Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

III. L'environnement dans l'estuaire

Reconnaissance des grandes unités paysagères

Une combinaison paysagère originale

Alban Bourcier

Texte intégral

Deuxième pont sur la Severn - août 1995

1 Devant l’accroissement des zones conflictuelles en matière d’occupation des sols, parvenir à planifier les aménagements et gérer l’utilisation de ces sols de l’estuaire devient une nécessité. Le problème demande de nouvelles approches, de nouvelles méthodologies, des données précises et continuellement mises à jour, en rapport avec la vitesse d’évolution des phénomènes.

2 Ces exigences de plus en plus fortes, visent la gestion globale d’un territoire.

3 Il semble que la télédétection satellitaire à haute résolution spatiale puisse jouer un rôle fondamental dans l’analyse des transformations de l’espace. La vue synoptique des terres, la mobilisation relativement rapide des données, la possibilité de mener des approches multispectrales et multitemporelles, contribuent à une meilleure connaissance des mécanismes de planification-développement (description analytique) et autorisent dans de bonnes conditions la recherche des causes de certains phénomènes observés (analyse explicative).

VARIÉTÉ TOPOGRAPHIQUE ET DIVERSITÉ PAYSAGÈRE

4La plaine alluviale (1) de la Seine présente des terres émergées comprises entre 4 et 7 m d’altitude N.G.F. (Nivellement Général de la France).

5Elle est limitée au nord par une falaise de 100 m de dénivelé (2). Situé dans la mouvance de l’agglomération havraise (3), occupant l’extrémité ouest, l’espace compris entre cette muraille blanche et la Seine (4) offre un paysage de plus en plus industrialisé au fil des implantations d’activités (5) et des travaux portuaires (6).

6Il est également caractérisé par un dense réseau de dessertes viaire et ferroviaire (7), actuellement en cours d’amélioration avec l’implantation du pont de Normandie (8) et de ses dessertes autoroutières, composantes essentielles de la route des estuaires.

7Il convient de signaler la présence de vasières (9) d’intérêt national, d’une roselière de qualité (10) et de vastes prairies humides (11), de plus en plus transformées en parcelles cultivées (12), et qui s’organisent autour des écluses de Tancarville et d’espaces en eau à vocation économique comme le canal fluvial de Tancarville (13) et le grand canal maritime du Havre (14).

8En rive gauche du fleuve se développe la zone industrialo-portuaire d’Honfleur (15), tandis que des espaces urbanisés comme la rivière Saint-Sauveur (16) et le Canteloup (17) colonisent les versants et les vallons limitrophes du plateau augeron (18). Ce dernier constitue un vaste ensemble vallonné qui supporte un paysage de bocage s’étendant de la Seine à la Dives. Le pays d’Auge est caractérisé par un habitat dispersé (19) au sein de surfaces en herbe (20) délimitées par des haies composées d’arbres de haut-jet (21). Ponctuellement, dès que la topographie le permet, il est toujours possible d’observer quelques parcelles de culture en openfield, comme sur les plateaux d’Ablon (22) et de Beuzeville (23). Mais, ce secteur typique est surtout reconnu pour l’importance de ses boisements, comme la forêt de Saint-Gatien (24) et le bois du Breuil (25), qui forment une ceinture verte de la côte de Grâce (26) à la vallée de la Touques (27), plus au sud. Le complexe paysager septentrional se constitue d’un plateau ondulé sur lequel s’étend le pays de Caux (28). Il s’agit d’un espace à caractère rural très marqué, se présentant sous la forme d’un vaste openfield dans lequel s’individualisent quelques îlots bocagers, les cours-masures ou clos-masures (29). Ce secteur subit de profondes transformations dues aux influences urbaines et industrielles du Havre, mais aussi à l’utilisation des nouvelles techniques agricoles. Ces dernières sont d’ailleurs en partie responsables de la disparition progressive des talus plantés.

9En résumé, l’estuaire de la Seine se caractérise par un relief contrasté principalement responsable de la diversification des formes d’occupation des sols. Ces dernières constituent trois ensembles paysagers distincts auxquels il faut ajouter un quatrième complexe, une étendue maritime dans laquelle se jette la Seine et qui représente la mer la plus fréquentée du monde : la Manche (30). Cet espace géographique apparaît ainsi comme l’accumulation de territoires singuliers et sensibles qu’il faut nécessairement délimiter, gérer et diagnostiquer.

Table des illustrations

Légende Deuxième pont sur la Severn - août 1995
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12054/img-1.jpg
Fichier image/, 62k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12054/img-2.jpg
Fichier image/, 1,9M

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540