Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIIe partie. Des gestions unitaires confrontées aux crises (1965-1983)

Chapitre 11. Changements politiques et réorientations stratégiques

Texte intégral

Des élections à base territoriale aux élections à enjeux nationaux

1Une seconde série de lois électorales caractéristiques de la Ve République, après la réintroduction, pour les législatives de 1958, du scrutin uninominal majoritaire à deux tours, s’applique à partir des élections municipales et présidentielle de 1965. Plus contraignantes pour les partis, elles les obligent à nouer des alliances politiques (et non plus seulement électorales) pour ne pas être éliminés de la direction municipale (la liste est bloquée) et/ou de la position de challenger politique. C’est ainsi que le PCF engagé, depuis 1962, dans une alliance électorale de désistement réciproque avec la SFIO tente de la transformer en un accord politique avec son projet de programme commun et son ralliement à la candidature d’« union démocratique » de François Mitterrand (FGDS) à l’élection présidentielle de 1965. Cette stratégie d’union de la gauche est à l’inverse de la stratégie de troisième force, une stratégie d’exclusion du parti communiste qui avait prévalu à partir de 1947 et continué même au début de la Ve République (pour les élections municipales de 1959).

  • 1 Du nom du programme Pour un gouvernement démocratique d’union populaire publié par le PC en octobr (...)

2On pourrait presque dire que le parti communiste tente de revenir à une ligne unitaire pour des raisons de fond, c’est-à-dire l’engagement dans une déstalinisation maîtrisée avec le nouveau secrétaire général Waldeck Rochet, mais aussi de conjoncture liée aux nouveaux modes de scrutin. Cette stratégie, synonyme d’ouverture politique et de « changement de cap1 », débouche logiquement sur un programme commun de gouvernement, négocié entre partenaires communiste et socialiste et signé en juin 1972. Pour autant cette nouvelle ligne n’est pas exempte de retournements politiques, en fonction de l’évolution de chacune de ses composantes.

  • 2 Le refus du congrès socialiste d’envisager une candidature unique, sur la base d’un programme comm (...)

3C’est ainsi qu’en 1969, le retour des socialistes2 à un projet de « grande fédération » et la candidature de Gaston Defferre à l’élection présidentielle déterminent la présentation de Jacques Duclos. Les résultats obtenus (21,52 % des suffrages exprimés) manifestent, à cette date, la force politique du PCF, lequel peut toujours, comme il l’a fait pendant toute la durée de la IVe République, camper sur ses positions et tenter de développer son autonomie, mais aussi les limites de cette démonstration politique : l’élimination, au second tour, non seulement du candidat communiste mais de tout candidat de gauche. C’est après l’élaboration du programme commun que le parti communiste soutient, en 1974, la candidature unique de François Mitterrand. En 1981, au contraire, suite à la rupture de l’union de la gauche, le parti communiste affaibli par le mauvais résultat, au premier tour, de la candidature du secrétaire général, Georges Marchais, soit 15,35 % des suffrages exprimés, doit se désister, officiellement, pour le candidat socialiste.

4La contrainte unitaire est beaucoup plus forte aux élections municipales et elle ne se démentira pas de 1965 à 1983. 1965 est d’ailleurs au Havre la démonstration sur pièces de la nature d’airain de la nouvelle loi électorale : au premier tour s’opposent trois listes, celle du communiste René Cance, allié au PSU et à d’ex-SFIO et radicaux-socialistes, celle de Robert Monguillon, maire socialiste SFIO sortant, composée de SFIO, radicaux, MRP et d’un conseiller général indépendant, Robert Lenoble, et enfin la liste de Michel Dubosc (conseiller général indépendant) et Pierre Voisin, constituée d’UNR et de CNIP. Il est clair que tant la SFIO que les indépendants se sont divisés entre deux listes, alors que le PC dispose d’un allié, le PSU, et de ralliés appartenant à toute la gauche. Les résultats du premier tour attribuent 46,72 % des suffrages exprimés à René Cance, 33,22 % à Robert Monguillon et 20,04 % à Michel Dubosc. Le désistement déclaré par la liste UNR-CNIP, représentative de la majorité présidentielle, à Robert Monguillon doit, mathématiquement, lui donner la victoire électorale (5400 voix d’avance) ; en fait, c’est la liste dirigée par le PCF qui l’emporte, avec 51,41 % des suffrages exprimés, preuve s’il en est que la stratégie de troisième force, incarnée par la liste Monguillon, a fait long feu, parce que représentative des combinaisons du passé, inopérantes, en 1965, face aux nouvelles logiques, celle de l’union de la gauche que la liste Cance a pu commencer de représenter mais aussi celle de l’union des droites, caractéristique de la nouvelle majorité politique nationale.

5Les leçons politiques de 1965 sont tirées tant par le PCF, toujours en quête de partenaires socialistes, que par le nouveau PS, la CIR et le MRG, parties prenantes de l’union de la gauche à partir de 1971. Les droites de même présenteront des listes uniques aux municipales de 1971 (Hirsch) et 1977 (Rufenacht).

6Les seules variables, prenant en compte l’évolution de la conjoncture politique, sont les composantes partisanes et individuelles de la liste constituée ; c’est ainsi qu’en 1971, le nouveau PS se substitue au premier PSU, dans la liste Cance-Duroméa, et d’ex-PSU (Pointier, Heudron) jouent alors le rôle de ralliés qu’avaient été, en 1965, les ex-SFIO, Berthelot et Le Baleur, en plus de personnalités radicales et républicaines.

7D’autre part, la place respective de chacune des formations, tant en nombre qu’en répartition des postes d’adjoints et des secteurs de responsabilité, est aussi un indicateur des rapports politiques existant entre les composantes de la liste : partenariat, dominant/dominé, concurrence… Pour ne prendre que le nombre de conseillers communistes sur la liste d’union, il révèle que jusqu’en 1977 le PC ne cesse d’augmenter sa représentation (19 conseillers sur 37 en 1965, soit 51,35 % et la majorité absolue, 20 sur 37 en 1971, c’est-à-dire 54,05 %, et 26 sur 45, 57,77 % en 1977). Il s’est donc renforcé avec la stratégie d’union de la gauche, mais dans le même temps il a associé à des postes d’adjoints des PSU, ex-SFIO et radicaux-socialistes, puis des PS, CIR, MRG et ex-PSU surreprésentés par rapport à leur capacité électorale, dans les élections locales, qui permettaient d’illustrer l’orientation unitaire de la liste.

  • 3 La même année 1983, le PS présentait 22 candidats, soit 37,28 %, un nombre et un pourcentage en au (...)

8Dans un second temps, le nouveau parti socialiste s’étant lui aussi renforcé (9 élus, 24,32 % en 1971, et 14 conseillers, 31,1 % en 1977) et la loi électorale ayant été modifiée, en 1983, avec l’introduction d’une certaine part de proportionnelle, le PC a manœuvré légèrement en recul : 34 communistes sur la liste de 59 candidats, soit 57,62 %, mais 27 élus, soit le même rapport avec le PS (57,45 %) mais, pour la première fois, la perte de la majorité absolue3 au sein du conseil municipal (45,76 %).

9Les élections législatives et cantonales qui se pratiquent, l’une et l’autre, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, sont dépendantes de deux séries de facteurs, d’une part la personnalité du candidat, son appartenance partisane mais aussi la conjoncture politique nationale, les périodes de crise (1968) et de rupture (1981), d’autre part le découpage politique des circonscriptions opéré en 1958, 1964 et 1982, et donc les dominantes sociologiques de l’électorat et les évolutions prévisibles d’une fraction des électeurs.

  • 4 René Cance a laissé la place à André Duroméa. Voir chapitre 7, carte 13 : « Découpage des 6e et 7e(...)

10La création de deux circonscriptions pour les élections législatives de 1958 correspond à une volonté de circonscrire l’influence communiste à la partie orientale de l’agglomération, alors qu’un des deux partis, en fait le parti dominant à droite, doit l’emporter dans la partie occidentale ; c’est de fait ce qui se produit, en novembre : le PCF qui avait eu, en 1956, à la proportionnelle, deux députés communistes au Havre n’en a plus qu’un, René Cance, dans la 7e circonscription ; à l’inverse Pierre Courant, indépendant, élu en 1958 dans la 6e, cède, en 1962, son siège à Maurice Georges, appartenant à l’UNR. Le même scénario se reproduit en 1967, 1968 et 19734.

  • 5 Voir chapitre 7, carte 14 : « Redécoupage de 1964 », et les résultats des élections cantonales en (...)
  • 6 André Duroméa, Louis Eudier en restent les conseillers généraux.

11Le nouveau découpage cantonal de 19645 ne touche pas à la très inégale répartition des électeurs entre les 3 cantons de droite (dans le 1er canton, 6 429 électeurs inscrits en 1958 et 8 578 en 1964, dans le 2e, 5 029 inscrits en 1961 et 5 215 en 1967, dans le 5e, 13 056 inscrits en 1961 et 12 823 en 1967) et les 2 cantons votant majoritairement communiste (le 3e : 10 194 électeurs inscrits en 1958, 24 340 en 1964, et le 4e : 43 526 inscrits en 1961 et 25 576 en 1967) ; par contre le 6e, le plus peuplé des cantons votant à droite (28 294 électeurs inscrits en 1958), est divisé en deux, recomposé avec des fractions des 5e et 4e cantons, ce qui aboutit à la réélection du conseiller général indépendant Robert Lenoble dans le 6e et à l’élection d’un UNR, Jean Duval, dans le 7e. Quant aux 2 cantons votant anciennement communiste, ils sont redécoupés selon le principe des vases communicants, c’est-à-dire que le 3e est augmenté de fractions du 4e et de la commune de Gonfreville-l’Orcher, choisissant très majoritairement des élus communistes, et le 4e est diminué de fractions périphériques, mais gagne le nouveau quartier ouvrier de la Mare-Rouge6.

  • 7 Annexée en 1973, intégrée au 4e canton en 1976, dans la perspective des prochaines élections canto (...)

12Un remodelage limité intègre la commune de Rouelles, annexée7 par la ville du Havre, au 4e canton, déjà le plus peuplé et votant majoritairement à gauche (1973) ; il s’agit alors d’affaiblir le maire communiste de Gonfreville-l’Orcher, élu en 1970 dans le canton de Montivilliers et candidat, en 1967 et 1968, dans la 6e circonscription.

Carte 19 – Création des 8e, 9e et 10e cantons, les succès et les échecs des adjoints communistes (1982)

13Il faut cependant attendre les années 1976-1977 pour que l’effet politique de l’union de la gauche et de la signature du programme commun fasse basculer à gauche les 6e et 7e cantons, au profit de deux adjoints communistes, devenus candidats d’union (Daniel Colliard et Maurice Schlewitz). De même les élections législatives de 1975 et 1978 révèlent une progression du candidat communiste arrivé en tête au premier tour (Daniel Colliard), mais c’est la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981 qui fait gagner le siège de la 6e circonscription en faveur de l’adjoint socialiste, Joseph Menga.

  • 8 Voir carte 19 : « Création des 8e, 9e et 10e cantons » (27 janvier 1982), et les résultats des éle (...)

14Un dernier redécoupage cantonal est opéré en 19828, il ne touche pas aux cantons votant continûment à droite (1er, 2e et 5e élisant 1 indépendant et 2 RPR), ni au 6e canton ayant voté majoritairement communiste en 1976, en dépit de l’énorme écart entre les nombres d’électeurs inscrits, c’est-à-dire 4943, en 1976, dans le 1er, 2683 dans le 2e et 6778 dans le 5e, en 1979, d’un côté, et 23 286 dans le 6e en 1976. Par contre le 4e canton (41 288 inscrits en 1979) est divisé en trois (Aplemont-Frileuse et bas Graville, Mare-Rouge et Bois-de-Bléville, Caucriauville et Rouelles), soit des quartiers votant majoritairement à gauche ; le 7e (27 886 inscrits en 1976) est séparé en deux, Sanvic d’un côté, et Bléville-Dollemard, Montgaillard de l’autre. Le 3e (22 601 électeurs inscrits en 1976) perd la commune à direction communiste de Gonfreville-l’Orcher.

