Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIIe partie. Des gestions unitaires confrontées aux crises (1965-1983)

Chapitre 13. Le PC confronté aux crises

Texte intégral

Mutations économiques et crises conjoncturelles

  • 1 On peut ajouter le gaz, les minerais, les céréales.

1Le port du Havre, une fois sa reconstruction achevée, s’est transformé radicalement dans son espace, ses trafics et ses emplois. Le commerce pétrolier, dominant en 1965 (89,7 %), a entraîné la construction du terminal d’Antifer (1972-1976). Dans le même temps, le trafic d’hydrocarbures a commencé à être relayé par le commerce international de marchandises diverses, transportées en conteneurs. Trois terminaux ont été équipés : quai de l’Atlantique (1968), quai de l’Europe (1972) et quai de Bougainville (1977), qui ont fait du Havre le premier port français pour les marchandises diverses (à partir de 1974) et le second pour le pétrole1.

2De nouvelles relations commerciales avec le Moyen-Orient et le Japon se sont donc ajoutées aux trafics hérités de la colonisation (cotons et tabacs, bois et cafés, bananes et agrumes) et des formes de manutention modernes, par portiques, bigues et roulage, se sont substituées aux grues et portages traditionnels, transformant profondément les conditions de travail des dockers, diminuant le nombre d’emplois et requalifiant le procès de travail.

  • 2 Le trafic « passagers » a été multiplié par 5 entre 1964 et 1981, dépassant le million de personne (...)

3Le port de voyageurs a lui aussi été confronté à la fin des grands transatlantiques, puis au développement des trafics trans-Manche, à destination de l’Angleterre et de l’Irlande2. Il en est résulté une séparation presque physique entre la ville et les usagers du port, la disparition des quartiers marins (le PCF a perdu le 2e canton aux élections de 1955) mais aussi des emplois de services liés à des sociétés étrangères (Normandy-Ferries, Townsend-Thoresen, Seagull), les compagnies françaises s’étant retirées du transport de voyageurs. Après la Transat (CGM) désarmant le France, en 1974, les Normandy-Ferries ont fait passer le dernier car-ferry Léopard, sous pavillon britannique, en 1978.

  • 3 En 1983 est créée une association pour la mise en valeur du port de plaisance du Havre (ville, dép (...)
  • 4 En 1981, le trafic du port (73 millions de tonnes) est inférieur à ce qu’il était en 1974. En 1986 (...)
  • 5 Par exemple la plate-forme brésilienne/commerce et industrie (1977-1978).

4Parallèlement le port de pêche est entré en crise, avec le développement de la pollution en baie de Seine et la tendance à la baisse des prix de gros. La direction municipale a donc dû se résoudre à aider au développement du tourisme, avec l’aménagement d’un second port de plaisance3. Plus dramatiques ont cependant été les conséquences des chocs pétroliers qui se traduisent, le premier, à partir de 1974, par une baisse de trafic de 3,1 %, accentuée en 1975 à 14,4 %. Cette diminution n’est jamais entièrement compensée, malgré les deux années de reprise (1976 et 1979). Le second choc inaugure la baisse continue des années quatre-vingt4. La recherche de nouveaux trafics et de nouveaux partenaires5 s’est alors accompagnée d’un effort de requalification de la main-d’œuvre et de tentatives pour faire baisser le coût de la force de travail.

5Il est de tradition que le député-maire du Havre (de Léon Meyer à André Duroméa) siège à la Commission de la marine marchande devenue Échanges et transports, de même que la ville a des représentants auprès des grands établissements publics comme le Port autonome. La municipalité, faisant cause commune avec la CGT, a défendu ce qu’elle appelle « le pavillon français » ou « une politique nationale de la marine marchande », comme elle a pris position pour le nucléaire civil afin de limiter la dépendance énergétique de la France. La nécessité d’une modernisation de la flotte, d’une adaptation à de nouvelles demandes (les croisières, la plaisance) ne lui est pas une idée étrangère, elle a même fait, par l’intermédiaire des élus communistes et des dirigeants de la CGT, des propositions concrètes quant au devenir du France (qui seront reprises par l’armateur norvégien) et des chantiers de construction navale.

  • 6 En 1974 ; voir ci-après « La bataille perdue du France ». Une grève de protestation contre la dégr (...)

6La direction municipale a aussi plaidé pour la diversification des relations commerciales, jouant elle-même la carte des jumelages avec Leningrad, Southampton et Osaka, et soutenu la lutte des équipages du France et du Léopard6. Confrontée aux difficultés de la construction et de la réparation navales et des transports maritimes, la municipalité a multiplié les aides directes et indirectes à l’équipement du port, à la multiplication des industries, par exemple le dock flottant en 1982, et des services comme le département des Affaires internationales, le Centre de commerce international, témoignant ainsi qu’elle a conscience de l’enjeu économique et social – plusieurs dizaines de milliers d’emplois – et donc politique que représente le port.

Carte 27 – Le port ancien et les quartiers sud, le nouveau port et la ZIP (zone industrielle portuaire)

Crise industrielle, crise de l’emploi, réactions municipales

7L’industrie est au Havre une réalité ancienne et massive, en 1954 les ouvriers représentaient la majorité des actifs et des générations d’entreprises se sont accumulées ou remplacées. En 1965, des secteurs avaient déjà disparu, la construction aéronautique, l’armement, les tabacs, d’autres étaient sur le déclin : le textile et l’habillement, la métallurgie primaire, l’agroalimentaire et les petits et moyens chantiers de construction navale.

8Par contre, à partir de 1962, l’industrialisation a gagné la plaine alluviale, de grandes unités de production se sont développées : un complexe pétrochimique avec le raffinage (CFR), la chimie (ATO), les matières plastiques, les engrais (COFAZ en 1974), la construction automobile (Renault) et une usine de pneus (Goodyear), une cimenterie (Lambert-Lafarge), une centrale thermique EDF.

  • 7 Voir carte 27 : « Le port ancien et les quartiers sud, le nouveau port et la ZIP (zone industriell (...)

9Cette translation vers l’est d’activités industrielles s’est traduite par la désindustrialisation de quartiers urbains au fur et à mesure que fermaient les chantiers Augustin-Normand (1963), les Fonderies havraises (1968), l’Huilerie Desmarais (1969), les Extraits tinctoriaux et tannants (1973), la scierie Humbert (1977), les Tréfileries (1982). Le Perrey, l’Eure, le bas Graville ont cessé progressivement d’être des quartiers à dominante industrielle, même s’il y est resté des entreprises réparties dans toute la zone située au sud de la ligne ferroviaire, de Dresser et Caillard à l’ouest, dans le port ancien, jusqu’aux ACH à l’est, aux limites d’Harfleur et de Gonfreville-l’Orcher. À la construction et à la réparation navales, activités traditionnelles, se sont ajoutées des usines d’implantation récente : centrale EDF, constructions électriques (Alsthom), incinération des ordures ménagères7.

  • 8 Il y avait en 1965 2,16 % de l’emploi industriel dans le textile-habillement, il y en a 0,55 % en (...)
  • 9 La métallurgie (sans la construction automobile) occupait 20,10 % des actifs de l’industrie en 196 (...)
  • 10 L’agroalimentaire représentait 3,90 % des actifs industriels en 1965, et 1,94 % en 1974 (chiffres (...)
  • 11 Voir ci-après : « La grande grève de chez Mazeline ».

10Les signes avant-coureurs de la crise industrielle se sont manifestés dès le début des années soixante, dans les secteurs confrontés à la concurrence étrangère et aux nouvelles demandes, comme le textile8, le bois, la construction et la réparation navales9, l’agroalimentaire10, déclenchant des conflits sociaux de longue durée, à caractère défensif (comités de défense des Forges et chantiers de la Méditerranée11, de chez Multiplex).

11Les grèves de mai-juin 1968, et leur caractère très déterminé dans la métallurgie, peuvent aussi être interprétées comme la dernière tentative pour inverser une évolution économique et sociale, devenue très défavorable aux ouvriers d’industrie. Le nombre des ouvriers métallurgistes a certes globalement augmenté de 1962 à 1968 (de 12 451 à 15 976, soit + 28,3 %) mais sur fond de déqualification (24,79 % d’ouvriers professionnels en 1954, 23,63 % en 1962 et 22,32 % en 1968) et de précarisation.

  • 12 Aux fermetures précédemment citées on peut ajouter celles de Luterma (1978), Manolène (1981).
  • 13 Caillard-Levage est repris par Fives-Cail-Babcock et Caillard réparation navale par les AFO, en 19 (...)
  • 14 Raffinage : 2,70 % de l’emploi, en 1974, 2,61 % en 1977, 2,96 % en 1978. Pétrochimie : 3,88 % de l (...)

12Une relance et une extension de la crise industrielle peuvent être observées, à partir de 1974, sous la forme d’une nouvelle série de fermetures d’entreprises12, de restructurations – par exemple l’usine Mazeline devient la propriété d’une multinationale américaine (Dresser) ou encore les Extraits tinctoriaux et tannants sont rachetés par Nobel-Hoechst13 –, de fluctuations de l’emploi dans des secteurs jusque-là préservés comme le raffinage, la pétrochimie et la construction automobile14.

  • 15 Gérard Bras, intellectuel communiste, signataire de la pétition « Union dans les luttes », et Mari (...)
  • 16 Les ouvriers de la COGER, entreprise de réparation navale, adhéraient au syndicat CGT des employés (...)

13Le chômage devient, dans la deuxième moitié des années soixante-dix, une réalité de masse (4120 emplois ont été officiellement perdus, entre 1974 et 1981, mais le nombre de chômeurs recensés est de 15 000) du fait de la crise industrielle, puisque le tertiaire continue à créer des emplois. S’y ajoutent de nouveaux problèmes sociaux15. Le premier est la mise en concurrence directe, sur le marché du travail, d’ouvriers disposant d’un savoir professionnel et d’intérimaires sans expérience, pouvant être des immigrés ou des travailleurs en surnombre requalifiés à la hâte, mais aussi la compétition exacerbée pour l’obtention des marchés, qui exerce une double pression sur les salaires et les horaires. Le deuxième est la réorganisation du temps de travail qui tente de remplacer les horaires fixes et le décompte hebdomadaire des heures supplémentaires par des horaires flexibles, modulables, avec un bilan annuel et le risque d’une « dette individuelle » envers le patronat. Le troisième est la remise en cause du statut de certains ouvriers, du fait du changement de raison sociale de leur entreprise (par exemple les ouvriers de la COGER, dépendant de la Transat, entreprise nationale16, et « repris » par les ACH, groupe privé). À l’inverse, les travailleurs de chez Alsthom restent dans une filiale de la CGE, nationalisée en 1982. Des « avantages acquis » par la signature (locale) de conventions collectives, en matière d’horaires et de salaires, sont alors menacés.

  • 17 Le Havre libre, 11 novembre 1981 (réaction du PC) et 27 novembre 1981 (réaction du PS).

14Ces problèmes, ces contradictions, ces menaces rendent plus difficiles l’action syndicale, les mouvements de longue durée, la résistance collective. Deux cadres CGT (Bastide, Chenu) constatent une incapacité à maîtriser les conséquences sociales de la crise industrielle, des difficultés à lutter contre la tendance à l’individualisme, des obstacles pour passer d’une stratégie de défense des « avantages acquis », qualifiée parfois de « légitime défense » (aux Tréfileries en 1982), à une offensive de l’ensemble des salariés pour obtenir les 35 heures. Ponctuellement cependant, des ouvriers particulièrement exploités, comme les OS travaillant à la sellerie de l’usine Renault, se mettent en grève et créent un conseil d’atelier (Le Havre libre, 21 septembre 1981), ils obtiennent alors une réorganisation du travail à la chaîne, au terme d’un processus qualifié de « victoire exemplaire » par le PCF, de « lutte exemplaire » par le PS17, devenus partis de gouvernement, mais cette mobilisation offensive est sans lendemain.

  • 18 Daniel Colliard dans Le Havre libre, 8 septembre 1976.
  • 19 En dépit de ce que déclare l’extrême gauche sur les pressions exercées pour encourager à la repris (...)
  • 20 Voir document en annexe 2 : « Solidarité financière avec les grévistes : conseil municipal du 20 m (...)

15La municipalité ne dispose, quant à elle, d’aucun moyen d’intervention à caractère législatif ou réglementaire18. Elle est d’abord solidaire des grèves19, occupations d’usines, manifestations de rue, relayant les syndicats et les comités de défense, multipliant les visites ou les réceptions à l’hôtel de ville, organisant des séances extraordinaires du conseil municipal20, publiant des articles dans la presse locale (éditoriaux, communiqués), ajoutant à des interventions, écrites ou orales, auprès des ministères concernés, des prises de parole dans toutes les assemblées élues où siègent des communistes. Elle reste donc ce « point d’appui pour les luttes sociales », qui est sa raison d’être historique ? Est-elle pour autant un acteur social ?

  • 21 André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978, p. 183. Le livre r (...)
  • 22 Le représentant en est Didier Escudero, ouvrier, conseiller municipal depuis 1977 (Le Havre libre, (...)

