Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIe partie. Une logique de guerre (1947-1965)

Chapitre 9. L’héritage du Front populaire, de la Résistance et de la Libération

Texte intégral

Électeurs, éligibles : l’élargissement du vote communiste

  • 1 En 1956, l’annexion de Bléville augmentait le nombre des électeurs havrais de 3 378 et celle de Sa (...)

1Analyser les résultats des élections au Havre de 1947 à 1965 et plus encore les comparer demande une certaine prudence, pour au moins trois raisons. D’abord parce que les lois électorales ont changé, passant du scrutin de liste à la proportionnelle, pendant la IVe République, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour les législatives de 1958 et au scrutin majoritaire avec listes bloquées pour les municipales de 1965. D’autre part les limites de la ville, des cantons, des circonscriptions ont évolué. Le territoire de la ville du Havre s’est agrandi par annexions successives des communes de Bléville (1953) et Sanvic (1955), et d’une fraction de Rouelles en 19631. Par contre la commune résidentielle de Sainte-Adresse est restée extérieure à la ville mais intégrée au 6e canton. Les 6 cantons historiques sont devenus 7 en 1964, dans le même cadre géographique, c’est-à-dire un ensemble composé par Le Havre et les 4 communes suburbaines de Bléville et Sanvic, Rouelles et Sainte-Adresse.

2À l’inverse, le découpage de 2 nouvelles circonscriptions, pour les législatives de 1958, a divisé la ville et les 6 cantons urbains, mais aussi le canton limitrophe de Montivilliers. Jean-Pierre Lousse, auteur d’une thèse sur la Sociologie électorale du Havre, estime que l’analyse des résultats ne peut s’opérer seulement au niveau des cantons, du fait de leur caractère « artificiel et disproportionné » (par exemple aux cantonales de 1961, le 4e canton a 43 526 électeurs inscrits et le 2e, 5029), ni au niveau des bureaux de vote, sans cesse remaniés. Il propose une évaluation par quartiers dotés de leur personnalité propre. La troisième raison qui rend délicates analyses et comparaisons, ce sont les transferts de population opérés à la suite de la guerre et des destructions du centre : les 1er et 2e cantons, en particulier les quartiers « marins » de Notre-Dame et Saint-François, ont perdu une fraction de leurs classes populaires, déplacées dans les quartiers périphériques.

  • 2 Jean Legoy et al., Le Havre, 1517-1986. Du Havre d’autrefois à la métropole de la mer, Rouen, Édit (...)

3Cela explique deux anomalies démographiques et politiques : d’une part la baisse du nombre des électeurs inscrits dans le 1er canton, de 1945 à 1951 (moins un tiers), et dans le 2e (moins un quart entre 1945 et 1954) ; d’autre part les records historiques d’abstentions pour les élections cantonales de 1951 et 1955 (63,6 % dans le 1er canton et 55,4 % dans le 2e). La déprolétarisation du centre reconstruit s’est traduite par le fait que seulement 28 000 des 46 000 habitants d’avant-guerre avaient pu y être relogés en 1962, et par l’exclusion des locataires des dommages de guerre2. Les transferts de population, dans les cités d’urgence et les camps de transit de la périphérie, ont amené des relogements définitifs en ville haute et l’inscription de ces anciens électeurs, dans les 4e et 6e cantons, s’est ajoutée à celle de nouveaux venus des campagnes du pays de Caux ou rapatriés d’Algérie.

  • 3 Voir carte 16 : « Les deux circonscriptions depuis 1958 ».
  • 4 Que ce soit aux élections législatives de 1946, 1951 et 1956, ou aux cantonales de 1955, le 4e can (...)

4Les élections ont été classées selon deux types : les élections à base territoriale que sont les cantonales, et secondairement les municipales, jusqu’en 1965. Ces élections se caractérisent par la personnalisation des candidatures aux sièges de conseillers généraux ou des têtes de liste aux élections municipales, déterminant des slogans de campagne comme « Ni Cance, ni Courant ». À partir de 19583, ce sont les législatives qui deviennent des élections territorialisées et personnalisées, et cela explique la victoire au second tour de René Cance, déjà maire du Havre, député sortant et ancien conseiller général du 3e canton depuis 1937. Les élections à base territoriale, dites encore élections locales, sont aussi celles qui comptent le plus fort taux d’abstentions, sauf dans les 4e et 3e cantons, votant communiste, qui sont aussi les plus « civiques »4.

5Un second type d’élections peut être dit à enjeux nationaux, ce sont les législatives de 1951 et 1956, et plus encore les référendums de 1958, 1961 et 1962 et la présidentielle de 1965. Il s’agit alors moins de représentation d’hommes et de territoires que d’orientations et de stratégies politiques. C’est à ces élections que sont enregistrés les plus faibles taux d’abstentions.

Carte 16 – Les deux circonscriptions depuis 1958

  • 5 Voir carte 17 : « Les résultats du PC aux législatives de 1956 ». Dans la 1re circonscription de S (...)

6L’évolution de la conjoncture électorale a été étudiée en deux périodes correspondant aux deux Républiques, la IVe à partir des débuts de la troisième force, soit les municipales d’octobre 1947, et la Ve jusqu’à la présidentielle de décembre 1965. Du point de vue des résultats électoraux du PC, le contraste est double. Dans un premier temps, jusqu’en 1956, la troisième force en tant que coalition anticommuniste, dominée par la SFIO et le MRP, pouvant s’allier aux indépendants et au RPF, empêche le parti communiste de prendre la direction de la municipalité (octobre 1947) et prive René Cance de son siège de député en 1951. Elle aboutit aussi, du fait de l’isolement des communistes, ajouté à la déprolétarisation des quartiers marins, au transfert du siège de conseiller général du 2e canton du communiste Pierre Guinard au RPF Paul Denis en 1955. Janvier 1956 et la conjoncture de front républicain permettent au parti communiste de remporter deux succès majeurs : l’élection de deux députés dans la 2e circonscription, René Cance et Louis Eudier5, et la direction d’une municipalité communiste homogène.

7La Ve République se caractérise d’abord par une série d’échecs électoraux, dans les consultations par référendum jusqu’en avril 1962, tandis que l’influence communiste, jusque-là cantonnée dans les 3e et 4e cantons, représentés par René Cance (puis André Duroméa) et Louis Eudier, s’élargit à la 7e circonscription où René Cance est élu en 1958 et réélu au premier tour en 1962. Le référendum d’octobre 1962 et les élections législatives de novembre enregistrent une progression électorale du parti communiste qui se traduit par le succès de la liste à direction communiste aux municipales de 1965.

  • 6 Voir les résultats des municipales en annexe 1.

8Une analyse des résultats des 6 élections municipales6 ayant eu lieu de 1947 à 1959 permet d’attribuer à la liste communiste une base électorale comprise entre 35 % et 45 % des suffrages exprimés, du minimum des municipales de 1953 (36,26 % et 14 élus) au maximum de 1959 (43,95 % et 18 élus). Les élections législatives de 1951 à 1956, à la proportionnelle de liste, donnent un pourcentage voisin de 38,81 % et de 37,93 % des suffrages exprimés dans les limites de la ville. Les bastions restent les 3e et 4e cantons où les candidats communistes, René Cance puis André Duroméa, à partir d’avril 1958 sont élus dès le premier tour (3e) ou réélu au second tour (Louis Eudier dans le 4e). Enfin la 7e circonscription, gagnée par René Cance aux législatives de 1958, et la direction de la municipalité, obtenue en 1965, sont durablement acquises au parti communiste.

Carte 17 – Les résultats du PC aux législatives de 1956

9Les échecs électoraux du PC correspondent à la deuxième législature de la IVe République (perte de 2 sièges : de député et de conseiller général, et seulement 14 élus aux municipales de 1953 et 1954). Quelques correctifs locaux peuvent cependant être apportés : André Duroméa obtient un score légèrement supérieur à celui de Marc Boisard en octobre 1951, dans le 1er canton en septembre 1953 ; Louis Eudier progresse dans le 4e canton, entre 1949 et 1955 ; la liste dirigée par René Cance ne cesse d’augmenter le nombre de ses voix et le pourcentage des suffrages exprimés, d’avril 1953 à mai 1954 et janvier 1956.

  • 7 Avec le renfort du cartel des non.

10Les référendums de 1958 et 1961 sont deux échecs politiques pour le PC, les 6 cantons votent majoritairement pour le oui, y compris les bastions communistes et le pourcentage des suffrages positifs est en augmentation. Mais là encore des contradictions locales peuvent être repérées. D’abord aux élections municipales de mars 1959, la liste dirigée par René Cance fait mieux, en pourcentage des suffrages exprimés, que la liste communiste présentée en janvier 1956. D’autre part aux cantonales de 1961, Louis Eudier aurait pu être réélu dès le premier tour, s’il y avait eu suffisamment de votants. Enfin au référendum d’octobre 19627, le 3e canton vote majoritairement non et le pourcentage de suffrages exprimés positifs baisse de 13,42 % dans le 4e canton, puis aux législatives de novembre 1962, les deux candidats communistes retrouvent le niveau de suffrages exprimés de 1956.

  • 8 Le siège est occupé successivement par René Cance, en 1958, André Duroméa en 1967 et Daniel Collia (...)

11Le parti communiste est donc la force électorale dominante dans une ville orientée historiquement à gauche, sauf en 1958 : soit livré à ses seules forces, il gagne des élections législatives, cantonales et municipales de 1947, 1956 et 1959, soit faisant alliance avec des socialistes, il prend de façon durable, pour trente ans, la direction de la municipalité et le siège de député de la 7e circonscription8. S’il ne gagne pas les élections, il est toujours le premier parti d’opposition à la direction municipale (15 et 14 élus pendant les municipalités Courant, 14 élus pendant la gestion Abadie, 18 élus contre l’alliance SFIO-UNR et indépendants de 1959 à 1965) ; de même le candidat communiste est toujours le challenger des candidats de droite, dans les 1er, 2e, 5e, 6e et 7e cantons et dans la 6e circonscription.

12Si le parti communiste est dominant à gauche et dans l’agglomération havraise, il n’est pas pour autant hégémonique et la question reste posée de la nature et des motivations de son électorat. Une première réponse a été apportée par le sociologue Jean-Pierre Lousse, dans la lignée des travaux d’André Siegfried, et c’est celle du vote utile, du ralliement de l’électorat au parti dominant, soit, à gauche, le parti communiste depuis la Libération, et à droite, les indépendants dirigés par Pierre Courant, puis à partir de 1962, l’UNR. De fait, l’on peut constater qu’à partir de ses premiers succès électoraux de 1937, dans les 3e et 4e cantons, le parti communiste a recueilli l’héritage des républicains, puis des radicaux et enfin des socialistes. Mais la bipolarité, constatée dans les campagnes électorales et les résultats des élections, est mise à mal par les stratégies de troisième force, qui empêchent le parti communiste d’accéder à la direction de la municipalité en 1947 et 1959 (au profit de la SFIO), d’obtenir un siège aux législatives de 1951 (au profit du MRP), de garder ses sièges de conseillers de la République en 1948 et de conseiller général du 2e canton en 1955 (au profit du RPF).

Illustration 28 – Dessins et photographies de trois dirigeants communistes (Albert Duquenoy, André Duroméa, Louis Eudier)

  • 9 Denis Lacorne, Les notables rouges, Paris, PFNSP, 1980.
  • 10 Voir les dessins de Charles Nicolle, et les photographies parues dans Le Havre libre, 24 janvier 1 (...)

13Une seconde explication peut être avancée avec la personnalisation des élections à base territoriale, et la part faite à ce que des politologues ont appelé des « notables rouges »9, les trois seuls élus à cumuler des mandats électifs : René Cance, député de 1945 à 1951, et de 1956 à 1967, conseiller général du 3e canton depuis 1937 et la Libération, maire du Havre en 1956 et 1965 ; Louis Eudier10, conseiller général du 4e canton depuis la Libération, député de 1956 à 1958 ; André Duroméa, premier adjoint au maire en 1956, conseiller général du 3e canton à partir de 1958, député de la 7e circonscription à partir de 1967. Ces trois personnalités ont un certain nombre de caractères communs. D’une part, elles sont membres de la direction politico-syndicale, de l’appareil permanent du PC et de la CGT (Eudier), mais pas de l’appareil central (aucun ne sera élu membre du CC à la seule exception de Cance, membre de la commission de contrôle financier de 1959 à 1964). D’autre part ces hommes ont sensiblement la même origine sociale, ouvrière pour Louis Eudier, devenu un temps charpentier de navire, populaire pour René Cance, instituteur, et pour André Duroméa, fils d’un ouvrier devenu artisan-petit commerçant. Ayant refait le même parcours de jeune ouvrier de la métallurgie puis après avoir travaillé avec son père, André Duroméa est devenu un temps permanent politique. Enfin, ces trois élus ont à peu près la même histoire, c’est-à-dire la mémoire des stratégies antifascistes à la date de leurs adhésions, officielles, au parti communiste, un engagement politique (Eudier) et militaire (Cance et plus encore Duroméa) dans la Résistance, puis l’expérience de la déportation (Eudier à Auschwitz et Duroméa à Neuengamme). Ils incarnent donc la génération « héroïque » et sont d’autant plus fondés à représenter l’héritage, politique et symbolique, de la gauche antifasciste qu’ils ont en face d’eux, comme adversaire principal, Pierre Courant, « pétainiste », maire nommé par le gouvernement Vichy, sanctionné, juridiquement et politiquement, à la Libération.

14Il reste à évaluer la part des motivations à caractère politique, liées aux orientations, à la stratégie du parti communiste mais aussi à la demande de ses électeurs. On constate qu’il existe deux électorats communistes. L’un est fidèle, obéissant aux consignes, choisissant systématiquement la liste ou le candidat communistes dès le premier tour, votant non aux référendums de 1958 et 1961. Il représente, au plus fort de la crise de représentation politique de 1958, moins de 30 % des suffrages exprimés au référendum du 28 septembre (et 24,61 % des inscrits). Un second électorat, plus « politique », peut se révéler volatil, à hauteur de 10 % à 15 % des suffrages exprimés. Ce type d’électeurs vote communiste chaque fois qu’il existe, à gauche, une perspective politique, perspective de représentation politique par un élu communiste ou une liste unitaire (municipales de 1965), plus encore perspective nationale comme le tripartisme jusqu’en 1947, le front républicain en janvier 1956, l’union de la gauche à partir des législatives de 1962, et la candidature unique à l’élection présidentielle de 1965.

15Par contre, chaque fois que la situation politique est sans issue à gauche, du fait de la conjoncture de guerre froide et de la stratégie de troisième force, à cause de la conjoncture de crise politique et nationale, comme en 1958 et pendant la durée de la guerre d’Algérie, chaque fois qu’il y a division (au second tour) et affrontement des candidatures, cet électorat déplace son vote sur l’homme, le parti ou la stratégie qu’il estime être le moyen de résolution de la crise : la troisième force et la nouvelle gauche aux municipales de 1954, le général de Gaulle et l’UNR en 1958 et 1961, ou bien il se réfugie dans l’abstention. Ainsi, une comparaison, entre les résultats des référendums de 1958 et 1961, permet d’établir que parallèlement à l’augmentation des votes positifs, dans les bastions communistes des 3e et 4e cantons, le pourcentage d’abstentions passe de 14,49 % à 22,57 % des inscrits. C’est donc bien en termes de sanction des choix et des orientations politiques du parti communiste que ce vote peut être évalué. Il représente des électeurs qui choisissent le PC parce qu’ils le situent à la gauche de la gauche, mais dans le cadre d’un fonctionnement pluraliste, unitaire, cherchant à inscrire un résultat dans une conjoncture politique concrète. À ce titre, la direction communiste locale, confrontée aux fluctuations de la ligne générale, ne peut que chercher à l’intégrer, il est la traduction électorale de son activité gestionnaire.