  • 9 En 1982, victoires de l’UDF dans les 1er et 7e cantons (1 gain) ; du RPR dans le 6e (1 gain) ; du (...)

15Le résultat des élections cantonales de 19829, soit 9 scrutins (7 au Havre, 2 dans l’agglomération), donne 3 victoires à la coalition des droites : 2 sièges à l’UDF (+ 1) et 1 au RPR (+ 1), 2 victoires au PS : Montivilliers et Bléville-Montgaillard (+ 1) et 4 victoires pour le PC dans la zone sud, les quartiers de grands ensembles (Caucriauville, Mare-Rouge, Bois-de-Bléville) et les communes de banlieue Rouelles et Gonfreville-l’Orcher (+ 2). Complétés par les cantonales de 1985 (victoires de 2 RPR dans les 2e et 5e cantons et de 2 communistes dans les 4e et 10e cantons), ils vérifient que la ville reste localement coupée en deux, avec 5 conseillers généraux de droite (3 RPR et 2 UDF) et 5 de gauche (4 PC et 1 PS).

Analyse des résultats des élections à base territoriale (1965-1982)

  • 10 Les résultats des élections municipales de 1945 à 1983 sont donnés en annexe.
  • 11 De 19 conseillers en 1965 le PC est passé à 26 en 1977 et même 27 en 1983.

16Les élections municipales de 1965 (liste Cance), 1971, 1977 et 1983 (listes Duroméa) ont été gagnées par le PC10 qui disposait, jusqu’à cette date, de la majorité absolue dans une liste bloquée. Le rétablissement de la proportionnelle, en 1983, lui a fait perdre la majorité à lui seul mais non la prépondérance au sein de la gauche unie. Le parti communiste a augmenté sa participation politique au sein de la liste11, il a, dans le même temps, augmenté le pourcentage des suffrages exprimés obtenus par la totalité de la liste, de 51,41 % en 1965 à 60,87 % en 1977 (soit + 9,46 %) ; il a donc, localement, tiré le plus grand profit politique de l’union de la gauche, qu’il n’a cessé de demander à partir de 1956.

17La chance historique du parti communiste, au Havre, a été de rallier successivement toutes les composantes de la gauche socialiste (premier PSU, nouveau PS) et radicale (radicaux-socialistes puis MRG). Il a donc réussi à faire échec à la stratégie de troisième force représentée par le socialiste SFIO Robert Monguillon, maire du Havre de 1959 à 1965. Dans la même période, il a tiré profit des divisions de la SFIO puis du PSU, joué des minorités dissidentes jusqu’à ce que, confronté à la rupture de l’union de la gauche, et à la concurrence directe du PS, à partir de 1978-1979, il limite la participation des éléments de centre gauche qu’il avait jusqu’alors intégrés (il n’y a donc plus qu’1 MRG en 1983 contre 4 en 1971 et 1 DVG contre 8).

18Le PCF a donc joué la stratégie de l’union de la gauche à partenaires variables, il l’a fait pour des raisons de fond, dans une logique électorale, et parce qu’il était confronté à une union des droites, avec la liste présentée par Robert Hirsch en 1971 (gaullistes, giscardiens et centristes du parti de Jean Lecanuet) et par Antoine Rufenacht en 1977 (RPR, RI, CDS), soit des alliances représentatives des majorités gouvernementales.

  • 12 Le parti communiste présentait 34 candidats (et a eu 27 élus), le parti socialiste 22 et le PSU 3 (...)

19La nouvelle loi électorale pour les municipales de 1983 a commencé à faire bouger le rapport des forces politiques, en privant les partis de gauche d’une partie de leur représentation (ils se sont réparti les pertes12) et le parti communiste de sa majorité absolue. En même temps la loi a permis aux partis de droite, présentant deux listes concurrentes, celle d’Antoine Rufenacht (RPR) et celle d’Antoine Lagarde (UDF), d’obtenir 43,22 % des suffrages exprimés, soit une hausse de 4,09 % par rapport à 1977 et deux fois 6 conseillers.

20Il reste à évaluer la capacité d’entraînement de l’union de la gauche et à essayer de mesurer les effets de la rupture. Les municipales de 1965, 1971 et 1977 traduisent une augmentation du pourcentage des suffrages exprimés, par rapport au nombre d’électeurs inscrits : de 74,07 % en 1965, il passe à 75,78 % en 1971 et 79,16 % en 1977. Par contre il régresse à 69,36 % en 1983. Parallèlement, le pourcentage des inscrits, obtenu par la liste à direction communiste, augmente de 34,61 % en 1965 à 48,18 % en 1977, puis diminue à 37 % en 1983, preuve s’il en est que si la période d’union a bien profité électoralement à la liste de gauche, par contre la rupture de l’alliance politique a découragé plus de 10 % des électeurs inscrits et sanctionné la direction communiste.

  • 13 Les résultats des élections cantonales de 1964 à 1982 sont donnés en annexes.

21Les élections cantonales13 présentent trois caractères originaux. D’une part, les circonscriptions font l’objet de redécoupages périodiques (1964, 1976, 1982) à finalités immédiatement politiques, d’autre part, la faible participation des électeurs et électrices, le pourcentage des votants par rapport aux inscrits étant inférieur à 50 % jusqu’en 1973, peut s’inverser en fonction d’enjeux à caractère politique avec la perspective de gains pour les candidats d’union de la gauche, à partir de 1976, et la sanction des candidats communistes, à partir de 1979. Enfin l’implantation des hommes et des femmes, qu’ils soient élu(e)s ou candidat(e)s communistes, est de longue durée, sauf si la candidature a un caractère symbolique, du fait de l’ancrage à droite et/ou du dépeuplement d’un canton, par exemple le 2e et le 5e. Il apparaît bien qu’une progression aux cantonales peut baliser le terrain pour un succès aux municipales : ainsi les 4 candidats, présentés par le PC, aux cantonales de 1964, se retrouvent-ils adjoints du nouveau maire René Cance en 1965, de même en 1970 et 1976 ; à l’inverse, les mauvais résultats obtenus par les candidats communistes en 1979, dans les 1er, 2e, 6e, 7e et 8e cantons, préfigurent les résultats en baisse (nombre des votants et pourcentage des suffrages exprimés) des municipales de 1983. Parallèlement les progrès, puis la victoire des candidats communistes, devenus d’union de la gauche, dans les 6e et 7e cantons, de 1964 à 1976, laissaient augurer la victoire de Daniel Colliard aux élections législatives, dans la 6e circonscription. Un dernier intérêt est que les cantonales permettent de mesurer à intervalles réguliers (trois ou six ans) le rapport des forces électorales entre adversaires et partenaires politiques, par exemple entre le PC et le PS.

  • 14 Le 3e canton comprend aussi la commune (à direction communiste) de Gonfreville-l’Orcher de 1964 à (...)

22Il y a au Havre deux bastions communistes, les 3e et 4e cantons gagnés en 1937, « repris » en 1945 et restés au PC sans discontinuer ; le 3e, formé des quartiers sud14, dit encore canton portuaire, est obtenu, dès le premier tour, en 1964, 1970, 1976 et 1982, le 4e organisé à partir des banlieues intégrées à la ville, soit l’ancienne commune de Graville, les quartiers de Frileuse-Aplemont, Caucriauville et Mare-Rouge (en 1964), l’ancienne commune de Rouelles (en 1973) jusqu’à l’éclatement de 1982, est gagné au second tour, sauf en 1967. Les candidats présentés par le PCF sont, par définition, de fortes personnalités politiques, futurs députés (maires) comme René Cance, élu conseiller général du 3e canton en 1937 et député en 1945, André Duroméa, son successeur dans le 3e canton en 1958, devenu député de la 7e en 1967, ou encore Louis Eudier, conseiller général du 4e canton en 1945, député en 1956 ; le maire ou futur maire est l’élu du 3e canton noyau, avec le 4e, de la 7e circonscription.

Carte 20 – Carte politique du Havre en 1973

23Les deux seules questions posées sont celle de leur succession, et celle de leur progression, en pourcentage des inscrits et des suffrages exprimés. Il apparaît d’abord que la première succession, en dehors de celle de René Cance, dévolue, pour l’ensemble de ses mandats, à André Duroméa, est celle de Louis Eudier, transmise à Gérard Heuzé, secrétaire de ville, en 1973 ; elle se traduit alors par une perte en voix et en pourcentages (le nombre insuffisant de votants, soit 58,5 % d’abstentions, oblige même à un second tour) et Gérard Heuzé perd au premier tour 11,92 % des suffrages exprimés. De même la reprise, par Maryvonne Rioual, du 3e canton, en 1976, fait perdre à la candidate, adjointe communiste, 8,96 % des suffrages exprimés. Quant à la progression électorale, elle est caractéristique des années soixante. Louis Eudier est réélu, avec un gain de 12,66 % des suffrages exprimés, au premier tour des cantonales de 1967, de même André Duroméa gagne avec 71,47 % en 1970, soit 2,98 % de suffrages exprimés en plus, alors que les abstentions ont baissé de 8,2 % entre 1964 et 1970.

  • 15 Il n’est pas possible de tenter une analyse comparée l’année d’une succession ; par contre les rés (...)

24Dans les années soixante-dix par contre15, Gérard Heuzé ne gagne que 2,92 % entre 1973 et 1979, alors que les abstentions ont spectaculairement baissé de 21 % ; de même Maryvonne Rioual perd, en 1982, les électeurs de Gonfreville-l’Orcher et 10,08 % de suffrages exprimés (pour un taux d’abstention sensiblement égal : 33,95 % en 1976 et 35,95 % en 1982 pour les seuls bureaux havrais).

Carte 21 – Les succès communistes et socialistes de 1976 à 1981

25À l’inverse, dans les cantons orientés à droite qui élisent des candidats indépendants (1er) ou UNR/UDR/RPR (2e et 5e) au premier tour (1er et 5e) ou au second (2e), les candidats communistes, personnalités variées (futur adjoint et adjoint comme Lecat puis Joly dans le 1er canton, Saussaye puis Rioual et Barrier dans le 5e, candidatures sans lendemain dans le 2e : Charpiot, Eude, M. Murray), progressent faiblement (1,4 %) dans le 1er canton en 1970, puis régressent en 1973 (de 7,1 % dans le 2e et de 6,2 % dans le 5e) ; ils progressent de nouveau en 1976 (plus 0,41 % dans le 1er) et régressent fortement à partir de 1979, au point d’être dépassés par les candidats socialistes, dans le 2e canton en 1979 et dans le 1er en 1982. Par contre, dans le 5e, Michel Barrier fait mieux que Maryvonne Rioual (21,55 % au lieu de 21,01 %) mais le taux d’abstention a fortement baissé (de 56,22 % à 40,5 %) et, contrairement à 1973, Antoine Rufenacht est réélu au premier tour.

26Restent 2 cantons « instables » jusqu’au remodelage de 1982, les 6e et 7e gagnés par deux adjoints communistes en 1976 et perdus en 1982 (ainsi que le 8e canton, nouvellement créé et conquis par un socialiste, aux dépens d’un adjoint communiste). L’on peut d’abord remarquer que Daniel Colliard (dans le 6e) et Maurice Schlewitz (dans le 7e) sont présentés, en tant que candidats communistes, dès le redécoupage de 1964 et sans doute dans la perspective d’une reconquête de la municipalité, réalisée en 1965. S’ils échouent alors et de nouveau en 1970, face à des candidats RI (Robert Lenoble dans le 6e) et UDR (Jean Duval dans le 7e), c’est qu’ils n’obtiennent pas le report intégral des voix obtenues par les candidats SFIO et PSU au premier tour ; autant dire que les incertitudes de l’électorat de gauche non communiste reflètent les divisions internes aux deux partis socialistes.

