Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

IIe partie. Une logique de guerre (1947-1965)

Chapitre 6. Mémoire et actualité de la guerre

Texte intégral

Délimitations : les ruptures de 1947

  • 1 Raymond Aron, Les articles du Figaro, t. I : La guerre froide (1947-1955), Paris, Fallois, 1990.
  • 2 Maurice Merleau-Ponty, Humanisme et Terreur. Essai sur le problème communiste, Paris, Idées-Gallim (...)

11947 est l’année des fractures politiques parce qu’elle est au commencement de la période de guerre froide. La rupture politique et idéologique entre les États-Unis et l’URSS matérialisée par le double discours d’Harry Truman et d’Andreï Jdanov devient, selon l’analyse de Raymond Aron, parue le 12 mars 19471, « un élément du jeu politique à l’intérieur de tous les pays ». L’« offensive contre le totalitarisme » répondant à l’« engagement anti-impérialiste », ces deux déclarations (de guerre) sont complétées par deux initiatives concrètes : la proposition de George Marshall, secrétaire d’État américain, d’aide matérielle, financière et militaire à l’Europe, offre dont Maurice Merleau-Ponty se demandait, dans son livre Humanisme et Terreur, si elle était « projet de paix et/ou risque de guerre »2, et du côté soviétique, par la voix d’Andreï Jdanov, secrétaire du comité central, la création d’un bureau d’information des partis communistes dit Kominform, (re)faisant du « parti communiste bolchevique, le modèle et le leader du Parti communiste français », selon le dernier discours de Jacques Duclos (28 septembre 1947).

  • 3 Voir sur une page entière de L’Avenir du Havre, 18 mai 1947, la lettre des élus communistes à la p (...)

2La deuxième rupture, les historiens pouvant se demander si elle est délibérée ou subie, est la révocation des ministres communistes, le 4 mai 1947, et la rupture de l’alliance politique entre le PC, la SFIO et le MRP, démission forcée pour les communistes si l’on en juge par la référence continuée au « parti de gouvernement », au moins jusqu’au XIe congrès tenu à Strasbourg du 25 au 29 juin 19473, si l’on constate aussi le caractère simultané de l’éviction des représentants des partis communistes des gouvernements belge, le 10 mars, français, le 4 mai, et italien, le 12 mai. Rupture délibérée si l’on prend en compte l’accumulation des signes de crise politique ne pouvant être dénouée que par la démission des ministres communistes, que ce soit le mécontentement ouvrier lié aux problèmes d’inflation, de pénurie et de rationnement, ou le refus du gouvernement à direction socialiste d’augmenter les salaires. La grève commencée le 25 avril à l’initiative de militants trotskistes, membres du PCI et du futur groupe la Voix ouvrière, le déclenchement de la guerre coloniale d’Indochine mettent les communistes français en porte-à-faux par rapport au Vietminh et au gouvernement vietnamien d’Hô Chi Minh, d’où le refus des parlementaires de voter les crédits militaires (22 mars).

3La troisième rupture havraise, c’est l’évolution de la conjoncture politique locale, entre les deux élections municipales d’octobre et de décembre 1947. Dans un premier temps, la section socialiste SFIO change de stratégie et de partenaires, mais trop faible localement pour constituer une municipalité de troisième force, elle fait élire, le 25 octobre 1947, un maire socialiste, Albert Le Clainche, par 19 voix, soit la totalité des élus RPF et indépendants, et 1 voix d’un élu SFIO ; par contre et en dépit des engagements pris par la section socialiste, le communiste René Cance n’obtient que 18 voix, soit celles de l’ensemble des élus communistes et 2 voix socialistes. Une première explosion de mécontentement, suivie d’une manifestation organisée par le PC, entraîne la démission du maire et d’un adjoint socialistes, mais la démission collective de l’ensemble des élus de droite oblige le ministre de l’Intérieur du gouvernement Ramadier, Édouard Depreux, à dissoudre le conseil municipal et à organiser de nouvelles élections, le 7 décembre 1947.

  • 4 Les réservistes sont rappelés, le 4 décembre 1947.

4Ces dernières, dans une conjoncture surdéterminée par des grèves qualifiées d’« insurrectionnelles »4, voient s’affronter trois listes, celle des communistes qui obtiennent 15 élus, la liste de la troisième force à participation socialiste (7 sièges) et celle dirigée par le RPF et Pierre Courant (15 sièges) ; ce dernier est élu maire et sa restauration politique (il avait été nommé maire par le gouvernement Pétain-Darlan en 1941 et maintenu jusqu’à la Libération), déjà commencée avec les élections de 1945, comme député et conseiller général, s’accomplit avec la caution politique de l’ensemble des droites, y compris les gaullistes, mais aussi celle d’une fraction des socialistes. Le parti communiste entre alors dans une phase d’exclusion maximale, disqualifié comme « parti séparatiste » selon la formule du général de Gaulle (dans son discours de Rennes, le 27 juillet 1947) ou comme parti « nationaliste étranger » selon le mot de Léon Blum. Il en résulte une marginalisation durable des responsabilités gouvernementales et de la gestion municipale. Le fait que, pendant deux législatures, le parti communiste soit privé de toute capacité de représentation redouble le sentiment d’exclusion sociale que ressent une fraction du monde ouvrier et radicalise langage et action politiques. Même si cet enfermement a été voulu par la direction du PCUS et accepté par celle du Parti communiste français, il est aussi le produit d’un isolement politique qui ne peut être rompu que par la reprise de l’alliance avec les socialistes.

