Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Ire partie. Des crises à la guerre froide (1922-1947)

Chapitre 4. Les années troubles et les souvenirs de gloire : Résistance et déportation (1938-1944)

Texte intégral

La fin du Front populaire et la grève du 30 novembre 1938

1Après la double victoire électorale des cantonales d’octobre 1937, le PC est confronté à une série d’échecs et de défaites. Privé d’alliés puis atteint dans ses bases ouvrières, il est à terme menacé de disparition par la répression antisyndicale de la fin de l’année 1938, puis le décret de dissolution de septembre 1939.

  • 1 Mais aussi anarcho-syndicaliste : ainsi le journal de l’UL CGT, dominé par les anarchosyndicaliste (...)
  • 2 L’Avenir du Havre, 21 avril 1938.

2Le premier échec est celui de la stratégie de Front populaire, avec la démission du second ministère Blum et la formation d’un gouvernement Daladier sans participation socialiste (avril 1938), puis le retrait des Brigades internationales (octobre 1938) précédant la défaite du gouvernement républicain espagnol. Le renversement d’alliance politique opéré par le parti radical se traduit par une remise en cause des lois sociales de 1936 (les 40 heures et les conventions collectives). Une première expression du mécontentement syndical, communiste1 contre l’arbitrage obligatoire et le refus d’augmenter le pouvoir d’achat ouvrier (avril 1938) est suivie d’une première grande mobilisation (le 2 septembre 1938 aux Expos) après l’autorisation donnée aux premières dérogations à la loi des 40 heures. Dans un second temps, la condamnation par le PC des accords de Munich (30 septembre 1938), la rupture avec les prises de position pacifistes dominantes chez les radicaux (et les socialistes) aggravent la rupture avec l’ancien allié radical. Plus encore les initiatives du nouveau tandem Daladier-Reynaud, la publication des décrets-lois des 12 et 13 novembre 1938 accréditent l’idée d’une réaction politique et d’une contre-offensive patronale contre des conquêtes sociales déclarées, dans la presse communiste, « intangibles et définitives »2 et déterminent une riposte syndicale, sous la forme de la grève générale du 30 novembre 1938, voulue par les ex-autonomes et les ex-unitaires de la CGT, auxquels s’est ralliée la tendance Jouhaux.

  • 3 Vérités, novembre 1937 ; Havre socialiste, no 2, 6 mai 1938 (voir illustration 9), Jean Binot en e (...)

3Les dernières manifestations d’unité politique et syndicale durent au Havre jusqu’à la fin de l’année 1938, sur fond de crise et de chômage, se traduisant par la commémoration des luttes de février (1934), le dimanche 13 février 1938, en présence du secrétaire de l’UL CGT (anarcho-syndicaliste), du secrétaire fédéral du PC, de représentants des sections locales de la SFIO (dont le président socialiste du Rassemblement populaire) et du parti radical - radical-socialiste, et de la représentante du CVIA. Un 1er Mai de « défense ouvrière », d’environ 20 000 personnes qui défilent, drapeau rouge en tête, de la Bourse du travail à l’hôtel de ville, aller et retour, est suivi de l’organisation de la solidarité avec les républicains espagnols et d’abord de l’accueil des réfugiés. Mais déjà les contradictions internes à la CGT entre les trois tendances, les ex-unitaires, les ex-confédérés et « syndicats » de René Belin, se doublent de débats sur la priorité à donner aux réformes de structure3 ou à l’action immédiate, à la recherche de compromis ou à la dénonciation de la « colonisation communiste » des structures syndicales, autant d’affrontements dramatisés par l’opposition entre pacifistes et « résistants ».

  • 4 Voir des affiches appelant à la grève dans Françoise Cahier, La classe ouvrière havraise et le Fro (...)

4C’est dans ces conditions dégradées qu’est lancé, à la suite du congrès de Nantes, auquel participe le secrétaire départemental (communiste) Legagneux, le mot d’ordre de grève générale du 30 novembre, sans manifestation ni occupation4. Faisant suite à un grand meeting (25 000 personnes) le 26 novembre 1938, et à une grève avec occupation d’usine de 117 ouvriers (sur 237) qui protestent contre le licenciement d’une cinquantaine de salariés dans l’entreprise de pâtes alimentaires Bertrand, les 27 et 28 novembre, la fermeture de l’usine et le réembauchage des non-grévistes préfigurent exactement le mois de décembre 1938.

5La grève du 30 novembre est, d’après les rapports de police (étudiés par Françoise Cahier), faite par 14 733 salariés sur 24 228 recensés (soit 60,8 %), elle est donc un succès relatif et non « l’échec total » décrit parfois, mais plus intéressante est la répartition des grévistes par secteurs d’emploi : l’on constate alors que les forts taux de participation intéressent les inscrits maritimes (100 %), les ouvriers du port (97,6 %), les camionneurs (91,8 %), les métallurgistes (89,4 %), les charbonniers (82,4 %), soit, avec les produits chimiques, des syndicats dirigés par des communistes et secondairement par des anarcho-syndicalistes (dockers). Il apparaît aussi que le mouvement s’accompagne parfois d’occupation (à la Transat, chez Schneider devenu ACH). Par contre les services et transports publics, la fonction publique ne participent que très faiblement (147 grévistes sur 5 317 salariés, c’est-à-dire 2,7 % dans l’administration) et 30 instituteurs sur 500 (6 %), soit par un choix délibéré, soit par l’effet des réquisitions dans les transports ferroviaires et maritimes ou les administrations.

Illustration 9 – Havre socialiste, hebdomadaire des sections socialistes SFIO, 6 mai 1938

6La répression est très dure dans les entreprises du secteur nationalisé (Schneider/ACH, Bréguet/SNCAN) comme dans le secteur privé (métallurgie, chimie, bâtiment), avec des licenciements collectifs (1 500) et un réembauchage individuel, d’où la réaction des 5000 marins et ouvriers métallurgistes réunis le 3 décembre, qui demandent, piquets de grève à l’appui, jusqu’au 9 décembre, la réintégration collective des licenciés. Parallèlement des syndicats dits professionnels ou autonomes, en rupture avec la CGT et les directions communistes, sont créés dans l’industrie pétrolière, chez les inscrits.

  • 5 D’après Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes, Le Havre, Imprimerie Duboc, non daté (...)
  • 6 Les 17 et 18 décembre 1938.
  • 7 Ou il a abandonné, d’après le rapport de police, transmis après perquisition à son domicile, le 5 (...)

7Ce sont en effet les marins qui sont les plus sanctionnés5 : réquisitionnés – leurs dirigeants ayant été recherchés puis arrêtés –, condamnés à des amendes par le tribunal correctionnel, ils doivent reprendre le travail, le 10 décembre, quand ils ne sont pas contraints à changer de port d’embarquement. Il reste à la mi-décembre au moins 152 « fortes têtes », ouvriers non réintégrés et en particulier les délégués du personnel (10 sur 12 ont été éliminés chez Bréguet). Le découragement est patent et les divisions exacerbées. C’est en décembre 1938, au congrès départemental CGT6, que le secrétaire communiste Fernand Legagneux doit argumenter sur le caractère non politique de la grève. La section des marins a perdu au mois de juin 1939 la moitié de ses effectifs, son secrétaire (Maurice Cantais) a été déplacé7 et l’un des dirigeants du syndicat des inscrits maritimes a fait scission et a été exclu du PC (Jacques Torracinta). Quant à la section locale dirigée par René Cance, elle cesse de faire paraître régulièrement, en mai 1939, son hebdomadaire l’Avenir. C’est donc un parti communiste très affaibli qui doit affronter le retournement de conjoncture de l’été de 1939.

Les conséquences des pacte et traité germano-soviétiques et l’extension de la répression (1939-1941)

  • 8 ES Aplemont, Rond-Point, US Corderies, 2e canton…

8La signature du pacte germano-soviétique le 23 août 1939, la saisie puis l’interdiction de la presse communiste (L’Avenir du Havre, le 26 août 1939), l’entrée de la France dans la guerre contre l’Allemagne, le 3 septembre, et la mobilisation de cadres communistes, la dissolution du PC et des organisations affiliées à l’Internationale communiste, la JC, l’UJFF, le Secours populaire, Paix et liberté, le 26 septembre, les perquisitions (42 effectuées au Havre entre le 27 septembre et le 15 novembre 1939), les saisies de biens, de locaux, sièges et librairie, et de matériel, les enquêtes puis les radiations d’ouvriers « affectés spéciaux » ont entraîné l’éclatement des structures et la dispersion des militants. C’est progressivement tout le réseau des associations communistes, en plus de six clubs sportifs8 adhérant à la FSGT, qui fut démantelé.

  • 9 D’après le communiqué de la direction de l’UL CGT paru dans Le Petit Havre du 23 novembre 1939. Le (...)
  • 10 Selon les témoignages de survivants cherchant à expliquer leur attitude, voire à justifier leur ad (...)

9Les initiatives soviétiques, la signature des pacte et traité avec l’Allemagne nazie ont eu des effets déstructurants plus sur les militants que sur les cadres communistes. Au conseil général de Seine-Inférieure, les deux conseillers communistes, René Cance et Lucien Vallée (de même que les conseillers d’arrondissement, Georges Déziré et Jules Le Troadec), ont refusé de désavouer le pacte germano-soviétique et ont été exclus des travaux de l’assemblée (Le Petit Havre du 6 novembre 1939). Par contre à la base, de la surprise, de la perplexité ont été exprimées, il y a eu des départs massifs et silencieux (il ne reste qu’une cinquantaine d’adhérents en 1940-1941), quelques doutes ont été émis (comme en témoigne le débat entre Favennec et Gander, de la direction du syndicat des inscrits et de la section des marins communistes, arbitré par Louis Eudier), mais il semble qu’une première réaction ait été d’attendre un complément d’informations et d’explications, puis de « faire confiance » à la direction du PCUS, de l’Internationale et du PC. Enfin, confrontés à une avalanche de sanctions politico-syndicales (exclusions, déchéances, révocations) et économiques (mutations autoritaires, licenciements, radiations), les militants et cadres communistes isolés, dénoncés (par la direction de l’UL CGT) comme étant « des auxiliaires français du gouvernement russe »9, physiquement agressés par des dockers anarcho-syndicalistes ou par des conseillers généraux non communistes, ont eu « un réflexe élémentaire d’autodéfense et de solidarité », ne voulant pas « se renier » face à des adversaires coalisés10.

  • 11 AD 1 M 565 (réorganisation des syndicats après dissolution du PC) : le 4 mars, pour les chauffeurs (...)

10Les premiers soumis à l’obligation du désaveu public (du pacte) ont été les cadres et les militants syndicaux confrontés, à partir du 18 septembre, à la volonté de la tendance majoritaire du bureau confédéral (Jouhaux/Belin) d’exclure les directions communistes et de dissoudre les syndicats qui ne condamneraient pas explicitement le pacte. Les ex-unitaires ont alors élaboré deux types de réponses à l’injonction fédérale et tenté de préserver une organisation légale. Comme l’armée (française) occupait la Bourse du travail et reléguait la direction de l’UL au siège de l’imprimerie coopérative, 105, rue Hélène, puis dans le local des agents du service général à bord (ASGB), 11, rue Palfray, les dirigeants syndicaux d’appartenance communiste ont choisi de replier leurs organisations au siège du syndicat des inscrits, 32, rue Fulton et 15, rue de Prony, dans le quartier de l’Eure (3e canton), puis cinq secrétaires ont refusé de dénoncer le pacte germano-soviétique et leurs syndicats ont été immédiatement dissous, leurs dirigeants arrêtés et leurs biens saisis. Ce fut le cas pour les produits chimiques dirigés par Marcel Monnet, le 18 décembre 1939, les chauffeurs routiers, dont le secrétaire était Gustave Avisse, les cordonniers dirigés par Buray, le syndicat de l’habillement ayant à sa tête Laudéa et celui de l’alimentation (usine de pâtes alimentaires Bertrand) dirigé par Hébert, les 4 et 7 mars 194011. Il n’en fut pas de même pour la métallurgie.

  • 12 Une délégation est envoyée auprès du sous-préfet et une allocation d’attente est obtenue pour les (...)
  • 13 Une lettre de Louis Eudier, secrétaire de l’Union syndicale de la métallurgie, est adressée au com (...)

11Le syndicat de la métallurgie (11 000 adhérents en 1938), dont le secrétaire général était Louis Eudier, engagea quelques manœuvres de retardement. Dans un premier temps, il évita de se prononcer publiquement et d’engager l’organisation, puis reprenant l’idée du syndicat des ouvriers du chemin de fer, il organisa une consultation sur la prise de position confédérale, en deux lieux (32, rue Fulton et 238, boulevard de Graville, dans les quartiers de l’Eure et des Neiges) et cinq journées (les 9, 10, 12, 13 et 17 décembre 1939). Seuls 275 adhérents s’exprimèrent sur 5500 inscrits (5 %) ; 165 oui (60 %) et 99 non (36 % des exprimés) furent décomptés. Eudier démissionna officiellement de son poste, en le transmettant à Édouard Gibeaux, ancien secrétaire à l’organisation et non communiste, tout en restant appointé : il continua à diriger l’appareil légal, qu’il fit aussi fonctionner de manière clandestine, suivant les consignes de l’Internationale communiste et de la direction communiste, illégale, de la CGT (par exemple Frachon). Puis il reprit son titre de secrétaire général et avec l’aide de deux militants communistes, René Panel et Louis Richard, relança l’action syndicale légale, au profit des sinistrés et des chômeurs12, tout en diffusant la presse clandestine (L’Humanité, La Vie ouvrière), et en organisant, dans les usines, des groupes de résistants. Il y a là toute l’ambiguïté de la période 1939-1941 : d’un côté, au titre de leurs responsabilités officielles à la tête du syndicat de la métallurgie, Eudier, Panel, Richard entretinrent des relations administratives avec les autorités militaires allemandes13, les représentants du gouvernement de Vichy et les organisations patronales havraises ; de l’autre, ils continuèrent à développer clandestinement, dans des tracts et journaux d’usine, des « analyses inspirées de la IIIe Internationale et de la direction clandestine de la CGT » (d’après les archives du cabinet du préfet).