  • 16 Voir carte 21 : « Les succès communistes et socialistes de 1976 à 1981 ».

27Tout change16 avec la logique, unitaire et programmatique, mise en œuvre par le PC et le PS, à partir de 1971-1972, dont on constate qu’elle est plus déterminante, électoralement, pour le PC, que la logique municipale et gestionnaire. Alors que Daniel Colliard avait régressé au premier tour des cantonales de 1970 de 1,28 %, soit 38,23 % des suffrages exprimés, il progresse à 40,79 % (+ 2,56 %) en 1976 ; à l’inverse Maurice Schlewitz qui avait gagné 4,78 %, soit 40,68 % des suffrages exprimés, en 1970, perd 2,81 %, soit 37,87 %. Plus encore, ils tirent profit de la progression des deux candidats socialistes qui obtiennent, respectivement, 15,77 % des suffrages exprimés dans le 6e canton et 18,82 % dans le 7e et du bon report des voix « socialistes » (à 80 % dans le 6e et à 90 % dans le 7e) et ils sont élus.

28Démonstration inverse en 1982, la rupture de l’union de la gauche, puis l’abandon de la perspective politique ouverte par la signature d’un programme commun de gouvernement PC-PS-MRG et enfin les défaites électorales communistes (présidentielle et législatives de 1981) se traduisent par une série d’échecs politiques pour les candidats du PC (dans les 6e, 7e et 8e cantons) ; le découpage du 7e canton n’a rien arrangé et explique en partie l’élimination de Maurice Schlewitz au premier tour. Le fait que les candidats soient trois adjoints communistes (Colliard, Schlewitz, Paul), représentant la logique municipale et gestionnaire, pas plus que la participation de quatre ministres communistes au gouvernement de Pierre Mauroy, ne permet d’inverser une tendance défavorable au PCF depuis 1978-1979.

  • 17 Le 3e lui reste majoritairement acquis, de même que le 4e divisé en trois, en 1982 et 1985.

29Ainsi, alors que le candidat communiste régresse de 12,04 % des suffrages exprimés dans le 6e canton et de 19,08 % dans le 7e, le parti et les candidats socialistes continuent de progresser à 23,89 % (+ 8,12 %) des suffrages exprimés dans le 6e et 26,54 % (+ 7,72 %) dans le 7e. Bien plus, pour la première fois, dans les 7e et 8e cantons, les candidats socialistes précèdent les communistes. Delègue obtient 7,75 % de plus que Schlewitz et Fouilland, en tête de 6,38 % par rapport à Paul, est élu, au second tour, avec 69,02 % des suffrages exprimés. Ce triple échec communiste, au profit de la coalition des droites qui récupère 2 sièges et du parti socialiste, qui gagne 1 conseiller général, démontre que le parti communiste a perdu ses capacités offensives et qu’il est contraint à un repli sur ses bastions17.

30Une analyse par bureaux permet de mieux analyser les conditions du succès de 1976 et de l’échec de 1982, dans les 6e et 7e cantons. Au premier tour de 1976, Colliard est en tête dans 12 bureaux sur 18, il obtient même la majorité absolue des suffrages exprimés dans 7 bureaux, 40,79 % au total. Lenoble (républicain indépendant) a la majorité dans les 6 bureaux restants, et dans 2 d’entre eux (Gobelins I et III), il dépasse les 50 %. Au total, bien que conseiller sortant, Lenoble n’arrive qu’à 33,84 % des suffrages exprimés. Martel, candidate du parti socialiste, obtient 15,77 % des suffrages exprimés, elle arrive au second rang dans le seul 7e bureau (Louis-Blanc II), Demonchy, réformateur (mouvement de M. Jobert) est en quatrième position avec 9,59 % des suffrages exprimés, il est donc en situation de se maintenir.

31Au second tour, Colliard ne progresse que dans les 2 bureaux du quartier des Acacias (CEG et salle des fêtes). Il lui manque 356 voix des 2159 suffrages obtenus par la candidate socialiste, soit 16,49 % ; s’il obtient la majorité dans 11 bureaux, il en perd 1 (école Clovis II) et n’a plus la majorité absolue dans 3 bureaux (Acacias II, écoles Observatoire I et Zurich II), il n’est qu’à 50,29 % des suffrages exprimés. Il n’a pas tiré profit de l’augmentation de la participation électorale (1018 suffrages supplémentaires, soit 7,4 %), contrairement à son adversaire Lenoble. Ce dernier augmente le nombre de ses voix dans la totalité des bureaux et son résultat de 8,34 %, alors qu’il doit affronter le maintien du candidat réformateur qui ne perd que 2 % des suffrages exprimés. Colliard doit donc son succès de 1976 à trois facteurs : sa progression et plus encore celle de la candidate socialiste qui, par rapport à 1970, fait plus que doubler le pourcentage de suffrages exprimés obtenu, le bon report des voix (à 80 %) lié à un désistement « offensif » du PS et le maintien d’un candidat réformateur qui « gèle », au second tour, 7,51 % des suffrages exprimés.

32Par comparaison, dans le 7e canton, Schlewitz (PC) est confronté, au premier tour de 1976, à 3 candidats de droite (2 UDR et 1 RI). Il est en tête dans les 16 bureaux du Havre, mais en cinquième position dans la banlieue résidentielle de Sainte-Adresse. Il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés dans 4 bureaux, 3 correspondant à l’ancienne commune de Bléville (mairie annexe I et II, et école Théophile-Gautier) et 1 situé dans le nouveau quartier de Montgaillard (école Charles-Victoire). Le candidat du PS, Delègue, en forte progression par rapport à 1970, arrive en seconde position, avec 18,82 % des suffrages exprimés, soit moitié moins que le candidat communiste (37,86 %), obtenus dans les mêmes quartiers de Bléville-Dollemard et de Montgaillard ; par contre, les anciennes communes de Sanvic et Sainte-Adresse se répartissent majoritairement entre les 3 candidats de droite, soit au total 16,51 % des suffrages exprimés pour le conseiller sortant Duval, UDR, 15,68 % pour le second candidat gaulliste, Lanos, et 11,10 % pour Brument (RI).

33Les résultats du second tour font apparaître une progression du candidat d’union de la gauche, qui gagne 128 voix sur le total cumulé PC-PS. Il a la majorité absolue dans 12 des 16 bureaux havrais, son adversaire UDR, lui, obtient 754 voix de plus que les suffrages additionnés des 3 candidats de droite ; il a donc davantage tiré profit de l’augmentation du nombre des votants et suffrages exprimés, soit 882 voix, allant à 85 % au candidat de droite. Par contre Schlewitz perd sur le total des voix de gauche, exprimé au premier tour, dans 5 bureaux (écoles Colette II, Gautier, Langevin I et II et Victoire), il doit donc, comme Daniel Colliard, sa victoire de 1976 à la forte progression et à l’excellent report des voix « socialistes », à l’électorat populaire de Bléville et Dollemard mais aussi aux nouveaux électeurs, plus hétérogènes socialement, du nouveau quartier de Montgaillard.

34Ce double succès ouvre donc des perspectives politiques pour le candidat communiste aux législatives de 1978. Cela ne se produira pas pour des raisons politiques nationales.

  • 18 Écoles Bellanger I et II, Gobelins I, II et III, Observatoire I, Clovis II et lycée Claude-Monet.
  • 19 Particulièrement à Montgaillard.

35Les élections cantonales de 1982 permettent de mesurer l’évolution du rapport des forces politiques entre le PC et le PS et l’évolution de la partie de l’opinion ayant voté à gauche, en 1976. Dans le 6e canton maintenu en l’état, après le redécoupage de 1982, Colliard est en perte de vitesse accélérée (28,75 % au lieu de 40,79 %), il est dépassé par le candidat RPR de 2,78 % et l’écart avec le candidat du PS se réduit fortement à 4,86 %. Ce dernier passe en tête de la gauche dans 8 bureaux sur 1818, se situant dans les quartiers de la basse ville est (écoles Observatoire I et Clovis II). La situation est encore plus catastrophique, pour le PC, dans la partie maintenue du 7e canton (Sanvic – Sainte-Adresse) où le parti socialiste, avec 26,53 % des suffrages exprimés, précède le PC de 7,75 % (18,78 % des suffrages exprimés) et passe en tête dans 8 bureaux sur 10. Le candidat UDF est élu, dès le premier tour, avec 54,67 % des suffrages exprimés, la participation électorale étant très forte, soit 67,87 % de votants. Parallèlement, dans le nouveau 8e canton, créé avec Bléville, Dollemard et Montgaillard, Patrick Fouilland (PS) précède Daniel Paul (PC) de 6,38 % des suffrages exprimés et dans 10 bureaux sur 1119.

36Il est intéressant, au second tour, d’évaluer les reports de voix à gauche, au profit du candidat communiste, dans le 6e, et du candidat socialiste, dans le 8e. Il manque à Daniel Colliard (PC) 557 voix, 16,94 % des suffrages exprimés, en faveur du candidat PS, soit à peu près la même proportion qu’en 1976, par contre le candidat des droites tire profit des 707 voix supplémentaires s’étant exprimées au second tour, en même temps que de l’union RPF-UDF qui aboutit à d’excellents reports de suffrages.

  • 20 De même nature semble être l’augmentation des abstentions dans les deux cantons créés (9e, 10e) à (...)

37Quant à Patrick Fouilland, il lui manque 109 voix sur le total cumulé PS-PC du premier tour, 3,60 % des suffrages exprimés au profit du PC ; par contre le candidat unique de la droite UDF-RPR (dès le premier tour) progresse de 223 voix, venant à 51,1 % des anciens abstentionnistes et à 48,9 % d’anciens électeurs communistes. Le bilan est donc clair : en 1982, le PC perd des sièges parce que, contrairement au PS, qui progresse au premier tour, il régresse, électoralement, très fortement20, les dysfonctionnements de l’union de la gauche, au niveau électoral, les reports incomplets de voix socialistes sur le candidat communiste (une perte de 16,94 % dans le 6e, de 18,83 % dans le 9e mais de 6,13 % dans le 10e canton) ne jouent qu’un rôle secondaire. C’est bien de son propre affaiblissement que le PC est victime, dans une conjoncture politique où les droites RPR-UDF ajoutent, à une capacité ancienne à mobiliser les abstentionnistes du premier tour, une capacité nouvelle à présenter des candidatures uniques (dans 6 cantons sur 7) ou d’union (6e canton).

  • 21 Cependant après une forte augmentation du nombre des inscrits (+ 21,4 % entre 1967 et 1978), ce de (...)
  • 22 Le parti socialiste progresse de 13,79 % des suffrages exprimés en 1978 à 21,46 % en 1981.

