Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIe partie. Une logique de guerre (1947-1965)

Chapitre 7. La logique de guerre froide : exclusion et affrontements

Texte intégral

La troisième force, une coalition anticommuniste de longue durée

1La rupture avec les alliances politiques de la Résistance et de la Libération amène durant toute la durée de la IVe République, mais aussi aux débuts de la Ve République (jusqu’à la démission des ministres socialistes le 9 janvier 1959), des gouvernements de type « troisième force » caractérisés entre autres par leur volonté d’exclure le PC des responsabilités politiques, et cette volonté d’exclusion dure, au Havre, jusqu’en 1965. Par contre la SFIO, dirigée depuis 1946 par Guy Mollet, participe à des coalitions gouvernementales ou à des équipes municipales, intégrant la droite indépendante et les républicains sociaux dans un premier temps, puis rallie le gouvernement de de Gaulle, le 1er juin 1958.

  • 1 Et même au-delà, si l’on prend en compte les tentatives de Gaston Defferre et de « grande fédérati (...)

2Dans le cas du Havre, la SFIO tente d’exercer le pouvoir municipal en 1947 et réussit à le faire en 1959, à la tête de coalitions dominées par les partis de droite (indépendants, RPF puis UNR). Ces participations socialistes, s’ajoutant à des soutiens déclarés à la quasi-totalité des gouvernements de troisième force, y compris ceux du début de la seconde législature de la IVe République, excepté Antoine Pinay, ancien maréchaliste, démontrent qu’au moins jusqu’aux législatives de 19621, la SFIO pratique l’ouverture au centre et même aux droites, aux dépens de l’alliance, électorale ou politique, avec le PCF et/ou le PSU.

3Que le PC soit lui-même engagé depuis octobre 1947 dans une « seconde glaciation » et refuse toute idée d’exercice du pouvoir gouvernemental, mais accepte cependant de voter l’investiture du gouvernement constitué par Pierre Mendès-France, le 18 juin 1954, et celle du gouvernement dirigé par Guy Mollet le 5 février 1956, y ajoutant même les pouvoirs spéciaux le 12 mars, n’empêche pas que le PC peut se présenter comme étant la victime de pratiques politiques discriminatoires, visant à son affaiblissement, voire à son élimination. Quelles que soient les justifications, politiques et idéologiques, données à cette volonté d’exclusion, elle reste problématique au regard des résultats obtenus au suffrage universel direct et n’est pas partagée par l’ensemble de la gauche socialiste.

Les formes de l’exclusion politique

4L’exclusion politique du parti communiste passe par trois formes concrètes : la mise en place de nouveaux modes de scrutin, les découpages et remodelages de circonscriptions électorales (pour les législatives, les cantonales et les municipales), les grandes et petites manœuvres politiques, et Le Havre offre un terrain d’application et donc d’observation privilégié.

5Il faut d’emblée ajouter cependant que l’efficacité de ce type d’intervention politico-administrative est relative et qu’elle n’atteint son degré maximum que dans la mesure où elle se conjugue avec d’autres facteurs politiques négatifs pour le PCF, comme la rupture avec les anciens alliés et partenaires du tripartisme en 1947, la conjoncture de guerre froide et l’inféodation au Kominform, la crise politique et nationale de mai-juin 1958, les crises affectant le bloc soviétique. À terme, il semble que les dirigeants de la Ve République, après avoir tiré les leçons des échecs relatifs des gouvernements de la troisième force dans leur volonté de réduire l’influence communiste, aient imaginé de circonscrire le poids électoral du PCF à des circonscriptions, des territoires municipaux qui lui seraient, en quelque sorte, abandonnés.

  • 2 Jean-Pierre Lousse, Sociologie électorale du Havre, doctorat d’État en sciences politiques, univer (...)
  • 3 Les résultats des élections analysés dans ce chapitre se trouvent en annexe 1 du chapitre 9.
  • 4 Voir les analyses du géographe et sociologue Jean-Philippe Damais, Le Havre. Étude de géographie u (...)

6D’autre part des facteurs extérieurs à la conjoncture politique, par exemple d’ordre sociologique, peuvent aussi expliquer la défaite électorale d’un candidat communiste, ainsi de 1945 à 1951, dans le 2e canton du Havre, les victoires puis l’échec du candidat du PC. Cette circonscription est historiquement constituée par ce que Jean-Pierre Lousse a appelé des « quartiers marins »2, Notre-Dame et Saint-François. Le candidat communiste Pierre Guinard, lui-même ancien marin de la compagnie France-Navigation, puis scaphandrier, secrétaire du syndicat CGT des marins et de l’ancienne section communiste, y est élu en 1945 et réélu en 1949, avec 877 voix (53,64 % des suffrages exprimés), contre 758 au docteur Seguin (RPF) qui n’avait atteint, au premier tour, que 21,61 % des suffrages exprimés, soit 390 voix, alors que Pierre Guinard en avait obtenu 44,17 % (797 voix)3. Mais il est déjà évident en 1949 que ces quartiers, victimes des bombardements aériens de la fin de la Seconde Guerre mondiale, se sont vidés d’une fraction de leur population : 4 368 inscrits en 1945, 3 377 en 1949 (moins 22,68 % en quatre ans) et 1 888 votants (44 % d’abstentions). Leur caractère « prolétarien » s’est effacé avec les priorités sociologiques de la reconstruction4.

7C’est alors, au second tour des élections cantonales du 24 avril 1955, que le nouveau candidat communiste, le docker Albert Duquenoy, arrivé deuxième au premier tour, avec 507 voix (34,63 % des suffrages exprimés), derrière le nouveau candidat RPF, le docteur Denis (617 voix, soit 42,14 % des suffrages), est battu, malgré le désistement du candidat de la nouvelle gauche. La « déprolétarisation » du canton s’ajoute à l’absence d’alliance électorale avec la SFIO et le candidat socialiste, Robert Monguillon, qui se maintient et représente 16,18 % des suffrages exprimés.

8Enfin les effets des lois électorales peuvent occasionnellement jouer au profit du PCF, à la double condition que ses adversaires soient désunis et qu’il ait retrouvé des alliés socialistes ; c’est ainsi qu’aux élections municipales de janvier 1956, le PC, disposant, pour la première fois, de 18 élus (sur 37) à la proportionnelle et tirant parti de la conjoncture de front républicain et de son soutien au gouvernement constitué par Guy Mollet, peut faire élire un maire, René Cance, et une direction communiste homogène, avec l’abstention « positive » des 3 socialistes et des 3 radicaux. Mieux encore, aux élections législatives des 23 et 30 novembre 1958, alors que le parti communiste est en perte de vitesse électorale (10 députés « rescapés » du scrutin uninominal majoritaire à 2 tours), il tire profit de son implantation, dans les 3e et 4e cantons, et à Gonfreville-l’Orcher, mais aussi de la scission de la section socialiste locale et du désistement de l’UFD (Union des forces démocratiques), soit l’ex-nouvelle gauche, le PSA (Parti socialiste autonome) et l’UGS (Union de la gauche socialiste), et obtient l’élection du maire, député sortant, René Cance. Enfin, aux élections municipales sur les listes bloquées, des 14 et 21 mars 1965, les communistes ayant fait alliance avec le PSU (Parti socialiste unifié) et rallié d’anciens socialistes SFIO, font la différence au second tour (51,4 % des suffrages exprimés) avec la liste du maire sortant SFIO (Robert Monguillon), en rupture avec une fraction de ses alliés UNR et indépendants (Michel Dubosc). Le mauvais report des voix de droite, l’augmentation des abstentions ne sont que la traduction électorale des contradictions d’une troisième force, artificiellement maintenue dans une conjoncture politique dominée par les droites UNR/RI. et la logique de l’union de la gauche, dont le parti communiste tire parti, d’autant qu’elle s’ajoute au renfort de suffrages exprimés dans les nouveaux quartiers ouvriers comme la Mare-Rouge.

