Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIe partie. Une logique de guerre (1947-1965)

Chapitre 10. Le PC tel qu’en lui-même

Texte intégral

Le discours de l’opposition communiste au conseil municipal : une alternative de gestion

De l’opposition absolue aux municipalités Courant-Abadie (1947-1956)…

1Pendant toute la période allant des ruptures de 1947 aux élections de 1956, le parti communiste est au Havre en situation singulière : d’une part il reste la principale force politique et électorale de la ville, mais aux élections municipales, il n’est jamais, en dépit de son caractère « ouvrier » et résistant, majoritaire en voix et en sièges ; d’autre part il doit affronter un maire représentatif de la droite libérale mais aussi ancien collaborateur des autorités de Vichy, qui manœuvre de telle manière que les communistes ne peuvent rompre leur isolement politique. Le parti communiste, prisonnier de ses engagements internationaux de guerre froide, est aussi victime de la stratégie de troisième force mise en œuvre comme négation des alliances politiques nouées dans la Résistance. Comment va-t-il alors, dans le discours d’opposition absolue qui est le sien, jouer les atouts qui lui restent, pour faire valoir ce qu’il estime être son droit à la direction de la municipalité ?

  • 1 L’Avenir du Havre, 7 janvier 1948 : « Le porteur de francisque Pierre Courant interdit au lieutena (...)
  • 2 CM 19 octobre 1953, registres des délibérations du conseil municipal, AM Le Havre.
  • 3 L’Avenir du Havre, 4-10 août 1950 et 27 janvier 1948.

2Ce qu’en effet le parti communiste dénonce sans relâche, c’est le processus d’exclusion voulu par la coalition de ses adversaires politiques, soutiens de la troisième force. Ce qu’il repère, ce sont toutes les manœuvres visant à empêcher l’élection d’un maire communiste, de la dissolution du conseil municipal nouvellement élu, le 14 novembre 1947, à l’annexion au Havre de la municipalité de Sanvic, tout aussi nouvellement dirigée par le MRP, mais aussi le refus de lui attribuer des locaux dans la mairie provisoire pour assurer les permanences de ses élus municipaux1. Mais ce que le parti communiste assume le plus continûment, c’est le rôle de défenseur de toutes les catégories socialement défavorisées, par la volonté d’une intervention de structures publiques et laïques. C’est ainsi que se faisant « tribun de la plèbe » comme l’a appelé Georges Lavau, il prend la défense des ouvriers menacés de chômage ou des 640 licenciés de la Société nationale de constructions aéronautiques2, en demandant par exemple la réouverture du fonds de chômage, ou le rétablissement du bureau paritaire à usage des marins sans embarquement3.

  • 4 CM 18 août 1953. René Cance rappelle que les trois quarts des salariés du privé gagnent moins de 3 (...)

3Il élargit sa représentation aux catégories de salariés à faible niveau de revenu4, aux petits fonctionnaires et employés des services publics en grève générale contre les décrets-lois du gouvernement Laniel, en août 1953, aux petits commerçants et artisans qu’il intègre à ce peuple des non-privilégiés dont il cherche à traduire politiquement la révolte et qui constitue, de fait, une fraction de son électorat.

  • 5 CM 9 septembre 1949.
  • 6 Intervention de Pierre Naze : « Faire payer les riches », 10 juillet 1947, ou demande présentée pa (...)
  • 7 Entre 1953 et 1954, les crédits au bureau de bienfaisance ont diminué de 21,5 %, passant de 93 mil (...)

4Ses interventions contre les budgets présentés par Pierre Courant sont comme l’image inversée de ses projets en matière de fiscalité locale, c’est-à-dire la dénonciation des impôts à la consommation et de leur part croissante dans le budget municipal ; ainsi déclare-t-il que la part de la taxe sur les ventes au détail est passée de 49,3 % à 56,1 % du budget municipal5. De même affiche-t-il la volonté d’augmenter la fiscalité sur les entreprises à caractère industriel et commercial, par exemple la taxe locative sur les locaux à usage industriel6. Les communistes dénoncent aussi dans les orientations budgétaires la baisse des crédits au bureau de bienfaisance ou la diminution de la subvention d’assistance aux chômeurs7 ; autrement dit, dans le contexte de crise des années 1953-1954, l’absence d’une véritable gestion sociale au profit des économiquement faibles, des victimes de la conjoncture.

  • 8 CM 23 décembre 1947.
  • 9 CM 20 décembre 1954. Voir Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles, 1944-1983, thèse de d (...)

5Est condamné enfin le manque de soutiens financiers publics à la prise en charge de l’enfance et de l’adolescence par des structures laïques, patronages, colonies de vacances, mouvements de jeunesse : Éclaireurs, Francs Camarades, Auberge de jeunesse. En outre est demandée l’ouverture d’un patronage municipal. De même la politique culturelle de la droite est-elle refusée dans ses orientations idéologiques, comme dans ses pratiques financières : Louis Eudier, un temps conseiller municipal, juge inacceptable le projet du conservateur de la bibliothèque d’augmenter les abonnements8, déclarant que, pour le PC, la bibliothèque est une institution « sociale » et qu’au moins la bibliothèque d’études devrait être gratuite. Plus encore, ce sont les débats autour de la reconstruction du Grand Théâtre9 qui font apparaître des clivages entre une droite qui, pour financer de grands travaux, ferait appel à des capitaux privés et multiplierait les emprunts et une gauche attachée au financement public, sur dommages de guerre, sans augmentation du prélèvement fiscal, engagement inapplicable sans une forte subvention de l’État. Le parti communiste reste fondamentalement partisan de l’interventionnisme étatique et secondairement municipal, en matière de financement, par exemple pour la construction d’équipements culturels, d’écoles, de logements, comme il est pour la municipalisation des services urbains (transports, chauffage) et de la gestion du théâtre.

Illustration 37 – Dessin et photographie de Pierre Courant

  • 10 Dans les gouvernements Gouin-Bidault-Ramadier.
  • 11 Des maisons américaines, voire des maisons du Front national (CM 20 février 1947).
  • 12 CM 10 juillet 1947, intervention de Pierre Naze.

6C’est cependant le problème crucial du relogement des sinistrés qui révèle la radicalisation de son langage et des pratiques sociales. Si, tant qu’il est solidaire des ministres communistes10 de la Reconstruction et de l’urbanisme, François Billoux puis Charles Tillon, le parti communiste temporise, dans l’attente de solutions concrètes11 au problème des camps d’hébergement François-1er, Herbert-Tareyton, Philip-Morris, il n’en est plus de même dans la seconde moitié de l’année 1947. Non seulement il soutient les squatters de la forêt de Montgeon, mais il tente de s’instituer comme représentant (politique) des sinistrés mobilisés dans des comités de défense (Montgeon, Aplemont, Neiges). Il redouble enfin les mesures d’assistance sociale, à des populations vivant dans des conditions infra-humaines, prises par les organisations qu’il contrôle, de demandes répétées d’eau, d’électricité, de ravitaillement, d’évacuation des déchets, de redémarrage d’un minimum de services publics12.

  • 13 CM 23 décembre 1947, intervention de René Cance : « Le port et la ville de Hambourg seront reconst (...)

7Dans le même temps, le PC apparaît comme relativement dépassé par les grands projets de reconstruction de l’architecte Perret, imposé par le ministre Raoul Dautry, auquel il n’oppose, en 1947, qu’un programme qu’il qualifie de démocratique. S’il est plus hostile encore à la politique du maire Pierre Courant devenu ministre et auteur d’un véritable « plan pour la reconstruction » (1953), il la combat essentiellement sur le terrain politique. C’est ainsi qu’il attribue les lenteurs de la reconstruction à des orientations gouvernementales, au choix qu’auraient fait les partenaires de l’Alliance atlantique d’aider prioritairement au relèvement de la partie occidentale de l’Allemagne13 et au coût de la guerre d’Indochine qui empêcherait l’État de rembourser les dommages de guerre et de financer massivement la construction de logements sociaux.

  • 14 CM 15 février 1954 : d’après Pierre Courant, 15 000 à 16 000 logements avaient été détruits, 5 000 (...)
  • 15 Voir les travaux de la commission publiés dans Le Havre libre (et en brochure) et les analyses de (...)
  • 16 Le Havre libre, 3 octobre 1949 : « M. Cance et les élus du groupe communiste nous parlent de la re (...)

8Engagés contre Pierre Courant dans une bataille de chiffres sur la quantité de logements construits et les besoins restant à satisfaire14, les communistes déplorent que priorité ne soit pas donnée aux logements sociaux et familiaux, à caractère locatif et collectif, c’est-à-dire les HBM, habitations à bon marché, qu’il s’agisse des coûts de construction ou des loyers. Enfin mobilisés contre toute forme d’expulsion, dans leurs bastions des 3e et 4e cantons (Neiges, Eure, Montgeon, Aplemont), ils regrettent qu’il y ait peu de logements sociaux prévus dans la reconstruction du centre-ville, de même que peu de constructions nouvelles dans les quartiers situés à proximité du port, comme l’Eure et les Raffineries. Si le parti communiste est conscient du caractère socialement orienté, ségrégatif de la reconstruction, c’est-à-dire la disparition des quartiers « marins » et le déplacement des classes populaires dans les anciennes et nouvelles périphéries, il n’a pas pour autant la maîtrise de l’information d’un groupe comme Économie et urbanisme15 et la capacité d’organisation de toute une série d’associations d’inspiration catholique, dont certaines demandent l’exercice du droit de réquisition. Si les communistes sont à la tête de quelques comités de défense des sinistrés (Bléville, Aplemont ?), si leurs élus et organisations se mettent au service des sinistrés et locataires, c’est pour des raisons sociales et politiques16 parce que « la misère des mal-logés révèle l’invraisemblable incurie de la municipalité ». Par contre en matière de logement et d’urbanisme, les élus n’expriment pas beaucoup d’idées neuves, mis à part quelques propositions originales, émanant plutôt de la CGT, comme le projet de construction d’un théâtre expérimental (1947) ou l’idée d’utiliser les anciens terrains de la caserne Kléber pour y construire de nouveaux logements « à bon marché » ou de transformer le fort de Tourneville désaffecté pour en faire un centre universitaire du travail (dernière expression du vieil antimilitarisme des anciens syndicalistes révolutionnaires ou projection dans l’avenir ?).