38Les élections législatives au scrutin uninominal à deux tours font depuis 1958 apparaître un contraste majeur entre les deux circonscriptions électorales. La 7e a tous les caractères d’un bastion communiste, d’autant plus que, formée à partir des 3e et 4e cantons, votant anciennement pour le PC, elle leur ajoute21 successivement la commune de Gonfreville-l’Orcher (à direction communiste depuis 1953), Rouelles, ayant élu un maire PSU en 1971 et annexée par Le Havre en 1973, Harfleur, mairie communiste depuis 1965, et Gainneville, commune gagnée par le PC en 1977. Cette circonscription est donc le « fief » du maire ou futur maire du Havre (Cance de 1958 à 1967, Duroméa de 1967 à 1986 et de 1988 à 1993, et Colliard de 1993 à 1995), élu ou réélu au premier tour (sauf en 1958 et 1968). Il est caractéristique que la circonscription apparaisse comme faiblement dépendante de la conjoncture politique nationale : le pourcentage d’abstentions y est faible (inférieur à 20 %) en 1967, 1968, 1973 et 1978, il ne dépasse les 30 % qu’en 1962 et 1981 ; les périodes « unitaires », caractérisées par l’alliance, électorale et politique, à gauche (1962 et 1967, puis 1973 et 1978), correspondent à deux progressions et à deux maxima (plus 1,42 % et 54,9 % de suffrages exprimés en 1967, malgré le transfert de candidature opérée de Cance à Duroméa, et plus 2 % et 55,54 % de suffrages exprimés en 1978). Les deux années de « crise » sont 1968 avec une perte de 5,90 % des suffrages exprimés et 49 % au premier tour des législatives et 1981 (moins 0,58 % et 54,96 % des suffrages exprimés). Il n’y a donc qu’une sanction faible (contrairement aux cantonales) à la rupture de l’union de la gauche et un effet politique limité22 de la victoire de François Mitterrand.

39Il n’en est pas de même pour la 6e circonscription, composée de 5 cantons havrais dont 3 votent régulièrement à droite et 2 ont basculé à gauche de 1976 à 1982, de la ville de Montivilliers, ayant élu une liste d’union de la gauche, à direction socialiste à partir de 1977, et de communes rurales d’autant plus à droite que l’on s’éloigne du centre de l’agglomération. Le canton amputé de Montivilliers représente 11,47 % du nombre des inscrits en 1968, la commune de Sainte-Adresse (intégrée au 7e canton) 5,3 %, c’est-à-dire que la partie occidentale du Havre représente 83 % du corps électoral. C’est aussi une circonscription où augmente continûment le nombre des inscrits, de 27,93 % en vingt ans, en relation avec les nouveaux modes d’habitat urbain en grand collectif (Montgaillard, Dollemard) ou en lotissements pavillonnaires semi-ruraux du canton de Montivilliers, jusqu’à Saint-Martin-du-Manoir, Épouville, Le Fontenay et Octeville.

Carte 22 – Les deux circonscriptions de 1967 à 1981

40Les résultats électoraux y sont marqués par l’alternance – Maurice Georges (UNR), qui a pris la succession de Pierre Courant (indépendant), en 1962, est réélu en 1967, 1968 et 1973, il démissionne en 1975 et laisse la place à Antoine Rufenacht (RPR), réélu en 1978, puis à Joseph Menga (PS) qui gagne en 1981 –, ajoutée à un recours à un second tour, sauf en 1968, où le docteur Georges est réélu au premier tour.

  • 23 En 1958 et 1962, il a présenté Louis Eudier, député du Havre de 1956 à 1958.

41Le parti communiste, en présentant successivement les candidatures23 de Jacques Eberhard, maire communiste de Gonfreville-l’Orcher, conseiller général du canton de Montivilliers, en 1967 et 1968, puis, à partir de 1973 celle de Daniel Colliard, premier adjoint au maire du Havre, a tenté une opération de conquête qui aurait pu se réaliser à partir de 1975. Il semble en effet que les conditions politiques sont appropriées : gains électoraux de chacune des composantes de l’union de la gauche (législatives de 1973 et 1975, cantonales de 1976, municipales de 1977), dynamique unitaire liée aux échéances électorales, effets escomptés de la gestion municipale. Ainsi Daniel Colliard progresse-t-il de 3,81 % des suffrages exprimés au premier tour des législatives partielles de 1975, mais au second tour, il obtient 1,49 % de moins que les suffrages cumulés des trois partis PC, PS et PSU, à l’inverse de 1973, où il progressait de 1,91 % par rapport à l’ensemble des voix de gauche au premier tour.

  • 24 Se sont aussi multipliées les « petites » candidatures d’extrême gauche et de gauche non partisane
  • 25 Le PC a perdu toute capacité électorale offensive depuis 1978.

42Tout commence à changer en 1978. Le candidat communiste, pour la première fois depuis 1968, perd 2,97 % de suffrages exprimés par rapport à 1975, mais, tirant profit de la progression électorale du parti socialiste24 et de la forte baisse des abstentions (14,27 % au second tour), il augmente de 1,79 % le total des voix de gauche (PC, PS et PSU) ; avec 47,18 %, il n’a jamais été aussi près du succès ; ce qui le fait échouer en 1981, c’est non seulement la progression électorale du candidat socialiste, qui améliore de 10,92 % le pourcentage de suffrages exprimés obtenus par le PS, mais plus encore la baisse continuée (moins 2,51 %) du pourcentage des suffrages exprimés obtenus par le parti communiste, qui, pour la première fois, est dépassé par le parti socialiste, évolution négative encore accentuée par la progression des abstentions (28,86 % au premier tour et 25,44 % au second tour). Joseph Menga obtient un pourcentage de voix supérieur au total cumulé des suffrages PC-PS et il est élu. C’est donc bien, de nouveau, l’affaiblissement politique du parti communiste25, suite à la rupture de l’union de la gauche, qui est à l’origine de sa défaite électorale, en 1981, dans la 6e circonscription.

Les élections à enjeux nationaux (présidentielles, référendums, européennes)

  • 26 À partir de cette date, les candidats communistes sont toujours dépassés par le ou la candidat(e) (...)

43Les élections présidentielles de 1965 à 198126 se décomposent en deux séries, celles où François Mitterrand est candidat unique de la gauche (1965 et 1974) et celles où se présentent des candidats communistes (1969 et 1981). Au premier tour, François Mitterrand gagne au Havre, entre 1965 et 1974, 10,42 % des suffrages exprimés ; il obtient alors la majorité absolue (51,10 %). Jacques Duclos obtient 32,15 % des suffrages exprimés, le 1er juin 1969 ; par contre Georges Marchais n’arrive, en 1981, qu’à 26,52 %, soit 5,63 % de moins que le précédent candidat communiste et 1218 voix perdues ; alors que le nombre des suffrages exprimés a augmenté de 14 636, il ne dépasse le candidat socialiste que de 3,24 %.

44Les résultats du second tour au Havre sont eux aussi intéressants : Mitterrand progresse régulièrement de 1965 (51,3 % des suffrages exprimés) à 1981 (60,25 %), les consignes d’abstention données par le PC, en 1969, ne sont pas intégralement suivies ; il manque 3,10 % au non-report communiste, en pourcentage d’électeurs inscrits, de même le désistement ambigu, pratiqué par la direction du PC en 1981, n’empêche pas le candidat socialiste de faire mieux que le total cumulé des voix de gauche, PC et PS, soit, en plus, 10,45 % des suffrages exprimés : en ajoutant la totalité des voix d’extrême gauche, Mitterrand progresse par rapport au premier tour.

45La dynamique unitaire, même réduite à une alliance électorale, a donc profité à terme au candidat du PS et la rupture de l’union de la gauche articulée sur un projet politique a été négative pour le PC. Les référendums de 1969 et 1972, et en particulier le second, sur la ratification du traité d’adhésion de la Grande-Bretagne, du Danemark, de l’Irlande et de la Norvège à la CEE, où le PC a été le seul à appeler à un vote négatif, alors que le non obtient 43,14 % des suffrages exprimés, d’autre part, le résultat des premières élections européennes en 1979, où la liste communiste obtient, au Havre, 34,38 % des suffrages exprimés, permettent d’affirmer que le PC, en dépit de son affaiblissement politique, dispose encore d’une influence idéologique, en baisse caractérisée cependant, si l’on en juge par les 21,03 % de suffrages exprimés obtenus aux élections européennes de 1984.

46Une synthèse diachronique permet de constater qu’il y a quatre temps dans la conjoncture électorale référée aux résultats du PC.

  • 27 Des cantonales ont aussi lieu en septembre et octobre 1967.

47Une première période allant des législatives de 1962 à celles de 196727 se caractérise par une alliance électorale (désistements) et des candidatures d’union (municipale et présidentielle de 1965) ; elle est marquée par une progression des candidats communistes et la victoire de la municipalité d’union PC, PSU et ex-SFIO. Le PC est alors au plus haut depuis la Libération.

481968 est une crise politique sans forte traduction électorale. Certes, les candidats communistes perdent des voix aux législatives, mais, dès 1970 (élections cantonales) et plus encore aux législatives de 1973, les pertes sont compensées. Le parti communiste entre alors dans une troisième période qui dure jusqu’aux législatives de 1978, caractérisée par l’alliance politique avec le PS (municipales de 1971). Ses candidats progressent au premier tour des législatives et cantonales. Le PC gagne 2 conseillers généraux en 1976 et la deuxième municipalité d’union (PC-PS-MRG) enregistre une progression en voix en 1977.

49La deuxième crise politique ouverte par la rupture de la logique unitaire et programmatique se traduit immédiatement, dans la 6e circonscription, en 1978, par le résultat, en baisse dès le premier tour, obtenu par le candidat communiste. Cet affaiblissement électoral est confirmé par les pertes enregistrées aux cantonales de 1979, présidentielle et législatives de 1981, et l’échec des cantonales de 1982, où le PC perd 2 sièges de conseillers généraux, suivi par une baisse des résultats obtenus aux municipales de 1983. Il apparaît bien que si le PC a tiré profit de l’éclatement mais aussi de la recomposition de la gauche socialiste, il a, par contre, été victime de ses propres revirements stratégiques.

Les anciens et nouveaux partenaires et concurrents socialistes : le premier PSU et le nouveau PS

  • 28 Cette alliance se fait contre une liste de troisième force présentée par le maire sortant, Robert (...)

50La nouvelle municipalité, élue en 1965, se constitue sur la base d’une alliance privilégiée entre le PC et le PSU28 représenté par ses trois composantes principales : les ex-PSA (1958) que l’on pourrait qualifier de socialistes de gauche, tels Jean Binot, ancien député socialiste de 1945 à 1958, Louis Pointier, secrétaire de la section, Louis Nédélec, les ex-radicaux-socialistes comme André Heudron, et les ex-UGS (catholiques de gauche). L’ancienne section socialiste SFIO a éclaté (Victor Berthelot s’est rallié à la liste dirigée par René Cance et il devient cinquième adjoint).

  • 29 La liste Cance s’intitule « d’union démocratique et laïque » et comprend deux socialistes SFIO, Vi (...)

51L’union des deux partis s’est opérée à partir d’une volonté de gestion démocratique et laïque29 et se traduit par des désistements aux élections cantonales de 1967 et 1970 et législatives de 1967 et 1968. Les deux alliés donnent la priorité au règlement des problèmes sociaux et affichent une aspiration commune à la paix au Vietnam. Deux événements renforcent encore la nouvelle coalition : d’abord le ralliement de l’ensemble des formations de gauche, politique et syndicale (sections locales de la FGDS-SFIO, PSU, syndicats CGT, FEN), à la candidature unique de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1965 et le soutien de tous les syndicats (CGT, FEN mais aussi CFDT et FO) et partis (PC, FGDS-SFIO, PSU, Citoyens 60) à la grande grève des ouvriers de la construction navale (Mazeline-Forges et chantiers de la Méditerranée) en 1965-1966.

  • 30 La référence à la troisième force sera dénoncée par ses adversaires, communiste et gaulliste, jusq (...)
  • 31 Le Havre libre, 3 et 4 décembre 1966.

52Il reste qu’au moins deux grandes tendances ne se sont pas ralliées à l’union de la gauche PC-PSU : ce sont les socialistes SFIO, partisans des solutions de troisième force30, ou des clubs comme Citoyens 60, Économie et humanisme, nostalgiques de la candidature de Gaston Defferre et du projet de « grande fédération », ou les partisans d’une « gauche moderne », intéressés par les politiques d’aménagement du territoire et d’urbanisme, et qui demandent la formation de commissions extra-municipales31 dites de participation, après une consultation des citoyens sur les grands projets.

