Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIe partie. Une logique de guerre (1947-1965)

Chapitre 8. La logique de guerre froide : enfermement et violences

Texte intégral

Le discours communiste

Les lieux symboliques

1Le parti communiste s’exprime publiquement par deux grands types d’intervention : le discours politique devant des auditoires rassemblés et le journalisme. Il y a bien entendu des formes d’expression plus individuelles, plus spontanées, comme ce que l’on pourrait appeler le démarchage politique, au porte-à-porte, chez l’habitant, la vente militante de journaux, la prise de parole devant les entrées des usines et pour les dockers, au Pont‑III, la rédaction de tracts, de journaux de cellule et de L’Avenir du Havre, quotidien devenu hebdomadaire en 1948. Ces formes d’expression par nature très diffuses et éphémères, sauf le journal local soumis à l’obligation du dépôt légal, laissent peu ou pas de traces, et en tout cas jamais suffisamment pour constituer un corpus de recherche significatif. Il reste donc à analyser le discours officiel, celui des dirigeants, des permanents, des élus, discours de l’écrit, discours de l’image.

2L’on constate d’abord que le discours officiel s’exprime dans les lieux symboliques, des territoires circonscrits et que l’enfermement du PC, dans la logique binaire de guerre froide, correspond à une rétraction progressive de ces espaces, à un repli sur les bases électorales communistes des 3e et 4e cantons. La reconstruction du centre détruit, les transferts de population de la guerre et de l’après-guerre, l’évolution des fonctions portuaires privent à terme le parti communiste de son implantation dans le vieux centre, les quartiers « marins » de Notre-Dame et de Saint-François. Il se replie au-delà de la « ligne rouge » du mouvement ouvrier havrais, ligne de partage entre les 3e et 4e cantons : le cours de la République avec, côté impair, Franklin (la Bourse du travail), doublé, dans son arrière-cour, du siège de la section locale du parti communiste et de sa librairie, et côté pair, le palais des Expositions, puis le cinéma Eden, lieu de meetings et de projections privées jusqu’en 1961.

  • 1 Voir Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. II : Du négoce à l’industrie, la vie polit (...)
  • 2 Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, p. 311-312 : « Une maison de (...)
  • 3 Voir la photographie (illustration 21) et le texte d’Albert Perrot dans Gilles de La Porte, dir., (...)

3Franklin situé près du centre secondaire du Havre, à la limite des quartiers populaires et ouvriers, et de l’ancienne commune de Graville, n’a pas toujours été le siège des syndicats. Il n’est devenu Bourse du travail qu’à partir de 1898, et avec plusieurs interruptions : l’UL CGT est chassée de Franklin en 1901 ; c’est alors qu’une maison du peuple1 est ouverte 9, rue Lemaistre (5e canton), puis 22, rue de Turenne (3e canton) en 1904 ; enfin en 1907 un théâtre et une maison du peuple, doublés de locaux à usage syndical, fonctionnent de l’autre côté du cours et 8, rue Jean-Bart2 (soit le futur emplacement de l’Éden), puis l’UL CGT, rentrée à Franklin en 1914, en est de nouveau expulsée pendant la grande grève de 19223. En 1939-1940, la signature des pactes germano-soviétiques, la guerre et l’occupation militaire, les bombardements qui ont précédé la Libération ont empêché les syndicats à direction communiste, puis l’ensemble de la CGT, de tenir réunions et meetings à Franklin. Ce bâtiment public municipal reste un enjeu, et la reconstruction de la grande salle Franklin (119, cours de la République, 4e canton), une priorité pour les communistes et la direction de l’UL CGT. La Bourse du travail est en effet le haut lieu de l’histoire du mouvement ouvrier havrais, et de ses événements de référence : la grève et la condamnation à mort du secrétaire du syndicat des dockers-charbonniers Jules Durand, les barricades et les morts de 1922, les grèves et les meetings de 1936, l’arrivée des républicains espagnols à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Mais le cercle Franklin était historiquement un siège d’associations, le lieu de manifestations sportives et pas seulement un ensemble de salles de réunion et de bureaux. Par contre il est resté un espace de rassemblement.

4La guerre, avec l’organisation de la Résistance, a redoublé le caractère symbolique du cours de la République : d’une part l’état-major des FFI a siégé à l’hôtel du Cheval bai, près du Rond-Point ; d’autre part l’occupation des locaux municipaux, puis les destructions, ont amené des transferts de salle au palais des Expositions, large hall pouvant contenir plusieurs dizaines de milliers de personnes. La construction d’un monument aux morts de la Résistance et de la déportation s’est faite place des Expos. Le cinéma Éden, 158-160, cours de la République, est enfin depuis les années trente le lieu de projections privées de films soviétiques, par la section locale du PC et par l’association France-URSS ; il devient à la Libération, comme l’ensemble des cinémas du Havre, une salle de spectacles mais aussi de meetings.

Illustration 21 – La salle Franklin

5Si Franklin est la mémoire du mouvement ouvrier havrais, il est aussi un centre névralgique pendant les mouvements de grève de 1947, 1953, 1965 et 1968, le point de départ de toutes les manifestations, des cortèges du 1er Mai comme des défilés allant jusqu’à la mairie, la sous-préfecture ou le siège des organisations patronales, et revenant à Franklin, sans oublier les mobilisations protestataires contre l’exécution de Julius et Ethel Rosenberg ou contre le risque de coup d’État en mai 1958… C’est pourquoi le parti communiste, en perte d’influence idéologique et politique (il n’a plus qu’une librairie, la Renaissance, et des sections havraises réduites à une en 1950), s’est replié à l’arrière de Franklin, dans un baraquement, siège de la section et du journal, pour une durée de près de vingt-cinq ans.

6Le deuxième lieu de production de discours publics est la mairie du Havre, siège du pouvoir municipal, principal enjeu des luttes politiques locales. La destruction de l’hôtel de ville, le déplacement de la salle de réunion du conseil, dans l’ancien hôpital Pasteur, au pavillon Grosos, ou dans la salle des Beaux-Arts de la rue Jules-Lecesne, l’histoire agitée des municipalités havraises pendant la IVe République font des soirées d’élections (en particulier de celle du maire) et des séances publiques du conseil municipal un temps de prise de parole et d’altercations verbales. Le choix d’Albert Le Clainche puis de Pierre Courant en 1947, celui de Robert Monguillon en 1959 donnent lieu à de violentes apostrophes, suivies d’échauffourées qui faillirent virer à l’émeute en octobre 1947 et en 1959. Dans l’intervalle, la représentation proportionnelle des partis, le caractère public et contradictoire des séances du conseil, la composition politique des salles, toujours physiquement dominées par les militants communistes, donnent au débat un caractère extrêmement vif, relayé par les discours du leader de la principale formation politique, le député communiste, directeur du journal local L’Avenir du Havre, actionnaire du premier quotidien d’information Le Havre libre, l’instituteur René Cance, ou à défaut le secrétaire de l’UL CGT, second député élu en 1956, Louis Eudier, déjà conseiller général du 4e canton.

  • 4 Voir la photographie en couleur dans le cahier iconographique, illustration IV. Jacques Lanzmann, (...)

7Très symptomatique des relations qu’entretient le PC avec la mairie, premier parti politique de la ville depuis 1945, mais exclu des responsabilités municipales jusqu’en janvier 1956, est la tenue, dans l’hôtel de ville à peine reconstruit4, du XIVe congrès du parti communiste, entre les 18 et 21 juillet 1956. Le PC y organise donc sa première manifestation officielle et pavoise la façade, le hall d’entrée, l’escalier et la grande salle aux couleurs du PC, de la FSGT, mêlées au tricolore du drapeau national, en y ajoutant la décoration de tapisseries de Jean Lurçat et les portraits des figures emblématiques du mouvement socialiste, Jaurès et Guesde, Marx et Lénine, ainsi que des dirigeants officiels. Se succèdent alors trois discours : l’allocution d’entrée de René Cance, nouveau maire déclarant « nos victoires, ce sont les victoires de l’unité », ce qui est pour le moins symptomatique d’une orientation politique, le rapport d’activité présenté par le secrétaire général, Maurice Thorez, et le rapport de Jacques Duclos sur « les municipalités communistes au service des masses laborieuses », mais ce qui se joue dépasse singulièrement l’enjeu local puisqu’il y va de la capacité de la direction nationale à tirer les enseignements du XXe congrès du parti communiste d’Union soviétique et des révélations contenues dans le rapport Khrouchtchev. Il s’y ajoute que, plus que d’autres, les communistes sont attachés à la symbolique des lieux et des noms. Pendant la gestion de Pierre Courant, ils mènent une bataille (perdue) pour que le patronyme d’Auguste Delaune, né à Graville, secrétaire général de la FSGT, résistant interné, torturé à mort, soit donné au grand stade municipal, et non celui de l’ancien maire Jules Deschaseaux, et ce sont eux qui, pendant les trois ans que dure la première municipalité Cance, multiplient les inscriptions de figures du mouvement ouvrier et révolutionnaire, et d’abord les noms de résistants, dans de multiples espaces publics.

Illustration 22 – L’Avenir du Havre, 14-21 août 1952 : commémoration de la grève de 1922

  • 5 Elle en reprend les thèmes : par exemple, en 1954, l’appel à l’union, la défense de l’indépendance (...)
  • 6 La grève est commémorée par Gaston Monmousseau le 24 août 1952 : voir la première page de L’Avenir (...)

8Le troisième lieu d’intervention publique, c’est la fête du journal communiste local, L’Avenir du Havre, qui se tient chaque premier week-end de juillet dans la forêt de Montgeon, au bois des Hallates. Fête de la section communiste locale5, elle se dédouble aussi en fête de la section d’Harfleur, banlieue du Havre, ou en fête des cellules de quartier, du plateau d’Aplemont-Frileuse et Rouelles, organisée sur le terrain de la Pommeraie, les 4 et 5 septembre 1948. Elle a enfin son équivalent fédéral, chaque premier week-end d’août, au parc des Chartreux, à Petit-Quevilly, dans la banlieue ouvrière et communiste de Rouen. Montgeon n’est pas seulement un lieu agreste, donnant à la fête un caractère champêtre, c’est aussi un endroit symbolique puisque c’est dans une clairière de la forêt que les ouvriers en grève de 1922, chassés de la salle municipale Franklin, tinrent meeting avec, entre autres, la participation de Gaston Monmousseau6. De même référence à l’histoire du mouvement syndical est l’organisation d’une fête de l’églantine, les 14 et 15 mai 1949.

L’écrit et la parole

  • 7 Voir Annie Kriegel, Les communistes français : essai d’ethnographie politique, Paris, Seuil, 1985.

9La parole communiste, c’est d’abord celle des dirigeants nationaux, participant personnellement, ou représentés par le premier secrétaire fédéral, Roland Leroy, à toutes les réunions liées au fonctionnement interne de l’appareil politique : conférences de section, fédérales, comptes-rendus de congrès ou de sessions du comité central. Ils sont encore présents dans les conjonctures de crises : les grèves de la fin 1947, la crise de la deuxième quinzaine de mai 1958, le mouvement de mai-juin 1968. Mais les dirigeants du parti sont aussi partie prenante de manifestations à caractère symbolique, par exemple la commémoration annuelle de l’anniversaire de la révolution d’Octobre, et les commémorations décennales, par exemple 1947 et 1967, font venir des personnalités liées à la génération historique, celle de la première bolchevisation7, comme Marcel Cachin et Jacques Duclos, dans une manifestation de réaccomplissement du rite fondateur.

10Un deuxième type de mobilisation de l’appareil dirigeant est lié à la période préélectorale et à la fête de Montgeon. Dans ces deux cas, le discours s’adresse à des auditoires hétérogènes, faiblement militants, et il est d’abord de nature pédagogique : il martèle le nom des candidats, fait le point sur la conjoncture, les enjeux et appelle à la mobilisation. Il faudra attendre le début des années soixante-dix pour que le discours intègre des éléments de débats publics ; jusqu’alors les dirigeants « parlaient à la population » ou « s’adressaient aux Havrais », dans la même posture que le professeur faisant un cours magistral.

  • 8 Le Havre libre, 28 juin 1968.

11Un troisième mode d’intervention est la caution que donne la présence physique d’un dirigeant à une réorientation politique majeure. Par exemple, le 2 décembre 1965, juste avant le premier tour de l’élection présidentielle, Paul Laurent réexprime le soutien public de la direction nationale à la candidature d’union de François Mitterrand. De même Jeannette Vermeersch, à la veille du second tour des élections législatives de 1968, vient réitérer publiquement la condamnation politique de Daniel Cohn-Bendit et des dirigeants du mouvement étudiant, avant de déclarer que les ouvriers en grève avaient fait « la démonstration de la capacité de la classe ouvrière à gérer les entreprises »8, ce qui, après les résultats du premier tour, manquait singulièrement d’actualité politique et n’avait d’efficace que dans l’ordre du symbolique, en relation avec la personnalité de la dirigeante et son identification de longue durée au mouvement communiste international. Plus encore, l’intervention directe d’un dirigeant de première ligne permet d’accélérer le processus de revirement stratégique : le 4 octobre 1947, soit une semaine après la conférence de Sklarska-Poreba (22-28 septembre 1947), Jacques Duclos se substitue aux anciens ministres communistes annoncés, et vient, au palais des Expositions, tenir un discours d’inspiration très jdanovienne. De même Georges Marchais, secrétaire du comité central, intervient-il au lendemain du XVIIIe congrès de Levallois-Perret, pour amplifier l’écho de l’accord électoral conclu avec la FGDS, dans la perspective des législatives de mars 1967. Il reste des prestations particulières, inclassables, celles des secrétaires généraux du PC ou de leur représentant à la tête de la fédération, c’est-à-dire Roland Leroy. Ce dernier, élu premier secrétaire en mai 1948 puis secrétaire du comité central, à partir d’octobre 1960, est en effet resté le vrai « patron » de la fédération de Seine-Inférieure devenue Maritime.

  • 9 Voir, chapitre 10, la première page du journal de la cellule Charles-Tillon, avec le dessin de Cha (...)
  • 10 Paul Thorez, Une voix presque mienne, Paris, Lieu commun, 1985, p. 47.
  • 11 Waldeck Rochet lit le discours de clôture… Roland Leroy est promu, entre deux congrès, secrétaire (...)

12Maurice Thorez9 vint parler « à la population havraise », au palais des Expositions, le samedi 7 février 1948 : ayant fait une analyse de conjoncture sur les moyens de lutter contre l’inflation, après l’adoption du plan R. Mayer, il entama ensuite une leçon d’histoire du mouvement ouvrier, en référence aux journées de février et de juin 1848, et à février 1934, pour en arriver au souvenir d’une réunion semblable, tenue avant guerre, de protestation contre la non-intervention en Espagne avec Gabriel Péri, au cercle Franklin, « pour appeler les ouvriers à la lutte contre le fascisme ». Ce meeting fut suivi par plus de 10 000 personnes et se termina par le chant de La Marseillaise et de L’Internationale, avant une remise de cadeaux, dont un presse-papiers en forme d’enclume… Maurice Thorez revint au cercle Franklin, le 5 février 1950, signer 1562 exemplaires de la deuxième édition de Fils du peuple, puis après son éloignement en URSS (d’octobre 1950 à avril 1953) une dernière fois, pour le XIVe congrès, en 1956. Comme l’écrit son fils Paul : « L’été passa. En juillet le PCF tint son congrès au Havre. Pour la circonstance mon père fut logé dans une grande villa de style néogothique, à quelques kilomètres de la ville, sur les falaises d’Yport. »10 Ce congrès qui fut celui de la non-déstalinisation fut aussi celui de la promotion politique de Roland Leroy, au titre de la direction thorézienne, dans une logique de préparation de la succession du secrétaire général11.

13Quant à Waldeck Rochet, il vint au Havre, le 18 février 1968, pour manifester en tête du « défilé de la solidarité », qui achevait la campagne de mobilisation en faveur d’un « bateau pour le Vietnam » (du Nord), prêt à appareiller.

