Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIIe partie. Des gestions unitaires confrontées aux crises (1965-1983)

Chapitre 12. Extension de l’espace et renouvellement des hommes

Texte intégral

Des territoires en recomposition

Développement de l’espace portuaire et industriel et politique d’aménagement

  • 1 L’établissement public, créé en 1968, a fonctionné essentiellement comme une « banque foncière » ( (...)
  • 2 Article paru dans Le Havre libre du 13 novembre 1973, à la suite du conseil municipal du 12 novemb (...)

1Une politique d’aménagement du territoire, initiative d’État, est mise en place, au début des années soixante : une mission d’études devenue établissement public Basse-Seine1 est créée en 1965 et le schéma directeur d’aménagement foncier et d’urbanisme (SDAU) de la région du Havre est achevé en 1973. Trois remarques peuvent être formulées à partir de l’étude des conditions d’élaboration et de révision (à partir de 1976) du SDAU. L’organe chargé par le préfet de région de la préparation du projet, la CLAU (commission locale d’urbanisme) associe à la fois les collectivités locales, à terme 32 communes, leurs élus (présidés par le maire du Havre) et leurs techniciens, les représentants des administrations de l’État et de la région, le Port autonome et la chambre de commerce. Il en fait donc des partenaires appelés à confronter objectifs et moyens ; Daniel Colliard, premier adjoint chargé de l’urbanisme, parle alors de « développement concerté »2.

  • 3 Le Havre libre, 23 janvier 1973.

2Le SDAU détermine des objectifs de croissance, dans une période d’expansion, extrapolée jusqu’à l’an 2000, un quart de siècle, soit le doublement de la population, dans la zone de l’estuaire, de 280 000 à 600 000 habitants, la création de 110 000 emplois secondaires et tertiaires, un engagement de dépenses à hauteur de 1 milliard 800 millions de francs. Il apparaît alors que la ville, l’agglomération devenue région urbaine et la zone industrielle portuaire atteignent à leur maximum d’extension : du port pétrolier « à la côte » d’Antifer (à une vingtaine de kilomètres au nord du Havre) à la cimenterie Lambert-Lafarge, à Saint-Vigor, à l’extrémité du grand canal du Havre, à 25 kilomètres à l’est de la ville du Havre, du centre principal aux trois centres secondaires : Montivilliers et la vallée de la Lézarde (80 000 habitants prévus), Harfleur-Gonfreville-l’Orcher (35 000) et Saint-Romain-de-Colbosc (50 000), à une vingtaine de kilomètres au nord-est3.

  • 4 À l’image des sections communistes ne doutant pas, en 1965, dans La Voix du Havre, de la création (...)
  • 5 Le Havre libre, 2 juin 1967.
  • 6 Le Havre libre, 12 octobre 1969.
  • 7 La municipalité publie alors (Le Havre libre, 22 octobre 1969) un livre blanc programmant une univ (...)

3Les positions successives des municipalités à direction communiste, telles qu’elles sont exposées publiquement par les équipes dirigeantes (Cance, Duroméa, Colliard), révèlent quelques évolutions. Il y a d’abord la volonté exprimée en termes très politiques4 par René Cance, dans les années 1967-1969, d’être le défenseur de l’autonomie havraise, du développement du plateau de Caux et des villes côtières, face à Rouen et à Paris5 ; plus encore, en 1969, après la publication du livre blanc du Bassin parisien, il déclare que « tant que les intérêts des groupes monopolistes commanderont, il n’y aura pas d’aménagement du territoire »6. Il y a donc l’ambition de ne pas abandonner la détermination des objectifs prioritaires de croissance à d’autres niveaux de responsabilité (par exemple l’État ou la région) ou à d’autres politiques et experts que les élus locaux et leurs équipes techniques, le refus aussi de ne pas entrer dans une logique de « développement capitaliste », d’où les références à des nationalisations, à une planification et à une gestion démocratiques, la finalité exprimée enfin de ne pas limiter l’expansion aux infrastructures économiques mais de l’élargir à des équipements urbains, par exemple des logements sociaux et une université7.

  • 8 Le Havre libre, 23 janvier 1973.
  • 9 Le SIVOM est créé en 1969 à partir de 4 communes : Le Havre, Harfleur, Gonfreville-l’Orcher (munic (...)
  • 10 La participation s’élève à 3 millions de francs sur 31 millions (près de 10 %), 14 millions venant (...)
  • 11 Étudié dans le chapitre 14 : « La triade culturelle : MC-municipalité-CGT et tourisme et travail »
  • 12 La municipalité lutte aussi pour la construction de deux nouvelles formes de radoub, du dock flott (...)

4La municipalité dirigée par André Duroméa et Daniel Colliard (à partir de 1971) est beaucoup plus intégrée à la politique d’aménagement. Le nouveau maire parle par exemple de « climat de travail et de coopération »8, la ville tente de faire prévaloir, à l’aide des élus des communes associées9, ses projets tendant à faire du Havre la « métropole de l’estuaire », avec développement de ses activités de services ; la municipalité participe ainsi financièrement à la construction du Centre de commerce international10, à la multiplication des institutions culturelles : le projet d’université, après l’extension des IUT, la reconstruction du Grand Théâtre et de la maison de la culture, dit ensemble Oscar-Niemeyer11, mais aussi à l’augmentation des zones d’emploi avec la création de deux zones d’activités à Caucriauville (financée à 90 % par la municipalité) et à Montgaillard, à la périphérie nord de la ville12.

Illustration 44 – Deux exemples, datant de 1979 à 1980, de participation financière de la ville à des opérations à caractère économique local (extraits du Havre libre). Pour la construction du dock flottant, sa participation égale celle de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Pour régler le déficit de l’aéroport, sa participation égale celle du département.

  • 13 Elle est créée en 1972 par la ville, qui est relayée en 1976 par le SIVOM (Le Havre représentant 8 (...)
  • 14 Voir Le Havre libre, 26 février 1980 : 10 millions pour la construction du dock flottant, soit une (...)

5Le discours de la municipalité d’union, relayé par le conseiller économique « chargé de l’économie et de l’emploi », Yann Jégou, embauché en 1975, les services municipaux et l’agence d’urbanisme de la région du Havre (AURH créée en 1974), est donc celui d’une structure administrative et politique qui défend ses priorités : le logement social, l’emploi à condition qu’il soit diversifié, qualifié et non qualifié, masculin et féminin, secondaire et tertiaire, d’où une mise de fonds dans la création d’une UER Affaires internationales13, puis d’un Centre de commerce international qui pourrait créer 1500 emplois, les investissements publics et productifs, quitte à relayer massivement l’État et la région en cas de désengagement caractérisé (maison de la culture, université) ou à participer techniquement (adduction d’eau, viabilisation de la ZIP) puis financièrement à la mise en service d’équipements professionnels (construction du World Trade Center puis du dock flottant14, achat de 2 remorqueurs en 1980).

  • 15 POS du nord-ouest (9 décembre 1974), de Sud-Rond-Point – gare (7 avril 1975).
  • 16 ZAD-Thiers / Anatole-France (24 octobre 1977), est du cours de la République et plateau d’Épremesn (...)
  • 17 Le Havre libre, 13 mai 1975 (le premier tour de l’élection législative partielle ayant lieu le 8 j (...)
  • 18 Comme Antoine Rufenacht, élu député, l’explique lui-même dans André Harris et Alain de Sédouy, Qui (...)

6Les plans d’occupation des sols (POS) des secteurs15 nord-ouest (Sanvic – Bléville), est (Sud-Rond-Point – gare), nord-est (sud de Rouelles) et enfin du Sud (Vallée-Béreult – Gustave-Brindeau – Eure), pourtant choisi comme prioritaire par la municipalité (8 avril 1974) mais présenté le 20 septembre 1976 et dont les travaux de réhabilitation commencèrent en 1983, et les ZAD (zones d’aménagement différé) comme Thiers – Anatole-France16, est du cours de la République (future université), plateau d’Épremesnil (cimetière paysager) sont parfois gérés de façon contradictoire avec l’autorité de tutelle, comme dans le cas de Rouelles, où le projet de lotissement dit « de la côte du Mont-Finant » est dénoncé par la municipalité (17 janvier 1972), mais suivi de la création, par arrêté préfectoral (18 août 1972), d’une ZAD dite « de la vallée de Rouelles » (le POS est adopté par le conseil municipal le 18 décembre 1978). Plus encore les ZAC, zones d’aménagement concerté, comme dans le cas de Montgaillard puis de Dollemard-Est (nord-ouest de la ville), peuvent être à l’origine de conflits avec des associations d’habitants, ayant ou non des arrière-pensées politiques. Ainsi des habitants du quartier Sainte-Anne (5e canton) qui ont comme conseiller général Antoine Rufenacht (RPR) pouvaient-ils, à la veille d’une élection législative partielle, dont les candidats étaient Antoine Rufenacht et Daniel Colliard, adjoint communiste chargé de l’urbanisme, protester contre le POS, « menaçant le calme et l’ensoleillement de cette partie de la ville »17, plus encore, le nouveau député de droite allait-il créer une association de défense contre le projet de construction de logements sociaux dans la ZAC de Dollemard-Est18.

Carte 23 – La zone industrielle et portuaire du Havre. Extensions du port et déplacements des activités industrielles

7Il est clair cependant que la direction municipale et en particulier Daniel Colliard sont vulnérables, électoralement, à tous les projets d’urbanisme intéressant, dans un premier temps, l’habitat pavillonnaire. Aussi a-t-il été créé une association de défense contre le POS de Sanvic (Le Havre libre, 27 octobre 1976), dont le nouveau conseiller général, élu en mars 1976, est l’adjoint communiste Maurice Schlewitz ; mais cette ancienne commune de banlieue résidentielle est aussi un des secteurs où la municipalité, dirigée par André Duroméa, progresse le moins en mars 1977 et le canton est perdu au premier tour des élections de 1982.

  • 19 Le Havre libre, 15 mars 1977. Dans ce quartier de l’Eure, la liste d’André Duroméa perd 0,27 % (74 (...)

8Pour tenter de maîtriser ces réactions négatives, la direction municipale a multiplié les réunions de quartier et les expositions (y compris itinérantes), autant dire que si elle a fait un effort d’information, elle n’a pas ouvert de débats publics, ni travaillé avec des associations ; elle sera sanctionnée (faiblement) aux élections municipales de 197719, pour la priorité donnée au logement social neuf (ZUP devenues ZAC des plateaux nord) aux dépens ( ?) des quartiers ouvriers anciens (Eure, Gustave-Brindeau, zone sud) où des opérations de rénovation et des projets de réhabilitation s’opposent, dans une zone industrielle touchée par la crise.

  • 20 Voir carte 23 : « La zone industrielle et portuaire du Havre ».

9Aux politiques d’aménagement et d’urbanisme peuvent être ajoutés les grands travaux d’extension de la zone industrielle portuaire, caractéristiques aussi des années soixante-dix. Les équipements du deuxième port français ont alors été développés dans trois directions, au sud, à l’est et au nord, dans un rayon d’environ 25 kilomètres20.

  • 21 La formule est de Pierre Dumarquez, professeur au lycée François-1er.
  • 22 Au sens ou l’emploie Jean-Pierre Lousse dans sa thèse, Sociologie électorale du Havre, université (...)

10La réalisation des écluses, François-1er et Tancarville, la prolongation du canal central maritime dit « grand canal du Havre », la construction de digues et de darses (en particulier celle dite de l’Océan) augmentent la surface portuaire accessible à la navigation maritime, non seulement dans sa zone méridionale, en direction de l’embouchure de la Seine, mais aussi dans sa partie orientale, jusqu’à la limite programmée du pont de Tancarville. Dans le même temps, en 1972, l’achèvement, à 25 kilomètres au nord-est, du terminal d’Antifer, opère comme un dédoublement du port pétrolier du Havre, le rendant accessible à des bâtiments géants de 500 000, voire à terme 1 000 000 de tonneaux. Ce double mouvement rend le port de commerce de plus en plus extérieur à la ville et les activités portuaires toujours plus liées à la nouvelle zone industrielle de la plaine alluviale, selon la formule « l’usine dans le port, le navire dans l’usine »21. Il n’est plus question, au Havre, de quartiers « marins »22 (Notre-Dame et Saint-François, cœur de la ville ancienne), par opposition aux faubourgs ouvriers, situés plus à l’est (Eure, Neiges). Les anciens quartiers industriels de la zone sud perdent leur spécialisation industrielle, au profit de la nouvelle zone industrielle portuaire qui s’étend au-delà des limites urbaines.

11Ce déplacement des activités industrielles vers l’est a commencé dans les années soixante, voulu par l’État (complexe pétrochimique d’ELF et de Total, usine Renault à Sandouville) et des sociétés multinationales (Goodyear, cimenteries Lafarge à Saint-Vigor-d’Ymonville), au grand dam des communistes constatant l’ex-territorialisation des usines, le manque à gagner fiscal (taxe professionnelle), la dépendance croissante des entreprises par rapport à des sièges sociaux extérieurs à la ville et à la région.

12Ce nouveau mode de développement, dénoncé par les communistes comme étant celui de la Ve République « pressée d’en finir avec l’époque coloniale » et tentant de promouvoir de grands « groupes capitalistes d’origine française », donne la priorité à l’ouverture sur les marchés extérieurs et accélère le déclin des activités héritées de la première révolution industrielle, c’est-à-dire, au Havre, des usines et chantiers intégrés au vieux tissu urbain. C’est alors que d’anciennes maisons havraises, comme les Ateliers et chantiers Augustin-Normand, Duchesne et Bossière, Mazeline, la Compagnie des extraits tinctoriaux et tannants, les Corderies de la Seine, ont été, soit contraintes à la fermeture, soit absorbées par de grandes entreprises, et ce changement de statut s’est doublé d’une migration vers l’est.

13Ainsi les Ateliers et chantiers du Havre (ACH) résultat d’une fusion entre les chantiers Augustin-Normand, implantés dans le quartier du Perrey (sud-ouest) et les ateliers Duchesne et Bossière (quartier gare – centre-est) se sont-ils établis à la limite de Harfleur et de Gonfreville-l’Orcher (banlieue est) ou encore la Compagnie générale transatlantique, devenue, après intégration des Messageries maritimes, la CGM (Compagnie générale maritime), a-t-elle transféré ses bureaux du boulevard de Strasbourg, ancien centre des affaires, au quai de l’Europe, au cœur de la nouvelle ZIP. Très caractéristique est aussi la translation des usines Le Nickel, du quartier de l’Eure, faubourg ouvrier ancien, au Pont VII, limite orientale de la ville, puis à Sandouville.

14Confrontés à des mutations qu’ils réprouvent pour leurs conséquences sociales, les communistes dirigeant les municipalités d’union ont essayé d’utiliser les terrains libérés des emprises industrielles pour des opérations d’urbanisme.

  • 23 Cette création de ZAC correspond aussi à un constat, fait par Daniel Colliard, du caractère « désé (...)