16L’analyse patronale est qu’« en apparence, la gestion l’emporte ici sur l’idéologie, mais qu’en fait la gestion est dominée par des soucis électoraux »21, ajoutant que le patronat dispose d’une « relative » paix sociale : la municipalité soutient les grévistes mais n’attise pas les conflits… « Ils font des prises de parole devant les usines mais sans forcer la note. » Il semble qu’en fait la municipalité estime que la conduite des luttes, dans les forteresses ouvrières, est du ressort de la direction du PC et de la CGT, dont elle-même relève. C’est ainsi que peut être expliquée la présence, à la conférence de presse donnée par la section communiste de l’usine Renault22, suite à l’échec de la grève lancée par des militants d’extrême gauche en juin 1978, d’André Duroméa, maire, député communiste de la 7e circonscription, de Maryvonne Rioual, adjointe, conseillère générale du 3e canton, de Gérard Eude, maire communiste d’Harfleur, d’Hubschwerlin, adjoint communiste au maire de Gonfreville-l’Orcher.

  • 23 Une visite de Pierre Mauroy est annoncée par Joseph Menga, nouveau député socialiste du Havre, le (...)
  • 24 Le comité local (annoncé le 11 novembre 1981) comprend les maires communistes du Havre, Harfleur, (...)
  • 25 Le Havre libre, 20 mai 1982 ; Jack Ralite (PC) est alors ministre de la Santé. Il s’agit de faire (...)
  • 26 Le Havre libre, 27 mai 1982. Le Port autonome annonce alors la signature d’un contrat de solidarit (...)

17La conjoncture politique change en 1981, avec la formation du gouvernement Mauroy, à participation de ministres communistes, l’élaboration de contrats de solidarité pour l’emploi23 et le vote de la loi de décentralisation. Un comité local pour l’emploi est mis en place24 et André Duroméa, élu président, déclare, le 8 janvier 1982, à l’hôtel de ville du Havre : « Nous devons pouvoir intervenir activement dans le processus économique urbain » ; 17 premiers contrats de jeunes volontaires sont signés en mai, effort relayé par le Comité des travailleurs sans emploi de la CGT, qui crée un bureau fictif d’embauche, au centre hospitalier du Havre25, et la déclaration d’André Duroméa qui soutient les contrats de solidarité comme « un des moyens de résorber le chômage »26. La municipalité donne elle-même l’exemple, en abaissant le temps de travail à 38 heures (35 heures, le 1er septembre 1983) et en embauchant 160 personnes en 1982 et 170 en 1983, ce qui, ajouté aux remplacements, dus à des départs en retraite, fait une somme de 600 emplois créés en deux ans. Cette politique d’embauche suscite alors quelques réserves de la CFDT, dénonçant le manque de concertation, et de deux conseillers municipaux PSU, demandant que priorité soit donnée à des demandeurs d’emploi préalablement reçus à des concours et examens et que les postes créés soient des emplois durables de titulaires.

18La ville est alors le premier employeur, la première entreprise de services, le premier donneur d’ordres (à plus de 1500 fournisseurs). La direction municipale a donc beaucoup évolué, des années 1973-1974 jusqu’au début des années quatre-vingt, du refus de financement d’un centre de réparation navale, exploité par un consortium de sociétés privées (fin 1975), aux 10 millions de participation financière à l’équipement d’un dock flottant, mis en service en 1981, de l’interpellation de l’État et des grands groupes à la concertation avec les représentants du gouvernement et du patronat local, de la création de zones d’activités pour de petites et moyennes entreprises à la périphérie du Havre à la programmation d’une ZAC Vauban, à finalité tertiaire, en marge des vieux quartiers ouvriers, au cœur de l’agglomération. Une question peut donc être posée : confronté à la crise, industrielle et sociale, le parti communiste, dans sa gestion (municipale), n’a-t-il pas été tenté de rechercher les voies d’un « compromis historique » avec le patronat national ?

Problèmes écologiques et crise urbaine

  • 27 Le terminal pétrolier d’Antifer est opérationnel au printemps 1976 et reçoit, le 7 juin, le plus g (...)
  • 28 Le maire de Port-Deauville est le ministre républicain indépendant Michel d’Ornano.
  • 29 Le Havre libre, 28 mars 1977.
  • 30 Le Havre libre, 22 juin 1976.
  • 31 Le Havre libre, 9 avril 1976, fait état d’une menace de 650 licenciements. De nouveaux articles pa (...)

19Les problèmes écologiques se sont révélés à partir de la seconde moitié des années soixante-dix, avec le risque de marées noires27 et la pollution de l’estuaire et de la baie de la Seine par les usines chimiques, azote et engrais, et surtout Thann et Mulhouse, filiale de Rhône-Poulenc. La dénonciation des rejets de boues rouges et jaunes, de l’insuffisance du traitement des déchets industriels et urbains (en dépit de la construction, par la municipalité, d’usines d’incinération des ordures ménagères et de traitement des eaux usées) est d’abord le fait des marins pêcheurs et du Collectif havrais d’écologie animé, depuis 1975, par Gilles Klein. Ce sont eux qui, après quelques opérations violentes (blocage des accès à Port-Deauville28 puis au port du Havre29), engagent la longue bataille, juridique et administrative, pour faire condamner les entreprises polluantes. Le soutien politique donné par la municipalité révèle plusieurs éléments de contradiction : l’appui est explicite s’il s’agit de mettre en accusation les « pollueurs » (sociétés pétrolières, industries chimiques), mais il se rétracte si les mesures annoncées par les autorités administratives ou judiciaires risquent d’avoir des effets négatifs sur l’emploi. À ce titre, la municipalité reste en retrait, après que le comité d’établissement de Thann et Mulhouse, les syndicats CGT, CFDT et FO, qui faisaient alors grève pour obtenir une augmentation et la parité des salaires30 avec l’usine mère alsacienne, ont annoncé le risque de licenciements, voire de fermeture de l’entreprise havraise31. Les écologistes sont alors les seuls à aller jusqu’au bout de leur lutte et à dénoncer publiquement le chantage à l’emploi.

  • 32 Le Havre libre, 21 juillet 1977. La CFDT demande la garantie de l’emploi et la construction d’unit (...)

20D’autre part, les écologistes sont des antinucléaires déclarés, dans une région déjà équipée d’une première centrale (Paluel) et ils sont plus proches, à ce titre, du PSU que de l’union PC-PS-MRG. Ainsi Gilles Klein devenu responsable du Mouvement écologiste européen, dit groupe Poséidon, déclare-t-il que « l’affaire des boues rouges » est un « Lip écologique » (Le Havre libre, 20 juillet 1977). Par contre, le comité de ville du PCF, dans une analyse partagée par les syndicats, y compris la CFDT produits chimiques32, relève que des solutions sont possibles, techniques mais plus encore politiques – la victoire du programme commun de gouvernement et la nationalisation de Rhône-Poulenc –, et paraît moins intéressé par les décisions administratives et judiciaires que par la transformation des écologistes (tel Klein) en candidats aux élections législatives de 1978 (6e circonscription) et cantonales de 1979 (5e canton).

21Les résultats obtenus donnent la mesure d’une influence politique des écologistes faible (5 % et 7,9 % des suffrages exprimés) mais non négligeable, dans des circonscriptions plutôt orientées à droite, qui votent pour Antoine Rufenacht à 43,3 % en 1978 et 52,5 % en 1979. La division durable entre l’écologie dite apolitique et le PSU devenu Front autogestionnaire explique qu’en 1981 le candidat PSU-écologiste réalise 1,4 % dans la 7e et Gilles Klein 3,7 % dans la 6e, soit 1329 voix de moins (– 1,3 %) qu’en 1978.

22Reste que la dimension écologique des problèmes sociaux devient une des références obligées des campagnes électorales et la projection du film de René Vautier Marée noire et colère rouge, le 21 février 1979, donne lieu à un débat public entre des écologistes et Jacqueline Rubé, candidate socialiste dans le 2e canton. De même, il semble qu’il y ait eu quelques manœuvres pour multiplier les divisions chez les écologistes et faire intervenir par exemple les Amis de la nature contre les Amis de la Terre.

23La crise urbaine a commencé dans les quartiers où se conjuguent plusieurs problèmes sociaux, soit la perte de populations jeunes et ouvrières, le vieillissement et le chômage (Eure, Brindeau, Neiges), soit l’afflux de populations d’origine étrangère, caractérisées par le rajeunissement et la marginalisation (Mare-Rouge, Blois-de-Bléville), soit des cas sociaux, locataires insolvables (cité Balzac, rue René-Motin, ancienne cité d’urgence de l’abbé Pierre, à Aplemont, cité Chauvin, ancien bidonville). La crise d’un certain nombre de quartiers urbains a donc été posée, dès le début des années quatre-vingt, en termes de minorités, de marginalité, voire de délinquance.

  • 33 APAAM : Association pour l’accueil et l’alphabétisation des migrants. ASTI : Association de soutie (...)

24Adjoints communistes (Colliard, Rioual) et adjoints socialistes (Rubé, Menga) ont élaboré des tentatives de solutions contradictoires. Le PS, responsable de la santé et des affaires sociales, a privilégié le relais associatif, l’intervention de l’APAAM, de l’ASTI33 et de l’Association havraise d’action et de promotion sociale, les équipes éducatives chargées de la prévention en milieu ouvert. Par contre le PC, en charge de l’urbanisme et de l’enfance et de la jeunesse, a donné la priorité à des équipements publics de quartier (écoles, centres médico-sociaux, maisons de l’enfance, centres de loisirs et d’échanges culturels…) et à des opérations d’urbanisme (destruction de deux HLM de la cité Balzac, en 1982, projet de réhabilitation du quartier Saint-Nicolas de l’Eure, ZAC Lodi, après le transfert à Sandouville de l’usine Le Nickel dans le quartier Gustave-Brindeau, en 1981, rénovation de 1340 logements, dans le quartier de la Mare-Rouge, sous le nom d’« habitat et vie sociale », à partir d’études menées depuis 1978). Des efforts multiples et contrastés qui n’empêchent pas la détérioration de ces quartiers tout au long des années quatre-vingt…

La fin des conflits sociaux de longue durée

La grande grève de chez Mazeline (1965-1966)

  • 34 Ce récit est écrit à partir des souvenirs et des documents d’Albert Perrot, Laisse-moi te dire… Ma (...)
  • 35 Pour l’ensemble des résultats aux élections de délégués du personnel de 1948 à 1986, voir ibid., p (...)

25L’usine Mazeline34, de création locale, devenue, en 1872, Forges et chantiers de la Méditerranée, est assez représentative de la tradition industrielle du Havre. Elle l’est d’abord par ses activités, la construction navale pour la marine marchande et la marine de guerre, et sa localisation, dans les quartiers est, boulevard Winston-Churchill (quartier Gustave-Brindeau) et chantiers de Graville (quartier des Neiges). Elle l’est aussi par le niveau élevé de qualification de sa main-d’œuvre et par le fait que les femmes y sont très minoritaires, elle l’est enfin par l’affiliation massive de ses personnels à la CGT, de 75,04 % des suffrages exprimés aux élections pour les délégués au comité d’entreprise dans le premier collège (ouvriers, employés) en 1951 à 84,40 % en 1964 face à une liste CFDT (14,53 %), et une majorité absolue dans le second collège (ingénieurs, cadres, techniciens) jusqu’en 1964 (54,54 % des suffrages exprimés) face à 45,45 % pour la CGC35.

  • 36 Les tâches du CE sont décrites par Jean-Marie Huret (Prêtre-ouvrier insoumis, Paris, Cerf, 1993), (...)
  • 37 Alliée à la CFDT, ralliant FO et la CGC.

26Mazeline est le lieu de grandes grèves (1953-1955) et de l’apprentissage de la maîtrise des conflits sociaux par les secrétaires des syndicats d’entreprise, les délégués du personnel et le comité d’entreprise36 qui prennent en charge les activités sociales et l’action culturelle, interviennent sur les problèmes économiques, y compris l’organisation du travail (commission de la production). Les luttes de 1965-1966 ont été tout à fait exemplaires de la gestion d’une situation de crise par une section syndicale d’entreprise37 soutenue par les dirigeants locaux (UL/UD) du syndicat CGT de la métallurgie (Eudier, Isaac) et par la nouvelle municipalité d’union de la gauche, dirigée par Cance et Duroméa.

  • 38 Le livre blanc et le Ve plan prévoient des fermetures de sites et de chantiers, une concentration (...)
  • 39 Voir ci-dessus, place Thiers, la photographie de la manifestation de 2 000 métallos contre les lic (...)
  • 40 Pendant une durée de douze à vingt mois 90 % du montant du salaire est versé, sur la base de 40 he (...)
  • 41 Devant l’hôtel de ville sont présents les élus syndicaux (B. Isaac J.-M. Huret, A. Perrot) et les (...)

