Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Ire partie. Des crises à la guerre froide (1922-1947)

Chapitre 5. La Libération (septembre 1944 - octobre 1947) ou l’impossible retour au Front populaire

Texte intégral

De la libération de la ville à l’échec aux élections municipales de 1945

  • 1 D’après le mot d’Armand Salacrou : la ville est plus qu’aux deux tiers détruite (Bléville aux troi (...)
  • 2 Chiffre du Havre libre du 17 octobre 1944 ; un court métrage tourné en 1945 s’intitule Ci-gît Le H (...)
  • 3 Les rations de pain blanc sont fixées à 350 grammes, celles de beurre, à 100, le 23 avril 1945. De (...)
  • 4 Aucun train ne circule sur la ligne Le Havre - Paris jusqu’au 30 octobre 1944 ; aucun tramway pour (...)
  • 5 Un fonds de chômage est créé.

1La période de transition comprise entre la libération de l’agglomération à la mi-septembre 1944 et les (premières) élections municipales des 29 avril et 13 mai 1945 est caractérisée par les destructions massives opérées dans une ville « brûlée vive »1 et par la terrible question du logement posée pour 11 000 foyers sinistrés2. Ce drame surplombe les problèmes généraux de la Libération : rationnement en pain, viande, beurre3, arrêt ou désorganisation des transports collectifs4, emploi5. Aux 2053 victimes des bombardements et des combats de la Libération s’ajoute le retour différé des déportés, prisonniers et requis, ainsi que les difficultés de relogement des familles évacuées dans les départements d’accueil ou réfugiées à la campagne, dans le pays de Caux.

  • 6 L’UFF forte d’une centaine d’adhérentes par quartier (Aplemont, centre-ville) et dirigée par Marie (...)

2Le parti communiste a vu lui aussi ses cadres dispersés par les effets de la guerre et plus encore de la Résistance : soldats mobilisés restés prisonniers (Legagneux, Le Marec), résistants déportés (Duroméa, Chatel), déportés politiques (Eudier, Le Troadec, Plougonven), cadres déplacés par l’appareil politique et militaire clandestin (Cance, Avisse). Les communistes emprisonnés et internés ont été libérés, les résistants engagés dans la préparation de l’insurrection nationale par la participation aux comités locaux de Libération constitués dans toutes les communes (Le Havre, Sanvic, Bléville et Sainte-Adresse) et la formation de gardes patriotiques (comme à Bléville). L’heure est à l’exercice du pouvoir local par des hommes et femmes issus de la Résistance et le PC n’échappe pas à la règle de la promotion politique des militants liés aux structures créées pendant la période de la Résistance : Front national, FPJ (Front patriotique de la jeunesse) et JC devenus FUJP (Forces unies des jeunesses patriotiques) et UFF (Union des femmes françaises) qui se proclame la seule organisation féminine issue de la Résistance6. Le premier comité local de Libération (CLL), dirigé par le radical-socialiste Émile Sicre, comprend trois communistes : Pierre Naze, dirigeant du Front national, Pierre Guinard au titre de la section communiste locale, dont il est le secrétaire, Maurice Moyon, FTP, représentant la CGT-métaux. Plus encore la première municipalité nommée par arrêté du préfet le 16 novembre 1944 est composée de 7 conseillers reconduits (ayant appartenu, jusqu’au 1er septembre 1939, à la municipalité Meyer élue en 1935) et de 25 conseillers désignés, dont 9 communistes et 2 UFF, 3 d’entre eux étant élus adjoints, Pierre Naze (premier), Lionel Fortin (deuxième) et Maurice Moyon (huitième). Minoritaires, les communistes ne détiennent aucun levier de commande (à l’image des deux ministres du GPRF) comme ils ne disposent pas de l’orientation politique du principal journal créé à la Libération (prenant la suite du Petit Havre) et intitulé Le Havre libre. Le premier numéro, daté du 13 octobre 1944, en fait l’organe du comité havrais de Libération, et il est et restera l’organe du tripartisme (éditoriaux de René Cance et Pierre Naze pour le PC, Jean Binot pour la SFIO et Louis Siefridt pour le MRP), après qu’Henri Noguères en a été le principal éditorialiste.

  • 7 Ce qui contraste singulièrement avec la qualification, élaborée deux mois avant les élections muni (...)

3De plus, le CLL n’est pas exempt d’ambiguïtés puisque son président, le radical-socialiste et franc-maçon Émile Sicre, « rend hommage personnellement », dans un article publié par Le Havre libre du 21 octobre 1944, « à la manière dont a rempli sa propre tâche l’administration précédente de Monsieur Courant [maire nommé par Vichy et conseiller départemental] dans une Résistance de fait à l’ennemi »7. L’épuration qui touche alors les fonctionnaires d’autorité (l’ex-préfet René Bouffet est condamné à mort) épargne donc les hommes politiques mettant en avant leurs qualités de gestionnaires, de même que le 3e bataillon FFI fusionne toutes les unités combattantes, dans le projet d’une future armée française, et que les gardes (et milices patriotiques) sont dissoutes.

  • 8 Ainsi le lundi 9 avril : 32 000 exemplaires, le mardi 10 avril : 30 200, le jeudi 12 : 10 527, le (...)

4Trois relais d’opinion font alors défaut au PC. En premier lieu, le journal communiste local, L’Avenir du Havre, d’abord hebdomadaire (deux mois), ne redevient quotidien que le 9 avril 1945, soit à trois semaines de l’échéance des municipales ; il tire à 15 000, puis à 30 000 - 35 000 exemplaires, mais irrégulièrement8. En second lieu, la CGT doit elle aussi, non sans ambiguïtés, apurer les comptes entre anciens partisans et adversaires du pacte germano-soviétique, partisans et adversaires de la charte du travail, gestionnaires du COSI (comité ouvrier de secours immédiat) et résistants clandestins, internés et déportés politiques (communistes) et attentistes : les dirigeants autonomes de l’UL comme André Vaillant ou Maurice Hauguel sont éliminés le 6 décembre 1944 et remplacés par un nouveau secrétaire général anarcho-syndicaliste, Henri Quesnel (ancien prisonnier), doublé par un secrétaire adjoint communiste représentant la fédération des métaux, Maurice Moyon, mais il faut attendre le retour de déportation de Louis Eudier, redevenu secrétaire général adjoint le 1er août 1945 (de même à l’échelon départemental, la libération de Fernand Legagneux intervenue fin avril) pour que d’anciens cadres communistes reprennent la tête de l’organisation syndicale.

  • 9 René Cance fait paraître son premier éditorial politique dans Le Havre libre, le 23 mars 1945, il (...)
  • 10 La section du PC est logée au 127, cours de la République, ainsi que la librairie reconstituée.
  • 11 Avec Marcel Dufriche et Étienne Fajon, membre du CC et de l’assemblée consultative.
  • 12 Voir carte 9 : « Le Havre à la Libération (1944-1945) ».

5Enfin la question des cadres politiques et syndicaux9 n’est pas résolue avant la fin de la guerre, des dirigeants intermédiaires comme les secrétaires de section successifs10, Pierre Guinard (membre du CLL et de la municipalité Sicre) puis Robert Laferrière, ne sont pas en mesure de relancer l’activité politique partisane avant le premier grand meeting public d’information, organisé à l’Éden le lundi 20 novembre 194411. La structure communiste est éclatée entre de multiples tâches politiques : participation au comité local de Libération puis à la municipalité Sicre ; participation à la chambre civique et à la cour de justice (chargées de l’épuration). Des associations récentes, Front national et Forces unies des jeunesses patriotiques, déplacées du 177, rue Maréchal-Joffre au 243, rue Aristide-Briand, et UFF, Association des victimes du nazisme, créée par Henri Courtade12 le 11 avril 1945, sont regroupées 85, cours de la République, ainsi qu’une association de sinistrés. Des organisations anciennes sont réactivées : la tendance unitaire de la CGT, la FSGT dont le comité régional (dirigé par Joutel et Saussaye) organise une manifestation sportive franco-espagnole, le challenge Auguste-Delaune, le dimanche 11 mars 1945, et France-URSS qui présente le dimanche 22 avril 1945, au cinéma Éden, le film soviétique de Mark Donskoï sorti en 1944, L’Arc-en-ciel.

  • 13 Le département revendiqué correspond à l’arrondissement du Havre détaché du département de Seine-I (...)
  • 14 Un défilé populaire parti du cercle Franklin vers le Rond-Point rejoint le monument aux morts de l (...)

6La création d’un comité d’entente composé du PC (cinq membres : Laferrière, Ferrand, Fortin, Guinard et Jarry), de la SFIO (Osmont, Binot, Bruguet…) dont le premier entretien a lieu le 6 février 1945, la revendication commune d’un département de Seine-Maritime13, de même que les hommages rendus aux fusillés (le 1er novembre 1944, un cortège du CLL, du PC et de la CGT, part de la mairie rue Clovis, en direction du cimetière Sainte-Marie, les obsèques solennelles de Marceau Flandre sont organisées le 24 mars 1945 après que sa dépouille a été exposée au siège du PC), la participation d’un cortège populaire (PC, SFIO, CGT, mouvements de résistance) aux cérémonies patriotiques du 11 novembre 194414 ne tiennent pas lieu de stratégie politique. Le PC est d’ailleurs confronté à un double échec, celui de la fusion du MLN avec le Front national (relayé, dans Le Havre libre du 2 février 1945, par l’éditorial d’Henri Noguères : « Je crois à l’influence du PC au sein du Front national et aux possibilités de “noyautage” de l’organisation fusionnée »), puis celui des listes uniques, qui prélude à l’échec de l’unité organique et l’oblige à se réorienter, comme le prouve la réunion fermée du dimanche 28 janvier 1945, appelée « conférence d’information », salle Labédoyère.

  • 15 Congrès du dimanche 4 février 1945. Roland Leroy en est le secrétaire départemental.

7La restructuration des Jeunesses communistes, les cercles Môquet, Hascoet, Lioust, Muzard et Chatel regroupés en une union Danielle-Casanova, transformés en UJRF, Union des jeunesses républicaines de France15, le grand meeting du 20 février 1945, présidé par Léon Mauvais, secrétaire à l’organisation, encadrent la tentative pour reconstituer un Front populaire à participation communiste, en l’élargissant aux mouvements de résistance et au MRP (dont la section locale est constituée le 14 mars 1945).

Carte 9 – Le Havre à la Libération (1944-1945)

  • 16 Il faut aussi mentionner la visite historique du général de Gaulle, le 7 octobre 1944, « au Havre (...)
  • 17 Ainsi que André Dechavanne, contrôleur principal des PTT, dit ancien combattant 39-40, et André Sa (...)

8Cela commence par un grand meeting antifasciste et patriotique de commémoration du 12 février 1934, à l’appel de l’UL CGT, du PC et de la SFIO, du Front national, de Libération-Nord et de l’OCM, le dimanche 11 février 1945 (2000 personnes à l’Éden), avec les interventions de René Cance, Émile Sicre (maire radical-socialiste) et Jean Binot (SFIO), Henri Quesnel (secrétaire général de l’UL CGT). Cela continue par la double visite des ministres communistes : Charles Tillon, ministre de l’Air, le 28 mars 1945, et François Billoux, ministre de la Santé publique, les 2 et 3 avril 194516, et par la constitution d’une liste composée de représentants des partis et des mouvements de résistance. Sont désignés 36 candidats : 5 radicaux-socialistes (le maire Émile Sicre, 2 adjoints et 2 conseillers sortants), 5 PC ayant à leur tête René Cance et 2 sortants, Lionel Fortin, adjoint et Pierre Guinard, conseiller17, 4 SFIO et 3 MRP, 2 personnalités du négoce havrais, 1 petit commerçant (PC ?), 1 représentant des familles nombreuses et 1 des prisonniers et déportés, 1 FUJP René Lepiller (PC), 3 Front national (dont Pierre Naze), 3 Libération-Nord, 3 OCM dite l’Heure H, 1 Résistance et 3 UFF (PC ?).

  • 18 À Sanvic, la liste dirigée par Louis Robinet est représentative des mouvements de résistance (Fron (...)

9Cette liste intitulée « républicaine d’unité française », où les communistes sont représentés sous des appellations contrastées mais dirigée par la municipalité sortante, est à l’image de celles qui se constituent dans toute l’agglomération, soit, comme à Bléville (Lecroq), à Sanvic (Robinet) et à Sainte-Adresse (Decreton), des listes issues des CLL, conduites par des radicaux-socialistes, les communistes étant présents à des titres divers (PC, Front national, UFF, UJRF), et même à Sanvic, sous la dénomination de candidat ouvrier (Gaudu)18.

  • 19 Et même au-delà de la Libération et de l’ordonnance du 3 août 1944 dissolvant toute organisation q (...)
  • 20 Avec 17 745 voix, soit 54,8 % des exprimés (voir résultats en annexe 1 à ce chapitre). Sa déchéanc (...)
  • 21 Voir les résultats en annexe. René Cance est majoritaire dans le 3e canton dont il a été le consei (...)

10La liste havraise se présente donc contre celle conduite par Pierre Courant (maire en titre de septembre 1941 à septembre 1944), dite « républicaine d’action et de reconstruction » et comprenant d’anciens adjoints et conseillers radicaux de la municipalité Léon Meyer, d’anciens autonomes de la CGT : André Vaillant, secrétaire intérimaire de l’UL pendant toute la durée de la guerre19, Alphonse Gréaume, et même deux membres exclus du Front national, Léon Constantin et François Rousvoal. Bien qu’inéligible, Pierre Courant, privé de ses droits politiques par les ordonnances du 9 février et du 6 avril 1945, en raison de sa nomination comme conseiller départemental, et malgré sa déchéance prononcée par la cour de justice le 25 avril 1945, est élu20 le 29 avril, ainsi que Georges Patrimonio, autre conseiller départemental, et Léopold Abadie, tous deux étant d’anciens adjoints de Léon Meyer. Les plus avantagés de la liste Sicre sont les 3 MRP (l’avocat Maurice Roussel obtient 14 663 voix) et le représentant du groupe Résistance, Marcel Neuville (14 583 voix) ; René Cance arrive en 6e position (14 340 voix)21, Pierre Naze en 11e, Lionel Fortin en 13e, André Dechavanne en 16e, Pierre Guinard en 17e et André Saussaye en 18e, les 3 UFF aux 20, 22 et 24e rangs. Le parti communiste se place devant le parti socialiste SFIO et plus encore devant les radicaux-socialistes, tous situés en fin de liste (le maire Émile Sicre obtient 12 805 voix).