14La parole communiste, c’est aussi celle des dirigeants locaux, alors qu’ils sont dans l’opposition, de 1947 à 1956 et de 1959 à 1965. S’ils sont à la direction des affaires communales, leur expression tend à se confondre avec leur gestion, étant donné la loi de l’unanimité, de règle chez les communistes dans l’intervention publique. De plus, comme l’a rappelé Jacques Duclos dans son rapport au congrès de 1956, les élus municipaux communistes sont sous la direction de la (ou des) section (s) locale (s) et sous la responsabilité des autorités fédérales, en sorte que si l’on peut repérer, dans leur discours, des nuances, il ne s’agit jamais de contradictions. Toute reformulation de l’orientation des directions politiques peut porter la marque d’un tempérament ou d’une sensibilité « syndicale » – ainsi Louis Eudier, dont les interventions rappellent celles de Benoît Frachon au bureau politique – mais elle ne peut être l’expression d’une quelconque opposition, le modèle des élus communistes étant, d’après Jacques Duclos, celui de militants attachés au parti et liés aux masses, c’est-à-dire « des hommes et femmes qui écoutent, qui voient et qui ont du cœur ».

  • 12 Par exemple dans le refus de la loi Debré.
  • 13 Selon la formule de Georges Lavau dans À quoi sert le Parti communiste français ?, Paris, Fayard, (...)

15Quant au discours d’opposition, il n’est pas que négatif. D’une part le leader communiste, René Cance, est aussi député et directeur de journal, et il donne au débat politique une dimension nationale, dans la mesure où les initiatives locales sont mises en rapport, voire en contradiction avec les politiques gouvernementales : ainsi les grands projets de reconstruction de Pierre Courant sont-ils, à travers l’étude chiffrée des budgets nationaux, déclarés incompatibles avec la priorité donnée au financement de la guerre coloniale d’Indochine, ou encore le maire SFIO Robert Monguillon, à la tête d’une municipalité UNR-indépendants, est-il mis systématiquement en contradiction12 avec le retour à l’opposition de la direction nationale de son parti. D’autre part, les élus communistes se constituent, par leurs interventions publiques, en « tribunat de la plèbe »13, se faisant l’expression de ceux qui sont sans voix : les ouvriers, les pauvres, les exclus, traduisant leurs drames en matière de logement, d’emploi, de conséquences de la guerre…

16Ils ajoutent encore des propositions concrètes, allant dans le sens d’une alternative à direction communiste, par exemple des objectifs de réforme fiscale, des projets d’équipement culturel comme moyen d’une démocratisation de l’accès à la culture. Le discours d’opposition des dirigeants communistes est donc une forme double : une illustration de leur ligne générale et de leur fonction de relève politique gestionnaire.

  • 14 L’Avenir du Havre est en dépôt légal à la Bibliothèque nationale, département des périodiques.

17Le discours communiste, c’est encore l’écrit, l’expression journalistique et pas seulement dans leur quotidien local. Les communistes havrais disposent en effet de deux tribunes. D’une part L’Avenir du Havre est l’organe du rayon puis de la section communiste de 1935 à 1939, et de 1945 à 1952. Ce journal d’opinion qui redouble au Havre L’Avenir normand, quotidien fédéral, et qui est dirigé par René Cance, subit les conséquences de la ligne d’inféodation du PC à la direction politique du PCUS. Dans le cadre général du déclin de la presse communiste locale, il devient hebdomadaire le 13 mars 1948, puis cesse de paraître en 195214. D’autre part, eu égard à l’action des communistes dans la Résistance, deux dirigeants communistes havrais, René Cance et Pierre Naze, sont devenus administrateurs du Havre libre, premier quotidien d’information locale, créé, à la Libération, sous l’égide du tripartisme.

  • 15 L’Avenir du Havre, 20 mars 1948.

18À ce titre, ils ont le droit statutaire d’y faire publier un éditorial par quinzaine. L’analyse des interventions communistes, publiées sous la forme de « libres opinions », l’étude de contenu et de fréquence, la comparaison avec les articles parus la même année, 1947, dans L’Avenir du Havre amènent à quelques constatations. D’abord du début de l’année à octobre 1947, c’est-à-dire y compris après la révocation des ministres communistes, les articles écrits dans les deux journaux sont très proches de ton et de contenu, quand ils ne sont pas de simples décalques. C’est à partir d’octobre 1947 et à la suite de la conférence des partis communistes européens que le ton change brutalement, devient violent, agressif, sans nuances dans la dénomination des adversaires politiques : Pierre Voisin, ancien adjoint de la municipalité Courant nommée par le gouvernement de Vichy, mais élu en 1945, est qualifié de « vichyssois », l’ancien maire de 1941 à 1944, élu en 1947, Pierre Courant, est dénoncé comme « vychiste » et « francisquard ». Les socialistes sont déclarés « traîtres » à la France et à la classe ouvrière. La violence du ton qui culmine avec l’affaire Cance (1948-1949), attaqué « par la presse pourrie et les valets nazis du parti américain »15, fait que le journal est traduit en correctionnelle (en avrilmai 1948), alors qu’il a déjà cessé de paraître quotidiennement.

  • 16 Parmi une série d’articles parus en 1947, 15 jusqu’en octobre portent sur des thèmes aussi variés (...)

19Ces difficultés traduisent les règlements de comptes et le repli stratégique auquel a été contraint le parti communiste. Mais allant jusqu’au bout de la logique d’enfermement à laquelle le contraint l’organisation internationale, le parti communiste cesse brutalement de publier régulièrement des éditoriaux, dans Le Havre libre, le vendredi 28 novembre 1947, et interrompt ses publications, après les cantonales de mars 1949 et une dernière tribune libre sur « les partisans de la paix » dirigés par Charles Tillon16. S’il y a une reprise méthodique d’éditoriaux et d’articles, signés par les deux administrateurs communistes de la Société havraise de la presse républicaine, à partir de 1953, c’est dans le cours des campagnes électorales ou du fait de l’absence de journal communiste local, en relation avec la nécessité de faire publier une information précise, concrète sur le programme communiste ou sa gestion à la direction municipale.

20Cette évolution appelle quelques commentaires. L’on peut constater d’abord que les dirigeants communistes locaux s’alignent, avec un certain décalage dans le temps, sur les consignes nationales et internationales. Le Havre libre qualifié par l’Avenir, le 17 novembre 1947, d’« organe du parti américain » passe dans le camp d’adversaires avec lesquels il n’est progressivement plus question de collaborer. Le quotidien du tripartisme, de sensibilité plutôt socialiste à la Libération, est devenu l’organe de la troisième force, mais par comparaison avec l’autre quotidien Le Havre, ouvertement à droite, il reste un journal de gauche, soutenant les candidats de la SFIO ou du MRP, à l’image de son éditorialiste André Fatras, de sensibilité démocrate-chrétienne, adjoint chargé de la Jeunesse et des sports dans la municipalité SFIO-UNR dirigée par Robert Monguillon, qui prend des positions laïques et anticolonialistes mais aussi anticommunistes.

  • 17 Voir les chiffres de tirage et de diffusion en annexe 1.
  • 18 Formule empruntée à Raymond Pronier, Les municipalités communistes, Paris, Balland, 1983.

21Le parti communiste s’est donc privé d’un moyen d’intervention privilégié, d’autant plus intéressant que Le Havre libre a une diffusion de masse17 et qu’il est le premier quotidien d’information dans l’agglomération. Comment l’expliquer ? Et surtout comment expliquer que des éditoriaux et des commentaires politiques cessent d’être publiés pendant la période d’apogée de la guerre froide ? et même au-delà… Certes, à partir de janvier 1956, les communistes tirent profit de leurs mandats électoraux (2 députés et la direction de la municipalité) pour intervenir ès qualités dans la presse locale, mais ce type de publications ne fait pas le départ entre l’intervention publique des élus et celle de la structure politique. Et cela révèle la « municipalisation du PC »18 qui s’établit comme chaque fois que la direction politique est confrontée à un faible actif militant.

  • 19 Maurice Duverger, François Goguel et Jean Touchard, Les élections législatives du 2 janvier 1956, (...)

22Plus encore, le parti communiste semble entretenir avec la presse des rapports problématiques, surdéterminés par la conjoncture politique. D’un côté, il ne pense pas que le journalisme à grande diffusion fasse à lui seul, et même de façon privilégiée, le résultat des élections. Et de fait, si l’on prend l’exemple du Havre libre, son soutien déclaré, en janvier 1956, au député sortant MRP, Louis Siefridt, n’empêche pas ce dernier « d’être battu et de perdre la moitié de ses voix »19 (par contre le PC a un député supplémentaire). De l’autre, la direction communiste est consciente du fait que si les interventions dans la presse locale ne sont pas électoralement déterminantes, elles sont cependant utiles en fin de campagne pour tenter de rallier les indécis, d’où ses appels.

23Enfin, sachant la faiblesse du nombre des militants communistes (600 adhérents pour 20 000 électeurs d’après le bilan fait à la conférence de section Havre ville des 12-13 novembre 1949) et les difficultés de la presse d’opinion, l’on ne peut que constater que l’entrée dans la conjoncture de guerre froide entraîne une décision d’autocensure à caractère idéologique. Le passage d’une profusion d’articles et d’éditoriaux à des interventions limitées, ponctuelles amène à penser que le parti communiste a alors une conception instrumentale de la presse, tentant de la réduire à se mettre au service du parti, de ses objectifs électoraux ou politiques, ou à être un moyen d’agitation ; il ne l’utilise plus comme support spécifique de transmission d’une analyse globale. Si les résultats des élections locales n’en sont pas affectés, l’influence politique du parti communiste ne peut qu’en être affaiblie.

Censures artistiques et théories esthétiques

  • 20 L’Avenir du Havre, qui a fait paraître l’affiche dans le numéro 40 des 10-16 décembre 1948, est po (...)
  • 21 Voir Jean-Claude Lahaxe, Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide (1949-1954), P (...)

24Des artistes et des écrivains communistes ou réputés tels ont été confrontés, pendant la période de guerre froide, aux mécanismes de la censure politique et idéologique, que ce soit Roger Vailland pour Le colonel Foster plaidera coupable ou le peintre réaliste socialiste André Fougeron pour son affiche Union et action pour sauver la paix20, du fait de leurs engagements contre la guerre d’Indochine et dans le Mouvement de la paix… Des projections de films soviétiques comme Mitchourine (La Vie en fleur) de Dovjenko furent interdites en 1950. Il en alla de même, en 1954, pour le film d’Alain Resnais Les statues meurent aussi ou le film de René Vautier Un homme est mort. Mais la censure officielle a parfois été redoublée par une censure artistique comme celle dont fut victime Le Rendez-vous des quais de Paul Carpita21.

  • 22 Jean-Louis Comolli, « Qui censure qui ? », Libération, 21 juin 1989.

25Ce film, d’abord appelé Le printemps a besoin des hommes, tourné à Marseille en 1953-1954 par un jeune instituteur communiste, avec le soutien du quotidien La Marseillaise, du député François Billoux et de l’UL CGT, fut interdit de projection publique en juillet 1955, parce qu’il montrait « une grève […] contre la guerre d’Indochine », et des « scènes de résistance à la force publique susceptibles de troubler l’ordre », mais « cette histoire simple d’amour et d’engagement, de fidélité et de fraternité menacées, sur fond de grève des dockers », ne fut de nouveau projetée publiquement qu’au printemps 1989, dans le cadre des « Écrans de la liberté », par la Cinémathèque française, alors que son metteur en scène avait pensé que la copie saisie était détruite. Il y a donc eu une seconde censure, que le cinéaste Jean-Louis Comolli qualifie d’artistique. Et de fait ce projet cinématographique très original, par ses conditions de production (des acteurs locaux et non professionnels), son sujet enraciné dans le milieu des dockers et la région marseillaise, son tournage en décors naturels, ne pouvait que déplaire, au regard des normes artistiques dominant en France dans les années cinquante. Peut-être ce « cinéma sauvage » témoignait-il d’« une liberté de ton, de jeu et d’écriture qui ne cessait de le porter en amont vers Jean Renoir et en aval vers la future nouvelle vague »22. Il n’y aurait pas de néoréalisme à la française…

  • 23 Le film porte le même titre qu’un livre de Jean Jausion publié en 1945 aux éditions Gallimard, dan (...)
  • 24 Succès dont témoigne L’Écran français, no 224, du lundi 17 octobre 1949, parlant d’une « salle rem (...)

26Le Havre présente l’exemple inverse d’un film censuré par la direction municipale, à la demande du parti communiste (de la section locale) et de l’UL CGT pour des raisons politiques, idéologiques et artistiques. Ce film, Un homme marche dans la ville23 de Marcello Pagliero, ancien assistant de Roberto Rossellini, a été tourné au Havre, en 1949. Il raconte une histoire d’amour et de mort dans le milieu du port et c’est là ce qui fait problème aux yeux des communistes. Si la première projection publique du film, le 11 octobre 1949, à l’Éden, au profit de la caisse de solidarité aux vieux dockers fut un grand succès24, en revanche la réaction négative des communistes fut instantanée : l’Avenir parla immédiatement d’une avant-première « scandaleuse », où « des millions ont été dépensés pour calomnier la classe ouvrière dans un film infect » (en première page de l’hebdomadaire communiste local des 14-20 octobre 1949). L’auteur de l’article, Jean Ferrand, docker, ancien secrétaire de la section communiste, y dénonçait un film dans lequel les ouvriers (dockers) étaient « montrés comme des ivrognes » et leurs épouses comme « des chiennes en rut »… alors que tous étaient d’« honnêtes travailleurs », et il ajoutait : « À travers les dockers, c’est toute la classe ouvrière qui est atteinte. »

27Ce film devait être diffusé, à partir de mars 1950, mais il tomba dans un contexte de luttes et de grèves des dockers qui refusaient de charger et de décharger du matériel militaire et il fut l’objet d’un tir de barrage de l’ensemble de la presse et du discours communistes (Roland Leroy au congrès de Gennevilliers 2-6 avril 1950). L’Avenir des 14-20 avril 1950 parla de « film abject, insultant », de « classe ouvrière havraise insultée », après que L’Humanité du 13 mars eut écrit : « Un homme marche dans la ville devra être impitoyablement chassé des écrans français », sans doute pour « atteinte au moral de la classe ouvrière », selon L’Écran français du 31 mars 1950. Suivit une mobilisation des dockers, des sections communistes et de l’Union locale CGT, le mardi 11 avril 1950 visant à obtenir l’annulation des projections programmées à partir du mercredi 12, interdiction demandée par Louis Jochem, secrétaire de l’UL, non communiste, et Albert Duquenoy, ancien docker, ancien secrétaire de la section communiste Havre port, conseiller municipal, interdiction obtenue, en avril 1950, de Robert Lenoble, adjoint de Pierre Courant, indépendant. Ce retrait des écrans fut salué par L’Avenir du Havre « comme une grande victoire de l’action unie des travailleurs ».

  • 25 Voir aussi la lettre ouverte du syndicat CGT des dockers de Marseille à Marcello Pagliero, publiée (...)

28Cette censure est doublement caractéristique. D’une part elle témoigne que des qualités professionnelles du cinéaste Marcello Pagliero, ancien assistant de Roberto Rossellini, acteur ayant joué le rôle d’un résistant communiste dans Rome, ville ouverte et celui d’un militant ouvrier assassiné dans Les jeux sont faits, les communistes ne retiennent que le caractère indépendant, peut-être les rapports avec l’existentialisme et les relations privilégiées avec les anarcho-syndicalistes. D’autre part, cette demande d’interdiction révèle que les communistes veulent exercer un droit de contrôle sur les images de la classe ouvrière25, ne tolérant ni hommes ordinaires, ni violences conjugales, ni adultère ou alcoolisme… au nom de leur morale et plus encore à cause des impératifs esthétiques de la doctrine d’Andreï Jdanov, c’est-à-dire la volonté de ne montrer à l’écran que des héros positifs, inscrits dans une histoire collective, ouvrant pour un projet de transformation radicale des rapports sociaux, tout ce qui sera montré dans le film emblématique Vivent les dockers de Robert Menegoz en 1951.