  • 17 Le groupe communiste demande une subvention de 2000 francs (22 mars 1948).
  • 18 CM 9 mai 1955.
  • 19 CM 19 novembre 1951.

9C’est que le parti communiste tente de défendre et de promouvoir tout son système de valeurs et de références, et d’abord ses organisations satellites et ses lieux de mémoire : la reconstruction de la grande salle Franklin, associée à la Bourse du travail, ne cesse d’être demandée par les élus communistes qui sont aussi à la tête de syndicats CGT comme Pierre Naze ou Louis Eudier. Les discriminations dont sont victimes les associations « démocratiques » comme l’Union des vieux de France ou France-URSS17 sont fustigées ; ainsi constate-t-il que le Havre omnisports travailliste, la FSGT, est la seule fédération sportive à être privée de subvention de fonctionnement depuis 195218, que l’UVF, confrontée à une scission à caractère politique, avec la création de l’Union des anciens travailleurs et économiquement faibles, est privée de ses ressources financières municipales19.

  • 20 Voir les dessins et photographies de trois adversaires du PC pendant les années froides : Michel D (...)
  • 21 CM 22 juin 1951 et 23 juillet 1951.

10De ces affrontements de camp à camp20 participe la laïcité militante des élus communistes qui relaient l’ensemble des analyses et des mots d’ordre du comité local de défense et d’action laïque, dont le secrétaire est le conseiller municipal communiste Jean Perdrial. Dans la même logique de lutte contre les projets de loi Marie et Barangé, ils refusent de voter les subventions à la Fédération des œuvres libres de jeunesse et à la Manécanterie des petits chanteurs de Sainte-Marie21.

  • 22 René Cance, s’adressant à Robert Monguillon (SFIO), le 9 mai 1955, déclare : « Vous affirmez que v (...)

11Stratégiquement, l’opposition communiste tient sans désemparer le langage de l’union avec les socialistes et les républicains, à la fois comme une nécessité tactique pour arriver à la direction de la municipalité et pour contrer les habiletés manœuvrières de Pierre Courant, et comme volonté politique d’échapper à l’exclusion, soit en neutralisant la SFIO (pendant la deuxième législature), soit en tentant de rallier en son sein une fraction unitaire ou des socialistes de gauche et de refaire l’expérience d’un nouveau Front populaire22. Ce type d’appel a peu de chances d’être entendu, non seulement à cause des orientations droitières de la section locale de la SFIO, mais parce que le parti communiste donne de lui-même l’image d’un parti stalinien.

  • 23 L’Avenir du Havre, 18-24 février 1949.
  • 24 CM 23 décembre 1949 ; des vœux sont exprimés.
  • 25 CM 23 mars 1953 ; un hommage est rendu à Staline.

12C’est ainsi qu’à partir de la fin de l’année 1947, les communistes relaient les analyses du Kominform, avec le minimum d’adaptations, déclarant qu’il y a « risque de voir le port se transformer en base économique et militaire US » ou encore que « le port du Havre ne servira pas, ne servira jamais de base d’agression contre l’URSS »23. Certes le parti communiste se défend d’être en situation de dépendance ; ainsi, dans une intervention au conseil municipal du 13 décembre 1947, René Cance déclare-t-il : « Ceux qui prétendent que les ouvriers ont fait la grève pour Staline ne comprennent rien à rien, les ouvriers ont fait la grève parce qu’ils ont faim, parce que les enfants manquent de pain et de lait », mais le groupe communiste manifeste publiquement son attachement à la personne de Staline pour son 70e anniversaire24 ou demande, après sa mort, qu’une rue du Havre porte son nom ou à défaut celui de Stalingrad25. C’est donc par l’évolution de la conjoncture politique nationale – la victoire électorale du front républicain aux élections législatives de 1956 et le développement des aspirations à une solution de paix négociée en Algérie – et du fait de l’aggravation de la crise sociale que la situation politique locale peut se débloquer avec l’arrivée des communistes à la direction de la municipalité en 1956.

Illustration 38 – Dessin de trois adversaires du PC pendant les années froides : M. Dubosc, P. Voisin et L. Siefridt

… à la transition Monguillon (1959-1965)

  • 26 Aux municipales de 1956 : 27 418 voix (40,8 % des suffrages exprimés et 18 élus) ; aux municipales (...)

13Le retour à l’opposition en 1959 n’est pas dû à un désaveu du corps électoral (la liste communiste a progressé en voix et en pourcentage des suffrages exprimés26 et elle a le même nombre d’élus) mais à une conjoncture politique nationale isolant le PCF (seul parti à s’opposer à l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle) et plus encore à une conjonction politique locale associant la SFIO (deux élus, dont le maire Robert Monguillon) à l’UNR et aux indépendants. Pour autant, il ne s’agit pas du retour à une « guerre civile froide », d’une part parce que le parti communiste s’engage, à partir du début des années soixante, dans une stratégie unitaire avec des socialistes de gauche, constitués en parti, tout en renouant, à partir des législatives de 1962, une alliance électorale avec la SFIO, d’autre part parce que le PC, fort d’une expérience de trois ans de gestion municipale, fait figure de challenger de gauche à une municipalité nostalgique de la troisième force (anciens SFIO, anciens MRP) mais dominée par la droite-UNR.

  • 27 CM 25 février 1963, intervention de Daniel Colliard au nom du groupe communiste : « Votre budget e (...)

14Son discours offensif et sa stratégie de reconquête s’articulent sur les contradictions internes à la coalition municipale, et d’abord la gestion financière que les communistes relient aux orientations fiscales de « l’État-UNR »27. Le thème de l’impôt fait l’objet d’interventions détaillées, à chaque vote budgétaire, de comptes-rendus spécialisés et d’éditoriaux signés René Cance dans Le Havre libre. Ainsi trois articles sont-ils publiés dans le journal local, dans la seconde quinzaine de décembre 1963 : le 17, « 1964 : impôts plus lourds » ; le 19, « Un impôt qui écrase les petites gens : l’impôt indirect » ; et les 24 et 26, « Près de 30 % de vos impôts vont dans le gouffre des dépenses militaires ». Les titres sont clairs, le PC reste partisan de la diminution des budgets militaires, au profit des budgets de l’éducation (nationale), de la santé (publique) et du logement (social), plus celui des anciens combattants et victimes de guerre. Il est toujours contre l’augmentation des taxes indirectes, qualifiées d’« impôts de vie chère », et leur préférerait les impôts visant les grosses sociétés et les grandes fortunes.

  • 28 D’après Le Havre libre, 26 février 1963 : 30 % du budget en 1963, 44 % en 1958.
  • 29 Le taux de prélèvement pourrait être porté à 120 % de la valeur locative, il n’est qu’à 38 %.
  • 30 Un abaissement de 20 % a été convenu avec les Tréfileries.
  • 31 CM 11 octobre 1960 : dans le projet de budget est intégrée une promesse de subvention (jamais tenu (...)
  • 32 CM 25 février 1963 : les dépenses d’éducation, de santé, d’aide sociale, les transferts sont dénon (...)
  • 33 Le nombre des centimes additionnels est augmenté de 120 % en six ans et l’endettement est passé de (...)

15Au niveau du conseil municipal, il dénonce la baisse de la part de la taxe locale28, les avantages fiscaux donnés aux entreprises : les dégrèvements, voire les exonérations des patentes pour les industries nouvelles pour une durée de cinq ans, les allégements de la taxe sur les locaux industriels et commerciaux29, sans oublier les tarifs préférentiels, par exemple celui de l’eau à usage industriel30. Il y a là les choix inversés d’une gestion communiste et le commentaire politique vise à rassembler les victimes de « l’injustice fiscale », personnes âgées, salariés, fonctionnaires (qualifiés de « payeurs intégraux »), usagers des services publics ; mais il y a aussi la volonté de dévoiler la vulnérabilité financière de la municipalité SFIO-radicaux-MRP-UNR, parce qu’elle maquille ses difficultés budgétaires par des artifices comptables31, et parce qu’elle ne peut compenser la baisse des recettes, liée à l’augmentation des dépenses de transfert32 et à ses largesses fiscales, qu’en augmentant les impôts payés par les classes populaires et moyennes et en recourant massivement à l’emprunt33.

  • 34 La part du budget social représente 6,4 % du budget global en 1963, contre 12,5 % en 1958.

16La contradiction entre les grands projets de développement économique et d’aménagement urbain (infrastructures modernes de communication, établissements d’enseignement supérieur, foyers de jeunes…) et les réalités budgétaires communales est telle qu’elle met le groupe dirigeant en porte-à-faux, non seulement avec ses alliés indépendants/radicaux (démission de l’adjoint Pierre Voisin) restés attachés à une gestion libérale orthodoxe, mais plus encore avec la base sociologique et politique de la SFIO et du MRP. La municipalité à direction socialiste n’obtient pas le soutien financier de l’État et doit sacrifier le budget social34. Apparaissent les éléments d’une mise à l’épreuve de la solidarité de gestion, sensible dès 1963, dans les interventions de Pierre Courant.

  • 35 En 1959, 16,2 millions de tonnes ; en 1965, 28 millions.
  • 36 CM 5 avril 1962 ; Le Havre libre, 6 avril 1962 et 27 mai 1963.
  • 37 Condamnation dans un vœu adopté par 18 voix PCF et 5 abstentions : le maire et l’adjoint SFIO, et (...)

