Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

III. L'environnement dans l'estuaire

Pollutions atmosphériques urbaines

Pollution automobile : trafic en hausse

Véronique Delmas

Texte intégral

1Les oxydes d’azote (NOx) sont les principaux traceurs de la pollution automobile. Ils résultent d’une réaction entre l’azote et l’oxygène de l’air pendant la combustion du carburant.

2Depuis dix ans, sur l’estuaire, aucune tendance significative n’a pu être observée malgré un doublement de la circulation automobile des vingt dernières années.

3L’augmentation des émissions automobiles a, en effet, vraisemblablement été compensée par une réduction parallèle des émissions industrielles.

NIVEAUX MOYENS DE DIOXYDE D’AZOTE (NO2) PAR CAPTEUR DE MARS À MAI 1990

NB la pollution automobile est très localisée par rapport à celle du dioxyde de soufre C’est pourquoi le phénomène a été représenté par des points de surface proportionnelle représentant les concentrations mesurées par chaque capteur © Air Normand 1994 © IGN 1994 © INSEE RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

Évolution de la concentration de plomb dans l’air

Évolution de la concentration de plomb dans l’air

© Air Normand 1996 ® VDH - OPH 1996

4A moyen terme, on espère une amélioration progressive de la pollution automobile grâce à la diffusion des pots catalytiques et à la généralisation des normes même si un certain nombre de facteurs viennent atténuer l’effet de ces mesures comme le faible taux de renouvellement du parc automobile et le manque d’efficacité du catalyseur lors des démarrages à froid et sur les petits parcours. La qualité de l’air urbain dépendra aussi du nombre des véhicules en circulation.

5D’après certains spécialistes, la courbe d’évolution du trafic tend vers une stabilisation, comme cela s’est déjà amorcé ces dernières années aux U.S.A. Enfin, on peut se demander quel sera l’effet de la diésélisation du parc automobile français sur les émissions de poussières.

Évolution des concentrations d’ozone le 11 juillet 1994 en forêt de Brotonne

Évolution des concentrations d’ozone le 11 juillet 1994 en forêt de Brotonne

LES AUTRES POLLUANTS D’ORIGINE AUTOMOBILE

6Le trafic automobile est la source d’autres polluants que le N02 comme par exemple les hydrocarbures (HC), le monoxyde de carbone (CO) ou le plomb (Pb). Ce dernier a vu sa concentration dans l’air baisser de 70 % en quatre ans grâce à l’utilisation de nouveaux carburants sans plomb et la diminution de la proportion de plomb dans le super.

OZONE (02) : ÉMERGENCE D’UNE PRÉOCCUPATION

7L’ozone est un gaz naturellement présent dans notre atmosphère. Sa présence est d’ailleurs indispensable dans les hautes couches pour filtrer les rayonnements du soleil, c’est ce qui rend la question de sa raréfaction tout à fait préoccupante. A basse altitude, c’est au contraire l’augmentation de sa concentration qui pose problème, à la fois pour la santé mais aussi vis-à-vis de la végétation. Contrairement au dioxyde de soufre ou au dioxyde d’azote, du fait de son mode de formation, c’est généralement en périphérie des centres urbains et industriels et jusqu’en campagne qu’on rencontre les taux d’ozone les plus élevés. Une directive européenne applicable depuis le 1er avril 1994 fixe des seuils de protection et d’information de la population. Des interrogations demeurent sur la façon d’agir sur les émissions qui jouent un rôle pré pondérant dans sa formation. Pour Air Normand, la surveillance de ce polluant est devenue une priorité.

ODEURS : LA MOBILISATION GÉNÉRALE

8Hydrocarbures, solvants, produits soufrés comme l’hydrogène sulfuré (H2S), ammoniac et composés azotés sont susceptibles d’être perçus dans l’environnement des zones d’activités, dans certaines conditions météorologiques. Ainsi, beaucoup d’odeurs très désagréables sont produites par des quantités infimes - souvent inoffensives - de produits. Même non toxiques, ces odeurs peuvent être gênantes pour les riverains. En 1990, sans réduire son effort sur la mesure des polluants toxiques, Air Normand lançait la campagne CYRANO dans l’estuaire de la Seine. Ainsi, pendant une année complète, 370 « nez » volontaires allaient deux fois par semaine à heure fixe sortir sur le pas de leur porte en humant l’air afin de détecter d’éventuelles odeurs et d’en apprécier la gêne. Le traitement statistique de ces observations a permis de localiser les sources d’odeurs les plus gênantes pour la population.

9Examinés dans le cadre du Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles, les résultats ont débouché dans de nombreux cas sur des investissements importants d’ores et déjà réalisés ou en cours.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12072/img-1.jpg
Fichier image/, 84k
Légende NB la pollution automobile est très localisée par rapport à celle du dioxyde de soufre C’est pourquoi le phénomène a été représenté par des points de surface proportionnelle représentant les concentrations mesurées par chaque capteur © Air Normand 1994 © IGN 1994 © INSEE RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12072/img-2.jpg
Fichier image/, 412k
Titre Évolution de la concentration de plomb dans l’air
Légende © Air Normand 1996 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12072/img-3.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Évolution des concentrations d’ozone le 11 juillet 1994 en forêt de Brotonne
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12072/img-4.jpg
Fichier image/, 192k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540