  • 22 La liste Courant est recomposée du fait de l’inéligibilité de Pierre Courant et de Georges Patrimo (...)
  • 23 Outre les deux personnalités représentatives du négoce, Jean Raoul-Duval et Jacques Roederer, et l (...)

11Cet échec électoral (dans la seule ville du Havre) amène à une recomposition de la liste pour les 33 sièges restant à pourvoir22. La nouvelle liste dite « républicaine antifasciste » est dirigée par Pierre Naze (Front national et communiste ?) et constituée à l’inverse de la précédente, les mouvements de résistance (3 Front national, 3 Libération-Nord, 3 UFF, 1 FUJP) précédant les représentants des partis politiques (6 PC, 5 radicaux-socialistes et 6 SFIO). Mais à ce niveau, les changements sont radicaux, d’une part du fait de l’exclusion du MRP (voulue par la direction nationale du PC et catastrophique au Havre au regard des résultats du premier tour), qui entraîne le retrait de deux des principaux mouvements de résistance, l’Organisation civile et militaire : l’Heure H et Résistance23, d’autre part parce que chaque parti retire des candidats – par exemple le PC enlève Pierre Guinard mais le réintroduit en fin de liste, comme navigateur et non plus scaphandrier, prisonnier de guerre et détenu politique (interné ? emprisonné ?) – et en ajoute d’autres. Ainsi le parti communiste, dont la représentation officielle passe de 5 à 6, maintient Cance, Dechavanne, Fortin, Saussaye, et ajoute André Gautier, ouvrier métallurgiste, ajusteur, conseiller sortant, et Jean Ferrand, docker, dit combattant 39-40, tout en intégrant, en fin de liste, une déportée, Léonie Vigne-Salade, veuve d’un FTP (communiste) fusillé, et au moins 2 des 3 détenus politiques, Pierre Guinard et Henri Courtade, commerçant, secrétaire de l’association nouvellement créée des Victimes du nazisme, dont le siège est commun avec l’UFF et le FUJP.

  • 24 Il est élu maire, en lieu et place de Pierre Courant, le samedi 19 mai 1945.

12Cette liste est opposée à celle de Pierre Voisin24 qui s’est substitué à Pierre Courant et remporte 32 des 33 sièges restants, le 13 mai 1945 ; Pierre Naze est le seul rescapé de la liste à dominante communiste, mais il a réduit l’écart à 445 voix (au lieu de 3082). Cet échec redoublé appelle une série d’explications : on peut penser que le retour différé des prisonniers, déportés et réfugiés, le déplacement des sinistrés ont été négatifs pour les listes Sicre/Naze ; de même, les difficultés de logement, transports, ravitaillement, touchant essentiellement les classes populaires semblent avoir été imputées à la municipalité sortante (Émile Sicre, maire, et Pierre Naze, premier adjoint) ; enfin les remaniements internes à la liste, tardifs et manquant de transparence, ont été sanctionnés.

  • 25 De 1935 à 1938. Le rejet du parti radical dans l’ensemble de ses composantes est patent en 1945.
  • 26 Et encore René Cance, déclaré capitaine FTPF, a-t-il participé à la Résistance dans la région V (L (...)

13Plus encore, trois erreurs politiques, commises par le parti communiste, ont été dommageables pour son image : d’abord le choix de placer, en tête de la première liste, des radicaux-socialistes, anciens de la municipalité Meyer, laquelle était restée majoritairement hostile au Front populaire25, ce qui se conjuguait avec le refus d’une restauration de la IIIe République ; puis la volonté d’exclure de la deuxième liste les représentants du MRP, alors que déjà l’archevêque de Rouen avait interdit à l’abbé Gustave Varignon, curé de Saint-Paul-d’Aplemont, membre du comité local de Libération, de se présenter sur la liste Sicre et que le journal local, d’inspiration catholique, Le Havre presse faisait campagne, sous la plume d’Urbain Falaize, contre les communistes ; enfin le fait d’avoir promu, au titre de représentants du PCF, des candidats qui, à l’exception de René Cance26, n’avaient pas de titres de résistants émérites à faire valoir…

  • 27 Il le rappelle dans sa lettre publiée par Le Havre libre, le lundi 14 mai 1945, en faisant indirec (...)
  • 28 Particulièrement pour les communistes, c’est-à-dire les internés et les emprisonnés (communistes e (...)

14Mais en définitive, ne peut-on constater qu’au Havre, tant au niveau de la municipalité que de la CGT (voire du parti communiste), les éléments de continuité l’emportent sur les éléments de rupture ? Le vainqueur des élections, Pierre Courant, même invalidé, joue très habilement des contradictions de ses adversaires, mêlant anciens radicaux de la municipalité Meyer, anciens autonomes de la CGT et partisans de Vichy, intervenant sur le fait qu’il a assumé la continuité de la gestion municipale dans une ville en partie évacuée, bombardée intensivement (120 bombardements), « résistant » aux entreprises de l’ennemi et aussi parfois au gouvernement de Vichy27, rappelant des souvenirs douloureux pour la population28, c’est-à-dire les rafles, les prises d’otages et les fusillades, ayant suivi les premiers attentats organisés par les résistants communistes (OS, TP)…

Les succès communistes jusqu’à l’entrée en guerre froide (octobre 1947)

  • 29 À la fois dans la presse, avec des comptes-rendus des procès en cour de justice, et dans des manif (...)
  • 30 Le second CLL est présidé par Albert Le Clainche (avocat), membre du mouvement L’Heure H, déporté, (...)

15Deux éléments renforcent le parti communiste au lendemain des élections municipales d’avril-mai 1945. D’une part le retour des déportés politiques (Eudier, Duroméa, Le Troadec, Marie Toulouzan, Boisard, Plougonven…) réactive le processus de légitimation patriotique dont le parti communiste se déclarait investi du fait de son engagement dans la résistance armée. Cette relégitimation est à l’image de celle de l’URSS, à la suite de ses victoires militaires et de son rôle dans la libération des camps (témoignage de Fernand Chatel) et des stalags (témoignage de Roger Le Marec). Elle explique que les rescapés se posent en accusateurs publics29, contrairement aux Juifs épargnés, dans une conjoncture politique caractérisée par une volonté de changement. Un nouveau comité local de Libération est constitué par des résistants anciens déportés (de l’OCM-Heure H, Libération-Nord et du Front national) et l’ANVN (Association nationale des victimes du nazisme), le 28 juillet 194530.

  • 31 Le mode de scrutin est dénoncé par le PC pour son caractère immoral (panachage) et archaïque (déco (...)

16D’autre part les consultations électorales (cantonales, constituantes et législative) sont des élections à base territoriale (cantons et arrondissements du Havre et de Dieppe) et à représentation partisane31 mais avec des candidatures nominatives (scrutin uninominal majoritaire à 2 tours pour les cantonales et représentation à la proportionnelle avec 2 listes de 6 noms, pour Le Havre et Rouen, aux élections générales). C’est alors qu’intervient l’organisation politique, d’abord par sa capacité à encadrer les électeurs et électrices et à traduire leurs aspirations, puis par la définition d’une stratégie politique faite de l’élaboration d’un programme de gouvernement à participation ou à direction communiste et d’une délimitation d’alliances, dans le cadre du tripartisme, avec puis sans de Gaulle.

  • 32 L’hypothèse formulée par Philippe Buton dans Les lendemains qui déchantent, Paris, PFNSP, 1993, es (...)

17La question de la prise du pouvoir par les communistes et de l’objectif de transformation des structures politiques en régime de type démocratie populaire32 doit être analysée dans un cadre pacifique (du fait du stationnement de l’armée américaine et de la visibilité des destructions massives opérées dans les jours qui précèdent la Libération), légal (dans le contexte d’un État restauré et de la multiplication des consultations électorales), et parlementaire, c’est-à-dire selon un jeu d’alliances qui voit progressivement la réintroduction du clivage gauche/droite.

La tentative d’amalgame

  • 33 Comme le révèlent sa presse et le nombre de délégués (150) à la conférence de section du 12 janvie (...)

18Au lendemain de la guerre, le PC havrais ne fait pas exception à la règle de la croissance quantitative de ses effectifs, et, au Havre, les communistes peuvent être évalués à 150033, mais plus encore que de développement, c’est de renouvellement partisan et d’élargissement de son influence qu’il faut parler.

  • 34 Leur progression est la plus forte (× 3,2), supérieure à celle des cellules locales (+ 20 %), même (...)
  • 35 L’Avenir du Havre, 7 novembre 1945.

19Si à l’échelle fédérale, il peut compter sur 5 074 membres du PC (soit moins que les 6500 adhérents de 1937) répartis en 310 cellules en juin 1945, par contre il augmente ce nombre à 8 067 (soit une augmentation des deux tiers) et 452 cellules, le 30 septembre 1946. La tendance locale au développement prioritaire des cellules d’entreprise34 (y compris celles des marins embarqués) est à mettre au compte d’une volonté politique qui contraint, par exemple, les dockers communistes à réintégrer les cellules du port (dans le but de reconstituer une section) ou démultiplie les cellules de cheminots en dépôt, gare… constituées en sous-section. La croissance des effectifs permet aussi la création35 d’une deuxième section urbaine dite Banlieue nord ou Havre nord, regroupant les cellules des communes suburbaines, Sanvic, Bléville et Sainte-Adresse. Son siège est établi place Raymond-Poincaré, à Sanvic, et le secrétariat est dirigé par Daniel Gaudu, ouvrier, adjoint au maire radical de Sanvic, Louis Robinet.

  • 36 La tendance, déjà relevée à la fin des années trente, à donner le nom de dirigeants communistes vi (...)
  • 37 L’entreprise Fecit avait, d’après l’Avenir du 30 octobre 1945, une vingtaine de salariés en 1940, (...)

20L’on peut remarquer aussi que les nouvelles cellules créées sont dénommées par référence à des résistants communistes, fusillés ou morts en déportation. Ainsi sur 32 noms recensés en 1946, 16 sont ceux de résistants havrais fusillés ou morts en déportation (Caurret, Eugène Duroméa, Friot, Vasseur, Vernichon…), auxquels s’ajoutent ceux de la direction fédérale (André Pican, Valentin Feldman), celui de Claudine Guérin, la jeune déportée, fille de Lucie Guérin, elle aussi déportée mais rescapée, et 6 héros nationaux, dont 2 originaires du Havre (Henri Gautier, Auguste Delaune), soit les deux tiers. Le reste est constitué par les noms de dirigeants communistes nationaux36 vivants, Marcel Cachin, André Marty puis Maurice Thorez et Jacques Duclos, et de ministres communistes en fonction, Charles Tillon, François Billoux, Ambroise Croizat, ou quelques dénominations atypiques : Thälmann, nom inchangé de la cellule du quartier Frileuse-Aplemont, Valmy, dans une entreprise qui s’est illustrée dans la collaboration économique (Fecit) et dont les communistes demandent la confiscation37.

21L’intégration de la masse des nouveaux adhérents n’est pas sans poser des problèmes politiques de formation et d’encadrement, le fonctionnement « thorézien » du parti (règne de l’unanimité, règle de l’acclamation, centralisation des décisions et hiérarchie, de nature politique, manifestée par l’ordre protocolaire de présentation des dirigeants) doit être inculqué à de nouveaux communistes, confrontés à une conjoncture politique caractérisée par de perpétuelles échéances.

  • 38 Si l’on en croit Fernand Chatel, instituteur, auteur de 30 ans de luttes au service des travailleu (...)

22Il y a donc une multiplication des écoles, des cours de formation marxiste-léniniste mais aussi une pédagogie, à usage des masses, que sont les discours des dirigeants « centraux ». Ainsi, « André Marty parle à la population havraise [3000 personnes] de la situation politique », le 8 février 1946, à l’Éden. Cette venue a aussi tous les caractères d’une visite officielle, elle est annoncée quinze jours à l’avance dans la presse communiste, la tribune est composée de l’ensemble des élus (députés et conseillers généraux du Havre et de Rouen), décorée des drapeaux, emblèmes (faucille, marteau et étoile rouge) et portraits des trois principaux dirigeants (Thorez, Duclos et Marty) ; le secrétaire du comité central reçoit des délégations de dockers, cheminots et espagnols… avant d’effectuer, le lendemain matin, une visite des installations portuaires. De même Maurice Thorez, vice-président du conseil dans le gouvernement Bidault, fait-il, le 4 août 1946, au parc des Chartreux (Petit-Quevilly), à la grande fête de L’Avenir normand, ayant rassemblé près de 100 000 personnes, un grand discours publié en brochure et intitulé Problèmes français, solutions françaises, dans lequel il refuse la logique des blocs38

  • 39 La loi sur l’indemnisation des dommages de guerre date du 29 octobre 1946.

23Les déplacements des ministres communistes jouent exactement le même rôle d’intégration, dans la mesure où ils conjuguent activités officielles, rencontres avec des délégations et meetings publics. Sont successivement venus au Havre Charles Tillon comme ministre de l’Air (10 octobre 1945) puis de l’Armement (2 novembre 1946), François Billoux, ministre de la Reconstruction et de l’urbanisme39 (à Rouen le 23 février, au Havre le 28 mars 1946) ; Laurent Casanova, aux Anciens Combattants et victimes de guerre, participe aux journées de l’absent (4, 5 et 6 avril 1946) et Ambroise Croizat, ministre du Travail et de la sécurité sociale, à la préparation des élections sociales, le 12 avril 1947.