17Les communistes restent dans une opposition irréductible non sans augmenter la pression politique sur le parti socialiste SFIO. Ils y sont aidés par l’évolution de la conjoncture économique, et d’abord la crise de la construction et de la réparation navales. Le livre blanc publié en 1960 prévoit la suppression d’un tiers des emplois dans ce secteur, au Havre les chantiers Augustin-Normand (1200 salariés) sont fermés en 1963, les Forges et chantiers de la Méditerranée sont menacés, les établissements Duchesne et Bossière ne semblent pas devoir à terme être épargnés ; en 1965, 1225 demandeurs d’emploi sont recensés. Même la croissance des trafics portuaires35 n’a pas de grandes retombées sociales : elle se fait par utilisation du tramping (exploitation de cargos non affectés à des lignes régulières) et augmentation des importations pétrolières faiblement génératrices d’emploi. L’autre contradiction exploitée par le parti communiste (comme pendant la IVe République) tient à la question scolaire et au fait que le maire et l’adjoint socialistes se déclarent laïques. C’est d’ailleurs à ce titre qu’ils refusent d’assumer les dépenses de fonctionnement de l’école privée Charles-de-Foucauld36, après avoir condamné le projet de loi Debré37. Mais leur cogestion municipale avec ceux que la Ligue de l’enseignement appelle « les anti-laïques » leur aliène la sympathie de la Fédération havraise des œuvres laïques et de la franc-maçonnerie. Ces derniers prennent position publiquement, contre la liste Monguillon aux élections municipales de 1965 et appellent à voter pour la liste Cance, « seule garante de la défense des intérêts laïques », et qui prend le nom de « liste d’union démocratique et laïque pour le progrès et la prospérité du Havre ».

  • 38 CM 5 avril 1962 ; voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles, op. cit., chap. 3, 5 : « Lo (...)
  • 39 CM 12 décembre 1964.
  • 40 CM 12 décembre 1964 : intervention de Daniel Colliard, ancien adjoint aux Beaux-Arts.

18Le dernier terrain d’affrontement symbolique et contradictoire est le projet municipal de reconstruction d’un théâtre de 1 150 places, conçu par l’architecte Gillet pour être intégré à un ensemble comprenant un casino et un bowling38. De plus le financement doit être réalisé avec des capitaux privés essentiellement d’origine américaine (American Machine and Foundry Overseas Co), s’ajoutant à des capitaux publics (dommages de guerre et subvention du ministère des Affaires culturelles). Le refus du groupe communiste est total : alors que Robert Monguillon postule que le temps des grandes salles est révolu, le PC se déclare attaché à l’expérience du Théâtre national populaire de Chaillot, « à ces lieux de représentation des chefs-d’œuvre classiques et modernes des répertoires français et international » ; de même les communistes sont-ils contre la rentabilisation des équipements culturels, estimant au contraire que la multiplication du nombre des spectateurs peut permettre d’abaisser le prix des places39. Enfin, alors que la direction municipale cherche d’abord un montage financier débouchant sur la création d’un complexe de loisirs marchands, le parti communiste ne cesse de rappeler les déclarations contradictoires des mêmes élus SFIO adversaires, en 1954, du projet Courant, refusant alors « la juxtaposition d’intérêts collectifs et de biens particuliers ». Il ne manque pas non plus d’évoquer son propre projet de grande salle polyvalente, financée avec les dommages de guerre, datant de 1957, et qu’il inscrit dans la tradition culturelle de la gauche, celle des théâtres populaires et décentralisés40. Le projet municipal sera à terme abandonné, sur intervention du ministère des Affaires culturelles, pour son caractère quelque peu contradictoire avec le fonctionnement de la première maison de la culture créée au Havre en 1961.

  • 41 Voir la lettre du préfet et la déclaration de Lucien Osmont insérées dans le procès-verbal de la s (...)

19Il y a enfin dans la gestion Monguillon des mécanismes de fonctionnement que dénoncent les élus communistes : les pratiques « irrégulières » de l’adjoint socialiste Lucien Osmont, à la tête de la commission de l’architecture (condamnées par la Cour des comptes et le préfet Pierre Chaussade)41, le transfert de la maîtrise de grands travaux à des sociétés d’économie mixte comme la SARH, chargée de l’aménagement de la ZUP du plateau, le caractère « douteux » de certains montages financiers comme celui du théâtre-casino bowling intégrant la participation financière du président directeur général des casinos de Marrakech, Casablanca, Tanger et Beyrouth, du Moulin-Rouge et du casino de Paris, sans compter la société américaine spécialisée dans la construction des bases militaires, tous intervenants que la morale politique du PCF qualifie de « drôle de monde ».

20Ce climat « affairiste » ne peut que ternir l’image publique de la section socialiste, déjà affaiblie par des scissions internes. Le PC peut alors opposer une alternative faite de soutien à la défense des « petits », de revendication de libertés, de démocratie politique et de morale publique, d’action laïque et de développement culturel, assortis d’une volonté d’arrêt des expériences nucléaires.

  • 42 La liste est constituée de 21 PC, 7 PSU, 6 personnalités laïques et républicaines, 3 SFIO : Le Hav (...)

21Il y ajoute les références à sa gestion comme démonstration de compétence et des attendus moraux et unitaires qui ne peuvent que satisfaire la gauche socialiste. Le parti communiste obtient donc le ralliement du PSU, de deux militants socialistes dont l’ancien secrétaire général de la section SFIO, Victor Berthelot (et même l’ancien adjoint, secrétaire politique de la section socialiste SFIO, Lucien Osmont), et de personnalités « laïques et républicaines »42. S’ajoutant à la FHOL, aux syndicats CGT, CFDT, FEN, SGEN, UNEF, à la Ligue des droits de l’homme, le parti communiste peut alors gagner le second tour des élections municipales, le 21 mars 1965, par 44 273 voix contre 41 852 à la liste Monguillon. Comme le déclare alors le maire nouvellement élu René Cance :

Notre victoire, c’est en effet la victoire de l’unité. Pour la première fois depuis la Libération, communistes, socialistes, républicains de diverses tendances se sont unis. Et ils ont vaincu ! […] une étape dans la lutte pour l’avènement d’une République véritable.

Illustration 39 – Affiche Le PC a 30 ans : hommage de la cellule Charles-Tillon à Maurice Thorez

Le fonctionnement interne du pc : sur le modèle stalinien ?

22L’appareil politique du PC se fonde au Havre sur un petit nombre de militants. Évalué par Annie Kriegel, fin 1946, à près de 1 800 adhérents, ce nombre est tombé, au plus fort de la crise de recrutement, au printemps 1952, à moins de 500, soit au regard des 20 147 électeurs qui ont voté communiste aux législatives de 1951, un rapport de 1 à 42. La même année, le journal communiste local L’Avenir du Havre a cessé sa parution hebdomadaire.

23L’exceptionnelle faiblesse de l’actif politique militant, qui contraste avec les effectifs élevés de la CGT, tient à plusieurs causes. Tout d’abord l’influence du syndicalisme révolutionnaire, certains diraient de l’anarchosyndicalisme, tend à faire du syndicat la structure d’engagement, à la fois défensive et offensive, mais doublée d’un vote communiste comme représentation politique de « la classe ouvrière ». Très caractéristique est le comportement des dockers de l’active cellule Léon-Lioust du quartier d’Aplemont, que la direction fédérale, relayée par la section de ville, a les plus grandes difficultés à faire intégrer la section d’entreprise Havre port.

24Le deuxième facteur est peut-être lié au caractère ouvriériste, stalinien, philosoviétique des directions : la figure positive, la référence historique, l’objectif politique participent tous de la reproduction d’un modèle, idéalisé par les images, films et documentaires, que ne cessent de diffuser la section de ville ou le cercle cinématographique de l’association France-URSS. À partir de là le mode d’adhésion est moins celui d’une analyse politique, d’une représentation sociale ou d’une adhésion idéologique que celui d’une projection abstraite ou fusionnelle. Ainsi Roland Leroy double-t-il le 2 octobre 1950 un compte-rendu des travaux du comité central de la projection du film Vive Staline, en fait « L’homme que nous aimons le plus » (texte dit par Paul Eluard, musique de Jean Wiener).

  • 43 En 1950 paraîtront des représentations de Maurice Thorez dont l’effigie sur fond de drapeaux rouge (...)

25Ce qui a été appelé en 1956 « le culte de la personnalité » s’est développé de façon très perceptible, à partir de la fin de 1947, pour le 30e anniversaire de la révolution d’Octobre, avec la publication pleine page, dans le journal communiste local, d’un portrait de Staline pour ses 68 ans (21 décembre)43. Consécutivement, L’Avenir du Havre a diffusé, dans le même format, des portraits de Maurice Thorez pour sa venue au Havre, le 7 février 1948, et son 50e anniversaire (28 avril 1950). L’assimilation a continué avec le caractère référentiel donné aux écrits de la direction soviétique comme à ceux du secrétaire général du PCF (des journées d’étude des œuvres de Maurice Thorez ont été organisées). C’est ainsi que livres et brochures ont été édités, diffusés, offerts (à André Duroméa, décoré de la médaille de la Résistance).

  • 44 L’édition de 1949 est dédicacée à Armand Salacrou (fonds privé). En 1950 5 000 exemplaires sont di (...)
  • 45 À Gonfreville-l’Orcher, où la mairie est à direction communiste.