  • 14 Après enquête auprès des dirigeants, ex-autonomes, de l’UL et de la chambre syndicale patronale de (...)
  • 15 Ou de compromettre Louis Eudier et d’autres militants communistes ?
  • 16 AD 1 M 565, 29 juillet 1941.
  • 17 Louis Eudier l’écrira lui-même dans son livre Notre combat…, op. cit., et André Vaillant s’en défe (...)

12Mais s’il y eut double langage et double pratique, de quelle nature fut l’intervention ? Il semble bien qu’elle ait été de caractère social et non patriotique, de finalité révolutionnaire et non antifasciste, de défense ouvrière et non de refus de l’occupation militaire. Il semble aussi que le patronat local l’ait entendu ainsi et qu’il refusa de collaborer avec Louis Eudier « eu égard à sa conduite et à ses interventions passées » (1936-1938), de même pour le préfet qui refusa de donner un avis favorable à la candidature d’Eudier au poste de représentant syndical14 dans la commission paritaire de chômage, le 18 juin 1941. Il semble enfin qu’une fraction de l’appareil syndical CGT, du secrétaire (anarcho-syndicaliste) de l’UL, André Vaillant, jusqu’au secrétaire de la Fédération des métaux, Marcel Roy, ait tenté de rallier15 Louis Eudier aux thèses de la Révolution nationale, allant même, après son arrestation, jusqu’à tenter une démarche (Marcel Roy était membre du Conseil national) auprès du secrétariat d’État au travail16, mais Louis Eudier a peut-être aussi été dénoncé comme communiste17, ce qui provoqua son arrestation par la police allemande, le 12 juillet 1941, son emprisonnement au Havre puis à Rouen, son internement à Compiègne et sa déportation à Auschwitz.

13Il reste que la tendance syndicale, attachée à l’autonomie ouvrière, défendant pied à pied les conquêtes sociales, tout en ne perdant jamais de vue les finalités révolutionnaires, n’a jamais cessé de fonctionner dans le parti communiste. Elle a été, via Benoît Frachon, relayée à l’échelle départementale par Paul Lemarchand, secrétaire intérimaire de l’UD, puis localement par Louis Eudier, à l’origine d’une première forme de réorganisation du parti communiste, dans les syndicats et les usines, lui affectant des locaux (le siège du syndicat des marins est devenu base de repli du syndicat des métaux), du matériel d’impression, des réseaux de diffusion de la presse clandestine.

  • 18 R. Le Marec, R. Pantier, L. Eudier.
  • 19 AD 1 M 306, 4 avril 1940, IIIe région militaire, camp de Meuvaines. De même André Pican (un des se (...)
  • 20 Comme Fernand Legagneux, secrétaire général de l’UD CGT.

14Pour autant elle n’a pas résolu les problèmes de la direction politique, les cadres étant dispersés soit par l’exode, à partir de mai-juin 1940, soit par la mobilisation (y compris sous la forme de réquisitions civiles)18, soit par l’internement en camps ouverts à partir du printemps 1940. Des dirigeants de section (ville et marins) comme Grenier, Famery, Parisse ont alors été internés pour être transférés dans le grand camp de Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne) ou dans le petit camp de Meuvaines (Calvados)19 ; Jules Le Troadec a été affecté à la deuxième compagnie disciplinaire, au camp du Ruchard en Indre-et-Loire, près de Chinon20 ; quant à René Cance, il a été assigné à résidence à Gournay-en-Bray puis « déplacé par mesure disciplinaire », le 15 novembre 1940, à l’école d’Évricourt (Oise), sa femme Gabrielle étant mutée d’office à l’école de Saint-Jean-du-Cardonnay (région rouennaise).

  • 21 Dans le même temps, Eugène Friot, devenu communiste, fut déchu de son mandat de conseiller municip (...)
  • 22 BAVCC Caen, dossiers individuels.

15L’aggravation de la répression à l’égard de ceux qui ont été qualifiés de « défaitistes », avec l’application de la loi de déchéance du 20 janvier 1940, priva de leurs mandats de conseillers généraux et d’arrondissement d’abord René Cance et Lucien Vallée, le 2 février 1940, puis Jules Le Troadec et Georges Déziré le 9 février21. Les condamnations par le tribunal militaire de Rouen, le 9 avril 1940, de Roger Pantier, Marcel Franchemiche et Kleber Vasseur22, arrêtés pour avoir collé des papillons portant des « inscriptions communistes » ou pour « attitude antimilitariste », à de lourdes peines de cinq années d’emprisonnement et 5000 francs d’amende (Le Petit Havre, 12 avril 1940) ont rendu plus dramatique encore la situation des cadres communistes, empêchant toute reconstitution de l’appareil. Mais la démobilisation, les retours d’exode et l’élaboration d’une nouvelle ligne politique, après la tentative de reconquête de la légalité partisane, ainsi que des libérations d’internés politiques, allaient, à l’automne 1940, inverser l’ordre des choses.

  • 23 Ainsi, d’après Jean Legoy, le 3 octobre 1939, un clerc d’huissier et trois jeunes femmes, deux ins (...)

16Quant aux militants restés sur place, réformés, s’ils n’ont pas été victimes de perquisitions et d’arrestations, ils adoptèrent deux attitudes différentes. Les uns essayèrent de se faire oublier, attendant des jours meilleurs ou l’opportunité d’une action politique, ce qui suppose qu’ils aient eu un « contact ». Les autres continuèrent à avoir une expression publique s’exprimèrent sous la forme de déclarations pacifistes, à caractère antimilitariste, ou prosoviétique, ou d’appartenance au parti communiste, et ils risquaient, pendant la drôle de guerre, jusqu’en mai 1940, d’être arrêtés et jugés par des tribunaux correctionnels23. Bien plus, en faisant circuler la presse clandestine (L’Humanité, La Vie ouvrière, L’Avant-garde) sous forme d’exemplaires dactylographiés et ronéotypés, ou en collant des papillons et en distribuant des tracts, ils s’exposaient à une comparution devant un tribunal militaire français puis allemand.

17Ceux qui furent arrêtés début décembre 1939 furent jugés et condamnés en avril 1940 à des peines d’emprisonnement, puis ils furent transférés dans diverses prisons et à terme internés à Compiègne. Devenus otages, par mesure de représailles aux actions armées de la Résistance communiste, ils furent fusillés sur place, tel Roger Lhévéder exécuté le 14 février 1942, ou déportés comme Kleber Vasseur, à Mauthausen, le 22 mars 1944 et Marcel Franchemiche, à Buchenwald, le 18 août 1944.

  • 24 Témoignage de Gustave Avisse enregistré et déposé aux archives de Seine-Maritime.
  • 25 AD 1 M 306 : un rapport du commissaire divisionnaire au sous-préfet, du 23 avril 1940, fait état d (...)
  • 26 Voir Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1990.

18Les communistes mobilisés en septembre 1939, qui ont rejoint leurs unités24 (dans la logique du vote des crédits de guerre par les députés du PC) et qui n’ont pas déserté, peuvent être divisés en deux tendances. Certains, gagnés par des thèses pacifistes, voire défaitistes, purent aller jusqu’à se mutiler pendant une période de permission25. D’autres, voulant se battre, sont confrontés à une série d’expériences problématiques, celle de l’incapacité du commandement26 et de conduites à la limite de la trahison, celle de l’infériorité numérique et technique de l’armement, et celle de la surdétermination des enjeux militaires par des logiques politiques. À terme, ceux-là (Avisse, Gruenais) étaient moralement prêts, après leur démobilisation, à se remettre au service de leur parti et de la Résistance, donc à engager une action de type politico-militaire.

Carte 7 – Le PC au Havre de l’été 1940 à l’été 1941

19Il y a donc eu une triple filière de reconstitution des organisations dissoutes, en relation avec la direction nationale clandestine (Duclos, Frachon, Tillon) et avec l’Internationale communiste. D’abord, la filière syndicale est reconstituée par Paul Lemarchand qui, depuis la mobilisation, l’internement de Fernand Legagneux, jouait le rôle de secrétaire intérimaire de l’UD CGT, tout en étant membre de la direction fédérale clandestine du PC. Elle fonctionna avec deux secrétaires syndicaux, Gustave Avisse, ancien secrétaire du syndicat des chauffeurs (dissous), ancien membre du comité de section des cellules du port, et Louis Eudier, secrétaire (sans le titre) du syndicat légal de la métallurgie.

  • 27 L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 66 ; A. Duroméa, André Duroméa raconte : la Résistance, la (...)

20La deuxième filière fut politique. Représentée par Georges Déziré et André Pican (ancien secrétaire fédéral et ancien directeur de L’Avenir normand), elle promut les réformés, les radiés de l’affectation spéciale puis les démobilisés de l’été 1940, soit dans un premier temps René Cance, assigné à résidence dans le pays de Bray, mais dont la présence (clandestine) est attestée par plusieurs témoignages27, celui de Louis Eudier, à la permanence des marins et des métallurgistes, rue Fulton, et celui d’André Duroméa parlant de la première réunion clandestine à laquelle il fut convié, à l’été 1940, chez les Duth, rue Casimir-Delavigne, non loin de l’ancien siège de la section de ville. Dans un second temps, trois hommes allaient former un triangle de direction locale : Lionel Jouet, employé de banque, ancien rédacteur de politique étrangère à L’Avenir du Havre dirigé par René Cance, André Duroméa, ancien ajusteur à la CEM, chargé de l’impression et de la diffusion du matériel d’information et de propagande, et Gustave Avisse, responsable des cadres et de la réorganisation.

  • 28 Fernand Chatel (30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditio (...)

21Le dernier réseau fut celui des Jeunesses communistes dont la fédération clandestine fut reconstituée en août 1940, dans un café de Petit-Quevilly (région rouennaise) tenu par Mme Castelli28, à partir d’un noyau de jeunes ouvriers et de jeunes normaliens ; c’est ainsi que Fernand Chatel, instituteur nommé à Bléville (banlieue du Havre), reprit contact avec la direction fédérale et locale, puis avec le fils d’une épicière de la rue Jean-Bart (près du Rond-Point), Mme Chicot, dont le commerce allait tenir lieu de point de rencontre et de boîte à lettres.

22La première organisation clandestine, de la fin de l’été 1940 à celui de 1941, fut donc constituée d’éléments jeunes, ouvriers et instituteurs, outre, d’après Chatel, une bonne partie des anciens des Brigades internationales et de la compagnie France-Navigation (Famery, Vernichon, Lhévéder, Couillard, Nicol, marins issus des 3e et 4e cantons, de l’ancienne commune de Graville, ou encore, à Rouen, l’officier Pierre Corniou, né au Havre).

  • 29 A. Duroméa, André Duroméa raconte…, op. cit., p. 56 : « Chez Maurice Lecat, rue Bellefontaine [4e (...)
  • 30 F. Chatel, entretien VA/IT du 26 mai 1981. Des inscriptions sont tracées, avec du minium pris aux (...)
  • 31 L’imprimerie était dans la maison de Darnetal, prêtée par A. Dissoubray, père de Madeleine Dissoub (...)
  • 32 Le Métallo est paru du 15 septembre à décembre 1941 ; un numéro 3 est daté du 5 février 1942. Voir (...)

23Les tâches politiques étaient de réorganisation partisane, de développement de ce que l’on appelait antérieurement « l’agit-prop » et de remobilisation sur des objectifs sociaux. Il y eut donc un double réseau d’organisation, de nature syndicale, à partir des usines, sur la base d’une défense des droits (respect des compétences, des horaires, question des salaires) mais aussi d’une prise en charge des démobilisés, des chômeurs, des victimes des bombardements, et une structure politique clandestine s’adressant à l’opinion publique, par des tracts, des papillons encollés à la gomme arabique29 et des inscriptions au minium30. De plus les Jeunesses diffusaient L’Avant-garde, en particulier le jour de la visite au Havre, à Saint-Thomas-d’Aquin, de Georges Lamirand, secrétaire général chargé de la jeunesse, en avril 1941. La grande affaire restait celle de la diffusion de la presse, des journaux nationaux d’abord, L’Humanité, transmise dactylographiée, puis ronéotypée à partir de février-mars 1940, La Vie ouvrière, L’Avant-garde, avec parfois au milieu, un carré blanc laissé pour être utilisé à des fins locales, puis de la presse régionale, L’Avenir normand imprimé en très petits caractères dans l’imprimerie clandestine31 organisée au printemps (avril) 1941 par André Pican et L’Avenir du Havre, jusqu’au journal d’usine Le Métallo32 ou La Voix des chômeurs. Le grand problème était donc celui du papier, des stencils, de la ronéo et de l’encre, et pour le matériel arrivé de Rouen ou de Paris, celui de son acheminement. Dans ce dernier cas, la solution trouvée était le transport de marchandises par colis, valises ou coffre, récupérés à la gare de chemin de fer ou convoyés par un chauffeur (Leneveu) de la Compagnie normande d’autobus, attendu soit au Rond-Point, soit au bar du HAC, boulevard de Strasbourg, au siège de la CNA.

