par l’État et la ville, en la personne de leurs représentants, membres de droit du conseil d’administration, minoritaires.

146 Georges Rosevègue a vécu son enfance au Havre, à partir de 1950, dans le quartier Ignauval – Sainte-Adresse ; éclaireur protestant, élève du lycée François-1er, revenu au Havre, après des études universitaires à Rouen, il habitait, avec sa famille, le quartier de la Mare-Rouge.

147 Animateur à la Ligue de l’enseignement, il est titulaire du Decep (diplôme de conseiller d’éducation populaire), travaille à la FHOL, la représente à partir de 1969-1970, comme membre suppléant au conseil d’administration de la maison de la culture ; il est alors choisi par Bernard Mounier pour devenir administrateur (1970).

148 Les deux hommes publient, en page spéciale du journal Le Monde (8 juin 1978) un article, qui fera un certain bruit, intitulé : « Quelle création ? Quelle diffusion ? »

149 Il a déclaré (dans un entretien avec les représentants de la presse régionale du 7 novembre 1975) vouloir s’inscrire dans la continuité de l’action culturelle menée par Bernard Mounier (ses partenaires seront les représentants des travailleurs, dans les entreprises et les quartiers, les enseignants, les groupements féminins et familiaux, selon le triptyque « création, diffusion et animation »), mais il est rallié aux conceptions communistes de la culture (intégration des sciences et des techniques dans la définition du mot et coproduction, avec la Comédie du Havre, d’un spectacle élaboré à partir de Tortilla flat de J. Steinbeck) et partisan du projet de construction d’un équipement culturel central, dit Oscar-Niemeyer.

150 Il explique lui-même avoir proposé au cinéaste René Allio une codirection artistique et administrative, refusée par ce dernier (entretiens oraux, 17 mars 1993 et 10 juin 1993).

151 La direction de l’association gestionnaire de la MCH est constituée de fortes personnalités « culturelles », permanents syndicaux de la CGT et de Tourisme et travail (R. Charpiot, A. Chenu, J.-M. Huret, A. Perrot…), d’où peut-être le recours à des intellectuels communistes rouennais (M. Simonot, A. Van der Malière)…

152 Ce sont les secrétaire d’État et ministres des trois gouvernements Barre (du 25 août 1976 au 13 mai 1981), Michel Guy restant secrétaire d’État à la Culture pendant la durée du gouvernement de Jacques Chirac. La tutelle départementale est, à l’unisson, composé d’une coalition des droites, sous l’autorité de Jean Lecanuet.

153 Il a adhéré au PCF en 1973, après avoir milité aux étudiants PSU. Ses parents, d’origine juive, immigrants d’Europe orientale, anciens résistants FTP-MOI, sont deux médecins havrais réputés pour leur attachement au service public de santé (sa mère est médecin de santé scolaire et son père, directeur du bureau d’hygiène municipal) et des compagnons de route du PC. Sa femme, le docteur Paulette Rosevègue, pédiatre, sera élue conseillère municipale communiste de 1977 à 1983.

154 Un compte rendu du CM du 28 février 1973 rappelle une délibération du 30 octobre 1972 au terme de laquelle les architectes (O. Niemeyer, J.-P. Pinon) et les services municipaux de l’architecture ont été désignés par le conseil municipal, une convention ayant été signée avec le bureau d’études, BETCO.

155 Ch. Mourier a d’abord travaillé avec R. Planchon et, au Théâtre de la commune d’Aubervilliers, avec G. Garran et J. Ralite, maire adjoint communiste, chargé des questions culturelles. Arrivé au Havre en 1974, il est, jusqu’en 1983, à la fois représentant de la maison de la culture et expert pour la ville dans la conception d’aménagement de l’ensemble culturel. Il est membre du PCF.

156 Une initiative tout à fait parallèle aux grands travaux d’aménagement du territoire et d’équipement urbain, menés dans le cadre des Ve et VIe plans (1966-1975).

157 Les formes circulaires (pour la MCH) et parallélépipédique (pour le WTC), le recours au béton armé (Oscar-Niemeyer) et au verre et à l’aluminium (CCI) entrent en contradiction, dite « dialectique », avec les bâtiments de la reconstruction d’Auguste Perret et de son équipe. Voir G. de La Porte, dir., Le Havre. Volonté et modernité, op. cit., et le dessin et le texte d’Oscar Niemeyer (illustration 56).