Les lois électorales

  • 5 Voir L’Avenir du Havre, 23-29 mars 1951 : contre ce projet de réforme de la loi électorale, les co (...)
  • 6 Le candidat communiste battu (liste PC) obtenait 54 235 suffrages (20 147 au Havre), le candidat M (...)

9Les différents modes de scrutin ne sont pas neutres politiquement et les lois électorales ont eu, pendant la période de guerre froide, des effets négatifs essentiellement sur la représentation communiste, à commencer par la loi sur les apparentements du 7 mai 19515. Elle aboutit à priver de son siège le député René Cance, tête de liste communiste, élu en 1945, réélu en 1946, sa liste isolée ayant obtenu 54 235 voix et aucun élu (contre 58 816 suffrages exprimés et 2 députés en 1946), dans le même temps où la liste apparentée du socialiste Jean Binot (21 762 voix en 1951, 24 899 en 1946) obtenait la réélection du député sortant, en dépit de l’écart de 1 à 2,5 avec la liste du PC. Ce sont donc les listes représentatives de la troisième force (élection d’un SFIO et d’un MRP) qui tirent profit de la loi, en contradiction avec les résultats du suffrage universel6. En revanche aux législatives de 1956, le non-apparentement de la SFIO, la progression électorale du parti communiste (67 481 suffrages exprimés) se traduisaient par l’élection de 2 députés communistes (René Cance et Louis Eudier), et la réélection du député socialiste Jean Binot. Par contre, l’autre député sortant MRP, Louis Siefridt, malgré le soutien du journal Le Havre libre, ancien journal du tripartisme (devenu celui de la troisième force), perdait son siège, son parti étant exclu de la coalition électorale dite de front républicain. Pour autant le gouvernement à direction socialiste n’acceptait pas la constitution d’une majorité de type Front populaire, ce qui laissait les communistes havrais en suspens après les élections municipales du 23 janvier 1956.

10En effet, les élections municipales à la proportionnelle obligent le PC, faute d’obtenir à lui seul une majorité absolue, à rechercher alliés et partenaires. Le progrès électoral enregistré par le PC en 1956 (18 élus contre 14 en 1954) ne compense pas l’échec électoral de la nouvelle gauche (aucun élu en 1956 contre 3 en 1954) et le refus des socialistes SFIO de composer une municipalité d’union. Par contre l’abstention des 3 élus socialistes SFIO et des 3 radicaux permet de constituer une direction communiste homogène.

11La deuxième loi électorale élaborée pour l’ensemble des élections législatives de la Ve République (à la seule exception de 1986) est le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, dans le cadre de nouvelles circonscriptions. Ce mode de scrutin donne la priorité à des personnalités locales, bien implantées et disposant d’alliés pour le désistement. S’il ne joue pas, en 1958, aux dépens de René Cance, réélu de justesse (avec 48,83 % des suffrages exprimés) dans la 7e circonscription, c’est que ce dernier présente toutes les caractéristiques du « notable » : maire en exercice, conseiller général du 3e canton de 1937 à 1958, et allié à l’UFD. En 1962, alors que René Cance est réélu dès le premier tour (53,48 % des suffrages exprimés), la 7e circonscription se transforme en bastion du PCF.

12Il n’en est pas de même aux élections législatives des 23 et 30 novembre 1958 dans la 6e circonscription où Louis Eudier, élu en 1956, tente de faire échec à Pierre Courant, député indépendant, ancien maire, conseiller général du 5e canton et allié à l’UNR. La division de la gauche socialiste, Robert Monguillon, candidat de la SFIO contre l’ancien député Jean Binot, membre du PSA, et le report des voix du candidat de l’Union de la gauche socialiste sont tout à fait insuffisants pour faire échec au candidat de la droite libérale, d’autant plus qu’il a le soutien du nouveau parti dominant, l’UNR. En échange, Pierre Courant laisse son siège, en 1962, au docteur Georges, gaulliste, gendre de l’ancien président René Coty. Dans cette circonscription orientée à droite, Louis Eudier est de nouveau battu en 1962, en dépit du désistement socialiste SFIO (Lucien Osmont).

13Enfin la proportionnelle utilisée pour les élections municipales de 1947 (octobre et décembre), 1953, 1954, 1956 et 1959 laisse, dans un contexte local de bipolarisation, la gauche étant dominée par le parti communiste et la droite par les indépendants, mais sans force politique hégémonique à l’échelle de la ville, les partis « charnière » arbitrer entre les grandes formations pour l’élection du maire et la composition des équipes municipales. C’est ainsi que les partis de la troisième force, et d’abord le parti socialiste mais aussi les radicaux, font élire un maire SFIO, Albert Le Clainche, en 1947, et Robert Monguillon en 1959 ; avec le soutien des indépendants et du RPF puis de l’UNR, ils laissent revenir à la tête de la municipalité l’ancien maire « pétainiste », Pierre Courant, en 1947 et en 1953, puis son ancien adjoint Léopold Abadie, radical, en 1954. C’est seulement en 1956 qu’ils abandonnent à René Cance la direction de la municipalité. Il faut donc attendre la nouvelle loi électorale appliquée aux municipales de 1965, le scrutin de liste bloqué, pour que la première force politique de la ville, le parti communiste, puisse prendre la tête d’une municipalité d’union (PC, PSU, ex-SFIO) assurée d’une majorité de gestion.

Le modelage et redécoupage des circonscriptions électorales

  • 7 Voir carte 12 : « Remodelage des circonscriptions : les élections municipales et cantonales de 194 (...)

14Le Havre est le seul cas, parmi les grandes agglomérations, de municipalité dont les limites territoriales ont beaucoup varié, par l’intégration des banlieues, sous la forme d’une annexion renouvelée des communes suburbaines : Graville, puis en 1953 Bléville, en 1955 Sanvic, en 1962 le quartier de la Pommeraie, prélude à l’intégration de Rouelles7. Les conditions du rattachement de Sanvic sont caractéristiques de la volonté politique des partis de la troisième force de faire échec au parti communiste. Il s’agit de la double crise municipale de 1954 : d’abord au Havre, le refus du PC, de la SFIO et de l’APF (Action populaire et familiale) de voter le budget présenté par Pierre Courant entraîne la démission du maire, celle des 17 élus indépendants/RPF/radicaux de sa liste (17 février) et la dissolution du conseil municipal ; puis à Sanvic, où le rejet du projet du député-maire MRP, Louis Siefridt, d’obtenir le rattachement de sa commune à la ville du Havre, détermine le retrait des élus MRP et SFIO (avril 1954). De nouvelles élections sont organisées le 16 mai 1954, elles aboutissent, au Havre, à la défaite de Pierre Courant (3 élus en moins) et au succès relatif de la SFIO (5 élus au lieu de 3) et de la nouvelle gauche (3 élus contre 2 à l’APF) et, pour Sanvic, à la victoire des partisans du rattachement, SFIO (1 élu de plus) et MRP (2). La crise municipale continue, sous la direction de Léopold Abadie, ancien adjoint radical de Pierre Courant, mais l’annexion de Sanvic ayant été ratifiée, le préfet dissout de nouveau le conseil municipal du Havre et fait procéder à de nouvelles élections, le 22 janvier 1956. En dépit de l’élargissement du corps électoral (il passe de 75 078 inscrits en mai 1954 à 98 552 inscrits fin janvier 1956), la nouvelle défaite de la liste des droites de Pierre Courant (réduite à 10 sièges), l’insuccès de la gauche non communiste (3 élus SFIO, c’est-à-dire une perte de 2 sièges, 3 élus radicaux, et aucun élu pour la nouvelle gauche ni pour le MRP) ne peuvent empêcher le parti communiste (18 élus, soit un gain de 4 sièges) d’arriver à la direction de la municipalité sans avoir obtenu la majorité absolue. L’on constate donc que si l’annexion de Bléville (3378 électeurs inscrits) a pu « sauver » la liste Courant/Abadie en 1953, celle de Sanvic (11 879 électeurs inscrits en 1956) n’a pu contribuer à l’émergence d’une troisième force municipale (SFIO-MRP).