16Les caractères de l’électorat communiste peuvent être repérés par une analyse sociologique des quartiers dans lesquels il est dominant, voire hégémonique. Le noyau dur de l’électorat du PC peut être étudié à partir des deux seuls bureaux ayant voté majoritairement non au référendum de 1958 : ils sont situés dans le quartier des Neiges (4e canton, école Jean-Jaurès) et dans celui de l’Eure (3e canton, école Brindeau), ce sont des faubourgs ouvriers de la zone industrielle et portuaire, constitués d’un habitat pavillonnaire dégradé, de maisons de rapport et de petits collectifs d’anciens HBM et de nouveaux HLM. Ces quartiers à forte identité ouvrière, liée à l’ancienneté de l’industrialisation, à la juxtaposition d’activités portuaires et industrielles, principalement métallurgiques, et d’îlots résidentiels pauvres, et à l’implantation de populations déracinées (marins et ouvriers d’origine bretonne, immigrés polonais puis maghrébins, réfugiés espagnols), sont aussi des secteurs votant anciennement à gauche. Parce qu’ils votent majoritairement communiste depuis 1937, ce sont aussi des lieux d’ancienne implantation des sections communistes, des marins et des dockers avant-guerre, du Havre port, puis du Havre Commune-de-Paris à la Libération.

  • 11 Albert Nicollet, « Premiers éléments d’une sociologie électorale havraise », Études normandes, no (...)
  • 12 « Éléments pour servir au portrait du corps électoral havrais », Le Havre libre, 6-9 septembre 195 (...)

17L’électorat stable du parti communiste, celui qui vote, dans les élections à base territoriale, pour le candidat communiste ou pour la tête de liste communiste, mais aussi celui qui, dans les élections à enjeux nationaux, vote communiste dans les conjonctures unitaires, peut être analysé à partir de la carte établie, sur la base du résultat des élections législatives de 1956, par Albert Nicollet11. On peut rappeler que ces élections ont été très favorables au PC, moins par le pourcentage des suffrages exprimés (37,93 % contre 38,81 % en 1951) que par l’élection de 2 députés communistes, le très faible taux d’abstention (17,29 %) et la victoire aux municipales du 22 janvier. Cette traduction cartographique montre que votent communiste, à 60 %, les Neiges, le quartier Eure-Brindeau déjà cités mais aussi les Champs-Barets et la Vallée-Béreult, la cité Chauvin, extensions géographiques du « noyau dur », dans la même zone méridionale, industrielle et portuaire, présentant le même type d’habitat ouvrier, encore plus dégradé avec le bidonville de la cité Chauvin. Les quartiers votant à 50-60 % communiste sont ceux de l’Eure - Saint-Nicolas, de la gare, et en ville haute, Aplemont, Acacias et le camp d’habitations provisoires de la forêt de Montgeon, soit l’ancienne banlieue populaire, à dominante ouvrière, de Graville annexée au Havre. Cet électorat qui dépasse la moyenne havraise des suffrages obtenus par le parti communiste constitue géographiquement, à l’est de la ville, l’électorat des 3e et 4e cantons. Étudié sociologiquement12, il révèle qu’il s’agit de l’électorat le plus jeune (avec Bléville), le plus masculin (4e, bas Graville), le plus ouvrier. Politiquement, il est aussi le moins abstentionniste (Neiges et Aplemont).

Carte 18 – La pratique religieuse au Havre par paroisse

18Les résultats du recensement de 1968 permettent encore d’affiner l’analyse dans la mesure où ils permettent d’affirmer que le vote communiste est moins un vote ouvrier que de proximité ouvrière : une proximité familiale liée aux origines et au mariage (par exemple, le vote communiste des femmes employées, mariées à des ouvriers, dans le quartier d’Aplemont, ou celui des ménagères, épouses d’ouvriers communistes, dans le quartier des Neiges), une proximité géographique et une communauté d’intérêts pour les petits commerçants et artisans, vivant et travaillant en territoire ouvrier.

19Le recensement de 1968 fait aussi apparaître plusieurs types de vote ouvrier, qui correspondent à des fractions de classe ouvrière, ou à plusieurs sous-ensembles ouvriers et populaires ; ainsi le vote communiste du quartier d’Aplemont est d’abord un vote de « communauté » ouvrière, d’ouvriers qualifiés, mariés à des femmes professionnellement actives, employées et ouvrières, en habitat pavillonnaire reconstruit et en immeubles HLM, ayant pris la place des cités d’urgence dites de l’abbé Pierre. Ce quartier est encore un secteur de population à mobilité sociale ascendante, avec l’augmentation de la durée moyenne de la scolarité, et de mobilisation politique, avec l’implantation, ancienne et renouvelée, d’un collectif militant constitué par des cellules, des mouvements de jeunesse et de femmes, des structures de solidarité.

Illustration 29 – Photographies de six élus communistes (municipales de 1956)

20En revanche, le vote communiste dans le quartier des Neiges, constitué essentiellement de dockers et d’ouvriers du port, est d’abord un vote d’« identité » ouvrière, pour des populations ayant un fort sentiment d’appartenance, du fait de trois éléments qui révèlent leur faible intégration sociale : d’abord la très mauvaise qualité de l’habitat, encore renforcée par la proximité d’un bidonville et par la surreprésentation de travailleurs immigrés ; d’autre part la forte proportion de femmes au foyer, chargées de familles nombreuses ; enfin la difficile intégration scolaire, du fait de la faible proportion d’élèves continuant au-delà de la durée de la scolarité obligatoire. S’il a un électorat populaire, à dominante ouvrière, hérité du Front populaire et de la Libération, le parti communiste a-t-il gagné des voix dans les classes moyennes ? Leur sous-représentation dans la sociologie locale rend difficiles les évaluations.

  • 13 Voir carte 18 : « La pratique religieuse au Havre par paroisse ».

21Il reste un dernier critère de vote communiste : la faible, voire la très faible pratique religieuse13, évaluée par la non-participation au culte dominical et le recours limité aux sacrements de l’Église catholique. L’on constate que l’on peut superposer la carte de l’indifférence religieuse, dans les paroisses de Saint-Jean-Baptiste de Bléville, Sacré-Cœur de la Mare-au-Clerc, Saint-Paul d’Aplemont, Sainte-Honorine de Graville, Notre-Dame des Neiges, Saint-Nicolas de l’Eure et Notre-Dame de la Victoire, avec la carte d’un vote communiste, à plus de 40 % des suffrages exprimés, dans ces mêmes quartiers.

  • 14 Voir ci-contre leurs photographies parues dans Le Havre libre, 24 janvier 1956, après les élection (...)

22Une étude des éligibles, au-delà des trois personnalités communistes élues, c’est-à-dire des listes présentées aux municipales et des élus, conseillers municipaux et adjoints (en 1956 et 1965) ou des candidats présentés aux élections, législatives et cantonales (à partir de 1958), fait apparaître, en dehors des trois figures représentatives, René Cance, Louis Eudier et André Duroméa, qui cumulent tous les signes extérieurs d’une légitimité nationale, politique et militaire (du fait de leur engagement dans la Résistance antifasciste), plusieurs catégories d’élus : d’une part le conseiller général du 2e canton, réélu en 1949, Pierre Guinard, et les adjoints de 1956 et/ou 1965, présentés aux législatives et aux cantonales14, soit Albert Duquenoy, Maurice Schlewitz, les anciens élus Pierre Naze, Marc Boisard et André Saussaye, les nouveaux promus, Louis Lecat et Daniel Colliard, d’autre part les conseillers municipaux. Les élus présentent la première caractéristique d’être de sexe masculin, il n’y a aucune candidature de femme communiste aux cantonales et aux législatives. Bien plus, s’il y a encore 6 femmes présentées, sur une liste de 37 noms, et 2 élues aux municipales de 1956, elles ne sont plus que 3, sur 21 candidats et élus communistes, en 1965 ; ces femmes, devenues adjointes, sont ménagère comme Georgette Lelièvre, réélue dans la première municipalité Cance, ou institutrice, telle Simone Duval, élue en 1956, réélue à partir de 1965, mais aussi ouvrières, comme Annick Caillat et Marie-Thérèse Lucas, conseillères en 1965. Les élus municipaux et cantonaux sont aussi d’anciens ou d’actuels dirigeants de sections, ville et fédération, ainsi Pierre Guinard et Albert Duquenoy, et, en 1965, les adjoints et conseillers sont secrétaires du comité de ville (Lecat), des sections Havre-Sanvic (Schlewitz), Havre ouest (Colliard), Havre Commune-de-Paris (Duponchel) et Havre nord-est (Vautier) ou membres du comité fédéral (Batard) ou de comités de section.

23Socialement, l’on retrouve, au-delà du noyau ouvrier, des métallos ou anciens métallos comme Louis Lecat, André Saussaye, James Toussaint, Jean-Pierre Marais, des marins et dockers (Guinard, Ferrand, Duquenoy, Le Marec, Mouton), un ouvrier du bois (Batard), un douanier (Nicolas), un cheminot (Duponchel), des représentants des classes populaires et moyennes, d’abord des instituteurs et institutrices, outre René Cance, Maurice Schlewitz, Simone Duval, Marthe Cousin (puis Duroméa), Andrée Lecat, des officiers de la marine marchande (Naze, Charpiot), des artisans commerçants (Boisard), des employés.

24Deux élus, un adjoint et un conseiller municipal communistes de 1956 sont d’anciens élus de Sanvic, 10 sont des conseillers sortants, le renouvellement est donc de 6 élus sur 18 (un tiers). En 1965, la liste présentée par René Cance comprend 21 communistes, dont 15 conseillers sortants (71,42 %). Il s’est donc constitué un appareil gestionnaire, qui se renouvelle en faisant entrer, dans la liste, 2 ouvrières, 2 ouvriers secrétaires de section et 2 militants associatifs, dont un responsable de l’UL CGT. Quant à la relève des générations, elle ne s’opère que partiellement, à partir des années soixante. C’est en 1958 qu’André Duroméa succède à René Cance comme conseiller général du 3e canton et en 1967, comme député de la 7e circonscription ; c’est en 1958 et en 1964 que Maurice Schlewitz, Daniel Colliard et Louis Lecat sont présentés comme candidats aux élections cantonales et en 1965 qu’ils sont élus adjoints.

25S’il y a élargissement, après stabilisation à un haut niveau, du vote communiste, c’est certes parce qu’à partir de 1962, le parti communiste tire profit de la nouvelle conjoncture unitaire : à la présidentielle de 1965, les quartiers votant le plus massivement pour François Mitterrand sont aussi les bastions communistes des 3e et 4e cantons, soit à 54,6 % et 49,2 % des suffrages exprimés. C’est aussi parce que le PC a trouvé des partenaires et alliés dans le nouveau PSU, et quelques dirigeants SFIO en rupture de parti, mais c’est plus encore parce que la liste constituée, en vue des élections municipales de 1965, n’est pas qu’une alliance de partis, une coalition formée à des fins électorales : elle est aussi représentative d’un certain nombre de valeurs et de symboles revendiqués par le parti communiste.

26Ces valeurs sont historiquement celles de la gauche républicaine, radicale et socialiste, et si elles sont récupérées par le parti communiste, c’est aussi parce qu’elles correspondent à des attentes de son électorat sociologique. La première de ces valeurs est la République dite « démocratique et sociale ». Dans les quartiers populaires, le discours politique du PC s’adresse aussi aux classes moyennes salariées et non salariées, à partir d’une analyse qui fait de ces fractions de classe, un enjeu de la lutte avec les « privilégiés ». De même dans sa gestion, le parti communiste opère des choix qui doivent aboutir à redistribuer du pouvoir d’achat et à augmenter la part des consommations collectives sous la forme de logements, écoles et collèges, équipements sportifs et culturels. Il participe alors de la République des « petits », celle qui analyse la crise de mai 1958 comme une menace contre les libertés politiques et la démocratie représentative, celle qui a choisi de voter pour le Front populaire non seulement comme une tentative de solution à la crise sociale, mais aussi comme une réponse politique à l’émeute du 6 février 1934.

27À ce titre, le parti communiste respecte les formes et le contenu de la démocratie, c’est-à-dire l’alternance à la tête de la municipalité et les échéances légales, et l’on ne peut que constater que ce sont les adversaires du PC, troisième force et droites, qui manœuvrent pour empêcher son arrivée à la direction de la municipalité ou pour limiter sa représentation. Il n’est qu’à rappeler, outre les effets du découpage des cantons et des circonscriptions législatives, outre les conséquences négatives des lois électorales de 1948 et 1951, que c’est un maire socialiste SFIO, et l’ensemble de la liste indépendants-RPF, qui démissionnent, en octobre 1947, pour provoquer de nouvelles élections municipales, que c’est le député MRP qui démissionne de son poste de maire de Sanvic, pour obtenir l’annexion de la commune au Havre et des élections municipales anticipées en 1954, que ce sont les droites qui, en 1947 et 1959, choisissent de faire élire un maire socialiste ultra-minoritaire plutôt que de laisser la place à un maire communiste. De même si le PC prend, dans la rue, la tête de manifestations à caractère politique, celles-ci ont un caractère essentiellement protestataire.

28La laïcité est la seconde valeur de référence caractéristique du discours communiste et de sa pratique gestionnaire : soutenu, en mars 1965, par les syndicats FEN et CGT, les associations dépendant de la Ligue de l’enseignement, le parti communiste se pose en héritier du libéralisme républicain et du radicalisme franc-maçon. Il n’est pas jusqu’à son alliance avec l’union de la gauche socialiste devenue PSU – c’est-à-dire la gauche chrétienne, et ses relations privilégiées, via la CGT, avec le groupe des prêtres ouvriers « établis » en usine : Jean-Marie et Claude Huret, Jean Cottin, Jo Lafontaine – qui ne plaide en faveur d’une conception ouverte de la laïcité, même si la culture de guerre froide a eu des effets destructeurs sur les rapports politiques entre catholiques et communistes.

29Le patriotisme jacobin est la troisième valeur commune au parti communiste et à ses alliés. Le fait qu’il ait choisi comme têtes de liste aux municipales et comme candidats aux législatives les trois résistants émérites que sont René Cance, André Duroméa et Louis Eudier, mais aussi Pierre Naze et Marc Boisard, décorés de croix de guerre et de médailles de la Résistance, donne au PC une légitimité aussi historique, localement, que celle du général de Gaulle nationalement. Les autres références du parti communiste, celles qui relèvent de son appartenance au mouvement ouvrier et révolutionnaire sont occultées, elles ne participent pas d’une logique électorale, qui commence à se traduire, dans le champ politique, avec la candidature d’« union démocratique » de François Mitterrand, à l’élection présidentielle de 1965. Pour la première fois au Havre, depuis la Libération, dans une consultation à enjeu national, la gauche obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, soit 51,3 %, le 19 décembre 1965, et ce sont les cantons votant communiste qui donnent le plus de voix : 64,6 % (3e canton) et 58,6 % (4e) des suffrages exprimés pour François Mitterrand.

Le PC à la conquête de l’opinion : les organisations sous influence

La CGT, alliée principale

  • 15 Voir dans la presse locale les résultats des élections sociales et professionnelles. Il en va de m (...)

30La CGT est au Havre un syndicat de masse. Les évaluations officielles publiées par Le Havre libre suite au XIIIe congrès de l’union locale, les samedi 16 et dimanche 17 février 1963, font état de 25 201 adhérents (40 syndicats). Plus encore les élections sociales (élections de représentants syndicaux à la gestion des caisses primaires de la sécurité sociale et des allocations familiales) et professionnelles (élections des conseillers prud’hommes dans les 7 catégories constituant le collège ouvrier) font apparaître son écrasante représentativité : même après la création de FO, la CGT obtient plus de 50 % des suffrages exprimés aux élections sociales et la totalité des élus ouvriers aux élections prud’homales. Elle est donc, et de loin, le premier syndicat de l’agglomération ; sans commune mesure, dans un rapport de 1 à 4 ou de 1 à 5, sont les résultats obtenus par la CFTC/CFDT et FO aux élections sociales. Quels que soient les aléas de la conjoncture politique, la CGT (comme le PC) maintient, voire augmente, sa représentativité15. Beaucoup plus inégale est sa capacité de mobilisation.

31Trois syndicats dominent au Havre l’union locale, correspondant aux trois grands types d’industrie de main-d’œuvre de l’agglomération : la métallurgie de transformation (construction et réparations navales, construction aéronautique et automobile), les port et docks (les dockers, les marins mais aussi les officiers radio, mécaniciens et de pont), le bâtiment et les travaux publics. L’évolution des formes du travail industriel, les traditions anarcho-syndicalistes des dockers et ouvriers du port, l’attitude ambiguë des autonomes par rapport au projet de Charte du travail ont amené, à la Libération, de nouveaux dirigeants à la tête de l’union locale, d’abord des anarcho-syndicalistes mais qui pourraient être qualifiés de « compagnons de route », Henri Quesnel, ouvrier docker, et Louis Jochem, ouvrier voilier, de 1951 à sa mort en 1962, puis des communistes déclarés : Louis Eudier, secrétaire du syndicat des ouvriers métallurgistes, et Henri Batard, ouvrier du bois, adhérents anciens du PC.