29Et pourtant le film remarquable de Pagliero est au confluent de plusieurs types de cinéma, celui des films noirs et du néoréalisme italien. Cette histoire simple d’amour et de mort met en scène des individualités fortes, des figures contrastées : un contremaître courageux parce que choisissant de défendre la cause des ouvriers, mais qui reste un homme seul, préservant son autonomie (et à ce titre plus syndicaliste révolutionnaire que communiste stalinien…), un ouvrier docker, mari alcoolique et brutal, autant victime que coupable, une femme infidèle mais déjà émancipée, choisissant son amant mais refusant les avances du patron et désavouant l’alcoolisme ouvrier.

30Plus encore, ce film, tourné en décors naturels, montre un paysage urbain, celui du Havre d’après les bombardements, avec ses immeubles éventrés, ses équipements détruits, ses habitants qui tentent de se réapproprier un espace dévasté. Il filme aussi les lieux de travail, les conditions d’embauche au BCMO, la sociabilité ouvrière dans les bistrots du port. Il porte à l’écran tout ce que décrivent les enquêtes à caractère sociologique : la misère d’une classe ouvrière confrontée à des problèmes d’endettement, d’entassement dans des locaux d’infortune, d’alcoolisme, mais aussi la solidarité traditionnelle et toujours agissante, dans le milieu des dockers, comme la double collecte au profit de la veuve de l’ouvrier tué ou en faveur de l’ouvrier africain condamné. Enfin la sociabilité masculine des ouvriers du port, celle des cafés comme celle des lieux de travail, est à l’image pendant toute la durée du film. Les premiers spectateurs ne s’y sont pas trompés, reconnaissant, avec bonheur, et leur ville et leur vie. Mais les communistes ont condamné un projet esthétique à la fois novateur et inscrit dans l’histoire du cinéma, et d’abord celui de Jean Renoir. Outre ses qualités formelles, le film semble se référer aux acteurs, actrices et productions des années trente : comment ne pas penser que Ginette Leclerc campe un personnage de garce inspiré par Simone Simon, la femme infidèle du chef de gare de La Bête humaine, film tourné en 1938 et dont le port d’attache fut Le Havre ? Comment ne pas évoquer au travers du héros masculin, le personnage de Jean, ce type de figures viriles, emblématiques des classes populaires, longtemps incarnées par Jean Gabin ? Quant au personnage du mari trompé, figure récurrente du cinéma et du théâtre d’avant-guerre, il est plus encore chargé d’une lourde hérédité alcoolique comme celle des Rougon-Macquart… Mais ce film est aussi dans la lignée du néoréalisme italien (Visconti, assistant de Renoir), dans la vérité sociale de ces hommes et de ces femmes en situation. On est loin, au contraire, du réalisme poétique de Quai des brumes, censé se passer au Havre. Le port n’y est pas, comme dans le chef-d’œuvre de Carné-Prévert, un lieu rêvé, point d’embarquement pour un « ailleurs », mais le siège d’une réalité crue et déterminée, celle du Havre d’après-guerre avec ses ouvriers, ses ruines, ses drames ordinaires.

31La censure politique et idéologique a bien été redoublée par une censure artistique faisant avorter une tentative pour créer une avant-garde esthétique, un néoréalisme à la française, c’est-à-dire une création qui ne serait ni le réalisme socialiste tel qu’il a été adapté par Louis Daquin ou Robert Menegoz, ni les productions dominantes de cette année 1949 : Occupe-toi d’Amélie de Claude Autant-Lara, Une si jolie petite plage d’Yves Allégret, Manon de Henri-Georges Clouzot et Jour de fête de Jacques Tati. Le parti communiste a donc rompu avec ses références à la culture nationale populaire, celle de Jean Renoir, mais il n’est pas non plus en phase avec ce qu’il y a de plus créatif dans la cinématographie internationale, le néoréalisme italien. Il reprend mécaniquement à son compte les thèses de Jdanov, comme il est un agent actif de la diffusion de la production cinématographique soviétique.

  • 26 Pour avoir publié une affiche du peintre André Fougeron, qui représentait une petite fille tuée pa (...)

32Par contre dans les arts plastiques, structurés depuis septembre 1948 par le « nouveau réalisme socialiste »26, il y eut une première enquête sur « le réalisme en peinture », lancée par L’Avenir du Havre, dans la seconde moitié de janvier 1949, puis dans le cadre de l’exposition des peintres ouvriers, organisée par l’UL CGT (Louis Eudier, Charles Nicolle), à partir du 10 mars 1951, des artistes, intellectuels, journalistes, enseignants et ouvriers furent conviés à une large discussion sur le « réalisme dans l’art », le vendredi 16 mars, jusqu’à ce qu’un concours organisé par l’UL CGT, au mois de mars 1952, sur le thème « les travailleurs veulent la paix », propose à chaque artiste d’exprimer « sa volonté de paix, son amour de la vie et son horreur de la guerre selon ses sentiments personnels et son propre tempérament ».

  • 27 Armand Salacrou avait d’abord été adhérent de la SFIO, fondateur des Jeunesses socialistes du Havr (...)

33La pièce d’Armand Salacrou Boulevard Durand dont la première fut jouée au Havre le 19 septembre 1961, au cinéma ABC, témoigne à sa façon de la diffusion d’un certain réalisme au théâtre. Chronique d’un procès oublié, celui du secrétaire du syndicat des dockers-charbonniers, injustement condamné à mort le 25 novembre 1910, elle traite d’une erreur judiciaire et met en scène les rapports de classes entre patrons et ouvriers. L’auteur, Armand Salacrou, d’origine havraise, fils d’un adjoint de la municipalité radicale dirigée par Léon Meyer, fut témoin, dans son enfance, de toute l’affaire ; un colistier de son père, le jeune avocat René Coty, fut le défenseur de Jules Durand, et un de leurs amis, le docteur Fauvel, présidait la section locale de la Ligue des droits de l’homme. Les uns et les autres s’engagèrent dans le comité de soutien au « Dreyfus ouvrier ». Lui-même, ancien rédacteur à L’Humanité27 devenu auteur à succès, eut un parcours politique orienté à gauche, faisant de lui, en 1956, le partisan déclaré du nouveau maire communiste, René Cance.

  • 28 Voir la lettre de Louis Eudier à tous les secrétaires de syndicat du 30 août 1961, en annexe 3.
  • 29 La citation est extraite, comme la précédente, de la postface à la pièce Boulevard Durand publiée (...)

34Pour autant, il n’écrit pas une pièce de commande mais décide de « suivre son sujet sans aucune sorte de recherches soi-disant littéraires ou théâtrales ». Sa pièce obtient le soutien déclaré de l’UL CGT et de son secrétaire général, Louis Jochem, et une représentation, à usage du public populaire, est donnée le jeudi 21 septembre 1961 dans la grande salle Franklin, à l’initiative des syndicats CGT, de leur secrétaire adjoint Louis Eudier et du secrétaire du syndicat des charbonniers, Roger Le Marec, vieux militants communistes28. Ce qui fait l’extraordinaire succès de la représentation donnée par le centre dramatique du Nord dirigé par André Reybaz, c’est, comme l’écrira le critique théâtral du journal Témoignage chrétien, dépêché sur place, « la rencontre d’une œuvre et d’une foule enfin consciente de son histoire »29. Plus encore l’émotion du public ouvrier devant l’évocation de celui qui fut l’une de ses grandes figures, symbole, comme l’écrivit Louis Jochem, de « la lutte de la classe ouvrière pour défendre son droit à la vie », détermina un processus d’identification tel que l’acteur, chargé d’incarner le fondé de pouvoir, auteur de la machination patronale qui allait aboutir à la condamnation à mort de Jules Durand, peine commuée mais qui se transforma en folie mortelle, eut toutes les peines du monde à se faire reconnaître comme comédien.

Illustration 23 – Portraits d’Armand Salacrou, auteur de Boulevard Durand

  • 30 D’où le regret exprimé par Matthieu Galey dans le journal Combat (8 novembre 1969) et Les Nouvelle (...)
  • 31 Bertolt Brecht, Écrits sur le théâtre (Schriften zum Theater), Paris, L’Arche, 1972.

35La pièce avait été construite sur un argument principal, l’antagonisme des classes, et amenait le critique du journal Le Monde, Bertrand Poirot-Delpech, à se poser la question de savoir si « les grandes épreuves sociales ne représentaient pas, de nos jours, la matière théâtrale par excellence ». Mais en dépit du succès public (six représentations au Havre, au lieu des deux initialement prévues), la pièce ne fut reprise que dans quelques salles parisiennes et à l’étranger, après avoir été refusée par les plus grands directeurs de troupe (Barrault, Vilar). Boulevard Durand fut joué de nouveau au Havre en 1970, par le théâtre Romain-Rolland de Villejuif, dans le cadre de la décentralisation. On peut penser que cette pièce ni classique par sa facture, ses thèmes et ses personnages, ni d’avant-garde était déjà dépassée30. Il n’est pour cela qu’à faire référence à Bertolt Brecht et à ses Écrits sur le théâtre, datant de 1930, dans lesquels il explique « quelques-uns des déplacements d’accent par lesquels on passe du théâtre dramatique au théâtre épique » et les vertus politiques de la distanciation31.

L’enfermement et les tentatives de sortie : le PC en quête d’alliances

Union à la base

  • 32 Ces mouvements et associations sont étudiés dans le chapitre 9 : « Le PC à la conquête de l’opinio (...)
  • 33 À la même date (avril 1947) les sections de Rouen du PC et de la SFIO « donnent l’exemple de l’uni (...)

36Pour échapper à l’isolement, le PC de guerre froide peut faire intervenir les mouvements qui lui sont organiquement liés et les associations situées dans sa sphère d’influence32, en particulier les syndicats CGT et le Mouvement de la paix ; il peut aussi, à partir d’octobre-novembre 1947, multiplier les comités de base, les « soviets d’union » comme les appellera Charles Tillon dans son livre Un procès de Moscou à Paris, ou cartels d’organisations. Au lendemain de la création du RPF, le PC tente de créer des comités de vigilance républicaine, puis des comités de défense de la République33 décentralisés au niveau des quartiers et des usines. Un comité d’action laïque, comprenant des socialistes (dont Albert Le Clainche, le président), des syndicalistes (CGT, SNI), des représentants de mouvements de jeunesse (UJRF et Jeunesses socialistes) et des laïques, est fondé le 5 mai 1947, soit le jour même de l’annonce de la révocation des ministres communistes.

  • 34 Le comité est élu au Havre le 1er décembre 1947 ; il existait, à Paris, depuis le 26 novembre.

37Dans le contexte des grèves de l’automne 1947, un comité central de grève (semble-t-il à l’imitation du comité central de la garde nationale de la Commune de Paris) présidé par Louis Eudier est élu34. Des structures de solidarité avec les mineurs en grève, en particulier pour accueillir leurs enfants, sont mises en place en 1948, déterminant en retour la même solidarité pour les enfants des dockers du Havre et de Rouen, qui refusaient de décharger le matériel de guerre américain en 1950. Puis des comités de la journée de salaire, en solidarité avec les grévistes de l’été 1953, rassemblent des personnalités communistes, de la gauche laïque (SFIO) et chrétienne (APF), des radicaux, des MRP, des prêtres et des pasteurs. Enfin un comité d’unité d’action devenu comité de défense de la SNCAN (fermée le 1er octobre 1953) et qui regroupe l’ensemble des syndicats CGT, CFDT, FO et CGC et les partis communiste et socialistes (SFIO et nouvelle gauche) est constitué en octobre 1953.

38La création d’un conseil communal de la paix en 1949, cartel d’organisations politiques et syndicales, dominé par le PCF et la CGT, à l’image des structures laïques, a permis de développer des structures unitaires jusqu’au niveau des quartiers et des usines. La lutte pour la paix et contre les conséquences, humainement désastreuses, des guerres coloniales a été un des grands vecteurs de rassemblement à gauche. Ainsi, pendant la guerre d’Indochine, les témoignages de mères de soldats et, en 1956, la formation d’un Comité de mères et de femmes de camarades rappelés pour la guerre d’Algérie ont été des initiatives caractéristiques de la volonté des communistes de mobiliser, ou à défaut de faire évoluer l’opinion publique dans le sens d’une recherche de solutions négociées.

39Les mois de novembre 1956 (avec la double intervention des chars soviétiques en Hongrie) et la durée du gouvernement de Gaulle, de l’investiture votée le 1er juin 1958 à l’élection présidentielle du 21 décembre, ont été des temps forts de l’isolement des communistes, en dépit de leurs efforts pour échapper à l’enfermement.

40En 1956, les manifestations anticommunistes qui suivent la première puis la seconde intervention soviétique en Hongrie (le 30 octobre puis le 7 novembre), manifestations sans violence, d’après Le Havre libre, contrairement à ce qui s’est passé à Paris, font obstacle à toute contremanifestation antifasciste. Par contre, ce sont tous les alliés potentiels de la municipalité à direction communiste, c’est-à-dire la nouvelle gauche, la SFIO, les radicaux-socialistes, l’UNEF, la CFTC, FO et la CGC qui condamnent l’écrasement de l’insurrection hongroise. Le meeting antifasciste organisé, le 13 novembre, par la CGT ne peut masquer le caractère élémentaire (il y a eu deux morts communistes dans les affrontements du 7), minimal, de la solidarité des militants de base de la CGT avec le PC (selon Le Havre libre).

  • 35 Le Havre libre fait état de peu de débrayages dans la métallurgie et le bâtiment, le 13 mai (aucun (...)

41Si la crise de mai 195835 voit se mettre en place un comité universitaire de défense des droits et libertés (composé de communistes, socialistes, radicaux et républicains), la tentative du PC relayé par la CGT de créer des comités antifascistes débouche sur une manifestation, limitée à 1500 personnes, mais comprenant des représentants de la CFTC et de la Ligue des droits de l’homme, le 28 mai. Des manifestations se déroulent encore les 30 et 31 mai, le 1er juin, et rassemblent des élus communistes, socialistes et radicaux, à l’appel de l’UL CGT et du comité de vigilance de la Ligue des droits de l’homme, mais l’investiture votée au général de Gaulle et la formation d’un gouvernement comprenant des ministres SFIO, UDSR, MRP et radicaux cassent les formes unitaires de la « résistance » politique, car le PC perd aussi la participation de FO et de la CFTC. Les comités de défense de la République et des libertés constitués en juin 1958 se limitent au PC et à la CGT, à l’UGS et à la Ligue des droits de l’homme (Jacques Natanson) et encore buttent-ils sur l’annonce de l’exécution d’Imre Nagy et de Pal Maleter (seconde quinzaine de juin 1958).

  • 36 Le Havre libre, 25 avril 1961 : 533 professeurs et instituteurs y ont adhéré.
  • 37 Des comités de quartier sont créés, par exemple dans le 1er canton ou à Aplemont.

42Il y eut de nouveau, dans la dernière année de la guerre d’Algérie, après la tentative de putsch des généraux à Alger, union à la base, avec la formation, le 24 avril 1961, d’un comité de paix des enseignants du Havre (FEN/SGEN)36, puis son intégration à un comité « permanent » de vigilance républicaine, transformé en comité de vigilance antifasciste, composé de représentants des partis communiste, socialiste unifié et radical-socialiste (plus la SFIO et le MRP), des syndicats CGT, CFDT, FEN et autonomes (et FO et la CFTC), outre le Mouvement de la paix37. Enfin fut constitué la dernière semaine d’avril 1961 un comité de coordination des mouvements de jeunesse, intégrant, outre les Jeunesses communistes et socialistes, les Francs-camarades, l’Union des étudiants communistes, les mouvements chrétiens catholiques (JEC, JOC…) et protestants (UCJG), les organisations laïques : Ligue française de l’enseignement, auberges de jeunesse, foyers de jeunes et syndicat étudiant UNEF.

  • 38 Un appel de 208 enseignants le mercredi 10 janvier 1962 est publié dans la presse locale.
  • 39 Ces comités perdurent jusqu’à l’été 1962.
  • 40 Le Havre libre, 17 novembre 1963.