53À l’inverse les communistes sont engagés, depuis 1962, dans une alliance électorale avec le parti socialiste SFIO, puis la FGDS, qu’ils espèrent voir déboucher « sur une union sans exclusive de tous les partis démocratiques autour d’un programme commun » (XVIIe congrès du PCF du 14 au 17 mai 1964). Ils ne donnent aux commissions municipales qu’un caractère consultatif.

  • 32 Candidat à l’élection présidentielle de 1969, il obtient au Havre 4067 voix (4,49 % des exprimés), (...)
  • 33 G. Cuvilliez obtient dans le 3e canton 4,10 % des suffrages exprimés, S. Osmont dans le 6e, 6,43 % (...)

54C’est en fait le mouvement de mai-juin 1968 qui défait la coalition majoritaire et amène à une recomposition, sur la base d’une nouvelle alliance PC-PS et fractions de gauche du parti radical. Le PSU, dirigé depuis 1967 par Michel Rocard32, est l’organisation politique qui s’est la plus radicalement transformée et, dès les élections cantonales de mars 197033, de nouveaux adhérents – nouveaux candidats – se déclarent PSU-68 et l’une d’elle ajoute « féministe et laïque ». Le PSU développe une nouvelle thématique de réflexion sur les formes locales du pouvoir (régionalisation, démocratisation, décolonisation) et de nouvelles orientations politiques, le situant à l’extrême gauche ; par exemple, il intègre un Front de solidarité Indochine dont l’objectif n’est plus seulement la paix mais la révolution au Vietnam, au Cambodge et au Laos.

  • 34 La séance du conseil municipal est relatée par Le Havre libre, 28 janvier 1970.
  • 35 Le 9 mars 1971, Michel Rocard tient au Havre un meeting sur « le PSU et le combat municipal ».

55Un premier affrontement public a lieu sur la question du refus de prêter une salle municipale à la Ligue communiste, le 26 janvier 197034. Une lettre, adressée par le PSU au PC (publiée fin novembre 1970), analyse à quelles conditions les deux partis pourraient arriver à « un accord politique » : des garanties de démocratie devraient être données à chacun des partenaires et la liberté d’expression publique des différents courants reconnue ; les relations avec la population et les associations devraient être développées sous des formes les intégrant à l’action municipale et la municipalité pourrait être amenée à s’engager dans des actions de « rupture avec la légalité » révélant « des situations de conflit ». Il est clair que ces exigences sont totalement incompatibles avec les orientations du parti communiste, d’une part parce qu’il estime qu’un fonctionnement démocratique est fondé sur la règle de la majorité (voire de l’unanimité) et non sur l’organisation de courants et/ou de tendances, qu’aucune association ou commission ne peut se substituer à la responsabilité politique des élus, d’autre part parce qu’il considère la structure municipale comme un instrument de gestion et de développement d’actions de solidarité, et non comme un moyen de subversion35.

  • 36 Ou encore André Heudron, adjoint aux Affaires culturelles, et Louis Pointier qui a été adjoint à l (...)

56La rupture est donc consommée au niveau fédéral et national mais il en résulte, au Havre, un éclatement de la section locale ; une fraction des adjoints PSU (dont le secrétaire Louis Pointier36) choisit alors de rester dans la nouvelle direction municipale, le nouveau secrétaire et ancien deuxième adjoint Louis Nédélec ne se représente pas mais appelle à voter pour la liste Cance-Duroméa.

  • 37 Étudiée par Jean-François Kesler dans De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste, Toulous (...)
  • 38 Le Havre libre, 11 février 1971, relate l’intervention de Jacqueline Rubé, dans un meeting à Frank (...)

57Tout se passe alors comme si au PSU dans sa première version37 antérieure à mai 1968 se substituaient à la fois le nouveau parti socialiste, dirigé par Alain Savary, constitué par d’anciens SFIO (Lhonorey, Lechevallier) ralliés à l’alliance avec les communistes, et la Convention des institutions républicaines (Jacqueline Rubé, Raymond Masson, Pierre Wermester) rassemblant des ex-FGDS et des catholiques de gauche, comme dans le premier PSU. La future adjointe, Jacqueline Rubé, membre de la CIR, reprend, presque terme à terme, la demande formulée par l’ancien PSU, en 1965-1966, de formation de commissions extra-municipales, de développement des relations avec les associations et les syndicats, d’enquêtes publiques et de consultation des citoyens38. L’on pourrait dire qu’il ne semble y avoir place, dans un espace politique orienté à gauche et dominé par le PCF, que pour des socialistes et des radicaux unitaires : c’est à la veille des élections municipales de 1965 et 1971, et sur la question de l’union de la gauche, que les sections locales de la SFIO et du PSU se sont divisées jusqu’à la rupture et, chaque fois, des représentants de ces partis se sont maintenus dans la direction municipale ; d’autre part toutes les tentatives pour reconstituer un parti social-démocrate, comme celle de Bernard Bourlé, ancien SFIO, membre du PSD d’Émile Muller, ont échoué, enfin le parti communiste est arrivé à rallier successivement deux adjoints socialiste et radical, Robert Joly puis Bernard Robinet.

58Mais du fait du rapport des forces internes, ces minorités socialiste et radicale sont contraintes de jouer leur partition sur le mode mineur, elles n’élaborent pas de propositions alternatives, d’autant plus qu’à l’inverse, la radicalisation du langage et des formes politiques opérée par le PSU semble déboucher sur sa marginalisation électorale. C’est aussi ce que comprennent, au sein du second PSU, les militants de la tendance animée par Michel Rocard, ralliés au PS en 1974, et les représentants du (dernier) PSU, siégeant au conseil municipal, à partir de 1977, ou appelant à voter pour la liste d’union en 1983.

  • 39 Contrairement à ceux qui ont choisi d’adhérer aux partis de Jean Lecanuet ou d’Émile Muller (R. Mo (...)

59Le nouveau parti socialiste tel qu’il se constitue en 1969-1971 est formé d’anciens socialistes SFIO, ralliés à la FGDS puis au parti socialiste d’Alain Savary39, auxquels s’ajoutent les conventionnels ; ces derniers, qu’ils aient ou non transité par le MLO, Mouvement de libération ouvrière, comme Michel Vallery, futur maire PS et conseiller général du canton de Montivilliers à partir de 1976-1977, réélu sans discontinuer, ou par l’UGS, le PSU ou Citoyens 60, comme Marcel Thieullent, secrétaire de la section socialiste de 1971 à 1977, appartiennent majoritairement à la gauche catholique, politique et syndicale : CFTC, CFDT et Reconstruction.

60Constatant, depuis les législatives de 1967, que la répartition des postes de responsabilité s’opère entre les représentants de la « vieille » SFIO et les membres de la CIR, puis demandeur d’union de la gauche, après le forfait du PSU (ès qualités), le PC fait la part belle, dans la composition de la liste pour les élections municipales de 1971, au PS avec 6 représentants dont 2 adjoints, Lhonorey et Lechevallier, anciens secrétaires de la section socialiste, 3 conventionnels, dont Jacqueline Rubé, adjointe, et 2 ex-PSU. L’union s’élargit encore avec l’annexion, en 1973, de la commune de Rouelles, qui avait élu, en 1971, un maire PSU, Jean Defrêne, lequel devient adjoint et maire délégué. La division des socialistes, le déplacement du centre de gravité de la section de la SFIO à la CIR, le développement de la stratégie d’union de la gauche font encore le jeu des communistes, jusqu’aux municipales de 1977 ; la liste d’André Duroméa obtient alors son meilleur score (60,87 % des suffrages exprimés).

  • 40 Le PS a aussi gagné la mairie de Montivilliers (M. Vallery), des adjoints socialistes figurent dan (...)
  • 41 Le Havre libre, 7 octobre 1977. Bernard Cassagnabère est élu premier secrétaire en 1982.
  • 42 Pour autant la section socialiste ne disposera jamais que d’un seul permanent, Jean Firmin, ouvrie (...)

61Le parti socialiste a doublé le nombre de ses conseillers (13 au lieu de 6) et augmenté le nombre de ses adjoints (Rubé, Lechevallier, Delègue, Defrêne et Menga)40, mais, à partir des législatives de 1978, le partenariat, à profits réciproques, tend à se transformer en concurrence ouverte. Trois faits déterminent cette évolution. Le premier est la multiplication des tendances au sein de la section socialiste, le CERES étant un temps majoritaire (1975-1977), puis les rocardiens prenant la tête de l’organisation, avec l’élection de Michel Maheu au poste de premier secrétaire41. À quoi s’ajoute le développement de l’actif militant dans les entreprises (des militants et permanents syndicaux CFDT, Cuillier, secrétaire de l’UL, Bertrand à la CGT, des membres de FO et de la FEN). On retrouve aussi des militants socialistes dans de multiples associations : parents d’élèves, gestion de la maison de la culture avec Michel Maheu, association socio-culturelle de Bléville ou CLEC, et dans les quartiers. La section socialiste est alors dédoublée entre Le Havre et Montivilliers, et des groupes ont été créés à Caucriauville, Aplemont, Rouelles, Montgaillard, et dans le centre-ville42.

  • 43 La négociation a fait l’objet d’une série de pressions sur la direction communiste, le PS suspenda (...)

62Le parti socialiste dispose enfin de la capacité politique de faire publier régulièrement, dans la presse locale, un éditorial de Jean Binot (ancien député SFIO, ancien PSA devenu PSU et appartenant au PS jusqu’à sa mort en 1982), à l’égal de René Cance et de Pierre Naze (PC), et de Louis Siefridt (MRP). Le parti socialiste enregistre une progression en voix, accélérée après la rupture de l’union de la gauche et matérialisée par ses premiers succès électoraux, à partir des municipales de 1977 et l’élection de Michel Vallery comme maire de Montivilliers, suivies des législatives de 1981 avec l’élection de Joseph Menga comme député de la 6e circonscription et des cantonales de 1982, soit les élections de Patrick Fouilland, dans le 8e canton, et de Michel Vallery. La composition de la liste pour les élections municipales de 1983 prend acte43 de ce développement de l’influence politique du parti socialiste en augmentant la part de ses représentants (22 conseillers au lieu de 13, 7 adjoints au lieu de 5).

  • 44 Témoignages de Serge Reneau et Jacqueline Rubé.

63Pour autant le PS reste, comme le premier PSU, un partenaire faible du parti communiste. D’une part, il n’a pas les moyens d’entamer les bastions politiques (7e circonscription, 3e et 4e, puis 9e et 10e cantons) ; s’il gagne, c’est à la périphérie (Le Havre ouest, Bléville et Montgaillard, Montivilliers) aux dépens des droites (sauf dans le 8e canton détaché, en 1982, du 7e canton gagné par le PCF en 1976) ; il n’entame pas non plus les « forteresses » syndicales (CGT, SNES). D’autre part, le parti socialiste reste d’une grande hétérogénéité sociale et politique, il est traversé par des divisions internes et déchiré par des luttes de tendances44 ; jamais, par exemple, il n’est arrivé à fédérer les catholiques de gauche qui restent sa composante principale et que l’on retrouve influencés par les prêtres-ouvriers adhérant à la CGT, ou membres de la JOC et de l’ACO, ou militants de la CFDT et du SGEN. Enfin les postes d’adjoints occupés dans les municipalités à direction communiste apparaissent comme traitant des marges, c’est-à-dire ne comprenant ni l’économie ou les finances, ni l’urbanisme, ni la jeunesse et l’adolescence, mais l’hygiène et la santé, le troisième âge, les femmes « en détresse », les immigrés, les prédélinquants, ce qui, certes, n’est pas négligeable, mais n’est pas politiquement déterminant.

  • 45 Voir Le Havre libre, 30 janvier 1974 : « Plus que jamais le programme commun […] » ; Le Havre libr (...)