Carte 12 – Remodelage des circonscriptions : les élections municipales et cantonales de 1947 à 1964

  • 8 Voir carte 13 : « Découpage des 6e et 7e circonscriptions : les législatives de 1958 et 1962 ».

15Le second exemple est le modelage de 2 nouvelles circonscriptions8 pour les élections législatives de 1958. L’une et l’autre sont constituées selon les mêmes règles, c’est-à-dire une fraction des cantons du Havre, à laquelle est ajoutée une fraction d’un canton extérieur, celui de Montivilliers. Sont alors découpés des espaces, où les résultats de consultations électorales antérieures ont enregistré des orientations politiques de longue durée : la 7e circonscription est ainsi constituée par les 3e et 4e cantons, qui votent communiste, sans désemparer, depuis 1937 et 1945, la commune de Gonfreville-l’Orcher qui a une municipalité à direction communiste depuis 1953, et Gainneville, une commune rurale qui est en passe de devenir une banlieue-dortoir.

16La 6e circonscription est formée à partir de 4 cantons havrais : le 1er, le 2e, le 5e et le 6e qui votent pour les candidats indépendants (Le Chevalier puis Dubosc), le 5e réélisant Pierre Courant, le 6e Robert Lenoble et le 2e ayant basculé à droite en 1955 (gagné par le docteur Denis, RPF) ; il s’y ajoute l’essentiel du canton de Montivilliers orienté majoritairement à droite. Les résultats des premières législatives de la Ve République sont conformes à la logique politique : Pierre Courant (indépendant) est élu dans la 6e et René Cance dans la 7e ; celles de 1962 ajustent parfaitement la représentation à la nouvelle conjoncture politique, un UNR, le docteur Maurice Georges, succédant à Pierre Courant et René Cance étant réélu au premier tour, comme candidat de la principale force d’opposition. L’on peut aussi constater qu’à défaut de réduire la représentation communiste, l’UNR a fait en sorte de la circonscrire à des territoires qui lui sont, en quelque sorte, abandonnés…

  • 9 Voir carte 14 : « Redécoupage de 1964 : création d’un 7e canton et remodelage des 3e, 4e et 6e can (...)
  • 10 Le 3e canton, votant communiste dès le premier tour, est grossi d’une fraction du 4e et de la comm (...)
  • 11 Le 4e canton est allégé des quartiers dits portuaires mais intègre la Mare-Rouge, quartier neuf à (...)

17La répartition de la population électorale du Havre entre les 6 cantons procède de la même volonté politique de « cantonner » l’influence électorale du PCF. En effet, si l’on évalue le nombre d’inscrits par canton, une fois achevée la reconstruction du Havre, l’on constate qu’aux élections cantonales de 1958, le 1er canton, votant à droite, depuis la Libération, a 6 429 électeurs inscrits, le 2e, passé au RPF en 1955 et qui réélit le docteur Denis (UNR) en 1961, en a 5029, alors que le 3e canton, qui vote majoritairement communiste depuis 1937, a pour conseiller général René Cance, et à partir de 1958 André Duroméa, qui représente alors la majorité des 10 194 électeurs inscrits. Le 4e, ayant eu un premier conseiller général communiste Jules Le Troadec en 1937, votant régulièrement pour Louis Eudier, élu en 1945 et réélu depuis à chaque second tour, a 43 526 inscrits aux cantonales de 1961. Cependant le redécoupage de 19649, justifié par des considérations démographiques et caractérisé par la création d’un 7e canton, n’atténue pas les disparités entre les 1er, 2e et 5e cantons votant à droite et les 3e et 4e cantons acquis à la gauche communiste, c’est-à-dire qu’il n’est touché à aucun des « petits » cantons orientés à droite : le 1er reste à 8510 inscrits, le 2e à 5 145 et le 5e à 12 470, tandis que le 3e, bastion communiste, est « gonflé »10 de 9 843 inscrits à 24 377, et le 4e, autre bastion, « dégonflé »11 de 43 352 à 22 162 électeurs inscrits. Quant au 7e, nouvellement créé, il a 19 865 électeurs inscrits. Les résultats des cantonales de 1964 et 1967 donnent la mesure politique de ce redécoupage de l’espace urbain : les 1er, 2e et 6e cantons réélisent les conseillers généraux sortants, soit 2 indépendants, Michel Dubosc et Robert Lenoble, et 1 UNR, Paul Denis, le 5e canton passe des indépendants (Pierre Courant ne se représentant pas) à l’UNR, avec l’élection de Maurice Georges, et le 7e canton est lui aussi gagné par l’UNR Jean Duval, les 3e et 4e restant au PCF (André Duroméa et Louis Eudier).

Carte 13 – Découpage des 6e et 7e circonscriptions : les législatives de 1958 et 1962

18Le bilan s’établit ainsi : 3 élus pour l’UNR (gain de 2 sièges), 2 conseillers généraux pour les indépendants (perte d’un siège) et 2 pour le PC (sans changement) ; il se passe de commentaire. Le découpage des cantonales est donc à l’image du modelage des circonscriptions pour les législatives de 1958, c’est-à-dire qu’il confirme la délimitation des territoires et le nombre des sièges « abandonnés » au parti communiste : les 3e et 4e cantons sont constitués en bastions renforcés (cela se traduit par la réélection au premier tour de leurs conseillers généraux sortants, ce qui, dans le 4e canton, était une première depuis 1945). Dans le même temps, le redécoupage de 1964 prépare le remodelage des circonscriptions pour les législatives de 1967. La 7e circonscription reste constituée à partir du 3e canton, grossi de la commune de Gonfreville-l’Orcher, et du 4e canton, auquel a été rattaché le nouveau quartier ouvrier de la Mare-Rouge, mais il lui est ajouté 2 communes ayant voté à gauche aux élections municipales de 1965 : Harfleur, dirigée par le PC, et Rouelles. Quant à la 6e circonscription, elle est constituée par les 5 cantons du Havre et de Sainte-Adresse (banlieue résidentielle) votant pour l’UNR et les indépendants, outre la ville de Montivilliers et les communes rurales du canton, plutôt orientées à droite. De nouveau se vérifie la tendance, relevée pour les élections cantonales, consistant à concentrer les électeurs dans les territoires votant communiste.

Carte 14 – Redécoupage de 1964 : création d’un 7e canton

Les grandes et petites manœuvres politiques

19Les manœuvres d’éviction politique du parti communiste sont celles de la troisième force « élargie », que ce soit au niveau local ou gouvernemental, sous la forme de dissolutions du conseil municipal et de l’organisation d’élections anticipées (municipales de décembre 1947, de mai 1954 et de janvier 1956).

20À trois reprises des démissions volontaires de la totalité des élus indépendants et RPF devenus républicains sociaux ou de listes dirigées par Pierre Courant ont entraîné la dissolution de conseils nouvellement élus, avec l’objectif de créer les conditions d’une recomposition politique. Plus encore, en 1954, la tentative du MRP et de la SFIO de démissionner de la direction de la municipalité de Sanvic, pour obtenir le rattachement au Havre et de nouvelles élections municipales, a été la manifestation la plus délibérée de la volonté de créer une troisième force, qui ne serait « ni Cance, ni Courant ».

21À cela s’est ajoutée l’acceptation par la SFIO de prendre la direction de municipalités constituées majoritairement d’élus indépendants et RPF/républicains sociaux/UNR. C’est ainsi qu’à deux reprises un maire socialiste SFIO a été élu par la totalité des voix des droites. D’abord le 27 octobre 1947, Albert Le Clainche (un des 3 élus socialistes) est devenu maire par 19 voix (10 indépendants, 8 RPF et 1 SFIO) contre 18 à René Cance (16 PC et 2 SFIO). L’engagement de la section socialiste de voter pour un maire communiste n’ayant pas été tenu, et entraînant de violentes réactions, le nouveau maire et un des deux adjoints socialistes (le docteur Bernard) durent immédiatement démissionner, ils furent alors remplacés par deux élus SFIO : Marguerite Binot et Jean Lecerf, et la question de l’élection d’un maire communiste fut de nouveau posée, ce à quoi s’engagea la section socialiste.

