Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Ire partie. Des crises à la guerre froide (1922-1947)

Chapitre 3. La dimension internationale

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Le Prolétaire normand, 22 juin 1934, ou L’Avenir du Havre, 25 juillet 1936.
  • 2 L’IMD a été créée par le Profintern, Internationale syndicale rouge, le 3 octobre 1930, à Hambourg
  • 3 Les sections locales ont les mêmes dirigeants, les mêmes locaux, et le même langage de dénonciatio (...)
  • 4 Voir Jeannette Thorez-Vermeersch, La vie en rouge, Paris, Belfond, 1998, p. 51-52.

1Le PC a une composante internationale que Stéphane Courtois et Marc Lazar appellent « téléologique » et qui est d’abord institutionnelle. Toutes les organisations communistes sont rattachées à une direction mondiale et le rayon rappelle explicitement son appartenance à la section française de l’Internationale communiste1. Les syndicats unitaires sont partie intégrante de l’Internationale syndicale rouge et particulièrement les portuaires, affiliés à l’Internationale des marins et dockers2. Cette dernière fait l’objet d’une sélection spéciale de ses cadres et prend en charge concrètement les liaisons internationales (le transport de clandestins, instructeurs de l’IC, de l’ISR ou de l’IMD, et de réfugiés politiques, indochinois, allemands, espagnols, le chargement d’armes et de munitions à destination de l’armée républicaine espagnole). Les structures sont les mêmes au niveau des pionniers, des jeunesses, du Secours rouge international devenu Secours populaire sans que rien soit changé à son mode de fonctionnement3, du Comité mondial contre la guerre et le fascisme dit Mouvement Amsterdam-Pleyel, mais plus encore les formes de raisonnement, les analyses politiques sont internationalistes. Ainsi Auguste Delaune, membre du bureau national de l’Union des jeunesses communistes, est-il convoqué avec Jeannette Vermeersch, par l’Internationale communiste des jeunes (KIM), à Moscou, en 19334.

2C’est ainsi que la crise et la guerre sont analysées comme produits des contradictions du capitalisme et de l’impérialisme, fonctionnant comme systèmes mondiaux, d’où le refus des réactions racistes et xénophobes, la dénonciation des ultra-nationalistes et l’appréciation de la dégradation du rapport des forces aux dépens de l’ensemble et de chacune des composantes du mouvement ouvrier et communiste, à partir de 1933-1934. Comme il a déjà été rappelé, c’est à cause de la victoire politique d’Hitler et du parti nazi mais aussi de la défaite « politico-militaire » des socialistes et communistes autrichiens en février 1934 que la journée du 6 février (1934) et l’échec de l’insurrection ouvrière et populaire des Asturies (7-23 octobre 1934) sont analysés comme des menaces sur l’existence même des organisations communistes. Les initiatives unitaires qui en résultent sont autant de recherches de coups d’arrêt à une « contrerévolution fasciste » se déployant à l’échelle internationale.

Les crises internes et externes (ouvriériste, doriotiste, trotskiste)

3Plusieurs crises qui ont ébranlé le rayon devenu section du Havre, entre 1932-1933 et 1939, sont autant de révélateurs de la difficulté à gérer localement les contradictions, les retournements et les réorientations stratégiques de l’appareil dirigeant de l’Internationale. Il apparaît aussi qu’avec la formation de nouveaux cadres staliniens/thoréziens, tout manquement à la discipline de parti apparaît comme rupture de la solidarité de groupe et menace sur l’identité communiste (internationale, ouvrière et populaire), devenue, avec la transformation du gouvernement de Mussolini en dictature « terroriste », antifasciste.

  • 5 Il dénonce aussi, d’après Roger Le Marec, le cumul et la confusion des tâches syndicales et politi (...)
  • 6 Pour justifier l’exclusion, un amalgame (appelé à devenir classique) est opéré entre les « erreurs (...)
  • 7 Dans le même temps, L’Avenir du Havre (à partir d’octobre 1935) puis L’Avenir normand ont été subs (...)

4La première crise liée à l’élimination de la direction politique de ceux qui seront appelés « le groupe (Henri) Barbé et (Pierre) Célor », avec leurs caractéristiques ouvriéristes, activistes et sectaires, dure au moins jusqu’en 1934 ; elle se traduit par le fait que l’instructeur (de l’IC, du comité central) des dockers, Robert Moy, un temps trésorier du rayon, dénonce (jusqu’au bureau régional) les « actes fascistes » de dockers du quartier Notre-Dame, ce qu’il appelle leurs tendances « putschistes »5. Il est donc, jusqu’à son exclusion par le bureau régional, en avril 1934, élimination ratifiée le 17 mai 19346, dans la même situation d’insoumission que Jacques Doriot (exclu le 27 juin 1934), auquel il a adressé une lettre de soutien. Le reste de la direction de rayon (Legagneux, Le Marec, Le Corre, Le Troadec) s’est rallié mais il a fallu changer par étapes la direction régionale (Trouillard puis Courtade) et de rayon (mise à l’écart de Deschamps, et promotion de Parisse et de Cance) pour que la nouvelle ligne soit appliquée7.

  • 8 Trotski est alors exilé en France.
  • 9 Ces groupes font « la chasse aux fascistes », chaque samedi, dans le quartier Notre-Dame.