158 L’espace culturel passe de 1500 à 13 000 mètres carrés et le Centre de commerce international doit occuper 28 000 mètres carrés.

159 Ce dédoublement est relevé par le candidat des droites à l’élection municipale de 1977, Antoine Rufenacht, député du Havre, devenu secrétaire d’État au Commerce et à l’artisanat, qui dénonce la division du travail entre le patronat et la municipalité à l’échelle de l’agglomération (André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978, p. 190).

160 Des manœuvres de retardement (par exemple les avis contradictoires de la commission régionale des opérations immobilières) ont empêché le démarrage du chantier jusqu’au mois d’août 1978.

161 Déjà une lettre du secrétariat d’État, datée du 13 juillet 1976, rappelait aux maires la volonté de limiter, en nombre et dans le temps, l’expérience des maisons de la culture. La municipalité, en 1977, vota une subvention spéciale de 10 000 francs, à l’association MCH, pour participation de la ville à la campagne pour la promotion du projet Niemeyer. Le 21 janvier 1977, 5000 signatures avaient été collectées par les CE (1000 à la CFR, 1600 chez Renault), le 8 avril 1977 : 10 000.

162 Le 20 septembre 1977, les maisons de la culture sont déclarées « en danger », les 23 et 25 novembre 1978, le PC et la CGT disent vouloir « défendre les établissements d’action culturelle » et lutter « contre la politique d’asphyxie financière des MC ». Une soirée artistique de soutien à la maison de la culture est organisée. Le 11 décembre 1978, 10 651 signatures ont été collectées et portées en délégation au ministère des Affaires culturelles. En 1979, une nouvelle campagne articulée autour « des moyens pour vivre et se développer » est lancée. En 1981, dans les mois qui précèdent l’élection présidentielle, un « combat pour la survie » est engagé (l’État n’augmente sa subvention que de 7 %, alors que la hausse du coût de la vie est évaluée à 15 %), le déficit pour l’année 1980 est de 400 000 francs, 20 000 cartes et pétitions sont alors signées.

163 La part de la ville, dans le financement du projet d’Oscar Niemeyer, est passée du tiers, en 1974, aux 7/8, en 1982.

164 La maison de la culture de Seine-Saint-Denis a été empêchée d’entrer dans ses nouveaux locaux (entretien R. Charpiot/Y. Simon et Ph. Dumont, publié par la revue Encrage, no 8, 1980), celle de Grenoble est fermée (Le Havre libre, 18-20 avril 1981).

165 Dans le même temps la municipalité doit financer la construction d’un établissement d’enseignement supérieur, la future université du Havre (1984).

166 Le budget d’État de la culture est, en 1977, réduit à moins de 0,5 % du budget global, alors que se développe, depuis les années 1968-1969, la campagne pour le 1 % ; celui de la ville est de l’ordre de 6 %.

167 Raymond Charpiot, président de l’association : « Nous proposons, question de nom qui recouvre une question de fond, que le “théâtre” Niemeyer s’appelle “maison de la culture du Havre” » (Encrage, no 8, mars 1980).

168 L’on mesure l’évolution des rapports MCH / direction municipale, en rappelant qu’au début de 1968, pour le directeur des MC au ministère des Affaires culturelles, il ne pouvait être question d’intégrer des spectacles de la saison culturelle municipale à la programmation de la MCH, encore moins de les programmer en alternance dans les mêmes locaux (la municipalité utilisait le Théâtre de l’hôtel de ville, la MCH occuperait l’équipement à reconstruire).

169 Il faut noter que la direction de la MCH (directeur, directeur adjoint, directeur technique) est communiste, de même la direction de l’association, la majorité du CA et celle de l’assemblée (après les renouvellements et les élargissements intervenus dans les années 1970), cela n’empêche pas les contradictions sur les objectifs idéologiques et culturels allant jusqu’à la crise ouverte ; les élus, les professionnels ou les militants pouvant être davantage au service de la maison (ou de leur ambition) qu’à celui de la direction politique locale du parti communiste.