43Ces structures sont réactivées après les premiers attentats de l’OAS, à la fin de l’année 1961 et plus encore au début de l’année 1962 avec la recréation d’un comité antifasciste des enseignants havrais38 et de comités antifascistes d’usines (port, Duchesne et Bossière, CEM, EDF). La mobilisation culmine39, le 13 février 1962, avec les obsèques des victimes de la manifestation anti-OAS au métro Charonne : l’ensemble des mouvements catholiques (y compris l’ACGH et l’ACGF) et protestants (les éclaireurs unionistes), tous les syndicats et partis de gauche sont alors rassemblés. La dernière initiative, alors que continue à fonctionner le comité local d’action laïque (PC, PSU, SFIO, radicaux et CGT, SNI, SNES, Ligue des droits de l’homme, Libre-pensée et Grand Orient), fut la création d’un comité havrais contre la force de frappe et pour le désarmement, rassemblant toutes les organisations politiques de gauche (PC, PSU, SFIO, radicaux-socialistes et même Groupe libertaire), leurs mouvements de jeunesse, les syndicats CGT et FEN, des associations pacifistes (Action non violente) et antinucléaires (Mouvement contre l’armement atomique), les structures laïques et la franc-maçonnerie40

44Les comités de base formés à partir des représentants des partis, syndicats, mouvements et associations ont donc été une des formes privilégiées par le parti communiste pour échapper à son enfermement. Il lui restait à transformer ces structures en partenariat politique durable, il lui fallait donc, à défaut de la SFIO et du parti radical, renouer avec des organisations partisanes, orientées à gauche, présentant aux élections à base territoriale, locales – municipales, cantonales – et sous la Ve République législatives, des candidats unitaires, c’est-à-dire qui ne récusent pas l’alliance électorale et politique avec les communistes.

Les gauches socialistes

  • 41 Le PC se déclare ainsi hostile à la troisième force, dont les socialistes SFIO restent partisans.
  • 42 Le siège est perdu pour des raisons sociologiques et politiques, mais le faible nombre des suffrag (...)

45La première scission de la section locale de la SFIO se situe entre l’élection d’un maire socialiste, avec l’ensemble des voix de droite, contrairement à l’engagement public de la section SFIO, en octobre 1947, et la constitution d’une liste de la troisième force pour les élections municipales du 7 décembre 1947. C’est alors que d’anciens candidats socialistes, adversaires de l’abandon du tripartisme, abandonnent la SFIO pour rallier ou le Parti socialiste unitaire (Marthe Cousin) ou la Ligue des droits de l’homme (Jean Lecerf). Dans le même temps se constitue un parti de la gauche chrétienne, issu du Mouvement populaire des familles devenu Mouvement de libération du peuple qui, aux élections municipales de 1953, présente une liste intitulée Action populaire et familiale, avec Cornière, Dujardin, Gay, Cuillier, Thieullent, et obtient 2 sièges ; parallèlement des socialistes dissidents se regroupent dans une liste des gauches unies, mais sans obtenir aucun siège (Lecerf, Razer, Le Baleur, Nicollet). Ces gauches chrétienne et laïque se fondent en une liste commune dite de la nouvelle gauche pour les élections municipales de 1954, elles obtiennent 3 élus. Paul Cornière, tête de liste, à la fois Jeune République et nouvelle gauche, tente alors de faire élire un maire socialiste, avec le renfort des 4 voix des communistes, ce que ces derniers refusent, proposant plutôt de faire élire René Cance avec 4 adjoints communistes, 4 adjoints socialistes SFIO et 2 adjoints nouvelle gauche. Le refus opposé au PC entraîne l’élection d’un maire radical-socialiste allié aux droites. L’évolution du PC et de la nouvelle gauche, c’est-à-dire leur ralliement à une stratégie de Front populaire41, le refus commun du rattachement de Sanvic et du budget de la gestion Abadie-Courant, en 1955, créent les conditions d’un report d’une fraction des voix socialistes nouvelle gauche sur les candidats communistes au second tour des élections cantonales le 24 avril 1955 (dans les 2e et 4e cantons) mais le siège du 2e canton est perdu par le nouveau candidat communiste, Albert Duquenoy42.

  • 43 De la tendance Claude Bourdet et du journal France Observateur : voir le texte publié le 8 novembr (...)

46Les élections municipales du 23 janvier 1956, dans la conjoncture de « front républicain », sont un succès relatif pour le PC : certes d’un côté, il parvient à faire élire un maire communiste, avec l’abstention « positive » des 3 élus SFIO et des 3 élus radicaux, mais d’un autre côté l’échec de la nouvelle gauche, de la liste dirigée par Jean Lecerf et Paul Cornière, qui, mêlant la gauche catholique et la gauche laïque, n’obtient aucun siège, prive la municipalité à direction communiste d’un partenaire et d’une majorité (18 sièges sur 37). Bien plus, la nouvelle gauche43 prend position contre les thèses développées par le parti communiste, en se déclarant, au lendemain de la double intervention militaire soviétique en Hongrie, « pour un socialisme véritable, non totalitaire, non soumis à l’impérialisme étranger ». Exit alors les gauches socialistes dont les communistes avaient tenté de se faire des partenaires et des alliés.

47La guerre d’Algérie (et l’action politique et militaire du gouvernement de Guy Mollet) recrée les bases d’une opposition (minoritaire) de gauche au sein du parti SFIO. La signature par Jean Binot, député socialiste du Havre, d’une motion pour la paix, en contradiction avec les orientations de Robert Lacoste, au mois de juin 1956, débouche sur sa rupture avec la SFIO et son adhésion au PSA. Fin 1957, un ensemble de petites formations de gauche non communiste (en particulier la nouvelle gauche et le Mouvement de libération du peuple) décident de fusionner sous le nom d’UGS, Union de la gauche socialiste. Elle intègre des militants pacifistes, y compris engagés dans le Mouvement de la paix (André Colleu, Louis Nédélec), des laïques, des socialistes en rupture de parti. Elle présente des candidats aux élections cantonales du 20 avril 1958 (Le Baleur, Razer et Jeanne). Ce dernier, soutenu par Jacques Natanson, se retire au profit du candidat communiste, Maurice Schlewitz, dans le 6e canton (contrairement au candidat de la SFIO qui se maintient). Le candidat UGS explique son désistement en appelant à voter pour le candidat de gauche qui s’est le plus manifestement déclaré pour la cessation des hostilités, la négociation immédiate en Algérie et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est-à-dire « d’accéder à l’indépendance », soit le candidat du PC.

  • 44 Au Petit Théâtre, le 25 septembre 1958.

48La crise de mai-juin 1958 fait émerger une union des forces démocratiques, composée de l’UGS, de radicaux-mendésistes, ayant repris la section locale de la Ligue des droits de l’homme, et du PSA (Jean Binot). C’est ce dernier qui, une fois la rupture avec la SFIO consommée, organise un débat avec Pierre Naville44, ancien trotskiste, militant laïque, ex-UGS, et démissionne, publiquement, le 27 septembre 1958. Le nouveau cartel prend position pour le non au référendum constitutionnel du 28 septembre 1958, comme le parti communiste, mais il accumule les échecs électoraux aux législatives du 23 novembre 1958 : celui de Jean Binot, député socialiste sortant dans la (nouvelle) 6e circonscription, et celui de Jean-Claude Bouyer dans la 7e. Cependant, par son désistement, l’UFD participe à la victoire du député communiste René Cance, au second tour, le 30 novembre 1958.

  • 45 Voir le document : « Listes contradictoires présentées pour les municipales de 1959 » (illustratio (...)
  • 46 L’échec de l’UFD en 1959 rappelle celui de la nouvelle gauche en 1956.
  • 47 Le Havre libre, 1er juin 1959, 30 juin 1959-1960.
  • 48 Expression empruntée à Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste, (...)

49Par contre, l’échec aux élections municipales des 8 et 15 mars 195945 de la liste dirigée par Jean Binot (PSA) et André Heudron (radical-socialiste), avec le soutien du SNES (Guillemont) et du SGEN (Natanson), et opposée à une liste SFIO (Monguillon, Osmont) empêche le parti communiste d’être reconduit à la tête de la municipalité, dans la mesure où il reste privé de partenaire et de majorité. À l’inverse, le choix des deux élus SFIO de rallier l’UNR et les indépendants les fait parvenir à la direction de la ville46. En dépit des échecs électoraux, ce sont ces mêmes militants que l’on retrouve, aux côtés des communistes, dans les combats pour la laïcité, pour des solutions de paix négociée en Algérie, pour l’augmentation du pouvoir d’achat des salariés47, c’est aussi à partir de thèmes laïques, anticolonialistes, socialistes de gauche que se constitue le « premier PSU »48 au mois d’avril 1960.

50Ce nouveau parti socialiste présente, au Havre, la caractéristique essentielle de faire coexister catholiques de gauche, protestants laïques, anticléricaux, pacifistes, militants et élus socialistes en rupture avec les pratiques droitières de la SFIO et du parti radical. Le parti communiste y gagne des voix et à terme un nouveau partenaire, quand le PSU s’engage dans la voie d’une stratégie de « front socialiste ».

Illustration 24 – Listes contradictoires socialistes pour les municipales de 1959

Illustration 24 bis – La nouvelle municipalité d’union de la gauche, laïque et républicaine, dirigée par R. Cance (PC), avec la participation de trois adjoints PSU : L. Nédélec, L. Pointier, A. Heudron et un ex-SFIO : V. Berthelot (mars 1965). Voir les résultats en annexe 1 du chapitre 9.

  • 49 Louis Pointier, dans Le Havre libre, 17 juin 1964.

51En effet les candidats PSU pratiquent le désistement actif, appellent à voter, par exemple, contre « le candidat anticommuniste SFIO, Lucien Osmont », au deuxième tour des cantonales de 1961. Soutien réitéré aux législatives de 1962, comme aux cantonales de 1964. Le PSU fait cause commune avec le PCF sur bien des questions : mêmes réponses négatives aux référendums sur l’autodétermination (1961) et le projet de réforme constitutionnelle de 1962, mêmes types de solutions politiques à la crise ouverte par la guerre d’Algérie, c’est-à-dire une demande de négociations avec le FLN (mais les communistes refusent le droit à l’insoumission), même solidarité active à l’égard des travailleurs en grève (1963), même hostilité à la force de frappe, même défense de la laïcité dans les comités national et local d’Action laïque. Cela explique l’initiative prise par le secrétaire de la section locale du PSU49 d’appeler à la formation d’une liste commune pour les élections municipales de 1965, soit un ensemble représentatif des partis de gauche (y compris le parti socialiste SFIO et le parti radical ?) et des syndicats CGT, CFDT et FEN, des associations familiales, laïques, des parents d’élèves, des organisations de locataires, des mouvements de jeunesse… Le PSU s’est alors substitué à la SFIO, il occupe l’espace politique de la gauche non communiste, unitaire, qui lui a été abandonné par la SFIO. Le PC, en la personne de sa tête de liste, l’ancien maire et député René Cance, comprend tout le parti (politique) qu’il peut tirer de cette alliance et offre au PSU trois postes d’adjoints, ceux de Louis Nédélec, Louis Pointier et André Heudron, responsabilités sans commune mesure avec la représentativité politique du PSU, très faible électoralement. Ce partenariat gage la victoire politique de la liste, dirigée par le PC, au second tour des municipales, contre la liste à direction socialiste SFIO de Robert Monguillon.

52Le parti communiste a donc obtenu, à terme, le renfort du PSU, après avoir compté sur la nouvelle gauche, mais cette union n’a pas été sans résistances ni difficultés, car le PC n’a cessé d’être interpellé sur sa non-déstalinisation. Il lui a donc fallu attendre la fin de la période stalinienne pour retrouver des partenaires politiques, qui n’ont jamais manqué d’affirmer leur différence quant à leur conception d’un socialisme qui ne serait ni totalitaire (aligné sur le modèle soviétique), ni social-démocrate (soumis à l’impérialisme étranger, anglo-saxon). De même la Ligue des droits de l’homme, si elle soutient les efforts d’union de la gauche, a continué à dénoncer les procès, les exécutions dans les États du bloc soviétique. C’est donc bien la défense inconditionnelle de l’URSS et des démocraties populaires qui a été le principal facteur d’isolement du parti communiste. Seul le processus de déstalinisation commencé en 1964, sous la direction de Waldeck Rochet, devait lui permettre de se renforcer, politiquement et électoralement. L’alliance ne pouvait s’opérer qu’au prix d’une rupture avec le passé stalinien, parallèle à celle qu’engageait la nouvelle gauche puis le PSU, et à terme le PS, avec la vieille SFIO.

Le cycle de la violence

Les grèves

53Les années 1947-1965 sont scandées par de grands mouvements sociaux (1947-1948, 1950, 1953, 1958 et 1963). Comme il s’agit de grèves extraordinaires par leurs objectifs, leur durée et leur ampleur, elles amènent à s’interroger, après lecture du Havre libre et de L’Avenir du Havre, sur le sens que leur donne le PC, sa responsabilité dans le déclenchement et sa capacité, par CGT interposée, à les diriger et à mobiliser l’opinion publique. Il reste bien entendu les grèves « ordinaires », limitées, caractérisées par des revendications sociales mais aussi les actes de solidarité, comme le refus des dockers havrais de décharger du charbon américain tant que durerait la grève des mineurs (octobre-novembre 1948) ou le refus des ouvriers du port d’embarquer ou de débarquer du matériel de guerre à destination de l’Indochine.

54Les grèves de 1947-1948 sont l’objet d’un premier débat entre historiens sur leur caractère politique, voire insurrectionnel, sur leur origine spontanée ou non, sur les objectifs réels du parti communiste.

  • 50 Seuls existent quelques mouvements sporadiques chez les douaniers (6 mai) à l’huilerie Desmarais ( (...)
  • 51 Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995, p. 268.

55L’on constate d’abord qu’il n’y a pas eu, en avril-mai 1947, d’extension du mouvement de grève commencé aux usines Renault et même après l’éviction des ministres communistes50. Qui plus est l’Avenir se fait l’écho de l’espoir d’une restauration du PC comme parti de gouvernement. Par contre, le dernier trimestre de l’année 1947 caractérisé par les débuts de « la guerre civile froide » et, au Havre, par une crise municipale (deux élections en moins de deux mois), est le temps fort d’une mobilisation que Stéphane Courtois et Marc Lazar qualifient « d’immédiate, d’une grande ampleur et d’une rare violence »51. La section locale du Havre n’échappe pas à la nouvelle définition de l’adversaire et l’Avenir du 30 octobre dénonce « les impérialistes américains et leurs agents RPF et SFIO ». Quant aux journaux de la troisième force, y compris Le Havre libre, ils sont qualifiés de « presse marshallisée ». La conjonction d’une crise politique, l’élection le 25 octobre, d’un maire socialiste par la totalité des voix des indépendants et du RPF, aux dépens du candidat communiste René Cance, suivie de la démission de deux élus socialistes puis de la totalité des conseillers de droite, et la dissolution du conseil municipal par le ministre de l’Intérieur Édouard Depreux et des graves événements de Marseille (l’assassinat du jeune Vincent Voulant), s’ajoutant à un fort mécontentement social, débouchent sur une crise générale à partir du 17 novembre 1947.

  • 52 Soit des gouvernements de troisième force, composés de représentants de la SFIO et du MRP, de radi (...)

56Le bureau de la fédération communiste lance alors le mot d’ordre de « résistance populaire » appelant à la formation de comités de défense des usagers (des tramways), de la République (anti-RPF) ou de nos industries. Le mouvement déclenché pour protester contre la hausse des prix (le prix du carnet de tickets avait été augmenté de 71 %) et la dissolution du conseil municipal reprend le programme de la CGT, rappelé par le comité confédéral du 12 novembre, auquel il ajoute une dénonciation des orientations politiques des gouvernements Ramadier et Schuman52, de la politique de limitation des hausses de salaires comme des projets de lois sur la liberté du travail, lois dites de défense de la République, qui semblent calquées sur « les lois américaines anti-ouvrières » dites Taft-Hartley. La manifestation du 17 novembre se transforme donc en grève générale du port, le lundi 24, puis avec le renfort des cheminots, des ouvriers du bâtiment et des métallos (Tréfileries, chantiers de constructions navales de la Méditerranée et Augustin-Normand), en une conjonction de 23 500 grévistes. Le recours à la force armée, avec l’occupation des dépôts des autobus et tramways et l’utilisation des gardes mobiles, dramatise le mouvement et amène les communistes de la CGT à prendre la direction de la grève en faisant élire, le 29 novembre, un comité central dont le président est Louis Eudier, secrétaire adjoint de l’UL CGT, le vice-président Albert Duquenoy, docker, secrétaire de la section communiste Havre port, le secrétaire (Guerrier), représentant les cheminots, et le secrétaire adjoint (Deshays), le bâtiment. Ce sont tous des adhérents du parti communiste.