5La crise doriotiste, c’est-à-dire la rébellion camouflée puis ouverte de Jacques Doriot contre l’autorité du comité exécutif de l’Internationale et du comité central, a représenté une menace directe d’éclatement pour l’organisation, d’autant qu’elle a coïncidé avec la lutte toujours recommencée contre l’adversaire trotskiste8 sur la question des moyens à mettre en œuvre pour faire échec aux mouvements et partis fascistes. Une fraction de la base ouvrière, ayant constitué des groupes d’autodéfense9, sur le modèle communiste allemand, était en effet prête à les transformer en milices populaires. Et si Doriot a été un des premiers à rallier la politique d’union avec la SFIO et la CGT, ligne unitaire devenue officielle après son exclusion de juin 1934, par contre une autre fraction a refusé l’alliance au sommet, le « désarmement » ouvrier et l’abandon des analyses « de classe » – ce sont sans doute les mêmes communistes que l’on retrouve, à l’été de 1936, enrôlés volontaires dans les milices espagnoles du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste) d’inspiration trotskiste.

  • 10 Voir sa biographie dans le Maitron, ainsi que René Dazy, Fusillez ces chiens d’enragés. Le génocid (...)

6C’est donc pour faire échec et à Doriot et au développement des thèses trotskistes que deux des principaux dirigeants liés à l’Internationale, Jacques Duclos (le 24 mars 1934) et André Marty (le 14 avril), sont venus tenir des meetings au Havre. Ils sont alors suivis d’une série d’articles, dans la presse communiste locale, qui portaient condamnation du comportement de Doriot, et de son refus de l’arbitrage de l’IC, le 25 mai 1934, puis, à la suite de l’assemblée de section, demandaient son exclusion (29 juin). Enfin ont été engagées des procédures d’élimination amalgamant doriotistes et trotskistes, par exemple, contre René Binet, lycéen socialiste revenu communiste d’un voyage en URSS10, à ce titre renvoyé de son établissement scolaire, puis exclu du rayon des Jeunesses pour « opposition trotskiste » mais aussi pour avoir soutenu « la plate-forme de Jacques Doriot » (réunion du 2 juillet 1934). La même accusation de « doriotisme » a été portée contre Marcel Connard, docker activiste du quartier Notre-Dame rallié à la IVe Internationale, il est exclu début décembre 1934. Par contre la radicalisation à l’extrême droite de Jacques Doriot, avec la création du PPF, a attiré à lui des éléments jeunes, ouvriers, activistes et, pour certains (Beuriot, Truffaut), originaires du même quartier Notre-Dame, où une fraction de la cellule communiste, dirigée par Jules Le Troadec, avait fait scission.

  • 11 Lettre de Robert Moy, soutien de René Binet.

7La crise de l’année 1934 a donc eu pour effet d’aligner la section française sur les positions de l’Internationale, elle a stigmatisé les actes de désobéissance individuelle et collective autant qu’elle a lutté contre des « déviations ». Cela explique que des exclus comme Moy, Binet, Connard aient pu faire cause commune, sans afficher leurs différences, avec Jacques Doriot11. Cela préfigure les procès de 1936 à Moscou : sont alors officiellement condamnés non seulement des « fascistes trotskistes » mais aussi des « terroristes trotskistes » ; quant à l’Avenir, il reprend la thèse officielle de la tentative d’assassinat de Staline (26 septembre 1936).

  • 12 Il s’est ensuite rallié à la tendance Naville/Rous et au POI.
  • 13 Journal mensuel, organe du rayon du Havre du PCI (IVe Internationale). Voir la première page du 1e (...)
  • 14 Le PSOP de Marceau Pivert est qualifié de « capitulard », et Léon Blum, de « chef des flics du Fro (...)

8Les divisions de la guerre d’Espagne ne pouvaient que relancer les campagnes anti-trotskistes, d’une grande violence de ton, d’autant que ces derniers (depuis octobre 1934) présentaient des candidats dans les 1er et 2e cantons et qu’à la suite de René Binet, rallié à la tendance Pierre Frank / Raymond Molinier du mouvement trotskiste12, au PCI (IVe Internationale), ils publiaient, à partir du 31 mars 1938, un journal local appelé Le Prolétaire13 qui apparaissait comme un décalque de l’ancien journal communiste, c’est-à-dire qu’il ajoutait à une réelle violence physique et verbale14 des positions politiques hostiles au Front populaire et à l’arbitrage, mais aussi à la direction « stalinienne » de l’IC, du PC, et… de la section locale.

  • 15 À la suite sont créées une section havraise du PPF (juin 1938) et une Union populaire de la jeunes (...)
  • 16 Havre socialiste, no 2, vendredi 6 mai 1938. Voir la reproduction de la première page dans le chap (...)
  • 17 Le Prolétaire, no 5, 1er août 1938.

9Parallèlement, Jacques Doriot et le PPF ont essayé de s’implanter au Havre, aux dépens du parti communiste. C’est ainsi que Jacques Doriot est venu animer une réunion privée, le 28 avril 193815, décrite par le journal local de la section SFIO, Havre socialiste16, comme affichant « deux Républiques en bonnet phrygien brisant les chaînes du communisme » et ayant rassemblé 39 personnes, anciens camelots, anciens volontaires nationaux, anciens JP mais aussi communistes « désabusés », réunion suivie d’un meeting public de 1 500 personnes, le 1er juillet 1938, dans la salle de la rue Lord-Kitchener, et perturbée par la double intervention des communistes et des trotskistes17.