15C’est ainsi que l’îlot Demidoff (386 logements collectifs) s’est substitué, en 1976, aux anciennes Fonderies havraises fermées en 1968, les terrains occupés par la première usine Le Nickel sont devenus la ZAC Lodi en 1981, la scierie Humbert, vieille entreprise havraise, implantée depuis 1882, dans le quartier de l’Eure, a laissé place à 280 logements locatifs. Les terrains de l’ancienne usine à gaz, rachetés en partie par l’établissement public Basse-Seine, ont été revendus à la ville et sont devenus l’université du Havre. Mais ce renforcement de la fonction résidentielle se fait aux dépens du caractère « ouvrier » de certains quartiers, menacés même de « déprolétarisation », avec un risque électoral pour les conseillers généraux et le député communistes. La direction municipale a donc décidé de lancer des opérations de réhabilitation urbaine en marge de la construction de nouveaux logements locatifs (Eure, Brindeau), elle a aussi tenté d’ajouter au développement d’activités tertiaires et d’emplois qualifiés, prévus par le schéma directeur (SDAU), des zones d’industries légères23, de petites unités de production pouvant embaucher de la main-d’œuvre féminine, situées à proximité des grands ensembles des plateaux nord, d’où l’implantation d’une usine Lipton à Caucriauville en 1971, et le transfert, dix ans plus tard, de l’imprimerie Étaix à Montgaillard.

  • 24 Voir Le Havre libre, 20 et 21 novembre 1976 : le schéma d’aménagement est réactualisé, des objecti (...)
  • 25 En attendant une reprise, articulée sur les deux rives, et la création d’une seule région normande (...)

16Cette politique d’expansion touche à ses limites géographiques avec le premier choc pétrolier, elle amène à une révision à la baisse de tous les objectifs, qu’ils soient démographiques et/ou économiques24, voire même à un repli sur l’agglomération havraise et la rive septentrionale de l’estuaire25. Les activités traditionnelles, industrielles et portuaires entrent alors dans une conjoncture de crise que la direction municipale va tenter d’accompagner, en participant, par exemple, à des investissements à caractère économique ou culturel.

Carte 24 – Les annexions urbaines du Havre de 1919 à 1973

Croissance de l’agglomération et conséquences politiques

  • 26 Voir les cartes et chiffres publiés par Jean Legoy et Martine Liotard, Le Havre, 1517-1986. Du Hav (...)
  • 27 Voir carte 24 : « Les annexions urbaines du Havre de 1919 à 1973 ».

17L’extension continue de l’espace urbain est une ancienne caractéristique havraise, depuis l’annexion des communes limitrophes de Graville Sainte-Honorine (1919), Bléville (1953), Sanvic (1955), elle se renouvelle avec Rouelles, intégrée en 197326, alors que des rectifications de limites communales avaient déjà été effectuées, du fait de la multiplication des grands ensembles de Caucriauville, Bois-de-Bléville, Montgaillard, aux dépens de Rouelles (1963), Harfleur, Fontaine-la-Mallet (1971) et Octevillesur-Mer. Cette série d’intégrations territoriales, ajoutées à l’excédent naturel et au solde migratoire positifs, détermine une croissance démographique forte jusqu’en 1975 (plus 9,12 % de 1962 à 1968 et plus 9,27 % de 1968 à 1975). Dans le même temps, avec la création de nouveaux quartiers et l’arrivée de nouveaux résidents, le rapport ville basse / ville haute s’inverse, passant de 54 % / 46 % en 1968 à 47 % / 53 % en 1975. Le Havre, ville de 219 584 habitants, ne laisse alors (1975) à ses limites27 que l’enclave de Sainte-Adresse (8938 habitants) et les 3 communes suburbaines d’Harfleur (10 067 habitants), Gonfreville-l’Orcher (10 166 habitants) et Montivilliers (10 701 habitants). Le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme programme le développement d’une région urbaine de 13 communes et la croissance des banlieues périphériques au nord - nord-est, en relation avec la construction d’un habitat pavillonnaire (Fontaine-la-Mallet, Montivilliers, Gainneville) et l’accessibilité de ces marges par un réseau de communications ferroviaire et routier (Saint-Laurent-de-Brévedent, Saint-Romain-de-Colbosc).

  • 28 Voir la carte 13 des deux circonscriptions législatives.
  • 29 Suite aux élections cantonales de 1964 et 1967, sont élus ou réélus 3 UDR, 2 RI et 2 communistes.
  • 30 Gonfreville-l’Orcher depuis 1953, Harfleur, en 1965, et Gainneville à partir de 1977.

18Ces projections géographiques liées à des objectifs d’expansion, et de répartition équilibrée des activités et des hommes, ne correspondent pas au découpage ancien des circonscriptions électorales, relevant de considérations exclusivement politiques. C’est ainsi que le remodelage de 196428, créant un 7e canton (Sanvic, Bléville), ne touche pas à la répartition des inscrits, très déséquilibrée entre les cantons de l’Est (3e et 4e), votant anciennement communiste, et les cantons de l’Ouest, faiblement peuplés, élisant des conseillers généraux de droite (1er, 2e et 5e cantons)29. Quant aux circonscriptions à la base des élections législatives, elles ont été redécoupées de telle manière qu’elles concentrent progressivement l’électorat de gauche, à dominante communiste, dans la 7e, soit deux cantons du Havre (les 3e et 4e), l’ancienne commune de Rouelles (qui a élu un maire PSU en 1971) et trois municipalités de banlieue, à direction communiste30. La 6e circonscription est alors composée de 5 cantons urbains votant à droite, de Sainte-Adresse, banlieue résidentielle, des communes touchées par la rurbanisation, à forte croissance démographique, comme Fontaine-la-Mallet, Montivilliers et Fontenay, et des communes rurales, à croissance faible (Notre-Dame-du-Bec) ou en perte de population (Rolleville). Par contre, l’extension des limites communales du Havre, aux dépens de communes périphériques, votant majoritairement à gauche (Harfleur, Fontaine-la-Mallet, Rouelles), au début des années soixante-dix, et la construction des grands ensembles sont des éléments de la victoire du candidat communiste (Maurice Schlewitz) dans le 7e canton en 1976, et du succès de la municipalité dirigée par André Duroméa, dépassant les 60 % de suffrages exprimés, aux élections de 1977, alors que commence à se révéler une concurrence avec le parti socialiste (Michel Vallery) qui gagne le canton puis la ville de Montivilliers, en 1977. Cependant aux législatives de 1978, Daniel Colliard élu, en 1976, conseiller général du 6e canton (aux dépens d’un républicain indépendant) reste largement en tête (22 228 voix) devant le candidat du PS, Michel Vallery (12 595 suffrages).

Carte 25 – Croissance urbaine et gains électoraux du PC et du PS aux municipales et cantonales de 1965 à 1982

  • 31 Voir carte 25 : « Croissance urbaine et gains électoraux du PC et du PS aux élections municipales (...)

19Il y a donc une progression du vote à gauche dans ce que l’on pourrait appeler l’aire d’attraction du Havre (nord-est), en 1976 (cantonales), 1977 (municipales) et 1978 (législatives)31. Par contre les quartiers et la banlieue ouest, les communes restées rurales aux limites de l’agglomération, et donc la 6e circonscription, continuent d’être orientées à droite.

20Le recensement de 1982 fait apparaître des évolutions contrastées, les communes-centres, à commencer par Le Havre, perdent en population (moins 9,44 %), Harfleur mais aussi Sainte-Adresse régressent de 0,5 % à 1,3 %, par contre, les petites communes, situées à la périphérie d’Harfleur et de Montivilliers (Saint-Martin-du-Manoir, Épouville, Le Fontenay) continuent à progresser de 13,2 % à 14,1 %, sous la forme de lotissements pavillonnaires. Parallèlement une dernière opération d’urbanisme, dite en grand collectif, est programmée à la limite nord-ouest du Havre (ZAC de Dollemard). Des extensions, prévues dans la vallée de la Lézarde (premier projet d’université) et de part et d’autre des voies ferrées, RN 15 et projet d’autoroute A 15, sont abandonnées.

  • 32 Voir les résultats des élections pour les 10 cantons du Havre, en annexe au chapitre 11.
  • 33 Mais l’ensemble des municipalités d’union de la gauche, Le Havre, Harfleur, Gonfreville-l’Orcher, (...)

21Le nouveau découpage cantonal de 198232 tient compte en partie des évolutions démographiques et politiques (le parti socialiste a gagné la 6e circonscription en 1981). Il ne touche pas aux cantons centraux (les 1er, 2e et 5e) votant anciennement à droite, ni au 3e, votant majoritairement communiste, ou au 6e récemment gagné (1976) par le PCF ; par contre il remodèle les périphéries, le 8e canton est détaché du 7e (Sanvic - Sainte-Adresse) et se compose de l’ancienne commune de Bléville et des ZAC de Montgaillard et de Dollemard, le 4e éclate en trois, avec la création du 9e (Mare-Rouge, Bois-de-Bléville) et du 10e (Caucriauville, Rouelles), enfin le canton d’Harfleur - Gonfreville-l’Orcher est séparé de celui de Montivilliers. Le résultat des élections cantonales des 14 et 21 mars 1982 donne 3 gains (9e et 10e cantons, Harfleur-Gonfreville) et 2 pertes (6e et 7e cantons) au PCF, 2 gains au PS (8e canton et Montivilliers), 2 succès aux droites ; en revanche aux élections municipales de 1983, la liste d’union de la gauche, conduite par André Duroméa, perd 7,46 % des suffrages exprimés33.

De nouvelles formes d’engagement

22Ce qui est en jeu est la capacité des communistes à renouveler leurs cadres et leur thématique, c’est-à-dire à inscrire dans la durée et dans une conjoncture de crise de nouveaux dirigeants et des formes inédites de militantisme.

Dirigeants historiques et cadres de l’appareil permanent

  • 34 Étudié par Annie Kriegel et Philippe Buton, dans Vingtième siècle, avril-juin 1989.
  • 35 L’expression est de Bernard Pudal, Prendre parti, Paris, PFNSP, 1989.
  • 36 Ou au sens sociologique, de ceux qui ont réussi leur insertion au sein du système politico-adminis (...)

23Les années soixante sont celles du changement des cadres politiques. La mort de Maurice Thorez en 1964, l’évolution stratégique de la fin de l’année 1962, l’effet de génération34 déterminent une triple évolution : d’une part la succession programmée des deux principaux « cadres thoréziens »35, René Cance et Louis Eudier, d’autre part l’élaboration d’un profil de carrière politique, pour les cadres de l’appareil permanent, et enfin la sélection de représentants, comme autant de notables politiques locaux, le mot notable n’étant pas utilisé dans une acception péjorative, mais au sens étymologique, de ceux qui ont une situation politique de premier rang dans une ville36.

Illustration 45 – Photographie d’élus communistes manifestant en 1965

  • 37 Sauf pendant la seconde législature de la IVe République (1951-1956) du fait du système des appare (...)
  • 38 Voir la légende de la photographie parue, après l’élection du nouveau maire, dans Le Havre libre, (...)

24La succession de René Cance, conseiller général depuis 1937, déchu en 1940, réélu en 1945, député sans discontinuer37 depuis les élections à la Constituante, organisées en 1945, élu maire en 1956 et 1965, est dévolue à André Duroméa, héritier légitime38, selon un cursus qui devient un mode de transmission : d’abord premier adjoint, en 1956 et 1965, puis conseiller général, élu en 1958, dans le 3e canton, député de la 7e circonscription à partir de 1967, élu maire en 1971 et 1977 (puis 1983 et 1989). La carrière parallèle de Jacques Eberhard est du même type, il est d’abord élu maire de Gonfreville-l’Orcher en 1953, puis conseiller général de Montivilliers en 1964, présenté comme candidat communiste, dans la 6e circonscription, aux élections législatives de 1958 à 1973, il a été élu sénateur en 1968.

25Le même ordre de succession a été tenté avec Daniel Colliard, premier adjoint (à partir de 1971), élu conseiller général en 1976 (jusqu’en 1982), puis conseiller régional (1986), successeur d’André Duroméa comme député (1993) devenu maire avant l’échéance des municipales de 1995.

26Cette stratégie, devenue classique, fonctionne donc à partir d’une position de départ, liée à un électorat de « bastion » (3e canton, 7e circonscription), puis d’un élargissement de la représentation à l’échelle de la ville. Une autre stratégie avait été tentée, dans les années soixante-dix, sur fond d’alliance politique et de programme (s) de gestion, elle tendait à gagner de nouvelles circonscriptions prises aux adversaires de droite. Ainsi Daniel Colliard avait-il, dans un premier temps, gagné le siège de conseiller général du 6e canton (1976) et progressait-il dans la 6e circonscription (législatives de 1973 et 1978, partielles de 1975) jusqu’à ce que la rupture de l’union de la gauche et l’effet (négatif pour le PC) de l’élection présidentielle de 1981 se conjuguent pour faire gagner le siège de député à un adjoint PS de la municipalité du Havre, Joseph Menga, doublé du maire socialiste de Montivilliers, Michel Vallery.

  • 39 Louis Eudier a été essentiellement un cadre syndical CGT. Quant à la date de son adhésion au PCF ( (...)

27Quant à l’autre dirigeant « historique » du PC, Louis Eudier39, différemment investi dans l’appareil politique, il avait été élu député (à la proportionnelle) en 1956 et était conseiller général communiste du 4e canton, depuis 1945. S’il a comme successeur déclaré, en 1973, Gérard Heuzé, secrétaire de ville, membre du secrétariat fédéral, c’est que la désignation d’un permanent, sans mandat électif, doit peut-être effacer le « risque politique » qu’avait été rétrospectivement l’élection du premier conseiller général communiste, Jules Le Troadec, en 1937.

  • 40 André Duroméa reste député de 1967 à 1993, plus les deux ans d’exercice du mandat sénatorial. Il e (...)
  • 41 Voir les photographies d’élus communistes manifestant en 1965 : de gauche à droite, Daniel Colliar (...)

28Les postes à responsabilité démocratique, député ou sénateur, maire, conseiller général de « bastions » (3e et 4e cantons), ont donc d’abord été attribués à des « personnalités politiques », anciens résistants et/ou déportés, ayant adhéré au PC antérieurement à l’Occupation. Ils ont été exercés pendant une durée inférieure à vingt ans, à deux exceptions près40 et transmis à des cadres de l’appareil politique41.

  • 42 On pourrait étudier le même type de parcours avec Raymond Lecacheur, secrétaire de la section de M (...)

29En marge de ces « personnalités centrales », trois insiders ont fait une carrière de second rang, c’est-à-dire que leur niveau de responsabilité s’est arrêté à des fonctions locales, de caractère municipal et cantonal. D’abord Maurice Schlewitz : instituteur, adjoint en 1956, il devient à partir de 1958 suppléant du candidat Jacques Eberhard dans la 6e circonscription, puis du député André Duroméa dans la 7e à partir de 1973, avant d’être élu conseiller général du 7e canton en 1976. La seconde est Maryvonne Rioual, adjointe à partir de 1971, élue, en 1976, conseillère générale du 3e canton (future candidate aux élections législatives en 1993 et première adjointe en 1994). Le dernier est Gérard Eude, candidat aux cantonales de 1973 dans le 2e canton, élu maire d’Harfleur (en remplacement du communiste Albert Duquenoy) en 1977, et conseiller général du canton de Gonfreville-l’Orcher en 198242. Deux outsiders auraient pu jouer un rôle politique mais se sont effacés : Louis Lecat, secrétaire de ville, adjoint en 1965, candidat dans le 1er canton en 1964 et 1970, suppléant d’André Duroméa en 1967 et 1968, et Raymond Charpiot, présenté dans le 2e canton en 1967, membre du comité fédéral.