  • 16 Par exemple Louis Eudier est conseiller général, député en 1956, conseiller municipal, membre du c (...)

32La direction de l’UL CGT est donc devenue communiste pour les mêmes raisons sociales et politiques qui font que, depuis 1945, les ouvriers du Havre, dans leur majorité, se sont ralliés électoralement au parti communiste. Le cumul des responsabilités syndicales et politiques16 ne fait que traduire des relations d’interdépendance jouant au profit des deux organisations. La CGT est un renfort à l’intervention publique du parti communiste, tout comme le PC et la CGT s’alimentent mutuellement en cadres et en analyses. La direction communiste doit en effet tenir compte de l’héritage du syndicalisme révolutionnaire, mais en échange elle obtient un élargissement de sa base de masse, très réduite localement, en nombre d’adhérents et de militants (inférieur à 1500 personnes).

  • 17 Louis Jochem, secrétaire de l’UL en 1959, puis Jean Lacricque sont présidents.

33La CGT a une action sociale, complémentaire de celle du PC à la direction de la municipalité. Elle est d’abord associée à la gestion des caisses de sécurité sociale et d’allocations familiales, elle en a même la présidence17 ; elle a créé, en 1947, un foyer pour jeunes métallos, appelé, du nom d’un de ses militants, résistant fusillé, communiste, Léon-Lioust ; elle a un centre de colonie de vacances et de séjour pour les travailleurs âgés dans la vallée de la Durdent (Robertot) ; elle a son association sportive FSGT appelée « Havre Omnisports travailliste » et, depuis 1951, l’exposition annuelle des peintres ouvriers. Elle a enfin son organisation de tourisme social, Tourisme et travail (reprise par Henri Batard). La CGT a donc pris un ensemble d’initiatives qui participent de la même volonté d’interventionnisme social que celles du PC en tant que parti de gestion.

34Syndicat gestionnaire, la CGT est aussi « un syndicat de luttes » et pas seulement à caractère défensif, elle est partie prenante du même projet de rupture économique et sociale que le parti communiste. Si elle prend en charge les conséquences sociales de la crise des industries traditionnelles, les travailleurs victimes de licenciements collectifs ou menacés de chômage (ouvriers et techniciens de la SNCAN, fermée en 1953, ou des chantiers Augustin-Normand disparus en 1963, métallos des Forges et chantiers de la Méditerranée, les 225 licenciés du mois de septembre 1965), si elle organise des cartels de défense (des prestations familiales en 1958), si elle est solidaire des familles des ouvriers mineurs en grève en 1948 et en 1963, elle s’intègre aussi à tous les comités et semaines d’action à caractère politique auxquels participe le parti communiste.

  • 18 Dans un texte signé par Louis Jochem, secrétaire de l’UL CGT, et rappelé par Louis Eudier dans sa (...)

35Plus original, la CGT a pris, au niveau local, une série d’initiatives d’action culturelle qui témoignent de son engagement dans la construction d’une identité ouvrière autonome. Ainsi, l’exposition des peintres ouvriers, devenue Salon des artistes ouvriers, a lieu chaque année dans les locaux de la Bourse du travail, à Franklin ; soutenue au départ par la seule union locale, l’exposition obtient une série d’éléments de consécration : la visite de l’adjoint communiste chargé des Beaux-Arts, Daniel Colliard, et celle du maire René Cance, suivie de celle des adjoints de la municipalité Monguillon, André Fatras et Edmond Langlois, à la tête des Affaires culturelles, puis des prix (de l’UL CGT et du Havre libre), sans compter les articles de presse et la participation de peintres reconnus. Cela n’empêche pas les organisateurs de déclarer « leur fidélité à la classe ouvrière », à la CGT, comme élément constitutif de leur « personnalité culturelle ». Autre initiative prise en 1961, celle d’organiser à la salle Franklin des représentations de Boulevard Durand, la pièce d’Armand Salacrou dont l’UL avait salué « la vérité et l’honnêteté »18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Armand Salacrou, dans Le Havre libre, 7 février 1970, après les deux représentations des 17 et 18 (...)

36L’affaire Durand, estime la direction de l’UL, et en particulier le secrétaire adjoint Louis Eudier et le secrétaire du syndicat des dockers charbonniers, Roger Le Marec, tous deux communistes, a valeur de « symbole de la lutte de la classe ouvrière pour défendre son droit à la vie »19. Les représentations de la pièce, devant un ensemble de militants, eurent un grand succès public, de même que, dix ans après, la reprise. Elles firent qualifier la salle Franklin de haut lieu du théâtre prolétarien par l’auteur de la pièce, Armand Salacrou20.

37Cette action culturelle, appelée à se développer, sur le mode de l’éducation et du militantisme « culturel », donne à penser que l’union locale CGT a préservé quelque chose de son origine révolutionnaire et de sa filiation anarchiste ; cela est déterminant pour le parti communiste parce que, par son intermédiaire, il augmente l’impact de ses analyses dans les classes populaires.

38Dans le même temps, la CGT multiplie les interventions à caractère directement politique. L’on constate d’abord, à la lecture du Havre libre, que la direction de l’UL, même représentée par des non-communistes (jusqu’en 1962), adhère à l’ensemble des orientations politiques de la direction nationale du PC, jusque et y compris sur le caractère « fasciste » de l’insurrection hongroise de 1956. Qu’elle appelle à des manifestations pacifistes (contre les guerres coloniales), laïques (contre les projets de loi de la troisième force ou de l’UNR) ou qu’elle exprime un soutien aux républicains espagnols ou aux Vietnamiens « en lutte pour leur indépendance », la CGT apparaît comme très engagée, politiquement, aux côtés du parti communiste, mais elle peut aussi aller jusqu’à prendre le relais de l’intervention partisane, comme en mai 1958. Et alors, dans la période de crise ouverte par l’extension de la guerre d’Algérie, la CGT joue un rôle moteur : c’est le syndicat qui intervient dans les manifestations de la gare visant à empêcher le départ des rappelés, le 25 mai 1956, ou qui est à l’origine des violentes bagarres du vendredi 6 juin. La CGT est aussi à l’initiative des grèves, meetings et défilés qui, à partir du 19 mai 1958, cherchent à conjurer la menace de « dictature ». C’est encore elle qui organise les manifestations postérieures à la résolution politique de la crise, allant soit au monument aux morts de la Résistance et de la déportation, soit à l’hôtel de ville, alors que la municipalité est, depuis janvier 1956, à direction communiste. La CGT joue alors le rôle de caisse de résonance pour les analyses politiques du parti communiste et de conservatoire des expériences traumatisantes de la classe ouvrière, agitant les spectres du « fascisme » et de la « dictature militaire » jusqu’à la fin du mois de juin 1958.

39Continuant à occuper la position de flanc-garde du parti communiste, la CGT reprend l’initiative politique ; au début de l’année 1960, elle condamne les émeutiers d’Alger, organise une manifestation commune avec le PC, le 28 juin, malgré l’interdiction, elle y exprime une volonté de paix par la négociation avec le GPRA, reprise le 27 octobre, dans un meeting intersyndical unitaire (CGT-CFTC-FEN). Cela débouche sur l’initiative politique commune CGT-PC-PSU d’appeler à voter non au référendum de 1961.

  • 21 Duchesne et Bossière, CEM, EDF.
  • 22 Jeunesses laïques – Francs Camarades, Auberge de jeunesse, FHOL (Ligue de l’enseignement) –, mouve (...)

40Le mois d’avril 1961, marqué par la tentative de putsch d’un « quarteron de généraux en retraite », amène des réactions encore plus massives, mais toujours organisées à partir de Franklin : grève générale le 24, création d’un comité de paix des enseignants du Havre, formation de comités de vigilance antifasciste, puis républicaine, décentralisés dans les usines21 et les quartiers populaires, mise en place d’un comité de coordination des mouvements de jeunesse22. L’on pourrait presque parler d’un « double pouvoir » qui tente de mobiliser au-delà du peuple de gauche, face à une tentative de coup d’État réactionnaire. La fin de l’année 1961 et le début de l’année 1962 sont caractérisés par l’intensification de l’activité terroriste de l’OAS, à laquelle répondent les manifestations syndicales (CGT-CFTC-FEN) et politiques (PCF-PSU) des 6 et 9 décembre 1961. Encore plus massive est la réaction à la mort des huit manifestants au métro Charonne, le 8 février 1962 : 80 % des ouvriers métallurgistes se déclarent en grève le 9 février, puis le 13, jour des obsèques, une grève générale d’une demi-journée est organisée avec une manifestation au monument Souviens-toi. De l’analyse de cet ensemble d’interventions politiques qui va d’avril 1956 à la fin de la guerre d’Algérie, l’on peut déduire que la CGT est au centre du dispositif politique du PC, elle l’aide à rompre son isolement et à retrouver des partenaires syndicaux (CFTC-FEN-UNEF), politiques (PSU) et associatifs (organisations laïques, mouvements de jeunesse), en un mot, elle est son alliée principale.

41Le système d’emboîtage PC-CGT fonctionne selon la conjoncture et le rapport des forces politiques, il apparaît aussi à la lecture comparée de leurs déclarations publiques simultanées. En mai 1958 par exemple, il y a similitude d’analyse et de vocabulaire : même dénonciation des « factieux », même volonté de défendre la République menacée par le « danger de la guerre civile ». Identité de vues qui aboutit à la complémentarité des moyens d’intervention : appel à la grève générale, appel à l’unité syndicale avec la CFTC et FO, symétrique de l’appel lancé en direction des socialistes, républicains, Ligue des droits de l’homme, franc-maçonnerie, appel à la formation de comités antifascistes de quartiers, d’usines. Il y a là une même stratégie défensive, avec un élément avancé, la CGT, un élément en retrait, le PC, l’une et l’autre engagés dans le même combat de « défense de la République et des libertés ».

42La CGT au Havre, c’est enfin une mémoire ouvrière ; très caractéristiques sont les événements commémorés chaque année, en dehors du « rituel » de la journée du 1er Mai : rassemblement à Franklin, défilé en ville, si une large participation y invite, manifestations diverses à caractère sportif (en relations avec le HOT-FSGT) et culturel (avec la FHOL, de la Ligue de l’enseignement).

  • 23 Jules Durand était défendu par l’avocat René Coty.
  • 24 La pièce fut représentée salle Franklin le 21 septembre 1961.

43La première date de référence du mouvement ouvrier havrais est 1910, année du jugement et de la condamnation à mort de Jules Durand, secrétaire du syndicat des dockers charbonniers, de sensibilité anarchiste. Mort fou parce qu’innocent, Jules Durand est à l’histoire du syndicalisme ouvrier ce que l’affaire Dreyfus est à l’histoire nationale de la gauche : une figure emblématique. Cela explique que la première municipalité à direction communiste ait, dès 1956, donné son nom à un boulevard des quartiers ouvriers portuaires (portant anciennement celui de Sadi Carnot, président assassiné par l’anarchiste Caserio), cela justifie encore qu’Armand Salacrou, originaire du Havre, fils d’un pharmacien radical-socialiste, adjoint au maire du Havre, membre du comité de défense qui tenta de sauver Jules Durand23, écrive une pièce intitulée Boulevard Durand24, texte « sur la bonté et dette payée à (sa jeunesse) ». Ultérieurement ce sont encore une école primaire du quartier des Neiges et un foyer de jeunes qui reçurent le nom de Jules Durand.

44En même temps que lui et chaque année, dans une cérémonie organisée au cimetière Sainte-Marie, le syndicat CGT rend hommage aux quatre morts de la grande grève de 1922, les ouvriers Georges Allain, Maurice Tronelle, Henri Lefèvre et Charles Victoire. Alors que se développait la résistance à une offensive patronale visant à baisser, pour la troisième fois, les salaires, les quatre ouvriers furent victimes de l’intervention policière et militaire dans une ville « déclarée en état de siège ». La commémoration d’août 1952 fut rehaussée de la présence de Gaston Monmousseau, secrétaire de la CGT, l’un des intervenants « historiques », au titre du bureau confédéral de la CGTU, lui-même ancien syndicaliste révolutionnaire (comme Louis Eudier).

  • 25 Le premier texte a été publié par les Cahiers de l’institut Maurice-Thorez en 1972 ; le second est (...)

45La troisième période de référence commence avec les événements de février 1934. L’on sait que le 9 février fut une journée typique de la stratégie de « front unique à la base », organisée par les seuls communistes, marquée par des combats de rue et des barricades ; quant à la grève générale du 12, elle fut la première manifestation de la volonté unitaire de la base. La commémoration des journées de février comme symboles de lutte et d’unité antifascistes est caractéristique du double référent, historique et politique, de la CGT havraise : d’une part elle s’inscrit dans la continuité de la CGTU et du syndicalisme révolutionnaire ; d’autre part elle est le produit de l’unité entre autonomes, confédérés et unitaires. S’y ajoute l’héritage du Front populaire et des grèves ouvrières, d’autant que Bréguet - Le Havre fut la première usine occupée en 1936. Enfin la CGT honore les résistants, fusillés ou morts en déportation, par exemple Léon Lioust, jeune ouvrier métallurgiste de la Compagnie générale transatlantique (fusillé le 14 octobre 1941), ou Désiré Rebeuf, secrétaire du syndicat des voiliers, mort à Mauthausen le 20 avril 1943, d’où les plaques apposées aux murs des entreprises, par exemple Multiplex, et la stèle érigée en 1959 dans le hall de Franklin (pour le 15e anniversaire de la Libération). La CGT affiche ainsi sa volonté de préserver la mémoire de conduites exemplaires et de rappeler le caractère patriotique de la Résistance ouvrière. L’influence de Louis Eudier, lui-même ancien déporté à Auschwitz, est déterminante, il écrira ainsi deux textes, Bréguet - Le Havre, la première occupation d’usine puis Notre combat de classe et de patriotes (1934-1945)25, témoignages engagés et acte de mémoire pour l’Histoire.

46La dernière commémoration est, en 1963, celle des victimes de la tuerie du métro Charonne, le 8 février 1962, elle se traduit par une manifestation devant le monument aux morts de la Résistance et de la déportation Souviens-toi. L’ensemble de ces références constitue comme un long martyrologe ouvrier. S’ajoutant à un travail d’élaboration d’une identité syndicaliste et révolutionnaire, le rapport avec le parti communiste y est privilégié, comme si ce dernier avait pour tâche d’achever l’histoire du mouvement ouvrier en son envers « positif ».

  • 26 Par exemple d’après L’Avenir du Havre des 7-13 mars 1952, le secrétaire syndical de la SNCAN, Roge (...)

47La CGT apparaît donc comme la forme syndicale dédoublée du PC. Du fait de la faiblesse des effectifs communistes militants, le syndicat tend parfois à se substituer au parti26 et il est rare qu’une grosse section syndicale d’entreprise soit redoublée par une forte cellule (par exemple chez Mazeline, la cellule Gabriel-Péri est faiblement active). Mais à terme, et du fait du renversement de la conjoncture et de l’accumulation des signes annonciateurs de crise, la CGT est, comme le PC, confrontée à la nécessité de renouveler ses cadres et ses analyses.

Les mouvements organiquement liés au PC

  • 27 Annie Kriegel, Les communistes français, Paris, Seuil, 1970, 2e partie, p. 50.
  • 28 Ainsi, dans le comité fédéral élu le 30 avril 1961, sur 49 membres 3 représentent l’UJCF, 2 l’UJFF (...)

48Si l’on reprend l’image de cercles concentriques27 pour évoquer l’intervention publique du PC, on peut dire que toute une série d’organisations communistes, ou crypto-communistes, représentent la première médiation avec les couronnes extérieures, « peuple élargi au-delà du corps consacré ». Non que leurs dirigeants cachent leur adhésion au PCF ou leurs liens institutionnels avec ce parti28, mais parce que ces mouvements ont vocation à être des organisations de masse à caractère associatif, décentralisées au niveau des quartiers et des usines, et qu’elles traitent de problèmes spécifiques, n’impliquant pas immédiatement une conscience politique « globale ».