Illustration 7 – Le Prolétaire, organe du rayon du Havre (PCI, 4e Internationale), 1er août 1938

  • 18 Comme l’écrit Roger Le Marec… mais aussi à l’image de Jacques Doriot et des conditions de sa ruptu (...)

10Peut-être est-ce à l’influence des thèmes développés par Jacques Doriot qu’il faut attribuer l’exclusion de Jacques Torracinta, un des secrétaires (communistes) du syndicat CGT des inscrits maritimes et un des dirigeants de la section communiste des marins. Ayant adhéré au PC en 1935, à l’âge de 24 ans, il est démis de ses fonctions et exclu en juin 1939. S’agit-il de querelles d’ambitions18 ou de ligne politique ? Ses révélations ultérieures sur le financement, par fonds d’origine soviétique, du PC français ou des trafics clandestins de la compagnie France-Navigation donnent à penser qu’il y a une contradiction mal vécue entre la dominante internationale de la direction politique et les objectifs nationaux affichés, l’ambition personnelle contrariée pouvant se surajouter et expliquer « la dérive fasciste », l’adhésion ultérieure au RNP.

11Si les exclus révèlent les dysfonctionnements liés à « la double nature » du PCF, a fortiori témoignent-ils de la dimension internationale de l’engagement communiste, et de ce point de vue l’enrôlement de communistes français dans les armées au service du gouvernement républicain espagnol est tout à fait exemplaire.

L’engagement dans la guerre d’Espagne (volontaires et Brigades internationales, compagnie France-Navigation)

  • 19 Tous les documents attestent cependant une « non-intervention relâchée », laissant passer avions, (...)
  • 20 Voir carte 6 : « L’Espagne républicaine ».

12Il y a dans la guerre civile espagnole une ambiguïté fondamentale. D’une part elle est déclenchée par une rébellion militaire, pour ne pas dire d’inspiration fasciste, contre un gouvernement de Front populaire intégrant des représentants de l’extrême gauche et, à ce titre, elle relève des nouvelles formes de lutte politico-militaire élaborées par l’Internationale à partir de 1934. D’autre part, comme la politique de non-intervention des démocraties libérales, tel le gouvernement français de Front populaire19, continue, en contradiction avec les orientations de soutien au gouvernement républicain, l’engagement de volontaires étrangers et les livraisons de matériel militaire soviétique ne peuvent que lui donner le caractère d’un banc d’essai pour des tentatives de dépassement (révolutionnaire) de l’exercice du pouvoir, ce que révèlent les affrontements entre les tendances trotskiste, anarchiste et communiste qui rejouent, à des degrés divers, les révolutions russes de 1917 à 1921 et le refus de la direction politique du « camarade » Staline. L’engagement dans le conflit peut donc être double, défensif et/ou offensif20.

Carte 6 – L’Espagne républicaine

  • 21 Trois engagés en août 1936 sont tués en septembre : Daniel Trueba, Roger Laurens, San José ; une v (...)
  • 22 D’où la dernière lettre de Roger Laurens publiée par Le Prolétaire, no 8, le 1er novembre 1938 : « (...)
  • 23 Rapport du commissaire divisionnaire de police spéciale du Havre daté du 20 novembre 1936 (no 440) (...)
  • 24 Comme l’écrit Jules Le Troadec, dans une lettre publiée par L’Avenir du Havre, le 12 décembre 1936 (...)

13C’est ainsi qu’au Havre, on constate qu’à des enrôlements immédiats, spontanés21, émanant de jeunes réfugiés communistes de la communauté espagnole du quartier des Neiges, engagements sans arrière-pensées politiques comme le révèle leur intégration à des milices ouvrières relevant du POUM (trotskiste)22, s’ajoute une seconde série de départs (33 Français et 15 Espagnols le 20 novembre 193623), liés à une décision politique, celle de l’Internationale communiste de former des Brigades internationales, les partis et sections (rayons) communistes étant responsables du recrutement. Ceux du Havre n’échappent pas à la règle puisque leur secrétaire, Edmond Parisse, est décrit comme étant en charge de l’enrôlement des volontaires havrais, puis de l’acheminement de volontaires étrangers, en particulier les nombreux Américains, débarquant au Havre. C’est ainsi qu’une centaine de volontaires havrais, dont deux membres de la direction de section, Jules Le Troadec et Roger Hauguel, s’enrôlèrent dans les Brigades, les autres étant de jeunes ouvriers déchargés de responsabilités familiales, journaliers comme Charles Drouet, marins comme Augustin Gruenais, Roger Lhévéder ou Maurice Vernichon, dockers… Furent-ils assez nombreux pour constituer une unité autonome, une colonne internationale à laquelle ils donnèrent le nom de Roger-Laurens24 ? Il semble qu’ils furent affectés à la XIIIe Brigade dite Dombrowski, 3e bataillon Henri-Vuillemin, et à la XVe dite Lincoln, bataillon franco-belge ou 6-Février, engagé dans la défense de Madrid.

  • 25 Rapport du commissaire central au préfet (2 décembre 1936).
  • 26 Rapport du 23 novembre 1936, ADSM 1 M 195.