  • 53 Ses journaux sont traduits devant les tribunaux correctionnels, en particulier l’Avenir qui, au Ha (...)
  • 54 Un dernier meeting avec Gaston Monmousseau est organisé le 14 décembre, au palais des Expos.

57Le soutien de la direction nationale (François Billoux, le 26 novembre, Victor Michaut et Marcel Cachin, le 29, André Marty, le 6 décembre) donne à penser que le parti communiste a plusieurs niveaux d’exigence : au moins obtenir la satisfaction des revendications salariales et le maintien des droits et libertés syndicales, mais aussi gagner les élections municipales fixées au 7 décembre, alors que se constitue une liste de troisième force – et au-delà faire échec aux coalitions anticommunistes structurées à partir de la SFIO et de FO ? Une dernière grande manifestation de plus de 30 000 personnes a lieu, le mardi 2 décembre, mais déjà le reflux s’amorce : la presse communiste, nationale et locale, est saisie53, les bureaux de vote sont gardés, les aides aux grévistes, comme les cantines scolaires gratuites pour les enfants d’ouvriers en grève, supprimées et la reprise est ordonnée le mercredi 12 décembre54.

  • 55 En témoigne aussi la grève de l’enseignement (le 6 décembre) puis de l’ensemble des fonctionnaires (...)
  • 56 Le 19 octobre, 17 835 voix (39,3 % des suffrages exprimés) ; le 7 décembre, 18 746 voix (46,1 %).

58Que dire de ce mouvement d’une intensité exceptionnelle ? D’abord il est incontestablement d’origine cégétiste et communiste, il peut être analysé comme une grève de masse liée à un fort mécontentement ouvrier mais il touche aussi les classes moyennes, des intellectuels, comme le prouvent les 2500 personnes venues écouter Pierre Hervé, le 3 décembre55. D’autre part les communistes ne sont pas électoralement désavoués puisqu’ils obtiennent, aux élections du 7 décembre, plus de voix que le 19 octobre56. Par contre il apparaît bien que le parti communiste est isolé, que les gouvernements et les partis de la troisième force usent de tous les moyens pour l’affaiblir politiquement et syndicalement, et qu’en dépit des apparences les communistes sont sur la défensive. Avaient-ils le projet de prendre le pouvoir ? de transformer le mouvement social en grève insurrectionnelle ? Le moins que l’on puisse dire est qu’à la fin de l’année 1947 ils n’avaient pas les ressources d’une logique d’affrontement et que, de l’épreuve de force, ils sont sortis politiquement et syndicalement affaiblis.

  • 57 Le député MRP du Havre Louis Siefridt use déjà de cette qualification pour caractériser les grèves (...)
  • 58 Cette perte est due à la nouvelle loi électorale du 20 septembre 1948.

59Les grèves d’octobre-novembre 1948 ont été déclarées, dès l’origine, « insurrectionnelles »57 ; il semble cependant qu’il n’y ait pas eu, au Havre, de développement du mouvement enclenché dans les bassins houillers, en dépit de multiples problèmes sociaux (inflation et vie chère, rationnement et chômage, dans les chantiers du bâtiment, dans les usines de construction aéronautique, comme à la SNCAN du Havre et de Caudebec, fermée en juillet, et sur le port). Les affrontements apparaissent déplacés sur le terrain politique avec les bagarres entre jeunes communistes et militants du RPF (le 28 septembre 1948, place de l’Hôtel-de-Ville, le dimanche 3 octobre au cinéma Rex) et les protestations contre les conditions de la perte de 2 sièges de conseillers de la République (au profit de 2 RPF) aux élections sénatoriales du 7 novembre58.

60La grève s’est cantonnée aux ouvriers du port, avec dans un premier temps, à partir du 29 octobre, le refus des dockers de décharger tout charbon étranger en particulier américain, par solidarité avec les mineurs. Dans un second temps, la tentative de la CGT, c’est-à-dire la Fédération des ports et docks dirigée par un anarcho-syndicaliste, Jean Le Gall, ancien secrétaire général de l’UL, pour transformer le mouvement en grève illimitée échoue, à la suite d’un double vote négatif, par 6245 voix contre 524 chez les dockers, le 16 novembre 1948 et par 89 voix contre 58 chez les officiers de la marine marchande, le 18 novembre. Le conflit dure cependant jusqu’au 1er décembre, après que les navires charbonniers ont été déchargés par la troupe (c’est-à-dire 400 soldats sénégalais encadrés par 125 gendarmes).

  • 59 Un second convoi arrive le dimanche 24, au total 340 enfants sont pris en charge par la municipali (...)
  • 60 Ces derniers ne s’y trompent pas, qui tentent de réactiver les réactions unitaires par la grève an (...)

61Une autre forme de solidarité prise en charge par les sections communistes, l’UFF et le Secours populaire est l’accueil et l’hébergement de deux convois d’enfants de mineurs. Les 110 premiers arrivés de Douai, le jeudi 21 octobre, sont répartis dans 90 familles havraises59. Les mineurs s’en souviendront et, pendant la grève des dockers de 1950, des enfants du Havre seront accueillis dans le Nord. Rien donc de très politique, en dépit de la venue, le samedi 2 octobre 1948, au palais des Expos, d’André Marty et d’un discours très anti-RPF (le général de Gaulle est qualifié d’« aspirant dictateur », de « provocateur à la solde des États-Unis »), mais ces deux mois de luttes semblent plutôt révéler une solidarité active, de nature défensive, entre familles ouvrières, entre PC et CGT. Il faut dire que l’un et l’autre sont affaiblis à la fois par les scissions de FO et de la FEN, par la condamnation de la personne et des idées de Tito, et donc à terme des titistes, et par les manœuvres de la troisième force dont le projet politique est la défense de la République, aux dépens des communistes60.

62Les mouvements sociaux de l’été et de l’automne 1953 sont d’une tout autre nature, d’abord parce qu’ils se situent en conjoncture de crise, avec une augmentation du chômage (265 chômeurs recensés en octobre 1952, 1 714 en octobre 1954, soit une multiplication par 6,5), avec des licenciements collectifs liés à des fermetures d’entreprises, comme celle des Constructions aéronautiques du Nord faisant 640 licenciés, ou des réductions d’horaires dans la métallurgie. L’autre différence avec les années 1947-1948 est que le PC n’est plus totalement isolé : des actions unitaires ont été engagées au sein du mouvement de la paix, une mobilisation a été réalisée pour tenter d’empêcher l’exécution de Julius et d’Ethel Rosenberg, et les premiers effets de la déstalinisation ont créé des liens avec des personnalités chrétiennes (des prêtres et des pasteurs participent au Mouvement de la paix), des militants socialistes, voire MRP (comme Mlle Marina, conseillère municipale d’Harfleur), des intellectuels de la nouvelle gauche (André Colleu). La grève générale commencée par le syndicat FO des PTT, à partir du 7 août 1953, s’étend progressivement à l’ensemble du secteur public et nationalisé, puis gagne le secteur privé, en particulier la métallurgie, les chantiers de construction et de réparation navales, au point de rassembler près de 25 000 salariés et de durer au-delà des 25 et 26 août jusqu’au 18 septembre, soit jusqu’à 36 jours de grève dans le privé. Grève exceptionnelle, elle l’est à plus d’un titre, par le soutien manifesté par les autorités catholiques et protestantes, le parti socialiste SFIO (très lié au syndicat FO) et l’Action populaire et familiale, et aussi par le tout nouveau conseiller général indépendant du 1er canton, élu le 13 septembre 1953, Michel Dubosc. S’y ajoute la solidarité matérielle, avec la collecte de l’équivalent d’une journée de salaire, versée au fonds de secours, géré par le comité central de solidarité, siégeant au palais des Expos et constitué par des représentants de la SFIO, de l’APF, des indépendants, du PC et du Mouvement de la paix…

63Les structures sont donc déjà en place quand est annoncée, le 1er octobre 1953, la fermeture de la SNCAN. La CGT et le PC tentent de créer un comité d’unité d’action bientôt redoublé par la création d’un comité FO de défense de la SNCAN. La fusion en un comité de défense commun permet de faire rejouer toutes les formes de solidarité, du soutien politique exprimé par le député socialiste Jean Binot, dans un éditorial du Havre libre intitulé « L’usine morte ? », jusqu’à la collecte d’un million de francs par le comité de la journée de salaire. De nouveau se fédèrent, pour une action à caractère défensif, des chrétiens, catholiques (prêtres-ouvriers) et protestants, des socialistes (SFIO et APF) et des communistes. On les retrouvera côte à côte dans le refus commun, le 15 février, de voter le budget « antisocial » du maire Pierre Courant et dans la crise municipale de 1954 ouvrant la voie à des élections anticipées.

  • 61 Ont été censurés les communiqués de la métallurgie CGT, de la Ligue des droits de l’homme, de l’UG (...)

64La crise de mai-juin 1958 réactive l’accusation portée contre le parti communiste de fomenter des « grèves insurrectionnelles » mais, en fait, les grèves et occupations d’usines de 1958 ont un caractère essentiellement politique et défensif. C’est la fédération communiste, avec la Ligue des droits de l’homme et le comité universitaire de défense des droits et libertés, qui donne d’emblée au coup de force du 13 mai le caractère d’une opération fasciste. La municipalité dirigée par le parti communiste vote une motion traduisant sa fidélité aux institutions républicaines, avec le soutien de la SFIO, mais en l’absence des républicains sociaux ex-RPF, indépendants et radicaux-moriciens. Les premiers débrayages ont lieu le lundi 19 mai et 10 000 travailleurs se rassemblent à Franklin. Si, comme le dit la fédération communiste, au lendemain de l’opération « Résurrection » en Corse, « l’heure est à l’action antifasciste », les réactions publiques sont quelque peu entravées par l’interdiction des manifestations et la censure exercée sur la presse locale61. Alors que la CGT lance le mot d’ordre de grève générale le 26 mai, la section communiste en appelle, le 27, aux socialistes, travailleurs et républicains et à la formation de comités antifascistes.

65La grève s’organise chez les dockers, les métallos, les cheminots, les électriciens et les employés municipaux, mais sans la participation des syndicats FO et CFTC. Si 3 000 personnes se rassemblent à Franklin le mardi 27, elles ne sont plus que 150 à défiler, le mercredi 28, à l’appel de la CGT, de l’UL CFTC, de la Ligue des droits de l’homme et du parti communiste. La manifestation se déroule de Franklin (avec une première Marseillaise) au monument Souviens-toi en mémoire des morts de la Résistance et de la déportation (deuxième Marseillaise), puis boulevard de Strasbourg, devant la sous-préfecture, et place de l’Hôtel-de-Ville, devant la mairie, pour aboutir au monument aux morts des trois dernières guerres, place Gambetta (troisième Marseillaise).

  • 62 Encore 300 à 400 personnes, le dimanche 1er juin à l’appel de la CGT et du comité de vigilance de (...)

66Une nouvelle manifestation est organisée, le 29, par la SFIO, les radicaux, le MRP et le parti communiste, des Expos à l’hôtel de ville. Le mot d’ordre de grève est repris le vendredi 30 mai par les enseignants de la FEN (SNI et SNES) et du SGEN-CFTC (Jacques Natanson) et 500 d’entre eux participent au meeting organisé à Franklin. Une dernière manifestation a lieu au monument Souviens-toi et la grève est totale, avec quelques occupations, dans des usines et chantiers comme les Tréfileries, les Forges et chantiers de la Méditerranée, à Graville, plus qu’à Mazeline, ou la Compagnie générale transatlantique et Multiplex (industrie du bois). Encore un millier de personnes se rassemblent, le samedi 31 mai, devant Franklin62 et défilent jusqu’aux Expos (monument à la Résistance).

  • 63 Le thème en est le suivant : « Pour comprendre comment il a été possible à de Gaulle de prendre le (...)

67L’investiture et les pleins pouvoirs votés à de Gaulle, les 1er et 2 juin 1958, marquent le véritable tournant de la crise. La grève et les occupations cessent progressivement, d’autant que la CGT n’a plus le soutien de FO ni de la CFTC, qui a choisi « l’expectative et la vigilance », de même que le parti communiste est isolé du parti socialiste SFIO, du parti radical et du MRP dans son projet de création de comités de défense de la République. L’intervention de Roger Garaudy, membre du bureau politique, « contre le fascisme », le mardi 17 juin 1958, salle Franklin63, et l’appel du conseil des adjoints (communistes) à participer, le 18 juin, à la manifestation de défense de la République et des libertés n’obtiennent que la participation de quelques centaines de personnes, rassemblées par la CGT et les organisations d’anciens résistants et déportés communistes. Le PC peut encore compter sur le parti de l’Union de la gauche socialiste qui projette une « convention démocratique contre le pouvoir personnel » mais il perd son principal allié (en dehors de la CGT), la Ligue des droits de l’homme, qui condamne l’exécution des anciens dirigeants communistes hongrois, le 23 juin 1958.

68La création au mois de septembre d’un comité de défense de la République, le soutien de l’union des forces démocratiques (UGS et PSA) permettent au parti communiste, qui a perdu 6,8 % des suffrages exprimés aux élections législatives du 23 novembre 1958, de garder de justesse le siège de René Cance.

  • 64 Le Havre libre, 2 février 1960.

69Les autres journées de grève, liées à la fin de la guerre d’Algérie, reproduisent le même schéma : les réunions publiques et meetings sont interdits les 29 et 30 janvier 1960, mais les travailleurs havrais font un arrêt de travail symbolique, le 1er février, pour « condamner les émeutiers d’Alger »64. De même à la suite de la tentative de putsch des quatre généraux à Alger, l’ensemble des syndicats et des partis de gauche appellent à une grève générale d’une heure et à un meeting à Franklin, le 24 avril 1961, et 10 000 salariés reprennent ce mot d’ordre. Enfin, la « grande journée universitaire de lutte contre l’OAS et le fascisme » du mardi 6 février 1962 est suivie d’une « grève générale de protestation » de 15 000 personnes contre les huit morts du métro Charonne, le 9 février, puis d’une manifestation au monument aux morts, le lundi 12, puis d’une nouvelle grève générale, le jour des obsèques, le mardi 13, avec une nouvelle manifestation au monument de la place Gambetta. Ces grèves ont toutes un caractère protestataire, politique – elles sont doublées de la tentative des communistes de créer des comités antifascistes –, et défensif, avec les comités de défense de la République.

Illustration 25 – L’Avenir du Havre, lundi 11, mardi 12 décembre 1950 : l’affaire Michel Bottin

70Les grèves de 1963 révèlent la reprise d’une agitation sociale, contenue jusqu’alors par la priorité donnée à la solution politique du problème algérien, comme l’irréductible opposition syndicale, ouvrière et étudiante, aux projets du général de Gaulle. La fermeture de puits de mine puis celle de chantiers de construction navale, tels que Augustin-Normand, au Havre, entraînent la révolte des ouvriers licenciés, comme la solidarité active d’autres travailleurs salariés, par exemple les dockers, qui comme en 1948 refusent de décharger les charbons d’importation, à commencer par la houille américaine. Des collectes sont organisées à hauteur de 41 058 francs et 90 centimes, soit l’équivalent d’une journée de salaire, donnée comme en 1953 (contre la fermeture de la SNCAN) par des salariés adhérant aux syndicats CGT, CFTC, FEN et FO. Un comité d’accueil aux enfants des mineurs venus passer les vacances de Pâques est constitué et même un secours de 10 000 francs est voté par le conseil municipal, dirigé par une majorité SFIO-UNR et indépendants ; 261 garçons et filles sont invités à visiter le France. La solidarité la plus large est donc réalisée au niveau de l’ensemble des syndicats et des partis (PC, PSU et SFIO) mais la faiblesse de ces mouvements sociaux est qu’ils intéressent des secteurs en crise (charbonnages, constructions aéronautiques et navales) et qu’ils sont relayés par des ouvertures d’entreprises (usine Renault à Sandouville, Luterma dans l’industrie du bois). Ils préfigurent la grande grève des Forges et chantiers de la Méditerranée en 1965-1966 et surtout ils annoncent les insuccès politiques du gaullisme (l’élection présidentielle de 1965 et plus encore le mouvement de mai-juin 1968).