  • 43 Lequel doit attendre la défaite communiste aux municipales de 1995 pour être élu député de la 8e c (...)
  • 44 Mireille Garcia est présentée comme suppléante de Daniel Paul aux législatives de 1997.

30Le dernier cercle est constitué par les adjoints, restés conseillers généraux ou régionaux (à partir de 1986), c’est-à-dire Daniel Paul43, présenté dans le 8e canton de 1982 (gagné par Patrick Fouilland, socialiste), Michel Barrier et Mireille Garcia, élus dans les 9e et 10e cantons la même année44.

  • 45 Les 3e, 4e et, à partir de 1982, 9e et 10e cantons, plus la 7e circonscription.
  • 46 Les 6e et 7e cantons, gagnés (par le PC) en 1976 et perdus en 1982 (au profit des droites), le 8e (...)

31Tous ces élus du PCF ont en commun d’avoir été préalablement dirigeants de ville (Cance, Lecat, Heuzé), au Havre ou en banlieue (Eberhard, Lecacheur), de section (Duroméa, Duquenoy, Colliard, Schlewitz, Eude), à la seule exception de Louis Eudier, secrétaire puis président de l’UL CGT, et de Maryvonne Rioual, secrétaire de cellule, et donc d’avoir été ou d’avoir aspiré à être membres de l’appareil politique permanent, le devenant par le biais de leurs fonctions électives (adjoints et/ou conseillers généraux). Il apparaît cependant que continue à se vérifier la règle (non écrite) de l’incompatibilité entre les responsabilités de premier secrétaire fédéral, de membre du comité central et les mandats de maire et/ou député/sénateur. Cela n’exclut pas les transferts de membres du secrétariat de ville ou fédéral au poste de maire, adjoint ou conseiller général, mais cela révèle la subordination locale de l’appareil partisan à la direction municipale ; cela démontre aussi que la structure politique a sa propre rationalité qui peut fonctionner dans la logique de bastion45, ce que l’on pourrait appeler les circonscriptions « fermées », mais qui a plus de difficultés à gagner des territoires46 et des électeurs davantage perméables aux variations de l’opinion et aux retombées de la conjoncture politique nationale, ce que l’on pourrait dénommer les circonscriptions « ouvertes ».

  • 47 De même, ceux des Jeunesses communistes (R. Ricouard).

32Une autre caractéristique de l’appareil municipal, et de la sélection des dirigeants élus, est la faible place qu’y occupent les cadres syndicaux CGT47. À la seule exception de Louis Eudier, peu de transferts s’opèrent de la direction syndicale à la représentation politique, et contrairement aux périodes antérieures (aux déplacements d’Henri Gautier et de Fernand Legagneux, par exemple), les promotions internes ne s’opèrent plus vers le siège de l’UD ou à celui de la fédération. Les deux successeurs de Louis Eudier à la tête de l’UL GCT (Henri Batard puis Jacques Defortescu) deviennent et restent conseillers municipaux. Est-ce un des signes de la permanence, à la base, de réactions de type anarcho-syndicaliste ? ou de la capacité de chacune des structures (PC et CGT) à promouvoir des logiques de carrière (politique ou syndicale ?), voire d’une sélection et d’une division de l’actif militant, réparti selon les qualités propres aux différentes personnalités ?

  • 48 À la seule exception peut-être de Maryvonne Rioual devenue candidate aux élections législatives (1 (...)

33Une dernière caractéristique du fonctionnement des structures de représentation politique est le nombre limité de femmes qui exercent des responsabilités, au-delà des fonctions de conseillères municipales communistes : trois d’entre elles sont devenues adjointes, Simone Duval, Maryvonne Rioual et Mireille Garcia, et seules les deux dernières ont été élues conseillères générales (en 1976 et 1982, dans les 3e et 9e cantons). Deux autres ont représenté des candidatures « symboliques », Yvette Génestal, en 1975, comme suppléante de Daniel Colliard, dans la 6e circonscription, Monique Murray, candidate dans le 1er canton en 1982 ; ce sont là, pour le moins, des promotions tardives et limitées48.

  • 49 Leur histoire et leurs mandats sont relatés dans des entretiens oraux : SR/MPDH, 13 février 1983, (...)

34Une analyse de l’origine socioprofessionnelle des communistes, élus maires et adjoints ou présentés aux élections cantonales et législatives, fait apparaître une ascendance « populaire » et une expérience d’ouvrier ou d’employé (Eudier, Duroméa, Lecat, Colliard, Heuzé, Eude, Barrier). On ne peut qu’être frappé par la place des instituteurs (Cance, Schlewitz, Paul). On constate une même caractérisation pour les femmes, adjointes et conseillères générales ou candidates à ces postes, elles sont employées (Rioual, Breteau), ouvrières (Garcia, Zelek, conseillère municipale) ou institutrices : à l’image de Simone Duval, adjointe de 1965 à 1995, des deux femmes de dirigeants ouvriers Marthe Duroméa et Andrée Lecat (investies dans le Mouvement de la paix), Yvette Génestal et Monique Murray sont institutrices PEGC et Maryvonne Rioual est mariée à un instituteur (Jean-Pierre Rioual, secrétaire à l’organisation). Seules deux personnalités, connues localement, appartiennent stricto sensu aux classes moyennes et ont pu, dans la conjoncture unitaire, jouer le rôle d’« illustration politique » de la nouvelle ligne, ce sont Raymond Charpiot, officier de la marine marchande, cadre syndical CGT, membre du comité fédéral, président de l’Association de gestion de la maison de la culture de 1970 à 1983, et Paulette Rosevègue, pédiatre, animatrice du centre de PMI de Caucriauville, femme du directeur de la MCH, conseillère municipale de 1977 à 198349 ; l’un et l’autre se sont éloignés du militantisme politique, après la rupture de l’union de la gauche.

35La présentation des candidats communistes, sur les listes élaborées pour les élections municipales de 1965 à 1983, est symptomatique de l’évolution politique et idéologique : en 1965, les futurs élus communistes sont majoritairement ouvriers (14 sur 21), même si certains doivent être comptabilisés comme permanents, ainsi le député et les conseillers généraux, cadres CGT et PCF. Les futurs élus s’affichent militants politiques, syndicaux et d’organisations (avec leurs responsabilités), soit comme déjà pourvus de mandats électifs (élections générales, sociales et professionnelles). En 1983, par contre la liste est caractérisée par sa désouvriérisation (12 ouvriers sur 59 candidats, soit moins de 1 sur 5), et tous les anciens et futurs adjoints communistes sont des permanents de l’appareil municipal et partisan. La féminisation des candidatures (11 femmes communistes au lieu de 3 en 1965, soit un quadruplement, et 3 adjointes, au lieu de 1) et la place qu’y occupent les institutrices et professeurs, aides-soignantes et infirmières puéricultrices, ainsi que l’incontournable mère de famille, sont autant de signes d’une mutation politique, engagée tardivement et incomplètement.

  • 50 D’après le titre de la thèse d’Andrew F. Knapp, Revolutionaries or technocrats ?, Oxford, Lincoln (...)

36Les cadres communistes élus peuvent-ils être confrontés à l’alternative : « révolutionnaires ou technocrates »50 ? Il est clair que des élus, dont les mandats sont soumis à renouvellement au terme de cinq ans (député), six ans (maire et adjoints, conseillers généraux), ne peuvent être assimilés à des technocrates, dont les positions de pouvoir sont liées à des compétences professionnelles, sanctionnées par un ou des diplômes, et dont la responsabilité est de caractère public et non directement politique, mais, à l’inverse, les municipalités à direction communiste, soumises à des contrôles juridiques et financiers, parties prenantes, même à leur corps défendant, de l’appareil d’État, ne peuvent jouer un rôle d’avant-garde politique : leurs dirigeants ne sont pas seulement des cadres de l’appareil permanent, ce sont aussi des responsables de la gestion d’une cité ; à ce double titre, ne pourraient-ils pas être plutôt qualifiés de « gestionnaires politiques » ?

  • 51 Analysé par Philippe Robrieux, Histoire du PCF, t. IV, Paris, Fayard, 1984.
  • 52 Étudiée par Raymond Pronier, Les municipalités communistes, Paris, Balland, 1983.

37La période 1965-1983 est un temps où sont remplacés les dirigeants historiques, encore appelés « cadres thoréziens » parce qu’ils ont commencé leur carrière politique dans les années trente et opté pour la stratégie de Front populaire, par des cadres de l’appareil permanent, n’ayant été ni résistants, ni déportés, ni victimes d’une répression anticommuniste ou antisyndicale. Cette nouvelle génération post-thorézienne n’a d’autre titre à faire valoir que son origine ouvrière/populaire, son engagement militant et sa fidélité partisane, à l’image du « parti de Georges Marchais », secrétaire à l’organisation devenu secrétaire général en 197251, et de Marcel Rosette, nouveau responsable « aux collectivités locales » (1977), fondateur de l’Association nationale des élus communistes et républicains, structure d’encadrement des gestionnaires communistes52.

Anciennes organisations et nouvelles associations

  • 53 L’UVF a 3850 adhérents en 1965, 4950 en 1971.
  • 54 La CNL a 4000 cotisants en 1972.

38Les années soixante sont caractérisées par la substitution de nouvelles associations à d’anciennes organisations, liée à des transformations idéologiques et culturelles. Les anciennes structures, de tradition communiste, ne continuent à se développer que dans la mesure où elles répondent à des besoins sociaux et politiques et restent animées par des personnalités « militantes » : l’Union des vieux de France (Vatine, Mme Scheidecker)53, le Mouvement de la paix (Simon), la Confédération nationale des locataires (Duchesne)54, les Associations d’anciens combattants (l’ARAC dirigée par Dufour, la FNDIRP par Eudier et Boisard, et l’ANACR par Naze), les Artistes ouvriers (Nicolle) continuent à mobiliser des adhérents, à organiser des manifestations publiques et à tenter d’élargir le cercle des électeurs communistes ; par contre elles sont menacées par le vieillissement, le non-renouvellement des cadres et des militants, la perte de références idéologiques. Cela est particulièrement clair pour les organisations liées à la mémoire de la Résistance et de la déportation qui tentent de fédérer toutes les associations existantes (AMAC, FNDIR) dans des manifestations commémoratives : élévation de monument, cérémonies du souvenir, discours sur l’unité du mouvement et l’union des héros et des victimes.

39Reste l’inversion de la conjoncture pour les structures d’aide sociale que sont les associations de personnes âgées et/ou de locataires. Le Salon des peintres ouvriers, doté de multiples prix (des municipalités à direction communiste, du journal local), tente une ouverture à toutes les formes esthétiques sans limiter ses références aux cultures du mouvement ouvrier. Mais le Mouvement de la paix, pacifiste et antinucléaire, survit difficilement à la fin de la seconde guerre du Vietnam et au ralliement du PCF à la force de frappe (1977).

40Deux associations non communistes, l’une, Tourisme et travail, liée à la CGT, l’autre dite FHOL ou Fédération havraise des œuvres laïques, rattachée à la Ligue de l’enseignement, se transforment. Tourisme et travail devient à la fois une organisation de tourisme social avec les cars-camping ou la maison familiale de Clécy et reste un mouvement d’éducation populaire dirigé par Albert Perrot et Jean-Marie Huret. La Fédération havraise des œuvres laïques organise le temps libre des enfants et des adolescents. L’une et l’autre démultiplient leurs activités de services et de formation permanente (initiation aux techniques du cinéma, de l’audiovisuel, à l’informatique) et s’engagent dans une action socioculturelle (stages de militants et d’animateurs). Ces organisations anciennes ont donc évolué, de même que l’association France-URSS (présidée par le commandant Cousin puis par Jean Giustiniani à partir de 1969). Devenue organisatrice de voyages, de séjours et de croisières, prestataire de cours de langue russe, exposant à la vente des produits de l’artisanat soviétique, France-URSS a étendu son recrutement au-delà des thuriféraires du régime soviétique. Ces trois associations se sont donc mises en situation de renouveler et d’élargir les conditions d’adhésion, les rendant moins militantes, plus « consuméristes », même si leurs cadres sont encore prédéterminés par des idéologies de référence.

  • 55 La symétrie est presque parfaite avec les Cœurs vaillants, Âmes vaillantes, JEC-JECF, JOC-JOCF.
  • 56 Témoignage de Bernard Lelièvre, représentant les Jeunesses communistes dans le comité de coordinat (...)

41Quant aux mouvements de jeunesse communistes, parallèlement aux organisations catholiques55, ils régressent en « actif militant », en dépit de l’aide de l’organisation partisane et de la direction municipale ; il ne reste plus alors que les Vaillants et Vaillantes d’Aplemont (dont le responsable est Alain Bouvard) qui organisent un centre aéré et une colonie de vacances, et un mouvement de la Jeunesse communiste relancé par le fils d’une ancienne adjointe communiste dans la première municipalité René Cance, Bernard Lelièvre56, qui anime un cercle Mikis-Théodorakis (1965), dans ce même quartier d’Aplemont, véritable et unique conservatoire des traditions communistes, en marge de la ZUP de Caucriauville (nord-est).

  • 57 Témoignages de Bernard et Claudine Lelièvre, anciens JC (entretiens SR/MPDH, 28 janvier 1990 et 13 (...)

42L’organisation des JC, dirigée par le secrétaire fédéral, Claude Despretz, est encore affaiblie, à partir de 1966, par la scission des Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR) dépendant de la Ligue communiste et recrutant chez les jeunes lycéens57.

43À partir de 1965, les militants des organisations communistes étaient donc moins engagés qu’intégrés, sous une forme associative, à des appareils idéologiques. Ils étaient aussi confrontés à des catégories nouvelles ne relevant pas du « peuple communiste » traditionnel.

Des remises en cause de l’identité ouvrière communiste

Étrangers et immigrés : des ouvriers en marge

  • 58 Le nombre des immigrés, comprenant les personnes naturalisées françaises et les jeunes nés, en Fra (...)
  • 59 Par rapport à la moyenne nationale et plus encore à celle des régions anciennement industrialisées (...)
  • 60 Cette diminution est due à l’élargissement des aires de recrutement au bassin oriental de la Médit (...)

44Si Le Havre a été historiquement une ville d’immigration, peuplée par apports successifs liés à l’exode rural, des campagnes du pays de Caux, aux migrations interrégionales de la Bretagne littorale, et à l’immigration étrangère, du fait des grands travaux, de l’activité internationale du port de commerce et de l’industrialisation de la plaine alluviale, il n’en est plus de même à partir de la fin des années soixante. Certes, le nombre des étrangers58 double, en chiffres absolus et en pourcentage, entre les recensements de 1968 et 1982 (soit 5542 personnes, 2,8 % de la population, et 11 900 à la fin de la période, 6 % en 1982), mais les étrangers restent, en 1982, peu nombreux, une petite minorité59, à dominante masculine (60,2 %) et algérienne (40,4 %). Cependant la proportion des hommes a baissé par rapport à 1968 (71,3 %), de même que l’origine algérienne a diminué (42,9 %)60, ce qui est un indice d’intégration familiale, par rapport à la période antérieure, élément corroboré par la baisse de la proportion des adultes (2/3).

  • 61 Il n’est pas non plus question des réfugiés politiques, arrivés du Sud-Est asiatique, après 1975.