  • 40 Voir Roger Linet, La CGT : lendemains de guerre (1944-1947), Paris, Hachette, 1995.

24Deux visites officielles peuvent être particulièrement retenues pour leur valeur démonstrative et polysémique, celles de Charles Tillon venu une première fois, à la veille des premières élections à l’Assemblée constituante, dans un hydravion, un Latécoère 631 construit dans les ateliers de l’usine Bréguet du Havre, devenue SNCAN, illustrer les succès de la « bataille de la production », dans le même temps où il rencontre les délégués du comité mixte à la production dont il est le ministre de tutelle ; la seconde fois, à une semaine des élections législatives du 10 novembre 1946, il anime deux meetings, l’un au Havre et l’autre à Bolbec. Quant à Ambroise Croizat, s’il intervient (aux Expos) dans une conjoncture préélectorale (élections aux caisses primaires du 24 avril 1947), par le soutien qu’il manifeste aux candidats CGT, il cherche d’abord à faire sanctionner positivement ce qu’il appelle le « plan français de sécurité sociale », tout en inaugurant un centre de formation accélérée dans le fort de Tourneville, c’est-à-dire qu’il reprend une revendication de la CGT (datant du Front populaire), la formation professionnelle des adultes40.

Illustration 16 – L’Avenir du Havre, lundi 5 août 1946

25Il apparaît donc bien que le travail d’organisation et d’éducation des nouveaux adhérents ne suffit pas, il faut encore, à l’usage des électeurs sympathisants comme des militants, le relais du discours, de la présence physique des dirigeants nationaux, ceux qui personnifient l’appareil comme ceux qui incarnent la participation ministérielle. Sans doute est-ce ainsi que se transmet l’identification au modèle thorézien, instituteur des masses, engagé dans une mobilisation collective et patriotique, formalisée dans l’interview au Times.

26Les conférences de section et les assemblées générales se succèdent au rythme accéléré des conférences fédérales et des congrès nationaux – 4 conférences fédérales ont lieu entre les Xe (26 juin - 1er juillet 1945) et XIe congrès (25-29 juin 1947), soit la 8e à Maromme (23-24 juin 1945), la 9e les 30 et 31 mars 1946 à Grand-Quevilly, la 10e à Saint-Étienne-du-Rouvray, les 25 et 26 janvier 1947, la 11e du 14 au 15 juin 1947 – et à celui des échéances électorales et politiques – par exemple à la suite de la réintégration de ministres communistes dans un gouvernement Ramadier, qui succède à un gouvernement socialiste homogène (celui de Blum du 23 décembre 1946 au 13 janvier 1947), mais qui réduit la participation communiste à cinq ministres et élargit la composition politique de la nouvelle formation à des radicaux-socialistes, UDSR et indépendants. L’on pourrait ajouter à cette gestion de la conjoncture politique celle des problèmes, tout aussi politiques, de l’encadrement et de l’orientation stratégique. Au travers de la multiplication des conférences de section ordinaires et extraordinaires (le 27 mai 1945, salle Labédoyère, le 6 janvier 1946, le 24 mars 1946, salle Béreult, une réunion extraordinaire le 7 septembre 1946, le comité de section élargi le 20 octobre 1946, une assemblée d’information réservée les 7 et 8 décembre 1946, une conférence le dimanche 18 décembre 1946 et à nouveau le 12 janvier 1947, puis les 7 et 8 juin 1947), il apparaît que le PC intervient dans l’urgence et doit maîtriser quelques contradictions internes.

27La fédération de Seine-Inférieure et la section du Havre sont suivies de très près par la direction nationale, comme le démontrent les interventions répétées de Léon Mauvais, secrétaire à l’organisation (à la 8e et à la 10e conférence fédérale, et à Franklin le 28 juillet 1945), la présence d’un instructeur du comité central, Raymond Barbet, et la substitution, en septembre 1945, à Henri Levillain de Victor Michaut, membre du comité central, puis suppléant du bureau politique, désigné comme tête de liste aux élections à la Constituante, dans la circonscription de Rouen, et élu secrétaire fédéral, le 31 mars 1946.

  • 41 L’institutrice Lucie Guérin, rescapée de Ravensbrück, a perdu sa fille Claudine, arrêtée et déport (...)

28La promotion de Victor Michaut, ancien membre de l’Internationale communiste des jeunes (KIM) mais aussi l’un des cadres dirigeants de la Résistance communiste en zone sud, suivie de celles de Charles Domurado (au secrétariat fédéral), de René Cance et Fernand Chatel (au bureau fédéral), de Gustave Avisse et André Duroméa (au comité), puis celle de Roland Leroy comme secrétaire fédéral en 1948 (à l’âge de 22 ans), est celle d’une génération liée à la lutte antifasciste (du Front populaire à la guerre d’Espagne, de la Résistance à la Libération). Ce sont ces références historiques qui se transforment en capital politique et expliquent les succès électoraux de 1945-1946 (les trois députés élus à Rouen et au Havre, Victor Michaut, Lucie Guérin et René Cance, les deux conseillers de la République, Germaine Pican et Célestin Dubois, ont tous une expérience tragique de la Résistance et de la déportation41).

29Les cadres havrais sont le produit d’expériences plus contrastées, Jean Ferrand, secrétaire de la section du Havre, est un ancien docker qui a été emprisonné pour propagande communiste, en mars 1941. S’il est déclaré résistant, les motivations de son engagement (opposition à la guerre ? à l’occupation militaire ?) ne sont pas clairement établies. Il semble, à partir de la conférence de section du 24 mars 1946 (parallèlement à la substitution de Victor Michaut à Henri Levillain), être « doublé » par André Duroméa, responsable à la propagande, lecteur du rapport politique. Daniel Gaudu, secrétaire de la nouvelle section urbaine Havre nord, est un ouvrier peintre devenu employé des tramways, il a participé au CLL de Sanvic et a été élu adjoint. Albert Duquenoy, promu secrétaire de la section Havre port, créée le 15 décembre 1946, à partir des cellules de dockers, marins, douaniers, ouvriers du Port autonome et métallurgistes, est un docker, ancien prisonnier de guerre. Seul le secrétaire de la section d’Harfleur, ancien des Brigades internationales, Charles Domurado, est nommé au secrétariat fédéral. Le véritable « patron » des sections communistes du Havre, un temps membre du secrétariat fédéral, reste René Cance, ancien résistant, conseiller général, député et directeur du journal communiste l’Avenir.

Un regain d’influence

Un journal communiste : L’Avenir du Havre

30Il apparaît que l’influence du parti communiste mesurée non en termes d’adhérents, mais en nombre d’électeurs, en capacité de mobilisation doit beaucoup aux formes modernes de communication et d’organisation. Le journal L’Avenir du Havre, quotidien communiste tirant jusqu’à 30 000 exemplaires à la fin de l’année 1946, en est un premier exemple. Journal local, il diffuse à trois ou quatre fois plus d’exemplaires que L’Humanité, organe central, sans doute parce qu’il est un vrai journal, au plus près de la vie (il publie des informations relatives à l’histoire familiale, naissances, mariages et décès, des militants communistes) et aussi des attentes d’un électorat populaire : on y (re)trouve des chroniques en cauchois, des feuilletons (Victor Hugo…), des bandes dessinées et des caricatures politiques (de Charles Nicolle). Il n’est pas seulement un organe de diffusion des analyses et mots d’ordre de la direction politique, il est aussi l’organisateur de manifestations sportives (grand prix cycliste du 14 juillet 1946, galas de boxe, tournois de basket) et culturelles (matinées artistiques offertes aux amis et lecteurs, séances privées de cinéma le dimanche matin à l’Éden du Rond-Point et au Royal des quartiers hauts d’Aplemont-Frileuse et Acacias). Plus encore, il reprend la tradition des fêtes champêtres, chaque début d’août, pour la fête régionale de L’Avenir normand (avec Eugène Hénaff en 1945, Maurice Thorez en 1946, Marcel Cachin en 1947), en août puis début juillet, pour la fête de L’Avenir du Havre en forêt de Montgeon. La première avait dû être organisée, les 10 et 11 août 1946, à Harfleur-Mayville, le bois étant occupé par les baraquements du camp d’hébergement. Deux fêtes se sont succédé à l’été de 1947, les 5 et 6 juillet à Montgeon (bois des Hallates) et les 23 et 24 août à Mayville (stade municipal d’Harfleur), mais aussi des bals populaires doublés de Nuits de la jeunesse à partir du 3e anniversaire de la Libération (13 et 14 septembre 1947).

31Par ses initiatives, le journal communiste structure le temps libre et les loisirs des militants et sympathisants, il s’inscrit dans une contre-société laïque (utilisation du dimanche matin pour les diffusions de la presse, les séances privées de cinéma, les permanences d’élus…), il prend en charge les formes collectives de la culture populaire.

32Dans le même temps, ce journal est un instrument de mobilisation, une arme politique, d’une part parce qu’il organise le réseau des relations militantes, par exemple en annonçant la conférence de l’Institut populaire : « Témoignage chrétien, trois ans de résistance », le jeudi 12 juillet 1945, dans la salle du patronage Saint-Thomas-d’Aquin, par le révérend père Chaillet, d’autre part parce qu’il participe activement à la campagne électorale des candidats communistes, publie des biographies détaillées et reformule les enjeux nationaux, mène des enquêtes sur la collaboration économique, au risque de procès en correctionnelle, dénonce le caractère limité de l’épuration, traduit les sentiments d’injustice et de frustration du fait des problèmes de ravitaillement et de hausse des prix à la consommation, de logement et de transport. Il tend donc à se constituer en agent de révision des procès comme de l’histoire immédiate, sur le thème « les communistes avaient raison », du Front populaire à Munich, du pacte germano-soviétique à la Résistance…

  • 42 Marie Toulouzan, femme de fusillé, déportée, décorée ce jour-là, quitte la cérémonie ; le chef de (...)

33Le calendrier communiste est fait de deux séries de commémorations, celle officielle des fêtes nationales : 14 Juillet, 11 Novembre, 1er Mai, Libération et 8 Mai, et celle de « ses » morts : Durand, Jaurès, les victimes des grèves de 1922, les fusillés de Châteaubriant… par rapport auxquelles il est fait un travail sans cesse renouvelé d’ajustement politique. C’est ainsi que la non-exécution de l’hymne soviétique par la fanfare militaire, le jour du premier anniversaire de la Libération du Havre, le 12 septembre 1945, donne lieu à un incident spectaculaire42.

34De même, les 14 Juillet pris en charge par le comité local de Libération sont de tonalité révolutionnaire, en 1945, dans le cadre des états généraux (un cahier de doléances est lu et porté en délégation à la sous-préfecture) et de l’unité des socialistes et des communistes. Par contre, ils deviennent d’orientation républicaine, et de plus en plus défensive, à partir de 1946, après les reculs électoraux de mai et juin. Les journées du 11 Novembre, du 8 Mai et plus encore de la Libération sont devenues des symboles de victoire « alliée » et de sacrifices (qui donnent des droits ?), particulièrement en 1945, date à laquelle s’édifie, pour le 12 septembre, place des Expositions, dans le Havre populaire, un monument aux victimes du nazisme Souviens-toi, constitué d’une fosse de 14 mètres de largeur entourée d’un petit mur et plantée d’un mât, portant à la base une chaîne symbole de la torture et au sommet un drapeau. Ce deuxième monument aux morts, édifié par ce qui allait devenir la FNDIRP, est hautement symbolique de ce culte des héros que le parti communiste tente de développer, à partir du 1er novembre 1945, sous le nom de « Toussaint des martyrs de la patrie », prolongé par des plaques commémoratives dans les usines (Multiplex, Tréfileries…) et les quartiers (Graville, Neiges, Vallée-Béreult…).

  • 43 Commémoration des 9e et 10e anniversaires de la résistance au soulèvement armé de 1936, célébratio (...)

35C’est que la mémoire du groupe est double, à la fois nationale et populaire, mais aussi ouvrière et révolutionnaire, et les communistes s’inscrivent dans cette continuité, héritiers des jacobins et sans-culottes, des communards (dénonçant la trahison de Pétain-Bazaine) et des antifascistes de la première heure. Commémorant, dans une logique frontiste, les journées de février 1934, ils tentent de réactiver de multiples formes de soutien aux républicains espagnols43. Ils entretiennent des relations privilégiées avec la section locale du PCE et les exilés politiques.

  • 44 L’Avenir du Havre, 27 décembre 1945 (G. Civet de passage au Havre), et 12 et 13 janvier 1946.

36Si le journal est enfin le porte-parole de revendications immédiates exprimées par de nouvelles associations (sinistrés, déportés, mouvements de jeunesse) et intégrées à la conjoncture politique de participation de ministres du PC à des gouvernements tripartites, il est aussi l’expression directe du rêve communiste, de l’utopie soviétique comme le révèlent trois témoignages qui n’émanent pas de cadres du parti communiste. Deux d’entre eux proviennent d’ouvriers, celui d’un mineur de la Loire, déclarant à son retour d’URSS : « J’ai l’impression d’avoir vécu un rêve », et celui d’une délégation d’ouvriers CGT qui parlent de « l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme créant une émulation telle que la production se fait à une cadence inconnue à ce jour »44, et font du stakhanovisme un modèle à usage des ouvriers français, engagés dans la bataille de la production. Quant à Émile Sicre, radical-socialiste, ancien président du CLL, ancien maire du Havre, il déclare, dans un article publié par Le Havre libre du 8 juillet 1946, que « l’URSS n’est pas loin de la République de Platon », ce qui lui donne le statut d’un modèle politique.

  • 45 Selon le message de Staline aux cinéastes, en janvier 1935.