La coupure de 1965

  • 5 Voir Le Havre libre, 22 mars 1965 : « Les élections municipales et le triomphe de René Cance ».

5L’année 1965 marque une réorientation des enjeux de la bataille politique et idéologique, d’abord parce que depuis 1962 et l’élection du président de la Ve République au suffrage universel, le mode de scrutin laisse peu de chances, dans un second tour bloqué par la réduction à deux participants, à un candidat désigné par le seul parti communiste, d’autre part parce que la nouvelle loi électorale pour les municipales des 14 et 21 mai 1965 donne un surcroît d’autorité politique à un parti leader d’une majorité de coalition, serait-il communiste. Au-delà de ces contraintes instituées dans le jeu démocratique, le parti communiste est, depuis les élections législatives de 1962, redevenu l’allié électoral du parti socialiste, dans une logique qui va du désistement pour le candidat de gauche le mieux placé jusqu’au soutien à la candidature unique de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1965. Les solutions de troisième force semblent à ce moment historiquement condamnées, même si elles ont tenté de durer au-delà de la IVe République, avec, au Havre, l’élection en 1959 d’un maire socialiste, Robert Monguillon, investi par 17 voix de droite (UNR et indépendants) et 2 voix SFIO, contre 18 au candidat communiste, et nationalement, les deux tentatives de candidature de Gaston Defferre à l’élection présidentielle (1963 et 1965). Par contre, le 21 mars 1965, la liste Cance, composée de représentants du PC, du PSU et de socialistes SFIO ralliés, obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et la totalité des sièges, elle inaugure trente ans de direction communiste de la gestion municipale5.

6Les débats théoriques et politiques sont eux aussi renouvelés par les interventions de la gauche non communiste dite nouvelle gauche ou gauche moderne, qui s’exprime dans des journaux comme France Observateur, L’Express, des revues, Les Temps modernes, Esprit, par des leaders d’opinion, Claude Bourdet, André Philip, Georges Suffert, Jean-Jacques Servan-Schreiber, ou le club Jean-Moulin, le club des Jacobins, Citoyens 60, et des partis (CIR, PSU), des syndicats : CFDT, groupe Reconstruction, mais aussi par les attendus de la gestion technocratique et sociale de la Ve République.

7Confronté à la modernité politique, à des analyses sur « la nouvelle classe ouvrière », la « nouvelle petite bourgeoisie », à l’évolution des classes moyennes et au changement des mentalités dans une fraction de l’Église catholique, le PC tente de répondre par un aggiornamento théorique. Par le biais de revues comme Économie et Politique, La Nouvelle Critique, La Pensée, sont progressivement abandonnées les thèses sur la paupérisation absolue, à la journée d’études de Saint-Ouen et, au XVIIe Congrès (mai 1964), analysés les problèmes idéologiques et culturels (comité central d’Argenteuil en 1966), ouvert le dialogue avec les chrétiens (semaines de la pensée marxiste).

  • 6 Esprit, numéro spécial, Questions au parti communiste, octobre 1966.

8L’évolution de la conjoncture internationale, la déstalinisation engagée par Khrouchtchev et continuée par le nouveau secrétaire général du PCF, Waldeck Rochet, à partir de 1964, la dissolution du Kominform et la rupture sino-soviétique créent les conditions de ce que Georges Lavau appelle, dans un numéro de la revue Esprit daté de 19666, « une renaissance du PC ». La reprise de ce qui peut apparaître comme la longue marche vers l’unité des communistes et des socialistes, plus concrètement, l’engagement dans une stratégie d’union de la gauche, sur la base d’un programme commun de gouvernement, la détermination de nouvelles voies « démocratiques et pacifiques » de passage au socialisme sont autant d’éléments de rupture avec la période de guerre froide, de même que le choix, confirmé en 1962, de la coexistence pacifique éloigne le danger de guerre nucléaire qui avait dominé les années de plomb.

9Il n’est pas jusqu’à la conjoncture économique et sociale qui ne présente des signes annonciateurs de crise avec les licenciements collectifs dans des secteurs d’industries anciennes (construction et réparation navales, bois et textiles, extraction de charbon), les grèves de défense de l’emploi et des acquis sociaux (sécurité sociale) et la revendication d’une augmentation prioritaire des bas salaires et du pouvoir d’achat des salariés. L’ensemble de ces éléments pouvait constituer la base d’un rassemblement majoritaire, même si les résultats en ont été différés.