14Quant aux motivations, si elles relèvent essentiellement de « l’antifascisme de combat », elles n’excluent pas pour autant des raisons moins avouables mais compréhensibles en période de crise, c’est-à-dire l’intérêt de la prime d’engagement, de la solde et du soutien matériel aux familles (allocations familiales), mais ces avantages (relatifs) doivent être confrontés aux risques encourus, non seulement du fait de la guerre, mais aussi des sanctions prises par les autorités françaises : retrait des « papiers militaires », menace de perte de la nationalité française, interrogatoires par la gendarmerie et absence de statut d’ancien combattant, en cas de blessure ou de handicap. C’est pour limiter les problèmes que le parti communiste a organisé des visites médicales et éliminé les personnes physiquement et moralement inaptes : ainsi Placide Huard, un docker en chômage de 48 ans, qui avait tenté de s’enrôler, est-il refoulé25, de même que tous ceux qui ont des charges familiales ou sont en situation irrégulière ou ont fait l’objet de condamnations pénales26.

  • 27 Plusieurs dizaines d’étrangers de toutes nationalités, d’après les rapports du commissaire de poli (...)
  • 28 La lecture de la presse communiste recoupe les rapports des commissaires au préfet.
  • 29 ADSM 1 M 192 (guerre d’Espagne), cité par R. Skoutelsky, Les volontaires…, op. cit., p. 383.

15L’engagement, le transfert des futurs brigadistes27 ont donc été une part déterminante de l’activité déployée par les communistes havrais de 1936 à 1938. Deux structures, en dehors de la section locale, ont été particulièrement engagées dans le soutien politique, matériel et financier à l’Espagne républicaine28 : les comités de lutte contre la guerre et le fascisme, dit Mouvement Amsterdam-Pleyel, comités d’aide à l’Espagne animés par deux militants communistes Georges Plougonven et sa femme Henriette (du comité des femmes) et le Secours rouge international devenu « de France », puis « populaire » (par exemple, sa trésorière, Suzanne Vautier), avec l’association des amis de l’Espagne républicaine dirigée par Émile Grenier. Si la section locale et la section des marins (dont le secrétaire était Maurice Cantais) se sont chargées de recruter, d’héberger, de convoyer les volontaires, les associations « de masse » organisent, sous de multiples formes, la solidarité : des départs collectifs accompagnés, avec chants révolutionnaires et drapeaux rouges, une camionnette collectant des fonds, des vivres, des couvertures, du matériel sanitaire, par exemple le 17 janvier 193729.

  • 30 Il s’est peut-être engagé à la demande de la direction nationale ou de l’IC, comme Henri Rol-Tangu (...)
  • 31 Sur les 610 000 francs collectés par l’UL CGT, 71,4 % (les trois quarts) proviennent du syndicat d (...)
  • 32 Au total 928 140,50 F auront été versés par l’UL CGT aux républicains espagnols, dont 596 983,30 p (...)
  • 33 L’Avenir du Havre, 17 février 1938.

16Mais ce sont les dockers, peut-être sous l’impulsion de leurs dirigeants syndicaux et politiques, dont Jules Le Troadec, lui-même engagé volontaire30 parti dans le convoi du 20 novembre 1936 et rapatrié le 3 septembre 1937, qui ont fait le plus gros effort financier31 : 0,50 F donné par journée de travail, à partir d’octobre 1936, soit 1 234 francs versés en cinq jours en 1937 et 435 198 francs donnés au terme de l’année 1937 (ils seront imités en 1938 par les ouvriers de la SNCAN acceptant d’abandonner une heure de salaire au profit de l’Espagne républicaine). De plus au-delà de cette solidarité « instituée » par l’UL CGT32 et qui s’est élargie aux familles des volontaires dits de la Liberté, il n’est pas de réunion, de fête, de compétition sportive organisée par le journal, les cellules, les jeunesses, la FSGT, le Secours populaire, qui ne fassent de collecte et n’affichent leur soutien politique et financier, jusqu’à la journée nationale pour l’enfance espagnole (dimanche 4 avril 1937) et aux journées de sacrifices des Jeunesses communistes en faveur de l’Espagne républicaine (en février 193833).

  • 34 D’après la brochure de l’IHS de Seine-Maritime, 1936 : ils ont osé, ils ont gagné, parue en 2006 : (...)
  • 35 D’après Jean Chaintron, ancien dirigeant du SRI, ancien commissaire politique de la XVe Brigade, L (...)

17Quant aux armes et munitions, interdites de commerce et de transit avec l’Espagne, elles n’ont pas fait seulement l’objet d’une intervention de nature politique, avec la demande, inlassablement répétée par les communistes, « d’avions, de canons et de munitions pour l’Espagne ». Des dockers empêchent aussi le chargement ou le déchargement de matériel militaire d’origine allemande, italienne, voire française (Schneider) à usage des « rebelles » ou expédié vers le Portugal, allié des nationalistes. Par contre les ouvriers du port ont aidé au débarquement de matériels militaire et sanitaire américains34 à usage des armées républicaines, ou couvert les trafics clandestins d’armes soviétiques de la compagnie France-Navigation, sans compter le Secours populaire dont les camions « chargés de vivres, d’effets, de couvertures et de médicaments dissimulaient des armes et autres fournitures militaires »35.

  • 36 Une journée de solidarité avec les volontaires, blessés et mutilés, ayant combattu en Espagne répu (...)