Illustration 26 – Dessin de Charles Nicolle : l’assassinat de l’ouvrier algérien Hocine Hallache

Les manifestations et répressions

71Les manifestations de rue, à caractère politique, quand elles ne sont pas des démonstrations pacifiques, témoignant d’une mémoire historique, comme les défilés du 1er Mai ou la commémoration des 8 et 13 février 1962, en 1963, peuvent être aussi des rassemblements unitaires, à objectifs défensifs, comme en mai 1958 ou pour le soutien à l’école laïque. Elles peuvent revêtir encore un caractère de solidarité internationale, sorte de continuation du soutien aux républicains espagnols, comme la manifestation à la mémoire de Julian Grimau en avril 1963. Il y a enfin des défilés contre la force de frappe atomique française, qui sont l’occasion de larges mouvements, de marches organisées par le PC, le PSU et la SFIO, à partir de 1963.

72La violence de rue, physique et verbale, est caractéristique des années de guerre froide. Tantôt la « révolte populaire » éclate, comme après l’élection d’un maire socialiste Albert Le Clainche, par une majorité RPF-indépendants :

Dans la foule en colère des militants socialistes déchirèrent leur carte, un rédacteur de l’hebdomadaire régional SFIO Cité nouvelle mit en pièces la sienne ! Quand Albert Le Clainche fut emmené par la police qui le protégeait, à l’issue de cette séance, les imprécations retentirent. En quelques secondes le traître fut recouvert de crachats méprisants.

  • 65 Récit de Fernand Chatel publié dans L’Avenir du Havre et L’Avenir normand des 13, 19 octobre et 20 (...)
  • 66 Voir chapitre 7 : « L’affrontement politique et idéologique ».

73Tant et si bien que, le lendemain, il démissionnait avec un autre conseiller SFIO65. Tantôt les militants communistes et RPF s’affrontent physiquement66 ; la « glorieuse journée » du 28 mai 1952 aboutit même à plusieurs arrestations, dont celle de Jacques Duclos, André Stil et Alain Le Léap, secrétaire général de la CGT.

  • 67 Michel Bottin était chasseur au 2e bataillon parachutistes de Bayonne en 1950. Voir la page de L’A (...)
  • 68 Une délégation havraise était présente, comprenant sa famille, des témoins politiques et religieux (...)

74Les manifestations les plus violentes sont cependant liées à la lutte contre les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie. Le Havre eut son affaire Henri Martin en la personne du jeune soldat Michel Bottin67, ouvrier du bâtiment, habitant la Mare-au-Clerc, arrêté en juin 1950 pour avoir distribué des tracts contre « la sale guerre du Vietnam ». Il fut condamné à huit mois de prison, le 12 décembre 1950, pour avoir écrit « soldats de la France ? oui, mercenaires de l’étranger ? jamais ! » par le tribunal militaire de Bordeaux68. Soutenu par le PC, la CGT, l’UJRF, le Secours populaire et le Mouvement de la paix, sous forme de pétitions, de cartes de soutien, de souscriptions publiques, d’affiches, d’articles publiés dans la presse communiste locale et Le Havre libre, il fut libéré début mars 1951, et son retour donna lieu à une grande manifestation, le mercredi 7 mars, à la gare puis au monument Souviens-toi jusqu’à ce que des affrontements avec les CRS se traduisent par onze arrestations dont celle de René Cance, député, et un procès.

75De la même manière, les articles de la presse communiste, en particulier les témoignages d’engagés volontaires dans la guerre d’Indochine, sont censurés ou donnent lieu à des procès en correctionnelle, de même que la lutte contre l’augmentation du service militaire à 18 mois (au lieu de 12, par la loi du 27 octobre 1950) ou la dénonciation de la guerre de Corée.

Carte 5 – Itinéraires des manifestations

  • 69 Voir le dessin de Charles Nicolle : « L’assassinat de l’ouvrier algérien Hocine Hallache (1952) » (...)

76L’avant-guerre d’Algérie réactive les grandes manifestations de rue, avec violences policières. Le mardi 26 mai 1952, 5000 travailleurs havrais défilent, pour protester contre l’assassinat de l’ouvrier algérien Hocine Hallache, leur camarade du MTLD, du parti de Messali Hadj, à la suite des affrontements du vendredi 23 mai 1952. Ce jour-là une manifestation d’ouvriers algériens, ayant le soutien de la CGT (Louis Jochem) et du PC (René Cance), était partie de la cour Franklin, siège du parti communiste, et se heurta non loin de là, rue Bougainville, à une charge de policiers arrivés par la rue Casimir Delavigne. Un ouvrier de la peinture navale fut tué, quatre furent blessés et 70 personnes arrêtées, traduites devant le tribunal « pour manifestation interdite et rébellion à agents ». La manifestation de 5000 personnes aux cris de « flics assassins » et « Ridgway en Amérique », doublée d’arrêts de travail, chez Multiplex et aux Corderies de la Seine, eut pour but non seulement de protester contre l’assassinat de l’ouvrier algérien69, mais aussi de rendre hommage à l’ouvrier mort (avec la pose d’une plaque et un dépôt de gerbes) et se continua par une grève de neuf jours aux Tréfileries, avec pour objet d’obtenir la réintégration de deux ouvriers algériens (ils le furent dans la dernière semaine de juin).

77L’extension de la guerre d’Algérie, avec le recours aux rappelés (9 mai 1956), détermina une première manifestation le 24 mai, en gare du Havre, pour empêcher leur départ, prévu pour le 25. Une mobilisation des sections communistes, représentées par les adjoints, André Duroméa, Albert Duquenoy, Maurice Schlewitz et Daniel Colliard, et les syndicats CGT du bâtiment et de la métallurgie, aboutit à une première protestation. Elle s’amplifia avec un nouveau départ de rappelés, le 7 juin 1956. De violentes bagarres éclatèrent ce jour-là, entre manifestants et CRS, faisant plusieurs blessés, et cinq personnes furent arrêtées.

  • 70 Voir carte 15 : « Itinéraires des manifestations ».

78Les manifestations de rue ayant été interdites par le gouvernement de Michel Debré, comme le 30 janvier 1960, à la suite de la semaine des barricades à Alger, ou le 28 juin 1960, les communistes décidèrent de passer outre, et sur le thème de « paix en Algérie » et « négociations », ils se rassemblèrent au Rond-Point, puis par l’ex-rue Thiers, ils continuèrent rue Michelet, rue de Thionville jusqu’à ce que, après des affrontements avec les CRS, suivis d’une dizaine d’arrestations, l’ordre de dispersion soit donné rue Raspail70.

79Les manifestations de rue empruntent donc des itinéraires symboliques : elles partent de Franklin, secondairement de la place des Expositions, ou du Rond-Point, c’est-à-dire du cours de la République, aux limites des 3e et 4e cantons, bastions communistes. Elles vont du monument aux fusillés et déportés Souviens-toi jusqu’au monument aux morts (des guerres) de la ville, place Gambetta. Elles visent des objectifs politiques, la sous-préfecture du boulevard de Strasbourg ou la mairie du Havre. Si elles sont liées à des grèves et à des conjonctures de crise nationale (1958), elles restent dans un périmètre central jalonné de monuments civils représentatifs.

Illustration 27 – L’Avenir du Havre, 28 mai - 4 juin 1948 : procès R. et G. Cance contre Jan Valtin

  • 71 Par exemple Jean Ferrand, ancien secrétaire de section, parle de l’existentialisme comme d’« une p (...)

80La violence physique de certains grèves et de certaines manifestations de rue, la violence écrite des journaux communistes71, entre fin 1947 et 1953, fonctionnent en miroir de la violence légale d’État dont militants et dirigeants communistes sont parfois les victimes : censures des journaux et des films jusqu’en 1962, interdictions de manifestations publiques, révocations et arrestations de responsables communistes, à quoi s’ajoutent les procès politiques publics.

81Tous les dirigeants communistes et en particulier les directeurs de journaux, Fernand Chatel et René Cance, pour L’Avenir normand et L’Avenir du Havre, ont été confrontés à des procès. Roland Leroy, alors premier secrétaire de la fédération de Seine-Inférieure et candidat en progrès au premier tour des élections cantonales de 1949 (il devançait en voix le ministre André Marie), fut condamné, le 27 mai 1949, dans un procès l’opposant à l’industriel du textile, Badin, à 6 000 francs d’amende et 5 000 francs de dommages et intérêts, pour des propos accusant les capitalistes de tirer profit de la guerre et le filateur Badin de s’être enrichi de 25 millions de hausses « illicites ». Beaucoup plus grave a cependant été la demande de levée de l’immunité parlementaire du député René Cance et le procès contre Jan Valtin en 1948-1949.

Le procès Cance contre Jan Valtin (1948-1949)

  • 72 Le livre de 746 pages publié en janvier 1941, aux États-Unis, a été réédité en 1947 à New York (éd (...)
  • 73 R. Caplet, dans Le Monde, 30 janvier 1948, « Courrier littéraire », p. 4. Un article était déjà pa (...)

82À la fin de l’année 1947, et encore le 30 janvier 1948, il n’y a que la publication de l’édition française d’un livre paru en 194172, aux États-Unis, et intitulé Out of the night traduit Sans patrie ni frontières, un texte de Jan Valtin, pseudonyme de Richard Krebs, citoyen allemand naturalisé américain – et le journal Le Monde, dans son « Courrier littéraire », de s’interroger sur son statut : « Récit véridique ou roman ? »73 Le scandale éclate, à la suite d’articles parus dans différents journaux, en particulier L’Aurore, Le Pays et L’Écho de Normandie (d’orientation RPF), faisant de René Cance « un fonctionnaire havrais de la police secrète soviétique », et de lui et de sa femme Gabrielle, un couple d’« espions aux mœurs dépravées ». L’affaire prend une tournure ouvertement politique, quand les deux députés communistes, Pierre Villon et René Cance, sont dénoncés comme (anciens) « agents du Komintern et du Guépéou ».

  • 74 Annuaire du Monde, 5 mars 1948, incident daté du 4 mars.
  • 75 Débats parlementaires des 17-24 novembre 1948, annuaire du Monde du 18 novembre 1948.
  • 76 Séance du 18 mars 1948 à l’Assemblée nationale.

83Les choses se compliquent parce que Pierre Villon est membre de la commission de défense (nationale) de l’Assemblée nationale et qu’il est accusé d’espionnage et de trahison74. L’année 1948, avec les débuts de la guerre froide, est aussi celle qui voit le ministre de l’Intérieur Jules Moch déclarer que le parti communiste, étant « aux ordres et recevant des subsides d’une puissance étrangère », doit être dissous75. La riposte des deux députés mis en demeure par Edmond Michelet de « poursuivre en diffamation l’éditeur du livre et les journaux qui s’en sont faits l’écho »76 est double : un engagement dans un débat politique et un procès en diffamation pour Pierre Villon, des poursuites intentées par René et Gabrielle Cance contre trois directeurs de journaux, devant le tribunal correctionnel du Havre.

  • 77 Voir la première page de l’hebdomadaire communiste L’Avenir du Havre, 28 mai - 4 juin 1948 (illust (...)
  • 78 Avec aggravation à 375 000 francs.

84Le procès fixé au 11 mai 1948 est appelé le 7 juin77, au Havre, mais à la demande de la défense, le procès est renvoyé… au mois de novembre 1949. Les premières déclarations de René et Gabrielle Cance font état de leur volonté d’être jugés au Havre, l’un disant : « C’est au Havre que j’ai été élu conseiller général par les suffrages de 20 000 de mes concitoyens et c’est devant eux que je demande que justice me soit rendue car je veux qu’ils sachent qu’ils ont élu un honnête homme », et l’autre ajoutant : « Je suis havraise, tous ceux qui m’ont approchée rendent justice à ma droiture et à ma simplicité. » De fait, suite à la production de témoignages et de documents dont une lettre de Jan Valtin, datée du 28 septembre 1948, reconnaissant « [s’]être trompé sur l’identité de la femme communiste » qui n’est pas Gabrielle Cance, le procès jugé sur le fond, les 14 et 15 novembre 1949, aboutit à la condamnation, le 29 novembre, des directeurs de journaux, obligés de payer 188 000 francs d’amendes et de dommages et intérêts, condamnation confirmée en appel78 par la cour de Rouen (1er mars - 21 mars 1950) et par la Cour de cassation (L’Avenir du Havre, 21-27 juillet 1950).

  • 79 Voir Nina Berberova, L’affaire Kravtchenko, Arles, Actes Sud, 1990, et Serge Berstein dans Le Mond (...)

85Ce procès peut sans doute être comparé à celui de Kravchenko79 (24 janvier - 22 mars 1949) par la date (et donc dans la même conjoncture d’isolement politique et idéologique du PCF), le recours aux mêmes avocats communistes, maîtres Bruguier et Joe Nordmann, l’élaboration de la même ligne de défense : l’auteur n’est que le coauteur, il a fait appel à un journaliste américain, un spécialiste de l’anticommunisme et de l’antisoviétisme, comme Isaac Don Lévine ou Eugène Lyons, pour adapter le texte à des fins de publication et d’utilisation politiques. Pourtant il présente au moins trois différences, outre le fait qu’il ait été beaucoup moins que l’affaire Kravchenko « un duel de publicité politique » mais qu’il s’agit, comme l’écrit Jacques Baynac, dans sa postface à la réédition de 1975, d’une « histoire cloaque ».

  • 80 Plusieurs hypothèses peuvent être formulées… L’ouvrage de Stéphane Courtois et al., Le livre noir (...)
  • 81 D’après Constance Micalef dans son DEA, Le roman de Jan Valtin Sans patrie ni frontières comme suj (...)

86La première différence est que René et Gabrielle Cance sont des communistes qui s’estiment calomniés par la presse, et ils sont, comme Victor Kravchenko, demandeurs, voulant défendre leur patriotisme et leur vie privée. Deuxièmement, la personnalité de Jan Valtin est beaucoup plus controversée que celle de Victor Kravchenko : ancien spartakiste, marin professionnel, il est devenu membre du KPD, instructeur de l’Internationale des marins et dockers, sans doute en liaison avec la police politique et les services d’espionnage et de contre-espionnage soviétiques. Il a été condamné à une peine de prison, pour tentative de meurtre, sur la personne d’un petit commerçant juif, à Los Angeles, en 1926. Expulsé du territoire américain, il a rencontré René Cance, d’après son livre, à deux reprises au Havre, en 1929 (après sa sortie de Saint-Quentin, pendant une escale de son voyage de retour) et en 1933, à la suite de la prise du pouvoir par Hitler, ce que l’élu communiste ne conteste pas, quand il parle de l’accueil, au Havre, de réfugiés antifascistes en partance pour l’Amérique. Rentré clandestinement en Allemagne, Valtin/Krebs a été arrêté le 8 novembre 1933, jugé et condamné à quatre ans de prison, interné dans le camp de Fuhlsbüttel près de Hambourg, emprisonné, mais – en échange de sa libération ? de la livraison d’un certain nombre de communistes ? en service commandé80 ? – il est passé en 1937 aux « ordres » de la Gestapo81 et a été envoyé aux États-Unis, où il s’est réfugié ( ?). Il a publié, en janvier 1941, son livre Sans patrie ni frontières, c’est-à-dire sa biographie d’ancien communiste, instructeur de l’Internationale des marins et dockers, travaillant au service des Soviétiques (puis des nazis ?). Il demande alors la nationalité américaine, qui lui est refusée, parce que d’après le rapport, « il est impossible de conclure à son honorabilité et à son honnêteté ». Arrêté de nouveau, comme « agent de l’Allemagne nazie », il est libéré le 1er mai 1943. C’est alors qu’il s’engage dans l’armée américaine et participe à la guerre dans le Pacifique. Il obtient plusieurs médailles et, en particulier du fait de « ses attestations militaires », le 24 janvier 1947, sa naturalisation.