49S’ils fonctionnent comme relais de l’influence du parti communiste, c’est parce qu’ils lui sont organiquement liés. Deux faits le traduisent concrètement : d’abord leurs dirigeants ont souvent la double appartenance ; d’autre part ils apparaissent comme relativement interchangeables, passant de l’une à l’autre, voire cumulant les responsabilités – ainsi Marthe Cousin (future Marthe Duroméa) est-elle à la direction du Mouvement de la paix puis conseillère municipale communiste, Henri Quesnel passe du secrétariat de l’UL CGT à la direction des Vieux de France, Désiré Morel est à la tête du Secours populaire et d’un comité de défense des sinistrés à Bléville, Henri Batard prend la direction de l’UL CGT, après avoir été président de Tourisme et travail. Ces organisations apparaissent toutes comme satellisées à partir du cours de la République (place des Expos et cercle Franklin) et elles n’ont, à part quelques exceptions, qu’un impact limité sur la société civile.

50La première à avoir une audience large, malgré la scission de 1951, avec la création de l’Union des anciens travailleurs et économiquement faibles, est l’Union des vieux de France (UVF) présidée successivement par deux anciens dockers, Quesnel et Vatine, membres, au titre de la CGT, du conseil d’administration de la caisse primaire de la sécurité sociale. L’UVF tient régulièrement, dans la grande salle Franklin, des assemblées générales très suivies et semble jouer le rôle d’un syndicat de défense des droits et intérêts des personnes âgées et retraitées, en y ajoutant les mots d’ordre politiques du parti communiste.

  • 29 Au VIe festival mondial du 28 juillet au 14 août 1957, 9 délégués havrais ont été désignés par l’U (...)

51Faiblement implantés et composés essentiellement de fils et filles de militants semblent les mouvements de jeunesse communistes. L’UJRF (Union des jeunesses républicaines de France) devenue la JCF (Jeunesse communiste) et l’UJFF (Union des jeunes filles de France) se sont affaiblies, passant de 4 (Tourneville, Aplemont, Neiges…) à 1 cercle appelé Guy-Môquet ; de même l’Union des vaillants et vaillantes n’est véritablement représentée qu’au niveau du quartier populaire d’Aplemont, sous le patronyme du jeune résistant fusillé Léon Lioust, et sous la direction d’Alain Bouvard et de François Le Gouarder, conseiller municipal communiste de Rouelles. Trois initiatives semblent cependant avoir eu un certain impact public : d’une part l’organisation de loisirs, à commencer par les « colos » et garderies, sorties collectives, échanges avec les municipalités de la banlieue rouge ; d’autre part des fêtes orchestrées par les municipalités Cance, le feu de la Saint-Jean et les Nuits de la jeunesse héritées de la période de la Libération ; enfin la participation à des festivals mondiaux de la jeunesse (Budapest, Moscou29, Helsinki) en compagnie de non-communistes.

  • 30 Voir Le Havre libre, 9 octobre 1950 : un meeting a lieu aux Expos contre la prolongation de la dur (...)

52Les mots d’ordre, développés par les jeunes communistes, contre l’augmentation de la durée du service militaire30, contre les guerres coloniales, ont eu un certain écho auprès de jeunes laïques, socialistes, catholiques et protestants, mais l’absence d’autonomie politique et plus encore le manque de liberté d’organisation, par rapport à d’autres mouvements (comme les foyers de jeunes), eux aussi marqués à gauche, mais de fonctionnement plus démocratique et d’idéologie laïque, ont empêché les mouvements de jeunesse de se développer. Cela explique aussi l’absence d’une véritable politique de la jeunesse des deux premières municipalités à direction communiste et le transfert d’une part des responsabilités aux organisations laïques. Cela permet de comprendre aussi pourquoi le PC, faiblement lié à la jeunesse, ne pouvait appréhender la formation de ce que Michel Winock, dans ses Études sur la France de 1939 à nos jours, a appelé « un peuple adolescent », classe d’âge autonome, à faible niveau de conscience politique et de référence au passé.

Illustration 30 – Couverture pour le congrès départemental de l’UFF (Union des femmes françaises), mai 1952 (Charles Nicolle)

Illustration 31 – Deux adjointes communistes dans les municipalités Cance : Georgette Lelièvre et Simone Duval

  • 31 Les communistes français, op. cit., 2e partie, chap. 4 : « Les critères conventionnels : sexe », p (...)
  • 32 D’après le recensement de 1962, le taux d’activité des femmes au Havre est de 30,4 % ; en France, (...)

53Tout aussi décalée à terme, par rapport à l’évolution des mentalités collectives, apparaît l’Union des femmes françaises (UFF). Ce « mouvement non féministe », comme l’appelle Annie Kriegel31, recrute chez les ménagères, femmes d’ouvriers et les « travailleuses » dont des institutrices. Il est symptomatique qu’au Havre, ville caractérisée par le sous-emploi féminin, en particulier ouvrier32, l’UFF mette particulièrement l’accent sur les problèmes concrets des mères de famille et que ses interventions expriment des revendications en relation avec leurs responsabilités familiales : problèmes de ravitaillement et de vie chère dans la période de la Libération et de la reconstruction (le rationnement ne cesse qu’à la fin des années quarante), question du logement et problèmes de santé et de garde d’enfants, d’où la demande, voire l’organisation de colonies scolaires, centres aérés, crèches et garderies, et enfin la prise en charge des grévistes et de leurs enfants (restaurant d’aide et accueil des enfants de mineurs).

54Mais le plus original a sans doute été la constitution d’un Comité des mères et femmes de camarades rappelés pour la guerre d’Algérie, le 29 mai 1956 (devenu Comité des mères et épouses de « rappelés »), groupe de pression ayant pour but de relayer la propagande pacifiste du PC et de la CGT, comme il avait déjà été fait avec les témoignages de mères de soldats tués en Indochine.

  • 33 À l’inverse, l’organisation socialiste des Femmes unies apparaît puis disparaît, dans la période d (...)
  • 34 Voir la couverture pour le congrès départemental de l’UFF, Le Havre, 4 mai 1952 (illustration 30).
  • 35 Les femmes sont de moins en moins nombreuses à être présentées : 7 sur 37 en octobre 1947 et en 19 (...)

55Il reste que le PCF, s’il est plus que tout autre un parti de militantes33 adhérant à l’UFF, a des difficultés de recrutement et de promotion de femmes, si bien que la plupart des responsables de l’UFF sont aussi filles et femmes de dirigeants : Huguette Juliot, Micheline Guinard, Raymonde Domurado, Germaine Chatel, Germaine Pican. Et l’on constate que le PC, comme l’UFF, n’échappe pas à la représentation des images traditionnelles de la femme34 : responsables du foyer et des enfants, pacifiques, généreuses… Ainsi les deux femmes élues35 adjointes en 1956, Georgette Lelièvre, ménagère, et Simone Duval, institutrice, engagées par ailleurs dans les associations France-URSS et France-Pologne, sont-elles cantonnées dans des tâches réputées « féminines », comme l’assistance sociale et la prise en charge de l’enfance et de l’adolescence.

  • 36 Voir Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1983, thèse de doctorat d’hi (...)

56Une autre organisation, celle-ci à dominante masculine, s’est anciennement développée dans les quartiers ouvriers du Havre, la FSGT, Fédération sportive et gymnique du travail appelée HOT : Havre omnisports travailliste36, les « Rouges et Blancs ». La personnalité exceptionnelle d’Auguste Delaune, né à Graville, secrétaire général de la fédération, évadé de Châteaubriant, massacré en 1943, médaillé militaire, Croix de guerre, cité à l’ordre de la nation en 1947, a conféré au sport engagé une image militante et héroïque. Chargé de donner une image positive du sport ouvrier, en relation avec le PC, la CGT ou le Mouvement de la paix, le HOT a aussi tenté d’entrer en compétition avec le sport privé, commercial et les clubs liés à des directions d’entreprise. Il a en particulier contribué au développement des sports collectifs et d’endurance : le nom du journal communiste L’Avenir du Havre, ou celui d’Auguste Delaune ont été donnés à des tournois de basket, grands prix cyclistes, éliminatoires du cross de L’Humanité

  • 37 Elle est augmentée de 75 %, passant de 100 000 - 125 000 francs à 215 000, entre 1956 et 1959 ; da (...)

57Le soutien apporté par la municipalité Courant au HAC, son refus de subventionner la FSGT comme de donner le nom Auguste-Delaune au stade municipal reconstruit amènent la municipalité Cance, nouvellement élue, et son adjoint aux Sports, le communiste André Saussaye, vieux militant FSGT, médaille d’argent de l’éducation physique et des sports (1950), à nommer Auguste-Delaune le nouveau terrain de sports ouvert sur le plateau nord, à proximité des quartiers populaires, et à augmenter massivement la subvention municipale37 au HOT/FSGT, mais il ne peut enrayer un processus irréversible, le développement des clubs privés et du « sport spectacle », de même que celui des entreprises commerciales. Si la direction municipale communiste refuse encore, en 1966, de subventionner une équipe de footballeurs professionnels du HAC, ce n’est plus qu’un combat à retardement ; le déclin de la FSGT, du sport démocratique, affichant ses préférences militantes, est alors consommé.

  • 38 Le Secours populaire a organisé une fête fraternelle et républicaine au camp François-1er en 1947.
  • 39 Peut-être 100 000 réfugiés au Maroc et en Tunisie, en avril 1961.

58Si le HOT a eu une activité régulière, multiforme, dont témoigne, jusqu’au début des années soixante, les comptes-rendus de presse et en particulier les pages sportives du lundi dans Le Havre libre, il n’en a pas été de même pour le Secours populaire dont le déclin est antérieur et dont les initiatives publiques sont à caractère ponctuel, à l’inverse des années de la Libération et de la reconstruction où il jouait un rôle d’assistance sociale dans les camps d’hébergement des sinistrés, tel François-1er, dit cité de la Liberté38. Ses interventions principales sont pour les enfants, orphelins de guerre, fils et filles de mineurs ou de dockers en grève de longue durée, enfants algériens réfugiés dans les États arabes limitrophes39 et colonies de vacances. Continuant à soutenir les républicains et antifranquistes espagnols, il entretient la mémoire de la Résistance, organise des collectes pour la Maison de l’enfant et du fusillé. Le Secours populaire qui se qualifie lui-même d’organisation de « solidarité ouvrière et progressiste » est dirigé par des militants communistes (Désiré Morel, ancien résistant FTP, membre de la direction de l’ANACR, François Le Gouarder, un des dirigeants du syndicat CGT des marins, Maurice Schlewitz, secrétaire de section, ancien adjoint), ce qui explique sa durée mais aussi sa faiblesse militante.

  • 40 Voir l’étude du groupe Économie et urbanisme : Le Havre libre, 14 janvier 1957.

59Une organisation de défense des locataires, dite Union, puis Confédération nationale des locataires, s’est constituée à partir d’amicales d’habitants d’HBM devenus HLM. Ce mouvement animé par Henri Quesnel, ancien secrétaire de l’UL CGT et responsable de l’UVF, puis par Eugène Duchesne, militant puis conseiller municipal communiste, est confronté au problème du logement, qui se traduit par le manque ou l’entassement40, et par le coût des loyers.

  • 41 Le Havre libre, 3 et 25 mars 1952.

60D’une nature particulière, parce que liées aux difficultés de relogement des victimes des bombardements, sont les associations de sinistrés du Havre et association des comités de défense (14 au total) du Havre et de trois communes suburbaines (Bléville, Sanvic, Rouelles), fusionnées en une Union des sinistrés du Havre en 1952. Si certains comités étaient proches, à la Libération, des idées défendues par le parti communiste, c’est-à-dire la priorité donnée à la reconstruction individuelle, en habitat pavillonnaire, ou au logement social, en petit et grand collectif, la nouvelle association refuse, début 1952, de s’engager plus avant dans la collaboration avec le Mouvement de la paix41.

  • 42 Voir les analyses du sociologue Jean-Philippe Damais, La nouvelle ville du Havre. Reconstruction e (...)

61Confrontée au caractère « socialement orienté » de la reconstruction42 mais aussi au manque dramatique de logements, la municipalité Cance, qui n’a pas la maîtrise des grandes opérations immobilières, n’arrive pas à enrayer un processus de ségrégation sociale qui tend à éliminer les habitations à loyer modéré du centre-ville reconstruit ; elle participe à l’équipement des périphéries (Frileuse-Aplemont, Tourneville, Mare-Rouge) et les conseillers généraux René Cance et Louis Eudier concentrent leurs interventions sur les 3e et 4e cantons (le haut et le bas Graville). Si le parti communiste est conscient que les sinistrés et mal-logés (la moitié de la population havraise en 1954) constituent un électorat spécifique, qu’il cherche à s’attacher, il a les plus grandes difficultés à les organiser politiquement, parce qu’il ne dispose plus des relais administratifs du ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme, qui avait fait, dans la conjoncture de la Libération, sa capacité de mobilisation, alors que Pierre Courant est à la tête du MRU dans le cabinet René Mayer (en 1953).

Illustration 32 – Simone Duval (à gauche), militante du Mouvement de la paix (photographie de 1951).

  • 43 Voir la photographie de Simone Duval, militante du Mouvement de la paix (1951) [illustration 32]
  • 44 Pour reprendre l’expression de F. Claudin, citée dans Jean-Jacques Becker, Le parti communiste veu (...)

62Tout autre est le Mouvement de la paix créé en 1948. Il passe, aux yeux des historiens, pour avoir été une organisation communiste, et de fait, il relaie toutes les initiatives du Comité/Conseil mondial des combattants / partisans de la paix et de la liberté (congrès de Paris à la salle Pleyel, 20-25 avril 1949, de Prague et de Varsovie, en 195143, et de Vienne appelé congrès des peuples). Mais il porte à sa tête des personnalités non ouvrières et même non communistes (Marthe Cousin, membre du Parti socialiste unitaire jusqu’en 1950, André Colleu, dirigeant de la nouvelle gauche, de l’UGS et du PSU, Andrée Lecat, femme du secrétaire de ville, soit deux institutrices et un professeur). S’il a la réputation, d’après Annie Kriegel, d’avoir été au service des intérêts de la politique étrangère de l’URSS, il ne peut se réduire pour autant à une simple organisation « instrumentalisée » et il n’a pas été que « cris dans le désert »44. Par exemple, il y eut plus de 1000 délégués de Seine-Inférieure, le 24 avril 1949, à Paris ; encore 206 délégués du Havre participèrent aux secondes assises départementales, à Rouen, le 29 octobre 1950, élus par des assemblées populaires ou représentants des organisations syndicales et démocratiques, délégués d’usines et de chantiers, de la SCAN (18), de Levaux, entreprise du bâtiment (15), de Multiplex (13), du Port autonome (8), des Corderies (4), mais aussi des camps d’hébergement dits Philip-Morris I (6), II (12) et III (3), Montgeon (11) et cité de la Liberté (8) et des quartiers (les Neiges : 12 ; Hétraie : 9). Ont été distribuées 5000 cartes de participation aux frais ; à la réunion du jeudi 5 octobre, 2290 avaient été vendues. D’autre part, le premier Conseil communal de la paix et de la liberté, créé en mai 1949 et présidé par Marthe Cousin, socialiste unitaire, comprenant des représentants du PC et de la SFIO, de la CGT (Jochem) et de FO (Lhonorey), s’élargit à des représentants du MLP (Mouvement de libération du peuple), à des chrétiens progressistes, des pasteurs et le président de la communauté juive. Au moins deux d’entre eux ont eu des responsabilités départementales et nationales (André Heudron, avocat radical-socialiste, devenu PSU, et le pasteur Fillâtre), ce qui témoigne d’une réussite politique étant donné les contradictions qui existaient entre les adhérents.

Illustration 33 – Campagne de L’Avenir du Havre pour faire signer l’appel de Stockholm (2-8 juin 1950)

Illustration 34 – Portrait d’Henri Martin par Charles Nicolle

  • 45 Voir la campagne de L’Avenir du Havre pour faire signer l’appel de Stockholm, 2-8 juin 1950 (illus (...)
  • 46 En témoignent aussi le nombre et l’origine des délégués aux assises départementales, les comptes-r (...)