27La crise de la construction navale, analysée dans le livre blanc publié en 1959 et programmée dans le Ve plan, se traduit dans un premier temps, le 22 septembre 1965, par une réduction du temps de travail de 48 heures à 45 heures et 225 licenciements38. La réaction est immédiate et modulée : une grève, le 23 septembre, des manifestations, intersyndicale39 et familiale, jusqu’à l’hôtel de ville, une entrevue, sans résultat, avec le secrétaire d’État à la Marine marchande, Jean Morin. La semaine suivante, une grève générale de la métallurgie havraise déclenchée le 28 septembre et une question écrite du député-maire René Cance n’empêchent pas l’arrivée, le 8 octobre, de 202 lettres de licenciement, ce qu’Albert Perrot, secrétaire du syndicat CGT, appelle « la grande déchirure ». Une réunion, organisée place Thiers, fait un bilan en demi-teinte : 23 « épargnés » sur 225 licenciements annoncés (pour un effectif de 1150 salariés), une préretraite pour 52 salariés âgés de plus de 60 ans, une garantie de ressources pour les 45 à 60 ans40. La grève générale de la métallurgie, le 14 octobre, ne fait que manifester une solidarité, élargie à la FEN, arc-boutée sur la municipalité dirigée par René Cance41 et l’espoir d’une victoire de François Mitterrand à la prochaine élection présidentielle.

Illustration 51 – Photographie de manifestation contre les licenciements annoncés à l’usine Mazeline (1965, place Thiers)

Illustration 52 – Photographie d’un rassemblement intersyndical devant l’hôtel de ville, en présence d’élus communistes et PSU (1966)

  • 42 « Ce qui est maintenant en question est l’outil de travail, Graville, Mazeline et La Seyne étant m (...)
  • 43 De fait, ayant obtenu un maximum de soutiens, y compris d’autorités morales, catholiques, protesta (...)
  • 44 Sur les quatre thèmes suivants : aucun licenciement, que les chantiers continuent d’exister et de (...)

28Le mouvement est relancé par l’annonce de la mise en vente des chantiers de Graville42 et amène une nouvelle grève de protestation, le 17 décembre 1965, et une manifestation dans le quartier des Neiges, le 14 janvier 1966. Un comité de défense de l’emploi aux chantiers de Graville, puis aux Forges et chantiers de la Méditerranée, est créé. Il comprend non seulement quatre organisations syndicales (CGT, CFDT, FO et CGT) mais aussi Tourisme et travail, les foyers de jeunes, le PCF, la SFIO, le PSU et des associations d’éducation populaire, la FHOL, les auberges de jeunesse… au total et à terme 43 organisations. De nouveau sont organisés un meeting le 28 janvier, une grève générale des métallos, le 3 février, une grève des FCM, le 7 février, et un meeting au Rond-Point le 8. Le conflit prend alors un tour dramatique avec la démission du PDG et la nomination d’un administrateur provisoire. Les syndicats, constatant une situation d’impasse, localement parlant43, décident d’organiser, le 8 février, une « marche sur Rouen » (avec 20 cars), une manifestation de rue, une délégation à la préfecture44 et au retour un rassemblement dans le grand hall de la mairie (avec Daniel Colliard, adjoint communiste).

  • 45 Le 12 février 1966, un rassemblement intersyndical (CGT, CFDT, FO, CGC) a lieu devant l’hôtel de v (...)
  • 46 Le 20 février, une délégation composée d’A. Duroméa (PC), M. Dubosc (président du conseil général) (...)
  • 47 De 3 milliards, d’après Edgar Pisani, ministre de l’Équipement.
  • 48 Elle rappelle la part prise par « la population, les syndicats, les élus ».

29Le 9 février, c’est de nouveau la grève générale de la métallurgie, puis une délégation est reçue par le secrétaire d’État aux Transports, André Bettencourt (élu local, ancien député). Le conseil des ministres donne une bouffée d’oxygène aux chantiers navals, c’est une demi-victoire qui ne fait pas renoncer à la mobilisation syndicale et politique : une séance extraordinaire du conseil municipal est organisée, le 10 février, une journée d’action, avec manifestation devant la Bourse du travail, a lieu le 17 (en présence de 5000 personnes), des défilés motorisés (200 voitures, le vendredi 18 février, d’après Le Havre libre), des rassemblements hebdomadaires sont programmés, le samedi, sur l’esplanade de l’hôtel de ville45, au Rond-Point46. Un télégramme de René Cance est adressé au ministre de l’Économie et des Finances, Michel Debré, enfin une opération « ville morte » est lancée, le 22 février, avec une marche silencieuse brutalement déchirée par les sirènes de bateau, de pompiers, les sonneries des églises. L’ensemble de ces manifestations débouche, le 24 février, sur la nouvelle qu’une aide financière47 est accordée, qui doit permettre la « réanimation de la société ». Cette solution est saluée par la municipalité qui exprime « sa satisfaction »48 et par les syndicats qui organisent un « défilé de la victoire », le samedi 26 février, précédé par une fanfare bretonne.

  • 49 En relation avec l’accord revendicatif national CGT – CFDT du 10 janvier 1966 et la grève national (...)

30Le mouvement n’est cependant pas encore terminé, il prend même une tournure plus offensive49, avec la demande de création d’emplois nouveaux, à l’usage des femmes et des jeunes, d’augmentation des investissements sociaux et productifs, de négociations sur la réduction du temps de travail et l’avancement de l’âge de la retraite. Des délégations, des pétitions sont organisées, « Le problème des Forges et chantiers est devenu l’affaire du département », titre Le Havre libre du 27 avril 1966, mais de nouveau, c’est l’alerte, le 3 juin, après le rachat de Mazeline et de « nouvelles menaces sur l’outil de travail, l’emploi, les salaires, les statuts ». Les nouveaux propriétaires sont deux sociétés, l’une américaine, Dresser, l’autre du nord de la France, Dujardin.

  • 50 La rencontre non programmée a lieu sur le terrain de l’aérodrome d’Octeville, à sa descente d’avio (...)
  • 51 Le 17 juin, 160 licenciements sont annoncés dans Le Havre libre, le 24, 144 (chiffre officiel).

31Immédiatement une manifestation au Rond-Point et une grève des métallos (le 9 juin) sont organisées, une rencontre est provoquée avec le ministre de l’Équipement, Edgar Pisani50. Constatant qu’il est de nouveau question de licenciements (12 ingénieurs et cadres, 46 mensuels et 86 horaires, soit 144 salariés51), les syndicats des FCM considèrent que « la population menacée est maintenant en état de légitime défense », d’où de nouvelles manifestations, des délégations à la mairie, chez le docteur Georges, député UDR de la 6e circonscription, auprès du sous-préfet et du préfet, le 18 juin.

  • 52 La manifestation précède une réunion à la préfecture, prévue le 29 juin 1966.
  • 53 Le simulacre est organisé par les ouvriers avec un repas d’adieu.

32La dernière semaine de juin est caractérisée par une série d’actions spectaculaires : occupation du car-ferry Estérel, manifestation au passage du Tour de France et à l’arrivée du paquebot France, le 2852, ainsi qu’une dernière grande opération « Le Havre défend l’emploi », le 24 juin du Rond-Point à la place Thiers, et une ultime grève, le 1er juillet, pour protester contre le renvoi de sept délégués du personnel. Ce baroud d’honneur n’empêche pas la division des chantiers (Graville est racheté par les ACH, Mazeline devenant Dresser-Dujardin), la fermeture de la fonderie enterrée avec les honneurs53 par l’ensemble du personnel et 144 licenciements (dont 96 à Graville).

  • 54 Les cadres locaux sont, au niveau de l’entreprise, d’anciens prêtres-ouvriers, J.-M. Huret, A. Per (...)
  • 55 Le mot hégémonie doit être entendu au sens d’une fédération de structures acceptant de s’allier po (...)
  • 56 L’entreprise peut être dite doublement locale, par son histoire et son développement comme par son (...)

33Ce mouvement de près d’une année a donc renforcé, dans une action de longue durée, l’union politique et syndicale, contractée sur des objectifs limités (candidature unique de Mitterrand, accord revendicatif national CGT – CFDT). Il a aussi fait la démonstration de la capacité de mobilisation de la CGT, dirigeant la grève, à partir de ses cadres locaux54, et de la multiplicité de ses formes d’intervention, maintenant une forte pression sur les pouvoirs publics. De telles actions ont enfin participé de la mise en place d’une tentative d’hégémonie55 du parti communiste, dans la mesure où la municipalité, pratiquant une solidarité sans faille à l’égard du mouvement, apparaît comme seule capable, sur un objectif de défense d’une entreprise locale56, de fédérer des organisations politiques (PC, SFIO, PSU, Citoyens 60, Vie nouvelle), culturelles et familiales de toutes appartenances… La grève de chez Mazeline allait enfin laisser des traces dans la mémoire collective, la métallurgie havraise étant le secteur le plus combatif en mai-juin 1968.

  • 57 La bataille du France a été couverte par la presse locale et nationale, de façon exceptionnelle, a (...)

34La grande grève de 1965-1966 s’était soldée par une demi-victoire, la bataille du paquebot France, pour un enjeu économique et plus encore symbolique57, allait se révéler un échec dramatique.

Illustration 53 – Photographie du France, objet de manifestations, quai Johannes-Couvert

Illustration 54 – Photographie de Pierre Le Gall : « Hommage au France »

La bataille perdue du France (1974)

  • 58 Les syndicats rappellent que « le paquebot de croisière peut être une unité très rentable » (Le Ha (...)
  • 59 Le comité se réunit le vendredi 19 juillet à l’hôtel de ville.

35Plusieurs éléments entrent en ligne de compte dans l’arrêt de l’exploitation du navire : la détérioration de la conjoncture économique et le premier choc pétrolier, le désengagement de l’État confronté à la concurrence de nouveaux moyens de transport, et les conditions de gestion du conflit. Les bruits concernant le désarmement du France commencent à courir début 197458, l’annonce officielle en est faite le 8 juillet (la date prévue est le 25 octobre). Des réactions négatives s’expriment immédiatement de la part des syndicats, CGT et CFDT, du député-maire du Havre, André Duroméa, et de l’ancien commandant du paquebot, de la section locale du PCF et des groupes communiste, socialiste et radical de gauche à l’Assemblée nationale. D’emblée le conflit est pris en main par les confédérations syndicales, à commencer par la direction de la CGT : une conférence de presse d’Henri Krasucki et d’Augustin Gruenais, secrétaire de la Fédération des marins CGT, a lieu le 19 juillet, à Franklin. Des meetings sont organisés quai Johannès-Couvert. La municipalité intervient par la création d’un comité de défense59, composé de représentants de tous les partis signataires du programme commun de gouvernement, plus le PSU. La riposte s’organise sous forme de retards à l’appareillage, de réunions à la Bourse du travail et de meetings sur le quai.

  • 60 Le Havre libre, 25 et 27 juillet 1974.
  • 61 Le siège du syndicat est dans la rue qui porte le nom de celui qui fut l’un de ses anciens secréta (...)

36Elle s’amplifie avec la multiplication des questions au gouvernement venant du sénateur communiste Jacques Eberhard, maire de Gonfreville-l’Orcher, et du député-maire du Havre. Les lettres envoyées au secrétaire d’État aux Transports Marcel Cavaillé et au président de la République Valéry Giscard d’Estaing60, relayant les délégations à la sous-préfecture et à la préfecture, une émission spéciale de la télévision est programmée le 7 août. Les marins CGT (dirigés par Cozic) et les agents du service général à bord, ayant à leur tête René Perrot et Dumont, se réunissent au siège du syndicat, dans le quartier de l’Eure, rue Pierre-Guinard61.

  • 62 Le député-maire rappelle qu’en quinze ans « le tiers de la flotte française a disparu » et qu’il y (...)

37Un comité de coordination CGT – CFDT est créé à bord, en relation avec le comité de soutien du paquebot France, se réunissant, chaque vendredi, à l’hôtel de ville, sous la direction de Robert Joly adjoint MRG (ayant ultérieurement, en 1979, rejoint le PCF). Des pétitions sont signées par 5000, 10 000 personnes et une première proposition de règlement pacifique est faite à Michel Durafour, ministre du Travail, celle de maintenir le paquebot en exploitation jusqu’à son remplacement par une unité de croisière, interpellation relayée par la section du PS, demandant un « plan de relance de la marine marchande » (le 20 août), et le député-maire62.

  • 63 Le Havre libre, samedi 31 août.

38Un cortège motorisé d’une centaine de véhicules parcourt les rues de la ville63, les quartiers ouvriers du plateau et de la périphérie (Aplemont, Caucriauville, l’Eure, les Neiges).

  • 64 Une motion d’urgence est votée par le conseil général, à la demande d’André Duroméa.
  • 65 « La marine marchande coule », article en première page du Monde, 11 août 1994.