« Une psychologie de guerre en temps de paix »7

  • 7 Edgar Morin, Autocritique, Paris, Seuil, « Politique », 1970 et 1975, p. 136 : « La force de l’app (...)
  • 8 Ibid., p. 82 : « Or le stalinisme intellectuel était effectivement une psychose militaire transfér (...)

10La guerre hante les mémoires et d’abord parce que subsistent, dans le paysage urbain, les traces de la destruction des quartiers centraux, la « ville brûlée vive » dont parle Armand Salacrou, jusqu’à l’achèvement de la reconstruction au début des années soixante. Il y a aussi les survivants des bombardements meurtriers de 1940 et 1944, les personnes déplacées des exodes et des évacuations forcées, les anciens résistants, déportés et prisonniers, les mal-logés des camps d’hébergement et de transit qui constituent autant de rescapés d’un traumatisme majeur, soit que le passé les habite, soit que se prolongent, à leurs dépens, les problèmes de logement, de ravitaillement, d’activité professionnelle. La guerre et l’avant-guerre déterminent le modèle d’interprétation8 des événements contemporains, et cela au moins jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie (1962). Si l’on analyse, par exemple, l’intervention de Jacques Duclos pendant la campagne pour les élections municipales au Havre, samedi 4 octobre 1947, au palais des Expositions, devant environ 20 000 personnes, l’on constate que ce discours est typiquement un texte de guerre froide, c’est-à-dire qu’il radicalise et déforme méthodiquement tout système d’interprétation, dans le sens voulu par la direction du parti communiste d’Union soviétique (Jdanov/Staline). Le secrétaire du comité central déclare, dans une formule d’une confusion saisissante, avoir vu en « Pétain, un de Gaulle pro-allemand » et voir en « de Gaulle, un Pétain pro-américain ». L’ambiguïté inscrite dans la fausse symétrie, le trompe-l’œil de l’expression appelle plusieurs commentaires : d’abord elle n’est pas sans rappeler les qualificatifs dont a usé la direction (clandestine) du PC, et en particulier Jacques Duclos, pour stigmatiser le général de Gaulle, dans la période allant de l’acceptation du pacte germano-soviétique à l’entrée dans la Résistance active à l’occupation militaire allemande (printemps 1941) : le chef de la France libre était alors qualifié d’« agent de l’impérialisme anglo-saxon ». Ensuite elle exonère le maréchal Pétain de sa volonté de collaboration et fait disparaître la dimension antifasciste des combats de la Résistance, pour ne plus laisser apparaître qu’un nationalisme dévoyé (peut-être aussi celui de la direction du PC qui avait tenté d’obtenir la reparution des journaux communistes à l’été de 1940).

11L’on peut constater aussi qu’étant en concurrence directe avec de Gaulle et le RPF, et dans la même situation d’exclusion par rapport aux gouvernements de la troisième force, le PC tente de s’approprier le thème de l’indépendance nationale, auquel il ajoute le chauvinisme antiallemand, et plus encore, dans la perspective immédiate des élections municipales, une référence essentielle, parce qu’encore opératoire dans la détermination des choix politiques, celle de la Résistance patriotique, dont il cherche à priver les gaullistes. Enfin cette diabolisation de l’adversaire, cette assimilation des contraires sont tout à fait caractéristiques des grands procès staliniens d’avant-guerre, autant qu’elles préfigurent ceux d’après-guerre, leurs amalgames confondants, leur délire paranoïaque, leur confusion politique et idéologique.

  • 9 À vingt reprises les dockers du port de Rouen ont refusé de procéder à des opérations de déchargem (...)
  • 10 L’alliance est refusée par les seuls députés communistes (4 élus du département) qui le font savoi (...)
  • 11 Pierre Aubery, Les Américains au Havre, Paris, La Bibliothèque française, 1948.

12Plus systématiquement, l’on remarque que le transit de soldats et de matériels de guerre américains, les opérations de réembarquement après la Libération, les débarquements9 liés à la signature du pacte de l’Atlantique10 et à l’engagement dans la guerre de Corée sont assimilés à une forme d’occupation militaire étrangère, mal vécue par les ouvriers du port comme l’avait été à la Libération le stationnement des troupes américaines11.

  • 12 Mais aussi de préparer la guerre contre l’URSS…
  • 13 Par exemple un débat est organisé le 16 avril 1948, sur le thème « Qui veut la guerre ? » par les (...)