64Le parti socialiste a-t-il pu faire entendre sa différence, en dehors des campagnes électorales liées à des enjeux nationaux ? Il a d’abord été « unitaire pour deux » dans la mesure où, produit de l’unité des socialistes, il a choisi la stratégie de l’alliance politique avec les communistes45, et une fraction de l’électorat lui a donné acte de cet engagement en le faisant progresser, électoralement, y compris après la rupture politique de 1977 ; mais il est clair aussi que cette progression en voix et les désistements des candidats socialistes ont d’abord joué au profit des candidats communistes, jusqu’aux cantonales de 1976 et aux législatives de 1978. Ce sont seulement les retombées politiques de l’élection présidentielle de 1981 qui ont permis au parti socialiste de commencer à inverser le rapport des forces électoral (législatives de 1981, cantonales de 1982), soit un événement politique national dont il restera largement dépendant.

  • 46 Le Havre libre, 15 décembre 1975. Devant une salle pleine et la direction locale du PS (J. Rubé, M (...)
  • 47 Le Havre libre, 5 juin 197. Déclaration faite en présence de deux adjoints PS, Jacqueline Rubé et (...)

65L’importation d’idées venues du premier PSU (antérieur à 1968), par exemple la lutte pour un socialisme démocratique, puis celles du second PSU, défendues par Michel Rocard, comme « le socialisme autogestionnaire » évoqué au Petit Théâtre le 12 décembre 197546, ou Gilles Martinet déclarant pendant la campagne pour les élections européennes : « Le PS agira pour les 35 heures et le contrôle des multinationales »47, n’empêche pas que le parti socialiste semble articuler un langage radical et une pratique gestionnaire sans contradiction réelle avec les communistes. Sans doute y a-t-il, de la part du PS, la volonté d’une démocratie « participative », comme en témoigne le projet de Jacqueline Rubé d’un centre de santé, autogéré par les malades et le personnel soignant, avec le relais des associations, et un désir d’intégrer les minorités (féministes, immigrés, voire prédélinquants) par des structures relevant d’aides publiques et fonctionnant avec des personnels spécialisés et des volontaires, éducateurs de quartier, travailleurs sociaux, militants associatifs. Mais les éléments de solidarité politique, d’abord dans le cadre des municipalités d’union, puis avec les gouvernements socialistes, l’emportent sur toute velléité de contestation, que ce soit en matière de transports publics, d’urbanisme ou de délinquance et, à partir de la seconde moitié de 1981, de politique de la santé ou de l’emploi.

  • 48 Étudié dans le chapitre 16, « La dernière crise : union dans les luttes ».
  • 49 Le Havre libre, 31 octobre et 1er novembre 1981.

66Le PS tire enfin parti de la détérioration de l’image publique du PCF avec le collectif Union dans les luttes48, les affaires de Vitry et de Montigny, les prises de position sur la Pologne et l’Afghanistan ; il développe alors une orientation en contrepoint de celle du PCF. Dans un second temps et de conserve avec la direction communiste de la municipalité, il relaie les initiatives des gouvernements de Pierre Mauroy, en matière d’emplois et d’équipements collectifs (centre hospitalier, établissement universitaire), et Joseph Menga, nouveau député socialiste, est chargé d’une mission sur l’éducation surveillée49. Il lui reste à traduire l’évolution de la conjoncture et des résultats électoraux de 1981-1982, mais le parti socialiste en a-t-il les moyens et dispose-t-il d’une autonomie suffisante ?

Les adversaires d’extrême gauche

  • 50 Ces candidatures ayant ou non un caractère symbolique, comme celle de l’OS Jean-Marie Toullec et c (...)
  • 51 Seuls les anarchistes se déclarent « antiélectoralistes » jusqu’au bout (Le Havre libre, 23 mai 19 (...)
  • 52 Les Amitiés franco-chinoises et le PCR (M-L) sont maoïstes ; les anarchistes sont représentés par (...)
  • 53 Aux élections législatives partielles de 1975, les candidats LCR et LO obtiennent respectivement 0 (...)

67Électoralement parlant, bien qu’ils présentent des candidats à tous les types d’élection50, à la seule exception des anarchistes51, les partis et mouvements d’extrême gauche (trotskistes, maoïstes, anarchistes52 et le PSU après 1968) ont toujours représenté de faibles minorités53, mais ils se sont manifestés sur des thèmes ou des questions jugés sensibles par les communistes, c’est-à-dire le Vietnam, la jeunesse, la culture, les associations de quartier…

  • 54 Ils organisent la solidarité financière, font de l’agitation et de la propagande autour de ces mou (...)
  • 55 Les mêmes contradictions se retrouvent avec le soutien de l’extrême gauche à la « révolution chili (...)

68S’ils n’ont pas réussi à investir les appareils syndicaux, CGT, SNES et CFDT, restés aux mains de militants communistes et socialistes, ils se sont faits par contre l’expression des « nouveaux mouvements sociaux »54 (le Joint français, Lip) et ont même réussi à entraîner, conjoncturellement, des fractions de la nouvelle classe ouvrière, par exemple, chez Renault, des OS d’origine rurale et de jeunes lycéens en révolte (grèves de 1968 et 1978), après la scission de la JC en 1966. Ils se sont développés en organisant le soutien à la victoire et à la révolution du peuple vietnamien55, dans le temps où les communistes, le Mouvement de la paix et ses comités de quartier luttaient pour la paix au Vietnam et armaient un bateau (soviétique) pour le Vietnam (du Nord), puis ils se sont regroupés dans un Front de solidarité Indochine et ont fédéré des trotskistes (LCR, comités rouges, cercles rouges, Front communiste révolutionnaire, responsables de la tendance « école émancipée » au sein du SNES), des PSU ayant adhéré après mai-juin 1968 et des exclus du PCF, créateurs des centres d’initiatives communistes de Victor Leduc (au Havre, Désiré Morel).

  • 56 Le Havre libre, 25 avril 1972, 15 mai 1972, 28 décembre 1972.
  • 57 Victor Leduc est interdit d’entrée au dernier meeting commun (avec Roland Leroy, Claude Estier, Mi (...)
  • 58 Par exemple le 1er mai 1976, dans la salle du conseil municipal.
  • 59 Le Havre libre, 19 mars 1971.

69Sur ces bases, ils ont été l’objet d’exclusives et de rejets dans des manifestations de rue56, des meetings publics57, interdits d’entrée dans des salles municipales58. Seuls les anarchistes cependant sont restés intransigeants sur la question du pacifisme et de l’antimilitarisme, mais ces mouvements éclatés se sont retrouvés, après 1968, dans l’attente et la préparation d’un nouveau mouvement social, à partir de « grèves révolutionnaires », en héritiers de la Commune dont ils célébraient symboliquement la (re) naissance le 18 mars 1971 à 18 heures, place Thiers rebaptisée Eugène-Pottier59. La mort de Pierre Overney, jeune ouvrier maoïste, le 25 février 1972, entraîne aussi une manifestation de protestation : les obsèques sont suivies par 30 000 personnes et un rassemblement est organisé place Thiers, par la Ligue communiste, le PSU et le CIC, jeudi 2 mars, mais une tentative de mobilisation, à la suite d’une grève chez Renault, est un échec.

  • 60 Suite au communiqué du bureau politique du 28 juin 1973.

70La dissolution de la LCR, le 21 juin 1973, amène cependant une protestation fédérale60 du PCF (dans Le Havre libre, 2 juillet 1973) et une condamnation par le PSU, le CIC, la tendance EE du SNES, le SGEN-CFDT, le PS et la Ligue des droits de l’homme ; un meeting commun à la gauche syndicale et politique (PC, PS, MRG, Ligue des droits de l’homme, SGEN-CFDT, SNES-FEN et CGT) est même organisé, le 9 juillet 1974.

  • 61 Le Havre libre, 21 mars 1973.
  • 62 Selon Le Havre libre, 3 avril 1973, la manifestation est composée de 2000 personnes.

71Plus problématique pour le parti communiste, parce que remettant en cause sa « politique de la jeunesse », qui fait des adolescents, des adultes en devenir, déjà engagés mais pas encore responsables, sont les interventions des formations d’extrême gauche auprès des lycéens, des jeunes ouvriers, des jeunes marginaux. Par exemple la Ligue communiste arrive à mobiliser 400 lycéens61 contre la loi Debré, en excluant de la manifestation62 l’UNCAL, « syndicat » lycéen d’orientation communiste, puis à organiser des comités de lutte, de coordination lycéens-étudiants et une réunion publique sur le thème : « Va-t-on vers un nouveau mai 1968 ? » (le 2 avril 1973, salle Masséna).

  • 63 La projection a lieu le 27 avril 1971. Le festival de 1969 avait été interdit en France.
  • 64 Ces arrestations s’étant peut-être accompagnées de violences, une commission d’enquête publique es (...)

72Les premiers incidents ont lieu à la maison de la culture du Havre (MCH), avant la projection d’un film de Jérôme Laperrousaz intitulé Amougies, nom d’un festival de musique pop63, des jeunes appartenant à un Front de libération et d’intervention pop demandent la gratuité du spectacle, mais sur appel du responsable et du directeur de la MCH (Christian Zarifian et Bernard Mounier), la police intervient et arrête cinq jeunes hommes et trois jeunes filles64. Une protestation immédiate (de la fédération anarchiste) est suivie de la constitution d’une commission d’enquête pour empêcher l’application de la loi anticasseurs (PS, PSU, Ligue communiste, anarchistes).

73Plus élaborées sont les relations engagées en 1968-1969 entre l’unité cinéma de la MCH, très inspirée par les Cahiers du cinéma, dans leur période maoïste, et les foyers de jeunes situés dans des quartiers ouvriers, Aplemont et Louis-Blanc ; le premier fut transformé en CLEC, structure municipale, en 1971 et le second fermé six mois, dans la deuxième moitié de l’année 1968.

  • 65 Les relations entre les foyers de jeunes et la MCH ou entre les CLEC et la direction municipale so (...)

74L’objectif est la réalisation de films, le premier, On voit bien que ce n’est pas toi, fut achevé à la mi-février 1969, après avoir été préparé pendant trois mois et une vingtaine de réunions par Christian Zarifian, réalisateur, et Vincent Pinel, ingénieur du son, tourné en quinze jours et monté en deux mois. Il traite de jeunes en crise, mais d’une révolte rentrée, passive, qui s’ennuient et qui ont des difficultés avec le travail ou la famille, et il eut quelques problèmes65, d’image(s) et de représentation, avec le président de l’Association des foyers de jeunes (Jean-Marie Huret) et le directeur de la maison de la culture (Bernard Mounier), partenaire de la commission de coordination culturelle de Tourisme et travail (CGT).

  • 66 Le Havre libre, 25 avril 1973.
  • 67 La situation de crise dure du mois de novembre 1973 au 21 mars 1974.
  • 68 Philippe Lizée est responsable local des Amitiés franco-chinoises, il a fait un voyage en Chine, r (...)
  • 69 Entretien MPDH/SR, le 25 janvier 1993.
  • 70 Constitué le 7 mai 1972 (Le Havre libre, 9 mai 1972).
  • 71 Les versions des deux parties sont concordantes. L’ancien comité de gestion (en rupture), le nouve (...)
  • 72 Le CLEC d’Aplemont est fermé du 21 mars 1974 au 16 janvier 1975.