63Le Mouvement de la paix a eu une activité multiforme : meetings publics très suivis (4000 personnes pour écouter Yves Farge et Lucie Aubrac, le 16 février 1950) ; votes pour la paix, décentralisés dans les usines et les quartiers, en septembre-octobre 1949 (par exemple 1 360 sur 1 549 ouvriers des Tréfileries) ; 18 782 signatures collectées, fin mai 1950, au bas de l’appel de Stockholm45, lancé le 18 mars, pour obtenir l’interdiction absolue de la bombe atomique ; mais aussi des expositions (Pierre et Marie Curie, L’Art et la Paix) et des relais pour la paix, en relation avec l’UJRF ou la FSGT. Le mouvement structuré par Charles Tillon s’est développé, à partir du PC et des organisations qu’il contrôle : jeunesses, femmes (par exemple Germaine Dufêtre, déléguée au IIe congrès mondial), associations sportives et syndicales, mais il semble qu’il ait largement débordé le « peuple communiste »46 (530 femmes sur 550 ouvrières des corderies votent pour la paix en 1949, alors qu’il n’y a plus de cellule d’entreprise à la conférence de section des 12 et 13 novembre 1949), du fait de la participation de chrétiens, de membres de la gauche socialiste et même d’une conseillère MRP d’Harfleur. Il a aussi été un lieu de contacts entre futurs partenaires associés (André Heudron, Louis Nédélec, futurs adjoints PSU).

64Ce succès public, dans une conjoncture de guerre froide et de réduction de l’influence idéologique du parti communiste, s’explique essentiellement par trois raisons. D’abord la thématique développée : la lutte pour la paix entre les deux superpuissances, en Indochine et en Algérie, la demande d’interdiction des armes atomiques, au fur et à mesure de leur dissémination, le refus du réarmement de l’Allemagne et celui de l’intégration militaire européenne sont des thèmes mobilisateurs pour une opinion publique encore traumatisée par la Seconde Guerre mondiale, qui continue à en subir les conséquences et reste travaillée par l’angoisse de l’explosion atomique. Par ailleurs, l’aspiration à la paix, pour être largement majoritaire, fait coexister des communistes intégrés à une logique de bloc, des pacifistes anticipant sur la coexistence pacifique, des non-violents, des antinucléaires que l’on voit s’exprimer dans les années soixante, par exemple le MCAA, Mouvement contre l’armement atomique. C’est donc l’ambiguïté du mot « paix », en même temps que sa charge émotionnelle, qui détermine son pouvoir de mobilisation.

  • 47 Voir son portrait par Charles Nicolle (illustration 34).

65Enfin le Mouvement de la paix est contemporain de situations qui semblent justifier son mode d’intervention : conjoncture de guerre froide, guerres coloniales, exécution de Julius et Ethel Rosenberg, arrestation de militants (tel Henri Martin47 arrêté en mai 1950, condamné à cinq ans de réclusion, libéré en 1952) et de soldats pour propagande pacifiste. À partir de ces faits, le Mouvement de la paix est devenu un des vecteurs de l’union de la gauche ; corrélativement il a fonctionné comme structure de solidarité avec les grévistes de l’été 1953, de même qu’il a été partie prenante dans le comité de défense de la SNCAN menacée de fermeture.

  • 48 Voir la correspondance adressée par Marc Boisard de la FNDIRP dans les archives du ministère de la (...)

66Trois associations d’anciens combattants sont au Havre dirigées par des militants communistes : l’ARAC, datant de la Première Guerre mondiale, et dont René Cance, ancien capitaine, est un des adhérents ; l’ANACR issue de l’association des FTPF/FFI (présidée par Pierre Naze, dirigeant local du Front national, adjoint ou conseiller municipal communiste depuis la première municipalité mise en place à la Libération, Léon Hauchecorne, Désiré Morel) ; et la FNDIRP qui ajoute aux résistants les déportés politiques comme son président Louis Eudier, rescapé d’Auschwitz, ou Marc Boisard, adjoint communiste, ancien déporté. Ces deux dernières associations ont comme président d’honneur André Duroméa, déporté résistant, médaillé de la Résistance et Croix de guerre, secrétaire de section, premier adjoint en 1956 et 1965, et sont très mobilisées sur le terrain politique et idéologique. Elles sont de toutes les cérémonies et commémorations officielles : retour des cendres, victoires militaires, libération de la ville, libération des camps de concentration ; elles sont aussi très actives pour obtenir la mention « mort pour la France » et le statut d’interné ou déporté, politique ou résistant48.

  • 49 Voir Michel Winock, « Les années de Gaulle, 1958-1974 », L’Histoire, no 102, juillet-août 1987.

67Elles y ajoutent une fièvre édilitaire. Ayant construit le monument Souviens-toi place des Expositions, elles sont à l’origine du projet de monument aux morts de la Résistance dans les jardins de l’hôtel de ville, élèvent une stèle à Léon Lioust dans le quartier d’Aplemont et accomplissent un véritable travail pédagogique de transmission de la mémoire de la Résistance et des camps : elles organisent des conférences, par exemple avec Fernand Grenier, représentant du PC au sein du CFLN, des expositions de documents et de maquettes, des projections de films polonais (La Dernière Étape de Wanda Jakubowska), français (Nuit et brouillard d’Alain Resnais). Ce sont aussi des structures à finalité sociale (organisation de colonies de vacances et de séjours à l’étranger, en particulier en Europe orientale) et politique. les valeurs qu’elles affichent – référence à la Résistance, dans sa double composante patriotique et antifasciste, attachement aux libertés, contre toute forme de dictature personnelle ou militaire, patriotisme intransigeant, y compris dans sa dimension anti-allemande – sont un renfort au discours de propagande politique du parti communiste, dont elles sont le garant démocratique. On peut dire qu’elles placent le PC dans la même position que le général de Gaulle arguant, en 1958, de sa qualité de résistant pour exciper de ses intentions libérales49.

Les associations dans la sphère d’influence politique et idéologique du PC

68Il existe un troisième type d’organisations que l’on pourrait dire en relations « indirectes » avec le parti communiste. Ce sont des associations autonomes, leurs dirigeants pouvant ne pas être adhérents au PC, voire étrangers à son idéologie, leurs objectifs peuvent avoir un caractère non politique, mais elles partagent avec le parti communiste soit une référence positive, comme des relations privilégiées avec l’Union soviétique, soit une valeur de combat comme la laïcité, soit un projet culturel.

  • 50 Sur la conférence de Lisbonne, voir André Fontaine, Histoire de la guerre froide, Paris, Seuil, «  (...)

69France-URSS, héritière des Amis de l’Union soviétique, est devenue, avec la fin de la guerre froide, dans les années soixante, une association sans grand marquage politique et social. Si elle a été, historiquement, la voie d’accès à des responsabilités politiques, comme pour René Cance, adhérant aux Amis de l’URSS avant d’être officiellement membre du PC et de devenir secrétaire de la section locale, elle ne joue progressivement plus ce rôle de couverture à une propagande révolutionnaire et à des activités clandestines. L’Union soviétique, devenue grande puissance territoriale et militaire, donne d’elle-même des images contrastées, dont témoigne l’activité cinématographique de France-URSS. Celle-ci privilégie des images d’histoire, de souffrances et de gloire, liées à la Seconde Guerre mondiale et à ses grandes batailles, en particulier Stalingrad, dans des films récents comme Zoïa d’Arnstam, daté de 1944 et projeté en 1947, ou Le Jeune Garde de Guerassimov, production de 1948 diffusée en 1952, en seconde partie d’une conférence de Georges Soria, « Notre alliée l’URSS telle qu’elle est », au moment de la proposition soviétique d’un traité de paix avec une Allemagne réunifiée et neutralisée50. D’autres films encore sont diffusés, essentiellement dans deux cinémas de quartiers populaires, l’Éden au Rond-Point et le Royal à Frileuse : des documentaires hagiographiques, des films traitant du sport (par le metteur en scène Louis Daquin) ou des sciences soviétiques (Pavlov ou Mitchourine), non sans arrière-pensées politiques.

  • 51 Le visa ayant été refusé, une première projection privée est organisée au Vox, le 18 septembre 195 (...)

70Cela explique que certains films soviétiques aient été interdits de projections publiques, comme Et l’acier fut trempé, film de Donskoï, datant de 1942, et programmé pour le premier anniversaire de la mort de Staline, le dimanche 14 mars 1954, au cinéma Rex, ou Mitchourine (La Vie en fleur) de Dovjenko51, cela justifie, au début de la guerre froide, le refus de la troisième force de subventionner l’association. Les films projetés participent de la construction d’une image positive, mais aussi renouvelée, de l’Union soviétique. Ainsi apparaît-il dans la présentation du film Pavlov, le dimanche 15 novembre 1953, la volonté d’offrir une figure incontestable de la science soviétique, en contrepoint des aberrations de Lyssenko.

  • 52 Raymond Charpiot publie un Retour d’URSS tiré à 1000 exemplaires en juin 1962 et fait une conféren (...)

71Le même objectif est recherché avec les conférences ou ce qui va devenir un genre littéraire, le récit de voyage, ainsi, à la suite de Sartre livrant ses commentaires à Libération (15-20 juillet 1954), Jacques Egloff et son Quatrième voyage en URSS ou Jean Giustiniani et Daniel Colliard et leurs Impressions d’URSS. Plus élaborés sont les voyages de spécialistes et les comptes-rendus autorisés de personnalités communistes et non communistes : Fernand Legagneux, secrétaire de l’UD, Jacques Tournant, architecte en chef de la reconstruction du Havre, après la mort d’Auguste Perret, Raymond Charpiot, officier de pont, secrétaire général du syndicat CGT52, Marc Netter, directeur de la maison de la culture. Enfin les expositions philatéliques et les ventes d’objets d’art populaire, l’accueil des équipages et des touristes soviétiques, et, à terme, le jumelage avec Leningrad, en 1965, donnent de l’URSS une vision familière, dédramatisée, au même titre que ses succès sportifs ou scientifiques (le premier homme dans l’espace).

72Les présidents successifs de France-URSS : Émile Sicre, inspecteur principal de l’enregistrement, maire radical-socialiste à la Libération, Jacques Egloff (est-il apparenté aux Coty ?), Roger Cousin, président du syndicat CGT des officiers de pont de la marine marchande, Jean Giustiniani, professeur d’anglais au lycée François-1er, président de la Fédération havraise des œuvres laïques, par leur statut social comme par leur faible niveau d’engagement politique, donnent à France-URSS la réputation d’une association « ouverte ». Il n’empêche que la présence d’adjoints communistes comme Georgette Lelièvre, Marc Boisard ou Daniel Colliard, à la direction locale ou départementale de l’association, le secrétariat assumé par un des anciens secrétaires de section, Marcel Davout, membre du Comité national, le fait que les militants de France-URSS partagent, avec les adhérents du PCF, un attachement privilégié et faiblement critique à l’Union soviétique, l’initiative prise par la seconde municipalité Cance d’un jumelage, tous ces éléments incitent à situer l’organisation France-URSS dans la sphère d’influence politique et idéologique du PC, même si des adhérents expriment la conscience de leurs différences.

  • 53 Voir annexe 2, tableau 8 en fin de chapitre.
  • 54 Voir annexe 2, tableau 9.

73En est-il de même pour les œuvres laïques ? La FHOL, section locale de la Ligue de l’enseignement, a été d’emblée une organisation de masse (60 500 adhérents fin 1964)53. Prenant appui sur le réseau des écoles publiques, elle a progressivement élargi ses activités au secteur péri-et postscolaire. Elle est devenue la première association havraise et la fête de la jeunesse des écoles publiques, dédoublée en fête de jour et fête de nuit, a été une manifestation populaire à laquelle assistaient l’ensemble des élus municipaux et cantonaux, mais des relations privilégiées ont été nouées avec les municipalités à direction communiste, en particulier la première municipalité Cance, qui augmente massivement les subventions à la FHOL54 et lui donne la gestion de la colonie de vacances organisée dans les Basses-Alpes. D’une manière générale, les communistes apparaissent comme des laïques militants. Non seulement ils ont dans leurs rangs un nombre certain d’instituteurs et d’institutrices – René Cance, Maurice Schlewitz, Charles Nicolle, Jean Legoy, Simone Duval, Andrée Lecat, Gabrielle Cance, Marthe Duroméa – qui participent à la gestion des œuvres laïques, mais ils multiplient les formes de collaboration avec la troupe de théâtre le Manteau d’Arlequin (le 1er mai 1950) et le réseau des ciné-clubs. Il y a la conscience que la laïcité est une valeur, la défense de l’école publique un combat, et les militants laïques (par exemple les associations de parents d’élèves) des alliés potentiels. C’est pourquoi les communistes participent activement à tous les comités de défense laïque (créés en mai 1947), devenus d’action et de défense laïques. Ils y retrouvent des socialistes SFIO et des radicaux-socialistes, des francs-maçons et des libres-penseurs, ils mènent le combat contre tout projet anti-laïque (les lois Marie-Barangé et, en 1959, Debré), ils dénoncent la municipalité dirigée par Pierre Courant comme « anti-laïque » (1949).

74Mais plus encore ils s’inscrivent dans la tradition de la bourgeoisie protestante et franc-maçonne, puis radicale, en faisant de l’action laïque une de leurs priorités de gestion, qu’ils soient à la tête de la municipalité ou dans l’opposition. Ils demandent l’ouverture d’un patronage municipal laïque, un financement sélectif de la FHOL et refusent toute subvention à l’école privée, contrairement à la municipalité UNR-indépendants dirigée par le socialiste Robert Monguillon, de 1959 à 1965. Menant l’offensive sur le terrain politique et idéologique, la liste dirigée par René Cance se déclare, en 1965, « d’union démocratique et laïque », elle obtient le soutien public de la FHOL, du Comité havrais d’action laïque et de l’Association des conseils de parents d’élèves des écoles publiques et elle gagne les élections. Valeur de rassemblement de la gauche syndicale et politique, surdéterminant les formes d’appartenance sociale ou les modes d’engagement idéologique, la laïcité est au Havre un élément majeur du dispositif politique fonctionnant au profit du parti communiste.

  • 55 Peintre et dessinateur, Charles Nicolle a beaucoup travaillé pour la presse locale et les fêtes du (...)

75Deux associations culturelles, l’une de nature syndicale CGT, l’exposition des peintres devenu le Salon des artistes ouvriers, institué en 1951, l’autre encouragée par la municipalité à direction communiste et l’adjoint aux Beaux-Arts, Daniel Colliard, l’Union havraise des arts plastiques (UHAP), créée en 1956, sont animées principalement par Charles Nicolle55, instituteur devenu professeur, ancien résistant, militant communiste, lui-même artiste lié à des peintres comme Guerrant, Lecieux, Gosselin… Si le projet reste le même : encourager la création et la diffusion de productions artistiques, en dehors des circuits traditionnels, c’est-à-dire des artistes professionnels présentés dans des lieux consacrés, les galeries d’art, pour des amateurs éclairés ou s’intéressant au marché de la peinture, l’évolution est réelle dans le choix des lieux d’exposition, de la Bourse du travail Franklin aux salles de l’école des beaux-arts et des quartiers centraux à l’expérience limite de « Peinture dans la rue » en 1967 et d’accrochage de tableaux dans les usines occupées en 1968.

  • 56 Deux tableaux par peintre pour les artistes ouvriers et la présentation de dessins, tableaux et sc (...)
  • 57 En concurrence ( ?) avec les Salons d’été et d’automne des artistes havrais (B. Esdras-Gosse, gale (...)

76De même il y a une tendance à demander la reconnaissance d’un statut de créateur autonome, devant accepter la confrontation avec des œuvres fortes. C’est ainsi que la fraternité de départ, préfiguration, d’après la CGT, de la « société sans classe », laisse place à une sélection56 et à l’invitation d’artistes reconnus comme Gromaire (1956), Sébire, Lapoujade (1962), Walsch (1964). Enfin la liberté de création, la rupture avec le réalisme socialiste est consommée. Les deux manifestations obtiennent la reconnaissance officielle des municipalités Cance puis Monguillon57. Il en résulte, pour le PC, une image positive faite d’ouverture aux formes contemporaines de l’expression artistique, coexistant avec des représentations plus traditionnelles, en même temps que d’intérêt pour la recherche esthétique. Un certain nombre d’intellectuels et d’artistes y sont d’autant plus sensibles qu’ils manifestent eux-mêmes un ouvriérisme latent, que révélera le mouvement de mai 1968.

Illustration 35 – Photographie de Charles et Line Nicolle, militants communistes, lecteurs de L’Humanité

  • 58 L’évolution des foyers de jeunes est étudiée dans le chapitre 14 : « Des foyers de jeunes aux cent (...)