18C’est qu’au désir d’une intervention militaire les communistes ont substitué la demande d’un commerce libre avec l’Espagne républicaine. Par la suite, du fait des bombardements et des défaites mettant en danger la population civile, ils ont accueilli les premiers enfants réfugiés (dimanche 6 juin 1937), convoyé en sens inverse les anciens brigadistes puis les républicains, enfin ils ont continué à aider financièrement les anciens volontaires, blessés ou mutilés (la cellule des Neiges, par exemple, donnait 2 francs par adhérent), les familles des tués et des disparus36.

19Se sont alors multipliées des structures de type Front populaire (le comité de Front populaire espagnol du quartier des Neiges), les initiatives du comité de Rassemblement populaire présidé par le socialiste Albert Le Clainche, celles des comités de quartier du Comité mondial de lutte contre la guerre et le fascisme et des sections du Secours populaire prenant des noms de personnalités emblématiques : Carlos Prestes (communiste brésilien), Durruti (anarchiste espagnol), auxquels se sont ajoutés l’Association des amis de l’Espagne républicaine, à la même adresse que le Comité mondial des femmes, 7, rue du Chillou, le comité d’accueil aux enfants d’Espagne, le Comité international de coordination et d’information pour l’aide à l’Espagne républicaine et enfin l’Amicale des anciens volontaires dirigée par Marcel Hoel (tous ayant leur siège à la section communiste).

  • 37 Ch. Drouet, J. Le Troadec, R. Hauguel, J. Heredia, et tous les anonymes, ceux qui ne signent que d (...)
  • 38 L’Avenir du Havre, 2 décembre 1937.
  • 39 Il s’agit de la défaite militaire, plutôt que du retrait des Brigades, car jusqu’à leur départ off (...)
  • 40 Henri Rol-Tanguy, « Des Brigades aux FFI », entretien avec Roger Bourderon, Cahiers de l’Institut (...)

20Celle-ci a été l’élément moteur, organisant l’information et la mobilisation des militants (en particulier les meetings du 9 août 1936 aux Expos et du 11 novembre 1936 à Franklin). L’Avenir du Havre a publié des éditoriaux, des lettres et des photos des volontaires havrais37 ; les séances privées de cinéma, organisées le dimanche matin à l’Éden, ont diffusé des images d’actualité et des films sur l’Espagne en guerre, par exemple L’Aragon travaille et lutte, le 20 juin 1937, puis les meetings de soutien se sont doublés, au fur et à mesure de l’évolution négative de la conjoncture militaire, de tentatives d’explication attribuant la responsabilité des échecs aux trotskistes, puis aux socialistes (Blum ou Caballero), jusqu’à André Marty affirmant au mépris de toute réalité, fin 1937 : « Pourquoi la République espagnole vaincra »38. La défaite finale39, la reconnaissance par le gouvernement français des autorités franquistes, dénoncée par l’Avenir comme « un coup d’État diplomatique contre la République espagnole », l’internement des réfugiés espagnols dans les camps d’Argelès, Saint-Cyprien… furent très mal vécus par les adhérents, les militants et les cadres intermédiaires du parti communiste ; ils expliquent en partie l’adhésion à l’idée, développée depuis Munich, que les démocraties libérales recherchent des compromis avec les dictatures fascistes et militaires, aux dépens des États « faibles » comme la Tchécoslovaquie ou l’Espagne, et à terme l’acceptation des pactes germano-soviétiques, avec la conviction (intime) d’un double jeu de l’Union soviétique, comme du temps où elle signait, à Londres, l’accord de non-intervention (août 1936) mais organisait une aide militaire au gouvernement républicain espagnol. Analyses que continuent à reprendre à leur compte des résistants communistes aussi émérites que Henri Rol-Tanguy et, pour Le Havre, André Duroméa40.

  • 41 Dans Gilles Hertzog et Dominique Grisoni, Les Brigades de la mer, Paris, Grasset, 1979.

21La création, et le développement, de la compagnie France-Navigation, initiative de l’Internationale communiste, relayée par la direction nationale du parti communiste, en avril-mai 1937, a été rendue possible par l’existence de réseaux d’affiliation à l’IC (Komintern), à l’ISR (Profintern) et à l’IMD, Internationale des marins et dockers. C’est ainsi que Charles Domurado, marin communiste du Havre, embarqué à bord du Winnipeg, a raconté41 comment il était en relation, directe et secrète, avec André Marty (membre du secrétariat du comité exécutif de l’IC). De fait, clandestin, Charles Domurado n’apparaît jamais ni comme marin communiste ni comme responsable politique dans le journal L’Avenir du Havre, par contre il y est nommé en tant que dirigeant du comité Paix et liberté, héritier du Mouvement Amsterdam-Pleyel, organisation unitaire antifasciste.

  • 42 Par exemple, le Ploubalzanec ravitaille Bilbao (L’Avenir du Havre, 22 mai 1937).
  • 43 Ainsi, des caisses de mélinite sont chargées sur ce Ploubalzanec ex-Ville de Sète à destination de (...)

