Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de l'estuaire de la Seine

 | 
Madeleine Brocard
, 
Claude Lévêque

I. Repères

Les découpages territoriaux de l’estuaire

Un héritage séculaire renforcé par la régionalisation

Laurent Lévêque et Pascal Mallet

Texte intégral

DÉCOUPAGES ADMINISTRATIFS DE L’ESTUAIRE DE LA SEINE

1 Le découpage administratif correspond à l’affirmation, consolidée par le temps, du pouvoir politique sur un territoire. De nos jours cet état de fait entre fréquemment en contradiction avec les pratiques et la reconnaissance qu’ont les sociétés locales du territoire qu’elles occupent. La fracture physique que représente l’estuaire a ainsi servi de support au découpage administratif du pays et à la scission de la Normandie.

2 À l’heure de l’Europe des régions et du pont de Normandie, on peut s’interroger sur leur pérennité.

3• Il existe trois types de découpages,

4 ceux qui sont imposés :

5les découpages de pouvoir (le maillage administratif des communes, cantons, départements et régions),

6 ceux qui servent à l’analyse :

7les découpages de savoir (zones d’emplois, zones de chalandise, etc.)

8 les découpages de projet :

9qui déterminent des espaces où un ensemble de personnes ou de collectivités ont un projet commun de développement sur un territoire (Schémas directeurs, District, Arc atlantique).

10 Ch. Terrier, cahier d’aval n o 38, INSEE - 1996.

(*) Estuaire : Embouchure d'un cours d'eau, dessinant dans le rivage une sorte de golfe évasé et profond. © Petit Robert
© IGN - FLA 1994 ® VDH - OPH - 1996

QUELQUES DÉCOUPAGES PAR COMMUNE

Les zones d’emploi

Les zones d’emploi

© IGN - FLA 1994 © INSEE 1966 © VDH – OPH 1996

Les observatoires départementaux d’urbanisme commercial

Les observatoires départementaux d’urbanisme commercial

© IGN - FLA 1994 © Observatoires départementaux d'urbanisme commercial -1996 ® VDH - OPH 1996

Les secteurs sanitaires

Les secteurs sanitaires

© IGN - FLA 1994 © DDASS - SROS 1994 ® VDH - OPH 1996

De la rupture à la continuité...

11Il ne s’agit pas dans cette première planche de l’Atlas de dessiner une fois pour toutes les limites de l’estuaire de la Seine ou d’ouvrir un débat étymologique sur le territoire que recouvre le terme. Selon les thèmes abordés, le cadre de référence peut changer, de l’estuaire strict tel qu’il est défini dans le dictionnaire Robert « Embouchure d’un cours d’eau, dessinant dans le rivage une sorte de golfe évasé et profond », jusqu’au concept proposé par les aménageurs du territoire du « grand estuaire normand », s’étendant de Dieppe à Cherbourg via Mantes-la-Jolie.

12Comme dans le cas de beaucoup d’estuaires, l’estuaire de la Seine ne correspond pas à un découpage administratif reconnu. C’est plutôt une limite physique qui s’inscrit dans l’histoire du pays. Déjà dans l’atlas national de 1791, les géographes de Louis XVI enracinaient ici le découpage entre la région du nord et la région du nord-ouest dite également région des mers.

13Le XIXe siècle et la révolution industrielle, puis la première moitié du XXe siècle ont confirmé cette fracture. L’estuaire de la Seine se situe bien sur cette discontinuité majeure du territoire national qui oppose la France du nord et de l’est industrielle et prolétaire, et la France de l’ouest et du sud agricole qui a bénéficié des redéploiements de l’économie parisienne.

14La régionalisation de 1962 à 1982, en instaurant la séparation entre Flaute et Basse-Normandie a entériné cette rupture alors que par ailleurs, le renforcement de l’influence parisienne par la concentration d’activités stratégiques en Ile de France, obérait toute possibilité de développement autonome aux espaces régionaux situés dans un rayon de 200 kilomètres autour de la capitale. Une deuxième fracture correspondant à une division fonctionnelle de l’espace entre centres décisionnels et zones d’exécution s’établissait. Alors une discontinuité peut-elle devenir un territoire ? C’est bien la question qui est au centre de cet atlas. Une chose est sûre, le franchissement physique n’est pas suffisant pour unifier un territoire. Parmi la multitude de découpages que produit l’administration française et dont nous donnons quelques illustrations, rares sont ceux qui s’affranchissent de cette rupture. Il n’est pas étonnant de constater que c’est dans le domaine de l’environnement que l’on transcende, par obligation, la partition régionale et départementale. Oiseaux migrateurs, pollutions atmosphériques et eaux courantes n’ont pas de frontières, leur préservation ou leur gestion implique une action supra-régionale et, pour cela, des structures adaptées comme l’Agence de l’eau, le conservatoire du littoral ou le réseau des observatoires de la qualité de l’air (Air Normand) ont dû se créer.

15Avec l’ouverture du pont de Normandie, d’autres territoires sont en germe, l’objectif de cet atlas est d’en dessiner les contours possibles.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12006/img-1.jpg
Fichier image/, 8,7k
Légende (*) Estuaire : Embouchure d'un cours d'eau, dessinant dans le rivage une sorte de golfe évasé et profond. © Petit Robert © IGN - FLA 1994 ® VDH - OPH - 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12006/img-2.jpg
Fichier image/, 678k
Titre Les zones d’emploi
Légende © IGN - FLA 1994 © INSEE 1966 © VDH – OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12006/img-3.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Les observatoires départementaux d’urbanisme commercial
Légende © IGN - FLA 1994 © Observatoires départementaux d'urbanisme commercial -1996 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12006/img-4.jpg
Fichier image/, 200k
Titre Les secteurs sanitaires
Légende © IGN - FLA 1994 © DDASS - SROS 1994 ® VDH - OPH 1996
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12006/img-5.jpg
Fichier image/, 100k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540