  • 33 L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 71 ; A. Duroméa, enregistrement VA/IT, et G. Avisse, enregi (...)

24Quant au papier, plus de 20 000 feuilles par semaine, ainsi que l’encre, étaient achetées à un imprimeur du quartier de l’Eure, Adrien Baudouin, 16 bis, boulevard Amiral-Mouchez, et livrés à André Duroméa, par Roger Lhévéder ( ?) habitant 18, rue Bellot, dans le même 3e canton. Les témoignages divergent aussi sur l’origine de la ronéo : est-elle celle du syndicat des marins, disparue avec la complicité de Maurice Vernichon (inscrit maritime) et de Louis Eudier et Georges Plougonven33 (métallos), ou est-elle celle de la section de la rue Casimir-Delavigne planquée par Désiré Renault, à Sanvic, avant d’être utilisée par André Duroméa ? Ce dernier, chargé de l’édition des tracts et des journaux, eut quatre planques successives dans le 4e canton de la fin de 1940 à l’été de 1941 : la première chez son beau-frère absent, passage Montmirail, la deuxième chez un ami de son père, artisan ébéniste, impasse Greuze, la troisième, chez ses beaux-parents réfugiés, rue de l’Épargne avec deux sorties, et la dernière chez son père, artisan serrurier et fumiste, 287, rue Aristide-Briand.

  • 34 Le Petit Havre, mercredi 1er janvier 1941 : la ville est condamnée à une amende d’un million de fr (...)
  • 35 Le Petit Havre, 19 juillet 1940, cité par L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 57.
  • 36 F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 57.

25Alors que la population havraise pouvait se livrer ponctuellement à des « démonstrations antigermaniques », comme dans la salle de cinéma Le Sélect, boulevard de Strasbourg, lors de la projection des actualités, le dimanche 29 décembre 194034, ou qu’un jeune télégraphiste du nom de Gustave Somerville, se disant communiste, allait insulter la gérante d’un bar de la rue Bazan (2e canton) qui accueillait des officiers allemands, en criant que c’était une honte : « À bas Hitler », et être condamné, par le tribunal militaire allemand, à trois mois de prison à l’audience du 17 juillet 194035, la seule manifestation collective fut celle de 80 ménagères, qui le lundi 12 mai 1941, à Montivilliers, firent signer, par 566 personnes, une pétition demandant un meilleur ravitaillement, suite à la baisse de la ration journalière de pain36.

  • 37 Voir Claudine Cardon-Hamet, Les 45 000. Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942, (...)

26Les archives policières et les rapports des préfets constatent que dans la période de la drôle de guerre, il n’y eut pas de sabotages, mais comme les autorités administratives et militaires cherchaient à prévenir tout risque et à interdire toute activité politique aux communistes, elles procédèrent à des perquisitions, des arrestations, des emprisonnements et/ou des internements en camps. Dans la période qui commença avec l’occupation militaire allemande, le 13 juin 1940, la collaboration des polices françaises et allemandes, auxquelles s’ajoutèrent les gendarmeries, amena une seconde série d’arrestations de cadres communistes : Roger Lhévéder, le 7 décembre 1940, interné à Compiègne, devenu otage, et fusillé le 14 mars 1942 ; Jean et Henri Ferrand, emprisonnés, le 18 mars 1941, dans le quartier allemand de la prison du Havre ; Léon Bellanger, Marcel Couillard, Maurice Granjon et Maurice Vernichon arrêtés fin janvier 1941, condamnés le 19 mars à des peines d’emprisonnement, mais à la date de leur libération transférés à Compiègne, inscrits sur des listes d’otages et déportés à Auschwitz-Birkenau par le convoi du 6 juillet 1942, à titre de représailles37.

27L’entrée en guerre de l’URSS entraîna, à la fin de juin 1941, une troisième série d’arrestations et d’internements de cadres communistes dans le camp allemand de Compiègne, suivis de déportations : Eugène Friot (arrêté à deux reprises, en juin et en octobre) et Jules Le Troadec sont déportés à Auschwitz-Birkenau, le 6 juillet 1942, par le convoi dit des 45 000, Georges Plougonven l’étant à Sachsenhausen le 24 janvier 1943. Puis une quatrième série de cadres dits « syndicaux » furent arrêtés le 12 juillet 1941, Louis Eudier, Gaston Mallard, Louis Richard, Eugène Thépot, quatre ouvriers métallurgistes déportés eux aussi à Auschwitz-Birkenau, le 6 juillet 1942.

  • 38 De nouveaux militants furent alors arrêtés, dont Alphonse Demarais, cheminot, déporté à Sachsenhau (...)

28Il reste qu’une certaine « agitation sociale » fut constatée, à l’approche du 1er mai 194138, déclaré officiellement « Fête du travail et de la paix sociale », et surtout, depuis mars-avril 1941, la propagande clandestine (L’Avenir normand, L’Humanité et L’Avant-garde) s’était intensifiée et les premiers sabotages avaient commencé.

Illustration 10 – Photographie de Fernand Chatel, instituteur communiste, résistant FTP, déporté

Le passage à la résistance armée : les nus et les morts (1941-1942), les échecs de 1943

  • 39 André Duroméa a obtenu son premier 6,35 de Marc Boisard (double témoignage enregistré, AD) puis un (...)
  • 40 Voir sa photographie (illustration 10).
  • 41 Tactique évoquée par Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, Laffont, 1977, puis par A. Duroméa,(...)
  • 42 Un « Hommage à Georges Déziré » est rendu par Jacques Duclos le samedi 10 juin 1972, en présence d (...)

29Le développement d’une action politico-militaire de résistance visant les représentants de l’armée d’occupation et les collaborateurs commença, semble-t-il, dans l’hiver 1940-1941 avec une collecte d’armes39 organisée par le(s) premier(s) groupe(s) visant à protéger les lieux d’impression, les imprimeurs, les distributeurs de tracts ou les colleurs de papillons, et les cadres appelés à se déplacer pour prendre des contacts (par exemple Marcel Dufriche du triangle régional de direction prenant la parole à l’usine Mazeline). L’Organisation spéciale (OS) créée en octobre 1940, puis le Travail particulier (TP) devinrent les FTP, détachements Jeanne-d’Arc puis Valmy, une structure paramilitaire, dirigée par un comité militaire national (Tillon, Hénaff, Dumont, dit colonel Paul, Ouzoulias). Ils envoyèrent au Havre, puis choisirent sur place les cadres et les combattants, Fernand Chatel40, Gustave Avisse puis André Duroméa, avec des objectifs d’autodéfense et, à partir de la seconde moitié de l’année 1941, un engagement dans la guerre de guérilla, selon la tactique des gouttes de mercure41. Le détachement Valmy procédait aussi à la liquidation des éléments jugés « traîtres », c’est-à-dire déclarés comme tels, ou découverts (du fait de dénonciateurs, de provocateurs), ou suspects (Georges Déziré42, ancien secrétaire fédéral, interrégional politique, chargé de 7 départements, exécuté par erreur le 17 mars 1942).

30Les premiers sabotages de câbles téléphoniques et électriques par des membres de l’OS, datant d’avril 1941, furent antérieurs à la création du Front national et réalisés par deux ouvriers communistes (du groupe Avisse), un terrassier, Joseph-Louis Madec, et un métallo des ateliers de la Transat, Léon-Albert Lioust. Condamnés à mort par le tribunal militaire de Rouen, ils furent fusillés en banlieue le 18 mai et le 14 octobre 1941, ce qui n’empêcha pas que des câbles continuent d’être sectionnés et que les autorités militaires allemandes édictent des sanctions allant des astreintes à la garde de nuit jusqu’à des exécutions capitales, avec les débuts de l’intervention militaire contre l’Union soviétique.

  • 43 AN, rapports des préfets au ministre de l’Intérieur, F 1 C III, Seine-Inférieure, 5 novembre 1941.
  • 44 Les 21 et 28 novembre 1941 : H. Courtade, C. Domurado, P. Guinard, G. Legoy, Ch. Thouroude, L. Vig (...)
  • 45 AN, rapport du préfet, 2 février 1942.

31Un premier déraillement de train dans la région rouennaise, le 19 octobre 1941, les attentats de Nantes et de Bordeaux amenèrent, en octobre-novembre 1941, une recrudescence d’activité de la propagande communiste et une cinquième série d’arrestations, les 21 et 22 octobre, suivies d’internements dans le camp allemand de Compiègne et de déportations : l’instituteur Jean Basille, puis son frère Maurice, opérateur, l’ouvrier terrassier Fleury, les ouvriers métallurgistes Gasrel et Bellet, l’ouvrier du bâtiment J. Hauguel, Valluy, petit commerçant ; pour la Seine-Inférieure, fin octobre 1941, 203 communistes avaient été arrêtés43, 42 libérés après interrogatoire44, 131 (soit les deux tiers) avaient été dirigés vers Compiègne et 30 restaient emprisonnés au Havre, dans le quartier « allemand ». Le 11 novembre 1941 fit l’objet d’une « large diffusion de tracts » et d’un numéro spécial de L’Humanité (no 6) et, comme l’écrivait le préfet, début 1942, « il y a maintenant tout à craindre pour l’avenir de cette conjonction de sentiment national exaspéré et de passion révolutionnaire »45.

Carte 8 – Le PC dans la lutte armée (1941-1944)

  • 46 Voir carte 8 : « Le PC dans la lutte armée (1941-1944) », et le texte de Pierre Courant en annexe (...)

32Le premier attentat au revolver, visant deux soldats de l’armée d’occupation, eut lieu le 7 décembre 1941, derrière la brasserie alsacienne dite Paillette, rue Jacques-Louer (5e canton) ; il fut accompli par Fernand Chatel, jeune instituteur de Bléville, chef de groupe de l’OS qui blessa un sous-officier allemand. Le 21 décembre 1941, ce fut la librairie « allemande » du 129 de la rue de Paris, à l’angle de la place Gambetta (1er canton), qui fut endommagée par une petite bombe fabriquée, de façon artisanale, dans l’atelier du père d’André Duroméa et déposée par Fernand Chatel et Jean Hascoet, jeune ouvrier métallurgiste ( ?) ; le 12 janvier 1942, des coups de feu furent tirés, toujours rue de Paris, contre un officier de la marine de guerre allemande et un soldat, sans faire de blessé. Dans le même temps des câbles téléphoniques (et ceux du funiculaire) furent cisaillés, un premier train de marchandises (ou de permissionnaires ?) déraillait, non loin de la gare de Pavilly, sur la ligne Rouen - Le Havre, le 19 octobre 194146.

  • 47 F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 58.
  • 48 Rapport du préfet de Seine-Inférieure, 2 avril 1942.
  • 49 La diffusion d’éditions locales de la presse nationale et régionale coexiste avec celles d’autres (...)

33La lutte armée était alors le fait d’une poignée d’hommes dirigés, depuis Rouen, par Marcel Dufriche, et qui comprenait Duroméa, Avisse, Chatel, Michel Muzard (dit Loulou ou Noël), un jeune instituteur rouennais envoyé au Havre, condamné par contumace, le 8 octobre 1941, à vingt ans de travaux forcés, puis le 15 janvier 1942 à quinze autres années, et Jean Hascoet47 … Le PC et la CGT (clandestine après l’arrestation de Louis Eudier) accentuèrent leur propagande, l’édition de journaux locaux, y compris d’entreprise, comme CEM ouvrière émanation du comité populaire de l’usine électro-mécanique, au printemps 194248, ou Le Métallo dactylographié et ronéotypé, diffusé pendant le dernier trimestre de l’année 194149.

  • 50 Marcel Bucard est venu, le vendredi 17 octobre 1941, à l’hôtel du Cheval bai. La section locale es (...)
  • 51 Le RNP organise une réunion au Havre, le 8 mars 1942, afin de constituer « une police du parti » ( (...)
  • 52 Une centaine d’adhérents, d’après le rapport du préfet.
  • 53 AD 51 WCAB 4/11, lettre du commissaire spécial au préfet (4 mars 1942).

34Du côté des collaborationnistes, le RNP de Marcel Déat mais aussi le Francisme50 tentaient de rallier de nouveaux militants, en utilisant d’anciens communistes comme Jacques Torracinta, ancien secrétaire du syndicat des inscrits et de la section des marins communistes jusqu’en 193951. C’est donc à des fins idéologiques qu’un « engin explosif » fut placé devant la porte de la section havraise du RNP, le 29 octobre 194152. C’est plutôt pour des raisons politiques que le chef du personnel de la CEM, Guillier, fut menacé par écrit puis physiquement, et qu’un ouvrier communiste de l’usine, accusé de distribuer des tracts, Paul Badais, fut arrêté53. C’est enfin à la suite de ces actions armées que quatre ouvriers communistes, âgés de 32 à 47 ans, le docker Léon Bellanger, l’ajusteur Marcel Couillard, l’ébéniste Maurice Granjon et le marin Maurice Vernichon, emprisonnés mais libérables, furent transférés en 1942 au camp allemand de Compiègne (avant d’être déportés le 6 juillet 1942 et de mourir à Auschwitz-Birkenau).

  • 54 Voir Claude-Paul Couture, Hommage aux fusillés et aux massacres de la Résistance en Seine-Maritime (...)