22La presse communiste cependant ne semble avoir rien à cacher quant aux débuts de la Compagnie puisque, en réponse à une mise en cause du député républicain national Albert Dubosc, président du conseil d’administration du Petit Havre, elle donne, le 1er septembre 1935, sous la signature de Maurice Cantais, secrétaire de la section des marins communistes, les noms (nouveaux et anciens) de 8 navires (sur 24) achetés par la compagnie et celui des chantiers navals où ils ont été réparés et transformés. De même l’Avenir informe ses lecteurs sur les transports de vivres en direction du Pays basque espagnol tant qu’il est encore aux mains des républicains42, c’est-à-dire jusqu’à la fin du printemps de 1937 ; par contre elle ne peut signaler les trafics clandestins d’armes et de munitions achetées en Europe occidentale43, puis, à partir de février 1938, de matériel militaire soviétique, embarqué à Mourmansk pour être déchargé à Bordeaux ou dans des ports espagnols et ravitailler les Brigades internationales.

Illustration 8 – Photographie d’Edgar André (instructeur de l’IMD : Internationale des marins et des dockers)

  • 44 Tel Edgar André, docker communiste de Hambourg, responsable de la Ligue des combattants du Front r (...)
  • 45 Dans son livre, La France des camps. L’internement (1938-1946), Paris, Gallimard, 2002, Denis Pesc (...)
  • 46 Les volontaires de la Brigade Lincoln arrivaient par paquebots réguliers des États-Unis d’Amérique (...)

23Il est clair que des marins communistes liés à l’Internationale (Gruenais, Domurado, Famery, Lhévéder, Marcel Toulouzan, Vernichon), qui avaient déjà une assez longue expérience de la prise en charge de passagers clandestins (cadres de l’IC, de l’ISR44, réfugiés politiques), ont mis leur savoir-faire au service de la compagnie, de l’acheminement des engagés volontaires45 à leur rapatriement46, y ajoutant l’évacuation des républicains espagnols pour les Amériques. Le plus inattendu reste peut-être le poste de président du conseil d’administration de France-Navigation attribué à Joseph Fritsch, ancien directeur des Tréfileries et Laminoirs du Havre, appartenant à la franc-maçonnerie.

Un double appareil ?

  • 47 Sans patrie ni frontières (1941), analysé dans la deuxième partie, chapitre 8, et cité par le Dict (...)
  • 48 Ils ont été effacés de la mémoire communiste, en particulier l’ancien docker Jules Le Troadec et l (...)

24Toutes ces informations donnent à penser à l’existence d’un double appareil : d’un côté, la structure officielle d’un parti politique révolutionnaire mais qui présente des candidats à toutes les élections, une presse d’opinion mais qui donne des informations inédites sur le monde ouvrier et la vie intérieure de l’organisation, une image publique qui évolue en fonction de ses objectifs politiques ; de l’autre, une série d’organisations clandestines implantées dans des lieux et des secteurs stratégiques (le port, les marins et les dockers), c’est-à-dire les deux sections pour lesquelles n’apparaissent pas, dans la presse communiste, les noms des dirigeants, les rapports d’activité, les objectifs politiques, qui sont aussi les seules organisations à tenir des réunions fermées, et semblent dépendre directement de la direction nationale, voire de l’Internationale, sans passer par les échelons intermédiaires de la ville et de la région ou de la fédération. De quelle nature sont les activités clandestines des communistes havrais ? Sont-elles de services, rémunérés (comme le déclare Charles Domurado) ou non, rendus à l’organisation communiste internationale ? Sont-elles encore de renseignements ? voire d’« espionnage industriel et/ou militaire » (comme du temps des rabcors) ? Sont-elles de sabotage (comme du temps des réseaux de Wollweber) ? Les polémiques et les procès sont sans fin. Que peut-on dire des activités de René Cance et de Roger Le Marec, cités dans le livre de Jan Valtin (Richard Krebs)47, de celles des marins Domurado, Famery, Lhévéder, Vernichon ? Que faisaient exactement deux dirigeants successifs de la section des marins, Pierre Guinard et Maurice Cantais ? Comment expliquer que ce dernier, habitant 8, rue Vattelière, dit responsable sportif (FSGT) et politique de la section de Montivilliers, bourg semi-rural, soit devenu officiellement le dirigeant de la section des marins ? Qui dirigeait réellement ? Y a-t-il un rapport entre ce Cantais et le pseudonyme qu’utilisait (d’après Philippe Robrieux) Pierre Villon, instructeur de l’IMD, dirigeant de la Fédération unitaire des ports, docks et transports, très lié à Jacques Duclos, dans ses activités clandestines ? Qui avait été placé à la tête de la section des dockers ? Quelle a été exactement la carrière politico-syndicale de Jules Le Troadec ? Pourquoi les hommes liés à l’activité des Brigades internationales (Le Troadec, Hauguel, Lhévéder, Hoel, Grenier) ont-ils été « effacés »48 ?

  • 49 Par le journal anarchiste Le Libertaire, par le PPF, par Ernest Hemingway… Ces accusations ont été (...)
  • 50 Comme Augustin Gruenais, marin, communiste, dirigeant fédéral (CGT) à Londres (voir sa photographi (...)