77Les foyers de jeunes58 sont une association, de type socioculturel, par laquelle ont transité un certain nombre de jeunes ouvriers, secondairement des lycéens et des étudiants, catholiques ou non, et qui a fait évoluer à gauche des adolescents, et pour certains, devenir des militants, voire des permanents du parti communiste. Ainsi en a-t-il été de Daniel Colliard, futur maire du Havre, et de Gérard Eude, futur maire d’Harfleur. À l’origine, il y a l’initiative d’un vicaire de paroisse, futur prêtre-ouvrier, adhérant à la CGT, Jean-Marie Huret. Le premier local des jeunes, situé à Harfleur, a une double originalité, qui lui fait faire école. D’une part, dès sa création, au début des années cinquante, le foyer est autonome, c’est-à-dire que les jeunes s’y prennent collectivement en charge, sans intervention d’une autorité extérieure, jouant à fond sur le sentiment d’appartenance à un groupe et l’effet de génération. D’autre part, et contrairement à d’autres foyers d’obédience catholique, voire syndicale, le foyer est laïque : il n’est pas le lieu d’une imprégnation idéologique, mais il invente, élabore ses formes et moyens d’expression. La guerre d’Algérie joue le rôle de catalyseur, précipitant l’évolution à gauche de beaucoup d’adhérents.

78La structure se démultiplie dans les quartiers populaires, Jean-Marie Huret s’étant vu confier la responsabilité du foyer des jeunes métallos créé par le syndicat des métaux-CGT, en avril 1947. Huit foyers se constituent en association en 1961 et ils déclarent, en 1962, 1800 adhérents, répartis entre la banlieue (Harfleur-Beaulieu), la basse ville ouvrière (Tréfileries, Soquence, Champs-Barets et Neiges, Grosos) et la haute ville orientale (Aplemont). Ils obtiennent le soutien de l’adjoint chargé de la jeunesse dans la municipalité Monguillon, André Fatras, c’est-à-dire des locaux (Soquence, Aplemont) et des crédits, eu égard à leurs activités socioculturelles : les ciné-clubs touchant 500 à 1000 personnes, en relation avec la FHOL et Jean Giustiniani, et les cars-camping pour des séjours à l’étranger (une centaine de participants en 1961). Cependant en dépit de la multiplicité de leurs financements (municipalité Monguillon, CGT, syndicats et comités d’entreprise, caisse d’allocations familiales, amicales de quartier), les foyers de jeunes, en la personne de leur président, s’orientent ouvertement à gauche et prennent position pour la liste d’union, dirigée par René Cance, et la candidature unique de François Mitterrand, en 1965.

Illustration 36 – Dessin et photographie de René Cance

  • 59 L’Avenir du Havre, 1er-8 novembre 1951.

79La même évolution peut être constatée pour Tourisme et travail, organisation ouvrière de loisirs populaires, créée à la Libération, dans l’esprit des « conquêtes sociales » de 1936, qui avait progressivement relâché ses liens avec la CGT, du fait des ruptures de la guerre froide, tout en restant dans la sphère d’influence (éloignée) du parti communiste, avec la participation de son président Thory au Conseil communal de la paix59. Par contre sa reprise en main par des militants CGT, Henri Batard, puis Albert Perrot et Jean-Marie Huret, transforme, dans les années soixante, la structure d’organisation des loisirs qu’était Tourisme et travail en une grande association culturelle nouant des relations privilégiées avec le monde du travail.

80La diversité des associations situées dans la sphère d’influence du parti communiste, France-URSS (ou France-Pologne, France-RDA), la Fédération havraise des œuvres laïques, Tourisme et travail et sa commission de coordination culturelle témoignent du fait qu’au milieu des années soixante le PC tendait à devenir hégémonique dans la gauche havraise, sur la base d’une ouverture politique et d’une intégration de valeurs communes.

La première municipalité Cance60 : une gestion héritière des expériences du Front populaire et de la Libération (1956-1959)

  • 60 Voir les deux portraits de René Cance (illustration 36) et, par ailleurs, les illustrations 4, 6, (...)

81C’est par la conjonction de plusieurs crises que le parti communiste arrive à la tête de la municipalité du Havre. D’une part les élections législatives anticipées du 2 janvier 1956 lui ont permis de faire une démonstration de force politique (2 députés), continuée par les élections municipales du 22 janvier (18 élus au lieu de 14, le 16 mai 1954) ; d’autre part la crise municipale, caractérisée par une absence de réunions du conseil pendant une durée de neuf mois, l’a constitué en alternative, par défaut. Si en 1956, la SFIO a refusé de refaire un Front populaire, elle a cependant accepté, pour la première fois depuis 1947, dans une conjoncture de front républicain, de ne pas faire obstacle à l’élection d’un maire communiste.

  • 61 D’après Le Havre libre, 25 000, dans la 3e semaine d’août.
  • 62 Voir le texte de Daniel Rops dans Le Havre libre, 10 août 1953. Les trafics « coloniaux » sont en (...)
  • 63 Cette intransigeance nouvelle est relevée par Pierre Voisin, ancien maire, partenaire de la liste (...)

82Parallèlement, la dégradation de la situation économique et sociale s’est traduite par la longue grève d’août 1953 (12 000 à 15 000 salariés en grève61 pendant 26 jours), la fermeture de la Société de constructions aéronautiques du Nord en 1953 et l’augmentation du nombre de chômeurs (2 394 officiellement recensés en février 1954, soit une augmentation de 65 % en deux ans), les premières grèves tournantes dans la métallurgie et le bâtiment, en 1955. Les mécontentements accumulés, liés au problème du logement et de la reconstruction, à l’augmentation de l’inflation coexistant avec le blocage des salaires, à la mutation des activités portuaires62, ont déterminé le parti socialiste SFIO, mais aussi l’Action populaire et familiale, à faire cause commune avec le PC et à refuser de voter le budget « antisocial » de Pierre Courant63 le 15 février 1954. Les élections municipales de mai 1954 n’ont rien réglé puisque, en dépit de grandes manœuvres politiques, la tentative d’élargissement de la base électorale de la troisième force, avec l’annexion de Sanvic et le transfert de la tête de liste de la droite au radical Léopold Abadie, le budget de 1955 est, de nouveau, rejeté par les votes conjugués du PC, de la SFIO et de la nouvelle gauche. Le parti communiste apparaît alors comme la seule alternative, mais il ne dispose pas pour autant d’alliés, n’ayant accepté de poste d’adjoint, ou de constituer une majorité de programme.

83Les communistes sont donc amenés à exercer des responsabilités dans une situation de crise et de précarité (18 conseillers sur 37) pour une durée limitée à trois ans si les échéances électorales sont respectées.

  • 64 La modification du budget primitif est acceptée le 12 septembre 1957 par 18 PC, 3 SFIO, 2 UDCA. Vo (...)
  • 65 La taxe pour les débits de boisson est doublée et l’impôt sur les spectacles, majoré de 40 %.

84La gestion communiste est aussi entravée par des contraintes multiples. L’intervention des autorités de tutelle oblige la direction municipale à résorber, dès 1957, le déficit hérité des années 1954-1955 et des gestions Courant-Abadie, soit 254 millions de francs64. Cela oblige les communistes à augmenter les impôts locaux, y compris indirects, c’est-à-dire non seulement les taxes sur les locaux industriels et les patentes mais aussi les taxes sur les spectacles et les débits de boisson65. Ils doivent encore diminuer de 20 millions le budget d’aide sociale et refuser les titularisations de personnel communal, ce qui les met en porte-à-faux avec leur programme municipal.

85L’intransigeance des tutelles, leur refus de permettre de rééchelonner le remboursement d’une dette évaluée par les communistes et les socialistes à 270 millions, aggrave les difficultés financières de la municipalité, d’autant qu’elle se conjugue avec les effets négatifs des orientations budgétaires nationales, c’est-à-dire une pression inflationniste exercée par l’augmentation des dépenses militaires liées à la guerre d’Algérie et des transferts de charges. Enfin les emprunts, contractés antérieurement, obèrent le budget municipal et interdisent, d’après les services préfectoraux, de financer l’ouverture de nouveaux chantiers. C’est seulement en 1958 que démarre la construction du musée des Beaux-Arts et que sont engagés les travaux de restauration du muséum et de reconstruction de la Bibliothèque centrale. Quant à l’augmentation des impôts, en dépit de son caractère différentiel (des dégrèvements fiscaux sont prévus pour les familles nombreuses, les économiquement faibles et les personnes âgées), elle comporte des risques de retombées électorales négatives, dans les classes moyennes touchées par la hausse des prix ou tentées par le mouvement protestataire de Pierre Poujade (les trois conseillers municipaux UDCA, élus en janvier 1956, se situent, sauf en de rares exceptions, dans l’opposition à la direction communiste municipale).

  • 66 Le Havre libre, 14 mai 1957.
  • 67 Lettres du bureau de la section communiste signées A. Duroméa, premier adjoint.
  • 68 Robert Monguillon déclare : « Nous n’acceptons pas les pressions d’où qu’elles viennent. La classe (...)

86Il reste enfin la menace d’une crise politique, soit que comme en novembre 1956, l’intervention militaire soviétique en Hongrie soit condamnée par l’ensemble des autres partis, y compris la nouvelle gauche, soit que la pression physique exercée par les militants communistes, pendant la séance précédant le vote du budget66 amène un élu radical à qualifier ce climat d’« insurrectionnel », du fait du risque d’intervention d’une foule échauffée, se tenant informée du débat par haut-parleurs. En fait les trois élus SFIO, déjà interpellés par deux lettres ouvertes67, parues dans la presse locale, les 2 avril et 8 mai 1957, continuent de s’abstenir sur le vote du budget à la séance du 13 mai 1957, alors que depuis la fin de l’année 1956 s’accumulent les déclarations publiques68 préfigurant la rupture politique qui interviendra aux municipales de 1959.

  • 69 En 1957, la subvention de 130 millions, outre une réserve de 14 millions de francs, est réduite pa (...)
  • 70 Le 8 novembre 1957, 260 chômeurs ; le 1er avril 1958, 790.

87Le PC a un programme municipal dont il a défini les orientations dans sa période d’opposition à la gestion Courant, et qu’il théorise dans le rapport présenté par Jacques Duclos devant le XIVe congrès, réuni au Havre du 18 au 21 juillet 1956, texte de référence intitulé « Les municipalités communistes au service des masses laborieuses ». Le rapport se décompose en quatre chapitres : l’activité sociale des municipalités et des élus communistes, la défense et l’extension des libertés communales, l’action des municipalités et des élus communistes pour faire payer les riches et les tâches de direction du parti dans le travail municipal. De fait, la priorité est donnée à la gestion sociale dans le cadre des contraintes budgétaires imposées. Cependant les dépenses sociales représentent 11,6 % du budget global de 1957 et 12,5 % de celui de 1958, soit une augmentation caractéristique, par rapport aux 7,2 % de la gestion Abadie-Courant en 1955 et aux 6,4 % de la gestion Monguillon en 1961 ; les subventions au bureau d’aide sociale sont augmentées69, des secours en nature distribués aux personnes âgées, de même que se développe l’assistance aux chômeurs70. Ces initiatives illustrent la volonté « sociale », telle qu’elle est proclamée dans les interventions publiques des élus communistes, les comptes-rendus de gestion, comme celui de René Cance, le 30 octobre 1956 à la salle Franklin, et les bulletins municipaux. Participent enfin de la même politique d’interventionnisme social les grands travaux d’équipement collectif : les écoles et les logements, les centres administratifs ou médico-sociaux, les ensembles sportifs et établissements culturels, sans compter l’achat d’un bâtiment à usage de colonie de vacances…

  • 71 Voir Jacques Natanson et Antoine Prost, La révolution scolaire, Paris, Éditions ouvrières, 1963, a (...)
  • 72 D’après Maurice Schlewitz, le 31 mars 1958 : « L’effort aura été en provisoire : 350 millions, ach (...)

88Il y a là des besoins objectifs, un passif hérité des gestions libérales de Pierre Courant mais aussi des motivations idéologiques, des choix en matière de construction d’établissements scolaires et de structures laïques, de logements sociaux type HLM et d’objectifs quantitatifs, de développement des moyens de la démocratisation culturelle sous forme d’équipements (bibliothèque, musée et muséum). Quant à la pression exercée par le cartel du logement, formé le 9 juillet 1956 à partir de neuf associations de sinistrés et de mal-logés, soit le Mouvement havrais d’aide au logement (abbé Pierre), l’APF et le Groupement de défense des jeunes foyers et fiancés, elle obtient la création d’une commission du logement, préfiguration d’un service municipal du logement, mais pas l’exercice, à grande échelle, du « droit de réquisition » demandé par le syndicat du logement constitué le 18 décembre 1957. Les communistes donnent certes l’impression, vérifiée par l’analyse de la conjoncture, d’agir en situation d’urgence et de crise, mais ils tentent de maîtriser politiquement les effets de leur gestion. C’est ainsi que confrontés à l’augmentation des effectifs scolaires71, constatant le manque d’établissements publics, particulièrement dans les quartiers neufs et périphériques oubliés des politiques de démocratisation – les réformes Berthoin-Billières –, ils multiplient les bâtiments provisoires, tout en programmant des constructions en dur72, par exemple dans les quartiers hauts d’Aplemont et de la Sous-Bretonne.

  • 73 En 1957, 2500 logements sont livrés et 5800 programmés (René Cance, dans Le Havre libre, 31 octobr (...)

89Même politique pour le logement : constatant les carences analysées par le groupe Économie et urbanisme, relayé par le nouveau cartel du logement, la direction municipale multiplie les formes d’aide à la construction73, à condition que les offices d’HLM augmentent l’offre de logement à caractère populaire et familial, soit en ville haute, dans les quartiers populaires, soit dans le centre reconstruit, à proximité du port. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit de lutter contre la ségrégation sociale induite par la reconstruction, mais plus encore d’aménager les quartiers périphériques pour les réintégrer dans l’espace urbain.

  • 74 Les subventions attribuées à la FHOL pour le fonctionnement des colonies et garderies sont les sui (...)
  • 75 Voir l’affiche de Charles Nicolle « Les colonies de vacances » dans le cahier iconographique, illu (...)

90Si la politique de construction d’écoles et de logements à usage prioritaire des classes et des quartiers défavorisés est le premier objectif de la municipalité, elle développe aussi le financement privilégié74 des activités socio-éducatives organisées par la Fédération havraise des œuvres laïques, c’est-à-dire les patronages, les garderies et les colonies de vacances, y ajoutant la gestion d’une propriété achetée dans les Basses-Alpes, à la Sylve-de-Mison75. Si ce type d’intervention crée les conditions d’une convergence avec les socialistes, voire les radicaux, il a aussi pour effet de gérer collectivement les conséquences du développement du travail féminin ; ainsi l’adjointe communiste chargée de l’enfance, l’institutrice Simone Duval, déclare-t-elle qu’avec le développement des structures laïques, les problèmes de santé et de sécurité (de garde) des enfants ont été résolus…

  • 76 Voir les plans publiés par Serge Reneau dans Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-19 (...)
  • 77 Dans les squares, quartier de l’Eure, à Sanvic… accompagnant les projets de formation d’une clique
  • 78 Voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1983, op. cit., chap. 2, 4 : «  (...)

91En marge des gros budgets pour l’instruction publique et les grands travaux d’équipement urbain, la municipalité Cance a repensé le projet de reconstruction du Grand Théâtre, élaboré par l’architecte Gleize pour Pierre Courant, déclaré trop « somptuaire ». Le nouveau projet est présenté le 16 juillet 1957, sous la forme d’une grande salle polyvalente de plus de 2 000 places, financée intégralement par les dommages de guerre. Cet équipement reconstruit est l’un des éléments d’une politique de « démocratisation/popularisation culturelle »76. La lutte contre les inégalités passe, pour la municipalité, par le développement des infrastructures publiques à finalités culturelles (bibliothèque, musées et muséum, théâtre municipal dont les travaux de reconstruction ou de restauration sont programmés), elle dépend de la multiplication des établissements de formation (en particulier l’école régionale des beaux-arts et le conservatoire municipal de musique dont les enseignements sont rénovés), comme des lieux de spectacle (représentations de plein air pour le théâtre ou la musique, et grandes salles de rassemblement d’un public populaire à l’image du TNP). La direction municipale abaisse parallèlement les tarifs des abonnements à la bibliothèque comme le prix des spectacles de théâtre ou de danse. Elle tente des opérations de décentralisation des équipements et des concerts, au niveau des quartiers, des bibliothèques, comme des animations de l’Harmonie municipale77. En matière de représentations, de spectacles de qualité78, la municipalité fait preuve d’une réelle « bonne volonté culturelle », au sens ou l’entend Pierre Bourdieu d’« hommage collectivement rendu à une culture de répertoire classique », en programmant une représentation de la pièce de Shakespeare La Nuit des rois, interprétée par le Théâtre populaire de Normandie, dirigé par Michel Humbert et Françoise Ripoll, dans les jardins de l’hôtel de ville, ou un spectacle de danses de la troupe de l’Opéra de Paris à la gare maritime.