13L’aide Marshall est refusée aussi comme indice de soumission à une puissance dominante ; les États-Unis sont référés à l’Allemagne d’Hitler dans leur volonté d’instituer un ensemble supranational12, vassalisant les États-nations (l’Europe « allemande » continuée par l’Europe « atlantique »). Si l’on ne peut que constater la conformité des analyses du PCF avec les directives énoncées par la direction du parti communiste et de l’État soviétiques, l’on doit aussi remarquer que ces prises de position ne sont pas sans écho dans une fraction de l’opinion, chez les neutralistes appartenant à la gauche non communiste ou les gaullistes historiques13.

  • 14 Une grève antifasciste est organisée le 12 février 1952, 1500 personnes se rassemblent à Franklin.
  • 15 Voir le dessin pour la conférence de la section Havre ville, 11-12 mars 1950, par Charles Nicolle (...)

14Au-delà, pour amener les adhérents et les électeurs communistes à vivre dans une continuité symbolique l’abandon d’une ligne de masse, l’absence d’une stratégie démocratique, la priorité donnée aux objectifs politiques définis par le Kominform, le PCF en arrive à analyser les années 1947-1953 par référence aux années 1934-1939 dans une reprise sans historisation, qui réactive mécaniquement les réactions antifascistes14 : c’est ainsi que la guerre de Corée est comparée à la guerre d’Espagne (elles n’ont peut-être « en commun » que l’intervention indirecte des Soviétiques et l’engagement de volontaires, en l’occurrence chinois). Analyses et reportages la décrivent comme une pseudo-guerre civile, faisant s’affronter partisans et adversaires de régimes démocratique (le Nord pour les communistes) et dictatorial, qui menace de s’internationaliser, ce qu’en d’autres temps les communistes avaient appelé une « répétition générale » de la guerre mondiale ; les productions picturales de Picasso (Massacres de Corée, 1951) sont renvoyées à Guernica. Il y a là toute une symbolique qui amène par exemple les dockers du Havre et de Rouen à ne pas vouloir participer, même indirectement, aux guerres d’Extrême-Orient, ils refusent de décharger du matériel de guerre américain15, comme, en d’autres temps, ils avaient refusé de charger des colis pour Hitler ou pour Franco.

Illustration 18 – Dessin de Charles Nicolle pour la conférence de la section Havre-ville, 11-12 mars 1950

15Le plus remarquable dans ce genre a-historique est l’analyse de la crise politique de 1956-1958. Là encore, dans la continuité des analyses de la fin de la période stalinienne (ce qui témoigne, au niveau du discours, de l’absence d’un processus de déstalinisation), le général de Gaulle est qualifié d’« aspirant-dictateur », à l’image de la prise du pouvoir par le maréchal Pétain, au mois de juillet 1940. La démission forcée de Pierre Pflimlin, le 28 mai 1958, rappelle les pressions exercées sur Édouard Daladier, le 6 février 1934. « L’homme de Colombey », une appellation permettant de rappeler que le général de Gaulle n’avait été investi d’aucun mandat démocratique et qu’il se présentait en personnage providentiel, en totale contradiction avec la tradition républicaine, est donc dénoncé, entre le 12 mai et le 1er juin 1958, comme rejouant contradictoirement les cartes de l’ancien chef de la Résistance « extérieure », c’est-à-dire l’utilisation de l’Algérie comme base de reconquête du pouvoir politique, la substitution au CFLN et au GPRF (structures politiques représentatives) du Comité de salut public, machine de guerre (civile) constituée à Alger, le 13 mai 1958 ; l’opération de débarquement en Corse assimile le premier département libéré en 1943 au premier département insurgé de 1958, enfin l’objectif parisien est dramatisé avec la peur que, de nouveau, se substitue à un président défaillant/consentant un général-dictateur, (ab) usant de son image de héros national.

  • 16 Même l’affaire de l’Observatoire (15-16 octobre 1959) est qualifiée par L’Humanité d’« attentat fa (...)
  • 17 Y compris le général de Gaulle, voir L’Avenir du Havre, 1-7 juin 1951.

16Comparaisons problématiques qui font l’impasse sur les enjeux de la période, l’analyse de la conjoncture et la nature politique concrète des événements, mais qui démontrent que le PC aborde le présent historique à partir du passé recomposé dans une continuité fictive, celle de l’antifascisme, mais opératoire, reprise par exemple, en 1958, par une fraction de la gauche non communiste16. Il y a donc inflation et déplacement de la dénomination de fasciste, appliquée à tout homme17, parti ou mouvement, journal ou revue engagé dans la lutte anticommuniste. Ce qualificatif est utilisé aussi bien contre le RPF à ses débuts que contre l’OAS en 1961-1962, soit le principal allié autant que le pire ennemi du général de Gaulle, adversaire des communistes, sauf lorsque ses choix de politique étrangère ménagent les intérêts de l’URSS.