170 Cette réorientation fait l’unanimité dans la direction de la MCH. Voir les articles de théorisation de G. Rosevègue et M. Simonot parus en mai-juin 1977 dans la revue de l’ATAC (Association technique pour l’action culturelle) créée en 1966 et réunissant les directeurs de MC, CD et TP (voir R. Temkine, L’entreprise théâtre, op. cit.), et dans Le Monde des arts et des spectacles du 8 juin 1978, ainsi que la version de R. Charpiot dans la revue Encrage en 1980, et le texte de G. Rosevègue paru dans Le Havre libre, 18 novembre 1982 : « nous allons explorer les voies contemporaines de la création artistique […]. Nous devons renouer avec les traditions du Havre, les grandes productions nationales et internationales, les spectacles lyriques […]. »

171 Successivement, à la direction, partent M. Simonot, G. Rosevègue, A. Van der Malière, et à l’association, R. Charpiot, A. Perrot, soit, à l’exception de ce dernier, des personnalités d’appartenance communiste, de même que le sont les trois adjoints en charge de la Culture, à partir de 1983…

172 Dans le même temps, le théâtre de l’Arbalète de Paul-Jacques Guiot, deux fois lauréat du prix Charles-Dullin, n’arrivait pas à devenir troupe professionnelle, le théâtre de la Manicle, compagnie professionnelle de marionnettes, restait faiblement subventionnée, par rapport à la Comédie du Havre puis à l’Atelier théâtral.

173 En hommage à Jean Dasté et à la Comédie de Saint-Étienne. Voir le tableau des « structures de la création théâtrale au Havre » dans S. Reneau, Politiques… (1944-1983), op. cit., p. 193.

174 Élève de Charles Dullin, de Jean Vilar, créateur du Centre culturel communal de Châtillon-sous-Bagneux, municipalité à direction PCF depuis 1959, Marc Normant est mort en 1995. Il choisit de porter au théâtre des textes qui ne lui étaient pas destinés (Neruda, Steinbeck, Aïtmatov).

175 La subvention de la municipalité est de 190 000 francs en 1978 (210 000 francs à l’Atelier théâtral en 1980). Celle de l’État, de 110 000 francs, est attribuée, personnellement, au directeur, qui pouvait choisir ou non de la transférer à son successeur (d’où le refus de M. Normant de la transmettre, à son départ, en 1979).

176 Sur les causes de cet échec on pourrait longuement s’interroger : insuffisance des hommes ? du projet ? choix artistique maladroit, privilégiant des textes destinés à être récités, contés ? Manque de moyens pour la recherche, de temps pour les répétitions et de formation pour les comédiens ? Fin du compagnonnage « historique » avec la direction de la MCH (B. Mounier ou G. Bourdet) qui avait, à un moment donné, « sauvé » la Salamandre ?

177 Compagnie dramatique permanente, formée en mars 1975, elle aura donc duré trois ans, malgré des moyens techniques augmentés (mise à disposition de l’ancien cinéma Royal, place de la Liberté, à Frileuse-Sainte-Cécile).

178 Il est l’auteur d’une pièce intitulée La Folia, jouée au théâtre Maxime-Gorki (à Petit-Quevilly, municipalité à direction communiste de la banlieue rouennaise).

179 L’école a été créée par D. Lemonnier (professeur de philosophie), Th. Pereira (professeur de lettres) et J.-P. Agazar, comédien professionnel, professeur au conservatoire (septembre 1979). La troupe, créée en 1976, spécialisée dans le théâtre de marionnettes, est animée par André Fouché, dramaturge.

180 Tels qu’ils s’expriment dans la commission culturelle du comité central et par les voix de Jacques Ralite et Marcel Rosette, maires communistes.

181 Leurs innombrables directeurs de troupe (B. Sobel à Gennevilliers, G. Garran à Aubervilliers, A. Vitez à Ivry, P. Chéreau à Sartrouville puis à Nanterre…) sont engagés dans un travail de réflexion esthétique et politique sur le théâtre.

182 Par exemple le théâtre de la Pomme, créé comme groupe d’expression théâtrale des CLEC de Caucriauville et d’Aplemont.

183 Y. Simon, professeur de lettres qui a créé avec Ph. Dumont, également professeur de lettres, la revue culturelle Encrage, est l’auteur de Auguste président (1980), Histoire de famille (1981), joués par les Baladins du Havre, sous la direction de J.-F. Philippe, avec des décors d’A. Le Métayer, et par ailleurs conseiller culturel à la mairie du Havre.

