Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

III. L'environnement dans l'estuaire

Quelques spécificités paysagères

Les vasières du Hode : une diversité révélée

Alban Bourcier

Texte intégral

IDENTIFICATION DES COMPOSANTES PAYSAGÈRES

1L’interprétation de l’image proprement dite se base sur l'analyse des teintes, des formes et des textures. Ces trois critères suffisent pour identifier les objets observés. Dans le cadre d'une etude plus détaillée des formations végétales des vasières du Hode, une composition colorée complexe a été exécutée de manière à fournir une image très contrastée de ce secteur. Les nuances colorées obtenues ont favorisé l'analyse de la physionomie de la couverture vegetale de ce milieu. Sur ce document, la plupart des unités paysagères en place sont détectables. En bleu nuit intervient la Seine (1), tandis qu'en bleu plus clair apparaissent les structures minéralisées, qu'elles soient construites comme les installations industrielles (2) ou naturelles comme le bourrelet vaseux (3) qui limite le chenal de Rouen (1) au nord ou encore la zone des vases nues (4), dans laquelle il est possible de localiser des rigoles de ruissellement (5). Il faut aussi signaler la présence de deux chenaux de drainage (6) qui relient la zone des vasières à la Seine.

2Au-delà de la simple détection, une telle image facilite la reconnaissance et la localisation des principaux groupements végétaux. En effet, il devient aisé de déceler les premiers stades de colonisation des vases nues par des touffes de plantes pionnières (7) dans les vasières halophiles. Il est tout autant possible de dissocier les prairies sub-halophiles (8) des roselières (9) et d'isoler les prairies humides (10) qui s'étendent de part et d'autres du grand canal du Havre (11). Comment douter de la pertinence de ce traitement lorsqu'un ancien banc herbu (12) s'individualise sur l'image alors qu'il s'agit d'une partie intégrante du domaine des roselières qui s'avérait totalement indifférenciable sur le terrain. Ce phénomène s'explique probablement par l'alimentation en eau de cette zone, lors des marées montantes, par le biais des multiples chenaux de drainage (6). Ces derniers ne suffisent cependant pas à évacuer la totalité du liquide lors du reflux. C'est sans doute cette plus forte rétention d'eau que l'image traduit. La forte densité des étangs (mares à gabions, 13), régulièrement entretenus, montre bien l'intérêt de ce type d'écotone pour la pratique de certains loisirs (chasse).

3Finalement, il faut retenir qu'une telle différenciation des composantes végétalisées de cette zone n'aurait pas été aussi évidente sur un cliché aérien.

© C.N.E.S., Image Spot 1987 - Distribution SPOT IMAGE ® Laboratoire MTG/CNRS, A. Bourcier, 1996 Composition colorée après conversion en Intensité, Teinte, Saturation.

ETUDE DIACHRONIQUE DU SITE : Progression et régression des surfaces artificialisées

4Une étude détaillée des changements intervenus sur le site intéressé a été menée par l'intermédiaire d'un composé diachronique autorisant la comparaison d'un paysage entre deux dates.

5Le document utilisé se base sur des images dites multitemporelles, dont les couleurs ne doivent plus être considérées comme révélatrices d'une thématique particulière. En effet, si le codage coloré est toujours dépendant des mesures physiques enregistrées par le satellite, la combinaison d'images enregistrées à des dates différentes impose un autre mode d'appréhension de la couleur : les variations de teintes caractérisent désormais un type d'évolution en cours ou réalisée. La confrontation des données de 1987 avec celles de 1992 au moyen d'un traitement particulier permet de détecter les implantations minérales récentes en jaune et les secteurs de progression végétale en bleu. En blanc interviennent des espaces qui étaient déjà minéralisés, en vert ceux qui ont conservé leur état liquide ou végétal.

6Une analyse rapide permet de mettre en évidence les travaux relatifs à l'implantation du pont de Normandie. Ceux-là apparaissent très nettement au niveau des rampes d'accès (1) et de la route de l'estuaire renforcée (2). Il est possible d'individualiser au nord, le remblai d'accès (3) sur une longueur d'un peu plus d'un kilomètre, l'estacade plus étroite (4) qui emjambe la zone de vasières et le pylône nord (5) situé à la limite du chenal de navigation. L'extension du dépôt de phosphogypses (6) se détache sans difficulté des accumulations antérieures à mai 1987 (7) et l'aire de chantier dans la zone industrielle d'Honfleur est parfaitement repérable (8). A noter également un espace en pleine transformation, à vocation industrielle, localisé en rive nord du grand canal du Havre (9) et l'initialisation des aménagements relatifs à la construction de la desserte autoroutière nord du pont de Normandie, plus perceptibles sur une image de 1992, cette dernière s'avérant moins performante pour faire apparaître les autres changements évoqués.

© C.N.E.S., Image Spot 1987 & 1990 - Distribution SPOT IMAGE ® Laboratoire MTG/CNRS, A. Bourcier, 1996 Composé diachronique après analyse factorielle.

7Les principales surfaces conquises par la végétation intéressent l'ancienne zone de stockage du centre multivrac (10), l'aire de chantier de la déviation de la rivière Saint-Sauveur (11) et les secteurs de vase nue colonisés par les herbus (12) et la roselière (13).

8Il faut aussi remarquer la zone d'affouillement (14) au pied du pylône nord du pont de Normandie et le colmatage du chenal de drainage principal (15).

Pilier sud du pont de Normandie - cliché aérien panoramique - août 1993

Table des illustrations

Légende © C.N.E.S., Image Spot 1987 - Distribution SPOT IMAGE ® Laboratoire MTG/CNRS, A. Bourcier, 1996 Composition colorée après conversion en Intensité, Teinte, Saturation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende © C.N.E.S., Image Spot 1987 & 1990 - Distribution SPOT IMAGE ® Laboratoire MTG/CNRS, A. Bourcier, 1996 Composé diachronique après analyse factorielle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Pilier sud du pont de Normandie - cliché aérien panoramique - août 1993
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12057/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540