26Les rééditions de Fils du peuple ont fait l’objet de séances de signature44, organisées en présence de l’ensemble de la direction fédérale (à Rouen) et locale (au Havre, par Maurice Thorez, le 5 février 1950). Encore en 1960 une nouvelle parution est signée par André Duroméa, membre du bureau fédéral. Les votes à l’unanimité, la dénomination de rues45, de cellules, de promotions (Staline en 1949, Thorez en 1950) sont calqués sur le mode de fonctionnement du PCUS. L’hommage le plus appuyé date de 1949 et du 70e anniversaire de Staline. Des articles « à sa gloire », avec photos et portraits, sont diffusés dans trois numéros hebdomadaires de L’Avenir du Havre, avec des témoignages comme celui de Célestin Dubois, membre de la direction fédérale, délégué au congrès de l’Internationale à Moscou en 1928 : « Staline m’a serré la main », ou de Jean Mérot, rédacteur en chef de L’Avant-garde : « J’ai vu Staline ». Parallèlement le secrétaire général, Maurice Thorez, est le seul dirigeant à disposer d’une page entière pour la promotion de sa biographie devenue exemplaire.

  • 46 Sur le mode mineur du procès politique sans élimination physique.

27Il n’est pas jusqu’aux « procès de Moscou à Paris », comme les a appelés Charles Tillon, qui n’alignent le parti français sur le modèle soviétique46, et ces épurations, si elles renforcent l’appareil, en contraignant les cadres intermédiaires à l’obéissance et à la conformité idéologique, ont aussi eu pour effet d’éloigner de l’acte d’adhésion ceux qui se situaient en marge de l’organisation politique.

  • 47 La formule ne date pas du CC d’Issy-les-Moulineaux, les 16 et 17 avril 1953, comme l’écrit Philipp (...)

28Quant aux adhérents, militants dans les cellules, jusqu’au niveau des sections, ils peuvent être en contradiction avec les nouvelles priorités stratégiques, c’est-à-dire la défense inconditionnelle des intérêts de l’URSS, qui peut leur apparaître comme la dénégation de leur engagement patriotique dans la Résistance, en particulier à partir du moment où la déclaration du bureau politique : « Le peuple de France ne fera pas, ne fera jamais la guerre à l’Union soviétique », datant du 30 septembre 1948, est inlassablement répétée, par exemple par André Marty, à Rouen, le 1er octobre, et au Havre, le 2. De même le retour au « front unique des travailleurs », à l’union à la base, comme l’appelle Roland Leroy à la conférence fédérale des 19 et 20 avril 195247, en présence de Léon Mauvais (chargé du contrôle politique des cadres), n’est pas sans rappeler d’autres périodes d’isolement politique dites de bolchevisation/stalinisation du parti français.

29Enfin les nouvelles orientations ont pour effet de négliger l’action de terrain pour se concentrer sur ce que le secrétaire de la section Havre port, Albert Duquenoy, appelle de la « haute politique », ce qui peut déboucher aussi, comme à Saint-Étienne-du-Rouvray, dans la banlieue ouvrière de Rouen, sur une crise municipale avec la défection/trahison du maire communiste (passé au RPF) et l’échec du PC à l’élection municipale partielle. Si la direction nationale est alors amenée, par la voix de Charles Tillon, à rappeler que le travail municipal doit être celui de tout le parti, c’est pour redire non seulement que les élus communistes doivent périodiquement rendre des comptes, mais aussi que les militants doivent s’engager dans la défense et l’illustration des municipalités conquises.

  • 48 Après sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur : JO, 19 mars 1949 ; L’Avenir du (...)

30Le dernier facteur pouvant expliquer et le niveau élevé des électeurs et la baisse catastrophique des effectifs de la section locale – une réduction de plus des trois quarts depuis la Libération – est la dimension héroïque des anciens résistants et déportés communistes, devenus cadres de l’appareil. Tout se passe comme si, dans une ville traumatisée par les conséquences de la guerre, ayant voté, en avril-mai 1945, pour l’ancien maire nommé par le gouvernement de Vichy et déclaré inéligible, la fraction de la population « restée, dans ses profondeurs, fidèle à la patrie profanée » votait pour les candidats communistes, sans pour autant adhérer à leur organisation. Peut-être la délégation de pouvoir à des personnalités s’étant conformées à l’injonction d’Henri Barbusse, citée par André Duroméa48, « chaque communiste se double d’un soldat et d’un instituteur et lorsqu’il faut un héros, il est encore là », traduit-elle une remise de soi à des hommes hors du commun.

  • 49 Formule empruntée à Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995, p. 261.
  • 50 Voir chapitre 8, 3. C : « Le procès Cance contre Jan Valtin », et L’Avenir du Havre, 1er juillet 1 (...)
  • 51 Jean-Marie Huet, Prêtre ouvrier-insoumis, Paris, Cerf, 1993.

31Et cela d’autant plus que le parti communiste s’est de nouveau transformé en une « organisation de combat épurée »49 renouant avec la violence de rue, contre ses adversaires politiques, comme les militants du RPF ou contre la police et l’armée ; violence qui, du fait de son isolement, s’est retournée contre lui, avec des attentats pouvant aller jusqu’à des incendies criminels, contre sa librairie ou le baraquement qui lui sert de siège, des procès contre sa presse et son principal représentant René Cance, des interdictions en tous genres depuis la demande de levée de l’immunité parlementaire de son député50 jusqu’à la chasse aux délégués syndicaux CGT/communistes. Il est donc problématique et risqué d’être ouvertement militant du parti communiste. Dans les mêmes conditions, un prêtre-ouvrier non communiste mais cégétiste, en rupture d’appartenance à l’Église, tel que Jean-Marie Huret, a pu témoigner de la difficulté à être embauché dans quelque entreprise que ce soit, y compris en acceptant n’importe quel type de travail51.

  • 52 Cette crise est signalée à la 13e conférence fédérale, le 15 janvier 1949, à la suite d’une série (...)

32La pénurie de cadres politiques s’ajoute encore à la faiblesse de l’actif militant, parce que les militants expérimentés sont appelés à de multiples postes de direction locale (responsabilités de conseillers généraux, de maires et d’adjoints, de députés, secrétariats de syndicats et de l’union locale et départementale, direction de la presse communiste), et d’autre part parce que la sélection des cadres s’opère sur fond de crise politique52 et de brouillage des critères de promotion.

33Si les cadres communistes, par exemple au comité fédéral élu en 1956 (SMC, 13 septembre 1956), doivent présenter une série de caractères : être ouvrier (en dehors de ceux qui cumulent des responsabilités politiques et syndicales, il n’y a pas de permanents), d’origine populaire, de sexe masculin (8 femmes, soit 17 %), être âgé de 36 ans et plus (25 sur 45), avoir adhéré depuis 1944 (26), et avoir été engagés dans la Résistance et/ou victimes de la déportation, il apparaît aussi que leur promotion dans l’appareil dirigeant ne dure pas au-delà du début des années cinquante, à la seule exception qui confirme la règle, celle de Roland Leroy.

  • 53 L’Avenir du Havre, 25 février 1948.

34Les militants communistes locaux sont répartis entre 5 sections53 à l’échelle de l’agglomération : Havre ville, Havre port, Havre nord (Sanvic-Bléville), Harfleur et Montivilliers, en plus lointaine banlieue. Les dirigeants sont des dockers (Jean Ferrand, Albert Duquenoy, Marcel Davout), des métallurgistes (André Duroméa, Jacques Eberhard, Gaston Prodault, technicien de la SNCAN), des ouvriers charpentiers de navire (Louis Eudier, Louis Lecat), des employés (Daniel Colliard, Claude Flandre) et des instituteurs (René Cance, Maurice Schlewitz). À l’échelon fédéral, on retrouve Charles Domurado, un marin, ancien des Brigades internationales, comme le troisième homme havrais d’un secrétariat dirigé par Victor Michaut, puis André Duroméa, secrétaire de la section Havre ville et membre du bureau fédéral, choisi pour faire une école centrale de quatre mois, de novembre 1949 à mars 1950, et Jacques Eberhard, ancien secrétaire de la section d’Harfleur-Gonfreville.

35Le fait remarquable est cependant l’irrésistible ascension du jeune cheminot de Saint-Aubin-lès-Elbeuf près de Rouen, Roland Leroy, né en 1926, adhérent en 1942. Lui aussi résistant courageux, passé par la direction régionale et interrégionale de la JC, il entre au comité fédéral en juin 1947. Il redevient permanent, après qu’il a été choisi, sans doute par Maurice Thorez venu en Seine-Inférieure début février 1948, pour devenir secrétaire fédéral et succéder à Victor Michaut, le 22 février 1948 ; son élection officielle (à l’unanimité) ne date cependant que de la 12e conférence fédérale, les 12 et 13 juin 1948. Ayant participé à la conférence nationale de Montreuil, en 1949, il entre à la commission centrale de contrôle financier, au XIIe congrès de Gennevilliers, en 1950.

36La promotion d’André Duroméa est, sur le mode mineur, de même type. Lui aussi résistant émérite, il a commandé une subdivision militaire de 18 départements, mais il n’est pas promu à son retour de déportation ; il reprend alors le métier d’artisan-tôlier-fumiste-serrurier, qui fut celui de son père, jusqu’à son arrestation et sa déportation. S’il redevient permanent, membre de la direction de section Havre ville et du bureau fédéral, c’est parce que se manifestent, à ce double niveau, des difficultés à sélectionner des cadres de l’appareil politique ; plusieurs hommes sont successivement investis de responsabilités dans le secrétariat fédéral (Henri Levillain, Charles Domurado) et les secrétariats de Havre ville (Jean Ferrand, Gaston Prodault, Léon Hauchecorne) et Havre port (Albert Duquesnoy, Marcel Davout). De 1947-1948 à 1950, c’est à terme la double décision de faire de Roland Leroy le principal dirigeant de la fédération, et d’André Duroméa le secrétaire de l’unique section du Havre, alors que Havre ville et Havre port ont fusionné (conférence des 13 et 14 mai 1950), qui stabilise, pour un temps, l’encadrement permanent.

  • 54 D’après son témoignage dans La quête du bonheur, Paris, Grasset, 1995.