37Par le recours aux moyens les plus modernes d’action idéologique sur les masses45, avec la presse à grand tirage et le cinéma documentaire à usage de propagande, tels Un an après, film sur l’aviation française avec Charles Tillon, ministre de l’Air, ou Les lendemains qui chantent produit par le PC pour les campagnes électorales de 1946, les communistes élargissent leur influence. Il leur reste à la structurer.

Organisations de masse et nouvelles associations

  • 46 Le Havre libre, 4 janvier 1946.

38La CGT est de nouveau dominée par le parti communiste, même si elle n’est pas localement dirigée par un militant du PC. L’UL reste en effet à direction anarcho-syndicaliste (Henri Quesnel, ancien prisonnier de guerre, a succédé à Le Gall et à Vaillant), mais Louis Eudier est de nouveau à la tête du syndicat des métaux et Fernand Legagneux, membre du bureau fédéral, est redevenu secrétaire général de l’UD. La CGT est d’abord confrontée à la multiplication des élections sociales. Aux élections prud’homales46, alors que le syndicat a obtenu la totalité de la représentation ouvrière, dans les 7 catégories de la section industrielle, s’ajoutent, le 24 avril 1947, de nouvelles élections aux caisses primaires de la sécurité sociale et des allocations familiales. Les premières se traduisent par 48 046 inscrits et 74,5 % de suffrages exprimés, les deux tiers des voix et 12 élus (liste Quesnel) pour la CGT, les secondes ont 12 011 inscrits et 67 % de suffrages exprimés, 81,5 % des voix à la liste CGT (Damois) et 9 élus sur 12.

  • 47 Voir R. Linet, La CGT : lendemains de guerre, op. cit., p. 103-104 et p. 94.

39Dans le même temps, l’ordonnance sur les comités d’entreprise (institués le 22 février 1945), les lois de 1946 sur les délégués du personnel, les comités mixtes et les conventions collectives élargissent le champ d’intervention de l’organisation syndicale à de nouvelles activités économiques, culturelles et de loisirs, et révèlent la pénurie de cadres communistes47 d’autant plus qu’ils ont d’abord été placés à la tête des conseils syndicaux d’usine, devenus sections syndicales d’entreprise, affiliées à des syndicats locaux, fédérés. Le nouveau syndicat des marins, dirigé à l’échelon havrais par Favennec et à l’échelon fédéral par Gruenais, deux communistes du Havre, est organisé à partir des inscrits maritimes, des agents du service général à bord et des pêcheurs. Celui rassemblant les officiers radio, pont et machine a pour secrétaire Pierre Naze, seul conseiller municipal communiste. Ce sont encore des tâches politiques que ces cadres ouvriers doivent accomplir à la tête des sections et cellules d’entreprise, en particulier du port.

  • 48 Juges, administrateurs, délégués, membres des CE…

40Plus que jamais, la CGT structure le champ social, par ses représentants élus48 gestionnaires, par exemple ceux qui participent au comité mixte de la production à la SNCAN (Société nationale de construction aéronautique du Nord) et qui deviendront des élus communistes (Mouton, Prodault) mais aussi par les équipements qu’elle gère et les structures qu’elle anime : la maison de convalescence de Buglise créée par le comité d’entreprise des Forges et chantiers de la Méditerranée, le foyer des jeunes métallos dit Léon-Lioust ouvert le 5 avril 1947, cour Franklin, les groupes ouvriers et artistiques, les clubs sportifs…

41Les revendications syndicales sont d’abord articulées sur la conjoncture politique, d’autant plus que les ministres communistes sont d’anciens cadres syndicaux (Ambroise Croizat, secrétaire général de la métallurgie, Marcel Paul, secrétaire de la Fédération de l’éclairage). Aux demandes de confiscation (entreprise Fecit), puis de nationalisations de la Marine marchande, des entreprises de travaux publics, de l’industrie chimique, s’ajoute la question des priorités de la reconstruction (habitat pavillonnaire ou collectif, déplacement de la Manufacture des tabacs et des chantiers de construction navale Augustin-Normand), puis les problèmes de ravitaillement, d’inflation et de pouvoir d’achat.

  • 49 Les manifestants défilent boulevard de Graville, boulevard de l’Amiral-Mouchez, puis en direction (...)
  • 50 Cette politique est condamnée par le bureau politique le 30 avril 1947, dénoncée par Maurice Thore (...)

42La prise en charge des demandes sociales s’opère de façon très progressive. Elle s’exprime d’abord sous forme de protestations publiques contre les pénuries et la hausse des prix à la consommation (cartes de pain, de textiles, bons de chaussures, de charbon), puis par le biais de délégations auprès du ministre du Travail (Ambroise Croizat) et du Ravitaillement (Yves Farge), après le XXVIe congrès de la CGT, le 1er mai 1946 et les revers électoraux de mai-juin, enfin elle se traduit par l’organisation de meetings/manifestations de rue (tel le défilé dans les quartiers populaires de l’Est, le 26 juillet 194649). L’appui à la demande de « 25 % d’augmentation des salaires et allocations familiales » est suivi, en conséquence de la politique de blocage des salaires50, de la première grève, le 18 février 1947.

  • 51 En présence de Fernand Legagneux, secrétaire général de l’UD, communiste.

43Ce jour-là, un arrêt de travail a lieu dans la métallurgie havraise (avec un rassemblement aux Expos et le discours d’Alfred Costes, secrétaire de la Fédération des métaux), puis dans la conjoncture électorale des élections à la Sécurité sociale, trois rassemblements de 10 000 personnes sont organisés, à l’appel de la CGT, le 25 mars, avec Ambroise Croizat, le 12 avril et le 1er mai 1947 ; s’y ajoutent des meetings des municipaux, des employés de banque (avec grève), des ouvriers et techniciens de la SNCAN. L’éviction des ministres communistes amplifie le mouvement ; Benoît Frachon parle à Rouen, le 17 mai ; une grève des cheminots, avec constitution d’un comité de grève, éclate dans la semaine du 10 juin, puis un rassemblement de 5000 métallos51 est organisé le 3 juillet et une grève des inscrits maritimes est déclenchée le 16 juillet. Enfin la grande manifestation du 8 septembre 1947, 20 000 personnes qui défilent des Expos à la sous-préfecture, par la dramatisation de ses mots d’ordre, « la guillotine pour les trafiquants » ou « moins de pain, c’est la mort », donne à penser que le mécontentement social, orchestré par la CGT, doublé de la perte de points d’appui politique (les ministres communistes), ne peut déboucher que sur une situation de crise générale. La démonstration en est faite, à son niveau, par Pierre Naze, seul conseiller municipal communiste qui dénonce la gestion Voisin/Courant et la hausse des tarifs de l’eau et des transports publics…

  • 52 Par exemple, un bal est organisé le 14 octobre 1945, salle Béreult, au profit des « œuvres sociale (...)
  • 53 « Semaine de l’enfance victime… », Le Havre libre, 19 février 1946. Le comité est présidé par un a (...)
  • 54 L’Avenir du Havre, 3 août 1945.
  • 55 L’Avenir du Havre, 12 juillet 1946.

44En effet le parti communiste joue directement le rôle de tribun de la plèbe et prend en charge des formes d’assistance sociale : le journal l’Avenir a ses « œuvres sociales »52 et, à partir de 1947, ses services sociaux. Il encourage le développement d’organisations spécialisées. D’abord le Secours populaire, présidé par Vasset et décentralisé en sections de quartier, intervient dans le Comité havrais pour le soutien de l’enfance victime de la guerre et du nazisme53, organise des colonies de vacances à Chabanne (Puy-de-Dôme), des colonies scolaires en forêt de Montgeon, des fêtes populaires champêtres (dimanche 30 juin 1946) ou une fête « fraternelle et républicaine » (3 et 4 mai 1947) dans le camp d’habitations provisoires dit François-1er. Cependant le Secours populaire n’est pas seulement une structure d’aide sociale, il est aussi une organisation engagée dans la solidarité active avec les républicains espagnols, ou encore dans la demande de réquisition de châteaux, de propriétés (le château des Hélandes, à Angerville-l’Orcher, à usage des enfants des fusillés54) et de villas, selon une demande formulée auprès d’Andrée Vienot, sous-secrétaire d’État à la Jeunesse et aux sports55. Quant à l’Union nationale des vieux travailleurs, constituée en Vieux de France, elle tente d’obtenir l’augmentation et l’élargissement de l’allocation-vieillesse.

45Deux catégories particulières sont valorisées par leur engagement dans la Résistance, ce sont les jeunesses et les femmes. L’UJRF (Union des jeunesses républicaines de France), structurée en sept cercles portant des noms liés à la Résistance locale (Lioust, Lepiller) ou nationale (Môquet, Fabien, Vercors), ou de quartier, d’usine, a comme objectif d’« organiser les jeunes pour se distraire et s’éduquer en combattant ». À côté de bals, de fêtes sportives, elle développe des structures parallèles de formation prémilitaire, demande des foyers (pour la jeunesse laïque et antifasciste), une maison de la jeunesse qui intégrerait un centre culturel (avec une salle de projection).

46Quant aux femmes dirigées par Yvonne Dissoubray, secrétaire départementale, pour la plupart liées à des militants, elles sont regroupées dans l’Union des femmes françaises (cour nord de Franklin), mobilisées dans des interventions spécifiques de ménagères sur le marché du Rond-Point, par la signature de « pétitions contre les affameurs », en délégations allant jusqu’au ministère du Ravitaillement, mais aussi engagées dans des actions d’assistance aux personnes âgées et aux enfants, et l’organisation d’activités culturelles et de loisirs (des représentations de Tosca ou des Mousquetaires au couvent).

47L’association France-URSS, présidée par le radical-socialiste Émile Sicre, ancien président du CLL, ancien maire du Havre, organise des séances de cinéma dans toutes les salles du Havre, mais particulièrement, comme l’Avenir (les billets peuvent d’ailleurs être retirés au siège du journal ou à la librairie du PC), à l’Éden ou au Royal, mêlant les grands films de la cinématographie soviétique : L’Enfance de Gorki et L’Arc-en-ciel de Donskoï, Maxime à Viborg de Kosintsev et Trauberg, ou Zoïa d’Arnstam, et les documentaires historiques (Stalingrad, La prise de Berlin), géographiques (Le Kazakhstan, Visages de l’URSS), politiques (Le 1er Mai à Moscou)… L’association multiplie aussi les conférences (suivies de projections) sur le droit de propriété (Émile Sicre) ou l’art cinématographique (Albert Le Clainche, second président du CLL, socialiste), faisant appel à des conférenciers locaux non communistes (Marthe Cousin, future Mme Duroméa) mais aussi à des personnalités communistes venues actualiser des relations politiques : Fernand Grenier célèbre le 2e anniversaire du pacte franco-soviétique le 11 décembre 1946 ou Marcel Cachin commémore Octobre 1917, trente ans après.

  • 56 Le HOT privilégie les sports populaires : course à pied, cross, cyclisme, boxe, basket. Voir Richa (...)

48La FSGT, appelée localement HOT : Havre omnisports travailliste, a son héros et martyr, ancien dirigeant fédéral né au Havre, Auguste Delaune ; celui-ci médaillé à titre posthume, à la fois comme combattant (médaille militaire) et comme résistant (cité à l’ordre de la Nation le 10 janvier 1947) est célébré localement par André Saussaye. La fédération est réorganisée dès la Libération, avec un congrès régional composé de 70 délégués départementaux. Ce club omnisports s’inscrit dans le mouvement de développement des pratiques sportives relancé par la mémoire de 1936, les initiatives de Sport libre, organisation qui fait référence au programme du CNR, et les nouvelles administrations, le sous-secrétariat à la Jeunesse et aux sports d’Andrée Viénot, dans le gouvernement dirigé par Georges Bidault. Le HOT56 multiplie les compétitions, coupes et challenges (Auguste-Delaune, Henri-Nicol, du nom de deux résistants fusillés) en 1946 et les fêtes symboliques, comme la course-arrivée au monument aux morts Souviens-toi.

  • 57 Voir Annette Wieviorka, Déportation et génocide, Paris, Plon, 1992.
  • 58 Le comité de défense des sinistrés et intérêts généraux du plateau d’Aplemont est créé le 22 novem (...)

49De nouvelles associations ajoutent, aux anciens combattants (ARAC), les déportés, internés et résistants, regroupés en une Association des victimes du nazisme57 créée par Henri Courtade, puis en FNDIRP présidée par Louis Eudier, ancien déporté politique. L’Association nationale des amis des FTPF (1945) donne la priorité aux engagés dans la Résistance. Par ailleurs, l’Association des sinistrés du Havre, créée le 13 janvier 1945, et forte à terme de 12 000 adhérents, a pour objectif la défense de populations victimes de bombardements aériens massifs dans deux secteurs déterminés : le centre-ville, les quartiers « marins » et la haute ville dans ses banlieues pavillonnaires. Présidée au départ par Pierre Voisin, puis après son élection au poste de maire, en remplacement de Pierre Courant, par Robert Le Chevalier (de droite libérale, élu conseiller général du 1er canton en 1945), elle est confrontée à la revendication, organisée en comités de défense de quartier58, d’habitants du 4e canton (représentés par Louis Eudier, communiste) et de personnes déplacées, anciens habitants du 2e canton, ayant comme conseiller général Pierre Guinard, communiste.

50Des structures décentralisées au niveau du quartier (Frileuse-Aplemont) et des communes suburbaines (Rouelles, Sanvic, Bléville) dirigées par des membres du Front national (Santot, Germond) expriment l’hostilité des petits propriétaires au plan d’urbanisme (Bruneau) et leur volonté d’obtenir des constructions provisoires (maisons préfabriquées américaines à la Hétraie, suédoises à Aplemont, finlandaises aux Neiges…). L’exclusion du président du comité local d’Aplemont, Santot, de l’Association générale, après les élections cantonales de septembre-octobre 1945, amène les communistes à prendre la direction d’un mouvement composite, appelé inter-comité du 4e canton, transformé en une nouvelle Association de défense des sinistrés du Havre et de sa banlieue (14 comités de quartier et 3 dans les communes suburbaines en octobre 1946).