92La démocratisation de la pratique des sports est enfin encouragée par l’adjoint André Saussaye, président du HOT (FSGT), plutôt que le développement des clubs privés, à finalité commerciale ou liés à des entreprises. Là encore le soutien passe par l’augmentation préférentielle des subventions (doublement en trois ans de 1,7 à 4 millions de francs) au sport populaire, par le financement de nouveaux équipements sportifs dans les quartiers périphériques (stade Auguste-Delaune) et par la création d’une structure d’intervention municipale : l’office des Sports.

  • 79 Dépenses sociales : 7,2 % du budget en 1955 mais 11,6 % en 1958 ; dépenses d’éducation : 6,8 % en (...)
  • 80 Les élus SFIO s’abstiennent le 13 mai 1957, lors du vote sur le budget primitif ; par contre le 12 (...)

93La gestion communiste a donc ses priorités sociales et laïques révélées par ses orientations budgétaires (augmentation de la part des dépenses sociales et culturelles dans le budget global79), l’avantage financier donné aux structures publiques, laïques et ouvrières, les investissements dans les équipements culturels, de sports et de loisirs. C’est un choix politique, « la part du pauvre » (René Cance, le 28 mai 1956), que cautionne la présence de Roland Leroy, secrétaire fédéral, à l’analyse de neuf mois de gestion faite par René Cance. Ainsi, des subventions sont attribuées à l’ensemble des mouvements organiquement liés au parti communiste, de même qu’à la totalité des associations situées dans sa sphère d’influence, malgré les oppositions relatives aux Vaillants et vaillantes et à Tourisme et travail mais aussi aux œuvres laïques (en particulier, celle de Robert Lenoble, indépendant, le 13 mai 1957). Si les différents budgets sont d’abord adoptés avec les votes positifs des élus SFIO, puis avec leur abstention80, c’est moins pour des raisons techniques et financières que politiques (une intervention de Robert Monguillon, le 13 mai 1957, précède de huit jours le renversement du gouvernement de Guy Mollet).

  • 81 Voir la photographie de la tour de 72 mètres de haut dans le cahier iconographique, illustration I (...)

94La municipalité prend aussi des initiatives symboliques : de nouvelles fêtes et commémorations, de nouvelles dénominations de rues et d’équipements sont conçues comme des affichages emblématiques qui la donnent à voir dans sa mémoire comme dans ses références. Il y a d’abord les fêtes ordinaires du calendrier républicain auxquelles la municipalité souhaite donner un éclat particulier, soit le 14 Juillet et le 12 Septembre, anniversaire de la Libération de la ville. Par exemple, c’est à André Basset, résistant non communiste (du groupe Cambouis, Heure H), l’homme qui, le 14 juillet 1943, fit flotter le drapeau tricolore sur l’hôtel de ville occupé, transformé en Kommandantur, que la municipalité remet le drapeau, à hisser au sommet de la tour de l’hôtel de ville reconstruit81, le 14 juillet 1958. Elle organise aussi un hommage à Marianne et un défilé de sans-culottes. Pour toutes les commémorations officielles (victoires militaires, Fête nationale et Libération), le maire ajoute, aux traditionnelles visites dans les quartiers et cérémonies au monument aux morts de la ville, un hommage aux morts de la Résistance et de la déportation, au monument Souviens-toi, des réjouissances publiques et des appels à la participation, publiés dans la presse locale, doublés d’une analyse des enjeux historiques et politiques de la commémoration.

  • 82 Texte publié dans Le Havre libre une semaine avant la manifestation.
  • 83 R. Cance, A. Duroméa, P. Naze, M. Boisard, L. Eudier.

95Ainsi René Cance rappelle-t-il, le 5 septembre 195882, que la Résistance fut l’union de « ceux qui croyaient au ciel et de ceux qui n’y croyaient pas, pour que vivent la France et la République ». En dépit de son passé résistant, mais du fait de son approbation de l’intervention militaire soviétique en Hongrie, le parti communiste doit donner des gages de son patriotisme. La Résistance et la déportation sont une référence majeure de la mémoire communiste au Havre. La direction de la municipalité ne cesse de glorifier les héros, les fusillés mais aussi les victimes, les déportés politiques et résistants, même les volontaires nationaux écrasés sous les bombardements de septembre 1944. De même la municipalité célèbre le jour de la Déportation et organise des cérémonies publiques pour le retour des cendres de résistants fusillés ; elle leur rend encore hommage par de nouvelles dénominations de rues et places : place Jean-Le-Brozec, rue Ernest-Derrien, place Désiré-Rebeuf, rue Marcel-Toulouzan, et des monuments, comme celui édifié à la mémoire de Léon Lioust, dans le quartier d’Aplemont, ou le projet de monument public dans les jardins de l’hôtel de ville. Le fait que le maire et les adjoints communistes soient en majorité d’anciens résistants et/ou déportés83 joue un rôle, démultiplié par les organisations d’anciens résistants et déportés, dont ils sont les dirigeants actifs (FNDIRP et ANACR), mais il y a aussi un effet de la conjoncture d’extension des opérations militaires en Algérie et de menace de coup d’État en mai 1958.

96Les dénominations nouvelles de rues, stades et écoles sont aussi très caractéristiques de l’identité communiste et « ouvrière » de la municipalité. Dès 1956, le nom d’Auguste Delaune est donné au stade aménagé dans la ville haute, de même que la décision de nommer Gabriel-Péri l’ancienne rue de Phalsbourg et Jules-Durand l’ancien boulevard Sadi-Carnot est un choix hautement symbolique : Gabriel Péri et Auguste Delaune sont deux résistants communistes, Jules Durand et A. Delaune deux militants ouvriers et Havrais d’origine. Les autres dénominations pour de nouvelles rues ouvertes à Bléville, Sanvic et Aplemont, ou pour des écoles et des collèges font d’abord référence aux temps forts de l’histoire des révolutions et du mouvement ouvrier et socialiste : An II de la Révolution française (Saint-Just), Commune de Paris (Louise Michel), Front populaire (Jean Zay et Roger Salengro), Résistance. Ils renvoient aussi à des personnalités témoignant d’un progrès scientifique et technique (Gutenberg, Fleming, Lumière) ou à des artistes, écrivains et musiciens consacrés : Stendhal et Bernanos, Couperin, Bach et César Franck. Enfin une troisième catégorie est liée à des considérations locales, comme le nom de Germaine Coty, fille d’un armateur havrais, ou les noms de fleurs et d’oiseaux donnés traditionnellement dans la cité-jardin d’Aplemont.

97Deux remarques peuvent être ajoutées. D’abord aucun nom de voie publique ne réfère à la personnalité de dirigeants communistes vivants. Si la demande, exprimée en 1953, d’une rue Staline ou à défaut de Stalingrad a été abandonnée, les principaux responsables du Parti communiste français n’ont pas non plus donné leur nom. Il y a certainement là un effet de la déstalinisation, mais aussi la traduction d’une pratique qui réserve au fonctionnement interne, aux cellules du PC, les noms de Maurice Thorez, Jacques Duclos, Marcel Cachin, mais aussi Charles Tillon et André Marty jusqu’à leur élimination. D’autre part toutes les personnalités ayant illustré l’histoire de la ville, même celles dont les projets ou les orientations politiques ont été combattus par les communistes, sont citées, tels Auguste Perret ou la femme de ce vieil adversaire du PC, ancien député puis sénateur du Havre, devenu président de la République, René Coty.

98Dans la tradition des années 1934-1936, la municipalité communiste a deux drapeaux : « le drapeau tricolore de nos pères et le drapeau rouge de nos espérances », elle les mêle une première fois sur la façade de la mairie reconstruite où ont lieu les séances plénières du XIVe congrès du PC, en juillet 1956. La même année, suite à l’intervention militaire soviétique en Hongrie, le gouvernement de Guy Mollet contraint la municipalité à direction communiste à mettre les drapeaux en berne, le dimanche 17 novembre 1956, ce qu’elle fait en « rendant hommage aux travailleurs hongrois tombés dans la lutte contre le retour du régime fasciste dans leur pays ». L’année suivante, alors qu’un employé municipal a décroché, le 11 novembre 1957, le drapeau rouge commémorant l’anniversaire de la révolution d’Octobre, il est sanctionné, ce qui donne lieu à une violente campagne de presse, dans le journal d’opposition Le Havre. Enfin la municipalité reprend l’initiative, le 14 juillet 1958, en choisissant un résistant, de tendance gaulliste, pour hisser les trois couleurs au sommet de l’hôtel de ville reconstruit.

99L’attachement à l’URSS n’est pas seulement d’expression interne, il se traduit aussi par le développement des échanges, la multiplication des voyages et les visites officielles à bord des bâtiments soviétiques. Même l’intervention de l’Armée rouge en Hongrie est justifiée par le risque de restauration d’un régime « fasciste ». C’est là, avec l’exécution de l’ancien Premier ministre communiste hongrois Imre Nagy et celle du colonel Pal Maleter, en 1958, un des principaux facteurs de la rupture du PC avec la SFIO, la nouvelle gauche et la Ligue des droits de l’homme, de même qu’avec les syndicats FO et CFTC, FEN et UNEF. Ces prises de position politiques qui nouent soviétisme et communisme sont en contradiction avec les références héritées du Front populaire ou de la Libération, c’est-à-dire la volonté d’exercer le pouvoir (municipal) avec des alliés politiques, pour tenter de remédier aux conséquences de la crise sociale et de la croissance urbaine ou lutter contre les inégalités, par des efforts de « popularisation » culturelle et de développement de l’instruction publique.

100L’accusation de sectarisme lancée contre la direction communiste municipale est à l’image de son isolement politique de fin de mandat. Constatant le ralliement d’une fraction majoritaire du parti socialiste SFIO à la Ve République, le parti communiste ne peut que se retourner vers ses électeurs et il atteint le 8 mars 1959 un pourcentage de suffrages exprimés (43,95 %) supérieur à celui obtenu en janvier 1956, mais pas la majorité absolue (18 conseillers sur 37). Malgré la sanction « positive » du suffrage universel et comme en 1956, le parti communiste dépend de la bonne volonté (politique) de la SFIO (2 élus) : elle lui sera refusée, dans la mesure où ses conseillers prendront la tête d’une municipalité composée de 15 UNR et indépendants et 2 MRP. Faute d’allié (ou de soutien) socialiste, alors que la liste « union des forces démocratiques » de Jean Binot n’a obtenu que 4,06 % des suffrages exprimés, l’expérience de la direction municipale communiste d’une ville de près de 200 000 habitants est condamnée, sans que ses orientations de gestion aient été désavouées.

Annexes

ANNEXE 1. Les élections de 1947 à 1965

Présentation

Les élections peuvent être classées en deux catégories, les élections à base territoriale et les élections à enjeux nationaux, et selon deux périodes : IVe et Ve Républiques.

IVe République :

– les seules élections à base territoriale sont les municipales et les cantonales ;

– les législatives sont à la proportionnelle ; le système des apparentements fonctionne, en 1951, au profit de la troisième force (SFIO et MRP) ;

– les municipales sont à la proportionnelle.

Ve République :

– les législatives deviennent une élection à base territoriale (2 circonscriptions avec éclatement de la ville du Havre et du canton de Montivilliers) ;

– les référendums de 1958, 1961 et 1962 et la présidentielle de 1965 sont des consultations à enjeux nationaux ;

– le référendum du 8 avril 1962 est le seul cas de ralliement du parti communiste à un vote positif : les abstentions sont à 24,42 % des électeurs inscrits, le oui l’emporte à 93,19 % des suffrages exprimés ;

– un 7e canton est ajouté aux élections de 1964 ;

– les municipales des 14 et 21 mars 1965 sont en fin de période.

N. B. : Tous les résultats ont été analysés en pourcentage des suffrages exprimés.

Tableau no 1 : IVe République : élections municipales et cantonales (1947-1949)

Tableau no 1 : IVe République : élections municipales et cantonales (1947-1949)

Tableau no 2 : IVe République : élections municipales, cantonales (1951-1954)

Tableau no 2 : IVe République : élections municipales, cantonales (1951-1954)

Tableau no 3 : IVe République : élections municipales, cantonales (1955-1958)

Tableau no 3 : IVe République : élections municipales, cantonales (1955-1958)

Tableau no 4 : IVe République : élections législatives (proportionnelle, 1951-1956)

Tableau no 4 : IVe République : élections législatives (proportionnelle, 1951-1956)

Bilan de la IVe République pour le parti communiste

De 14 à 18 élus communistes aux municipales de 1947, 1953, 1954 et 1956 (municipalité gagnée).

Cantonales :

– 1 siège perdu aux cantonales de 1955 (2e canton) ;

– 1 siège transmis de R. Cance à A. Duroméa aux cantonales de 1958 (3e canton) ;

– 2 sièges de conseillers généraux dans les 3e et 4e cantons : R. Cance et L. Eudier.

Législatives :

– 1 siège perdu, du fait des apparentements, aux législatives de 1951 ;

– 2 sièges gagnés en 1956 (R. Cance, L. Eudier).

Tableau no 5 : Ve République : élections municipales, cantonales et législatives (1958-1961)

Tableau no 5 : Ve République : élections municipales, cantonales et législatives (1958-1961)

Tableau no 6 : Ve République : élections législatives, cantonales (1962-1964)

Tableau no 6 : Ve République : élections législatives, cantonales (1962-1964)

Tableau no 7 : Ve République : élections municipales au scrutin majoritaire à deux tours des 14 et 21 mars 1965

Tableau no 7 : Ve République : élections municipales au scrutin majoritaire à deux tours des 14 et 21 mars 1965

Bilan de la Ve République (1958-1965)

Municipales de 1959 : un nombre de conseillers municipaux communistes inchangé, 18 élus (municipalité perdue).

Cantonales de 1961 et 1964 : un même nombre de conseillers généraux (3e et 4e cantons), 2 sur 6 (puis sur 7, à partir de 1964), L. Eudier et A. Duroméa (réélu au premier tour).

Législatives de 1958 et 1962 (nouveau découpage territorial) : 1 siège de député de la 7e circonscription (R. Cance) gagné en 1958, au second tour puis au premier (1962).

Échecs aux référendums de 1958, 1961 et 1962.

Municipales et présidentielle de 1965 :

– victoire de la liste bloquée à direction communiste aux municipales de mars ;

– succès de F. Mitterrand, candidat unique, en tête aux premier et second tours de la présidentielle de décembre.

ANNEXE 2. Associations laïques et catholiques

Tableau no 8 : Les adhérents à la FHOL (Ligue de l’enseignement), en 1962 et 1964

1962

1964

12 646 scolaires

45 510 scolaires

26 437 adultes

19 429 adultes

39 083 adhérents

60 429 adhérents

Tableau no 9 : Les subventions municipales aux associations laïques et catholiques

Association

Courant (1953)

Cance (1956-1959)

Monguillon (1959-1965)

FHOL : Œuvres laïques

2,45 MF

2,67 / 4 MF

4,6 MF

Œuvres libres de jeunesse (catholique)

1,36 MF

 ?

 ?

Arbres de Noël :

– écoles publiques

0,9 MF

1,6 / 2,2 MF

3,2 MF

– écoles privées

0,13 MF ?

 ?

Manteau d’Arlequin

40 000 F

50 000 / 120 000 F

1 800 / 1 800 NF

Orchestre symphonique

100 000 F

220 000 F

2 200 / 2 200 NF

Éclaireurs de France

80 000 / 100 000 F

250 / 450 NF

M : millions ; F : francs ; NF : nouveaux francs.