37La promotion politique de cadres issus de la Résistance ne semble pas aller au-delà du début des années 1950, du XIIe congrès de Gennevilliers (1950) et de l’élimination de Charles Tillon et André Marty, en 1952. En effet, à partir de ces dates, Charles Domurado, ancien des Brigades internationales, cesse progressivement d’exercer des responsabilités au niveau de la direction fédérale. C’est au congrès de 1954, après l’exclusion d’Auguste Lecœur, que Victor Michaut, l’ancien dirigeant de la Résistance, l’ancien premier secrétaire fédéral, cesse d’être membre suppléant du bureau politique, c’est aussi à ce congrès d’Ivry, que Roland Leroy est retiré de la commission centrale de contrôle financier pour « opportunisme droitier »54. Les cadres « résistants » se replient alors sur leurs bases et leurs mandats électoraux (Leroy, Cance, Duroméa).

38La crise de direction, ouverte par l’éloignement du secrétaire général, les rivalités internes au groupe dirigeant, l’élimination de figures historiques ayant été des « hommes de masse », embraie sur les impasses stratégiques de l’alignement sur le modèle soviétique, pour déterminer un véritable effondrement de la base militante et l’éloignement d’hommes actifs et dévoués (symboliquement Louis Favennec ou Désiré Morel reprennent leur activité professionnelle de navigateur). Que peuvent penser en effet des militants communistes qui ont approché, à plusieurs reprises, Charles Tillon venu au Havre, soit au titre de ministre de l’Air, soit pour décorer André Duroméa de la Légion d’honneur (mai 1949), soit pour suivre la 14e conférence fédérale (mars 1950), soit dans le cadre de ses responsabilités à la tête du Mouvement de la paix, des conditions de son élimination ? De même pour André Marty, exalté pour sa participation aux mutineries de la mer Noire, frère du premier élu communiste du Havre en 1923, venu à plusieurs reprises mobiliser les foules sur les enjeux politiques définis par la direction (comité d’honneur pour la réhabilitation d’André Marty).

  • 55 Voir quatre journaux de cellules locales et d’entreprise (illustration 40).

39Symétriquement les cellules constituées, avant les ruptures de 1947, portent deux types de noms : d’abord ceux des héros et victimes, résistants, internés, fusillés ou déportés, à commencer par les militants locaux (Derrien, Eugène Duroméa, Hascoet, Jouet, Le Brozec, Lioust, Valluy), dirigeants fédéraux (Pican, Feldman), nationaux (Michels, Môquet, Péri, Semard, mais aussi ceux de la direction nationale du parti (Thorez, Duclos, Marty, Tillon55, M. Cachin, M. Paul), la seule innovation étant deux noms de femmes, Claudine Guérin, jeune adolescente déportée à Auschwitz, et Anne Godeau, victime de la charge policière au métro Charonne en 1962.

40La pénurie de cadres continue, au-delà de la victoire électorale aux élections municipales de 1956, puisque les nouveaux adjoints, par exemple André Duroméa ou Maurice Schlewitz, sont amenés à continuer d’assumer la responsabilité d’un secrétariat de section (ville du Havre ou Sanvic-Bléville) jusqu’à la fin de leurs mandats. Il faut attendre l’échec (relatif) aux municipales de 1959, le renouvellement des adhésions, la sélection de nouveaux cadres pour qu’une réorganisation soit opérée, en 1960, sur une base géographique, avec la création de cinq sections, placées sous l’autorité d’un comité de ville, dirigé par Louis Lecat, ouvrier charpentier, soit Havre ouest (Daniel Colliard), Havre-Sanvic (Maurice Schlewitz), Havre nord-est (Pierre Vautier), Havre sud-est et Havre Commune-de-Paris (Rémy Duponchel). De nouveau est tentée la création d’une section d’entreprise rassemblant les ouvriers des transports, les dockers et les marins, mais elle fonctionnera essentiellement en relation avec les quartiers industriels de la zone portuaire. Dans le même temps, la nouvelle série de promotions touchant la direction fédérale, c’est-à-dire l’élection de Roland Leroy comme suppléant (1956) puis titulaire (1959) du comité central, mais plus encore le choix de Maurice Thorez faisant de lui, en octobre 1960, un secrétaire du comité central, nomination validée par le XVIe congrès, en mai 1961, et secondairement l’élection de René Cance à la commission centrale de contrôle financier, en 1959, confirment que s’il y a bien (depuis 1956 ?) retour en grâce de la direction politique de la Seine-Inférieure, il y a, de nouveau, division des tâches entre les « gestionnaires » appelés à exercer (voire à cumuler) des mandats électoraux et à prendre des responsabilités jusqu’au niveau du bureau fédéral (René Cance, André Duroméa, Jacques Eberhard), auxquels on pourrait rattacher les « syndicaux » (secrétaires des UL et UD), Louis Eudier et Fernand Legagneux, députés en 1956, et les « politiques », ceux qui accèdent aux organismes centraux, suppléants puis titulaires du comité central, soit le premier secrétaire de la fédération, Roland Leroy, puis son successeur, après avoir été secrétaire fédéral adjoint, l’ouvrier du bâtiment, Jean Malvasio. Symptomatiquement René Cance, reconduit en 1961 à la commission centrale de contrôle financier, cesse d’appartenir à cette instance au congrès de 1964, alors qu’il a été réélu député en 1962, et qu’il dirige la liste d’union de la gauche pour les élections municipales de 1965.

Illustration 40 – Quatre journaux de cellules locales et d’entreprise

  • 56 Voir la première page du dossier pour la conférence de la section Havre ville, 12 et 13 novembre 1 (...)

41Cela est redoublé par le contrôle politique qu’exerce sur l’ensemble des cadres communistes le secrétaire à l’organisation et la section de montée des cadres, c’est-à-dire d’abord Léon Mauvais, présent à toutes les conférences fédérales, jusqu’au XIIe congrès de 1950, Roger Pannequin (qui a témoigné sur le jeune secrétaire fédéral Roland Leroy), Auguste Lecœur qui semble avoir pris la décision, reconduite par Jacques Duclos après son élimination, de barrer Roland Leroy de la liste des membres du comité central en 1954, puis Georges Marchais, successeur de Marcel Servin, venu à deux reprises en tant que secrétaire à l’organisation. Enfin, sauf en cas de crise municipale, ayant déterminé l’intervention de Charles Tillon (et l’annonce de l’exclusion du maire de Saint-Étienne-du-Rouvray, Samson, dans l’Avenir du 14 au 20 mars 1951), les gestionnaires municipaux sont placés sous la direction du premier secrétaire fédéral, au même titre que la ou les directions de section56.

Illustration 41 – Couverture pour la conférence de la section Havre ville, Franklin, 1949 (Charles Nicolle)

Le congrès du Havre : une déstalinisation manquée57

  • 57 Formule reprise par Roger Martelli dans Le rouge et le bleu. Essai sur le communisme dans l’Histoi (...)
  • 58 Voir le discours de René Cance en annexe 1 à ce chapitre.

42Le XIVe congrès du parti communiste eut lieu au Havre, du 18 au 21 juillet 1956, dans la mairie nouvellement reconstruite, dont ce fut la première manifestation officielle, six mois après l’élection de René Cance58. Le contexte politique national était caractérisé par les victoires électorales de janvier 1956 (2 députés, 7315 voix et 4 élus communistes supplémentaires pour la liste dirigée par René Cance) et la multiplication des manifestations violentes visant à faire obstacle au départ des rappelés pour participer à la guerre d’Algérie. S’il y avait bien « une leçon du Havre » comme l’écrivait Marcel Servin, dans un éditorial publié par L’Humanité du 24 janvier 1956, c’est que le glissement à gauche d’une fraction de l’électorat permettait de reformuler l’objectif d’un gouvernement de « Front populaire », à participation communiste, mais, presque immédiatement, la composition par Guy Mollet d’un gouvernement sans communistes renvoyait chacune des composantes de la gauche à sa stratégie : le « front républicain » avec un soutien mesuré du parti communiste, pour la SFIO ; l’isolement politique, avec l’élection, par défaut, d’un maire communiste, pour le PC. La direction du parti communiste (Maurice Thorez, Jacques Duclos) était bientôt confrontée à une cassure majeure dans l’histoire du mouvement communiste international, le XXe congrès du PCUS, du 14 au 26 février 1956, à Moscou.

  • 59 Le bureau politique déclare encore, le 18 juin : « Staline a joué un rôle positif durant toute une (...)
  • 60 Deux membres de la délégation sur trois, ayant personnellement et longuement rencontré Nikita Krou (...)

43De la fin de février au début du mois de juin 1956, aucun compte-rendu public ne fait état du rapport « secret » de Krouchtchev, ce qui en dit long sur les résistances de la direction française au processus de déstalinisation. Bien plus, il était affirmé, dans L’Humanité du 5 mars : « Le nom de Staline demeurera lié aux victoires décisives remportées pendant la Deuxième Guerre mondiale et qui délivrèrent l’humanité de fascisme hitlérien », ce qui ne pouvait manquer d’être interprété comme une valorisation forte, dans le contexte du début de l’année 1956 où le parti communiste inscrivait son combat politique sous le signe de l’antifascisme. Si, à la suite de la réunion du comité central des 9 et 10 mai 1956, Maurice Thorez pouvait encore proclamer : « Quelles qu’aient été les fautes et les erreurs de Staline [le mot crimes n’était pas prononcé], la ligne générale était juste, elle a été vérifiée par les faits » (L’Humanité, 11 mai 1956), cette déclaration venait buter sur les révélations contenues dans le rapport Krouchtchev publié aux États-Unis, par le département d’État, le 4 juin, et en France, par le journal Le Monde, le 6. Demande était alors faite59, à la direction du parti communiste d’Union soviétique, d’explications et de communication du texte du rapport, et une délégation envoyée à Moscou60. Elle en revenait avec un texte publié le 3 juillet, expliquant « comment a été surmonté en URSS le culte de la personnalité de Staline ». À quinze jours de l’ouverture du XIVe congrès, les questions fondamentales sur la nature du régime, ses pratiques politiques telles que violations de la légalité (socialiste), recours à la torture et aux assassinats, déportations de masse, ses retournements stratégiques, étaient donc escamotées.