35Le plus déterminant resta cependant l’action de l’équipe volante de sept ou huit FTP, dans le cadre de l’interrégion normande (27), organisée en février 1942 par Marcel Dufriche, remplaçant André Pican à la tête de la direction régionale. Au Havre, un groupe appelé Léon-Lioust, dirigé par le jeune instituteur Michel Muzard, André Duroméa et Jean Hascoet, jeunes ouvriers métallurgistes, lança le 23 février 1942, place de l’Arsenal (2e canton), un engin explosif sur une colonne de route de la marine de guerre allemande : deux soldats furent blessés. En représailles à une série d’attentats de janvier et février 1942, à Elbeuf et au Havre, trente otages, juifs et communistes, devaient être fusillés comme « victimes expiatoires » : Roger Lhévéder, marin, communiste du Havre, fut exécuté le 14 février 1942, ainsi que Jacques Samson et Lucien Levavasseur, ouvriers du textile de la région de Rouen, puis le 21 février Arthur Lefebvre, le 31 mars Gustave Delarue à Compiègne-Royallieu et le même jour André Pichard à Grand-Quevilly54.

  • 55 Ce dernier, rescapé, déclare en 1955 : « Nous sommes [René Prigent et moi] maintenus en état d’arr (...)
  • 56 Liste publiée par Cl. Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, op. cit.

36Le plus dramatique fut cependant les représailles collectives, la rafle dite du pont de la Barre, opérée le 25 février 1942 à la limite du port et des quartiers marins de Saint-François et de Notre-Dame pour compléter le convoi d’otages. C’est donc d’une déportation massive qu’il s’agit, puisque, aux militants communistes arrêtés pour activité politique ou faits de résistance armée en janvier, juin, juillet et octobre 1941, s’ajoutèrent les victimes de la rafle de février 1942, soit les marins et ouvriers Henri André, Léon Bauquier, Georges Bertrand, Auguste Blaise, Jules Crampon, Georges Delaunay, Léon Georges, Jean Gros, Roland Lebel, Robert Levasseur, Antoine Omnes, René Panel, René Prigent, Marcel Randou, Robert Roiné, Raphaël Venance, mais aussi Simon Fdida55 et Isidore Hoffmann, petits commerçants juifs. Au total 32 personnes rassemblées le 6 juillet 1942 à Compiègne, pour les deux tiers des ouvriers, des marins et dockers, des petits commerçants et artisans, d’une moyenne d’âge de 36 ans, mourant à 87 % dans les premiers mois de leur internement à Auschwitz-Birkenau56. Puis ce fut le tour de Marc Boisard, déporté le 19 avril 1943 dans les prisons de Karlsruhe, puis de Bayreuth-Creussen.

  • 57 Voir le film de Maurice Moitel, Un FTP dans la Résistance, CRDP de Seine-Maritime, 1992.
  • 58 « Suite à cet attentat, une quinzaine de personnes sont mises à mort : quatre le 13 avril au mont (...)

37Pour les résistants épargnés, entrés dans la clandestinité totale après le départ pour Rouen de Fernand Chatel, remplacé par Michel Muzard et André Duroméa, la création des FTP (avril 1942) fut synonyme d’intensification de la lutte armée. Suite à un sabotage organisé par Duroméa, Avisse, Hascoet, Gay dit Rixter, Tinel, le 26 mars 1942, une locomotive dérailla à 800 mètres de la gare d’Harfleur57, et la ligne Le Havre - Rouen fut coupée pendant 48 heures. Une forte prime (20 000 francs) fut alors promise et des astreintes de garde, de jour comme de nuit, avec réquisition de population civile furent organisées. Le 2 avril, rue de Cronstadt (6e canton), deux civils, André Duroméa et André Gay, tirèrent sur deux soldats allemands, et l’un fut grièvement blessé, action réitérée, le 19 avril, par un cycliste isolé. Des interdictions visèrent les civils (fermeture des restaurants et, pendant trois jours, des théâtres et des cinémas, aucune circulation à bicyclette, couvre-feu ramené à 20 heures), mais plus encore deux types de répression sanctionnèrent les communistes : une quinzaine d’otages58 furent fusillés entre le 13 et le 25 avril, des militants, dont la peine de prison arrivait à expiration au printemps 1942, furent transférés à Compiègne puis déportés à Auschwitz.

38Les déraillements continuèrent, le 10 avril sur la ligne Rouen-Amiens, le 21 avril sur la ligne Le Havre - Rouen – Paris, et les autorités militaires d’occupation menacèrent d’ajouter aux fusillades d’otages, communistes et juifs, des représailles visant les proches parents des auteurs d’attentats. Suite à l’ordonnance Oberg du 10 juillet 1942, le père d’André Duroméa, Eugène Duroméa, fut dénoncé et arrêté en février 1943, après que son fils fut devenu responsable militaire régional ; il fut déporté à Mauthausen le 20 avril 1943, puis transféré à Buchenwald ?, et mourut au camp d’extermination de Lublin-Maïdanek en avril 1944.

  • 59 En représailles quatre dirigeants communistes nationaux furent abattus au mont Valérien le 30 mai (...)
  • 60 Garage Le Troadec, rue Lesueur, en octobre 1942.

39Le comité populaire des cheminots du Havre sabota des machines garées au dépôt (entraînant un mort et des blessés), puis le bureau de placement allemand du 196 de la rue Aristide-Briand fut endommagé. Une situation d’insécurité avait été progressivement créée contre les biens et personnes représentatives de l’Allemagne nazie, de l’armée d’occupation et des collaborateurs. C’est ainsi que le 13 mai 1942, une petite équipe composée d’André Duroméa, Gustave Avisse, André Gay et André Nigaud lança une grenade dans un café situé rue Jules-Lecesne, trois marins allemands furent blessés59 ; ou encore un garage, utilisé par l’armée allemande et appartenant au secrétaire local du PPF, fut incendié60.

  • 61 L’anniversaire de Maurice Thorez est le 28 avril. Le 1er mai, Gaston Carpentier, père de quatre en (...)
  • 62 Autres exemples de professeurs et plus encore d’instituteurs et d’institutrices : Valentin Feldman (...)

40Parallèlement la propagande communiste s’intensifia à la date du 1er mai puis du 14 juillet 194261. La première moitié de l’année 1942 fut à bien des égards dramatique pour le PCF. D’abord parce qu’à toute opération contre un membre, des biens ou des collaborateurs de l’armée d’occupation, les autorités militaires et la Sipo-SD (dont une antenne avait été créée en 1941 à Rouen) répliquaient par des représailles massives : emprisonnements suivis de déportations (Fernand Chatel, instituteur résistant62, est arrêté le 26 mai 1942, déporté à Sachsenhausen le 24 janvier 1943), exécution d’otages communistes, condamnés pour distribution de tracts (Henri Nicol, marin communiste de 36 ans, Henri Vigne-Salade, ouvrier du bâtiment de 44 ans, fusillés le 1er juillet 1942, à Grand-Quevilly).

  • 63 Il fut arrêté le 14 décembre 1942 et fusillé, à Angers, le 13 mars 1943.
  • 64 Sur l’affaire Pican et les arrestations en chaîne, voir le témoignage de P. Le Goupil, Mémorial de (...)

41Les cadres communistes (quand ils n’étaient pas arrêtés) furent contraints d’entrer dans la clandestinité totale, de se cacher, de changer de ville quand ce n’est pas de département. C’est ainsi qu’en août 1942, André Duroméa fut muté à Rouen où il devint officier FTP chargé des opérations (militaires), responsable de 3 départements (Seine-Inférieure, Eure et Eure-et-Loir), puis interrégional chargé de 5 départements et enfin commandant de subdivision dans le Sud-Ouest, en août 1943, responsable de 18 départements ; en février 1943, juste avant l’arrestation de Jean Hascoet, Gustave Avisse, caché à Bréauté, fut transféré dans la Somme dont il devint un responsable régional ; Michel Muzard63, après son passage au Havre, fut chargé du département de la Somme, puis de l’interrégion formée par les départements du Maine-et-Loire, de la Vendée, des Deux-Sèvres, d’une partie de la Vienne, de la Sarthe et de la Mayenne, et d’une fraction de l’Indre. C’est donc à terme tout le dispositif d’encadrement local mais aussi fédéral – Georges Déziré étant exécuté, André Pican et Valentin Feldman fusillés64, Fernand Chatel déporté, Marcel Dufriche déplacé en août 1942 dans la Somme et remplacé par André Tollet, évadé de Compiègne, nouveau dirigeant régional – qui fut démantelé et renouvelé.

  • 65 Jean Legoy, Le Havre, 1940-1944, édité par la municipalité du Havre, 1984, p. 43 : 16 000 enfants (...)
  • 66 D’après le préfet, 6 653 chômeurs totaux et 10 775 chômeurs partiels fin 1941… 5 815 et 12 777 à l (...)

42Plus déterminante peut-être fut l’évolution des mentalités dans des classes populaires traumatisées par les bombardements aériens anglais, les évacuations forcées (il ne restait plus au printemps de 1943 que le tiers des enfants inscrits avant-guerre dans les écoles primaires du Havre)65, l’aggravation du chômage66 et des privations alimentaires telles que le préfet en personne constatait, dans un rapport du 31 octobre 1942, que « la classe ouvrière n’a plus le minimum vital ». À cela s’ajoutaient les réquisitions de main-d’œuvre, dans ce que le préfet appelait « les camps de l’organisation Todt », où les ouvriers travaillaient plus de dix heures par jour. Quant à la « relève », datant de juin 1942, elle fut qualifiée de « déportation industrielle de la classe ouvrière » et ne suscita, toujours au dire du préfet, que « fatalisme et scepticisme ».

  • 67 Selon Le Petit Havre, 1,2 million a été versé le 20 mars 1942, avec l’argent de la spoliation des (...)

43Il reste à évaluer l’impact de l’engagement des anarcho-syndicalistes (Le Gall, A. Vaillant, M. Hauguel) de la CGT, dans la Révolution nationale, leur soutien à la Charte du travail et la réoccupation des locaux syndicaux de la Bourse du travail. La création d’un COSI, comité ouvrier de secours immédiat, 47, boulevard Foch, puis de comités sociaux d’entreprise, 4, rue Eugène-Delacroix, avec versement de primes aux sinistrés, allocations-chômage67, prise en charge des familles de prisonniers, l’ouverture d’un restaurant du Maréchal dit restaurant municipal d’entraide, le 17 août 1942 (ayant servi 1 million de repas début 1943), rue Édouard-Larue, furent autant d’initiatives d’assistance qui semblent avoir été bien reçues dans les classes populaires, comme en témoignera le résultat des élections municipales en avril-mai 1945.

  • 68 Série d’articles publiés dans Le Petit Havre les lundi 11 mai, jeudi 14 mai et samedi 23 mai 1942, (...)

44Dans le même temps, l’ancien cadre communiste Jacques Torracinta, rallié au RNP, dans une série de conférences et d’articles68 intitulés « Ma conversion » ou « Je reviens d’Allemagne, j’ai vu ce que l’Allemagne nationale-socialiste a apporté à la classe ouvrière » tentait de séduire les classes populaires, tout comme le PPF de Jacques Doriot qui, dans son congrès départemental, lançait un appel aux ex-JC. Les uns et les autres tentaient d’engager les ouvriers en chômage dans les unités combattantes de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme ou les incitaient à se porter volontaires pour aller travailler en Allemagne (sans grand succès mais avec quelques exceptions notables).

  • 69 Suite à cet attentat, les autorités militaires allemandes firent arrêter sept militants communiste (...)
  • 70 Une brique fut aussi lancée dans la vitrine de l’office de placement du 77, boulevard de Strasbour (...)
  • 71 Arrêté, sans doute torturé, déporté à Buchenwald le 22 janvier 1944.
  • 72 Dénoncé, interné à Rouen, puis déporté à Auschwitz le 27 avril 1944.

45Les sabotages et attentats qui reprirent sous la direction d’André Duroméa, puis de Jean Hascoet, le 16 juin 194269, rue Rouget-de-l’Isle (haut Graville, 4e canton), contre deux soldats allemands dont l’un fut très grièvement blessé, puis le 16 novembre 1942, place Alphonse Martin (5e et 6e cantons), contre un sous-officier de l’armée allemande, tué sur la plate-forme avant d’un tramway en marche70, se terminèrent par l’arrestation de Hascoet, le 14 mars 1943, celle, le 18, du cheminot André Nigaud71. Furent dénoncés un ancien ajusteur du dépôt, Henri Le Moel72, emprisonné à Bonne-Nouvelle, Gustave Avisse, André Duroméa et Raymond Tinel, 4, place Gambetta (1er canton), mais ces trois derniers échappèrent à l’arrestation.

  • 73 Rapport des inspecteurs Coçu et Martin au commissaire divisionnaire et chef régional de la police (...)
  • 74 L’intertechnique Gérard Abramovici fut trouvé mort dans sa cellule, le maquis FTP de Barneville dé (...)
  • 75 À son arrestation, Jean Hascoet était un jeune ouvrier de 21 ans récemment marié à Lucienne Chapel (...)
  • 76 L’inculpation est récurrente dans la presse locale mais passible de la cour d’assises en 1920, pui (...)