75La seconde expérience a été tentée au printemps de 197366 sur les mêmes bases : Moi je dis que c’est bien a été élaboré collectivement, avec les jeunes du CLEC d’Aplemont, avant d’être projeté dans des conditions de crise67 avec la direction municipale. Le débat culturel masque des enjeux de nature politique et idéologique : le jeune ouvrier électricien, ancien des foyers de jeunes et devenu animateur du CLEC, est aussi prochinois68 ; Christian Zarifian, le réalisateur, évoque « notre réseau, Front culturel, d’animateurs radicalisés »69. La municipalité, l’adjointe communiste chargée de l’enfance et de la jeunesse, l’autre animateur communiste, devenu coordinateur des CLEC, sont en conflit avec les orientations d’une fraction du comité de gestion70, à propos de ses projets éditoriaux71. Des manœuvres aboutissent à un renversement de majorité, une révolte organisée et des exclusions précédant une fermeture du CLEC pendant près de dix mois72.

  • 73 Étudié par Duc Nhûan Nguyên dans Revendications urbaines. Étude sur les luttes urbaines menées par (...)
  • 74 Il s’agit de 350 logements répartis en 3 tours de 16 à 18 étages.

76Le dernier terrain d’affrontement73 est la tentative de militant(e)s du PSU et de l’Association populaire familiale (ex-Mouvement populaire des familles, ex-MLP : Mouvement de libération du peuple) de jeter les bases d’un syndicalisme « familial et résidentiel », dit aussi « syndicalisme du cadre de vie », prenant en charge la construction des logements et l’aménagement des quartiers, la gestion des équipements collectifs, les problèmes d’hygiène et de santé, d’écoles, de transports, de distribution et de vente de produits de grande consommation, dans le quartier du Bois-de-Bléville, soit un millier d’habitants rassemblés dans de grands collectifs74, de construction récente (années soixante), une population très jeune et très ouvrière (64,1 % d’ouvriers au recensement de 1968).

  • 75 Bulletin du CM du 14 mai 1973 : le centre social et culturel est appelé « Maison pour tous » ; il (...)
  • 76 Suite au premier choc pétrolier, le prix de l’hectolitre de fuel est passé de 17,62 F le 30 septem (...)
  • 77 D. N. Nguyên, Les revendications urbaines, op. cit., p. 187.

77Ces militants d’extrême gauche, essentiellement des enseignants, des travailleurs sociaux et des techniciens, y investirent une association loi de 1901 dite « Maison pour tous », construite avec des crédits de la ville, de l’OPHLM et de la CAF, et gérée de façon tripartite75. Une première action visant à empêcher la construction d’une quatrième tour a été suivie par l’organisation d’une amicale de locataires (affiliée à la CNL), dont l’objectif a été de refuser de payer la hausse, jugée « excessive »76, des charges de chauffage. L’APL est alors entrée en conflit, non seulement avec la direction de l’OPHLM (présidé par Michel Dubosc, par ailleurs conseiller général de droite, républicain indépendant, du 1er canton), mais aussi avec la CNL, confédération de locataires dirigée par des militants communistes. D’un côté, les méthodes (par exemple l’organisation collective du paiement des loyers) sont dénoncées comme « aventuristes », de l’autre la participation, même minoritaire, de représentants de la municipalité et de la CNL à la gestion de l’office public est qualifiée « d’institution nalisation et de notabilisation » des militants77 et donc contradictoire avec les intérêts de la « base » ouvrière.

  • 78 Le Havre libre parle de « révolte dans le quartier du Bois-de-Bléville, cité-dortoir laissée à l’a (...)

78Le PC, représenté par Gérard Heuzé, conseiller général du 4e canton, secrétaire de ville, prend alors conscience du risque de cassure politique entre le parti communiste et l’électorat des grands ensembles78, touché par la crise (sociale et urbaine). Il organise, avec la cellule Pablo-Picasso, la première mobilisation pour obtenir la construction d’écoles, d’un collège, d’autant plus que l’amicale des locataires, dominée par le PSU, continue de développer des « revendications urbaines » mettant en cause l’État, un office public d’HLM tendant à se privatiser et, en dernière instance, la direction municipale.

79Le débat est porté au niveau politique général par Marie-José Pigeon, ancienne animatrice de la CAF, candidate du Front autogestionnaire aux élections législatives de 1978, dans la 7e circonscription, et auteur d’un mémoire de second cycle de sociologie : Le centre social, vers un processus autogestionnaire. Mythe ou réalité ?

80Tout se passe comme si les formations d’extrême gauche, cantonnées, après 1968, aux frontières de la légalité démocratique, n’avaient d’autre ressource politique que d’anticiper les mouvements sociaux, d’exprimer des refus intransigeants (antinucléaires, antimilitaristes, anti-impérialistes), de traduire les aspirations ou les révoltes minoritaires (droits des citoyens soldats, des femmes, syndicats de lycéens…).

81Dans tous les cas de figure, l’extrême gauche bute sur l’intransigeance du PCF, rejetant la concurrence et la surenchère, mais aussi sur les contradictions du PS, capable ponctuellement de faire cause commune avec l’ultra-gauche, tout en restant l’allié politique du PC.

  • 79 Par exemple dans la dénonciation de « l’austérité » ou de la « social-démocratie ».
  • 80 Ainsi, le PSU parle des « problèmes de l’Éducation nationale au service du capitalisme ou au servi (...)

82La seule formation qui soit restée dans une situation d’ambiguïté politique par rapport au PCF, partenaire et/ou adversaire de 1971 à 1983, est le PSU. Partenaire d’abord dans la mesure où il accepte une participation aux municipalités dirigées par André Duroméa (en 1971, 2 ex-PSU : Pointier et Heudron ; en 1972, le maire de Rouelles, Defrêne ; en 1977, 2 conseillers sur 45 : Reguer et Sourd) et appelle au report à gauche des voix obtenues par ses candidats dans toutes les élections. Plus encore, exerçant sur le PS une pression politique que l’on peut qualifier d’orientée à gauche79, sans se rallier ouvertement à l’union, il est un allié objectif des communistes. Par contre, il en reste un adversaire, dans la mesure où il développe des idées d’ultra-gauche sur le contrôle, ouvrier, de la gestion des entreprises ou, populaire, des prix à la consommation ou du fonctionnement de l’école80, de même que des théories sur l’autonomie et le nucléaire (1975-1977).

83C’est que le PSU continue à vouloir représenter les minorités féministes, écologistes, les nationalités « régionales » et étrangères, qu’il tente de fédérer dans un Front autogestionnaire (avec les tiers-mondistes, les non-violents, les antinucléaires) aux législatives de 1978, alors que le PCF ne constitue jamais politiquement ces minorités en tant que telles, mais tente au contraire de les intégrer.

  • 81 Vœu adopté à l’unanimité par le conseil municipal le 12 mai 1977.
  • 82 Le Havre libre, 30 mars 1981, déclaration de P. Reguer et J.-P. Sourd.
  • 83 Il semble avoir joué son rôle dans la rénovation historique du PS.
  • 84 Voir les résultats des élections législatives en annexe.

84Le PSU est le go between entre le nouveau PS et les mouvements d’extrême gauche, par exemple sur la liberté d’organisation dans les casernes, sur la dissolution des tribunaux militaires, sur l’objection de conscience81 ; de même il reste un pourvoyeur d’idées nouvelles, par exemple sur la décentralisation. Il est enfin le dénonciateur de la désunion de la gauche, ses deux conseillers municipaux refusent de continuer à siéger, en mars 1981 : « en raison de l’escalade à laquelle se livrent le PC et le PS pour exprimer le plus violemment leurs désaccords, et qui n’a d’égale que leur union pour contraindre au silence les formations de gauche les moins importantes82 ». Il semble avoir alors achevé sa tâche historique de force politique autonome83, affaibli par les ralliements successifs au PS de Michel Rocard et d’Huguette Bouchardeau et par des résultats électoraux, inférieurs à 2,5 % des suffrages exprimés, aux législatives de 1978 et 198184.

Annexes

ANNEXES – résultats des élections (1965-1983)

Tableau no 1 : Les élections municipales (1965-1983)

Tableau no 1 : Les élections municipales (1965-1983)

Gauche : PC = parti communiste, SFIO/PS = parti socialiste, CIR = Convention des institutions républicaines, PSU = Parti socialiste unifié, RAD/MRG = Mouvement des radicaux de gauche, REP = républicain, DVG = divers gauche. Droite : UDR/RPR = parti gaulliste ou chiraquien, Ind/RI = républicains indépendants, UDF = Union pour la démocratie française. Centre : DEM = Centre démocrate, MRP = Mouvement républicain populaire.

Tableau no 2 : Les élections cantonales (1964 et 1967)

Tableau no 2 : Les élections cantonales (1964 et 1967)

Tableau no 3 : Les élections cantonales (1970 et 1973)

Tableau no 3 : Les élections cantonales (1970 et 1973)

Tableau no 4 : Les élections cantonales (1976 et 1979)

Tableau no 4 : Les élections cantonales (1976 et 1979)

* Front autogestionnaire.

Tableau no 5 : Les élections cantonales (1982)

Tableau no 5 : Les élections cantonales (1982)

Tableau no 6 : Les élections législatives (1962-1973)

Tableau no 6 : Les élections législatives (1962-1973)

FGDS : Fédération de la gauche démocrate et socialiste

Tableau no 7 : Les élections législatives (1975-1981)

Tableau no 7 : Les élections législatives (1975-1981)

* Front autogestionnaire.

Notes

1 Du nom du programme Pour un gouvernement démocratique d’union populaire publié par le PC en octobre 1971.

2 Le refus du congrès socialiste d’envisager une candidature unique, sur la base d’un programme commun, amène la direction du PC à présenter la candidature de Jacques Duclos (1-2 mai 1969) : Philippe Robrieux, Histoire intérieure du PCF, t. IV, Paris, Fayard, 1984, p. 805.

3 La même année 1983, le PS présentait 22 candidats, soit 37,28 %, un nombre et un pourcentage en augmentation par rapport à 1977 ; il obtenait 17 conseillers, soit 36,17 % de la liste d’union, en ajoutant les 3 PSU, présentés et élus ; ce sont en fait les anciens alliés, radicaux ou MRG, du PC et du PS, qui disparaissaient en tant que composante politique. Voir les résultats des élections municipales (1965-1983) en annexe.

4 René Cance a laissé la place à André Duroméa. Voir chapitre 7, carte 13 : « Découpage des 6e et 7e circonscriptions : les législatives de 1958 et 1962 ».

5 Voir chapitre 7, carte 14 : « Redécoupage de 1964 », et les résultats des élections cantonales en annexe tableau 2.

6 André Duroméa, Louis Eudier en restent les conseillers généraux.

7 Annexée en 1973, intégrée au 4e canton en 1976, dans la perspective des prochaines élections cantonales et municipales.

8 Voir carte 19 : « Création des 8e, 9e et 10e cantons » (27 janvier 1982), et les résultats des élections en annexes.

9 En 1982, victoires de l’UDF dans les 1er et 7e cantons (1 gain) ; du RPR dans le 6e (1 gain) ; du PS dans le 8e et Montivilliers (1 gain) ; du PC dans les 3e, 9e et 10e et Harfleur - Gonfreville-l’Orcher (2 gains).

10 Les résultats des élections municipales de 1945 à 1983 sont donnés en annexe.

11 De 19 conseillers en 1965 le PC est passé à 26 en 1977 et même 27 en 1983.

12 Le parti communiste présentait 34 candidats (et a eu 27 élus), le parti socialiste 22 et le PSU 3 candidats.

13 Les résultats des élections cantonales de 1964 à 1982 sont donnés en annexes.

14 Le 3e canton comprend aussi la commune (à direction communiste) de Gonfreville-l’Orcher de 1964 à 1982. Voir carte 20 : « Carte politique du Havre en 1973 ».

15 Il n’est pas possible de tenter une analyse comparée l’année d’une succession ; par contre les résultats obtenus par Gérard Heuzé (en 1973 et 1979) et Maryvonne Rioual (en 1976 et 1982) peuvent être confrontés, à six années d’intervalle, en dépit des ajouts (Rouelles est annexé au 4e canton en 1976) et retrait (Gonfreville-l’Orcher est enlevé au 3e en 1982).