44Le XIVe congrès du Havre avait été préparé par une série de reportages de Jacques Lanzmann, parus dans le journal L’Humanité des 13 et 14 juin 1956. Sur un mode impressionniste, il évoquait d’abord « le colossal hôtel de ville [qui] achève sa toilette pour recevoir le XIVe congrès », puis « le passé garant de l’avenir », avec quelques jolies formules pour parler du « cercle Franklin, rouge de briques et bleu de syndicalistes » ou du monument élevé à la mémoire de Jules Durand « pour rappeler à tous que ce sont de tels hommes qui font l’histoire et que la classe ouvrière n’oublie pas ceux qui se sont sacrifiés pour elle ».

  • 61 Paris, Éditions Lieu commun, 1985, p. 47.

45D’autre part, après avoir interrogé René Cance sur ses six premiers mois de gestion, l’héritage (plus des pertes que des profits) laissé par Pierre Courant, l’ancien ministre, et au terme d’un parcours dans une ville que « la guerre avait blessé [e] à mort dans sa chair », surmontant une « impression de dénuement et d’abandon », il se concentrait sur la préparation matérielle du XIVe congrès, les lieux, la décoration : « les 2 kilomètres de tentures rouges et les centaines de drapeaux rouges et tricolores, le service de 2000 couverts avec petits et grands verres de cristal, obtenus par le secrétaire de cellule de la direction de la Compagnie générale transatlantique ». En effet ce sont 1600 délégués, outre les invités, qui devaient être accueillis par des familles de communistes et sympathisants. En fait, comme le publie L’Humanité à la veille de l’ouverture du congrès, les participants étaient hébergés chez l’habitant, dans 40 hôtels et 16 dortoirs, et comme l’écrira ultérieurement Paul Thorez dans son autobiographie Une voix presque mienne61 :

L’été passa. En juillet 1956, le PCF tint son congrès au Havre. Pour la circonstance mon père fut logé dans une grande villa de style néogothique, à quelques kilomètres de la ville, sur les falaises d’Yport.

  • 62 Cités par Roland Leroy dans La quête du bonheur, op. cit., p. 56.

46Au-delà de ces détails qui témoignent, comme l’écrit Jacques Lanzmann, de la grandeur de l’événement (« ça sera grandiose ») et du bonheur des congressistes (« tout le plaisir est pour eux »), ce qui était en jeu, c’était la capacité de la direction politique à tirer les conséquences du contenu et de la publication du rapport Krouchtchev. Les tergiversations, le « rapport attribué à » n’étaient plus de mise ; la première réaction avait été d’invalider le contenu de ce rapport, en déclarant, comme le répétera Georges Cogniot dans ses Mémoires62, qu’il s’agit moins d’une analyse politique que d’un règlement de comptes (ad hominem ?), mais là encore il s’agissait de penser l’événement dans des catégories anciennes, celles des procès politiques, avec la mise en accusation d’un dirigeant par ses rivaux et/ou successeurs, et le montage tendant à justifier son élimination (physique et/ou politique).

  • 63 Roland Leroy affirme : « Au Havre, en juillet 1956, la direction multiplia les signes pour montrer (...)
  • 64 Seul le nom de Thorez fait exception. Voir la photographie des principaux dirigeants (illustration (...)

47Pour la première fois cependant la dénonciation était post-mortem, les révélations n’étaient pas le produit d’aveux extorqués ou d’autocritiques imposées, et l’analyse portait sur une longue période, ayant commencé avec les années trente, sans qu’il soit question de trahison ou de déviation. L’affaire était donc plus grave, parce qu’elle mettait en jeu le modèle stalinien de fonctionnement d’un parti et d’un État, qui, par les effets de centralisation du mouvement communiste, affectait l’ensemble des directions des partis nationaux. Il y allait, par là même, pour le groupe dirigeant, de son pouvoir, de son histoire et peut-être de son identité. Cela amena Maurice Thorez à faire la part du feu63 et à opérer une première rectification (limitée) des méthodes de direction, avec la mise en place d’une structure plus collégiale, le bureau politique passant de 14 à 17 membres, présentés par ordre alphabétique64 et prenant le pas sur le secrétariat, composé de 3 titulaires du bureau politique et de 3 titulaires du comité central. À cela s’ajouta un renforcement du caractère « national » de la direction, avec la promotion de cadres intermédiaires de l’appareil politique et syndical et celle d’anciens résistants.

  • 65 À la réunion du CC des 20-21 novembre 1956, il affirme : « Il n’y a pas eu de stalinisme, cette ex (...)

48Plus déterminants étaient cependant les rapports à l’histoire (révolutionnaire) et à la stratégie (politique) tels que le secrétaire général les exprima, sous la forme d’une assimilation de la révolution soviétique à la Révolution française prise comme un bloc, au rebours des analyses de Togliatti, et d’une adhésion renouvelée à deux modalités stratégiques : au-delà de la défense de la paix, le ralliement à la doctrine de la coexistence pacifique et la recherche d’une voie originale, non violente, voire parlementaire, de transformation sociale. Maurice Thorez a-t-il pris alors la mesure (politique) de l’événement majeur qu’a constitué le rapport Krouchtchev, dans ses conséquences de longue durée ? Il ne le semble pas. Bien plus, se refusant à penser le stalinisme, terminologie qu’il récuse65, il ne peut qu’en reproduire, au-delà de quelques changements limités, le mode centralisé de fonctionnement.

Illustration 42 – Photographie du XIVe congrès (Le Havre, 1956)

49Dans les mois qui suivirent le congrès, la dramatisation de la conjoncture politique, avec l’insurrection hongroise, l’intervention de l’armée soviétique, la violence anticommuniste (4-7 novembre), s’ajouta aux ajustements contradictoires de la direction soviétique et aux mises en cause de la direction nationale, par des intellectuels, artistes et écrivains (Sartre, le 9 novembre), pour brouiller les enjeux et (re)souder les rangs.

  • 66 Voir Les Cahiers du communisme, numéro spécial : XIVe congrès du PCF, Le Havre, 18-21 juillet 1956(...)

50Le rapport de Jacques Duclos sur « Les municipalités au service des masses laborieuses »66, présenté le samedi 21 juillet 1956, était la traduction, sur le terrain de l’action politique concrète, des analyses contenues dans le rapport du secrétaire général. Il cherchait à (re)nouer des relations politiques avec la SFIO, sur le mode des désistements réciproques mais aussi de la participation et du vote des budgets de municipalités à direction socialiste. La stratégie de « front unique des travailleurs » ouvrant la voie à un nouveau Front populaire était de nouveau privilégiée. D’autre part, s’il faisait des élus communistes « des militants attachés au parti », il rappelait aussi qu’ils devaient être des hommes de terrain, liés aux masses, sachant gérer dans le cadre de la loi et capables d’élaborer des propositions constructives. Il définissait ainsi un profil de « gestionnaires » qui seront à l’origine de la longue durée des municipalités communistes. Au Havre, après l’expérience de la première municipalité Cance, l’on peut observer une continuité de trente ans, soit 5 municipalités dirigées par le PC de 1965 à 1995.

51Par contre, dans la première partie, intitulée « L’activité sociale des municipalités et des élus communistes », Jacques Duclos réduisait le champ d’intervention des élus communistes à sa priorité sociale (assistance, éducation, santé, logement) et à la défense de catégories vulnérables (les ouvriers en lutte, les personnes âgées, les jeunes). « La défense et l’extension des libertés communales », sujet de la deuxième partie, était moins une recherche d’autonomie qu’une lutte organisée contre tous les adversaires politiques, pensés comme extérieurs. Dans la troisième partie, « L’action des municipalités et des élus communistes pour faire payer les riches », il posait en termes d’affrontements directs les relations entre les maires et adjoints communistes et les agents de l’État, au nom de la vieille formulation socialiste (révolutionnaire ?) datant de 1911, selon laquelle « il n’y a pas de socialisme communaliste, ni de socialisme agraire, il y a le socialisme tout court ». Enfin dans la dernière partie, « Les tâches de direction du parti dans le travail municipal », il rappelait « les principes léninistes » de subordination du groupe parlementaire au comité central et, du haut en bas de la hiérarchie (politique), le contrôle et l’autorité exercés par les directions fédérale et de section sur les élus cantonaux et municipaux. Ainsi Roland Leroy était-il présent à tous les temps forts de l’action municipale (constitution de la liste et résultats des élections, comptes-rendus de gestion, vote du budget). En se référant (implicitement) aux 21 conditions, à ce qui, historiquement, avait posé le plus de problèmes dans l’adhésion d’une majorité de socialistes français à la IIIe Internationale, Jacques Duclos démontrait que le PCF n’engageait que des changements limités.

  • 67 P. Robrieux, Histoire intérieure du PCF, op. cit.

52Les questions soulevées par le rapport Krouchtchev et la relance de la déstalinisation opérée par la direction du PCUS faisaient retour avec la publication d’un article d’Aragon sur le roman L’Ingénieur Bakhirev, la crise de l’Union des étudiants communistes (UEC) et plus encore les analyses et prises de position de Marcel Servin et de Laurent Casanova, ceux que Philippe Robrieux, alors membre de la direction nationale de l’UEC, appelle « les krouchtcheviens français »67.

Illustration 43 – Photographie de Gilles Caron : Jacques Duclos et Roland Leroy (agence Gamma)

  • 68 R. Leroy, La quête du bonheur, op. cit., p. 135-136. Voir aussi la photographie de Gilles Caron (i (...)