184 Extrait de la plaquette Jean-Paul Sartre et Le Havre, Paris, Gallimard, 2005. Ce jour-là, 13 novembre 1982, la MCH trouvait « un moment privilégié d’harmonie entre l’outil (l’espace Niemeyer) et l’œuvre (l’épopée lyrique d’Abel Gance) », d’après Alain Van der Malière, son directeur adjoint, animateur de la revue de la maison de la culture, Passions, dans un article paru en novembre 1982.

185 Ce choix de la création entraînait la disparition, de facto, des anciennes unités : cinéma, jeunes publics, action culturelle décentralisée, au grand dam des professionnels et d’une majorité du CA (regrets exprimés par un animateur, instituteur détaché de l’Éducation nationale, ancien des foyers de jeunes, Jean Noël).

186 En rupture avec les associations culturelles, organisations syndicales, mais aussi l’ensemble des troupes de théâtre, professionnelles et amateurs, les CE, les CLEC…

187 Ainsi, le spectacle créé par Michel Fugain et son Big Bazar, associés à sept quartiers de la ville (CLEC, MJC, UCJG…) pour l’élaboration d’un Juin dans la rue 1977, intitulé Un jour d’été dans un Havre de paix, rassembla près de 30 000 - 40 000 personnes (expérience racontée par Max Serveau, conseiller culturel de la ville, puis chargé de la communication, dans G. de La Porte, dir., Le Havre. Volonté et modernité, op. cit.). Autre exemple : Une île nommée les Neiges, coproduction de Francis Lemarque et Christian Ferrari associés au CLEC du quartier, en 1980.

188 À la seule exception d’un éphémère atelier de culture régionale et de création.

189 À partir de la rentrée de 1977, la question est publiquement posée. Dans le troisième gouvernement Barre, à partir d’avril 1978, Jean-Philippe Lecat est chargé de la culture et de la communication, après avoir failli gérer le secteur des sports. Il n’y a plus de direction des MC au ministère des Affaires culturelles.

190 Le Havre libre, 24 octobre 1979 : création d’une section locale de Travail et culture par des responsables de CE (C. Noël, R. Planquet) et une animatrice de la MCH (G. Dislaire) pour défendre « le droit à la culture pour les travailleurs ».

191 Par exemple la pièce commandée à Enzo Cormann, Corps perdu, créée en 1985.

192 Il est nommé par le ministre de la Culture, J. Lang, en même temps que d’autres créateurs : P. Debauche à Rennes, R. Gonzales à Bobigny.

193 Une sortie par la professionnalisation, le SYNDEAC, soit le Syndicat des directeurs d’établissement d’action culturelle, ou encore par une affectation dans l’administration culturelle, centrale ou régionale.

194 Alain Van der Malière, ancien professeur de lettres, est aussi l’auteur de Chroniques elbeuviennes, pièce représentée en 1977, et d’un projet de Flaubert, théâtre-roman en 1980 (entretien oral MPDH/SR, 6 juillet 1994).

195 Louis Marcorelles, « Vues d’ici, au Havre : la vie est à elles », Le Monde, 5 octobre 1978 : « Tout est joué, composé avec une extrême rigueur, avec des moments admirables en famille, à l’atelier, lors d’une grève […]. » Vues d’ici parle de la France et du Havre, en 1977-1978 ; il est impossible de ne pas penser à La vie est à nous de Jean Renoir.

196 Voir le long compte rendu du débat dans Le Havre libre, 14 janvier 1977, et la présentation du montage Bréguet 36 le 7 janvier. Voir Un siècle de colonialisme à travers l’imagerie populaire (1976), illustration 57.

197 DDC : Direction du développement culturel, DRAC : direction régionale des affaires culturelles, APAAM : Association pour la promotion, l’alphabétisation et l’animation des migrants.

198 G. Poujol et G. Vincent, La rencontre culturelle…, op. cit. ; J. Legoy, Cultures havraises, op. cit. ; S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), et M.-P. Dhaille-Hervieu, L’image publique du PC au Havre (1947-1971), DEA sous la direction d’Antoine Prost, IEP Paris, 1987.