22Mais c’est alors que s’opéra la deuxième manœuvre de Pierre Courant, avec la démission collective des élus indépendants et RPF, la dissolution du conseil municipal par le ministre socialiste, Édouard Depreux, et l’organisation de nouvelles élections fixées au 7 décembre 1947. Trois listes furent alors constituées : une liste communiste (dite René Cance), une liste indépendants-RPF dirigée par Pierre Courant et le docteur Denis, une liste appelée de « la troisième force » et comprenant des socialistes SFIO, des MRP, des radicaux-socialistes et des indépendants, conduite par Pierre Voisin, ancien maire, ancien adjoint de Pierre Courant. Cette alliance à fronts renversés permit l’élection au poste de maire, la restauration, de l’ancien « pétainiste » Pierre Courant par 18 voix (les 15 voix des élus de sa liste et le renfort de 3 voix d’élus de la troisième force) au grand dam des communistes (15 élus). Ces premières grandes manœuvres révèlent qu’à partir de novembre 1947 (et de la formation du gouvernement Schuman) le PC est isolé, privé d’allié ; à l’inverse se met en place une troisième force élargie, anticommuniste, faisant coexister anciens pétainistes et anciens résistants (RPF, SFIO, MRP), radicaux-socialistes et indépendants (anciens maréchalistes), non sans contradictions comme en 1954.

23La crise de 1954 remet au jour les faiblesses électorales de la troisième force et la capacité manœuvrière de Pierre Courant. À la suite de la double démission des élus indépendants/RPF - républicains sociaux du Havre et des élus MRP/SFIO de Sanvic, de nouvelles élections municipales sont organisées le 16 mai 1954. Elles enregistrent une défaite électorale des indépendants/RPF - républicains sociaux (moins 3 sièges) et une progression de la gauche non communiste (5 SFIO, avec un gain de 2 sièges, et 3 nouvelle gauche), mais elles n’empêchent pas Pierre Courant de faire élire maire Léopold Abadie, un de ses anciens adjoints radicaux. Parallèlement la victoire, à Sanvic, des partisans du rattachement au Havre, c’est-à-dire des partis de la troisième force, entraîne l’organisation d’une troisième élection municipale, le 23 janvier 1956. Il faut alors la seconde défaite de Pierre Courant (10 élus, soit une perte de 5 sièges) mais aussi de la SFIO (3 élus, moins 2 sièges) et du MRP (aucun élu) pour que le PC, seule force politique en progression électorale (18 élus, gain de 4 sièges) mais ne disposant pas d’une majorité absolue, puisse faire élire, avec l’abstention des 3 élus socialistes et des 3 radicaux, René Cance au poste de maire.

24Ces élections intérimaires ont donc fait échouer pour la première fois les manœuvres politiques (démissions, dissolutions, annexions) qui depuis la fin de l’année 1947 empêchaient le candidat communiste d’être élu à la tête de la municipalité. S’y ajoute l’effet conjugué de la conjoncture nationale : la constitution du front républicain, soutenu par le PC (qui avait tenté de le transformer en alliance électorale de type Front populaire), et l’impact politique de l’alliance des communistes avec la nouvelle gauche, ralliée à une stratégie d’union des gauches.

  • 12 En dépit d’une progression du PC, en voix : 35 089 (43,97 % des suffrages exprimés) contre 27 418 (...)

25Les grandes manœuvres allaient pourtant reprendre, dans la perspective des municipales de mars 1959. C’est alors que, pour la seconde fois, le parti SFIO, ayant obtenu 2 élus, acceptait l’élection d’un maire socialiste, Robert Monguillon, par la totalité des 17 voix de la liste de Pierre Courant (indépendants et UNR) contre 18 voix au maire sortant, le communiste René Cance12. Il n’y avait donc à terme que la nouvelle loi électorale pour mettre un coup d’arrêt à toutes les manœuvres de type troisième force, dans la mesure où, obligeant à la constitution de listes bloquées, contraignant les partis à déclarer leurs alliances, constituant solidairement des majorités de gestion, elle empêchait les combinaisons post-électorales.

26Le PC était donc victime de trois formes d’exclusion politique. Les lois électorales et en particulier le système des apparentements jouaient contre lui, du fait de son isolement et dans la mesure où il était, à l’échelle du Havre, majoritaire mais non hégémonique. D’autre part les découpages et remodelages des circonscriptions, par interventions successives, avaient pour objectif d’enrayer les effets de la progression électorale du parti communiste, c’est-à-dire d’empêcher l’élection d’un maire communiste et de réduire la représentation politique du PC à 1 député et à 2 conseillers généraux. Le parti communiste était cantonné dans ses bastions des 3e et 4e cantons et de la 7e circonscription, augmentés des communes et des quartiers votant majoritairement communiste (Gonfreville, puis Harfleur, Mare-Rouge). Les manœuvres stratégiques enfin étaient celles d’une droite pétainiste devenue libérale (Pierre Courant), alliée au RPF devenu UNR, et d’une troisième force sans autonomie politique, du fait de la faiblesse de ses résultats électoraux. L’orientation anticommuniste de la section locale de la SFIO déterminait des crises internes et la démission du député socialiste Jean Binot ; elle rendait la section communiste locale extrêmement dépendante de la conjoncture nationale et internationale, en dépit de nouvelles alliances avec la nouvelle gauche (1956), l’UFD (1959) et le PSU (1965).

  • 13 La droite (indépendants et RPF/UNR) toujours minoritaire en voix et en sièges (au maximum 18 élus (...)
  • 14 Tel est le cas, après les élections de mai 1954, alors que le PC a obtenu 14 sièges, la SFIO 5 siè (...)

27Cependant, bien qu’il soit victime de pratiques restrictives, injustes au regard des résultats obtenus au suffrage universel, discriminatoires13, le PC continuait à se situer dans le cadre de la légalité républicaine, limitant ses réactions à des protestations publiques véhémentes (à l’élection de maires SFIO en 1947 et 1959), à des réprobations politiques (exprimées par le député René Cance, « scandaleusement » évincé à plusieurs reprises), à des offres d’union14 avantageuses pour ceux des socialistes acceptant de rallier un parti communiste majoritaire (mais jamais hégémonique). Il y a là une acceptation de toutes les règles de fonctionnement de la démocratie libérale, y compris de celles qui jouent au détriment du PC.

Illustration 20 – Dessin de Charles Nicolle : les communistes adversaires des Américains et de la troisième force

28Les contradictions étaient donc fortes, et pas seulement du côté des communistes, entre les orientations idéologiques de guerre froide et les pratiques politiques concrètes, elles déterminaient à terme des changements stratégiques, avec des alliances électorales pour les législatives de 1962, les municipales et la présidentielle de 1965, l’élaboration puis la signature d’un programme commun de gouvernement avec la participation des ministres communistes, l’acceptation des conséquences de la défaite électorale et du principe de l’alternance.

L’affrontement politique et idéologique

Des antagonismes renouvelés

  • 15 Voir le dessin de Charles Nicolle : « Les communistes adversaires des Américains et de la troisièm (...)

29Les théories de Jdanov, la création du Bureau d’information des partis communistes fonctionnant de 1947 à 1956 mais aussi la continuation, sous des formes transformées, du mode d’analyse stalinien (binaire) engagent les communistes dans une lutte idéologique qui prend la forme d’une guerre sans merci contre un ennemi principal : l’impérialisme américain rendu responsable de tous les problèmes intérieurs, à commencer par l’extrême lenteur de la reconstruction du Havre. Plus encore, les anticommunistes « américains » sont accusés d’avoir constitué un parti vecteur de leur idéologie (parallèlement à la création du syndicat CGT-FO), qui est comme le pendant des relations privilégiées qu’entretient le Parti communiste français avec le parti et l’État soviétiques. Ce parti américain est d’abord constitué des principales composantes de la troisième force : SFIO, RGR, MRP et indépendants15, mais il est d’autant plus menaçant qu’il développe un discours idéologiquement offensif et qu’il est en concurrence directe avec le PCF pour la mobilisation de rue. C’est ainsi que le parti communiste en vient à affronter trois adversaires déclarés : le RPF, le mouvement Paix et liberté, le parti socialiste SFIO.

