Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

III. L'environnement dans l'estuaire

Pollutions atmosphériques industrielles

Dioxyde de soufre (SO2) : une diminution spectaculaire depuis vingt ans

Texte intégral

1Essentiellement issu de la combustion du charbon et du fuel, le dioxyde de soufre (SO2), irritant et corrosif, a mobilisé tous les efforts. Depuis 1975, il est frappant de constater l’étroite relation entre la diminution des concentrations de SO2 mesurées dans l’air telle que l’on peut l’apprécier sur les deux cartes ci-contre et la réduction des rejets industriels.

2Depuis 1990, cette baisse des niveaux permet à Air Normand de constater le respect des normes sanitaires limites de SO2 sur l’ensemble de l’estuaire (voir page suivante).

3Des programmes complémentaires prévoient de réduire encore les quantités rejetées pour tendre, d’ici l’an 2000, vers de nouvelles améliorations.

LE SO2 DANS L’ESTUAIRE DE LA SEINE EN 1975 ET EN 1994

Situation en 1975

Situation en 1975

4En 1975 les courbes d'iso-concentration de S02 indiquaient une étendue importante des secteurs où l'air était dégradé. Pour 1994 on observe une diminution sensible des concentrations et des surfaces concernées.

Situation en 1994

Situation en 1994

© Air Normand 1994 © IGN 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996

SANTÉ ET POLLUTION : LES NORMES

5La surveillance et le contrôle de la pollution atmosphérique nécessitent de disposer de normes permettant de se prononcer sur la dangerosité de la situation ou simplement sur le respect ou non de la réglementation. En France et dans la communauté européenne, la plupart des normes définissent un niveau de concentration du produit considéré sur une durée d’exposition.

6Les polluants normés sont à l’heure actuelle : le dioxyde de soufre, les particules en suspension, le plomb, le dioxyde d’azote et l’ozone.

7Pour le S02, les sites ne respectant pas la norme sont ceux où sur l’ensemble d’une année plus de 2 % des valeurs moyennes quotidiennes relevées dans l’année sont supérieures à 250 ou 350 microgrammes par mètre cube (µg/m3), selon la concentration de particules par ailleurs.

L’INTERVENTION ANTI-POLLUTION

8C’est une procédure définie par arrêté préfectoral qui permet, face à une hausse des concentrations de dioxyde de soufre dans l’atmosphère en présence de conditions météorologiques défavorables, de réduire les principales émissions de dioxyde de soufre industrielles.

Que se passe-t-il lors de cette intervention ?

9De jour comme de nuit, Air Normand envoie par délégation de la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement, l’ordre aux principales installations polluantes :

  • soit de réduire certaines activités,

  • soit de remplacer le combustible usuel (plus de 3 % de soufre) par un combustible à très basse teneur en soufre (0,5 % ou 1 % de soufre).

Nombre d’unités de mesure du dioxyde de soude ne respectant pas la norme sur l’estuaire

Nombre d’unités de mesure du dioxyde de soude ne respectant pas la norme sur l’estuaire

© Air Normand 1996 ® VDH – OPH 1996

10• La C.E.E. a fixé des valeurs limites à ne pas dépasser.

11En 1993, Air Normand a vérifié que sur toutes ses stations de mesure, ces critères sanitaires étaient bien respectés.

12En 1977,15 sites de mesures ne satisfaisaient pas à ces normes limites sur le dioxyde de soufre dans l’estuaire.

Combien d’interventions sont-elles déclenchées par an ?

13Le nombre de procédures est variable suivant les années en fonction des conditions météorologiques. Il fluctue autour d’une moyenne de trente interventions sur l’ensemble des zones industrielles du Havre et de Port-Jérôme.

14Depuis l’origine du réseau, la quasi-totalité des interventions a concerné des pointes de pollution généralisée touchant un secteur géographique large, et caractérisées par des conditions anticycloniques (vents faibles, inversions de température).

15En janvier 1993 et plus récemment en février 1995, ont été instaurées de nouvelles procédures correspondant à des phénomènes de retombées de panache sous des vents de sud-ouest, respectivement sur les communes de Rogerville et de Notre-Dame-de-Gravenchon. ■

Les effets aggravants de la météorologie

• L’inversion de température

16L’inversion de température s’observe lorsque la température de l’air décroît avec l’altitude. L’air chaud contenant les polluants au niveau du sol se disperse verticalement.

17Le sol se refroidit de façon importante pendant la nuit (rayonnement terrestre nocturne notamment). La température à quelques centaines de mètres d’altitude devient donc supérieure à celle mesurée au niveau du sol. Les polluants se trouvent alors bloqués sous une “ couche d’inversion » qui joue le rôle de couvercle thermique. Si, au même moment, il n’y a pas de vent, les polluants augmentent dans des proportions importantes.

• La retombée de panache

18En présence de vents assez forts, les panaches de pollution émis par les hautes cheminées, peuvent ne retomber qu’à plusieurs kilomètres de leurs sources. Sous ces retombées, les niveaux de pollution sont très importants. Il s’agit de phénomènes aigus, brefs et localisés.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Situation en 1975
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Situation en 1994
Légende © Air Normand 1994 © IGN 1994 © INSEE - RGP 1990 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Nombre d’unités de mesure du dioxyde de soude ne respectant pas la norme sur l’estuaire
Légende © Air Normand 1996 ® VDH – OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12069/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540