46Cette affaire Hascoet73, comme l’appela l’inspecteur chargé de l’enquête, fut extrêmement négative pour l’organisation communiste parce que, outre le fait qu’elle s’opéra simultanément avec l’arrestation et l’exécution de cadres et combattants locaux et régionaux74, dont le principal résistant havrais, elle révéla aux polices française et allemande, l’existence de caches d’armes (fusils, mousquetons, revolvers et pistolets) et d’explosifs, au 165 bis, boulevard de Graville (3e canton), dans un appartement contigu à celui qu’avait occupé Joseph Madec jusqu’à son arrestation (et son exécution en 1941), et au 4, place Gambetta, chambre occupée par Raymond Tinel, chaudronnier, FTP, cousin de Jean Hascoet. De plus elle fut exploitée par la presse locale (Le Petit Havre des 24 et 25 mars 1943) parce que s’y mêlaient plusieurs activités clandestines : trafic de café, volé et revendu par Roger Tinel, frère de Raymond, et Marius Le Bitoux, condamnés respectivement à un an et six mois de prison par le tribunal correctionnel, et inculpation de la femme de Jean Hascoet75 de « crime d’avortement »76.

  • 77 L’odyssée est racontée par L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 76-81. Voir aussi le rapport de (...)

47La situation des communistes au Havre (une soixantaine d’adhérents) était devenue extrêmement dangereuse : les polices et gendarmerie françaises et allemandes, en particulier Ackermann, commandant de la SIPO, police de sécurité, déployèrent de très grands moyens pour tenter de capturer Marcel Fleury, dit Prosper, venu de Rouen et son agent de liaison, Yvette Delarue, 17 ans, cachés avec armes et matériel, au 9, rue de Lodi (dans le 3e canton), les 23 et 24 décembre 194377. La jeunesse des nouvelles recrues, le fait que certains avaient été « retournés » par les formations d’extrême droite (RNP et PPF), la pénétration d’indicateurs de police comme Lucien Jacquemin ou Robert Lemonnier : toutes ces composantes firent de l’année 1943 celle des « coups durs », qui menaça de quasi-disparition les organisations communistes. Dans le même temps, les résistants et militants communistes arrêtés étaient internés à Compiègne, puis déportés, soit Chatel, Demarais, Plougonven déportés à Sachsenhausen le 24 janvier 1943, Caurret, Duroméa, D. Rebeuf à Mauthausen le 20 avril, Léon Hauchecorne et Lucien Rebeuf à Buchenwald le 17 septembre 1943 (selon le Livre-mémorial de la Fédération pour la mémoire de la déportation).

Illustration 11 – Photographie de Paul Le Goupil, instituteur communiste, responsable régional du FPJ (Front patriotique de la jeunesse), résistant déporté

Le martyrologe communiste (1943-1944), la destruction et la libération du Havre (septembre 1944)

  • 78 Jouet, secrétaire régional de mai 1942 à février 1943, fut arrêté dans le Doubs, fusillé à Besanço (...)
  • 79 Les journaux dont il est fait mention ont été recensés par C.-P. Couture dans Les écrits de la Rés (...)
  • 80 Voir l’organe des comités féminins de Résistance de juillet 1943 (illustration 12). Un rapport d’A (...)
  • 81 Voir G. Touroude, Les braconniers de l’espérance, op. cit., p. 43.
  • 82 Exemple de tract : « Mères, épouses, fiancées, écolières, rééditions 1936, Vive la grève, Tous uni (...)
  • 83 En mars 1943, un train venant du Havre fut arrêté dans la banlieue de Rouen : F. Chatel, 30 ans de (...)

48Les départs du Havre de Jouet, Avisse et Duroméa78, l’arrestation de Hascoet déterminèrent une seconde génération de FTP qui, élargie à la Somme, recruta essentiellement chez les ouvriers (métallos, bâtiment, marins et dockers) de la CGT clandestine, mais aussi chez les jeunes, lycéens et étudiants (Jeunesses communistes et Front patriotique de la jeunesse, FPJ, devenus, en novembre 1943, Forces unies de la jeunesse patriotique, FUJP). Les journaux L’Espoir du jeune patriote normand et Front national79, à partir de la fin de l’année 1941, permirent l’élargissement du mouvement de résistance active à de nouvelles composantes, les classes moyennes (par exemple Pierre Naze et Marcel Lancelot, officiers de la marine marchande), les commerçants (La Voix des commerçants), les femmes (La Voix des femmes de Normandie80), les jeunes (L’Espoir du jeune patriote normand, organe du FPJ tirant de 2 000 à 5 000 exemplaires ou La Jeunesse ouvrière de la CGT) ; à terme, l’entrisme81 chez les Équipiers nationaux (Patrice Gonidec, FPJ-FTP) et à la Défense passive (Marcel Juliot, FPJ-FTP, Auguste Lepiller et ses deux fils, FN-FTP) développèrent le mouvement. Mais plus encore ce fut l’institution de la relève, puis du Service civil national du travail, devenu Service du travail obligatoire, en février 1943, qui allait faire basculer des requis devenus réfractaires dans le camp de la Résistance. Ce ne furent alors qu’appels à la mobilisation des femmes82, tentatives pour organiser des grèves ouvrières, actions pour ralentir les trains d’ouvriers pris dans des rafles83.

  • 84 Auguste Delaune, évadé de Châteaubriant, transféré dans la Sarthe, fut abattu le 12 septembre 1943 (...)
  • 85 Marceau Flandre, recherché, fut déplacé dans l’Eure, puis arrêté, torturé et abattu le 13 août 194 (...)

49De nouveaux cadres régionaux étaient affectés fin 1942 : succédant à Auguste Delaune, Marcel Dufriche et André Tollet, André Defrance84, métallo de l’arsenal de Cherbourg, s’ajoutait à Albert Leroy et André Duroméa jusqu’à la fin de 1943, puis arrivait Jules Bridoux, venu de la Somme, mais Gérard Abramovici, intertechnique chargé de l’édition des journaux et des tracts, était arrêté le 23 août 1943, et retrouvé mort le 26 août. Une double promotion eut lieu à la tête de la section du Havre, celle de Marceau Flandre85, secrétaire du syndicat du gaz, devenu communiste après la décapitation de Jean Catelas à la Santé, le 24 septembre 1941, et celle du nouveau chef de détachement FTP, Jean Le Brozec, métallo communiste, responsable de 4 groupes (Derrien, Toulouzan, Flandre et M. Coquet) et de 2 sections de réserve (Domurado et Larriven, Bellenger), soit 104 FTP havrais au printemps 1943.

Illustration 12 – La Voix des femmes de Normandie, juillet 1943

Illustration 13 – Photographie d’André Defrance, ouvrier de l’Arsenal de Cherbourg, cadre interrégional des PC, Front national, FTP, résistant déporté

  • 86 D’après un rapport du préfet datant de mai 1943.
  • 87 C.-P. Couture, Les Écrits…, op. cit., p. 62.

50Ces ouvriers de la métallurgie (Le Brozec, Certain, Mutel), du bâtiment (Derrien), ces marins (Toulouzan, Larriven, Domurado), ces cadres de la JC (Ernest Rault, métallo de 23 ans, Léon Hauchecorne, 22 ans) déterminèrent une reprise de l’activité politique, sur des bases « anti-allemandes et patriotiques »86, amenant les communistes à faire cause commune avec les gaullistes, dans la symbolique nationale du 14 juillet et du 11 novembre 1943. Des tracts furent distribués, le 13 juillet, en gare du Havre, invitant à commémorer la fête nationale, comme l’avaient fait des gaullistes en déployant, le 11 novembre 1942, sur le toit du Théâtre municipal, un drapeau français avec une croix de Lorraine et un drapeau anglais ; le 14 juillet 1943 flotta une oriflamme tricolore au sommet de l’hôtel de ville. De plus, la région de Seine-Inférieure du parti communiste demanda à toutes les organisations de Résistance de préparer des « manifestations patriotiques » pour le 11 Novembre. C’est à cette date de 1943 qu’un tract du Front national du Havre parla de « notre chef, le général de Gaulle », faisant suite à un numéro du journal du Front patriotique de la jeunesse portant en titre un drapeau encadré par un V à croix de Lorraine et un V à faucille et marteau87. Les communistes développèrent alors leurs relations avec les autres mouvements : l’Heure H, Libération-Nord.

  • 88 Voir ibid. et les tracts déposés aux Archives départementales (fonds A. Defrance).
  • 89 Texte cité en annexe à ce chapitre. S’y ajoutent les consignes de sabotage et de soutien aux armée (...)
  • 90 C.-P. Couture, Les Écrits…, op. cit., p. 58 et 59.

51Le PC avait-il pour autant abandonné ses objectifs insurrectionnels ? révolutionnaires ? Pas si l’on en croit ses écrits, les références à la Révolution française, à Valmy, à la Commune et localement à ce personnage de Maupassant, le Père Milon, promu archétype de la résistance populaire : un paysan patriote censé avoir abattu seize Prussiens en 1870 (nouvelle éditée par la direction du PC, en juillet 1941), et donc « aux sans-culottes de 1793, aux communards patriotes, aux héroïques poilus de 1914 »88. Mais si l’on se pose la question de la formation de gardes et de milices patriotiques chargées, d’après L’Avenir normand du mois d’avril 1944, de « préparer l’insurrection nationale »89, avec « la classe ouvrière, héritière des traditions révolutionnaires de 1789 »90, l’on ne peut que constater la faiblesse, voire l’absence, de ces structures, de même qu’il n’y eut pas de tentatives d’insurrection.

  • 91 Voir l’article publié dans Le Havre libre, 18 mai 1945.
  • 92 Voir carte 8 : « Le PC dans la lutte armée (1941-1944) ».
  • 93 La restructuration est présentée dans la brochure « Ordre de bataille du secteur FTP du Havre (mar (...)

52Par contre, dans cette seconde moitié de l’année 1943, les sabotages et les attentats, visant les personnes et les biens de l’armée et de la police allemandes, avaient repris : trahi par un ancien FTP91, Robert Lemonnier, Jean Le Brozec fut tué place Blaise-Pascal (près de l’église Sainte-Marie), le 9 août 1943, dans une tentative d’assassinat du chef de la police de sécurité allemande, Ackermann ; dans les jours qui suivirent, trois FTP, ayant décidé de le venger, furent pris dans une embuscade, près du siège de la Gestapo, rue Hippolyte-Fenoux, Jules Bridoux fut tué, Ernest Derrien et Maurice Mailleau, blessés, furent condamnés le 5 novembre et fusillés le 8 novembre à Grand-Quevilly92, au Havre, Jeanne-Marie Le Brozec et Georgette Derrien furent arrêtées et internées. Marceau Flandre ayant été transféré dans l’Eure, l’organisation militaire dut être restructurée sous l’autorité de Pierre Naze, ancien officier de la marine marchande CGT - Front national, Marcel Lancelot, autre officier de la marine marchande, Marcel Toulouzan, marin-docker, Marcel Larriven, marin, et Fernand Bellenger93.

  • 94 BAVCC Caen, dossier M. Toulouzan.
  • 95 G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 61. De même Louis Bodeur, arrêté dans les Côtes du Nor (...)

53Un nouvel attentat à l’explosif, dans le hall du cinéma Le Select, réservé aux troupes d’occupation, boulevard de Strasbourg, ayant fait plusieurs victimes allemandes, le 23 novembre 1943, une série d’arrestations furent opérées les 31 décembre et 2 janvier 1944. Trois résistants furent fusillés le 4 février 194494 : un cadre FTP, Marcel Toulouzan (sa femme, Marie, fut déportée à Ravensbrück, le 18 avril 1944, laissant un jeune fils de 14 ans, Lionel, JC), Robert Certain, ouvrier tourneur chez Schneider, et Jean Delaunay, ouvrier électricien à Elbeuf, l’un et l’autre déplacés dans la Vienne mais peut-être livrés par un FTP entré au PPF ? Roland P. ; et Bernard Ouf, ouvrier tôlier habitant Sanvic, fut déporté le 6 avril 1944 à Mauthausen. Le 7 février 1944, un des dirigeants clandestins de la CGT, l’ouvrier de la SNCAN (ex-Bréguet) Louis Le Flem, auteur de plusieurs sabotages, dénoncé par le directeur de l’entreprise, était arrêté, puis abattu à la suite d’une tentative d’évasion95. Le 1er mai 1944, Henri Lioust, ouvrier charpentier, père de six enfants, était arrêté et déporté, le 2 juillet, à Dachau.

  • 96 En mars 1944, mais par contumace, Lionel Jouet et André Duroméa sont condamnés à mort par la secti (...)
  • 97 Tract déposé aux Archives départementales de Seine-Maritime, fonds A. Defrance.
  • 98 Le 22 mars et le 6 avril 1944, K. Vasseur et B. Ouf sont déportés à Mauthausen, J. Basille, A. Def (...)
  • 99 G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 61 : A. Rousvoal dit Albert puis Alain. Les réunions s (...)
  • 100 Voir la photographie (illustration 14) de Michel Mius et Georges Touroude, normaliens, étudiants c (...)

54C’est donc bien une lutte à mort96 que se livrèrent communistes et nazis, même si le Front national tenta de démontrer que « la Gestapo recherche tous les militants syndicaux, mutualistes, coupables d’afficher des opinions patriotiques, leur seul crime, et de travailler à la libération de leur pays »97, il n’empêche que les communistes étaient les principales victimes98, et la première moitié de l’année 1944 fut occupée par un nouveau transfert de jeunes cadres, le départ de Marcel Fleury dans l’Eure, celui d’André Tabarre, secrétaire des JC. Ce dernier fut remplacé par un nouveau triangle de direction des jeunesses : Ernest Rault, jeune métallo de chez Bréguet (SNCAN), chef de groupe devenu chef de section FTP, René Baudet, JC d’Harfleur, et Claude Stevens, ajusteur à l’usine Mazeline. Marcel Juliot restait à la direction des étudiants du FUJP, avec André Rousvoal, jeune ajusteur99. La JC régionale fut alors placée sous l’autorité de Roland Leroy, jeune cheminot, et les FUJP sous celle de Georges Touroude, élève-maître à l’école normale de Rouen, responsable du Havre100.