45Le recensement de 1982 fait apparaître une dominante maghrébine (53 %) et hispanique (15,9 %). Il ne mentionne pas par contre, et cela pose problème pour Le Havre, ville d’ancienne immigration de la côte ouest de l’Afrique, la part des Africains noirs, originaires du Sénégal, de la Casamance, voire de la Mauritanie61. Il permet enfin de faire le constat de la sédentarisation de la population, toutes nationalités confondues, puisqu’en 1982, 86,1 % des 198 580 personnes recensées habitaient déjà la commune au 1er janvier 1975, le nombre de résidents, nés hors de la France métropolitaine, n’étant que de 4604 (2,3 %), dont seulement 2408 étrangers.

  • 62 La proportion chez les dockers est très faible : 1 %.

46La communauté étrangère au Havre présente des traits caractéristiques des populations immigrées, d’une part une surreprésentation des actifs, 68,9 % (contre 32,9 % pour les populations de nationalité française), dans l’industrie, le bâtiment et les travaux publics, mais seulement 31,1 % dans les commerces, transports62 et services (67 % des Français), ils sont donc comme l’image inversée de la ville au travail. D’autre part une concentration géographique s’est opérée dans les vieux quartiers d’habitat ouvrier, en zone sud : Eure et raffineries, Neiges et cité Chauvin, en 1975, cité Chauvin, Vallée-Béreult, Neiges et Saint-Nicolas – Humbert en 1982, et dans le nord-est ancien : Aplemont, Rouelles, Acacias.

  • 63 L’entreprise Luterma a 600 salariés en 1968, 800 en 1974, elle est fermée en 1979.
  • 64 Le Havre libre, 15 février 1972.
  • 65 L’entreprise a 150 ouvriers dont 80 % d’étrangers, d’après les syndicats, mais 25 % selon la direc (...)

47Ouvriers d’industrie et du bâtiment, les immigrés sont surreprésentés dans le secteur des biens d’équipement (43 %), et, pour la moitié d’entre eux, dans la construction automobile. Le tertiaire est d’abord celui des services marchands aux entreprises, à commencer par les activités de nettoyage. On retrouve les travailleurs étrangers dans des emplois déqualifiés, salissants et précaires, à forte proportion (relative) de main-d’œuvre féminine ; ainsi chez Luterma63, entreprise créée en 1963 et fermée en 1978-1979, il y a 60 % de main-d’œuvre de femmes, 20 % d’étrangers, soit autant que d’ouvriers d’origine française. Les immigrés exercent aussi des métiers réputés dangereux et une polémique éclate en 197264, qui met en cause une entreprise de produits chimiques, Extraits tinctoriaux – maison Westphalen65, vieille entreprise havraise, accusée de faire travailler prioritairement les étrangers, sur des « produits acides » et à des tarifs horaires inférieurs aux normes (moins de 0,50 F). La controverse est close par une mise au point de la direction de l’entreprise qui fait état d’une « non-discrimination raciale ».

Carte 26 – Étrangers et immigrés au Havre : des ouvriers en marge

48Le chômage et la précarité se développent précocement et massivement chez les étrangers, qui ont été embauchés dans des entreprises se révélant particulièrement vulnérables à la conjoncture de crise : Luterma, Extraits tinctoriaux, sans parler du bâtiment mais aussi de Renault.

  • 66 Les deux bidonvilles ont duré jusqu’en 1973 (Le Havre libre, 3 octobre) et 1974 (Le Havre libre, 2 (...)
  • 67 Ces foyers sont pour hommes isolés et/ou célibataires, par exemple le foyer pour travailleurs turc (...)
  • 68 Tous les foyers répertoriés en 1982 sont situés à Rouelles et Aplemont (nord-est), à Graville et H (...)

49L’habitat des populations immigrées a évolué fortement dans son mode et sa répartition. Constitué au départ par des bidonvilles66 (cité Chauvin, rue Marmiesse aux Neiges), des cités de transit, la cité Bricart ou des logements anciens, en fait des meublés souvent insalubres, il se répartit dans les vieux quartiers ouvriers, du sud (Eure, Neiges) et du nord-est (Mare-Rouge) de l’agglomération. Il s’est développé, dans les années soixante-dix, sous la forme de foyers67 d’hébergement (2 350 lits en 1972), toujours situés dans les zones d’habitat ouvrier ancien68, par exemple boulevard Jules-Durand, à proximité de l’ancien bidonville, détruit en 1972-1973, mais aussi dans les nouveaux quartiers de grands ensembles d’HLM, et la deuxième génération habite, par exemple, à la Mare-Rouge, où la proportion d’étrangers atteint, en 1982, un habitant sur cinq.

  • 69 La politique de regroupement familial se poursuit même après l’arrêt officiel de l’immigration.

50Cette forte concentration d’immigrés dans les quartiers périphériques, anciens et récents, est liée à plusieurs facteurs. Les travailleurs immigrés cherchent d’abord à se loger à proximité des lieux d’embauche, dans des habitations à bon marché parce qu’abandonnées ou rejetées par les nouvelles générations de jeunes ouvriers (dans les quartiers sud), les classes moyennes (Mare-Rouge). Une autre réalité est le fonctionnement de réseaux à caractère « ethnique » et/ou familial, relayant les filières plus anciennes, liées à l’immigration européenne (belge, polonaise, espagnole) ; certains quartiers ont même acquis une dominante « nationale » : les Algériens prenant la place des Polonais aux Neiges et à la Mare-Rouge, les Sénégalais à Rouelles, les Portugais à Montgaillard… La sédentarisation des familles et le rajeunissement des ménages69 jouent le même rôle d’intégration à un territoire urbain. Enfin les promoteurs immobiliers, que sont l’entreprise Renault, bâtissant 2 foyers, rue Gustave-Brindeau (sud) et rue Warfusée-Abancourt (nord-est), et la Sonacotra, elle aussi propriétaire de 2 foyers (boulevard Jules-Durand, sud) et rue Léo-Delibes (Aplemont, nord-est), outre les HLM qui construisent des immeubles dans les quartiers de la Mare-Rouge (nord-est) et de la Vallée-Béreult (sud), sont à l’origine du développement concentré de ce type d’habitat. Seul un foyer HLM, bâti dans la vallée de la Lézarde, à Harfleur, a été conçu en relation avec les populations intéressées.

  • 70 Le POS est approuvé par le conseil municipal du 9 décembre 1974, art. 2.
  • 71 Entretiens SR/MPDH avec Daniel Colliard, premier adjoint chargé de l’urbanisme, les 10, 11 et 18 d (...)
  • 72 Cette image est construite à partir de faits divers et de ce que les sociologues appellent « récit (...)
  • 73 Les actions de prévention sont organisées par des animateurs des CLEC dépendant de l’adjointe comm (...)
  • 74 Par exemple l’opération Habitat et vie sociale, menée par une équipe de techniciens, mise en place (...)

51La municipalité, quant à elle, a refusé ce qu’elle a appelé la « logique de la ghettoïsation » au profit d’une répartition ; c’est ainsi qu’elle a fait inscrire dans le POS du nord-ouest70 relatif aux anciennes communes de Sanvic et Bléville la référence à « des résidences à affectation particulière : personnes âgées, migrants et étudiants », avec l’objectif déclaré que « l’équilibre sociodémographique soit respecté »71. Il reste que les quartiers à concentration « relative » d’immigrés et d’étrangers ont une image plutôt négative72 et qu’il est difficile d’évaluer dans quelle mesure la présence de populations étrangères est à l’origine ou déjà la conséquence d’un relatif état d’abandon. La détérioration des conditions de travail et d’habitat transforme ces populations et ces quartiers, au début des années quatre-vingt, en acteurs et lieux de petite délinquance, relevant d’actions de prévention73 et d’opérations de rénovation et de réhabilitation74.

  • 75 Association SOS-Refoulement, Le Havre libre, 12 et 13 avril 1980.
  • 76 Dans une entreprise de nettoyage (28 juin 1973) et chez Luterma (30 mai 1974).
  • 77 Le Havre libre, 24 et 25 décembre 1973.

52Confrontés à des revendications classiques de salaire, de temps de travail et d’emploi, les travailleurs immigrés ont aussi leurs revendications spécifiques de formation générale qui peut prendre la forme d’une alphabétisation, de répartition du temps de travail, demandant que le mois de congé soit allongé à « un trimestre tous les deux ans, avec deux mois sans solde en 1974 » et enfin l’égalité des droits qui cesserait de faire d’eux les premiers licenciés, contraints au retour75, empêchés de faire venir leurs familles. Pour ces raisons, des ouvriers étrangers font grève, pour une augmentation de salaire ou pour un allongement de la durée des congés76. Ils participent à une semaine d’action pour l’égalité des droits (1972) ou à une marche silencieuse de protestation contre les attentats racistes77, ils sont soutenus par la CGT, la CFDT (commissions « immigrés ») voire la FEN, parlant d’« unité fraternelle », solidaires de leurs revendications. Faiblement syndicalisés, ils disposent du droit de vote dans l’entreprise : ils élisent les délégués du personnel et participent aux élections prud’homales. Ils ont encore le soutien déclaré, sur fond d’antiracisme, des formations politiques de gauche et d’extrême gauche (PC, PS et PSU) et d’organisations comme le MRAP ou la LICRA, mais aussi d’associations spécifiques comme l’Amicale des Algériens en Europe ou l’APAAM, Association pour la promotion, l’alphabétisation et l’animation des migrants, le Comité de liaison et d’accueil des travailleurs étrangers et l’ASTI, Association de soutien aux travailleurs immigrés.

  • 78 C’est-à-dire les prêtres-ouvriers du secteur est : M. Bastide, Cl. Huret, L. Géhin, C. Simon, par (...)
  • 79 Claude Huret devient par exemple le directeur salarié du Comité de liaison et d’accueil des travai (...)
  • 80 Témoignage de Jacqueline Rubé : entretiens oraux MPDH/SR le 13 mars 1993 et le 11 juin 1993.
  • 81 « Nous [les équipes de quartier intervenant par exemple dans la cité HLM de la Mare-Rouge] les aid (...)
  • 82 Il s’agit de comité de résidents (foyer Sonacotra du boulevard Jules-Durand) ou d’association de r (...)

53Les nouvelles structures ont été créées par des prêtres-ouvriers, dont certains furent des militants anticolonialistes, au temps de la guerre d’Algérie, des chrétiens de gauche ; ce sont eux78 qui protestent contre la fermeture du foyer de Rouelles, ouvert aux Africains « noirs » (Sénégalais, Maliens, Mauritaniens). Ce sont aussi ces non-communistes qui font vivre ces associations79, en obtenant de l’argent public, du Fonds d’aide sociale, de la CAF et de la DDASS, de la municipalité sous forme de subventions, de locaux et de personnel salarié, non sans résistance. Ainsi Jacqueline Rubé, adjointe PS aux Affaires sociales, se souvient-elle des difficultés pour recruter des infirmières professionnelles acceptant d’aller travailler dans des quartiers prolétarisés : aucune des 40 salariées du bureau municipal d’hygiène n’ayant été volontaire, elle dut faire appel à des religieuses diplômées de la Mission de France80. Les formes d’intervention sont concrètes et limitées : actions ponctuelles d’insertion sociale, d’amélioration de l’habitat, d’organisation de locataires81, sans prendre la forme de structures politiques, syndicales ou associatives classiques82, à usage de populations qui restent marginalisées et ne disposent pas du droit de vote. Jacqueline Rubé, adjointe socialiste, constate que le parti communiste donne « la priorité à ceux qui ont du travail, une certaine culture et sont insérés » ; pour autant le parti socialiste ne demande pas le droit de vote pour les étrangers et seule l’extrême gauche, représentée par Lutte ouvrière, présente une candidature symbolique, celle d’Abd el-Krim ben Lahoussine, ouvrier d’origine marocaine, aux élections législatives partielles de 1975 ; il obtient 0,5 % des suffrages exprimés.

54Les immigrés doivent-ils être intégrés, voire assimilés ? La question est posée, sous forme de débats publics, par les institutions culturelles et les associations d’éducation populaire : la maison de la culture organise, le 24 novembre 1971, une projection du film du Centre régional d’éducation permanente et d’action culturelle (CREPAC) Étranges étrangers, puis de Pourquoi et comment peut-on être immigré en France en 1976 ? (samedi 21 mars) ; la maison des jeunes projette de nouveau le film du CREPAC, suivi d’un échange avec deux représentants de la CGT et de la CFDT, puis évoque « le racisme au Havre » avec la Ligue des droits de l’homme, le 28 septembre 1973. Les CLEC d’Aplemont et de Caucriauville débattent du racisme avec le MRAP, puis de la guerre d’Algérie (avec Henri Alleg), celui de l’Eure organise une exposition de photos (Le Havre libre, 10 mars 1980). L’UCJG est l’association la plus impliquée, de la « semaine d’information et d’échanges sur le racisme et l’immigration » de 1973 au comité de soutien aux luttes des travailleurs immigrés, constitué par onze organisations dont le PS, la LCR, la CFDT (mais ni le PC ni la CGT), organisant les « six heures pour l’immigration » les 12 et 13 avril 1980.

  • 83 Il a écrit en 1972 Mohammed, prends ta valise.
  • 84 Le groupe est invité de nouveau par une association de quartier, l’Action collective socioculturel (...)

55C’est aussi en termes de « personnalité culturelle » que la question des immigrés est posée par la maison de la culture, programmant une journée algérienne, le 20 mars 1976, ou faisant appel à des auteurs contemporains (Kateb Yacine83, Tahar ben Jelloun), créant Barka (Assez) ou représentant Rixe de Jean-Claude Grunberg, mais invitant aussi des chanteurs (Idir, le groupe Nedjema84), des cinéastes, Mohammed Lakhdar-Hamina, Mohamed Bouamari, metteur en scène du Vent des Aurès ou du Charbonnier, des acteurs, c’est-à-dire donnant à voir et à entendre les productions culturelles les plus élaborées du Maghreb contemporain.

56La MCH coproduit, avec d’autres associations, le festival des travailleurs immigrés (4 manifestations de 1971 à 1979), elle participe à « Juin dans la rue », en 1978, sur le thème « Carrefour des peuples », et en 1980, avec l’interrogation : « Les cultures noires, mythes ou recherches d’identité ? »

  • 85 La salle est ouverte le 14 septembre 1973.

57Cette prise en compte de la dimension culturelle et identitaire de la condition des immigrés avait été tentée, en 1973, avec la réouverture, à Graville, d’une ancienne salle transformée en cinéma de langue arabe, El-Mabrouk85, projetant des films sous-titrés en français.