  • 59 Cette loi, votée le 29 octobre 1946, est analysée longuement dans le livre de François Billoux, Qu (...)
  • 60 Ces mesures s’ajoutent aux 15 000 réquisitions opérées jusqu’au 31 décembre 1945 (ministère Dautry (...)
  • 61 Voir Jacques Tournant, « Le Havre et Auguste Perret. Souvenirs d’un de ses adjoints », dans G. de (...)

51Le PC dispose, à partir du dernier trimestre de 1945, du relais de ses élus et représentants : les trois conseillers généraux communistes, les deux députés, René Cance et Victor Michaut, vice-président de la commission de la Reconstruction, présidée par Pierre Villon, et les ministres communistes de la Reconstruction et de l’urbanisme, François Billoux dans les gouvernements Gouin et Bidault, puis Charles Tillon. La loi Billoux59 sur la réparation des dommages de guerre, l’indemnisation des petits propriétaires, le relogement prioritaire des sinistrés, le montage et la répartition d’habitations provisoires furent obtenus au terme d’une mobilisation60, faite d’assemblées générales et de meetings, d’élections et de contrôle exercé sur les délégués des comités de quartier, de délégations auprès des ministres Dautry, Billoux, de l’architecte en charge de la reconstruction, Auguste Perret, et de son adjoint Jacques Tournant61.

Des cantonales de 1945 aux municipales d’octobre 194762

  • 62 Voir les tableaux des résultats en annexe 1 et la carte 10 : « Les victoires électorales du PC en (...)
  • 63 Ce candidat était pourtant présent dans la première liste (radicaux, communistes, socialistes, MRP (...)

52Les élections cantonales des 23 et 30 septembre 1945 traduisent dans leurs résultats la progression électorale du parti communiste au Havre. Augmentant le nombre de ses conseillers généraux, gagnant un siège dans le deuxième canton, obtenant la réélection de René Cance au premier tour dans le 3e canton et l’élection de Louis Eudier (remplaçant Jules Le Troadec) dans le 4e, le PC est bien la première force électorale au Havre, avec 35,77 % des suffrages exprimés. Il en est d’ailleurs de même à Rouen où 3 conseillers généraux sont élus (4e, 5e et 6e cantons). Il retrouve ses bastions ouvriers et populaires des 3e et 4e cantons, mais il leur ajoute l’ancien quartier marin, en grande partie détruit, de Notre-Dame - Saint-François et arrive en seconde position dans les trois autres cantons (il n’obtient jamais moins de 17,64 % des suffrages exprimés). Ce que les élections traduisent aussi, c’est que la rupture politique avec le MRP, opérée entre les deux tours des élections municipales, est consommée : si les candidats communistes obtiennent le désistement des candidats socialistes et radicaux, ils doivent affronter, au second tour, un candidat MRP, dans le 4e canton (Capillon)63, et dans le 6e, Louis Siefridt, qui devance André Duroméa de 325 voix au premier tour et le bat de 2 897 au second, preuve s’il en est que la totalité des voix UDSR (1 224) et radicales (1995) ne s’est pas reportée sur le candidat communiste, alors que le candidat MRP a fait le plein des voix des droites.

Carte 10 – Les victoires électorales du PC en 1945 (cantonales et législatives)

  • 64 Avec 28,2 % d’abstentions. Voir les résultats complets en annexe 1 et la carte 11 : « La 2e circon (...)

53Cette tendance générale à la progression électorale est confirmée par la double consultation électorale (référendum et Constituante) du 21 octobre 194564. Le PC, seul (avec les radicaux) à appeler à voter non à la deuxième question posée, obtient, dans les 6 cantons du Havre, 20 129 votes négatifs, soit 47,40 % des suffrages exprimés. Il y a là un succès politique que traduit le résultat des élections à la première Constituante : le PC devient le premier parti du département avec 4 députés (2 dans la circonscription du Havre, dont René Cance, tête de liste). Il progresse dans les cantons gagnés fin septembre, à la seule exception du 6e.

54Les candidats présentés et élus révèlent, autant que celui des électeurs, les choix de la direction politique du parti communiste, c’est-à-dire d’abord René Cance, seul membre havrais du bureau fédéral, directeur de l’Avenir, conseiller général (élu vice-président du conseil général) et député, puis Louis Eudier, secrétaire-adjoint de l’UL CGT, nouveau conseiller général du 4e canton, Pierre Guinard, ancien secrétaire de la section des marins, puis secrétaire de la section locale, élu dans le 2e. Par contre le docker Jean Ferrand, secrétaire de la section Havre ville, et l’ouvrier-artisan métallurgiste André Duroméa subissent les conséquences des mauvais reports de voix radicales et UDSR, sans compter la non-présentation d’un candidat MRP dans le 1er canton et d’un candidat de droite dans le 6e. De plus, il apparaît que l’absence d’un candidat socialiste au premier tour des cantonales, dans les circonscriptions « ouvertes » (1er et 6e), est un handicap insurmontable pour le candidat communiste au second tour.

55La ligne de fracture politique dessinée aux municipales de 1945, interne au tripartisme, d’un côté le PC, de l’autre le MRP, continue à agir, aux dépens des communistes, dans les consultations à base territoriale, mais n’a pas d’effet dans les élections générales, à la proportionnelle (2 députés communistes, 2 députés de droite dits indépendants ou républicains de gauche, Pierre Courant et René Coty, 1 élu socialiste SFIO, Binot, et 1 MRP, Siefridt, mais aucun élu radical, contrairement à l’avant-guerre, ni UDSR). Le MRP, négativement qualifié de « machine à ramasser les pétainistes », commence à jouer, avec l’élection de Louis Siefridt, conseiller général du 6e canton, comme député, le rôle de parti charnière, adversaire des communistes, qui avait été celui d’une fraction majoritaire du parti radical (Léon Meyer) dans l’entre-deux-guerres ; par contre une fraction minoritaire de radicaux (deux anciens adjoints de Meyer : Sicre, Salacrou, et deux nouveaux maires de la Libération, Sicre, nommé en 1944, Robinet, élu en 1945) font alliance avec le PC.

Carte 11 – La 2e circonscription dite du Havre (constituantes et législative de 1945-1946)

Illustration 17 – L’Avenir du Havre, mardi 12 novembre 1946

56Quant aux femmes, nommées à raison d’1 sur 5 conseillers dans le premier conseil municipal, le 22 novembre 1944, elles n’ont plus qu’une élue, communiste, la députée Lucie Guérin, dans la circonscription de Rouen, une candidate (sur 6) et aucune élue du Havre en 1945, Alida Delasalle étant présentée au titre de veuve de fusillé au mont Valérien (21 septembre 1942), comme troisième de liste, dans la 2e circonscription.

57Le référendum du 5 mai 1946, contrairement aux résultats nationaux, est un succès politique (61,24 % de oui, avec 21,7 % d’abstentions) pour les partis communiste et socialiste SFIO, relayés par une campagne de presse du Havre libre et des députés représentatifs du tripartisme, associés à la prise de position publique de l’ancien maire radical, Émile Sicre. Les pourcentages les plus élevés de votes positifs sont atteints dans les cantons représentés par le PC (3e : 76,69 % de oui ; 4e : 69,28 % ; 2e : 64,38 %) mais les oui sont aussi majoritaires dans le 1er canton et à Sanvic et à Bléville. Par contre le 5e, la partie havraise du 6e et Sainte-Adresse donnent une majorité de non. L’on constate aussi que l’agglomération du Havre (à 59,29 %) et même l’arrondissement du Havre votent majoritairement pour le oui.

58Les élections à la seconde Assemblée constituante, le 2 juin 1946, ne peuvent donc qu’enregistrer la progression électorale de la gauche, avec la réélection de 2 députés communistes (R. Cance reconduit, de même que J. Hertel, deuxième de liste). Une comparaison avec l’élection à la première Constituante montre que le PC enregistre la plus forte augmentation en pourcentage de suffrages exprimés (29,49 % contre 26,94 %) devant le MRP (plus 1,37 %) et les indépendants (plus 0,94 %). Le deuxième référendum constitutionnel confirme l’orientation à gauche de l’agglomération avec 17,57 % d’abstentions et 59,85 % de oui à la Constitution de la IVe République.

  • 65 Les deux femmes élues dans la circonscription de Rouen, Lucie Guérin et Germaine Pican, sont deux (...)

59Les élections législatives et sénatoriales de la fin de l’année 1946 sont un dernier succès électoral pour le PCF, premier parti de la ville, de l’agglomération et de l’arrondissement. Il obtient alors 43,31 %, 41,24 % et 42,29 % des suffrages exprimés, 2 députés (René Cance et Hilaire Perdon) et 2 sénateurs (conseillers de la République), Germaine Pican, résistante déportée à Auschwitz, veuve de l’ancien secrétaire fédéral, fusillé, et Célestin Dubois, dirigeant national65.

  • 66 Annoncé par le discours du général de Gaulle à Bruneval (Seine-Inférieure) le 30 mars 1947, il est (...)
  • 67 Avec 18 voix de droite et 1 voix socialiste, le 25 octobre 1947. Voir résultats en annexe.

60Le rapport des forces électorales semble alors fixé, mais une nouvelle composante politique, le RPF66, détermine une redistribution qui se révèle au premier tour des élections municipales du 19 octobre 1947. Le PC (liste Cance) régresse faiblement en pourcentage des suffrages exprimés (37,67 %), tout en restant le premier parti politique local avec 16 élus, le parti socialiste SFIO (liste Le Clainche) a 3 élus, Pierre Courant, conseiller général, député, est à la tête de 10 élus et le RPF, dirigé par le docteur Paul Denis, résistant, a 8 élus. La surprise vient donc de l’élection comme maire67 de la tête de liste socialiste, Albert Le Clainche, avec le soutien de l’ensemble des indépendants et des RPF (18 voix). Il y a là une manœuvre politique contradictoire avec les engagements publics de la section SFIO, qui contraint deux élus socialistes sur trois à démissionner, manœuvre caractéristique de l’entrée en guerre froide et de l’exclusion des communistes. Ces derniers, ayant perdu leurs alliés politiques, en sont réduits à compter sur leurs militants, adhérents et électeurs.

« Les lendemains qui chantent »68

  • 68 Titre d’un film projeté à la veille des élections à la seconde Constituante, samedi 1er juin 1946 (...)
  • 69 Actualisé sous la forme du programme commun à la « délégation des gauches » (5 novembre 1945).
  • 70 L’expression est utilisée par exemple dans des articles de L’Avenir du Havre, 31 août 1946 et 9 et (...)

61Le PC s’est donc progressivement imposé comme parti dominant à gauche, et il le fait sur la base d’un projet politique qui apparaît d’abord comme offensif. Il fait référence au programme du CNR69, qui traduit les rapports de force et les alliances contractées dans la Résistance (PC, SFIO et MRP, CGT, Ligue des droits de l’homme, mouvements de résistance) mais aussi au temps du Front populaire (communistes, socialistes, fraction radicale-socialiste). Cette orientation tend à affaiblir le rôle du général de Gaulle et à invalider ses projets, analysés comme du « bonapartisme social ». Le parti communiste tente de faire jouer, à son profit, la référence à une République démocratique, laïque et sociale70, et cela avant même que soit proposé au parti socialiste un programme de gouvernement (27 novembre 1946).

  • 71 Ainsi tendent à le démontrer Ph. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., ou S. Courtois et (...)

62Cet objectif « républicain » est-il le simple décalque du modèle de « démocratie nouvelle et populaire » élaboré par l’Internationale communiste dans les années 1934-193571, c’est-à-dire une étape intermédiaire permettant de transformer les structures démocratiques libérales en République « socialiste » ? N’y a-t-il pas aussi des références à l’histoire révolutionnaire de la France, à la République jacobine comme à la Commune de Paris ? Les textes traduisent ce mélange entre des aspirations sociales (confiscations devenues nationalisations, volonté de lutter contre « la réaction, les affameurs et les traîtres », en demandant la taxation des prix et un châtiment exemplaire, revendication de droits économiques et sociaux) et une détermination politique faite de patriotisme (la dénonciation de Pétain-Bazaine) et de tentatives de démocratie directe (mise en place d’une assemblée unique et souveraine).

  • 72 Maurice Agulhon, Histoire de France. La République de 1880 à nos jours, Paris, Hachette, 1987, et (...)

63L’inscription dans une filiation révolutionnaire et républicaine, telle qu’elle a été établie, pour le XIXe siècle, par Maurice Agulhon et Yves Lequin72, l’analyse de la seconde Déclaration (française) des droits de l’homme, à laquelle on peut ajouter celle des droits de la femme, de même que les Déclarations de principes de la Commune de Paris (sur le contenu de la République, la laïcité, les formes de la démocratie), donnent à penser que le parti communiste se pose en héritier politique, sans se réduire au rôle de simple fourrier des idées et objectifs de la direction soviétique.

64Une deuxième option programmatique est ajoutée avec la mémoire (actualisée) des années du Front populaire et de la guerre d’Espagne, sous la forme d’une commémoration des journées de février 1934, des actions engagées pour la restauration de la République espagnole, de la volonté de gouvernements à participation puis à direction communiste. Là encore les communistes déclarent leur caractère « démocratique et national », tel qu’il s’est révélé dans la stratégie antifasciste, tentent de se poser en gauche de la gauche, mais ils ne sont pas reconnus comme tels, par une fraction de la SFIO (Léon Blum) comme par le général de Gaulle et le MRP.