39Le comité de défense, composé de la direction municipale et de représentants des partis et syndicats, alliés dans l’union de la gauche, demande à être reçu par le président de la République (par son chef de cabinet, le 2 septembre). En fait le désarmement est confirmé par le secrétaire d’État, assorti d’un plan dit de « relance de la marine marchande et de reclassement du personnel licencié » (le 5 septembre). L’occupation est décidée le 6 et une grève générale de la marine marchande organisée, le député-maire y ajoute une nouvelle question orale et le PSU, une analyse « des erreurs de la gestion capitaliste ». Une grande réunion se tient à Franklin, le 10 septembre, en présence de représentants de 31 organisations ; les protestations, meetings, motions64 se succèdent jusqu’à ce que le 11 septembre, l’intersyndicale CGT – CFDT décide d’immobiliser le France dans le chenal d’accès au port, le rendant inaccessible aux grosses unités. Les passagers sont débarqués le 13 septembre et le bateau est occupé. Il s’agit, en droit maritime, d’une mutinerie, les marins sont des « insurgés », non des révoltés contre le commandant du navire, plutôt engagés contre l’État (le président Giscard d’Estaing, le gouvernement de J. Chirac) et l’armateur, l’ex-Compagnie générale transatlantique, qui a décidé, « pour des raisons financières, d’arrêter l’exploitation du plus grand paquebot de ligne » de la France65. Une nouvelle grève de solidarité est organisée par les confédérations syndicales, les 16 et 17 septembre, et à bord, comme dans les usines occupées, un comité de coordination, dirigé par Marcel Raulin, prend en charge l’organisation du travail et des loisirs.

  • 66 Par contre, ce même dimanche, 22 septembre, le vicaire de la paroisse Saint-Paul d’Aplemont est re (...)
  • 67 Le Havre libre, 27 septembre 1974.

40La manifestation de 32 organisations (partis, syndicats, mouvements de jeunesse, commerçants et artisans), la présentation de 40 000 signatures sont sans effet. Le maire du Havre, le responsable du comité de défense ne peuvent monter à bord, le 15 septembre ; par contre 1800 tonnes de fuel et 5 tonnes de vivres sont livrés. Le conflit prend une tournure de plus en plus ouvertement politique (par l’appel de Roland Leroy à la réunion des élus du département, la délégation de 9 parlementaires communistes, dont Jacques Duclos et Robert Ballanger, reçue le 22 septembre)66. Le paquebot, sous l’autorité technique de son commandant, doit s’éloigner du Havre, pour se mettre à l’abri des tempêtes et il gagne Saint-Vaast-la-Hougue (Basse-Normandie), le 24 septembre. Les marins sont alors à la croisée de chemins, confrontés à l’ultimatum de la Transat et à l’évolution du rapport des forces : sur 935 hommes et femmes embarqués, 200 sont partis, pour des raisons médicales, professionnelles, familiales. Une consultation est donc organisée, et 576 des 703 votants67 se prononcent pour le retour au Havre, mais sans « se rendre pieds et poings liés », après le double refus de se rendre à Brest et d’évacuer le navire à l’arrivée au Havre. Au terme de 19 jours d’occupation, le conflit est dans l’impasse, il reste 711 personnes à bord, mais les responsables (gouvernement et entreprise d’économie mixte) semblent vouloir le pourrissement (pas d’inscription du problème à l’ordre du jour du Conseil supérieur de la marine marchande et refus de réapprovisionner le bâtiment en fuel). Les départs augmentent, 71 le 2 octobre, il ne reste plus alors que 596 irréductibles. La décision est donc prise, de conserve avec le commandement, de ramener le navire à son poste du quai Johannès-Couvert, mais « pas à la manière des bourgeois de Calais ».

41Le retour au Havre, le 9 octobre, est l’occasion d’une série d’hommages publics avec les discours d’André Duroméa, des représentants de la CGT et de la CFDT, le télégramme de Roland Leroy se déclarant « totalement solidaire ». Une réception est organisée à la mairie, le dimanche 13 octobre, en l’honneur des marins et de leurs familles : l’évacuation est ordonnée, 121 marins restant à bord pour des raisons de sécurité. Les retombées du mouvement sont difficiles à gérer, une assemblée générale, qualifiée par la presse locale de « houleuse », a lieu le 11 octobre, le commandant est rappelé par la direction générale du quartier des affaires maritimes, 500 marins se divisent quant aux formes de continuation de l’action. L’unité syndicale vole en éclats, le comité de coordination devient comité syndical à bord. Doit-on occuper en permanence ou ne maintenir que trois équipes pour assurer la sécurité ?

  • 68 Les dernières propositions de la CGT étaient, soit d’exploiter le paquebot pour la croisière, soit (...)

42La CGT, en la personne de son secrétaire national, Augustin Gruenais, et de son secrétaire fédéral, François Lagain, deux marins communistes originaires du Havre, a choisi de continuer la grève (et non l’occupation) à terre. Après quelques opérations de retardement (les grévistes et les marins des remorqueurs refusent de déhaler le navire pour l’acheminer dans le canal central maritime, au « quai de l’oubli »), des actions symboliques comme l’occupation du siège de la compagnie le 18 octobre ou le blocage du Pont des transatlantiques n’empêchent pas que le 30 octobre (soit avec seulement cinq jours de retard sur les prévisions gouvernementales) le paquebot soit désarmé. Les dernières propositions68 de la CGT ont été repoussées, les dernières assemblées générales se tiennent en l’absence de la CFDT, il n’y a plus que 200 personnes pour assister, le 7 novembre, au compte-rendu de l’entretien entre Augustin Gruenais et Jacques Chirac.

  • 69 Les élus communistes continuent cependant à poser des questions aux ministres des Transports et du (...)
  • 70 Le Havre libre, 10 août 1979 : une délégation composée de représentants du PC et de la CGT demande (...)

43Les ultimes réunions des 28 novembre et 8 décembre mettent un terme à une grève de 83 jours, le bateau est déhalé le 19 décembre. Oublié69 pendant près de quatre ans et demi, le navire est ensuite revendu à un armateur saoudien (20 octobre 1977) puis norvégien (29 juin 1979) et réparé par les chantiers navals de Brême (RFA), malgré les délégations, manifestation, occupation70 et le refus des Abeilles du Havre de le remorquer.

  • 71 Dans un article du 11 août 1994, Le Monde rappelle : « Le France continue de naviguer sur d’autres (...)

44Enfin le 18 août 1979, escorté par deux remorqueurs, venus de l’extérieur, néerlandais, en présence de milliers de Havrais, dont certains pleurent la « deuxième mort du France », le paquebot part définitivement pour Bremerhaven et une nouvelle aventure de paquebot de croisière71. Les seules compensations obtenues par le port du Havre seront le développement du trafic trans-Manche, l’augmentation du fret par conteneurs et vraquiers et la promesse de construction d’un dock flottant pour la réparation navale (dont la mise en service est prévue pour 1981).

45La bataille du France a donc été perdue et l’on peut mesurer l’évolution de la conjoncture sociale, depuis la grande grève de Mazeline – Forges et chantiers de la Méditerranée en 1965-1966. La détérioration de la conjoncture économique et financière apparaît bien comme un facteur aggravant et qui empêche la recherche de toute solution, y compris industrielle, dans le cadre national. Le transfert des responsabilités à l’échelon politique central, tant du côté de l’entreprise (la Compagnie générale transatlantique devenue la Compagnie générale maritime) et du gouvernement (Giscard d’Estaing et Chirac) qui maintient une position intransigeante pendant près de trois mois, que du côté des confédérations syndicales qui recherchent des négociations directes au plus haut niveau, a donné à ce conflit le caractère d’une bataille frontale déterminée par un rapport des forces politiques. Enfin la volonté des partis, signataires du programme commun de gouvernement d’union de la gauche, de gérer politiquement les situations de crise, dans l’attente d’un retournement de conjoncture, opéré à la suite d’échéances électorales, a montré ses limites par une série d’échecs.

  • 72 Un article du Havre libre, daté du 9 juin 1978, parle de « débrayages » et de défilé dans les rues
  • 73 Un journaliste de L’Humanité ayant interrogé, en mars 1979, le secrétaire de la section communiste (...)
  • 74 Des responsables et militants, de la CGT et du PCF, signent alors la pétition publiée par Le Monde(...)
  • 75 Le Havre libre, 21 juillet 1978.

46Les grèves ultérieures, dans un contexte de crise généralisée, avec des risques de licenciements, de fermetures et de restructurations d’entreprises (Luterma en mai 1978, Manolène et Caillard en 1981), seront des mouvements isolés, sectoriels, divisés. Ainsi le conflit d’une fraction des OS de l’usine Renault, à Sandouville, est-il engagé, en juin 197872, sous la forme d’une « grève de 24 heures reconductible », il reste minoritaire et voit s’affronter ingénieurs, cadres, techniciens et maîtrise d’une part, ouvriers à la chaîne, d’origine rurale, tentés par l’absentéisme et/ou la révolte d’autre part, militants politiques et/ou syndicaux, gauchistes et communistes73. Faute d’élargissement, mal dirigé, en phase avec la déception postérieure à l’échec politique de mars 197874, le mouvement échoue et entraîne le licenciement de 7 militants ainsi que 12 mises à pied75, il ne reprendra sous une autre forme, celle d’un exceptionnel conseil d’atelier, qu’en septembre 1981. Les grands mouvements sociaux sont donc bien terminés, avec la bataille perdue du France, en 1974.

Deux temps de crise politique

Le mouvement de mai-juin 1968

  • 76 Chantiers Augustin-Normand, Forges et chantiers de la Méditerranée, Multiplex.

471968 est un mouvement social, en relation avec des crises sectorielles, la crise des industries traditionnelles – construction et réparation navales, bois, bâtiment76 – et celle des mouvements de jeunesse : MJC, foyers de jeunes, JC. Dans une ville comme Le Havre, 1968 intervient à la fin d’un cycle de croissance des effectifs ouvriers et de différenciation interne à la classe ouvrière, dans une phase de défense de l’emploi et de la protection sociale. Les organisations de jeunesse, par contre, en l’absence de grands établissements universitaires, sont travaillées par des aspirations nouvelles à l’autonomie, à l’expression culturelle d’une « classe » d’âge, à des solidarités tiers-mondistes (comités d’action lycéens).

48La conjoncture politique est dominée, à gauche, par l’alliance électorale constituée par le PCF, la SFIO puis la FGDS et le PSU, à partir des élections municipales et présidentielle de 1965. Une majorité de gauche s’est alors traduite par la victoire aux municipales de la liste dirigée par le communiste René Cance et des progrès électoraux, dans toutes les circonscriptions, aux élections législatives et cantonales de 1967. Ainsi, pour la première fois, le communiste Louis Eudier a-t-il été élu au premier tour dans le 4e canton.

49Ce qui fait cependant la rupture de mai-juin 1968, c’est que le discours de « ressentiment social », propre à des fractions organisées de la classe ouvrière et des classes moyennes, confrontées à des problèmes d’emploi, de logement et de niveau de vie, est redoublé par le discours de négation des « logiques capitalistes de croissance » venant d’étudiants, d’intellectuels, salariés ou non, et de nouveaux professionnels de la culture. Donc l’aspiration à un « rattrapage social » caractéristique de l’avant-1968 se trouve amalgamé au désir de « changement social » d’éléments appartenant à ce que des sociologues appellent « la nouvelle classe ouvrière » ou « la nouvelle petite bourgeoisie ». Le renouvellement des analyses, celles de la section économique du comité central du PCF ou celles de la gauche « moderne », les débats idéologiques et culturels du comité central d’Argenteuil participent de la prise de conscience des anciens et nouveaux acteurs sociaux et culturels (cercle Henri-Wallon, Citoyens 60, Économie et humanisme, association Maison de la culture). La stratégie d’union de la gauche, fonctionnant, alternativement, avec l’objectif communiste d’un programme commun de gouvernement et avec le projet socialiste d’une candidature unique à l’élection présidentielle, est entravée par la multiplication des références politiques : modèle et anti-modèle soviétique, modèles et anti-modèles des social-démocraties de l’Europe du Nord, révolutions du tiers-monde… Autant d’éléments qui font obstacle à une hégémonie communiste sur le mouvement social, même si depuis le début des année soixante, il tend à fédérer partis, syndicats et associations.

  • 77 Voir la chronologie et les analyses élaborées par Serge Reneau dans sa thèse Politiques et pratiqu (...)

50Le déclenchement de la crise sociale est donc doublement extérieur au PC et à la CGT, d’une part parce qu’il est étudiant et parisien, plus encore parce que la déclaration de « grève générale illimitée » est le fait d’entreprises à faible tradition de luttes, de création récente et composées d’éléments jeunes et déqualifiés, comme l’usine Renault de Sandouville, ou d’établissements à caractère d’institutions culturelles recrutant dans les classes moyennes diplômées, comme les lycées ou la maison de la culture77. Pour autant, ni le PC ni la CGT ne jouent le rôle de frein ou d’obstacle, la CGT aide au contraire à l’extension du mouvement social et s’en révèle l’agent organisateur dans les usines occupées, en collaboration avec la MCH, du fait de l’existence de la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail, et le parti communiste cherche à encadrer le mécontentement, dans la forme politique de l’union des gauches (un « appel à l’union » est voté en conseil municipal le 20 mai).