25Les hommes de l’Internationale ont été engagés dans la lutte antifasciste dès le développement des mouvements et partis d’extrême droite, bien avant le début de la guerre d’Espagne, mais ils ont été confrontés, après l’échec des républicains, à une mise en cause de leur activité politique et militaire. André Marty a fait l’objet d’une série d’accusations, début 193949. Il a alors été défendu par L’Avenir du Havre, engageant une dernière campagne de soutien, rappelant l’élection de son frère comme conseiller général du 4e canton en 1923 et diffusant la brochure « André Marty accuse », mais aussi par les sections communistes l’assurant de leur affection et donnant son nom à la salle de réunion des marins (anciennement Henri Barbusse). Comment ces hommes ont-ils vécu la préparation du retournement d’alliance de l’État soviétique et l’abandon de la stratégie antifasciste de l’Internationale ? Dans quelle mesure ont-ils participé à la Résistance50 ? constitué le noyau dur de l’Organisation spéciale (OS), les futurs Francs-tireurs et partisans (FTP) ?

Annexes

ANNEXE 1

Photographie d’Augustin Gruenais, secrétaire des marins CGT du Havre, responsable fédéral, dirigeant du Centre syndical français à Londres

ANNEXE 2

Photographie du Winnipeg, compagnie France-Navigation Le Winnipeg, ex-Jacques Cartier, le plus grand des cargos de la compagnie France-Navigation, a eu comme port d’attache Le Havre. Nombre de Bretons, de marins havrais s’y sont engagés.

ANNEXE 3

Le Prolétaire normand, 25 décembre 1936 : photographie de Jules Le Troadec engagé dans la colonne internationale à Madrid

Notes

1 Voir par exemple Le Prolétaire normand, 22 juin 1934, ou L’Avenir du Havre, 25 juillet 1936.

2 L’IMD a été créée par le Profintern, Internationale syndicale rouge, le 3 octobre 1930, à Hambourg.

3 Les sections locales ont les mêmes dirigeants, les mêmes locaux, et le même langage de dénonciation de l’impérialisme et du militarisme français et une identique volonté d’organisation de la solidarité internationale.

4 Voir Jeannette Thorez-Vermeersch, La vie en rouge, Paris, Belfond, 1998, p. 51-52.

5 Il dénonce aussi, d’après Roger Le Marec, le cumul et la confusion des tâches syndicales et politiques dévolues à Fernand Legagneux.

6 Pour justifier l’exclusion, un amalgame (appelé à devenir classique) est opéré entre les « erreurs » politiques, les « fautes » idéologiques (activité fractionnelle), les malversations financières (Le Prolétaire normand, 1er juin 1934) et même des implications policières (témoignage de R. Le Marec).

7 Dans le même temps, L’Avenir du Havre (à partir d’octobre 1935) puis L’Avenir normand ont été substitués au Prolétaire, édition du Havre (ayant cessé de paraître en mai 1933) et au Prolétaire normand, édition de Rouen, le 28 mai 1937.

8 Trotski est alors exilé en France.

9 Ces groupes font « la chasse aux fascistes », chaque samedi, dans le quartier Notre-Dame.

10 Voir sa biographie dans le Maitron, ainsi que René Dazy, Fusillez ces chiens d’enragés. Le génocide des trotskistes, Paris, Olivier Orban, 1981, p. 124.

11 Lettre de Robert Moy, soutien de René Binet.

12 Il s’est ensuite rallié à la tendance Naville/Rous et au POI.

13 Journal mensuel, organe du rayon du Havre du PCI (IVe Internationale). Voir la première page du 1er août 1938 (illustration 7).

14 Le PSOP de Marceau Pivert est qualifié de « capitulard », et Léon Blum, de « chef des flics du Front populaire » qui « a jeté des morts ouvriers sur le pavé de Clichy » (Le Prolétaire, 1er août 1938).

15 À la suite sont créées une section havraise du PPF (juin 1938) et une Union populaire de la jeunesse française (février 1939) ; voir Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. III, Éditions de l’Estuaire, 2002, p. 345.

16 Havre socialiste, no 2, vendredi 6 mai 1938. Voir la reproduction de la première page dans le chapitre 4.

17 Le Prolétaire, no 5, 1er août 1938.

18 Comme l’écrit Roger Le Marec… mais aussi à l’image de Jacques Doriot et des conditions de sa rupture de 1934 analysées par Phlippe Burrin dans Communisme, no 10, 1986.

19 Tous les documents attestent cependant une « non-intervention relâchée », laissant passer avions, ravitaillement, matériel médical…

20 Voir carte 6 : « L’Espagne républicaine ».

21 Trois engagés en août 1936 sont tués en septembre : Daniel Trueba, Roger Laurens, San José ; une vingtaine, d’après J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit. (voir la photographie prise à Barcelone en août 1936, p. 342).

22 D’où la dernière lettre de Roger Laurens publiée par Le Prolétaire, no 8, le 1er novembre 1938 : « Nous nous battons contre le fascisme et malgré nos désaccords avec le POUM, nous pensons que c’est l’essentiel. »

23 Rapport du commissaire divisionnaire de police spéciale du Havre daté du 20 novembre 1936 (no 440), cité par Rémi Skoutelsky, Les volontaires français en Espagne républicaine, thèse de doctorat, Université de Paris I, 1996 : ADSM 1 M 195 (Volontaires étrangers). Voir aussi « Salut aux volontaires normands », Le Prolétaire normand, 5 février 1937.

24 Comme l’écrit Jules Le Troadec, dans une lettre publiée par L’Avenir du Havre, le 12 décembre 1936. Voir sa photographie en première page du Prolétaire normand, 25 décembre 1936, en annexe 3.