58La dramatisation des problèmes posés par l’immigration, dans les mois qui précèdent l’élection présidentielle de 1981, tient à plusieurs facteurs : l’augmentation des voix obtenues par le Front national, depuis les élections européennes de 1979 ; l’aggravation de la crise sociale et urbaine qui fait des étrangers, voire des descendants d’immigrés de nationalité française, des boucs émissaires aux problèmes de chômage et d’insécurité ; et enfin la polémique ouverte par les deux affaires de Vitry (24 décembre 1980) et de Montigny-lès-Cormeilles (7 février 1981) qui impliquent des maires communistes (Paul Mercieca et Robert Hue) et des immigrés, travailleurs maliens et familles maghrébines, faisant suite à une déclaration du bureau politique du PCF : « Oui, il faut arrêter l’immigration ! » La controverse donne lieu à une libre opinion de René Cance, ancien député-maire communiste, publiée sous le titre « Où sont les racistes ? » dans Le Havre libre du 8 janvier 1981. Il y développe la thèse d’un complot contre le PCF (parti et municipalité), ourdi par le maire UDF de Saint-Maur et le préfet du Val-de-Marne (département dont Georges Marchais est l’élu), il y accuse ceux qui, de la droite aux socialistes, « ont participé aux guerres coloniales », il tente de faire la différence entre « ceux qui ont détruit les bidonvilles et ceux qui veulent constituer des ghettos ». Plus intéressants sont les deux arguments de fond, le premier étant : « N’est-ce pas être antiraciste, antiségrégationniste que d’exiger une répartition équitable des travailleurs immigrés ? » Car comment ne pas poser la question du sens de cette formulation, au regard de quels critères quantitatifs (seuil ? quota ?) fonctionne-t-elle ? Le second refuse que le foyer de Vitry soit occupé par les 300 Maliens, alors qu’il aurait dû servir à « de jeunes travailleurs français à la recherche d’un logement » ; il révèle plus qu’un dérapage, au regard de la culture universaliste du PCF qui refusait, par exemple pendant la crise des années trente, de mettre en compétition les travailleurs en quête d’emploi ou les chômeurs relevant de l’assistance sociale, une faute politique qui ajoute à la crise du PCF. Le PS ne manque pas de relever la contradiction entre le discours sur l’égalité et le défaut de solidarité concrète, argument qui peut jouer à son profit dans la compétition électorale prochaine.

59L’arrivée d’un gouvernement à direction socialiste se solde, localement, par la régularisation juridique de 400 dossiers, mais sans aucune politique ni structure spécifiques, la question immigrée reste en marge de l’action gouvernementale et municipale, comme les travailleurs étrangers sont restés en marge du mouvement ouvrier, CGT et PC.

La place limitée des femmes

Femmes au travail

  • 86 La formule écrite en août 1935 est reprise le 31 mars 1980 dans Le Havre libre.
  • 87 Historiquement, dans la première phase d’industrialisation, les femmes étaient majoritairement ouv (...)
  • 88 Selon le fichier de l’INSEE qui répertorie les établissements de plus de 50 salariés existant entr (...)
  • 89 Cinq d’entre elles n’emploient que des femmes, soit l’Association populaire familiale (100), l’Aid (...)
  • 90 En 1962, y compris les chômeuses ; en 1968, non comprises les femmes disponibles à la recherche d’ (...)
  • 91 Le Havre n’est que chef-lieu de sous-préfecture et les grandes entreprises ont leurs sièges sociau (...)
  • 92 En 1962, 55,9 % des ouvriers ; en 1982, 72,8 % (recensements INSEE).

60D’après Armand Salacrou, bon connaisseur des réalités sociologiques de la ville, « Le Havre, cité sans monuments fameux, est une ville d’hommes »86. La formule, pour être à l’emporte-pièce, n’en est pas moins évocatrice de la composition (ancienne) des grandes entreprises de l’agglomération87, qu’elles soient liées aux transports maritimes, à la métallurgie ou à la chimie : sur 66 entreprises recensées en 198088, 7 ont une main-d’œuvre majoritairement féminine89, mais, à l’inverse, 33 d’entre elles, soit la moitié, emploient une seule femme et 3 aucune (l’entreprise de remorquage Les Abeilles, celle de pilotage du Havre et la société de manutention Stima). Autant dire qu’il y a dans la zone d’activités de l’agglomération un sous-emploi féminin spécifique (29,6 % de femmes actives de plus de 15 ans en 1962, 30,5 % en 1968 contre 44,8 % à Rouen, 32,9 % en 198290). Ce défaut d’activité professionnelle tient à trois facteurs : les caractères du marché de l’emploi et la structure des grandes entreprises91, la dominante ouvrière qualifiée92 et donc les « sur-salaires » payés aux hommes dans le secteur privé, coexistant avec la sous-qualification, professionnelle ou technique, des femmes (91,3 % des femmes sont sans diplôme en 1962), ajoutée à un faible niveau d’enseignement général (les deux tiers des femmes n’ont pas le CEP en 1962, encore 45,1 % de femmes sont sans diplôme en 1982 et 14,3 % sont titulaires d’un CAP ou d’un BEP).

  • 93 Le recensement de 1982 intègre à la catégorie « employées » les personnels des services directs re (...)
  • 94 Quelques femmes sont aussi placées à la tête d’institutions culturelles locales (bibliothèque, mus (...)

61Ce sous-emploi des femmes s’ajoute aux caractères originaux du travail féminin : les femmes sont d’abord employées (34 % en 1962, 59,7 % en 198293), personnels de service (19,1 % en 1962), ouvrières (19,1 % en 1962, 11,3 % en 1982), majoritairement OS et manœuvres (à 68 % en 1962 et 73,7 %, vingt ans après, dites non qualifiées), pourcentage dépassé alors par les 12,1 % de femmes exerçant des professions intermédiaires dans l’enseignement, la santé et la fonction publiques94. Le travail féminin est donc, au Havre, en progression lente, faiblement qualifié et sous-payé, précaire (les femmes représentent 54 % des 2423 chômeurs officiels en 1962 et 52,9 % des sans-emploi de 1982).

  • 95 Elle gagne 2 117 F par mois, soit à peine plus que le salaire annuel moyen d’un ouvrier manœuvre ( (...)

62Une enquête publiée le 17 janvier 1977, dans la perspective des élections municipales, et à la veille d’un débat public organisé entre les deux têtes de liste par la première chaîne de télévision, détermine un profil-type dit de « Madame Le Havre », soit une femme de 25 à 35 ans, mariée et mère de famille, qui travaille dans les milieux portuaires et habite les quartiers orientaux de la basse ville. Elle sélectionne sur ces critères Geneviève Breteau, 30 ans, qui travaille comme sténodactylo à la Compagnie générale transatlantique95, mariée à un ouvrier qualifié (chaudronnier à la COGER, entretien et réparation navale), mère d’un enfant de 5 ans et qui réside rue Massillon (quartier Demidoff – Saint-Léon), soit la femme du secrétaire de la section communiste Havre sud-est, la même qui avait fait l’objet d’une promotion rapide (et éphémère) au bureau de la fédération de Seine-Maritime et avait été présentée sur la liste d’André Duroméa… Son engagement politique ne fut pas révélé aux spectateurs de la télévision (ni aux lecteurs de la presse locale…), mais ne manqua pas d’intéresser ou d’amuser les personnes averties.

Illustration 46 – Photographie d’infirmières de l’hôpital du Havre en grève (1968)

63Moins anecdotiquement, force est de constater que les femmes placées à des postes de responsabilité, les candidates, les élues de la gauche syndicale et politique (CGT et CFDT, PC et PS) ont toutes comme caractéristiques d’être des mères de famille et/ou des ouvrières, des employées, des professionnelles de l’éducation ou de la santé publiques ; à ce titre, quelles que soient leurs qualités propres, elles sont d’abord représentatives de la majorité sociologique, ayant été choisies en fonction du critère de la composition socioprofessionnelle de l’agglomération et de son évolution.

Femmes en lutte, militantes

  • 96 Voir la photographie des infirmières de l’hôpital du Havre en grève en 1968 (illustration 46).
  • 97 On pourrait presque parler d’agitation sociale touchant spécifiquement les femmes salariées, avec (...)
  • 98 La grève dure 21 jours (4-25 avril 1975) chez Lipton. Elle commence le 27 février 1975 chez Luterm (...)
  • 99 À terme elle est présentée comme conseillère municipale communiste, aux élections de 1977.
  • 100 L’entreprise Luterma ferme le 27 avril 1978, licenciant 484 personnes ; il y avait encore 700 sala (...)
  • 101 En mai 1975, 150 femmes sont licenciées chez Allmer, une dizaine réembauchées avec un contrat reno (...)
  • 102 La situation des femmes se dégrade comme celle des jeunes et des travailleurs immigrés (par exempl (...)
  • 103 Le PSU affirme, quant à lui, que les femmes sont en train de prendre en main leurs affaires et qu’ (...)

64Trois entreprises à dominante féminine, à la suite de mai-juin 1968 et de l’extension des grèves au secteur des commerces, transports et services96, ont été à l’origine de mouvements sociaux ; deux d’entre elles étaient des PME de création récente : Allmer, usine de vêtements imperméables située dans le vieux quartier ouvrier de l’Eure au sud, et Thés Lipton, entreprise dépendant du groupe Unilever, implantée dans la nouvelle zone d’activités de Caucriauville au nord-est ; la troisième, Luterma, était une grosse fabrique de contreplaqués qui, créée dans la zone industrielle portuaire, avenue du Seizième-Port, a eu jusqu’à 900 salariés, dont la moitié de femmes, en 1973. Les grèves ont été déclenchées en 1975, dans la conjoncture de crise postérieure à mai-juin 1968 et consécutive au premier choc pétrolier (crise des industries traditionnelles : bois, textile et habillement…) ; cette année était aussi celle de la lutte pour l’application de la loi Simone Veil sur l’interruption volontaire de grossesse97. Dans les deux cas, Luterma et Lipton, le même schéma se reproduit : une grève limitée dans le temps98, avec une occupation « symbolique » chez Luterma, un soutien affiché des syndicats, CGT et CFDT, sans jamais qu’apparaisse publiquement une dirigeante ouvrière, si ce n’est Anne-Marie Zelek, déléguée CGT chez Allmer99, un soutien aussi de la municipalité et des élus PC/PS, sous forme de visites, participation aux manifestations de rue, délégations à la sous-préfecture, lettres à la direction de l’entreprise. Il s’agit de revendications syndicales « classiques » : la défense de l’emploi100 et des salaires, le refus de la précarisation et du chômage101, les menaces qui touchent en premier lieu les femmes ouvrières, principales victimes de la crise. Simultanément, aux élections législatives partielles de 1975, aux cantonales de 1976, aux municipales de 1977, des femmes de gauche et d’extrême gauche deviennent candidates, éligibles et élues. Leur accès à la citoyenneté « active » est peut-être lié au fait qu’étant les premières atteintes par la détérioration de la conjoncture102, elles deviennent plus mobilisables, mais aussi à ce que la multiplication des luttes de femmes, même limitées quant à leurs objectifs, révèle une élévation de leur niveau de conscience civique et sociale103.

Femmes engagées

  • 104 Voir ci-dessus les statistiques sur les entreprises à recrutement exclusivement féminin et leurs a (...)

65Le caractère minoritaire et « déqualifié » du travail féminin au Havre, ajouté à la faiblesse relative des mouvements féministes, est allé de pair avec leur promotion, limitée et tardive, dans les appareils syndicaux et politiques de gauche et d’extrême gauche. Les associations sociales, à caractère familial et humanitaire, ont historiquement eu leur contingent de femmes bénévoles, salariées104, voire travaillant au noir. On les retrouve au Havre à la tête de comités de quartier, de structures d’entraide (Blanche Hauguel dans le comité Jules-Durand, Juliette Londais à Aplemont) ou d’assistance aux mères de famille. Les années postérieures à 1968 sont cependant caractérisées par la radicalisation des discours, le développement des mouvements féministes et la multiplication des engagements féminins dans les organisations politiques et les associations culturelles.

  • 105 Ce n’est pas toujours le cas : Ginette Dislaire, responsable du collectif féminin, à la CGT, parle (...)
  • 106 Voir Françoise Thébaud, dir., Histoire des femmes, t. V, Paris, Plon, 1992, chap. 8 : « Le modèle (...)

66Le changement de langage, c’est d’abord l’idée développée publiquement, par des femmes (Simone Omont, Claire Thieullent) appartenant à des mouvements et partis d’extrême gauche (Groupe femmes PSU, Femmes communistes révolutionnaires, Ligue du droit des femmes)105, qu’une problématique révolutionnaire peut être dégagée, à partir de luttes sectorielles, pour la liberté de la contraception et de l’avortement (MLAC), pour les droits des femmes (PSU-68), contre la violence patronale et/ou conjugale (Femmes battues). Cette théorie, reprise du féminisme révolutionnaire (Kollontaï106) et des féministes américaines des années soixante – soixante-dix, est contradictoire avec les positions réformistes développées par des mouvements comme Choisir - La cause des femmes qui ont pour objectif l’égalité des droits de l’homme et de la femme, la lutte contre toute forme de discrimination sexuelle.

  • 107 Voir la campagne pour les élections législatives de 1978 dans Le Havre libre : « La promotion de l (...)
  • 108 Dans la « Charte revendicative des femmes », publiée le 7 février 1980 dans Le Havre libre.
  • 109 Ces positions seraient-elles aussi liées à la « peur » de l’introduction, dans le mouvement ouvrie (...)
  • 110 Le 8 mars 1975, 800 femmes manifestent dans la rue, ce qui est exceptionnel.
  • 111 Par exemple, l’UCJG, qui aborde, pendant un week-end, « les problèmes féminins », commence par ana (...)
  • 112 À l’ouverture de la zone d’activités de Caucriauville, proche de la ZUP, 20 demandes d’emploi (fém (...)
  • 113 Ce qui contraste avec la politique (ancienne) d’implantation systématique d’équipements éducatifs (...)

67Plus encore ces analyses sont opposées à celles du parti communiste pour lequel les femmes se définissent d’abord par leurs conditions de travail, leur statut de citoyennes et leur solidarité fondamentale avec leurs alter ego masculins. De femme, au singulier, ayant des objectifs de promotion (1978)107, elles deviennent femmes, au pluriel, en quête de droits (1980)108. Il y a là une évolution lente, symbolique et quelque peu décalée avec l’organisation d’un défilé de femmes communistes, tel qu’il s’est déroulé en région parisienne, au mois d’octobre 1977. Il n’est question, dans le discours communiste, que de femmes privées d’emploi, de formation, de responsabilité, qui expriment des revendications sociales, des aspirations de type collectif à la promotion, une volonté politique de changement. Toutes ces analyses justifient des positions très évolutives109. Les communistes cherchent à intégrer une majorité de salariées, électrices, épouses et mères, au combat politique commun, rythmé par les échéances électorales et les dates symboliques110. L’on peut d’ailleurs observer que le PC accompagne le mouvement général de la société111, l’aspiration devenue majoritaire chez les femmes, à exercer une activité professionnelle112 et à prendre des responsabilités individuelles, voire collectives. Cela fait que, partant de l’analyse de la composition sociale de la ville, une dominante de ménages ouvriers, avec une majorité de femmes en quête d’activités de services, en partie non déclarées, la municipalité à direction communiste n’a développé que tardivement les structures publiques de prise en charge des nourrissons et des jeunes enfants113.

  • 114 La municipalité est alors confrontée à des initiatives privées, la création d’une halte-garderie p (...)
  • 115 La section est créée par Hélène Calef (Ligue des droits de l’homme) et la docteur Monique Petit, c (...)
  • 116 L’interdiction ayant été prononcée par Maurice Druon le 28 janvier 1974, une projection privée est (...)
  • 117 Le Havre libre, 22 avril 1974
  • 118 Maison pour tous Henri-Dunant, Bois-de-Bléville, le 29 novembre 1974.
  • 119 Le Havre libre, 14 avril 1975.
  • 120 Jacqueline Rubé (PS) et Maurice Schlewitz (PC).