  • 16 Le RPF est créé le 7 avril 1947 par le général de Gaulle, qui lui donne d’emblée (dans son discour (...)
  • 17 Le docteur Seguin (RPF) avait été le candidat gaulliste de second tour en 1949.

30Le RPF est une création de guerre froide16 qui, tout en refusant la structuration en parti, présente des candidats aux élections cantonales et sénatoriales et des listes aux municipales et législatives. La première tentative pour présenter une liste aux élections municipales du 19 octobre 1947 se solde par un demi-échec : 9 197 voix et 8 élus, soit moins que les indépendants (10 élus), mais une victoire à Sanvic, banlieue populaire du Havre. À partir de cette date, le RPF dirigé par le docteur Paul Denis, ancien résistant et déporté politique, ne cesse de faire cause commune avec Pierre Courant, dans une coalition des droites qui gère la municipalité jusqu’en 1956. Mais dans le même temps, l’on ne peut que constater que le RPF prend essentiellement des voix à la SFIO et au MRP, soit deux des principales composantes de la troisième force et qu’il contribue à leur affaiblissement politique. Le premier succès électoral du RPF est obtenu en 1955, dans le deuxième canton du Havre, aux dépens du candidat du PC, le conseiller général communiste sortant, Pierre Guinard17, et le RPF a été en concurrence directe avec le MRP pour la mairie de Sanvic, gagnée en 1947 et perdue en 1953 au profit du député MRP Louis Siefridt, et pour le 6e canton, intégrant la commune de Sanvic et perdu par Siefridt en 1951.

  • 18 Par référence au 6 février 1934 et aux ripostes des 9 et 12 février. Voir L’Avenir du Havre, 9 fév (...)

31Par contre le RPF en tant que mouvement de militants se révèle assez violent, si l’on en juge par les affrontements verbaux et physiques qui l’opposent aux communistes ; cependant la tentative de ces derniers pour gérer, sur un mode politique, les antagonismes, c’est-à-dire la tentative, au lendemain de la création du RPF, de constituer des comités de vigilance républicaine, puis dans les usines et quartiers, des comités de défense de la République, fait long feu. D’une part le RPF participe à partir d’octobre 1947 d’une troisième force élargie, d’autre part le PC est, pendant une période de la guerre froide, de 1947 à 1953, engagé dans une logique de violence qui justifie et entretient celle de ses adversaires politiques. Enfin la dénonciation des factieux ou de la conjuration contre les formes démocratiques de l’État, se muant en lutte contre les néofascistes, permet de tenter de réactiver la stratégie unitaire18.

  • 19 Le 27 septembre 1948, le 1er janvier 1949, le 5 février 1950, les 18-19 novembre 1950 (voir Le Hav (...)

32C’est que le RPF, décrit par le PC comme ayant constitué des « groupes armés de guerre civile » dits Croix-de-Lorraine, constitue une menace directe pour les communistes. Par exemple, des bagarres éclatent, le 27 septembre 1948, sur fond d’affrontements comme à Grenoble mais aussi d’extension des grèves ouvrières, entre militants du RPF (armés) et jeunes de l’UJRF, et six personnes sont blessées dont un conseiller général communiste, Pierre Guinard, et deux conseillers municipaux, Émile Capron et Huguette Juliot. Il semble que, suite aux incidents dramatiques de Grenoble (18 septembre), les communistes aient décidé de défiler dans les rues du Havre, en portant des effigies du général et en criant « À mort de Gaulle » et « De Gaulle assassin ». Le projet d’aller jusqu’au bassin du Commerce (et au monument aux morts) et d’y noyer ces représentations symboliques ayant été arrêté, place de l’Hôtel-de-Ville, par des militants du RPF, de sérieux incidents éclatèrent jusqu’à ce que les jeunes communistes, s’étant regroupés boulevard de Strasbourg, soient contraints de rentrer à Franklin. Ces violences permettent enfin aux communistes de reprendre les mots d’ordre de la résolution-programme des 14 et 15 avril 1948 (de Gennevilliers) demandant « la dissolution des groupes paramilitaires de guerre civile organisés par le RPF ». Le PC est alors au paroxysme de sa campagne de dénonciation de la menace d’un coup d’État par le général de Gaulle et ses partisans. André Marty en développe l’argumentation, dans un meeting tenu, le 2 octobre 1948, aux Expos. Les violences ne cessent pas avec la fin des grèves qualifiées d’insurrectionnelles et jusqu’à la dissolution du RPF (mai 1953), il n’est pas d’année où la librairie du PC, cours de la République, ne soit victime d’attentats nocturnes entraînant, à plusieurs reprises, des arrestations et des condamnations d’« hommes de main » du RPF19.

33Ce sont encore des journaux d’orientation RPF (Le Matin - Le Pays et l’Écho de Normandie, le Rassemblement de Normandie) qui mènent une campagne d’opinion contre le député communiste René Cance, conseiller général du 3e canton, accusé d’activités au service de l’Union soviétique. Il est clair que si le RPF est lui aussi victime de la loi des apparentements, il ne fait jamais pour autant cause commune avec le PCF. Bien au contraire, il agit en collusion avec la droite pétainiste devenue libérale et participe de ses tentatives d’élargissement de la troisième force ; c’est ainsi qu’il soutient des municipalités dirigées par des maires socialistes (Le Clainche et Monguillon) et radical-socialiste (Abadie). Le seul moment où il se soit séparé des indépendants et des radicaux ou des socialistes SFIO et du MRP se situe pendant la double crise municipale de 1954 : il vote alors, tant au conseil municipal de Sanvic qu’à celui du Havre, contre le rattachement de cette commune de banlieue. Il y a là un désaveu de la manœuvre politique de la troisième force mais plus encore la volonté de préserver les chances des « républicains sociaux », tant à Sanvic que dans le 6e canton.

34Il reste que c’est sous l’appellation d’UNR, après le retour au pouvoir du général de Gaulle, que les anciens RPF du Havre peuvent progressivement s’imposer à droite (1 député en 1962, Maurice Georges, 3 conseillers généraux au lieu d’1 : l’ancien RPF Paul Denis dans le 2e canton, l’ancien candidat RPF Jean Duval dans le 7e, créé en 1964, et Maurice Georges, dans le 5e, en 1965).

  • 20 Étudiées par Pascal Ory sous le titre « La vie en rouge, 1952-1955 », dans L’aventure culturelle f (...)
  • 21 Philippe Buton et Laurent Gervereau, Le couteau entre les dents, Paris, Chêne, 1989.

35Le deuxième mouvement que le PC doit affronter est l’organisation anticommuniste Paix et liberté créée, avec des fonds secrets d’État, par le nouveau président du conseil René Pleven, le 12 septembre 1950. Elle est alors dirigée par un député radical, Jean-Paul David, qui, par voie d’affiches et d’allocutions radiophoniques20, mène une contre-propagande sans relâche contre les thèses développées par le parti communiste ou les organisations et mouvements situés dans sa sphère d’influence. Là encore tous les moyens sont bons pour réduire l’influence politique des communistes, depuis les formes élaborées de la caricature politique21 jusqu’à la surenchère verbale et l’agression physique. C’est dans le contexte dramatique des émeutes ouvrières à Berlin-Est et de l’exécution de Julius et Ethel Rosenberg qu’un exalté, appartenant au mouvement Paix et liberté, met le feu au baraquement du parti communiste, situé à l’arrière de Franklin, dans la nuit du 24 au 25 juin 1953.

  • 22 Jean Touchard, La gauche en France depuis 1900, Paris, Seuil, 1977, p. 298.