  • 82 L’avocat de la défense plaidant pour le journal Le Pays s’exclame, le 16 novembre 1949 : « Allez-v (...)
  • 83 Voir la première page de L’Avenir du Havre, 28 mai - 4 juin 1948 (illustration 27).
  • 84 René Cance est secrétaire interrégional du Front national pour la région V (Corrèze, Indre, Creuse (...)

87La troisième différence est que, dans le procès Cance, ce sont les directeurs de journaux, et non l’auteur et l’éditeur du livre, qui sont poursuivis. Les articles n’ont fait que recopier des passages du texte de Jan Valtin et les accusés ne peuvent que tenter de produire des témoins de la défense, très « politiques »82 comme Daladier, Moch, Reynaud, qui ne se présentent pas à l’audience, pas plus que les directeurs de journaux d’orientation RPF. Par contre René et Gabrielle Cance peuvent faire appel à de nombreux témoins de moralité, bien au-delà des compagnons de route du parti communiste, depuis le maire radical-socialiste de Saint-Jean-du-Cardonnay (ville où a été nommée Mme Cance à la rentrée de 1940) parlant de « l’incommensurable dévouement à l’enfance de l’institutrice Gabrielle Cance », jusqu’aux directeurs de journaux locaux, y compris le très orienté à droite Havre éclair représenté par le docteur Vannier83. Plus encore, René Cance joue à fond de sa qualité de résistant, avec la double intervention du président de la fédération radicale-socialiste de Corrèze, région d’engagement de René Cance dans la Résistance84 et de l’ancien maire radical du Havre, président du comité local de Libération, Émile Sicre.

  • 85 Dans une lettre dactylographiée signée de sa main, Jan Valtin, en 1948, reconnaît l’erreur d’ident (...)

88Sur le fond, l’affaire est plus problématique, avec d’abord quelques erreurs livresques, grossières ou de détail, comme la présentation romancée de René et Gabrielle Cance, couple d’instituteurs, en « jouisseurs », à la limite du proxénétisme et de la prostitution (dans l’édition française de 1947, p. 201-203), ce qui est en totale contradiction avec la personnalité et le mode de vie des deux militants85. Autre erreur, mais de détail, la maison des Cance « 58, rue de Montmirail » (p. 201) est située « tout au sommet d’une colline qui dominait la ville », alors que d’après l’annuaire Micaux de 1936, leur pavillon était localisé, côté impair, au numéro 57, et qu’encore aujourd’hui il est bâti à mi-pente.

89Il reste que le livre révèle une activité politique clandestine (en 1929 et 1933 René Cance ne fait pas partie des adhérents déclarés du parti communiste), des transferts de « renseignements » à usage d’une puissance étrangère, l’Union soviétique, l’appartenance secrète à des organisations internationales, le Komintern, l’Internationale des marins et dockers, et sur ces faits et accusations, comme l’écrit le journal Le Monde, le 16 novembre 1949, « le procès du Havre n’apporte guère de lumière sur les accusations lancées par Jan Valtin contre Monsieur René Cance ».

90En l’absence de consultation des archives ex-soviétiques, l’historien (ne) en est réduit (e) à des conjectures. D’abord la lecture approfondie et comparée des éditions américaine et française du livre de Jan Valtin révèle qu’il n’est pas fait seulement mention d’un communiste havrais, René Cance, mais de deux, puisque, à la page 752 de l’édition française de 1947, et à la page 672 de l’édition de 1975, il est question de Roger Le Marec, rencontré pendant la grève des bateliers de 1933 et qualifié de « bon diable » par Maurice Thorez, lequel n’ayant pas été dénoncé, alors qu’il est conseiller municipal communiste du Havre, ne se manifeste pas.

  • 86 Jean Maitron, dir., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, t. XXI, p. 131-132, notice « R (...)

91Une seconde lecture des journaux communistes, de journaux locaux et nationaux comme Le Havre libre et Le Monde, à la date des accusations et des procès, laisse apparaître que si, sous la plume des journalistes communistes, Marie-Louise Barron, envoyée de L’Humanité, et André Wurmser, Jan Valtin / Richard Krebs est d’abord un « espion nazi » ou un « agent de la Gestapo », secondairement un « traître à son pays et à la classe ouvrière », il est aussi, dans l’aveu de trahison échappé à Gabrielle Cance, moins un homme qui a renié son passé de communiste et de résistant antinazi qu’un membre de l’appareil qui a livré les secrets de l’Internationale. Le caractère polysémique des mots « traître » et « trahison » donne à penser à une appartenance commune non seulement à une même idéologie mais à une même organisation. Un troisième niveau d’interprétation renvoie aux travaux des historiens concernant Pierre Villon et René Cance, en particulier les notices biographiques élaborées par Philippe Robrieux, dans le quatrième tome de son Histoire du Parti communiste français, le dictionnaire de Jean Maitron, le Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France et l’Histoire de l’Internationale communiste86.

  • 87 Voir aussi Roger Faligot et Rémi Kauffer, Histoire mondiale du renseignement, t. I, 1870-1939, Par (...)

92Ils ne laissent place à aucune ambiguïté, après consultation des archives Vassart, des archives des services spéciaux américains et des archives soviétiques, sur le fait que Pierre Villon a été instructeur de l’Internationale des marins et dockers à Anvers, en 1934, qu’il aurait été interprète dans le Comité international de propagande des marins, en compagnie du dirigeant communiste allemand Edgar André (un temps réfugié au Havre, comme il a été écrit dans la première partie de ce travail), qu’il aurait continué à être en rapport avec l’Internationale des marins et dockers, peut-être sous le pseudonyme de Cantais87.

93Il y a enfin l’enjeu politique et idéologique de l’édition de 1947, de la campagne de presse de 1948, des procès de 1948 et 1949. Il apparaît d’abord la volonté politique de faire une démonstration : celle du caractère « séparatiste », « étranger » du parti communiste, en illustrant son inféodation à l’Internationale, au Kominform et donc à l’Union soviétique. À partir de là, il serait possible d’obtenir sa dissolution, son interdiction, ou à défaut, du fait de l’inconstitutionnalité de la proposition de loi de Jules Moch, d’aggraver les dispositions du Code pénal, à l’initiative du garde des Sceaux André Marie, voire d’interdire d’enseignement les adhérents du parti communiste, selon la proposition de Cornu.

  • 88 Georges Marrane a été ministre de la Santé et de la Population dans le gouvernement Paul Ramadier (...)

94Il se révèle ensuite que la défense de René Cance ne dit rien quant au fond mais s’arc-boute à son passé de résistant et à son présent d’élu communiste, député, conseiller général et conseiller municipal. C’est le sens du soutien qui lui est apporté par une fraction des dirigeants nationaux et fédéraux du parti communiste, dans un meeting organisé aux Expos, le 15 juin 1948, avec Georges Marrane88, un des principaux responsables du Front national en zone sud, à partir de 1941, maire d’Ivry et conseiller de la République, ancien ministre, et Roland Leroy, lui aussi résistant émérite et premier secrétaire fédéral.

  • 89 Sans patrie ni frontières, Paris, J.-C. Lattès, 1975, p. 712.
  • 90 Ibid., p. 712 : « Sans patrie ni frontières est, en vérité, une critique du stalinisme dressée au (...)
  • 91 C. Micalef, Le roman de Jan Valtin…, op. cit. ; Ludwig Eiber, Arbeiter und Arbeiterbewegung in der (...)

95Si le livre de Jan Valtin obtient le soutien de la revue La Révolution prolétarienne, dans deux articles d’avril et de décembre 1948, « Un grand livre : Sans patrie ni frontières », et « Plus de grèves pour l’URSS : un exemple vécu, la grève des bateliers en 1933 par J. Valtin », par contre les revues de gauche non communiste, comme Esprit et plus encore Les Temps modernes, refusent encore (avant la condamnation de Tito et les procès politiques dans les démocraties populaires) de « mettre en valeur tout ce qui attaque l’URSS […], l’hostilité envers l’URSS étant en même temps un anticommunisme ». Il faudra attendre la deuxième édition (1975) et la postface de Jacques Baynac89 pour que ce dernier écrive : « J. Valtin est moins un anticommuniste qu’un antistalinien et son seul tort fut d’avoir raison trop tôt. »90 Certes, mais il reste à s’interroger sur son retournement par la police politique nazie et son action d’agent de la Gestapo s’il faut en croire l’affirmation contenue dans le DEA de Constance Micalef et la thèse sur les marins de Hambourg de Ludwig Eiber91.

Annexes

ANNEXE 1. Tirage et diffusion du Havre libre

1947 : 45 000 exemplaires (directeur Ulysse Nicolas)

1948 : 45 000 exemplaires

1949 : 45 000 exemplaires

1950 : 45 000 exemplaires

1951 : 45 000 exemplaires

1952 : 45 000 exemplaires

1953 : 40 000 exemplaires

1954 : 40 000 exemplaires

1955 : 40 000 exemplaires

1956 : 38 000 exemplaires

1957 : 38 000 exemplaires (directeur Roger Mayer)

1958 : 33 334 exemplaires (rédacteur en chef André Fatras)

1959 : 33 530 exemplaires

1960 : 32 834 exemplaires

1961 : 32 834 exemplaires

1962 : tirage, 35 990 ; diffusion, 32 848

1963 : tirage, 36 150 ; diffusion, 32 828

1964 : tirage, 36 500 ; diffusion, 33 237

1965 : tirage, 38 000 ; diffusion, 35 073

(Source : Annuaire de la presse)

ANNEXE 2. Texte d’Armand Salacrou (2 février 1960)

Extraits du programme du théâtre Sarah Bernhardt jouant Boulevard Durand92, mis en scène par André Reybaz (centre dramatique du Nord)

J’avais dix ans et mes parents habitaient Le Havre, devant la prison, quand éclata l’affaire Durand. Ce fut d’abord un modeste entrefilet de dix lignes dans les journaux locaux le 10 septembre 1910, intitulé « Sanglante chasse au renard ». Une rixe, entre ivrognes, avait éclaté, laissant sur le pavé du quai un mort : un ouvrier qui continuait de travailler pendant la grève des charbonniers et assommé par les grévistes. Quelques jours plus tard, à la stupéfaction de tous, on inculpait le secrétaire du syndicat, Jules Durand.

À la maison, on suivit l’instruction et les débats de la Cour d’assises. Mon père et ses amis étaient convaincus, non seulement de l’innocence de Jules Durand, mais de la machination. Et je crois que toute ma vie d’homme fut marquée par cette terrible « erreur » judiciaire, vécue dans mon enfance. Je ne pouvais pas l’oublier. Cette expérience que je fis, de la méchanceté et de la bonté des hommes, me servit toujours, presque inconsciemment, d’étalon pour mesurer tous les événements dont je devais être le témoin dans la suite de ma vie, et je m’étais promis de raconter un jour cette affaire. Aux approches de la fin de ma vie, j’ai tenu parole.

Car Boulevard Durand n’est pas une comédie, ni un drame. C’est une chronique qui n’est pas romancée. J’ai suivi, avec les documents aujourd’hui retrouvés, ma mémoire d’enfant. […]

Pour la première fois dans ma vie d’écrivain, j’ai le sentiment d’avoir écrit ce que j’avais exactement envie d’écrire, et c’est l’esprit apaisé que je termine ce livre.

On me dira que le héros de cette histoire ne montre pas une intelligence exceptionnelle. Il n’en est à mes yeux que plus grand. C’est sa bonté profonde qui me touche. Qu’elle donne à l’anecdote un côté « image d’Épinal » ne me trouble pas : et je n’ai pas cherché à éviter cet écueil. Dans un combat, il n’y a pas de nuances.

On peut se demander à quoi a servi ce combat : à quoi ont servi les souffrances de Jules Durand. La souffrance m’apparaît toujours dans une atmosphère, dans une coloration d’absurdités. Avec ou sans le martyre de Jules Durand, le charbon n’en aurait pas moins disparu des quais du Havre. Mais à quels scandales peuvent mener certains égoïsmes, comment le mensonge conduit au crime, combien les complaisances sont coupables, voilà ce que nous rappelle, me semble-t-il, la vieille affaire Jules Durand et aussi qu’une seule attitude est digne d’un homme, devant la vérité : celle d’ouvrir les yeux et de dire cette vérité.

ANNEXE 3. Lettre de Louis Eudier, secrétaire adjoint de l’UL CGT, pour organiser la représentation de Boulevard Durand à Franklin, le 21 septembre 1961

Cercle Franklin
30 août 1961
Le Havre (S.M.)

1ère Mondiale de « Boulevard Durand »
L’Union des Syndicats ouvriers
du Havre et de la Région - CGT
À
Tous les secrétaires
des Syndicats et des sections syndicales

Chers camarades,

Le 19 septembre, au Havre, sera donnée à l’ABC « Boulevard Durand », la pièce d’Armand Salacrou. Elle retrace, comme vous le savez, l’affaire du Secrétaire du Syndicat des Charbonniers, condamné à mort, qui termine ses jours sans avoir retrouvé la raison. C’est une grande page de l’histoire du Mouvement ouvrier havrais.

Le livre de M. A. Salacrou va passer maintenant sur la scène. C’est un évènement dont l’importance ne peut échapper à aucun militant.

- Notre Union des syndicats - CGT, au moment de la sortie du livre, et après discussion a loué « la vérité et l’honnêteté » de la pièce.

- L’affaire Jules Durand, dont nous commémorions le cinquantième Anniversaire l’an passé, a pour nous, une valeur de symbole dans la lutte de la classe ouvrière pour défendre son droit à la vie.

- Et c’est au Havre que sera donnée la 1ère mondiale de « Boulevard Durand » par le « Centre Dramatique du Nord ».

C’est donc une pièce que le plus grand nombre de militants, de syndiqués et de travailleurs se doivent de voir. Nous n’irons pas seulement en simples spectateurs. Mais nous participerons entièrement au drame dont fut victime J. Durand : ne sommes-nous pas les continuateurs de l’œuvre syndicale de ce militant exemplaire ?

***

Notre camarade R. Le Marec, Secrétaire du Syndicat des charbonniers et notre Union des Syndicats ont pris contact avec le centre dramatique avec lequel nous tenons à dire ici notre accord.

- La pièce sera jouée au Havre aux jours suivants :

- mardi 19 septembre à l’ABC

- mercredi 20 septembre à l’ABC

- jeudi 21 septembre à la grande salle Franklin.

- Prix des places : le Centre Dramatique du Nord a tenu à réduire le prix des places au minimum afin que celui-ci ne soit pas une entrave à la venue des camarades. Aussi pour la représentation du jeudi 21 septembre à Franklin les places seront à 4 NF.

- Les deux premières représentations auront un caractère plus officiel. Mais nous avons estimé, en accord avec le Centre Dramatique que la représentation à Franklin, du jeudi 21 septembre, devrait revêtir un caractère plus populaire.

De plus le « Cercle Franklin », n’est-il pas le creuset de tous les grands combats de la classe ouvrière havraise et le point de ralliement des grandes manifestations populaires ?

C’est donc là, à Franklin, que nous vivrons l’affaire J. Durand.

***

Il nous faut donc favoriser au maximum la venue des travailleurs à la représentation du jeudi 21 septembre. C’est pourquoi, notre Union des Syndicats, vous invite : -à populariser cet événement (dans la presse syndicale : de plus, des affichettes du Centre seront à votre disposition).

- à demander dans les comités d’entreprise des subventions pour que les places soient encore plus abordables aux travailleurs.

- à examiner la possibilité d’une réduction du prix des places pour les syndiqués CGT (à la charge de chaque organisation).

- à demander aux directions qu’elles mettent à la sortie du spectacle des moyens de transport à la disposition des travailleurs (cars d’usine ou location de bus).

- à prendre contact avec les autres organisations pour une préparation commune (L’Union des Syndicats le fait également sur le plan local).

Nous pensons que vous comprendrez l’importance de tout ce travail. Et nous comptons sur vous. Des renseignements complémentaires vous seront donnés à notre comité de l’Union du mercredi 6 septembre.