65Il apparaît enfin que le PC est affecté par la recomposition du paysage politique, selon la ligne de fracture gauche-droite, dans la mesure où l’affaiblissement électoral de la SFIO et du parti radical se double d’un phénomène de vases communicants entre les électorats de droite, anciennes formations (y compris la fraction qui était passée au pétainisme) et nouvelles organisations (PRL, RPF, et à terme MRP). Cela est très lisible au Havre dans le résultat des élections (1er, 5e et 6e cantons) et, à partir de septembre 1945, cela prend la forme d’un changement de stratégie politique, avec la mise en place de la troisième force, après les municipales d’octobre 1947.

  • 73 Cette thèse, développée par Ph. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., est reprise par S. (...)
  • 74 Mikhaïl Narinsky, « Staline et Thorez, 1944-1947 », séminaire de doctorat de l’IEP, 21 février 199 (...)

66Une autre question est de savoir si le PC a voulu prendre le pouvoir73 suite à une victoire électorale (après l’échec de l’insurrection nationale) pour instaurer une démocratie populaire. Autrement dit, le discours républicain « radical » doit-il être mis au compte de l’exercice obligé, pour camoufler une stratégie de la tension et du débordement, ayant pour objectif, non déclaré, la reproduction du modèle est-européen ? L’ouverture des archives soviétiques et la présentation de textes par l’historien russe Mikhaïl Narinsky74 donnent à comprendre que la direction stalinienne de l’URSS a pour objectif prioritaire la défense des intérêts de la grande puissance qu’est alors l’Union soviétique, secondairement elle tire les conséquences de l’intégration de la France libérée à la zone d’influence des Anglo-Saxons. Politiquement le parti communiste apparaît comme ne disposant que d’une marge de manœuvre relative.

  • 75 D’où la réaction, orchestrée par le PC, d’ouvriers du bâtiment qui défilent en criant « À bas Blum (...)

67Il est de fait que le PC semble manœuvrer non seulement pour dominer mais aussi pour ne pas être éliminé de la coalition du tripartisme. D’abord le refus des consultations référendaires et le choix d’une République parlementaire sont autant d’éléments de réintégration du parti radical dans une coalition de type Front populaire (sans compter la référence laïque). Parallèlement est tentée l’expérience d’un partenariat politique (de longue durée ?) avec le parti socialiste SFIO, à partir du résultat des élections d’octobre 1945, sur la base de valeurs communes, en particulier la République et la laïcité, mais aussi pour appliquer une politique dirigiste des prix et des salaires. Ce partenariat débouche sur la proposition d’un gouvernement bipartite, après la démission du général de Gaulle, puis sur celle d’un programme d’action gouvernementale après la démission de Georges Bidault. Le refus d’une fraction du parti socialiste fait échouer la tentative d’un gouvernement constitué par Maurice Thorez, au profit d’un gouvernement socialiste homogène dirigé par Léon Blum75. Quant à la liaison avec le MRP, elle est maintenue au travers de la participation de ministres communistes au gouvernement Bidault et de l’acceptation du second projet de Constitution.

68La déclaration de Maurice Thorez au Times, le 18 novembre 1946, traduit les contradictions internes à la ligne politique, c’est-à-dire la volonté d’une République laïque, démocratique et sociale, qui serait l’achèvement du processus révolutionnaire entamé au XVIIIe siècle, et le désir d’une « démocratie nouvelle et populaire » qui révèle l’absence de rupture avec toute forme de modèle. C’est-à-dire une stratégie articulée sur des alliances durables, mais le refus de gérer les contradictions avec les partenaires politiques sur un autre mode que celui de la fusion des partis socialiste et communiste, menaçant d’exclusion les adversaires déclarés. De même une ligne de masse pacifique, légaliste, caractérisée par la progression du nombre des adhérents et des électeurs coexiste avec le développement de structures offensives fonctionnant comme des avant-gardes.

69S’il est vrai que la stratégie du PC est surdéterminée par la géopolitique et l’évolution de la conjoncture internationale, il apparaît aussi que le parti communiste avait imaginé un retour à une stratégie de Front populaire dont il prendrait la direction et auquel il donnerait une tournure plus offensive. Produit d’une tendance longue à l’autonomisation politique du mouvement ouvrier, héritier d’une tradition révolutionnaire, aile gauche de la gauche depuis son insertion dans l’histoire nationale, le PC apparaît aussi comme étant en charge de l’utopie ainsi que tendraient à le prouver les images idéalisées qu’il diffuse de l’Union soviétique. Cependant à partir de 1947, le parti communiste est soumis au rappel à l’ordre de la direction stalinienne et, faute d’une émancipation théorique, il abandonne toute volonté d’intégration au mouvement politique pour se retrancher sur des positions sectaires, celles de la guerre froide.

Des formes renouvelées d’intervention culturelle, sociale et politique

70La fin des combats crée les conditions d’une reprise des interventions à caractère culturel, avec la volonté qu’elles soient un des vecteurs de diffusion des analyses politiques, mais aussi qu’elles participent de la volonté de réappropriation de l’héritage culturel de la gauche communiste et socialiste, à la fois populaire et national, ouvrier et révolutionnaire.

71La destruction du centre-ville oblige à l’utilisation des grandes salles de cinéma de quartier (Éden, Royal, Rex) et la reconstruction des lieux symboliques est confrontée à des priorités sociales : logements, réseaux de canalisations, établissements scolaires… Mais dans le même temps, un comité d’entreprise nouvellement créé, comme celui des Forges et chantiers de la Méditerranée, construit sa propre salle de spectacle dite Navalis (1947) et les cafés restent des lieux privilégiés de sociabilité populaire, d’autant plus s’ils sont tenus par des militants actifs. Quant aux équipements sportifs, utilisés par l’armée d’occupation ou aménagés par l’armée américaine (palais des Expos), ils doivent être réappropriés, après avoir été abandonnés, alors que la demande de sports, loisirs et culture est très forte, après la période des interdictions et des limitations. Le PC (l’Avenir), la CGT, les organisations spécialisées (Sport libre / FSGT, mouvement uni des auberges de jeunesse Vent du large, Tourisme et travail…) s’efforcent d’y répondre.

  • 76 En premier lieu, Henri Gautier, auteur par exemple de Jean le prolo, La Lutte. Voir chapitre 1.

72La volonté de renouer, dans les quartiers ouvriers, avec les expériences antérieures au Front populaire, c’est-à-dire le GAO, le Groupe artistique ouvrier, fondé par Henri Gautier en 1927, se recrée sous le nom de Théâtre populaire havrais dirigé par Victor Troude. Il se définit comme restant dans la continuité d’un « théâtre d’avant-garde au service de l’initiation artistique de la classe ouvrière » et joue des auteurs comme Feydeau, Labiche, Courteline, c’est-à-dire que, contrairement à la période du théâtre d’agitation, des pièces à thème, des auteurs « ouvriers »76, la nouvelle expérience vise à élargir le public par recours à la comédie satirique et aux professionnels de l’écriture théâtrale. Il y a multiplication des troupes, à l’image de ce qu’avait été le Groupe artistique des jeunesses, depuis la formation d’un groupe d’enfants, reprenant la tradition des chants et chœurs parlés, dit Groupe artistique des Poulbots de la cité Chauvin, jusqu’aux chorales de l’Avant-garde, groupes ouvriers et/ou artistiques de quartier (Aplemont…) ou d’entreprise.

  • 77 Tréfileries (en 1944), Forges et chantiers de la Méditerranée (en 1945).

73Les troupes créées à l’initiative des comités d’entreprise, comme le Groupe ouvrier/artistique des FCM, transformé en Variétés, sports et musique, ou les artistes de la SNCAN, sont des structures ouvrières à finalité artistique, dans l’esprit des années trente, que l’on retrouve dans des programmations très éclectiques : musicale (classique-jazz et bals populaires, Nuits de la jeunesse), cinématographique (films de Renoir, productions soviétiques), théâtrale et plastique (expositions de photos en 1944, de tableaux en octobre 194577). Elles témoignent de relations privilégiées avec le mouvement syndical CGT. Elles en traduisent l’aspiration à une « popularisation/démocratisation culturelle » qui est plus une diffusion des œuvres, une transmission des savoirs et des pratiques, un élargissement du public « éclairé » qu’une volonté de révolution culturelle.

  • 78 Est-ce un écho à la querelle du réalisme, déclenchée par Aragon dans Les Lettres françaises et L’H (...)

74Deux problématiques se sont largement renouvelées, d’une part celle qui partage le théâtre entre le réalisme, celui d’Armand Salacrou, auteur des Fiancés du Havre, d’un Homme comme les autres joué en 1945 ou des Nuits de la colère représentées le 24 janvier 1947, qualifié de « vrai théâtre du peuple »78, et son opposé, le théâtre d’évasion, celui de l’inconscience. Le théâtre réaliste se définit par ceux qu’il représente et ce qu’il transmet, alors que l’autre théâtre participe de « l’aliénation » des consciences, de même que le cinéma se partage entre l’art (par exemple la production soviétique) et la machine à rêve (Hollywood)…

  • 79 Sa pièce Les Nuits de la colère est jouée au théâtre Marigny par Madeleine Renaud et Jean-Louis Ba (...)

75D’autre part, la question de la reconstruction du Grand Théâtre détruit, exprimée par les professionnels liés à la Fédération nationale (CGT) du spectacle, un musicien comme Francis Meslays, ancien timbalier, ou un auteur reconnu comme Armand Salacrou79, ne cesse d’être débattue. Théâtre controversé quant à sa forme (avec un projet de théâtre expérimental), quant à la gestion (doit-elle être concédée, municipalisée ou nationalisée ?), quant à ses finalités. À la participation (escomptée) technique et financière du ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme, s’ajoute alors le recours au ministère de l’Éducation nationale, à la direction générale des Arts et lettres (Jacques Jaujard) et à la directrice du spectacle et de la danse, chargée de la décentralisation théâtrale, Jeanne Laurent. S’il n’existe pas localement de section de Travail et culture (en dépit du rassemblement national organisé par TEC et le mouvement des auberges de jeunesse, du 30 juin au 2 juillet 1945, dans le département voisin de l’Eure), c’est que la CGT intègre dans son activité sociale des objectifs culturels autonomes, décentralisés au niveau des comités d’entreprise, composites.

  • 80 Pour une analyse générale, voir Pascal Ory, L’aventure culturelle française (1945-1989), Paris, Fl (...)

76Il y a la même volonté de « popularisation culturelle »80 pour le PC qui double sa librairie de la Renaissance d’un accès gratuit au livre, dans le cadre de la bibliothèque de section ; l’on y retrouve, à côté des classiques du marxisme, des romanciers réalistes ou naturalistes (Zola, Gorki, Barbusse), des auteurs populaires (Georges Simenon, La faim) et humanistes (André Gide, Si le grain ne meurt).

77S’il n’y a pas de mobilisation culturelle spécifique (alors que s’est créé un comité de défense du théâtre au Havre, soutenu par des artistes et comédiens « originaires », Raoul Dufy, Georges Braque, Othon Friesz, Arthur Honegger, Germaine Kerjean), c’est qu’il n’existe pas encore d’administration politique de la culture, laquelle cependant commence à exister sous la forme d’un ministère de la Jeunesse, des Arts et des lettres, attribué dans le gouvernement Ramadier à Pierre Bourdan. Par contre les directions syndicale (de la CGT) et politique (du PC) relaient les demandes des artistes professionnels.

  • 81 Voir Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, et Serge Reneau, Politi (...)

78Le projet de théâtre expérimental, caractéristique des années de la Libération, est abandonné en 1948 pour une série de raisons, financières (du fait qu’au non-versement des dommages de guerre s’est ajoutée la question des crédits d’État) mais aussi techniques et politiques. Les idées de l’architecte en chef, chargé de la reconstruction du centre détruit, se révèlent contradictoires avec celles de l’architecte de la ville et priorité a été donnée au logement et aux infrastructures de base, alors qu’aucune volonté politique ne se manifeste plus, tant du côté de la municipalité, représentée par Pierre Courant, que du côté du nouveau ministre, chargé de la Reconstruction et de l’urbanisme, pourtant député du Havre, René Coty81. Il y avait eu cependant, de la part du mouvement ouvrier, une tentative intéressante pour élaborer, dans le contexte de « table rase » de la reconstruction et dans une conjoncture de renouvellement des idées sur la culture et le théâtre, devenus un droit et un service public, un projet représentatif d’une volonté de démocratisation culturelle : le futur théâtre et salle de concert aurait été décentralisé, situé à la place de la caserne Eblé, à proximité des quartiers ouvriers, du centre secondaire du Havre, le Rond-Point, populaire par le nombre (2 500) et l’abaissement du prix des places, avec l’objectif de « faire reprendre à la jeunesse le goût des belles choses », et polyvalent, à la fois lieu de représentation et de formation. L’expérimentation se situait dans l’aménagement scénographique, voire la programmation.

79La conjoncture de guerre froide, la formation d’un nouveau gouvernement de troisième force, sans structure ministérielle appropriée, l’élection de la municipalité Courant ne laissent plus place qu’à des projets indéfiniment reportés de reconstruction à l’identique du théâtre municipal.

  • 82 L’Avenir du Havre, 10 juillet et 10 août 1946.
  • 83 L’Avenir du Havre, 16 et 17 février 1946.

80Socialement, la question du ravitaillement, de la hausse des prix et des salaires est à la base du mécontentement populaire, qui se manifeste à partir de la seconde moitié de l’année 1946. Il devient l’affaire des organisations de base, liées au PC : la commission d’assainissement des prix de la CGT et de l’UFF, les comités de vigilance populaire dits encore comités populaires contre la vie chère, qui interviennent sur le marché du Rond-Point, contre les grossistes, imposant des saisies de marchandises ou des baisses forcées de prix82. À partir de la mise en place des politiques déflationnistes des gouvernements Blum puis Ramadier sont créés des comités locaux de contrôle des prix, dits encore comités populaires de surveillance des prix, pour le salaire minimum vital. Cette intervention directe se double progressivement de grèves et de manifestations, depuis quelques centaines de ménagères qui se rendirent en cortège83 à la sous-préfecture, sous la conduite des dirigeants de l’UL CGT (Quesnel et Eudier) jusqu’au défilé de 20 000 personnes allant, le 8 septembre 1947, du palais des Expos à la sous-préfecture, demander du pain et « la guillotine pour les trafiquants ». Il y a là des formes de mobilisation très « habitées » par la mémoire historique de la Révolution française mais aussi très encadrées par l’organisation syndicale CGT.