17De même nature est la condamnation de la révolte de Budapest en 1956 ; le peuple insurgé est dénoncé comme faisant le jeu des fascistes anciens et nouveaux, et l’intervention des chars soviétiques est assimilée à la Libération de 1944… Dernier temps fort de ce genre d’analyse, les années 1958-1959 sont caractérisées comme étant sous la menace d’une fascisation du régime républicain, ce qui justifie, comme après le 6 février 1934, un appel à l’union avec les socialistes et le recours à un nouveau Front populaire (28 mai 1958). L’exclusive jetée contre le parti communiste est systématiquement retournée contre ses adversaires politiques, sur le mode d’accusations symétriques et contradictoires : « parti séparatiste » contre « nouveaux collaborationnistes », « parti nationaliste étranger » contre « nouvelles formes de trahison », logique antitotalitaire contre idéologie antifasciste. Reste à apprécier l’efficacité politique de ce type de discours : elle ne doit pas être nulle si l’on en juge par les alliances nouées à partir de 1958, électorale avec François Mitterrand, puis politique avec le premier PSU, et de nouveau électorale avec la SFIO en 1962, la FGDS en 1965. Elle permet aussi au PC d’opérer, après sa traversée du désert, sa sortie de guerre froide.

18La guerre n’est pas seulement une mémoire instrumentalisée, elle est aussi une actualité vécue, dénoncée, combattue sous trois formes principales : les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie, la grande peur de la bombe atomique et du feu nucléaire, les différents projets de réarmement de l’Allemagne de l’Ouest. La référence quasi obligatoire à la menace de guerre contre l’Union soviétique fait dire à Maurice Thorez, le 22 février 1949 :

  • 18 Intervention de Maurice Thorez devant le comité central du PC, parue dans L’Humanité, 23-24 févrie (...)

Si les efforts communs de tous les Français épris de liberté et de paix ne parvenaient pas à ramener notre pays dans le camp de la démocratie et de la paix [c’est-à-dire pour les communistes depuis octobre 1947, le camp soviétique], si notre pays était conduit à une guerre anti-soviétique et si dans ces conditions, l’armée soviétique, défendant la cause des peuples, la cause du socialisme, était amenée à pourchasser les agresseurs jusqu’à notre sol, les travailleurs, le peuple de France, pourraient-ils se comporter envers l’armée soviétique autrement que les travailleurs, que les peuples de Pologne, de Roumanie, de Yougoslavie [se ralliant à leurs « libérateurs »]18 ?

19Cette formulation qui tente de rejouer, dans l’imaginaire, les combats de la Libération, condamne les communistes, comme en 1939-1940, moins pour l’expression d’un pacifisme que pour le soupçon d’une trahison.

  • 19 Une longue lutte est menée contre l’allongement de la durée du service militaire de 12 à 18 mois ( (...)

20La période 1946-1962 est dominée par la conjonction des guerres du Vietnam, de Corée et d’Algérie, auxquelles on pourrait ajouter la crise de Suez. Or les communistes y sont intéressés à plusieurs titres, soit que comme en Extrême-Orient, elles voient s’affronter des gouvernements et des armées pro-ou anticommunistes, soit que, comme en Algérie, la guerre mobilise des soldats du contingent, appelés par anticipation, maintenus sous les drapeaux19 et rappelés, et, dans tous les cas, ampute les crédits civils, en particulier ceux de la reconstruction, au profit des budgets militaires, avec des effets négatifs qui jouent principalement aux dépens des couches socialement et/ou culturellement défavorisées.

21Les guerres coloniales semblent moins poser de problèmes politiques que créer des difficultés d’ajustement, en raison de leur dimension « intérieure ». Si les communistes sont du côté de l’éthique (avec la dénonciation de la torture) voire de la politique, avec leurs prises de position pour « l’indépendance et l’unité de la République démocratique du Vietnam » dans le cadre de la Fédération indochinoise et de l’Union française (19 mars 1946), pour la reconnaissance du fait national algérien (8 novembre 1954), du droit à l’autodétermination, puis à l’indépendance du peuple algérien, il leur faut aussi accompagner l’évolution de l’opinion publique dans sa fraction correspondant à leur électorat de premier et de second tour, et rechercher des convergences avec les gouvernements à direction de gauche non communiste. C’est ainsi que les députés communistes s’abstiennent de voter les crédits militaires, le 22 mars 1946, et votent les pouvoirs spéciaux, le 12 mars 1956. C’est aussi pour ces raisons que le PC s’oriente vers la demande de solutions de paix négociée, avec le Vietminh, et le gouvernement de la République du Vietnam puis avec le FLN, comme avec le GPRA. C’est enfin pour des motivations à caractère politique national qu’il se rallie très progressivement à l’autodétermination puis à l’indépendance de l’Algérie, prenant des positions beaucoup moins avancées que celles de ses militants « porteurs de valises » ou celles des étudiants de l’UEC faisant cause commune avec les étudiants algériens de l’UGEMA (Union générale des étudiants musulmans algériens).

Illustration 19 – Affiche pour l’appel de Stockholm (mai 1950)

  • 20 L’Avenir donne des informations sur les corps rapatriés et recueille des témoignages de femmes, ép (...)