25 Rapport du commissaire central au préfet (2 décembre 1936).

26 Rapport du 23 novembre 1936, ADSM 1 M 195.

27 Plusieurs dizaines d’étrangers de toutes nationalités, d’après les rapports du commissaire de police divisionnaire.

28 La lecture de la presse communiste recoupe les rapports des commissaires au préfet.

29 ADSM 1 M 192 (guerre d’Espagne), cité par R. Skoutelsky, Les volontaires…, op. cit., p. 383.

30 Il s’est peut-être engagé à la demande de la direction nationale ou de l’IC, comme Henri Rol-Tanguy, si l’on en juge par sa présence, continue, à Albacete.

31 Sur les 610 000 francs collectés par l’UL CGT, 71,4 % (les trois quarts) proviennent du syndicat des ouvriers du port (L’Avenir du Havre, 10 février 1938).

32 Au total 928 140,50 F auront été versés par l’UL CGT aux républicains espagnols, dont 596 983,30 par les ouvriers du port (64,32 %) : Havre socialiste, no 7, 10 juin 1938. Le Libertaire fait état de 1 301 189 francs versés, dont 871 03 (deux tiers) par les seuls dockers, dans le numéro hors série Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais, automne 1996, p. 166.

33 L’Avenir du Havre, 17 février 1938.

34 D’après la brochure de l’IHS de Seine-Maritime, 1936 : ils ont osé, ils ont gagné, parue en 2006 : « Le 8 août 1936, deux avions en pièces détachées provenant des États-Unis sont déchargés puis réembarqués » (p. 81-83). Voir aussi le déchargement du Champlain au début de 1937, ADSM 1 M 196.

35 D’après Jean Chaintron, ancien dirigeant du SRI, ancien commissaire politique de la XVe Brigade, Le vent chantait devant ma porte, Paris, Seuil, 1993, p. 159.

36 Une journée de solidarité avec les volontaires, blessés et mutilés, ayant combattu en Espagne républicaine, a lieu le dimanche 2 avril 1938.

37 Ch. Drouet, J. Le Troadec, R. Hauguel, J. Heredia, et tous les anonymes, ceux qui ne signent que de leur prénom ou de leur diminutif.

38 L’Avenir du Havre, 2 décembre 1937.

39 Il s’agit de la défaite militaire, plutôt que du retrait des Brigades, car jusqu’à leur départ officiel, tout retour est expliqué par des raisons de santé.

40 Henri Rol-Tanguy, « Des Brigades aux FFI », entretien avec Roger Bourderon, Cahiers de l’Institut de recherches marxistes, 1984, et André Duroméa raconte : la Résistance, la déportation, Le Havre, Paris, Éditions sociales, 1987.

41 Dans Gilles Hertzog et Dominique Grisoni, Les Brigades de la mer, Paris, Grasset, 1979.

42 Par exemple, le Ploubalzanec ravitaille Bilbao (L’Avenir du Havre, 22 mai 1937).

43 Ainsi, des caisses de mélinite sont chargées sur ce Ploubalzanec ex-Ville de Sète à destination de Santander (rapport du commissaire divisionnaire au préfet daté du 7 septembre 1937, ADSM 4 M 154).

44 Tel Edgar André, docker communiste de Hambourg, responsable de la Ligue des combattants du Front rouge, instructeur de l’IMD, proche d’Ernst Thälmann, arrêté le 5 mars 1933, torturé, jugé et condamné à mort, il fut décapité le 4 novembre 1936, ce qui détermina de très vives protestations (illustration 8).

45 Dans son livre, La France des camps. L’internement (1938-1946), Paris, Gallimard, 2002, Denis Peschanski parle d’André Heussler, ancien commissaire politique de la XIVe Brigade, qui travailla au Havre pour le compte de France-Navigation en relations avec André Marty (p. 71).

46 Les volontaires de la Brigade Lincoln arrivaient par paquebots réguliers des États-Unis d’Amérique. Le Winnipeg emmena 3000 républicains espagnols se réfugier à Valparaiso (Chili) ; voir photographie en annexe 2.

47 Sans patrie ni frontières (1941), analysé dans la deuxième partie, chapitre 8, et cité par le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et le Dictionnaire biographique de l’IC.

48 Ils ont été effacés de la mémoire communiste, en particulier l’ancien docker Jules Le Troadec et le marin Roger Lhévéder, embarqué sur un navire de la compagnie France-Navigation mais aussi volontaire dans les Brigades, blessé, rapatrié, arrêté en 1940, interné à Compiègne et fusillé comme otage.

49 Par le journal anarchiste Le Libertaire, par le PPF, par Ernest Hemingway… Ces accusations ont été en partie réfutées par deux anciens commissaires politiques devenus résistants : Henri Rol-Tanguy et Jean Chaintron, et aussi par Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1933), Paris, Fayard, 1997, p. 694. Voir aussi R. Skoutelsky, Les volontaires…, op. cit.

50 Comme Augustin Gruenais, marin, communiste, dirigeant fédéral (CGT) à Londres (voir sa photographie, annexe 1), beaucoup de marins communistes sont devenus résistants.

Table des illustrations

Légende Illustration 7 – Le Prolétaire, organe du rayon du Havre (PCI, 4e Internationale), 1er août 1938
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Légende Carte 6 – L’Espagne républicaine
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1195/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Illustration 8 – Photographie d’Edgar André (instructeur de l’IMD : Internationale des marins et des dockers)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1195/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1195/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1195/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1195/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 591k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search