68La première halte-garderie, pour enfants de 3 mois à 5 ans, date de 1970, cinq autres ont été ouvertes pendant la première municipalité Duroméa (1971-1977) mais la première crèche collective, avec un équipement et un personnel qualifié, n’est ouverte qu’en avril 1978, après les législatives, deux autres étant promises pendant la durée de la seconde municipalité. En fait une crèche familiale, avec assistantes maternelles, est créée en 1981, à Caucriauville114. Il en est de même pour l’interruption volontaire de grossesse, ce sont encore des associations extérieures à la mouvance communiste qui ont joué un rôle d’avant-garde et pris en charge l’organisation de la lutte des femmes : le Planning, plus encore Choisir dont la section locale est créée le 12 janvier 1973, à la suite d’une conférence-débat animée par Gisèle Halimi115 ; et enfin le MLAC est constitué après que la projection publique du film de Charles Belmont et Marielle Issartel Histoire d’A. a été interdite116. Le collectif organise une première manifestation publique de 200 personnes117 et une information par quartier118. Par contre une fois le projet de loi de Simone Veil voté, et après une nouvelle manifestation de rue pour exiger l’application de la loi119, la municipalité120 demande que des équipements appropriés et des personnels volontaires soient prévus, dans le cadre du service public de la santé.

Illustration 47 – Photographies des adjoints communistes et socialistes. Jacqueline Rubé, adjointe socialiste, est entourée sur sa gauche d’André Duroméa (maire) et de Daniel Colliard (premier adjoint) et sur sa droite d’Emile Delègue, adjoint PS.

  • 121 Le Havre libre, 8 janvier 1981 et 6 janvier 1982 : 106 femmes et 300 enfants sont accueillis pour (...)

69Le dernier exemple pourrait être celui des femmes victimes de violences physiques. D’abord défendues par l’association Femmes battues, elles sont prises en charge par une association mixte, émanant de la municipalité (Paulette Rosevègue, conseillère communiste) et d’organismes sociaux, appelée Accueil des femmes en détresse (Le Havre libre, 30 octobre 1979), devenue Aide à la personne. Puis l’adjoint socialiste chargé de l’action sociale, Joseph Menga, organise un centre d’hébergement et d’accueil des femmes en détresse, géré par une commission extra-municipale, composée d’associations et d’institutions qui s’occupent du travail social121.

  • 122 Au XVIIIe congrès de l’union locale, l’élue étant déléguée de la brasserie Paillette (chimie).

70Le renouvellement de la « question féminine », tel qu’il s’est exprimé au travers de multiples analyses, ajouté à la création d’associations féministes, a eu quelques effets sur les structures de la gauche syndicale et politique. La CGT a, pour la première fois, le 13 avril 1969, élu une femme (Danièle Joans) au bureau de l’UL122. Deux autres femmes siègent à la direction de l’union locale, à partir du XIXe congrès (27 et 28 novembre 1971), R. Henry, représentant le commerce, et Josiane Lemire, les P et T. À la même période, Thérèse Hachard est au bureau régional de la CFDT et Françoise Dumont, secrétaire de S2 du SNES (FEN). Deux femmes, Annie Hebert au secrétariat et Christiane Leroy au bureau de l’UL, restent élues à la direction locale de la CGT en 1982, soit peu de changements en une dizaine d’années. Par contre deux nouvelles structures syndicales ont été créées : celle de la main-d’œuvre féminine au bureau de l’UD (Annick Benoit) et celle d’un collectif féminin, rattaché à l’UL, et dirigé par Ginette Dislaire, déjà responsable des mouvements féminins et secrétaire CGT des travailleurs de la maison de la culture, en opposition avec le syndicat des directeurs, le SYNDEAC.

  • 123 Elles étaient deux dans les municipalités Cance : Georgette Lelièvre, ménagère, et Simone Duval, i (...)

71De même, la municipalité d’union de la gauche, en relation avec les sections locales du PC et du PS, promeut, à partir de 1971, trois femmes à des postes d’adjointes123 : Jacqueline Rubé, assistante sociale, socialiste, Maryvonne Rioual, employée de comité d’entreprise, et Simone Duval, institutrice, communistes.

72Deviennent conseillères municipales 5 femmes (sur 37) en 1965, soit 3 communistes, une institutrice et deux ouvrières, 1 adhérente du PSU, employée, et 1 socialiste, professeur. Ce nombre passe à 10 (sur 45) en 1977, soit 2 mères de famille présentées par le parti communiste et 8 femmes actives (dont une docteur PC, deux institutrices et trois employées). Enfin, en 1983, sur les 45 candidats de la liste de gauche comprenant 19 femmes, 14 d’entre elles figurent parmi les 33 conseillers élus : 7 enseignantes, 4 employées et 3 personnels de santé. La tendance à la « désouvriérisation » de la liste des gauches profite aux femmes, parallèlement à l’augmentation de la part des couches moyennes salariées. Cette évolution est conforme à celle de la composition sociologique de la ville, de même qu’elle peut être mise en relation avec les changements de la base, adhérentes et militantes, socioprofessionnelle du parti communiste.

  • 124 François Hincker, Le PC au carrefour, Paris, Albin Michel, 1981, p. 232.

73Si le mouvement (lent) d’intégration des femmes à la représentation politique est réel, il ne peut faire oublier qu’il ne s’opère pas sur la base d’une prise en compte de thèses féministes. Ainsi en témoignent les brutalités contre une délégation de femmes, exercées par des permanents (masculins) de la direction fédérale du PC en Seine-Maritime, en 1978-1979. Ce fait, évoqué par François Hincker, dans son livre Le PC au carrefour124, nous a aussi été rappelé dans un entretien, par Ginette Dislaire, animatrice à la MCH, responsable du collectif féminin de l’UL CGT, membre de la commission exécutive de l’UL et du bureau de l’UD.

Illustration 48 – Photographies des adjoints communistes et socialistes. Maryvonne Rioual, Conseiller général, adjointe communiste au maire du Havre. Inauguration du CLEC de Soquence, rénové et agrandi, avec André Duromea, député maire.

  • 125 Dans une durée limitée par des problèmes personnels qui amènent le couple à s’éloigner de la ville (...)

74Si les formations politiques (PC, PS, extrême gauche) ont présenté, après 1968, des candidates à des élections, y compris dans des scrutins à base territoriale et de type uninominal à deux tours, soit à des cantonales et à des législatives, par contre dans l’appareil politique du parti communiste, peu de femmes sont élues à des postes de responsabilité, au-delà du secrétariat de cellule. Aucune femme n’est secrétaire de section, ni secrétaire fédérale. Les seules exceptions (qui confirment la règle non écrite) sont Geneviève Breteau, femme d’un secrétaire de section, un temps membre du bureau fédéral125, et les adjointes et conseillères générales, membres ès qualités du comité fédéral, mais exclues, au titre d’élues, de tout poste de responsabilité dans l’appareil permanent et même partisan (aucune femme secrétaire de section de 1965 à 1983). S’il y a un quart de femmes déléguées à la conférence fédérale qui précède le XXIe congrès de Vitry (en octobre 1974), elles n’en deviennent pas pour cela dirigeantes, à quelques exceptions près, ce qui tendrait à prouver que si les femmes font bien partie du « peuple communiste », elles n’appartiennent pas pour autant au « corps consacré ».

Illustration 49 – Photographies des adjoints communistes et socialistes. Maryvonne Rioual, adjointe chargée de la Jeunesse avec à sa droite André Duromea, maire, Gérard Heuze, Adjoint communiste, Jean Defrêne, adjoint socialiste.

75Une femme (sur 17 candidats) adhérente au PSU est présentée aux cantonales de 1970. Une socialiste, Jacqueline Rubé, déjà adjointe, est candidate aux législatives de 1973. Ce sont encore deux adjointes, Jacqueline Rubé (PS) et Maryvonne Rioual (PC), qui sont désignées pour les cantonales du 23 septembre de la même année. À partir de la législative partielle de 1975, Jacqueline Rubé ne sera plus candidate socialiste dans la 6e circonscription : elle doit s’effacer, en 1978, devant le nouveau maire PS de Montivilliers, Michel Vallery, et elle laisse la place (et le siège de député) au nouvel adjoint socialiste de la ville du Havre, Joseph Menga, en 1981.

76Si davantage de femmes sont présentées dans une élection législative partielle, comme celle de 1975, dans la 6e circonscription, soit Jacqueline Rubé pour le parti socialiste, Hélène Chatroussat pour Lutte ouvrière et Yvette Génestal, comme suppléante de Daniel Colliard (PC), elles n’en font pas moins une expérience répétée de l’échec électoral. Il faut attendre les cantonales de 1976 pour qu’une candidature féminine communiste, celle de Maryvonne Rioual, se traduise par l’élection de la première conseillère générale, dans le 3e canton. Reprenant le siège d’André Duroméa, elle a donc été choisie, par la direction fédérale du PC, pour être élue dans ce bastion qui vote majoritairement communiste depuis 1937. Adjointe au maire du Havre, elle est aussi mariée à un instituteur communiste, secrétaire à l’organisation dans la section Havre sud-est.

Illustration 50 – Photographies des adjointes communistes et socialistes. Simone Duval, adjointe communiste dans les municipalités dirigées par René Cance et André Duroméa.

77Cinq femmes, soit le tiers des candidats, sont présentes au premier tour des élections législatives de 1978 : Monique Petit (Choisir), Claire Thieullent et Marie-José Pigeon (Front autogestionnaire), N. Watrin et N. Teyssier. Deux adjointes du Havre sont suppléantes des maires, communiste et socialiste, du Havre et de Montivilliers. Leurs deux noms déjà cités (Rioual et Rubé) et leur position (adjointes, suppléantes) permettent d’affirmer qu’il s’agit moins de candidatures « féminines » que de promotions dans un cursus politique, données à des femmes représentatives mais dominées dans les structures de pouvoir (les appareils politiques et les postes de maires et de députés). En 1981, il n’y a plus qu’une seule candidate, Jacqueline Rubé (PS) transférée dans la 7e circonscription, sans aucune chance de l’emporter, Maryvonne Rioual reste suppléante du député communiste réélu, André Duroméa. Cependant aux élections cantonales de 1982, s’il n’y a plus que 3 candidates (sur 24), deux communistes et une socialiste, les deux candidates du PC sont en situation d’éligibilité : Maryvonne Rioual réélue conseillère générale du 3e canton et Mireille Garcia, femme de service, élue dans le 9e.

78Il y a donc une relative promotion de femmes dans les structures politiques, dans les années 1975-1978, mais elle est toujours menacée par une conjoncture de crise politique comme par l’évaluation des chances de succès… 1981-1982 sont des années de régression de la part des femmes dans la compétition politique.

  • 126 La formule « il fallait une femme » est revenue à plusieurs reprises dans les entretiens oraux, et (...)
  • 127 L’expression utilisée par Maryvonne Rioual a été : « Comme des mecs ! » (entretiens oraux MPDH/SR, (...)

79La candidature de femmes et/ou leur présentation sur des listes municipales ont donc d’abord un caractère symbolique : symbolique dérivée de leur sexe, de leur statut professionnel126 et de leurs luttes, les années 1975-1978 ayant été celles de la plus forte combativité féministe. Sont-elles aussi des candidatures politiques majeures ? Certainement pour les deux figures de proue déjà citées, l’une militante socialiste, l’autre communiste, mais ainsi que l’avoue Maryvonne Rioual dans un entretien oral127, l’égalité politique des sexes est plutôt vécue comme complémentarité, voire similarité, que comme différence et/ou altérité.

  • 128 Ce constat est à mettre en relation avec la surreprésentation de femmes à la tête des institutions (...)

80L’on retrouve cependant de nombreuses femmes qui militent dans des associations culturelles128, engagement s’ajoutant ou se substituant à une appartenance syndicale et/ou politique à gauche. Elles investissent alors des organisations comme la Vie nouvelle, l’association Maison de la culture, la coordination culturelle de Tourisme et travail, Travail et culture, l’Université nouvelle (Nicole Lalouette, Ginette Dislaire, Monique Mounier, Josette Malon, Thérèse Pereira, Nelly Defrêne, Nelly Lhuissier, Simone Omont, Marie-Paule Dhaille).

81Ce nouveau militantisme leur permet-il d’échapper à l’enfermement dans les images traditionnelles de la femme, toujours chargées de gérer, jusque dans l’appareil central du PC, la santé, la sécurité sociale, le travail féminin, l’enfance et la jeunesse… ?

Images de femmes

  • 129 Un premier projet de film, avec Éliane Victor, avait été abandonné en 1969.
  • 130 Entretien oral MPDH/SR, 8 février 1993.
  • 131 Par exemple : « Peut-on être femme et infirmière aujourd’hui ? » (6 mars 1975), à partir de la piè (...)
  • 132 Voir le document produit par la maison de la culture avec des citations de Christine de Pisan et d (...)

82La maison de la culture a proposé, à partir de 1973129, de prendre pour thème de débats : interprètes et créatrices de spectacles, les femmes. Sous la responsabilité principale d’une animatrice Ginette Dislaire130, responsable CGT, elle a organisé une quinzaine (Le Havre libre, 26 mars 1973) devenue un mois (Le Havre libre, 12 février 1974) de la femme, puis « Quinze jours au féminin » (27 février 1975) et « Face à femmes » (18 janvier 1978), avec comme partenaires locaux des organisations féminines et familiales, des établissements scolaires, les syndicats CGT et CFDT, mais aussi des chercheurs, des historiens, des sociologues, des responsables de la presse féminine, y compris syndicale CGT (Antoinette). Des manifestations spectaculaires ont eu comme intervenantes principales des femmes artistes interprètes (Gréco, Magny, Chojnacka), des auteurs (Etcherelli, Théophilidès), des metteurs en scène de théâtre (Bonal, Mnouchkine), de cinéma (Serreau, Panfilov). Les débats ont traité de tous les problèmes : le travail131, l’avortement, les droits, mais aussi établi une comparaison entre l’Est et l’Ouest, et tenté d’analyser les attributs de « la femme à la mode ». Un travail d’historiographie a même été ébauché avec l’exposition Histoire de femmes132 et une brochure a été éditée par la MCH, avec le double concours des ministères de la Culture et des Droits de la femme (Yvette Roudy étant ministre) en octobre-novembre 1983.

  • 133 Trois femmes membres du comité central, du comité fédéral et de la commission féminine sont présen (...)
  • 134 Le débat avait déjà été engagé par le mouvement Choisir, avec la projection du film de Yannick Bel (...)
  • 135 Le Havre libre, 11 janvier 1980.
  • 136 Cette jeune compagnie est dirigée par des membres du PC (J.-P. Agazar, Th. Pereira…) ; voir Le Hav (...)
  • 137 Les 2 et 3 novembre 1980, après une représentation au Théâtre de l’hôtel de ville, dans la saison (...)
  • 138 Les problèmes seront alors transférés au niveau de l’État, du ministère des Droits de la femme et (...)