36Plus intéressante parce que d’une tout autre dimension politique est la reprise des débats idéologiques engagés avec la SFIO, en référence aux idées développées par Léon Blum et aux textes du secrétaire général Guy Mollet. La section socialiste du Havre n’échappe pas à la règle analysée par Jean Touchard dans son histoire de La gauche en France : « L’anticommunisme devient, à partir de 1947, le trait le plus apparent de son idéologie. »22 Concrètement, cela se traduit par une radicalisation à droite, d’octobre 1947 à 1965, et par l’élimination politique de toutes les personnalités situées à la gauche de l’organisation, aussi bien Marthe Cousin (future Marthe Duroméa), passée du Parti socialiste unitaire au parti communiste, que Jean Binot, député socialiste élu à la Libération (1945-1946) réélu en 1951 et 1956, devenu un des fondateurs du Parti socialiste autonome avant d’adhérer au PSU. Par contre sont restés à la tête de la section locale des hommes comme Osmont, Lhonorey et Monguillon, qui sont, pour les deux derniers, des fondateurs des syndicats FO de la métallurgie et du Trésor, soit un syndicalisme qui, d’après Jean Touchard, a le plus contribué « à stériliser, à durcir et à fossiliser, à cantonner dans le quotidien (et l’anticommunisme) l’idéologie socialiste ».

  • 23 Voir chapitre 9, tableaux en annexe 1 : « Les élections de 1947 à 1965 ».

37La deuxième caractéristique de la section locale de la SFIO est que, si elle présente des candidats à toutes les élections23, elle n’arrive pas pour autant à constituer une force politique autonome, tout en ne disposant d’aucun allié de longue durée. La SFIO n’a aucun siège de conseiller général dans les 6 puis 7 cantons du Havre. Le siège du député socialiste Jean Binot, gagné à la Libération, ne lui est acquis, pendant la conjoncture de guerre froide, que par la loi électorale, la proportionnelle de liste avec apparentement en 1951, la conjoncture de front républicain en 1956 ; il ne résiste ni aux changements politiques de l’année 1958, ni au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Enfin sur le seul terrain où le parti socialiste puisse espérer jouer un rôle, les élections municipales, il n’obtient qu’un nombre très limité d’élus : 3 en 1947 et 1953, 5 en 1954, 3 en 1956 et 2 en 1959, et il n’est jamais flanqué des mêmes alliés (des indépendants et des radicaux en 1947, 2 Action populaire et familiale en 1953, 3 nouvelle gauche en 1954, 3 radicaux en 1956)…

  • 24 Deux maires sont socialistes (Le Clainche, Monguillon). Voir J.-P. Lousse, Sociologie électorale d (...)
  • 25 Ibid.

38Cette faiblesse électorale condamne la SFIO à exploiter sa position de parti charnière, précipitant la chute de la maison Courant en 1954, ou laissant le PC prendre la direction d’une municipalité communiste homogène en 1956, pouvant aller jusqu’à devenir la caution de gauche24 de municipalités dominées par les indépendants/RPF en 1947 ou l’UNR et les indépendants en 1959. Il reste à expliquer les causes sociologiques, politiques et idéologiques de cette absence de représentativité. Une première explication avancée par les sociologues25 est que la SFIO aurait perdu son électorat populaire et serait en concurrence directe avec toutes les autres forces politiques, excepté le parti communiste, pour la représentation des classes moyennes. Une autre explication réside, d’après les politologues, dans les effets de séduction du RPF sur les partis de la troisième force ; une dernière analyse pourrait ajouter l’orientation très droitière de la section socialiste et l’incapacité à tirer profit de quelque conjoncture unitaire que ce soit, du fait de la continuation des alliances à droite, y compris aux municipales de 1965.

39La troisième caractéristique de la section SFIO est qu’elle s’est engagée, au lendemain des élections municipales d’octobre 1947, dans la stratégie de troisième force, pour l’élection du maire, pour la constitution d’une seconde liste, en vue des municipales de décembre 1947, avec les radicaux, le MRP, une fraction des indépendants et même avec le RPF. Cet engagement justifie toutes les manœuvres et déchaîne la colère des communistes qui insultent Albert Le Clainche, maire socialiste élu par la totalité des voix de droite et une seule voix socialiste ; ils manifestent et écrivent dans leur journal L’Avenir du Havre, le 15 décembre 1947 : « La trahison des dirigeants socialistes permet à l’ancien maire agréé par les Boches d’être aujourd’hui le maire des Américains. » Polémique de « guerre froide » qui rappelle cependant que le « pétainiste » Pierre Courant, invalidé en 1945, a été restauré presque immédiatement, avec la caution d’une fraction du parti socialiste et d’anciens résistants…

  • 26 Voir Guy Mollet, 13 mai 1958 - 13 mai 1962, Paris, Plon, 1962. Les raisons fondamentales interdisa (...)

40La création du Kominform, les crises du bloc soviétique, du coup de Prague à l’intervention des chars de l’armée rouge, à Berlin-Est puis à Budapest, sont autant d’arguments au refus des socialistes de s’allier, même électoralement, avec le parti communiste26 ; mais ce refus perdure, bien au-delà de 1956 et de la dissolution du Kominform, au-delà aussi de la fin de la guerre froide, jusqu’à la présidentielle de 1965. La SFIO est donc un parti antistalinien et anticommuniste, qui ne cède qu’à l’analyse de l’évolution de la conjoncture électorale, négative pour le parti socialiste depuis les débuts de la Ve République. D’où la nécessité de conclure des alliances à gauche, à partir de 1962, de signer la charte de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste et de rallier la candidature unique de François Mitterrand.

41Cette orientation à droite peut être repérée à trois types de pratique politique. D’abord, le non-désistement à gauche des candidats SFIO, arrivés en seconde position, dans toutes les élections, qu’elles soient cantonales ou législatives à partir de 1958. Une variante en est la constitution d’une liste bloquée SFIO-radicaux-MRP et une fraction des indépendants pour les élections municipales des 14 et 21 mars 1965, liste conduite par le maire sortant socialiste Robert Monguillon, qui obtient le désistement de la liste indépendants-UNR de Michel Dubosc, contre la liste PC-PSU-ex-SFIO dirigée par le communiste René Cance.

42Ensuite, le refus de la SFIO de voter pour un maire communiste, René Cance, a été maintenu dans les 6 élections allant de 1947 à 1959, la position la moins négative, à l’égard des communistes, étant l’abstention de 1956 qui laisse le PC prendre la direction de la municipalité ; par contre le maintien du candidat socialiste, ou son abstention en décembre 1947, 1953 ou 1954, fait élire le maire des droites, Pierre Courant, ou, en remplacement, son ancien adjoint, le radical Léopold Abadie. Il y a enfin l’acceptation, par le candidat maire socialiste, d’une élection par l’ensemble des voix de droite, indépendants et RPF en 1947, UNR et indépendants en 1959, seconde expérience qui entraîne une réaction des communistes, dans la mesure où elle fait échec au maire sortant communiste, René Cance, qui avait gagné 7671 voix depuis 1956 et 3,1 % des suffrages exprimés (contrairement à la SFIO qui avait perdu, en voix et en siège, avec 6,9 % des suffrages exprimés contre 8,4 % et 1 élu de moins).

43Le troisième critère d’orientation est le vote sur les projets de budgets. On remarque que les élus socialistes SFIO ne refusent de voter les budgets municipaux de la gestion Courant qu’en 1954, d’où la crise municipale ; par contre ils n’approuvent le budget de la gestion Cance qu’en 1956, pratiquant l’abstention « positive » jusqu’à l’échéance électorale de 1959.

  • 27 Se tient alors, le 21 juin 1963, un meeting d’action laïque rassemblant le PC, la SFIO, les radica (...)