Illustration 14 – Michel Mius et Georges Touroude, normaliens, étudiants communistes, responsables régionaux du FPJ devenu FUJP

Illustration 15 – Photographie anthropométrique d’André Duroméa, ouvrier métallurgiste, cadre interrégional FTP, résistant déporté

  • 101 Voir G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 62, et P. Le Goupil, Un Normand…, op. cit., p. 94

55La priorité donnée par les communistes du Havre aux structures partisanes (PC, JC, CGT) sur les organisations frontistes (Front national, FUJP) fit alors l’objet d’affrontements politiques internes, rapportés par Paul Le Goupil et Georges Touroude (ce dernier fut alors sanctionné, ramené quelque temps à la base)101. En mai 1944, une nouvelle direction politique régionale fut formée avec Célestin Dubois, ex-cheminot CGTU, membre du PC depuis sa fondation, ancien secrétaire régional, ancien interné politique, Marcel Reix, Henri Levillain ; un appareil technique (imprimerie) fut reconstitué avec Maurice Coquet puis Émilienne Rault, deux Havrais ; Georges Chopin (Robert), venu de la Somme, ayant pris la direction régionale des FTP. Henri Roblin était, depuis le 15 janvier 1944, commandant de la compagnie havraise, avec deux adjoints Front national, Marcel Larriven et Pierre Naze (venu du mouvement de résistance l’Heure H), deux chefs de détachement, Émile Mutel (CGT, ouvrier métallurgiste de chez Mazeline) et Maurice Gilles (JC), et trois chefs de réserve, Marcel Lancelot (FN), Marcel Juliot (FUJP) et Fernand Bellenger.

  • 102 Charles Rannou, docker du Havre, fut fusillé dans l’Oise, le 27 août 1944.
  • 103 J. Eberhard, futur maire de Gonfreville-l’Orcher (1953), conseiller général, sénateur communiste ( (...)

56De nouvelles arrestations furent opérées à l’été de 1944, Roblin, Larriven, Rault et Mutel ayant été trahis par le dénommé Fusil. Le 18 août 1944 neuf communistes furent déportés à Buchenwald (Baheux, Dehayes, Franchemiche, Guerrier, Lancelot, Larriven, Mutel, Rault et Roblin, d’une moyenne d’âge de 35 ans et demi)102, Roland Leroy et Célestin Dubois décidèrent alors de placer à la tête des JC du Havre Jacques Eberhard, évadé d’un stalag, et comme responsable de la section, Pierre Guinard, scaphandrier103.

  • 104 D’après Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France, Paris, Laffont, 1981, t. V, juin 1944 (...)
  • 105 « Grandeurs et misères de la Résistance », Le Havre libre, 4, 13 et 18 mai 1949, « Ce que l’on n’a (...)

57La rupture des communications avec Rouen, les dernières évacuations, la mise de la ville en état de « défense » par l’armée allemande obligèrent à une dernière restructuration des FTP, avec deux compagnies, Le Havre et Montivilliers, sous l’autorité de Pierre Naze, Maurice Moyon et Fernand Bellenger, et quatre sections havraises (Violas, Gagnant, Lepiller et Malandain), trois sections à Montivilliers, soit 229 FTP104 au Havre, 326 au total, déterminés mais manquant d’armes (la question de l’armement fera d’ailleurs l’objet d’une polémique publique105 et interne au PC, après la Libération).

  • 106 Chiffres empruntés à J. Legoy, Le Havre, 1940-1944, op. cit. ; voir aussi Eddy Florentin, Le Havre (...)

58Les dernières exécutions pour tentative de sabotage, celles des trois ouvriers fusillés du groupe France avant tout, à l’usine Multiplex, le 3 septembre 1944 (Jules Delamare, Eugène Landoas, Marcel Rougeault), précédèrent la dernière grande bataille, le siège du Havre106, camp retranché où s’étaient enfermés 3000 marins et 9000 soldats allemands, avec 45 000 civils havrais. Les bombardements anglais des 5 et 6 septembre 1944 furent catastrophiques, 3 278 tonnes de bombes explosives et 50 000 tonnes de bombes incendiaires furent déversées sur la ville, détruisant des quartiers entiers ; l’éboulement du tunnel Jenner où s’étaient réfugiées près de 700 personnes ajouta encore 326 morts. Ce déluge « de fer et de feu » précéda l’assaut fixé par l’état-major britannique au 10 septembre : l’opération Astonia.

  • 107 Huit furent fusillés à Grand-Quevilly, un Côte-de-Bonsecours près de Rouen, et sept furent massacr (...)

59Les résistants FTP/FFI participèrent à l’action. Quelques faits d’armes illustrèrent la libération de la ville réalisée essentiellement par les Anglo-Canadiens, le 13 septembre 1944 : la prise de l’usine Schneider par le groupe FTP-Vangeon qui fait des prisonniers et récupère des armes lourdes, le 10, celle du Blockhaus (dit du pain de sucre) par la section FTP-Lepiller, l’occupation sans dégâts du central téléphonique (11 septembre) et celle de la marie de Bléville (section Violas). Toutes ces actions révèlent que la participation communiste FTP à la libération de la ville fut réelle mais pas décisive, sans doute faute de moyens, de chefs, et d’alliés politiques. Le martyrologe communiste, les 22 fusillés et massacrés107, les déportés et la « table rase », les 2 053 morts des bombardements de septembre 1944, les 4 500 immeubles partiellement endommagés, les 12 500 immeubles totalement détruits, les 35 000 sinistrés totaux et les 65 000 sinistrés partiels sont sans doute aussi des éléments d’explication déterminants à l’absence d’insurrection. Le premier comité local de Libération ne sera pas dirigé par le parti communiste. L’héritage de la Résistance ne se traduit pas immédiatement en termes de représentation politique. Les effets des transferts des résistants ajoutés aux retours différés des prisonniers et des rescapés des camps de concentration et d’extermination (sur 32 déportés à Auschwitz le 6 juillet 1942, il n’y eut que trois survivants) firent que les premiers succès électoraux communistes ne furent obtenus qu’à l’automne de 1945.

  • 108 Voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, « Les juifs au Havre pendant l’occupation allemande : entre exod (...)
  • 109 Le premier témoignage de déporté sur Auschwitz paraît dans L’Avenir du Havre du 12 juin 1945, sign (...)

60S’ils ne sont pas les seules victimes de la guerre, les communistes d’origine havraise, déportés de répression, partagent avec les 110 juifs du Havre, déportés de persécution108, le fait d’avoir été menacés de destruction109. Il y eut en effet 32 déportés à Auschwitz-Birkenau le 6 juillet 1942, 3 le 27 avril 1944, 11 déportés à Buchenwald en 1943 et 1944, 5 déportés à Mauthausen en 1943 et 1944, 3 déportés à Sachsenhausen en 1943, un à Dachau, un à Neuengamme, une déportée à Ravensbrück en 1944.

61Quant au Havre, pour reprendre un article d’André Siegfried publié le 28 décembre 1944 :

  • 110 Table rase, film de Christian Zarifian. Les films Seine-Océan. Le 5 septembre 1944, Le Havre, vill (...)

La ville est à moitié rasée, si certains quartiers sont à peu près indemnes, d’autres et ceux-là mêmes qui sont au cœur de l’agglomération semblent avoir été piétinés ; rien n’y subsiste ; pas une maison, pas un mur, pas un pan de mur. L’hôtel de ville, bâtiment majestueux que Napoléon III avait qualifié de « petit Louvre », ne laisse plus qu’une façade mutilée, à travers laquelle se voit le ciel. Du Grand Théâtre, plusieurs fois peint par Boudin, ne reste rien, absolument rien : une « table rase110 » d’après le titre du film de Christian Zarifian.

Annexes

ANNEXE 1. Réaction de Pierre Courant, maire nommé par les autorités de Vichy, à l’attentat du 7 décembre 1941114

Un attentat a été commis dans la soirée de dimanche ; un sous-officier allemand a été blessé. Les rapports de la police française m’indiquent que cette agression a été perpétrée par deux civils qui se sont aussitôt enfuis. Il a été trouvé sur les lieux cinq douilles de marque française. je crois pouvoir dire avec vous tous que, par sa cruauté, par sa lâcheté, cet acte de terrorisme n’est pas français. Quelle est la nationalité de l’agent d’exécution ? Je ne sais mais les récentes déclarations de RADIO-MOSCOU permettent de comprendre à qui il profite et qui l’inspire.

La France est en état d’armistice. Elle a déposé les armes. Le Gouvernement au pouvoir en juin 1940 s’est engagé pour le pays. Après les modifications constitutionnelles de juillet, l’engagement a été maintenu. Ce n’est pas dans le manquement à la parole donnée qu’un grand pays malheureux retrouve sa fierté. Que pourrons-nous au surplus si, dans nos rues, à la nuit, les militaires mitraillent les civils ?

Vous avez réprouvé l’agression de dimanche, et en général tout acte de terrorisme. Souvenez-vous d’ailleurs que le Code pénal punit le recel d’auteurs d’attentats.

J’espère avec vous que de nouveaux malheurs de ce genre seront évités à notre ville éprouvée entre toutes.

Le Havre, le 8 décembre 1941

Le Maire, Pierre Courant

ANNEXE 2. Texte de la direction régionale PC-FTP (André Defrance111) Aux métallos communistes du Havre

Les effectifs des métallos communistes du Havre ne correspondent pas du tout à l’influence de notre Parti dans les usines métallurgiques du Havre.

C’est donc que tout ne va pas pour le mieux dans notre organisation des métaux. Voyons donc ce qui ne va pas.

Vous recevrez prochainement la VIE DU PARTI qui contient l’analyse du discours de STALINE, dans lequel ce dernier, après avoir examiné la situation, donne les mots d’ordre de lutte. Ces mots d’ordre ne sont pas destinés seulement aux Peuples de l’UNION SOVIÉTIQUE, mais aussi aux communistes de tous les Pays.

Quand STALINE parle de la nécessité d’augmenter la discipline et l’esprit de responsabilité dans le Parti, croyez-vous que nos organisations du Parti n’ont pas à tirer des enseignements de ces mots d’ordre ? Il ne faut plus voir de camarades qui oublient un rendez-vous ou qui arrivent en retard. Il ne faut plus que le matériel du Parti cesse de pénétrer dans telle grande usine du Havre parce que les camarades ne viennent pas les chercher. Il ne faut plus voir de camarades qui se disent d’accord avec la ligne du Parti et qui, ensuite, ne la suivent pas dans la ligne quotidienne.

Les Métallos doivent veiller à ce que des influences étrangères ne viennent pas s’infiltrer dans nos organisations. Il faut veiller à ce que certains mots d’ordre « ATTENTISTES » développés par une certaine radio étrangère soient combattus dans nos rangs. Le scandale de certains camarades, à qui était confiée une tâche syndicale et qui ont écouté les conseils intéressés d’inaction de certains dirigeants syndicalistes pro-hitlériens, doit être stigmatisé comme il convient et ne doit plus se reproduire.

Chaque métallo communiste en face de la situation doit faire un effort et ne jamais considérer sa tâche terminée dès qu’il a diffusé quelques tracts. Il doit encore recruter et travailler partout où il le peut. Les communistes ne sont pas des machines à distribuer des tracts, et uniquement cela, non, le communiste doit faire tout ce qui sert le développement du parti. Est-ce que les camarades qui – leur journée terminée – s’occupent surtout de leur ravitaillement, sans trouver une heure par semaine pour se réunir, font leur devoir de communiste ?

Dans plusieurs grandes usines, nous n’avons pas encore de bases. Pourtant, il y a de nombreux sympathisants dans ces usines et plusieurs sont certainement connus de nos camarades. Ceux-ci doivent faire un effort, aller discuter avec eux et recruter de nouveaux adhérents à notre Parti.

C’est vous, camarades, et vous seuls, qui pouvez construire le Parti, vous êtes en contact avec les masses, le Parti ce n’est pas la direction régionale, ni la direction de la section, le Parti c’est l’ensemble de ses adhérents.

Il faut lutter contre les départs en Allemagne. Les ouvriers veulent combattre (les Métallos désignés pour l’Allemagne aux tréfileries du Havre nous l’ont bien prouvé). Mais nous n’avons pas su nous placer devant les masses pour diriger leur action ; nous nous sommes traînés à la remorque du mouvement spontané.

Il faut – profitant de la situation nouvelle et de l’enthousiasme des ouvriers – redoubler d’efforts, augmenter notre propagande par papillons, tracts, inscriptions, arriver aux débrayages et manifestations (qui ont eu lieu déjà dans de nombreuses entreprises de la région), avec comme objectif cette fois d’empêcher de nouveaux départs en Allemagne. C’est seulement lorsque les moyens de lutte collective sont épuisés, qu’il faut demander aux ouvriers de partir à la campagne ou de s’engager dans les détachements de francs-tireurs.