81Parallèlement, alors que le dimanche 30 mars 1947, à Bruneval, le général de Gaulle lance un appel à la formation d’un Rassemblement du peuple français (officiellement constitué le 7 avril), le PC crie à la conjuration et tente de créer des comités de vigilance républicaine, puis mobilise 10 000 personnes le 1er mai, et lance un comité d’action laïque. Tendant à se replier sur des positions défensives, les communistes cherchent à échapper à une logique d’exclusion, commencée avec la révocation des ministres communistes, situation à laquelle ils ne se résignent pas, comme tendrait à le prouver la lettre ouverte des élus communistes de Seine-Inférieure publiée pleine page, le 18 mai 1947, sous le titre « Nous n’avons pas changé ».

82Octobre 1947 marque la cassure réelle parce que c’est seulement à partir de cette date que le PC est, électoralement mais aussi politiquement, idéologiquement, isolé. Jusqu’alors, en effet, il avait toujours trouvé des alliés et partenaires : par exemple, les Jeunesses communistes (UJRF) faisaient souvent cause commune aussi bien avec les Jeunesses socialistes, les mouvements laïques (FHOL, AJ Vent du large), les formations de jeunes issues de la Résistance (OCMJ et Jeunes de Libération-Nord) qu’avec les Jeunesses catholiques ouvrières. Les résistants du Front national, tout comme les internés communistes et les déportés politiques, étaient soutenus par les autres organisations de résistants, ainsi que par les associations de déportés, voire de prisonniers de guerre. Ces alliances étaient contractées sur fond de références communes à la Résistance, à ses combats, à son programme, à son unité.

83À l’inverse, la logique de « guerre civile froide » qui fonctionne sans ambiguïté, à partir du dernier trimestre de 1947, tant du côté des communistes que de celui de leurs adversaires coalisés (troisième force, RPF) marque la fin d’une période commencée en 1934 avec le Front populaire, recommencée avec l’engagement dans la Résistance intérieure et la participation aux gouvernements de la Libération et déterminée par la prise en compte (prioritaire) d’objectifs nationaux, de nature politique et sociale.

84La municipalité du Havre est un bon exemple de ce renversement des alliances, sur fond de crise sociale. Alors que des incidents avaient éclaté, le 25 octobre 1947, suite à l’élection d’un maire SFIO par l’ensemble des élus indépendants et RPF, plus une voix socialiste, deux élus SFIO (Le Clainche et Bernard) doivent démissionner et sont remplacés par M. Binot et Lecerf, qui promettent de voter pour le candidat communiste. Mais le 11 novembre, l’ensemble des 18 conseillers de droite démissionne, et le 14 novembre, le ministre de l’Intérieur du gouvernement Ramadier, Édouard Depreux, dissout le conseil municipal avant de faire procéder, le 7 décembre, à de nouvelles élections. Malgré une progression en pourcentage du nombre des suffrages exprimés, mais du fait de son isolement, le PC ne peut plus tenter de faire élire René Cance comme maire. Par contre c’est l’ancien maire nommé par Vichy, Pierre Courant, qui est élu sans obstacle juridique ni politique (contrairement à mai 1945 où il avait dû laisser la place à son colistier Pierre Voisin). Le temps des alliances nouées dans la Résistance est alors historiquement achevé.

Annexes

ANNEXE 1. Les élections de la Libération

Présentation : des municipales d’avril-mai 1945 à celles d’octobre 1947

Les élections qui se succèdent en 1945, 1946 et 1947, soit les municipales, cantonales, référendum et élections à la première Constituante, référendum et élections à la deuxième Constituante, référendum et élections à la législative, élections au Conseil de la République, (premières) municipales d’octobre 1947, se déroulent selon divers modes de scrutin, du majoritaire uninominal à deux tours pour les cantonales des 23 et 30 septembre 1945, à la proportionnelle à un tour dans le cadre départemental, pour les trois élections législatives, du scrutin proportionnel uninominal à deux tours pour les élections municipales de 1945 aux référendums.

Le Havre est à la Libération une ville de 106 934 habitants (1946), 139 810 fin 1947, composée de 6 cantons. Le 6e canton, contrairement aux 5 autres entièrement havrais, comprend une fraction du Havre et 3 communes de banlieue limitrophes : Sainte-Adresse, banlieue résidentielle, et 2 communes du plateau de Caux : Sanvic et Bléville. L’arrondissement est constitué par 10 cantons supplémentaires : Bolbec, Criquetot-l’Esneval, Fauville-en-Caux, Fécamp, Goderville, Lillebonne, Montivilliers-Harfleur, Ourville-en-Caux, Saint-Romain-de-Colbosc et Valmont. La 2e circonscription dite du Havre, délimitée pour les élections à la Constituante et à la législative, ajoute les 11 cantons de l’arrondissement de Dieppe, soit la fraction littorale du pays de Caux, en marge de la 1re circonscription dite de Rouen, intégrant le pays de Bray (voir carte 11).

La seule étude comparée possible est donc celle de la ville du Havre ou de l’agglomération (les 6 cantons), les cantons limitrophes ne sont analysés que dans la mesure où ils intéressent la proche banlieue havraise, c’est-à-dire Harfleur, Rouelles et Montivilliers.

Les élections de 1945

Municipales (29 avril-13 mai)

Cantonales (23-30 septembre)

Référendum et élections à la première Assemblée nationale constituante (21 octobre)

Élections municipales (résultats publiés par Le Havre libre)

Premier tour, 29 avril 1945 : résultats du Havre (36 sièges)

• Une liste républicaine d’unité française conduite par E. Sicre, radical-socialiste, maire sortant, président du CLL, composée de :

– Partis : radical-socialiste (5), communiste (5), socialiste SFIO (4), MRP (3), négoce havrais (2), petit commerce (1), familles nombreuses (1), prisonniers et déportés (1) ;

– Mouvements de résistance : FUJP (1), Front national (3), Libération-Nord (3), OCM-l’Heure H (3), Résistance (1), UFF (3) ;

– 5 femmes (14,2 %) : 1 SFIO, 1 Front national, 3 UFF.

• Contre une liste de P. Courant, ancien maire, dite républicaine d’action et de reconstruction.

Inscrits : 36 208 ; exprimés : 32 373 ; majorité absolue : 16 187.

3 élus

P. Courant, qui obtient 17 745 voix, est l’ancien maire nommé par Vichy (1941-1944), et ancien conseiller départemental.

L. Abadie, qui obtient 16 411 voix, et G. Patrimonio, 16 310, sont d’anciens adjoints de L. Meyer, radicaux. G. Patrimonio est un ancien conseiller départemental.

R. Cance (PC) obtient 14 450 voix, mais 59,74 % des suffrages exprimés dans le 3e canton dont il a été le conseiller général de 1937 à 1940, et 49,3 % dans le 4e dont J. Le Troadec a été le conseiller.

Second tour, 13 mai 1945 (33 sièges)

• Une liste dite républicaine antifasciste conduite par P. Naze (Front national et communiste), composée de :

– Mouvements : Front national (3), Libération-Nord (3), UFF (3), FUJP (1), petit commerce (1) ;

– Partis : parti communiste (6), parti radical-socialiste (5), parti socialiste SFIO (6), 1 déportée, 3 détenus politiques et 1 prisonnier de guerre ;

– 5 femmes (15,15 %).

Le PC est présent au titre du parti (communiste), du Front national, de l’UFF, du FUJP, des déportés et détenus politiques (internés ? emprisonnés ?).

Sur les 6 candidats communistes, 4 sont maintenus, R. Cance, A. Dechavanne, L. Fortin, A. Saussaye, 1 a été retiré (pour être réintroduit comme prisonnier évadé, détenu politique), P. Guinard, et 2 ont été ajoutés, A. Gautier (ouvrier métallurgiste) et J. Ferrand (docker).

• Contre une liste conduite par P. Voisin qui obtient 15 623 voix (32 élus).

Avec 18 178 voix, seule la tête de liste, P. Naze, est élue au second tour, mais l’écart entre les 2 candidats ayant obtenu le maximum de suffrages est passé de 3 082 voix à 445.

P. Voisin est élu maire le 19 mai 1945, en lieu et place de P. Courant, inéligible, parce que relevant de l’indignité nationale.

Élections à la première Assemblée nationale constituante : 2e circonscription du Havre, 21 octobre 1945

Liste communiste et d’union républicaine, 6 candidats dont 3 Havrais :

– R. Cance, tête de liste ;

– A. Duroméa, 4e de liste ;

– L. Eudier, 5e de liste.

Résultats du Havre aux élections à la première Assemblée constituante (bilan des 6 cantons et de la 2e circonscription)

Résultats du Havre aux élections à la première Assemblée constituante (bilan des 6 cantons et de la 2e circonscription)

Les élections de 1946

Référendum du 5 mai

Élections à la 2e Assemblée nationale constituante (2 juin 1946)

Référendum du 13 octobre

Élections législatives du 10 novembre

Élections au Conseil de la République des 24 novembre et 8 décembre

Élections à la 2e Assemblée nationale constituante : 2e circonscription, 2 juin 1946

Résultats du Havre, de Sanvic et de Bléville

Résultats du Havre, de Sanvic et de Bléville

Comparaison entre les 2 élections à la Constituante

Résultats de la circonscription

Résultats de la circonscription

Élections législatives du 10 novembre 1946

Résultats de la 2e circonscription
Inscrits : 236 882 ; suffrages exprimés : 176 996 ; abstentions : 54 432 (22,97 % des inscrits)

Tête de liste/parti

Nombre de voix

 % des suffrages

Bilan

R. Cance (PCF)

58 818

33,23 %

2 députés + H. Perdon

J. Binot (SFIO)

24 895

14,06 %

1 député réélu

L. Siefridt (MRP)

28 899

16,32 %

1 député réélu

P. Courant (IND.)

45 402

25,65 %

2 députés réélus

Résultats du Havre et de l’arrondissement

Résultats du Havre et de l’arrondissement

Premières élections municipales de 1947 au Havre (19 octobre)

37 conseillers municipaux

Inscrits :

64 451

Exprimés :

46 145

PC (R. Cance) :

17 385 voix (37,67 %)

16 élus

IND. (P. Courant) :

11 190 voix (24,24 %)

10 élus

RPF (P. Denis) :

9 408 voix (20,38 %)

8 élus

SFIO (A. Le Clainche) :

4 127 voix (8,9 %)

3 élus

MRP :

1 658 voix (3,59 %)

0 élu

Rad.-Soc. :

1 150 voix (2,49 %)

0 élu

16 élus communistes dont 2 femmes

R. Cance

18 347

A. Saussaye

17 868

L. Fortin

17 858

P. Naze

18 461

L. Mouton

17 798

L. Coguen

17 845

L. Eudier

18 100

L. Favennec

17 862

J. Perdrial

17 870

M. Boisard

17 916

A. Duroméa

18 022

G. Prodault

17 858

E. Capron

17 851

A. Duquenoy

17 791

Georgette Lelièvre

17 895

Huguette Juliot

17 814

Le samedi 25 octobre 1947, A. Le Clainche (SFIO) est élu maire avec comme 1er adjoint Paysant (liste Courant) et 2e adjoint Denis (liste RPF).

ANNEXE 2. Adhérents et électeurs du PC en Seine-Inférieure à la Libération

Du Xe congrès de Paris (26-30 juin 1945) au XIe congrès de Strasbourg (25-28 juin 1947), par comparaison avec l’avant-guerre, le congrès d’Arles (25-29 décembre 1937)

Dates

193784

mars 194585

décembre 1946

Adhérents

6 500

5 074

8 067

Sections

16

40

48

Cellules d’entreprise

165

41

128

Cellules locales

102

269

324

Électeurs

31 933

96 388

121 212
32,4 % des suffrages exprimés

Notes

1 D’après le mot d’Armand Salacrou : la ville est plus qu’aux deux tiers détruite (Bléville aux trois quarts) et, selon le témoignage d’André Duroméa, à son retour de déportation en mai 1945, « c’est hallucinant, une vision de fin du monde ».

2 Chiffre du Havre libre du 17 octobre 1944 ; un court métrage tourné en 1945 s’intitule Ci-gît Le Havre, ville martyre…

3 Les rations de pain blanc sont fixées à 350 grammes, celles de beurre, à 100, le 23 avril 1945. Des bons d’achat de vêtements et chaussures sont distribués aux sinistrés.

4 Aucun train ne circule sur la ligne Le Havre - Paris jusqu’au 30 octobre 1944 ; aucun tramway pour les quartiers (hauts) de Frileuse, Acacias, Mare-au-Clerc, et les communes de Sanvic, Bléville.

5 Un fonds de chômage est créé.

6 L’UFF forte d’une centaine d’adhérentes par quartier (Aplemont, centre-ville) et dirigée par Marie-Louise Nicolle (jeune résistante communiste) se révèle capable de mobiliser « 800 ménagères » le 12 avril 1945, mais semble redouter la concurrence de la nouvelle organisation des Femmes socialistes.

7 Ce qui contraste singulièrement avec la qualification, élaborée deux mois avant les élections municipales : « Courant, ex-Gauleiter du Havre, instrument de la revanche d’un fascisme qui n’ose pas dire son nom » (Le Havre libre, le 23 mars 1945).