22Les guerres coloniales sont donc condamnées moins pour leurs finalités pourtant déclarées comme anachroniques (dans l’éditorial de Marcel Cachin, le 6 avril 1947, ou lors du meeting organisé par l’UNEF, le 27 octobre 1960) que pour leurs conséquences intérieures négatives : déficit budgétaire aggravé et inflation « catastrophique » pour le pouvoir d’achat des salariés ; augmentation des dépenses publiques aux dépens des priorités d’après guerre, la reconstruction, l’éducation, la santé ; multiplication des pertes humaines20 ; menace de crise politique et nationale, dangereuse à terme pour la démocratie. La dénonciation des guerres coloniales participe moins d’une idéologie anticolonialiste que du combat politique du parti communiste dans sa double dimension sociale et nationale, cela le distingue de l’ensemble des partis, y compris de la SFIO. Ainsi, le 19 octobre 1956, le sénateur communiste Waldeck Lhuillier accuse ceux qui considèrent que la solution du problème algérien est au Caire (les socialistes Guy Mollet et Christian Pineau) ou ceux qui veulent tirer vengeance de la nationalisation de la compagnie du canal de Suez et se réjouissent de ce nouveau théâtre de guerre, partageant ainsi les vues des conservateurs anglais. Mais à l’inverse, cela rapproche le PC de la nouvelle gauche puis du nouveau Parti socialiste unifié, à partir de 1961.

  • 21 Les communistes agissent avec des socialistes, des radicaux, des catholiques et protestants engagé (...)
  • 22 Les mobilisations se font avec Action non violente ou le MCAA (contre l’armement atomique), ainsi (...)
  • 23 François Furet, Le passé d’une illusion, Paris, Le Livre de Poche, 1996, p. 656.
  • 24 Le Comité national contre la force de frappe (PC, SFIO, PSU, radicaux) est constitué en 1963.

23Le refus des armements non conventionnels est lui aussi répété, qu’il s’agisse de la bombe atomique américaine, des projets démentis de guerre bactériologique en Corée, ou à partir de 1960 de la force de frappe française. Quant à la bombe atomique soviétique (existant à partir de 1949), elle n’est évoquée que dans son usage défensif, y compris dans la crise dite des fusées à Cuba en 1962. Il apparaît donc bien que les communistes de guerre froide ne peuvent être assimilés à des pacifistes, encore moins à des non-violents, avec lesquels ils réalisent pourtant des actions communes dans le cadre du Mouvement de la paix, créé en 194821, comme dans celui des mobilisations antinucléaires des années soixante22. Si le parti communiste prend fait et cause pour le désarmement atomique, c’est, disent d’aucuns, reprenant les analyses de Raymond Aron et d’Annie Kriegel, parce qu’il ferait l’affaire de l’URSS qui n’est pas encore en mesure de lutter à armes égales avec les États-Unis d’Amérique ; c’est aussi, ajoute François Furet, parce que « l’anticipation de l’horreur de demain dépasse les pires souvenirs de celle d’hier et l’imagination court plus vite que la mémoire sans cesser de s’y alimenter »23. C’est enfin parce que la peur de la guerre atomique peut être un thème de mobilisation, un vecteur de rassemblement, une composante programmatique de l’union des gauches24, preuve s’il en était besoin que le rejet de l’armement nucléaire, le refus de sa diffusion, le ralliement à la détente, puis à la coexistence pacifique participent autant de la logique de bloc que de l’angoisse de l’Apocalypse.

  • 25 Ainsi Mathilde Gabriel-Péri déclare-t-elle à Rouen, le 11 décembre 1949 : « Qui de nous ne serait (...)

24La question du réarmement allemand liée à la volonté, anciennement exprimée de châtiment, non des vaincus mais des coupables25, reste un sujet sensible non seulement pour les communistes mais aussi pour une fraction peut-être majoritaire de l’opinion publique, au moins jusque dans la première moitié des années cinquante. La demande de sanctions, de procès contre les criminels de guerre (plus que pour crimes contre l’humanité), le refus de toute amnistie, de toute réhabilitation restent une composante caractéristique du discours communiste. Par exemple, les députés communistes sont les seuls à avoir voté contre l’amnistie des 21 auteurs du massacre d’Oradour-sur-Glane, le 19 février 1953. Cette intransigeance, à l’image de celle de l’URSS dans sa zone d’occupation militaire, est parfois dénoncée comme procédant d’un nationalisme anti-allemand. Elle est très perceptible chez les communistes havrais qui refusent l’amnistie de personnalités condamnées à la Libération, comme Pierre Courant, porteur de francisque, désigné pour le conseil départemental, mais elle est aussi liée à une idéologie antifasciste qui réactive sans cesse la mémoire de la Résistance et de la déportation, sans oublier le souvenir des désastres de la guerre.