Recevez, Chers camarades, notre fraternel salut.

Le Secrétaire-Adjoint

L. EUDIER

(Source : Archives de l’union locale CGT)

Notes

1 Voir Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. II : Du négoce à l’industrie, la vie politique et sociale, Le Havre, Ateliers de la Ville, 1984, p. 346.

2 Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, p. 311-312 : « Une maison de la culture : la maison du peuple ».

3 Voir la photographie (illustration 21) et le texte d’Albert Perrot dans Gilles de La Porte, dir., Le Havre, volonté et modernité, Le Havre, La Galerne, 1992, p. 187 sqq.

4 Voir la photographie en couleur dans le cahier iconographique, illustration IV. Jacques Lanzmann, envoyé spécial de L’Humanité, le qualifie dans un article du 13 juin 1936 de « colossal ». Il parle aussi de la municipalité qui « revenait de droit aux communistes ».

5 Elle en reprend les thèmes : par exemple, en 1954, l’appel à l’union, la défense de l’indépendance nationale et de la paix, pour la renaissance du port (avec Jeannette Thorez-Vermeersch).

6 La grève est commémorée par Gaston Monmousseau le 24 août 1952 : voir la première page de L’Avenir du Havre, 14-21 août 1952 (illustration 22).

7 Voir Annie Kriegel, Les communistes français : essai d’ethnographie politique, Paris, Seuil, 1985.

8 Le Havre libre, 28 juin 1968.

9 Voir, chapitre 10, la première page du journal de la cellule Charles-Tillon, avec le dessin de Charles Nicolle pour le 30e anniversaire de la fondation du PC (illustration 37).

10 Paul Thorez, Une voix presque mienne, Paris, Lieu commun, 1985, p. 47.

11 Waldeck Rochet lit le discours de clôture… Roland Leroy est promu, entre deux congrès, secrétaire du CC (1960).

12 Par exemple dans le refus de la loi Debré.

13 Selon la formule de Georges Lavau dans À quoi sert le Parti communiste français ?, Paris, Fayard, 1981.

14 L’Avenir du Havre est en dépôt légal à la Bibliothèque nationale, département des périodiques.

15 L’Avenir du Havre, 20 mars 1948.

16 Parmi une série d’articles parus en 1947, 15 jusqu’en octobre portent sur des thèmes aussi variés que « Consommateurs, défendez-vous ! » (1er et 2 mars), « La vérité sur la crise du pain » (5 mai), « La laïque, école de l’Union » (23 juin) et « Lourds impôts pour les travailleurs, évasion fiscale pour les trusts ». Suivent 8 articles en 1948 d’un ton plus radical : « La légalité leur est devenue fatale » (26 novembre) et « Gaver les trusts, préparer la guerre » (30 décembre).

17 Voir les chiffres de tirage et de diffusion en annexe 1.

18 Formule empruntée à Raymond Pronier, Les municipalités communistes, Paris, Balland, 1983.

19 Maurice Duverger, François Goguel et Jean Touchard, Les élections législatives du 2 janvier 1956, Paris, Armand Colin, 1957.

20 L’Avenir du Havre, qui a fait paraître l’affiche dans le numéro 40 des 10-16 décembre 1948, est poursuivi en février 1949.

21 Voir Jean-Claude Lahaxe, Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide (1949-1954), Publications de l’université de Provence, 2006, p. 259 et suiv. ; et article dans Le Mouvement social, no 225, octobre-décembre 2008.

22 Jean-Louis Comolli, « Qui censure qui ? », Libération, 21 juin 1989.

23 Le film porte le même titre qu’un livre de Jean Jausion publié en 1945 aux éditions Gallimard, dans la collection « Blanche ». Voir l’affiche du film dans le cahier iconographique, illustration III.

24 Succès dont témoigne L’Écran français, no 224, du lundi 17 octobre 1949, parlant d’une « salle remplie par un public passionné qui venait pour se reconnaître sur l’écran et reconnaître sa ville ».

25 Voir aussi la lettre ouverte du syndicat CGT des dockers de Marseille à Marcello Pagliero, publiée dans Provence nouvelle, 6-13 juillet 1951 (J.-C. Lahaxe, Les communistes à Marseille…, op. cit., p. 254-255).

26 Pour avoir publié une affiche du peintre André Fougeron, qui représentait une petite fille tuée par une bombe atomique avec la légende : « La destruction de la France par l’alliance avec l’Allemagne, la guerre contre l’URSS, voilà ce qu’on nous prépare », L’Avenir du Havre est saisi le 9 février 1949.

27 Armand Salacrou avait d’abord été adhérent de la SFIO, fondateur des Jeunesses socialistes du Havre en 1916-1917. Voir les portraits (illustration 23) et le texte en annexe 2.

28 Voir la lettre de Louis Eudier à tous les secrétaires de syndicat du 30 août 1961, en annexe 3.

29 La citation est extraite, comme la précédente, de la postface à la pièce Boulevard Durand publiée par Armand Salacrou en mai 1960, et reprise dans Boulevard Durand. Chronique d’un procès oublié, Paris, Gallimard, « Folio », 1972 et 1985.

30 D’où le regret exprimé par Matthieu Galey dans le journal Combat (8 novembre 1969) et Les Nouvelles littéraires (13 novembre 1969) : « Il est certain que les théâtres périphériques et les maisons de la culture, si elles avaient suivi la voie tracée par Gémier, auraient peut-être pu développer un art dramatique dans cet esprit-là, réaliste, sans distance. »

31 Bertolt Brecht, Écrits sur le théâtre (Schriften zum Theater), Paris, L’Arche, 1972.

32 Ces mouvements et associations sont étudiés dans le chapitre 9 : « Le PC à la conquête de l’opinion ».

33 À la même date (avril 1947) les sections de Rouen du PC et de la SFIO « donnent l’exemple de l’union dans la vigilance pour la défense de la République ».

34 Le comité est élu au Havre le 1er décembre 1947 ; il existait, à Paris, depuis le 26 novembre.

35 Le Havre libre fait état de peu de débrayages dans la métallurgie et le bâtiment, le 13 mai (aucun arrêt à la CEM, au Nickel).

36 Le Havre libre, 25 avril 1961 : 533 professeurs et instituteurs y ont adhéré.

37 Des comités de quartier sont créés, par exemple dans le 1er canton ou à Aplemont.

38 Un appel de 208 enseignants le mercredi 10 janvier 1962 est publié dans la presse locale.

39 Ces comités perdurent jusqu’à l’été 1962.

40 Le Havre libre, 17 novembre 1963.

41 Le PC se déclare ainsi hostile à la troisième force, dont les socialistes SFIO restent partisans.

42 Le siège est perdu pour des raisons sociologiques et politiques, mais le faible nombre des suffrages exprimés (46,9 %), la baisse en voix et en pourcentage des suffrages obtenus par ce candidat communiste, par rapport à 1949 (507 contre 797, 34,6 % des suffrages exprimés contre 44,1 %), ne peuvent être compensés par les 100 voix du candidat nouvelle gauche. Par contre le retrait, sans consigne de vote, du candidat SFIO, Robert Monguillon, donne une chance « politique » au candidat RPF (617 voix au premier tour).

43 De la tendance Claude Bourdet et du journal France Observateur : voir le texte publié le 8 novembre 1956 « contre l’intervention soviétique en Hongrie » et signé par des intellectuels communistes.

44 Au Petit Théâtre, le 25 septembre 1958.

45 Voir le document : « Listes contradictoires présentées pour les municipales de 1959 » (illustration 24).

46 L’échec de l’UFD en 1959 rappelle celui de la nouvelle gauche en 1956.

47 Le Havre libre, 1er juin 1959, 30 juin 1959-1960.

48 Expression empruntée à Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste, Toulouse, Privat, 1990. L’ancien député socialiste Jean Binot fait partie du bureau national.

49 Louis Pointier, dans Le Havre libre, 17 juin 1964.

50 Seuls existent quelques mouvements sporadiques chez les douaniers (6 mai) à l’huilerie Desmarais (8 mai), chez les dockers (19 mai) et dans la métallurgie (Tréfileries), chez les cheminots (6 juin).

51 Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995, p. 268.

52 Soit des gouvernements de troisième force, composés de représentants de la SFIO et du MRP, de radicaux et d’indépendants, et même d’un UDSR, F. Mitterrand. C’est la première fois, depuis la guerre, que des gouvernements font appel aux gardes mobiles et aux réservistes pour faire évacuer des usines occupées.

53 Ses journaux sont traduits devant les tribunaux correctionnels, en particulier l’Avenir qui, au Havre, tire à 30 000 exemplaires.

54 Un dernier meeting avec Gaston Monmousseau est organisé le 14 décembre, au palais des Expos.

55 En témoigne aussi la grève de l’enseignement (le 6 décembre) puis de l’ensemble des fonctionnaires (les 8 et 9).

56 Le 19 octobre, 17 835 voix (39,3 % des suffrages exprimés) ; le 7 décembre, 18 746 voix (46,1 %).

57 Le député MRP du Havre Louis Siefridt use déjà de cette qualification pour caractériser les grèves de la fin de l’année 1947, dans L’Avenir du Havre, 9 janvier 1948.

58 Cette perte est due à la nouvelle loi électorale du 20 septembre 1948.

59 Un second convoi arrive le dimanche 24, au total 340 enfants sont pris en charge par la municipalité et Pierre Naze.

60 Ces derniers ne s’y trompent pas, qui tentent de réactiver les réactions unitaires par la grève antifasciste du 12 février 1952 (un succès au Havre) et les grèves patriotiques contre le réarmement allemand.

61 Ont été censurés les communiqués de la métallurgie CGT, de la Ligue des droits de l’homme, de l’UGS et du PC, et des éditoriaux d’André Fatras (MRP).

62 Encore 300 à 400 personnes, le dimanche 1er juin à l’appel de la CGT et du comité de vigilance de la Ligue des droits de l’homme.

63 Le thème en est le suivant : « Pour comprendre comment il a été possible à de Gaulle de prendre le pouvoir et pour savoir comment tous les républicains unis peuvent barrer la route au fascisme ».

64 Le Havre libre, 2 février 1960.

65 Récit de Fernand Chatel publié dans L’Avenir du Havre et L’Avenir normand des 13, 19 octobre et 20 octobre - 2 novembre 1950, et en brochure sous le titre 30 ans de luttes au service du PC des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditions de la fédération de Seine-Inférieure du PCF, 1951. La séance fait référence au 25 octobre 1947 et le conseiller SFIO est le docteur Bernard.

66 Voir chapitre 7 : « L’affrontement politique et idéologique ».

67 Michel Bottin était chasseur au 2e bataillon parachutistes de Bayonne en 1950. Voir la page de L’Avenir du Havre, 11-12 décembre 1950 (illustration 25) et aussi le cahier iconographique, illustration II, affiche « Libérons Henri Martin ».

68 Une délégation havraise était présente, comprenant sa famille, des témoins politiques et religieux, et deux mères de soldats tués en Indochine.

69 Voir le dessin de Charles Nicolle : « L’assassinat de l’ouvrier algérien Hocine Hallache (1952) » (illustration 27).

70 Voir carte 15 : « Itinéraires des manifestations ».

71 Par exemple Jean Ferrand, ancien secrétaire de section, parle de l’existentialisme comme d’« une philosophie de la pourriture », dans L’Avenir du Havre, 14-20 octobre 1949.

72 Le livre de 746 pages publié en janvier 1941, aux États-Unis, a été réédité en 1947 à New York (éditions de la Maison française) et à Paris (Dominique Wapler). Une deuxième édition française est publiée en 1975 (J.-C. Lattès), une troisième date de janvier 1996 : Actes Sud, « Babel Révolutions ».

73 R. Caplet, dans Le Monde, 30 janvier 1948, « Courrier littéraire », p. 4. Un article était déjà paru dans Le Figaro du 28 janvier.

74 Annuaire du Monde, 5 mars 1948, incident daté du 4 mars.

75 Débats parlementaires des 17-24 novembre 1948, annuaire du Monde du 18 novembre 1948.

76 Séance du 18 mars 1948 à l’Assemblée nationale.

77 Voir la première page de l’hebdomadaire communiste L’Avenir du Havre, 28 mai - 4 juin 1948 (illustration 28).

78 Avec aggravation à 375 000 francs.

79 Voir Nina Berberova, L’affaire Kravtchenko, Arles, Actes Sud, 1990, et Serge Berstein dans Le Monde, 22-23 janvier 1989.

80 Plusieurs hypothèses peuvent être formulées… L’ouvrage de Stéphane Courtois et al., Le livre noir du communisme. Crimes, terreur et répression, Paris, Laffont, 1997, se limite à une référence, p. 306 ; celui de Michel Dreyfus et al., Le siècle des communistes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2000, n’en donne aucune.

81 D’après Constance Micalef dans son DEA, Le roman de Jan Valtin Sans patrie ni frontières comme sujet d’histoire politique, Paris I, Panthéon-Sorbonne, 2001-2002.

82 L’avocat de la défense plaidant pour le journal Le Pays s’exclame, le 16 novembre 1949 : « Allez-vous vous prononcer ce soir, messieurs les juges, contre le jugement porté sur les communistes par M. Jules Moch, à la tribune de l’Assemblée ? »

83 Voir la première page de L’Avenir du Havre, 28 mai - 4 juin 1948 (illustration 27).

84 René Cance est secrétaire interrégional du Front national pour la région V (Corrèze, Indre, Creuse, Haute-Vienne et Dordogne), d’après l’historien Jacques Girault, dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, se référant aux archives du comité national du PCF.

85 Dans une lettre dactylographiée signée de sa main, Jan Valtin, en 1948, reconnaît l’erreur d’identification sur la personne de Gabrielle Cance.

86 Jean Maitron, dir., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, t. XXI, p. 131-132, notice « René Cance », réécrite par Jacques Girault ; José Gotovich, dir., Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, Paris, Éditions de l’Atelier, 2001 ; Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, 1997.

87 Voir aussi Roger Faligot et Rémi Kauffer, Histoire mondiale du renseignement, t. I, 1870-1939, Paris, Robert Laffont, 1993, 2e partie.

88 Georges Marrane a été ministre de la Santé et de la Population dans le gouvernement Paul Ramadier du 22 janvier au 4 mai 1947.

89 Sans patrie ni frontières, Paris, J.-C. Lattès, 1975, p. 712.

90 Ibid., p. 712 : « Sans patrie ni frontières est, en vérité, une critique du stalinisme dressée au nom du léninisme. Que l’ouvrage ait servi d’autres fins dès qu’il eut échappé à son auteur et que ses nouvelles fins l’aient finalement englué, voilà qui n’a rien pour surprendre mais qui mérite toutefois quelque attention. »

91 C. Micalef, Le roman de Jan Valtin…, op. cit. ; Ludwig Eiber, Arbeiter und Arbeiterbewegung in der Hansestadt Hamburg in den Jahren 1929 bis 1939, Francfort, Lang, 2000.

92 Bibliothèque de l’Arsenal, 8° SW 302.

Table des illustrations

Légende Illustration 21 – La salle Franklin
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Illustration 22 – L’Avenir du Havre, 14-21 août 1952 : commémoration de la grève de 1922
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Illustration 23 – Portraits d’Armand Salacrou, auteur de Boulevard Durand
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Illustration 24 – Listes contradictoires socialistes pour les municipales de 1959
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Illustration 24 bis – La nouvelle municipalité d’union de la gauche, laïque et républicaine, dirigée par R. Cance (PC), avec la participation de trois adjoints PSU : L. Nédélec, L. Pointier, A. Heudron et un ex-SFIO : V. Berthelot (mars 1965). Voir les résultats en annexe 1 du chapitre 9.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Illustration 25 – L’Avenir du Havre, lundi 11, mardi 12 décembre 1950 : l’affaire Michel Bottin
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende Illustration 26 – Dessin de Charles Nicolle : l’assassinat de l’ouvrier algérien Hocine Hallache
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Carte 5 – Itinéraires des manifestations
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Illustration 27 – L’Avenir du Havre, 28 mai - 4 juin 1948 : procès R. et G. Cance contre Jan Valtin
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1201/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 398k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search