Nous devons aussi développer le mouvement revendicatif pour les salaires, le ravitaillement, les 500 grammes de pain, les cantines, les petites revendications, etc. et pour cela arriver à reconstituer le syndicat des métallos.

Dans son discours, le grand STALINE nous dit : qu’il faut attiser la flamme du mouvement des partisans. Le mouvement du sabotage doit se développer dans notre région ; mais là aussi les métallos communistes du Havre sont en retard. De même dans la ville du Havre, il y a beaucoup d’Allemands, ne trouvez-vous pas qu’ils vivent trop tranquilles chez nous ? Tout doit être fait pour leur rendre la vie impossible. Il faut renforcer les rangs de nos glorieux francs-tireurs havrais, réaliser la décision du Comité : faire passer 20 % des effectifs du Parti aux FTP. Il faut par notre action créer les conditions qui rendront inéluctable le 2e Front.

Une dernière question encore : les problèmes d’organisation ; certains camarades nous disent « il est dangereux de recruter », il est évidemment moins dangereux de ne rien faire, mais si les précautions et les mesures de sécurité nécessaires sont prises, alors il faut ouvrir les portes du Parti aux sympathisants qui y ont bien droit et qui feraient leur travail.

Il suffit donc de prendre des précautions, d’organiser sérieusement nos groupes de trois, cloisonnés soigneusement et où l’on ne se connaît pas, et dans la mesure où les bavardages idiots et criminels sont bannis, on travaille dans les meilleures conditions possibles de sécurité et aussi de rendement, car les groupes ainsi constitués discutent uniquement du travail.

Il faut payer régulièrement sa cotisation chaque mois au responsable de groupe, et ne pas oublier ceux qui sont tombés dans la lutte, collecter pour le Secours Populaire. Il faut faire un petit sacrifice pour le Parti, auquel d’autres ont donné et donnent chaque jour leur vie.

Un tel langage peut paraître exigeant, mais camarades, la situation exige aussi et le titre de communiste doit se mériter. Il ne suffit pas d’admirer le courage et l’esprit de sacrifice des soldats rouges, il faut faire preuve des mêmes qualités.

Demain le Peuple de France sera libéré, et chacun sera jugé devant le Peuple qui lui donnera ou lui retirera sa confiance, suivant ses mérites ou ses insuffisances. Les bavards, les poltrons et les plastronneurs n’auront pas le droit de porter le titre de gloire qui désormais s’attache au nom de communiste.

Encore un effort, camarades havrais, avec tout le Peuple, nous ferons une France libre, forte et heureuse.

ANNEXE 3. La région de Seine-inférieure du PC112

L’Avenir normand, organe régional du parti communiste de Seine-Inférieure (avril 1944)

La constitution de milices patriotiques au sein des usines et des entreprises doit être à l’ordre du jour et devenir bientôt une réalisation concrète, de même les dépôts de cahiers de revendications immédiates. Préparer l’insurrection nationale, c’est aller vers la libération nationale ; les deux sont étroitement liées, ce sont là les paroles du général de Gaulle et elles doivent être à la base de toute organisation parce qu’elles sont les seules valables dans la situation présente. L’insurrection nationale dont le fascisme a tout à craindre se fera envers et contre tous parce que la classe ouvrière française, héritière des traditions révolutionnaires de 1789 voudra prouver au monde qu’elle n’est pas ce qu’en pense le général Smuts et qu’au contraire, elle est restée la digne descendante des soldats de Valmy qui refusaient par delà le Rhin, les envahisseurs teutons qui voulaient asservir leur pays.

Vive l’insurrection nationale sans laquelle pas de véritable libération nationale113.

Notes

1 Mais aussi anarcho-syndicaliste : ainsi le journal de l’UL CGT, dominé par les anarchosyndicalistes, parle-t-il de « guérilla organisée contre toutes les conquêtes ouvrières » (Vérités, octobre 1937).

2 L’Avenir du Havre, 21 avril 1938.

3 Vérités, novembre 1937 ; Havre socialiste, no 2, 6 mai 1938 (voir illustration 9), Jean Binot en est le rédacteur en chef.

4 Voir des affiches appelant à la grève dans Françoise Cahier, La classe ouvrière havraise et le Front populaire, mémoire de maîtrise, Paris, Centre d’histoire du syndicalisme, p. 84.

5 D’après Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes, Le Havre, Imprimerie Duboc, non daté : « 1200 marins passèrent en correctionnelle » (p. 53).

6 Les 17 et 18 décembre 1938.

7 Ou il a abandonné, d’après le rapport de police, transmis après perquisition à son domicile, le 5 décembre 1939, AD 1 M 312 (dissolution du PC).

8 ES Aplemont, Rond-Point, US Corderies, 2e canton…

9 D’après le communiqué de la direction de l’UL CGT paru dans Le Petit Havre du 23 novembre 1939. Les communistes ont aussi été accusés d’être des « agents de la dictature stalinienne » (« CGT-Info. hebdo. », Le Petit Havre, 3 décembre 1939).

10 Selon les témoignages de survivants cherchant à expliquer leur attitude, voire à justifier leur adhésion.

11 AD 1 M 565 (réorganisation des syndicats après dissolution du PC) : le 4 mars, pour les chauffeurs routiers, l’habillement et les cordonniers, le 7 mars pour l’alimentation.

12 Une délégation est envoyée auprès du sous-préfet et une allocation d’attente est obtenue pour les démobilisés sans emploi ni ressources (août 1940).

13 Une lettre de Louis Eudier, secrétaire de l’Union syndicale de la métallurgie, est adressée au commandant de la Kreiskommandantur, le 22 novembre 1940 (fonds privé J. Legoy).

14 Après enquête auprès des dirigeants, ex-autonomes, de l’UL et de la chambre syndicale patronale de la métallurgie : AD 1 M 565 (réorganisation des syndicats après dissolution du PC).

15 Ou de compromettre Louis Eudier et d’autres militants communistes ?

16 AD 1 M 565, 29 juillet 1941.

17 Louis Eudier l’écrira lui-même dans son livre Notre combat…, op. cit., et André Vaillant s’en défendra, dans une lettre à Henri Quesnel, datée du 24 septembre 1945 (ibid., p. 126 sq).

18 R. Le Marec, R. Pantier, L. Eudier.

19 AD 1 M 306, 4 avril 1940, IIIe région militaire, camp de Meuvaines. De même André Pican (un des secrétaires régionaux) a été interné.

20 Comme Fernand Legagneux, secrétaire général de l’UD CGT.

21 Dans le même temps, Eugène Friot, devenu communiste, fut déchu de son mandat de conseiller municipal.

22 BAVCC Caen, dossiers individuels.

23 Ainsi, d’après Jean Legoy, le 3 octobre 1939, un clerc d’huissier et trois jeunes femmes, deux institutrices et une sténodactylo furent condamnés à 6 mois, 1 an et 18 mois de prison pour « distribution de tracts d’inspiration communiste donc étrangère » (Le peuple du Havre et son histoire, t. III, Éditions de l’Estuaire, 2002, p. 347).

24 Témoignage de Gustave Avisse enregistré et déposé aux archives de Seine-Maritime.

25 AD 1 M 306 : un rapport du commissaire divisionnaire au sous-préfet, du 23 avril 1940, fait état de mutilations volontaires, d’accidents provoqués sur les quais du Havre.

26 Voir Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1990.

27 L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 66 ; A. Duroméa, André Duroméa raconte : la Résistance, la déportation, Le Havre, Paris, Éditions sociales, 1987, p. 47, et bande enregistrée A. Duroméa, AD Seine-Maritime.

28 Fernand Chatel (30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditions de la fédération de Seine-Inférieure du PCF, 1951, p. 52) et Georges Touroude, responsable des étudiants communistes, cadre régional du FPJ (Front patriotique de la jeunesse) [Les braconniers de l’espérance, Royan, La Langrotte, 1995, p. 25] font référence à la femme d’Hilaire Castelli. Ce dernier était en liaison avec le secrétaire régional André Pican. Il fut déporté politique à Auschwitz-Birkenau, le 6 juillet 1942, et mourut en octobre 1942. Son établissement était signalé, dans un rapport de police datant du 31 mars 1941, comme un « dangereux lieu de rencontre recherché par des éléments douteux », préparant « la forme d’action de la propagande » : Paul Le Goupil, Mémorial des Français non juifs déportés à Auschwitz-Birkenau et Monowitz, imprimé à compte d’auteur par Bertout, non daté, p. 16 (Le Goupil est lui-même un ancien cadre régional du FPJ, déporté à Auschwitz le 27 avril 1944).

29 A. Duroméa, André Duroméa raconte…, op. cit., p. 56 : « Chez Maurice Lecat, rue Bellefontaine [4e canton] nous encollions les papillons et nous les faisions sécher sur des fils tendus dans sa chambre. » Voir carte 7 : « Le PC de l’été 1940 à l’été 1941 ».

30 F. Chatel, entretien VA/IT du 26 mai 1981. Des inscriptions sont tracées, avec du minium pris aux chantiers Augustin Normand, sur l’église Sainte-Marie (4e canton) : « Donnez-nous notre pain quotidien » ou « Vive l’armée rouge ». Voir aussi AD Rouen, 51 W CAB 4/10-12.

31 L’imprimerie était dans la maison de Darnetal, prêtée par A. Dissoubray, père de Madeleine Dissoubray-Odru, résistante, déportée à Auschwitz-Birkenau, le 24 janvier 1943 (Thomas Fontaine, Les oubliés de Romainville, Paris, Tallandier, 2005, p. 82).

32 Le Métallo est paru du 15 septembre à décembre 1941 ; un numéro 3 est daté du 5 février 1942. Voir Claude-Paul Couture, Les écrits de la Résistance en Seine-Maritime et leurs emprunts à la Révolution française, Luneray, Éditions Bertout, 1989, p. 69.

33 L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 71 ; A. Duroméa, enregistrement VA/IT, et G. Avisse, enregistrement VA/IT, AD Seine-Maritime.

34 Le Petit Havre, mercredi 1er janvier 1941 : la ville est condamnée à une amende d’un million de francs.

35 Le Petit Havre, 19 juillet 1940, cité par L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 57.

36 F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 57.

37 Voir Claudine Cardon-Hamet, Les 45 000. Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942, Paris, Graphein, 1997, et Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi politique du 6 juillet 1942, Paris, Autrement, 2005. Voir aussi le Livre-mémorial de la FMD, et BAVCC Caen, dossiers individuels.

38 De nouveaux militants furent alors arrêtés, dont Alphonse Demarais, cheminot, déporté à Sachsenhausen le 24 janvier 1943 (BAVCC Caen).

39 André Duroméa a obtenu son premier 6,35 de Marc Boisard (double témoignage enregistré, AD) puis un 7,65 de Leneveu.

40 Voir sa photographie (illustration 10).

41 Tactique évoquée par Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, Laffont, 1977, puis par A. Duroméa, André Duroméa raconte…, op. cit., p. 59.

42 Un « Hommage à Georges Déziré » est rendu par Jacques Duclos le samedi 10 juin 1972, en présence de Roland Leroy (secrétaire du CC) et de la veuve et du fils de G. Déziré : soit la réparation publique d’une erreur tragique racontée par Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, Liquider les traîtres. La face cachée du PCF (1941-1945), Paris, Laffont, 2007, chap. 4 : « Un procès de Moscou à Chatou ».

43 AN, rapports des préfets au ministre de l’Intérieur, F 1 C III, Seine-Inférieure, 5 novembre 1941.

44 Les 21 et 28 novembre 1941 : H. Courtade, C. Domurado, P. Guinard, G. Legoy, Ch. Thouroude, L. Vignerot (AD Rouen, 51 WCAB4/30 bis).

45 AN, rapport du préfet, 2 février 1942.

46 Voir carte 8 : « Le PC dans la lutte armée (1941-1944) », et le texte de Pierre Courant en annexe 1 à ce chapitre.

47 F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 58.

48 Rapport du préfet de Seine-Inférieure, 2 avril 1942.

49 La diffusion d’éditions locales de la presse nationale et régionale coexiste avec celles d’autres mouvements : L’Heure H, Le Vagabond bien aimé.

50 Marcel Bucard est venu, le vendredi 17 octobre 1941, à l’hôtel du Cheval bai. La section locale est dirigée par le docteur Rainsart.

51 Le RNP organise une réunion au Havre, le 8 mars 1942, afin de constituer « une police du parti » (rapport du préfet, 2 mars 1942). Jacques Torracinta anime le 27 mars 1942 à Rouen une réunion sur « les questions sociales », puis intervient publiquement salle Kitchener le 31 mai 1942, ainsi que par une série d’articles dans Le Petit Havre (11, 14 et 23 mai 1942).

52 Une centaine d’adhérents, d’après le rapport du préfet.

53 AD 51 WCAB 4/11, lettre du commissaire spécial au préfet (4 mars 1942).

54 Voir Claude-Paul Couture, Hommage aux fusillés et aux massacres de la Résistance en Seine-Maritime (1940-1944), Paris, EDIP, 1992, p. 37-38, 44-45, et Beate Husser, Jean-Pierre Besse, Françoise Leclère-Rozensweig, Front Stalag 122, Compiègne-Royallieu. Un camp d’internement allemand dans l’Oise (1941-1944), AD Oise, 2008, annexe 2.

55 Ce dernier, rescapé, déclare en 1955 : « Nous sommes [René Prigent et moi] maintenus en état d’arrestation [à la prison Bonne-Nouvelle]. Moi, en raison de mes origines israélites et lui comme politique » (BAVCC Caen, dossier R. Prigent).