  • 26 Le comité « Non à Speidel » rassemble localement les représentants de la FNDIRP, l’ANACR, les FTPF (...)

25Cette commémoration n’est pas exempte de ressentiment à l’égard de ce qui est aussi analysé comme le dernier avatar du militarisme germanique. C’est ainsi que le PC compare la nouvelle armée fédérale à la Reichswehr, ses soldats, et plus encore ses officiers, à des héritiers de la SS, et certaines maladresses, comme les responsabilités données à un ancien officier « nazi », Speidel26, semblent lui donner raison. L’intégration de la Bundeswehr à l’OTAN, après l’échec du projet de la Communauté européenne de défense (CED), et la signature des accords de Londres et de Paris permettent d’évoquer 1936-1938, les « années munichoises ». Le projet de CED fait, d’après les communistes, planer la menace d’une Europe allemande, et les souvenirs, littéraires ou vécus, des invasions de 1870, 1914 et 1940 sont réactivés.

  • 27 Par exemple se prononcent contre la remilitarisation les organisations d’anciens combattants FNDIR (...)

26Il est clair que sur ces analyses le PC n’est pas isolé27, il peut même être réintégré dans une majorité de refus (de la CED par exemple), il n’est pas non plus le seul à avoir peur ou à jouer de la peur du militarisme allemand, « des revanchards de Bonn », mais il reste le dernier parti à vouloir tourner la page de la Seconde Guerre mondiale, de la résistance antifasciste, de l’antagonisme franco-allemand.

27Ce type de discours, de comportement et d’action politique, surdéterminés par des références au thème et à la mémoire de la guerre, ne peut être expliqué, de façon univoque, soit par l’incapacité à assumer politiquement le stalinisme de guerre froide, dans la mesure où l’idéologie stalinienne reste l’obédience ancienne et durable du communisme français, soit par la défense, prioritaire et exclusive, des intérêts de l’URSS, puisque c’est là aussi une des constantes de l’engagement communiste, sans pour autant qu’il s’y réduise.

28D’autre part, si ces éléments peuvent influencer des adhérents et des militants, il reste à comprendre comment ce discours de « guerre idéologique » n’entame pas la capacité de mobilisation sur les thèmes de la résistance et de la paix, et l’audience du parti communiste auprès d’intellectuels, de compagnons de route, de socialistes, voire de gaullistes. Dans son livre Autocritique, Edgar Morin a bien expliqué les relations entre l’engagement dans la Résistance active et le ralliement au stalinisme :

  • 28 Edgar Morin, Autocritique, Paris, Seuil, 1975, p. 47.

Stalingrad balayait, pour moi et sans doute pour des milliers comme moi, critiques, doutes et réticences. Stalingrad lavait tous les crimes du passé quand il ne les justifiait pas […]. Staline s’identifiait à la ville de son nom, celle-ci à l’usine « Octobre Rouge » avec ses ouvriers en armes, l’usine à la révolution d’Octobre 1917 et tout cela à la liberté du monde, à la victoire enfin en vue, à tous nos espoirs, à l’avenir radieux28.

29De même Annie Kriegel dans Ce que j’ai cru comprendre établit une filiation directe entre son action dans la Résistance et son intégration à l’appareil du PC :

  • 29 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Laffont, 1991, p. 209.

Certes, ces vingt à vingt-cinq mois de l’été 1942 à la Libération ont apparemment suffi pour que j’acquière et consolide une identité communiste. Une identité que sa vocation à la totalité fait ambitionner d’être exclusive de tout autre système de référence29.

30À l’inverse Emmanuel Le Roy Ladurie a démontré à quel point sa mauvaise conscience familiale (pourquoi n’y aurait-il pas eu de semblables réactions collectives ?), ajoutée à son statut d’intellectuel privilégié, l’avait amené à devenir communiste et même stalinien :

  • 30 Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris-Montpellier : PC-PSU (1945-1963), Paris, Gallimard, p. 36 et 38.

J’injectais tel quel dans mon stalinisme de fraîche date le puritanisme janséniste qui venait de ma formation catholique. Je me préparais des difficultés avec ma famille, mais d’une certaine manière, je les souhaitais. Classique révolte contre le père, réaction a posteriori […]. Quant aux codes génétiques de ce PCF dans lequel j’entrais en 1949, le patriotisme résistant était essentiel et la Résistance demeurait, même et surtout falsifiée quant à son histoire par les chroniqueurs de l’appareil, une source puissante d’émotion et d’inspiration30.