51Une dernière originalité est que se développe, chez un certain nombre de travailleurs intellectuels (professeurs, animateurs, étudiants), une idéologie que l’on pourrait qualifier d’« ouvriériste », conscience faussée ( ?) d’une prolétarisation réelle ou anticipée ( ?) ou mauvaise conscience d’un statut de (relatifs) privilégiés, amenant les uns et les autres à se déclarer « issus du peuple » ou « au service du peuple » et déterminant la recherche de formes nouvelles de collaboration.

52Mai 1968 a au Havre tous les caractères d’une explosion spontanée liée à un mécontentement social accumulé et à l’espoir d’un changement politique dont les formes et le contenu restent à définir. La traditionnelle manifestation du 1er Mai n’a rassemblé, en un parcours limité de la Bourse du travail à l’hôtel de ville gagné par la coalition PC, PSU et ex-SFIO, que des manifestants répondant à l’appel des seuls syndicats CGT/FEN. Il faut le mot d’ordre de grève générale, lancé pour le lundi 13 mai par les directions nationales, pour que les UL CGT – CFDT et la FEN organisent une manifestation, ralliée par les étudiants de l’IUT et de l’ETOM, le PSU et le conseil laïque des parents d’élèves. Se mobilisent alors environ 10 000 personnes du Rond-Point à la place Thiers, selon un axe de jonction entre les deux centres urbains, avec un aboutissement quai Georges-V, au siège de la chambre de commerce et d’industrie.

  • 78 La grève a débuté le 14 mai à Sud-Aviation, à Nantes. Voir Le Havre libre, 18-19 mai 1968, en anne (...)
  • 79 Voir la photographie d’une manifestation rassemblant, devant l’hôtel de ville, des organisations s (...)
  • 80 Le Havre libre, 27 mai 1968 : « Au Havre, la grève est quasi générale. »

53C’est l’usine Renault qui, sur la lancée d’un mouvement parti de la construction aéronautique, et de la région de Nantes, continué par la construction automobile et la région de Rouen (Renault-Cléon), se déclare la première en grève le jeudi 16 mai78, avec occupation de l’usine, immédiatement suivie par la maison de la culture, en situation de « grève illimitée ». Le 17 mai, les représentants du PC et de la FGDS se rencontrent au niveau départemental, preuve de la volonté politique du PCF de créer les conditions de formation d’un « gouvernement populaire d’union démocratique » ? à direction communiste ? ou moyen de pression exercé par le PC, relayé par une base unitaire, pour faire prévaloir une « solution à gauche »79, en l’absence d’une véritable alliance politique ? La grève s’élargit à une dizaine d’entreprises et 12 000 grévistes sont recensés, le lundi 20 mai. Les sections du PCF et la municipalité d’union relaient le mot d’ordre de « gouvernement populaire et d’union démocratique », c’est-à-dire à l’image de la direction de la ville, un gouvernement représentatif des partis de gauche, soutenu par les syndicats ouvriers et enseignants et les associations laïques, soit le PC et ses alliés : PSU – FGDS, CGT – CFDT et FEN, mais pas la CGC (à l’exception du syndicat des officiers de la marine marchande) ni FO qui refuse de participer au grand meeting politique du 22 mai, à Franklin. L’on peut donc constater qu’à son niveau la municipalité d’union de la gauche n’arrive pas à rassembler, au-delà de soutiens antérieurement acquis. Une dernière pression symbolique est exercée par une manifestation d’environ 20 000 personnes, rassemblées place de l’Hôtel-de-Ville, le jeudi 23 mai, qui débouche sur une position de repli tactique, la demande officielle d’une négociation avec le patronat, sur la base des accords CGT – CFDT de 1966. La relance du mouvement social, après le refus des accords de Grenelle, le 27 mai80, amène à une nouvelle concentration de 30 000 personnes, place de l’Hôtel-de-Ville, mais la grève a cessé de progresser et la solution politique prônée par le PCF a fait long feu. Une contre-manifestation des CDR (comités de défense de la République) s’organise, le vendredi 31 mai, du Rond-Point, lieu de ralliement des manifestations populaires, au monument aux morts de la place Gambetta. Un rassemblement de 15 000 grévistes a lieu devant la mairie mais la reprise s’amorce dans les grands magasins, le lundi 3 juin, alors que pour la première fois dans l’histoire du « peuple du Havre », une manifestation déborde vers « les beaux quartiers », avenue Foch, boulevard François-1er, quai de Southampton et rue de Paris.

Illustration 55 – Photographie d’une manifestation rassemblant, devant l’hôtel de ville, organisations syndicales et lycéennes (1968)

  • 81 Le Havre libre, 7 juin 1968 : « La métallurgie, dernier point dur » (les deux tiers des entreprise (...)
  • 82 Le 7 juin 1968, 254 enseignants votent pour la continuation de la grève et 62 contre.
  • 83 Le Havre libre, 13 juin 1968 : la MCH a réalisé 250 animations culturelles dans 43 lieux, avec Tou (...)

54Le conseil municipal organise la solidarité financière avec les grévistes sous la forme d’une aide exceptionnelle votée, le 20 mai, aux familles, « touchées par la grève », et aux « syndicats en lutte ». Il n’empêche que le mouvement est en voie de régression dans les nouvelles usines de la zone industrielle, la fonction et les services publics et même chez les dockers. Ne reste bientôt plus, le lundi 10 juin, qu’un carré d’irréductibles : la métallurgie81 et tout particulièrement le comité de grève de chez Renault, le bureau du SNES et l’enseignement secondaire82, et la maison de la culture83. Ce sont les ouvriers de l’automobile qui se résigneront les derniers, le 18 juin, après un dernier hommage au(x) mort(s) de chez Peugeot, le nom de Pierre Beylot ayant été donné à la salle du comité d’entreprise, le 11 juin (et à la cellule d’entreprise « Charles » dans l’industrie du bois).

  • 84 Le PC déclarait le 13 juin 1968 : « Nous allons aux élections, avec confiance, contre les trusts e (...)

55Enfin le premier tour des élections législatives du 23 juin 1968 démontre qu’avec le même pourcentage d’abstentions (18,4 %) qu’en 1967, dans la 6e circonscription, tous les candidats de gauche régressent, mais particulièrement le candidat communiste, Jacques Eberhard, qui perd 2887 voix, soit 14,6 % des suffrages obtenus en 1967, puis le candidat PSU, Louis Pointier, qui perd 324 voix et 8,2 %, et enfin le candidat de la Convention des institutions républicaines, qui perd 224 voix et 4,6 %, par contre le député sortant, candidat UD Ve, est réélu dès le premier tour. Dans la 7e dont le député sortant est André Duroméa, le candidat communiste n’est réélu qu’au second tour et est confronté à l’augmentation du pourcentage des abstentions, de 16,92 % à 18,28 % (plus 1,36 %) et à la perte de 2892 voix (moins 5,9 % des suffrages exprimés), de même le candidat FGDS perd 1662 voix et passe de 10,5 % à 7,32 % des suffrages exprimés. Le parti communiste84 est donc immédiatement sanctionné, mais le rattrapage électoral s’opère dès la présidentielle de 1969 et les cantonales de 1970 ; André Duroméa est alors réélu conseiller général du 3e canton, au premier tour, avec une augmentation de la proportion des suffrages exprimés ; l’année suivante aux municipales la liste d’union (PC, PS, CIR et ex-PSU) fait mieux que la liste de René Cance en 1965.

56L’on peut aussi analyser le mouvement de mai-juin 1968 à partir de l’exemple contradictoire de deux usines de la métallurgie, l’une que l’on peut caractériser comme « forteresse ouvrière », celle des Forges et chantiers de la Méditerranée, ancienne usine Mazeline, datant de 1856 et implantée en zone urbaine, dans les quartiers sud, l’autre créée de toutes pièces, dans la plaine alluviale, en 1965, l’usine Renault de Sandouville, autant dire deux entreprises n’ayant ni les mêmes caractéristiques ni les mêmes traditions de lutte et d’organisation. Chez Mazeline, la CGT dispose de deux points d’appui : le syndicat CGT et son engagement sans faille dans des luttes de masse en 1953 et 1955, et plus encore dans la grande grève de 1965-1966, ayant à sa tête Albert Perrot, et le comité d’entreprise, élu par l’ensemble du personnel mais entièrement dominé par les délégués CGT, et dirigé par Jean-Marie Huret, prêtre-ouvrier. À l’inverse, chez Renault, la section CGT est en gestation (de même que la cellule du PC) : elle a été créée, à l’initiative d’un permanent de l’UL, par un ancien ouvrier nouvellement embauché, elle en est encore à chercher comment organiser des isolés.

57Mai 68 intervient chez Mazeline sur un vieux fond de crise, liée aux licenciements de 1966, mais la CGT s’est renforcée du fait de la lutte qui a empêché la fermeture de l’entreprise ; par contre chez Renault, l’usine est en phase de démarrage, l’embauche fait affluer des ouvriers de toutes origines (paysans, immigrés, intérimaires, femmes) et de tous niveaux de conscience, mais, dans l’ensemble, plutôt jeunes et inexpérimentés.

  • 85 A. Perrot, Laisse-moi te dire… Mazeline, op. cit.

58Albert Perrot, secrétaire du syndicat CGT, a laissé un livre de témoignage85 ; il date du jeudi 16 mai le début du mouvement de grève avec occupation, d’abord à l’usine Renault, puis aux FCM Dresser-Dujardin. Il révèle que le déclenchement est bien à l’initiative de militants CGT, un temps éloignés de l’entreprise par l’animation de stages d’éducation syndicale et de formation culturelle. Les responsables CGT proposent à la CFDT (qui accepte) et à la CGC (qui refuse) l’élaboration d’un cahier de revendications, un appel à cesser le travail et à voter sur le principe d’une grève avec occupation. Albert Perrot rappelle qu’après le départ des cadres, l’usine est fermée et l’ensemble des locaux occupés. L’organisation de la grève est prise en charge par un comité de grève, composé de dirigeants syndicaux CGT – CFDT et de grévistes syndiqués. Il organise non seulement le maintien en l’état de l’outil de travail mais aussi le ravitaillement, l’hébergement des 100 à 120 occupants, sur un effectif évalué à 514 salariés en 1966.

59Parallèlement, dans la logique des initiatives antérieures du comité d’entreprise en matière de développement culturel, le comité de grève organise des activités de détente, sports et culture, telles que la projection des films Le Sel de la terre, Alexandre Newski, des soirées, des spectacles animés par des acteurs, des chanteurs, des conteurs… Albert Perrot insiste sur le fait que, pour la première fois, se rencontrent des travailleurs restés étrangers, horaires et mensuels, ateliers et bureaux, ouvriers et ouvrières. Le comité de grève tient deux réunions par jour, avec un affichage des déclarations des organisations et des articles de presse. Des banderoles accrochées aux murs de l’entreprise doivent « extérioriser » les revendications : les 40 heures, la retraite à 60 ans, le droit à la culture pour tous, la gauche au pouvoir ; d’où la rencontre organisée entre des délégués CGT et CFDT et les représentants locaux de la gauche politique, PC, PSU, FGDS, avec pour objectif déclaré d’exprimer « la volonté d’union ». L’on remarque aussi une participation massive à toutes les manifestations publiques jusqu’au 1er juin, mais aussi des contacts directs, horizontaux avec l’usine voisine Allmer, entreprise à dominante de main-d’œuvre féminine et à « patron de combat », de même que des relations avec le quartier populaire environnant de l’Eure-Brindeau.

  • 86 A. Perrot a publié le procès-verbal de la réunion : ibid., p. 203-205.

60Le résultat des négociations tripartites de Grenelle, connu le 27 mai, est jugé négativement, mais bientôt une rencontre avec la direction est organisée dans une brasserie de la place de l’Hôtel-de-Ville, le lundi 3 juin, elle débouche sur une reprise du travail, deux jours plus tard, et des résultats non négligeables, tant au sujet des salaires que de la diminution du temps de travail, mais aussi du fait que la dotation patronale au comité d’entreprise double, et que les ouvriers des ateliers obtiennent la mensualisation de leur salaire86.

  • 87 Livre publié en 1984 aux éditions La Découverte.
  • 88 La section syndicale s’est transformée en syndicat d’entreprise (1969) avec quatre sections syndic (...)
  • 89 R. Passevant, Les communistes au quotidien, op. cit.