44La section locale de la SFIO est donc l’adversaire idéologique et politique déclaré des communistes, non sans crises internes. Il reste cependant quelques terrains de convergence sur lesquels le parti communiste, constatant que la SFIO est la seule force politique de gauche, durablement organisée et qui obtient des résultats électoraux, même quantitativement limités, tente de l’entraîner. Le premier est la défense laïque, qui est un cheval de bataille contre le MRP, le RPF et l’ensemble des partis de droite et du centre droit. Le refus commun des lois d’André Marie et de Charles Barangé (septembre 1951) rejette à gauche le parti socialiste, coupé de ses alliés de la troisième force, et le parti communiste ne se prive pas d’enfoncer le coin entre les cléricaux et les francs-maçons de la section SFIO. Il reprend d’ailleurs cet angle d’attaque en 1963, exploitant le refus d’une majorité du conseil municipal, soit les 18 communistes et les 2 élus SFIO (dont le maire Robert Monguillon), d’assurer les dépenses de fonctionnement de l’école catholique Charles-de-Foucauld, dans la logique de la loi Debré qui a entraîné en 1959 la démission du ministre socialiste de l’Éducation nationale André Boulloche27.

45Des convergences s’opèrent aussi dans la défense de travailleurs salariés, ouvriers menacés de chômage et de licenciements collectifs, dans les secteurs de la construction aéronautique et de la construction navale, ou fonctionnaires et agents des services publics et des entreprises nationalisées, confrontés aux orientations économiques et financières de la droite libérale (les gouvernements R. Mayer et J. Laniel à participation de ministres RPF). Les années de crise sociale et de grèves de masse comme 1953-1954, avec la grève générale des fonctionnaires de l’été 1953, soutenue par l’ensemble des syndicats CGT, FO, CFTC, FEN et CGC, étendue au secteur privé, recréent les conditions d’une solidarité (une journée de salaire) organisée par un comité constitué par le PC, la SFIO, l’Action populaire et familiale, des MRP, des indépendants, des prêtres et des pasteurs (8 septembre 1953).

46La reprise du mouvement social en octobre, avec l’annonce de la fermeture de l’usine de la Société nationale de constructions aéronautiques du Nord (640 licenciements annoncés le 1er octobre 1953), entraîne la formation d’un comité d’unité d’action transformé, à l’initiative de FO, en comité de défense de la SNCAN, associant communistes et socialistes de la SFIO et de la nouvelle gauche. Cette conjoncture participe sans doute du premier refus, par les socialistes, du projet de budget « antisocial » de Pierre Courant et entraîne la crise municipale de 1954 (dissolution et élections anticipées).

47De même, à partir de 1963, la crise de la construction navale détermine la fermeture des chantiers Augustin-Normand (1200 licenciements) et des menaces sur l’existence des Forges et chantiers de la Méditerranée (1965-1966) ; elle permet le développement d’une solidarité active de l’ensemble des syndicats et de la gauche socialiste (PSU/SFIO) et communiste. Enfin l’aspiration partagée (au moins le temps du soutien communiste au front républicain) à des solutions de paix négociée en Algérie de même que la résistance à la menace de coup d’État militaire, en avril-mai 1958 (jusqu’au recours à de Gaulle), déterminent la participation de socialistes, mais aussi de radicaux et de MRP, à une manifestation de défense de la République, le 29 mai 1958.

48Il est clair qu’à terme, la rupture de la participation de la SFIO à des gouvernements dirigés par l’UNR (à partir de janvier 1959), le rejet d’un certain nombre d’orientations politiques majeures de la première présidence du général de Gaulle, c’est-à-dire la création de la force de frappe, la révision constitutionnelle de 1962, la politique « européenne », jettent les bases d’une alliance avec les communistes, au-delà des désistements électoraux du second tour des législatives de 1962.

De nouveaux débats

49Parallèlement, il y a des tentatives de renouvellement idéologique de la gauche dite moderne, en rupture déclarée (André Philip) ou non (Gaston Defferre) avec la direction politique de la SFIO (Guy Mollet), ou de la gauche indépendante, intellectuels catholiques, clubs, membres fondateurs du PSA et du premier PSU (d’avant 1967-1968). Les uns et les autres ont en commun le refus de l’idéologie communiste dans sa version stalinisée.

  • 28 Ou de Caen, tel Armand Frémont devenu recteur de l’académie de Versailles, auteur de La mémoire d’ (...)
  • 29 Au sens de Régis Debray, Le pouvoir intellectuel en France, Paris, « Folio Essais », 1979.

50De nouveaux débats sont organisés par des intellectuels catholiques, pour certains d’entre eux personnalistes, que l’on retrouve à la tête de mouvements et d’associations comme Économie et humanisme (Gay, Nicollet), Vie nouvelle (Lalouette, Lépiney), puis le club Citoyens 60 (fondé au Havre en 1961), Jeune Cinéma (Vincent Pinel) et l’association Maison de la culture (Fatras, Pinchard). Ce sont des professeurs agrégés de philosophie (Jacques Natanson), lettres, histoire et géographie, musique, futurs professeurs à l’université de Rouen28 ; ils sont aussi journalistes, directeur de la maison de la culture du Havre (Marc Netter à partir de 1963). Ils représentent, à l’échelle de la ville, un véritable « pouvoir intellectuel »29 disposant de revues, de structures d’institution, et organisent des sessions, week-ends et conférences publiques à un rythme soutenu.

  • 30 Ou « Les aspects sociaux de la reconstruction du Havre » par Jean-Philippe Damais (1964).
  • 31 La même année 1964, le groupe Recherches fait appel à René Rémond pour analyser, dans la salle des (...)

51Les thèmes abordés, que l’on pourrait subsumer dans le titre de la conférence de Roger Jacques (Jacques Delors) intervenant, le 25 janvier 1964, au nom du club Citoyens 60, sur « Les tâches collectives de notre génération », sont les suivants : la croissance, « Vouloir l’expansion » (session d’Économie et humanisme avec Jean-Marie Albertini en 1961) ou « L’Ouest, l’Est et l’Afrique dans leurs rapports avec le Marché commun » (1963) ; l’aménagement du territoire, « Le complexe économique Basse-Seine » par André Vigarié (1963) ; le problème algérien, « La société algérienne de la guerre à l’Indépendance » en novembre 1962 ; la question urbaine, « Quelle ville bâtirons nous et pour quel homme ? » en janvier 196330 ; la démocratisation de l’enseignement (26 avril 1963), sujet d’une conférence suivie de la présentation d’un livre écrit par Jacques Natanson et Antoine Prost et intitulé La révolution scolaire (publié aux Éditions ouvrières). S’y ajoute encore une réflexion sur les médias, la presse écrite avec René Pucheu, ou encore « La télévision, phénomène galopant est-elle la meilleure ou la pire des choses ? » (1963), et sur les changements économiques et sociaux, « L’évolution de l’industrie et des conflits du travail » avec Alain Touraine31, ou politiques, « Les lignes de force du monde communiste » (1964). Il reste enfin une intervention directe dans la conjoncture politique et idéologique, avec la conférence de Maurice Duverger, le 24 mai 1963, sur « La démocratie et le régime présidentiel » et la venue d’hommes politiques en marge des orientations de la direction nationale de la SFIO : Daniel Mayer, intervenant au titre de président de la Ligue des droits de l’homme, sur le thème « Socialisme et laïcité », André Philip et Gaston Defferre.

52Ces conférenciers extérieurs, directeurs de journaux (Beuve-Méry), de revues (Domenach), professeurs d’université (Vedel, Duverger, Prost, Touraine)…, animent un débat public, orchestré par la maison de la culture, et faisant, pour certains d’entre eux, référence au personnalisme (Touchard, Natanson), au socialisme et à la République « modernes », ils menacent de court-circuiter non pas la « vieille » SFIO, en situation de déclin idéologique avancé, mais le parti communiste menacé d’exclusion sur le terrain du débat d’idées. Exclusion d’autant plus problématique que lui échappe la direction de la principale association culturelle, ouverte aux classes moyennes, l’Association de gestion de la maison de la culture, au départ présidée par André Fatras, adjoint MRP chargé des affaires culturelles dans la municipalité Monguillon, et ancien rédacteur en chef du journal Le Havre libre. Quand cette dernière organise un stage « Peuple et culture », du 23 au 26 janvier 1965, il est plus que temps pour les communistes d’intervenir, parce qu’à cette structure en formation participent aussi bien des représentants de la ligne Defferre, soit le projet de grande fédération articulé sur une alliance SFIO-MRP, que des représentants de la gauche non communiste comme Jean Giustiniani, président de la Fédération havraise des œuvres laïques (Ligue de l’enseignement), et Jean-Marie Huret, président des Foyers de jeunes, dont le parti communiste tente de se faire des alliés et partenaires dans la perspective des élections municipales des 14 et 21 mars 1965.