83Ce type d’intervention « culturelle » a été relayé, de façon ultime, par deux associations : l’Université nouvelle (PC) organise, le 24 janvier 1980, une conférence sur « Le droit au bonheur, la lutte des femmes »133 ; et Travail et culture relance le débat sur la violence faite au corps des femmes134, grâce à deux productions emblématiques : Mourir à tue-tête d’Anne-Claire Poirier135 et On tue les petites filles de Leila Sebbar. L’Atelier théâtral du Havre, jeune compagnie professionnelle, a décidé de monter une création collective originale, La Tentative d’assassinat de Louise Michel au Havre en 1888136. Ce spectacle n’a eu qu’un succès limité et un critique a parlé de « livre d’images glacées »137. Cette évolution est cependant caractéristique de la dramatisation/marginalisation de la question féminine, à la veille de l’échéance présidentielle de 1981138. Les figures emblématiques sont des femmes révoltées, des martyres qui donnent leur nom à des cellules du parti communiste (ou à des cercles d’étude anarchistes et à un club de la Ligue des droits de l’homme) : Louise Michel, Danielle Casanova et Claudine Guérin (résistantes, déportées, mortes en camp), Angela Davis (emprisonnée), Anne Godeau (tuée au métro Charonne).

  • 139 Outre un montage diapos de Marc Zerbib, animateur de CLEC, communiste : « Comment vivent les femme (...)
  • 140 La pièce a été interprétée par le théâtre de la Manicle, du 31 mai au 16 juin 1977. Le film, tourn (...)
  • 141 Ginette Dislaire, animatrice, responsable des relations de la maison de la culture avec les mouvem (...)

84Deux tentatives de création139 théâtrale et filmique ont pris pour thèmes l’une la femme émancipée, une pièce écrite par Jean-Pierre Agazar, intitulée Olivier, colombe et petites poupaix, et l’autre la femme aliénée, le film Vues d’ici de Christian Zarifian et Vincent Pinel, animateurs de l’unité cinéma de la maison de la culture140. Les auteurs ont tenté de traiter des problèmes du travail ouvrier féminin, des rapports de subordination dans le couple et de l’engagement politique et syndical, y compris en images inversées : Monique Neveu, le personnage principal de la pièce écrite pour « Juin dans la rue, 1977 » a un mari au foyer, fait de la moto et tente d’interpeller directement le président de la République ; le script du film de Christian Zarifian est élaboré, non sans contradictions, collectivement, avec les organisations syndicales et les associations féminines. Ces deux productions sont comme le dernier écho141 de mai-juin 1968, des témoignages sur un moment de l’histoire (longue) des rapports entre le marxisme et les femmes.

  • 142 Voyage à l’intérieur du parti communiste, Paris, Seuil, 1974 ; Qui n’est pas de droite ?, Seuil, 1 (...)
  • 143 Selon l’expression de Geneviève Fraisse dans « La souveraineté limitée des femmes », Libération, 1 (...)
  • 144 Voir les analyses de Christine Buci-Glucksmann, professeur de philosophie, membre du comité de réd (...)
  • 145 Voir Geneviève Fraisse, La raison des femmes, Paris, Plon, 1992, et « Quand gouverner n’est pas re (...)
  • 146 Maryvonne Rioual, conseillère générale réélue dans 3e canton, est devenue candidate aux élections (...)

85Les enquêtes réalisées par André Harris et Alain de Sédouy142, en 1974, sur « Le parti, les femmes et le féminisme » et, en 1978, au Havre, « métropole du programme commun » (« Des femmes contre »), ne sont donc pas fausses mais réductrices ; elles permettent de constater la multiplicité des discours et des pratiques des femmes communistes, et confirment que le parti communiste ne détermine pas sa ligne politique à partir des éléments les plus avancés, mais avec un « retard démocratique »143. Il se vérifie que l’analyse de la condition des femmes, sous une forme essentiellement économique et sociale, fait obstacle à une élaboration théorique, en termes de droit des femmes à la sexualité et de droit à l’identité féminine144. Reste que la question de la capacité des femmes à la représentation politique145 dans des élections à base territoriale, « fiefs masculins », reste posée, même si elle ne l’est encore qu’en termes d’individualité146.

86Si ce chapitre, après avoir traité de l’appareil et du peuple communistes, a interrogé la place des étrangers, immigrés, et des femmes, c’est parce que, au-delà des changements de stratégie politique et des relèves de génération, il apparaissait que seule la prise en compte de minorités exploitées et aliénées, comme peuvent l’être les travailleurs immigrés et les femmes, pouvait être un élément de transformation radicale des pratiques politiques et des engagements partisans.

87La marginalisation durable des étrangers, immigrés, et des femmes donne à penser que, dans le renouvellement de ses cadres et jusque dans des circonscriptions « fermées », le parti communiste, fonctionnant selon le schéma classique d’un parti (de gauche), ne prend pas de risque politique. Il n’anticipe pas l’évolution des mentalités, reste en phase avec son électorat dominant : ouvrier, masculin et français. Il laisse à ses partenaires et concurrents la question immigrée et la cause des femmes, qui font retour sous forme de nouvelles problématiques articulées par les militant(e)s associatifs et culturels. Il y perd en légitimité démocratique et les transformations de son image publique restent « surdéterminées » par les rapports entre cadres et militants (masculins) de l’appareil.

Notes

1 L’établissement public, créé en 1968, a fonctionné essentiellement comme une « banque foncière » (d’après Le Monde des 29 et 30 mai 1985).

2 Article paru dans Le Havre libre du 13 novembre 1973, à la suite du conseil municipal du 12 novembre.

3 Le Havre libre, 23 janvier 1973.

4 À l’image des sections communistes ne doutant pas, en 1965, dans La Voix du Havre, de la création de nouvelles usines dans la ZIP.

5 Le Havre libre, 2 juin 1967.

6 Le Havre libre, 12 octobre 1969.

7 La municipalité publie alors (Le Havre libre, 22 octobre 1969) un livre blanc programmant une université du Havre pour 1974 (elle ne sera ouverte que dix ans plus tard en 1984).

8 Le Havre libre, 23 janvier 1973.

9 Le SIVOM est créé en 1969 à partir de 4 communes : Le Havre, Harfleur, Gonfreville-l’Orcher (municipalités à direction communiste), Fontaine-la-Mallet.

10 La participation s’élève à 3 millions de francs sur 31 millions (près de 10 %), 14 millions venant de la CCI et du port autonome, 5 de l’État (DATAR), 4,5 de l’EPR (région) et 4,5 du département.

11 Étudié dans le chapitre 14 : « La triade culturelle : MC-municipalité-CGT et tourisme et travail ».

12 La municipalité lutte aussi pour la construction de deux nouvelles formes de radoub, du dock flottant.

13 Elle est créée en 1972 par la ville, qui est relayée en 1976 par le SIVOM (Le Havre représentant 80 % du financement).

14 Voir Le Havre libre, 26 février 1980 : 10 millions pour la construction du dock flottant, soit une participation financière de la ville égale à celle de la CCI (illustration 44).

15 POS du nord-ouest (9 décembre 1974), de Sud-Rond-Point – gare (7 avril 1975).

16 ZAD-Thiers / Anatole-France (24 octobre 1977), est du cours de la République et plateau d’Épremesnil (10 avril 1979).

17 Le Havre libre, 13 mai 1975 (le premier tour de l’élection législative partielle ayant lieu le 8 juin).

18 Comme Antoine Rufenacht, élu député, l’explique lui-même dans André Harris et Alain de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, Paris, Seuil, 1978, p. 186 : « Je suis le dos au mur, au mur de béton bien entendu. Regardez la carte, ils [toujours ils] veulent me foutre 2000 HLM au-dessus de Sainte-Adresse. Vous vous rendez compte, j’ai dû constituer une association de défense. » Intervention commentée par les auteurs (Harris et Sédouy) en ces termes : « Sainte-Adresse est le Neuilly havrais. L’inquiétude d’A. R. n’est pas sans fondement. Ces éventuelles HLM constitueraient un alarmant contrepoids électoral dans sa circonscription. »

19 Le Havre libre, 15 mars 1977. Dans ce quartier de l’Eure, la liste d’André Duroméa perd 0,27 % (74,65 % des suffrages exprimés au lieu de 74,92 %), rue Brindeau, la perte est de 2,66 % (73,97 % au lieu de 76,63 % des suffrages exprimés). À l’échelle de la ville la municipalité a gagné 1,11 %.

20 Voir carte 23 : « La zone industrielle et portuaire du Havre ».

21 La formule est de Pierre Dumarquez, professeur au lycée François-1er.

22 Au sens ou l’emploie Jean-Pierre Lousse dans sa thèse, Sociologie électorale du Havre, université de Rouen, 1978.

23 Cette création de ZAC correspond aussi à un constat, fait par Daniel Colliard, du caractère « déséquilibré du développement » : « Il serait souhaitable d’avoir un tissu industriel plus diversifié, on manque de tertiaire, on manque d’emplois féminins » (A. Harris et A. de Sédouy, Qui n’est pas de droite ?, op. cit., p. 181).

24 Voir Le Havre libre, 20 et 21 novembre 1976 : le schéma d’aménagement est réactualisé, des objectifs sont différés (l’autoroute de rive droite vers Rouen et Paris, le 3e pont sur la Seine dit de Honfleur ou de Normandie, l’aéroport international…).

25 En attendant une reprise, articulée sur les deux rives, et la création d’une seule région normande ?

26 Voir les cartes et chiffres publiés par Jean Legoy et Martine Liotard, Le Havre, 1517-1986. Du Havre d’autrefois à la métropole de la mer, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1986.

27 Voir carte 24 : « Les annexions urbaines du Havre de 1919 à 1973 ».

28 Voir la carte 13 des deux circonscriptions législatives.

29 Suite aux élections cantonales de 1964 et 1967, sont élus ou réélus 3 UDR, 2 RI et 2 communistes.

30 Gonfreville-l’Orcher depuis 1953, Harfleur, en 1965, et Gainneville à partir de 1977.

31 Voir carte 25 : « Croissance urbaine et gains électoraux du PC et du PS aux élections municipales et cantonales de 1965 à 1982 ».

32 Voir les résultats des élections pour les 10 cantons du Havre, en annexe au chapitre 11.

33 Mais l’ensemble des municipalités d’union de la gauche, Le Havre, Harfleur, Gonfreville-l’Orcher, Gainneville (PC), Montivilliers (PS), sont réélues.

34 Étudié par Annie Kriegel et Philippe Buton, dans Vingtième siècle, avril-juin 1989.

35 L’expression est de Bernard Pudal, Prendre parti, Paris, PFNSP, 1989.

36 Ou au sens sociologique, de ceux qui ont réussi leur insertion au sein du système politico-administratif local : Denis Lacorne, Les notables rouges, Paris, PFNSP, 1980.

37 Sauf pendant la seconde législature de la IVe République (1951-1956) du fait du système des apparentements.

38 Voir la légende de la photographie parue, après l’élection du nouveau maire, dans Le Havre libre, 29 mars 1971 : André Duroméa est qualifié de « vieux camarade de lutte et ami » de René Cance.

39 Louis Eudier a été essentiellement un cadre syndical CGT. Quant à la date de son adhésion au PCF (à Compiègne ?), elle n’a jamais été administrativement enregistrée…

40 André Duroméa reste député de 1967 à 1993, plus les deux ans d’exercice du mandat sénatorial. Il exerce la fonction de maire de 1971 à 1995. Quant à Louis Eudier, il est conseiller général de 1945 à 1973 (vingt-huit ans).

41 Voir les photographies d’élus communistes manifestant en 1965 : de gauche à droite, Daniel Colliard, Jacques Eberhard, Albert Duquenoy, René Cance, Louis Lecat, Maurice Schlewitz (illustration 45).

42 On pourrait étudier le même type de parcours avec Raymond Lecacheur, secrétaire de la section de Montivilliers, membre du secrétariat fédéral, adjoint dans la municipalité à direction socialiste de Montivilliers, à partir de 1977, suppléant du candidat Daniel Colliard, dans la 6e circonscription, en 1973, 1978 et 1981.

43 Lequel doit attendre la défaite communiste aux municipales de 1995 pour être élu député de la 8e circonscription en remplacement de Daniel Colliard (1997).

44 Mireille Garcia est présentée comme suppléante de Daniel Paul aux législatives de 1997.

45 Les 3e, 4e et, à partir de 1982, 9e et 10e cantons, plus la 7e circonscription.

46 Les 6e et 7e cantons, gagnés (par le PC) en 1976 et perdus en 1982 (au profit des droites), le 8e canton et la 6e circonscription gagnés par le PS, en 1981 et 1982 (aux dépens du PC).

47 De même, ceux des Jeunesses communistes (R. Ricouard).

48 À la seule exception peut-être de Maryvonne Rioual devenue candidate aux élections législatives (1993) et première adjointe (en 1994, avant les municipales de 1995), soit une situation de double échec électoral.

49 Leur histoire et leurs mandats sont relatés dans des entretiens oraux : SR/MPDH, 13 février 1983, 26 février 1989, 20 janvier 1993 ; MPDH/SR, 1er juillet 1994.

50 D’après le titre de la thèse d’Andrew F. Knapp, Revolutionaries or technocrats ?, Oxford, Lincoln College, octobre 1983.

51 Analysé par Philippe Robrieux, Histoire du PCF, t. IV, Paris, Fayard, 1984.

52 Étudiée par Raymond Pronier, Les municipalités communistes, Paris, Balland, 1983.

53 L’UVF a 3850 adhérents en 1965, 4950 en 1971.

54 La CNL a 4000 cotisants en 1972.

55 La symétrie est presque parfaite avec les Cœurs vaillants, Âmes vaillantes, JEC-JECF, JOC-JOCF.

56 Témoignage de Bernard Lelièvre, représentant les Jeunesses communistes dans le comité de coordination des mouvements de jeunesse créé en 1960.

57 Témoignages de Bernard et Claudine Lelièvre, anciens JC (entretiens SR/MPDH, 28 janvier 1990 et 13 novembre 1994), et de Roland Ricouard, UJRF puis JC de 1953 à 1965 (responsable départemental).

58 Le nombre des immigrés, comprenant les personnes naturalisées françaises et les jeunes nés, en France, de parents étrangers, est beaucoup plus élevé. Il peut être évalué à 14 500 personnes (6 % de la population), soit 5410 Algériens (37,3 %), 1850 Portugais (12,8 %), 1290 Sénégalais (8,9 %), selon Le Havre libre, 14 octobre 1977.

59 Par rapport à la moyenne nationale et plus encore à celle des régions anciennement industrialisées. Voir l’ouvrage collectif Havre du monde. Portraits d’immigrés, Éditions des Équateurs, 2005 ; et John Barzman et Éric Saunier, dir., Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XXIe siècle), PURH, 2005.

60 Cette diminution est due à l’élargissement des aires de recrutement au bassin oriental de la Méditerranée.

61 Il n’est pas non plus question des réfugiés politiques, arrivés du Sud-Est asiatique, après 1975.

62 La proportion chez les dockers est très faible : 1 %.

63 L’entreprise Luterma a 600 salariés en 1968, 800 en 1974, elle est fermée en 1979.

64 Le Havre libre, 15 février 1972.

65 L’entreprise a 150 ouvriers dont 80 % d’étrangers, d’après les syndicats, mais 25 % selon la direction.

66 Les deux bidonvilles ont duré jusqu’en 1973 (Le Havre libre, 3 octobre) et 1974 (Le Havre libre, 2 et 3 février).

67 Ces foyers sont pour hommes isolés et/ou célibataires, par exemple le foyer pour travailleurs turcs de la rue Aristide-Briand.

68 Tous les foyers répertoriés en 1982 sont situés à Rouelles et Aplemont (nord-est), à Graville et Harfleur (est), aux Neiges, rue Gustave-Brindeau (sud) ; voir carte 26 : « Étrangers et immigrés au Havre ». Voir aussi les chiffres donnés par Serge Reneau dans sa thèse, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), IEP Paris, 2002, t. II, chap. 4, p. 309.