Notes

1 Raymond Aron, Les articles du Figaro, t. I : La guerre froide (1947-1955), Paris, Fallois, 1990.

2 Maurice Merleau-Ponty, Humanisme et Terreur. Essai sur le problème communiste, Paris, Idées-Gallimard, 1947 et 1980.

3 Voir sur une page entière de L’Avenir du Havre, 18 mai 1947, la lettre des élus communistes à la population de Seine-Inférieure, intitulée : « Nous n’avons pas changé : grand parti de gouvernement »…

4 Les réservistes sont rappelés, le 4 décembre 1947.

5 Voir Le Havre libre, 22 mars 1965 : « Les élections municipales et le triomphe de René Cance ».

6 Esprit, numéro spécial, Questions au parti communiste, octobre 1966.

7 Edgar Morin, Autocritique, Paris, Seuil, « Politique », 1970 et 1975, p. 136 : « La force de l’appareil stalinien était précisément d’entretenir une psychologie de guerre en temps de paix. »

8 Ibid., p. 82 : « Or le stalinisme intellectuel était effectivement une psychose militaire transférée dans la vie civile. »

9 À vingt reprises les dockers du port de Rouen ont refusé de procéder à des opérations de déchargement.

10 L’alliance est refusée par les seuls députés communistes (4 élus du département) qui le font savoir dans leurs publications et leurs discours.

11 Pierre Aubery, Les Américains au Havre, Paris, La Bibliothèque française, 1948.

12 Mais aussi de préparer la guerre contre l’URSS…

13 Par exemple un débat est organisé le 16 avril 1948, sur le thème « Qui veut la guerre ? » par les Amis d’action, présidés par un radical, Émile Sicre, ex-président du CLL, ex-maire, avec Victor Leduc, directeur d’Action.

14 Une grève antifasciste est organisée le 12 février 1952, 1500 personnes se rassemblent à Franklin.

15 Voir le dessin pour la conférence de la section Havre ville, 11-12 mars 1950, par Charles Nicolle (illustration 18).

16 Même l’affaire de l’Observatoire (15-16 octobre 1959) est qualifiée par L’Humanité d’« attentat fasciste » contre François Mitterrand.

17 Y compris le général de Gaulle, voir L’Avenir du Havre, 1-7 juin 1951.

18 Intervention de Maurice Thorez devant le comité central du PC, parue dans L’Humanité, 23-24 février 1949.

19 Une longue lutte est menée contre l’allongement de la durée du service militaire de 12 à 18 mois (loi du 27 octobre 1950), puis, pendant la guerre d’Algérie, son augmentation à 24 mois, 27 mois, 30 mois. Voir l’affaire Michel Bottin dans L’Avenir du Havre, 11-12 décembre 1950, et l’affiche pour Henri Martin reproduite dans le cahier iconographique, illustration II.

20 L’Avenir donne des informations sur les corps rapatriés et recueille des témoignages de femmes, épouses et mères.

21 Les communistes agissent avec des socialistes, des radicaux, des catholiques et protestants engagés (mouvement Pax Christi, Mouvement populaire des familles), les syndicats CFTC, FEN… Voir l’affiche de mai 1950 (illustration 19).

22 Les mobilisations se font avec Action non violente ou le MCAA (contre l’armement atomique), ainsi que la SFIO, le PSU, les radicaux-socialistes, le Groupe libertaire, la Ligue des droits de l’homme, la Libre-pensée, soit le Comité havrais contre la force de frappe. Tous lancent un appel à manifester le dimanche 17 novembre 1963.

23 François Furet, Le passé d’une illusion, Paris, Le Livre de Poche, 1996, p. 656.

24 Le Comité national contre la force de frappe (PC, SFIO, PSU, radicaux) est constitué en 1963.

25 Ainsi Mathilde Gabriel-Péri déclare-t-elle à Rouen, le 11 décembre 1949 : « Qui de nous ne serait bouleversé dans son silence intérieur par cette évocation : les fils de ces martyrs sont menacés, dans un avenir proche, d’être embrigadés aux côtés des SS dans une armée occidentale en gestation » (Fernand Chatel, 30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, 1920-1950, Rouen, Éditions de la fédération de Seine-Inférieure du PCF, 1951, p. 112)

26 Le comité « Non à Speidel » rassemble localement les représentants de la FNDIRP, l’ANACR, les FTPF, la FAMMA, l’Heure H, les CVR, la France Libre (mars 1957). Le colonel Hans Speidel avait été en France, pendant l’Occupation, chef de la section militaire de l’État-major allemand, mais aussi ami de l’écrivain nationaliste Ernest Jünger (tous deux opposants secrets à Hitler ?).

27 Par exemple se prononcent contre la remilitarisation les organisations d’anciens combattants FNDIRP et ANACR, la CGT, le PSU (12 septembre 1961).

28 Edgar Morin, Autocritique, Paris, Seuil, 1975, p. 47.

29 Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Laffont, 1991, p. 209.

30 Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris-Montpellier : PC-PSU (1945-1963), Paris, Gallimard, p. 36 et 38.

Table des illustrations

Légende Illustration 18 – Dessin de Charles Nicolle pour la conférence de la section Havre-ville, 11-12 mars 1950
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Illustration 19 – Affiche pour l’appel de Stockholm (mai 1950)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 538k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search