  • 32 Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste français, Paris, Fayard, 1981, t. II, c (...)

53La création en 1963 du cercle Henri-Wallon, animé par Maurice Schlewitz, un instituteur communiste, ancien adjoint à l’instruction publique dans la première municipalité Cance, répond à ce besoin d’intervention politique et idéologique, dans la nouvelle conjoncture créée par le changement de secrétaire général. S’ajoutant à des débats publics ou à des conférences-débats organisés par les sections communistes et le Mouvement de la paix (par exemple « La force de frappe sert-elle la science ? » le 12 décembre 1964), le cercle Henri-Wallon multiplie les exposés de théorie esthétique, sur Eluard ou Balzac, ou plus directement politiques comme la conférence de Pierre Juquin, agrégé d’allemand, membre du comité de rédaction de La Nouvelle Critique, sur le thème « Vivre ou périr, le point de vue marxiste sur la coexistence pacifique et l’humanisme moderne », ou celle de Raymond Charpiot, officier de pont dans la marine marchande, dirigeant syndical et militant communiste : « Johnson ou Goldwater ? » Formule exprimée dans une alternative simple et tendant à démontrer qu’en matière politique, il n’y a pas de troisième choix (de troisième voie ?). Le début d’aggiornamento32 (d’après Philippe Robrieux) qui se manifeste à partir du XVIIe congrès de 1964 se traduit, dans le parti communiste, par une tentative de rupture idéologique avec la période stalinienne. Les conférences-débats publics, les ventes du livre progressiste précédent les semaines de la pensée marxiste et témoignent, à leur manière, que la rénovation politique et idéologique, si elle s’opère sur la base d’affrontements intérieurs au PC entre lignes concurrentes (par exemple à partir de 1964, celle de Marcel Servin et Laurent Casanova, reprise par Waldeck Rochet), est aussi conditionnée par les initiatives « extérieures » de la gauche moderne ou indépendante.

Notes

1 Et même au-delà, si l’on prend en compte les tentatives de Gaston Defferre et de « grande fédération » en 1963 et 1965.

2 Jean-Pierre Lousse, Sociologie électorale du Havre, doctorat d’État en sciences politiques, université de Rouen, 1978.

3 Les résultats des élections analysés dans ce chapitre se trouvent en annexe 1 du chapitre 9.

4 Voir les analyses du géographe et sociologue Jean-Philippe Damais, Le Havre. Étude de géographie urbaine, thèse de 3e cycle, université de Paris I, 1972.

5 Voir L’Avenir du Havre, 23-29 mars 1951 : contre ce projet de réforme de la loi électorale, les communistes envisagent de créer des « comités de défense du suffrage universel » et réunissent des assemblées populaires.

6 Le candidat communiste battu (liste PC) obtenait 54 235 suffrages (20 147 au Havre), le candidat MRP (élu) en recueillait 2984.

7 Voir carte 12 : « Remodelage des circonscriptions : les élections municipales et cantonales de 1947 à 1964 ».

8 Voir carte 13 : « Découpage des 6e et 7e circonscriptions : les législatives de 1958 et 1962 ».

9 Voir carte 14 : « Redécoupage de 1964 : création d’un 7e canton et remodelage des 3e, 4e et 6e cantons, résultats des élections cantonales de 1964 et 1967 ».

10 Le 3e canton, votant communiste dès le premier tour, est grossi d’une fraction du 4e et de la commune limitrophe de Gonfreville-l’Orcher à direction communiste depuis 1953.

11 Le 4e canton est allégé des quartiers dits portuaires mais intègre la Mare-Rouge, quartier neuf à dominante ouvrière.

12 En dépit d’une progression du PC, en voix : 35 089 (43,97 % des suffrages exprimés) contre 27 418 (40,80 %) en 1956, mais non en sièges (18 élus).

13 La droite (indépendants et RPF/UNR) toujours minoritaire en voix et en sièges (au maximum 18 élus sur 37, en décembre 1947 et en avril 1953) a pourtant dirigé la ville de 1947 à 1956 et indirectement de 1959 à 1965, soit 15 ans sur 18.

14 Tel est le cas, après les élections de mai 1954, alors que le PC a obtenu 14 sièges, la SFIO 5 sièges et la nouvelle gauche 3 sièges.

15 Voir le dessin de Charles Nicolle : « Les communistes adversaires des Américains et de la troisième force : J. Binot (SFIO), L. Siefridt (MRP), P. Courant (Ind.) » (illustration 20).

16 Le RPF est créé le 7 avril 1947 par le général de Gaulle, qui lui donne d’emblée (dans son discours de Rennes du 27 juillet) une orientation moins antirépublicaine (première analyse du PC) qu’anticommuniste, contre les « séparatistes », formulation reprise pendant les grèves d’octobre-novembre 1948.

17 Le docteur Seguin (RPF) avait été le candidat gaulliste de second tour en 1949.

18 Par référence au 6 février 1934 et aux ripostes des 9 et 12 février. Voir L’Avenir du Havre, 9 février 1948.

19 Le 27 septembre 1948, le 1er janvier 1949, le 5 février 1950, les 18-19 novembre 1950 (voir Le Havre libre).

20 Étudiées par Pascal Ory sous le titre « La vie en rouge, 1952-1955 », dans L’aventure culturelle française, Paris, Flammarion, 1989, p. 44-45.

21 Philippe Buton et Laurent Gervereau, Le couteau entre les dents, Paris, Chêne, 1989.

22 Jean Touchard, La gauche en France depuis 1900, Paris, Seuil, 1977, p. 298.

23 Voir chapitre 9, tableaux en annexe 1 : « Les élections de 1947 à 1965 ».

24 Deux maires sont socialistes (Le Clainche, Monguillon). Voir J.-P. Lousse, Sociologie électorale du Havre, op. cit.

25 Ibid.

26 Voir Guy Mollet, 13 mai 1958 - 13 mai 1962, Paris, Plon, 1962. Les raisons fondamentales interdisant l’alliance avec les communistes sont analysées par J. Touchard, La gauche en France…, op. cit., p. 303-304.

27 Se tient alors, le 21 juin 1963, un meeting d’action laïque rassemblant le PC, la SFIO, les radicaux, le PSU, le SNI, les conseils de parents d’élèves, la Ligue de l’enseignement, la Ligue des droits de l’homme, la Libre-pensée, le Grand Orient.

28 Ou de Caen, tel Armand Frémont devenu recteur de l’académie de Versailles, auteur de La mémoire d’un port. Le Havre, Paris, Arlea, 1997.

29 Au sens de Régis Debray, Le pouvoir intellectuel en France, Paris, « Folio Essais », 1979.

30 Ou « Les aspects sociaux de la reconstruction du Havre » par Jean-Philippe Damais (1964).

31 La même année 1964, le groupe Recherches fait appel à René Rémond pour analyser, dans la salle des conférences du palais de la Bourse, « les mutations récentes de la société française ».

32 Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste français, Paris, Fayard, 1981, t. II, chap. 8 : « L’échec du Khroutchev français et l’avènement de Georges Marchais ».

Table des illustrations

Légende Carte 12 – Remodelage des circonscriptions : les élections municipales et cantonales de 1947 à 1964
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Carte 13 – Découpage des 6e et 7e circonscriptions : les législatives de 1958 et 1962
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Carte 14 – Redécoupage de 1964 : création d’un 7e canton
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Illustration 20 – Dessin de Charles Nicolle : les communistes adversaires des Américains et de la troisième force
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search