8 Ainsi le lundi 9 avril : 32 000 exemplaires, le mardi 10 avril : 30 200, le jeudi 12 : 10 527, le vendredi 13 : 10 527, le samedi 14 : 10 527, mais le lundi 16 avril et le mardi 17 avril : 30 200.

9 René Cance fait paraître son premier éditorial politique dans Le Havre libre, le 23 mars 1945, il reprend la direction du quotidien communiste local, L’Avenir du Havre, le 9 avril 1945, soit au 9e numéro d’un journal resté hebdomadaire jusqu’au 7 avril ; de même le premier éditorial de Fernand Legagneux, ancien secrétaire de l’UD, paraît dans L’Avenir du Havre du 11 mai 1945.

10 La section du PC est logée au 127, cours de la République, ainsi que la librairie reconstituée.

11 Avec Marcel Dufriche et Étienne Fajon, membre du CC et de l’assemblée consultative.

12 Voir carte 9 : « Le Havre à la Libération (1944-1945) ».

13 Le département revendiqué correspond à l’arrondissement du Havre détaché du département de Seine-Inférieure.

14 Un défilé populaire parti du cercle Franklin vers le Rond-Point rejoint le monument aux morts de la place Gambetta.

15 Congrès du dimanche 4 février 1945. Roland Leroy en est le secrétaire départemental.

16 Il faut aussi mentionner la visite historique du général de Gaulle, le 7 octobre 1944, « au Havre blessé pour la France mais vivant et qui sera grand » (L’Avenir du Havre, 28-29 avril 1945), et celles du ministre de la Reconstruction Raoul Dautry, les 11 décembre 1944 et 25 mars 1945.

17 Ainsi que André Dechavanne, contrôleur principal des PTT, dit ancien combattant 39-40, et André Saussaye, ajusteur, responsable de la FSGT. Voir listes et résultats en annexe 1 à ce chapitre.

18 À Sanvic, la liste dirigée par Louis Robinet est représentative des mouvements de résistance (Front national, OCM, France avant tout, UFF) et des partis (A. Gallais navigateur, adjoint sortant, représentant le PC, est en 5e position, D. Gaudu en 13e).

19 Et même au-delà de la Libération et de l’ordonnance du 3 août 1944 dissolvant toute organisation qui fonctionne dans le cadre de l’acte dit loi du 4 octobre 1941, relatif à l’organisation sociale des professions : il ne laisse la place à Henri Quesnel que le mercredi 6 décembre 1944 (réunion du comité de l’Union des syndicats) ; le texte en est publié par Louis Eudier, ainsi que la lettre écrite par André Vaillant au nouveau secrétaire général, le 24 septembre 1945, dans Notre combat de classe et patriotes, Le Havre, Imprimerie Duboc, non daté, p. 126-131 et 137-139.

20 Avec 17 745 voix, soit 54,8 % des exprimés (voir résultats en annexe 1 à ce chapitre). Sa déchéance prononcée le 25 avril 1945 ne sera pas levée par le jury d’honneur présidé par René Cassin le 27 avril 1945 (publication au JO du 17 juin 1945).

21 Voir les résultats en annexe. René Cance est majoritaire dans le 3e canton dont il a été le conseiller général de 1937 à 1940.

22 La liste Courant est recomposée du fait de l’inéligibilité de Pierre Courant et de Georges Patrimonio.

23 Outre les deux personnalités représentatives du négoce, Jean Raoul-Duval et Jacques Roederer, et les représentants des familles nombreuses (E. Capillon) et des prisonniers de guerre (G. Le Houerou).

24 Il est élu maire, en lieu et place de Pierre Courant, le samedi 19 mai 1945.

25 De 1935 à 1938. Le rejet du parti radical dans l’ensemble de ses composantes est patent en 1945.

26 Et encore René Cance, déclaré capitaine FTPF, a-t-il participé à la Résistance dans la région V (Limousin).

27 Il le rappelle dans sa lettre publiée par Le Havre libre, le lundi 14 mai 1945, en faisant indirectement référence à la formulation utilisée par E. Sicre dans Le Havre libre, 21 octobre 1944

28 Particulièrement pour les communistes, c’est-à-dire les internés et les emprisonnés (communistes et juifs) dont la vie répondait de celle des Allemands blessés ou tués. Voir texte de Pierre Courant, dans Le Havre libre, 16 mai 1945.

29 À la fois dans la presse, avec des comptes-rendus des procès en cour de justice, et dans des manifestations publiques comme le rassemblement opéré le dimanche 3 juin 1945, 8 000 personnes ayant été réunies dans et devant le cinéma Éden, à l’appel de René Cance (éditorial « Demain les déportés politiques accuseront », paru le 2 juin dans Le Havre libre et L’Avenir du Havre).

30 Le second CLL est présidé par Albert Le Clainche (avocat), membre du mouvement L’Heure H, déporté, Roger Mayer (professeur) résistant de l’OCM-Heure H, déporté et Louis Eudier (ouvrier communiste, secrétaire du syndicat des métallurgistes et de l’UL CGT, déporté à Auschwitz).

31 Le mode de scrutin est dénoncé par le PC pour son caractère immoral (panachage) et archaïque (découpage par arrondissements), mais du fait de la personnalité « résistante » de ses candidats (R. Cance, V. Michaut, L. Guérin), il l’avantage.

32 L’hypothèse formulée par Philippe Buton dans Les lendemains qui déchantent, Paris, PFNSP, 1993, est reprise par Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du PCF, PUF, 1995.

33 Comme le révèlent sa presse et le nombre de délégués (150) à la conférence de section du 12 janvier 1947. Voir aussi en annexe 2 à ce chapitre le nombre d’adhérents et d’électeurs en 1945-1946.

34 Leur progression est la plus forte (× 3,2), supérieure à celle des cellules locales (+ 20 %), même si les cellules locales continuent de l’emporter sur les cellules d’entreprise depuis 1945 (voir tableau en annexe 2).

35 L’Avenir du Havre, 7 novembre 1945.

36 La tendance, déjà relevée à la fin des années trente, à donner le nom de dirigeants communistes vivants, nationaux, régionaux et locaux continue à la Libération avec, par exemple, Fernand Chatel, René Cance, résistants.

37 L’entreprise Fecit avait, d’après l’Avenir du 30 octobre 1945, une vingtaine de salariés en 1940, 1 250 à la fin de la guerre.

38 Si l’on en croit Fernand Chatel, instituteur, auteur de 30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix (1920-1950), édité par la fédération de Seine-Inférieure du PCF, en 1951. Voir la première page de L’Avenir du Havre, 5 août 1946 (illustration 16).

39 La loi sur l’indemnisation des dommages de guerre date du 29 octobre 1946.

40 Voir Roger Linet, La CGT : lendemains de guerre (1944-1947), Paris, Hachette, 1995.

41 L’institutrice Lucie Guérin, rescapée de Ravensbrück, a perdu sa fille Claudine, arrêtée et déportée à 17 ans ; l’institutrice Germaine Pican, déportée à Auschwitz, est veuve d’André Pican, fusillé. Victor Michaut a été déporté à Dachau.

42 Marie Toulouzan, femme de fusillé, déportée, décorée ce jour-là, quitte la cérémonie ; le chef de bataillon Mahé vient présenter des explications et des excuses à la rédaction du journal communiste local.

43 Commémoration des 9e et 10e anniversaires de la résistance au soulèvement armé de 1936, célébration de la mort de José Diaz, secrétaire général du PCE, création d’un comité France-Espagne, meetings pour la rupture des relations avec Franco les 12 février et 5 mars 1946.

44 L’Avenir du Havre, 27 décembre 1945 (G. Civet de passage au Havre), et 12 et 13 janvier 1946.

45 Selon le message de Staline aux cinéastes, en janvier 1935.

46 Le Havre libre, 4 janvier 1946.

47 Voir R. Linet, La CGT : lendemains de guerre, op. cit., p. 103-104 et p. 94.

48 Juges, administrateurs, délégués, membres des CE…

49 Les manifestants défilent boulevard de Graville, boulevard de l’Amiral-Mouchez, puis en direction de l’hôtel de ville, et reviennent à Franklin.

50 Cette politique est condamnée par le bureau politique le 30 avril 1947, dénoncée par Maurice Thorez le 1er mai, invoquée pour justifier le refus de voter la confiance au gouvernement Ramadier par les députés communistes.

51 En présence de Fernand Legagneux, secrétaire général de l’UD, communiste.

52 Par exemple, un bal est organisé le 14 octobre 1945, salle Béreult, au profit des « œuvres sociales » de l’Avenir avec un orchestre de jazz.

53 « Semaine de l’enfance victime… », Le Havre libre, 19 février 1946. Le comité est présidé par un adjoint indépendant (Lenoble).

54 L’Avenir du Havre, 3 août 1945.

55 L’Avenir du Havre, 12 juillet 1946.

56 Le HOT privilégie les sports populaires : course à pied, cross, cyclisme, boxe, basket. Voir Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1957 et 1970.

57 Voir Annette Wieviorka, Déportation et génocide, Paris, Plon, 1992.

58 Le comité de défense des sinistrés et intérêts généraux du plateau d’Aplemont est créé le 22 novembre 1944. Voir Philippe Manneville, « Provisoire et transition », Le Havre. Volonté et modernité, Le Havre, La Galerne, 1992.

59 Cette loi, votée le 29 octobre 1946, est analysée longuement dans le livre de François Billoux, Quand nous étions ministres, Paris, Éditions sociales, 1972, et la thèse de Danièle Voldman, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954, Paris, L’Harmattan, 1997.

60 Ces mesures s’ajoutent aux 15 000 réquisitions opérées jusqu’au 31 décembre 1945 (ministère Dautry), selon l’ordonnance du 11 octobre 1945.

61 Voir Jacques Tournant, « Le Havre et Auguste Perret. Souvenirs d’un de ses adjoints », dans G. de La Porte, dir., Le Havre, volonté et modernité, op. cit., p. 145.

62 Voir les tableaux des résultats en annexe 1 et la carte 10 : « Les victoires électorales du PC en 1945 (cantonales et législatives) ».

63 Ce candidat était pourtant présent dans la première liste (radicaux, communistes, socialistes, MRP…) présentée au premier tour des municipales de 1945. Il y figurait au titre des familles nombreuses.

64 Avec 28,2 % d’abstentions. Voir les résultats complets en annexe 1 et la carte 11 : « La 2e circonscription dite du Havre (constituantes et législative de 1945-1946) ».

65 Les deux femmes élues dans la circonscription de Rouen, Lucie Guérin et Germaine Pican, sont deux institutrices communistes engagées dans la Résistance et déportées. Voir L’Avenir du Havre, 12 novembre 1946 (illustration 17).

66 Annoncé par le discours du général de Gaulle à Bruneval (Seine-Inférieure) le 30 mars 1947, il est officiellement fondé le 7 avril.

67 Avec 18 voix de droite et 1 voix socialiste, le 25 octobre 1947. Voir résultats en annexe.

68 Titre d’un film projeté à la veille des élections à la seconde Constituante, samedi 1er juin 1946 à l’Éden.

69 Actualisé sous la forme du programme commun à la « délégation des gauches » (5 novembre 1945).

70 L’expression est utilisée par exemple dans des articles de L’Avenir du Havre, 31 août 1946 et 9 et 10 novembre 1946.

71 Ainsi tendent à le démontrer Ph. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., ou S. Courtois et M. Lazar, Histoire du PCF, op. cit.

72 Maurice Agulhon, Histoire de France. La République de 1880 à nos jours, Paris, Hachette, 1987, et « Les ouvriers et la République » Historiens-géographes no 350, octobre 1995 ; Yves Lequin, « Le temps de la lutte des classes », L’Histoire, no 195, janvier 1996.

73 Cette thèse, développée par Ph. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., est reprise par S. Courtois et M. Lazar dans Histoire du Parti communiste français, op. cit.

74 Mikhaïl Narinsky, « Staline et Thorez, 1944-1947 », séminaire de doctorat de l’IEP, 21 février 1996.

75 D’où la réaction, orchestrée par le PC, d’ouvriers du bâtiment qui défilent en criant « À bas Blum » (F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit.).

76 En premier lieu, Henri Gautier, auteur par exemple de Jean le prolo, La Lutte. Voir chapitre 1.

77 Tréfileries (en 1944), Forges et chantiers de la Méditerranée (en 1945).

78 Est-ce un écho à la querelle du réalisme, déclenchée par Aragon dans Les Lettres françaises et L’Humanité du 7 décembre 1946 ? Voir S. Courtois et M. Lazar, Histoire du PCF, op. cit., p. 229-230.

79 Sa pièce Les Nuits de la colère est jouée au théâtre Marigny par Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault.

80 Pour une analyse générale, voir Pascal Ory, L’aventure culturelle française (1945-1989), Paris, Flammarion, 1989.

81 Voir Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, et Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), DEA, IEP Paris, 1987.

82 L’Avenir du Havre, 10 juillet et 10 août 1946.

83 L’Avenir du Havre, 16 et 17 février 1946.

84 D’après les archives Vassart citées par le dictionnaire Maitron. Georges Déziré aurait été secrétaire d’une fédération de 7500 adhérents avec 186 cellules locales et 122 cellules d’entreprise.

85 D’après Fernand Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 83.

Table des illustrations

Légende Carte 9 – Le Havre à la Libération (1944-1945)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Légende Illustration 16 – L’Avenir du Havre, lundi 5 août 1946
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Légende Carte 10 – Les victoires électorales du PC en 1945 (cantonales et législatives)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Carte 11 – La 2e circonscription dite du Havre (constituantes et législative de 1945-1946)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Illustration 17 – L’Avenir du Havre, mardi 12 novembre 1946
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Résultats du Havre aux élections à la première Assemblée constituante (bilan des 6 cantons et de la 2e circonscription)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Résultats du Havre, de Sanvic et de Bléville
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Résultats de la circonscription
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Résultats du Havre et de l’arrondissement
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1197/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search