61Albert Perrot conclut sur trois conséquences positives : d’abord les syndicats obtiennent droit de cité dans l’entreprise, c’en est fini, ajoute-t-il, du « patronat de droit divin ». Il fait aussi référence à une idée « riche de sens et de valeur », l’autogestion ; mais l’on peut se poser la question du caractère rétrospectif de ce jugement, dans la mesure où l’autogestion n’était pas alors une revendication de la CGT, cette dernière, comme le parti communiste, préférait « la gestion démocratique ». Enfin il parle de la « révolution culturelle » déterminée par le mouvement de mai-juin 1968, « l’homme ne voulant plus être objet ou sujet, mais acteur de son destin ». L’analyse est claire, elle démontre que le processus de grève, occupation et manifestation, est tout entier maîtrisé par l’organisation syndicale. Le mouvement s’inscrit dans une continuité, celle des conflits sociaux menés en relation avec des partenaires syndicaux (CFDT) et des alliés politiques, comme en 1965-1966. Enfin la grève ne semble avoir aucune finalité révolutionnaire ni aucun caractère insurrectionnel. Rien n’est dit sur le mouvement étudiant, sur les classes moyennes, sur l’évolution de la conjoncture politique, rien non plus sur ce qui a pu être rêvé ou espéré… Par contre, chez Renault, le livre de Louis Géhin, secrétaire du comité d’entreprise, prêtre-ouvrier, responsable CGT, intitulé Des voitures et des hommes87 analyse, à partir du témoignage de Jean Hervieu, permanent CGT au comité d’entreprise, le « printemps chaud de 1968 », c’est-à-dire les causes d’une révolte spontanée de gens « qui en avaient assez », qui supportaient mal leurs nouvelles conditions de vie et de travail. Il note aussi que le comité de grève a été improvisé, avec la participation des représentants des deux seuls syndicats existant dans l’entreprise, la CGT, largement majoritaire (avec les trois quarts des suffrages exprimés aux élections de délégués du personnel dans le collège ouvrier), et la CFDT. Ce comité de grève a pris les choses en main, après une première nuit d’occupation qualifiée de « tragique », parce qu’incontrôlée, et donnant lieu à quelques dégâts matériels, puis l’usine s’est repliée sur elle-même, après que la direction et l’encadrement en avaient été exclus puis interdits d’entrée. La grève s’est structurée de façon autonome, sous forme d’assemblées générales délibératives, biquotidiennes, dirigées par le comité de grève, système d’autodéfense créé pour pallier « toute intervention extérieure ». Ravitaillement et couchage, loisirs et culture ont été organisés en relation avec la maison de la culture, Tourisme et travail et la FSGT, c’est-à-dire des associations relevant de la CGT et des institutions culturelles liées au mouvement ouvrier. Tout cet ensemble de mesures révèle à la fois un désir d’autonomie ouvrière, structurée par le syndicalisme CGT (de l’UL au syndicat des métaux, du comité d’entreprise au CCE de Billancourt) mais aussi de dignité humaine, au total une occupation de 32 jours et 32 nuits, du 16 mai au 17 juin, « un mois de vie commune fait de partages, de discussions, de décisions démocratiques, de loisirs », selon Louis Géhin. Cela explique que 1968 ait laissé des traces, et d’abord sous la forme d’une « naissance des syndicats à l’usine », pas tant la CGT88 et la CFDT, qui existaient déjà, mais se sont fortement développées, que FO et la CGC ; de même, progressivement, le PC s’est organisé jusqu’à regrouper 4 ou 5 cellules en 1975, 15 en 1977, une section de 17 cellules en 198489. Le mouvement de 1968 a aussi relancé l’activité du comité d’entreprise, devenu « le cerveau économique et social des travailleurs », mais plus encore la grève et l’occupation ont permis aux ouvriers de prendre conscience qu’ils étaient des « citoyens d’usine ».

  • 90 François Le Madec, L’Aubépine de mai. Chronique d’une usine occupée, Sud-Aviation, Nantes, CDMOT, (...)
  • 91 Voir Yannick Guin, La commune de Nantes, Paris, Maspero, 1969.
  • 92 Voir Antoine Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », L’Histoire, no 110, avril 1988.
  • 93 Jean-Marie Huret, dans Prêtre-ouvrier insoumis, op. cit., note : « La déception rentrée de la clas (...)

62Une dernière analyse provenant d’un autre témoignage écrit, celui de François Le Madec90, ouvrier à l’usine Sud-Aviation de Nantes, celle qui, le 14 mai 1968, joua le même rôle de détonateur que l’usine Bréguet au Havre, en mai 1936, montre que, par comparaison avec la Basse-Loire, les syndicats CFDT et FO/horaires du Havre ne sont pas pénétrés par des militants d’extrême gauche, anarchistes, trotskistes, qui tentent de donner une orientation révolutionnaire au mouvement. De même il apparaît que les seules références historiques citées par les militants CGT du Havre sont 1936 et 1944-1945, c’est-à-dire des conquêtes ouvrières liées à une conjoncture favorable au mouvement social et caractérisée par un soutien ou une participation communiste à des gouvernements à direction socialiste. Si référence à une conjoncture prérévolutionnaire il y a, elle est, dans tous les cas de figure, masquée, d’autant plus si, par hypothèse, le modèle reste celui de la révolution bolchevique. Par contre, à Nantes, la référence à la Commune de Paris est explicite91 et témoigne de la nostalgie d’un pouvoir ouvrier révolutionnaire qui ne serait pas dominé par les communistes. Très explicite est le fait que le comité central de grève de Nantes choisit de siéger à l’hôtel de ville du 23 mai au 10 juin92 et que l’on retrouve les vieilles querelles entre anarchistes et communistes, s’accusant mutuellement de faire échouer la révolution… Ce qui reste de l’ensemble de ces témoignages ouvriers, c’est la dénonciation de l’usine d’avant 1968, comme d’« une caserne, un couvent, une prison », où « celui qui doit obéir n’a pas besoin de parler ». Il y a là peut-être quelque chose qui a à voir avec le refus du communisme stalinien, de ses formes autoritaires, et l’aspiration à un socialisme démocratique « à visage humain »93.

La crise politique ouverte par la rupture de l’union de la gauche et les victoires électorales du parti socialiste (1978-1982)

  • 94 Le Havre libre, 19 et 20 janvier 1980, et 13 février 1980.
  • 95 À la fête de L’Humanité, à Montgeon, le dimanche 8 juin 1980, en présence de la direction fédérale (...)
  • 96 Ce que Marc Lazar et Stéphane Courtois appellent « le repli et l’humiliation » (1978-1984) : Histo (...)

63Le PCF entre, à partir de 1978-1979, dans une situation de crise politique, à la fois interne (constitution d’un collectif pour l’union dans les luttes et pétition de 450 signatures94, exclusion d’Henri Fizbin et de Rencontres communistes hebdo ou des refondateurs) et externe (pertes en sièges et en voix à toutes les élections). Quelles que soient l’analyse des responsabilités et les explications avancées par les directions nationale et locale95, les difficultés politiques sont liées dans le temps à la fin du projet de programme commun de gouvernement et à l’abandon de la stratégie d’union de la gauche (PCF, PS, et MRG). Il reste une alliance électorale qui fonctionne partiellement dans les élections à base territoriale (cantonales de 1979 et 1982) et à enjeux nationaux (législatives de 1978 et 1981). Les ambiguïtés de la campagne pour l’élection présidentielle de 1981, celle de Georges Marchais, lui-même candidat, qui déclare que « le désistement automatique est une chose périmée » dans Le Havre libre du 24 mars alors que dans un discours public, André Duroméa déclare, le 1er avril : « Il faudra que vous [les socialistes] acceptiez une nouvelle politique et des ministres communistes », manifestent la contradiction entre la tentation du repli96 (celle de la direction nationale) et la conscience politique d’un maire qui, élu à la tête d’une liste d’union, sait qu’il n’y a pas d’autre voie que l’alliance (électorale et politique) avec le PS pour continuer à diriger une grande ville et penser à gouverner le pays. Le seul changement ne peut être, dans un premier temps, que de faire évoluer le rapport de force entre les partis et donc la répartition des responsabilités.

  • 97 57,6 % contre 62,2 %, soit moins 4,6 %.

64Ainsi y a-t-il, en 1983, 34 candidats communistes, dans la liste de 59 noms, présentée pour les élections municipales, alors qu’ils étaient 28 sur 45 en 1959, soit pour la première fois une baisse, relative, de leur influence97 mais un nombre qui leur permet de préserver une majorité et la direction politiques.

  • 98 Le candidat communiste Daniel Colliard obtient, en 1973, au premier tour, 27,48 % des suffrages ex (...)

65Depuis les élections cantonales de 1979, le parti communiste régresse en suffrages obtenus, à la fois en chiffres absolus de voix et en pourcentage des suffrages exprimés. Il perd, en 1982, 2 sièges de conseillers généraux, gagnés en 1976, dans les 6e et 7e cantons, plus encore il doit constater, en 1981, la progression enrayée du candidat communiste dans la 6e circonscription98, et l’espoir de donner, au PC, un second député communiste se retourne au profit d’un adjoint socialiste. Très symptomatique est aussi le fait qu’à partir de 1979, des candidats communistes, qui, jusqu’à cette date, quelle que soit la consultation, arrivaient toujours en tête des candidats de gauche, peuvent maintenant être dépassés par des candidats socialistes : Jacqueline Rubé, dans le 2e canton, en 1979, Joseph Menga, dans la 6e circonscription, en 1981 (il est élu), Michel Lefort dans le 1er canton, Émile Delègue dans le 7e canton, Patrick Fouilland dans le 8e canton (il est élu) en 1982. De plus la qualité d’adjoints communistes n’empêche pas les défaites de Daniel Colliard, au premier tour des législatives de 1981 et au second tour des cantonales de 1982, de Maurice Schlewitz et de Daniel Paul, au premier tour des cantonales de 1982.

66Dans le même temps les bastions, c’est-à-dire les circonscriptions dans lesquelles les candidats communistes sont élus dès le premier tour, témoignent de la même évolution négative, caractérisée par deux faits : l’augmentation des abstentions et la diminution en pourcentage des suffrages exprimés. Dans la 7e circonscription, André Duroméa, député sortant, gagne 2 % des suffrages exprimés en 1978, par rapport à 1973, mais perd 0,58 % en 1981 ; la participation, en augmentation de 2,64 % de 1973 à 1978, diminue de 14,73 % entre 1978 et 1981. Dans le 3e canton, Maryvonne Rioual, élue avec 62,51 % des suffrages exprimés en 1976, perd 10,08 % en 1982 (52,43 %), la participation ayant diminué de 2,21 %. Par contre les outsiders socialistes gagnent en pourcentage des suffrages exprimés : Jacqueline Rubé, dans la 7e circonscription, obtient 7,66 % de plus que le pourcentage de voix obtenues par Delègue en 1978, et Masson obtient 6,65 % de plus, dans le 3e canton, par rapport aux 16,47 % de suffrages exprimés pour la candidature de Bertrand, en 1976.

  • 99 Les résultats des élections dans le 4e canton, « bastion » élisant Gérard Heuzé, permettent de vér (...)

67Le parti communiste est donc bien en perte de vitesse électorale, avant même les élections présidentielle et législatives de 1981, qui ne font qu’aggraver un processus entamé dès les élections législatives de 1978, dans les circonscriptions « ouvertes » (gagnables), comme la 6e circonscription, et retardé99 jusqu’aux élections législatives de 1981 et cantonales de 1982, dans les circonscriptions « fermées » (les bastions). Par contre le PS est le parti qui profite électoralement de la rupture de l’union de la gauche, avant d’obtenir ses premiers succès électoraux en 1981 et 1982 (1 député et 1 conseiller général).

68Ces pertes électorales sont confirmées et amplifiées dans les scrutins nationaux, y compris les plus favorables (au PC) ; ainsi la liste communiste aux élections européennes à la proportionnelle de 1984 obtient 21,62 %, soit 12,76 % de moins qu’en 1979, la liste conduite par Georges Marchais n’obtient alors que 2,59 % de plus que la liste dirigée par Lionel Jospin. Déjà lors de l’élection présidentielle de 1981, Georges Marchais n’obtenait au Havre que 2,29 % de plus que François Mitterrand. Bien plus, aux élections législatives de 1986, le parti communiste, pour la première fois de son histoire, est dépassé par le parti socialiste (22,12 % contre 29,33 %).

  • 100 Le Havre libre, 6 mai 1981 : « L’appel à voter pour François Mitterrand est un appel à la vigilanc (...)

69La double rupture, commencée en 1977-1978 et achevée en 1984 (avec la formation du gouvernement de Laurent Fabius sans participation de ministres communistes), a donc joué négativement, aux dépens du parti communiste. Le PCF a d’abord été contraint, dans une certaine mesure, de se désister pour le candidat socialiste au second tour de la présidentielle de 1981, il y allait de la survie des municipalités d’union de la gauche et, très symptomatiquement, ce fut le maire communiste qui appela publiquement à voter pour François Mitterrand, le 2 mai 1981. C’est aussi en sa présence qu’un meeting commun avec le PS fut organisé le 6 mai. Toutes les réserves exprimées par les dirigeants communistes, y compris par René Cance, ancien député-maire, dans un éditorial publié ce même mercredi 6, par Le Havre libre100, n’empêchent pas de constater que la même direction politique a dû demander des ministres communistes, pour que le PCF ne soit pas exclu des profits (politiques) de la victoire électorale ; elle n’a parallèlement obtenu qu’un contrat de gouvernement, et non de législature, comme il était projeté dans le programme commun.