56 Liste publiée par Cl. Cardon-Hamet, Triangles rouges à Auschwitz, op. cit.

57 Voir le film de Maurice Moitel, Un FTP dans la Résistance, CRDP de Seine-Maritime, 1992.

58 « Suite à cet attentat, une quinzaine de personnes sont mises à mort : quatre le 13 avril au mont Valérien, une le lendemain au camp de Souge, sept le 18 avril (5 à Troyes, 2 à Caen), et enfin trois le 25 avril au mont Valérien », Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty Les fusillés. Répressions et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Paris, Éditions de l’Atelier, 2006, p. 97.

59 En représailles quatre dirigeants communistes nationaux furent abattus au mont Valérien le 30 mai (ibid., p. 99).

60 Garage Le Troadec, rue Lesueur, en octobre 1942.

61 L’anniversaire de Maurice Thorez est le 28 avril. Le 1er mai, Gaston Carpentier, père de quatre enfants, fut arrêté, avant d’être fusillé le 10 juin 1942 à Grand-Quevilly. L’Avenir du Havre appela à la vengeance dans la deuxième moitié de juin 1942.

62 Autres exemples de professeurs et plus encore d’instituteurs et d’institutrices : Valentin Feldman, professeur à Dieppe, révoqué parce que juif, le 31 juillet 1941, résistant communiste, fusillé au mont Valérien le 27 juillet 1942 ; Jean Basille, instituteur communiste, arrêté à Envermeu le 2 octobre 1941, emprisonné, déporté à Auschwitz-Birkenau le 27 avril 1944 ; Suzanne Costentin, Germaine Pican, Madeleine Dissoubray, institutrices résistantes, arrêtées en février 1942, déportées à Auschwitz le 24 janvier 1943 ; ou encore Lucie Guérin déportée à Ravensbrück, Paul Le Goupil, déporté à Auschwitz (BAVCC Caen).

63 Il fut arrêté le 14 décembre 1942 et fusillé, à Angers, le 13 mars 1943.

64 Sur l’affaire Pican et les arrestations en chaîne, voir le témoignage de P. Le Goupil, Mémorial des Français non juifs…, op. cit., p. 23, T. Fontaine, Les oubliés de Romainville, op. cit., et J.-M. Berlière, F. Liaigre, Liquider les traîtres, op. cit., p. 117-121.

65 Jean Legoy, Le Havre, 1940-1944, édité par la municipalité du Havre, 1984, p. 43 : 16 000 enfants avaient été transférés dans des camps scolaires (du département ou de la Basse-Normandie).

66 D’après le préfet, 6 653 chômeurs totaux et 10 775 chômeurs partiels fin 1941… 5 815 et 12 777 à la fin de l’hiver 1942.

67 Selon Le Petit Havre, 1,2 million a été versé le 20 mars 1942, avec l’argent de la spoliation des Juifs. Quant au local du 4, allée Eugène-Delacroix, il s’agit d’un appartement occupé, en 1936, par André Besnus, un employé juif ? spolié ? Voir la condamnation des pratiques du COSI par la CGT clandestine (dossier ADSM 2Z85).

68 Série d’articles publiés dans Le Petit Havre les lundi 11 mai, jeudi 14 mai et samedi 23 mai 1942, en première page, sous le titre : « Pourquoi j’ai quitté le parti communiste et pourquoi je suis devenu collaborationniste… le témoignage de J. Torracinta ».

69 Suite à cet attentat, les autorités militaires allemandes firent arrêter sept militants communistes d’Harfleur, conduits en camion à la prison du Havre (AD Rouen, 51 W CAB 4/30 bis).

70 Une brique fut aussi lancée dans la vitrine de l’office de placement du 77, boulevard de Strasbourg, le 3 décembre 1942, et un incendie de dépôt de paille appartenant à l’armée allemande, fin janvier 1943, près d’Harfleur, s’ajouta aux sabotages des moyens de transport et de communication.

71 Arrêté, sans doute torturé, déporté à Buchenwald le 22 janvier 1944.

72 Dénoncé, interné à Rouen, puis déporté à Auschwitz le 27 avril 1944.

73 Rapport des inspecteurs Coçu et Martin au commissaire divisionnaire et chef régional de la police de sûreté, daté du 3 avril : « Activité communo-terroriste », affaire Hascoet, avril 1943, nos 1740 et 2714 (AM Havre et fonds P. Le Goupil).

74 L’intertechnique Gérard Abramovici fut trouvé mort dans sa cellule, le maquis FTP de Barneville démantelé, la direction régionale des FPJ décapitée : Paul Le Goupil (voir sa photographie, illustration 11) et Jean Rangée furent arrêtés.

75 À son arrestation, Jean Hascoet était un jeune ouvrier de 21 ans récemment marié à Lucienne Chapelle, habitant dans le quartier Notre-Dame, 54 rue Frédéric-Sauvage ; chef de détachement FTP, il fut condamné à mort et fusillé à Grand-Quevilly, le 22 juillet 1943.

76 L’inculpation est récurrente dans la presse locale mais passible de la cour d’assises en 1920, puis du tribunal correctionnel à partir de 1923. Le délit est requalifié en crime « contre la sûreté de l’État » en 1942.

77 L’odyssée est racontée par L. Eudier, Notre combat…, op. cit., p. 76-81. Voir aussi le rapport de l’inspecteur Coçu daté du 27 décembre 1943, no 1442 (AM Havre et fonds P. Le Goupil).

78 Jouet, secrétaire régional de mai 1942 à février 1943, fut arrêté dans le Doubs, fusillé à Besançon le 18 août 1944. Duroméa fut arrêté le 7 mars 1944 à Nogent-le-Perreux, emprisonné, et déporté à Neuengamme le 28 juillet 1944, (voir l’illustration 15).

79 Les journaux dont il est fait mention ont été recensés par C.-P. Couture dans Les écrits de la Résistance en Seine-Maritime, op. cit., p. 67.

80 Voir l’organe des comités féminins de Résistance de juillet 1943 (illustration 12). Un rapport d’André Defrance évalue le nombre de femmes engagées au Havre à 20, dont 12 communistes : 10 ménagères et 2 ouvrières (décembre 1942, fonds privé P. Le Goupil).

81 Voir G. Touroude, Les braconniers de l’espérance, op. cit., p. 43.

82 Exemple de tract : « Mères, épouses, fiancées, écolières, rééditions 1936, Vive la grève, Tous unis pour empêcher les départs en Allemagne » (AD Seine-Maritime).

83 En mars 1943, un train venant du Havre fut arrêté dans la banlieue de Rouen : F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 73, et G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 45.

84 Auguste Delaune, évadé de Châteaubriant, transféré dans la Sarthe, fut abattu le 12 septembre 1943 alors qu’il tentait de s’enfuir de l’hôpital du Mans. André Defrance, un des secrétaires régionaux de décembre 1942 à décembre 1943 (appelé Roland par Paul Le Goupil dans Un Normand dans l’itinéraire d’une guerre, 1939-1945, Paris, Éditions Tirésias, 1992, p. 145), fut déporté à Auschwitz, le 27 avril 1944. Voir l’adresse aux métallos en annexe 2 et la photographie (illustration 13).

85 Marceau Flandre, recherché, fut déplacé dans l’Eure, puis arrêté, torturé et abattu le 13 août 1944. Son fils Claude était militant JC.

86 D’après un rapport du préfet datant de mai 1943.

87 C.-P. Couture, Les Écrits…, op. cit., p. 62.

88 Voir ibid. et les tracts déposés aux Archives départementales (fonds A. Defrance).

89 Texte cité en annexe à ce chapitre. S’y ajoutent les consignes de sabotage et de soutien aux armées alliées données par Délivrance et indépendance, l’organe du Front national, en août 1944.

90 C.-P. Couture, Les Écrits…, op. cit., p. 58 et 59.

91 Voir l’article publié dans Le Havre libre, 18 mai 1945.

92 Voir carte 8 : « Le PC dans la lutte armée (1941-1944) ».

93 La restructuration est présentée dans la brochure « Ordre de bataille du secteur FTP du Havre (mars 1941 - septembre 1944) » (AM Havre).

94 BAVCC Caen, dossier M. Toulouzan.

95 G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 61. De même Louis Bodeur, arrêté dans les Côtes du Nord, est fusillé à Rennes le 23 juin 1944.

96 En mars 1944, mais par contumace, Lionel Jouet et André Duroméa sont condamnés à mort par la section spéciale de la cour d’appel de Rouen. Ce dernier l’apprendra, à Paris, en achetant le journal de Doriot, Le Cri du peuple (A. Duroméa raconte…, op. cit., p. 85). Voir la photographie anthropométrique d’André Duroméa (illustration 15, Archives allemandes). Lionel Jouet est le dernier fusillé de la citadelle de Besançon.

97 Tract déposé aux Archives départementales de Seine-Maritime, fonds A. Defrance.

98 Le 22 mars et le 6 avril 1944, K. Vasseur et B. Ouf sont déportés à Mauthausen, J. Basille, A. Defrance, J. Duponchel, P. Le Goupil et H. Le Moel sont déportés à Auschwitz-Birkenau le 27 avril 1944, Marie Toulouzan est déportée à Ravensbrück le 18 avril 1944.

99 G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 61 : A. Rousvoal dit Albert puis Alain. Les réunions se tenaient rue du Docteur-Piasecki, quartier de l’Eure, dans la « planque » du technique.

100 Voir la photographie (illustration 14) de Michel Mius et Georges Touroude, normaliens, étudiants communistes responsables régionaux du FPJ devenu FUJP. M. Mius est mort à Buchenwald (Neu Stassfurt).

101 Voir G. Touroude, Les braconniers…, op. cit., p. 62, et P. Le Goupil, Un Normand…, op. cit., p. 94.

102 Charles Rannou, docker du Havre, fut fusillé dans l’Oise, le 27 août 1944.

103 J. Eberhard, futur maire de Gonfreville-l’Orcher (1953), conseiller général, sénateur communiste (1969) ; P. Guinard, ancien secrétaire des marins, futur membre du CLL, conseiller général du 2e canton en 1945.

104 D’après Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France, Paris, Laffont, 1981, t. V, juin 1944 - mai 1945, p. 698. Henri Roblin dans un entretien avec Jean Revet parle de 140 FTP dans la première moitié de l’année 1944.

105 « Grandeurs et misères de la Résistance », Le Havre libre, 4, 13 et 18 mai 1949, « Ce que l’on n’a pas encore dit sur la Résistance havraise », ibid., 11-13, 15, 17-20 septembre 1953.

106 Chiffres empruntés à J. Legoy, Le Havre, 1940-1944, op. cit. ; voir aussi Eddy Florentin, Le Havre 44 à feu et à sang, Paris, Presses de la Cité, 1976, et Julien Guillemard, L’enfer du Havre (1940-1944), Paris, Médicis, 1948.

107 Huit furent fusillés à Grand-Quevilly, un Côte-de-Bonsecours près de Rouen, et sept furent massacrés au Havre.

108 Voir Marie-Paule Dhaille-Hervieu, « Les juifs au Havre pendant l’occupation allemande : entre exode et destruction », dans John Barzman et Éric Saunier dir., Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XXIe siècle), PURH, 2005, p. 107-116.

109 Le premier témoignage de déporté sur Auschwitz paraît dans L’Avenir du Havre du 12 juin 1945, signé Jules Le Troadec.

110 Table rase, film de Christian Zarifian. Les films Seine-Océan. Le 5 septembre 1944, Le Havre, ville assassinée, 1988, 79’.

114 Le Petit Havre, 10 décembre 1941, adresse du maire du Havre à la population.

111 André Defrance, dit Roland ou Claude, responsable politique du PC, de la JC, du secteur étudiant, du FN et du FPJ, de l’UFF, du Secours populaire de fin 1942 à 1943, fut un résistant actif, avant de devenir interrégional, délégué militaire dans le Sud-Ouest. Arrêté, il fut déporté à Auschwitz le 27 avril 1944. Sa photographie a été publiée par Paul Le Goupil dans Un Normand…, op. cit.

112 Tract déposé aux Archives départementales de Seine-Maritime (fonds A. Defrance).

113 Extrait de Claude-Paul Couture, Les écrits de la Résistance en Seine-Maritime et leurs emprunts à la Révolution française, Luneray, Éditions Bertout, 1989, p. 58 ; musée de la Résistance nationale à Champigny.

Table des illustrations

Légende Illustration 9 – Havre socialiste, hebdomadaire des sections socialistes SFIO, 6 mai 1938
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Carte 7 – Le PC au Havre de l’été 1940 à l’été 1941
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Illustration 10 – Photographie de Fernand Chatel, instituteur communiste, résistant FTP, déporté
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Carte 8 – Le PC dans la lutte armée (1941-1944)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Légende Illustration 11 – Photographie de Paul Le Goupil, instituteur communiste, responsable régional du FPJ (Front patriotique de la jeunesse), résistant déporté
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Illustration 12 – La Voix des femmes de Normandie, juillet 1943
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Illustration 13 – Photographie d’André Defrance, ouvrier de l’Arsenal de Cherbourg, cadre interrégional des PC, Front national, FTP, résistant déporté
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Illustration 14 – Michel Mius et Georges Touroude, normaliens, étudiants communistes, responsables régionaux du FPJ devenu FUJP
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Illustration 15 – Photographie anthropométrique d’André Duroméa, ouvrier métallurgiste, cadre interrégional FTP, résistant déporté
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1196/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search