53C’est alors que Roland Leroy, membre titulaire du comité central depuis juin 1959, était choisi par Maurice Thorez, dans l’intervalle entre deux congrès, en octobre 1960, pour devenir secrétaire du comité central, avec un objectif avoué : « renforcer la direction thorézienne au moment naissant de l’affaire Casanova-Servin (13-15 février 1961) »68. Ce qui était en jeu, c’était beaucoup plus qu’une polémique sur le roman de Galina Nicolaïva, l’analyse faite par Aragon dans l’article publié dans France nouvelle, le 6 avril 1960, selon laquelle « pour la première fois y est montré le mécanisme par lequel l’action d’un parti communiste peut être pervertie », c’étaient aussi les études, renouvelées par la revue Économie et politique, sur le capitalisme français et les contradictions inter-impérialistes, c’étaient enfin la réalité des affrontements au sein du mouvement communiste international, le fonctionnement du parti et la place des organisations dites de masse.

  • 69 Philippe Lefait, Quatre ministres et puis s’en vont, Paris, Éditions de l’Atelier – Éditions ouvri (...)

54Ces positions étaient qualifiées d’opportunistes, soit des conceptions de « nature petite bourgeoise et social-démocrate », et condamnées par le comité central des 20 et 21 janvier 1961, puis officiellement par le XVIe congrès (mai 1961). Ce que révélait l’élimination des deux dirigeants, comme la crise de l’UEC, elle aussi réglée par Roland Leroy, bien que de façon beaucoup plus politique, c’est qu’il n’y avait pas de volonté politique de déstalinisation avant l’année 1962, et plus encore le XVIIe congrès de mai 1964, avec le rapport politique de Waldeck Rochet et son accession au poste de secrétaire général. De ce point de vue, le témoignage de Charles Fiterman, devenu secrétaire de Waldeck Rochet en avril 1965, est tout à fait explicite. Dans un ouvrage de Philippe Lefait paru en 199569, il déclare :

En 1964, pendant l’époque Krouchtchev, quand les Italiens nous aiguillonnaient et nous interpellaient, même si nous trouvions qu’ils allaient un peu loin, chercher à dépasser la voie soviétique était dans l’air du temps et Waldeck Rochet, secrétaire général adjoint, depuis 1961, avait lui-même, au congrès de 1964, avancé l’idée d’une forme différente de dictature du prolétariat, à sa manière de paysan. Il était trop prudent et Thorez s’était raidi, parce qu’il n’acceptait pas les remises en cause et que sa maladie l’avait figé. Ça n’a pas trop duré parce que Waldeck Rochet a pris la place, et s’est engagé dans une politique d’ouverture.

  • 70 Archives centrales du PC, section de montée des cadres.

55Une troisième période post-thorézienne allait donc s’ouvrir avec la réintégration du parti communiste dans le jeu des institutions politiques de la Ve République, nouvelle conjoncture coexistant avec une structure partisane qui ne se renouvelle pas : entre 1959 et 1964, l’âge moyen des membres du bureau fédéral a augmenté de deux ans, dépassant 42 ans au secrétariat fédéral, et le nombre de femmes, membres du comité fédéral, est passé à 8 (16,3 %) contre 9 en 1959. En ajoutant le critère de la date d’adhésion, ce sont 30 membres sur 48, soit les deux tiers, qui sont des adhérents de guerre froide70.

Annexes

ANNEXE 1. Discours de René Cance à l’ouverture du XIVe congrès71

Allocution de bienvenue du camarade René Cance, député maire du Havre

Chers camarades,

Nous avons la grande joie de voir à nos côtés, dans cette salle, de nombreuses délégations des partis frères.

Chaleureux et fraternel salut aux camarades délégués par le glorieux Parti communiste de l’Union soviétique, créé par Lénine. Salut à vous, camarades, que nous accueillons pour la première fois à un Congrès de notre Parti !

Salut à vous, très cher camarade Michel Souslov, membre du présidium et secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique ; Alexis Kiritchenko, membre du présidium du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique ; Ponomarev, membre du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique.

Comme l’a dit le secrétaire général de notre Parti à votre XXe congrès, jamais la reconnaissance et l’affection de notre peuple n’ont été plus vives à l’égard de l’Union soviétique.

Chaleureux et fraternel salut aux représentants des peuples coloniaux dont la lutte émancipatrice a pris un élan irrésistible à la lumière de la conférence historique des pays d’Asie et d’Afrique à Bandoeng.

Chaleureux et fraternel salut aux camarades des partis frères du Viet-Nam, de la Tunisie et du Maroc, dont les peuples ont le bonheur d’atteindre à l’indépendance.

Laissez-moi dire ici combien nos pensées vont à nos frères d’Algérie et souhaiter que très rapidement interviennent le cessez-le-feu et les négociations qui donneront une solution conforme à la fois aux intérêts du peuple algérien et du peuple français.

Chaleureux et fraternel salut aux camarades des partis frères des pays capitalistes qui ont à mener le même combat que le nôtre !

Chers camarades,

Cette ville du Havre où, pendant quatre jours va battre le cœur de la France, possède une classe ouvrière aux riches traditions de lutte.

Je veux rappeler la grève de 2000 dockers charbonniers en 1906, au cours de laquelle la bourgeoisie montra toute la cruauté dont elle est capable en faisant condamner à mort le secrétaire du syndicat, Jules Durand. À la suite d’une campagne appuyée par les syndicats, le Parti socialiste et la Ligue des Droits de l’Homme, 200 députés signèrent un recours en grâce. La peine de Durand fut commuée.

Je veux rappeler aussi la grande grève des métallurgistes en 1922. Cette année-là, en juin, le Comité des Forges décida de réduire de 10 % le salaire des ouvriers métallurgistes et Le Havre fut choisi à titre d’expérience. Le 22 juin la grève était totale : elle devait durer cent onze jours.

Le 24 août, quatre ouvriers tombaient, devant la Bourse du travail, sous les balles policières, beaucoup d’autres furent blessés, condamnés, emprisonnés. Mais le 8 octobre, le Comité des Forges capitulait ; les ouvriers métallurgistes de France conservaient leur salaire.

Plus près de nous, en 1936, ce sont les gars de la S. N. C. A. N. qui, les premiers en France, occupèrent leur usine et c’est au Havre que fut signé le premier accord portant paiement des journées de grève.

En 1947, 30 000 ouvriers étaient dans la grève. En 1953, ce fut ici « la grève la plus unitaire de France », et c’est ainsi qu’apparaît dans le film, Le Chant des Fleuves72, la belle figure des travailleurs havrais.

Et, trois années plus tard, camarades, pour le bien de la population, nous sommes à la mairie de cette ville de plus de 160.000 habitants. Le 22 janvier dernier, Le Havre se donnait une municipalité ouvrière.

Certains, au cours de la campagne électorale, avaient usé d’arguments fallacieux à notre égard, prétendant que le parti de la classe ouvrière serait incapable d’administrer, de diriger cette grande ville, deuxième port de France.

Eh bien, la population juge et jugera « sur pièces ». D’appréciables résultats ont déjà été enregistrés dans divers domaines : les riches ont commencé à payer tandis que l’effort social augmentait de 42 %. Dans les dix-huit mois, 2 500 logements seront livrés à la population, 7 écoles nouvelles représentant près de 100 classes seront construites.

Mais il faut dire que tout cela n’a été possible et tout cela ne sera possible que grâce à l’unité avec les camarades socialistes. Nos victoires, ce sont des victoires de l’unité.

Trois camarades socialistes siègent à l’Assemblée municipale. Nous entretenons de bons rapports avec eux. Ensemble nous avons préparé le budget, ensemble nous l’avons voté. Il y a huit jours encore les voix communistes et socialistes se joignaient pour repousser une motion du réactionnaire Courant dirigée contre la tenue ici de notre Congrès.

D’après Le Havre libre du 20 juillet 1956, la délégation de Seine-Maritime était composée de :

– Roland Leroy, secrétaire fédéral, député ;

– René Cance, du bureau fédéral, député-maire du Havre ;

– Jacques Eberhard, secrétaire fédéral, maire de Gonfreville-l’Orcher ;

– Colette Privat, du bureau fédéral, conseillère municipale de Rouen ;

– Roger Decoq, du bureau fédéral, secrétaire CGT des cheminots de Sotteville, conseiller municipal de Sotteville ;

– Jean Malvasio, du bureau fédéral, secrétaire fédéral de l’UJRF ;

– Yvette Gracias, secrétaire fédérale des Jeunes Filles de France.

ANNEXE 2

Photo de la tribune du XIVe congrès : au premier rang, René Cance est entouré par les membres du secrétariat et du bureau politique

Photo de la tribune du XIVe congrès : au premier rang, René Cance est entouré par les membres du secrétariat et du bureau politique

Notes

1 L’Avenir du Havre, 7 janvier 1948 : « Le porteur de francisque Pierre Courant interdit au lieutenant-colonel FTP André Duroméa et aux élus communistes de tenir des permanences à la mairie. » Voir aussi le dessin et la photographie de P. Courant (illustration 37).

2 CM 19 octobre 1953, registres des délibérations du conseil municipal, AM Le Havre.

3 L’Avenir du Havre, 4-10 août 1950 et 27 janvier 1948.

4 CM 18 août 1953. René Cance rappelle que les trois quarts des salariés du privé gagnent moins de 34 000 francs par mois.

5 CM 9 septembre 1949.

6 Intervention de Pierre Naze : « Faire payer les riches », 10 juillet 1947, ou demande présentée par le groupe communiste.

7 Entre 1953 et 1954, les crédits au bureau de bienfaisance ont diminué de 21,5 %, passant de 93 millions de francs à 70 millions ; les subventions d’assistance aux chômeurs, de 42,8 %, passant de 35 millions à 15 millions.

8 CM 23 décembre 1947.

9 CM 20 décembre 1954. Voir Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles, 1944-1983, thèse de doctorat d’histoire, IEP Paris, 2002, chap. 2, 3 : « Une gestion libérale de la culture », et Le Havre libre, 22 décembre 1954.