70Le PC est donc affaibli dans un premier temps (1979-1981) par ses échecs électoraux, ses contradictions politiques, ses contestations internes qui émanent d’intellectuels et de cadres syndicaux, qui remettent en cause son orientation, puis ses prises de position sur la crise polonaise : les rapports du gouvernement avec le syndicat Solidarité, la déclaration d’état de guerre, sans oublier le contentieux lié au soutien à la guerre d’Afghanistan.

  • 101 Libre opinion de Jacques Eberhard dans Le Havre libre, 30 décembre 1981 : « Quand ils (les travail (...)

71Mais plus qu’à une série de défaites électorales, le PC est confronté à une détérioration de son image publique, liée à son réalignement sur le modèle et les références soviétiques101 et au « brouillage » d’une identité politique, qu’il reconstruisait depuis près de vingt ans, sur des bases unitaires et démocratiques. Cela lui aliène une fraction des classes moyennes et aussi des classes populaires, les unes et les autres désenchantées, qui par la rupture de l’union de la gauche, qui par les victoires électorales du parti socialiste.

  • 102 En trois années de gouvernement à participation communiste, la plupart des ministres communistes, (...)

72Quelques initiatives politiques, comme la participation de quatre ministres communistes, aux deuxième et troisième gouvernements de Pierre Mauroy, la relance de l’alliance électorale avec le parti socialiste pour les municipales de 1983, les formes de collaboration engagées entre la direction municipale et les ministres communistes et socialistes102, à commencer par le premier d’entre eux, pour la lutte contre le chômage et le développement des équipements publics, semblent un temps, jusqu’aux élections européennes de juin 1984, enrayer le déclin. La deuxième rupture, celle de la non-participation au gouvernement de Laurent Fabius, voit le PC, défait politiquement, s’enfermer dans une surenchère protestataire.

73Il apparaît donc bien que le repli électoral sur les « bastions », constaté à partir des élections législatives de 1978, a été comme l’anticipation des défaites de 1981-1982, du retrait de 1984 et de la perte de l’hégémonie à gauche, à partir des élections législatives de 1986. La crise politique, commencée avec le changement stratégique, n’en finit plus de produire des effets négatifs, à court et à long terme (la perte de la municipalité en 1995, 2001 et 2008…)

Annexes

ANNEXE 1. Soutien de la municipalité à un conflit du travail : la grève à la cimenterie Lafarge

Un exemple de soutien politique et financier de la municipalité à un conflit du travail : la grève des cimenteries Lafarge (Saint-Vigor-d’Ymonville dans la zone industrialo-portuaire)

La direction municipale composée de trois communistes, le maire André Duroméa, le premier adjoint Daniel Colliard, et Jean-Pierre Maguet, ancien responsable CGT de la Métallurgie, reçoit une délégation de trois représentants du comité de grève (CGT) : il est convenu que la ville du Havre donne la gratuité des cantines scolaires aux enfants des grévistes et que le bureau d’aide sociale distribuera des bons d’achat de vivres aux familles des grévistes et non-grévistes.

ANNEXE 2. Solidarité financière avec les grévistes : conseil municipal du 20 mai 1968

ANNEXE 3. Texte d’Armand Frémont extrait de La Mémoire d’un port, Le Havre, chapitre 11 : « La crise »

La fin du paquebot France est sans conteste un de ces événements majeurs qui marquent une époque, parce qu’il consacre une rupture avec une évolution séculaire. Les différents acteurs ne s’y trompent pas. L’agonie du France devient au Havre un conflit social de première importance, où tous savent qu’ils doivent perdre. Aucun symbole ne manque.

« Le paquebot poursuivra son exploitation sur la ligne de New York jusqu’au 25 octobre ; il sera ensuite désarmé »… affirme la direction de la Transat à un comité central d’entreprise réuni au siège social de la Défense. La décision a été prise lorsque le gouvernement n’a plus voulu prendre en charge, par une subvention, le déficit chronique d’exploitation du navire. Déjà, le sort du Havre ne se joue plus au Havre, mais dans les bureaux parisiens du Premier ministre, du ministère de l’Économie et des Finances ou ceux de la Compagnie générale Transatlantique à La Défense […]. Mais n’en est-il pas ainsi depuis longtemps, depuis que les bourgeois du Havre ont cessé d’être sur place des entrepreneurs ?

Le drame, celui de toute une ville, se joue entre trois grands types d’acteurs, tous aussi impuissants et aveugles. […] Les syndicats de marins CGT et CFDT prennent en charge le conflit. La CGT est alors toute-puissante au Havre, appuyée par la municipalité communiste, dominante chez les dockers et équipages des remorqueurs. Elle est capable de paralyser le port […]. La direction de la Compagnie générale Transatlantique, elle aussi CGT, donne toutes les apparences de l’énergie et de la lucidité professionnelle. Pourtant, elle est sans doute encore plus aveugle et plus malade que les marins d’Augustin Gruenais […].

L’État joue donc à l’évidence un rôle déterminant dans l’affaire du France. Or cet État hexagonal, terrien, parisien, technocrate, se révèle de plus en plus incapable de définir une politique pour la marine marchande française, de Valéry Giscard d’Estaing à François Mitterrand et à Jacques Chirac, si ce n’est la politique des budgets annuels, des plans de sauvetage, des restructurations et des liquidations. Après France, c’est peu à peu tout l’armement français, Compagnie générale maritime en tête, qui perd pied devant la concurrence internationale des grands armements du Danemark, de Norvège, de Grèce et d’Extrême-Orient. La crise du Havre se détermine au bout de cette chaîne. Il fallait Colbert ou les frères Pereire modernisés pour y faire face, ou, mieux encore, un Maersk, l’exemple danois d’une grande réussite contemporaine dans un pays européen. Ce fut très platement, quelques transfuges timides de l’École nationale d’administration déguisés en PDG.

En pleine crise du France, le Premier ministre, Jacques Chirac, déclare de manière exemplaire : « Le France ne fonctionne pas tout seul par l’opération du Saint-Esprit. Il fonctionne grâce à une subvention très importante qui est apportée par les pouvoirs publics, par l’État, c’est-à-dire par les contribuables français. Pour vous donner une idée, cette subvention est de cent millions de francs, cela représente environ deux grands hôpitaux modernes… »

[…] Le conflit du France permet d’analyser tous les acteurs d’une crise majeure dans l’évolution du Havre et de ses activités maritimes mais il faut ajouter les symboles, l’attachement des hommes à leur travail et à leur passé, leur regard sur les lieux de leur vie, la passion sans laquelle ils ne seraient pas des hommes.

La Mémoire d’un port, Le Havre

Paris, Arlea, 1977, p. 214-215

ANNEXE 4. Grèves dans la métallurgie (constructions automobiles et navales) et extension au mouvement étudiant : Le Havre libre, 18-19 mai 1968

Notes

1 On peut ajouter le gaz, les minerais, les céréales.

2 Le trafic « passagers » a été multiplié par 5 entre 1964 et 1981, dépassant le million de personnes.

3 En 1983 est créée une association pour la mise en valeur du port de plaisance du Havre (ville, département, région, CCI, Port autonome et groupement des sociétés nautiques et Société centrale pour l’équipement du territoire).

4 En 1981, le trafic du port (73 millions de tonnes) est inférieur à ce qu’il était en 1974. En 1986, il est en dessous des chiffres de 1969.

5 Par exemple la plate-forme brésilienne/commerce et industrie (1977-1978).

6 En 1974 ; voir ci-après « La bataille perdue du France ». Une grève de protestation contre la dégradation progressive du pavillon français sur les lignes traversant la Manche a eu lieu les 12 et 13 décembre 1977. Le Léopard est resté français encore un an.

7 Voir carte 27 : « Le port ancien et les quartiers sud, le nouveau port et la ZIP (zone industrielle portuaire) ».

8 Il y avait en 1965 2,16 % de l’emploi industriel dans le textile-habillement, il y en a 0,55 % en 1974.

9 La métallurgie (sans la construction automobile) occupait 20,10 % des actifs de l’industrie en 1965 et 13,13 % en 1980.

10 L’agroalimentaire représentait 3,90 % des actifs industriels en 1965, et 1,94 % en 1974 (chiffres Insee).

11 Voir ci-après : « La grande grève de chez Mazeline ».

12 Aux fermetures précédemment citées on peut ajouter celles de Luterma (1978), Manolène (1981).

13 Caillard-Levage est repris par Fives-Cail-Babcock et Caillard réparation navale par les AFO, en 1981.

14 Raffinage : 2,70 % de l’emploi, en 1974, 2,61 % en 1977, 2,96 % en 1978. Pétrochimie : 3,88 % de l’emploi, en 1974, 5,58 % en 1978, mais 5,40 % en 1981. Construction automobile : 11,75 % de l’emploi en 1974, 12,75 % en 1977, 10,90 % en 1981.

15 Gérard Bras, intellectuel communiste, signataire de la pétition « Union dans les luttes », et Marius Bastide, secrétaire du syndicat CGT de chez Caillard, et Alain Chenu, secrétaire général adjoint des officiers de pont CGT, analysent ces problèmes dans un article paru dans Franc-tireur en mars 1982.

16 Les ouvriers de la COGER, entreprise de réparation navale, adhéraient au syndicat CGT des employés, et non à celui des ouvriers de la métallurgie.

17 Le Havre libre, 11 novembre 1981 (réaction du PC) et 27 novembre 1981 (réaction du PS).

18 Daniel Colliard dans Le Havre libre, 8 septembre 1976.

19 En dépit de ce que déclare l’extrême gauche sur les pressions exercées pour encourager à la reprise du travail, par exemple chez Lipton. Voir document en annexe 1 à ce chapitre : « Soutien de la municipalité à un conflit du travail : la grève de la cimenterie Lafarge ».

20 Voir document en annexe 2 : « Solidarité financière avec les grévistes : conseil municipal du 20 mai 1968 ».

21 André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978, p. 183. Le livre rend compte d’un entretien avec des représentants du patronat local.

22 Le représentant en est Didier Escudero, ouvrier, conseiller municipal depuis 1977 (Le Havre libre, 13 juillet 1978).

23 Une visite de Pierre Mauroy est annoncée par Joseph Menga, nouveau député socialiste du Havre, le Premier ministre désirant « rencontrer tous ceux qui seront demain les signataires des contrats de solidarité pour l’emploi » (Le Havre libre, 24 novembre 1981) ; il signera de fait, le 1er février 1982, le contrat de solidarité entre la ville du Havre et l’État.

24 Le comité local (annoncé le 11 novembre 1981) comprend les maires communistes du Havre, Harfleur, Gonfreville-l’Orcher, le maire socialiste de Montivilliers, 2 adjoints PS du Havre, au total 10 élus locaux, 10 représentants des syndicats de salariés (4 CGT, 3 CFDT, 2 FO…), 10 représentants des employeurs.

25 Le Havre libre, 20 mai 1982 ; Jack Ralite (PC) est alors ministre de la Santé. Il s’agit de faire la démonstration concrète des besoins en personnel.

26 Le Havre libre, 27 mai 1982. Le Port autonome annonce alors la signature d’un contrat de solidarité portant création de 300 emplois.

27 Le terminal pétrolier d’Antifer est opérationnel au printemps 1976 et reçoit, le 7 juin, le plus grand pétrolier existant (550 000 tonnes).

28 Le maire de Port-Deauville est le ministre républicain indépendant Michel d’Ornano.

29 Le Havre libre, 28 mars 1977.

30 Le Havre libre, 22 juin 1976.

31 Le Havre libre, 9 avril 1976, fait état d’une menace de 650 licenciements. De nouveaux articles paraissent à ce sujet les 6 juillet 1977 et 20 juillet 1977, après la condamnation de l’entreprise.

32 Le Havre libre, 21 juillet 1977. La CFDT demande la garantie de l’emploi et la construction d’unités anti-polluantes.

33 APAAM : Association pour l’accueil et l’alphabétisation des migrants. ASTI : Association de soutien aux travailleurs immigrés.

34 Ce récit est écrit à partir des souvenirs et des documents d’Albert Perrot, Laisse-moi te dire… Mazeline, Le Havre, Océane graphique, 1988, et des comptes-rendus quotidiens parus dans la presse régionale.

35 Pour l’ensemble des résultats aux élections de délégués du personnel de 1948 à 1986, voir ibid., p. 318-321.

36 Les tâches du CE sont décrites par Jean-Marie Huret (Prêtre-ouvrier insoumis, Paris, Cerf, 1993), élu délégué du personnel en 1958 et secrétaire du CE jusqu’en 1970.

37 Alliée à la CFDT, ralliant FO et la CGC.

38 Le livre blanc et le Ve plan prévoient des fermetures de sites et de chantiers, une concentration des entreprises, une spécialisation des activités.