199 Débats demandés par Raymond Charpiot, président du CA, pour des raisons politiques (il est en rupture ouverte avec la CGT et le PCF depuis 1979), voire culturelles (reprise de la série « Actuelles » qui avait été un temps fort de l’intervention publique de la MCH, avant et après 1968). Cette réouverture du débat, sous la forme de confrontations d’idées, est refusée par la direction de la MCH, pour des raisons politiques, mais peut-être plus encore parce qu’elle entre en contradiction avec la volonté d’une majorité du personnel de jouer la carte de la professionnalisation culturelle.

200 Cette demande est propre aux intellectuels communistes, repliés sur le militantisme culturel, après la fin de l’Université nouvelle.

201 Des affrontements internes au PC apparaissent après les XXIIe et XXIIIe congrès, à la CGT, après le XLe congrès, et les rapports PC-PS se détériorent après la rupture de 1977-1978.

202 Sur les 15 membres titulaires du CA en 1982, 7 sont membres du PC (mais 5 sont signataires de la pétition « Union dans les luttes » : 2 professeurs et 3 responsables CGT) ; voir S. Reneau, Politiques… (1944-1983), op. cit., annexes p. 165.

203 Raymond Charpiot, en tant que secrétaire général de la Fédération nationale CGT des capitaines et officiers de la marine marchande, avait déjà, dans un article publié par Le Havre libre, le 13 novembre 1980, exprimé sa désapprobation des positions de la CGT sur les grèves en Pologne et la signature des accords de Gdansk. De même, les militants CGT (CA de la MCH et responsables de CE) se déclarent pour la défense des libertés en Pologne (Le Havre libre, 17 décembre 1981).

204 Le conseil d’administration de l’association est composé de communistes et de socialistes, de militants CGT et SNES, signataires de la pétition « Union dans les luttes » (1980), ayant condamné la proclamation de l’état de guerre en Pologne (1981).

205 Les premières divergences publiques apparurent, après le règlement des problèmes budgétaires, sous la forme de « divergences entre les membres de l’association sur le fonctionnement du Centre culturel » (Le Havre libre, 4 mai 1982).

206 Voir Le Havre libre du 10 juin 1982 : « Rapport-réquisitoire de Raymond Charpiot contre l’actuel directeur Georges Rosevègue ».

207 Le directeur répliquait au président en plaidant les impératifs techniques et dénonçait « les interventions au niveau politique ».

208 Le recrutement d’Alain Van der Malière, en avril 1982, contacté simultanément par la direction municipale communiste (M. Rioual et M. Serveau, adjointe et conseiller culturel, G. Heuzé, secrétaire de ville, futur adjoint aux Affaires culturelles) et la direction de la MCH (G. Rosevègue) pour être celui qui pourrait « calmer le jeu », c’est-à-dire, au départ, jouer le rôle de « conseiller chargé de mission auprès du directeur », ne peut enrayer la crise de direction.

209 Les discours sont précédés d’une projection en son et lumière, appelée Hold-up, et d’une représentation du film d’Abel Gance Napoléon, sur un très grand écran avec un accompagnement par un orchestre symphonique.

210 Tous sont membres du PC ou de la CGT, et signataires de la pétition « Union dans les luttes ».

211 Cette sortie « par le haut » fait intervenir le professionnalisme culturel, Georges Rosevègue étant membre du Syndicat des directeurs d’établissements culturels (SYNDEAC) et ayant été, de 1980 à 1982, président de l’ATAC.

212 Alain Van der Malière était resté six mois, de janvier à juin 1985, à la demande du ministère, directeur intérimaire de la MCH. Il a ensuite fait carrière dans l’administration des Affaires culturelles jusqu’au sommet.

213 D’où la priorité donnée aux « artistes », doublés de techniciens « financiers » ne posant pas de problèmes politiques.

214 Crise analysée par Michel Schneider, ancien directeur de la musique et de la danse au ministère de la Culture, de 1988 à 1991, dans La comédie de la culture, paru au Seuil en 1993.

Table des illustrations

Légende Carte 28 – Les équipements éducatifs et culturels du centre-ville
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Carte 29 – Les foyers de jeunes dans l’agglomération du Havre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Carte 30 – Les centres de loisirs et d’échanges culturels
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Illustration 56 – Dessin et texte d’Oscar Niemeyer, architecte de la maison de la culture
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Illustration 57 – Exposition Un siècle de colonialisme à travers l’imagerie populaire (1976)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau : Patrimoine et reconstruction
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search