69 La politique de regroupement familial se poursuit même après l’arrêt officiel de l’immigration.

70 Le POS est approuvé par le conseil municipal du 9 décembre 1974, art. 2.

71 Entretiens SR/MPDH avec Daniel Colliard, premier adjoint chargé de l’urbanisme, les 10, 11 et 18 décembre 1990 et 26 juillet 1993.

72 Cette image est construite à partir de faits divers et de ce que les sociologues appellent « récits de vie », dans les collèges, comme Jean-Moulin (nord-est) ou Marcel-Pagnol (sud).

73 Les actions de prévention sont organisées par des animateurs des CLEC dépendant de l’adjointe communiste, Maryvonne Rioual, plus encore par des éducateurs de rue, de quartier, relevant de Jacqueline Rubé, adjointe socialiste, les équipes éducatives étant devenues « préventives ».

74 Par exemple l’opération Habitat et vie sociale, menée par une équipe de techniciens, mise en place par la ville et l’OPHLM, en 1978, étudie les problèmes « architecturaux et sociaux » de la Mare-Rouge.

75 Association SOS-Refoulement, Le Havre libre, 12 et 13 avril 1980.

76 Dans une entreprise de nettoyage (28 juin 1973) et chez Luterma (30 mai 1974).

77 Le Havre libre, 24 et 25 décembre 1973.

78 C’est-à-dire les prêtres-ouvriers du secteur est : M. Bastide, Cl. Huret, L. Géhin, C. Simon, par ailleurs responsables CGT (Le Havre libre, 23 et 24 mai 1981).

79 Claude Huret devient par exemple le directeur salarié du Comité de liaison et d’accueil des travailleurs étrangers (Le Havre libre, 4 février 1982).

80 Témoignage de Jacqueline Rubé : entretiens oraux MPDH/SR le 13 mars 1993 et le 11 juin 1993.

81 « Nous [les équipes de quartier intervenant par exemple dans la cité HLM de la Mare-Rouge] les aidions à vivre dans leur logement ou nous réalisions la pose d’adductions d’eau [dans les baraquements de la cité Chauvin] » (entretien avec J. Rubé, 11 juin 1993).

82 Il s’agit de comité de résidents (foyer Sonacotra du boulevard Jules-Durand) ou d’association de résidents (foyer du quartier de l’Eure, boulevard Amiral-Mouchez).

83 Il a écrit en 1972 Mohammed, prends ta valise.

84 Le groupe est invité de nouveau par une association de quartier, l’Action collective socioculturelle de Bléville, pour trois jours (Le Havre libre, 13 juin 1980).

85 La salle est ouverte le 14 septembre 1973.

86 La formule écrite en août 1935 est reprise le 31 mars 1980 dans Le Havre libre.

87 Historiquement, dans la première phase d’industrialisation, les femmes étaient majoritairement ouvrières du textile (les trois quarts des effectifs de la filature Courant), de l’habillement et de l’agroalimentaire. Leur première grève a éclaté en 1883. Voir Jean Legoy, « Les femmes et l’histoire du Havre », dans Histoire de femmes, catalogue d’exposition, MCH, 1983.

88 Selon le fichier de l’INSEE qui répertorie les établissements de plus de 50 salariés existant entre 1961 et 1980.

89 Cinq d’entre elles n’emploient que des femmes, soit l’Association populaire familiale (100), l’Aide aux mères de famille (50), la Croix-Rouge (50), le centre éducatif Notre-Dame-de-Grâce (20) et une matelasserie-blanchisserie (20 salariées en 1972, 1 en 1975).

90 En 1962, y compris les chômeuses ; en 1968, non comprises les femmes disponibles à la recherche d’un emploi ; en 1982, non comprises les chômeuses et les apprenties.

91 Le Havre n’est que chef-lieu de sous-préfecture et les grandes entreprises ont leurs sièges sociaux et une partie de leurs services administratifs et financiers en dehors de la ville et de la région ; un espoir de changement a été la construction du Centre de commerce international, ouvert en 1982, qui devait embaucher 1500 personnes, particulièrement de la main-d’œuvre féminine et qualifiée.

92 En 1962, 55,9 % des ouvriers ; en 1982, 72,8 % (recensements INSEE).

93 Le recensement de 1982 intègre à la catégorie « employées » les personnels des services directs rendus aux particuliers.

94 Quelques femmes sont aussi placées à la tête d’institutions culturelles locales (bibliothèque, musée, archives) : Paule Tardif, Marie-Françoise Rose, Pierrette Portron, Geneviève Testanière, Geneviève Salles, Sylvie Barot.

95 Elle gagne 2 117 F par mois, soit à peine plus que le salaire annuel moyen d’un ouvrier manœuvre (24 170 F, soit 2 014 F par mois).

96 Voir la photographie des infirmières de l’hôpital du Havre en grève en 1968 (illustration 46).

97 On pourrait presque parler d’agitation sociale touchant spécifiquement les femmes salariées, avec la grève exceptionnelle des caissières de l’hypermarché Auchan.

98 La grève dure 21 jours (4-25 avril 1975) chez Lipton. Elle commence le 27 février 1975 chez Luterma, s’arrête le 1er mars, est relancée le 17 et finit le 27 mars. Autant d’éléments (avec l’occupation symbolique de l’usine) qui révèlent un mouvement « jeune », que les vieux syndicats ouvriers, fortement masculinisés, estiment nécessaire d’aider.

99 À terme elle est présentée comme conseillère municipale communiste, aux élections de 1977.

100 L’entreprise Luterma ferme le 27 avril 1978, licenciant 484 personnes ; il y avait encore 700 salariés, dont la moitié de femmes, le 31 décembre 1977.

101 En mai 1975, 150 femmes sont licenciées chez Allmer, une dizaine réembauchées avec un contrat renouvelable tous les deux mois.

102 La situation des femmes se dégrade comme celle des jeunes et des travailleurs immigrés (par exemple, chez Luterma). Deviennent-elles pour autant plus combatives, tendanciellement « révolutionnaires », comme le pensent les groupes d’extrême gauche ? La retombée des mouvements inciterait plutôt à y voir des formes élémentaires de révolte, canalisées par le syndicalisme ouvrier.

103 Le PSU affirme, quant à lui, que les femmes sont en train de prendre en main leurs affaires et qu’il y a là une chance pour un « socialisme autogestionnaire ».

104 Voir ci-dessus les statistiques sur les entreprises à recrutement exclusivement féminin et leurs activités en relation avec les images traditionnelles de la femme chargée de l’éducation (y compris religieuse), des soins…

105 Ce n’est pas toujours le cas : Ginette Dislaire, responsable du collectif féminin, à la CGT, parle de la journée du 8 mars 1975 comme de sa « première intervention en première personne ».

106 Voir Françoise Thébaud, dir., Histoire des femmes, t. V, Paris, Plon, 1992, chap. 8 : « Le modèle soviétique, Kollontaï, une féministe malgré elle ». Alexandra Kollontaï est l’auteur de Marxisme et révolution sexuelle, ouvrage publié par la « Petite collection Maspero », en 1973, non cité… dans la bibliographie de l’article et de l’ouvrage.

107 Voir la campagne pour les élections législatives de 1978 dans Le Havre libre : « La promotion de la femme vue par les candidates communistes » (18 et 19 février) ; Maryvonne Rioual, suppléante, « Pour une bonne politique de la femme » (21 et 22 janvier).

108 Dans la « Charte revendicative des femmes », publiée le 7 février 1980 dans Le Havre libre.

109 Ces positions seraient-elles aussi liées à la « peur » de l’introduction, dans le mouvement ouvrier, de revendications caractéristiques des couches moyennes, voire privilégiées, et au rejet des idées véhiculées par l’extrême gauche ?

110 Le 8 mars 1975, 800 femmes manifestent dans la rue, ce qui est exceptionnel.

111 Par exemple, l’UCJG, qui aborde, pendant un week-end, « les problèmes féminins », commence par analyser leurs conditions de travail…

112 À l’ouverture de la zone d’activités de Caucriauville, proche de la ZUP, 20 demandes d’emploi (féminines) sont comptabilisées pour 1 poste de travail.

113 Ce qui contraste avec la politique (ancienne) d’implantation systématique d’équipements éducatifs et de santé.

114 La municipalité est alors confrontée à des initiatives privées, la création d’une halte-garderie par le comité d’action sociale de Sanvic en 1976 et une tentative de crèche « autonome et récréative » gérée par les parents, mais aussi à la demande des femmes salariées et professionnelles spécialisées (docteur Paulette Rosevègue, pédiatre, conseillère municipale communiste de 1977 à 1983).

115 La section est créée par Hélène Calef (Ligue des droits de l’homme) et la docteur Monique Petit, candidate du mouvement Choisir aux élections législatives de 1978.

116 L’interdiction ayant été prononcée par Maurice Druon le 28 janvier 1974, une projection privée est organisée à l’UCJG, par l’ensemble des associations, partis et syndicats de gauche, à l’exception du PC et de la CGT, le 30 janvier 1974.

117 Le Havre libre, 22 avril 1974

118 Maison pour tous Henri-Dunant, Bois-de-Bléville, le 29 novembre 1974.

119 Le Havre libre, 14 avril 1975.

120 Jacqueline Rubé (PS) et Maurice Schlewitz (PC).

121 Le Havre libre, 8 janvier 1981 et 6 janvier 1982 : 106 femmes et 300 enfants sont accueillis pour une durée d’une journée à six ou sept semaines.

122 Au XVIIIe congrès de l’union locale, l’élue étant déléguée de la brasserie Paillette (chimie).

123 Elles étaient deux dans les municipalités Cance : Georgette Lelièvre, ménagère, et Simone Duval, institutrice. Voir les photographies des adjointes communistes et socialiste (illustrations 47 à 50).

124 François Hincker, Le PC au carrefour, Paris, Albin Michel, 1981, p. 232.

125 Dans une durée limitée par des problèmes personnels qui amènent le couple à s’éloigner de la ville, mais non du parti.

126 La formule « il fallait une femme » est revenue à plusieurs reprises dans les entretiens oraux, et plus précisément : il fallait une femme appartenant à telle catégorie socioprofessionnelle et c’est pour cela que j’ai été choisie…

127 L’expression utilisée par Maryvonne Rioual a été : « Comme des mecs ! » (entretiens oraux MPDH/SR, 7 juin 1993, 8 juillet 1993).

128 Ce constat est à mettre en relation avec la surreprésentation de femmes à la tête des institutions culturelles locales (bibliothèque, musée, archives).

129 Un premier projet de film, avec Éliane Victor, avait été abandonné en 1969.

130 Entretien oral MPDH/SR, 8 février 1993.

131 Par exemple : « Peut-on être femme et infirmière aujourd’hui ? » (6 mars 1975), à partir de la pièce d’Armand Gatti et Viviane Théophilidès Journée d’une infirmière.

132 Voir le document produit par la maison de la culture avec des citations de Christine de Pisan et du MLF.

133 Trois femmes membres du comité central, du comité fédéral et de la commission féminine sont présentes.

134 Le débat avait déjà été engagé par le mouvement Choisir, avec la projection du film de Yannick Bellon L’Amour violé, le 27 février 1978.

135 Le Havre libre, 11 janvier 1980.

136 Cette jeune compagnie est dirigée par des membres du PC (J.-P. Agazar, Th. Pereira…) ; voir Le Havre libre, 9 et 10 février 1980. La pièce a été montée, avec un certain succès, dans les CLEC de Montgaillard et Aplemont (15 février 1980), et jouée au CLEC de Soquence, les 26 et 27 juin 1980. Elle s’inspire d’un fait historique qui eut lieu au terme d’une conférence à l’Élysée, le 22 janvier 1888.

137 Les 2 et 3 novembre 1980, après une représentation au Théâtre de l’hôtel de ville, dans la saison culturelle municipale.

138 Les problèmes seront alors transférés au niveau de l’État, du ministère des Droits de la femme et gérés par des structures-relais, au niveau municipal : le centre d’information des droits de la femme.

139 Outre un montage diapos de Marc Zerbib, animateur de CLEC, communiste : « Comment vivent les femmes aujourd’hui » (27 mai 1976).

140 La pièce a été interprétée par le théâtre de la Manicle, du 31 mai au 16 juin 1977. Le film, tourné à partir du mois de novembre 1977, a été présenté au festival de Cannes en 1979.

141 Ginette Dislaire, animatrice, responsable des relations de la maison de la culture avec les mouvements féminins, parle de la « fin des débats et de l’utopie, après le vote de la loi Veil » : est-ce la seule raison ?

142 Voyage à l’intérieur du parti communiste, Paris, Seuil, 1974 ; Qui n’est pas de droite ?, Seuil, 1978.

143 Selon l’expression de Geneviève Fraisse dans « La souveraineté limitée des femmes », Libération, 14 juin 1994.

144 Voir les analyses de Christine Buci-Glucksmann, professeur de philosophie, membre du comité de rédaction de La Nouvelle critique, dans Voyage à l’intérieur du parti communiste, op. cit.

145 Voir Geneviève Fraisse, La raison des femmes, Paris, Plon, 1992, et « Quand gouverner n’est pas représenter », Esprit, mars-avril 1994, p. 103 sqq.

146 Maryvonne Rioual, conseillère générale réélue dans 3e canton, est devenue candidate aux élections législatives, dans une circonscription orientée à gauche (1988 et 1993), elle est présentée comme première adjointe, sur la liste élaborée pour les élections municipales de 1995 (ce seront une série d’échecs électoraux).

Table des illustrations

Légende Illustration 44 – Deux exemples, datant de 1979 à 1980, de participation financière de la ville à des opérations à caractère économique local (extraits du Havre libre). Pour la construction du dock flottant, sa participation égale celle de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Pour régler le déficit de l’aéroport, sa participation égale celle du département.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Carte 23 – La zone industrielle et portuaire du Havre. Extensions du port et déplacements des activités industrielles
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Carte 24 – Les annexions urbaines du Havre de 1919 à 1973
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Carte 25 – Croissance urbaine et gains électoraux du PC et du PS aux municipales et cantonales de 1965 à 1982
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Illustration 45 – Photographie d’élus communistes manifestant en 1965
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Carte 26 – Étrangers et immigrés au Havre : des ouvriers en marge
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Illustration 46 – Photographie d’infirmières de l’hôpital du Havre en grève (1968)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Illustration 47 – Photographies des adjoints communistes et socialistes. Jacqueline Rubé, adjointe socialiste, est entourée sur sa gauche d’André Duroméa (maire) et de Daniel Colliard (premier adjoint) et sur sa droite d’Emile Delègue, adjoint PS.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Illustration 48 – Photographies des adjoints communistes et socialistes. Maryvonne Rioual, Conseiller général, adjointe communiste au maire du Havre. Inauguration du CLEC de Soquence, rénové et agrandi, avec André Duromea, député maire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Illustration 49 – Photographies des adjoints communistes et socialistes. Maryvonne Rioual, adjointe chargée de la Jeunesse avec à sa droite André Duromea, maire, Gérard Heuze, Adjoint communiste, Jean Defrêne, adjoint socialiste.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Illustration 50 – Photographies des adjointes communistes et socialistes. Simone Duval, adjointe communiste dans les municipalités dirigées par René Cance et André Duroméa.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1206/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search