39 Voir ci-dessus, place Thiers, la photographie de la manifestation de 2 000 métallos contre les licenciements annoncés à l’usine Mazeline (illustration 51), organisée par la CGT (B. Isaac, J.-M. Huret, A. Perrot) avec le soutien du chantier de Graville, de la CFDT et de FO, et de la municipalité communiste (A. Duroméa, premier adjoint). À l’hôtel de ville, les manifestants sont accueillis par René Cance, député-maire : « La mairie est la maison commune de tous les travailleurs […], vos revendications sont justifiées et raisonnables […]. »

40 Pendant une durée de douze à vingt mois 90 % du montant du salaire est versé, sur la base de 40 heures.

41 Devant l’hôtel de ville sont présents les élus syndicaux (B. Isaac J.-M. Huret, A. Perrot) et les élus communistes (A. Duquenoy, A. Duroméa, L. Eudier, L. Lecat, P. Naze, M. Schlewitz) et PSU (P. Reguer) [illustration 52].

42 « Ce qui est maintenant en question est l’outil de travail, Graville, Mazeline et La Seyne étant menacés » (Le Havre libre, 27 janvier 1966).

43 De fait, ayant obtenu un maximum de soutiens, y compris d’autorités morales, catholiques, protestantes et israélites, et de nouveaux renforts politiques, Citoyens 60, la Vie nouvelle, ils ne constatent aucun déblocage.

44 Sur les quatre thèmes suivants : aucun licenciement, que les chantiers continuent d’exister et de travailler, que les commandes en cours soient exécutées et de nouvelles commandes recherchées, que des garanties financières soient accordées.

45 Le 12 février 1966, un rassemblement intersyndical (CGT, CFDT, FO, CGC) a lieu devant l’hôtel de ville en présence d’élus communistes. Dans un discours, Albert Perrot s’adresse en ces termes aux manifestants : « Vous vous êtes rangés aux côtés de ceux qui luttent pour l’homme et sa dignité, aux côtés de ceux qui luttent pour le droit de vivre, le droit de travailler, le droit de s’épanouir » (Laisse-moi te dire…, op. cit., p. 125).

46 Le 20 février, une délégation composée d’A. Duroméa (PC), M. Dubosc (président du conseil général), M. Lalouette de la Vie nouvelle est reçue par A. Bettencourt.

47 De 3 milliards, d’après Edgar Pisani, ministre de l’Équipement.

48 Elle rappelle la part prise par « la population, les syndicats, les élus ».

49 En relation avec l’accord revendicatif national CGT – CFDT du 10 janvier 1966 et la grève nationale de la métallurgie du 15 mars 1966.

50 La rencontre non programmée a lieu sur le terrain de l’aérodrome d’Octeville, à sa descente d’avion, en présence d’André Bettencourt.

51 Le 17 juin, 160 licenciements sont annoncés dans Le Havre libre, le 24, 144 (chiffre officiel).

52 La manifestation précède une réunion à la préfecture, prévue le 29 juin 1966.

53 Le simulacre est organisé par les ouvriers avec un repas d’adieu.

54 Les cadres locaux sont, au niveau de l’entreprise, d’anciens prêtres-ouvriers, J.-M. Huret, A. Perrot (ancien séminariste), sans engagement politique, et à la tête de l’UL/UD, L. Eudier et B. Isaac, deux dirigeants communistes.

55 Le mot hégémonie doit être entendu au sens d’une fédération de structures acceptant de s’allier pour un objectif commun, sous la direction d’une de ses composantes, déterminant les priorités et les méthodes.

56 L’entreprise peut être dite doublement locale, par son histoire et son développement comme par son inscription dans les vieux quartiers ouvriers, bastions communistes.

57 La bataille du France a été couverte par la presse locale et nationale, de façon exceptionnelle, avec plusieurs dizaines de pages d’informations (pour le seul Havre libre, et pour la seule année 1974, on ne compte pas moins d’une centaine d’articles et des dizaines de photographies). Voir le texte du géographe d’origine havraise Armand Frémont en annexe 3, extrait de La mémoire d’un port, Le Havre, Paris, Arlea, 1977, et les propos d’André Duroméa dans un livre d’entretiens avec Jean-Jacques Lallemant, André Duroméa, un maire, un militant, Pantin, Le Temps des cerises, 2005, p. 87. Voir aussi « Hommage au France », photographie de Pierre Le Gall, Du Havre II, Le Havre, La Galerne, 1993 (illustration 54).

58 Les syndicats rappellent que « le paquebot de croisière peut être une unité très rentable » (Le Havre libre, 19 février 1974) ; André Duroméa écrit, le 1er mars 1974, à Yves Guéna, secrétaire d’État aux Transports dans le 3e gouvernement Messmer, que « tout arrêt de l’exploitation entraînerait une perte de 3000 emplois ». Une libre opinion de Pierre Naze (PC) déclare en première page du Havre libre du 14 mars 1974 : « France, notre paquebot, ne doit pas être bradé. »

59 Le comité se réunit le vendredi 19 juillet à l’hôtel de ville.

60 Le Havre libre, 25 et 27 juillet 1974.

61 Le siège du syndicat est dans la rue qui porte le nom de celui qui fut l’un de ses anciens secrétaires, élu conseiller général communiste à la Libération (voir la photographie de P. Le Gall dans la conclusion).

62 Le député-maire rappelle qu’en quinze ans « le tiers de la flotte française a disparu » et qu’il y a urgence à construire des navires modernes (Le Havre libre, 31 août 1974).

63 Le Havre libre, samedi 31 août.

64 Une motion d’urgence est votée par le conseil général, à la demande d’André Duroméa.

65 « La marine marchande coule », article en première page du Monde, 11 août 1994.

66 Par contre, ce même dimanche, 22 septembre, le vicaire de la paroisse Saint-Paul d’Aplemont est refoulé par un fonctionnaire de la police aux frontières.

67 Le Havre libre, 27 septembre 1974.

68 Les dernières propositions de la CGT étaient, soit d’exploiter le paquebot pour la croisière, soit de le remplacer par des navires modernes, de type scandinave, achetés ou loués par la Transat.

69 Les élus communistes continuent cependant à poser des questions aux ministres des Transports et du Travail, relatives aux conséquences de la fusion de la Compagnie générale transatlantique et des Messageries maritimes (Le Havre libre, 29-30 janvier 1976). Une opération spectaculaire d’occupation symbolique est menée par les ouvriers du livre CGT, le 19 mars 1976.

70 Le Havre libre, 10 août 1979 : une délégation composée de représentants du PC et de la CGT demande que les réparations soient effectuées au Havre, l’écluse François-1er est occupée pendant deux jours et évacuée, après une intervention des CRS (15 août).

71 Dans un article du 11 août 1994, Le Monde rappelle : « Le France continue de naviguer sur d’autres mers que l’Atlantique nord, sous un autre pavillon et pis que tout pour un navire qui fut des années le navire-amiral voulu par de Gaulle, sous un autre nom, le Norway, à la satisfaction d’ailleurs de ses armateurs américano-norvégiens qui l’ont rapidement, et financièrement, remis à flot […]. »

72 Un article du Havre libre, daté du 9 juin 1978, parle de « débrayages » et de défilé dans les rues.

73 Un journaliste de L’Humanité ayant interrogé, en mars 1979, le secrétaire de la section communiste d’entreprise, Didier Escudero, y fait allusion dans un livre, publié ultérieurement : Roland Passevant, Les communistes au quotidien, Paris, Grasset, 1980, chap. 1.

74 Des responsables et militants, de la CGT et du PCF, signent alors la pétition publiée par Le Monde du 20 mai 1978, dite « des 300 » ou « d’Aix-en-Provence ».

75 Le Havre libre, 21 juillet 1978.

76 Chantiers Augustin-Normand, Forges et chantiers de la Méditerranée, Multiplex.

77 Voir la chronologie et les analyses élaborées par Serge Reneau dans sa thèse Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), IEP Paris, 2002, Annexe p. 95 sq.

78 La grève a débuté le 14 mai à Sud-Aviation, à Nantes. Voir Le Havre libre, 18-19 mai 1968, en annexe 4 à ce chapitre.

79 Voir la photographie d’une manifestation rassemblant, devant l’hôtel de ville, des organisations syndicales (CGT-CFDT) et lycéennes (CAL) en mai 1968 (illustration 55).

80 Le Havre libre, 27 mai 1968 : « Au Havre, la grève est quasi générale. »

81 Le Havre libre, 7 juin 1968 : « La métallurgie, dernier point dur » (les deux tiers des entreprises sont encore en grève).

82 Le 7 juin 1968, 254 enseignants votent pour la continuation de la grève et 62 contre.

83 Le Havre libre, 13 juin 1968 : la MCH a réalisé 250 animations culturelles dans 43 lieux, avec Tourisme et travail, le Tableau gris, l’UHAP… En grève depuis le 16 mai, la MCH a repris le 21 juin.

84 Le PC déclarait le 13 juin 1968 : « Nous allons aux élections, avec confiance, contre les trusts et les partisans de l’aventure. »

85 A. Perrot, Laisse-moi te dire… Mazeline, op. cit.

86 A. Perrot a publié le procès-verbal de la réunion : ibid., p. 203-205.

87 Livre publié en 1984 aux éditions La Découverte.

88 La section syndicale s’est transformée en syndicat d’entreprise (1969) avec quatre sections syndicales d’atelier (1971).

89 R. Passevant, Les communistes au quotidien, op. cit.

90 François Le Madec, L’Aubépine de mai. Chronique d’une usine occupée, Sud-Aviation, Nantes, CDMOT, 1988.

91 Voir Yannick Guin, La commune de Nantes, Paris, Maspero, 1969.

92 Voir Antoine Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », L’Histoire, no 110, avril 1988.

93 Jean-Marie Huret, dans Prêtre-ouvrier insoumis, op. cit., note : « La déception rentrée de la classe ouvrière en 1968 amorça un processus de contestation des “organisations” (syndicats, partis) dont les orientations étaient restées inchangées. »

94 Le Havre libre, 19 et 20 janvier 1980, et 13 février 1980.

95 À la fête de L’Humanité, à Montgeon, le dimanche 8 juin 1980, en présence de la direction fédérale (J. Malvasio, premier secrétaire, G. Heuzé, secrétaire fédéral, secrétaire de ville), des député (A. Duroméa) et sénateur (J. Eberhard) communistes, il est dit : « 1978 a été un échec à cause de l’attitude du PS qui avait signé un accord avec nous dans l’espoir de se renforcer à nos dépens […]. En France, il se dit prêt à gouverner sans les communistes […]. »

96 Ce que Marc Lazar et Stéphane Courtois appellent « le repli et l’humiliation » (1978-1984) : Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995.

97 57,6 % contre 62,2 %, soit moins 4,6 %.

98 Le candidat communiste Daniel Colliard obtient, en 1973, au premier tour, 27,48 % des suffrages exprimés, le PS 11,81 % ; au second, 44,16 %. En 1975 (législatives partielles), il obtient 31,29 % au premier tour (le PS 15,46 %) et 46,56 % au second. En 1978, au premier tour, 28,31 %, et au second, 47,18 %. En 1981, il est dépassé par le candidat socialiste avec 25,74 % des suffrages exprimés, contre 26,96 % à Joseph Menga, qui est élu avec 54,71 % des suffrages exprimés.

99 Les résultats des élections dans le 4e canton, « bastion » élisant Gérard Heuzé, permettent de vérifier l’hypothèse : il gagne 2,92 % des suffrages exprimés entre 1973 et 1979, par contre ce canton ayant été divisé en trois en 1982, les deux nouveaux candidats communistes n’y réalisent au premier tour que 42,83 % et 41,27 % des suffrages exprimés, alors que G. Heuzé obtenait, en 1979, 54,43 % de la totalité.

100 Le Havre libre, 6 mai 1981 : « L’appel à voter pour François Mitterrand est un appel à la vigilance, un appel à la lutte […]. »

101 Libre opinion de Jacques Eberhard dans Le Havre libre, 30 décembre 1981 : « Quand ils (les travailleurs, les honnêtes gens !) voient le CNPF, Chirac et Lecanuet prendre fait et cause pour les travailleurs polonais, ils réfléchissent… en 1968, ces messieurs étaient-ils avec les ouvriers, les étudiants ? »

102 En trois années de gouvernement à participation communiste, la plupart des ministres communistes, Ch. Fiterman, J. Ralite, M. Rigout, mais aussi A. Delelis, L. Le Pensec, L. Mexandeau, J. Lang, C. Nucci, G. Lengagne ont fait le voyage du Havre.

Table des illustrations

Légende Carte 27 – Le port ancien et les quartiers sud, le nouveau port et la ZIP (zone industrielle portuaire)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Illustration 51 – Photographie de manifestation contre les licenciements annoncés à l’usine Mazeline (1965, place Thiers)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Illustration 52 – Photographie d’un rassemblement intersyndical devant l’hôtel de ville, en présence d’élus communistes et PSU (1966)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Illustration 53 – Photographie du France, objet de manifestations, quai Johannes-Couvert
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Illustration 54 – Photographie de Pierre Le Gall : « Hommage au France »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Illustration 55 – Photographie d’une manifestation rassemblant, devant l’hôtel de ville, organisations syndicales et lycéennes (1968)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Un exemple de soutien politique et financier de la municipalité à un conflit du travail : la grève des cimenteries Lafarge (Saint-Vigor-d’Ymonville dans la zone industrialo-portuaire)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1207/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search