10 Dans les gouvernements Gouin-Bidault-Ramadier.

11 Des maisons américaines, voire des maisons du Front national (CM 20 février 1947).

12 CM 10 juillet 1947, intervention de Pierre Naze.

13 CM 23 décembre 1947, intervention de René Cance : « Le port et la ville de Hambourg seront reconstruits avant Le Havre » (après l’abandon des réparations).

14 CM 15 février 1954 : d’après Pierre Courant, 15 000 à 16 000 logements avaient été détruits, 5 000 étaient reconstruits, 4057 en construction et 1 500 programmés pour l’année en cours ; selon René Cance, 6 000 Havrais vivaient encore dans des camps d’hébergement. En fait, il semble que sur 21 000 logements détruits en 1954, 19 000 auraient été achevés (13 188 sur dommages de guerre) en 1958 ; au total, à l’achèvement de la reconstruction en 1962 et compte tenu de la croissance démographique, le déficit pourrait être évalué à 40 % (d’après les travaux de Jean-Philippe Damais et de la commission Économie et urbanisme).

15 Voir les travaux de la commission publiés dans Le Havre libre (et en brochure) et les analyses de Jean-Philippe Damais et Albert Nicollet, « L’urbanisme au Havre. Éléments de différenciation de l’espace en milieu urbain », Le Havre, CRDP, 1978.

16 Le Havre libre, 3 octobre 1949 : « M. Cance et les élus du groupe communiste nous parlent de la reconstruction. »

17 Le groupe communiste demande une subvention de 2000 francs (22 mars 1948).

18 CM 9 mai 1955.

19 CM 19 novembre 1951.

20 Voir les dessins et photographies de trois adversaires du PC pendant les années froides : Michel Dubosc (indépendant), Louis Siefridt (MRP), Pierre Voisin (radical) [illustration 38].

21 CM 22 juin 1951 et 23 juillet 1951.

22 René Cance, s’adressant à Robert Monguillon (SFIO), le 9 mai 1955, déclare : « Vous affirmez que vous voulez faire une politique de gauche dans vos réunions et vos affiches, mais il n’y a pas de politique de gauche qui puisse s’appuyer seulement sur un parti de gauche et si les communistes sont perpétuellement maintenus dans l’opposition comme à l’Assemblée nationale. »

23 L’Avenir du Havre, 18-24 février 1949.

24 CM 23 décembre 1949 ; des vœux sont exprimés.

25 CM 23 mars 1953 ; un hommage est rendu à Staline.

26 Aux municipales de 1956 : 27 418 voix (40,8 % des suffrages exprimés et 18 élus) ; aux municipales de 1959 : 35 089 voix (44,9 % et 18 élus).

27 CM 25 février 1963, intervention de Daniel Colliard au nom du groupe communiste : « Votre budget est le reflet exact de celui de l’État, de celui de l’UNR. Pris dans l’étau qui se resserre autour de la vie communale, vous avez choisi comme le gouvernement de faire supporter vos difficultés par les plus déshérités et de faire la part toujours plus belle aux puissants. »

28 D’après Le Havre libre, 26 février 1963 : 30 % du budget en 1963, 44 % en 1958.

29 Le taux de prélèvement pourrait être porté à 120 % de la valeur locative, il n’est qu’à 38 %.

30 Un abaissement de 20 % a été convenu avec les Tréfileries.

31 CM 11 octobre 1960 : dans le projet de budget est intégrée une promesse de subvention (jamais tenue). CM 8 octobre 1963 : les dépenses de personnel sont couvertes par des rentrées non garanties.

32 CM 25 février 1963 : les dépenses d’éducation, de santé, d’aide sociale, les transferts sont dénoncés par Daniel Colliard (PC), mais aussi par Pierre Voisin, adjoint radical/indépendant chargé des finances ; le déficit du pont de Tancarville est pris en charge.

33 Le nombre des centimes additionnels est augmenté de 120 % en six ans et l’endettement est passé de 2,6 à 8,7 milliards de francs, soit un taux de croissance supérieur à celui du budget de l’État et de l’inflation.

34 La part du budget social représente 6,4 % du budget global en 1963, contre 12,5 % en 1958.

35 En 1959, 16,2 millions de tonnes ; en 1965, 28 millions.

36 CM 5 avril 1962 ; Le Havre libre, 6 avril 1962 et 27 mai 1963.

37 Condamnation dans un vœu adopté par 18 voix PCF et 5 abstentions : le maire et l’adjoint SFIO, et 3 autres adjoints (Voisin, Langlois, Fatras).

38 CM 5 avril 1962 ; voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles, op. cit., chap. 3, 5 : « Logiques locales, impulsions centrales », p. 221.

39 CM 12 décembre 1964.

40 CM 12 décembre 1964 : intervention de Daniel Colliard, ancien adjoint aux Beaux-Arts.

41 Voir la lettre du préfet et la déclaration de Lucien Osmont insérées dans le procès-verbal de la séance publique du conseil municipal du 26 février 1965.

42 La liste est constituée de 21 PC, 7 PSU, 6 personnalités laïques et républicaines, 3 SFIO : Le Havre libre, 29 mars 1965.

43 En 1950 paraîtront des représentations de Maurice Thorez dont l’effigie sur fond de drapeaux rouges et tricolores incarne la longue histoire du PCF. Voir la couverture du journal Les Ailes de la cellule Charles-Tillon (illustration 39).

44 L’édition de 1949 est dédicacée à Armand Salacrou (fonds privé). En 1950 5 000 exemplaires sont diffusés : 1562 au Havre ; 1828 à Rouen.

45 À Gonfreville-l’Orcher, où la mairie est à direction communiste.

46 Sur le mode mineur du procès politique sans élimination physique.

47 La formule ne date pas du CC d’Issy-les-Moulineaux, les 16 et 17 avril 1953, comme l’écrit Philippe Robrieux dans son Histoire intérieure du PCT, t. IV, Paris, Fayard, 1984.

48 Après sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur : JO, 19 mars 1949 ; L’Avenir du Havre, 1er avril.

49 Formule empruntée à Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995, p. 261.

50 Voir chapitre 8, 3. C : « Le procès Cance contre Jan Valtin », et L’Avenir du Havre, 1er juillet 1948.

51 Jean-Marie Huet, Prêtre ouvrier-insoumis, Paris, Cerf, 1993.

52 Cette crise est signalée à la 13e conférence fédérale, le 15 janvier 1949, à la suite d’une série de conférences de section (juin 1948 - janvier 1949).

53 L’Avenir du Havre, 25 février 1948.

54 D’après son témoignage dans La quête du bonheur, Paris, Grasset, 1995.

55 Voir quatre journaux de cellules locales et d’entreprise (illustration 40).

56 Voir la première page du dossier pour la conférence de la section Havre ville, 12 et 13 novembre 1949, salle Franklin, par Charles Nicolle (illustration 41).

57 Formule reprise par Roger Martelli dans Le rouge et le bleu. Essai sur le communisme dans l’Histoire française, Paris, Éditions de l’Atelier – Éditions ouvrières, 1995.

58 Voir le discours de René Cance en annexe 1 à ce chapitre.

59 Le bureau politique déclare encore, le 18 juin : « Staline a joué un rôle positif durant toute une période historique. Staline s’est acquis un prestige mérité » (L’Humanité, 19 juin 1956).

60 Deux membres de la délégation sur trois, ayant personnellement et longuement rencontré Nikita Krouchtchev, seront à l’origine de tentatives de déstalinisation : Marcel Servin et Waldeck Rochet.

61 Paris, Éditions Lieu commun, 1985, p. 47.

62 Cités par Roland Leroy dans La quête du bonheur, op. cit., p. 56.

63 Roland Leroy affirme : « Au Havre, en juillet 1956, la direction multiplia les signes pour montrer qu’elle tirait les enseignements du XXe congrès » (ibid., p. 55 sq.).

64 Seul le nom de Thorez fait exception. Voir la photographie des principaux dirigeants (illustration 42).

65 À la réunion du CC des 20-21 novembre 1956, il affirme : « Il n’y a pas eu de stalinisme, cette expression appartient au vocabulaire politique de nos adversaires. »

66 Voir Les Cahiers du communisme, numéro spécial : XIVe congrès du PCF, Le Havre, 18-21 juillet 1956, août 1956, p. 69 sq.

67 P. Robrieux, Histoire intérieure du PCF, op. cit.

68 R. Leroy, La quête du bonheur, op. cit., p. 135-136. Voir aussi la photographie de Gilles Caron (illustration 43). Sur « l’affaire Casanova-Cervin », voir S. Courtois et M. Lazar, Histoire du parti, p. 321 et suiv.

69 Philippe Lefait, Quatre ministres et puis s’en vont, Paris, Éditions de l’Atelier – Éditions ouvrières, 1995, p. 88-89.

70 Archives centrales du PC, section de montée des cadres.

71 Discours du XIVe congrès du Parti communiste français, Le Havre, 18-21 juillet 1956, numéro spécial des Cahiers du communisme, juillet-août 1956, p. 19-21.

72 Film de Joris Ivens, RDA, 1954.

Table des illustrations

Légende Illustration 37 – Dessin et photographie de Pierre Courant
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Illustration 38 – Dessin de trois adversaires du PC pendant les années froides : M. Dubosc, P. Voisin et L. Siefridt
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Illustration 39 – Affiche Le PC a 30 ans : hommage de la cellule Charles-Tillon à Maurice Thorez
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Illustration 40 – Quatre journaux de cellules locales et d’entreprise
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Illustration 41 – Couverture pour la conférence de la section Havre ville, Franklin, 1949 (Charles Nicolle)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Illustration 42 – Photographie du XIVe congrès (Le Havre, 1956)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Illustration 43 – Photographie de Gilles Caron : Jacques Duclos et Roland Leroy (agence Gamma)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo de la tribune du XIVe congrès : au premier rang, René Cance est entouré par les membres du secrétariat et du bureau politique
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1203/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search