16 Voir carte 21 : « Les succès communistes et socialistes de 1976 à 1981 ».

17 Le 3e lui reste majoritairement acquis, de même que le 4e divisé en trois, en 1982 et 1985.

18 Écoles Bellanger I et II, Gobelins I, II et III, Observatoire I, Clovis II et lycée Claude-Monet.

19 Particulièrement à Montgaillard.

20 De même nature semble être l’augmentation des abstentions dans les deux cantons créés (9e, 10e) à partir de l’ancien 4e, bastion communiste.

21 Cependant après une forte augmentation du nombre des inscrits (+ 21,4 % entre 1967 et 1978), ce dernier chiffre commence à baisser en 1981. Voir carte 22 : « Les deux circonscriptions législatives de 1967 à 1981 ».

22 Le parti socialiste progresse de 13,79 % des suffrages exprimés en 1978 à 21,46 % en 1981.

23 En 1958 et 1962, il a présenté Louis Eudier, député du Havre de 1956 à 1958.

24 Se sont aussi multipliées les « petites » candidatures d’extrême gauche et de gauche non partisane.

25 Le PC a perdu toute capacité électorale offensive depuis 1978.

26 À partir de cette date, les candidats communistes sont toujours dépassés par le ou la candidat(e) socialiste.

27 Des cantonales ont aussi lieu en septembre et octobre 1967.

28 Cette alliance se fait contre une liste de troisième force présentée par le maire sortant, Robert Monguillon (SFIO), comprenant 7 socialistes, 5 radicaux, 6 MRP, 5 Initiatives démocratiques…

29 La liste Cance s’intitule « d’union démocratique et laïque » et comprend deux socialistes SFIO, Victor Berthelot et Michel Le Baleur, et un socialiste indépendant, Robert Joly.

30 La référence à la troisième force sera dénoncée par ses adversaires, communiste et gaulliste, jusqu’à la fin des années soixante (par exemple par Georges Pompidou pendant la campagne de la présidentielle de 1969). Localement, après leur échec aux municipales de 1965, Robert Monguillon et Lucien Osmont disparaissent de la scène politique.

31 Le Havre libre, 3 et 4 décembre 1966.

32 Candidat à l’élection présidentielle de 1969, il obtient au Havre 4067 voix (4,49 % des exprimés), soit 55 suffrages de plus que Gaston Defferre.

33 G. Cuvilliez obtient dans le 3e canton 4,10 % des suffrages exprimés, S. Osmont dans le 6e, 6,43 %, et Y. Morvan dans le 7e, 7,96 % : soit des scores de moitié inférieurs à celui obtenu par L. Pointier, « PSU historique », dans le 1er canton (13,05 %). Voir les résultats en annexe.

34 La séance du conseil municipal est relatée par Le Havre libre, 28 janvier 1970.

35 Le 9 mars 1971, Michel Rocard tient au Havre un meeting sur « le PSU et le combat municipal ».

36 Ou encore André Heudron, adjoint aux Affaires culturelles, et Louis Pointier qui a été adjoint à l’Urbanisme.

37 Étudiée par Jean-François Kesler dans De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste, Toulouse, Privat, 1990.

38 Le Havre libre, 11 février 1971, relate l’intervention de Jacqueline Rubé, dans un meeting à Franklin, et le programme de la CIR est publié début mars 1971.

39 Contrairement à ceux qui ont choisi d’adhérer aux partis de Jean Lecanuet ou d’Émile Muller (R. Monguillon, B. Bourlé).

40 Le PS a aussi gagné la mairie de Montivilliers (M. Vallery), des adjoints socialistes figurent dans les illustrations 47 et 49.

41 Le Havre libre, 7 octobre 1977. Bernard Cassagnabère est élu premier secrétaire en 1982.

42 Pour autant la section socialiste ne disposera jamais que d’un seul permanent, Jean Firmin, ouvrier menuisier ; le siège du PS est situé rue Gabriel-Péri puis rue Michel-Gautier. Le PS havrais reste dominé par la gauche de formation catholique : JOC, ACO (Action catholique ouvrière), CCFD (Comité catholique faim et développement…).

43 La négociation a fait l’objet d’une série de pressions sur la direction communiste, le PS suspendant les discussions (Le Havre libre, 14 janvier 1983), après avoir demandé sa « vraie place » (Le Havre libre, 16 décembre 1982).

44 Témoignages de Serge Reneau et Jacqueline Rubé.

45 Voir Le Havre libre, 30 janvier 1974 : « Plus que jamais le programme commun […] » ; Le Havre libre, 17 octobre 1977 : « L’union de la gauche au Havre doit servir d’exemple à la France » ; et les responsables signataires de la pétition du collectif Union dans les luttes (J. Defrêne, M. Thieullent, Y. Bertrand) dans Le Havre libre, 19 et 20 janvier 1980.

46 Le Havre libre, 15 décembre 1975. Devant une salle pleine et la direction locale du PS (J. Rubé, M. Thieullent, M. Vallery, Y. Bertrand), Michel Rocard déclare : « […] il n’y a pas d’issue avec le capitalisme, il faut nous débarrasser de ce régime. »

47 Le Havre libre, 5 juin 197. Déclaration faite en présence de deux adjoints PS, Jacqueline Rubé et Joseph Menga.

48 Étudié dans le chapitre 16, « La dernière crise : union dans les luttes ».

49 Le Havre libre, 31 octobre et 1er novembre 1981.

50 Ces candidatures ayant ou non un caractère symbolique, comme celle de l’OS Jean-Marie Toullec et celle de l’immigré Abdel krim ben Lahoussine présentés par la Ligue communiste et Lutte ouvrière aux législatives partielles de 1975.

51 Seuls les anarchistes se déclarent « antiélectoralistes » jusqu’au bout (Le Havre libre, 23 mai 1972).

52 Les Amitiés franco-chinoises et le PCR (M-L) sont maoïstes ; les anarchistes sont représentés par le groupe libertaire Jules-Durand, les autonomes, l’ex-mouvement du 27 mai.

53 Aux élections législatives partielles de 1975, les candidats LCR et LO obtiennent respectivement 0,76 % et 0,50 % des suffrages ; en 1981, dans la 7e circonscription, 1,3 %.

54 Ils organisent la solidarité financière, font de l’agitation et de la propagande autour de ces mouvements « exemplaires » (un film est projeté par la section havraise du PSU le 23 janvier 1974).

55 Les mêmes contradictions se retrouvent avec le soutien de l’extrême gauche à la « révolution chilienne » (Le Havre libre, 16 novembre 1972) alors que l’Union de la gauche fait cause commune avec l’Unité populaire.

56 Le Havre libre, 25 avril 1972, 15 mai 1972, 28 décembre 1972.

57 Victor Leduc est interdit d’entrée au dernier meeting commun (avec Roland Leroy, Claude Estier, Michel Crépeau) avant le second tour de la législative partielle de 1975, dont Daniel Colliard (PC) est le candidat d’union (12 juin 1975).

58 Par exemple le 1er mai 1976, dans la salle du conseil municipal.

59 Le Havre libre, 19 mars 1971.

60 Suite au communiqué du bureau politique du 28 juin 1973.

61 Le Havre libre, 21 mars 1973.

62 Selon Le Havre libre, 3 avril 1973, la manifestation est composée de 2000 personnes.

63 La projection a lieu le 27 avril 1971. Le festival de 1969 avait été interdit en France.

64 Ces arrestations s’étant peut-être accompagnées de violences, une commission d’enquête publique est formée (Le Havre libre, 26 mai 1971) et une réunion organisée le 3 juin 1971.

65 Les relations entre les foyers de jeunes et la MCH ou entre les CLEC et la direction municipale sont analysées dans le chapitre 14 : « Des foyers de jeunes aux CLEC ».

66 Le Havre libre, 25 avril 1973.

67 La situation de crise dure du mois de novembre 1973 au 21 mars 1974.

68 Philippe Lizée est responsable local des Amitiés franco-chinoises, il a fait un voyage en Chine, relaté dans Le Havre libre, 16 novembre 1973.

69 Entretien MPDH/SR, le 25 janvier 1993.

70 Constitué le 7 mai 1972 (Le Havre libre, 9 mai 1972).

71 Les versions des deux parties sont concordantes. L’ancien comité de gestion (en rupture), le nouveau comité de gestion (d’obédience municipale) déclarent qu’à l’origine du conflit il y a le non-respect de la politique culturelle définie (par la municipalité ?) pour les CLEC.

72 Le CLEC d’Aplemont est fermé du 21 mars 1974 au 16 janvier 1975.

73 Étudié par Duc Nhûan Nguyên dans Revendications urbaines. Étude sur les luttes urbaines menées par les groupes sociaux résidentiels, Paris, CSU, 1975, et Marie-José Pigeon, Le centre social, vers un processus autogestionnaire. Mythe ou réalité ?, mémoire de maîtrise, Paris-Nord – Villetaneuse, 1978.

74 Il s’agit de 350 logements répartis en 3 tours de 16 à 18 étages.

75 Bulletin du CM du 14 mai 1973 : le centre social et culturel est appelé « Maison pour tous » ; il a été construit sous forme de « mètres carrés sociaux » et fonctionne à partir de la rentrée de 1974 (avec une opération portes ouvertes le 30 novembre 1974).

76 Suite au premier choc pétrolier, le prix de l’hectolitre de fuel est passé de 17,62 F le 30 septembre 1973 à 49 F, le 11 janvier 1974, soit une hausse de 278 %.

77 D. N. Nguyên, Les revendications urbaines, op. cit., p. 187.

78 Le Havre libre parle de « révolte dans le quartier du Bois-de-Bléville, cité-dortoir laissée à l’abandon » (2 juillet 1975) et de « la grande misère du quartier Henri-Dunant du Bois-de-Bléville » (11 septembre 1975).

79 Par exemple dans la dénonciation de « l’austérité » ou de la « social-démocratie ».

80 Ainsi, le PSU parle des « problèmes de l’Éducation nationale au service du capitalisme ou au service des travailleurs » (Le Havre libre, 12 novembre 1972), ou demande « un contrôle populaire sur l’école » (23 février 1976).

81 Vœu adopté à l’unanimité par le conseil municipal le 12 mai 1977.

82 Le Havre libre, 30 mars 1981, déclaration de P. Reguer et J.-P. Sourd.

83 Il semble avoir joué son rôle dans la rénovation historique du PS.

84 Voir les résultats des élections législatives en annexe.

Table des illustrations

Légende Carte 19 – Création des 8e, 9e et 10e cantons, les succès et les échecs des adjoints communistes (1982)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Carte 20 – Carte politique du Havre en 1973
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Carte 21 – Les succès communistes et socialistes de 1976 à 1981
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Carte 22 – Les deux circonscriptions de 1967 à 1981
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau no 1 : Les élections municipales (1965-1983)
Légende Gauche : PC = parti communiste, SFIO/PS = parti socialiste, CIR = Convention des institutions républicaines, PSU = Parti socialiste unifié, RAD/MRG = Mouvement des radicaux de gauche, REP = républicain, DVG = divers gauche. Droite : UDR/RPR = parti gaulliste ou chiraquien, Ind/RI = républicains indépendants, UDF = Union pour la démocratie française. Centre : DEM = Centre démocrate, MRP = Mouvement républicain populaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau no 2 : Les élections cantonales (1964 et 1967)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tableau no 3 : Les élections cantonales (1970 et 1973)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau no 4 : Les élections cantonales (1976 et 1979)
Légende * Front autogestionnaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Tableau no 5 : Les élections cantonales (1982)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau no 6 : Les élections législatives (1962-1973)
Légende FGDS : Fédération de la gauche démocrate et socialiste
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Tableau no 7 : Les élections législatives (1975-1981)
Légende * Front autogestionnaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1205/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search