ANNEXE 3. Chiffres et débats (municipales de 1959)

Politique de constructions d’écoles et scolarisation des jeunes Havrais

Chiffres présentés par Maurice Schlewitz, adjoint à l’Instruction publique, lors du débat sur le budget additionnel de 1958 (séance du jeudi 23 octobre) :

Tableau no 10 : Effectifs scolarisés

Écoles

1 953

1 958

maternelles

4 422

6 677

primaires (filles)

6 410

10 468

primaires (garçons)

6 927

11 590

secondaire

3 629

5 325

Bilan du nombre des écoliers

21 388

34 060

Tableau no 11 : Locaux, cantines, personnels de service

Tableau no 11 : Locaux, cantines, personnels de service

Débats

Argument de campagne : l’augmentation des impôts. Chiffres publiés par la liste Courant, dans le journal Le Havre, à la veille des municipales de mars 1959

1955

1958

Augmentation

Centimes additionnels

4 330

15  32

251 %

Contribution mobilière

2 848

10 494

268 %

Contribution foncière

2 468

8 630

249 %

Déficit hérité des gestions 1954-1955 : 254 millions

Notes

1 En 1956, l’annexion de Bléville augmentait le nombre des électeurs havrais de 3 378 et celle de Sanvic de 11 879 ; en onze ans, de 1945 à 1956, le corps électoral du Havre a doublé.

2 Jean Legoy et al., Le Havre, 1517-1986. Du Havre d’autrefois à la métropole de la mer, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1986-1987.

3 Voir carte 16 : « Les deux circonscriptions depuis 1958 ».

4 Que ce soit aux élections législatives de 1946, 1951 et 1956, ou aux cantonales de 1955, le 4e canton est le moins abstentionniste, en particulier aux Neiges et à Aplemont, quartiers ouvriers votant majoritairement pour le PC.

5 Voir carte 17 : « Les résultats du PC aux législatives de 1956 ». Dans la 1re circonscription de Seine-Maritime sont élus Roland Leroy et Fernand Legagneux. Voir aussi les résultats des législatives en annexe 1 à ce chapitre.

6 Voir les résultats des municipales en annexe 1.

7 Avec le renfort du cartel des non.

8 Le siège est occupé successivement par René Cance, en 1958, André Duroméa en 1967 et Daniel Colliard en 1993.

9 Denis Lacorne, Les notables rouges, Paris, PFNSP, 1980.

10 Voir les dessins de Charles Nicolle, et les photographies parues dans Le Havre libre, 24 janvier 1956, pour les élections municipales (illustration 28).

11 Albert Nicollet, « Premiers éléments d’une sociologie électorale havraise », Études normandes, no 28, 1958.

12 « Éléments pour servir au portrait du corps électoral havrais », Le Havre libre, 6-9 septembre 1956.

13 Voir carte 18 : « La pratique religieuse au Havre par paroisse ».

14 Voir ci-contre leurs photographies parues dans Le Havre libre, 24 janvier 1956, après les élections municipales (illustration 29).

15 Voir dans la presse locale les résultats des élections sociales et professionnelles. Il en va de même pour les élections de délégués du personnel : par exemple selon Les Nouvelles de Seine-Maritime, no 607, 11 avril 1960, aux papeteries de La Chapelle, la CGT a 9 élus dans le collège ouvriers-employés, FO aucun ; dans le collège maîtrise et assimilés : 1 élu CGT, 1 élu CGC au bénéfice de l’âge.

16 Par exemple Louis Eudier est conseiller général, député en 1956, conseiller municipal, membre du comité fédéral, secrétaire adjoint de l’UL et membre du bureau de l’UD.

17 Louis Jochem, secrétaire de l’UL en 1959, puis Jean Lacricque sont présidents.

18 Dans un texte signé par Louis Jochem, secrétaire de l’UL CGT, et rappelé par Louis Eudier dans sa lettre aux secrétaires des syndicats datée du 30 août 1961 (voir chapitre 8, annexe 3).

19 Ibid.

20 Armand Salacrou, dans Le Havre libre, 7 février 1970, après les deux représentations des 17 et 18 janvier 1970.

21 Duchesne et Bossière, CEM, EDF.

22 Jeunesses laïques – Francs Camarades, Auberge de jeunesse, FHOL (Ligue de l’enseignement) –, mouvements de jeunesse catholiques (JOC, JEC…), protestant (UCJG), mais aussi foyers de jeunes (Grosos et Harfleur), UNEF, Éclaireurs laïques et unionistes (protestants), Jeunesses socialistes, communistes… (Le Havre libre, 29-30 avril 1961).

23 Jules Durand était défendu par l’avocat René Coty.

24 La pièce fut représentée salle Franklin le 21 septembre 1961.

25 Le premier texte a été publié par les Cahiers de l’institut Maurice-Thorez en 1972 ; le second est analysé dans le chapitre 16.

26 Par exemple d’après L’Avenir du Havre des 7-13 mars 1952, le secrétaire syndical de la SNCAN, Roger Plongeon, est licencié, pour avoir lu une résolution condamnant le réarmement allemand, et les ouvriers font deux jours d’une grève qualifiée de « patriotique » pour obtenir sa réintégration (il est sanctionné par huit jours de mise à pied).

27 Annie Kriegel, Les communistes français, Paris, Seuil, 1970, 2e partie, p. 50.

28 Ainsi, dans le comité fédéral élu le 30 avril 1961, sur 49 membres 3 représentent l’UJCF, 2 l’UJFF, 3 l’UFF, 2 le Mouvement de la paix, 1 France-URSS et 1 la CNL (Archives centrales du PC-SMC, 9 octobre 1961).

29 Au VIe festival mondial du 28 juillet au 14 août 1957, 9 délégués havrais ont été désignés par l’UJFF, la FSGT, la CGT, Tourisme et travail (d’après le témoignage de Roland Ricouard, délégué JC).

30 Voir Le Havre libre, 9 octobre 1950 : un meeting a lieu aux Expos contre la prolongation de la durée du service militaire de 12 à 18 mois. Un tract est distribué aux conscrits par le comité d’action contre les 18 mois (MPF, PC, CGT, UJRF, Jeunes Métallos, UFF). Le cercle de JC des Neiges prit le nom d’Alban Liechti, jeune soldat communiste, insoumis.

31 Les communistes français, op. cit., 2e partie, chap. 4 : « Les critères conventionnels : sexe », p. 76.

32 D’après le recensement de 1962, le taux d’activité des femmes au Havre est de 30,4 % ; en France, 36,1 %.

33 À l’inverse, l’organisation socialiste des Femmes unies apparaît puis disparaît, dans la période de la Libération.

34 Voir la couverture pour le congrès départemental de l’UFF, Le Havre, 4 mai 1952 (illustration 30).

35 Les femmes sont de moins en moins nombreuses à être présentées : 7 sur 37 en octobre 1947 et en 1953, mais 6 en 1956 et 5 en 1959. Voir les photographies de Georgette Lelièvre et Simone Duval parues dans Le Havre libre (illustration 31).

36 Voir Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1983, thèse de doctorat d’histoire, IEP Paris, 2002, t. I, p. 111-112.

37 Elle est augmentée de 75 %, passant de 100 000 - 125 000 francs à 215 000, entre 1956 et 1959 ; dans le même temps celle du HAC, club privé, ne croît que de 30 %.

38 Le Secours populaire a organisé une fête fraternelle et républicaine au camp François-1er en 1947.

39 Peut-être 100 000 réfugiés au Maroc et en Tunisie, en avril 1961.

40 Voir l’étude du groupe Économie et urbanisme : Le Havre libre, 14 janvier 1957.

41 Le Havre libre, 3 et 25 mars 1952.

42 Voir les analyses du sociologue Jean-Philippe Damais, La nouvelle ville du Havre. Reconstruction et repopulation, Paris, CNRS, 1963 ; et de l’architecte Martine Liotard dans sa thèse, 1940-1965, la renaissance du Havre : nouvel acte fondateur ou prélude à l’éclatement urbain, Paris IV, mai 1987, et dans Le Havre 1930-2006. La renaissance ou l’irruption du moderne, Paris, Éditions Picard, 2007.

43 Voir la photographie de Simone Duval, militante du Mouvement de la paix (1951) [illustration 32]

44 Pour reprendre l’expression de F. Claudin, citée dans Jean-Jacques Becker, Le parti communiste veut-il prendre le pouvoir ?, Paris, Seuil, 1981, p. 238.

45 Voir la campagne de L’Avenir du Havre pour faire signer l’appel de Stockholm, 2-8 juin 1950 (illustration 33).

46 En témoignent aussi le nombre et l’origine des délégués aux assises départementales, les comptes-rendus décentralisés du congrès de Lille en 1952, l’éclatement de comités de paix de Graville et Acacias-Frileuse en 1953 (création de nouveaux comités dits Champs-Barets, ISAI, Soquence, Parc-d’Or et Montgeon).

47 Voir son portrait par Charles Nicolle (illustration 34).

48 Voir la correspondance adressée par Marc Boisard de la FNDIRP dans les archives du ministère de la Défense (BAVCC Caen).

49 Voir Michel Winock, « Les années de Gaulle, 1958-1974 », L’Histoire, no 102, juillet-août 1987.

50 Sur la conférence de Lisbonne, voir André Fontaine, Histoire de la guerre froide, Paris, Seuil, « Points-Histoire », 1983, t. II.

51 Le visa ayant été refusé, une première projection privée est organisée au Vox, le 18 septembre 1950, par France-URSS, puis une série de séances privées par la section havraise du PC, dans 5 salles, du 23 au 31 octobre 1950.

52 Raymond Charpiot publie un Retour d’URSS tiré à 1000 exemplaires en juin 1962 et fait une conférence sur « La marine marchande soviétique », au Petit Théâtre, le 30 janvier 1963.

53 Voir annexe 2, tableau 8 en fin de chapitre.

54 Voir annexe 2, tableau 9.

55 Peintre et dessinateur, Charles Nicolle a beaucoup travaillé pour la presse locale et les fêtes du parti communiste, comme en témoignent les illustrations publiées dans ce livre. Voir une photographie de Charles et Line Nicolle, militants communistes et lecteurs de L’Humanité, prise en 1947 (illustration 35).

56 Deux tableaux par peintre pour les artistes ouvriers et la présentation de dessins, tableaux et sculptures sur la base d’un choix collectif sont demandés pour les Salons de l’UHAP.

57 En concurrence ( ?) avec les Salons d’été et d’automne des artistes havrais (B. Esdras-Gosse, galerie J. Hamon).

58 L’évolution des foyers de jeunes est étudiée dans le chapitre 14 : « Des foyers de jeunes aux centres de loisirs et culturels », avec une carte de leur implantation par quartier.

59 L’Avenir du Havre, 1er-8 novembre 1951.

60 Voir les deux portraits de René Cance (illustration 36) et, par ailleurs, les illustrations 4, 6, 17, 24 bis, 27 et l’annexe 2 du chapitre 10.

61 D’après Le Havre libre, 25 000, dans la 3e semaine d’août.

62 Voir le texte de Daniel Rops dans Le Havre libre, 10 août 1953. Les trafics « coloniaux » sont en baisse, les nouveaux trafics (énergie, nitrates, cuivre…) ne compensent pas les pertes en volume ; et le trafic général du port est inférieur, en 1956, à ce qu’il était en 1938 (Le Havre libre, 25 octobre 1956).

63 Cette intransigeance nouvelle est relevée par Pierre Voisin, ancien maire, partenaire de la liste Abadie-Courant, et attribuée à des « raisons politiques ».

64 La modification du budget primitif est acceptée le 12 septembre 1957 par 18 PC, 3 SFIO, 2 UDCA. Voir document en annexe 3 (débats) à ce chapitre.

65 La taxe pour les débits de boisson est doublée et l’impôt sur les spectacles, majoré de 40 %.

66 Le Havre libre, 14 mai 1957.

67 Lettres du bureau de la section communiste signées A. Duroméa, premier adjoint.

68 Robert Monguillon déclare : « Nous n’acceptons pas les pressions d’où qu’elles viennent. La classe ouvrière du Havre ne peut pas être considérée à l’image de celle de Berlin-Est ou de Budapest » (13 mai 1957) ; « Nous ne voulons pas devenir vos prisonniers ou vos victimes » (31 mars 1958).

69 En 1957, la subvention de 130 millions, outre une réserve de 14 millions de francs, est réduite par l’autorité de tutelle à 124 millions. En 1958, 115 millions de francs s’ajoutent à 6 millions et au produit de la taxe sur les spectacles : au total 140 millions.

70 Le 8 novembre 1957, 260 chômeurs ; le 1er avril 1958, 790.

71 Voir Jacques Natanson et Antoine Prost, La révolution scolaire, Paris, Éditions ouvrières, 1963, ainsi que le document chiffré en annexe 3 à ce chapitre (Maurice Schlewitz, adjoint à l’instruction publique, dans Le Havre libre, 24 octobre 1958).

72 D’après Maurice Schlewitz, le 31 mars 1958 : « L’effort aura été en provisoire : 350 millions, achevés ou en cours : 400 millions de francs. Au total 2 milliards de francs de travaux scolaires. »

73 En 1957, 2500 logements sont livrés et 5800 programmés (René Cance, dans Le Havre libre, 31 octobre 1956).

74 Les subventions attribuées à la FHOL pour le fonctionnement des colonies et garderies sont les suivantes : 3,3 millions de francs en 1956 ; 3,6 millions en 1957 (+ 9,1 %) ; 4,5 millions en 1958 (+ 25 %). Il en résulte : en 1955, 1532 enfants en garderie et 983 en colonie ; en 1957, 2400 enfants en garderie (+ 56,7 %) et 1780 en colonie (+ 81,1 %).

75 Voir l’affiche de Charles Nicolle « Les colonies de vacances » dans le cahier iconographique, illustration V.

76 Voir les plans publiés par Serge Reneau dans Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1983, op. cit., annexe : « Avant-projet de reconstruction du Grand Théâtre (1957) », p. 44.

77 Dans les squares, quartier de l’Eure, à Sanvic… accompagnant les projets de formation d’une clique.

78 Voir S. Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre, 1944-1983, op. cit., chap. 2, 4 : « Une politique culturelle communiste (1956-1959) », p. 178-205.

79 Dépenses sociales : 7,2 % du budget en 1955 mais 11,6 % en 1958 ; dépenses d’éducation : 6,8 % en 1953 et 10,5 % en 1957.

80 Les élus SFIO s’abstiennent le 13 mai 1957, lors du vote sur le budget primitif ; par contre le 12 septembre 1957, ils votent le budget modifié.

81 Voir la photographie de la tour de 72 mètres de haut dans le cahier iconographique, illustration IV.

82 Texte publié dans Le Havre libre une semaine avant la manifestation.

83 R. Cance, A. Duroméa, P. Naze, M. Boisard, L. Eudier.

Table des illustrations

Légende Carte 16 – Les deux circonscriptions depuis 1958
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Carte 17 – Les résultats du PC aux législatives de 1956
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Illustration 28 – Dessins et photographies de trois dirigeants communistes (Albert Duquenoy, André Duroméa, Louis Eudier)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Carte 18 – La pratique religieuse au Havre par paroisse
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Illustration 29 – Photographies de six élus communistes (municipales de 1956)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Illustration 30 – Couverture pour le congrès départemental de l’UFF (Union des femmes françaises), mai 1952 (Charles Nicolle)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Illustration 31 – Deux adjointes communistes dans les municipalités Cance : Georgette Lelièvre et Simone Duval
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Illustration 32 – Simone Duval (à gauche), militante du Mouvement de la paix (photographie de 1951).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Illustration 33 – Campagne de L’Avenir du Havre pour faire signer l’appel de Stockholm (2-8 juin 1950)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Illustration 34 – Portrait d’Henri Martin par Charles Nicolle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Illustration 35 – Photographie de Charles et Line Nicolle, militants communistes, lecteurs de L’Humanité
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Illustration 36 – Dessin et photographie de René Cance
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau no 1 : IVe République : élections municipales et cantonales (1947-1949)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Tableau no 2 : IVe République : élections municipales, cantonales (1951-1954)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau no 3 : IVe République : élections municipales, cantonales (1955-1958)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Tableau no 4 : IVe République : élections législatives (proportionnelle, 1951-1956)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau no 5 : Ve République : élections municipales, cantonales et législatives (1958-1961)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau no 6 : Ve République : élections législatives, cantonales (1962-1964)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Tableau no 7 : Ve République : élections municipales au scrutin majoritaire à deux tours des 14 et 21 mars 1965
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau no 11 : Locaux, cantines, personnels de service
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1202/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search